JACQUES CAPDEVILLE. Institut de l Elevage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JACQUES CAPDEVILLE. Institut de l Elevage"

Transcription

1 Gestion des effluents d élevage et de fromagerie en exploitation laitière et fromagère JACQUES CAPDEVILLE YVES LEFRILEUX YVES LEFRILEUX Institut de l Elevage

2 Plan 1. Introduction : enjeux et pourquoi épurer 2. Le contexte réglementaire 3. Les effluents d élevage et de fromagerie 4. Les solutions techniques privilégiées 5. Les solutions techniques complémentaires 6. Les solutions techniques d avenir atelier JTK

3 5 enjeux pour les filières animales 1. Protéger la ressource en eau et les milieux aquatiques - Gestion des rejets 2. Intégrer le défi énergétique - Prise en compte des consommations 3. Limiter les émissions brutes de gaz à effet de serre - Ajuster le fonctionnement des exploitations 4. Faire valoir la contribution de l élevage à la "trame verte nationale" - Gestion des paysages, de la biodiversité 5. Limiter l impact des pratiques agricoles sur l environnement : -analyse environnementale multicritère itè atelier JTK

4 Pourquoi Épurer? Eaux usées dans les rivières : Bactéries «consomment» de l oxygène Concurrence avec poissons, organismes vivants Nitrates et phosphore = engrais Croissance excessive des algues et végétaux. = Eutrophisation : modification, dégradation d un milieu aquatique atelier JTK

5 Epuration basée sur principes biologiques Tous les mécanismes d épuration proposés font intervenir des bactéries qui dégradent les composés polluants. La quasi totalité des solutions est mise en œuvre en milieu aérobie Certaines phases peuvent être développées en milieu anaérobie atelier JTK

6 Les Indicateurs ph (Potentiel Hydrogène) : expression de l acidité DCO (Demande Chimique en Oxygène) : représente la quantité de matière organique DBO5 (Demande Biologique en Oxygène) : représente la fraction de matière organique soluble dont la dégradation est assurée en 5 jours Rapport DCO / DBO5 : représente la biodégradabilité de l effluent Rapport < 2 : facilement biodégradable Rapport > 2 : difficilement biodégradable EH (Équivalent Habitant) : en zone rurale, un habitant équivaut à 150 litres de rejet/jour à une concentration de 0.8g/l, soit 120 g DCO/jour atelier JTK

7 atelier JTK

8 atelier JTK

9 atelier JTK

10 Plan 1. Introduction : pourquoi épurer 2. Le contexte réglementaire 3. Les effluents d élevage et de fromagerie 4. Les solutions techniques privilégiées 5. Les solutions techniques complémentaires 6. Les solutions techniques d avenir atelier JTK

11 Réglementations applicables aux exploitations agricoles Réglementation sanitaire Règlement Sanitaire Départemental RSD Réglementation environnementale Installations Classées ICPE (Installations Classées pour la Protection de l Environnement) Loi sur l Eau Directive Nitrates atelier JTK

12 Aspects sanitaires et environnementaux Règlement Sanitaire Départemental ICPE soumise à déclaration ICPE soumise à autorisation Règles départementales Simple déclaration et respect de règles nationales Approche spécifique à l élevage Tous les élevages du département Obligations minimales nationales éventuellement renforcées par des arrêtés préfectoraux atelier JTK

13 Contexte réglementaire lié à la taille de l élevage RSD instruit par DDASS, ICPE instruit par DDPP Catégorie d animaux Règlement Sanitaire Départemental Elevage soumis à Déclaration Elevage soumis à Autorisation Vaches laitières et (ou) mixtes Ovins Moins de 50 De 50 à 100 Plus de 100 Quelle que soit la taille Caprins Quelle que soit la taille atelier JTK

14 La réglementation française liée à l activité ité de transformation ti RSD instruit par DDASS, ICPE instruit par DDPP Catégorie d animaux Volume de lait transformé par jour Règlement Sanitaire Départemental Elevage soumis à Déclaration Elevage soumis à Autorisation < à > atelier JTK

15 Règlement Sanitaire Départemental et distances Puits Forages Sources Dépôt 35 m de fumier 50 m 35 m Berges cours d eau 35 m 10 m si bande enherbée 100 m Tiers (campings, habitations, terrains sport, etc.) <100 m si suivi d un labour à 24h pour fumier > 50 m si désodorisés ou enfs pour lisier, eaux de lavage 10 m compost Lieux de baignade 200 m Épandage de fumier Fixé au niveau départemental Sites aquacoles atelier JTK

16 La réglementation : points essentiels LOI SUR L EAU Le rejet direct d effluent dans le milieu naturel est interdit La loi sur l eau concerne toutes les exploitations atelier JTK

17 La réglementation : points essentiels La directive nitrates 91/676/1991 Réduire la pollution des eaux provoquée ou induite par les nitrates d origine agricole Prévenir toute nouvelle pollution de ce type - Délimitation de zones vulnérables : eaux menacées ou atteintes par la pollution - Zonage revu tous les 4 ans (dernière 2002 ; 2006) La directive nitrates concerne Toutes les exploitations en zone vulnérable atelier JTK

18 Délimitation des zones vulnérables de la directive "nitrates" en 2004 Source : Ministère de l Écologie et du Développement durable (Direction de l'eau). atelier JTK

19 Bilan réglementation ti Quels que soient leur taille et les volumes transformés, les exploitations d élevage sont tenues de respecter le contexte réglementaire commun qui concerne l interdiction de rejet direct des effluents dans le milieu Le code de l environnement précise «les acteurs doivent mettre en œuvre les moyens de réduction des atteintes à l environnement en utilisant les meilleures techniques à un coût économiquement acceptable» atelier JTK

20 Aujourd hui Bilan réglementation - suite Élevages caprins hors zones vulnérables : Règlement Sanitaire Départemental -Capacités de stockage, périodes d épandage -Pas de rejet direct dans le milieu Élevages caprins en zones vulnérables : Directive Nitrates Effluents d élevage : -Eaux blanches salle de traite, eaux vertes : filière de traitement agréée -Moins de 170 kg d N/ha/an épandus atelier JTK

21 Les solutions de traitement validées : quel statut t t? Dans le cadre du Comité de Pilotage du PMPOA puis du PMBE Expertise de différentes solutions techniques Validation d une liste de solutions efficaces Possibilité d attribution d aides publiques ATTENTION certaines administrations méconnaissent encore ces solutions On peut avoir à fournir des justifications techniques D autres solutions techniques peuvent être valablement proposées atelier JTK

22 Le principe de la conditionnalité des aides de la PAC 19 directives et règlements dont 6 centrés sur l'environnement Bonnes Conditions Agricoles Environnementales Maintien des prairies permanentes au niveau de 2003 atelier JTK

23 Directive i "Nitrates" N 91/676 "Eaux souterraines" N 80/68 "Boues urbaines" N 86/278 Les 6 directives européennes Objectifs visés Obligations pour les éleveurs Limiter la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole. Respect des exigences définies dans le programme d'action : plafond 170 kg Norg/ha épandable, calendrier d'épandage Préserver la qualité des eaux souterraines Déversement de substances dangereuses dans le milieu interdit Définir les régles d'utilisation des boues d'épuration en agriculture Contrat d'épandage entre le producteur de boues et l'agriculteur "Phytosanitaires" N 91/414 "Habitat" N 92/43* "Oiseaux" N 79/409* Définir les régles de mise sur le marché et d'utisation des produits phytosanitaires Usage des produits selon les conditions mentionnées sur l'étiquettage Respecter le code des bonnes pratiques phytosanitaires Assurer la conservation des habitats naturels de la faune et de la flore sauvage Respecter les mesures définies dans le document objectif Natura 2000 Assurer la protection des oiseaux sauvages Respecter les mesures définies dans le document objectif Natura

24 Plan 1. Introduction : pourquoi épurer 2. Le contexte réglementaire 3. Les effluents d élevage et de fromagerie 4. Les solutions techniques privilégiées 5. Les solutions techniques complémentaires 6. Les solutions techniques d avenir atelier JTK

25 Effluents à gérer sur l exploitation «élevage» «transformation» Laits «non commercialisables» DEJECTIONS au pâturage FUMIER/LISIER PETIT LAIT EAUX BLANCHES Matériel, locaux EAUX BLANCHES Tank+locaux EAUX BLANCHES Machine à traire EAUX VERTES Quais de traite+aire attente EAUX BRUNES JUS SILO Transformations ratées Fromagerie Laiterie Traite Élevage atelier JTK

26 Caractéristiques Type d effluent Eaux blanches ph 5.5 à 6.2 Volume par litre de lait Salle de traite Fromagerie 2.8 DCO (g/l) DCO / DBO5 N tot g/l ME S g/l P tot g/l Graisse s g/l 0.2 à / 0.86 Lactosérum lactique à Lactosérum pâtes pressées à à 1 8 à 11 _ 0.5 Mélange 4 à à à 0.2 à eaux blanches - lactosérum Eaux 7 à 8 150/pers domestiques 120 g/j (15 5 g/)j atelier JTK _

27 1 litre de lait Charge DCO Eaux blanches machine à traire 2 grammes Eaux blanches fromagerie + tank 8 grammes Lactosérum 10 grammes 50 grammes 60 grammes de DCO (80 pour ppnc) Dont plus de 80% issu du lactosérum atelier JTK

28 ! Lait- colostrum 1 litre de lait libéré dans le milieu 220 grammes de DCO L équivalent de pollution rejeté par 1.8 habitant en 1 journée!!! 1 litre de colostrum libéré dans le milieu 500 grammes de DCO À j6 300 grammes de DCO atelier JTK

29 Exemple 80 chèvres avec 300 litres lait/jour au pic 80 chèvres Cas 1 Rejet des eaux blanches seules 20 habitants 1 chèvre # 0.25 habitant 300 l lait Cas 2 Rejet des eaux blanches et du lactosérum 150 habitants 1 chèvre # 1 à 2 habitants atelier JTK

30 Récapitulatif Les effluents fromagers sont des effluents tè très chargés en matière organique Comparaison avec des eaux usées domestiques : Eaux blanches : 3à4 x Lactosérum : 60 à 80 x Eaux blanches et lactosérum : 12 à 20 x Poids très important du lactosérum dans la charge finale de l effluent Raisonner les systèmes d épuration en fonction de la présence ou non de lactosérum atelier JTK

31 Plan 1. Introduction : pourquoi épurer 2. Le contexte réglementaire 3. Les effluents d élevage et de fromagerie 4. Les solutions techniques privilégiées 5. Les solutions techniques complémentaires 6. Les solutions techniques d avenir atelier JTK

32 Les solutions Possibilités de traitement type de produits type de produits filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux recirculation SBR fossés Filtre lagunants Pouzzolane laits non commercialisables : laits non laits non commercialisables : laits mammiteux, colostrum mammiteux, colostrum, excédents eaux brunes, de,j quota jus de silos non Lactosérum lisier, eaux brunes, jus de silosnon eaux vertes eaux de vertes l'aire d'attente de l'aire d'attente non eaux vertes eaux quais vertes de traite quais et de fond traite et fond fosse de traite fosse de traite eaux blanches eaux blanches eaux usées eaux domestiques usées domestiques non non non non non non non non non atelier JTK

33 Distribution animale du lactosérum atelier JTK

34 Composition du lactosérum 1 litre de LAIT 10% extrait sec lactose Glucides 45 g Matière Grasse 35 g caséine Matière Azotée 30 g Ca, P, K Minéraux 7 g 0.25 litres de Caillé 20% extrait sec 10 g 34 g 24 g 3 g 20% 97% 80% 43% 0.75 litres de 35 g 1 g 6 g 4 g Lactosérum 80% 3% 20% 57% 7% extrait sec Lactose+acide lactique atelier JTK

35 Valeur alimentaire 10 à 15 litres de lactosérum = 1 kg orge %MS UFL UFV PDIA g PDIN g PDIE g Aid Acide Doux Par kg MS Par litre brut Par kg MS Par litre brut atelier JTK

36 Niveaux de distribution Litres/jour Veaux sevrés 15 Génisses 3 6 mois 6 mois 1 an ans > 2 ans Vaches laitières en production <40 Vaches taries < 10 Chèvres en lactation 2-3 Porcs à l engrais kg kg kg Truies gestantes 6-10 atelier JTK

37 Expérimentation 2003 Isère 6 chèvres indemnes de CAEV amenées dans un troupeau contaminé et distribution du sérum issu du troupeau contaminé Au bout de 6 mois : Aucun cas de séroconversion 1 mois après mélange des animaux à la traite, 1 cas de séroconversion est observé. atelier JTK

38 Intérêts de l utilisation du lactosérum en alimentation animale Valoriser un sous-produit de grande valeur énergétique Et Réduire de façon considérable la pollution organique 80% de charge organique en moins atelier JTK

39 Les solutions Possibilités de traitement type de produits type de produits filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux recirculation SBR fossés Filtre lagunants Pouzzolane laits non commercialisables : laits non laits non commercialisables : laits mammiteux, colostrum mammiteux, colostrum, excédents eaux brunes, de,j quota jus de silos non Lactosérum lisier, eaux brunes, jus de silosnon eaux vertes eaux de vertes l'aire d'attente de l'aire d'attente non eaux vertes eaux quais vertes de traite quais et de fond traite et fond fosse de traite fosse de traite eaux blanches eaux blanches eaux usées eaux domestiques usées domestiques non non non non non non non non non atelier JTK

40 Les filtres plantés de roseaux Vue en coupe à 2 étages Cuve tampon d homogénéisation -décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, fossé d infiltration - traitement final Regard de distribution Cuve tampon d homogénéisation Filtre planté Filtre planté Traitement 1er étage 2ème étage final Contrainte : 2 m de dénivelé entre regard et sortie atelier JTK

41 Les filtres plantés de roseaux Vue en plan 1er étage : 65 % de la surface totale. 2ème étage : 35 % de la surface totale. 1 ère semaine 2ème semaine Utilisation en alternance atelier une JTK 2012 semaine sur deux 41

42 Les filtres plantés de roseaux La fosse toutes eaux Trappes de visite Cloison siphoïde Dimensionnement : Entretien : Temps de séjour de 6 jours pour EB seules Temps de séjour de 9 jours pour EB+EV quai 1 vidange annuelle et lors d un rejet accidentel de lait atelier JTK

43 Les filtres plantés de roseaux Les filtres Type de matériaux 1er étage 2è étage En surface : sable 20 cm 40 cm Gravier 3/8 ou 2/6 mm 30 cm 10 cm Gravier 10/20 mm 5 à 10 cm 5 à 10 cm En fond : galets 20/40 mm 10 cm 10 cm Vue en coupe Roseaux de type Phragmites communis et australis 9 pieds/m². atelier JTK

44 Les filtres plantés de roseaux Dimensionnement des filtres Surface totale = Charge polluante quotidienne à traiter (g DGO) 70 (g DGO / m² et par jour) 70 g de DGO représentent la capacité épuratoire maximale par m2 et par jour 65 % de la surface totale sur le 1er étage 35 % de la surface totale sur le 2ème étage (DGO = DCO +4,5 Nk) atelier JTK

45 Les filtres plantés de roseaux 1- LES FILTRES EN PARPAINGS ENDUITS - parpaings enduits cm réalisable et autorisé* en auto-construction atelier JTK * Se renseigner sur la position de l administration localement

46 Les filtres plantés de roseaux 2 -LES FILTRES EN GEOMEMBRANE GEOMEMBRANE - fonds de flle compactés recouverts de 5 cm de sable - si nécessaire : poser un géotextile antipoinçonnement - la pose nécessite un assemblage de plusieurs tronçons soudés, elle ne peut être réalisée que par une entreprise spécialisée atelier JTK

47 Les filtres plantés de roseaux LE DISPOSITIF DE REPARTITION EN SURFACE Dispositif - 2 tubes de répartition - 2 plaques de répartition (30 cm x 30 cm) atelier JTK

48 Les filtres plantés de roseaux Dimensionnement fosse toutes eaux Moins de 180 chèvres 180 chèvres et plus Eaux blanches salle de 3 m3 4 m3 traite Eaux blanches from + sdt 3 à 14 m3 > 14 m3 Dimensionnement filtres 1er étage 2ème étage Eaux blanches salle de m2/chèvre 0.03 m2/chèvre traite Eaux blanches from + sdt m2/chèvre m2/chèvre atelier JTK

49 Les solutions Possibilités de traitement type de produits type de produits filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux recirculation SBR fossés Filtre lagunants Pouzzolane laits non commercialisables : laits non laits non commercialisables : laits mammiteux, colostrum mammiteux, colostrum, excédents eaux brunes, de,j quota jus de silos non Lactosérum lisier, eaux brunes, jus de silosnon eaux vertes eaux de vertes l'aire d'attente de l'aire d'attente non eaux vertes eaux quais vertes de traite quais et de fond traite et fond fosse de traite fosse de traite eaux blanches eaux blanches eaux usées eaux domestiques usées domestiques non non non non non non non non non atelier JTK

50 Principe de fonctionnement de la filière avec filtres plantés de roseaux et BTS (en plan) atelier JTK

51 Principe de fonctionnement de la filière avec filtres plantés de roseaux et BTS (en coupe) atelier JTK

52 Filtres plantés de roseaux à un étage avec recyclage atelier JTK

53 Les solutions Possibilités de traitement type de produits type de produits filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux recirculation SBR fossés Filtre lagunants Pouzzolane laits non commercialisables : laits non laits non commercialisables : laits mammiteux, colostrum mammiteux, colostrum, excédents eaux brunes, de,j quota jus de silos non Lactosérum lisier, eaux brunes, jus de silosnon eaux vertes eaux de vertes l'aire d'attente de l'aire d'attente non eaux vertes eaux quais vertes de traite quais et de fond traite et fond fosse de traite fosse de traite eaux blanches eaux blanches eaux usées eaux domestiques usées domestiques non non non non non non non non non atelier JTK

54 BOUES ACTIVEES SBR Procédé développé par l INRA Narbonne Principes de traitement : Traitement biologique aérobie : dégradation de la pollution par micro-organismesorganismes aérobie Traitement physique : décantation puis séparation des eaux épurées et des «boues» Gestion des boues : Fosse de stockage ou stockage direct dans le réacteur atelier JTK

55 BOUES ACTIVEES SBR Schéma de fonctionnement (SBR) Boues Air une phase d aération (soufflante) : dégradation de la pollution par micro-organismes aérobie une phase de décantation (arrêt de la soufflante) : décantation n des micro-organismes m épurateurs u (boues) et fraction surnageant épurée C i i é bé l Cuves acier avec peinture époxy ou béton ou polyester atelier JTK

56 BOUES ACTIVEES SBR Cycle de fonctionnement journalier Étape 2 Aération 12 à 20 heures Étape 3 Décantation Étape 1 1 à 3 heures Remplissage Effluent Étape 4 épuré Vidange Boues en excès atelier JTK

57 BOUES ACTIVEES SBR Dimensionnement réacteur charge en DCO à traiter au pic de production 0.7 à 1.5 kg DCO / m3 / jour Dimensionnement fosse boues (ou réacteur) 4 à 5.5 % du volume annuel traité À stocker sur durée réglementaire, 15à4 1.5 mois atelier JTK

58 Station lycée de Mâcon Davayé Soufflante Aérateurs atelier JTK

59 Les solutions Possibilités de traitement type de produits type de produits filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux filtres plantés de roseaux recirculation SBR fossés Filtre lagunants Pouzzolane laits non commercialisables : laits non laits non commercialisables : laits mammiteux, colostrum mammiteux, colostrum, excédents eaux brunes, de,j quota jus de silos non Lactosérum lisier, eaux brunes, jus de silosnon eaux vertes eaux de vertes l'aire d'attente de l'aire d'attente non eaux vertes eaux quais vertes de traite quais et de fond traite et fond fosse de traite fosse de traite eaux blanches eaux blanches eaux usées eaux domestiques usées domestiques non non non non non non non non non atelier JTK

60 FILTRE A POUZZOLANE Les grands principes de fonctionnement Support : pouzzolane = roche volcanique Filtration physique + dégradation bactérienne Dégradation aérobie : aération du système nécessaire Recirculation : 4 passages / jour Alternance de période d alimentation et de repos Dimensionnement en charge organique par unité de surface : grammes de DCO / m2 atelier JTK

61 FILTRE A POUZZOLANE Schéma de fonctionnement Filtre pouzzolane x 2 unités fonctionnant en alternance 4 passages/jour sur filtre Fossé enherbé Effluent brut Effluent traité Cuve stockage Cuve recyclage 1 jour pic 1 jour pic + pluie atelier JTK

62 Détail du filtre FILTRE A POUZZOLANE Drains + cheminées Pouzzolane 80cm Hourdis + galets 40 cm atelier JTK

63 FILTRE A POUZZOLANE Charge en grammes de DCO / m2 de filtre en fonction de l altitude et de la saison du pic de production Altitude Saison Printemps Été Automne Hiver 300 à 400 m à 500 m à 600 m à 700 m m et plus atelier JTK

64 atelier JTK

65 atelier JTK

66 Pouzzolane + drains atelier JTK

67 atelier JTK

68 Détail du filtre béton Cheminées + drains FILTRE A POUZZOLANE Cheminées ourdis 80 cm pouzzolane 6/10 20 cm graviers non calcaires 20 cm galets hourdis atelier JTK

69 Système d aspersion atelier JTK

70 Plan 1. Introduction : pourquoi épurer 2. Le contexte réglementaire 3. Les effluents d élevage et de fromagerie 4. Les solutions techniques privilégiées 5. Les solutions techniques complémentaires 6. Les solutions techniques d avenir atelier JTK

71 L épandage sur prairies avec tuyaux perforés

72 Epandage sur prairies avec tuyaux perforés Possibilités de traitement type type de de produits produits filtres Épandage plantés sur fossés prairies de avec roseaux tuyaux lagunants perforés laits non commercialisables : laits laits non commercialisables : laits mammiteux, colostrum, mammiteux, colostrum, excédents eaux de brunes, quota jus de silos Lactosérum lisier, eaux brunes, jus de silos eaux eaux vertes vertes de de l'aire l'aire d'attente d'attente eaux eaux vertes vertes quais quais de de traite traite et fond et fond fosse fosse de de traite traite eaux eaux blanches blanches eaux eaux usées usées domestiques non non non non non non atelier JTK

73 Épandage sur prairies avec tuyaux perforés Arrivée des effluents Décanteur- 1- Traitement primaire dégraisseur 9jours 2- Stockage Fosse de stockage de l effluent prétraité 10 à 18 jours Nourrice en place 3- Epandage By pass Tuyau d épandage démontable parcelle d'épandage 1 parcelle d'épandage 2 atelier JTK

74 Epandage sur prairies avec tuyaux perforés Stockage de l effluent pré-traité Stockage séparé ou associé au décanteur Capacité de stockage calée sur les règles d épandage à respecter : Interdiction si sol gelé (température moyenne journalière < 0 C, couvert de neige > 5 cm, si pluie > 1 mm (arrêt dès qu'il pleut), si sol non ressuyé atelier JTK

75 Épandage sur prairies avec tuyaux perforés Règles d'épandage à respecter pour la détermination de la surface Une prairie Apport en azote <= exportation ti de la culture Cahier des charges national maxi de 65 kg N-NHNH 4 / ha cumulés de novembre à mars dont maxi de 20 kg N-NH 4 / ha cumulés du 15 novembre au 15 janvier maxi de 200 kg N total / ha / an respect des volumes autorisés : maxi 200 m 3 / apport / ha atelier JTK

76 Epandage sur prairies avec tuyaux perforés Tuyau fixe ou déplaçable parallèle à la courbe de niveau + vidange automatique atelier JTK

77 Le lagunage : il nécessite - beaucoup de place - un sol naturellement imperméable

78 Le lagunage Possibilités de traitement type type de de produits produits filtres plantés fossés lagunes de roseaux lagunants laits non commercialisables : laits laits non commercialisables : laits mammiteux, colostrum, excédents de mammiteux, colostrum, excédents quota de quota eaux brunes, jus de silos lisier, eaux brunes, jus de silos Lactosérum eaux vertes de l'aire d'attente eaux vertes de l'aire d'attente t eaux vertes quais de traite et fond eaux fosse vertes de traite quais de traite et fond fosse de traite eaux blanches eaux blanches eaux usées domestiques eaux usées domestiques non non non non non non non atelier JTK

79 Le lagunage g Bassin 1 Fosse toutes eaux Décanteur-dégraisseur Bassin 2 Bassin 3 Rejet vers zone enherbée. atelier JTK

80 Le lagunage Dimensionnement des lagunes Fonction de la charge organique (DCO) Fonction de la concentration en azote La plus grande des 3 surfaces est retenue et divisée en 3 bassins de taille identique. Surface 1 : selon DCO DCO kg/an x 0.15 m2/kg Surface 2 : selon Nkj Nkj kg/an x 1.57 m2/kg Surface 3 : selon NH4 NH4 kg/an x 2.4 m2/kg atelier JTK

81 Massifs Filtrants t Végétalisés et Bosquets Epurateurs Des possibilités intéressantes, associés à un traitement t primaire i

82 Massifs Filtrants Végétalisés et Bosquets Epurateurs des limites dues à la nature du sol et à la charge polluante à traiter Ce qu on peut traiter Eaux blanches : Salle de traite et fromagerie Purin et lixiviat de fumière Eaux vertes et brunes Ce que l on ne peut pas traiter Lactosérum Laits non transformables atelier JTK

83 atelier JTK

84 atelier JTK

85 atelier JTK

86 Le stockage et épandage agricole

87 Le stockage des produits seuls Utilisation des matières organiques comme fertilisants Capacité d épuration par le sol ou mélangés Règles d épandage : Règles agronomiques : ne pas dépasser la capacité d absorption par le sol Distances minimales par rapport aux locaux, installations de tiers, cours d eau, captage d eau potable, etc. Interdit sur sol gelé, enneigé ou très pentu Problème du stockage (capacité de plusieurs mois) Contraintes foncières Matériel et main d œuvre Nuisances olfactives liées au stockage et au moment de l épandage lépandage Appétence atelier JTK

88 Le stockage des produits seuls ou mélangés Stockage pour la durée réglementaire RSD ou IC Capacité : 1,5 à 4 mois Coût de réalisation des ouvrages : 20 à 150 / m³ Épandage Dose maximale de 60 m 3 / ha [27 kg N/ha et 17 kg P/ha] 1 à 3 / m³ Temps d épandage atelier JTK

89 Le stockage des produits seuls ou mélangés Mieux adapté aux exploitations nécessitant par ailleurs des ouvrages de stockage Nécessite la présence de parcelles d épandage à proximité de l exploitation atelier JTK

90 Le stockage des produits seuls ou mélangés Stockage en fosse béton ou géomembrane atelier JTK

91 Des solutions techniques d AVENIR pour gérer les effluents d élevage et de fromagerie

92 FILTRE BIOLOGIQUE A COMPOST atelier JTK

93 Valorisation du lactosérum par compostage COMPOSTAGE : fermentation aérobie Fumier caprin : % MS élevé -Augmenter l humidité par apport de petit-lait sans entraîner de ruissellements et évaluer volumes valorisés par cette pratique -Voir effets sur la qualité finale du compost Expé 2003 : 10 litres de lacto/m3 fumier pendant 20 jours Expé 2004 : validation grandeur nature -témoin non arrosé : fumier brut composté -2 modalités : 10 litres/m3 pendant 20 jours et plus de 20 jours -Suivi : températures, tassement, ruissellements, analyses début et fin atelier JTK

94 FILTRE BIOLOGIQUE A COMPOST Schéma de fonctionnement Aspersion en 24 heures 1/3 du volume récupéré Cuve de stockage Traitement Filtre compost 1 jour secondaire Pompe (lagunage, filtre planté de roseaux, filtre pouzzolane) 2/3 du volume évaporé atelier JTK

95 FILTRE BIOLOGIQUE A COMPOST Filtre à compost Déchets verts Granulométrie < 25 mm (très fine) Action mécanique des lombrics : aération + brassage Dimensionnement Charge hydraulique : 20 litres / m2 / jour de pic Soit it14k 1.4 kg DCO/m2/jour atelier JTK

96 FILTRE BIOLOGIQUE A COMPOST Treillis soudé Géotextile lombrics Eisenia foetida, andrei Système d aspersion 15 cm bois trituré 1 m compost 20 cm galets : drainage Dalle ou géomembrane atelier JTK

97 FILTRE BIOLOGIQUE A COMPOST Site 1 : 60 vaches laitières (Suisse) 1000 litres lait / jour 900 litres de lactosérum/jour litres cochons litres traités 22 m2 filtre [36 l/m2 # 2.18 kg DCO/m2] Site 2 : 120 vaches laitières (Suisse) 3000 litres lait / jour pic 2000 litres de lactosérum/jour 100 m2 filtre (2 unités) [ 20 l/m2 # 1.2 kg DCO/m2] Site 3 : 380 vaches laitières iè (Savoie) 6000 litres lait / jour 1200 litres de lactosérum traités sur 45 m2 de filtre [26 l/m2 #1.6 kg DCO/m2] atelier JTK

98 Installation test dans un élevage fromager d Ariège Elevage fromager avec 265 chèvres + lait de vache litres de lait de chèvre litres de lait de vache Production de lactosérum : 1100 litres au pic atelier JTK

99 Installation test dans un élevage fromager d Ariège Expérimentation en Ariège Tumulus de 100 m² 1100 litres de lactoserum au pic mise en service mai 2009 abattement sur la DCO entre 85 et 97 % Composition en sortie similaire à un effluent ent peu chargé problème pour épandre le lactoserum sur le tumulus (bouchage) atelier JTK

100 Installation test dans un élevage fromager d Ariège atelier JTK

101 Gestion des eaux usées et méthanisation Une activité de transformation génère des «eaux sales, du lactosérum»: 10 litres de lait = 5 EH avec le lactosérum 10 litres de lait = 0,8 EH sans le lactosérum Il existe des systèmes de traitement : Plus la charge est élevée plus c est compliqué et cher. Objectif des essais : diminuer les rejets et produire de l énergie A LA FERME atelier JTK

102 La méthanisation Une production de méthane qui permet de produire de l eau chaude «1g DCO produit équivaut à 380 ml CH4» Une «durée de fermentation» limitée (4-8 jours vs 30 jours) Une diminution du rejet : 95 % atelier JTK

103 Un Méthaniseur : 3 Etapes : Fermentation anaérobie : production de gaz dont le méthane. Récupérer le gaz, fonctionner un chauffeau Évacuation du digestat t atelier JTK

104 Un Méthaniseur :(2) fermentation anaérobie : production de gaz dont le méthane. Digesteur : volume lié au temps de présence Caractéristiques du lactosérum vs autres substrats Pouvoir fermenteur élevé : 4-8 jours vs 30 jours Fermentation maitrise du ph et de la TC ph > 6,6 (le lactosérum est acide ph= 4,3) Nécessité de tamponner (soude, carbonates????) TC optimum 35 C Fonctionne mieux avec des effluents chargés atelier JTK

105 Un Méthaniseur :(3) Récupérer le gaz, bruler Cloche de stockage Alimentation d un bruleur. Production d eau chaude Récupération d une partie de l eau chaude pour maintenir i la TC du digesteur (circulateur) atelier JTK

106 Un Méthaniseur :(3) Evacuation du digestat Traitement secondaire Introduction dans une filière type filtre à sable, filtre à recirculation, lombri-compostage, stockage et épandage atelier JTK

107 Des Résultats en perspectives 100 litres de lactosérum produit : 20 kwh --- 5EQF Abattement t de la charge en matière Organique : 95 % atelier JTK

108 Des Résultats en perspectives (2) 100 litres de lait en transformation nécessite 200 litres eau froide 100 litres d eau chaude 100 litres de lait : 20 kg de fromages 75 litres de lactosérum 100 litres d eau chaude Diminution de la charge MO 50 EH à 13 EH atelier JTK

109 atelier JTK

110 atelier JTK

Gestion des effluents d Elevage et de Fromagerie chez les laitiers et les fromagers. Yves Lefrileux Institut de l Elevage

Gestion des effluents d Elevage et de Fromagerie chez les laitiers et les fromagers. Yves Lefrileux Institut de l Elevage Gestion des effluents d Elevage et de Fromagerie chez les laitiers et les fromagers Yves Lefrileux Institut de l Elevage www.idele.fr 4 èmes Journées Techniques Caprines - 3 et 4 avril 2013 1 Plan Introduction

Plus en détail

Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage

Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage Gestion des effluents d élevage et de fromagerie en exploitation laitière et fromagère Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage Plan 1. Introduction : pourquoi épurer 2. Le contexte réglementaire 3. Les effluents

Plus en détail

Gestion des effluents des élevages ovins

Gestion des effluents des élevages ovins Gestion des effluents des élevages ovins 1. Le traitement des effluents peu chargés 2. Le lactosérum 3. Des possibilités de traitement combiné effluents peu chargés et effluents domestiques? Jacques Capdeville

Plus en détail

Elevage caprin et environnement

Elevage caprin et environnement Elevage caprin et environnement Gestion des eaux blanches Christophe BÉALU Conseiller caprin et bâtiment Conférence Caprinov Niort - 23 novembre 2016 Sommaire Les différentes solutions : Stockage : Fosse

Plus en détail

Et je dois gérer les eaux blanches du bloc traite les eaux vertes de quai de traite. Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage

Et je dois gérer les eaux blanches du bloc traite les eaux vertes de quai de traite. Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage Je suis Eleveur Laitier Les solutions techniques pour gérer les effluents d élevage et de fromagerie Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage Et je dois gérer les eaux blanches du bloc traite

Plus en détail

Traitement des effluents de salle de traite avec des filtres pouzzolane

Traitement des effluents de salle de traite avec des filtres pouzzolane Traitement des effluents de salle de traite avec des filtres pouzzolane Le traitement des effluents de fromagerie, lactosérum et eaux blanches, par cultures fixées sur filtre pouzzolane a été mis au point

Plus en détail

ZES, ZAC, BVAV? L'eau, l'azote et l'agriculture

ZES, ZAC, BVAV? L'eau, l'azote et l'agriculture ZES, ZAC, BVAV? L'eau, l'azote et l'agriculture Introduction La qualité de l'eau en Bretagne : problèmes de pollution Eau potable (consommation d'eau en bouteille) Eau de mer (Algues vertes) Mise en place

Plus en détail

exploitation Taille du troupeau (voir cijoint (voir document 1) Hors zone vulnérable

exploitation Taille du troupeau (voir cijoint (voir document 1) Hors zone vulnérable Grille de positionnement de l'exploitation agricole par rapport aux mesures environnementales exploitation Taille faible RSD Règlement Sanitaire Départemental (voir document 2) Taille du troupeau (voir

Plus en détail

Le dispositif d assainissement pour les eaux blanches (ovin-lait)

Le dispositif d assainissement pour les eaux blanches (ovin-lait) MISE Semaine de l eau EPL Albi Fonlabour du 26 au 30 janvier 2009 Le dispositif d assainissement pour les eaux blanches (ovin-lait) Historique et rappels - Les eaux blanches = eaux de rinçage du système

Plus en détail

Traitement des effluents de fromagerie fermière par le système OXYVOR

Traitement des effluents de fromagerie fermière par le système OXYVOR Traitement des effluents de fromagerie fermière par le système OXYVOR Auteur : CA74 AGRO-ENVIRONNEMENT Date de parution : 15/12/2004 Ce document est la propriété exclusive de la Chambres d'agriculture

Plus en détail

La méthanisation. Lycée Theophile Roussel ST CHELY 07 mai 2015

La méthanisation. Lycée Theophile Roussel ST CHELY 07 mai 2015 La méthanisation Lycée Theophile Roussel ST CHELY 07 mai 2015 La méthanisation Un contexte favorable : La France s est fixée pour objectif de multiplier par 4 la puissance électrique installée et par 6

Plus en détail

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage Réglementations applicables aux exploitations agricoles Gestion des effluents d élevage et de fromagerie en élevage caprin Aspects réglementaires Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Réglementation

Plus en détail

Epandage et stockage au champ des matières organiques

Epandage et stockage au champ des matières organiques biologiques en IdF Fiche Réglementation Epandage et stockage au champ des matières organiques Mise à jour : Mars 2013 La gestion des matières organiques sur une exploitation agricole est régie par plusieurs

Plus en détail

Conditions d épandage

Conditions d épandage Conditions d épandage 1/Périodes d interdiction d épandage Tout fertilisant azoté d'origine organique est minéralisé plus ou moins rapidement en fonction de la présence ou non d'azote minéral (ammonium

Plus en détail

QUELLES MISES AUX NORMES POUR MA FERME?

QUELLES MISES AUX NORMES POUR MA FERME? QUELLES MISES AUX NORMES POUR MA FERME? Les exploitations agricoles génèrent différents types d effluents qui doivent être gérés par les paysans de façon à ne pas nuire à l environnement. Pour cela, la

Plus en détail

Réglementation française ANC

Réglementation française ANC Réglementation française ANC Arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables aux installations d assainissement non collectif recevant une charge brute de pollution organique

Plus en détail

LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU BAS-RHIN AU DE VOS VIES LES MATIÈRES ORGANIQUES. Le gisement de Produits Résiduaires Organiques dans le Bas-Rhin

LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU BAS-RHIN AU DE VOS VIES LES MATIÈRES ORGANIQUES. Le gisement de Produits Résiduaires Organiques dans le Bas-Rhin LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU BAS-RHIN AU DE VOS VIES LES MATIÈRES ORGANIQUES Le gisement de Produits Résiduaires Organiques dans le Bas-Rhin Le terme Produits résiduaires organiques (PRO) désigne l ensemble

Plus en détail

La gestion du fumier de cheval. Réglementation Valeurs fertilisantes Valorisation du fumier - Compostage - Méthanisation

La gestion du fumier de cheval. Réglementation Valeurs fertilisantes Valorisation du fumier - Compostage - Méthanisation La gestion du fumier de cheval Réglementation Valeurs fertilisantes Valorisation du fumier - Compostage - Méthanisation REGLEMENTATION Exploitation : Est définie selon son activité : le type et le nombre

Plus en détail

LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB

LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB Le processus de compostage est une décomposition aérobie de matières organiques d origine végétale et/ou animale hors matières relevant des déchets animaux au

Plus en détail

TRAITEMENT DES EAUX BLANCHES. STATION D EPURATION BIOFRANCE i3/21

TRAITEMENT DES EAUX BLANCHES. STATION D EPURATION BIOFRANCE i3/21 TRAITEMENT DES EAUX BLANCHES STATION D EPURATION BIOFRANCE i3/21 Par «Eaux Blanches» il faut entendre les eaux usées issues des salles de traite et de stockage du lait. Ne pas confondre avec les eaux issues

Plus en détail

SOMMAIRE. INSTALLATION D ASSAINISSEMENT AUTONOME...7 Chapitre 1 : Définition de l installation...9. Chapitre 2 : Implantation de l installation...

SOMMAIRE. INSTALLATION D ASSAINISSEMENT AUTONOME...7 Chapitre 1 : Définition de l installation...9. Chapitre 2 : Implantation de l installation... 5 SOMMAIRE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT AUTONOME...7 Chapitre 1 : Définition de l installation...9 Chapitre 2 : Implantation de l installation...11 Chapitre 3 : Conception...13 1. Obligations réglementaires

Plus en détail

Cycle du C et de la MO: RAPPEL

Cycle du C et de la MO: RAPPEL 4 Cycle du C et de la MO: RAPPEL CO 2 1 Arthropodes 2 Nématodes 3 Protozoaires 4 Lombrics 5 Actnomycètes 6 Algues 7 Bactéries 8 Champignons Nutriments 5 Substances humiques CO 2 1 Arthropodes 2 Nématodes

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Quelle réglementation concerne votre élevage : Règlement Sanitaire Départemental ou Installations Classées pour la Protection de l'environnement?

Quelle réglementation concerne votre élevage : Règlement Sanitaire Départemental ou Installations Classées pour la Protection de l'environnement? Quelle réglementation concerne votre élevage : Règlement Sanitaire Départemental ou Installations Classées pour la Protection de l'environnement? Cette fiche vous permet de : Fiche 3-1 1 ère étape : Situer

Plus en détail

Conférence sur la gestion de l état organique des sols cultivés

Conférence sur la gestion de l état organique des sols cultivés Conférence sur la gestion de l état organique des sols cultivés Claire BODELE SATEGE Nord - Pas de Calais Types de produits utilisés et distribués en région Nord-Pas de Calais et comportement agronomique

Plus en détail

COMMENT VALORISER VOTRE FUMIER DE CHEVAL

COMMENT VALORISER VOTRE FUMIER DE CHEVAL COMMENT VALORISER VOTRE FUMIER DE CHEVAL Résumé -Le compostage et le lombricompostage sont des procédés permettant de valoriser le fumier en le transformant en fertilisant et en amendement -Le fumier doit

Plus en détail

Fromagerie ABBAYE DE TAMIE Traitement des eaux blanches et du lactosérum par METHANISATION

Fromagerie ABBAYE DE TAMIE Traitement des eaux blanches et du lactosérum par METHANISATION Fromagerie ABBAYE DE TAMIE Traitement des eaux blanches et du lactosérum par METHANISATION Tamié le 01/07/07 MOTIVATION DU PROJET Problèmes économiques et écologiques : 1990 Installation d un tank de stockage

Plus en détail

LA BIORAFFINERIE ENVIRONNEMENTALE DE L EFFET CASCADE AU BOUCLAGE DES CYCLES. Jean-Philippe Steyer / 9 Juin 2015

LA BIORAFFINERIE ENVIRONNEMENTALE DE L EFFET CASCADE AU BOUCLAGE DES CYCLES. Jean-Philippe Steyer / 9 Juin 2015 LA BIORAFFINERIE ENVIRONNEMENTALE DE L EFFET CASCADE AU BOUCLAGE DES CYCLES Jean-Philippe Steyer / 9 Juin 2015 Le traitement des eaux et des déchets Hier et aujourd hui Traitement aérobie Aeration (100

Plus en détail

Station d'épuration de Saint-Étienne

Station d'épuration de Saint-Étienne Station d'épuration de Saint-Étienne Elle a été crée en 2001. Cette station a eu de nombreux travaux notamment de 2004 à 2008. Cette station est alimentée par la rivière le Furan ses travaux on permis

Plus en détail

Traitement des eaux usées généralités, choix du procédés FLASSANS. 26 avril 2016

Traitement des eaux usées généralités, choix du procédés FLASSANS. 26 avril 2016 Traitement des eaux usées généralités, choix du procédés FLASSANS 26 avril 2016 Généralités Conséquences de la pollution Généralités Conséquences de la pollution Généralités L origine des eaux usées Généralités

Plus en détail

Le phosphore dans le sol et dans l'eau 2002

Le phosphore dans le sol et dans l'eau 2002 Le phosphore dans le sol et dans l'eau 2002 Introduction Le phosphore, un nutriant essentiel à la vie des plantes et des animaux, peut nuire à la qualité des eaux de surface si on en trouve en trop grande

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Avis relatif à l agrément de dispositifs de traitement des eaux usées domestiques et fiches techniques correspondantes

Plus en détail

REVICO: 25 ans de Méthanisation au service du Cognac. St Laurent de Cognac (16)

REVICO: 25 ans de Méthanisation au service du Cognac. St Laurent de Cognac (16) REVICO: 25 ans de Méthanisation au service du Cognac St Laurent de Cognac (16) JOURNEE INDUSTRIELLE METHANISATION CHAMBERY le 5 octobre 2011 1 Eau de vie de prestige. Double distillation. Vinasses : résidu

Plus en détail

LES FILTRES A SABLE PLANTES DE ROSEAUX : Exemples d utilisation pour le traitement d effluents d ateliers fermiers

LES FILTRES A SABLE PLANTES DE ROSEAUX : Exemples d utilisation pour le traitement d effluents d ateliers fermiers LES FILTRES A SABLE PLANTES DE ROSEAUX : Exemples d utilisation pour le traitement d effluents d ateliers fermiers PFT GH 2 O - Semaine de l eau - journée technique : jeudi 29 janvier 2009 Problématique

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE COMMUNE DE BURGNAC

DEPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE COMMUNE DE BURGNAC DEPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE COMMUNE DE BURGNAC Travaux de collecte et de traitement des eaux usées sur le secteur du Petit Roussingeas Grande Pièce MEMOIRE EXPLICATIF MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX DOSSIER

Plus en détail

Sources de matières organiques : les déchets agro-industriels

Sources de matières organiques : les déchets agro-industriels Retour au Sommaire Sources de matières organiques : les déchets agro-industriels Solides ou liquides : des sous-produits de la transformation de produits agricoles Denis Montange CIRAD, UR Recyclage et

Plus en détail

exploitant de la station d épuration - SAUR exploitant du système d irrigation (stockage et arrosage) - commune de La Couarde sur Mer

exploitant de la station d épuration - SAUR exploitant du système d irrigation (stockage et arrosage) - commune de La Couarde sur Mer PROJET D IRRIGATION DU TERRAIN DE FOOT DE LA COUARDE SUR MER AVEC DES EAUX USEES TRAITEES PAR LA STATION D EPURATION DU SYNDICAT D ASSAINISSEMENT DU GOISIL (LA COUARDE SUR MER) DEMANDE D AUTORISATION D

Plus en détail

Réglementation applicable à l évacuation des matières de vidange

Réglementation applicable à l évacuation des matières de vidange PREFECTURE DU LOIRET Direction départementale des territoires Service eau environnement et forêt 19/05/2011 Réglementation applicable à l évacuation des matières de vidange Cette note a pour objectif de

Plus en détail

Gestion des épandages de digestats. Aspects techniques, économiques et environnementaux Vendredi 20 décembre 2013

Gestion des épandages de digestats. Aspects techniques, économiques et environnementaux Vendredi 20 décembre 2013 Gestion des épandages de digestats Aspects techniques, économiques et environnementaux Vendredi 20 décembre 2013 Sommaire 1. La production de digestats 2. Traitement des digestats 3. Evolution des éléments

Plus en détail

Protection des captages

Protection des captages En Wallonie, 80 % de l eau potable provient des nappes d eau souterraine soit environ 310.000 m 3 par an. Les 20 % restants sont quant à eux prélevés dans les eaux de surface (cours d eau, lacs, etc.).

Plus en détail

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHES TECHNIQUES

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHES TECHNIQUES Communauté de Communes Aubrac-Laguiole Cassuéjouls Condom d Aubrac curières Laguiole Montpeyroux Saint Chély d Aubrac Soulages Bonneval SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHES TECHNIQUES 1.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES DU BASSIN DE L EHN. Une station d épuration multi usages pour les 30 prochaines années

DOSSIER DE PRESSE STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES DU BASSIN DE L EHN. Une station d épuration multi usages pour les 30 prochaines années DOSSIER DE PRESSE STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES DU BASSIN DE L EHN (implantée sur la Commune de Meistratzhzeim) Une station d épuration multi usages pour les 30 prochaines années 1. Une solution

Plus en détail

La des. destinée à la. Les Périmètres de Protection Les Aires d Alimentation. Valéry VEILLEUR. 20 Octobre 2011

La des. destinée à la. Les Périmètres de Protection Les Aires d Alimentation. Valéry VEILLEUR. 20 Octobre 2011 Conception graphique : Atelier de Communication ThiGRiS La des d destinée à la Les Périmètres de Protection Les Aires d Alimentation 20 Octobre 2011 Valéry VEILLEUR Direction Générale Adjointe chargée

Plus en détail

ANAEROBIC FILTER. janvier

ANAEROBIC FILTER. janvier ANAEROBIC FILTER Biométhanisation, @F, janvier 2008 1 I. BIOMETHANISATION et METHANOGENESE BIOMETHANISATION = PROCEDE UTILISE POUR LA PRODUCTION BIOLOGIQUE DE METHANE A PARTIR DE LA DECOMPOSITION DE SUBSTRATS

Plus en détail

PRÉFET DU FINISTÈRE. Présenté le 21 juillet 2016 en Comité Départemental de l Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques

PRÉFET DU FINISTÈRE. Présenté le 21 juillet 2016 en Comité Départemental de l Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques PRÉFET DU FINISTÈRE Protocole technique encadrant les dérogations à l interdiction d épandage dans la bande des 500 mètres des zones de production conchylicoles en application de l article 5.1 de l arrêté

Plus en détail

Mise sur le marché des fertilisants issus de sites de méthanisation

Mise sur le marché des fertilisants issus de sites de méthanisation Mise sur le marché des fertilisants issus de sites de méthanisation Etat des lieux et perspectives Pascale Chenon VoxGaia pascale.chenon@voxgaia.fr 1 Mise sur lé marché des fertilisants issus de la méthanisation

Plus en détail

La méthanisation agricole et les collectivités : des synergies possibles

La méthanisation agricole et les collectivités : des synergies possibles La méthanisation agricole et les collectivités : des synergies possibles La méthanisation, La méthanisation est un processus biologique de transformation des matières organiques complexes en molécules

Plus en détail

Aquameris AQ2. u Monocuve 3 en 1. Microstation. Robustesse Simplicité Efficacité. à culture fixée. agrément ministériel

Aquameris AQ2. u Monocuve 3 en 1. Microstation. Robustesse Simplicité Efficacité. à culture fixée. agrément ministériel Microstation à culture fixée Aquameris AQ2 u Monocuve 3 en 1 agrément ministériel 2014-020 Conforme à l arrêté ANC du 7 septembre 2009 modifié Robustesse Simplicité Efficacité caractéristiques Performances

Plus en détail

Pollution de l'eau et activités agricoles

Pollution de l'eau et activités agricoles Alixan 27 février 2015 Pollution de l'eau et activités agricoles Direction régionale de l'alimentation de l'agriculture et de la forêt www.draaf.rhone-alpes.agriculture.gouv.fr La nature et l'origine des

Plus en détail

Chap. 3 : Comment gérer les ressources en eau?

Chap. 3 : Comment gérer les ressources en eau? Chap. 3 : Comment gérer les ressources en eau? L'eau devrait pouvoir couvrir les besoins des 6 milliards d'êtres humains sur terre. Mais bien que l'eau soit une ressource abondante, sa disponibilité varie

Plus en détail

Les digestats: une réponse à la fertilité des sols dans les systèmes de culture?

Les digestats: une réponse à la fertilité des sols dans les systèmes de culture? Les digestats: une réponse à la fertilité des sols dans les systèmes de culture? Séverine Piutti UMR 1121 UL/INRA Agronomie et Environnement Nancy-Colmar, Equipe Agriculture Durable Attert,, 9 décembre

Plus en détail

Les filtres plantés de roseaux (FPR) s adaptent aux situations particulières

Les filtres plantés de roseaux (FPR) s adaptent aux situations particulières Les filtres plantés de roseaux (FPR) s adaptent aux situations particulières Marc Boucher SATESE Limeuil le L assainissement collectif en Dordogne 273 STEP communales en Dordogne (20 nouvelles STEP prévues

Plus en détail

Lutte contre la pollution par les nitrates

Lutte contre la pollution par les nitrates Lutte contre la pollution par les nitrates Mise en application de la réglementation «nitrates» Nicolas Cornuault Service Eau et Environnement DDT 79 ème Un 5 PAZV pleinement applicable Un programme national

Plus en détail

Réhabilitation d un assainissement autonome

Réhabilitation d un assainissement autonome Réhabilitation d un assainissement autonome Système de traitement HYBRIDO 0 : Micro-station d épuration type OXY semi-enterrée + Filtre planté spécifique horizontal hors sol Camping de NEUVRE (03), 68

Plus en détail

Dispositif de traitement. pour installations. de plus de 20 Équivalents Habitants. Avis technique nº17/ /1-AA-154

Dispositif de traitement. pour installations. de plus de 20 Équivalents Habitants. Avis technique nº17/ /1-AA-154 SEPTODIFFUSEUR Dispositif de traitement pour installations de plus de 20 Équivalents Habitants 2/1-AA-154 Avis technique nº17/04-154 Les caractéristiques du SEPTODIFFUSEUR ( 2/1-AA-154 Avis technique nº17/04-154

Plus en détail

Table Ronde n 1. Les 10 ans du Comité de Bassin de la Martinique. Marc-Michel DEAU Conseil Général de la Martinique. vendredi 19 Janvier 2007

Table Ronde n 1. Les 10 ans du Comité de Bassin de la Martinique. Marc-Michel DEAU Conseil Général de la Martinique. vendredi 19 Janvier 2007 1996 2006 Les 10 ans du Comité de Bassin de la Martinique vendredi 19 Janvier 2007 Table Ronde n 1 Marc-Michel DEAU Conseil Général de la Martinique Réalisation : Thierry GRUDA - Atelier ThiGRiS 0596 57

Plus en détail

«Hydraulique urbaine et hydraulique rurale»

«Hydraulique urbaine et hydraulique rurale» «Hydraulique urbaine et hydraulique rurale» 3 Principes de l'assainissement Animation : Yan DABROWSKI Djibouti du dimanche 23 au jeudi 27 février 204 Département formation de CDP_3E 302 Principes de l'assainissement

Plus en détail

Étude de cas de récupération des matières organiques dans une industrie, commerce ou institution

Étude de cas de récupération des matières organiques dans une industrie, commerce ou institution Étude de cas de récupération des matières organiques dans une industrie, commerce ou institution Fromagerie Blackburn 1- Portrait de l organisation Secteur d activité Fabrication d aliments Fromagerie

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF AUTONOME

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF AUTONOME ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF AUTONOME Micro-stations d Epuration Biologique Agréées AQUATEC pour les pavillons individuels, résidences et petits hameaux Micro-stations : de à 6 Equivalents Habitants Homologuées

Plus en détail

Comment mener à bien un projet de méthanisation? Maxime Viaut Bio-Nrj

Comment mener à bien un projet de méthanisation? Maxime Viaut Bio-Nrj Comment mener à bien un projet de méthanisation? Maxime Viaut Bio-Nrj Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1 Objectifs des serristes Substituer vos consommations d énergie fossile

Plus en détail

COMMENT GERER VOTRE FUMIER DE CHEVAL

COMMENT GERER VOTRE FUMIER DE CHEVAL COMMENT GERER VOTRE FUMIER DE CHEVAL Résumé - 150 l de fumier/cheval/jour en moyenne sur litière paille -1200 kg de fumier/cheval/mois en moyenne sur litière paille contre 875 kg sur litière copeaux -Réglementation

Plus en détail

Le COMPOSTAGE, un ATOUT pour les exploitations agricoles de la Loire

Le COMPOSTAGE, un ATOUT pour les exploitations agricoles de la Loire Le COMPOSTAGE, un ATOUT pour les exploitations agricoles de la Loire PAILLE Microorganismes EFFLUENTS FUMIER AERATION Action de l humidité et de l air (O2) Un produit affiné et homogène, épandable en toutes

Plus en détail

XIX èmes Rencontres Professionnelles

XIX èmes Rencontres Professionnelles XIX èmes Rencontres Professionnelles Guy Meinrad Chargé d études port. : 06 815 843 66 email : etude1@agrivalor.eu -La nouvelle déclinaison de l application de la directive nitrates en France- 1, rte de

Plus en détail

Département du Finistère. Commune de KERSAINT PLABENNEC. Service de l assainissement

Département du Finistère. Commune de KERSAINT PLABENNEC. Service de l assainissement Département du Finistère Commune de KERSAINT PLABENNEC Service de l assainissement CURAGE ET EPANDAGE DES BOUES DES BASSINS 1 et 2 DE L ANCIENNE LAGUNE DE TRAITEMENT DES EAUX USEES Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

Nouveau programme d action Directive nitrates en phase transitoire de septembre 2012 à juillet 2013

Nouveau programme d action Directive nitrates en phase transitoire de septembre 2012 à juillet 2013 Article paru dans la Haute-Saône Agricole du 21 septembre 2012 Nouveau programme d action Directive nitrates en phase transitoire de septembre 2012 à juillet 2013 Mercredi 12 septembre 2012, la DDT organisait,

Plus en détail

Bassin d infiltration (surface libre)

Bassin d infiltration (surface libre) Bassin d infiltration (surface libre) Dimensionnement:1,5 m2/eh, 3 bassins alimentés par permutation Filtre à surface libre vues générales 40 Filtre à surface libre scarification (2) Filtre enterré: schéma

Plus en détail

de noter les flux d azote contenus dans les fertilisants organiques quittant ou entrant sur l exploitation = bordereaux de livraison et tableau VI

de noter les flux d azote contenus dans les fertilisants organiques quittant ou entrant sur l exploitation = bordereaux de livraison et tableau VI Ce cahier vous permet : d établir le plan de fumure prévisionnel pour l azote sur votre exploitation en début de campagne culturale = plan de fumure prévisionnel : tableaux I, II, III d enregistrer les

Plus en détail

La digestion anaérobie

La digestion anaérobie Les matières organiques en fiches techniques La digestion anaérobie La digestion anaérobie est un processus de décomposition biologique contrôlé qui se déroule sans oxygène et qui génère à la fois, du

Plus en détail

Dimensionnement des fosses

Dimensionnement des fosses Les capacités de stockage Les capacités sont exprimées en m en m 3 pour 4 et 6 mois pour 4 et 6 mois Les capacités correspondent aux volumes utiles de déjections ou effluents à stocker Exemple vaches laitières

Plus en détail

Contribution de l agriculture au changement climatique et à son atténuation

Contribution de l agriculture au changement climatique et à son atténuation Contribution de l agriculture au changement climatique et à son atténuation Audrey Trévisiol Service Agriculture et Forêts - ADEME Melle, 6 décembre 2011 Plan de la présentation Changement climatique :

Plus en détail

NOTE SUPERPOSITION DE 2 ETAGES DE FILTRES PLANTES DE. Retour d expérience issu de la station de Saint Michel l Observatoire (04), procédé Bi-filtre

NOTE SUPERPOSITION DE 2 ETAGES DE FILTRES PLANTES DE. Retour d expérience issu de la station de Saint Michel l Observatoire (04), procédé Bi-filtre NOTE SUPERPOSITION DE 2 ETAGES DE FILTRES PLANTES DE ROSEAUX A ECOULEMENT VERTICAL Retour d expérience issu de la station de Saint Michel l Observatoire (04), procédé Bi-filtre Pascal MOLLE pascal.molle@cemagref.fr

Plus en détail

Je dois bien gérer mes fumiers pour limiter la propagation des pathogènes :

Je dois bien gérer mes fumiers pour limiter la propagation des pathogènes : Fiche Technique n 7B bis - mise à jour 05/12/2016 Je gère mes fumiers de canards, du stockage à l épandage Je dois bien gérer mes fumiers pour limiter la propagation des pathogènes : L épandage de fumiers

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Avis relatif à l agrément de dispositifs de traitement des eaux usées domestiques et fiches techniques

Plus en détail

Opportunité de la méthanisation agricole dans l ouest

Opportunité de la méthanisation agricole dans l ouest Opportunité de la méthanisation agricole dans l ouest Opportunité de la méthanisation agricole dans l ouest 1. Plan biogaz Agricole, dispositif d accompagnement des projets de méthanisation Ademe, CR de

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Avis relatif à l agrément de dispositifs de traitement des eaux usées domestiques et fiches techniques

Plus en détail

Je dois bien gérer mes lisiers pour limiter la propagation de contaminants :

Je dois bien gérer mes lisiers pour limiter la propagation de contaminants : Fiche Technique n 7A V1, 3 mai 2016 Je gère mes lisiers, du stockage à l épandage Je dois bien gérer mes lisiers pour limiter la propagation de contaminants : L épandage de lisiers sans assainissement

Plus en détail

ferti-pratiques Autonomie fourragère Fertilisation en système herbager fiche n 23

ferti-pratiques Autonomie fourragère Fertilisation en système herbager fiche n 23 ferti-pratiques Autonomie fourragère Fertilisation en système herbager fiche n 23 Produire plus d herbe Pour sécuriser les marges Produire plus d herbe revient moins cher que d acheter des fourrages et

Plus en détail

3 Evènements (conférences, salons, ateliers )

3 Evènements (conférences, salons, ateliers ) NEWSLETTER Août 00 L Agence de l eau Seine Normandie 3 Evènements (conférences, salons, ateliers ) Les principaux types de traitement des boues d épuration en Seine-Normandie Publications sur le traitement

Plus en détail

Mise au point de procédés de traitement des lactosérums et effluents de fromagerie en fabrication fermière

Mise au point de procédés de traitement des lactosérums et effluents de fromagerie en fabrication fermière Juin 2003 Compte rendu final 2033308 Département Techniques d Elevage et Qualité Service Bâtiment, Fourrages et Environnement Jean-Baptiste DOLLE Mise au point de procédés de traitement des lactosérums

Plus en détail

Chapitre 9: Lagunes aérées et bassins de stabilisation

Chapitre 9: Lagunes aérées et bassins de stabilisation Chapitre 9: Lagunes aérées et bassins de stabilisation procédés extensifs avec des temps de séjour variant de 2 à 250 jours. procédé de mise en oeuvre simple: l effluent traverse une succession de bassins

Plus en détail

de s'affranchir des risques liées à la végétation de proximité (feuilles, racines, etc.)

de s'affranchir des risques liées à la végétation de proximité (feuilles, racines, etc.) AIDE A LA DECISION Le présent document regroupe les éléments de comparaison techniques et économiques détaillés dans les différentes fiches-procédés en les organisant par thème en favorisant l'aide à la

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MACROPHYTES FLOTTANTS DANS L ÉPURATION DES EAUX USÉES

CONTRIBUTION DES MACROPHYTES FLOTTANTS DANS L ÉPURATION DES EAUX USÉES FACULTE DES SCIENCES Département des Sciences et Gestion de l Environnement Unité Assainissement et Environnement RESTITUTION SCIENTIFIQUE CONTRIBUTION DES MACROPHYTES FLOTTANTS DANS L ÉPURATION DES EAUX

Plus en détail

SOMMAIRE. Glossaire Réglementation, normes et autres documents de référence Index... 74

SOMMAIRE. Glossaire Réglementation, normes et autres documents de référence Index... 74 SOMMAIRE Avant-propos......................................4 Définition de l installation...........................6 Implantation de l installation........................ 8 Conception.......................................9

Plus en détail

Le statut des élevages Prescriptions Générales

Le statut des élevages Prescriptions Générales 0 Le statut des élevages Prescriptions Générales Références réglementaires : arrêté préfectoral modifié du 30/05/89 (règlement sanitaire départemental), décrets du 5/07/0, /09/03, 7//03 et 05//06 (nomenclature

Plus en détail

Usine de dépollution. Ocybèle - Gaillard

Usine de dépollution. Ocybèle - Gaillard Usine de dépollution Ocybèle - Gaillard Etape 2/3 Filière Boues Etape 1/3 Filière Eau 11. Epaississeurs 12. Flottation 13. Digesteurs 14. Local bennes à boues 15. Bâtiment déhydratation 16. Chaufferie

Plus en détail

METHANISATION Éléments de réflexion

METHANISATION Éléments de réflexion METHANISATION Éléments de réflexion 13 décembre 2011 Anne-Sophie Roy LA METHANISATION Le principe Les substrats Les techniques 13 décembre 2011 2 La méthanisation : principe Procédé biologique de transformation

Plus en détail

Principes de la réglementation sanitaire applicable au compostage des déchets d alimentaires d origine d

Principes de la réglementation sanitaire applicable au compostage des déchets d alimentaires d origine d www.draaf.rhone-alpes.agriculture.gouv.fr alpes.agriculture.gouv.fr Principes de la réglementation r sanitaire applicable au compostage des déchets d alimentaires d origine d animale Journée technique

Plus en détail

La Méthanisation Principes et intérêts Situation en PdL et Vendée

La Méthanisation Principes et intérêts Situation en PdL et Vendée La Méthanisation Principes et intérêts Situation en PdL et Vendée Adeline Haumont, AILE Cédric Garnier, ADEME Réunion d information Préfecture de Vendée, 04 décembre 2014 2 PRINCIPES Principe de la méthanisation

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Avis relatif à l agrément de dispositifs de traitement des eaux usées domestiques et fiches techniques correspondantes

Plus en détail

Épuration des eaux usées: Evolution des filières de traitement depuis 50 ans (et plus)

Épuration des eaux usées: Evolution des filières de traitement depuis 50 ans (et plus) Épuration des eaux usées: Evolution des filières de traitement depuis 50 ans (et plus) Jacques LESAVRE 2 ème Journée franco-asiatique: 2 ème Journée Regards franco-asiatique croisés sur l eau Paris et

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ANC

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ANC CARNET DE SANTÉ DE L INSTALLATION ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ANC Ce document contient - Une fiche d identité de votre installation p. 3 - Une information générale sur l Assainissement Non Collectif p.

Plus en détail

MODÈLE D IMPRIMES CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX FILTRE A ZÉOLITE

MODÈLE D IMPRIMES CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX FILTRE A ZÉOLITE MODÈLE D IMPRIMES Code : 5.1.4 MOD6 CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX Version : mardi 10 septembre 2013 Version finale Note aux lecteurs Les prescriptions techniques générales s appliquent aux opérations

Plus en détail

Protections mises en œuvre. dans les grands chantiers

Protections mises en œuvre. dans les grands chantiers Protections mises en œuvre dans les grands chantiers d infrastructures ferroviaires SOMMAIRE 1. Introduction 2. Protection contre le bruit 3. Protection des eaux et du milieu aquatique : 1. Eaux d exhaure

Plus en détail

LA STATION D'ÉPURATION de l Agglo du Pays de Dreux

LA STATION D'ÉPURATION de l Agglo du Pays de Dreux LA STATION D'ÉPURATION de l Agglo du Pays de Dreux 0159 Sud n surtaxé) PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT de l'épuration des eaux usées feder plaquette_adultes.indd 3 28/08/2014 18:46:51 LA STATION D'ÉPURATION

Plus en détail

PREFECTURE DU RHONE. DIRECTION DE LA CITOYENNETE LYON, le 16 décembre 2009 ET DE L ENVIRONNEMENT

PREFECTURE DU RHONE. DIRECTION DE LA CITOYENNETE LYON, le 16 décembre 2009 ET DE L ENVIRONNEMENT PREFECTURE DU RHONE DIRECTION DE LA CITOYENNETE LYON, le 16 décembre 2009 ET DE L ENVIRONNEMENT Sous-direction de l environnement Bureau des milieux naturels et paysages ARRETE N 2009-7438 portant modification

Plus en détail

L a m étha nis a tio n

L a m étha nis a tio n L a m étha nis a tio n C O P IL D is positif de P révention des D échets du C onseil Général 12 juin 2014 L a m étha nis a tion =dégradation partielle de la matière organique en l absence d oxygène sous

Plus en détail

Filtres plantés de roseaux (1/3)

Filtres plantés de roseaux (1/3) Filtres plantés de roseaux (1/3) Cuve tampon d homogénéisation - décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, sillon d infiltration - traitement final Condition

Plus en détail