Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine"

Transcription

1 Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine January 25, 2011

2 Ce n est le bon chemin que si la flèche vise le coeur, R.Hauser

3 Intéraction Pastille/Gaine Fonctionnement d un réacteur à eaux pressurisées Assemblage combustible Intéraction Pastille/Gaine Théorie de la méthode multi-grille locale Pourquoi utiliser une telle méthode? Description de la méthode d un point de vue général La méthode L.D.C. Mise en place de la méthode L.D.C. Solutions de référence Mise en place numérique Définition des zones de raffinement Résultats obtenus dans le cas 2D Comparatif multi-grille local/solution de référence Etude de convergence en fonction du nombre d itérations V-cycles pour un raffinement à trois éléments Etude de la convergence en maillage de la solution multi-grille Evolution de l erreur relative vis-à-vis du temps CPU Autres résultats Cas du faux-3d avec conditions aux limites identiques au cas 2D Cas 3D avec zone de surpression au niveau du chanfrein

4 Fonctionnement d un réacteur à eaux pressurisées Cycle d un réacteur à eaux pressurisées

5 Assemblage combustible Assemblage combustible Caractéristiques du réacteur 900 MW 3 grilles intermédiaires 264 crayons de hauteur 4m et de diamètre d ordre 1cm Combustible d oxyde d Uranium présent sous forme de pastilles

6 Assemblage combustible Assemblage combustible Caractéristiques du réacteur 900 MW 3 grilles intermédiaires 264 crayons de hauteur 4m et de diamètre d ordre 1cm Combustible d oxyde d Uranium présent sous forme de pastilles

7 Intéraction Pastille/Gaine La pastille et sa gaine Combustible UO 2 Le combustible est protégé par une gaine constituée de Zircaloy-4 Dimensions : 8mm de diamètre et 13mm de haut Différents phénomènes entraînent une modification physique de la pastille

8 Intéraction Pastille/Gaine La pastille et sa gaine Combustible UO 2 Le combustible est protégé par une gaine constituée de Zircaloy-4 Dimensions : 8mm de diamètre et 13mm de haut Différents phénomènes entraînent une modification physique de la pastille

9 Intéraction Pastille/Gaine Modélisation de la pastille fracturée ==> But : Utiliser une modélisation simplifiée sur laquelle mettre en place une méthode multi-grille.

10 Intéraction Pastille/Gaine La gaine modélisée Conditions aux limites Pression de contact dans le domaine intérieur et libre d effort à l extérieur Conditions de symétrie sur les bords supérieurs et inférieurs Singularité apparente dans la région fracturée

11 Intéraction Pastille/Gaine La gaine modélisée Conditions aux limites Pression de contact dans le domaine intérieur et libre d effort à l extérieur Conditions de symétrie sur les bords supérieurs et inférieurs Singularité apparente dans la région fracturée

12 Pourquoi utiliser une telle méthode? Adaptation de maillage Inconvénients Maillage non-structuré Singularité mal-détectée Matrices mal-conditionnées Temps de calcul long

13 Pourquoi utiliser une telle méthode? Adaptation de maillage Inconvénients Maillage non-structuré Singularité mal-détectée Matrices mal-conditionnées Temps de calcul long

14 Pourquoi utiliser une telle méthode? Architecture multi-grille locale Qualités Grilles entièrement structurées Détection automatique de la zone à raffiner Nombre de noeuds réduits Coût de calcul moindre

15 Pourquoi utiliser une telle méthode? Architecture multi-grille locale Qualités Grilles entièrement structurées Détection automatique de la zone à raffiner Nombre de noeuds réduits Coût de calcul moindre

16 Description de la méthode d un point de vue général Notations Nous considérons une suite de maillages emboîtés G l telle que, 0 l l. A chaque niveau de maillage, nous lui associons son domaine ouvert Ω l, de frontière Γ l. Nous définissons également Γ 0,l+1, la frontière non-commune au maillage initiale et à la grille fine de niveau l+1.

17 Description de la méthode d un point de vue général Problème à résoudre Les méthodes multi-grilles permettent de traiter des problèmes elliptiques de type : Lu(x) = f x Ω (1) Conditions aux limites Cu(x) = g x δω (2) Les opérateur L et C peuvent, à priori, ne pas être linéaires. Le système matriciel obtenu reste le même pour chaque niveau l de grille.

18 Description de la méthode d un point de vue général Problème à résoudre Les méthodes multi-grilles permettent de traiter des problèmes elliptiques de type : Lu(x) = f x Ω (1) Conditions aux limites Cu(x) = g x δω (2) Les opérateur L et C peuvent, à priori, ne pas être linéaires. Le système matriciel obtenu reste le même pour chaque niveau l de grille.

19 Description de la méthode d un point de vue général Etape de descente Il s agit du passage du niveau l au niveau l+1, l idée est de résoudre le problème 1 au niveau l+1 avec de nouvelles conditions aux limites sur Γ l+1. Etape de remontée A partir d un résidu (r l+1 ) de notre solution sur le maillage fin, nous définissons un résidu sur le maillage grossier (r l ) tel que : avec r l = (R l l+1 r l+1)(x) x E l,l+1 (3) E l,l+1 { Ω l Ω l+1 } (4) L idée est alors de résoudre le problème 1 au niveau l avec le résidu ajouté au second membre.

20 Description de la méthode d un point de vue général Etape de descente Il s agit du passage du niveau l au niveau l+1, l idée est de résoudre le problème 1 au niveau l+1 avec de nouvelles conditions aux limites sur Γ l+1. Etape de remontée A partir d un résidu (r l+1 ) de notre solution sur le maillage fin, nous définissons un résidu sur le maillage grossier (r l ) tel que : avec r l = (R l l+1 r l+1)(x) x E l,l+1 (3) E l,l+1 { Ω l Ω l+1 } (4) L idée est alors de résoudre le problème 1 au niveau l avec le résidu ajouté au second membre.

21 Description de la méthode d un point de vue général Définition d un V-cycle Afin d obtenir un niveau de précision meilleur, nous pouvons définir ou ou plusieurs sous-niveau(x) supplémentaire(s). Nous définissons alors une itération V-cycle que nous pouvons schémariser de la manière suivante : S : Solveur, P: Prolongement, R: Restriction

22 La méthode L.D.C. Local Defect Correction La méthode multi-grille que nous avons implémentée puis utilisée est la méthode L.D.C. introduite par Hackbush en Nous considérons deux types d ensemble, N l et A l, N l = Ω l Ω l+1 correspond aux noeuds strictement intérieurs de Ω l+1. A l désigne l ensemble des noeuds strictement intérieurs à l ensemble constitué de N l prolongé sur Γ l {Γ l+1 \Γ 0,l+1 }.

23 La méthode L.D.C. Spécification de la méthode L.D.C. L algorithme en lui-même est conforme à la procédure multigrille locale classique. La spécification se joue sur l étape de remontée où nous déterminons la solution corrigée de la manière suivante : ũ l = (R l l+1 u l+1)(x) x N l+1 (5) r l = L l (ũ l )(x) f l x A l+1 (6) Nous obtenons alors la solution corrigée ainsi : L l (u l )(x) = f l + χ Al r l (7) Où χ Al désigne la fonction indicatrice sur l ensemble A l.

24 Solutions de référence Mise en place d une solution analytique Afin de comparer les performances de la méthode multi-grille, nous utilisons deux types de solutions de référence, la première est une solution analytique (Coker et Filon, 1950). Cette dernière se base sur une hypothèse de déformation plane et une fonction d Airy. Les conditions aux limites associées sont identiques à la modélisation que nous avons mis en place. Forme de la solution analytique Φ = A 0 r 2 + B 0 ln(r) + X (A mr m+2 + B mr m + C mr m + D mr m+2 )cos(mθ) (8) m=2 Où A 0, B 0, A m, B m, C m et D m sont des constantes à déterminer à l aide des conditions aux limites.

25 Solutions de référence Mise en place d une solution analytique Afin de comparer les performances de la méthode multi-grille, nous utilisons deux types de solutions de référence, la première est une solution analytique (Coker et Filon, 1950). Cette dernière se base sur une hypothèse de déformation plane et une fonction d Airy. Les conditions aux limites associées sont identiques à la modélisation que nous avons mis en place. Forme de la solution analytique Φ = A 0 r 2 + B 0 ln(r) + X (A mr m+2 + B mr m + C mr m + D mr m+2 )cos(mθ) (8) m=2 Où A 0, B 0, A m, B m, C m et D m sont des constantes à déterminer à l aide des conditions aux limites.

26 Solutions de référence Solution de référence calculée à l aide d un maillage adapté Une autre solution de référence a été mis en place à l aide d un calcul éléments finis effectué à l aide d un maillage adapté à notre problème de singularité. Caractéristiques du maillage Densité au micron près de la zone de singularité Densité au dixième de millimètre à l extérieur Temps de calcul (CPU) 0.316s

27 Solutions de référence Solution de référence calculée à l aide d un maillage adapté Une autre solution de référence a été mis en place à l aide d un calcul éléments finis effectué à l aide d un maillage adapté à notre problème de singularité. Caractéristiques du maillage Densité au micron près de la zone de singularité Densité au dixième de millimètre à l extérieur Temps de calcul (CPU) 0.316s

28 Solutions de référence Etude comparative des deux solutions de référence Afin de jauger de la précision des deux solutions de référence mis en place, nous nous basons sur les courbes d évolution des contraintes orthoradiales au sein de la gaine. Un écart relatif a été déterminé à 0.6 % entre les deux solutions.

29 Mise en place numérique Problème mécanique Le problème mécanique que nous cherchons à résoudre est le problème élastique linéaire avec les conditions aux limites définies dans la première partie de cette présentation. Nous avons : Avec la loi de Hooke isotrope : σ ij,j + f i = 0 (9) σ ij = a ijkl ɛ kl (10) Notre but est de résoudre par éléments finis ce problème classique afin de déterminer les déplacements et par suite les contraintes et déformations au sein de la gaine.

30 Mise en place numérique Grille initiale Notre calcul multi-grille est basé sur une grille initiale grossière constituée de 200 éléments en 2D (2000 en 3D). La zone de singularité est définie à partir d une droite située à dix microns. Erreur commise à l ordre 0 Un calcul effectué directement sur un tel maillage nous donne un erreur relative de 4,66 %.

31 Mise en place numérique Grille initiale Notre calcul multi-grille est basé sur une grille initiale grossière constituée de 200 éléments en 2D (2000 en 3D). La zone de singularité est définie à partir d une droite située à dix microns. Erreur commise à l ordre 0 Un calcul effectué directement sur un tel maillage nous donne un erreur relative de 4,66 %.

32 Définition des zones de raffinement Différents types de zone de raffinement

33 Comparatif multi-grille local/solution de référence Visualisation des contraintes orthoradiales pour deux sous-niveaux et un raffinement à trois éléments L approche multi-grille permet de trouver une solution très proche de celle de référence.

34 Etude de convergence en fonction du nombre d itérations V-cycles pour un raffinement à trois éléments Convergence en V-cycles Err ref Itération 0 Itération 1 Itération 2 Itération 3 Itération 4 1 ssniv 4.66e e e e e-02 2 ssniv 4.66e e e e e-03 3 ssniv 4.66e e e e e-05 4 ssniv 4.66e e e e e-04 Observations importantes Convergence rapide obtenue dès la quatrième itération Apport des sous-niveaux jusqu à trois niveaux de grilles Cas à trois éléments et 3 sous-niveaux spécifique avec valeur d ordre e-05

35 Etude de convergence en fonction du nombre d itérations V-cycles pour un raffinement à trois éléments Convergence en V-cycles Err ref Itération 0 Itération 1 Itération 2 Itération 3 Itération 4 1 ssniv 4.66e e e e e-02 2 ssniv 4.66e e e e e-03 3 ssniv 4.66e e e e e-05 4 ssniv 4.66e e e e e-04 Observations importantes Convergence rapide obtenue dès la quatrième itération Apport des sous-niveaux jusqu à trois niveaux de grilles Cas à trois éléments et 3 sous-niveaux spécifique avec valeur d ordre e-05

36 Etude de la convergence en maillage de la solution multi-grille Zone de chargement Le bord en bleu défini la zone de pression de contact, nous appelons point de chargement son intersection avec la fissure à 10 microns, ce-dernier évolue en fonction de la finesse du maillage. Evolution de l erreur relative vis-à-vis du point de chargement

37 Evolution de l erreur relative vis-à-vis du temps CPU Etude comparative du temps CPU Plus nous cherchons à obtenir une erreur plus faible, plus il est intéressant d utiliser le multi-grille et un nombre de sous-niveaux plus élevé.

38 Cas du faux-3d avec conditions aux limites identiques au cas 2D Maillage grossier et zone de raffinement selon la largeur Intérêt d un calcul sur un faux-3d L idée est ici de définir le problème 2D dans un cadre 3D afin de jauger de la validité du code mis en place pour des problèmes tridimensionnels.

39 Cas du faux-3d avec conditions aux limites identiques au cas 2D Maillage grossier et zone de raffinement selon la largeur Intérêt d un calcul sur un faux-3d L idée est ici de définir le problème 2D dans un cadre 3D afin de jauger de la validité du code mis en place pour des problèmes tridimensionnels.

40 Cas du faux-3d avec conditions aux limites identiques au cas 2D Etude comparative du temps CPU Les conclusions sont identiques au vrai cas 2D.

41 Cas 3D avec zone de surpression au niveau du chanfrein Maillage grossier et zone de raffinement Visualisation du chargement dans la direction orthoradiale

42 Cas 3D avec zone de surpression au niveau du chanfrein Convergence en V-cycles pour un maillage grossier à 512 éléments Err ref Itération 0 Itération 1 Itération 2 Itération 3 Itération 4 1 ssniv 1.01e e e e e-02 2 ssniv 1.01e e e e e-02 3 ssniv 1.01e e e e e-03 4 ssniv 1.01e e e e e-03 Problèmes observés Coût de calcul très élevé (supérieur à la solution de référence) Limitation à des grilles initiales très grossières Précision obtenue plus faible que dans le cas 2D Stagnation au quatrième sous-niveau inexpliquée

43 Cas 3D avec zone de surpression au niveau du chanfrein Convergence en V-cycles pour un maillage grossier à 512 éléments Err ref Itération 0 Itération 1 Itération 2 Itération 3 Itération 4 1 ssniv 1.01e e e e e-02 2 ssniv 1.01e e e e e-02 3 ssniv 1.01e e e e e-03 4 ssniv 1.01e e e e e-03 Problèmes observés Coût de calcul très élevé (supérieur à la solution de référence) Limitation à des grilles initiales très grossières Précision obtenue plus faible que dans le cas 2D Stagnation au quatrième sous-niveau inexpliquée

44 Cas 3D avec zone de surpression au niveau du chanfrein Observation des contraintes sur le maillage déformé

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Thomas CATTEROU Stage de M1 de l ENS Cachan réalisé à l IRSN Encadrant Georges

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Ce test met en jeu un cube avec une fissure en forme de lentille, soumis à une tension hydrostatique.

Ce test met en jeu un cube avec une fissure en forme de lentille, soumis à une tension hydrostatique. Titre : SSLV155 - Fissure lentille en traction Date : 20/07/2015 Page : 1/24 SSLV155 Fissure lentille en traction Résumé : Ce test a pour but de valider le calcul des facteurs d'intensité de contrainte

Plus en détail

Solveur linéaire sur GPU

Solveur linéaire sur GPU Thomas JOST 1 Sylvain CONTASSOT-VIVIER 1,2 Stéphane VIALLE 1,3 1 Équipe AlGorille, LORIA 2 Université Henri Poincaré Nancy 1 3 Équipe IMS Supélec (Metz) 1 Introduction 2 Contraintes et algorithmes Structure

Plus en détail

HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énergie d une plaque fissurée en thermo-élasticité

HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énergie d une plaque fissurée en thermo-élasticité Titre : HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énerg[...] Date : 18/01/2012 Page : 1/5 HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énergie d une plaque fissurée en thermo-élasticité Résumé l s'agit

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

Analyse de programmes par interprétation abstraite

Analyse de programmes par interprétation abstraite Analyse de programmes par interprétation abstraite Marc PEGON marc.pegon@ensimag.imag.fr Ensimag - Grenoble INP Encadrants David MONNIAUX Matthieu MOY 1 / 21 Analyse statique : obtenir automatiquement

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms :

LA MÉTROLOGIE. Lycée professionnel Gaston Barré. Certificat d Aptitude Professionnelle SESSION 2012-2013. Nom : Prénoms : Lycée professionnel Gaston Barré Certificat d Aptitude Professionnelle Vendeur Magasinier en Pièces de Rechange et Equipements Automobiles SESSION 2012-2013 LA MÉTROLOGIE Nom : Prénoms : LYCEE GASTON BARRÉ

Plus en détail

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique Titre : SSNV247 - Application d'une pression répartie sur [...] Date : 19/08/2015 Page : 1/10 SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte

Plus en détail

Vision par ordinateur : Un tour d horizon. Adrien Bartoli LASMEA CNRS/UBP Clermont-Ferrand

Vision par ordinateur : Un tour d horizon. Adrien Bartoli LASMEA CNRS/UBP Clermont-Ferrand Vision par ordinateur : Un tour d horizon Adrien Bartoli LASMEA CNRS/UBP Clermont-Ferrand Séance II : Panoramas en environnement déformable Panoramas en environnement rigide Représentation minimale d un

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

Exemples de dynamique sur base modale

Exemples de dynamique sur base modale Dynamique sur base modale 1 Exemples de dynamique sur base modale L. CHAMPANEY et Ph. TROMPETTE Objectifs : Dynamique sur base modale réduite, Comparaison avec solution de référence, Influence des modes

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009 26 janvier 2009 Le modèle du est une méthodologie de développement logiciel qui est devenue un standard de l industrie logicielle. Ce modèle est constitué de deux phases : l une est dite descendante et

Plus en détail

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE Active Contours without Edges for Vector-Valued Images Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Page 1 sur 14 Abstract Pour ce projet, nous implémentons un algorithme de

Plus en détail

Calculs et Certificats de Quantités d Intérêts Non Linéaires d un Mousqueton Cédric Bellis

Calculs et Certificats de Quantités d Intérêts Non Linéaires d un Mousqueton Cédric Bellis Ecole Normale Supérieure de Cachan Département de Génie Mécanique Rapport de Stage de M1 Mécanique et Ingéniérie des Systèmes Stage effectué du 10/04 au 27/08 Laboratori de Càlcul Numèric - Universitat

Plus en détail

Projet Calcul Etude d un étau Annexes

Projet Calcul Etude d un étau Annexes Projet Calcul Etude d un étau Annexes TUTEUR D ÉTUDE Stephane BOCHARD ENSEIGNANT ENSIBS RAPPORT REALISE PAR Neji EL KHAIRI Alexis GERAY Année universitaire 2014-2015 Tables des annexes Annexes 1 : Étude

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Simulation avancée du procédé d injection

Simulation avancée du procédé d injection Simulation avancée du procédé d injection JT «Conception et optimisation numérique en plasturgie» Jeudi 30 juin Ronan Le Goff Sommaire Introduction Modèle numérique Cas d étude Paramètres rhéo Stratégies

Plus en détail

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique La programmation linéaire : une introduction Qu est-ce qu un programme linéaire? Qu est-ce qu un programme linéaire? Exemples : allocation de ressources problème de recouvrement Hypothèses de la programmation

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

ANALYSE CATIA V5. 14/02/2011 Daniel Geffroy IUT GMP Le Mans

ANALYSE CATIA V5. 14/02/2011 Daniel Geffroy IUT GMP Le Mans ANALYSE CATIA V5 1 GSA Generative Structural Analysis 2 Modèle géométrique volumique Post traitement Pré traitement Maillage Conditions aux limites 3 Ouverture du module Choix du type d analyse 4 Calcul

Plus en détail

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR DM4 Page 北 航 中 法 工 程 师 学 院 ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR Année académique 24-25 Devoir à la maison n 4 À rendre le vendredi 2 juin 25 Numéro d étudiant à 8 chiffres :

Plus en détail

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces -

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - Introduction Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - La focométrie consiste en la détermination expérimentale de la distance focale d un instrument d optique. Dans le TP précédent, nous avons

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

Mécanique des solides déformables

Mécanique des solides déformables Mécanique des solides déformables Auteur Michel MAYA 1 Descriptions 2 Représentations graphiques Ce cours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité + Pas d utilisation

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

La méthode FIC-EBC : une méthode de domaine fictif avec sauts immergés et raffinement de maillage multi-niveaux

La méthode FIC-EBC : une méthode de domaine fictif avec sauts immergés et raffinement de maillage multi-niveaux Publié dans MATAPLI numéro 89, juin 2009. La méthode FIC-EBC : une méthode de domaine fictif avec sauts immergés et raffinement de maillage multi-niveaux Introduction Isabelle Ramière CEA Cadarache, Direction

Plus en détail

Fouille de Données et Media Sociaux Cours 2 Master DAC Data Science UPMC - LIP6

Fouille de Données et Media Sociaux Cours 2 Master DAC Data Science UPMC - LIP6 Fouille de Données et Media Sociaux Cours 2 Master DAC Data Science UPMC - LIP6 Ludovic Denoyer 21 septembre 2015 Ludovic Denoyer () FDMS 21 septembre 2015 1 / 1 Contexte Observation La plupart des bonnes

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec paroi déformable élastique

FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec paroi déformable élastique Titre : FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec p[...] Date : 03/11/2010 Page : 1/7 Manuel de Validation Fascicule V8.03 : Fluide non linéaire Document : V8.03.100 FDNV100 - Ballottement d un

Plus en détail

VIP D3.1.1 : «Large-scale SINDBAD validation» Simulation de la grille anti-diffusé Rapport de validation

VIP D3.1.1 : «Large-scale SINDBAD validation» Simulation de la grille anti-diffusé Rapport de validation VIP D3.. : «Large-scale SINDBAD validation» Simulation de la grille anti-diffusé Rapport de validation Patrick Hugonnard, Joachim Tabary Version.3 Contexte.... Présentation de la simulation... 2. Validation...

Plus en détail

Les méthodes d optimisation appliquées à la conception de convertisseurs électromécaniques. Elec 2311 : S7

Les méthodes d optimisation appliquées à la conception de convertisseurs électromécaniques. Elec 2311 : S7 Les méthodes d optimisation appliquées à la conception de convertisseurs électromécaniques Elec 2311 : S7 1 Plan du cours Qu est-ce l optimisation? Comment l optimisation s intègre dans la conception?

Plus en détail

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Simulation SIMULATION AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Michel VISONNEAU et Emmanuel GUILMINEAU Laboratoire de Mécanique des Fluides CNRS UMR 6598, Ecole Centrale de Nantes Nantes, FRANCE

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

P7. PANTHERE - VERSION INDUSTRIELLE Un logiciel performant et convivial pour la prévision des débits de dose.

P7. PANTHERE - VERSION INDUSTRIELLE Un logiciel performant et convivial pour la prévision des débits de dose. P7. PANTHERE - VERSION INDUSTRIELLE Un logiciel performant et convivial pour la prévision des débits de dose. L. GUIGUES EDF/SEPTEN 12-14 avenue Dutriévoz 69628 Villeurbanne Cedex RESUME PANTHERE est un

Plus en détail

FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analyse dynamique» : sous-structuration dynamique. Manuel de validation Fascicule v2.

FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analyse dynamique» : sous-structuration dynamique. Manuel de validation Fascicule v2. Titre : FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analy[...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analyse dynamique» : sous-structuration dynamique Résumé: Ces tests

Plus en détail

Aérodynamique Numérique

Aérodynamique Numérique Aérodynamique Numérique Dominique BLANC Rodolphe GOURSEAU 16 mars 2005 TABLE DES MATIÈRES ii Table des matières Introduction iii 1 Maillage non structuré 1 1.1 Préparation du maillage.....................

Plus en détail

Atelier «Très Haute Résolution Spatiale» Outils pour la reconnaissance des formes

Atelier «Très Haute Résolution Spatiale» Outils pour la reconnaissance des formes CNES Paris - 22/05/2003 Atelier «Très Haute Résolution Spatiale» Outils pour la reconnaissance des formes Michel DHOME LASMEA UMR 6602CNRS/UBP Clermont-Ferrand Etat de l art (communauté vision artificielle)

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Fabien DONIUS, Nicolas GRILL, Chérine KAMEL, Selim MILED - Ing1 Gr4 ANALYSE MATHEMATIQUE GOLAY (24,12,8) Les codes correcteurs d erreur

Fabien DONIUS, Nicolas GRILL, Chérine KAMEL, Selim MILED - Ing1 Gr4 ANALYSE MATHEMATIQUE GOLAY (24,12,8) Les codes correcteurs d erreur Fabien DONIUS, Nicolas GRILL, Chérine KAMEL, Selim MILED - Ing1 Gr4 ANALYSE MATHEMATIQUE GOLAY (24,12,8) Les codes correcteurs d erreur 2 I. Génération des matrices : Le code de Golay, comme le code de

Plus en détail

Code MARTHE : Performances des solveurs pour les calculs hydrodynamiques

Code MARTHE : Performances des solveurs pour les calculs hydrodynamiques Code MARTHE : Performances des solveurs pour les calculs hydrodynamiques Note technique NT EAU 2004/18 juin 2004 Dominique THIÉRY Synthèse Dans le code de calcul MARTHE il est possible de choisir parmi

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Mickaël Bergem 25 juin 2014 Maillages et applications 1 Table des matières Introduction 3 1 La modélisation numérique de milieux urbains

Plus en détail

AUTRES ASPECTS DU GPS. Partie I : tolérance de Battement Partie II : tolérancement par frontières

AUTRES ASPECTS DU GPS. Partie I : tolérance de Battement Partie II : tolérancement par frontières AUTRES ASPECTS DU GPS Partie I : tolérance de Battement Partie II : tolérancement par frontières 1 Partie I Tolérance de battement Défaut de Battement Défautconjuguéde forme, orientation et position, constatélorsde

Plus en détail

Astuces sur Revit 9.1. Création d une famille de portes sous Autodesk Revit Building 9.1. Nos Promotions. Petit exercice sous Revit Building 9.

Astuces sur Revit 9.1. Création d une famille de portes sous Autodesk Revit Building 9.1. Nos Promotions. Petit exercice sous Revit Building 9. Astuces sur Revit 9.1 Création d une famille de portes sous Autodesk Revit Building 9.1. Etape 1 : poser le problème sur le papier Etape 2 : choisir le bon gabarit Etape 3 : définir les sous-catégories

Plus en détail

Bruit et vibrations au travail. Trois exemples d encoffrement de poinçonneuses automatiques

Bruit et vibrations au travail. Trois exemples d encoffrement de poinçonneuses automatiques Bruit et vibrations au travail Trois exemples d encoffrement de poinçonneuses automatiques Mars 2011 Jean Vittonati Trois encoffrements acoustiques 1 2 3 Trois encoffrements acoustiques Pour chaque cas

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Leçon N 4 : Statistiques à deux variables

Leçon N 4 : Statistiques à deux variables Leçon N 4 : Statistiques à deux variables En premier lieu, il te faut relire les cours de première sur les statistiques à une variable, il y a tout un langage à se remémorer : étude d un échantillon d

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique...

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module complémentaire de maths, année 2012 1 Rappel de l épisode précédent

Plus en détail

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES page XII- XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES Le but de ce chapitre est de rencontrer quelques-unes des nombreuses associations de lentilles sphériques minces tout en manipulant les connaissances

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Problème combinatoire sur le réseau de transport de gaz. Nicolas Derhy, Aurélie Le Maitre, Nga Thanh CRIGEN Manuel Ruiz, Sylvain Mouret ARTELYS

Problème combinatoire sur le réseau de transport de gaz. Nicolas Derhy, Aurélie Le Maitre, Nga Thanh CRIGEN Manuel Ruiz, Sylvain Mouret ARTELYS Problème combinatoire sur le réseau de transport de gaz Nicolas Derhy, Aurélie Le Maitre, Nga Thanh CRIGEN Manuel Ruiz, Sylvain Mouret ARTELYS Au programme Présentation du problème Un problème d optimisation

Plus en détail

TDs Architecture des ordinateurs DUT Informatique - M4104c SUJETS. R. Raffin Aix-Marseille Université romain.raffin-at-univ-amu.fr

TDs Architecture des ordinateurs DUT Informatique - M4104c SUJETS. R. Raffin Aix-Marseille Université romain.raffin-at-univ-amu.fr TDs Architecture des ordinateurs DUT Informatique - M4104c SUJETS R. Raffin Aix-Marseille Université romain.raffin-at-univ-amu.fr 2015 Table des matières 1 TD1 : les bonnes résolutions 2 1.1 Premières

Plus en détail

Validations et applications CHAPITRE V VALIDATION ET APPLICATIONS

Validations et applications CHAPITRE V VALIDATION ET APPLICATIONS CHAPITRE V VALIDATION ET APPLICATIONS 5.1. Tests de validation des éléments représentation et résultats Les tests de validation d un modèle impliquent, d une part, la vérification de la convergence et

Plus en détail

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE»

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» Henri Payno - Cyril Bailly 1/12/2011 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Contraintes... 3 3. Architecture globale... 4 4. Interface... 5 A. Scène

Plus en détail

Géoréférencement et RGF93

Géoréférencement et RGF93 Géoréférencement et RGF93 Théorie et concepts - Fiche T3 Les projections coniques conformes 9 zones T3 Décembre 2008 2008/54 Historique Ces projections ont été définies par l'ign, suite à une recommandation

Plus en détail

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation Titre : Condensation dynamique de modèle par sous- structu[...] Date : 24/07/2015 Page : 1/7 Condensation dynamique de modèle par sousstructuration statique Résumé : Ce document décrit un mode d utilisation

Plus en détail

Classe(s) : 3 ème 2 nde

Classe(s) : 3 ème 2 nde Le toit de René Classe(s) : 3 ème 2 nde Approche de la notion de fonction à l aide d une situation concrète 1) Objectifs Mathématiques : - Notion de variable et notion de fonction. - Réinvestissement de

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

1. Les fondements de l informatique 13

1. Les fondements de l informatique 13 Introduction à l'algorithmique 1. Les fondements de l informatique 13 1.1 Architecture de Von Neumann 13 1.2 La machine de Turing 17 1.3 Représentation interne des instructions et des données 19 1.3.1

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé :

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé : En résumé : Phase I : collecte des besoins I - Expression des besoins II - Étude de faisabilité III - Définition des priorités IV - Rédaction puis validation du cahier des charges Phase II : implémentation

Plus en détail

Critères de retrait d exploitation pour les fissures affectant les disques frettés BP CP0-CP1

Critères de retrait d exploitation pour les fissures affectant les disques frettés BP CP0-CP1 Critères de retrait d exploitation pour les fissures affectant les disques frettés BP CP0-CP1 Maïlys Pache EDF SEPTEN Journée des utilisateurs de Salome-Meca et Code_Aster 19 mars 2013 Contexte : fissuration

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

CONCEPTION ET PROCEDES DE FABRICATION

CONCEPTION ET PROCEDES DE FABRICATION Dessin technique 1 CONCEPTION ET PROCEDES DE FABRICATION OBJECTIFS DU MODULE Dans la première partie qui traite la conception I et éléments de machines, l étudiant doit être capable à la fin du cours de

Plus en détail

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique Titre : SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèl[...] Date : 31/10/2014 Page : 1/14 SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

Plus en détail

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0 DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D version 3.0 Déclaration de conformité... 4 Tests de validation de la norme EN 10211... 5 Cas n 1... 5 Cas n 2... 6 Tests de validation de la norme EN

Plus en détail

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes Niveau : terminale S. Thème : Calcul d incertitudes à l aide d outils numériques Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Plus en détail

«Cours Statistique et logiciel R»

«Cours Statistique et logiciel R» «Cours Statistique et logiciel R» Rémy Drouilhet (1), Adeline Leclercq-Samson (1), Frédérique Letué (1), Laurence Viry (2) (1) Laboratoire Jean Kuntzmann, Dép. Probabilites et Statistique, (2) Laboratoire

Plus en détail

Générateur de Nombres Aléatoires

Générateur de Nombres Aléatoires Générateur de Nombres Aléatoires Les générateurs de nombres aléatoires sont des dispositifs capables de produire une séquence de nombres dont on ne peut pas tirer facilement des propriétés déterministes.

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

I) Le temps des matrices. A- A propos des matrices. Quang-Thai NGO Ch 01. Difficulté ** Importance **** Objectifs

I) Le temps des matrices. A- A propos des matrices. Quang-Thai NGO Ch 01. Difficulté ** Importance **** Objectifs Ch01 : Matrice Les matrices ont été introduites récemment au programme des lycées. Il s agit d outils puissants au service de la résolution de problèmes spécifiques à nos classes, en particulier les problèmes

Plus en détail

Les moteurs Information aux enseignants

Les moteurs Information aux enseignants Information aux enseignants 1/11 Ordre de travail Comment une voiture fonctionne-t-elle? Les élèves découvrent le moteur et apprennent à faire la différence entre un diesel et un moteur à essence. Objectif

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope.

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Le microscope simplifié TP : Le microscope Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Description : Un microscope est constitué entre autres de

Plus en détail

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes Noms des étudiants composant le binôme : TP Cours ocométrie des lentilles minces divergentes Estimer la distance focale image d une lentille divergente est moins aisé que de déterminer celle d une lentille

Plus en détail

Communication graphique

Communication graphique Introduction générale Partie I. La projection parallèle 1. Le dessin multivue 2. La méthode de Monge 3. L axonométrie 4. Courbes de Bézier 5. La projection cotée (topographie) Projection cotée Méthode

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Partie I : Automates et langages

Partie I : Automates et langages 2 Les calculatrices sont interdites. N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut

Plus en détail

LIF1 : ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION IMPÉRATIVE, INITIATION

LIF1 : ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION IMPÉRATIVE, INITIATION Licence STS Université Claude Bernard Lyon I LIF1 : ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION IMPÉRATIVE, INITIATION 1 COURS 5 : Les Tableaux PLAN DE LA SÉANCE Comprendre l utilité des tableaux Apprendre à manipuler

Plus en détail

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits 1 d Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d sous la direction de Michaël Périn Soutenance de Thèse de Doctorat Université de Grenoble - Laboratoire Verimag

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

Etude Quantitative d un Plan d Epargne Retraite Collectif Piloté

Etude Quantitative d un Plan d Epargne Retraite Collectif Piloté INSTITUT DE SCIENCE FINANCIERE ET D ASSURANCES Etude Quantitative d un Plan d Epargne Retraite Collectif Piloté Mémoire présenté devant l Institut de Science Financière et d Assurances pour l obtention

Plus en détail