Familles tourangelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Familles tourangelles"

Transcription

1 Familles tourangelles INDRE-ET-LOIRE édito L UDAF a besoin de vous! Que serait notre société sans son important tissu associatif? A l Union Départementale des Associations Familiales d Indre-et-Loire, nous savons combien l engagement associatif est l affaire de tous. Notre dernière Assemblée Générale, en mai 2010, a donné lieu à l élection de nouveaux administrateurs et nous nous en réjouissons, car notre richesse, c est notre pluralisme. Les adhérents des associations familiales de l UDAF peuvent participer grandement à nos actions en matière de politique familiale, entre autres dans les différentes commissions (voir page 6). Celles et ceux qui veulent apporter leur contribution aux différentes missions dévolues à l UDAF sont les bienvenus et nous souhaitons vivement l engagement du plus grand nombre dans la vie de notre association. Françoise Gillard, Vice-présidente Sommaire L UDAF s agrandit dans le respect de l environnement... p. 2 à 4 Une table ronde sur la prévention des accidents de la route... p. 5 Les commissions de l UDAF... p. 6 à 7 La réforme de notre système de santé se met en place : l UDAF s organise en conséquence... p. 8 à 9 Le rapport Stiglitz et les familles... p. 10 Accueil des jeunes enfants : des réponses diversifiées... p. 11 Pour en finir avec les violences conjugales... p. 12 à 13 Les Echos... p. 14 à 15 AFVAC... p. 16 Union Départementale des Associations Familiales d Indre-et-Loire N 77 Septembre ISSN

2 L UDAF s agrandit dans le L activité de l UDAF avec ses 125 salariés a entraîné son extension. Le choix du Conseil d Administration s était alors porté sur la construction d un nouveau local qui accueille aujourd hui deux unités de mesures de protection. L UDAF d Indre-et-Loire a inauguré le 28 juin dernier son annexe de Chambray-lès-Tours en présence de François Fondard, Président de l UNAF, Christian Gatard, Maire de Chambraylès-Tours, Vice-président de la Communauté d Agglomération, Jean-Patrick Gille, Secrétaire National du PS à la Famille, Député d Indre-et-Loire, Christine Dabansens, Présidente du Tribunal d Instance, Daniel Viard, Directeur Départemental de la Cohésion Sociale, Monique Chevet, Vice Présidente du Conseil Général d Indre-et-Loire et Stéphane Corbin, Directeur Général Adjoint du Conseil Général, avec la participation active des salariés de l UDAF qui se sont rendus disponibles pour préparer l événement, accueillir les visiteurs et faire visiter ces nouveaux locaux. Christian Gatard, Maire de Chambraylès-Tours entouré de Jean-Patrick Gille, François Fondard et Daniel Viard De gauche à droite : Jean-Patrick Gille, Daniel Viard, Colette Pénaud, François Fondard, Christian Gatard, Monique Chevet, Denis Bompas, Daniel Chany. INDRE-ET-LOIRE Directrice de la publication : Colette Pénaud Rédacteurs : Denis Bompas, Michel Calandre, Frédérique Depond, Jean-Louis Garnier, Françoise Gillard, Sophie Hétroy, Michel Jean, Jacques Portier Mise en page et impression : Les Presses de Touraine IMPRIMERIE EVEN, 29, rue E. Bugatti Tours Trimestriel Dépôt légal : septembre 2010 Tirage : 3000 exemplaires Union Départementale des Associations Familiales d Indre-et-Loire 21, rue de Beaumont TOURS Cedex 9 Tél Site : Ouvert de 9 à 12 heures et de 14 à 17 heures, vendredi fermeture à 16 heures, fermé le samedi. numéro téléchargeable gratuitement sur 2

3 respect de l environnement Ce nouveau bâtiment est le fruit de deux années de travail et de mobilisation des administrateurs et des salariés de l UDAF, ainsi que de nombreuses entreprises locales ou plus lointaines sous la supervision de l architecte Alain Gesson. Après l acquisition d une parcelle de terrain face au Pôle Santé Vinci et jouxtant les locaux de l ADAPEI, deux bâtiments ont été érigés par l UDAF, l un à destination de bureaux et l autre de surface d archivage. Le premier de ces bâtiments comprend deux niveaux, qui accueillent chacun une unité de travail à domicile pour l exercice de mesures de protection des majeurs et d accompagnement des familles : - l Unité Sorel qui intervient sur l agglomération tourangelle et le sud est du département autour de Loches, Descartes. - l Unité Rabelais dont le champ d action, outre l agglomération, s étend dans le sud ouest du département avec des villes comme Ste-Maure-de-Touraine, Chinon ou encore Bourgueil. L essentiel des corps de métier présents à l UDAF est représenté au sein de cette annexe : des agents chargés des tâches administratives, du standard, de l accueil et du secrétariat aux responsables de service en passant bien entendu par les délégués-mandataires ou encore le personnel d entretien. Pour préserver l unité de ses services, l UDAF a fait le choix de maintenir en son siège les unités communes et d administration générale : service de comptabilité / Gestion Electronique des Documents (GED), Présidence et Direction, Unité d Ouverture des Mesures et Service Juridique, C est donc quarante trois salariés qui ont «fait leurs cartons» pour quitter le siège de l UDAF au début du mois de juin 2010 et s installer dans des locaux flambant neufs, leur garantissant d excellentes conditions de travail. Suite en page 4 Projet1 10/09/10 9:42 Page 1 Vous souhaitez Donner plus de sens à l argent que vous gérez Bénéficier de plus d avantages dans la gestion de votre Patrimoine Personnel ou Associatif. Votre contact : Sophie VALADON LCL vous apporte : une écoute personnalisée une offre sur mesure 3

4 Suite de l article «L UDAF s agrandit dans le respect de l environnement.» Cette annexe a en effet été réalisée dans le dessein de prendre en compte les contraintes environnementales, d adopter les énergies nouvelles et d engager l UDAF dans la voie du développement durable. Le bâtiment a d abord été conçu pour présenter d excellentes qualités d isolation qui, malgré les quelques chaudes journées de l été qui vient de s achever, n a jamais nécessité la mise en marche des climatiseurs réversibles dont chaque pièce est dotée. Eté comme hiver, les locaux doivent donc conserver une température agréable, et se rapprochent de la technique des bâtiments «passifs» qui font l économie d un système de chauffage central. Ce n est pas le cas de l annexe, équipée d un système de pompes à chaleur, mais qui pourra toutefois compter sur un besoin énergétique modéré lié à la conception du bâtiment autant que sur la production des panneaux photovoltaïques qui l équipent pour rester très peu consommatrice d une énergie dont le coût, pécuniaire et environnemental, ne cesse d aller croissant. Les mêmes panneaux photovoltaïques permettent en outre de produire, depuis le mois de juillet, de l électricité destinée à être revendue à l opérateur plutôt que consommée. Cette réalisation témoigne également de la volonté des administrateurs de l UDAF et de son Conseil d Administration, étroitement associés à ce projet, de positionner l UDAF comme acteur engagé dans la préservation de l environnement pour les familles. Outre le système d isolation et de chauffage des locaux ainsi que celui de production électrique, la construction dans son ensemble fait la part belle aux bois, qui composent d ailleurs l essentiel de la structure de la salle d archives et enjolivent l ensemble des façades. La chlorophylle n a pas été oubliée, avec l implantation de terrasses végétalisées et d espaces verts qui, actuellement en friche, ceintureront les bâtiments dès que la saison s avèrera propice à l intervention de la Maison Familiale Rurale de Sorigny, chargée des plantations, précédée de celle de l ESAT de Loches chargé de la préparation des sols. D ores et déjà, les salariés autant que les usagers se sont approprié des locaux agréables, vastes, clairs, fonctionnels et esthétiques qui, au-delà du confort de leur usage, signent également la préoccupation de l institution pour les conditions de travail des salariés autant que pour les conditions d accueil des usagers et le respect de leur personne. Le chantier, en voie d achèvement, de notre nouveau local d archives offrira par ailleurs une latitude nouvelle pour accueillir en toute sécurité et dans des conditions de conservation optimales l archivage papier de l UDAF et de l ensemble de ses services : les locaux actuels, devenus exigus et dont la structure n a pas été adaptée au contenu, pourront ainsi être libérés et restitués à leur propriétaire, garantissant l autonomie de l UDAF. Egalement préoccupée de l accroissement de sa surface de stockage du papier et des conséquences qu elle implique en termes d environnement, l UDAF poursuit avec une détermination renouvelée sa réflexion sur la dématérialisation de son courrier et de ses archives. Dans le strict respect de ses obligations règlementaires et des règles de conservation des archives telles qu elles ont été déterminées en collaboration avec les Archives Départementales d Indre-et-Loire, l UDAF entend ainsi inverser la tendance à l accroissement «naturel» annuel de sa surface de stockage du papier. Adossée aux techniques de Gestion Electronique des Documents et aux principes du «workflow», la numérisation des documents émis et reçus déjà débutée depuis l année 2008 devra permettre d atteindre cet objectif. L ensemble de la démarche, dans un souci d exemplarité, a présidé aux réflexions de l UDAF et se traduira également dans l avenir par d autres actions en faveur du développement durable ; une conférence sur un thème environnemental est d ores et déjà inscrite dans son calendrier et la commission Habitat Cadre de vie et Environnement sera sans doute mise à contribution pour apporter sa réflexion dans ce domaine. Ces questions liées à l environnement qui représentent un enjeu majeur pour l avenir de la planète, sont également une préoccupation de l UNAF dont la dernière Assemblée Générale, intitulée «Rien de durable sans les familles», a permis d aborder de manière très approfondie l ensemble de ces questions et leurs implications directes ou indirectes dans la vie et dans les comportements des familles. ( Siège 21 rue de Beaumont Tours cedex 9 Coordonnées Tél. : de l UDAF Annexe 2 rue Tony Lainé Chambray-lès-Tours Tél. : ( Depuis le mois de juin dernier, les salariés ont pris possession de leurs nouveaux bureaux. Les bureaux à l accueil, clairs et spacieux, contribuent à un accueil de qualité. 4

5 Une table ronde sur la prévention des accidents de la route! LE 25 NOVEMBRE 2010 Pourquoi encore une énième conférence ou une «table ronde» car c est la mode, sur les accidents de la route qui n arrivent qu aux autres bien entendu? Et bien parce que, malgré des résultats encourageants, il y a toujours trop d accidents, certes en diminution, mais le constat est toujours le même : en cause la vitesse, les conduites addictives et l âge. Il faudra toujours répéter les mêmes consignes, comme pour les accidents du travail, et que dans 90% des cas c est l Homme qui est en cause et ceci sans compter les dommages collatéraux qui peuvent détruire des familles entières. Et c est pour cela que la prévention doit s apprendre à tout âge, surtout quand on est très jeune, pour acquérir les bons réflexes. C est pourquoi il nous est apparu intéressant, à la commission «habitat, cadre de vie et environnement» de convier des professionnels et des non professionnels afin d échanger leur expérience liée à la prévention des accidents à la fois dans la démarche, les publics touchés et les pistes futures à explorer (comme «le code de la rue») avec la mise en place de réglementation appropriée ainsi que des moyens préventifs et curatifs. Car c est la vie et l avenir de nos familles qui sont au cœur de nos préoccupations. Et dans le désarroi, lorsque l accident arrive, que faire? A qui s adresser, comment «s en sortir» au milieu de toutes ces démarches administratives. L aspect post-accident doit être pris en compte dans nos associations. Pour cela des associations spécialisées, comme l AFVAC (Association des Familles Victimes des Accidents de la Circulation, cf. La présentation de l association page 16), par exemple, sont là pour aider les familles. L UNAF, avec son groupe de travail sur la sécurité routière, œuvre aussi dans ce sens. Un dépliant a été mis au point et sera distribué à la fin de la table ronde dont nous vous annonçons dès à présent le déroulement. Tout d abord une mère de famille nous fera part de l expérience «Fil Violet» en cours à Joué-lès-Tours. Puis un directeur d école nous parlera de la prévention des accidents en milieu scolaire. Ensuite le directeur départemental de la prévention routière M. Galipot nous montrera comment ses interventions sont articulées dans les collèges, les lycées, l université et les entreprises. La Sécurité Publique avec le Commandant Castella présentera ses missions et son rôle en matière de prévention et de sécurité routière dans notre département. Enfin Mr Graziano, Président National de l AFVAC conclura cette table ronde avec leur rôle dans l aide aux victimes et à leurs familles. Bien entendu après chaque intervention un temps sera réservé pour répondre aux interrogations des participants. Merci d en faire la diffusion autour de vous, l entrée étant gratuite, de la documentation sera mise à votre disposition à l issue de cette table ronde. Michel Jean, Président et responsable de la commission Habitat, Cadre de Vie et Environnement Renseignements pratiques : Quand? le jeudi 25 novembre 2010 de 18h à 20h. Où? siège de l UDAF, 21 rue de Beaumont à Tours. Salle de conférence du 1 er étage. Participants : ouvert à tous. 5

6 LES COMMISSIONS DE L UDAF des lieux de réflexions à l UDAF d Indre-et-Loire Sur proposition de l U.N.A.F., le Conseil d Administration de l U.D.A.F. a créé des commissions pour préparer le travail du Conseil d Administration et du Bureau. Des personnes qualifiées peuvent participer aux travaux des commissions. 1. DROIT, PSYCHOLOGIE, SOCIOLOGIE DE LA FAMILLE Cette commission étudie toutes questions relatives au droit de la famille, des enfants, à la démographie, la bioéthique, la toxicomanie, les sectes, la protection de l enfance, la maltraitance/bientraitance, les réseaux parentalité, la prévention de la délinquance et la justice pénale des mineurs, le parrainage, la médiation familiale, l adoption, le conseil conjugal et familial. A titre d exemple, en 2009, la commission s est réunie au sujet de la révision des lois de bioéthique. Elle s est intéressée également aux Mères porteuses, au diagnostic prénatal. Responsables : Anne-Marie Cordier et Monique Fontaine, 2. ÉCONOMIE, CONSOMMATION ET EMPLOI Elle s intéresse à des questions relatives aux aspects familiaux de l Economie, à l aménagement du territoire, décentralisation, emploi, formation professionnelle, chômage, conciliation vie familiale et professionnelle, consommation, actions judiciaires de l Institution, successions, familles étrangères et d origine étrangère (lutte contre les discriminations et pour l égalité des chances). En 2009, la commission a rencontré la Ville de Tours au sujet du rôle et du fonctionnement des commissions de services publics locaux. La commission a travaillé essentiellement sur les questions liées au surendettement. Elle a réfléchi aux solutions à apporter pour enrayer ce processus qui conduit à une grande fragilisation de nombre de familles. Responsables : Michel Calandre et Claudine Grassin 4. HABITAT ET CADRE DE VIE ENVIRONNEMENT DÉVELOPPEMENT DURABLE Cette commission étudie les questions relatives à l habitat et au logement, aux transports, à l accompagnement social et exclusion, à l économie solidaire, à l environnement (déchets, éco-labels, agriculture durable, alimentation, santé environnementale, énergies renouvelables. La commission s est réunie par exemple, pour travailler sur le thème «logement et famille». La réflexion a porté sur l impact pour les familles et leur budget de différents paramètres tels que les droits et obligations des locataires et propriétaires, le diagnostic immobilier, le traitement des eaux et ses effets sur l environnement, le logement et les charges, les économies d énergies et les subventions locataires/ propriétaires, l impact sur le milieu rural/urbain. Responsables : Michel Jean et Jean-Michel Mestre 3. ÉDUCATION - FORMATION LOISIRS - PETITE ENFANCE La commission réfléchit aux questions relatives à l éducation, la formation des jeunes, les modes de garde de la petite enfance, périscolaire, extrascolaire et loisirs, Lire et faire lire, lutte contre l illettrisme. La commission a organisé une table ronde sur le thème «Que font nos enfants quand ils ne sont ni à l école, ni à la maison?» La commission Education et Formation a présenté les résultats de l enquête dédiée à ce thème avec une consultation des communes du département. Responsables : Françoise Gillard et Jean Joubert 6

7 5. MÉDIAS FAMILLES TOURANGELLES 7. COMMISSION TECHNIQUE POUR LES SERVICES L environnement médiatique et des technologies de l information et de la communication, prospectives et suivi des politiques en matière de TIC, services publics, média, CIEM sont les thèmes d étude de cette commission. Chaque année, la commission produit quatre numéros de. Les derniers numéros ont été consacrés en partie à l assemblée générale de l UDAF, au renouvellement du CA et du Bureau de l UDAF à l inauguration de l Annexe de Chambray-lès-Tours. Responsable : Françoise Gillard Suivi et évolution des services de l UDAF d Indre-et- Loire. La commission technique des services s est réunie pour étudier notamment les projets de budget pour 2010 et pour les travaux immobiliers en cours. La commission a également évoqué des sujets directement liés à l activité des services tels que la mise en place des outils de la loi de 2002 et le droit des usagers, La commission a également assuré le suivi de l observatoire interne aux services Responsables : André Planchenault 6. PROTECTION SOCIALE, SANTÉ La commission est concernée par les domaines suivants : droits des malades et des usagers du système de santé, organisation des soins, santé publique et prise en charge, assurance maladie obligatoire et complémentaire, retraite, protection sociale, prestations familiales, sécurité sociale Elle est également chargée de la coordination de la représentation des usagers et des représentants familiaux au sein des instances sanitaires (dont les hôpitaux et cliniques). En 2009, ses travaux ont essentiellement porté sur la définition d actions d information dans le cadre de la loi HPST (hôpital, patients, santé et territoires). Responsable : Jacques Portier 8. COMMISSION DE CONTRÔLE La commission a pour mission essentielle : La vérification annuelle des listes des adhérents déclarés par les associations familiales, l étude des demandes d agrément des associations, des candidatures et votes en A.G. La commission a arrêté la liste des adhérents pour 2009 et quatre associations ont été agréées par la commission qui en a rendu compte au CA de l UDAF. Responsables : François Guérin-Boutaud 7

8 La réforme de notre système de santé se met en place l udaf 37 s organise en conséquence La loi hôpital, patients, santé et territoires (loi HPST) du 21 juillet 2009 modifie en profondeur l organisation du système de santé français, notamment par l intermédiaire de la création des Agences régionales de Santé (ARS) qui sont officiellement en place depuis le 1 er avril La loi HPST contient 3 grandes ambitions Améliorer l offre de soins ; Rechercher l efficacité et l efficience ; Réformer en profondeur et structurellement l ensemble de l appareil sanitaire et médico-social par la création des Agences Régionales de Santé (ARS). La mise en place des ARS : une réforme dans la réforme Les ARS constituent le véritable outil de mise en oeuvre de la loi HPST. Leur création bouleverse fondamentalement les structures administratives et de gestion du monde sanitaire, médico-social et de l assurance maladie. Elle contient 3 objectifs majeurs. 1. La régionalisation des politiques sanitaires et médicosociales Les ARS sont clairement chargées du pilotage régional de notre système de santé, avec des missions renforcées et les pouvoirs appropriés. Elles devront mettre en œuvre les politiques nationales et rechercher l adaptation aux besoins et aux spécificités des populations de chaque territoire régional. 2. La simplification de l appareil administratif sanitaire et médico-social, Les ARS unifient les services de l Etat et de l assurance maladie au sein d une entité unique, entraînant la suppression de 7 structures (ARH, URCAM, DRASS et DASS, GRSP, MRS et la partie sanitaire de l activité des CRAM). L ARS devient l interlocuteur unique au niveau régional. On attend une meilleure coordination entre les différents acteurs et le décloisonnement dans la gestion. 3. La responsabilisation Chaque ARS va être chargée de concevoir un projet régional de santé qui fixera des objectifs pluriannuels de santé et les moyens de les atteindre (plan stratégique, schémas régionaux dans 3 domaines : la prévention, l organisation des soins et l organisation médico-sociale, ainsi que des programmes d action). Outre la définition de ce cadre général, l ARS devra aussi évaluer les politiques conduites et mesurer leur impact sur la santé des populations, ainsi que l utilisation de ses ressources qui proviennent essentiellement de dotations de l Etat, de contributions de l assurance maladie et de la caisse nationale de solidarité pour l autonomie. Pour assurer cette meilleure efficacité des dépenses de santé, l Etat mise sur des politiques de prévention ciblées, une offre de soins mieux répartie, des pratiques professionnelles et des parcours de soins répondant aux besoins locaux. Ces structures et leur composition (elles seront installées au plus tard fin septembre 2010) confirment la volonté d associer les citoyens et les usagers aux débats sur la santé. La démocratie sanitaire a progressé avec cette loi, mais le plus difficile reste à faire : exercer réellement ces droits et s assurer de la réalité des progrès pour la population de l accès aux soins et de l amélioration de l état sanitaire. L ARS de la Région Centre Directeur général : M. Jacques Laisné Directeur général adjoint : M. Pierre-Marie Detour (ancien DRASS) Trois directions ont été créées : Direction de la santé publique et environnementale : Dr Sandrine Segovia-Kueny Direction de l offre sanitaire et médico-sociale : Dr André Ochmann Direction des études et de la stratégie : M me Anne Guéguen Déléguée territoriale pour l Indre-et-Loire : M me Noura Kihal-Flégeau. 8

9 Les initiatives prises par l UDAF 37 De longue date, l UDAF d Indre-et-Loire a mesuré l ampleur de la réforme introduite par la loi HPST et en a perçu les enjeux pour les familles et pour tous les citoyens. Au cours du débat législatif, l UDAF 37 a rencontré des parlementaires du département pour attirer l attention du législateur sur les impacts engendrés par les réformes en projet. - Entre novembre 2009 et mars 2010 : 3 réunions de la commission «protection sociale et santé» en vue de propositions concrètes pour la convention d objectifs de l UDAF. - Le 31 mars 2010 : rencontre avec le Directeur général de l ARS ; - Le 11 mai 2010 : rencontre avec la déléguée territoriale de l ARS Centre, M me Kihal-Flégeau ; - En mai et juin 2010 : dépôt des candidatures dans les conseils de surveillance des hôpitaux ; Les principales orientations proposées par la commission «protection sociale et santé» et validées par le CA de l UDAF 37 pour la convention d objectifs actions d information et de sensibilisation des familles : articles sur la loi et ses incidences pour les familles, l accès aux soins, les aides à la complémentaire santé, sensibiliser aux demandes de dépistages (cancers) et aux actions de prévention ; - promotion de l éducation thérapeutique du patient ; - prévention des addictions (alcool, tabac, drogues ) en organisant des conférences et débats ; - organiser et faire vivre la représentation de l UDAF au sein des nouvelles instances de la loi HPST et des ARS. On le voit, c est une réforme majeure de notre système de santé qui est en marche. Nous devrons être en particulier attentifs aux effets de la réforme sur la réalité de l accès aux soins de la population et des familles. Accès «géographique» à des soins de qualité, ambulatoires et hospitaliers, face à une «désertification médicale» et à des restructurations des hôpitaux, mais aussi accès aux soins selon des conditions économiques acceptables, dans un contexte de dépassements d honoraires de plus en plus fréquents. Les associations et l UDAF doivent rester mobilisées pour informer, soutenir la représentation des usagers du système de santé et contribuer à la défense collective de leurs droits et intérêts. Pour vous informer sur vos droits, en tant qu usager du système de santé, le Collectif Inter associatif Sur la Santé CISS dont l UNAF est membre, publie un guide «usagers du système de santé : connaissez et faites valoir vos droits» Il est disponible sur simple demande au CISS : 10, villa Bosquet Paris Tél et peut être consulté sur internet : CONNAISSEZ ET FAITES VALOIR VOS DROITS Il existe une aide à l acquisition d une complémentaire de santé. Adressez-vous à votre caisse d assurance maladie (CPAM, MSA ou RSI ), pour constituer votre demande. Vous pouvez consultez cet article dans sa version complète sur J. Portier, Administrateur et responsable de la commission «Protection sociale, santé». 9

10 Le rapport Stiglitz et les familles Le rapport STIGLITZ a été élaboré en 2009 par un groupe d experts économiques réunis à la demande du Président de la République dans une commission française d experts économiques appelée : commission sur la mesure des performances économiques et des progrès sociaux présidée par l économiste de renommée mondiale Joseph STIGLITZ 1. 1 Joseph STIGLITZ : économiste américain de renommée mondiale né en Ancien conseiller économique de Bill Clinton, il a ensuite été vice-président de la banque mondiale. Il enseigne actuellement à l Université de Columbia. L objectif de ce rapport est de donner des pistes d orientation pour modifier les indicateurs de la comptabilité nationale sur lesquelles fonder l élaboration puis l évaluation des politiques publiques: Comment sortir d une approche trop quantitative, de nos performances économiques, comment passer d une mesure de PIB (produit intérieur brut) instauré en 1945 à celle de l IDH (indice de développement humain), comment passer de l évaluation en notion de prix de marché à celle de pouvoir d achat des familles? Premières consommatrices et éléments-clé de l économie du pays, les familles sont éminemment concernées par les questions abordées dans ce rapport. Partant de cette constatation la commission des grands équilibres économiques et sociaux de notre UDAF a étudié les douze recommandations du rapport. Voici les idées marquantes dégagées de ses travaux : En ce qui concerne les critères du bien-être des ménages, il serait plus juste de se référer aux revenus et à la consommation plutôt que de se limiter à l évaluation du taux de production pour évaluer la croissance du pays. Le seuil de pauvreté paraît être un indicateur pertinent pour mesurer le revenu des familles et rendre compte de la situation de précarité d un nombre important d entre elles les empêchant de se projeter sur le long terme. La commission estime que les éléments afférents au patrimoine (revenus et variation de valeur) dans l appréciation du niveau de vie des ménages peuvent être source d inégalité sociale, mais traduisent souvent par ailleurs un attachement à des valeurs familiales. La mesure du niveau de vie doit pouvoir tenir compte du pourcentage de personnes ayant la possibilité de consommer d autres biens que ceux liés aux besoins élémentaires de subsistance. La commission estime nécessaire d élargir les indicateurs de revenus aux activités non marchandes en y incluant les notions d éducation des jeunes tant par les parents que par l école, pour transmettre d autres valeurs que celles liant l idée de bonheur à la consommation. Mesurer le taux de décrochage scolaire des enfants paraît être une piste pertinente d évaluation de l éducation. Pour l accès aux différentes activités de vie sociale (accès aux soins, activités sportives, culturelles et autres) la commission suggère que soit pris en compte l éloignement du domicile et le coût financier des transports, particulièrement pour les personnes vivant en monde rural. Pour ce secteur, il faut impérativement s élever contre la suppression des différents services de proximité qui sont inhérents à la qualité de vie. En ce qui concerne la vie associative, volet important de la qualité de vie de notre société, il pourrait être judicieux de quantifier le temps passé par les bénévoles dans l animation des associations et autres activités collectives. En outre il ne faut pas sous-estimer que le nombre d emplois créés par les associations représente un apport important pour l économie du pays. En ce qui concerne le développement durable et l environnement, une évaluation de sa soutenabilité doit être mesurée séparément par des indicateurs bien définis permettant un suivi spécifique et indiquant l approche des niveaux dangereux d atteinte à l environnement. Car il ne faut pas oublier que la soutenabilité actuelle du niveau de bien-être dans notre pays requiert au moins le maintien sinon l augmentation des sources naturelles et du capital physique et humain. Comme l UNAF, la commission des grands équilibres économiques et sociaux de notre UDAF apprécie l impulsion ainsi donnée à la création de nouveaux instruments indispensables à la conception, à la mise en œuvre et à l évaluation d une politique moderne de la famille et du développement durable. Michel Calandre, Président et responsable de la commission «Économie, consommation et emploi». 10

11 PETITE ENFANCE Accueil des jeunes enfants : des réponses diversifiées... A mi-chemin entre la crèche et l école maternelle, les jardins d éveil pourront se coupler à des structures existantes (crèche, halte-garderie, jardin d enfants, établissement scolaire ). Les associations, entre autres, pourront être porteuses du projet. Le Gouvernement espère ainsi créer places d ici L UNAF est globalement favorable au développement de structures d accueil permettant de répondre aux besoins des familles mais «appelle à la vigilance : les jardins d éveil ne doivent pas se substituer à l école maternelle ( ). Il ne doit pas y avoir confusion entre politique de l éducation nationale et politique familiale». On estime le manque de places pour des enfants de moins de trois ans entre et La difficulté est telle qu elle peut contraindre un parent à ne plus travailler pour s occuper de ses enfants. «L UNAF doit faire entendre la voix des familles et défendre le développement de l accueil de la petite enfance». Conscient du problème, le Gouvernement poursuit ses efforts de création de places d accueil de jeunes enfants et se fixe un objectif de places de garde supplémentaires d ici Nadine Morano fait part, dans son bilan d étape de la politique familiale, de la création depuis un an de places supplémentaires et chez les assistants maternels. B LES JARDINS D ÉVEIL : un nouveau type d accueil pour les enfants âgés entre 2 et 3 ans. C ASSOUPLISSEMENTS DES RÈGLES D ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE 6 ANS Le décret du 7 juin 2010 modifie les règles d accueil relatives aux établissements et services d accueil des enfants de moins de six ans (refonte du décret du 20 février 2007 et modifiant le code de la santé publique). La capacité d accueil, le taux d encadrement et les conditions d accès aux emplois dans les structures de la petite enfance sont modifiés afin de favoriser l accueil de jeunes enfants. Désormais un éducateur de jeunes enfants pourra devenir directeur de crèche après trois ans d expérience et non plus cinq ans. L UNAF est favorable aux assouplissements des règles d accueil des enfants, comme c est le cas pour l augmentation du taux d accueil ponctuel qui permet de venir en aide aux parents ayant des besoins très spécifiques (entretien d embauche ou autres urgences). Concernant la baisse du taux plancher pour personnels qualifiés, l UNAF aurait préféré le maintien du taux à 50 % en incluant le personnel titulaire d un CAP petite enfance ayant de l expérience. L UNAF ajoute qu une évaluation au regard de ce nouveau découpage sera nécessaire. (Pour lire l article complet, rendez-vous sur D LES MAISONS D ASSISTANTS MATERNES (M.A.M.) La loi du 9 juin 2010 vise à refondre l actuel dispositif de regroupement d assistants maternels (au maximum quatre, soit un accueil de 16 enfants maximum) en Maison d Assistants Maternels. Concrètement, les parents signent un contrat de travail avec l assistant maternel. La loi prévoit que les parents pourront autoriser l assistant maternel à déléguer l accueil de leur enfant par un collègue. L UNAF est défavorable à cette délégation dans l état au «risque de diluer les responsabilités». L accueil des enfants s effectue dans un local agréé par la PMI (Protection Maternelle Infantile), distinct du domicile des assistants maternels. DIVERSIFIER L OFFRE DE GARDE D ENFANTS Une proposition de loi, en date du 29 mars 2010 (n 2393), présente plusieurs mesures afin de favoriser le développement de l offre de garde d enfants. L ensemble des propositions se décline en trois objectifs majeurs : - une meilleure implication des entreprises ; - une meilleure reconnaissance des métiers de la petite enfance ; - une meilleure coordination des acteurs. Parmi ces propositions, les salariés pourraient aménager leurs horaires ponctuellement afin de faire face à une difficulté liée à la garde de leur enfant. Les relais d assistants maternels devraient être convertis en relais d accueil de la petite enfance, et cela obligatoirement pour les communes de plus de habitants. Le nombre de jours de congés pour enfant malade devrait passer de 3 à 6 jours. Sur ce point, l UNAF souhaiterait que le nombre de ces jours soit porté à huit si l enfant à moins de trois ans ou si le salarié assume la charge de trois enfants ou plus âgés de moins de seize ans. Par ailleurs, l UNAF souhaite que la proposition concernant la possibilité pour les entreprises de plus de 500 salariés de pouvoir créer un établissement d accueil du jeune enfant (EAJE) n exclut pas pour autant les petites et moyennes entreprises. «Il semble également important de promouvoir le modèle «crèche interentreprises». Concernant la proposition relative aux assistants maternels de pouvoir bénéficier de la priorité pour l attribution d un logement social, l UNAF est défavorable et souhaite que «les critères d octroi d un logement social doivent demeurer prioritairement sociaux et familiaux et non professionnels.» Source : Proposition de loi visant à diversifier l offre de garde d enfants. Jean-François LAMOUR, Patrick BEAUDOUIN, Philippe GOUJON, Claude GOASGUEN, Bernard DEBRÉ et Martine AURILLAC. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 29 mars 2010, N Source : Note sur les changements récents en matière de petite enfance. UNAF. 30 mars

12 POUR EN FINIR AVEC LES VIOLENCES CONJUGALES L année 2010 est résolument une année importante concernant la lutte faite contre les violences conjugales. Le 25 novembre 2009, a eu lieu la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, déclarée Grande Cause nationale pour 2010 par le Premier Ministre, François Fillon. Cette journée a été l occasion de compléter le plan triennal et de lui impulser une nouvelle vigueur. Les nouvelles mesures annoncées pour renforcer le plan triennal sont clairement affichées pragmatiques. Enfin, la loi «relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants» a été adoptée le 9 juillet 2010 (n ). Le Gouvernement s est engagé dans un communiqué du 30 juin «à ce que les mesures d application soient prises dans les meilleurs délais.» Instituée par la loi, l ordonnance de protection des victimes pourra ainsi être délivrée en urgence par le juge aux affaires familiales dès le 1 er octobre La loi établit également des décisions notables telles que le délit de harcèlement psychologique (qui concernent 84 % des appels reçus au 3919) et la mise en place du bracelet électronique pour l auteur des violences. LES OBJECTIFS DE LA LUTTE MISE EN PLACE : Renforcer le cadre juridique La création d un régime juridique de référé-protection pour protéger les femmes (procédure en amont du dépôt de plainte). La procédure d éviction qui permet d éloigner le conjoint violent étendue aux personnes pacsées. Les violences psychologiques sont reconnues. La question des mariages forcés sera étudiée. Prévenir la récidive La création de structures adaptées pour prendre en charge les conjoints violents doit être envisagée. Le dispositif des bracelets électroniques, testé en Espagne, a été mis en place depuis l été 2009 et permet de garantir l éloignement de l inculpé au-delà du périmètre de sécurité de la victime. Mieux repérer les victimes et améliorer leur prise en charge Tous les professionnels œuvrant dans la sphère de la lutte des violences faites aux femmes seront formés (formation spécifique ou intégrée dans la formation initiale pour les personnels de santé). La mise en place de référents va se poursuivre et la qualité d accueil des centres d hébergement doit être renforcée. Mieux mesurer et améliorer la compréhension des violences faites aux femmes Lancement d une enquête consacrée aux violences faites aux femmes. Focus particulier sur les mariages forcés. Continuer à œuvrer pour mieux sensibiliser et mieux informer Différentes campagnes de communication sont d ores et déjà déployées à destination du grand public mais aussi plus particulièrement des jeunes, des garçons et auprès des primo-arrivants. Une femme décède tous les 2 jours et demi sous les coups de son compagnon ou ex compagnon. Le Collectif Grande Cause nationale 2010 bénéficie de diffusion gratuite de spots publicitaires. 25 associations constituent ce Collectif dont la liste complète est consultable sur : «La lâcheté de cette violence à huis clos ne doit pas nous tenir à distance ; au contraire, il faut redoubler d efforts pour donner à cette lutte toute la portée qu elle mérite, en en faisant l objet d une véritable prise de conscience collective.» François Fillon, dans son discours lors de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes le 25 novembre

13 Associations du département membres du collectif CIDFF (Centre d information sur les droits des femmes et des familles) 1 rue Jules Massenet TOURS Tél : Fax : Service «Ecoute - relation d aide» sur rendez-vous avec une psychologue Permanences : Tours : - Siège social : 1 rue Jules Massenet : Quartier des Fontaines - Centre de vie du Sanitas : 10 place neuve - Quartier de l Europe : locaux de la Police Municipale - 13 avenue de l Europe - Rives du Cher:- Espace Toulouse Lautrec Joué-lès-Tours : - Maison de la Justice et du Droit : rue du Comte de Mons - Centre Social du Morier : rue Mozart - Centre Social de la Rabière:- rue rotière Montlouis/Loire : - Service Municipal de l emploi et de la solidarité : 1 bis rue Boisdenier Chinon : - CIAS : 10 rue de Courances Château-Renault : - Communauté des Communes : 5, rue du Four Brûlé PLANNING FAMILIAL Centre de Vie - 10, place Neuve Tours Tél Fax Accueil : Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 17h. Sans rendez-vous les mercredis et vendredis de 14 h à 16h. Permanence régionale téléphonique d inforation IVG région Centre Du lundi au vendredi de 9h à 17h et le samedi de 9h à 12h Tél : MOUVEMENT DU NID 11 rue des Ursulines Tours Tél Fax Courriel : ZONTA CLUB Mairie de Chinon - Place Général de Gaulle Chinon Violence conjugales info Numéro d écoute anonyme. Appel gratuit. Si vous êtes victimes ou témoins de violences conjugales, appelez le Le 3919 répond à toutes les formes de violences : - violences conjugales ; - mutilations et mariages forcés ; - agressions sexuelles et viols ; - violences au travail. Ouvert du lundi au samedi de 8h à 22h, les jours fériés de 10h à 20h. Pour aller plus loin : Le dernier numéro de Réalités Familiales est consacré aux «Violences conjugales» rubrique publications. Réalités Familiales : «Violences conjugales» UNAF N , 6,50. Nadine Lorin Responsable de la Délégation Départementale aux Droits des Femmes et à l Égalité 38, rue Édouard Vaillant Tours Tél. : Dans le département, Nadine Lorin, Responsable de la Délégation Départementale aux Droits des Femmes et à l Egalité, s active depuis 2006 afin de mettre en place un dispositif efficace de prévention et de réponses contre les violences conjugales. Le dispositif en place aujourd hui se décline en trois initiatives : 1. Depuis deux ans ATHOBA (géré par l Entr Aide Ouvrière) a pour objectif de faire fléchir la récidive des auteurs de violences. Le bilan de cette initiative est extrêmement positif puisque le taux de récidive est passé en deux ans de 100% à 10%. 2. Les lacunes concernant la prise en charge des enfants témoins de violences conjugales semblent enfin venir à bout. Depuis un an, 300 enfants âgés entre 11 mois et 15 ans ont été suivis. 3. En complément du dispositif des logements d urgence, il existe un hébergement en familles d accueil pour les femmes violentées (si nécessaires avec leurs enfants). Dans le département, quatre structures d hébergement permettent d accueillir ces femmes en difficultés ; deux d entre-elles n accueillent que des femmes. Pour amplifier l endiguement de ces violences, la Préfecture a établi en 2007 un protocole de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes. Signé par de nombreux partenaires comme l UDAF, ce protocole est sur le point d être renouvelé en fin d année. Au-delà du fait de formaliser un réseau, cet outil engage les partenaires à mettre en place ce qu ils sont en capacité de faire. Chaque cosignataire dispose d un référent au sein de sa structure. Pour l UDAF d Indre-et-Loire, Colette Pénaud, Présidente, assure cette fonction. Des plaquettes d information sont à votre disposition à l accueil de l UDAF. 13

14 LES ÉCHOS Les unions des associations familiales confortées «Premières décisions sur les questions prioritaires de constitutionnalité : le Conseil constitutionnel conforte l UNAF et les UDAF dans leurs missions d intérêt général et reconnait leur statut spécifique de représentantes de l ensemble des familles. Le Conseil était saisi sur la question de la conformité à la Constitution de la disposition législative habilitant les unions des associations familiales à «représenter officiellement l ensemble des familles auprès des pouvoirs publics». Aujourd hui, par une décision claire et motivée, le Conseil constitutionnel a renforcé la légitimité des unions dans leur mission de représentation de l ensemble des familles ( )», à la grande satisfaction de l UNAF et des UDAF. Sources : communiqué de presse de l UNAF du 28/05/2010, Rentrée 2010 : entre victoire et vigilance! Un dixième mois de bourse pour les étudiants a été accordé par le Gouvernement. Par ailleurs, L UNAF se réjouit du changement de position du Gouvernement concernant le non cumul de la demi-part fiscale pour les parents et le droit à l allocation logement pour l étudiant. Ce «coup de rabot pour les familles», comme l avait intitulé l UNAF dans son communiqué de presse du 6 juillet dernier, n aboutira donc pas. L UNAF ne baisse pas la garde et reste en alerte concernant l absentéisme scolaire. Le projet de loi (en débat au Sénat le 17 septembre) n est pas acceptable. Forte de sa récente étude sur le sujet, l UNAF adresse des propositions au Gouvernement : une meilleure information, un dispositif plus réactif pour informer les parents dès la première heure de cours «séchée», responsabiliser davantage l élève et accompagner les parents. L UNAF vient de consacrer le troisième numéro de sa revue L Etude qualitative (n 3. 08/2010) à l absentéisme scolaire. Cette publication est librement téléchargeable sur le site de l UNAF : Sources : communiqués de presse de l UNAF n 20 du 16/08/2010, n 21 du 27/08/2010 et n 22 du 01/09/2010 Aider les familles dans l exercice d une mesure de protection La Fondation Nationale de Gérontologie (FNG) a présenté un document audiovisuel sur les dispositifs de protection des Majeurs depuis l entrée en vigueur, le 1 er Janvier 2009, de la loi du 5 mars Ce documentaire intitulé «sur le fil du Rasoir» : Décider et Vivre une mesure de protection juridique présente via la caméra, les diverses situations de personnes pour qui se pose la question de la mesure de protection. Nous y découvrons notamment : l intervention d une juge des Tutelles lors d audiences menées dans le cadre de l ouverture d une mesure, le désarroi des enfants face à la dégradation de l état de santé d un de leur proche et également le rôle d information et de conseil des professionnels des associations familiales évoqué par le service d Aide aux Tuteurs Familiaux de l UDAF de la Vendée. Nous rappelons que dans le cadre de la loi du 5 mars 2007 un service d Aide aux Tuteurs Familiaux a également été créé à l UDAF d Indre-et-Loire le 1 er mars Il propose tous les MARDIS et JEUDIS après-midi de 14h à 17h une permanence à destination des familles appelées à exercer ou exerçant une mesure de protection juridique, afin de leur apporter information, aide, conseil et soutien dans leur rôle de tuteur ou curateur. Contact : Frédérique Depond, Attachée Juridique Tél. : Courriel: 14

15 LES ÉCHOS LES JEUX VIDEOS le 9 novembre 2010, de 14 h à 16 h, au siège de l UDAF (21, rue de Beaumont à Tours) Par Olivier Gérard, Coordonnateur du pôle Média-TIC à l UNAF. Entrée libre L objectif de la réunion est de permettre aux parents de mieux connaître et comprendre l univers du jeu vidéo pour mieux accompagner les enfants dans leurs usages. Seront plus particulièrement abordés les points suivants : - un panorama des types jeux vidéos et les spécificités des jeux en ligne - la classification des jeux vidéos et les outils de contrôle parental - le temps de jeu et la dépendance - les effets bénéfiques et les risques des jeux vidéos - la parentalité face aux jeux vidéos : partage, dialogue et règles. Conférence européenne des familles Organisée par la COFACE «L inclusion sociale des familles : où en est la dimension familiale des politiques de l Union Européenne». Cette conférence est organisée dans le cadre de l année européenne 2010 de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale. les 14 et 15 octobre 2010 à Bruxelles, au Palais d Egmont, sous les auspices de la Présidence belge de l Union européenne. (site officiel de l année européenne 2010 de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale). Le Certificat de Formation à la Gestion Associative (CFGA) La permanence consommation de Familles rurales Depuis le 2 septembre, la fédération départementale Familles Rurales réalise tous les jeudis après-midi sur rendez-vous une permanence consommation. Domaine bancaire et de surendettement, par M. Panchout ; Autres problèmes de consommation et de litiges non bancaires, M me Trichard. Familles Rurales fait partie de la Chambre des Associations de Consommateurs du 37 (CAC 37). Pour toutes informations complémentaires : Permanence le jeudi, au siège de la fédération départementale de Familles Rurales : 60 rue Walvein à Tours Tél. : Courriel : Véritable boîte à outils, cette formation, impulsée par Familles Rurales, est à destination des bénévoles qui souhaite s impliquer et être plus à l aise dans la conduite associative. Le Conseil Général, la Confédération Permanente des Coordinations Associatives (CPCA), la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et l URAF sont partenaires de cette action. Chaque module est indépendant des autres et peut être suivi de façon individuelle. Elle se décompose en sept modules répartis de septembre à février (soit 30 heures). Si l ensemble des modules et le stage en association sont conduits, elle donne droit à la délivrance d un certificat utilisable dans le cadre de la VAE (Validation des Acquis et de l Expérience). Les thèmes abordés : la vie associative et les pouvoirs publics ; la fonction d administrateur ; la réalisation du projet associatif ; gestion comptable et financière de l association ; les ressources humaines bénévoles et salariées de l association. Le premier module commence le samedi 25 septembre et se déroule sur un rythme d environ un samedi matin par mois et se termine le 5 février Les formations se déroulent les samedis matins au siège de l UDAF, 21 rue de Beaumont à Tours. Renseignements et inscriptions au

16 A F V A C Association des Familles Victimes des Accidents de la Circulation L AFVAC soutient et informe les familles confrontées au drame de la route. L AFVAC est une association familiale qui vise à apporter son soutien aux familles confrontées à des situations brutales causées par l accident de la route. L AFVAC regroupe essentiellement des parents de tués sur la route ainsi que des blessés souvent atteints d une incapacité physique. Elle dispose donc à travers le vécu de ses membres une réelle et indiscutable expérience, ceci tant en matière de procédures judiciaires que de relations avec les assurances. NOS OBJECTIFS Regrouper, informer, assister les familles. Administrativement Pour des démarches éventuelles. Vous êtes désemparé(e)s, que faut-il faire auprès de l assurance, des administrations, de la justice L AFVAC apporte son aide sous forme de conseils élémentaires mais déterminants quand ils sont bien suivis. Elle peut aussi leur apporter assistance dans leurs démarches auprès de l institution judiciaire et des assurances, se constituer «partie civile» aux côté des parents. Psychologiquement En proposant une écoute de la famille, un échange entre des familles ayant vécu la même situation. Ensemble, nous mettons en commun nos expériences. Elles peuvent être utiles à des familles récemment éprouvées. L AFVAC, à Tours, accueille pour ses adhérents une psychothérapeute confirmée 2 heures par mois. LUTTER CONTRE L INSÉCURITÉ ROUTIÈRE Nos actions : lutter contre l insécurité routière, participer à l amélioration du réseau routier et mener des actions éducatives. L AFVAC agit pour faire reculer ce fléau national en utilisant pour cela tous les moyens légaux dont elle peut disposer : déclarations dans la presse écrite, actions dans les écoles, centres de formation, discothèques, radios et télévision, démarches auprès des pouvoirs publics, stands sur les foires, comme la foire de Tours et marchés. PLUS FORTS ENSEMBLE Nous souhaitons obtenir une mobilisation générale de la population, pour inventer ensemble de nouvelles initiatives permettant à chacun d apprendre à partager harmonieusement l espace routier, afin de mieux circuler en sécurité. Nous souhaitons participer à l éducation routière des jeunes comme des adultes. Nous souhaitons recevoir le signalement des lieux que vous avez repérés comme dangereux. Le savez-vous? Tout accident doit être signalé et l état de santé vérifié dans les 48 h. Porter plainte n est pas obligatoirement une attaque contre le responsable, mais une reconnaissance possible des séquelles de l accident. Contact : Siège régional et national 23 place Foire le Roi Tours Tél. et fax : Cotisation annuel 26 /an Président régional et national : Pierre Graziano 16

LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence

LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence La loi hôpital, patients, santé et territoires (loi HPST) du 21 juillet 2009 modifie en profondeur l organisation

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

solidarité www.aulnay-sous-bois.fr

solidarité www.aulnay-sous-bois.fr bureau d aide aux solidarité www.aulnay-sous-bois.fr Violences conjugales Vol avec violence Accidents de circulation Harcèlement Viol Agression Agression, Viol, Vol avec violence, Discriminations, Violences

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Projet. Institutionnel 2014-2019. Union Départementale des Associations Familiales. «Maison pour les Familles»

Projet. Institutionnel 2014-2019. Union Départementale des Associations Familiales. «Maison pour les Familles» Projet Institutionnel 2014-2019 Union Départementale des Associations Familiales «Maison pour les Familles» Adopté par l Assemblée Générale de l UDAF53 du 22 mai 2014 EDITO - SOMMAIRE L Union des Associations

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE?

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? PUERICULTRICE QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? L infirmière puéricultrice ou l infirmier puériculteur est un infirmier spécialisé qui exerce des activités de soin et d éducation dans les établissements

Plus en détail

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF 1.000 places de crèches supplémentaires pour les franciliens SOMMAIRE Page 1 : programme de la matinée du 7 octobre

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 2015 Offre de formation Egalité femmes/hommes U Unn lleevviieerr ddee ddéévveellooppppeem meenntt iinnddiivviidduueell eett ccoolllleeccttiiff CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 Le CIDFF de

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Les Maisons de la Justice et du Droit

Les Maisons de la Justice et du Droit Les Maisons de la Justice et du Droit Conseils, Informations, Accès au droit, Aide aux victimes Qui est votre meilleur interlocuteur? Placées sous l autorité du Président du Tribunal de Grande Instance

Plus en détail

Les Conférences de Territoire

Les Conférences de Territoire Les Conférences de Territoire Conférences de Territoire de Bretagne Guide de présentation onférence erritoire Rennes - Redon Fougères - Vitré 2 Les différentes parties du guide Présentation du guide...4

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Devenir Assistant maternel

Devenir Assistant maternel Pôle Interdirectionnel Solidarité et Famille Direction Enfance Famille et Insertion Service Protection Maternelle et Infantile Devenir Assistant maternel En choisissant d être assistant maternel, vous

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION : Art. R. 3332-7 du CSP

PROGRAMME DE FORMATION : Art. R. 3332-7 du CSP Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 22/05/2007 N : 21.07 LE PERMIS D EXPLOITATION. Le Décret n 2007-911 du 15 mai 2007 (ci-dessous) pris pour l application de l article

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Règlement Intérieur Accueil de Loisirs Sans Hébergement (dès 3 ans)

Règlement Intérieur Accueil de Loisirs Sans Hébergement (dès 3 ans) Règlement Intérieur Accueil de Loisirs Sans Hébergement (dès 3 ans) Bébé en Ville 9 rue Gustave Flaubert 66 000 Perpignan 04 68 86 43 46 www.bebeenville.fr Présentation de Gestionnaire L Accueil de Loisirs

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION

DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION Ce document de travail (provisoire) doit vous permettre de prendre connaissance de la définition et des modalités de fonctionnement d une Junior

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

Mutuelle Petite Enfance Lafayette

Mutuelle Petite Enfance Lafayette Mutuelle Petite Enfance Lafayette Page 1 sur 8 1 PRESENTATION Le relais d assistantes maternelles «Canne à Sucre» se situe au 197 cours Lafayette 69006 LYON. Le relais assistantes maternelles «Canne à

Plus en détail

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention REGION DES PAYS DE LA LOIRE Fonds régional Santé publique Règlement d intervention 1 1- POLITIQUE RÉGIONALE DE SANTÉ ET FONDS RÉGIONAL SANTÉ PUBLIQUE La santé des Ligériens constitue l une des priorités

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

La petite enfance à Nogent LES MODES D ACCUEIL

La petite enfance à Nogent LES MODES D ACCUEIL La petite enfance à Nogent LES MODES D ACCUEIL Septembre 2015 Sommaire COMMENT S INFORMER? 3 COMMENT S INSCRIRE? 3 POINT ÉCOUTE 4 INFORMATIONS GÉNÉRALES Participations familiales 5 Réductions d impôts

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Service Enfance/Jeunesse Avril 2015 Temps d Activités Pédagogiques (TAP)

Service Enfance/Jeunesse Avril 2015 Temps d Activités Pédagogiques (TAP) Service Enfance/Jeunesse Avril 2015 Temps d Activités Pédagogiques (TAP) REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT RELATIF AUX TEMPS D ACTIVITES PEDAGOGIQUES DU SERVICE ENFANCE JEUNESSE DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES

Plus en détail

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance plénière du 5 décembre 2005 AVIS 1 Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance du 5 décembre

Plus en détail

FICHE N 23 : QU EST-CE QUE LE DEFENSEUR DES DROITS? QUELLES SONT SES MISSIONS?

FICHE N 23 : QU EST-CE QUE LE DEFENSEUR DES DROITS? QUELLES SONT SES MISSIONS? FICHE N 23 : QU EST-CE QUE LE DEFENSEUR DES DROITS? QUELLES SONT SES MISSIONS? Le Défenseur des droits est une autorité constitutionnelle indépendante, instituée par la loi du 29 mars 2011. Cette institution

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Questionnaire aux Associations Culturelles et Sportives

Questionnaire aux Associations Culturelles et Sportives Aménagement des Rythmes Scolaires Concertation Locale Venez nous rencontrer le : Lundi 20 Janvier 2014 à 18H30 CDC Aune et Loir Questionnaire aux Associations Culturelles et Sportives Mot du Président

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports Direction Régionale Caisse d Allocations et Départementale Familiales de la Jeunesse et du Calvados des Sports CAHIER DES CHARGES POUR LES LOISIRS DES PRÉADOLESCENT(E)S ET ADOLESCENT(E)S SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 2 Structure de droit privé gérée par

Plus en détail

MARDI 03 JUIN 2014 10H30

MARDI 03 JUIN 2014 10H30 CONFéRENCE DE PRESSE MARDI 03 JUIN 2014 10H30 dépistage du cancer du col de l utérus à mayotte SOMMAIRE 1- présentation de l association Fonctionnement de l association Territoire d intervention Population

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Le ministère du Développement durable, a pour mission d assurer la protection de l environnement, des écosystèmes naturels et de la biodiversité. Le Ministère doit contribuer au bien-être des générations

Plus en détail

Épreuves du concours interne

Épreuves du concours interne Épreuves du concours interne 1. Quelles sont les épreuves écrites d admissibilité du concours interne? 2. Quelles sont les épreuves d admission du concours interne? 3. Quelles sont les épreuves facultatives?

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2 LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE Sommaire 1 - Les principes... 2 2 - Les objectifs... 3 A - Favoriser la conciliation Vie familiale Vie professionnelle...

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement de Saint- Flour autour du VIVRE ENSEMBLE au lycée agricole Louis MALLET Mardi 21 octobre

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé.

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé. é t n a S n o i La Miss p a c i d n a H & s n a é l r O d e i r de la mai Édito Depuis 2002, la mairie d Orléans s est dotée d un service «Mission Santé et Handicap» avec l objectif de prendre en compte

Plus en détail

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE pour les seniors, leur famille et les professionnels UN LIEU D ACCUEIL,D ÉCOUTE, D INFORMATION ET D ORIENTATION L équipe du pôle seniors est à votre disposition pour vous

Plus en détail

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction des Ressources humaines Veilleur de nuit G VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service : Maison des Enfants POSITIONNEMENT

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

RELAIS PARENTS ASSISTANTES MATERNELLES

RELAIS PARENTS ASSISTANTES MATERNELLES COMMUNAUTE DU PAYS DE VENDOME Direction Enfance Jeunesse Service Petite Enfance REGLEMENT INTERIEUR RELAIS PARENTS ASSISTANTES MATERNELLES 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PREAMBULE... 3 II. LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail