Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années Ludovico Bracci Susanna Mantegazza

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94. Ludovico Bracci Susanna Mantegazza"

Transcription

1 Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années Ludovico Bracci Susanna Mantegazza ISTAT Département des comptes nationaux et de l analyse économique 1. Introduction La publication du Système de comptabilité nationale (1993) des Nations Unies a suscité un processus général de révision des comptes nationaux. Dans le cadre de l Union européenne, cette révision a été suivie par l élaboration du Système européen des comptes nationaux (SEC 95), qui suppose la réorganisation par les Etats membres de leur comptabilité nationale au sein d un système commun. L un des changements apportés par le SEC 95 par rapport à l ancien système réside dans l inclusion des actifs incorporels constitués d informations, de connaissances spécialisées, etc. (SEC, 3.110) dans la formation de capital. Dans cette catégorie figurent les logiciels et les grandes bases de données utilisés dans le cadre d activités de production pendant une durée d au moins un an. De tels logiciels peuvent être acquis sur le marché ou produits pour compte propre (SEC, ET SCN 10.92). De ce processus de révision découle la nécessité d estimer les investissements des entreprises italiennes sous forme de logiciels, cette estimation n ayant jusque là pas été effectuée dans le système des comptes nationaux. Ce document présentera donc les méthodes d estimation utilisées par l Institut italien des statistiques ainsi que les estimations préliminaires des investissements sous forme de logiciels achetés (section 2) et produits pour compte propre (section 3) pour les années La section 4 comprendra les conclusions et les propositions de nouvelles études. 2. Estimation des achats de logiciels sur le marché 1 Les méthodes d évaluation de la formation de capital fixe se répartissent pour l essentiel en deux catégories : l évaluation par les dépenses et l évaluation par les flux de marchandises. La première méthode consiste à collecter directement la valeur des achats de biens d équipement à partir des livres des entreprises. Avec la seconde méthode, la formation du stock de capital est évaluée au moyen des flux de biens d équipement qui deviennent disponibles au cours d une période donnée en vue de leur utilisation finale : on y parvient par la somme algébrique du solde des échanges commerciaux et de la production interne. Pour ce qui concerne les investissements sous forme de logiciels, on ne dispose pas de statistiques directes sur les dépenses des entreprises consacrées aux logiciels avant 1995 et on a donc adopté la méthode des flux de marchandises. 2 Les estimations des recettes de ventes de logiciels ont reposé sur des données tirées de l Enquête sur les Systèmes comptables des entreprises (réalisée auprès d entreprises de plus de 20 salariés) pour les années et de l enquête auprès des petites entreprises (de moins de 20 salariés) pour les années Les recettes des ventes des petites entreprises pour les années ont fait l objet d une estimation sur la base des recettes de ventes des grandes entreprises. 3 1 Nous voudrions ici remercier Andrea Mezzanotte pour sa contribution précieuse à l élaboration de cette section. 2 On supposera que les recettes de ventes permettent d évaluer par approximation les dépenses consacrées par les entreprises aux logiciels et services connexes. 3 Compte tenu des non-réponses, le total des recettes de ventes par tête a été étendu à tout l ensemble en utilisant les unités de maind œuvre comme on le fait pour les autres agrégats des comptes nationaux.

2 Les données tirées de ces enquêtes ne font pas uniquement référence aux recettes de ventes de logiciels, mais elles comprennent également la valeur des services de conseil, de formation et d assistance pour la mise en œuvre de projets, ainsi que les services de traitement de données. Pour évaluer uniquement la part imputable aux logiciels, nous avons fait appel à des pourcentages calculés à partir d une enquête privée menée par l Association des entreprises de l informatique et des télécommunications (ASSINFORM) qui a procédé à une ventilation des dépenses totales en différents postes. L estimation des flux de logiciels a été obtenue par la somme algébrique du solde des échanges commerciaux de logiciels et des recettes des ventes intérieures. Les données sont présentées dans le tableau 1. Tableau 1. Estimation des achats de logiciels. En milliards de lires italiennes recettes des ventes de produits logiciels et de services connexes * * entreprises de plus de 20 salariés entreprises de moins de 20 salariés % ASSINFORM 38.0% 37.7% 37.4% 37.2% 36.9% recettes des ventes de produits logiciels solde des échanges commerciaux flux de marchandises * estimation fondée sur les recettes des ventes des entreprises de plus de 20 salariés ( ) 3. Estimation de la production de logiciels pour compte propre L autre innovation intéressante apportée par le nouveau système des comptes nationaux réside dans le fait que la valeur des logiciels produits pour compte propre doit être enregistrée dans la formation brute de capital fixe en sus des achats de logiciels. Le SEC comme le SCN recommandent d évaluer les logiciels produits pour compte propre aux prix de base estimés, c est-à-dire sur la base des prix des produits comparables sur le marché ou, à défaut, à leur coût de production (SEC, et SCN 13.44). En l absence d informations directes, les dépenses consacrées aux logiciels élaborés pour compte propre ont été estimées à partir des coûts de main-d œuvre comptabilisés par les entreprises pour le personnel participant à l élaboration du logiciel. Toutefois, cette méthode présente certains inconvénients. Premièrement, les coûts de main-d œuvre ne représentent qu une partie de l ensemble des frais de production, même si la consommation intermédiaire et la consommation de capital fixe ne constituent qu une faible part du total des coûts d élaboration d un logiciel. Le second inconvénient réside dans le fait que tout le personnel employé à l élaboration de logiciels n intervient pas nécessairement à cet effet (en tout état de cause pas à temps plein) ; cela n implique pas nécessairement une surestimation de la production, dans la mesure où, pour cette analyse, les logiciels élaborés par du personnel non spécialisé dans l automation ne sont pas pris en compte. Le troisième problème tient au fait que la production pour compte propre de logiciels d une valeur de moins de 500 ECU ne doit pas être prise en compte (SEC 3.70). De toute évidence, le type de méthodologie adopté ici nous empêche de tenir compte de ce seuil ; toutefois, il nous semble difficile, même si nous détenons des informations sur les logiciels élaborés pour compte propre, de pouvoir distinguer exactement la valeur des différents investissements. Cette méthode a été appliquée en deux étapes distinctes : 1) estimation du nombre de salariés intervenant dans l élaboration de logiciels ; 2) estimation des coûts subis par les entreprises pour le personnel spécialisé dans l automation. Le nombre de salariés intervenant dans l élaboration de logiciels comme les coûts moyens des entreprises ont été estimés par branches d activité économique et catégories de salariés. Les activités économiques ont été

3 4 classés selon la nomenclature ATECO-91 sur les 3 premiers chiffres Cette désagrégation marquée a été retenue pour prendre en compte les particularités sectorielles et dimensionnelles de la répartition du personnel spécialisé dans l automation et des coûts des entreprises. Pour estimer le nombre de salariés participant à l élaboration de logiciels, nous avons pris en compte le nombre de personnes qui ont déclaré à l occasion du VIIe Recensement de la population (1991) travailler en tant que programmeur. De ce nombre, nous avons retranché ceux qui ont déclaré dans le questionnaire être employés par des éditeurs de logiciels, dans la mesure où ils sont censés élaborer des logiciels à usage externe à leur entreprise et non dans le cadre d une production pour compte propre. Le nombre de développeurs de logiciels a été ventilé par groupes d activité économique, sur la base de leurs propres déclarations et au sein de chaque groupe, par catégories de salariés. Pour les autres années (1990 ; ), ce nombre a été obtenu à partir des estimations de La mise à jour a été effectuée en utilisant, pour chaque groupe d activité économique et pour chaque catégorie de salariés, les taux de changement d emplois. L hypothèse selon laquelle il n y a pas de différences entre l évolution de l emploi du personne spécialisé dans l automation et des autres professions du même groupe d entreprises n est pas très réaliste. Ce problème est l un des plus importants qu il conviendra de résoudre à l avenir pour cerner plus correctement le phénomène. Dans l hypothèse où le logiciel est élaboré par du personnel qualifié, nous avons estimé le coût de maind œuvre subi par les entreprises sous forme de cadres et d employés. Etant donné qu il s agissait d une estimation des charges pour l entreprise, nous avons pris en compte les revenus bruts plus les cotisations sociales et les indemnités de départ. Les sources utilisées sont les mêmes que pour les achats de logiciels (l enquête sur les systèmes comptables des entreprises pour les années et l enquête auprès des petites entreprises pour les années ), auxquelles il faut ajouter des enquêtes sur les revenus et l emploi des branches économiques non couvertes par les deux précédentes enquêtes. 5 L estimation des coûts moyens par tête par groupes d activité économique et catégories de salariés des entreprises de plus de 20 salariés a été effectuée à partir d un échantillon d entreprises qui ont toujours répondu à l enquête sur les systèmes comptables des entreprises pour les années La constitution de cet échantillon a été nécessaire pour résoudre les problèmes résultant du niveau important de désagrégation retenu et du taux de rotation des entreprises qui répondent chaque année à l enquête. Les entreprises figurant dans cet échantillon sont suffisamment représentatives de l ensemble. Pour ce qui est des entreprises de moins de 20 salariés, l estimation des coûts moyens par tête a été réalisée à partir de l enquête correspondante pour les années Les estimations non conformes aux données correspondantes sur les plus grandes entreprises ont été corrigées en fonction de cette dernière série. Enfin, pour les années , nous avons procédé de la même façon que pour les achats de logiciels, en estimant les coûts moyens par tête à partir de l estimation des mêmes coûts pour les entreprises plus grandes. L estimation finale a été obtenue en multipliant le coût moyen par tête (pour chaque catégorie de salariés et chaque groupe d activité économique) par le nombre estimé de spécialistes de l automation des mêmes catégories (cf. tableau 2). Tableau 2 : Estimation des logiciels produits pour compte propre. En milliards de lires italiennes 4 Dans la nomenclature ATECO-91, les activités économiques sont codifiées à l aide de 5 chiffres. A cinq chiffres, on définit ainsi 874 catégories et avec les 3 premiers chiffres, on obtient 222 groupes d activités. 5 Les branches économiques non couvertes sont l agriculture, le crédit et l assurance ainsi que l administration publique. On notera cependant que les données tirées de ces enquêtes spécifiques sur les revenus et l emploi ne sont disponibles qu à un faible niveau de désagrégation (44 branches).

4 total brut éditeurs de logiciels total net Conclusions et propositions d études futures Les estimations du total des investissements fixes sous forme de logiciels pour les années sont présentées au tableau 3. Tableau 3 : Estimation des investissements sous forme de logiciels. En milliards de lires italiennes investissements sous forme d achats de logiciels investissements sous forme de logiciels produits pour compte propre total Il convient de noter que le ratio entre logiciels produits pour compte propre et total des investissements sous forme de logiciels (52 pour cent en moyenne) ne diffère pas de ceux obtenus par les instituts français et danois de la statistique (50 pour cent en 1990 et 42 pour cent en moyenne pour les années respectivement). Les estimations présentées dans ce document doivent être interprétées comme des données préliminaires, justifiées par la seule nécessité d expérimenter les nouvelles méthodologies d évaluation d un agrégat qui n était pas mesuré jusqu ici. En tout état d e cause, ce processus est nécessaire pour appliquer pleinement le SEC 95. En ce qui concerne les achats de logiciels, l inconvénient essentiel est que nous avons utilisé des données tirées de questionnaires no n prévus pour la collecte de renseignements aussi spécifiques. On disposera d indicateurs plus directs à partir de 1995, étant donné qu une question spécifique sur les investissements sous forme de logiciels a été introduite dans l e questionnaire. De plus, pour la même période, les données qui seront disponibles auprès de l AIPA (Autorité italienne pour l informatique dans le secteur pu blic) constitueront un important facteur d intégration des données collectées par 6 l ISTAT. Cela permettra, avec une analyse plus appronfondie d autres sources internes de l ISTAT, de mieux connaître le véritable nombre de développeurs de logiciels en Italie et l importance du développement de logiciels par des non-spécialistes de l automation. 6 On notera que l AIPA n a été fondée qu en 1994.

5 Références ASSINFORM 1996), Rapporto Assinform sull informatica e le telecommunicazioni. CBS (1996), 3The treatment of computer software as gross fixed capital formation: sources and methods in the Netherlands, document présenté au Groupe de travail sur la comptabilité nationale, Luxembourg, octobre. EUROSTAT (1996), Transition between ESA95 and ESA79: Draft of Commission Decision, Document CPBN 193 EN présenté lors de la 25e réunion du Luxembourg, octobre. EUROSTAT (1996), Système européen des comptes nationaux et régionaux dans la Communauté (SEC 95), Luxembourg, mai. INSEE (1996) Le traitement des logiciels comme formation brute de capital fixe. Premiers éléments d évaluation en France, document présenté au Groupe de travail sur la comptabilité nationale, Luxembourg, octobre. ISTAT (1991), Classificazione delle attività economiche, Metodi e Norme, Serie C, n.11. ISTAT (1991), Classificazione delle professioni, Metodi e Norme, Serie C, n.12. NATIONS UNIES, EUROSTAT, FMI, OCDE, BANQUE MONDIALE (1993), Système de comptabilité nationale, Bruxelles, Luxembourg, New York, Paris, Washington DC.

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

CNIS. Groupe de Travail Mesure des échanges internationaux de services. Première réunion Jeudi 14 octobre 2004

CNIS. Groupe de Travail Mesure des échanges internationaux de services. Première réunion Jeudi 14 octobre 2004 CNIS Groupe de Travail Mesure des échanges internationaux de services Première réunion Jeudi 14 octobre 2004 Banque de France Direction de la balance des paiements 168 rue de Rivoli 3 ième étage Les échanges

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013»

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013» M E T H O D E «Dossier statistique de la situation des entreprises en 2013» Ce dossier présente les informations chiffrées disponibles à partir de l exploitation des données comptables du fichier FIBEN

Plus en détail

PROPOSITION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS LA CESSATION DE SERVICE (ASHI) Résumé

PROPOSITION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS LA CESSATION DE SERVICE (ASHI) Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/29 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 29 de l'ordre du jour provisoire PROPOSITION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS

Plus en détail

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006 Août 2006 F COMITÉ FINANCIER Cent quinzième session Rome, 25-29 septembre 2006 Recommandations et décisions de la Commission de la fonction publique internationale et du Comité mixte de la Caisse commune

Plus en détail

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises?

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Un excès d endettement constitue un risque pour une entreprise. Confrontée à l imprévu, celle-ci risque de ne pouvoir faire face à ses remboursements

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

La balance des paiements et la position

La balance des paiements et la position La balance des paiements et la position extérieure globale selon le BPM6 1. Introduction La balance des paiements de la Belgique est l état statistique qui récapitule de façon systématique les transactions

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

L application de la mesure d efficience en éducation

L application de la mesure d efficience en éducation L application de la mesure d efficience en éducation Rappel : l efficience peut être mesurée par une analyse coût-efficacité, c est-à-dire la mise en relation des moyens mis en œuvre avec les résultats

Plus en détail

Location et location à bail de matériel automobile

Location et location à bail de matériel automobile N o 63-242-X au catalogue. Bulletin de service Location et location à bail de matériel automobile 2006. Faits saillants Le total des revenus des sociétés de location et de location à bail du matériel automobile

Plus en détail

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi :

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi : Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée sur les entreprises Industrie des services de restauration et de débits de boissons Année de référence 1999 Les statistiques financières de l industrie

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne Code de bonnes pratiques de la statistique européenne POUR LES SERVICES STATISTIQUES NATIONAUX ET COMMUNAUTAIRES Adopté par le Comité du système statistique européen 28 septembre 2011 Préambule La vision

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Paris, le 19 novembre 2012 Note d actualité Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Pascale SCAPECCHI pscapecchi@coe-rexecode.fr Tel : 01 53 89 20 89

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Association canadienne du personnel administratif universitaire. Objet. Note d information sur les états financiers Avantages sociaux futurs

Association canadienne du personnel administratif universitaire. Objet. Note d information sur les états financiers Avantages sociaux futurs Association canadienne du personnel administratif universitaire Note d information sur les états financiers Avantages sociaux futurs Janvier 2012 Objet Les universités et les collèges canadiens, ci-après

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

Planifier la trésorerie

Planifier la trésorerie Planifier la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Prévision de la trésorerie Gestion de la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Planifier les flux de trésorerie Situation L argent file et on se

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Bruxelles, le 22 octobre 2014 Claude MODART Plan de l'exposé Introduction aux statistiques des finances publiques Définition du périmètre des administrations

Plus en détail

LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE

LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE Daniel April Chef du bureau Enquêtes sur la radiodiffusion et la télédistribution, Statistique Canada Le commerce électronique, plus précisément

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel. Normes comptables internationales pour le secteur public

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel. Normes comptables internationales pour le secteur public - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 8 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin 2011

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Introduction et explications du tableau de calcul annexe pour l année 2010

Introduction et explications du tableau de calcul annexe pour l année 2010 1 Revenu de base: Financement par le transfert partiel de recettes de la protection sociale et par le prélèvement sur la valeur ajoutée nette des entreprises Introduction et explications du tableau de

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels 1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels L objectif principal de ce premier chapitre est de vous initier à

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux. SEC 2010 Le nouveau cadre de référence des comptes nationaux

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux. SEC 2010 Le nouveau cadre de référence des comptes nationaux Institut des comptes nationaux Comptes nationaux SEC 2010 Le nouveau cadre de référence des comptes nationaux Septembre 2014 Banque nationale de Belgique, Bruxelles. Tous droits réservés. La reproduction

Plus en détail

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr Vocabulaire : Débiter un compte signifie inscrire une somme au débit de ce compte Créditer un compte

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques

Problématique de la qualité des données statistiques Revue du Schéma directeur de la Statistique du Mali Problématique de la qualité des données statistiques La qualité : «l ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT Note Méthodologique 1 Introduction En mars 2010, l Insee a réalisé une enquête de comparaison des niveaux

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA États financiers Le 20 février 2015 Rapport de l auditeur indépendant Aux membres de l

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

I- Le système déclaratif de l Administration douanière belge

I- Le système déclaratif de l Administration douanière belge Rabat, le 16/11/2011 ans le cadre des missions d études prévues dans le jumelage entre l Office des Changes et les institutions françaises partenaires, une visite d étude a été effectuée en Belgique du

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE RELEVÉ DES S ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE Nomenclature générale des codes de transactions à produire par les Déclarants Directs Généraux Pour application à compter du 1 er juillet 2012 15 décembre

Plus en détail

Note éducative. Commission d indemnisation des accidents du travail. Septembre 2009. Document 209094

Note éducative. Commission d indemnisation des accidents du travail. Septembre 2009. Document 209094 Note éducative Prise en compte d une provision pour frais d administration dans les états financiers des régimes publics d assurance pour préjudices corporels Commission d indemnisation des accidents du

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 L objectif de cette note est de présenter une mesure de la ponction actionnariale. Son point de départ est un double

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

Association Demande de subvention Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association Association Demande de subvention

Association Demande de subvention Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association Association Demande de subvention Association Demande de subvention Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association Association Demande de subvention Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour établir votre

Plus en détail

Département des affaires économiques et sociales. études méthodologiques Série F, n 85 Manuel de comptabilité nationale

Département des affaires économiques et sociales. études méthodologiques Série F, n 85 Manuel de comptabilité nationale ST/ESA/STAT/SER.F/85 Département des affaires économiques et sociales Division de statistique études méthodologiques Série F, n 85 Manuel de comptabilité nationale Comptabilité nationale : introduction

Plus en détail

Analyse des lacunes dans la formation. Édition de magazines

Analyse des lacunes dans la formation. Édition de magazines Analyse des lacunes dans la formation Édition de magazines Conseil des ressources humaines du secteur culturel (CRHSC) Enquête sur les offres de formation Évaluation des besoins de formation Analyse des

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés DÉPENSE FISCALE N 110211 Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés SOMMAIRE 1. IDENTITÉ DE LA DÉPENSE... 1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). GRÈCE Nomenclature IKA LAEK OAED OGA TEAM TEBE Organisme d assurance sociale Fonds pour l'emploi et la formation professionnelle Agence pour l emploi et la main-d œuvre Organisme d assurance de l agriculture

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention Veuillez cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Royaume du Maroc. Statistiques du commerce extérieur Guide de l utilisateur

Royaume du Maroc. Statistiques du commerce extérieur Guide de l utilisateur المملكة المغربية Royaume du Maroc Statistiques du commerce extérieur Guide de l utilisateur Décret n 02-07-885 du 8 hija 1428 (19 décembre 2007) pris pour l'application de la loi n 19-06 relative aux déclarations

Plus en détail

Organismes sans but lucratif. Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif.

Organismes sans but lucratif. Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif. Mai 2010 Organismes sans but lucratif Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif Contexte En février 2008, le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Dossier de demande de subvention - association -

Dossier de demande de subvention - association - Dossier de demande de subvention - association - Veuillez cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande demande exceptionnelle Vous trouverez dans ce dossier

Plus en détail

LE RÈGLEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES

LE RÈGLEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES LE RÈGLEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE (par correspondance, téléphone ou Internet) Le paiement par carte bancaire à distance repose sur la communication par le porteur CB (régisseur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 28 mars 2012 Français Original: anglais ECE/CES/2012/12 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixantième

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Le résultat et le revenu agricoles en optique trésorerie Les comptes de l'agriculture se sont alignés, depuis la base

Plus en détail

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE OECD, 2002. Software: 1987-1996, Acrobat is a trademark of ADOBE. All rights reserved. OECD grants you the right to use one copy of this Program

Plus en détail

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012 www.inami.be www.coopami.org Financement et maîtrise des dépenses de remboursement des soins de santé par l assurance maladie obligatoire par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

Services de réparation et d entretien

Services de réparation et d entretien N o 63-247-X au catalogue. Bulletin de service Services de réparation et d entretien 2010. aits saillants Le secteur des services de réparation et d entretien a affiché des revenus de 22,5 milliards de

Plus en détail

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale 31 août 2011

États financiers. Fonds pour l amélioration de la programmation locale 31 août 2011 États financiers Fonds pour l amélioration de la programmation locale 31 août 2011 RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS À l intention du conseil d administration du Fonds canadien pour l amélioration de

Plus en détail

LES NOUVEAUX INDICATEURS STATISTIQUES DU FMI

LES NOUVEAUX INDICATEURS STATISTIQUES DU FMI LES NOUVEAUX INDICAEURS SAISIQUES DU FI À la fin de 1994 et au début de l année 1995, la répétition et la sévérité des désordres sur les marchés de capitaux, et récemment la crise financière du exique

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

MESURE des ÉCHANGES INTERNATIONAUX de SERVICES. CNIS Formation Monnaie, finance, balance des paiements 20 octobre 2005

MESURE des ÉCHANGES INTERNATIONAUX de SERVICES. CNIS Formation Monnaie, finance, balance des paiements 20 octobre 2005 MESURE des ÉCHANGES INTERNATIONAUX de SERVICES CNIS Formation Monnaie, finance, balance des paiements 20 octobre 2005 1 MISSIONS du GROUPE de TRAVAIL Domaine : échanges internationaux de services selon

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

RÉSOLUTION 986 (1995) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 3519e séance, le 14 avril 1995

RÉSOLUTION 986 (1995) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 3519e séance, le 14 avril 1995 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/986 (1995) 14 avril 1995 RÉSOLUTION 986 (1995) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 3519e séance, le 14 avril 1995 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-12 DU 7 MAI 2008

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-12 DU 7 MAI 2008 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-12 DU 7 MAI 2008 Afférent à l établissement du compte d emploi annuel des ressources des associations et fondations modifiant le règlement n 99-01

Plus en détail

Vérification des Services financiers

Vérification des Services financiers Vérification des Services financiers Gestion des comptes à fins déterminées Rapport de vérification finale d attestation de qualité Date de publication du rapport : mars 2003 Date d achèvement des travaux

Plus en détail

RESTITUTIONS BUDGETAIRES ET COMPTABLES TRANSITOIRES AU FORMAT GBCP

RESTITUTIONS BUDGETAIRES ET COMPTABLES TRANSITOIRES AU FORMAT GBCP RESTITUTIONS BUDGETAIRES ET COMPTABLES TRANSITOIRES AU FORMAT GBCP Dispositif transitoire pour les organismes qui ne seront pas en mesure de mettre en œuvre le modèle de gestion GBCP dans leur système

Plus en détail

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Équipe de la vérification et de l évaluation Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Septembre 2003 Table des matières 1. Conclusions...1 2. Résumé des observations...1

Plus en détail

BUDGET DE LA MUTUALITE DES EMPLOYEURS POUR 2015

BUDGET DE LA MUTUALITE DES EMPLOYEURS POUR 2015 BUDGET DE LA MUTUALITE DES EMPLOYEURS POUR 2015 1 Résultat Budget Prévisionnel Budget Budget Article Compte 2013 2014 2014 2015 2016 Nombre - indice 761,00 780,01 775,17 789,70 804,47 DEPENSES BUDGET DES

Plus en détail

LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires

LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires 1 LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires PREAMBULE Depuis le 1 er janvier 2007, le nouveau système d'information «Budgétaire, Financier

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CST(2)/4 Conseil économique et social Distr. : Générale 7 octobre 2010 Français Original : Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité de statistique

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE

RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE 2013 RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE ISSN 0292-6733 BANQUE DE FRANCE DIRECTION GÉNÉRALE DES STATISTIQUES Direction de la Balance des paiements Direction des

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail