Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI"

Transcription

1 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI

2 222

3 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Chapitre A. Représentation de l'utilisation de l'information environnementale par les PME / PMI 1. Apports nécessaires au modèle du méta-système Nous avons présenté au paragraphe I.A.3 le modèle du méta-système de J. VAN GIGCH. Contrairement à l'approche traditionnelle, J. VAN GIGCH représente l'entreprise comme un emboîtement de systèmes et non comme une superposition linéaire de niveaux hiérarchiques [BURLAT 96]. Cette approche nous semble appropriée à la représentation du fonctionnement "organique" de la PME. De plus, J. VAN GIGCH l'utilise pour diagnostiquer les carences informationnelles des systèmes industriels à partir de l'identification des quatre types de rationalités nécessaires, selon lui, à une décision "éclairée". Nous l'utiliserons donc comme base à la représentation que nous proposons de l'utilisation de l'information et de prise de décision environnementale par la PME. Les apports que nous intégrons au modèle du méta-système de [VAN GIGCH 87] pour l'adapter au cas de l'intégration de l'environnement par les PME sont décrits ci-dessous. Le champ d'application du modèle proposé par [VAN GIGCH 87] porte essentiellement sur des grandes structures (grandes entreprises, administration) où la répartition des rôles entre les niveaux opérationnel, tactique et stratégique est formalisée. En PME, le cumul des responsabilités des cadres les conduit à prendre successivement des décisions dans ces trois niveaux. Plutôt qu'une relation de superposition hiérarchique, nous proposons une évolution chronologique entre ces niveaux de réflexion, au cours de l'évolution d'un projet de prévention de la pollution. Chaque étape est caractérisée par la prédominance des acteurs du niveau décisionnel concerné, mais les acteurs des autres niveaux peuvent aussi intervenir. Nous proposons d'introduire une dimension chronologique au modèle de J. VAN GIGCH pour pallier l'absence de séparation formelle entre les différents niveaux décisionnels de la PME. Nous avons vu au chapitre I.B qu'une des caractéristiques de l'intégration de l'environnement par l'entreprise est qu'elle se trouve confrontée à un ensemble d'acteurs avec lesquels elle n'a pas l'habitude de communiquer. L'entreprise qui s'engage dans une démarche environnementale doit établir un dialogue avec ses parties intéressées afin de prendre en compte leurs exigences, bénéficier de leurs aides et informations et les informer de ses performances environnementales. Le modèle proposé par J. VAN GIGCH n'introduit de relations entre l'entreprise et le monde extérieur qu'au niveau stratégique. Chaque niveau n'est "alimenté en rationalités" que par son méta-niveau (situé au sein de l'organisme modélisé), ses propres rationalités et des constats. Dans notre contexte, il faut donner la possibilité à un échange entre chaque niveau décisionnel de l'entreprise et ses différentes parties intéressées. Nous avons vu, au paragraphe I.B.4, que l'information environnementale est caractérisée par sa complexité, son incertitude et son ambiguïté. C'est souvent pour maîtriser cette incertitude que l'entreprise s'engage dans une démarche d'intégration de l'environnement. Pour cela, nous avons vu au paragraphe I.C.4 que l'entreprise pouvait s'engager dans un processus d'amélioration continue. Le principe d'une telle démarche est d'évaluer régulièrement les actions mises en œuvre et leurs résultats afin d'adapter le programme d'action à l'évolution de la situation de l'entreprise et de son contexte. 223

4 Le troisième apport que nous proposons au modèle de VAN GIGCH pour l'adapter à la gestion environnementale est d'y intégrer le processus d'amélioration continue. L'amélioration continue exige l'évaluation des performances de l'entreprise et la comparaison des performances effectives avec les objectifs fixés initialement afin de réorienter la définition des actions à mettre en œuvre. Cette évaluation implique une diffusion "bottom-up" 158 de l'information, c'est à dire que chaque niveau décisionnel doit non seulement prendre en compte les rationalités qui lui sont fournies par son "méta-niveau" (niveau décisionnel précédent), mais aussi par le niveau décisionnel qui sera sollicité postérieurement dans le déroulement du projet, mais qui peut apporter des informations sur les expériences passées et les réalités de la production. Nous appellerons ce niveau "infra-niveau" (par exemple, il s'agit des niveaux opérationnel et tactique pour le niveau stratégique). Le quatrième apport que nous proposons au modèle de VAN GIGCH est donc d'intégrer les possibilités pour l'information de remonter de chaque "infra-niveau" vers les niveaux décisionnels précédents. 2. Représentation de la PME intégrant l'environnement comme un métasystème Nous avons soulevé le fait que les PME ont généralement une approche restrictive et pragmatique de l'environnement, focalisée sur leurs problèmes immédiats (paragraphe I.C.3). Leur prise de conscience de la nécessité d'intégrer l'environnement est souvent déclenchée par un problème qui se pose au niveau opérationnel dans sa gestion quotidienne. Par exemple, il peut s'agir de la disparition de la filière habituelle d'élimination des déchets suite à la fermeture d'une décharge, de la mise en évidence d'une non-conformité réglementaire par un partenaire externe (tel que la police ou le médecin du travail qui dénonce le brûlage des déchets en fond de cour!), d'une augmentation des coûts liés à l'élimination des déchets ou de l'interdiction d'utiliser un produit, etc. En fait, cette question opérationnelle est le "signal d'alarme" d'une absence de prise en compte des contraintes environnementales par l'entreprise. Dans un cas "idéal", l'industriel devrait répondre à cette menace par une réflexion stratégique intégrant les questions liées à l'environnement. C'est à dire qu'il devrait définir les enjeux liés à l'environnement pour son entreprise puis étudier comment maîtriser ces enjeux au niveau du site industriel et des produits fabriqués. Cela nous conduit à poser la question de savoir comment faire effectuer à l'entreprise ce "saut stratégique" : comment l'amener à se poser des questions stratégiques sur son entreprise intégrant la composante environnementale à partir d'un problème auquel elle est confrontée au niveau opérationnel et auquel elle désire trouver une solution immédiate? Ensuite, les décisions stratégiques devraient être traduites en décisions au niveau tactique, c'est à dire en proposant des solutions pour réduire les impacts environnementaux des opérations, procédés et produits de l'organisme. Le responsable technique doit intégrer dans ses choix technologiques et organisationnels les approches présentées au paragraphe I.B.3 pour réduire les consommations (en eau, énergies, matières premières et consommables), les volumes et la toxicité des émissions (déchets, rejets liquides et atmosphériques), les nuisances (bruits, odeurs, vibrations, etc.) et les risques liés à l'installation. Bien sûr, l'ensemble des problèmes environnementaux ne pourra être résolu immédiatement! La norme ISO préconise la hiérarchisation des différents aspects et impacts environnementaux afin 158 Littéralement, du bas vers le haut 224

5 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI d'aborder en priorité les aspects les plus significatifs [ISO 96-1]. La norme ISO ne propose pas de méthode pour cette hiérarchisation, mais la norme ISO précise qu'elle doit s'appuyer sur des données environnementales et économiques, ces dernières incluant les inquiétudes des parties intéressées. Enfin, ces choix doivent être mis en œuvre au niveau opérationnel. Des solutions techniques et des procédures doivent être établies pour réduire effectivement les impacts environnementaux de l'entreprise tout en assurant le respect des exigences de fabrication, qualité et délais. Le personnel doit être sensibilisé et formé afin de comprendre et respecter les nouvelles tâches qu'il doit effectuer. Le changement risque d'être d'autant plus difficilement accepté et suivi que les anciennes pratiques sont ancrées dans les habitudes du personnel qui ne perçoit pas toujours les effets nocifs (souvent chroniques) de son activité sur l'environnement et sa propre santé. Les relations entre l'entreprise et ses partenaires peuvent être de trois types : Des relations de type contrôle / commande avec des "donneurs d'ordre (clients, inspecteur des installations classées) qui négocient avec la PME les "règles du jeu" de son fonctionnement. Ces relations font l'objet de documents officiels (contrats, réglementation, arrêté préfectoral) que l'entreprise s'engage à respecter Des relations avec des parties intéressées qui sont affectées par les performances environnementales de l'entreprise (voisins, collectivité locale, parc naturel régional, etc.) et peuvent avoir un rôle de conseil sur l'entreprise. Elles agissent alors sur ses représentations, selon le modèle de contrôle et d'orientation présenté au I.3.c, mais n'ont pas de pouvoir de contrôle immédiat sur l'entreprise. Des relations avec des parties informantes (entreprises voisines ou de même activité, CCI, ADEME, etc.) qui ne sont pas directement concernées par les performances environnementales de l'entreprise mais ont des relations "sociales" avec ses membres, échangent des expériences ou ont pour mission d'informer l'entreprise ou de promouvoir le respect de l'environnement. Cet enchaînement est représenté sur la Figure 59. Chaque niveau appuie ses décisions sur : - ses propres rationalités (rationalités - objet) et des constats, - les informations qu'il reçoit des méta-niveaux : parties intéressées ou niveau décisionnel préalable, - des informations provenant d'infra-niveaux favorisant le retour d'expérience en interne. 225

6 Parties informantes Parties intéressées Stimuli de contrôle / commande : décisions publiques (lois), demande du marché s objet Constats 1. Niveau stratégique Décisions 3 s objet Constats 2 Choix de chaîne de production et /ou produits "propres" 2. Niveau tactique Décisions Procédures environnementales PME s objet Constats 1 3. Niveau opérationnel Décisions Mesures des indicateurs de performance environnementale opérationnelle et de situation environnementale Mesures des indicateurs de performance environnementale de management Retours d'expérience et propositions d'amélioration Echanges d'informations Exigences Apport d'information Remontée d'information Figure 59. Application du modèle du méta-système au cas de l'intégration de l'environnement par les PME Une représentation graphique simplifiée de notre modèle apparaît sur la Figure 60. Donneurs d'ordre, concurrents Consultants, innovations Société et associations Figure 60. Représentation de l'intégration de l'environnement dans la PME (modèle simplifié) Seules les PME "écosensibles" effectuent réellement les trois étapes de ce cercle vertueux. Les entreprises "écoconformistes" ont tendance à n'effectuer que les étapes tactique et opérationnelle tandis que celles de type "écodéfensif" résolvent les problèmes "en bout de 226 DRIRE, CCI 0. Prise de conscience 3. Niveau opérationnel Respect des spécifications environnementales tout en assurant fabrication, délais et qualité impartis Niveau de prise de décision et niveau prépondérant des informations nécessaires Niveau d'information à considérer Informations provenant du niveau préalable de décision (méta-niveau) Pressions exogènes 1. Niveau stratégique Intégration des contraintes environnementales dans le choix des lignes de production et produits Fournisseurs, prestataires, Organismes institutionnels Collectivités locales Associations d'industriels 2. Niveau tactique Définition des moyens de réduction des impacts environnementaux dans l'outil de production et les produits

7 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI tuyau" et seulement au niveau opérationnel, sans envisager ni la possibilité d'une résolution à la source de certains problèmes ni l'intégration de l'environnement dans leur stratégie globale. Dans les projets de prévention de la pollution, le rôle des parties intéressées est d'amener les PME vers ce "cycle vertueux". Nous pouvons positionner sur ce modèle les différentes phases proposées par la norme ISO (Figure 61). Exigences des parties intéressées Stratégies coopératives 3. Niveau opérationnel 4.3. Mise en œuvre 1. Niveau stratégique 4.1. Engagement et politique 4.5. Revue et amélioration 4.4. Mesurage et évaluation 2. Niveau tactique 4.2. Planification Exigences légales et autres exigences Eléments extérieurs dont la norme ISO conseille la prise en compte Figure 61. Application de notre modèle aux étapes proposées par la norme ISO Précision des "rationalités environnementales" nécessaires à la PME pour améliorer ses performances environnementales Nous avons présenté, au paragraphe I.A.3.b, la définition de "rationalité" selon [VAN GIGCH 87]. Pour prendre des décisions cohérentes, le décideur doit, à chaque niveau décisionnel, disposer de quatre types de rationalités : structurelle et évaluative (provenant de son méta-niveau) et substantive et procédurale (provenant du niveau objet) [VAN GIGCH 87]. Nous proposons d'illustrer, dans les trois tableaux suivants, le type d'information environnementale qui correspond à chaque rationalité et chaque niveau décisionnel pour une PMI ayant une activité de production. 227

8 Entrants Description Origines potentielles Méthode d'organisation de la structure de Parties informantes (ex. : consultants, littérature) structurelle prise en compte de l'environnement évaluative Connaissance des enjeux environnementaux Indicateurs de performance environnementale (réglementation, état antérieur, objectifs de l'entreprise ou de la branche, moyennes sectorielles (benchmarking)) Indicateurs de coûts environnementaux Expériences d'autres entreprises Méta-niveau interne : décisions préalables de l'entreprise Infra-niveaux : opérationnel et tactique Donneurs d'ordre : DRIRE, Agence de l'eau, clients Parties intéressées : Collectivités locales, fournisseurs, chambres syndicales, organismes professionnels, centres techniques, bureaux d'études. Parties informantes : CCI, littérature, revues substantive procédurale Législation ICPE, Connaissances scientifiques Connaissance des rôles et jeux d'acteurs Connaissance des procédés et produits de l'entreprise Application et interprétation de la réglementation de l'environnement Méthodes et principes d'intégration de l'environnement dans les procédés et produits spécialisées, entreprises de même activités ou voisines Méta-niveau (connaissances préalables) et niveau objet interne Infra-niveaux (opérationnel et tactique) Donneurs d'ordre : DRIRE, Agence de l'eau, clients Parties intéressées : fournisseurs, Chambres syndicales, centres techniques, consultants, Parties informantes : CCI, littérature, revues spécialisées (sectorielles et environnementales) Niveau objet Donneurs d'ordre : DRIRE, Agence de l'eau Parties intéressées : bureaux d'études Sortants Description Destination évaluative Politique et déclaration environnementale Méta-niveau (parties intéressées identifiées comme prioritaires) structurelle Structure du système de management environnemental Niveaux décisionnels suivants (opérationnel et tactique) évaluative Indicateurs évaluant le respect des procédures environnementales (allocation efficace des ressources, niveaux de rejets de polluants, etc.) Niveaux décisionnels suivants (opérationnel et tactique) procédurale Choix de chaînes de production, procédures et /ou produits réduisant impacts sur l'environnement Niveaux décisionnels suivants (opérationnel et tactique) Tableau 74. Exemples d'origines et destinations des rationalités environnementales au niveau stratégique Entrants Description Origine structurelle Organisation du bureau d'étude / service technique pour réduire les impacts de l'outil de production lors de la définition des méthodes, procédures et aménagements évaluative substantive procédurale Indicateurs de coûts, impacts et risques environnementaux (prélèvement de ressources, taxes, rejets, etc.) Expériences d'autres entreprises Connaissances et expertise sur la réglementation de l'environnement, les principes d'intégration de l'environnement (bonnes pratiques), procédés propres et acteurs de l'environnement (prestataires de services ou fournisseurs potentiels) Méthodes pour intégrer l'environnement dans les procédés et procédures et les spécifications des produits Connaissance des procédures administratives nécessaires à la conformité réglementaire et l'obtention de financements Méta-niveau interne (stratégique) Infra-niveau (opérationnel) Parties intéressées : consultant, etc. Parties informantes : littérature, revues Méta-niveau interne (niveau stratégique) Infra-niveau (opérationnel) Parties intéressées : bureau d'études, centres techniques, organismes professionnels, CCI Parties informantes : littérature, revues Niveau objet Donneurs d'ordre : DRIRE, clients Parties intéressées et informantes : organismes professionnels, bureaux d'études, CRAM, CCI, fournisseurs Niveau objet Parties informantes : outils d'aide à la gestion environnementale, réglementation environnementale, revues professionnelles 228

9 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Sortants Description Destination évaluative s structurelle, évaluative et substantive Valeurs et synthèse des indicateurs de situation et performance environnementale Retour d'expérience : proposition d'améliorations à intégrer au niveau stratégique Décisions sur la structure (modifications techniques) et le fonctionnement (procédures) de l'outil de production, Données à relever pour informer les indicateurs, Sensibilisation et formation du personnel Niveau stratégique ou parties intéressées (DRIRE, etc.) Niveau opérationnel Tableau 75. Exemples d'origines et destinations des rationalités environnementales au niveau tactique Entrants Description Origine Définition des responsabilités concernant la gestion des déchets et rejets liquides, le fonctionnement des équipements de traitement des effluents (station d'épuration, traitement des fumées), le contrôle et les mesures, le suivi des consommations, etc. structurelle évaluative substantive Indicateurs de contrôle du respect de la réglementation ou des cibles environnementales (seuils de rejets, pratiques obligatoires et interdites, etc.) Connaissances de la politique environnementale de l'entreprise, Sensibilisation au respect de l'environnement Bonnes pratiques pour l'environnement et la sécurité Méta-niveaux internes (tactique et stratégique) Parties intéressées : bureau d'étude Méta-niveaux internes (tactique ou stratégique) Parties intéressées : CRAM, médecin du travail, DRIRE, Méta-niveaux (tactique ou stratégique) Niveau objet procédurale Méthodes et procédures à appliquer Méta-niveau (tactique) Niveau objet Sortants Description Destination évaluative Mesures des indicateurs environnementaux Méta-niveau (tactique) procédurale Propositions d'amélioration des opérations de production pour favoriser l'intégration de l'environnement et la sécurité Tableau 76. Origine et destination des rationalités au niveau opérationnel Méta-niveau (tactique) Niveaux objet De manière générale, la rationalité structurelle s'appuie sur des informations sur les méthodes d'organisation de l'entreprise et de distribution des responsabilités. Elle peut parfois s'appuyer sur la réglementation lorsque celle-ci impose la dénomination de responsabilités 159. La rationalité évaluative correspond aux objectifs que l'entreprise se fixe et à leurs indicateurs de suivi. Elle s'appuie sur des informations sur l'environnement (sur l'état de l'environnement et la réglementation) et sur les moyens d'intégrer l'environnement (par exemple, meilleures technologies disponibles et pratiques les plus propices au respect de l'environnement). La rationalité substantive correspond aux connaissances à la base du bon fonctionnement de l'entreprise : connaissance du métier, de la législation ICPE, des moyens (méthodes, connaissances et procédés) et des acteurs. 159 Par exemple, l'arrêté du 17 décembre 1998 portant transposition de la directive 96/35/CE du Conseil du 3 juin 1996 concernant la désignation ainsi que la qualification professionnelle de conseillers à la sécurité pour le transport par route, par rail ou par voie navigable de marchandises dangereuses (JO du 1er janvier 1999) impose à toute entreprise qui procède à des transports terrestres de marchandises dangereuses, ou à des opérations de chargement ou de déchargement lié à de tels transports, de désigner un ou plusieurs conseillers à la sécurité pour le transport des marchandises dangereuses. 229

10 La rationalité procédurale concerne le choix des procédures de décision et s'appuie sur les principes de management environnemental et d'éco-conception. Afin de diagnostiquer les défaillances du système d'information environnementale de la PME, nous proposons d'identifier successivement, selon la démarche proposée par [VAN GIGCH 87] : - les principales personnes qui prennent des décisions pouvant affecter les impacts de l'entreprise sur l'environnement, - le niveau de prise en compte de l'environnement par l'entreprise - les rationalités environnementales mobilisées par les décideurs identifiés à travers les informations environnementales auxquelles ils ont accès, - les carences de l'entreprise, c'est à dire les rationalités et informations qu'elle n'utilise pas du tout. 230

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Etape 4 : AMELIORATION - Réajustement à la situation de l'entreprise de l'information communiquée

Etape 4 : AMELIORATION - Réajustement à la situation de l'entreprise de l'information communiquée Partie V. Guide méthodologique IPAPE Etape 4 : AMELIORATION - Réajustement à la situation de l'entreprise de l'information communiquée Afin d'appliquer le concept d'amélioration continue, les partenaires

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

Royaume du Maroc PROJET DE LOI-CADRE PORTANT CHARTE DE L'ENVLRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE. -Exposé des motifs-

Royaume du Maroc PROJET DE LOI-CADRE PORTANT CHARTE DE L'ENVLRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE. -Exposé des motifs- 1Ministere de l'energie, dcs Mines, de l'eau et de l'environnement Département de l'environnement 99 - I Royaume du Maroc j;, U,JI ty,111.5 44 etiss PROJET DE LOI-CADRE PORTANT CHARTE DE L'ENVLRONNEMENT

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

1 - Diag26000. Le réseau de partenaires. La formation partenaires. Diag26000. FORMITEL. Stratégie méthode - outils

1 - Diag26000. Le réseau de partenaires. La formation partenaires. Diag26000. FORMITEL. Stratégie méthode - outils 1-1 2 3 Le réseau de partenaires La formation partenaires co-construit par des experts Issu d'un groupe de travail Centrale Ethique, Diag2600 permet de réaliser un diagnostic RSE basé sur les 7 questions

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

SYSTEME INFORMATIQUE DES DECHETS INDUSTRIELS ET DANGEREUX «SIDID «Sommaire

SYSTEME INFORMATIQUE DES DECHETS INDUSTRIELS ET DANGEREUX «SIDID «Sommaire Exposé relatif au SYSTEME INFORMATIQUE DES DECHETS INDUSTRIELS ET DANGEREUX «SIDID «Sommaire 1 Introduction 1.1 Réglementation portant sur le traitement et l élimination des déchets industriels dans le

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

Commission Nationale de l'informatique et des Libertés

Commission Nationale de l'informatique et des Libertés Délibération nº 2015-165 du 4 juin 2015 portant adoption d'une norme simplifiée concernant les traitements automatisés de données à caractère personnel mis en œuvre par les organismes publics ou privés

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

BTS - Assistant de gestion PME-PMI

BTS - Assistant de gestion PME-PMI Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 07/10/2015. Fiche formation BTS - Assistant de gestion PME-PMI - N : 15854 - Mise à jour : 24/07/2015 BTS - Assistant de gestion PME-PMI

Plus en détail

Fascicule "PILOTER LA QUALITE"

Fascicule PILOTER LA QUALITE DIRE 1 Fascicule "PILOTER LA QUALITE" Sommaire INTRODUCTION... 2 QUELQUES DÉFINITIONS... 3 1. EN PRÉALABLE AU PILOTAGE DE LA QUALITÉ... 5 1.1 Pourquoi piloter la qualité?...5 1.2 Une fonction décisionnelle...5

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise CCI Moselle, le16 avril 2013 Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement Un atout pour l entreprise Intervention de Olivier Rousseaux, Auditeur QSE, Expert en organisation et management

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif

GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL. Ouvrage collectif GUIDE JURIDIQUE RISQUE INDUSTRIEL Ouvrage collectif TABLE DES MATIERES Liste des abréviations 7 Introduction 9 Première partie : la prévention du risque identifié I. La délimitation du risque 17 A. L'encadrement

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI

Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Annexe A : tableau des Indicateurs GRI Ce tableau présente les indicateurs de la Global Reporting Initiative (GRI) ayant été utilisés dans la préparation de notre rapport. Symboles I Inclus P Partiellement

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL 15 e École d été en évaluation environnementale Évaluation de la durabilité du développement urbain et industriel : outils d analyse de l empreinte écologique et des impacts sociaux et sanitaires Douala,Hôtel

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

Catalogue de formations Coaching énergie

Catalogue de formations Coaching énergie Catalogue de formations Coaching énergie SOMMAIRE Journée de mise en place des indicateurs de suivi...2/7 Formation coaching énergie Type court...3/7 Programme de formation...4/7 Formation coaching énergie

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE

CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Aménagement du Territoire de l Environnement et du Tourisme CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE (C.N.T.P.P) Présentée

Plus en détail

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12 Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE La notion «d E-Business» recouvre les différentes applications possibles de l'informatique faisant appel aux technologies de l'information et

Plus en détail

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Les objectifs du contrôle interne. Les objectifs du contrôle interne consistent à : Assurer en permanence une bonne

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Code de la publicité écologique

Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique: Préambule Une société saine construit un avenir durable. De plus en plus, le souci de l'homme pour son environnement en constitue un élément

Plus en détail

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Rapport Septembre 2007 Sommaire Chapitre 1 : Présentation de l outil «Base de donnée» du Pays Marennes Oléron.. p.5 1. Définition et principe...

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Référence : B.O n 5958-5 chaabane 1432 (7-7-2011) Arrêté de la ministre de la santé n 1363-11 du 12 joumada II 1432 (16 mai 2011)

Plus en détail

Du BTS Transport au BTS Transport et Prestations Logistiques

Du BTS Transport au BTS Transport et Prestations Logistiques Du BTS Transport au BTS Transport et Prestations Logistiques Bien plus qu'un simple changement d'appellation, le nouveau BTS Transport et Prestations Logistiques, qui entre en vigueur à partir de septembre

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

Comprendre ITIL 2011

Comprendre ITIL 2011 Editions ENI Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000 Collection DataPro Extrait 54 Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000

Plus en détail

Les défibrillateurs cardiaques implantables

Les défibrillateurs cardiaques implantables Les défibrillateurs cardiaques implantables Etudes d'évaluation économique Etudes d'évaluation technologique Avant-propos Cette étude a été réalisée, à la demande de la Caisse Nationale de l'assurance

Plus en détail

AFAQ AFNOR Certification a intégré l ensemble des référentiels internationaux de référence. pour construire le modèle d évaluation AFAQ 1000NR

AFAQ AFNOR Certification a intégré l ensemble des référentiels internationaux de référence. pour construire le modèle d évaluation AFAQ 1000NR AFAQ AFNOR Certification a intégré l ensemble des référentiels internationaux de référence 1992 L agenda 21 1992 2001 Rapport Européen 1997 La déclaration de Rio 2003 1999 Prév. 2009 Le Pacte Mondial L

Plus en détail

SÉCURITÉ INFORMATIQUE AU NIVEAU DES SYSTÈMES DE CONDUITE

SÉCURITÉ INFORMATIQUE AU NIVEAU DES SYSTÈMES DE CONDUITE SÉCURITÉ INFORMATIQUE AU NIVEAU DES SYSTÈMES DE CONDUITE Plus de sécurité pour la gestion de l eau et de l énergie 2 Système de conduite en danger? Éviter les manipulations indésirables Lorsqu'un voleur

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Technique :

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Technique : Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Technique : Un Directeur Développement de l'engineering Un Directeur Suivi des Projets d'investissements Un Directeur Evaluation

Plus en détail

Etude du cas ASSURAL. Mise en conformité du système d'information avec la norme ISO 17799

Etude du cas ASSURAL. Mise en conformité du système d'information avec la norme ISO 17799 David BIGOT Julien VEHENT Etude du cas ASSURAL Mise en conformité du système d'information avec la norme ISO 17799 Master Management de la Sécurité des Systèmes Industriels et des Systèmes d'information

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

Rapport d'audit étape 2

Rapport d'audit étape 2 Rapport d'audit étape 2 Numéro d'affaire: Nom de l'organisme : CMA 76 Type d'audit : audit de renouvellement Remarques sur l'audit Normes de référence : Autres documents ISO 9001 : 2008 Documents du système

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

Date de diffusion : Rédigé par : Version : Mars 2008 APEM 1.4. Sig-Artisanat : Guide de l'utilisateur 2 / 24

Date de diffusion : Rédigé par : Version : Mars 2008 APEM 1.4. Sig-Artisanat : Guide de l'utilisateur 2 / 24 Guide Utilisateur Titre du projet : Sig-Artisanat Type de document : Guide utilisateur Cadre : Constat : Les Chambres de Métiers doivent avoir une vision prospective de l'artisanat sur leur territoire.

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE 900 000 déplacements TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE ET VOUS COMMENT VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST CITOYEN DE SA VILLE ET DE SA PLANÈTE évaluez vos comportements Question 1 : pour vous rendre

Plus en détail

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification Les référentiels SMI, normes, processus de certification 1 Définitions selon le Guide ISO/IEC 2:2004 Norme Document, établi par consensus et approuve par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 INSTRUCTION GENERALE relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 SOMMAIRE 1 - La réglementation 3 2 - Principes généraux 2.1 Principes fondamentaux en matière d hygiène

Plus en détail

Les formations en cycle ingénieur

Les formations en cycle ingénieur Les formations en cycle ingénieur Eau, environnement, aménagement Ce domaine forme des ingénieurs capables d'explorer et d'organiser l'espace (surface et sous-sol), d'exploiter durablement les ressources

Plus en détail

Attentes liées aux prestations

Attentes liées aux prestations Appel à propositions du 26/05/2014 "Diagnostics de Sécurisation des Parcours Professionnels" Attentes liées aux prestations Projet SECURI'PASS 2.0 Cette opération bénéficie du soutien financier de l'etat,

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique

Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique 1 I. Introduction Le Fonds NEPAD pour le changement climatique a été créé en 2014 par l Agence de la planification et de coordination du

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012 Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages Assises de la Loue 11 octobre 2012 Objectifs du Comité des Sages Création d'un "Comité des Sages" par M. Le Préfet pour faire évoluer les postures

Plus en détail

Entre les soussignés :

Entre les soussignés : PROTOCOLE D ACCORD RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS A L UGECAM NORD-PAS-DE-CALAIS-PICARDIE Entre les soussignés : L'Ugecam Nord Pas-de-Calais Picardie représentée par son Directeur général... Monsieur Jacques

Plus en détail

GUIDE SUR L ASSISTANCE A LA MAÎTRISE D'OUVRAGE EN INFORMATIQUE

GUIDE SUR L ASSISTANCE A LA MAÎTRISE D'OUVRAGE EN INFORMATIQUE GUIDE SUR L ASSISTANCE A LA MAÎTRISE D'OUVRAGE EN INFORMATIQUE Validé par la Commission technique des marchés le 9 décembre 2004 1.1 OBJET DU GUIDE...3 1.2 LE PERIMETRE DU GUIDE...3 1.2.1 Terminologie

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

N 24 avril 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7

N 24 avril 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7 N 24 avril 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/7 ACTUALITES Publication d un «mode d emploi sur les achats socialement responsables»..... 3 D E F I N I T I O N Qu est-ce que le système de management environnemental

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

éco-construction bâtiments d élevage

éco-construction bâtiments d élevage éco-construction bâtiments d élevage Jacques Capdeville, service Bâtiment-Environnement, Institut de l Elevage Michel Colache, Maison Régionale de l Elevage SIMA février 2011 un contexte Des préoccupations

Plus en détail

SERVICE du COMMERCE EXTERIEUR 1

SERVICE du COMMERCE EXTERIEUR 1 SERVICE du COMMERCE EXTERIEUR 1 PROGRAMME : L Intelligence Economique 1. Présentation de la veille et de l'intelligence économique 2. Les types de Veille 3. Le Cycle de décision 4. Les 10 commandements

Plus en détail

Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme de formation... 4

Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme de formation... 4 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Optimiser les Ressources Humaines Contexte de formation.. 2 Objectifs

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Juillet 2007. Site dédié aux technologies propres et sobres créé en 2002 par l ARIST de Bourgogne Voir : http://www.technologies-propres.

Juillet 2007. Site dédié aux technologies propres et sobres créé en 2002 par l ARIST de Bourgogne Voir : http://www.technologies-propres. Veille sur Technologie Propre et sobre Juillet 2007 Préambule Stratégiie de recherche Mots-clés utilisés - Technologie Propre et Sobre (TPS) - Meilleure Technique Disponible (MTD) - Best Avaible Technology

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Assurance qualité/contrôle qualité Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

Arrêt n 860 du 11 juillet 2012 (11-10.478) - Cour de cassation - Troisième chambre civile - ECLI : FR : CCASS : 2012 : C300860

Arrêt n 860 du 11 juillet 2012 (11-10.478) - Cour de cassation - Troisième chambre civile - ECLI : FR : CCASS : 2012 : C300860 Arrêt n 860 du 11 juillet 2012 (11-10.478) - Cour de cassation - Troisième chambre civile - ECLI : FR : CCASS : 2012 : C300860 Rejet Demandeur(s) : L Agence de l environnement et de la maîtrise de l énergie

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT Date 22/05/2014 Pays: Maroc Description de la mission: Consultant(e) National(e): Évaluation nationale du cadre juridique et institutionnel

Plus en détail

Développement durable et PME. Introduction à la démarche

Développement durable et PME. Introduction à la démarche Développement durable et PME Introduction à la démarche 1. INTRODUCTION Les TPE, PME et PMI le savent aujourd hui : elles doivent s employer à limiter leur impact sur l environnement, mais également intégrer

Plus en détail

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise La politique environnementale

Plus en détail

H1302 - Management et ingénierie Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriels

H1302 - Management et ingénierie Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriels Appellations Adjoint / Adjointe au responsable environnement-hygiène-sécurité en industrie Ingénieur / Ingénieure en traitement des déchets industriels Chargé / Chargée de l'hygiène et de la sécurité du

Plus en détail

AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR

AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR ÉLÉMENTS DE COMMUNICATION Vous trouverez dans ce document les éléments qui doivent vous aider à bâtir votre communication : des explications supplémentaires

Plus en détail