POUR LE DÉVELOPPEMENT DES P.M.E.-P.M.I. EN AUVERGNE, TROIS PROBLÉMATIQUES CLEFS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POUR LE DÉVELOPPEMENT DES P.M.E.-P.M.I. EN AUVERGNE, TROIS PROBLÉMATIQUES CLEFS"

Transcription

1 POUR LE DÉVELOPPEMENT DES P.M.E.-P.M.I. EN AUVERGNE, TROIS PROBLÉMATIQUES CLEFS FINANCEMENT I NNOVATION ET TRANSFERT DE TECHNOLOGIE NORMALISATION ET CERTIFICATION

2 Autosaisine Commission n 1«Economique» élargie Président : Mr Edouard JUILLARD Vice-Président : Mr Olivier CHAPELLE Rapporteur : Mr Henri JAVION

3 I NTRODUCTION Le Conseil économique et social régional (CESR) a engagé sous forme d'autosaisine une réflexion sur la situation des petites et moyennes entreprises (P.M.E.) et des petites et moyennes industries (P.M.I.) en Auvergne, eu égard au contexte socio-économique de la région. Les P.M.E. et les P.M.I. forment en effet un tissu économique dense et potentiellement porteur de nouvelles activités, donc d'emploi. Au-delà de la réalisation d'un diagnostic sur ces entreprises, la Commission spéciale a proposé des pistes pour la création, le développement et le maintien des P.M.E.-P.M.I. En effet, ce secteur participe fortement au développement économique régional. Les P.M.E. françaises emploient les deux tiers des salariés du secteur productif, soit près de neuf millions de personnes. Il convient de noter que le secteur des P.M.E. a une propension à créer des emplois plus forte que celle des «grosses entreprises» (nombre de salariés supérieur à 500). > LE CHOIX DE TROIS PROBLÉMATIQUES CLEFS S'intéresser aux P.M.E., c'est aborder l'économie régionale dans tous ses aspects économiques, financiers, sociaux, environnementaux, etc. Le sujet est donc extrêmement vaste. C'est pourquoi, après un état des lieux du tissu des P.M.E.-P.M.I., le CESR a choisi volontairement de développer son analyse sur trois problématiques clefs pour le développement des P.M.E.-P.M.I. de la région d'auvergne : - l e financement des P.M.E.-P.M.I., - l'innovation et le transfert de technologie : la recherche-développement, - la normalisation et la certification. Ces trois thèmes, qui peuvent dans un premier temps apparaître a priori éloignés les uns des autres, constituent en fait aujourd'hui un socle cohérent pour les entreprises face aux enjeux auxquels elles sont confrontées. De plus, ces trois domaines constituent, dans le contexte de l'auvergne, des facteurs majeurs pour le développement de ces entreprises. Cependant, il apparaît que les besoins en financement des P.M.E. et des P.M.I. constituent la problématique la plus importante. Aussi, de très nombreuses structures interviennent dans ce domaine. Il n'en reste pas moins que d'autres thèmes également pertinents pour les P.M.E.-P.M.I. pourraient faire l'objet d'approfondissements, tels leur stratégie de développement et leur gestion des ressources humaines. 3

4 On peut classer en deux grandes familles les besoins des P.M.E. : les besoins matériels - de capitaux : la région dispose de banques en bonne santé. Il existe une masse de capitaux disponibles ; des mesures doivent être prises pour favoriser le capital-risque et les fonds propres, d'immobilier : il manque en région des espaces nécessaires aux entreprises pour s'implanter, mais il faut également que les zones proposées soient de qualité et, dans la mesure du possible, «à thème», les besoins immatériels : il s'agit de tout ce qui est à prendre en compte pour faciliter l'implantation et le développement de l'entreprise : besoins en conseil, en formation, proximité de lieux de recherche et d'enseignement, des sous-traitants, etc. Pour créer une entreprise puis la faire vivre, il faut des capitaux. Pour qu'elle se développe et soit un facteur de croissance et d'emploi, dans un contexte de mondialisation de l'économie, il est nécessaire que l'entreprise gagne en compétitivité : l'innovation et le transfert de technologie en sont des éléments clefs. Enfin, elle doit répondre à la demande de normalisation, voire de certification, de plus en plus recherchée par les clients, qu'ils soient d'autres entreprises ou les consommateurs finaux. Ces démarches sont donc également essentielles. Chacune des problématiques clefs sera abordée par la Commission à partir des trois points suivants : - le constat, - les outils et les actions existantes, - les préconisations. À titre indicatif, une liste de questions relatives aux trois thèmes de travail a été établie ci-dessous. 1 - Le financement des P.M.E. au moment de la création > pendant leur développement au moment de la transmission-reprise - Quelle est la structure financière des entreprises? Quelle est la part des fonds propres? 4

5 - Quels sont les besoins des entreprises à chacun développement? de ses stades de Quelles sont les difficultés qu'elles rencontrent? Quels sont les acteurs du financement des P.M.E. : banques, «capitauxrisqueurs», pouvoirs publics, collectivités? Quels sont les dispositifs existants? Comment sont-ils utilisés par les P.M.E. régionales? Comment interviennent les différents modes de financement? 2 - L'innovation et le transfert de technologie : la recherche développement Comment se développent l'innovation et le transfert de technologie au sein des P.M.E. régionales? - Existe-t-il des domaines privilégiés en matière de recherche-développement Quels sont les partenariats avec le milieu de la recherche publique et privée Quels sont les liens entre les donneurs d'ordre et les sous-traitants? - Quelles relations avec les besoins des clients en termes d'innovation? - Comment l'innovation est-elle gérée à l'intérieur de l'entreprise : formation, personnels spécifiques, démarche concertée? L'innovation et le transfert de technologie font-ils l'objet de financements spécifiques? 3 - La normalisation et la certification > en matière de qualité > en matière d'environnement - Quelles sont les normes imposées aux entreprises? Par qui - Sont-elles des atouts ou des contraintes? Quel est l'impact sur le développement de l'entreprise, à l'export notamment? Quelles sont les prises en compte des besoins des clients? Comment la normalisation et la certification sont-elles perçues par les personnels? (formation, personnels spécifiques, etc.)? 5

6 LESP.M.E.-P M I. : PRESENTATION 1 - QU'EST-CE QU'UNE P.M.E.? ESSAI DE DEFINITION Il est nécessaire de parvenir à une définition communément admise de ce qu'est une P.M.E., afin de délimiter clairement le champ de l'étude. Il s'avère que la définition d'une P.M.E. est un problème complexe. En effet, il convient de savoir que les P.M.E. ne constituent pas un sujet standard d'étude pour l'insee. Aussi, il faut disposer d'une définition claire afin de pouvoir passer une commande précise et ainsi de disposer de données fiables. La P.M.E. peut être définie à la fois au regard des autres types d'entreprise et sur la base de critères quantitatifs qui sont généralement l'effectif salarié et le chiffre d'affaires. Lorsque l'on parle d'entreprise, on parle de P.M.E., mais également de Toute Petite Entreprise (T.P.E.), de grande entreprise, de Petite et Moyenne entreprise Industrielle (P.M.I.). Il est important de clarifier ce que signifient ces différentes appellations. 1 - La grande entreprise Il est possible de retenir comme critère de délimitation entre la P.M.E. et la grande entreprise, celui généralement utilisé par les statisticiens, le chiffre unique de 500 salariés. 2 - La T.P.E. Les T.P.E. sont habituellement considérées comme ayant un effectif salarié inférieur à dix, critère qui présente une cassure statistique en raison d'un seuil de blocage lié à des obligations sociales plus précises. Par ailleurs, ce seuil de dix salariés fait qu'un certain nombre de T.P.E. appartiennent, de par leur activité et leur taille, au secteur de l'artisanat. L'artisanat correspond à un champ juridique clairement défini (inscription au répertoire des métiers). Il a déjà fait l'objet d'une autosaisine du CESR en mai 1995 «L'artisanat en Auvergne». 3 - La P.M.E. L'INSEE retient la définition suivante «entreprises dont l'effectif est, généralement, compris entre 10 et 499 salariés». 7

7 4 - La P.M.I. Ce sont des P.M.E. dont l'activité principale relève du secteur industrie. Les statistiques de l'union européenne sur les P.M.I. reposent sur 3 critères - effectifs inférieurs à 500 salariés et généralement supérieur à 20 salariés, - actif net inférieur à 75 millions d'écus, - non-appartenance à un groupe dont la tête n'est pas elle-même une P.M.I. b Eléments de définition des P.M.E.-P.M.I. Plusieurs critères peuvent être retenus pour parvenir à définir une P.M.E. - Le critère de taille Les tableaux de l'économie française de l'insee définissent la P.M.E. comme étant une entreprise de 10 à 500 salariés (y compris le chef d'entreprise), la P.M.I. étant une P.M.E. ayant une activité industrielle. Sur cette base, on compte environ 3500 P.M.E. en Auvergne, soit 6 % du parc total d'entreprises. Par ailleurs, 90 % de ce dernier est composé par des entreprises de moins de 10 salariés, celles ne comptant aucun salarié représentant plus de la moitié du parc. Les grandes entreprises (+ de 500 salariés) sont environ une trentaine. La part des P.M.E. en Auvergne est comparable à celle au niveau national (7 %). Il n'existe cependant pas un seul et unique critère de taille. Ainsi, Eurostat, l'office statistique européen, définit la P.M.E. comme une entreprise de moins de 250 salariés. De même, ce critère n'est pas forcément légitime : selon la nature de l'activité ou la taille moyenne régionale des entreprises, la coupure à un certain seuil d'effectif peut paraître arbitraire car des entreprises peuvent avoir les mêmes comportements économiques. De plus, la frontière peut être déplacée vers le haut ou vers le bas. C'est le cas notamment des entreprises de moins de 10 salariés inscrites au répertoire des métiers et qui peuvent le rester jusqu'à concurrence de 17 personnes (16 salariés + le chef d'entreprise). Enfin, au-delà du critère de taille, doit-on prendre en compte les seules entreprises ou élargir le champ d'investigation aux établissements? La notion d'établissement principal doit-elle être privilégiée par rapport à celle d'établissement siège? Ces questions se posent particulièrement pour la localisation des moyens de production. Ainsi, une P.M.E. régionale peut être par exemple un établissement secondaire d'une entreprise dont le siège est situé hors de la région mais qui concentre plus de la moitié des effectifs totaux de l'entreprise. 8

8 - Les autres critères Au-delà du critère de taille, le chiffre d'affaires et le taux d'exportation peuvent également être des variables discriminatoires, entrant dans la définition de la P.M.E. Ainsi, son capital ne doit pas être détenu à 25 % au plus par une ou plusieurs firmes qui ne correspondent pas à la définition de la P.M.E. De plus, les P.M.E. ne constituent pas un ensemble homogène. Aussi, la bonne définition de la P.M.E. dépend de la problématique abordée. Il peut y avoir autant de définitions que de problématiques. Au vu de ces définitions, à partir du seul critère de l'effectif, on peut établir le tableau comparatif suivant : Dans la partie «constats» consacrée à la connaissance des P.M.E., la Commission spéciale du C.E.S.R. a décidé de ne pas s'arrêter, dans la collecte des données, à une taille d'entreprises mais de considérer l'ensemble des entreprises auvergnates, réparties par taille d'effectifs salariés. Cela présente l'avantage de permettre une connaissance globale de l'entreprise en Auvergne et, ensuite, permet, selon la définition retenue, un positionnement des P.M.E. régionales dans l'ensemble des entreprises régionales. Ainsi, l'ensemble des données recueillies prennent-elles SYSTEMATIQUEMENT en compte les entreprises réparties selon les tranches suivantes 9

9 Il - BREF RAPPEL HISTORIQUE Le XXème siècle a débuté par une prééminence des grandes entreprises sur les petites. Le taylorisme qui prônait la spécialisation, la parcellisation, les grandes séries et les grandes tailles, devenait dans les années 1910/1912 la référence essentielle de la «philosophie» industrielle. La période entre les deux guerres mondiales, marquée par une crise économique (1929) puis par une crise sociale (1936), a confirmé la suprématie des grandes structures. Les trente années de l'après seconde guerre mondiale, dites «trente glorieuses» ( ), ont été dominées par le souci de produire pour une consommation de masse. La nécessité d'un développement important des capacités de production a donc également avantagé considérablement les grandes structures. Ainsi, mesuré en termes d'emplois, «le poids des petits établissements industriels s'est réduit en France, aux Etats-Unis et en Allemagne, de plus de 30 % du début du siècle au début des années 1970, malgré un regain passager dans les années 30»'. On assiste au milieu des années 70 à un virage dû à une évolution sociale forte avec, en particulier, le besoin de redonner sa place aux relations humaines dans l'entreprise et l'apparition de la formule «small is beautiful» z, à une montée des services et surtout à la crise économique (choc pétrolier de 1974). Ce virage est à l'origine d'une progression considérable de la «valeur P.M.E.» dans l a société française et à une réapparition des P.M.E. dans l'activité, qui n'a fait que se confirmer depuis, sous l'égide notamment d'organismes professionnels, tels que la Confédération générale des P.M.E. (C.G.P.M.E.). Les P.M.E. jouent désormais un rôle dominant dans les mouvements de l'emploi, alors que les grands groupes perdent des emplois ; la taille des entreprises décroît, mais celles des unités tertiaires augmente ; le monde des entreprises connaît une démographie agitée : en 1991, une entreprise sur trois a moins de 10 ans d'existence. III - LES ENTREPRISES EN AUVERGNE 1 - La prépondérance d'établissements de très petite taille Au 1er j anvier 1998, l'auvergne comptait établissements 3, soit 2,23 % du parc national. Les établissements pris en compte appartiennent au champ ICS qui désigne l' ensemble des secteurs marchands de l'industrie, de la construction, du commerce et des services (ce secteur étant amputé des activités financières). Par ailleurs, l'agriculture est exclue du champ du fait du manque de fiabilité des données actuelles. 48 % des établissements sont des entreprises individuelles ne comptant aucun salarié (46,8 % au niveau national). - Source INSEE première - février 1993, cité dans «Enquête sur les P.M.E. françaises» de B. DUCHENEAUT ' - inventée par F.E. SCHUMACHER ' - Un établissement = une unité locale de production. Une entreprise peut exercer son activité dans différents lieux et donc avoir plusieurs établissements. 82 % des entreprises auvergnates ne comptent qu'un seul établissement. 1 0

10 Les établissements avec au moins un salarié se répartissent de la manière suivante Comme le montre le graphique ci-dessus, au-delà de la forte représentation des établissements sans salarié, l'auvergne se caractérise également par la part extrêmement importante des établissements de moins de dix salariés. Les P.M.E. entendues comme des établissements entre 10 et 250 salariés représentent donc 12,7 % de l'ensemble des établissements avec au moins un salarié et seulement 6,65 % tous établissements confondus. 2 - Une typologie des établissements quasi identique à celle de l'ensemble des établissements français 1 1

11 Le tableau ci-dessus montre que la répartition des établissements par taille est quasi identique en Auvergne à celle de la France. L'Auvergne ne se caractérise donc pas par un tissu de P.M.E. plus important, contrairement ce qu'on aurait pu penser : elle est même inférieure de près d'un point à la moyenne française. Par contre, elle compte plus d'entreprises individuelles. 3 - Une évolution défavorable du nombre de petits et grands établissements... Globalement, l e nombre de P.M.E. françaises a été en croissance alors que ce n'est pas le cas des autres catégories d'établissements. Ce sont particulièrement les établissements de 1 à 49 salariés qui ont le mieux résisté par rapport aux très petits (0 salarié) et aux grands établissements (plus de 500 salariés). Ceux-ci ont en effet diminué entre 1984 et 1998 dans des proportions allant de moins 30 % à moins 48 % en Auvergne. Si les baisses sont moins importantes au niveau national, elles restent cependant significatives. La perte d'établissements de plus de 500 salariés est supérieure à 50 %, mais portait sur un petit nombre : l'auvergne en 1984 comptait 43 établissements de cette taille, ils ne sont plus que 22 en

12 mais un poids important des établissements de moins de 250 salariés dans l'emploi 1 3

13 En prenant la nouvelle nomenclature spatiale élaborée par l'insee, on constate que la part des établissements situés en milieu rural auvergnat est très importante, même si 58 % des établissements sont situés dans des aires urbaines, c'est-à-dire dans une zone constituée d'un pôle urbain et de sa couronne périurbaine ainsi que des communes multipolarisées, également périurbaines. 1 4

14 mais des effectifs salariés situés en zones urbaines Toutefois, la situation géographique des établissements doit être relativisée au vu de celle des effectifs salariés, puisque seulement 29 % d'entre eux sont situés dans l'espace à dominante rurale. 8 - Une forte implantation régionale des entreprises La quasi totalité des entreprises régionales sont des entreprises à statut «monorégional» ou «quasi régional». Cela signifie que tous les établissements de l' entreprise sont situés dans la région ou que, bien qu'ayant des établissements dans d'autres régions, au moins 80 % des effectifs de l'entreprise sont en Auvergne. Cette part est identique au niveau national. 1 5

15 9 - Les établissements appartiennent en grande majorité au secteur tertiaire 10 - Les établissements du secteur tertiaire ont moins diminué que dans les autres secteurs

16 mais les effectifs salariés sont répartis de manière équilibrée entre l'industrie et le secteur tertiaire Alors qu'en termes de nombre d'établissements, le tertiaire pèse énormément, la situation est différente lorsqu'on considère la répartition des effectifs salariés. Pour 72 des établissements, le tertiaire ne représente que 44 % des effectifs salariés. Cela est dû au fait que ce secteur compte un grand nombre de petits établissements Les P.M.E. prépondérantes dans certains secteurs

17 avec toutefois seulement un secteur qui progresse : le tertiaire Bien qu'ayant connu, comme les deux autres secteurs, une baisse de ses effectifs salariés, le secteur tertiaire est reparti à la hausse après La hausse des effectifs salariés du secteur tertiaire a principalement été le fait des entreprises appartenant aux secteurs des services aux entreprises et des services aux particuliers puisque sur les effectifs salariés supplémentaires dans ce secteur, travaillent dans ces deux secteurs, soit 77, 4 % de la hausse d'effectifs. 1 8

18 14 - Tous les secteurs n'ont pas évolué de la même manière Entre 1993 et 1998, alors que 8 secteurs sur 12 connaissaient des hausses de leurs effectifs salariés, en France, seuls deux d'entre eux étaient en petite augmentation : les services aux particuliers de 1,3 % et l'énergie de 1,9 %. Par ailleurs, en Auvergne, quatre secteurs ont connu une évolution positive de leurs effectifs salariés supérieure à 10 % : l'automobile, les services aux entreprises, l'énergie et les services aux particuliers. IV - LA DEMOGRAPHIE DES ENTREPRISES EN AUVERGNE 1 - Les créations d'entreprises De 1987 à 1996, un peu plus de entreprises ont vu le jour, en moyenne, chaque année. Ce qui représente 1,7 % du total des entreprises créées sur le territoire national pour la même période. Le parc d'entreprises auvergnates (champ ICS) étant d'un peu plus de entreprises, c'est donc environ une entreprise nouvelle sur dix qui apparaît chaque année en moyenne depuis 10 ans. Mais ces entreprises ne sont pas 1 9

19 toutes entièrement nouvelles. S'il s'agit, pour 54 % des cas, de créations pures, on compte 28 % de reprises d'entreprises déjà existantes. Et, dans 18 % des cas, il s'agit de réactivations d'entreprises individuelles, souvent liées à des activités saisonnières ou à des entrepreneurs alternant profession indépendante et emploi salarié. Cependant, les créations pures diminuent régulièrement d'un peu plus de 2 % chaque année et les reprises sont encore plus touchées avec une baisse moyenne de 3,4 %. Entre 1987 et 1996, le volume annuel des créations est en baisse constante dans presque tous les secteurs. Seuls les services aux entreprises et les services aux ménages connaissent une évolution de ce volume encore positive. Les entreprises créées sont affaire de volonté individuelle. En effet, près des trois-quarts des créateurs auvergnats sont des entrepreneurs individuels. Selon les années, ils représentent entre 68 et 76 % du nombre des créations. 2 - La survie des entreprises En France, l'entreprise nouvellement créée résiste plus ou moins bien au temps. Ainsi, seule une entreprise créée sur deux atteint son cinquième anniversaire. Par contre, en Auvergne, si le taux de création d'entreprises est assez faible, celles-ci résistent relativement mieux par rapport à la moyenne nationale. Sur une génération d'entreprises créées en 1987 (créations pures et reprises), au bout dé cinq ans, 52 % d'entre elles sont toujours en activité dans notre région. Ce taux en France est en retrait de quatre points, soit 48 %. La cessation d'activité est plus forte pour les entreprises individuelles ainsi que pour celles qui sont créées sans salarié, conformément à ce que l'on peut observer nationalement. La vitalité des entreprises auvergnates perdure. Deux ans plus tard, les entreprises de la génération 1987 sont toujours en «meilleure santé» en Auvergne qu'en France. 3 - Les défaillances d'entreprises Entre 1989 et 1996, le nombre de défaillances comptabilisées en France a progressé de 25 %. Dans la région, le nombre de défaillances a globalement baissé de 5 %. 4 - Les cessations d'entreprises Le nombre d'entreprises auvergnates cessant chaque année leur activité a connu globalement une baisse entre 1989 et 1996, plus particulièrement marquée entre 1992 et

20 Une première approche de la situation générale peut laisser penser que les P.M.E.- P.M.I. auvergnates disposent de peu de capitaux propres, ce qui pose la question du financement des hauts de bilan, la région dispose des outils financiers nécessaires et suffisants. Par ailleurs, l'analyse des fonds disponibles dus à l'épargne montre que le rapport entre les dépôts et les crédits en Auvergne est de 60 / 40 ; cela tient notamment au peu de projets à accompagner. Il est donc certain qu'il faut trouver les moyens de mieux mobiliser cette épargne disponible. Depuis quatre ans, l'auvergne a un tissu économique stable, disposant d'un réseau de P.M.E. structuré, disponible et structurant. Aujourd'hui, tous les outils financiers nécessaires existent ; les projets de création innovants bénéficient également d'une bonne prise en charge. Globalement, les entreprises rencontrent peu de difficultés dans ce domaine, sauf en ce qui concerne les très petites entreprises. Une vraie question réside dans le peu de lisibilité des aides apportées par les collectivités et les différents acteurs. 1 - PARTICULARITES DES P.M.E. AUVERGNATES Les P.M.E. d'auvergne sont très diversifiées en termes d'activités. De ce fait les besoins en capitaux sont différents selon les branches. Elles sont moins fortement capitalisées et apparemment moins rentables et, contradictoirement, le faible taux de défaillance montre qu'elles sont plus solides que la moyenne nationale. De plus, les chefs d'entreprise sont peu communicants. Ainsi, on possède en Auvergne des entreprises leader sur le marché mondial, mais elles ne le font pas savoir. Cependant, l'analyse des entreprises ne doit pas se limiter aux questions de financement ; les hommes et les marchés sont également des données essentielles. Ainsi, il est important que les P.M.E. développent leurs compétences managériales qui ne doit pas se limiter au seul chef d'entreprise. Le profil des chefs d'entreprise fait apparaître peut-être un manque de conseil en gestion, ce qui peut constituer un frein à l'embauche de cadres. De plus, au-delà du critère des fonds propres dont dispose une entreprise, son positionnement sur le marché est essentiel dans l'analyse. Il n'existe pas de contraintes particulières à l'auvergne si ce n'est, comme pour l'ensemble des P.M.E. françaises, la dépendance par rapport à un donneur d'ordre. 2 1

21 Il - LES CARACTERISTIQUES DES P.M.E. AUVERGNATES Les P.M.E. en Auvergne sont : - des entreprises de petite taille, à dominante industrielle et à forte compétence ; l es P.M.E. commerciales sont dynamiques, mais semble-t-il moins que dans le passé, au niveau national, - des entreprises reposant de plus en plus sur un produit plus que sur la soustraitance ; ceci constitue un atout certain, y compris dans le domaine de la sous-traitance où les donneurs d'ordre demandent de plus en plus des sousensembles de pièces, des entreprises qui disposent d'un potentiel mais qui dégagent actuellement une valeur ajoutée plutôt faible ; cependant, en développant des produits en propre et en y ajoutant du service, la valeur ajoutée devrait progresser. Les P.M.E. auvergnates évoluent dans un marché régional peu important et moyennement actif. Comme au niveau national, on assiste toutefois à une volonté récente d'ouverture de ce marché. La fonction de chef d'entreprise évolue actuellement du technique vers le commercial. Le renforcement de l'encadrement commercial reste néanmoins une nécessité. La direction d'entreprise est généralement exercée par une seule personne même si on assiste depuis peu à l'apparition d'équipes dirigeantes ; toutefois, le chef d'entreprise reste encore timoré par le recrutement de personnels avec un haut niveau de qualification. Il doit absolument s'efforcer de déléguer la fonction commerciale. Les P.M.E. auvergnates se caractérisent également par : un sens de l'économie et de la mesure qui se traduit par un respect des délais et des critères de qualité, - des réactions d'autarcie dues au désenclavement inachevé de la région ; cela se manifeste par une faible demande systématique d'aides financières, sauf peut-être au moment de la création ; de plus, lorsqu'un chef d'entreprise sollicite une aide, c'est qu'il en a vraiment besoin ; aussi, la réponse à cette demande doit être rapide, car elle permet d'accélérer la réalisation du projet, - l e sérieux et la conscience professionnelle reconnus aux Auvergnats. Ces constats s'appuient sur deux études récentes conduites par la Banque de France - une étude publiée en septembre 1998 sur les entreprises industrielles, - l'étude conjoncturelle de mars

22 Ces études portent sur un échantillon d'entreprises qui ont plus de 5 MF de chiffre d'affaires et plus de 10 salariés. Il couvre 64 % de la population des entreprises recensées par l'insee dans le secteur de l'industrie. Divers points se dégagent de ces études : Les P.M.E. en Auvergne ont un taux d'exportation encore trop faible par rapport au niveau national, dû notamment à l'importance de la part des entreprises qui appartiennent au secteur des biens intermédiaires. Au-delà de ce constat, il n'existe aucune raison objective à une moindre compétitivité des P.M.E. régionales. Pour leur développement à l'exportation, l'entrée en vigueur de l'euro et Internet constituent deux opportunités intéressantes. En ce qui concerne l'euro, les entreprises auvergnates ne sont pas en retard ; en fait, c'est toute l'économie française qui l'est. De même en ce qui concerne le passage de l' an 2000, les entreprises n'ont pris les décisions d'investissement nécessaires qu'à la dernière minute, comme ailleurs. L'équipement par salarié est également inférieur à la moyenne nationale, même si l'investissement par salarié est plus élevé. Deux raisons expliquent cela : un retard à combler et des entreprises à forte main d'oeuvre. Qui plus est, le fort taux d'investissement des entreprises est dû aux nouvelles technologies et à la recherche de nouveaux produits. Les entreprises auvergnates se caractérisaient traditionnellement par un manque de fonds propres, même si depuis 1992 cette situation tend à régresser comme en témoigne la moindre utilisation des crédits à court terme par les entreprises. On assiste parallèlement à une amélioration de leur résultat final d'exploitation Les structures financières des entreprises se sont donc réellement améliorées ; ce bon point doit permettre aux entreprises de poursuivre leur développement. Aujourd'hui, l'un des freins à l'investissement tient au manque d'ouverture du capital sur l'extérieur qui se traduit par une forte détention du capital des entreprises par des noyaux familiaux ou locaux et à une conjoncture favorable qui tendrait à différer les nécessités d'investissement. 2 3

23 En conclusion, depuis 1998, le développement des entreprises régionales paraît être identique à celui constaté nationalement. Depuis deux à trois ans, la situation des P.M.E. auvergnates connaît une évolution favorable due à l'amélioration de l'environnement économique et une meilleure connaissance de leur rôle. Les P.M.E. auvergnates, qui ont traversé sans trop de difficultés la crise des années , sont d'excellente qualité car elles ont eu la capacité de se restructurer et de s'adapter. III - TYPOLOGIE DES P.M.E.-P.M.I. AUVERGNATES Sous les réserves exprimées précédemment, les P.M.E. régionales paraissent globalement bien gérées, du fait : - de la prudence de leurs dirigeants, - de la présence d'équipes et de collaborateurs conscients de la nécessité de maîtriser et de respecter la valeur des choses et ce, à tous les postes de travail, d'un sentiment très fort d'appartenance des personnels à l'entreprise, ce qui constitue un atout essentiel. Cependant, les chefs d'entreprise sont trop réservés par rapport à l'ouverture du capital de l'entreprise. Ces structures ne devraient pas rester la propriété d'une seule personne, cela constitue un handicap. Il existe par ailleurs une réelle attente de l'encadrement et des personnels à l'ouverture du capital. Mais, cela doit être fait quand tout va bien. Actuellement, l'intéressement des collaborateurs concerne très peu d'entreprises en Auvergne. Enfin, toutes les P.M.E. sont un jour touchées par la mondialisation. L'Auvergne a une réelle carte à jouer dans l'accès aux marchés européens et ensuite mondiaux car les P.M.E. auvergnates offrent des prix compétitifs, - elles savent jouer la carte de l'innovation et de la différenciation par la mise en place de produits nouveaux. Enfin, il faut également que cela s'accompagne d'investissements plus importants dans la normalisation et la protection de l'environnement. IV - ATOUTS DES ENTREPRISES AUVERGNATES Les entreprises régionales disposent des atouts suivants - pas de spécificités négatives ni de différences notables avec les entreprises d'autres régions, 24

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos 1 sur 7 Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos Présentation générale Le ministère chargé de la recherche et de la technologie

Plus en détail

Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard

Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard Document réalisé par le Conseil général du Gard Direction du Développement de l Economie et de l Emploi Juin 2012 Conseil Conseil PACTE NACRE

Plus en détail

PANORAMA DES AIDES. - Les aides de l'etat sont de deux types

PANORAMA DES AIDES. - Les aides de l'etat sont de deux types PANORAMA DES AIDES Les aides à l'industrie sont trop nombreuses et multiformes. Elles proviennent de trop d'échelons institutionnels, de trop d'administrations sectorielles et revêtent autant d'aspects

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES avril 2011 ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES Entre: - L'Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, ministre de l'economie, des Finances et de l'industrie et par Monsieur Frédéric

Plus en détail

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Quelle est la différence entre une réduction d impôt et un crédit d impôt? La réduction d impôt vient en déduction de l impôt. Dans le cas où le montant de la réduction

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale?

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? La création reprise d entreprise artisanale Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? 2 Editorial L artisanat, première

Plus en détail

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012 www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux SYNDICAT DES INDÉPENDANTS RÉPONDRE AUX BESOINS

Plus en détail

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse.................................. p.2 et 3 Bilan des P2RI en Pays

Plus en détail

Appel d'offres. Programme d'actions collectives de formation pour les centres de relation client TPE & PME situés en Ile de France - 2011.

Appel d'offres. Programme d'actions collectives de formation pour les centres de relation client TPE & PME situés en Ile de France - 2011. Appel d'offres Programme d'actions collectives de formation pour les centres de relation client TPE & PME situés en Ile de France - 2011 Contact: Sophie Hingant - Responsable Projets - tel : 01 40 08 16

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

Licence Professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat

Licence Professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat Licence Professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat BAC+3 Domaine : Droit, Economie, Gestion Dénomination nationale : Management des organisations Organisation : Ecole

Plus en détail

A quelle(s) aide(s) ai-je le droit. 12h00 à 13h00

A quelle(s) aide(s) ai-je le droit. 12h00 à 13h00 CONFÉRENCE 13/10/2014 A quelle(s) aide(s) ai-je le droit 12h00 à 13h00 Marielle BONNEIL, Expert Comptable et Présidente CCE13 Nadine BAILLOFET, CCI Vaucluse Aides Financières aux entreprises à la création

Plus en détail

Quels financements publics pour une start-up?

Quels financements publics pour une start-up? Quels financements publics pour une start-up? Photomontage Journal du Net Outre les investisseurs en capital-risque, il existe d'autres leviers de développement pour les start-up de l'e-business. Collectivités

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

«FCI Limousin SAS» Société par Action simplifiée au capital de 17 000 000 euros. Siège social : 27, Boulevard de la Corderie - 87031 LIMOGES CEDEX

«FCI Limousin SAS» Société par Action simplifiée au capital de 17 000 000 euros. Siège social : 27, Boulevard de la Corderie - 87031 LIMOGES CEDEX «FCI Limousin SAS» Société par Action simplifiée au capital de 17 000 000 euros Siège social : 27, Boulevard de la Corderie - 87031 LIMOGES CEDEX Charte-cadre du candidat au label «Co-investisseur du FCI

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

LANCEMENT DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER FSE POITOU-CHARENTES 2014-2020. ATELIER 1 : Recherche, développement, innovation et PME Mardi 21 avril 2015

LANCEMENT DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER FSE POITOU-CHARENTES 2014-2020. ATELIER 1 : Recherche, développement, innovation et PME Mardi 21 avril 2015 LANCEMENT DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER FSE POITOU-CHARENTES 2014-2020 ATELIER 1 : Recherche, développement, innovation et PME Mardi 21 avril 2015 Monsieur Jean-François MACAIRE Président de la Région

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

ANNEXE I A - REGIME-CADRE D'INTERVENTIONS PUBLIQUES EN FAVEUR DE FONDS DE PRETS D'HONNEUR D'AIDE A LA CREATION D'ENTREPRISE - N 447/2000

ANNEXE I A - REGIME-CADRE D'INTERVENTIONS PUBLIQUES EN FAVEUR DE FONDS DE PRETS D'HONNEUR D'AIDE A LA CREATION D'ENTREPRISE - N 447/2000 ANNEXE I A - REGIME-CADRE D'INTERVENTIONS PUBLIQUES EN FAVEUR DE FONDS DE PRETS D'HONNEUR D'AIDE A LA CREATION D'ENTREPRISE - N 447/2000 Introduction: La Commission européenne a adopté le 23 mai 2001 le

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 13.03.2014 C(2014) 1606 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'etat n SA.38110 (2014/N) France Régime cadre d'interventions

Plus en détail

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise»

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» Vendredi 8 novembre 2013 CONTACTS PRESSE : CG74 LESLIE GROS 04 50 33 49 89 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30 CMA SYLVAIN POULLET

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020 Page 1 Axe Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. FEDER) Objectif Spécifique Priorité d'investissement (art. 5 Règ. FEDER) Intitulé de l'action Guichet unique / Rédacteur Axe 1 : investir dans

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

La Bourse aux Financements Solidaires (BFS)

La Bourse aux Financements Solidaires (BFS) La Bourse aux Financements Solidaires (BFS) 1/ Contexte Socio-économique global La BFS est née d'un double constat. D'une part, le parcours d'un créateur d'entreprise ou d'activité est difficile, particulièrement

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

SOUS-FONDS PUBLICATIONS EVENEMENTIELLES SERIES ACCORDS HORS UE SOUS-SERIES COTONOU DOSSIERS : PIECES : 20000623 DATES 2000 VERSIONS LINGUISTIQUES :

SOUS-FONDS PUBLICATIONS EVENEMENTIELLES SERIES ACCORDS HORS UE SOUS-SERIES COTONOU DOSSIERS : PIECES : 20000623 DATES 2000 VERSIONS LINGUISTIQUES : BEI PUBLICATIONS ACCORDS HORS UE COTONOU 20000 623 2000 FR8 FONDS BEI SOUS-FONDS PUBLICATIONS SERIES EVENEMENTIELLES SOUS-SERIES ACCORDS HORS UE DOSSIERS : COTONOU PIECES : 20000623 DATES 2000 VERSIONS

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP SPI Proximité 2014» (le «Fonds»)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

FCPR Mandarine Capital Solidaire

FCPR Mandarine Capital Solidaire FCPR Mandarine Capital Solidaire 1 Historique Depuis le 01/01/2010*, les entreprises proposant des Plan Epargne Entreprise à leurs salariés ont l'obligation d'inclure un FCPE Solidaire dans leur offre

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes principaux résultats de l'étude Artiscan 4000 conduite par DEVELOPPEMENT CONSTRUCTION sur les artisans du bâtiment L'artisanat du bâtiment

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

DISPOSITIFS Accompagnement

DISPOSITIFS Accompagnement DISPOSITIFS Accompagnement JUILLET 2014 SOCIÉTÉ D'INVESTISSEMENT FRANCE ACTIVE /fr/outils/sifa.php Type d'aide : Accompagnement ; Prêt Financement remboursable /// Nature : prêt participatif ou compte

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT

STRATEGIE D INVESTISSEMENT EVALUATION EX-ANTE RELATIVE AU SOUTIEN ACCORDÉ À DES INSTRUMENTS FINANCIERS DANS LE CADRE DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER-FSE LORRAINE ET MASSIF DES VOSGES 2014-2020 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 0 INTRODUCTION

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Rapport d'activité -Année2011 -

Rapport d'activité -Année2011 - METZ TECHNOPOLE Société Anonyme d'economie Mixte Locale Au capital de 266 785,78 4 Rue Marconi 57070 METZ RCSMetz TIB 391 705 787 Rapport d'activité -Année2011 - A - ACTIVITE OE LA SOCIETE 1-LA SECTION

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

INNOVATION SOCIALE ET ECONOMIE PARTICIPATIVE en région Poitou-Charentes

INNOVATION SOCIALE ET ECONOMIE PARTICIPATIVE en région Poitou-Charentes CONCOURS INNOVATION SOCIALE ET ECONOMIE PARTICIPATIVE en région Poitou-Charentes ************* REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000 POITIERS REMISE DES DOSSIERS DE CANDIDATURE : le

Plus en détail

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques 12/10/2007 REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI Note de problématiques Les travaux des groupes paritaires de la délibération sociale ont fait

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat Promotion / Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat Objectif de cette licence professionnelle : Former des cadres intermédiaires du

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Intervention de Madame Delphine DAVID Conseillère régionale de Bretagne Maire de Montfort sur Meu

Intervention de Madame Delphine DAVID Conseillère régionale de Bretagne Maire de Montfort sur Meu P a g e 1 1 ère réunion du Conseil régional de Bretagne Avril 2015 Intervention de Madame Delphine DAVID Conseillère régionale de Bretagne Maire de Montfort sur Meu Mise en œuvre de la SRDEII : accélérer

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

I- Les dispositifs sans critères géographiques

I- Les dispositifs sans critères géographiques LE MEMENTO DES AIDES A LA CRÉATION ET A LA REPRISE D ENTREPRISE Plusieurs dispositifs ont été mis en place par les Pouvoirs Publics et les Collectivités Territoriales pour faciliter la création et la reprise

Plus en détail

1. Les interventions destinées à soutenir l innovation

1. Les interventions destinées à soutenir l innovation Fiche N : 414 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en financement des investissements Mots clés : Bpifrance, OSEO, financements, aides, services, innovation, investissements, croissance,

Plus en détail

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi»

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Paris, 9 avril 2015 Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Le Fonds Adie : Le fonds de dotation de l'adie lance 3 fonds pour l emploi - Jeunes, Femmes, Microfranchise solidaire - pour un programme philanthropique

Plus en détail

Date : 17/06/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 73,74,75,76,77 Rubrique : OPINIONS Diffusion : (78703) Périodicité : Quotidien Surface : 348 % Opinions

Date : 17/06/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 73,74,75,76,77 Rubrique : OPINIONS Diffusion : (78703) Périodicité : Quotidien Surface : 348 % Opinions Opinions Complémentaires santé: le défi de l'ultra-concurrence Date : 17/06/2014 OPINIONS > Alors que le marché de l assurance santé est en pleine mutation, ses acteurs sont-ils prêts à relever le défi

Plus en détail

Attentes liées aux prestations

Attentes liées aux prestations Appel à propositions du 26/05/2014 "Diagnostics de Sécurisation des Parcours Professionnels" Attentes liées aux prestations Projet SECURI'PASS 2.0 Cette opération bénéficie du soutien financier de l'etat,

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 21.1.2003 Objet: Aide d Etat NN 136/A/02 France Mesures concernant l'ecomusée d'alsace Monsieur le Ministre, 1. PROCÉDURE La Commission a reçu par courrier du 27 mars

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

avec La Région s engage et pour l emploi

avec La Région s engage et pour l emploi avec La Région s engage pour le financement des PME et pour l emploi 2 Financer les projets des petites et moyennes entreprises La Banque Publique d Investissement Pays de la Loire a été inaugurée au début

Plus en détail

Les aides régionales au financement des entreprises : six dispositifs pour soutenir leur création et leur développement

Les aides régionales au financement des entreprises : six dispositifs pour soutenir leur création et leur développement ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 342 - Juillet 20 Emploi Les ais régionales au financement s entreprises : six dispositifs pour soutenir leur création et leur développement La Région a mis en œuvre

Plus en détail

Parcours France 2014 Créer une entreprise en Vendômois

Parcours France 2014 Créer une entreprise en Vendômois Parcours France 2014 Créer une entreprise en Vendômois Vos contacts : Bienvenue à la BGE Loir-et-Cher ISMER Depuis 1993 nous vous accompagnons de l'idée au développement de votre entreprise. Les missions

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

Appel à projet 2010. Axe 1 : anticipation des travailleurs et des entreprises aux mutations économiques

Appel à projet 2010. Axe 1 : anticipation des travailleurs et des entreprises aux mutations économiques Appel à projet 2010 Axe 1 : anticipation des travailleurs et des entreprises aux mutations économiques Mesure 13 : Création d activité et esprit d entreprise Sous mesure 131 : Accompagnement des créateurs

Plus en détail

Les Entreprises du Libre. Cartographie des Entreprises du Logiciel Libre du CNLL

Les Entreprises du Libre. Cartographie des Entreprises du Logiciel Libre du CNLL Les Entreprises du Libre Cartographie des Entreprises du Logiciel Libre du CNLL Page 2 AVANT PROPOS «Le Conseil National du Logiciel Libre a été créé en février 2010, par les grandes associations du Logiciel

Plus en détail

Création de Fonds Communs de Placement à Risque

Création de Fonds Communs de Placement à Risque LA RÉGION SOUTIENT LES ENTREPRISES LOCALES Création de Fonds Communs de Placement à Risque Pour mieux accompagner la création d entreprise, pour soutenir sa croissance et faciliter sa reprise DOSSIER DE

Plus en détail

ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT

ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT Réf : FI09AA / 000 003 183 38704 / C1G4 Pour tout renseignement concernant cette enquête, vous pouvez contacter M xxxxxxxxxx - Tél.xx xx xx xx xx - Courriel : xxxxxxxxxx@insee.fr

Plus en détail

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé Ralph Denizé Montréal, Canada 1. TABLE DES MATIERES Le FOMIN en Bref Le mandat du FOMIN Le FOMIN en chiffres Le FOMIN en Haiti FOMIN Haiti en chiffres FOMIN

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Accès facilité aux dispositifs et renforcement de la communication, Valorisation et reconnaissance des pratiques des entreprises régionales

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Economie solidaire : présentation de la FEBEA

Economie solidaire : présentation de la FEBEA Economie solidaire : présentation de la FEBEA BIM - 29 juin 2004 Anne-Claude CREUSOT Le 25 mai dernier, nous faisions un tour d'horizon des produits d'épargne solidaire et éthique en. Aujourd'hui, le BIM

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 5 L'ACTIVITÉ DU

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

Anticiper les difficultés financières : l'apport du scoring comportemental

Anticiper les difficultés financières : l'apport du scoring comportemental Anticiper les difficultés financières : l'apport du scoring comportemental Le développement de l'industrie du crédit, telle qu'on la connaît aujourd'hui, a notamment été rendu possible grâce au modèle

Plus en détail

C'est aux Associations que les Français font d'abord confiance pour lutter contre les difficultés provoquées par la crise

C'est aux Associations que les Français font d'abord confiance pour lutter contre les difficultés provoquées par la crise Communiqué de presse 29 octobre 2009 LES FRANÇAIS, LES ASSOCIATIONS ET LA CRISE 1 Sondage exclusif CSA / CHORUM/ CREDIT COOPERATIF / MAIF présenté le 5 Novembre 2009 lors du Forum national des associations

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France dans la filière des rencontres et événements d affaires

Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France dans la filière des rencontres et événements d affaires Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France dans la filière des rencontres et événements d affaires ATOUT France ATOUT FRANCE, né du rapprochement en 2009 d ODIT FRANCE et de Maison de la France

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2015-2016

APPEL A PROJETS 2015-2016 APPEL A PROJETS 2015-2016 Organisme Intermédiaire des PLIE Sud-Aquitains Programme opérationnel national Fonds Social Européen pour l inclusion et l emploi Axe 3 / Objectif thématique 9 / Objectif spécifique

Plus en détail

Une solution de gestion financière de la crise

Une solution de gestion financière de la crise 64EME CONGRES DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES /// NANTES 2009 FICHE PRATIQUE : FACTOR Une solution de gestion financière de la crise Les fiches pratiques de l'ordre des experts-comptables vous donnent

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail