Suivi de conjoncture économique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Suivi de conjoncture économique"

Transcription

1 Suivi de conjoncture économique 1 mars 217 DIRECCTE de Corse Service Statistiques Etudes et Veille Economique

2 Industrie Fin 216, le nombre de créations d entreprises dans le secteur industriel progresse légèrement sur un an. 9 Créations Défaillances Toutefois, sur l ensemble de l année la création d entreprises industrielles est moins dynamique qu en % au 4ème trimestre 216, par rapport à la même période de 215 (+5 créations). 15 créations supplémentaires entre les 3 ème et 4 ème trimestre Sur l ensemble de l année: 215 entreprises créées contre 25 un an auparavant. 3 Évolution trimestrielle des créations et défaillances d entreprises dans le secteur de l industrie / Source: INSEE T4 215T1 215T2 215T3 215T4 216T1 216T2 216T3 216T4 La part des microentreprises dans la création d entreprises industrielles décroit:47%au4 ème trimestre216contre57%unanauparavant. Mais c est dans ce secteur qu elle reste la plus élevée: tout secteur confondu 35% des créations se font sous le statut de microentreprise. Part des créations d entreprises sous statut de microentreprises parmi l ensemble des créations d entreprises du secteur de l industrie données en cumul trimestriel Source: INSEE Part des microentreprises T % T % T %

3 Industrie Selon l enquête activité de la Banque de France: La tendance générale du secteur en Corse reste positive. Toutes les branches affichent un niveau d activité en hausse par rapport à l année précédente. Les prévisions d activités du secteur sont en retrait à court terme mais positives à moyen terme et les carnets de commandes sont jugés favorables dans toutes les branches, notamment dans l agroalimentaire. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) pour le secteur de l industrie en février 217 Source: enquête de satisfaction, Banque de France Fin novembre 216, 285 M ont été mobilisés par les entreprises industriels. Tant les crédits d investissements (moyen et longs termes) que ceux de trésoreries (courts termes) progressent sur un an: Crédits de moyens et longs termes Crédits de courts termes Crédits d investissements: +11% sur un an(+25 M ) Crédits de trésorerie: +4% sur un an(+1m ) 15 1 Évolution des encours de crédits mobilisés par les entreprises de l industrie Données brutes à fin novembre Source: Banque de France, FIBEN Retraitement DIRECCTE

4 Industrie Le secteur industriel enregistre une baisse d activité au dernier trimestre Malgré l embellie enregistrée en début d année, le chiffre d affaire déclarées par les entreprises industrielles est en léger recul par rapport à l année précédente Baisse de,4% du chiffre d affaire des entreprises industrielles entre 216 et 215 (-4M ). Essentiellement due à un 4 ème trimestre mal orienté(-19m sur un an) Malgré la bonne situation enregistrée au 1 er trimestre (+18M par rapport au 1 er trimestre 215). 1 5 Évolution des chiffres d affaires déclarés par trimestre (en M ) par les entreprises corses soumises à la TVA. Source: états annuels TVAMENS DECLA A21 du bureau DGFIP GF3C DGE et hors DGE T1 T2 T3 T4

5 Industrie Comme le trimestre précédent, l emploi salarié continue de progresser dans ce secteur par rapport à l année précédente. Après un début d année un peu morose, le secteur crée des emplois sur le reste de l année 216. L emploi salarié progresse de 1,4% sur un an au 3 ème trimestre 216(soit une centaine d emplois créés) Sur de petits chiffres, les effectifs intérimaires présents dans les entreprises de l industrie sont en nette baisse par rapport à 215. Les déclarations d embauche confirment cette bonne tendance de l emploi dans l industrie: +18% sur un an. Évolution de l emploi salarié marchand et de l intérim dans le secteur de l industrie. Emploi en fin de trimestre. / Source: INSEE, DARES Emploi salarié Emploi intérimaire 55 Emploi salarié Nombre de contrats intérims en cours en fin de trimestre sur 5 jours pertinents En revanche, sur la fin de l année, le secteur recourt davantage à l activité partielle. Entre novembre et décembre, près de 1 heures d activité partielle de plus ont été consommées par rapport àlamêmepériodede215. Sur l ensemble de l année 216, les entreprises industrielles ont consommé plus de 3 heures d activité partielle soit 3 heures de plus que l année précédente. Nombre d heures consommées en activité partielle. Source: DIRECCTE Données non consolidées Nombre d'heures consommées Septembre Octobre Novembre Décembre

6 Industrie Àretenir: Un secteur plutôt bien orienté Un niveau d activité en hausse Des prévisions bien orientées et des carnets de commande jugés favorables Hausse des crédits d investissements mobilisés par les entreprises Progression de l emploi salarié et des déclarations d embauche Mais des points de vigilance Légère baisse du chiffre d affaire déclaré par les entreprises Recours plus soutenu à l activité partielle notamment sur les deux derniers mois de l année

7 Construction Après une année 215 morose (-21% de créations), le nombre d entreprises créées dans la construction se stabilise en entreprises créées sur l ensemble de l année 216 contre 68 en 215 Un rythme de création nettement moins soutenu qu en 214: -22% entre 216 et 214 soit 185 créations de moins 1 défaillance pour 4 créations d entreprise (1 défaillance pour 8 créations tous secteurs confondus) Évolution trimestrielles des créations et défaillances d entreprises dans le secteur de la construction Source: INSEE Créations Défaillances T4 215T1 215T2 215T3 215T4 216T1 216T2 216T3 216T4 Alors que les créations sous statut classique se maintiennent, celles sous statut de microentreprise se replient nettement en 2 ans La part des microentreprises dans la création d entreprises de la construction chute: 36% en 216 contre près de la moitié deux ans auparavant Évolution des créations d entreprises dans le secteur de la construction selon le statut Données en cumul annuel Source: INSEE 5 Statut Classique Statut microentreprise

8 Construction Fin novembre 216, les crédits mobilisés par les entreprises de la construction sont stables sur un an avec 252M mobilisés Crédits de moyens et longs termes Crédits de courts termes Les crédits de moyens et longs termes (crédits d investissement) reculent:-1m sur un an 15 Alors que ceux de courts termes (crédits de trésorerie) progressent: +1M sur un an 1 Dans ce secteur, 2% des crédits mobilisés par les entreprises sont des crédits de trésorerie contre 14% tous secteurs confondus Évolution des encours de crédits mobilisés par les entreprises de la construction. Données brutes à fin novembre 216 Source: Banque de France, FIBEN Retraitement DIRECCTE Même si la stabilité financière des entreprises de la construction s améliore depuis quatre trimestres, elle reste précaire: Le taux d impayés est le plus élevé des secteurs d activité: 9,5% contre 3,6% en moyenne régionale Maisdiminuepourle4 ème trimestreconsécutif: -1,5pointsurunan La construction reste d ailleurs le secteur le plus en difficulté au regard du nombre d entreprises sollicitant l Urssaf pour un étalement du paiement de leurs cotisations: 3,3% à ex-aequo avec le secteur de l hébergement 1,% 9,% 8,% 7,% 6,% 5,% 4,% 3,% 2,% 1,% 9,5% 6,1% 3,1% 2,4% 1,8% 3,6% Taux d impayés par secteur d activité données de janvier à novembre 216 Source : Accoss-Urssaf,% Construction Hébergement et restauration Industrie Services Commerce TOTAL

9 Construction L amélioration de l activité enregistrée en fin d année ne permet pas de contrebalancer les tendances à la baisse observéeaux2 ème et3 ème trimestres216 Sur l ensemble de l année, le chiffre d affaire déclarée par les entreprises de la construction recule sur un an Baisse de 1% du chiffre d affaire des entreprises de la construction entre 216 et 215(-18M ) Malgré une fin d année bien orientée: +4% sur un an au 4 ème trimestre216(+14m ) Mais insuffisante pour contrebalancer un 3 ème trimestre en net repli par rapport à l année précédente: -45M surunan Évolution des chiffres d affaires déclarés par trimestre (en M ) par les entreprises corses soumises à la TVA. Source: états annuels TVAMENS DECLA A21 du bureau DGFIP GF3C DGE et hors DGE T1 T2 T3 T4

10 Construction À l inverse de la tendance générale, l emploi salarié dans la construction continue de baisser Malgré une stabilisation au cours du 3ème trimestre l emploidanslaconstructionbaissede2,3%surunan La forte baisse de l emploi salarié, amorcée en 212, se poursuit en 216. Le secteur aperdu plus de 1 salariésen3anssoit 9%deseseffectifs Au niveau départemental, sur un an, l emploi dans la construction baisse une nouvelle fois plus vite en Corse-du-Sud ( 3,3%) qu en Haute-Corse( 1,2%) Évolution de l emploi salarié marchand et de l intérim dans le secteur de la construction. Emploi en fin de trimestre. Source: INSEE, DARES Emploi salarié Emploi intérimaire Emploi salarié 54 Emploi salarié Nombre de contrats intérims en cours en fin de trimestre sur 5 jours pertinents Sur la fin de l année, le secteur recours davantage à l activité partielle que l année précédente Entre novembre et décembre, près de 1 84 heures d activité partielle de plus ont été consommées par rapportàlamêmepériodede215 Sur l ensemble de l année 216, les entreprises de la construction ont consommé 21 5 heures d activité partielle soit 9 6 heures de plus que l année précédente Nombre d heures consommées en activité partielle. Source: DIRECCTE Nombre d'heures consommées Données non consolidées Septembre Octobre Novembre Décembre

11 Construction Le recours aux détachements de salariés étrangers reste soutenu dans le secteur de la construction Plus de 7 travailleurs détachés sur 1 travaillent dans la construction Avec près de 2 2 salariés étrangers détachés dans des entreprises de la construction sur l ensemble de l année 216, ce nombre progresse de2%surunan(+375salariésdétachés) Construction 595 Autres Depuis211,cenombreprogressedeprèsde7% Nombre de salariés étrangers détachés dans les entreprises de la construction -Données en cumul annuel Source: DIRECCTE

12 Construction À retenir: Un secteur en difficulté Fort taux d impayés L emploi salarié continue de reculer Baisse des crédits d investissements et hausse des crédits de trésorerie mobilisés par les entreprises Recours plus soutenu à l activité partielle Fort recours aux travailleurs détachés Un point encourageant Un taux d impayés élevé mais qui diminue pour le 4 ème trimestre consécutif

13 Commerce, transports et entreposage, hébergement-restauration Après un rebond en 215, les créations d entreprises reculent en 216. Hausse au 2ème trimestre: +12% sur un an (+4 créations d entreprise) Créations 334 Défaillances Pondérée par une baisse aux 3ème et 4 ème trimestres: 7 créations de moins qu aux 3 ème et 4 ème trimestres Sur de petits chiffres, le nombre de défaillances d entreprises progressent sur l ensemble de l année: 16 entreprises défaillantes contre 135 un an auparavant Évolution des créations et défaillances d entreprises dans le secteur du commerce, transports, hébergement-restauration Source: INSEE T4 215T1 215T2 215T3 215T4 216T1 216T2 216T3 216T4 Alors que les créations sous statut classique progressent, celles sous statut de microentreprise sereplientnettementen2ans La part des microentreprises dans la création d entreprises du secteur commerce, transports et entreposage, hébergement-restauration est divisée par 2 en 2 ans: 2% en 216 contre 4% 2 ans auparavant Évolution des créations d entreprises dans le secteur commerce, transport et entreposage, hébergement-restauration selon le statut - Données en cumul annuel Source: INSEE 1 Statut Classique Statut microentreprise

14 Commerce, transports et entreposage, hébergement-restauration Transport et entreposage: Latendancedanscesecteurestorientéeàlabaisse Hébergement et restauration: Le nombre denuitées enregistrées dans l hôtellerie au 3 ème trimestre 216 progresse de 4,1% sur un an, alors qu il recule au niveau national Selon l enquête Banque de France, le secteur profite, début 217, d une bonne fréquentation inhabituelle à cette période de l année Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) pour le secteur transports, hébergement-restauration en février 217 Source: enquête de satisfaction, Banque de France Fin novembre 216, les crédits mobilisés par les entreprises du commerce, transport et hébergement-restauration sont en légère progression sur un an: +3M Alors que les crédits de trésorerie se maintiennent, les crédits d investissement augmentent avec 4M supplémentaires sur un an Crédits de moyens et longs termes Crédits de courts termes Évolution des encours de crédits mobilisés par les entreprises du commerce, transports, hébergement-restauration Données brutes à fin novembre Source: Banque de France, FIBEN Retraitement DIRECCTE

15 Commerce, transports et entreposage, hébergement-restauration L activité du secteur reste stable en Après un mauvais premier semestre, l hébergementrestauration connait une évolution favorable sur la seconde partie de l année: +1,3% sur un an au 2 nd semestre 216 Au regard des indicateurs URSSAF, au 3 ème trimestre 216, les entreprises ont moins de difficultés à s acquitter de leurs cotisations Notamment les hôtels, cafés et restaurants dont le taux d impayés diminue de 3,1 points par rapport à l année précédente(-1,1 point tout secteur confondus) Évolution des chiffres d affaires déclarés par trimestre (en M ) par les entreprises corses soumises à la TVA. Source: états annuels TVAMENS DECLA A21 du bureau DGFIP GF3C DGE et hors DGE La situation financière des entreprises du commerce est meilleure que dans les autres secteurs: HCR 3,3% T1 T2 T3 T4 Au 3ème trimestre 216, elles sont proportionnellement les moins nombreuses à demander des délais de paiement(1,7%) Construction 3,3% Industrie 3,2% Services 1,9% Part des demandeurs de délais de chaque secteur d activité au 3 ème trimestre 216 Source : Acoss-Urssaf Commerce 1,7%

16 Commerce, transports, hébergement-restauration L emploi salarié reste bien orienté dans ce secteur notamment dans l hébergement restauration: +4% sur un an (+1 36 emplois) dans le secteur commerce, transports, hébergement-restauration +9% dans l hébergement-restauration du fait d une meilleure saison touristique Le secteur a davantage eu recours à l emploi intérimaire que l année précédente notamment au coursdu2 ème trimestre Évolution de l emploi salarié marchand et de l intérim dans le secteur du commerce, transports, hébergement-restauration. Source: INSEE, DARES Emploi salarié Emploi intérimaire 52 Emploi salarié Emploi salarié Nombre de contrats intérims en cours en fin de trimestre sur 5 jrs pertinents En revanche, le secteur recourt davantage à l activité partielle Entre novembre et décembre, plus de 15 1 heures d activité partielle ont été consommées par les entreprises du secteur, soit 8 8 heures de plussurunan Sur l ensemble de l année 216, les entreprises de ce secteur ont consommé plus de 44 2 heures soit6deplusqu en215 Nombre d heures d activité partielle consommées Source: DIRECCTE Nombre d'heures consommées Données non consolidées Septembre Octobre Novembre Décembre

17 Àretenir: Commerce, transports, hébergement-restauration Un secteur bien orienté Bonne fréquentation dans le secteur hébergementrestauration, inhabituelle en tout début d année Progression des crédits d investissements: +4M Hausse de l emploi salarié particulièrement marquée dans l hébergement-restauration (+9%surunanau3 ème trimestre216) Des indicateurs à surveiller Baisse des créations d entreprises Recours à l activité partielle en progression par rapport à l année précédente

18 Services En 216, le nombre de créations d entreprises reste élevé dans le secteur des services Prèsd uneentreprisecrééesurdeuxencorseen créations d entreprises en 216, soit une augmentation de 1 % par rapport à la même période de 215(+25 créations d entreprises) Créations Défaillances Même s il reste particulièrement bas, le nombre de défaillances d entreprises est en légère hausse en 216 (+18 défaillances sur un an) 2 Évolution des créations et défaillances d entreprises dans le secteur des services / Source: INSEE T4 215T1 215T2 215T3 215T4 216T1 216T2 216T3 216T4 Alors que les créations sous statut classique progressent, celles sous statut de microentreprise reculent en 2 ans: -19%, 34 microentreprises créées de moins La part des microentreprises dans la création d entreprises du secteur services diminue de 11 points:48%en216contre37%2ansauparavant Évolution annuelle des créations d entreprises selon leur statut dans le secteur des services Source: INSEE 5 Statut Classique Statut microentreprise

19 Services Selon l enquête de la Banque de France, l activité dans les services marchands se replie Les prévisions à moyen terme restent modérées Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) pour le secteur des services marchands en février 217 Source: enquête de satisfaction, Banque de France Fin novembre 216, les crédits mobilisés par les entreprises du secteur service sont en nette progression sur un an: +92M Aussi bien les crédits de trésorerie que les crédits d investissement augmentent de façon continue depuis Crédits de moyens et longs termes Crédits de courts termes M de crédits d investissements sur un an 8 +1M decréditsdetrésoreriesurunan 6 4 Évolution des encours de crédits mobilisés par les entreprises du secteur des services - Données brutes à fin novembre Source: Banque de France, FIBEN Retraitement DIRECCTE

20 Services Le chiffre d affaire dans le secteur des services progresse en 216 Le chiffre d affaire des entreprises des services augmente de,4%entre216et215(+8m ) Le2 ème semestredel annéeestmieuxorientéqu en Évolution des chiffres d affaires déclarés par trimestre (en M ) par les entreprises corses soumises à la TVA. Source: états annuels TVAMENS DECLA A21 du bureau DGFIP GF3C DGE et hors DGE T1 T2 T3 T4

21 Services Dans les services, l emploi salarié est plutôt bien orienté et continue de progresser à un rythme plus soutenu qu en % sur un an au 3 ème trimestre 216: +53 emplois créés La hausse est moins marquée du côté des déclarations d embauches. Le secteur des services qui concentre 34% des déclarations d embauches enregistre une légèrehaussede,7%surunan. Évolution de l emploi salarié marchand et de l intérim dans le secteur des services./ Source: INSEE, DARES Emploi salarié Emploi intérimaire Emploi salarié Emploi salarié Nombre de contrats intérims en cours en fin de trimestre sur 5 jrs pertinents Après une année 215 où le secteur des services a eu nettement moins recours à l activité partielle (-4 % qu en 214), l année 216 poursuit la même bonne trajectoire: -33% sur un an, soit 8 4 heures consommées de moins qu en % par rapport à 214, soit 2,6 fois moins d heures en2ans. Nombre d heures d activité partielle consommées Source: DIRECCTE Nombre d'heures consommées Données non consolidées Septembre Octobre Novembre Décembre

22 Services Àretenir: Le secteur des services reste le mieux orienté Créations d entreprises et emploi salarié en hausse Bonne situation financière, le chiffre d affaire des entreprises repart à la hausse au troisième trimestre Nette progression des crédits d investissement(+82m ) Fort repli de l activité partielle(-33% d heures consommées sur unan) Attention tout de même à la Hausse des crédits de courts termes

23 Merci pour votre attention

Marchés à la production vrac 2015-16

Marchés à la production vrac 2015-16 Juin Marchés à la production vrac - Volumes cumulés depuis le / début de la campagne* en hl Rouges Rosés Blancs Total Vins de Vins de de cépages Total IGP IGP de cépages 9 7 (- %) 877 (+ %) 998 (+9 %)

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

Fiches thématiques. Mondialisation, compétitivité et innovation

Fiches thématiques. Mondialisation, compétitivité et innovation Fiches thématiques Mondialisation, compétitivité et innovation Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques

Plus en détail

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous?

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous? UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS Qui sommes-nous? ARCOOP est une coopérative d'activités et d'emploi (CAE) généraliste, qui regroupe 70 entrepreneurs de différents horizons et différents métiers (bâtiment,

Plus en détail

Bioéthanol : Atouts et enjeux

Bioéthanol : Atouts et enjeux Bioéthanol : Atouts et enjeux L environnement, véritable défi du Bioéthanol Indépendance énergétique Perspectives économiques L environnement, véritable défi du Bioéthanol Depuis 2 siècles, nos sociétés

Plus en détail

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010 Le marché des bureaux NIMES Bilan 1 er semestre 29 Septembre 29 Prochaine parution : Février 21 Dynamique régionale Scenarii économiques fortement dégradés, crise financière avérée et globalisée, le 1er

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Siège social SCE Keran, Nantes - Dominique Perrault Architecture - Crédit photo : AURAN Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année 2015 en chiffres Nantes Métropole Édito

Plus en détail

L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION

L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION 1 L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION Le statut de l auto-entrepreneur résulte de la loi de modernisation de l économie n 2008-776 du 4 août

Plus en détail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Emploi 3 Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Jean-François Giret, Emmanuelle Nauze-Fichet, Magda Tomasini * Les nouvelles générations d actifs sont beaucoup plus diplômées qu il y a trente

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Information réglementée 17 février 2012 :7h45 Résultats consolidés au 31 décembre 2011 Stabilité des revenus locatifs nets. Les revenus des actifs acquis fin 2010 compensent les revenus

Plus en détail

L entreprise et la production

L entreprise et la production Université Paris Est Créteil IUT DE CRETEIL VITRY Département de GEii 2 ème année du DUT de Génie Électrique et Informatique Industrielle Réalités humaines, économiques et sociales de l'entreprise 2 è

Plus en détail

BMO Catégorie Portefeuille FNB actions de croissance (le «Fonds»)

BMO Catégorie Portefeuille FNB actions de croissance (le «Fonds») (le «Fonds») Période de 12 mois close le 30 septembre 2014 (la «période») Gestionnaire : BMO Investissements Inc. (le «gestionnaire» ou «BMOII») Gestionnaire de portefeuille : BMO Gestion d actifs inc.,

Plus en détail

Rhône-Alpes Auvergne. CCI RHÔnE-alPES CCI AUVERGNE. 148, boulevard Lavoisier. 32, quai Perrache CS 10015 T. 04 72 11 43 43 T. 04 73 60 46 46 COMMERCE

Rhône-Alpes Auvergne. CCI RHÔnE-alPES CCI AUVERGNE. 148, boulevard Lavoisier. 32, quai Perrache CS 10015 T. 04 72 11 43 43 T. 04 73 60 46 46 COMMERCE CCI AUVERGNE CCI RHÔnE-alPES Chiffres Clés Rhône-Alpes Auvergne COMMERCE International POPULATION Emploi SERVICES TRANSPORTS FORMATION RECHERCHE TOURISME ENTREPRISES INDUSTRIE CONSTRUCTION 2015 2016 Chambre

Plus en détail

Bien en locatif, excellent en investissement

Bien en locatif, excellent en investissement PROPERTY TIMES Bien en locatif, excellent en investissement France Entrepôts T4 215 29 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 5 Offre immédiate 5 Investissement 6

Plus en détail

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information SPI réalise les opérations de conditionnement industriel et de différenciation retardée (ou Co-packing) pour le compte d industriels

Plus en détail

Résultats annuels 2010-2011. Résultats annuels 2010-2011 15 juin 2011

Résultats annuels 2010-2011. Résultats annuels 2010-2011 15 juin 2011 15 juin 2011 Sommaire Présentation générale et faits marquants Résultats annuels consolidés Perspectives Annexes 2 Acteur clé de la distribution de produits et services télécom Présent dans 12 pays européens

Plus en détail

Chiffres Clés de l Isère

Chiffres Clés de l Isère Chiffres Clés de l Isère ÉDITION 2011-2012 Chambre de commerce et d industrie territoriale Nord Isère 2, place Saint Pierre CS 209 38217 Vienne cedex Tél. 04 74 95 24 00 infos@nord-isere.cci.fr Chambre

Plus en détail

COMMENTAIRES AU 31 MARS 2016

COMMENTAIRES AU 31 MARS 2016 Performance des indices de référence des marchés ($ CA) 1 18,1% FTSE TMX Canada Univers 13% 12, FTSE TMX Canada Long Terme 3% 4,5% 4,5% 2, 2, 1, 1, 5, 8,3% 2,1% 8,3% S&P/TSX Plafonné S&P 500 ($ CA) - -1,

Plus en détail

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR Fonctionnement administratif et financier 2014 2 Rapport du directeur sur le fonctionnement administratif et financier (prévu à l'alinéa 2 de l'article

Plus en détail

Le marché des bureaux en France

Le marché des bureaux en France Le marché des bureaux en France Bilan 2007 www.dtz.fr 2 Sommaire 05 Synthèse 08 Alsace 12 Aquitaine 16 Bourgogne - Franche-Comté 22 Bretagne 26 Champagne-Ardenne 30 Languedoc-Roussillon 34 Lorraine 38

Plus en détail

A.C.A.C.C.I.A. Présentation du cabinet. Barème général des honoraires

A.C.A.C.C.I.A. Présentation du cabinet. Barème général des honoraires A.C.A.C.C.I.A Présentation du cabinet & Barème général des honoraires Cette présentation est aussi disponible sur le site internet du cabinet http://www.acaccia.fr. Vous y trouverez aussi des plans d accès,

Plus en détail

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE Réseau d élevage caprin Poitou-Charentes, Vendée, Maine et Loire et Bretagne La conduite en

Plus en détail

Offre excédentaire ou pénurie de médecins : les faits

Offre excédentaire ou pénurie de médecins : les faits Offre excédentaire ou pénurie de médecins : les faits Anne Delespaul Les étudiants en médecine francophones mènent depuis des semaines des actions contre le numerus clausus. Par ce système, environ la

Plus en détail

Les jeunes agriculteurs picards : moins nombreux mais bien formés. En 2010, les chefs d exploitation ou coexploitants de moins de 40

Les jeunes agriculteurs picards : moins nombreux mais bien formés. En 2010, les chefs d exploitation ou coexploitants de moins de 40 Agreste Picardie - - n 42 Agreste n 42 - juillet 2012 Picardie Les jeunes agriculteurs picards : moins nombreux mais bien formés Même s ils sont moins nombreux qu en 2000, les jeunes agriculteurs de moins

Plus en détail

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT 1 SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT B- LE SALON I/ PRESENTATION DU SALON II/ LES NOUVEAUTES DE LA 25 ème EDITION DU SALON DU MEUBLE III/ LES SECTEURS D EXPOSITION IV/ LES EXPOSANTS V/ LES

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 31 décembre Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport annuel

Plus en détail

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 -

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Observatoire Ouest Provence 1 Octobre 2013 SOMMAIRE Avant propos... 4 I Localisation des structures IAE et répartition

Plus en détail

Rapport trimestriel sur le marché

Rapport trimestriel sur le marché Rapport trimestriel sur le marché FRANCE Q1 2009 Faits saillants au sujet du marché nombre de voyages à l étranger au trimestre précédent : - variation (en %) par rapport au même trimestre l an passé :

Plus en détail

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 La NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Note d orientation LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Une attention spéciale doit être portée

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

Forum de Paris 1 Février 2012

Forum de Paris 1 Février 2012 Forum de Paris 1 Février 2012 Bouleversements politiques défis économiques Intervention M. Adil Douiri Mesdames, Messieurs, Je suis ravi d être parmi vous et de contribuer à la réflexion en cette période

Plus en détail

CODE DES INVESTISSEMENTS DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE

CODE DES INVESTISSEMENTS DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE CODE DES INVESTISSEMENTS DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE ADOPTE PAR ORDONNANCE N 001/PRG/87 DU 3 JANVIER 1987, MODIFIE PAR LA LOI L/95/029.CTRN DU 30 JUIN 1995 ARTICLE I La présente Ordonnance portant Code

Plus en détail

L assurance chômage en Europe

L assurance chômage en Europe L assurance chômage en Europe Unédic - 18 octobre 2012 AJIS Principes fondateurs de la protection sociale Deux logiques Les systèmes de protection sociale appartiennent à deux grandes familles - ceux qui

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development A usage officiel C(2015)65/REV1 Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 21-May-2015 Français - Or. Anglais CONSEIL C(2015)65/REV1

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE. Ce document est à conserver :

DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE. Ce document est à conserver : N 50449 # 11 DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS N o 3310 NOT-CA3 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3310 CA3 ET SES ANNEXES Ce document est à conserver : Il

Plus en détail

Synthèse du questionnaire relatif à «l échange des bonnes pratiques en matière d apprentissage du français»

Synthèse du questionnaire relatif à «l échange des bonnes pratiques en matière d apprentissage du français» 1 Synthèse du questionnaire relatif à «l échange des bonnes pratiques en matière d apprentissage du français» Le présent rapport ne prétend pas à l'exhaustivité et ne peut, vu le format temps qui m'est

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RAPPORT ANNUEL GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT ANNUEL GESTION DES RESSOURCES HUMAINES SYNERGIE RAPPORT ANNUEL SOMMAIRE 2 ORGANES D ADMINISTRATION, DE DIRECTION ET DE CONTRÔLE 3 LE MOT DU PRÉSIDENT 4 L ACTIVITÉ DU GROUPE 9 RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds du marché monétaire Renaissance Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds pour la période close le 29 février 2016 Tous les chiffres sont en dollars canadiens, sauf indication

Plus en détail

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans «J ai toujours cherché à intéresser mon équipe à l évolution de l entreprise» Videur de boîte de nuit, avant d intégrer la police, Olivier Couteau,

Plus en détail

Nos chiffres. Groupe CGI inc. Rapport trimestriel 2 Pour le deuxième trimestre terminé le 31 mars 2008. www.cgi.com

Nos chiffres. Groupe CGI inc. Rapport trimestriel 2 Pour le deuxième trimestre terminé le 31 mars 2008. www.cgi.com Nos chiffres Groupe CGI inc. Rapport trimestriel 2 À propos de CGI Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. («CGI») figure parmi les plus importantes entreprises indépendantes de services en technologies de l'information

Plus en détail

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Pourquoi un impôt sur la fortune? Pour Elio Di Rupo, Président du PS, c est d abord une simple question de justice : «Quelqu un qui se lève tôt tous

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 3 juin 1 N 7 Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître Les marchés financiers ont été structurés depuis plus de 35 ans par deux évolutions (nous

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU DOSSIER DE PRESSE LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU CONFERENCE DE PRESSE du 24 mars 2011 www.mediation-eau.fr Agence Point Virgule Claire-Anne Brule Solenn Morgon

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT SEMESTRIEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour la période close le 30 juin 2015 Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport

Plus en détail

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 N 702 By Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016 CONECT 2016 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 1 2 3 4 La CONECT va apporter son assistance technique à l'initiative économique

Plus en détail

Mieux vendre votre bien immobilier

Mieux vendre votre bien immobilier Mieux vendre votre bien immobilier Fort de notre expérience de plus de 20 ans dans la transaction immobilière et de plus de 10 ans dans l accompagnement des particuliers, vous trouverez dans ce guide tous

Plus en détail

Marché monétaire et financier

Marché monétaire et financier 18 Marché monétaire et financier NOTES EXPLICATIVES 190 Revue trimestrielle Taux d intérêt Le taux d escompte canadien est le taux auquel la Banque du Canada consent des avances à très court terme aux

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Guide pratique : Facebook

Guide pratique : Facebook 1 Guide pratique : Facebook Qu est-ce que Facebook? 1 er réseau social actif Publier des informations diverses : photographies, liens, textes... Se faire connaître du grand public (consommateurs finaux)

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés.

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FEDERALE, VU la Constitution du 1er Septembre 1961; VU le n 67/LF/67 du 12 Juin 1957 portant

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION

CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION INVESTISSEMENT PASSION STAR INVEST FILMS PRÉSENTE Le Cinéma est un Art, en ce qu il est vecteur d émotion. Et pour cette raison il fait briller les yeux, attire,

Plus en détail

Edelman goodpurpose Etude 2012 5 ème ENQUETE ANNUELLE MONDIALE CONSOMMATEURS

Edelman goodpurpose Etude 2012 5 ème ENQUETE ANNUELLE MONDIALE CONSOMMATEURS Edelman goodpurpose Etude 2012 5 ème ENQUETE ANNUELLE MONDIALE CONSOMMATEURS Synthèse& Analyse CANADA BRESIL US UK FRANCE PAYS-BAS BELGIQUE SINGAPOURE INDE CHINE JAPON EAU ALLEMAGNE ITALIE INDONESIE MALAISIE

Plus en détail

Production de soja et Critères de Bâle: les faits

Production de soja et Critères de Bâle: les faits Production de soja et Critères de Bâle: les faits Utilisation du soja Environ 85% de la production mondiale de soja est destinée au fourrage. Le soja apporte non seulement protéines et lipides essentiels

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants FICHE 1a Fiche à destination des enseignants TS 25 Les défis de l'aéronautique au XXIème siècle Type d'activité Activité documentaire ; utilisation de TIC en classe. Notions et contenus du programme de

Plus en détail

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer LibERté Et performance pour une REtRaitE sur-mesure Galya Retraite Entreprise/Madelin Assuré d avancer Galya Retraite, c est : une offre commune pour le dirigeant et ses salariés ; un supplément de retraite

Plus en détail

Plan national de mise en œuvre de la Garantie pour la Jeunesse. Luxembourg

Plan national de mise en œuvre de la Garantie pour la Jeunesse. Luxembourg Plan national de mise en œuvre de la Garantie pour la Jeunesse Luxembourg Mai 2014 Table des matières 1. Contexte général... 3 2. Mise en œuvre du Programme de la Garantie pour la Jeunesse au Luxembourg...

Plus en détail

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires 17/05/13 Utiliser des biocarburants pour remplacer les carburants fossiles? Pas si vite! D'un strict point de vue environnemental, l'opération n'est

Plus en détail

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 15 août 2014 PAIEMENT DES CONSEILS L IMPORTANCE DES OPTIONS PROPOSÉES I. Introduction Les Canadiens ont accès à des marchés de produits

Plus en détail

Communiqués. Nouveaux produits et études 7

Communiqués. Nouveaux produits et études 7 Catalogue 11-001-XIF (English 11-001-XIE) ISSN 1205-9145 Le mardi 18 mai Diffuséà8h30,heurel Est Communiqués Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, mars 2 Les investissements canadiens

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE A l issue d une excellente année, quelle peut-être la résistance de nos marchés dans un environnement financier complexe? AGGLOMÉRATION LYONNAISE 25 janvier 2012 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

coopérative pointcarré * parce que l effet papillon, la théorie de lorenz, poincaré henri, la relativité

coopérative pointcarré * parce que l effet papillon, la théorie de lorenz, poincaré henri, la relativité coopérative pointcarré * parce que l effet papillon, la théorie de lorenz, poincaré henri, la relativité le projet pointcarré un tiers-lieu situé à Saint-Denis, dans le 93. un lieu mutualisé, de travail,

Plus en détail

Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire»

Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire» Exposé Embargo jusqu au 19 novembre 2015, 18 h 30 Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire» Dewet Moser Membre suppléant de la Direction générale

Plus en détail

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Avis de la Commission des participations et des transferts n o 2011-AC-4 du 31 mars 2011 relatif au transfert

Plus en détail

Code ILU Questions fréquentes

Code ILU Questions fréquentes Code ILU Questions fréquentes 1) Notre société possède déjà un code BIC pour le trafic maritime. Avons-nous également besoin d un code ILU? Conformément à la norme ISO 6346, le code BIC sert à marquer

Plus en détail

La décision modificative n 2 au Budget régional 2006 adoptée

La décision modificative n 2 au Budget régional 2006 adoptée La décision modificative n 2 au Budget régional 2006 adoptée Session du Conseil régional des Pays de la Loire Hôtel de Région Nantes Vendredi 20 octobre 2006 Communiqué de presse p 2 et 3 Technocampus

Plus en détail

Développement. Objectifs

Développement. Objectifs Royaume du Maroc Objectifs du Millénaire pour le Développement et Objectifs de Développement Durable Les acquis et les défis Rapport National 2015 Royaume du Maroc Haut-Commissariat au PLan Objectifs du

Plus en détail

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Portefeuille canadien d obligations d entreprise BMO Harris Période close le 31 décembre 2013 Le présent rapport annuel de la direction sur le rendement

Plus en détail

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Projet d Aménagement et de Développement Durables (PADD) Rappel sur le Projet d Aménagement et de Développement Durables

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

BIOCARBURANTS BIOCARBURANTS

BIOCARBURANTS BIOCARBURANTS BIOCARBURANTS BIOCARBURANTS Réponse des agriculteurs européens et de leurs coopératives aux préoccupations des citoyens Les biocarburants se divisent en deux catégories principales: le bioéthanol et le

Plus en détail

1 rapport annuel 2007

1 rapport annuel 2007 COUNCIL OF EUROPE CONSEIL DE L EUROPE Conseil de l Europe Comité des Ministres Surveillance de l exécution des arrêts de la Cour européenne des Droits de l Homme er 1 rapport annuel 2007 CONSEIL DE L

Plus en détail

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe Joan Miquel Rascagneres 1 I. L essentiel de l Andorre 2 1. Économie Les chiffres de l économie: - Population: 70.000 habitants - PIB: 2,5 milliards d euros.

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

Oui, c est possible!

Oui, c est possible! TEMOIGNAGES Oui, c est possible! par Dominique Dubois dubois.dominique@gmail.com Après des années où tout le monde n a parlé que de mondialisation, de délocalisations inévitables, de société de services,

Plus en détail

notre responsabilité sociale & environnementale

notre responsabilité sociale & environnementale notre responsabilité sociale & environnementale 2015 Une conscience et une responsabilité sociétale La RSE est désormais au cœur de nombreuses communications. La RSE n est plus un simple phénomène de mode

Plus en détail

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique STATUTS Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901, ayant pour dénomination : AIDUCE : Association Indépendante

Plus en détail

«Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles

«Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles «Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles Plan Définition Historique Technique Modalités pratiques Mise en perspective Conclusions Social freezing: Définition Congélation

Plus en détail

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Jean-Michel SOMMER Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Brigitte MUNOZ PEREZ Démographe - C.E.R.C.R.I.D. - UMR 5137, Université de Lyon, Université

Plus en détail

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35 septembre 2011 - numéro 35 points de repere Aujourd hui, plus de 4 millions de personnes ont, au titre de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), une protection complémentaire gratuite.

Plus en détail

DOSSIER D OUVERTURE DE COMPTE

DOSSIER D OUVERTURE DE COMPTE DOSSIER D OUVERTURE DE COMPTE INDIVISION ET / OU DÉMEMBREMENT Compte Titres Livret La plus belle invention pour votre argent ÉTAPE 1 Remplir, dater et signer votre dossier d ouverture de compte ÉTAPE 2

Plus en détail

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse IASC evaluation de l approche cluster phase 2 résumé exécutif, AVRIL 2010 Evaluation de l Approche Cluster 2 Rapport Synthèse Julia Steets, François Grünewald, Andrea Binder, Véronique de Geoffroy, Domitille

Plus en détail

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Un Groupe ancré dans une profession Le Groupe SMABTP est l assureur spécialiste du secteur de la construction. Parmi ses 140 000 sociétaires figurent des intervenants

Plus en détail

Compte rendu du comité technique de réseau du 28 mai

Compte rendu du comité technique de réseau du 28 mai Compte rendu du comité technique de réseau du 28 mai Paris, le 29 mai 2015 Ce comité technique de réseau (CTR), présidé par le Directeur général adjoint (DGA), Vincent Mazauric, portait sur : un projet

Plus en détail

Sommaire Rapport annuel 2006 Quelques dates clés Belgocontrol en bref Comité de Direction et Conseil d administration Message du Président

Sommaire Rapport annuel 2006 Quelques dates clés Belgocontrol en bref Comité de Direction et Conseil d administration Message du Président Rapport annuel 2006 Sommaire Rapport annuel 2006 Quelques dates clés 2 Belgocontrol en bref 4 Comité de Direction et Conseil d administration 6 Message du Président 7 Rapport de gestion 9 Corporate governance

Plus en détail

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE Accompagner l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC 1 LES CHIFFRES REPERES FONDERIE CHIFFRE D AFFAIRES 5,6 milliards d euros

Plus en détail

PATRIMMO CROISSANCE L ESSENTIEL

PATRIMMO CROISSANCE L ESSENTIEL PATRIMMO CROISSANCE L ESSENTIEL au 01.01.2016 L IMMOBILIER DE CONVICTION LA 1 ÈRE SCPI PRINCIPALEMENT INVESTIE EN NUE-PROPRIÉTÉ UN PATRIMOINE RÉSIDENTIEL SOCIAL ET INTERMÉDIAIRE UNE CAPITALISATION À LONG

Plus en détail