LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS"

Transcription

1 Fche 1.1 LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS a) Comment peut-on ader Davd? Davd a qutté le gymnase/lycée en 2 e année. Il a trouvé un pett boulot à 50 % peu payé. Il est nourr et logé par ses parents mas l ne reçot plus d argent de poche. Pour contnuer à se payer ses habts, ses sortes et ses losrs, l s est endetté auprès de dverses personnes et d un organsme de pett crédt. Aujourd hu, l ne parvent plus à payer ses factures et les ntérêts de ses dettes qu s élèvent au total à CHF. Comment peut-l être adé? Avantage(s) Inconvénent(s) Ses parents peuvent lu donner CHF Une banque peut lu octroyer un prêt à taux préférentel qu lu permettra de payer ses dettes et d avor un pett captal Ses copans peuvent annuler leurs dettes L Etat peut payer la dette et demander à Davd de travaller pour lu pour le rembourser et l oblger à entreprendre une formaton Une fondaton peut fnancer un projet qu l veut réalser avec d autres jeunes et qu devrat lu permettre des entrées fnancères à moyen terme Autre(s) : b) La coopératon au développement? Quels sont les types de coopératon au développement que vous connassez? Qu met en œuvre ces ades (prestatare)? Qu les fnance (balleur de fonds)? Pourquo (objectf)? Type d ade : Qu met en œuvre : Qu fnance : Objectf(s) de l ade : Type d ade : Qu met en œuvre : Qu fnance : Objectf(s) de l ade :

2 Fche 2.1 LES TYPES D AIDE AU DÉVELOPPEMENT Les dfférents types d ade au développement L ade publque au développement (APD) Ade fnancée et gérée par l Etat. En Susse, deux organes sont prncpalement en charge de la coopératon au développement : La Drecton du développement et de la Coopératon (DDC), qu a pour but l améloraton des condtons de ve des populatons pauvres sur le long terme (coopératon au développement), ntervent en cas de stuatons d urgence à la sute d une catastrophe naturelle ou d un conflt (ade humantare) et soutent les réformes en cours dans les pays en transton de l Europe de l Est. Le Secrétarat d Etat à l économe (SECO), qu met en œuvre des poltques économques en faveur des pays en voe de développement ou en transton. L ade prvée au développement Ade qu vent d ndvdus, d assocatons, d organsatons non gouvernementales (ONG), de fondatons ou d entreprses. Les ONG et certanes grandes fondatons, comme celle de Bll et Melnda Gates, sont devenues des partenares mportants au sen de la coopératon au développement. Une fondaton peut être rattachée à une entreprse, alors qu une ONG ne relève n de l Etat, n d une nsttuton nternatonale, n d une entreprse, même s leur fnancement vent en parte de ces acteurs. La DDC fnance par exemple certanes ONG, qu ont donc un len avec l APD. D autres offces sont auss mplqués dans une mondre mesure. L ade blatérale est une ade drecte d un pays à un autre pays. L ade multlatérale transte par des nsttutons nternatonales (ONU, FMI, HCR...) Répondez aux questons sur une feulle séparée:? 1. Coopératon au développement ou ade humantare 1.1. L ade humantare ntervent dans des stuatons ben précses. Quelles formes d ade humantare la Susse peut-elle apporter, par exemple? 1.2 Lorsqu un groupe de jeunes part dans un pays afrcan pour ader à la constructon d une école ou d un dspensare, fat-l de l ade humantare? Justfez votre réponse. 2. Ades prvées ou publques 2.1 Avez-vous déjà entendu parler d actons marquantes de certanes ONG? Pouvez-vous en cter au mons une en racontant dans quel cadre vous en avez entendu parler, en explquant ce qu elle a fat? 2.2 Quelles sont les dfférences entre une ade publque et une ade prvée? 3. Ade blatérale ou multlatérale 3.1 L ade blatérale en Susse se drge essentellement vers des pays afrcans. Pourquo? Connassez-vous un de ces pays? Quelles sont, à votre avs, les actvtés de la coopératon susse dans ces pays? 3.2 La Susse partcpe à l ade multlatérale avec dfférents pays. Elle est spécalsée dans les questons lées à la geston de l eau. Savez-vous pourquo?

3 Fche 2.2 LES FORMES DE MISE EN ŒUVRE DE LA COOPÉRATION Axes prortares de la coopératon au développement susse Rédure la pauvreté Assurer la sécurté humane Partcper à une mondalsaton propce au développement Organsaton spatale de la mse en œuvre Coopératon globale Unquement multlatérale, elle se concentre sur des programmes touchant à des enjeux mondaux (eau, clmat, mgraton ) vsant une mondalsaton propce au développement. Son traval s artcule de plus en plus autour de la noton de bens publcs mondaux. Coopératon régonale Essentellement blatérale, elle se concentre sur certans pays jugés prortares et vse l améloraton des condtons de ve des populatons. Types de coopératon pour la mse en œuvre Coopératon technque Infrastructures : routes, ponts, hôptaux, écoles Renforcement des capactés : améloraton de la formaton de personnes et de leur effcacté dans dfférents méters. Gouvernance : promouvor la démocrate, fnancer des électons, lutter contre la corrupton Coopératon économque Ade budgétare : fnancement drect blatéral accordé à un Etat. Peut être général (allègement de la dette) ou sectorel (soutenr le Mnstère de l éducaton). Fnancement apporté à des organsatons nternatonales (ade multlatérale) telles que l ONU, le FMI et la Banque mondale... Répondez aux questons sur une feulle séparée: 1. La coopératon technque soutent notamment la créaton d nfrastructures, par exemple la constructon d une route pour accéder à des vllages. Quelle est l utlté de cette forme de coopératon? 2. S les vllages souffrent d une pénure almentare chronque, la constructon d une route est-elle utle? Quelle autre forme de coopératon serat (plus) approprée? 3. Dans le cadre de sa coopératon globale, la Susse fat parte de grandes nsttutons telles que l ONU, le FMI, la Banque mondale. Quels sont les avantages et quels sont les nconvénents d être mplqué dans cette coopératon multlatérale? Justfez vos réponses.? Constructon de route au Népal. Calcul des salares à Madagascar. Le gouvernement local prend note des préoccupatons de la populaton au Népal (gouvernance).

4 Fche 2.3 LES THEMES PRIORITAIRES DE LA COOPÉRATION SUISSE La coopératon susse sur le contnent afrcan se concentre souvent sur l éducaton de base, la santé, et le développement rural. Le thème transversal de la bonne gouvernance est, quant-à lu, systématquement prs en compte. Ic à ttre d exemple, un exercce prenant en compte l éducaton, la santé et la bonne gouvernance. L éducaton est une condton de lberté d acton et de partcpaton à la ve socale et économque. Elle favorse l ntégraton de tous les acteurs à l économe d un pays et permet de meux répondre aux défs de la mondalsaton. L éducaton a un mpact sur les revenus et l hygène, et la scolarsaton des jeunes flles contrbue à la maîtrse de la démographe. Le monde compte encore 113 mllons d enfants non scolarsés et 875 mllons d adultes analphabètes (2010). La santé permet aux ndvdus de meux travaller. Les pays qu parvennent à maîtrser effcacement la santé de leur populaton amélorent leur productvté de manère consdérable. Les programmes de santé permettent de lutter contre la pauvreté et d accroître le développement. La lutte contre les malades transmssbles comme le VIH/sda est l une des prortés en Afrque. Un enfant qu naît dans un pays en développement a treze fos plus de rsques de décéder avant l âge de 5 ans. Le leu de nassance est donc un des premers facteurs d négalté. La quête d une bonne gouvernance et la lutte contre la corrupton semblent être des condtons essentelles pour assurer une crossance économque réelle. La Banque mondale estme que 20 à 40 % des budgets de l ade nternatonale sont détournés chaque année dans les pays pauvres. La corrupton engendre des ravages sur les systèmes socaux et la lutte contre les détournements est l un des enjeux majeurs pour le développement. La bonne gouvernance comporte pluseurs dmensons comme l améloraton du fonctonnement des nsttutons publques et la transparence dans l utlsaton des ressources publques. Répondez aux questons sur une feulle séparée: 1. Sur le contnent afrcan, la coopératon susse soutent de nombreux projets d alphabétsaton. En quo consste l alphabétsaton? Qu est-ce qu un analphabète? 2. Pourquo l alphabétsaton a-t-elle un mpact sur l hygène et la santé? Justfez votre réponse. 3. Pourquo l alphabétsaton a-t-elle un mpact sur la démographe? Justfez votre réponse. 4. Quelles formes de coopératon la Susse peut-elle apporter par rapport à la problématque de l analphabétsme? 5. Pourquo dt-on que la santé est un lever de développement? 6. L espérance de ve dans certans pays afrcans est de mons de 50 ans. A comben s élève-t-elle en Susse? Comment explquez-vous une parelle dfférence? 7. Quelle forme d ade peut amener la coopératon par rapport à la santé et à l espérance de ve? 8. Pourquo dt-on qu l ne peut y avor de développement sans bonne gouvernance? 9. Que pourrat fare la Susse pour amélorer la gouvernance dans certans pays?? Ces thèmes prortares sont auss mportants dans d autres régons du monde : acton de lutte contre la corrupton au Népal, campagne contre le SIDA et la lèpre sur les murs d une mason au Ladakh, Inde.

5 Fche EXEMPLES DU TERRAIN Tableau récaptulatf sur les types d ade et les formes de mse en œuvre de la coopératon au développement A partr des nformatons obtenues lors des exercces précédents, des photos présentées et du texte de synthèse des fches 3.1.2a-c, complétez le tableau récaptulatf c-dessous en tenant compte des questons suvantes: S agt-l de coopératon au développement (CD) ou d ade humantare? D ade publque ou prvée? La collaboraton avec le(s) pays partenare(s) a-t-elle leu au nveau blatéral ou multlatéral? Dans le cas de la coopératon au développement, s agt-l de coopératon régonale ou globale? Les actons réalsées s apparentent-elles à de la coopératon technque ou économque? Quelles actons sont mentonnées ou peuvent être réalsées sur place à la lueur des exemples vus? Pays / régon Dstncton par projet possble Coopératon au développement / ade humantare Ade publque blatérale / ade publque multlatérale / ade prvée Coopératon au développement régonale / globale Coopératon technque / économque Actons sur le terran (présentées ou possbles)

6 Fche 3.1.2a TYPES D AIDE ET FORMES DE COOPE COOPÉRATION SUR LE TERRAIN : RE RÉGION DES GRANDS LACS Depus son Bureau de coopératon au Burund, la Drecton du développement et de la coopératon (DDC) gère son programme humantare en faveur des réfugés et des personnes vctmes des mouvements de populaton dans la régon des Grands Lacs, partculèrement au Burund, en Républque démocratque du Congo, en Tanzane, au Rwanda et en Ouganda. Les programmes humantares ont une stratége partculère dans cette régon : l s agt d une part de contrbuer à la constructon contnuelle de lens entre les actons d urgence à court terme et des réalsatons à plus long terme ayant pour but de renforcer les capactés des populatons et de promouvor la pax. Il s agt d autre part de respecter le prncpe selon lequel la populaton snstrée déplacée et la populaton d accuel dovent rester économquement et socalement actves. Pour réalser ces objectfs complexes, la Susse nsère ses actons et ses fnancements au sen d un réseau de partenares dversfés et performants, comprenant auss ben des organsatons locales que des nsttutons nternatonales. La Susse met un montant de 10 à 16 mllons de francs susses à dsposton de son programme humantare dans la régon des Grands Lacs. Les actons réalsées vont de la mse en place de rados permettant aux populaton d avor accès à des nformatons de bonne qualté et non partsanes, à l appu au système de santé en passant par la sécursaton foncère (p.ex garantr que la terre qu appartent à une famlle ne lu sot pas confsquée par un groupe armé). La DDC soutent également un programme d appu aux vctmes de volences sexuelles par l ntermédare d une organsaton non gouvernementale (ONG) burundase en faveur de 500 femmes volées par des soldats appartenant à dfférentes factons armées. Ces armées terrorsent les populatons cvles sans protecton, notamment en perpétuant des vols en masse qu propagent le sda. Ces pratques sont utlsées comme armes de destructon physque et psychologque, les vctmes étant d une part profondément traumatsées, d autre part vctmes d excluson socale de la part de leur communauté. Au nveau légal, rares sont les vctmes qu osent porter plante contre leurs agresseurs dans un contexte où règne l mpunté. Source : DDC (2011 a): Grands Lacs. > Pays > Afrque orentale et centrale ( ) Hôptal Ndanda Tanzane Dstrbuton de lat en poudre Républque démocratque du Congo (RDC) Réunon de femmes volées ayant été réntégrées avec succès dans leur communauté.

7 Fche 3.1.2b TYPES D AIDE ET FORMES DE COOPE COOPÉRATION SUR LE TERRAIN : BURKINA FASO Ade publque au développement La Drecton du développement et de la coopératon (DDC) soutent ce pays de l Afrque de l Ouest qu est l un des plus pauvres de la planète. L objectf prncpal pour la coopératon est une lutte contre la pauvreté à moyen terme. Les projets sur place s engagent au proft des pauvres et des exclus tout en renforçant les personnes et les nsttutons burknabées qu sont en charge de mettre en œuvre les changements nécessares pour sortr du cercle vceux de la pauvreté. La DDC cherche à valorser les ressources du pays et soutent les potentels et les savors locaux qu sont susceptbles d amélorer les condtons de ve des populatons. Elle appue le secteur de l artsanat et de la pette entreprse, elle travalle en partenarat avec les acteurs locaux pour la promoton d une bonne gouvernance, pour la décentralsaton et pour le développement rural. Il s agt d une ade blatérale qu est auss soutenue par le Secrétarat d Etat à l économe (SECO) qu épaule par des ades budgétares le Mnstère des fnances. Les programmes en mleu rural se concentrent sur le secteur de l eau. Souceuse de promouvor un développement durable, la DDC appue l rrgaton goutte à goutte dans ces régons sahélennes, réhablte des planes rzcoles et partcpe à l assanssement de l eau dans des communes urbanes pérphérques. Ade prvée au développement L orphelnat «La Mason du Cœur», fondé par la Sussesse Josette Boegl en 1986, est un exemple d ade prvée qu montre que des actons ndvduelles exstent dans le domane de la coopératon au développement. Ben que le projet s engage auss au proft des pauvres et des exclus, l sort des cadres tradtonnels. Il est fnancé par des dons prvés et par la vente en Susse d artsanat. Le Gouvernement burknabé a fat don du terran sur lequel est bât l orphelnat, et reconnaît l effcacté de ses actons. Pour Josette Boegl, l adopton des enfants en Europe n est pas une bonne soluton : elle consdère que les enfants orphelns dovent rester dans leur pays et garder les lens qu ls ont avec leur communauté d orgne. De nombreux enfants sont sorts de la msère et ont trouvé des emplos au Burkna Faso après à leur passage à La Mason du Cœur. Ils se rendent ans utles à leur communauté. Josette Boegl a refusé tout partenarat avec des coopératons natonales ou des organsatons non gouvernementales (ONG), car elle a toujours voulu garder sa totale autonome dans ses chox en matère d éducaton et de souten à des famlles pauvres. Source: La Mason du Cœur : ( ) Source: DDC (2011 b): Burkna Faso. > Pays > Afrque orentale et centrale ( ) Système d rrgaton «Mason du Coeur»

8 Fche 3.1.2c TYPES D AIDE ET FORMES DE COOPE COOPÉRATION SUR LE TERRAIN : TCHAD La stratége de la Drecton du développement et de la coopératon (DDC) au Tchad est centrée sur les orentatons de la poltque natonale de lutte contre la pauvreté et sur le développement de tros secteurs prortares (développement rural, santé, éducaton de base). La DDC est présente dans les prncpales régons du pays, notamment auss dans celles qu souffrent le plus d un manque d accès aux servces d éducaton, aux servces de santé et aux nfrastructures économques. Les questons de gouvernance sont également prses en compte. Le programme de coopératon de la Susse au Tchad renforce les capactés famlales agropastorales, les communautés et les communes rurales, et les servces publcs décentralsés en ntervenant dans ces tros secteurs prortares mentonnés : Développement rural : le programme accompagne l émergence d une économe rurale prospère, en soutenant le développement de systèmes de productons vables sur les plans économque, écologque et socal [p.ex système d rrgaton plus effcace]. De manère cohérente, le programme ntervent également dans la lutte contre l éroson et la réhabltaton des pstes rurales, ndspensables pour promouvor les échanges et les relatons commercales entre communautés et pour permettre leur accès aux servces de base en matère de santé et d éducaton. Educaton et formaton: le programme soutent le développement d un système éducatf décentralsé de qualté, adapté aux contextes économques et culturels des populatons [cours donnés par exemple auss en dehors des structures scolares, notamment à des adultes, dans le cadre de l éducaton dte non formelle] et largement géré par des structures communales et des assocatons communautares. Santé: l améloraton de la couverture santare élémentare est essentelle, car elle permet d augmenter l offre et la qualté des prestatons préventves et curatves par des servces de santé gérés, eux auss, avec une forte mplcaton des communes et des communautés (centre de santé vllageos avec personnel local formé pour y travaller). Source: DDC (2011 c): Tchad. http: //www.ddc.admn.ch > Pays > Afrque orentale et centrale ( ) Educaton de base Jardnage, développement rural

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E RISQUE cavté souterrane cavté souterrane ntercalare cavte souterrane recto verso:mse en page 1 10/07/13 11:21 Page 2 RISQUE cavté souterrane Le rsque cavté souterrane fat parte des rsques de mouvement

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

L Evénement en images

L Evénement en images Rédactrce en chef: Edth Defaux L Evénement en mages P a S s o n DYnamsme EchaNge TransparEnce S o l d a R REspect ProfessIonnalsme EnGagement t é Notre Assemblée Générale s est déroulée le 6 févrer derner

Plus en détail

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg ACCORD GENERAL DE COOPERATON entre e Gouvernement du Grand-Duche de, Luxembourg et e Gouvernement de la Republque Democratque Populare Lao 2 Le Gouvernement du Grand-Duche de Luxembourg et e Gouvernement

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

Architecture et fonctionnement de la coopération au développement Document pour l enseignant-e

Architecture et fonctionnement de la coopération au développement Document pour l enseignant-e Architecture et fonctionnement de la coopération au développement Document pour l enseignant-e Auteur: Patrick Gilliard (Avec la collaboration Lucy Clavel Raemy) 1 «Si vous donnez un poisson à un pauvre,

Plus en détail

à 8 p à Métro Maison M-M OUchy Plus d info sur www.liguesdelasante.ch

à 8 p à Métro Maison M-M OUchy Plus d info sur www.liguesdelasante.ch M-M Métro Mason! p s a y J Collne de Montrond X DélceS hy ur Pscne/patnore de Montchos Ae nu uc de Co e le lysé e 1 7 A en 6 Aen ue do Pscne de Bellere ue X 12 Grancy rpe p ou élo 8 Ha Aenue de la 15 Lausanne

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Présentation de la série ST2S : Sciences et Technologies de la Santé et du Social

Présentation de la série ST2S : Sciences et Technologies de la Santé et du Social Présentaton de la sére ST2S : Scences et Technologes de la Santé et du Socal Ponts abordés : Pourquo chosr la flères ST2S Quelques témognages Spécfctés de la flère ST2S Parcours en ST2S Accompagnement

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Bur k nafaso 2008 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résidence Floréa St Esprit - Martinique

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résidence Floréa St Esprit - Martinique Floréa Sant-Esprt Etablssement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résdence Floréa St Esprt - Martnque 40 lts Une opératon mmoblère sécursée & pérenne > Se consttuer un patrmone mmobler

Plus en détail

écrans de sous-toiture

écrans de sous-toiture écrans de sous-toture Les règles de bonne pratque # défnton Un écran souple de sous-toture est une feulle déroulée sur la charpente, sur un solant thermque ou sur un support contnu ventlé, avant la mse

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

o cl o a L'Aide Personnalisée aux élèves en mise en place par I'Etat, difficulté un dispositif irréaliste (1) CL (1, (1) (1, ffi

o cl o a L'Aide Personnalisée aux élèves en mise en place par I'Etat, difficulté un dispositif irréaliste (1) CL (1, (1) (1, ffi ff ----a L'Ade Personnalsée aux élèves en dffculté (1) o a (1) L CL (1, E L (1, II a o cl mse en place par I'Etat, un dspostf rréalste Vendred ltoctobre 2008 à 14h Mare de Mourenx Sommare ---o : : ----r

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements L INTÉRÊT D UN STAGE EN ENTREPRISE À L ÉTRANGER Les stages en entreprse sont une pratque hstorque des établssements de formaton des Chambres de Commerce et d Industre. Généralement ntégrés dans les cursus

Plus en détail

Aide au développement et accès à l'eau et à l'assainissement en Afrique subsaharienne Vue d ensemble

Aide au développement et accès à l'eau et à l'assainissement en Afrique subsaharienne Vue d ensemble Ade au développement et accès à l'eau et à l'assanssement en Afrque subsaharenne Vue d ensemble Banque afrcane de développement Ade au développement et accès à l'eau et à l'assanssement en Afrque subsaharenne

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

--_-_ (1) I.L. KANDEL avait déjà rappelé il y a quelques années,qu'il y a plus d'un siècle, en 1841, Horace MANN, en tantque. E&r,

--_-_ (1) I.L. KANDEL avait déjà rappelé il y a quelques années,qu'il y a plus d'un siècle, en 1841, Horace MANN, en tantque. E&r, ~ E&r, ttbulletn de Lason p6 22,dcembre 1961,pp, 7-13, EQULBRE DE L'EDUCATON LES TROS ASPECTS POSTFS DE. LA -CONFERENCE D'ADDS'ABEBA La deuxème conférence organsée par l'unesco à Adds-Abéba a eu ncontestablement

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

SJ) Service -, -V; Æ. International. Volontaire. Bouscule tes horizons, Implique-toi à l étranger! eul ou engroupe. Projets associatifs.

SJ) Service -, -V; Æ. International. Volontaire. Bouscule tes horizons, Implique-toi à l étranger! eul ou engroupe. Projets associatifs. SJ) Servce Volontare Internatonal WWW. servcevolontare.org ««Bouscule tes horzons, -, A.1*41 > M4MT':A» I-,'*. V m mm M L T/, v. 7 Jr tr tttsktcljt- _ lbkjdfc.3 m* Implque-to à l étranger! r*-: * V\, m

Plus en détail

Accessibilité aux md de famille. Objectif: Créer une modalité par agence avec application par CSSS et la publiciser

Accessibilité aux md de famille. Objectif: Créer une modalité par agence avec application par CSSS et la publiciser Accessblté aux md de famlle Objectf: Créer une modalté par agence avec applcaton par CSSS et la publcser But: Mettre fn aux démarches multples des patents et rédure le déla d'accès Prncpes: 1. reconnaître

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, 12091 NIAMEY NIGER Té1 : 7320-58 Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

2014 Formations. Programmes DPC Groupe de Recherche et d Intervention pour l Éducation Permanente des Professions Sanitaires et médicosociales

2014 Formations. Programmes DPC Groupe de Recherche et d Intervention pour l Éducation Permanente des Professions Sanitaires et médicosociales 2014 Formatons Programmes DPC Groupe de Recherche et d Interventon pour l Éducaton Permanente des Professons Santares et médcosocales Le GRIEPS a reçu la certfcaton OPQF (Offce Professonnel de la Qualfcaton

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE entrée 2014 Objectf master Unversté d Auvergne - Unversté Blase ascal Certans masters sont cohabltés avec d autres établssements d ensegnement supéreur mnstère de l éducaton natonale, de l ensegnement

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros Page 1/9 14/02/13 19:47 LES SALARES DU WEBMARKET EN 2012 Des salares médans de 46 500 à 92 100 euros En 2012, les salares dans le dgtal ont grmpé de 5,5%. Selon une enquête réalsée par le réseau d'agences

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé Code ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Outls de communcaton B2050 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 1 Pondératon

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Module de découverte professionnelle Les Travaux Publics

Module de découverte professionnelle Les Travaux Publics SUPPORT DE COURS Module de découverte professonnelle Les Travaux Publcs Ce support vous fournt une synthèse des partculartés, des modes opératores, des méters, des formatons des Travaux Publcs. Il n est

Plus en détail

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Marjore MAZARS Phlppe MOATI Laurent POUQUET CAHIER DE RECHERCHE

Plus en détail

Profil Entrepreneur. Uniquement pour entrepreneurs mars 2013

Profil Entrepreneur. Uniquement pour entrepreneurs mars 2013 Profl Entrepreneur Unquement pour entrepreneurs mars 2013 Paements nternatonaux Dans un pett pays comme la Belgque, les entrepreneurs sont amenés rapdement à commercer hors de leurs frontères, tant en

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Prévisions localisées d effectifs d élèves de l enseignement primaire Période 2014-2017

Prévisions localisées d effectifs d élèves de l enseignement primaire Période 2014-2017 Prévsons localsées d effectfs d élèves de l ensegnement prmare Pérode 214-217 Genève - SRED, 214 - Document 14.11 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Assocaton des communes genevoses 2 Prévsons localsées d

Plus en détail

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public.

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public. Ver sunenouvel l ecul t ur emanagér al e:mét hodol og e dem seenpl aced unsyst èmedecont r ôl edegest on dansunét abl ssementpubl c Casd uneacadém er ég onal ed éducat onetde f or mat on. Aut eur s:dr

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ VILLE DE CRÉTEIL

RAPPORT D ACTIVITÉ VILLE DE CRÉTEIL RAPPORT D ACTIVITÉ 2014 VILLE DE CRÉTEIL LE MOT DU MAIRE Le rapport d actvté des servces muncpaux permet de prendre la mesure du traval quotden effectué durant toute une année par l ensemble des agents

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

Une évaluation économétrique de l impact des politiques publiques d emploi sur les trajectoires professionnelles des demandeurs d emploi

Une évaluation économétrique de l impact des politiques publiques d emploi sur les trajectoires professionnelles des demandeurs d emploi 9 es Journées d études Céreq Lasmas-IdL, Rennes, 15 et 16 ma 2002 «Formaton tout au long de la ve et carrères en Europe» Une évaluaton économétrque de l mpact des polques publques d emplo sur les trajectores

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz EMPRUNTEUR M. Mme (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté

Plus en détail

le service social des entreprises

le service social des entreprises le servce socal des entreprses Interface 01600 REYRIEUX SARL - RCS Bourg en Bresse 789 567 039 04 78 92 95 67-06 87 88 17 45 drecton@nterface-es.fr N TVA ntracommunautare : FR26789567039 - APE 7022 Z "

Plus en détail

Les stages DÉCOUVRIR L'ÉCOLE DE CYCLISME...

Les stages DÉCOUVRIR L'ÉCOLE DE CYCLISME... DÉCOUVRIR L'ÉCOLE DE CYCLISME... L Ecole de Cyclsme du Road Team Val de Moder est une assocaton sportve d accuel pour jeunes compétteurs ayant pour but de fare découvrr et de fare amer le vélo à travers

Plus en détail

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains :

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains : Comparason des nveaux des prx et de la consommaton dans les pays afrcans : Premers résultats du Programme de comparason nternatonale pour l Afrque RAPPORT PRINCIPAL Mars 2007 Dvson du développement des

Plus en détail

La gestion des déchets radioactifs dans les pays en développement

La gestion des déchets radioactifs dans les pays en développement Perspectves La geston des déchets radoactfs dans les pays en développement De nouvelles dspostons sont prses pour répondre aux besons et résoudre les problèmes par K.T. Thomas, W. Baehr et G.R. Plumb Pratquement

Plus en détail

Développement durable et solidaire GUIDE DES BONNES PRATIQUES

Développement durable et solidaire GUIDE DES BONNES PRATIQUES Développement durable et soldare? GUIDE DES BONNES PRATIQUES 2 Sommare Envronnement Déchets 4 Eau et énerge 6 Déplacements 9 Econome Achat durable et soldare 11 Socal Ensemble, pour un traval soldare 14

Plus en détail

Référentiels utilisés

Référentiels utilisés Référentels utlsés Abrévatons Référentels Commentares G1 Lo n 2009-967 du 03/08/2009 dte "Grenelle " Publée - 57 artcles - Entrée en vgueur le 13/07/2010 G2 Lo n 2010-788 du 12/07/2010 dte "Grenelle "

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec

Demande d insertion au registre de l état civil du Québec d un acte d état civil fait hors du Québec Demande d nserton au regstre de l état cvl du Québec d un acte d état cvl fat hors du Québec IMPORTANT Lsez les rensegnements généraux et les drectves Remplssez le formulare en caractères d mprmere, à

Plus en détail

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de Déséqulbres macroéconomques dans les pays émergents : des rsques modérés pour les économes avancées Vncent Alhenc-Gelas Département de la conjoncture Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton ECAM Cursus de Bacheler en Scences ndustrelles Informatque et communcaton B1030 Cycle 1 Bloc 1 Quadrmestre 1-2 Pondératon 5 Nombre de crédts 5 Nombre d heures

Plus en détail

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine Le calcul de la valeur statstque d une ve humane Georges Donne Martn Lebeau Novembre 2010 CIRRELT-2010-48 Bureaux de Montréal : Bureaux de Québec : Unversté de Montréal Unversté Laval C.P. 6128, succ.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR L ÉTABLISSEMENT DES PRIX À LA CONSOMMATION. Guide complémentaire du Manuel de l'indice des prix à la consommation

GUIDE PRATIQUE POUR L ÉTABLISSEMENT DES PRIX À LA CONSOMMATION. Guide complémentaire du Manuel de l'indice des prix à la consommation POUR L'ÉTABLISSEMENT D'INDICES DES PRIX À LA CONSOMMATION Ben que destné prncpalement aux statstcens de l'ipc des pays en développement, ce gude présente auss un ntérêt pour les statstcens dans leur ensemble.

Plus en détail

Prêt. servir. Des fromages de marques en portions et en pièces. Fin de repas, petit-déjeuner et collation. www.belfoodservice.fr

Prêt. servir. Des fromages de marques en portions et en pièces. Fin de repas, petit-déjeuner et collation. www.belfoodservice.fr Prêt à servr Des fromages de marques en s et en pèces Fn de repas, pett-déjeuner et collaton www.belfoodservce.fr La gamme de s Bel Foodservce Fondus Mns ronds La vache qu rt est connue par 98% des Franças!

Plus en détail

Rapport scientifique. Gouvernance et acteurs de développement local dans la région de Meknès-Tafilalet Le cas de l INDH dans la province d El Hajeb

Rapport scientifique. Gouvernance et acteurs de développement local dans la région de Meknès-Tafilalet Le cas de l INDH dans la province d El Hajeb nversté Moulay Ismal Meknès Observatore Natonal Ecole Natonale d Arculture du Développement Human Meknès Rapport scentfque Gouvernance et acteurs de développement local dans la réon de Meknès-Taflalet

Plus en détail

Les règles applicables en matière de santé et de sécurité

Les règles applicables en matière de santé et de sécurité Gude pratque 3 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE LA

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 15/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

FAMILLE parents au HaVre

FAMILLE parents au HaVre parents au HaVre FAMILLE avec Harane, facltez vos démarches C est au sen de la famlle que l enfant construt, pendant ses premères années, ses repères, ses acqus, son développement et sa personnalté. C

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Global Development Network

Global Development Network Global Development Network Varetes of Governance: Effectve Publc Servce Delvery Gouvernance du servce publc de l eau et performance en matère d approvsonnement en eau potable au Burkna Faso Samuel Tamb

Plus en détail

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Phlppe MOATI Anne

Plus en détail

QUELQUES ASPECTS DE LA PETITE IRRIGATION - DANS LE NORDESTE ~RESIL~EN -,

QUELQUES ASPECTS DE LA PETITE IRRIGATION - DANS LE NORDESTE ~RESIL~EN -, '5 Les Cahers de la Recherche Développement no 19 Septembre1988 2. QUELQUES ASPECTS DE LA PETTE RRGATON DANS LE NORDESTE ~RESL~EN,. F. MOLLE*, R.COURCER*, E. CADER" r 'élevage et d'agrculture plbvale de

Plus en détail

Plongée Plaisir Initiateur Modifications réglementaires 2010

Plongée Plaisir Initiateur Modifications réglementaires 2010 Plongée Plasr Intateur Modfcatons réglementares 2010 Ce fasccule est à destnaton des ntateurs de club en formaton ou en foncton, afn d actualser les éléments de réglementaton sute aux modfcatons nter venues

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 4/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux mutatons

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Un on descomor es Ju n 2011 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail