Allocution Dr Joseph Torbey. Président de l Association des Banques du Liban (ABL) Réunion avec SE l'ambassadeur de France, M.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Allocution Dr Joseph Torbey. Président de l Association des Banques du Liban (ABL) Réunion avec SE l'ambassadeur de France, M."

Transcription

1 Allocution Dr Joseph Torbey Président de l Association des Banques du Liban (ABL) Réunion avec SE l'ambassadeur de France, M. Emmanuel Bonne Association des Banques du Liban (ABL) Beyrouth, le 17 Février ABL_JTorbey_Réunion de l ABL avec SE l ambassadeur de France le 17 Février 2016.

2 Votre Excellence, Monsieur l ambassadeur de France, Chers Collègues et amis, Au nom de l'association des Banques du Liban et de mes collègues les banquiers présents, permettez-moi, Monsieur l ambassadeur de vous souhaiter la bienvenue à la libanaise: Ahlan wa Sahlan, qui traduit notre accueil chaleureux et notre plaisir de vous recevoir au sein de notre Association. C est là un signe d amitié et de coopération entre les banques du Liban et la France, et un renforcement des grandes valeurs qui lient nos deux pays. Notre réunion a lieu aujourd hui dans des moments de grande tension, où les regards des Libanais sont braqués sur les développements au Liban et dans la région et qui font encourir à notre pays de grands dangers. Dans ce contexte, notre secteur bancaire doit gérer et maîtriser des risques majeurs, que ce soit au niveau des opérations bancaires qu à celui des risques politiques et sécuritaires, tout en n oubliant pas l application stricte des sanctions internationales qui portent particulièrement sur des acteurs actifs dans la région et au Liban même... Le secteur bancaire libanais a réussi à relever le défi en montrant sa capacité à intégrer et à appliquer les mesures et normes internationales requises. Tout au long de son histoire, le secteur bancaire libanais a joué un rôle décisif dans la vie économique et politique du pays. Sur le plan national, lors de la guerre civile qui a ravagé le Liban entre 1975 et 1990, les banques libanaises ont réellement assuré la pérennité de l État et de l autorité publique, en 2 ABL_JTorbey_Réunion de l ABL avec SE l ambassadeur de France le 17 Février 2016.

3 fournissant au gouvernement les fonds nécessaires pour sa bonne fonction, alors que la collecte d impôts était quasi inexistante. Des programmes de financement à l échelle nationale étaient également assurés par les banques au secteur privé. Vrai pilier et moteur de croissance de l économie, le secteur bancaire libanais avec un total bilan au Liban de 186 milliard de dollars à fin 2015 continue d être un partenaire stratégique de l Etat et de l économie nationale. En prolongement et en renforcement de notre industrie bancaire nous avons, durant les 25 dernières années, opéré une grande ouverture sur l extérieur. Nous avons actuellement un réseau dans 33 pays et plus de 100 villes sous différentes formes juridiques avec plus de 45 milliard de dollars d actifs. Il y va de soi que nous opérons en respect et en application des normes et des standards internationaux fixés par le GAFI, la Commission de Bâle, les institutions financières internationales, et enfin par l Union européenne et les États unis. L exportation de nos services bancaires n aurait été possible sans l encadrement réglementaire solide, efficace et judicieux, mis en place par la Banque centrale du Liban et par son bras de surveillance, la Commission de contrôle des banques, et plus récemment la commission spéciale d investigation. Votre Excellence, Pour renforcer les relations de correspondance avec les places et les banques internationales, notre Association organise depuis 5 ans des visites régulières à l étranger. En effet, après Londres (Novembre 2010) et Paris (Octobre 2011), nous avons tenu la Journée des banques libanaises à New York (en février 2013), en parallèle avec un lobbying actif depuis 2012 aux Etats-Unis, où nous 3 ABL_JTorbey_Réunion de l ABL avec SE l ambassadeur de France le 17 Février 2016.

4 nous sommes réunis avec la Federal Reserve Bank de NY et les principales banques correspondantes, puis avec les hauts cercles du pouvoir au gouvernement américain, dont le département du Trésor, le Ministère des affaires étrangères et les commissions appropriées du Congress américain. Ces efforts spécialement axés vers les Etats-Unis sont dictés, de plus, par la haute dollarisation de l économie et de l industrie bancaire au Liban. Dans toutes nos visites aux capitales financières, nous avons mis l accent sur l engagement solide du secteur bancaire libanais dans l application des sanctions internationales et dans la lutte contre le blanchiment des capitaux, ainsi que sur le rôle stratégique du secteur bancaire libanais, pilier de stabilité nationale, avec l Armée Libanaise dans une région déstabilisée. Nous souhaitons à cet égard, Monsieur Bonne, votre assistance pour organiser cette année une visite à Paris et Bruxelles en vue de renforcer nos liens avec les banques françaises et de rencontrer les autorités monétaires et de surveillance françaises et européennes. Monsieur l Ambassadeur, Forts des liens de la francophonie que créent entre nous le partage de la langue française et des valeurs universelles, nous souhaitons vous informer que notre Association a été et continue à être l un des promoteurs principaux de la création et de l activation de l Union bancaire francophone (UBF). Notre jeune Union bancaire francophone englobe jusqu à présent 20 pays francophones et vise à bâtir un réseau d échanges d informations et de rencontres sur des thèmes d intérêt commun, en utilisant la langue française, en vue de renforcer les relations d affaires entre nos banques et nos pays. Il a été décidé que l UBF 4 ABL_JTorbey_Réunion de l ABL avec SE l ambassadeur de France le 17 Février 2016.

5 tiendra après Bruxelles et Marakech sa troisième conférence annuelle à Beyrouth, le 12 Novembre prochain, sur le thème de la «Sécurité Bancaire». Sur un autre plan, l ABL et l Université St Joseph de Beyrouth ont conjointement renforcé leur partenariat au sein du Centre d Études Bancaires (CEB) fondé en 1967, par la transformation de ce dernier en «Institut Supérieur d Études Bancaires» (ISEB) pour en faire un établissement d enseignement, de formation et de recherche, agréé par le Ministère de l Éducation et de l enseignement supérieur au Liban. Nous souhaitons que vous apportiez à l ISEB tout l appui nécessaire à son développement, à l instar de l ESA. Nous complétons et ne concurrençons pas l ESA. Nous vous souhaitons, votre Excellence, encore une fois la bienvenue à l ABL et vous remercions de tout le soutien que vous apportez à notre secteur bancaire et au Liban. * * * 5 ABL_JTorbey_Réunion de l ABL avec SE l ambassadeur de France le 17 Février 2016.

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Yousif: Vers la création d une union de banques francophones Torbey: Importance du rôle financier de Beyrouth Obolensky: Nécessité de promouvoir la coopération

Plus en détail

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010 Compte Rendu de l Atelier Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques 1. Contexte Le 9 décembre 2010 Beyrouth - Liban Les besoins en investissement pour

Plus en détail

L Informatique Juridique Une Perspective Arabe Maison des Nations Unies, Beyrouth 12-14 14 Décembre 2005 La protection des données personnelles en droit libanais: Faut-il réglementer? Rania Haj chahine

Plus en détail

Résolution 1686 - Prolongation du mandat de la Commission d enquête sur l assassinat de Rafic Hariri (15 juin 2006)

Résolution 1686 - Prolongation du mandat de la Commission d enquête sur l assassinat de Rafic Hariri (15 juin 2006) SELECTION DE DOCUMENTS à propos du LIBAN Provenance:Ministère Français des Affaires Etrangères Résolution 1686 - Prolongation du mandat de la Commission d enquête sur l assassinat de Rafic Hariri (15 juin

Plus en détail

Un monde complexe. - Grandes lignes d organisation de l espace mondial -

Un monde complexe. - Grandes lignes d organisation de l espace mondial - Un monde complexe - Grandes lignes d organisation de l espace mondial - Nomenclature Canada Asie -est Un monde inégal Canada Asie -est Pôles de puissance anciens (Triade) Canada Asie -est Pôles de puissance

Plus en détail

Développer les compétences interculturelles

Développer les compétences interculturelles Développer les compétences interculturelles Europe Arab Bank Europe Arab Bank (EAB) est une banque qui offre à ses clients un accès privilégié à des projets d investissement en Europe, en Amérique du Nord,

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB Rue des Chanoines 2, 1700 Fribourg T +41 26 322 50 08, F +41 26 305

Plus en détail

INVITATION au. XVIIIe COLLOQUE DU GISGUF. à I Université Saint Joseph de Beyrouth du 24 au 28 avril 2012

INVITATION au. XVIIIe COLLOQUE DU GISGUF. à I Université Saint Joseph de Beyrouth du 24 au 28 avril 2012 Groupement international des Secrétaires Généraux des Universités Francophones Association loi 1901 Membre associé de l Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) INVITATION au XVIIIe COLLOQUE DU GISGUF

Plus en détail

Session plénière - Parlement européen à Strasbourg du 1 er au 4 juillet 2013. Les priorités des socialistes et démocrates à l ordre du jour

Session plénière - Parlement européen à Strasbourg du 1 er au 4 juillet 2013. Les priorités des socialistes et démocrates à l ordre du jour S&D Groupe de l'alliance progressiste des Socialistes & Démocrates au Parlement Européen Parlement Européen Rue Wiertz 60 B-1047 Bruxelles T +32 2 284 2111 F +32 2 230 6664 www.socialistsanddemocrats.eu

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Avant-propos Pour l agglomération du grand Zurich, la place bancaire revêt une importance économique et sociale tout à fait centrale. En particulier parce

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

LE ROYAUME DE BELGIQUE

LE ROYAUME DE BELGIQUE ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES LE ROYAUME DE BELGIQUE, dénommé

Plus en détail

Le Traité sur le commerce des armes: Enjeux et défis, état des lieux des négociations

Le Traité sur le commerce des armes: Enjeux et défis, état des lieux des négociations Le Traité sur le commerce des armes: Enjeux et défis, état des lieux des négociations Virginie MOREAU Réunion d information sur le TCA et le PoA 15 février 2012, New York UNIDIR Organisation internationale

Plus en détail

FICHE PAYS ETATS-UNIS

FICHE PAYS ETATS-UNIS FICHE PAYS ETATS-UNIS IMMIGRATION // Permis de travail // Visa business Comme dans la grande majorité des pays, pour pouvoir travailler aux Etats-Unis, en tant qu étranger, il faut obtenir une autorisation

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

DOCUMENTS D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES PHYSIQUES

DOCUMENTS D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES PHYSIQUES 1. TYPE DE COMPTE Type de compte: Compte individuel DOCUMENTS D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES PHYSIQUES Compte joint * (dans ce cas, veuillez nous envoyer dûment remplis le «contrat compte-joint»

Plus en détail

Alors le centre de formation de la F.F.C.E.B. est peut-être fait pour vous!

Alors le centre de formation de la F.F.C.E.B. est peut-être fait pour vous! Jambes, le 4 avril 2012 Cher ami escrimeur, Chère amie escrimeuse, Durant cette saison qui se termine maintenant, vous avez été invité à participer à différentes actions de détection et de perfectionnement

Plus en détail

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Dr Reddy s Laboratories Dr. Reddy s Laboratories est un groupe pharmaceutique mondial indien qui produit des médicaments génériques

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? AOÛT 2014 13_INT_190 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? Rappel de l'interpellation Suite aux accords Foreign Account Tax Compliance

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Objectifs du cours Connaissances

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Olivier de Bandt Frangoise Drumetz. Christian Pfister. Preface de Jean Tirole

Olivier de Bandt Frangoise Drumetz. Christian Pfister. Preface de Jean Tirole Stabilste financiere Olivier de Bandt Frangoise Drumetz Christian Pfister Preface de Jean Tirole ^ ECONOMIQUES CO W Ö H w > o de boeck TABLE DES MATIERES Remerciements 5 Preface 7 Introduction 11 Partie

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Chefs d Etat et de gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Chefs d Etat et de gouvernement, Conférence des Nations Unies sur le financement du développement Addis-Abeba, 14 juillet 2015 Discours de Mme Annick Girardin Secrétaire d Etat chargé du Développement et de la Francophonie Seul le prononcé

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE DE COMPTE PERSONNES PHYSIQUES

DEMANDE D OUVERTURE DE COMPTE PERSONNES PHYSIQUES DEMANDE D OUVERTURE DE COMPTE PERSONNES PHYSIQUES Comment ouvrir un compte pour accéder aux services de Keytrade Bank Luxembourg S.A. LISEZ ATTENTIVEMENT... Document 1 Document 2 Document 3 Demande d ouverture

Plus en détail

DECRET N 81-536 DU 12 MAI 1981

DECRET N 81-536 DU 12 MAI 1981 DECRET N 81-536 DU 12 MAI 1981 relatif au diplôme d expertise comptable (1) (Journal officiel du 15 mai 1981) (1) Modifié par : Décret n 88-81 du 22 janvier 1988 (JO du 24 janvier 1988) ; Décret n 96-352

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

DOCUMENT D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES MORALES

DOCUMENT D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES MORALES EJ: DOCUMENT D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES MORALES 1. TITULAIRE(S) TITULAIRE 1 Langue Français Allemand Anglais Néerlandais Raison sociale Forme juridique Date de constitution Lieu d incorporation

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Banques fictives et établissements d enregistrement

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Banques fictives et établissements d enregistrement Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Banques fictives et établissements d enregistrement Janvier 2003 Groupe de travail sur les activités bancaires transfrontières Coprésidents : M. Charles Freeland,

Plus en détail

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE DECISION N 2010-064 EN DATE DU 13 JUILLET 2010 Le collège de l Autorité de régulation des jeux en ligne ; Vu la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 relative

Plus en détail

Version du 16-12-2014 Partie IV Titre II Chapitre VIII Remboursement de certains frais résultant d un accident de travail reconnu ou d une maladie

Version du 16-12-2014 Partie IV Titre II Chapitre VIII Remboursement de certains frais résultant d un accident de travail reconnu ou d une maladie Version du 16-12-2014 Partie IV Titre II Chapitre VIII Remboursement de certains frais résultant d un accident de travail reconnu ou d une maladie professionnelle reconnue Table des matières 1 1. Tableau

Plus en détail

la conformité LES PRINCIPES D ACTION

la conformité LES PRINCIPES D ACTION La fonction Conformité au sein de BNP Paribas La fonction Conformité a été créée en décembre 2004, en anticipation de nouvelles dispositions du règlement 97-02 sur le contrôle interne des établissements

Plus en détail

Curriculum Vitae. Etudes Secondaires Université Saint Joseph des Pères Jésuites, Beyrouth (Liban).

Curriculum Vitae. Etudes Secondaires Université Saint Joseph des Pères Jésuites, Beyrouth (Liban). Curriculum Vitae Me ANTOINE AKL Né à Chamat, Casa de Jbeil (Liban) ETUDES Etudes Primaires Collège de la Sagesse, Beyrouth (Liban). Etudes Secondaires Université Saint Joseph des Pères Jésuites, Beyrouth

Plus en détail

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques Questionnaire patients Visite 11 Chère Madame, Cher Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue pour cette première consultation

Plus en détail

Direction générale des archives (DGA) Processus d acquisition et d évaluation monétaire des archives privées. (Document à l intention du donateur)

Direction générale des archives (DGA) Processus d acquisition et d évaluation monétaire des archives privées. (Document à l intention du donateur) Direction générale des archives (DGA) Processus d acquisition et d évaluation monétaire des archives privées (Document à l intention du donateur) Bibliothèque et Archives nationales du Québec Avril 2008

Plus en détail

Le droit des relations exterieures dans la jurisprudence de la Cour de justice des Communautes europeennes

Le droit des relations exterieures dans la jurisprudence de la Cour de justice des Communautes europeennes Dossier de droit europeen no 6 Le droit des relations exterieures dans la jurisprudence de la Cour de justice des Communautes europeennes Christine Kaddous Dr en droit, avocate, LL.M. (Cantab), Lic. speciale

Plus en détail

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

onesource workflow manager

onesource workflow manager onesource workflow manager md FISCALITÉ ET COMPTABILITÉ MC Orchestrez vos processus fiscaux ONESOURCE WorkFlow Manager est une solution hébergée sur Internet hautes performances qui vous permet de gérer

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Beyrouth, le 1 juillet 2013

CURRICULUM VITAE. Beyrouth, le 1 juillet 2013 Beyrouth, le 1 juillet 2013 CURRICULUM VITAE I- Nom: Joy Fouad TABET Docteur en Droit Ambassadeur du Liban Avocat à la cour Ancien Conseiller Juridique à la Chambre des Députés et Professeur de Droit Constitutionnel

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Welcome. un état d esprit

Welcome. un état d esprit * Bienvenue. Welcome * un état d esprit Plus qu un message de bienvenue, Welcome c est la promesse d ouverture que nous faisons à chaque collaborateur, dès son arrivée dans le Groupe et tout au long de

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Décembre 2015 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA)

Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) 1. Qu'est-ce que la FATCA? L US Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA ou Loi sur l'acquittement des obligations fiscales pour les comptes étrangers détenus

Plus en détail

DEMANDE DE VISA TOURISME/ (VISITE FAMILIALE/OU AMICALE)

DEMANDE DE VISA TOURISME/ (VISITE FAMILIALE/OU AMICALE) DEMANDE DE VISA TOURISME/ (VISITE FAMILIALE/OU AMICALE) UN FORMULAIRE DUMENT REMPLIS AVEC UNE PHOTO RECENTE. PASSEPORT D UNE VALIDITE MINIMALE DE 3 MOIS APRES L EXPIRATION DU VISA ET UN MINIMUM DE 2 PAGES

Plus en détail

DOCUMENTS D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES PHYSIQUES

DOCUMENTS D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES PHYSIQUES 1. TYPE DE COMPTE Type de compte: Compte individuel DOCUMENTS D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES PHYSIQUES Compte joint * (dans ce cas, veuillez nous envoyer dûment remplis le «contrat compte-joint»)

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

«La bonne gouvernance bancaire : une condition nécessaire pour le

«La bonne gouvernance bancaire : une condition nécessaire pour le Nation Unies Commission économique pour l Afrique Réunion ad hoc d experts Financement du développement en Afrique du Nord 19 21 octobre 2010 «La bonne gouvernance bancaire : une condition nécessaire pour

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES Contrôle des intermédiaires

COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES Contrôle des intermédiaires B DEMANDE D'INSCRIPTION DES INTERMEDIAIRES EN SERVICES BANCAIRES ET SERVICES D INVESTISSEMENT PERSONNE PHYSIQUE v 2010-03 Loi du 22 mars 2006 relative à l'intermédiation en services bancaires et en services

Plus en détail

Les Embargos. Ces différents types de sanctions sont désignées sous la terminologie «d embargos».

Les Embargos. Ces différents types de sanctions sont désignées sous la terminologie «d embargos». Les Embargos En réponse à certaines situations mettant en péril la sécurité et la paix mondiales, des sanctions sont prises à l encontre de certains Etats, entités et personnes. Ces différents types de

Plus en détail

Évaluation du rendement du nouveau personnel enseignant. Procédure administrative : Numéro : PA 6.010.2. Catégorie : Ressources humaines Pages : 14

Évaluation du rendement du nouveau personnel enseignant. Procédure administrative : Numéro : PA 6.010.2. Catégorie : Ressources humaines Pages : 14 Procédure administrative : Évaluation du rendement du nouveau personnel enseignant Numéro : PA 6.010.2 Catégorie : Ressources humaines Pages : 14 Approuvée : le 24 octobre 2008 Modifiée : Conformément

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit Bruxelles, le 16 avril 1999 CIRCULAIRE D1 99/2 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET AUX REVISEURS AGREES Madame, Monsieur,

Plus en détail

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Amélioration significative de la collaboration avec l UE L accord entre la

Plus en détail

L employabilité dans le secteur bancaire libanais Dr. Fadoie Mardam-Bey MANSOUR Directeur de la Formation à l ABL Directeur de l ISEB (USJ ABL)

L employabilité dans le secteur bancaire libanais Dr. Fadoie Mardam-Bey MANSOUR Directeur de la Formation à l ABL Directeur de l ISEB (USJ ABL) L employabilité dans le secteur bancaire libanais Dr. Fadoie Mardam-Bey MANSOUR Directeur de la Formation à l ABL Directeur de l ISEB (USJ ABL) Mai 2014 L employabilité dans le secteur bancaire libanais

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Pour le recrutement d un Consultant International

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE DE COMPTE SOCIETE

DEMANDE D OUVERTURE DE COMPTE SOCIETE DEMANDE D OUVERTURE DE COMPTE SOCIETE Comment ouvrir un compte société pour accéder aux services de Keytrade Bank Luxembourg S.A. COMPLETEZ ET SIGNEZ... La demande d ouverture de compte et joignez les

Plus en détail

Quelques aspects juridiques et fiscaux. liés au secteur du e-learning au Brésil. Octobre 2013 Roberta LARA FERNANDES

Quelques aspects juridiques et fiscaux. liés au secteur du e-learning au Brésil. Octobre 2013 Roberta LARA FERNANDES Quelques aspects juridiques et fiscaux liés au secteur du e-learning au Brésil Octobre 2013 Roberta LARA FERNANDES Problème Vide entre le cadre réglementaire et juridique et les nouvelles technologies

Plus en détail

Executive MBA programme

Executive MBA programme Executive MBA programme 1 2 Introduction Bienvenue au programme Executive MBA proposé conjointement par Frankfurt School et UPC. La RDC est un pays avec un potentiel énorme, son économie se développe rapidement

Plus en détail

Ordonnance sur le système de traitement des données relatives aux prestations de sécurité privées

Ordonnance sur le système de traitement des données relatives aux prestations de sécurité privées Ordonnance sur le système de traitement des données relatives aux prestations de sécurité privées (OTPSP) du 12 août 2015 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 57h, al. 3, de la loi du 21 mars 1997 sur

Plus en détail

AVIS DE LIVRAISON GARANTIE relatif au dépôt d actions ordinaires de

AVIS DE LIVRAISON GARANTIE relatif au dépôt d actions ordinaires de LE PRÉSENT DOCUMENT N EST PAS UNE LETTRE D ENVOI. LE PRÉSENT AVIS DE LIVRAISON GARANTIE DOIT ÊTRE UTILISÉ POUR L ACCEPTATION DE L OFFRE DE FRONTEER DEVELOPMENT GROUP INC. VISANT LA TOTALITÉ DES ACTIONS

Plus en détail

Atelier Risques. Qualité des données dans le cadre réglementaire : les enjeux de conformité et de performance. En partenariat avec :

Atelier Risques. Qualité des données dans le cadre réglementaire : les enjeux de conformité et de performance. En partenariat avec : Atelier Risques En partenariat avec : Qualité des données dans le cadre réglementaire : les enjeux de conformité et de performance La qualité des données est un enjeu essentiel des projets réglementaires

Plus en détail

Rapport sur la toponymie, la normalisation et la romanisation des noms géographiques au Liban

Rapport sur la toponymie, la normalisation et la romanisation des noms géographiques au Liban Rapport sur la toponymie, la normalisation et la romanisation des noms géographiques au Liban 1- Introduction: Le Liban est un petit pays du Moyen Orient : Surface : 10 452 km2 Population : 3.5 millions

Plus en détail

Composition du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance

Composition du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance CONSEIL EXÉCUTIF EB132/31 Cent trente-deuxième session 9 novembre 2012 Point 13.3 de l ordre du jour provisoire Composition du Comité consultatif indépendant d experts de la Surveillance Rapport du Secrétariat

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

N 57 BULLETIN OFFICIEL DE LA BANQUE DE FRANCE SEPTEMBRE 2003 112-57

N 57 BULLETIN OFFICIEL DE LA BANQUE DE FRANCE SEPTEMBRE 2003 112-57 N 57 BULLETIN OFFICIEL DE LA BANQUE DE FRANCE SEPTEMBRE 2003 112-57 AVERTISSEMENT Le Bulletin officiel de la Banque de France diffuse mensuellement, à compter de janvier 1999, les textes officiels de la

Plus en détail

Hocine BENISSAD BLANCHIMENT DE CAPITAUX. Aspects economiques et juridiques. C3 ECONOMIC A 49 rue Hericart, 75015 Paris

Hocine BENISSAD BLANCHIMENT DE CAPITAUX. Aspects economiques et juridiques. C3 ECONOMIC A 49 rue Hericart, 75015 Paris Hocine BENISSAD BLANCHIMENT DE CAPITAUX Aspects economiques et juridiques C3 ECONOMIC A 49 rue Hericart, 75015 Paris TABLE DES MATTERES Chapitre 1. Pratiques et canaux de blanchiment 1 I. Generalites 1

Plus en détail

AVIS D ACQUISITION FORCÉE

AVIS D ACQUISITION FORCÉE Le présent document est important et exige votre attention immédiate. Si vous avez des doutes sur la façon d y donner suite, vous devriez consulter votre courtier en valeurs mobilières, votre avocat ou

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC.

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. Adoptée le 11 décembre 2014 La présente charte détaille le but, la composition,

Plus en détail

Quels sont les caractéristiques d un «bon» superviseur bancaire?

Quels sont les caractéristiques d un «bon» superviseur bancaire? Quels sont les caractéristiques d un «bon» superviseur bancaire? Résumé : Face à des banques universelles, un superviseur unique est plus adapté ; Il est indispensable que le superviseur et la banque centrale

Plus en détail

Le Québec et le commerce international

Le Québec et le commerce international Le Québec et le commerce international Stéphane Paquin, Ph.D Professeur ENAP Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée Qui gagne quand tout le monde perd? Mme Alena

Plus en détail

DES FORCES ARMEES BELGES

DES FORCES ARMEES BELGES VS14054 ASSURANCE DU RISQUE DE DECES DES PARTICIPANTS A UNE MISSION A L ETRANGER DES FORCES ARMEES BELGES COMMENTAIRE DE LA CONVENTION PASSEE ENTRE LES AUTORITES ET LE SECTEUR DE L ASSURANCE Les autorités

Plus en détail

Strategic Management M. Jean Mourani

Strategic Management M. Jean Mourani Strategic Management M. Jean Mourani The course deals with the traditional and contemporary concepts of strategy. It will provide the students with an in-depth knowledge of the integration of the strategy

Plus en détail

Trafic des paiements en USD pour des pays et personnes soumis à des sanctions de l OFAC

Trafic des paiements en USD pour des pays et personnes soumis à des sanctions de l OFAC 16 décembre 2009 Trafic des paiements en USD pour des pays et personnes soumis à des sanctions de l OFAC Accord entre Credit Suisse et les autorités américaines Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31

Plus en détail

DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE

DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA BANK AUDI SAM RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Newsletter. Chambre de Commerce Franco-Libanaise ECONOMIE & FINANCE. Sommaire :

Newsletter. Chambre de Commerce Franco-Libanaise ECONOMIE & FINANCE. Sommaire : Chambre de Commerce Franco-Libanaise Newsletter Octobre 2012 ECONOMIE & FINANCE Sommaire : Economie et Finance Aridi: Oeuvrons pour soutenir le transport maritime L Escwa prévoit une croissance au Liban

Plus en détail

Héritier non apparent : planification successorale pour les bénéficiaires des États-Unis

Héritier non apparent : planification successorale pour les bénéficiaires des États-Unis Héritier non apparent : planification successorale pour les bénéficiaires des États-Unis Jamie Golombek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Services consultatifs de gestion de

Plus en détail

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs ESCWA L'interdépendance de la situation politico-économique entre le Liban et la Syrie: Les répercussions de la crise syrienne sur le Liban et étapes-clé pour la transition et la reprise économique. Beirut

Plus en détail

logopèdes Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément

logopèdes Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément logopèdes Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément Table des matières L'agrément ou l'autorisation d'exercer... 3 Le logopède au sens de la loi... 4 Les avantages de l'agrément... 5 Les critères

Plus en détail

Qu arrive-t-il si le payeur ne verse pas la pension?

Qu arrive-t-il si le payeur ne verse pas la pension? La Loi sur les Indiens protège le revenu et les biens détenus dans une réserve par un Indien inscrit et ne protège pas le revenu et les biens des Indiens non inscrits. Comment le BOF procède-t-il? Lorsqu

Plus en détail

Conférence sur le Crowdfunding

Conférence sur le Crowdfunding Conférence sur le Crowdfunding 16 décembre2014 Marie-Agnès NICOLET Présidente fondatrice de Regulation Partners Présidente du club des marchés Financiers marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 Assemblée A/129/2-P.7 Point 2 4 octobre 2013 EXAMEN DE DEMANDES EVENTUELLES D'INSCRIPTION D'UN POINT D'URGENCE A

Plus en détail

Les difficultés de la zone euro : bilan 2012 et perspec8ves. Jean François Goux. www.monnaie- finance.com

Les difficultés de la zone euro : bilan 2012 et perspec8ves. Jean François Goux. www.monnaie- finance.com Les difficultés de la zone euro : bilan 2012 et perspec8ves Jean François Goux www.monnaie- finance.com I Quelques repères pour situer la crise en Europe : les symptômes Les faits : Novembre 2009 mai

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

AIDE FINANCIERE 2015-2016

AIDE FINANCIERE 2015-2016 AIDE FINANCIERE 2015-2016 Aide financière de l école 1 La Demande 2 Projet Éducatif 3 Comité d Aide Financière 3 Appels 3 Demandes tardives 3 Renouvellement annuel 3 Confidentialité 3 Bourse de l AEFE

Plus en détail

En tout temps, vous pouvez accéder à votre dossier à la Régie grâce au service en ligne Mon dossier. Profitez aussi de nos autres services en ligne :

En tout temps, vous pouvez accéder à votre dossier à la Régie grâce au service en ligne Mon dossier. Profitez aussi de nos autres services en ligne : Vous vous séparez Pour connaître les effets de la rupture sur : le Régime de rentes du Québec; les régimes complémentaires de retraite; le Soutien aux enfants. Tout sur le Web Les renseignements contenus

Plus en détail

Avantages et inconvénients d une force internationale

Avantages et inconvénients d une force internationale e 11 r aaooûût t 22000066 Institut du Renseignement Centre d Etudes du Terrorisme Avantages et inconvénients d une force internationale (par le Général. (res.) Moshe Yaalon et le Général. (res.) Yaakov

Plus en détail

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme Rapport semestriel au 30 septembre 2014 LBPAM RESPONSABLE TRESO Part «E» Part «I» Part «T» Part «G1» FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français CLASSIFICATION Monétaire Court Terme AFFECTATION DES

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ------- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1032202L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail