Groupe CIC 31 décembre Février Résultats 2008 :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :"

Transcription

1 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière)

2 Expositions sensibles basées sur les recommandations du FSF Conformément à la demande du superviseur bancaire et du régulateur des marchés, il est présenté ci-après les expositions liées à la crise financière. Les encours présentés sont en millions d euros. Préambule : contexte de marché Les marchés ont connu une situation qui s est considérablement aggravée avec la faillite de Lehman Brothers intervenue en septembre. Cela s est traduit par une grave crise de confiance sur le marché interbancaire, la défaillance de nouveaux établissements financiers, et l intervention des autorités avec des plans sans précédent pour restaurer la confiance des marchés et contenir le risque systémique. Dans un contexte de marché totalement disloqué où la liquidité des actifs même les plus sains a disparu et pour lesquels les prix de marché ne sont plus représentatifs de leur valeur économique, les régulateurs comptables prenant acte de circonstances rares, ont modifié les normes IAS 39 et IFRS 7 pour permettre les transferts de portefeuilles de trading vers d autres catégories. Ces transferts pouvaient s opérer jusqu au 1er novembre 2008 avec effet rétroactif au 1er juillet Il a été décidé sur un certain nombre de lignes dont le marché est devenu illiquide, de les reclasser de la catégorie transaction (trading) vers les catégories actifs disponibles à la vente (AFS) ou prêts (loans) et de la catégorie actifs disponibles à la vente (AFS) vers la catégorie prêts (loans) à la date du 1 er juillet / Expositions RMBS (Residential Mortgage Backed Securities) Les titres RMBS sont dans leur très grande majorité valorisés sur la base d indications fournies par des sources externes (contreparties, brokers,...), après analyse des éléments obtenus. Autres mouvements : dont remboursements, achats, cessions. Les pertes de valeur cumulées sur les titres en portefeuille au 31 décembre 2008 sont de 752 M dont 674 M au titre de l exercice réparties en 439 M constatés dans le résultat et 235 M directement dans les réserves AFS.

3 Répartition des encours par pays Valeur comptable 31/12/08 Autres 9% France 0% UK 18% Espagne 5% USA 45% Europe hors France UK Espagne 23% 1-1/ Expositions RMBS émis aux USA Il s agit principalement de CMO s (collateralized mortgage obligations). Ces titres ont fait l objet de reclassements de la catégorie trading vers la catégorie prêts (loans) et de la catégorie disponibles à la vente vers la catégorie prêts (loans). Le prix d acquisition est de 3.6 Md, ce qui fait ressortir des pertes cumulées de 0.5 Md.

4 Le portefeuille a subi au cours de l année 2008 des dégradations de rating. Garanties reçues d entreprises d assurance «monoliners» sur les RMBS USA Le CIC a eu marginalement recours à des assurances «monoliners». Au 31 décembre 2008, 64 M de titres font l objet d une garantie donnée par un «monoliner». 1-2/ Expositions RMBS émis par d autres pays que les USA Les pays concernés sont principalement les pays membres de l Espace Economique Européen et la catégorie Autres comprend essentiellement l Australie. Il n y a pas de provision pour risque de crédit sur ces titres. 2/ Expositions CMBS (commercial mortgage backed securities) Ces expositions sont prises dans le cadre des activités de marché pour compte propre. Les pertes de l exercice s élèvent à 14 M. Le prix d acquisition des titres est de 355 M pour une valeur comptable de 331 M.

5 3/ Expositions sur CDO (Collateralized Debt Obligations) 3-1/ Expositions sur CLO (Collateralized Loans Obligations) Activité bancaire : dans le cadre du métier de la banque de financement, le groupe participe en tant qu investisseur à des CLO (collateralized Loan Obligations), à des CFO (collateralized Fund Obligations) ou à des ABS. Activités de marché : des CDO peuvent être acquis dans le cadre d activité de marché avec éventuellement une couverture de risque de crédit sous forme de CDS, principalement émis par un établissement financier. Au 31 décembre 2008, les encours sont : Il n y a pas eu de perte significative constatée en 2008 sur les CDO. Répartition par pays Répartition par notations

6 3-2/ Expositions sur autres ABS Les pertes de l exercice sont de 42 M constatées en charge et 15 M constatées directement en réserves AFS. Répartition par pays Autres ABS non couverts Valeur par CDS comptable 31/12/08 France 550 Europe hors France USA 0 Autres 110 Total Répartition par notations 3-3/ Expositions CDO et ABS couvertes par des CDS (credit default swaps) Au 31 décembre 2008, l encours des CDO et ABS couverts par des CDS s élève à 872 M. Les CDS sont des dérivés classés en trading. Les CDO et ABS sont classés en AFS (available for sale). Les CDO et ABS ont subi des pertes de valeur de 310 M dont 298 M directement imputés sur les réserves AFS et 12 M constatés par résultat.

7 4/ Expositions aux opérations de dette à effet de levier ou LBO (leverage buyout) Les encours LBO sont ceux au sens du ratio de solvabilité Bâle 2. Les encours présentés sont ceux du bilan. Ils sont mis en place par des structures de financement dédiées. Par ailleurs, le réseau bancaire français accorde à des entreprises des crédits qui répondent aux définitions Bâle 2 des LBO. Ces prêts sont mentionnés sur une ligne distincte. Les prêts sont enregistrés au coût amorti. Les pertes de crédit sur le portefeuille logées dans les structures dédiées s élèvent à 38 M. Répartition par pays Répartition par secteur d activité

8 5/ Opérations avec des véhicules ad hoc Le groupe n est pas originateur de titrisation. Le groupe organise pour le compte de clients des opérations de titrisation. Il peut accorder dans ce cadre des lignes de liquidité à des fonds communs de créances (FCC). Au 31 décembre 2008, les lignes de liquidité accordées à 3 FCC représentent 228 M.

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

2Q 2009 Informations financières spécifiques Selon les recommandations du Forum de Stabilité Financière

2Q 2009 Informations financières spécifiques Selon les recommandations du Forum de Stabilité Financière Dexia Crédit Local 2Q 2009 Informations financières spécifiques Selon les recommandations du Forum de Stabilité Financière 27 août 2009 Dexia Crédit Local Dexia Crédit Local (incluant Financial Products)

Plus en détail

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque . Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque Après une année 9 encore impactée par la crise pour certains établissements, l amélioration en 1 de

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

Actifs gérés en extinction

Actifs gérés en extinction 15 juin 2010 Actifs gérés en extinction Des risques sous contrôle Michel Péretié Directeur de la Banque de Financement et d Investissement Actifs gérés en extinction: une analyse externe confirme le niveau

Plus en détail

La titrisation en France : évolutions récentes

La titrisation en France : évolutions récentes Omar BIROUK et Françoise DARVES Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques des investisseurs institutionnels La titrisation contribue au bon fonctionnement

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Travail présenté par les étudiants: Amour juvénal BOUCKA -M. Vichald MAVOUNGOU

Travail présenté par les étudiants: Amour juvénal BOUCKA -M. Vichald MAVOUNGOU Travail présenté par les étudiants: Amour juvénal BOUCKA -M. Vichald MAVOUNGOU PLAN DE TRAVAIL I-INTRODUCTION -historique -définition II-CONCEPTION DE LA TITRISATION 1-Les différentes acceptions 2-principe

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

CNIS. Cadre réglementaire et Bilan

CNIS. Cadre réglementaire et Bilan Direction Générale des Statistiques CNIS Collectestatistique de la Banque de France sur les véhicules de titrisation Cadre réglementaire et Bilan Direction Générale des Statistiques Direction des Statistiques

Plus en détail

Étude. L information financière des établissements de crédit en période de crise

Étude. L information financière des établissements de crédit en période de crise Étude L information financière des établissements de crédit en période de crise En quelques mots Mazars est une organisation internationale spécialisée dans l audit, la comptabilité, la fiscalité, le droit

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 21 novembre 2007 Communiqué de presse Standard and Poor s vient de confirmer la notation AA de CNP Assurances et n attend pas d impact de la crise des subprimes mortgages sur la solidité financière

Plus en détail

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Paris, le 26 février 2015 Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Résultats au 31 décembre 2014 Produit net bancaire 4 410 M Un PNB stable 1 (-0,8%) Résultat net comptable

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

Le PNB de la banque de détail ressort à 1 481 millions d euros au 30 juin 2009 contre 1 496 millions au 30 juin 2008.

Le PNB de la banque de détail ressort à 1 481 millions d euros au 30 juin 2009 contre 1 496 millions au 30 juin 2008. Evolution des métiers La priorité donnée au développement a permis, sur un an, au niveau de la banque de détail : - la conquête de 142 472 nouveaux clients : particuliers, professionnels et entreprises

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008 Annexes Financières au 30 juin 2008 Août 2008 1 Présentation du résultat RBE = Produit Net d Assurance Frais = le résultat opérationnel comptable hors effet des marchés sur le portefeuille trading plus-values

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N O 1

TRAVAUX PRATIQUES N O 1 FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAUX PRATIQUES N O 1 Introduction aux produits dérivés Par : GHLAM Karim Professeur responsable : MORESINO Francesco Assistant : RIBON Stéphane Genève, 05.10.2012 Haute École

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2015 (Instruction

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

Les nouveaux instruments financiers

Les nouveaux instruments financiers Les nouveaux instruments financiers 8 février 2005 Jean-Paul Laurent Professeur à l ISFA, Université Lyon 1 «Imaginons que nous puissions introduire dans le système économique toutes les institutions possibles

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers CNC Groupe de travail IAS et PME Présentation des normes sur les instruments financiers Concrètement, que sont les instruments financiers dans les comptes consolidés d un groupe industriel ou de service?

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2015 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2015 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2014 (Instruction

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

Titrisation. Un outil de gestion des risques bancaires? (partie 1) Sciences Po Nathalie Esnault Janvier 2005

Titrisation. Un outil de gestion des risques bancaires? (partie 1) Sciences Po Nathalie Esnault Janvier 2005 Titrisation Un outil de gestion des risques bancaires? (partie 1) Sciences Po Nathalie Esnault Janvier 2005 Sommaire 1. Les principes d une titrisation 2. Le marché européen de la titrisation 3. La structure

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

Résultats au 31 mars 2008

Résultats au 31 mars 2008 Résultats au 31 mars 2008 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de Natixis. Par nature, ces projections

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Rapport Annuel 2010. Crédit Mutuel de Loire-Atlantique et du Centre Ouest

Rapport Annuel 2010. Crédit Mutuel de Loire-Atlantique et du Centre Ouest Rapport Annuel 2010 Crédit Mutuel de Loire-Atlantique et du Centre Ouest SOMMAIRE RAPPORT DE GESTION SUR LES COMPTES GLOBALISÉS ET CONSOLIDÉS Le contexte p. 6 L année 2010 pour le Groupe CM LACO p. 7

Plus en détail

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros.

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros. COMMUNIQUE DE PRESSE Année 2008 : une perte exceptionnelle de 2 milliards d euros dans un contexte de crise aggravé Un Groupe qui reste solide avec un ratio Tier 1 satisfaisant Résultat net 2008 : - 2

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Le présent document a été porté à la connaissance du secrétariat général de l ACP, de l AMF et a également été communiqué à la FBF.

Le présent document a été porté à la connaissance du secrétariat général de l ACP, de l AMF et a également été communiqué à la FBF. Introduction CONSEQUENCES DE LA CRISE FINANCIERE POUR L ARRETE DES COMPTES AU 31 DECEMBRE 2011 DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT NOTE COMPLEMENTAIRE COMPAGNIE NATIONALE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES JANVIER

Plus en détail

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 1 I. Prêts garantis 1) Répartition par catégories de créance, par types de contrepartie et par types de garantie : Date des données :

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE DU MALI A FIN DÉCEMBRE 2010

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE DU MALI A FIN DÉCEMBRE 2010 SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE DU MALI A FIN DÉCEMBRE 2010 >SOMMAIRE RAPPEL HISTORIQUE EVOLUTION DU SYSTÈME BANCAIRE ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES RISQUES POTENTIELS EXISTANTS POUR LES BANQUES AU MALI HISTORIQUE

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE. Centrale de refinancement des banques, la CRH emprunte : - pour refinancer certains prêts acquéreurs au Logement éligibles

CADRE JURIDIQUE. Centrale de refinancement des banques, la CRH emprunte : - pour refinancer certains prêts acquéreurs au Logement éligibles CADRE JURIDIQUE Le 28 août 2008 CMF : Code monétaire et financier - Parties législative et réglementaire Statuts : Statuts de la RI : Règlement Intérieur de la approuvé par l'assemblée générale des actionnaires

Plus en détail

Solidité financière et nouvelle phase de développement

Solidité financière et nouvelle phase de développement Le Groupe CM4-CIC en 2008 Solidité financière et nouvelle phase de développement Dans une année marquée par une crise financière et économique sans précédent, le Groupe CM4-CIC a enregistré une activité

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière Le développement commercial s est poursuivi en 2011 avec, comme objectif concrétisé, le financement de l économie

Plus en détail

Conseil de surveillance du 29 août 2007 GROUPE CIC

Conseil de surveillance du 29 août 2007 GROUPE CIC Conseil de surveillance du 29 août 2007 GROUPE CIC Résultats consolidés s juin 2007 Résultats juin 2007 Groupe Par métierm 2 Résultats du groupe CIC en millions Réalisé Réalisé Variation Réalisé juin 2007

Plus en détail

Covered Bonds et Titrisation

Covered Bonds et Titrisation Covered Bonds et Titrisation Marie-Agnès Nicolet Présidente et Fondatrice REGULATION PARTNERS marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33 (6) 58 84 77 40 / +33 (1) 46 22 65 34 02/04/2014 1 I. Obligations

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

ADOPTION DES NORMES IAS/IFRS : PRESENTATION DES EFFETS DE LA CONVERSION

ADOPTION DES NORMES IAS/IFRS : PRESENTATION DES EFFETS DE LA CONVERSION ADOPTION DES NORMES IAS/IFRS : PRESENTATION DES EFFETS DE LA CONVERSION 1 Conditions de constitution des éléments chiffrés Les chiffres présentés sont établis conformément au corps de normes IFRS adopté

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

10/03/2005 SOCIETE GENERALE PASSAGE AUX NORMES IFRS : RESULTATS DE L ANNEE 2004

10/03/2005 SOCIETE GENERALE PASSAGE AUX NORMES IFRS : RESULTATS DE L ANNEE 2004 10/03/2005 SOCIETE GENERALE PASSAGE AUX NORMES IFRS : RESULTATS DE L ANNEE Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs à nos objectifs et stratégies.

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Relative au format des états financiers des organismes d assurance sous référentiel comptable international

Relative au format des états financiers des organismes d assurance sous référentiel comptable international CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION RECOMMANDATION N 2006-R-01 DU 30 JUIN 2006 Modifiant la recommandation 2005-R-01 Relative au format des états financiers des organismes d assurance

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier 1 L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier Thibault de SAINT PRIEST ACOFI Séminaire EIFR 12 FEVRIER 2013 Titrisation / fonds de prêts :

Plus en détail

AVIS DIVERS GE SCF. Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2015. (Instruction ACP n 2011-I-07 du 06 Juillet 2011).

AVIS DIVERS GE SCF. Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2015. (Instruction ACP n 2011-I-07 du 06 Juillet 2011). AVIS DIVERS GE SCF Société en commandite par actions au capital de 163. Etablissement de Crédit agréé en qualité de société de crédit foncier. Siège social : Tour Europlaza - 2, avenue André Prothin -

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL DU GROUPE CAISSE D'EPARGNE RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL DU GROUPE CAISSE NATIONALE DES CAISSES D'EPARGNE

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL DU GROUPE CAISSE D'EPARGNE RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL DU GROUPE CAISSE NATIONALE DES CAISSES D'EPARGNE RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL DU GROUPE CAISSE D'EPARGNE RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL DU GROUPE CAISSE NATIONALE DES CAISSES D'EPARGNE AU 30 JUIN 2009 SOMMAIRE 1. Rapport sur la gestion des risques...

Plus en détail

GESTION DES RISQUES GROUPE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE I DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2013

GESTION DES RISQUES GROUPE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE I DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2013 9 GESTION DES RISQUES INTRODUCTION...206 LES RISQUES DE CRÉDIT...219 LES RISQUES DE MARCHÉ...231 INFORMATIONS FINANCIÈRES SPÉCIFIQUES...238 LES RISQUES STRUCTURELS DE TAUX ET DE CHANGE...245 LE RISQUE

Plus en détail

MEMOIRE DE FIN D ETUDES

MEMOIRE DE FIN D ETUDES CNAM - DESS FINANCE D ENTREPRISE 2002 / 2004 - MEMOIRE DE FIN D ETUDES Enjeux de la Titrisation SOPHIE GUEMENE VINCENT ADE Directeur de mémoire : BERNARD FLAVEN Dess Finance d entreprise 2002/2004 - Les

Plus en détail

Réunion de présentation des impacts IFRS sur les comptes de LVMH. 31 mars 2005

Réunion de présentation des impacts IFRS sur les comptes de LVMH. 31 mars 2005 Réunion de présentation des impacts IFRS sur les comptes de LVMH 31 mars 2005 2 Disclaimer L information contenue dans ce document est basée sur les normes IFRS telles que connues à ce jour. Néanmoins,

Plus en détail

PROBLÈMES POSÉS PAR LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE VERTE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

PROBLÈMES POSÉS PAR LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE VERTE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii PROBLÈMES POSÉS PAR LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE VERTE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Problèmes généraux posés par le cycle financier et l impact de la crise financière 2 A partir des

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Titrisation Analyse économique et financière

Titrisation Analyse économique et financière 1 Titrisation Analyse économique et financière Les premières opérations de titrisation furent réalisées aux Etats-Unis au début de la décennie 1970 par la Federal National Mortgage Association (Fannie

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

(en millions d'euros) 31 décembre 2006 31 décembre 2005

(en millions d'euros) 31 décembre 2006 31 décembre 2005 Groupe CIC Chiffres clés (en millions d'euros) 31 décembre 2006 31 décembre 2005 Activité Total du bilan 214 313 195 835 Crédits à la clientèle y compris crédit bail 90 312 75 558 Dépôts de la clientèle

Plus en détail

Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008

Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008 Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008 1 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires?

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

GLOSSAIRE .../... BANQUE DE FRANCE DOCUMENTS ET DÉBATS N 3 DÉCEMBRE 2009 143

GLOSSAIRE .../... BANQUE DE FRANCE DOCUMENTS ET DÉBATS N 3 DÉCEMBRE 2009 143 ABCP (asset-backed commercial paper ou billet de trésorerie adossé à des actifs) Titre de créance négociable dont le paiement des intérêts et du principal provient des fl ux de trésorerie d un portefeuille

Plus en détail

DEXIA LONG SHORT CREDIT

DEXIA LONG SHORT CREDIT DEXIA LONG SHORT CREDIT DOCUMENT D INFORMATION PERIODIQUE SUR LE SEMESTRE au 28 juin 2012 Fonds Commun de Placement de droit Français Société de gestion : DEXIA ASSET MANAGEMENT - 40 rue Washington 75008

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

Bilan des engagements de crédit 2009 des banques. Christine LAGARDE Bercy, le 11 février 2010 Réunion avec les dirigeants des banques françaises

Bilan des engagements de crédit 2009 des banques. Christine LAGARDE Bercy, le 11 février 2010 Réunion avec les dirigeants des banques françaises Bilan des engagements de crédit 2009 des banques Christine LAGARDE Bercy, le 11 février 2010 Réunion avec les dirigeants des banques françaises Statut de l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

Plus en détail

Qui détient les dettes dangereuses?

Qui détient les dettes dangereuses? 23 mars 21 N. 118 Qui détient les dettes dangereuses? Il est important de savoir qui détient les dettes à risque : pour savoir qui sera affecté en cas de défaut sur ces dettes, et si la structure de détention

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

La réforme de l organisation prudentielle

La réforme de l organisation prudentielle Réglementation 7 La réforme de l organisation prudentielle La mise en place de ces dispositifs prudentiels a incontestablement amélioré la sécurité du système financier. Il ne permet cependant plus aujourd

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Le marché des CDO Modalités de fonctionnement et implications en termes de stabilité financière

Le marché des CDO Modalités de fonctionnement et implications en termes de stabilité financière Le marché des CDO Modalités de fonctionnement et implications en termes de stabilité financière OLIVIER COUSSERAN Direction des Études et des Statistiques monétaires IMÈNE RAHMOUNI Direction pour la Coordination

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

L obligation foncière allemande

L obligation foncière allemande L obligation foncière allemande Présentation à l ACFAS 2012 Alexander Reimers 1 L obligation foncière Un produit de titrisation de crédits hypothécaires à la rescousse des banques allemandes touchées par

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIETE GENERALE SCF

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIETE GENERALE SCF PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) SOCIETE GENERALE SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17, cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479

Plus en détail

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008 SOMMAIRE Faits marquants du 1 er trimestre 2008 2 Analyse de la production Locindus au 31 mars 2008 3 Analyse des activités 4 Analyse des comptes de résultats 5 Finance et trésorerie 7 Comptes consolidés

Plus en détail