Wiki Rouge - Semi-colonisation de la Chine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Wiki Rouge - Semi-colonisation de la Chine"

Transcription

1 Wiki Rouge - Semi-colonisation de la Chine La Chine ne fut pas à proprement parler colonisée par les puissances occidentales, mais elle a été fortement dominée, militairement, économiquement et politiquement, et une grande partie de son territoire fut grignoté. On peut parler de semi-colonisation de la Chine. Sommaire Epoque moderne : prémisses XVI ème siècle : arrivée des Portuguais XVII ème - XVIII ème : un commerce freiné et déséquilibré XIX ème siècle : domination accrue La guerre de l'opium Les traités inégaux Démembrement du territoire Sentiment anti-occidental et discrédit du pouvoir XX ème siècle : nationalisme et communisme Montée du nationalisme bourgeois et du prolétariat Développement étatique et ouverture maîtrisée Notes et sources Epoque moderne : prémisses XVI ème siècle : arrivée des Portuguais Dès le décollage de la puissance commerciale européenne à l'époque moderne, la Chine, comme le reste de l'asie, voit l'occident tenter de s'imposer avec arrogance. C'est d'abord le Portugal qui est au début du XVI ème siècle la première puissance à atteinde une envergure mondiale. La flotte navale portuguaise contrôle la route qui longe les côtes africaines et indiennes, et de nombreux comptoirs commerciaux sont installés (Goa en Inde, Malacca en Malaisie, Nagasaki au Japon). Comme en Afrique, les portuguais capturent des chinois sur les côtes, souvent des enfants, et les utilisent comme esclaves, un traffic qui durera jusqu'au XVIII ème siècle. Parfois ils n'hésitent pas à construire des forts sur le sol chinois, sans même en avoir obtenu la concession. Ils tentèrent même d'exiger même que le Portugal ait la priorité dans le commerce sur les pays d'asie. Le Portugal n'était toutefois pas en mesure de faire plier l'empire chinois à toutes ses volontés. Les autorités répliqueront à plusieurs reprises lorsque les étrangers se comportent en envahisseurs, en les emprisonnant, les tuant ou les repoussant à la mer. Des compromis furent établis, et les portuguais, après une première tentative infructueuse à Liambo, parvinrent à s'établir dans le Guangdong en 1555, en échange d'une taxe annuelle. Le nouveau comptoir, Macao, allait rapidement prospérer, essentiellement en favorisant les échanges entre le Japon et la Chine. Il allait aussi être un foyer des missionnaires catholiques vers le reste de la Chine. XVII ème - XVIII ème : un commerce freiné et déséquilibré D'autres puissances européennes arrivèrent plus tardivement, l'espagne, les Pays-Bas, la Grande-

2 Bretagne... L'Empire chinois reste néanmoins plutôt fermé, commercialement et culturellement. Cet immense pays est auto-suffisant, et la grande bureaucratie étatique qui le contrôle a beaucoup à craindre dans les échanges avec l'extérieur. C'est pourquoi l'idéologie tradtionnaliste est invoquée par le pouvoir pour repousser les "inutiles marchandises occidentales". L'administration est l'interlocuteur unique des marchands étrangers, et leur interdit d'apprendre le chinois et de communiquer avec les habitants. En revanche, les classes dominantes européennes, gagnées par l'exotisme, réclament toujours plus de produits chinois (porcelaines, thé, soie...), ce qui créé un fort déséquilibre commercial. L'Etat chinois, qui ne veut pas d'échange libre marchandise contre marchandise, demande d'être payé en or ou argent. Cela peut convenir à l'absolutisme espagnol, qui possède les mines d'amériques du Sud, mais cela pénalise les britanniques. D'où une ambassade de Lord MacCartney en 1793, ou encore de Lord Amherst en 1816, toutes deux vaines. Mais le fait même que les européens eux s'intéressent aux marchandises chinoises va entraîner des boulversements du pays. Par exemple, les britanniques achètent massivement du thé, et beaucoup en Chine vont reconvertir les terres pour se lancer dans ce marché lucratif, en particulier au détriment de cultures vivrières. XIX ème siècle : domination accrue Mais c'est surtout au XIX ème siècle avec la Révolution industrielle que les européens, bénéficiant d'un avantage technologique conséquent, vont user de leur puissance. La guerre de l'opium A partir du XVIII ème siècle, les anglais vont réussir à commercialiser massivement en Chine l'opium produit dans leurs colonies en Inde, notamment en corrompant les fonctionnaires locaux chargés du contrôle. La dépendance et les ravages dans la population augmentent en flèche, et la balance commerciale s'inverse rapidement, les anglais récupérant au passage les lingots d'argent qu'ils avaient cédés. Après une série de prohibitions inefficaces, l'etat chinois parvient en 1839 à mettre un coup d'arrêt au traffic. Presque aussitôt, suite à un lobbying de centaines de compagnies commerciales, le Royaume-Uni déclare la guerre à la Chine, au nom de la liberté de commerce... C'est la première guerre de l'opium. En 1842, la Chine cède et signe le traité de Nankin, premier d'une série de traités inégaux. Peu après, la Chine fait mine de se révolter, et se voit infliger une autre défaire lors de la Seconde guerre de l'opium ( ). Les occidentaux en profiteront pour "ouvrir" davantage le Nord du pays, où le commerce était beaucoup moins effectif qu'au Sud. De nouvelles indeminisations seront exigées (alors que ce sont les dégâts sont surtout en Chine, avec notamment l'incendie du Palais d'eté par les Français et les Anglais), Tianjin (port de Beijing) sera "ouvert", et la "liberté de culte" pour les chrétiens sera réaffirmée. Ce sera aussi le début des coolies chinois exportés vers les colonies françaises ou anglaises. Les traités inégaux

3 En plus de se faire rembouser les saisies d'opium qu'avaient réalisés les chinois, les anglais obtiennent Hong-Kong, l'ouverture de ports, la droit de co-décider des droits de douane de la Chine, le droit de juger les britanniques par un tribunal anglais en cas de litige en Chine... Mais un tel privilège et une victoire militaire si facile aiguise l'appétit des impérialismes rivaux. Les Etats-Unis décrochent en 1844 les mêmes droits avec les traité de Wangxia. Les Français font de même en 1846 avec le traité de Whanpoa, obtenant de plus le droit de construire des églises et des cimetières. Quelques jours après, ils obtiennent le droit d évangéliser. Suite à l'endettement de l'etat chinois, les impérialistes vont aussi exercer une domination par la dette publique sur le pays, en lui imposant des emprunts à taux élevés. Démembrement du territoire Mais le développement du capitalisme engendre toujours plus de besoins pour les impérialistes de contrôler directement les matières premières et les débouchés. Dans l'arrogance militaire d'alors, cela va se traduire par des annexions du territoire chinois. Déjà à partir de 1843, une grande partie de Shanghai devint concession anglaise, concession états-unienne, ou concession française. Les Japonais vinrent se joindre à la fête après la guerre sino-japonaise de Puis entre 1856 et 1860, avec la Seconde guerre de l'opium, le Royaume-Uni grignote Kow-Loon au Nord de Hong-Kong, et la Russie tsariste profite de la déroute chinoise pour déplacer sa frontière au delà du fleuve Amour. En 1885, le pays est contraint par la France de céder le Tonkin. Le Japon, nouvellement entré dans le cercle des impérialistes suite à sa Révolution Meiji, lui démembre la Corée en 1895, officiellement en la "rendant indépendante". Sentiment anti-occidental et discrédit du pouvoir S'ensuit un boom des importations (celles d'opium doublent en 25 ans), et des exportations (dominées par les sociétés européennes. L'argent se raréfie en Chine, et l'inflation est galopante, et les impôts explosent. Dans les campagnes, les paysans s'endettent de plus en plus vis à vis des propriétaires fonciers. En ville, de nombreux artisans sont ruinés et poussés au chômage. C'est une véritable saignée du pays, et le pouvoir central est totalement décrédibilisé aux yeux des masses chinoises. Cela mena à de nombreux soulèvements, dont la révolte des Taiping en 1850, et la Révolte des Boxers en XX ème siècle : nationalisme et communisme Montée du nationalisme bourgeois et du prolétariat L'afflux de capitaux étrangers eut aussi pour effet d'industrialiser la Chine. Mais ce développement n'était pas auto-centré, et une bonne partie de la bourgeoisie, moderniste et anti-impérialiste, avait d'autres projets politiques. Reprenant en cela l'idéal des révolutions bourgeoises occidentales, elle s'opposait au régime féodal et à l'empire déclinant, qu'elle jugeait incapable de défendre les intérêts du pays.

4 La Révolution de 1911 fut la première tentative de cette bourgeoisie, organisée autour du Kuomintang de Sun Yat-sen. La République fut proclamée dans le Sud, mais ne réussit pas à s'étendre à tout le pays. Le Nord, économiquement et socialement plus arriéré, resta entre les mains de nobles, que l'on nommait seigneurs de la guerre. Cet absence d'etat bourgeois central laissait les mains libres aux occidentaux, qui pouvaient jouer sur les divisions internes et la corruption pour continuer à se partager le pays. Parallèlement, le mouvement ouvrier s'organisait, et il fut d'emblée liée au jeune Parti communiste chinois (PCC). Dans une optique de Front unique anti-impérialiste, les communistes s'allièrent aux nationalistes bourgeois, contre les féodaux et les envahisseurs, notamment japonais. Mais la politique suicidaire du PCC, dictée par les staliniens, conduisit à la tragique défaite de ce qui aurait pu être une révolution socialiste en Chine. Développement étatique et ouverture maîtrisée Par la suite, le PCC changea profondément de nature. Il cessa d'être un parti prolétarien, et abandonna de fait la révolution socialiste. En revanche, il surpassa son traître allié du Kuomintang, en réalisant une révolution nationaliste radicale en A la fin du XX ème siècle, la Chine s'insère à nouveau dans le marché mondial. Si dans une large mesure cela entraîne immédiatement des formes typiques de l'impérialisme contemporain (multinationales exploitant la main d'oeuvre corvéable à merci), la bureaucratie étatique parvient remarquablement à défendre ses intérêts, notamment en imposant des transferts technologiques, et grâce à ses très forts investissements publics passés et présents. De nombreux débats subsistent parmi les communistes révolutionnaires à propos du degré d'autonomie qu'a atteint la Chine face aux principales puissances mondiales. La Chine est devenue le second PIB mondial, et son importance économique est reconnue par tous. Elle est même une puissance impérialiste de second ordre, notamment en Afrique. Cependant, son PIB par habitant est encore loin derrière celui des pays de la Triade (Europe, Etats-Unis, Japon), et son économie encore très dépendante de l'extérieur (des exportations, ou des capitaux étrangers, comme l'a encore montré la baisse des bourses en 2011 suite aus rapatriements de nombreux investisseurs). Notes et sources Lettres des prisonniers portuguais à Canton, La Chine, nouvelle superpuissance économique ou développement du sous-développement? Brochure du Cercle Léon Trotsky Les révolutions chinoises, Brochure de la Tendance Claire du NPA Récupérée de «

5 Wiki Rouge - Révolte des Boxers La révolte des Boxeurs (connus aussi sous le nom anglais de Boxers), qui ébranla la Chine de 1898 à 1901, fut lancée par une société secrète appelée les Poings de la justice et de la concorde, qui pratiquait ce qu'on appelait alors la boxe chinoise et aujourd'hui le kung-fu. Ce mouvement, initialement opposé aux puissances étrangères qui dépeçaient la Chine et à la cour impériale des Qing qui gouvernaient alors, conduisit, à partir du 20 juin 1900, au siège des légations étrangères présentes à Pékin. Ce siège dura 55 jours et se termina par la défaite des Boxeurs insurgés et la mise sous tutelle de la Chine par huit nations impérialistes (Allemagne, Autriche-Hongrie, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, Russie). Les grandes puissances européennes arrivèrent en Chine au début du 19e siècle. Elles entendaient l'ouvrir à leurs marchandises et se créer des sphères d'influence. Elles finirent par obliger l'empire chinois à leur céder des ports et des quartiers de Shanghai, où se trouvaient les concessions française, allemande, américaine et britannique. Sommaire Le rejet de la dynastie en place et des grandes puissances occupantes L'impératrice chapeaute le mouvement Les légations étrangères de Pékin assiégées La Chine sous le joug impérialiste Source Le rejet de la dynastie en place et des grandes puissances occupantes La colère de la population chinoise contre cette présence étrangère s'exprima d'abord contre les missionnaires venus convertir la population. Ceux-ci jouaient un rôle d'informateurs des occupants impérialistes, participaient à des opérations d'expropriation de terres, étaient mêlés à des incidents parfois sanglants avec la population. À chaque attaque contre les missionnaires, les puissances impérialistes réclamaient des sanctions et des dédommagements pour les Églises, qui étendaient ainsi leur influence. En 1895, la défaite de la Chine dans une guerre avec le Japon entraîna la perte de Taïwan, de la région de Port-Arthur, de sa suzeraineté sur la Corée, et de lourds dommages de guerre à payer au Japon, ce qui accentua la mainmise des banques étrangères sur la Chine. Entre 1896 et 1898, les puissances impérialistes accélérèrent le partage du territoire, la prise de contrôle des chemins de fer et des ports, instruments du pillage des ressources chinoises. Au sommet de l'état, des intellectuels réformateurs tentèrent d'imposer sans succès une modernisation bourgeoise de la Chine, avec la bénédiction de l'empereur Guangxu. Mais le clan conservateur de l'impératrice douairière Tseu-hi s'y opposa. Avec le soutien du chef de l'armée Yuan Shikai, elle mit l'empereur aux arrêts et fit exécuter les réformateurs. La société du Yìhequan, Poings de la justice et de la concorde, plus tard appelée Yìhetuan, Milice de la justice et de la concorde, entraînait ses adhérents aux arts martiaux et à des pratiques mystiques censées les rendre invulnérables aux balles. Ses membres, les Boxeurs, étaient des ouvriers agricoles auxquels se joignirent des bateliers, des porteurs et des artisans ruinés. En s'opposant de façon radicale à la dynastie régnante des Qing et à l'occupation impérialiste, ils donnaient une forme organisée aux aspirations des

6 masses chinoises. L'assassinat de deux missionnaires allemands en novembre 1897 dans le Shandong lança le mouvement. Le Shandong était le berceau du kung-fu, mais aussi la région qui avait subi de plein fouet la guerre sino-japonaise et les manœuvres impérialistes qui suivirent, conclues par la mainmise de l'allemagne sur cette région. Les Boxeurs combattirent au grand jour à partir de mars Haranguant la population avec le mot d'ordre «Renversons les Qing, détruisons les étrangers», ils affrontèrent les armées impérialistes et l'armée chinoise dans ce qui devenait une insurrection paysanne. Il n'était plus seulement question de s'en prendre aux missions, les Boxeurs détruisirent les lignes télégraphiques et les voies ferrées. En 1899, la répression eut pour effet d'élargir leur influence et de leur apporter de nouveaux partisans. Ils allaient bientôt déferler sur Pékin et Tien-tsin. L'impératrice chapeaute le mouvement Devant l'ampleur du mouvement, l'impératrice douairière Tseu-hi voulut l'encadrer, afin de neutraliser son action contre son propre pouvoir. Pour apparaître comme défendant l'intérêt national, elle refusa quelques concessions aux puissances impérialistes. En janvier 1900, un édit de l'impératrice reconnut les sociétés secrètes. En mai, alors que les ambassades impérialistes réclamaient l'interdiction des Boxeurs, la cour les organisait en milices. Deux princes et un général étaient placés à leur tête. Le 2 juin, un périmètre de sécurité étant mis en place autour des légations étrangères, 450 soldats occidentaux arrivèrent à Pékin pour les défendre. Mais à partir du 7 juin les Boxeurs envahirent la capitale. Les insurgés, désormais soutenus par des éléments de l'armée impériale, changèrent leur mot d'ordre qui devint «Soutenons les Qing, détruisons les étrangers». Courant juin, les Boxeurs affrontèrent avec succès un détachement britannique qui tentait de venir en renfort à Pékin. Le 17 juin, les troupes impériales chinoises se joignirent aux Boxeurs pour attaquer les légations. Le 20 juin 1900, l'assassinat d'un baron allemand marquait le début du siège. Le 21, l'impératrice demandait aux ambassadeurs étrangers de quitter Pékin pour Tien-tsin. Devant leur refus, elle ordonna à ses troupes et aux Boxeurs d'attaquer les légations. Les légations étrangères de Pékin assiégées Il y eut des combats pour le contrôle de la gare de Pékin et les Boxeurs lancèrent des assauts contre les concessions, dont certains bâtiments furent entièrement détruits. Mais le 14 août, une armée associant les troupes des huit nations alliées contre la Chine entra à Pékin, après avoir livré plusieurs batailles contre les forces chinoises. Les légations furent libérées. À la suite de quoi, militaires et colons commirent les pires atrocités, pillant, violant et tuant par milliers des Chinois accusés, à tort ou à raison, d'être des Boxeurs. D'octobre 1900 au printemps 1901, il y eut plusieurs dizaines d'expéditions punitives dans l'arrière-pays. Cette terreur entendait prévenir toute autre révolte de la population chinoise. Enfin, le 1er février 1901, les Boxeurs étaient dissous et l'impératrice ordonnait à ses troupes de les massacrer : elle avait à nouveau fait volte-face. La Chine sous le joug impérialiste Le 7 septembre 1901, les huit nations impérialistes imposaient à la Chine un protocole humiliant prévoyant le paiement de 67,5 millions de livres sterling sur trente-neuf ans (en pratique, elle paiera jusqu'en 1930), l'exécution ou le bannissement de certains responsables chinois, l'interdiction d'importer des armes, la destruction des forts défendant Pékin, l'expansion des légations et de nouvelles zones d'occupation militaire. La Chine fut ainsi placée sous la tutelle des nations impérialistes. Des fonctionnaires français contrôlaient les postes tandis que les Britanniques s'occupaient des douanes.

7 Malgré la défaite, le souvenir de cette lutte mais aussi celui des zigzags de la cour impériale allaient alimenter l'opposition aux forces occupantes et les sentiments antidynastiques de la population. Dix ans plus tard, en 1911, la dynastie tombait et la république était proclamée. Source Un article de Jacques FONTENOY dans le journal Lutte Ouvrière du 18 juin Récupérée de «

8 Wiki Rouge - Révolution chinoise (1911) La révolution chinoise de 1911, ou révolution Xinhai, fut une révolution bourgeoise avortée. Dirigée par Sun Yat-sen, elle puisait son inspiration dans les grandes révolutions bourgeoises en France et aux Etats-Unis. Sommaire Contexte Un pays semi-colonisé Un Empire faible et impopulaire Une bourgeoisie moderniste Le mouvement de Sun Yat-sen Evénements Soulèvement Réaction militaire Suites Morcèlement du pays Essor du mouvement communiste Lénine et la révolution chinoise Notes et sources Contexte Un pays semi-colonisé Au XIX ème siècle, la Chine est victime de l'impérialisme européen. Les occidentaux ne colonisent pas directement et entièrement le pays, mais celui se voit imposer des traités inégaux, des missionnaires chrétiens, des territoires concédés à la France, l'angleterre, l'allemagne... En 1885, le pays est contraint par la France de céder le Tonkin. Les européens et les Etats-Unis lui imposent des emprunts à taux élevés. Le Japon, nouvellement entré dans le cercle des impérialistes, lui démembre la Corée en Le territoire chinois était largement atteint dans son intégrité. Hong Kong ou Taïwan étaient aux mains de puissances européennes, qui jouissaient en outre de "concessions" dans certaines villes (c'està-dire de zones directement administrées par l'etat étranger). Un Empire faible et impopulaire L'Empire chinois est alors un très vieil Etat féodal. Dans l'immense paysannerie du pays, l'accès à la terre est très inégal : 70% se partagent 15% des terres arables, tandis qu'une minorité de seigneurs ou de paysans riches en détient 65%. La morale confucianiste prêche bien entendu la soumission à tout ce qui est plus fort que soi.

9 Politiquement, cet Empire est faible et impopulaire. Complètement soumis aux appétits des puissances étrangères, il se charge principalement de faire pour eux un travail de police, en réprimant les mouvements contestataires et nationalistes, comme la révolte des Boxers en De plus, cet Etat est au bord de la banqueroute suite aux décennies de pillages. Une bourgeoisie moderniste Mais l'industrie chinoise se développe rapidement, ce qui donne son essor à la bourgeoisie du pays, principalement dans le Sud littoral, depuis longtemps plus ouvert. Celle-ci est à la fois issue de l'artisanat ancestral (soie, porcelaine, bois, laque) et d'une nouvelle couche formée à l'étranger. Attirée par la modernité, mais désireuse de sortir de la tutelle des grandes puissances, cette bourgeoisie va se tourner vers la politique. L'ennemi principal : la dynastie mandchoue corrompue qui livre le pays aux occidentaux. L'impératrice Ci-Xi était très conservatrice, mais elle était obligée de concéder des modernisations. D'un côté elle mit fin aux «cent jours de Kang» (1898), de l'autre elle proclame quarante édits : réformant les écoles, créant l Université, instaurant un système judiciaire, un réseau postal, un code du commerce modernes, remplaçant les examens confucéens traditionnels par des concours ouverts sur la science Les avancées concédant des formes démocratiques-bourgeoises permettaient en retour un renforcement de la bourgeoisie. En 1909, les assemblées provinciales furent élues au suffrage censitaire, puis furent créées des chambres de commerce... Le mouvement de Sun Yat-sen Le courant moderniste et anti-impérialiste de la bourgeoisie va notamment se regrouper autour de Sun Yat-sen. Ce dernier, médecin à Canton, est un intellectuel qui a fait ses études au Japon et aux États-Unis. Son parti (informel jusqu'en ) recrute à l'origine principalement dans la petite et moyenne bourgeoisie (officiers, intellectuels, étudiants, commerçants, entrepreneurs des grandes villes portuaires). Sun Yat-sen popularisait ses idées de façon synthétique, et quelque peu romancée, sous la dénomination de "Trois Principes du Peuple" : démocratie, bien-être, nationalisme. Il rêvait d'une république démocratique, qui assurerait un développement national, nationaliserait les terres et réaliserait une réforme agraire. En revanche il n est absolument pas révolutionnaire et s oppose à la lutte des classes. On trouve également une composante racialiste dans sa politique : c'est la "race Mandchoue" (l'ethnie des derniers emprereurs) qui serait responsable de la barbarie contre le "vrai peuple", la "race Han". Ces idées se répandent rapidement dans la nouvelle bourgeoisie et à l Université, ainsi que dans l émigration chinoise, qui le finance. Sun commença à rassembler des soutiens politiques dans les années 1890, face à l'incapacité de la monarchie mandchoue à mettre en place des réformes démocratiques. Mais il ne chercha pas à construire un mouvement politique de masse : son mouvement se confina essentiellement à des activités conspirationnelles et terroristes (fondation de la société secrète Tongmenghui en août 1905). En 1905, des premier soulèvements échouent. Evénements Soulèvement A l'été 1911 éclatent des émeutes populaires dans le Hunan, le Hubei, le Guangdong et le Sichuan. Il s'agissait d'une lutte contre le gouvernement des Qing qui bradait les droits de la construction des chemins de fer aux impérialistes, sous prétexte de la nationalisation des chemins de fer. Cette lutte, appelée dans le Sichuan le mouvement de la défense des chemins de fer, devenait très acharnée, à tel point qu'elle se transforma au début de septembre en un soulèvement armé populaire.

10 Le 10 octobre 1911, un soulèvement des partisans de Sun Yat-sen réussit à Wuchang (province de Hubei), appuyée par une insurrection des soldats contre le gouverneur général de la région. Le mouvement, qui rassemble soldats, officiers, étudiants, bourgeois et ouvriers, s étend peu à peu dans les provinces centrales et méridionales de la Chine. Vers la fin de novembre, parmi les 24 provinces et régions que comptait la Chine, 14 se déclarèrent indépendantes. Les provinces du Jiangsu et du Zhejiang forment une armée coalisée révolutionnaire qui prend Nanjing le 2 décembre au bout de rudes combats. La République de Chine est proclamée à Nanjing et Sun Yat-Sen en devient le président provisoire. Le gouvernement qui en est issu est très faible, et très lâche dans son organisation. Le mouvement populaire, inorganisé, le laisse aux mains d'un vieil appareil militaro-bureaucratique, qui refuse de donner la terre aux paysans, et laisse inchangés les rapports de propriété. Sun Yat-Sen tente tous les compromis. Il s'allie à la riche bourgeoisie des assemblées provinciales et des chambres de commerce, devient président de la république le 1 er janvier 1912, et cherche à obtenir la reconnaissance internationale du nouveau régime chinois. Le général Yuan Shikai pousse le jeune empereur à abdiquer le 12 février. Réaction militaire Yuan Shikai est le chef de la principale armée chinoise (l'armée du Beiyang), et cela lui procure un moyen de pression colossal. Il a de plus le soutien tacite des impérialistes, qui le préfèrent de loin à Sun Yat-sen, dont le nationalisme met potentiellement en péril le système semi-colonial. La grande bourgeoisie sur laquelle Sun s'est appuyée n'est pas révolutionnaire, et est prête à s'accomoder d'un statut de bourgeoisie comprador. Sun est donc évincé par la droite, ayant renoncé à s'appuyer sur un mouvement populaire. En mars 1912, il cède la présidence à Yuan Shikai. En mars, une constitution provisoire est déclarée, et en août et septembre, une assemblée de députés créée. Le 25 août 1912, Sun Yat-sen fonde le Kuomintang (littéralement "parti nationaliste") qui est d'emblée une force politique majeure du pays, et remporte notamment les élections à l'assemblée. Mais l'éxécutif est aux mains de la réaction, qui très vite montre son intention de continuité avec l'ancien régime. Il projette notamment d'importants emprunts à l'étranger, ce qui provoque la colère du Kuomintang. Dès la fin de 1912, une répression sournoise est orchestrée contre les militants du parti nationaliste. En novembre 1913, Yuan Shikai déchire brutalement le voile démocratique de l'etat et interdit le Kuomintang ainsi que tout journal d'opposition. Sun Yat-sen fuit au Japon et appelle à une deuxième révolution. En 1914, Yuan Shikai dissout ce qui reste du parlement, nomme des parlementaires à sa solde, des gouverneurs militaires à la place des gouverneurs civils, et remplace la constitution de 1912 par un texte lui accordant plus de pouvoir... La réaction est à son comble lorsque Yuan Shikai s'autoproclame Empereur en Suites Morcèlement du pays Face à la restauration impériale de Yuan Shikai, des généraux républicains du Sud de la Chine se soulevèrent, et Yuan dut démissionner. Mais l'armée était profondément divisée en zones d'influences des différents potentats. Sun échoua à réunifier le pays, et ne contrôla plus que le Sud, où survit formellement la République de Chine. L'époque des seigneurs de guerre s'ouvrait, et bloquait la Chine pour longtemps dans des survivances de féodalisme. Essor du mouvement communiste

11 Parallèlement à ces événements, les grandes villes de Chine connurent un fort bouillonnement intellectuel. La révolution de 1911 libère beaucoup d'esprits, notamment dans les Universités. Les ouvrages et courants de pensée occidentaux sont découverts avec passion, et les revues se multiplient. Un certain Chen Du Xiu est alors professeur à l'université de Shanghai et dirige La Jeunesse, journal majeur de l avant-garde de l'époque. Mais ce n'est qu'à partir de 1917, avec le coup de tonnerre de la Révolution d'octobre du lointain voisin russe, et avec l'envoi de délégués bolchéviks, que le marxisme se diffusera en Chine. Chen Du Xiu cofondera le Parti Communiste Chinois en 1921 à Shanghai, et bien qu'à l'origine seulement composé d'intellectuels, ils trouvera très rapidement une forte base sociale dans les concentrations ouvrières naissantes. Les bases étaient posées pour les événements révolutionnaires de Lénine et la révolution chinoise Lénine s'intéressait de près à ces événements. Même si à cette époque il n'y avait pas de mouvement ouvrier autonome dans l'empire chinois, il soutenait la révolte populaire - même dirigée par des bourgeois - contre les impérialistes occidentaux et japonais. Il soulignait la portée mondiale de cette lutte, qui «apportait l'affranchissement à l'asie, et qui ébranlait la domination de la bourgeoisie européenne». En , Lénine a écrit plusieurs articles politiques sur la Chine : La démocratie et le populisme en Chine, La Chine rénovée, Une grande victoire de la République chinoise, L'éveil de l'asie, L'Europe arriérée et l'asie avancée et La lutte des partis en Chine. Pour sa réflexion personnelle, on peut noter qu'avant l'expérience de la Russie en 1917, il étudiait la capacité des bourgeois libéraux à mener une révolution démocratique, ou pas. Ainsi il écrivait [1] : «Les paysans réussiront-ils, sans la direction du parti du prolétariat, à conserver leur position démocratique contre les libéraux qui n'attendent que le moment opportun pour se jeter à droite? C'est ce que montrera un proche avenir». La Chine rénovée, Pravda, 7 novembre 1912 Et quelques mois plus tard, après la capitulation devant la réaction de Yuan Shikai : «Les révolutions de l'asie ont montré la même absence de caractère, et la même bassesse du libéralisme, la même importance exclusive d'une indépendance des masses démocratiques, la même délimitation précise entre le prolétariat et toute la bourgeoisie.» Les destinées historiques de la doctrine de K. Marx, 1913 Notes et sources Les révolutions chinoises, Tendance CLAIRE du NPA, été 2011 Le centennaire de la révolution de 1911, John Chan, "La tragédie de la révolution chinoise de ", [1] 1. Le mouvement social en Chine (III), Bibliothèque internationale de la Gauche communiste Récupérée de «

12 Wiki Rouge - Révolution chinoise ( ) Le nom de révolution chinoise a désigné les événements de Le formidable élan révolutionnaire des ouvriers et des paysans de Chine, qui a connu un échec cuisant en majeure partie à cause de la politique du Parti Communiste Chinois inféodé à Staline. Sommaire Contexte Un pays morcelé et dominé Une lutte de classe qui s'accentue Dans l'internationale Communiste Les faits L'alliance avec les nationalistes Radicalisation rapide après 1925 Réaction bourgeoise et suivisme suicidaire Massacre de Shanghai et Terreur blanche Ecrasement final et dictature Analyses Un "front unique" suicidaire Motivation des staliniens de l'ic La direction du PCC Confirmation dans la défaite pour Trotsky Bibliographie Livres Articles Notes Contexte Un pays morcelé et dominé La Chine, république depuis 1911, n'avait pas de gouvernement stable à Pékin. Particulièrement dans les campagnes du Nord, les Seigneurs de la guerre menaient depuis 1916 des mouvements de sécession réactionnaires et semi-féodaux. Basé dans le Sud, à Canton, le parti nationaliste de Sun Yat-sen, le Kuomintang (KMT) voulait un pays unifié. Les Seigneurs de guerre étaient tous achetés par les puissances impérialistes et le KMT se présentait comme la solution de développement national, mais ne proposait au fond qu'une forme plus efficace de co-gestion à la bourgeoisie commerçante, qui jouissait d'un rôle d'intermédiaire vis-à-vis de l'impérialisme occidental - surtout anglais - et japonais. «L attitude du Kuomintang envers l impérialisme fut, dès le début, non pas révolutionnaire mais toute de collaboration; le Kuomintang cherchait à battre les agents de certaines puissances impérialistes pour entamer des marchandages avec ces mêmes puissances ou avec d autres, à des conditions plus avantageuses» [1]

13 Le représentant du Parti Communiste Chinois au VII ème plenum du comité exécutif de l Internationale (fin 1926) disait du Kuomintang: «Dans le domaine de la politique internationale, il a une attitude passive, au plein sens du terme (...). Il est enclin à ne lutter que contre l impérialisme anglais; quant aux impérialistes japonais, il est prêt dans certaines conditions à admettre un compromis avec eux» La Première guerre mondiale a aussi accéléré la radicalisation des masses : sous la pression, la Chine a participé à la guerre et fait officiellement partie du camp de la victoire. Mais lors des négociations de la Conférence de Versailles de 1919, les concessions coloniales allemandes du Shandong sont données au Japon. Ce qui provoque une vague de protestations étudiantes et ouvrières à travers tout le pays. Les illusions populaires sur la «démocratie» anglo-américaine sont réduites à néant. Quel que soit le vainqueur, l exploitation impérialiste de la Chine allait se poursuivre. La victoire de la classe ouvrière russe ouvre, par contre, une nouvelle perspective pour les masses chinoises. Une lutte de classe qui s'accentue Le pays est dans une situation économique proche de celle de la Russie pré-révolutionnaire, avec encore plus d'arriération. Aux marges des immenses campagnes, une jeune classe ouvrière surexploitée se développe rapidement, principalement à Shanghai, Canton et Hong-Kong. De 1,5 millions d'ouvriers en 1910, la classe passe à 2 millions. Suite aux libertés acquise après la révolution républicaine de 1911, les travailleurs commencent à s'organiser. On compte une centaine de grèves entre 1895 et Le PCC est fondé le 1er juillet 1921 dans la concession française à Shanghai. En 1922, sous l'impulsion du PCC se tient à Canton le premier congrès national des syndicats chinois, avecc 160 délégués représentant travailleurs. Au sein des contradictions du capitalisme mondial, tout tendait à mettre au devant de la scène une implacable lutte de classe. Dans l'internationale Communiste L'Internationale communiste était toute jeune, fondée en 1919 autour des bolchéviks, et son sort est étroitement lié à celui de la révolution chinoise. C'est l'exemple russe qui aide la naissance du Parti Communiste Chinois (PCC) et qui stimule la lutte de classe en Chine, mais c'est aussi la défaite chinoise (qui suit la défaite allemande) qui va favoriser la dégénérescence de l'ic, qui était déjà aux mains des proches de Staline. Le Deuxième congrès de l'ic en 1920 avait établi des principes essentiels sur la question nationale et coloniale : les communistes pouvaient soutenir les mouvements bourgeois de libération nationale, à condition que ceux-ci n'empêchent pas l'organisation des ouvriers et paysans pour la révolution, des revendications petite-bourgeoises comme la répartition des terres pouvaient être défendues, mais sans perdre de vue l'objectif de former des soviets ouvriers et paysans. Ce sont ces principes que va trahir la direction de l'ic, surtout après 1924 (année de la mort de Lénine). Les faits L'alliance avec les nationalistes Face à la montée de l'influence communiste, les autorités répriment sévèrement, notamment lors de la grande grève dans les chemins de fer en Face aux difficultés, le PCC et l'ic décident en août 1922, suite au Troisième congrès de l'i.c, d'appeler tous les membres du parti à rejoindre le KMT. L'idée était de s'appuyer sur ce mouvement de libération nationale, en retirer une certaine couverture pour les militants communistes, et de permettre de gagner leurs membres les plus progressistes. L'IC s'impliqua à fond dans les conseils organisationnels [2] au KMT, et dans le soutien militaire [3], à tel point que l'on peut dire que c'est l'urss qui a donné vie à "l'armée nationale révolutionnaire" du KMT. En septembre 1923, communistes et nationalistes s'allient

14 officiellement contre les seigneurs de guerre. De son côté, le KMT avait senti le besoin de cette aide. Sun Yat-sen dut fuir Shanghai en 1922 après une tentative de coup d'etat local, ce qui lui fit comprendre son besoin d'une force d'appui. En 1924, il n'avait que 150 à 200 gardes loyaux à comparer avec les 200 à soldats que contrôlaient chacun des seigneurs de la guerre du Nord. Le KMT comportait des éléments franchements hostiles aux communistes. Mais son leader Sun Yat-sen faisait lui-même partie de l'aile gauche du parti, anti-impérialiste et admiratrice de la puissance révolutionnaire démontrée en Russie, grâce à laquelle le front unique avait été rendu possible. Mais le KMT pose bientôt des conditions plus strictes : les communistes ne peuvent pas faire de propagande dans les rangs nationalistes. L'IC, dirigée par Zinoviev (qui est alors allié à Staline contre Trotsky) pousse le PCC à accepter : les accords "Sun-Joffé" sont signés en janvier Le PCC perd alors rapidement toute visibilité, prônant un "bloc des 4 classes" (paysans, ouvriers, petite-bourgeoisie, bourgeoisie nationaliste). Radicalisation rapide après 1925 A la mort de Sun en 1925, les tensions s'accroissent entre l'aile gauche et l'aile droite, animée principalement par le commandant en chef de la jeune armée Tchang Kaï-chek [4], et la lutte de classe s'aiguise dans le pays. La vague révolutionnaire s'annonce en Chine, et se reflète notamment dans la fulgurante progression du PCC. A sa naissance en 1921 il n'est qu'un tout petit groupe d'intellectuels, il passe d'un millier de militants en 1925 à début 1927, et il avait une influence sur des millions d'ouvriers et de paysans. Manifestations, grèves et occupations de terres culminèrent en , avec notamment près de ouvriers défilant à Shanghai, Canton et Pékin lors de la grande grève générale du 30 mai Les ouvriers et les paysans mettaient de plus en plus leurs espoirs dans une révolution sociale qui, balayant les classes possédantes, aurait mis fin à leur oppression séculaire. En 1926, les ouvriers de Canton avaient formé un véritable soviet qui gérait ses propres milices et tribunaux. Le mouvement paysan se heurtait violemment dans le Guangdong aux propriétaires terriens et à l'armée. Ces masses en mouvement étaient non seulement acquises aux idées communistes, mais foncièrement hostiles au KMT, qu'elles percevaient intuitivement et avec raison comme la représentation de la bourgeoisie. Réaction bourgeoise et suivisme suicidaire Le renforcement du poids des communistes provoqua dans le KMT un regroupement de droite dirigé par Tchang Kai-chek. La passivité du PCC lui permit de prendre les devants. Le KMT s'appuya sur la ferveur révolutionnaire pour prendre le pouvoir dans la province du Guangdong. Déjà le 20 mars 1926, sous un faux prétexte, Tchang Kai-chek, frappe les ouvriers : les sièges des syndicats sont dévastés, leurs chefs arrêtés, leurs organisations détruites. Tchang s excuse pour le "malentendu" et le PCC capitule complètement, acceptant d abandonner toute critique envers les positions officielles, de donner la liste de ses militants inscrits au Kuomintang... La rupture était inévitable d'une façon ou d'une autre, mais le PCC se soumettait plus que jamais au KMT. Surtout, le PCC renonçait à ses propres armes de classe : lorsque des paysans confiscaient les terres ou des ouvriers tenaient des piquets de grève, l'appareil communiste dénonçait les "illusions" des masses populaires. Ce suivisme total suscitait bien quelques résistances au sein du parti et en juin 1926 le Comité central du PCC propose "un peu plus d'indépendance" par rapport au KMT, mais il se voit répondre par Borodine (représentant de l'ic) : «Dans la présente période les communistes doivent faire un travail de coolies pour le Kuomintang». Il lui fut même interdit d'organiser des fractions de gauche dans le KMT.

15 Les funestes conséquences ne tardèrent pas. Puis le KMT entraîna une bonne partie des militants de base dans l'expédition du Nord ( ), tout en demandant l'arrêt des revendications sociales : «Il faut d'abord chasser les impérialistes et unifier le pays.» En juillet 1926, quelques jours après le départ de Canton des régiments acquis au PCC, des bandes de nervis et de gangsters recrutés dans toute la région furent lancés contre les organisations ouvrières; après six jours d affrontements au cours desquels une cinquantaine d ouvriers furent tués, les autorités se manifestèrent pour «rétablir l ordre», c est-à-dire désarmer les ouvrier et leur interdire de manifester, l arbitrage obligatoire fut instauré pour prévenir les grèves, etc. Les conquêtes des prolétaires au cours des années précédentes furent brisés et une véritable loi martiale interdisant les grèves est imposée en décembre. Cela n empêcha pas l IC de déclarer, fin 1926, le KMT «parti sympathisant»... Massacre de Shanghai et Terreur blanche Alors que l'armée révolutionnaire du KMT progressait vers le Nord, durant l'hiver , elle soulevait l'enthousiasme des ouvriers et paysans qui n'en avaient pas encore fait l'expérience. A partir de février 1927, l'armée approchant de Shanghai, le PCC commença à organiser des grèves et soulèvements ouvrier. En mars, l'armée cesse son avancée le temps qu'un soulèvement soit réprimé (probablement suite à un accord avec le général Li de Shanghai, qui deviendra commandant sous Tchang Kai-chek...). Mais les ouvriers l'emportaient néanmoins, et Tchang Kai-chek entra dans la ville le 26 mars, et fit tout pour montrer à la bourgeoisie locale et impérialiste qu'il était capable de restaurer l'ordre. L'Opposition de gauche et Trotsky écrivaient le 3 avril : «Continuer la politique d un parti communiste dépendant, fournir des ouvriers au Kuomintang, c est préparer les conditions de l établissement triomphant d une dictature fasciste en Chine». Ce n'était pas un éclair de génie, c'était l'observation : en Turquie, le leader bourgeois Kemal Pacha venait de faire égorger les communistes et renforçait son régime autoritaire. Il se livra à une répression aveugle, aidé par des bandes recrutées à la va-vite dans le lumpenprolétariat, mais surtout par la passivité du PCC, qui avait rendu les armes. Malgré toute la complaisance du PCC, la "guerre civile chinoise" s'ouvrait lamentablement sur le massacre de Shanghai du 12 avril Le PCC fit tout pour poursuivre dans la collaboration, reportant ses espoirs sur le "Kuomintang de gauche", la fraction de Wang Jingwei dans le Wuhan, jusqu'à ce que celui-ci trahisse également en juillet. Une fois que la vague contre-révolutionnaire avait eu le temps de frapper tout le pays (on parle de morts), l'ic dicta au PCC une aventure gauchiste : des soulèvements paysans connus sous le nom de "moisson d'automne", ainsi que la Commune de Canton. Ecrasement final et dictature La Commune de Canton, qui malgré le reflux amorcé réunit près de prolétaires, fut la mise en place d'un soviet révolutionnaire dans la ville pendant 4 jours, après son écrasement, sous le regard désabusé de la majorité des cantonnais. Avec sa défaite et la répression qui s'ensuit, c est toute une période révolutionnaire qui se termine pour le prolétariat chinois. Selon ses propres estimations, le PCC qui au printemps 1927 était composé à 63,8% d ouvriers, en comptait moins de 15% l année suivante et il n avait «pas la moindre cellule saine dans le prolétariat industriel»: les ouvriers l avaient quitté par milliers, et ils ne devaient plus jamais regagner ses rangs; se réfugiant dans les campagnes, se fixant l objectif politique d être «le vrai Kuomintang», ce qui restait du parti communiste chinois cessait définitivement d être une organisation prolétarienne, comme la révolution de 1949 allait l'illustrer. Tchang Kai-chek eut la voie libre pour incarner la réaction, mettant en place une dictature, durant ce que

16 l'on appela la décennie de Nankin ( ). Analyses Un "front unique" suicidaire Ces événements posent la question de l'indépendance de la classe ouvrière et du front unique. Pourtant, l'internationale Communiste avait déjà théoriquement résolu ces questions. Comme dit avec insistance par Lénine lors du II Congrès : «L'Internationale Communiste doit entrer en relations temporaires et former aussi des unions avec les mouvements révolutionnaires dans les colonies et les pays arriérés, sans toutefois jamais fusionner avec eux, et en conservant toujours le caractère indépendant de mouvement prolétarien même dans sa forme embryonnaire.» [5] Plusieurs années plus tard, en novembre 1937, Trotsky écrivit à Harold Isaacs : «L'entrée en elle-même en 1922 n'était pas un crime, peut-être même pas une erreur, en particulier dans le Sud, selon la présomption que le Kuo-Min-Tang à cette époque comprenait un certain nombre d'ouvriers et que le jeune parti communiste était faible et composé presque entièrement d'intellectuels[...]. La question est de savoir quel était leur intention en entrant et quel a été la politique qui en a découlé?» De fait, ce n'est pas l'alliance de circonstance en soi qui est à condamner, c'est le suivisme absolu, alors que non seulement des occasions révolutionnaires passent, mais que la plus simple analyse de la situation indique le danger de s'interdire de riposter. Motivation des staliniens de l'ic Il est clair que la politique de l'internationale, dictée par Moscou, a constitué une véritable éteignoir, sanglant et démoralisant, pour la révolution chinoise. Les motivations de la direction de l'ic étaient ambivalentes. Les premiers arguments qui furent avancés, notamment par Maring, responsable de l'ic pour la Chine, étaient surtout la répression du mouvement ouvrier et la nécessité de se lier aux masses illusionnées par le nationalisme. Mais il y avait des raisons plus fondamentales. D'une part une erreur théorique de fond : le schéma étapiste selon lequel il fallait d'abord réaliser une révolution bourgeoise, donc dirigée par les bourgeois du KMT avec qui il fallait s'allier à tout prix. De fait c'était contraire aux principes actés par l'ic, et cela revenait à la fausse théorie menchévique. Mais de 1924 à 1927, Staline insista pour dire que la bourgeoisie anticoloniale pourrait être plus révolutionnaire que la bourgeoisie antitsariste russe, et que les enseignements de la révolution russe ne pouvaient être appliqués à la Chine. Or, comme en Russie, la bourgeoisie voulait certes accéder au pouvoir, mais pas au prix d'une mobilisation révolutionnaire des masses. Mais la question chinoise ne soulevait pas grand débat vers 1924, lorsque fut décidée l'entrée des communistes au KMT. Trotsky y était opposé, mais ne se battit pas là dessus avant Mais la politique de l'ic était aussi due aux motivations propres de la bureaucratie stalinienne en développement. L'IC fonctionnait de plus en plus comme un appareil diplomatique au service de l'urss. Or celle-ci avait conclu des accords militaires, économiques et politiques avec le KMT, ce qui les poussait à imposer la soumission du PCC. Par ailleurs, une grande partie de la bureaucratie stalinienne avait déjà saisi à quel point une révolution prolétarienne pouvait la menacer, par la réactivation de la combativité des masses. Fin 1924, Staline et Boukharine commencèrent à parler ouvertement de construire le "socialisme dans un seul pays", ce qui contribuait à justifier une poltique non révolutionnaire, mais "pragmatique"

17 (conservatrice). Il y eut des avertissements et des critiques, notamment le 17 mars 1927 une lettre de Nazonov, Forkine et Albrecht, envoyés en mission en Chine, adressée au Comité exécutif de l'ic. La direction stalinienne passa totalement sous silence cette lettre. La direction du PCC L'appareil du PCC était issu de l'intelligentisia petite-bourgeoise qui s'était radicalisée après le mouvement nationaliste du 4 mai 1919, mais celle-ci était très peu formée au marxisme, et n'avait aucune expérience comme celle des bolchéviks. La direction n'admettait pas d'ouvriers, et elle se méfiait avec un certain mépris des mouvements spontanés des ouvriers et paysans. C'est aussi cet état d'esprit qui facilita l'acceptation de ligne de l'ic, en plus de la dépendance matérielle à l'égard de l'etat russe. Confirmation dans la défaite pour Trotsky Ironiquement, ces événements allaient affaiblir l'opposition de gauche en Union soviétique, tout en validant sa plate-forme politique. En effet, si les analyses de l'opposition sur le danger criminel que Staline faisait courir au mouvement ouvrier chinois se sont avérées justes, le fait même de sa défaite renforça la bureaucratie thermidorienne. Comme Trotsky l'expliquera dans la Révolution trahie, la lutte contre la bureaucratie n'est plus une lutte d'idées pour convaincre des camarades égarés, c'est un rapport de force dans lequel les uns (ici l'opposition) ne peuvent s'appuyer que sur les luttes du prolétariat mondial, et les autres sur leur reflux. La perspective d'une révolution socialiste en Chine était donc au coeur des espoirs des bolchéviks authentiques. Et avec raison, car en deux années d'intense activité révolutionnaire du prolétariat chinois, certains travailleurs russes reprennaient espoir dans la lutte politique, ce qui s'exprimait notamment dans le fait que l'opposition recevait de nouvelles marques de sympathie, des soutiens nouveaux, dans les usines, les quartiers ouvriers. En fait, ce sont des directions diamétralement opposées qui apparaissaient clairement aux plus avancés des communistes, et la tension qui était à son comble. Zinoviev, qui avait rejoint l'opposition, mesurait l'importance des luttes de classe en Chine : «Les événements en Chine ont une aussi grosse importance que les événements d Allemagne en octobre Et si toute l attention de notre parti se porta alors sur l Allemagne, il faut qu il en soit de même maintenant en ce qui concerne la Chine, d autant plus que la situation internationale est devenue pour nous plus compliquée et plus inquiétante.» [6] Alors assez naturellement, la défaite en Chine constitua un revers décisif, si bien qu'à la fin de 1927, Trotsky fut exclu du Parti communiste de l Union Soviétique (PCUS) puis expulsé d URSS. En 1930, Trotsky décrira l'importance de la compréhension de ces événéments en ces termes : «Une étude de la Révolution chinoise est une question très importante et urgente pour tout communiste et tout ouvrier avancé. Il n'est pas possible de parler sérieusement dans aucun pays de la lutte du prolétariat pour le pouvoir sans une étude par l'avant-garde prolétarienne des événements fondamentaux, des forces motrices, des méthodes stratégiques de la Révolution chinoise. Il n'est pas possible de comprendre ce qu'est le jour sans savoir ce qu'est la nuit ; il n'est pas possible de comprendre ce qu'est l'été sans avoir expérimenté l'hiver. De la même façon, il n'est pas possible de comprendre la signification de l'insurrection d'octobre sans une étude des méthodes de la catastrophe chinoise.» [7]

18 Bibliographie Livres Articles Notes Lucien Bodard, Les grandes murailles, Grasset, 1987 [le roman évoque la révolution à Canton et les massacres à Shanghai] Jean Chesneaux, Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927, Ecole des hautes études en sciences sociales, 1999 [Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Revue française de science politique] Harold Robert Isaacs, La tragédie de la révolution chinoise , Gallimard, 1967 André Malraux, Les Conquérants, Grasset, 1928 [le roman évoque la révolution à Canton - Critique de Trotsky] André Malraux, La Condition humaine, Gallimard, 1933 [le roman se déroule durant les massacres à Shanghai] Alexander Pantsov, The Bolsheviks and the Chinese Revolution , Curzon Press, 2000 [CEFC] Victor Serge, La révolution chinoise, Savelli, 1977 Stephen Anthony Smith, A Road is made - Communism in Shanghai , Curzon Press, 2000 [CEFC] Pierre Souyri, Révolution et contre-révolution en Chine, Christian Bourgeois, 1982 [La Bataille socialiste] Trotsky, L'Internationale Communiste après Lénine - Bilan et perspectives de la révolution chinoise, MIA, 1928 Pierre Broué, La question chinoise dans l'internationale communiste Victor Serge, La lutte des classes dans la révolution chinoise, MIA, fin avril 1927 Shanghai, avril Le bain de sang du prolétariat chinois arrose la victoire du stalinisme, Bibliothèque Internationale de la Gauche Communiste Débuts du Parti communiste chinois (Shanghai ), Chine informations Chine 1927 : le stalinisme livre le prolétariat à la répression, Courant Communiste International La Chine du XXe siècle en révolutions I , Europe Solidaire Sans Frontières Il y a 80 ans : Staline livrait les communistes chinois à leurs bourreaux et réprimait l'opposition communiste en URSS, Lutte Ouvrière n 2056 La révolution chinoise de , Matière et Révolution La tragédie de la Révolution chinoise de , WSWS 1/3-2/3-3/3 Pour une réévaluation de l'héritage de Trotsky et de sa place dans l'histoire du XXe siècle, WSWS Les révolutions chinoises, Tendance CLAIRE du NPA, été L'Internationale Communiste après Lenine, Bilan et perspectives de la révolution chinoise, Trotsky, Le Komintern envoya son nouveau représentant Mikhail Borodin en tant que conseiller pour le KMT, qui fut restructuré du sommet à la base selon des principes organisationnels bolcheviques. Dix membres dirigeants du PCC furent placés au comité central exécutif du KMT, environ un quart du total de ses membres. Des cadres communistes prirent souvent en charge différents aspects des activités du KMT. 3. L'académie militaire de Whampoa à Guangzhou fut établie avec l'assistance de conseillers soviétiques. Par ailleurs, l'appui du PCC fut vital pour mobiliser les ouvriers et les paysans dans la nouvelle armée. 4. A noter que Tchang Kaï-chek a été formé militairement sur le sol soviétique et a construit son

19 ascension au sein de l'académie de Huangpu, citée plus haut Thèses et additions sur les questions nationales et coloniales, II Congrès de l'i.c., Juillet Thèses de Zinoviev pour le Bureau Politique du PC de l URSS le 14 avril Oeuvre de Léon Trotsky, août 1930 Récupérée de «

20 Wiki Rouge - Décennie de Nankin La décennie de Nankin est le nom que l'on a donné à la période de réaction de en Chine, durant laquelle Tchang-Kaï-Tchek mit en place une dictature. Elle représente une sanction de la défaite du mouvement ouvrier en , et détermine en majeure partie la Révolution de Sommaire Lourde défaite du mouvement ouvrier Le régime de Tchang-Kaï-Tchek Bonapartisme de type fasciste Modernisation... de la semi-colonie Crise économique mondiale et faiblesses internes La politique des communistes Repli vers la paysannerie Tournant gauchiste de l'internationale et bases rouges La «Longue Marche» et l'ascension de Mao Suites Notes et sources Lourde défaite du mouvement ouvrier La classe ouvrière organisée fut écrasée en 1927, alors qu'elle avait un formidable potentiel révolutionnaire en Des dirigeants et militants ouvriers furent assassinés par milliers par les troupes Tchang-Kaï-Tchek et de son parti nationaliste bourgeois, le Kuomintang (KMT). Cette défaite sanglante de la seconde révolution chinoise est la conséquence fatale de la soumission politique et organique du parti communiste chinois (PCC) à ce parti bourgeois, soumission imposée par l Internationale communiste dirigée par la clique Staline-Bouhkarine. Trotsky, qui avec l'opposition de gauche dénonçait le suivisme suicidaire imposé au PCC, prévenait le 3 avril : «Continuer la politique d un parti communiste dépendant, fournir des ouvriers au Kuomintang, c est préparer les conditions de l établissement triomphant d une dictature fasciste en Chine». Seulement 9 jours après, c'était le massacre de Shanghai et effectivement, un régime réactionnaire anti-ouvrier fut instauré. Ce n'était pas une prédiction sortie de nulle part, c'était la conclusion d'une compréhension matérialiste de la situation, appuyée sur d'autres tragiques expériences : Turquie, le leader bourgeois Kemal Pacha venait de faire égorger les communistes et renforçait son régime autoritaire. Le régime de Tchang-Kaï-Tchek Bonapartisme de type fasciste Après la conquête de la majeure partie de la Chine par les troupes nationalistes, Tchang-Kaï-Tchek instaura sa dictature, fondée sur le parti unique (KMT), le culte de la personnalité (Tchang-Kaï-Tchek se fit appeler «le Gemo», le généralissime), l embrigadement de la jeunesse dans les «Chemises bleues» et un recours réactionnaire à la tradition confucianiste. Ce bonapartisme de type fasciste permit d organiser une lutte systématique et efficace contre les communistes et le mouvement ouvrier (constitution de

21 «syndicats» officiels, intégrés à l État et financés par lui, dont les bureaucrates étaient nécessairement membres du Kuomintang et auxquels les ouvriers des grandes entreprises étaient obligés d adhérer ; il subsistait quelques syndicats clandestins, sans cesse pourchassés et réprimés). Modernisation... de la semi-colonie En même temps, le régime dit «de Nankin», du nom de la ville où le gouvernement de Tchang-Kaï-Tchek était installé, tenta une modernisation économique du pays, réalisant notamment l unification administrative, judiciaire, douanière et monétaire de la Chine. Il y eut également un développement des transports, qui permit un certain désenclavement de la Chine. Des progrès sont également faits dans l'éducation et, dans le but d'unifier la société chinoise, un programme pour promouvoir la langue nationale et limiter ses variations dialectales est lancé. Mais la modernisation restait relative, le pays demeurant arriéré économiquement et toujours rural dans une proportion écrasante (la classe ouvrière ne représentait encore qu 1 % de la population totale du pays). En matière de politique agricole, on n enregistra que très peu de progrès au cours de cette période, hormis la réalisation de quelques travaux hydrauliques. Mais même ces progrès relatifs se firent en faisant appel à des capitaux étrangers : ces investissements doublèrent entre 1911 et Ces capitaux servirent notamment à développer le réseau ferré et routier, et des compagnies aériennes civiles à capitaux mixtes (allemands surtout) émergèrent. Certes, le gouvernement mène une lutte - diplomatique - contre les formes les plus humiliantes d'impérialisme : il ne renouvèle pas les traités inégaux qui arrivent à échéance, et la Chine retrouve l autonomie de ses ports. Mais si les puissances étrangères restituent les deux tiers des concessions, elles gardent les plus importantes. Le régime de Tchang-Kaï-Tchek, malgré son nationalisme, ne parvenait pas réellement à sortir la Chine du statut de semi-colonie des occidentaux. Crise économique mondiale et faiblesses internes La crise économique mondiale gagna la Chine dès 1931, crise à laquelle vinrent s ajouter des catastrophes naturelles entraînant de graves famines. Un déficit budgétaire chronique, dû aux dépenses improductives du régime (pour l armée en particulier), frappait l économie chinoise. Le gouvernement bureaucratique de Tchang-Kaï-Tchek était d ailleurs corrompu jusqu à l os. La politique des communistes Repli vers la paysannerie Après la défaite de 1927, le PCC, victime de la répression, se réfugia, dans les campagnes, dans une zone de collines peu accessible. Il tenta encore d organiser deux soulèvements militaires (à Nang Chang au Sud de la Chine en août 1927 et lors de l insurrection dite «de la Moisson d Automne» en septembre de la même année), puis il abandonna toute tentative de reprendre contact avec les villes et les 2 millions d'ouvriers. Cessant ainsi définitivement d être un parti ouvrier, il devint un appareil politico-militaire s appuyant sur la paysannerie, bureaucratisé à l extrême, des comités locaux permanents de quelques personnes détenant l essentiel du pouvoir. Tournant gauchiste de l'internationale et bases rouges

22 Entre 1927 et 1937, la bureaucratie stalinienne de l'internationale imposa depuis Moscou un tournant gauchiste brutal. Dans les circonstances de la Chine, cela se concrétis en implantation de «bases rouges» et de «soviets» à la campagne. À partir de 1928, le PCC mit sur pied une «armée rouge», bientôt forte de hommes environ, composée de paysans, d anciens bandits et de déserteurs de l armée nationaliste et avec laquelle il réussit à conquérir quelques zones rurales. Là où il s implanta, il mena une politique progressiste de réformes : ouverture d écoles, lutte contre les traditions paysannes obscurantistes (opium, jeux, pieds bandés, inégalité des sexes ) et surtout réforme agraire (confiscation des terres des grands propriétaires fonciers et redistribution aux petits paysans). Des «soviets» locaux, en réalité des organismes larges entièrement contrôlés par le parti, furent institués. Le 7 novembre 1931 fut même proclamée la République soviétique chinoise, avec Mao comme président ; elle contrôlait environ dix millions de personnes dans les provinces centrales du pays, le Hunan et le Jiangxi ; le parti, quant à lui, compta bientôt jusqu à membres. La «Longue Marche» et l'ascension de Mao Mao-Tsé-Toung, ancien bibliothécaire de l Université de Shanghaï, était le seul dirigeant originaire de la campagne il était né dans le Hunan dans une famille de la moyenne paysannerie et avait été à ce titre chargé dès des affaires paysannes. Dans la nouvelle situation, cela lui donnait déjà un atout pour peser dans la direction du PCC. Mais c'est surtout la «Longue Marche» qui affermit son autorité. Les attaques militaires très violentes lancées par le gouvernement central de Tchang-Kaï-Tchek contre les bases communistes se multipliaient ; ce furent notamment, entre 1931 et l automne 1934, les «cinq campagnes d éradication», menées avec des moyens considérables notamment des avions de chasse, et qui finirent par obliger les communistes à évacuer toutes leurs bases et à fuir ; alors commença la «Longue Marche» partirent ( soldats et civils environ) ; seuls arrivèrent à Yanan, au nord-ouest de la Chine, où ils s arrêtèrent pour implanter une petite base communiste. Pendant le parcours, une bonne moitié des soldats avait déserté, une autre partie avait péri. Car la «Longue Marche», une traversée du pays sur plus de kilomètres, avait rencontré de nombreux obstacles : le climat, l hostilité d une partie des populations face à ce qu elles considéraient comme des envahisseurs, les attaques nationalistes de l armée nationale Le parti perdit non seulement ses bases rurales, récupérées par le régime de Tchang-Kaï-Tchek, mais encore la plupart de ses militants, réduits à à peine en Mais la Longue Marche eut deux conséquences importantes : d une part, l autorité de Mao-Tsé-Toung en sortit considérablement affermie, il devint le dirigeant incontesté du parti, le comité central reconnaissait désormais ses thèses : construire avant tout un parti paysan. D autre part, la propagande menée tout au long du chemin contribua à populariser le programme du parti auprès de la paysannerie. Suites Lorsque le Japon envahit la Chine en 1937, le régime de Tchang-Kaï-Tchek apparut extrêmement faible, et une bonne partie de la bourgeoisie prête à capituler. Le PCC, fort de son soutien dans les campagnes, menait lui une résistance efficace et se révéla bientôt être la meilleure force politique nationaliste. La défaite du Japon en même temps que la désintégration du KMT lui ouvrit la voie pour prendre le pouvoir en 1949, même si cette révolution n'avait rien de socialiste. Notes et sources

23 Les révolutions chinoises, Tendance CLAIRE du NPA, été 2011 Récupérée de «

24 Wiki Rouge - Révolution chinoise (1949) La révolution chinoise de 1949 fut la prise du pouvoir par le Parti Communiste Chinois (PCC), mais pourrait être caractérisée comme une révolution nationaliste, avec un fort appui de la paysannerie, mais en aucun cas d'une révolution socialiste. Cette révolution est l'aboutissement de ce que l'on a appelé la guerre civile chinoise ( ). Sommaire Contexte La décennie de Nankin ( ) L'impérialisme et la «Guerre Froide» Les événements L'invasion japonaise L'alliance KMT-PCC Guerre nationale et victoire commune Guerre civile et victoire du PCC Le nouveau régime issu de 1949 Prise de l'appareil d'etat et gages bourgeois Réformes progressistes et réforme agraire Relations internationales Le régime et la bourgeoisie La collectivisation des terres Controverses sur la nature de l'etat L'impasse de la voie maoïste Notes et sources Contexte La décennie de Nankin ( ) Suite à la cuisante défaite du mouvement ouvrier en 1927, les militants du PCC sont pourchassés, et ont

25 trouvé refuge dans les campagnes. Le Kuomintang (KMT) de Tchang-Kaï-chek instaure une dictature et réussi à rétablir l'ordre bourgeois dans l'essentiel du pays. L'Internationale communiste stalinisée impose à cette époque un tournant gauchiste, et le PCC implante des "bases rouges" dans les campagnes, et proclame même une éphémère république dite «soviétique», même s'il s'agit principalement d'une réforme agraire, sans démocratie. Le PCC change profondément de nature : il perd tout lien avec les deux millions d'ouvriers et devient un appareil politico-militaire qui se créé une certaine popularité dans la paysannerie. Parallèlement, les combats avec l'armée du KMT sont très durs, infligeant de dures épreuves au PCC : c'est la "guerre civile chinoise". C'est notamment avec la Longue Marche que Mao Zedong va s'imposer à la direction du parti, auquel il va faire accepter son révisionnisme consistant à s'appuyer sur une armée paysanne. Les pérégrinations du PCC dans les campagnes chinoises vont d'ailleurs lui permettre de populariser son programme parmi l'immense paysannerie pauvre de Chine. L'impérialisme et la «Guerre Froide» En cette moitié de XX ème siècle, la Chine est un immense pays peuplé d'un demi-milliard d'habitants, avec une civilisation extrêmement ancienne et qui fut longtemps en tête de l'humanité. Mais depuis le XIX ème siècle, l'impérialisme occidental et japonais l'avait dominée et bridée, à tel point que l'on pouvait véritablement parler de semi-colonisation. Une partie de la bourgeoisie avait tenté de défendre le projet de plus d'autonomie, notamment avec le KMT de Sun-Yat-Sen et la révolution de 1911, mais ce fut un semi-échec. Car cela impliquait soulever des masses paysannes et ouvrières que le KMT craignait, d'autant qu'elles étaient influencées par les communistes. La politique capitularde imposée par les staliniens permirent au KMT de s'imposer pour encore plus d'une décennie, mais la fragilité face aux puissances impérialistes était toujours là. De plus, la profonde stagnation économique des années 1930 avivait les tensions entre impérialistes, au point de provoquer la Seconde boucherie mondiale. A cela venait s'ajouter depuis la fin de la Seconde guerre mondiale la «Guerre Froide» qui opposait les puissances occidentales à l'urss et ses alliés. Pourtant, l'union soviétique ne fit rien pour aider le PCC à prendre le pouvoir. La clique stalinienne n'avait d'ailleurs que du mépris pour les militants du PCC qu'elle appellait les «communistes de margarine». Quant aux Etats-Unis, ils avaient jusqu'au bout soutenu et armé les vaincus, Tchang Kaï-chek et son parti, le Kuomintang. La prise du pouvoir par Mao s'appuyait sur une telle mobilisation populaire que l'impérialisme ne tenta pas d'intervenir directement. Les événements L'invasion japonaise En 1931, le Japon envahit la Mandchourie, au Nord-Est de la Chine. Malgré le calme relatif qui s'ensuit, les velléités expansionnistes de l'impérialisme japonais ne font aucun doute. Mais face à cela, le Kuomintang fut très peu réactif, et au contraire se coula dans la collaboration. C'est que sa base sociale était une bourgeoisie conservatrice (grands banquiers et grands propriétaires) qui montrait peu d'empressement à se battre. Se contentant depuis déjà longtemps d'un rôle de compradore, elle préférait partager les fruits de l'exploitation des ouvriers et des paysans. C'est pourquoi non seulement, le KMT ne fit quasiment rien contre l'avancée japonaise, mais en plus se concentrait sur la répression de l'ennemi intérieur, le PCC.

26 L'alliance KMT-PCC En décembre 1936, Tchang Kaï-chek, qui se reposait dans une résidence proche de la ville de Xian, fut enlevé par un de ses généraux, qui entendait lui imposer ainsi de constituer un front uni avec le PCC contre les Japonais. Finalement une délégation de ce parti, conduite par Chou En-lai, vint négocier et libérer le dictateur. Au delà de l'anecdote, cela correspondait aussi à la nouvelle politique décidée à Moscou de favoriser les "Fronts populaires" avec les bourgeois dans tous les pays. Les armées paysannes du PCC furent intégrées à l'armée de Tchang Kaï-chek. L'accord satisfaisait également les puissances impérialistes rivales du Japon, qui voulaient freiner son expansion dans la région. Jusque-là, le PCC avait dénoncé le régime dictatorial du KMT, désormais il présentait ceux qui hier encore le réprimait comme un bon allié. Comme dans les années 1920, le PCC ressortit sa justification étapiste, et le "bloc des 4 classes" (paysans, ouvriers, petite-bourgeoisie, bourgeoisie nationaliste), parlant de réaliser d'abord une phase «démocratique-bourgeoise» de la révolution. Devenu l'allié du parti des grands propriétaires fonciers, le PCC se mit à limiter les ardeurs de sa base paysanne. Il n'était plus question que de s'en prendre aux propriétaires fonciers collaborant avec l'envahisseur japonais. Le PCC ne prônait plus que le développement d un «capitalisme à caractère progressiste» pour «contribuer à l amélioration des conditions de vie du peuple». Encore Mao n alla-t-il pas jusqu à fusionner purement et simplement ses forces armées avec celles du KMT, comme le voulait Staline. De ce point de vue, il parvint à maintenir une certaine autonomie par rapport à Moscou. Le PCC se plaçait désormais sur le même terrain que son concurrent Kuomintang, celui du nationalisme, avec à peine une nuance réformiste. La différence, par rapport aux milieux corrompus qui entouraient Tchang Kaï-chek, était que les militants du PCC allaient apparaître comme des nationalistes sincères, dont l'engagement contre les troupes japonaises était bien réel, attirant à eux tous ceux qui voulaient se battre contre l'occupant Guerre nationale et victoire commune En juillet 1937, le Japon déclenche la guerre pour la conquête totale du pays. Plus généralement les tensions inter-impérialistes sont très fortes et deux ans plus tard, c'est la Deuxième guerre mondiale. Etant donné le différentiel militaire et matériel, à l'étranger peu de monde comptait sur une victoire chinoise. Mais l'énergie des masses paysannes acquises au PCC furent combinée à un soutien matériel de puissances étrangères. En effet, dans le conflit mondial, les Etats-Unis avaient des intérêts opposés au Japon, et soutinrent officieusement le Kuomintang. L'URSS craignait de son côté surtout des avancées japonaises, ce qui l'aurait contraint à une guerre sur deux fronts. L'avancée des troupes japonaises fut d'abord rapide, sur les côtes et même dans quelques régions de la Chine centrale. A l'est du pays, la bourgeoisie collaborationniste mit en place le régime de Wang-Jin-Wei à la botte des envahisseurs. Au cours de cette période, le nombre d adhérents du PCC progressa jusqu à 1,2 millions en 1945, recrutés presque exclusivement dans la paysannerie, qui était soucieuse de défendre sa terre contre l envahisseur japonais et qui haïssait par ailleurs le régime de Tchang-Kaï-Tchek, car celui-ci l avait opprimée et pillée pendant des années pour entretenir son propre parasitisme despote, et lui avait refusé la réforme agraire que le PCC lui promettait au contraire... pour l après-guerre Guerre civile et victoire du PCC En 1945, au terme de huit ans de guerre, le Japon était vaincu, se rendait aux Etats-Unis, et se retirait de Chine. Le KMT se retourna alors contre les communistes, comme à la fin des années Mais la

Chronologie de la Chine au XXe siècle

Chronologie de la Chine au XXe siècle Chronologie de la Chine au XXe siècle dates événements 1644-1911 dynastie Qing (Mandchoue) 1819 les Anglais s'installent à Singapour 1839-1842 Guerre de l'opium 1842 août traité de Nankin (île de Hong-Kong

Plus en détail

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 HISTOIRE La Chine depuis 1919 RUSSIE «L homme malade de l Asie» Révolution de 1911 > 1912 : régime républicain > Pouvoir militaire «les

Plus en détail

Shanghaï est une ville chinoise mythique. Elle a été une grande métropole internationale dans les années 1920-1930, puis a été délaissée pendant

Shanghaï est une ville chinoise mythique. Elle a été une grande métropole internationale dans les années 1920-1930, puis a été délaissée pendant S H A N G H A Ï Shanghaï est une ville chinoise mythique. Elle a été une grande métropole internationale dans les années 1920-1930, puis a été délaissée pendant quelque 3 décennies après la révolution

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

I. Les contestations de l'absolutisme et les crises de la monarchie aux origines de la Révolution française (1787-1789)

I. Les contestations de l'absolutisme et les crises de la monarchie aux origines de la Révolution française (1787-1789) Thème 5 : Révolutions, libertés, nations à l aube de l époque contemporaine Chapitre 1 : La révolution française : l affirmation d un nouvel univers politique Au XVIIIe siècle, les Etats européens sont

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P.

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P. Économie globale Renaud Bouret et Alain Dumas, ERPI 2-1 CHAPITRE 2 : CORRIGÉS LES MARCHÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ a) Sur le marché des biens, les demandeurs sont les ménages,

Plus en détail

Les grandes dates de l histoire de la Chine au XX e siècle

Les grandes dates de l histoire de la Chine au XX e siècle Les grandes dates de l histoire de la Chine au XX e siècle La fin de l Empire Qing (1898-1911) 1898 11 juin 21 septembre : les cent jours de Guangxu. 1900 13 juin : les Boxeurs sont accueillis à Pékin.

Plus en détail

AAR Crusader Kings Deus Vult + DVIP trident_job@hotmail.com. Principauté de Novgorod Scénario Hasting 1066

AAR Crusader Kings Deus Vult + DVIP trident_job@hotmail.com. Principauté de Novgorod Scénario Hasting 1066 AAR Crusader Kings Deus Vult + DVIP Principauté de Novgorod Scénario Hasting 1066 Publication Version 1 : de Décembre 1066 à Avril 1073 Version 2 : de Mai 1074 à Novembre 1075 Version 3 : de Décembre 1075

Plus en détail

B. Elle s articule autour de 3 pôles très différents:

B. Elle s articule autour de 3 pôles très différents: ASIE ORIENTALE UNE AIRE DE PUISSANCE EN EXPANSION Cette façade orientale de l Eurasie apparaît comme un espace éclaté en zones littorales, archipels et presqu îles s ouvrant largement sur l Océan Pacifique.

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION Une période de grands bouleversements Les rébellions de 1837-1838 L acte constitutionnel de 1791 a modifié l organisation de la société. S il a permis de régler certains

Plus en détail

Le drapeau jaune, symbole de liberté et d espoir

Le drapeau jaune, symbole de liberté et d espoir Le drapeau jaune, symbole de liberté et d espoir Aux jeunes épris de liberté, Le 30 avril 1975, au sortir d une guerre meurtrière du 20 e siècle, la jeunesse vietnamienne s interrogeait sur l avenir qui

Plus en détail

les Micro États. d Europe

les Micro États. d Europe les Micro États. d Europe L existence d un État n implique pas pour autant un territoire national de grande taille. A côté de grands États comme la Russie, le Canada, la Chine ou l Australie, qui s étendent

Plus en détail

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient par webmaster - Jeudi, janvier 27, 2011 http://ses-noailles.fr/2011/01/prepa-sciences-po-les-frontieres-le-proche-orient/ Dans le cadre de la préparation

Plus en détail

Chapitre VII La Chine et le monde, les chemins de la puissance

Chapitre VII La Chine et le monde, les chemins de la puissance CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Thème 3 Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours) Question 1 Les chemins de la puissance Chapitre VII La Chine et

Plus en détail

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p12 à43

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p12 à43 LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p12 à43 fiche d objectifs Quelles sont les origines de la Première Guerre mondiale? Introduction :le monde en 1914 ( p14/15) L Europe règne sur le monde (colonies en Afrique

Plus en détail

CHAPITRE 2: Lumières, société et monarchie françaises du XVIIIè siècle

CHAPITRE 2: Lumières, société et monarchie françaises du XVIIIè siècle CHAPITRE 2: Lumières, société et monarchie françaises du XVIIIè siècle Introduction: Monarchie absolue = royaume où le roi a tous les pouvoirs. [Les philosophes vont se poser plein de questions en rapport

Plus en détail

Thème 2 : la Chine... des Chines

Thème 2 : la Chine... des Chines Thème 2 : la Chine... des Chines Dossier 1 : La Chine dans le Monde 1) Complète la carte muette du document 1 et replace les éléments suivants 2) Complète le tableau suivant : Ville 1 Ville 2 Distance

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

La République populaire de Chine. Intérêts, fonctionnements et objectifs de la Chine sur la scène internationale

La République populaire de Chine. Intérêts, fonctionnements et objectifs de la Chine sur la scène internationale La République populaire de Chine Intérêts, fonctionnements et objectifs de la Chine sur la scène internationale Plan Quelques basiques sur le fonctionnement de la Chine et des Chinois Les ambitions de

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

La Chine, l empire du Milieu dépecé. I- Présentation générale de la Chine au XIXe siècle

La Chine, l empire du Milieu dépecé. I- Présentation générale de la Chine au XIXe siècle La Chine, l empire du Milieu dépecé I- Présentation générale de la Chine au XIXe siècle (dossier réalisé par le service éducatif de la MGT) L empereur et le pouvoir Jusqu au milieu du XIXe siècle, la Chine

Plus en détail

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle.

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle. 1 Les archives de la Première Guerre mondiale au Canada : un survol Marcelle Cinq-Mars, archiviste, Bibliothèque et Archives Canada Introduction La Grande Guerre fut pour le Canada la première expérience

Plus en détail

Les femmes, un moteur de la révolution arabe

Les femmes, un moteur de la révolution arabe Les femmes, un moteur de la révolution arabe Si l'on s'en tient aux images de télévisions, on pourrait croire que la Syrie est peuplée exclusivement d'hommes. Pourtant ce sont les femmes qui ont bravées

Plus en détail

JOURNEE DE DEBAT SOLIDARITES 19 JANVIER 2008 «QUELLE GAUCHE POUR QUEL AVENIR?»

JOURNEE DE DEBAT SOLIDARITES 19 JANVIER 2008 «QUELLE GAUCHE POUR QUEL AVENIR?» REFORME ET REVOLUTION : LE POIDS DE L HISTOIRE A GAUCHE Introduction Exposé introductif non revu par la présentatrice Je ne crois pas que le problème aujourd hui se pose encore dans ces termes. Et pour

Plus en détail

LA CHINE : DES TRAITES INEGAUX A 1911 2013

LA CHINE : DES TRAITES INEGAUX A 1911 2013 Chap. 8 LA CHINE : DES TRAITES INEGAUX A 1911 - Définir : «guerres de l opium 1», «traités inégaux», «break up of China», «zones d influence», «territoires à bail» ; - Présenter les causes et les manifestations

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

Nager à contre courant Une courte histoire des conflits au travail en Chine et les tentatives du gouvernement de les contrôler

Nager à contre courant Une courte histoire des conflits au travail en Chine et les tentatives du gouvernement de les contrôler Nager à contre courant Une courte histoire des conflits au travail en Chine et les tentatives du gouvernement de les contrôler Au cours de la première moitié de 2010, dix jeunes ouvriers du géant électronique

Plus en détail

Sichuan 1795-18061806 1850-18721872. GUIZHOU Hunan. Yunnan. Guangxi. 17.1. L innovation des traités inégaux

Sichuan 1795-18061806 1850-18721872. GUIZHOU Hunan. Yunnan. Guangxi. 17.1. L innovation des traités inégaux Représentation des Miao 1795-18061806 1850-18721872 Sichuan GUIZHOU Hunan Yunnan Guangxi 21 du Guizhou au XIX e siècle 22 Soulèvements ethniques (Miao) dans le sud-ouestde la Chine au XIX e siècle 23 La

Plus en détail

Fausse route. La confiance dangereuse du Royaume-Uni en les assurances diplomatiques. Résumé

Fausse route. La confiance dangereuse du Royaume-Uni en les assurances diplomatiques. Résumé Fausse route La confiance dangereuse du Royaume-Uni en les assurances diplomatiques Résumé Ces dernières années, le gouvernement britannique a tenté d expulser plusieurs personnes soupçonnées d activités

Plus en détail

ECONOMIE DE LA SANTE

ECONOMIE DE LA SANTE ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN UNIVERSITE DE PARIS 1 PANTHEON-SORBONNE 30 septembre 2015 Créé par : Isabelle HIRTZLIN ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN ASSURANCE SOCIALE OU COMMERCIALE : QUELLES

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

COMITÉ DE SOUTIEN CONTRE LE PROTOCOLE DE LONDRES NON AU PROTOCOLE DE LONDRES QUI CONDAMNERAIT LA LANGUE FRANÇAISE!

COMITÉ DE SOUTIEN CONTRE LE PROTOCOLE DE LONDRES NON AU PROTOCOLE DE LONDRES QUI CONDAMNERAIT LA LANGUE FRANÇAISE! Paris, le 11 juillet 2007 COMITÉ DE SOUTIEN CONTRE LE PROTOCOLE DE LONDRES NON AU PROTOCOLE DE LONDRES QUI CONDAMNERAIT LA LANGUE FRANÇAISE! Préambule : Les soussignés approuvent le projet de développer

Plus en détail

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie Introduction Colonisation française vers 1900 en Afrique L indépendance en Algérie 1962 (photo de Marc Riboud) Que révèlent ces photos

Plus en détail

Chili - Chile. Table des matières. Démographie

Chili - Chile. Table des matières. Démographie Chili - Chile Table des matières Démographie... 1 Histoire... 2 Lieux historiques... 2 La recette... 2 Une personnalité du pays... 3 Sport national... 5 Démographie Le Chili possède une population estimée

Plus en détail

aux XVIe-XVIIe siècles?

aux XVIe-XVIIe siècles? LES BOULEVERSEMENT CULTURELS ET INTELLECTUELS AUX XVIe-XVIIe Siècles. Fiche d objectifs Quelle est la nouvelle vision de l homme et du monde p112/113 Christophe Colomb découvre l Amérique aux XVIe-XVIIe

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail

Chapitre 3 : La France dans le monde

Chapitre 3 : La France dans le monde Chapitre 3 : La France dans le monde La France est aujourd hui la cinquième puissance économique au monde. C est aussi, au vue des dernières crises internationales (Irak, Liban, ) un acteur important de

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale.

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan pour les Alliés et pour l'axe. Les archives de la Solution Finale: Des Ghettos à Auschwitz ou Treblinka. Des juifs envoyés sous escorte

Plus en détail

l industrialisation?

l industrialisation? L AGE INDUSTRIEL Fiche d objectifs p105 à 115 Quels bouleversements l industrialisation du XIXe siècle a- t-elle entraîné? I- L INDUSTRIALISATION ET SES CONSEQUENCES ECONOMIQUES AU XIXè siècle.( p110/111)

Plus en détail

VIVE LE MARXISME-LENINISME-MAOÏ SME! VIVE LA GUERRE POPULAIRE! ARRACHONS DE NOUVELLES VICTOIRES!

VIVE LE MARXISME-LENINISME-MAOÏ SME! VIVE LA GUERRE POPULAIRE! ARRACHONS DE NOUVELLES VICTOIRES! VIVE LE MARXISME-LENINISME-MAOÏ SME! VIVE LA GUERRE POPULAIRE! ARRACHONS DE NOUVELLES VICTOIRES! Editorial du Hongqi (Drapeau rouge) n 15, 1966 Guidé par la ligne révolutionnaire prolétarienne incarnée

Plus en détail

CHRONOLOGIE REVOLUTION ET EMPIRE. 1789-1815.

CHRONOLOGIE REVOLUTION ET EMPIRE. 1789-1815. CHRONOLOGIE REVOLUTION ET EMPIRE. 1789-1815. DATES Printemps 1789 EVENEMENTS Rédaction des cahiers de doléances et élections aux Etats généraux du royaume. On appelle Etats généraux la réunion des représentants

Plus en détail

Une mondialisation non négociée

Une mondialisation non négociée Une mondialisation non négociée Entretien avec Ghazi Hidouci Ghazi Hidouci, ancien ministre de l'economie dans le gouvernement algérien conduit par Mouloud Hamrouche de septembre 1989 à juin 1991, analyse

Plus en détail

SOMMAIRE. Frédéric PACOUD, La naissance du syndicalisme postal, n 9 des Cahiers pour l histoire de La Poste, mai 2008, 123 p.

SOMMAIRE. Frédéric PACOUD, La naissance du syndicalisme postal, n 9 des Cahiers pour l histoire de La Poste, mai 2008, 123 p. SOMMAIRE Frédéric PACOUD, La naissance du syndicalisme postal, n 9 des Cahiers pour l histoire de La Poste, mai 2008, 123 p. Chapitre I La situation sociale, économique et juridique des postiers en 1880-1888

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

340.12 Philosophie du Droit - Droit naturel - Sociologie du droit 340.13 Droit positif

340.12 Philosophie du Droit - Droit naturel - Sociologie du droit 340.13 Droit positif 016 Bibliographies 030 Dictionnaires 038(340) Dictionnaires juridiques 082 Mélanges, Liber Amicorum 300 Sociologie 320 Politique 330 Economie politique 340 Droit en Général 340(094.4) Codes 340(37) Droit

Plus en détail

# & '() * ! * #.6. 6 &#! / . *! $ "

# & '() * ! * #.6. 6 &#! / . *! $ # $ % Votre gouvernement refuse l arrivée massive d étrangers dans le pays, qui pourraient être des espions. Votre gouvernement accueille volontiers cette campagne de vaccination, mais prévient qu il n

Plus en détail

Charles-Etienne LAGASSE LES NOUVELLES INSTITUTIONS POLITIQUES DE LA BELGIQUE ET DE L'EUROPE

Charles-Etienne LAGASSE LES NOUVELLES INSTITUTIONS POLITIQUES DE LA BELGIQUE ET DE L'EUROPE Charles-Etienne LAGASSE LES NOUVELLES INSTITUTIONS POLITIQUES DE LA BELGIQUE ET DE L'EUROPE TABLE DES MATIERES LISTE DES ABREVIATIONS.. 6 AVERTISSEMENT 7 INTRODUCTION 9 PREMIERE PARTIE L'Etat, la societe

Plus en détail

LES ÉTATS OCCIDENTAUX : COMBATTUE, RECONNUE, CRAINTE

LES ÉTATS OCCIDENTAUX : COMBATTUE, RECONNUE, CRAINTE 1 LES ÉTATS OCCIDENTAUX : COMBATTUE, RECONNUE, CRAINTE Extension du communisme en Asie 1 S IMPOSER DANS LE CONCERT DES NATIONS (1949-1990) LA RPC, un État souverain dans le camp socialiste Un ralliement

Plus en détail

Liberté, sexualités, féminisme

Liberté, sexualités, féminisme Mouvement français pour le planning familial Liberté, sexualités, féminisme 50 ans de combat du Planning pour les droits des femmes Ouvrage conçu et rédigé par Isabelle Friedmann Préface de Janine Mossuz-Lavau

Plus en détail

La faillite du partisan chinois du «crétinisme parlementaire»

La faillite du partisan chinois du «crétinisme parlementaire» Vive le marxisme léninisme maoïsme! Vive la Guerre Populaire! La faillite du partisan chinois du «crétinisme parlementaire» par les bureaux de rédaction du Wenhui Bao, du Jiefang Ribao et du Zhibu Shenguo

Plus en détail

Congrès 1973 : autodissolution de l organisation politico-militaire dite MIL

Congrès 1973 : autodissolution de l organisation politico-militaire dite MIL Congrès 1973 : autodissolution de l organisation politico-militaire dite MIL Après l échec de la révolution internationale de 1848 et à partir de l idéologisation de sa théorie, il était prévu pour la

Plus en détail

SUJET: LES PORTS COLONIAUX, BERCEAUX OU VITRINES DES SOCIETES COLONIALES? 1850-1950

SUJET: LES PORTS COLONIAUX, BERCEAUX OU VITRINES DES SOCIETES COLONIALES? 1850-1950 Sujet d histoire contemporaine SUJET: LES PORTS COLONIAUX, BERCEAUX OU VITRINES DES SOCIETES COLONIALES? 1850-1950 Avertissement : ce corrigé est volontairement présenté sous forme de plan détaillé Dès

Plus en détail

Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation

Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation Nom : foyer : Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation École secondaire Jean-Grou 0 1- La révolution industrielle Avant la révolution industrielle, les produits étaient fabriqués dans de

Plus en détail

Les relations de pouvoir dans les organisations

Les relations de pouvoir dans les organisations Bouteiller Charlotte Master DGRH Crombez Claire Année 2003/04 Verbecq Antoine Les relations de pouvoir dans les organisations Introduction : Il y a deux ans, une loi réprimant le harcèlement moral a été

Plus en détail

«L'Homme et l'argent»

«L'Homme et l'argent» Extraits choisis du livre : «L'Homme et l'argent» De Jacques Elul La fuite de l'homme dans le système pour éviter la question personnele Concernant l'argent tout se passe comme si chacun n'avait absolument

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

LE PROTECTIONNISME AMÉRICAIN PAR. RODRIGUE TREMBLAY, professeur émérite, Université de Montréal

LE PROTECTIONNISME AMÉRICAIN PAR. RODRIGUE TREMBLAY, professeur émérite, Université de Montréal LE PROTECTIONNISME AMÉRICAIN PAR RODRIGUE TREMBLAY, professeur émérite, Université de Montréal Face au libre-échange, les États-Unis ont une attitude ambivalente. D'une part, les grandes entreprises multinationales

Plus en détail

Nations Unies S/RES/1718 (2006)** Conseil de sécurité Distr. générale 13 décembre 2006 Résolution 1718 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5551 e séance, le 14 octobre 2006 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942)

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) HISTOIRE DES ARTS BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) I. IDENTIFIER PRESENTER Blitz Wolf ou Der Gross méchant loup en français est un dessin animé américain réalisé par Tex Avery et produit par la MGM (Metro

Plus en détail

Chine coopération en matière de sécurité intérieure,

Chine coopération en matière de sécurité intérieure, Document mis en distribution le 23 juin 2005 N o 2376 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 juin 2005. P R O

Plus en détail

L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites

L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites novembre 1 L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites L époque où l économie chinoise progressait de plus de 1 % par année semble bel et bien révolue.

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Le XXIème siècle : siècle de l Asie. Michel Fouquin (CEPII) JECO LYON 9 Novembre 2012

Le XXIème siècle : siècle de l Asie. Michel Fouquin (CEPII) JECO LYON 9 Novembre 2012 Le XXIème siècle : siècle de l Asie Michel Fouquin (CEPII) JECO LYON 9 Novembre 2012 L âge d or de l Asie Du VIIIème siècle au XVème siècle, l Asie dépasse le reste du monde en termes de richesses et de

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une Nouvelle Calédonie La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une souveraineté sur un territoire si loin

Plus en détail

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II AUDITION PARLEMENTAIRE 2008 AUX NATIONS UNIES New York, 20 21 novembre Document de travail : séance II VIOLENCE SEXUELLE A L ENCONTRE DES FEMMES ET DES ENFANTS DANS LES CONFLITS ARMES 1 Il est désormais

Plus en détail

Le mur de Berlin. Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de Berlin

Le mur de Berlin. Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de Berlin Le mur de Berlin Activités pédagogiques et ateliers Sommaire Le mur de Berlin I. Rappels historiques Pourquoi a-t-on construit un mur à Berlin? Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA DES PREMIÈRES NATIONS À L UNION DU HAUT ET DU BAS CANADA HIS-4016-2 PRÉTEST FORME A QUESTIONNAIRE ET CAHIER DE RÉPONSES NOM: CENTRE: COMMISSION SCOLAIRE: DATE DE PASSATION:

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

Débats sur le TTIP Partie II : Pour ou contre le marché transatlantique : qui a voté quoi? Bruno Poncelet Juillet 2015

Débats sur le TTIP Partie II : Pour ou contre le marché transatlantique : qui a voté quoi? Bruno Poncelet Juillet 2015 Débats sur le TTIP Partie II : Pour ou contre le marché transatlantique : qui a voté quoi? Bruno Poncelet Juillet 2015 CENTRE D ÉDUCATION POPULAIRE ANDRÉ GENOT rue de Namur 47 5000 Beez T. 081/26 51 52

Plus en détail

TISA, le nouvel accord de libre-échange sur le commerce des services Ne pas distribuer, à usage interne!

TISA, le nouvel accord de libre-échange sur le commerce des services Ne pas distribuer, à usage interne! 1 TISA, le nouvel accord de libre-échange sur le commerce des services Ne pas distribuer, à usage interne! Qu est-ce que TiSA? TiSA est l abréviation pour Trade in Services Agreement ou, en français, Accord

Plus en détail

De Gaulle, Roosevelt et l'indochine de 1940 à 1945

De Gaulle, Roosevelt et l'indochine de 1940 à 1945 Michel Huguier De Gaulle, Roosevelt et l'indochine de 1940 à 1945 L'rfarmattan TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 7 PROLOGUE : LE DECOR ET L'HISTOIRE RECENTE 9 Chapitre I. L'ARMISTICE : SE RALLIER A LA FRANCE

Plus en détail

Les concepts importants en histoire-géographie

Les concepts importants en histoire-géographie Les concepts importants en histoire-géographie A Adoubement : fête où l enfant devient chevalier. Exemple : Nous avons vu qu un fils de seigneur devient seigneur, il s entraîne à partir de 7 ans chez un

Plus en détail

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 Assemblée A/129/2-P.7 Point 2 4 octobre 2013 EXAMEN DE DEMANDES EVENTUELLES D'INSCRIPTION D'UN POINT D'URGENCE A

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

De l Association des professeurs de mathématiques (APM)

De l Association des professeurs de mathématiques (APM) De l Association des professeurs de mathématiques (APM) Nicole Hulin, Université Pierre-et-Marie-Curie - Paris VI Naissance des associations de professeurs Les professeurs ont constitué des associations

Plus en détail

soc. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 12 mars 2008 Rejet M. BAILLY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président.

soc. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 12 mars 2008 Rejet M. BAILLY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président. soc. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 12 mars 2008 Rejet M. BAILLY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président. Pourvoi n X 06-45.147 Arrêt n 534 F-P+B LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

UN TERRITOIRE, UN ÉLU, UNE HISTOIRE

UN TERRITOIRE, UN ÉLU, UNE HISTOIRE UN TERRITOIRE, UN ÉLU, UNE HISTOIRE FRANCIS NIZET, CONSEILLER CONSULAIRE POUR LA CHINE, LA MONGOLIE ET LA CORÉE DU NORD F rancis Nizet est né dans la Meuse et a passé son enfance dans les Ardennes. Après

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. La République française entre les deux guerres

Histoire. Chapitre n. La République française entre les deux guerres Histoire Chapitre n. La République française entre les deux guerres I) L impact de la guerre dans la vie politique française Problématique : En quoi la vie politique entre 1917 et 1940 est-elle marquée

Plus en détail

Conséquence. Aucun des malades d «ici» ne peut être un étranger, sauf à être exclu du champ de la

Conséquence. Aucun des malades d «ici» ne peut être un étranger, sauf à être exclu du champ de la Point de départ et définition. Le point de départ à tenir est qu en matière de santé, il n y a de malades étrangers que les seuls exclus de son champ. Nulle notion ethnique, raciale ou communautaire ne

Plus en détail

Comment sont nés les Etats-Unis?

Comment sont nés les Etats-Unis? Comment sont nés les Etats-Unis? Au début du 18ème siècle, l Amérique est composée de colonies européennes. En 1776, les 13 colonies Anglaises d Amérique du nord se révoltent et prennent le nom d Etats-Unis

Plus en détail

Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource

Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource Matières concernées : Histoire-Géographie, Lettres, Latin, Arts, Biologie. Enseignements d'exploration : Patrimoine,

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

19. Convention de l OUA sur la Prévention et la Lutte contre le Terrorisme

19. Convention de l OUA sur la Prévention et la Lutte contre le Terrorisme 19. Convention de l OUA sur la Prévention et la Lutte contre le Terrorisme Les Etats membres de l'organisation de l Unité Africaine ; Considérant les objectifs et les principes énoncés dans la Charte de

Plus en détail

Shanghai. C est la ville la plus peuplée de Chine avec environ 18 millions d habitants pour. l ensemble de la municipalité.

Shanghai. C est la ville la plus peuplée de Chine avec environ 18 millions d habitants pour. l ensemble de la municipalité. Morane / Fotolia RNL / Fotolia L. Bouaziz / Fotolia Avec Pékin, sa grande rivale, est la ville de Chine la plus connue. C est la ville la plus peuplée de Chine avec environ 18 millions d habitants pour

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS EN CHINE

LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS EN CHINE LETTRE D INFORMATION CHINE : ACTUALITE JURIDIQUE AOUT 2011 LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS EN CHINE Le projet de réforme du Catalogue d`orientation de l`investissement Etranger Le Catalogue d Orientation

Plus en détail

ASIE (exceptés Chine et Inde)

ASIE (exceptés Chine et Inde) ASIE (exceptés Chine et Inde) Vous produisez peu de gaz à effet de serre (vous polluez peu) mais vous êtes parmi les premières victimes des effets négatifs (sécheresses, inondations, etc.) du changement

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL REUNION DU BUREAU DE L ASSEMBLEE DES ETATS PARTIES AU

Plus en détail