Risques infectieux et protection de l organisme.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risques infectieux et protection de l organisme."

Transcription

1 Risques infectieux et protection de l organisme. L œil humain ne peut pas voir les objets dont la taille est inférieure à 0.1 mm Tous ces êtres vivants dont taille est inférieure à 0.1 mm sont appelés : micro-organismes. Ce n est qu au 17 ème siècle avec l invention du microscope que l homme à pris connaissance de l existence de ces microorganismes. Notre organisme est en contact permanent avec des milliards de microorganismes. Certains d entre eux pathogènes pour l homme c est à dire qu ils sont susceptibles de provoquer des maladies chez l homme. Remarque : PATHO = pathos en grec ancien = souffrance ; GENE = gennan en grec ancien = former ; générer. Quels sont les moyens dont dispose notre organisme pour se défendre contre les micro-organismes? I De la contamination à l infection. A L organisme est en contact permanent avec divers micro-organismes.. Il existe une très grande variété de microorganismes dans notre environnement. Les virus (ex virus de la grippe). Les bactéries (ex bactérie du yaourt). Les levures ( champignons microscopiques ). Les animaux unicellulaires. (ex : plasmodium-responsable du paludisme.) ). Les animaux pluricellulaires (ex : acarien ). 0.1 µm 100 µm On cherche à comparer la taille de différents micro-organismes à celle des cellules humaine et à celle d un homme de 1, 70m. Compétence travaillée : savoir faire des conversions dans le système métrique. Notion abordée : la taille relative des micro-organismes. 1. Converti la taille de chaque organisme ou cellule en micromètres (µm). Taille moyenne des virus. 100 nm. Taille moyenne des bactéries dm Tailles moyenne des cellules 0.02 mm humaines. Animal pluricellulaire 0.01 cm microscopique Ex : sarcopte de la gale (acarien) Homme. 1,70 m. Taille en µm Le Mètre (m) Décimètre (dm) conversions en micromètre. Centimètre (cm) Millimètre (mm) Micromètre (µm) Nanomètre. (nm) tableau cidessous pourra t aider à faire les 2. Quel est ou quels sont les micro-organismes susceptibles de pénétrer dans une cellule humaine? (Justifie). 3. Pour quelle raison le sarcopte de la gale ne peut-il pas être un parasite intracellulaire?

2 On cherche à déterminer la taille relative de trois micro-organismes par rapport à celle d une cellule sanguine. Compétence travaillée : Savoir lire une micrographie / savoir utiliser l échelle, le grossissement associé à cette micrographie. Savoir faire un dessin d observation. Outil : manuel p.112, 113 et Comparez la taille de 3 micro-organismes (virus de la grippe, levures présentes sur une éponge humide, bactérie E.coli présente dans l intestin grêle ) à celle d une cellule sanguine humaine : l hématie appelée aussi globule rouge. Champignon unicellulaire : la levure Doc 1 p.112 Virus de la grippe. Doc 3 p.113 Bactérie E. Coli, doc 2 p.122 Hématie. doc 4 p.113 Taille en micromètre. Remarque 1 µm = mm. 2. Classez ces microorganismes par ordre croissant de taille. 3. Ci-dessous, réalisez un dessin d observation. D une cellule sanguine : l hématie (à partir du doc 4 p.113) D une levure (à partir du doc 1 p.112). De la bactérie E.Coli (à partir du document 2 p.222) Du virus de la grippe (doc ) Pour chaque dessin, vous préciserez l échelle ou le grossissement et donnerez la taille réelle (en micromètre) de chaque organisme dessiné.

3 B La transmission des microorganismes d un individu à l autre. On cherche à savoir quels sont les modes de transmission des micro-organimes. Compétences travaillées : utiliser ses connaissances en anglais pour trouver une information en sciences. Garder l esprit critique et vérifier ses sources. 1. D après la note d information, du site Delaware.gov, quels sont les deux modes de transmissions des microorganismes? 2. En quoi consistent ces deux modes de transmission? 3. Garder l esprit critique et vérifier ses sources. ( A faire chez vous). Faites quelques recherche sur ce site. De quoi s agit-il? Pensez vous que les informations qu on y trouve sont fiables? Que pourriez-vous faire pour vous assurer de l exactitude des informations données sur les modes de transmission des micro-organismes. 4. Utilisez les informations précédentes afin d identifier le mode et le vecteur de transmission des six microorganismes présents sur le doc annexe. (Je vous ai mis le virus du sida pour exemple) Nom du micro-organisme. Mode de Vecteur de transmission. transmission. Virus du sida Direct Sécrétions sexuelles (spermes et sécrétions vaginales) / sang. Un micro-organisme se transmet d un individu à un autre : Soit indirectement c'est-à-dire par l air, l eau, un aliment, un objet Soit directement c'est-à-dire par contact direct avec un individu.

4 C La contamination et l infection de notre organisme par les micro-organismes. Définitions : Contamination : la contamination correspond au moment où un micro-organisme entre dans les cellules ou dans le sang d un individu. Infection : l infection correspond au moment où les microorganismes se multiplient de façon importante à l intérieur de l organisme. Comment peut-on expliquer que les contaminations par les micro-organismes soient exceptionnelles alors que nous sommes en contact permanent avec un très grand nombre de micro-organismes? Outils : manuel p. 114 et document ci-dessous. Définitions préalables. La peau est une fine couche de cellule qui recouvre tout le corps. Une muqueuse est une fine couche de cellule qui tapisse les cavités du corps ouverte sur l extérieur (appareil digestif, respiratoire, urogénital) Cavité du corps en contact permanent avec les micro-organismes. Appareil respiratoire. Appareil digestif. Appareil génital et urinaire. Barrières contres la pénétration des micro-organismes. Les cellules de la muqueuse respiratoire fabriquent un liquide collant qui englue les microbes. Les cils qui tapissent la muqueuse respiratoire font remonter les microbes englués vers la bouche ou le nez. La salive contient une substance antibactérienne. L acide gastrique non seulement digère les aliments mais détruits aussi certaines bactéries. La flore intestinale aide non seulement à la digestion mais détruit aussi les bactéries pathogènes. L utérus fabrique épais appelé glaire cervicale. Cette glaire cervicale entraîne avec elle les microbes lorsqu elle s évacue par le vagin. L urine entraîne avec elle tous les microbes qui auraient pu passer dans l urètre. 1. A partir du doc ci-dessus et du manuel p.114 doc 1 explique que les contaminations par les micro-organismes soient exceptionnelles alors que nous sommes en contact permanent avec un très grand nombre de micro-organismes. 2. D après le doc 1 et 2 p.114, à quelle occasion les micro-organismes arrivent-ils à franchir les barrières naturelles et à entrer dans le sang ou les cellules? On cherche à savoir pourquoi les micro-organismes pathogènes se multiplient si facilement à l intérieur de notre organisme. Outils : doc. ci-dessous et manuel p. 115 Compétence travaillée : Analyser des données expérimentales afin de répondre à au problème posé. Savoir justifier. Soit deux séries d expériences réalisées afin de déterminer les conditions de développement des bactéries pathogènes pour l Homme. La première série d expérience porte la composition du milieu. Milieux de cultures. Composition du milieu de culture. MULTIPLICATION DU NOMBRE DE BACTERIES. Milieu 1. Bactéries + Eau. Non. Milieu 2. Bactéries + Matière organique déshydratée. Non. Milieu 3. Bactéries + Eau + Matière organique. Les bactéries se sont multipliées. La deuxième série d expérience porte sur la température du milieu de culture. MILIEUX DE CULTURE TEMPERATURE EAU MATIERE MULTIPLICATION DU NOMBRE DE BACTERIES. ORGANIQUE Milieu C présence présence Seules les bactéries non pathogènes se multiplient Milieu C présence présence Seules les bactéries pathogènes se multiplient. 1. En utilisant les données de la première série d expérience dites quelles sont les conditions indispensables à la multiplication des bactéries. 2. En utilisant les données de la deuxième série d expérience, dites en quoi notre organisme est un milieu favorable au développement des bactéries pathogènes.

5 Bilan. La peau et les muqueuses constituent une barrière très efficace contre la pénétration des micro-organismes dans les cellules ou le sang de notre organisme. (Voir tableau ci-dessus). Cependant, à l occasion d une blessure ou d une lésion, les micro-organismes arrivent à franchir ces barrières naturelles et pénètrent ainsi dans les cellules ou dans le sang : C est la contamination. Une fois à l intérieur de l organisme, les micro-organismes trouvent les conditions favorables à leur multiplication. Rapidement leur nombre augmente : c est L INFECTION C est cette multiplication du micro-organisme qui provoque des troubles qui caractérisent une maladie. Ex : Lorsque la bactérie tétanique parvient à franchir la peau à l occasion d une blessure par exemple (contamination), elle trouve les conditions favorables à sa multiplication (infection). Chaque bactérie fabrique et libère une petite quantité de poison qui agit sur le système nerveux. Avec la multiplication des bactéries, la quantité de poison libéré dans l organisme augmente. Ainsi apparaissent les symptômes du tétanos qui se caractérisent par une tétanie des muscles à une tétanie généralisée et à la mort (lorsque les muscles respiratoires sont touchés). D Limiter les risques de contamination et d infection. Pour quelle raison le nombre de décès postpartum à t-il considérablement chuté après la deuxième moitié du 19 ème siècle? Compétence travaillée : savoir faire une synthèse des informations trouvées dans un texte. Outils textes historiques du 19 ème siècle écrits par : Ignace Semmelweis (chirurgien Hongrois) p. 116 doc2 Louis Pasteur (biologiste Français) p. 117 doc 3 Remarque, post-partum vient : du grec ancien post qui veut dire après et du latin partus qui veut dire mise bas (accouchement) Jusqu au du 19 ème siècle un grand nombre de femme mourraient suite à des infections quelques semaines après leur accouchement. Aujourd hui, en France, ce phénomène n existe plus. A partir des données historiques fournies par le doc.2 p 116 : 1. Propose une explication à la survenue d infections post-partum jusqu au milieu du 19 ème siècle. 2. Quel geste simple, préconisé par le docteur Semmelweis, à permis de faire diminuer le nombre d infections post-partum. (Tu préciseras pourquoi ce geste a permis de faire chuter le nombre d infections post-partum.) Les recherches et les découvertes de Louis Pasteur (biologiste du 19 ème siècle) ont permis de réduire encore considérablement la mortalité post-partum et postopératoire. 3. Après avoir lu l ensemble des informations du doc 3 p.117 (texte historique écrit de la main de Pasteur compris), énumère les moyens préconisé par Pasteur pour limiter les risques de contamination pendant une opération. Bilan L asepsie correspond à l ensemble des moyens que l on peut utiliser pour limiter les risques de contamination. Remarque : L utilisation du préservatif est une mesure d asepsie pour éviter la contamination par les Maladies Sexuellement Transmissible (ex SIDA hépatite) Lorsque la contamination a eu lieu, il faut alors agir pour éviter l infection. L antisepsie correspond donc à l ensemble des moyens que l on peut utiliser pour limiter les risques de multiplication des micro-organismes et donc pour limiter les risques d infection. L Antisepsie est un terme qui vient du grec ancien anti =contre et du grec ancien sepsis = putréfaction. Les antiseptiques sont des produits à usage externe que l on applique sur la peau ou les muqueuses contaminées pour éviter l infection.

6 On cherche à savoir quelles sont les qualités que doit avoir un produit pour être un bon antiseptique. Dans toute famille, à chaque moment, peut se produire un accident. Il est nécessaire de pouvoir utiliser un produit pour désinfecter une plaie. Pour désinfecter une plaie, on utilise des produits antiseptiques. Antiseptiques conseillés. Antiseptiques à éviter. 1. Etabli la liste des propriétés que doit posséder un antiseptique pour être qualifié de bon antiseptique. 2. Pour quelle raison les antiseptiques ne sont d aucune utilité lorsque l infection est installée. Lorsqu une infection bactérienne est installée on peut administrer au patient des antibiotiques. Anti= contre, biotique = organismes vivant= bactérie Ces produits sont à usage interne : ils passent dans le sang et détruisent les bactéries responsables de l infection. (Les antibiotiques n ont aucune efficacité sur les virus.) Lorsqu un patient est atteint d une infection difficile à traiter, on peut prélever des bactéries sur lui, les cultiver, puis apposer dans le milieu de culture différents antibiotiques afin de déterminer quel est le plus efficace contre la bactérie responsable de l infection Activité p.118. Contrôle 1.

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes 2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes Louis Pasteur (1822-1895) : un des acteurs clés de la découverte des micro-organismes photographié

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Des moyens de protection contre les micro-organismes

Des moyens de protection contre les micro-organismes III1 Activité 4 Problème : Comment lutter contre les micro-organismes? Des moyens de protection contre les micro-organismes Mo.2 Att.1 Le vivant : organisation et fonctionnement du corps humain Découvrir

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION GENERALITES EN HYGIENE NOTIONS DE MICROBIOLOGIE PRECAUTIONS STANDARD ANTISEPTIQUES ET DESINFECTANTS HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Notre organisme face à l'environnement : le risque infectieux

Notre organisme face à l'environnement : le risque infectieux Notre organisme face à l'environnement : le risque infectieux! PLAN 1 Le risque infectieux A) Les micro-organismes organismes microscopiques très divers : les plus fréquents sont les bactéries et les virus

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Ce que je sais : L Homme utilise certains micro-organismes pour fabriquer certains aliments. Votre comportement

Plus en détail

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Questionnaire élaboré par André Bossus (Collège André-Chavanne) sur l exposition de Patrick Linder, Karl Perron et Candice Yvon. 1. L univers des microbes

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme.

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Carte Nombre d épisodes confirmés de cas groupés survenus en France métropolitaine depuis le début de l épidémie par département de signalement

Plus en détail

Sciences 8 le système immunitaire exercices

Sciences 8 le système immunitaire exercices Sciences 8 le système immunitaire exercices Exercice 1 : Remplis les blancs. 1. Les organismes qui sont la cause de maladies comme les bactéries et les virus sont appelés. 2. Les maladies peuvent être

Plus en détail

Chapitre 4 : se protéger des maladies.

Chapitre 4 : se protéger des maladies. Chapitre 4 : se protéger des maladies. Qu est-ce qui peut nous rendre malades? I/ Les maladies sont souvent dues à des virus ou à des bactéries. DEFINITIONS : Micro-organismes = microbe = être vivant invisible

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

Début du jeu Juillet 2008 1

Début du jeu Juillet 2008 1 Réalisation du diaporama: Jacinthe Marchand, CSSS des Pays-d en-haut Renseignements tirés de La transmission du VIH : guide d évaluation du risque, 5e édition (2004) Société canadienne du sida, 80 pages.

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 2 ème édition Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Réaliser, sous la forme d une bande dessinée, un dépliant préventif sur les maladies étudiées

Réaliser, sous la forme d une bande dessinée, un dépliant préventif sur les maladies étudiées Proposition d une séquence sur les risques infectieux Réaliser, sous la forme d une bande dessinée, un dépliant préventif sur les maladies étudiées Cadrage institutionnel Programme de PSE : extrait du

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Le virus VIH Il fut découvert, en 1983, par l équipe de Luc Montagnier,

Plus en détail

PARTIE. Organisation générale du corps humain

PARTIE. Organisation générale du corps humain PARTIE 1 Organisation générale du corps humain CHAPITRE 1 Les bases d'étude du corps humain L'ESSENTIEL Les définitions fondamentales en biologie, une science qui étudie l'organisme vivant dans un ordre

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Thème 3 Transmission de la vie chez l Homme Chapitre 2 L origine et le développement du nouveau-né

Thème 3 Transmission de la vie chez l Homme Chapitre 2 L origine et le développement du nouveau-né Thème 3 Transmission de la vie chez l Homme Chapitre 2 L origine et le développement du nouveau-né Que se passe-t-il pour que ce nouveau-né puisse voir le jour? rencontre de l ovule et du spermatozoïde,

Plus en détail

Chapitre 1 : L'Homme face aux micro-organismes

Chapitre 1 : L'Homme face aux micro-organismes Chapitre 1 : L'Homme face aux micro-organismes I La diversité des micro-organismes : III1 Activité 1 Les micro-organismes dans notre environnement Problème Comment appréhender la diversité des micro-organismes?

Plus en détail

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique?

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Évaluations formatives Module 1 Introduction 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Le système de défense spécifique est en fait le système immunitaire. C est

Plus en détail

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4 Fiche technique n 4 La «Toux de Chenil» La «Toux de Chenil» est un syndrome* fréquent, souvent rencontré en collectivité ou lors de rassemblements de chiens d origines différentes (chenils, animalerie,

Plus en détail

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement.

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement. Le troisième mois Voir aussi : La déclaration de grossesse Le choix de la maternité Échographie : Video d un coeur à 14 SA Votre corps Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et

Plus en détail

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Fiche technique n 22 Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Tritrichomonas foetus est l agent responsable de la tritrichomonose, maladie difficile à maîtriser en élevage félin. Les

Plus en détail

Programme Séance Notion construite

Programme Séance Notion construite 1 2 Programme Séance Notion construite L organisme est constamment confronté à la possibilité de pénétration de microorganismes (bactéries et virus) issus de son environnement. Comment les microorganismes

Plus en détail

LE MONDE MICROBIEN ET LA SANTE

LE MONDE MICROBIEN ET LA SANTE LE MONDE MICROBIEN ET LA SANTE Microorganisme (ancienne orthographe : micro-organisme) : être vivant trop petit pour être visible à l œil nu. C est aussi ce qu on peut appeler «microbe» dans le langage

Plus en détail

2. Les agents de maladies infectieuses

2. Les agents de maladies infectieuses 2. Les agents de maladies infectieuses 2a. Ce qui est un agent pathogène des plantes? Les organismes phytopathogènes sont pour la plupart les champignons, les bactéries, les nématodes, et les virus (il

Plus en détail

1. L appareil digestif chez l homme.

1. L appareil digestif chez l homme. 1. L appareil digestif chez l homme. Beaucoup d êtres vivants nous entourent, tous se caractérisent par des propriétés et des caractères communs. comme la nutrition le transport la respiration l excrétion

Plus en détail

Programme de Techniques de soins vétérinaires

Programme de Techniques de soins vétérinaires VACCINATION CONTRE LA RAGE, L HÉPATITE B ET LE TÉTANOS Le Campus d Alfred et le Collège Boréal recommandent aux étudiants s inscrivant au programme de Techniques de soins vétérinaires, d être immunisés

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

Chapitre 1 : A la découverte des micro-organismes

Chapitre 1 : A la découverte des micro-organismes Chapitre 1 : A la découverte des micro-organismes Maladie que j ai choisi d étudier :.. C4 MISSION RECHERCHE Activité 1 : je m informe à partir de vidéos Cette maladie est causée par un virus/ une bactérie/

Plus en détail

Sommaire de la séquence 7

Sommaire de la séquence 7 Sommaire de la séquence 7 De tout temps, l Homme a été frappé par des maladies mortelles qui décimaient des populations entières lors d épidémies connues comme la peste ou le choléra. Malgré ces fléaux,

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

Exemple des 4 groupes de microbes

Exemple des 4 groupes de microbes Chapitre 2 Risque infectieux et protection de l organisme : l immunité humaine Système immunitaire = ensemble des cellules et des organes qui assurent la protection de l organisme contre les microbes.

Plus en détail

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011 octobre 2011 thera N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! thera Edito Chères clientes, chers clients, L automne est là Le changement de saison

Plus en détail

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux associé aux soins Module encadrement EOHH des établissements de santé 4ème

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

TITRE : On est tous séropositif!

TITRE : On est tous séropositif! PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : On est tous séropositif! classe : 3 ème durée : 30 min I - Choisir des objectifs dans les textes officiels.

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments.

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Nous savons que nos organes utilisent le dioxygène, mais aussi les nutriments contenus dans le sang, pour fabriquer l énergie dont ils

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Partie II La transmission de la vie chez l homme

Partie II La transmission de la vie chez l homme Partie II La transmission de la vie chez l homme Chapitre 6 : Devenir un homme ou une femme. Introduction : L adolescence est une étape très importante dans la vie d un individu. Le corps change, la personnalité

Plus en détail

La contraception Ne laissez pas l imprévu décider à votre place.

La contraception Ne laissez pas l imprévu décider à votre place. La contraception Ne laissez pas l imprévu décider à votre place. Premiers émois, rupture, coup de foudre, arrivée de bébé, retrouvailles passionnées Tout au long de sa vie, une femme, un homme connaît

Plus en détail

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire > Qu est-ce qu une IST p 5 > La Blennorragie gonococcique p 7 > La Chlamydiose p 8 > Les Condylomes p 9 > L Hépatite B p 10 > L Herpès

Plus en détail

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments Les bactéries Apparues il y a 3,5 milliards d années, les bactéries sont les organismes vivants les plus diversifiés et les plus répandus sur Terre. Appartenant au monde des microbes, elles mesurent en

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Activité 7 : Des méthodes contraceptives, permettent de choisir le moment d avoir ou non un enfant.

Activité 7 : Des méthodes contraceptives, permettent de choisir le moment d avoir ou non un enfant. Activité 7 : Des méthodes contraceptives, permettent de choisir le moment d avoir ou non un enfant. La contraception représente l ensemble des méthodes ayant pour but d empêcher une grossesse en cas de

Plus en détail

Chapitre 3 : la digestion

Chapitre 3 : la digestion Chapitre 3 : la digestion INTRODUCTION : Les organes prélèvent en permanence du glucose et du dioxygène dans le sang pour leur fonctionnement. Le dioxygène est apporté (dans le sang) par la respiration.

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

L Homme confronté à un environnement pathogène

L Homme confronté à un environnement pathogène L Homme confronté à un environnement pathogène Au XVIIe (1677) on découvre des êtres vivants invisibles et donc inconnus jusque là. Le microscope est né et avec lui la micro-biologie. Les travaux de Pasteur

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Si vous vous piquez avec une aiguille contaminée : Faites saigner légèrement la plaie et lavez-la avec de l eau et du savon, sans brosser.

Plus en détail

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme, qu est ce que c est? Une des plus petites

Plus en détail

Bibliographie La grossesse : de la conception à la naissance

Bibliographie La grossesse : de la conception à la naissance Bibliographie La grossesse : de la conception à la naissance Clausener-Petit, M. 2003. La sexualité expliquée aux ados. Paris : De La Martinière jeunesse. 106 p. Dumont, V. et Montagnat, S. 2004. Questions

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE

LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE Mis en ligne Page 1 20/04/2010 CHAPITRE 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION GENETIQUE Nous savons depuis la classe de 4 ème que toutes les cellules de l organisme proviennent des divisions successives de

Plus en détail

Projet de recherche sur les MTS

Projet de recherche sur les MTS Projet de recherche sur les MTS Objectif : Les participants devront définir et décrire les MTS les plus courantes Structure : Petits groupes Durée : 30 minutes, plus un cours consacré aux présentations

Plus en détail

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE TABLE DES MATIÈRES Gestion des risques Prévention des infections

Plus en détail

Fiche d information pour les donneuses de sang de cordon Public Cord Blood Bank Switzerland

Fiche d information pour les donneuses de sang de cordon Public Cord Blood Bank Switzerland Fiche d information pour les donneuses de sang de cordon Public Cord Blood Bank Switzerland Il est connu de longue date que le sang de cordon des nouveau-nés contient une quantité relativement élevée de

Plus en détail

Chap. 6 : ÊTRE CAPABLE DE TRANSMETTRE LA VIE

Chap. 6 : ÊTRE CAPABLE DE TRANSMETTRE LA VIE Chap. 6 : ÊTRE CAPABLE DE TRANSMETTRE LA VIE La puberté est une période de transition entre l enfance et l âge adulte. Elle est caractérisée par un ensemble de transformations qui vont faire d un enfant

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Fiche 1 : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST?

Fiche 1 : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST? Fiche : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST? Quelques dates 98 : Identification d un premier cas de la maladie du SIDA 983 : Identification du virus VIH par l Institut Pasteur 987 : Première prescription

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Brochure d information La Néoplasie Endocrinienne Multiple de type 1 1 Question 1 : qu est-ce que la néoplasie endocrinienne multiple de type 1? Pour répondre à cette question, il faut d abord connaître

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Circulaire n 43/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 novembre 2008 Màj. septembre 2013 C E N T R E d e G E S T I O N d u H A U T - R H I N F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E 2 2, rue Wi l s

Plus en détail

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves)

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) dates Connaissances Capacités 1.1 Les organismes vivants présentent une unité et une diversité 7/9 L observation des organismes vivants témoigne

Plus en détail

Règles de base Fiches d activité sur les modes de transmission (autre activité possible)

Règles de base Fiches d activité sur les modes de transmission (autre activité possible) Titre : Infections transmises sexuellement Groupe cible : 7 e année (version catholique) Domaine du curriculum de l Ontario : Santé Thème du domaine : Croissance et développement Contenus d apprentissage

Plus en détail

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU SymbioVag INFORMATIONS IMPORTANTES SUR SymbioVag Nous sommes heureux de l intérêt que vous portez à SymbioVag, notre nouvel ovule vaginal probiotique.

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 Tu viens de voir dans les deux séquences précédentes les mécanismes qui permettent à un couple d avoir un enfant. Toutefois, on peut souhaiter avoir des rapports sexuels sans

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail