LES BRÛLURES. Progress Santé BTS diététique 2è année Physiopathologie E. CASO

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES BRÛLURES. Progress Santé BTS diététique 2è année Physiopathologie E. CASO"

Transcription

1 Progress Santé BTS diététique 2è année Physiopathologie E. CASO LES BRÛLURES I. La peau : structure et rôles La peau constitue l organe le plus grand de l organisme : elle représente 16% de son poids total. Elle forme une de l organisme contre le milieu extérieur, mais elle assure également d autres fonctions vitales : maintien de, sécrétion de, de mélanine Ø Composition chimique : La peau est composée en moyenne : - De 70% d eau - De 27,5% de protéines - De 2% de lipides - De 0,5% de sels minéraux et oligo-éléments Ø Stucture : La peau est constituée de de tissus : L épiderme : Il s agit de la, de la peau. C est un tissu épithélial de revêtement semi-perméable. En moyenne, l épiderme a l épaisseur d une feuille de papier, mais il peut être plus épais. Il est composé de : La couche basale (la plus profonde), la couche de Malpighi, la couche granuleuse et enfin la couche cornée (la plus superficielle), cette dernière étant recouverte par le film hydrolipidique. L épiderme est constitué à 90% de cellules appelées (responsables de la production de kératine), mais contient également des cellules responsables de la coloration de la peau, les ainsi que les (cellules dendritiques qui ont un rôle dans l immunité). L épiderme n est. Les cellules qui le composent sont alimentées par diffusion depuis le derme. Le derme : Il s agit de la couche conjonctif qui et les fibres nerveuses. Le derme se divise en deux couches : de la peau. C est un tissu et qui protège le réseau vasculaire - Le (derme papillaire), couche intermédiaire riche en et en 1

2 symbiose permanente avec l épiderme, dont il est séparé par la jonction dermo-épidermique. - Le et (derme réticulaire), tissu conjonctif dense composé d un réseau de fibres élastiques. Le derme comporte différents types cellulaires : - Des (cellules qui synthétisent le collagène, protéine indispensable à l élasticité des tissus). - Des qui jouent un rôle important dans les réactions immunitaires de la peau. L hypoderme : Il s agit de la couche de la peau. C est un tissu conjonctif lâche qui, selon les conditions de nutrition et les régions de la peau, contient de tissu adipeux. Il joue plusieurs rôles : -, il sert d amortisseur entre le derme et les os par le stockage des graisses. Au niveau du derme et de l hypoderme prennent également naissance ce qu on appelle les : Il s agit de glandes responsables de la sécrétion de sueur. Les glandes, responsables de l odeur corporelle. Les glandes qui sécrètent le sébum (film hydrolipidique qui protège la peau). Les des poils et des cheveux. II. Définition Perte ou (buccale, digestive, bronchique ou génitale). et/ou des III. Critères de gravité 1. Selon par rapport à la surface corporelle : Une brûlure est considérée comme (le patient est alors considéré comme ), lorsqu elle de la surface corporelle chez l adulte, et chez le nouveau-né. Pour calculer le pourcentage de surface corporelle brûlée on applique la règle de Wallace ou : = découpage du corps en plusieurs parties. Chaque partie correspond à (tête ou membre supérieur) ou à (membre inférieur ou tronc représentent chacun de la surface corporelle, tandis que les parties génitales représentent de la surface corporelle). Remarque : chez le nouveau-né et l enfant la tête représente de la surface corporelle. 2

3 2. Selon de la brûlure : Brûlures du : Brûlure de (superficielle). Se manifeste par un et des au niveau de la région concernée. Les symptômes disparaissent au bout de quelques jours. Brûlures du : Deux types : - : Apparition de (ampoules, cloques). Cicatrisation complète au bout de plusieurs semaines car les vaisseaux sanguins ne sont pas atteints. - : Apparition de phlyctènes avec. La cicatrisation est donc beaucoup plus lente (plusieurs mois). Brûlures du : Caractérisées par une avec une. La douleur est donc amoindrie (anesthésie de la région) et la. Recours à la. Brûlures :. Recours à des amputations. 3. Selon de la zone brûlée : Certaines zones sont davantage à risque. Brûlures : Extrême gravité car en plus de la brûlure il y a inhalation de qui entraîne des de la. Brûlures au niveau des plis de flexion des : Entraîne une gêne très importante. Brûlures des : Risque élevé. 4. Selon et de la personne brûlée : Les et les sont des populations plus à risque car plus fragiles. Les personnes atteintes d une : diabète, insuffisance rénale chronique IV. Agents responsables des brûlures 1. Les agents thermiques : : En plus de la brûlure de la peau, le feu produit des gaz toxiques qui peuvent être inhalés entraînant des brûlures des voies aérodigestives. : 3

4 Eau ou huile bouillante.. 2. Les agents chimiques :. Peuvent être ingérés et causer des brûlures des muqueuses digestives. 3. Les agents électriques : = brûlure par qui provoque des perturbations du rythme cardiaque avec risque d arrêt cardiaque. 4. Les radiations : V. Conséquences physiopathologiques La destruction du revêtement cutané entraîne des conséquences physiopathologiques importantes à la fois sur le plan local mais aussi sur le plan général. 1. Conséquences immédiates et à court terme : Inflammation : au niveau tissulaire mobilisant l ensemble des cellules et des molécules inflammatoires (plasmocytes, macrophages, prostaglandines, cytokines ) Ischémie et nécrose : Diminution de l apport sanguin artériel ce qui entraîne une diminution de l organe touché et une des cellules. Perturbations hydro-électrolytiques : La brûlure entraîne une localisée, ce qui provoque une et favorise donc une capillaire (surtout lorsque l étendue de la brûlure dépasse 30% de la surface corporelle = brûlure grave). Avec l hyperperméabilité capillaire, les protéines sortent des vaisseaux entraînant une et donc une (passage du sodium et donc de l eau du compartiment sanguin vers le milieu interstitiel d où et formation. Pour corriger l hypovolémie, il y a sécrétion de deux hormones : - (système Rénine-Angiotensine-Aldostérone) qui favorise la et donc la et. - (anti diurétique hormone) qui favorise la réabsorption de l eau et donc qui peut évoluer en et conduire à une. 4

5 Perturbations métaboliques : Elles n apparaissent que après la brûlure car dans un premier temps, elles sont par les perturbations hydro-électrolytiques. - On note une puisque la destruction de la peau par la brûlure entraîne une importante (hypothermie) ce qui nécessite que le soit fortement augmenté pour maintenir une température interne stable. - La sécrétion (noradrénaline, adrénaline) est également car la brûlure représente un pour l organisme, ce qui a pour conséquence : une diminution de la et une augmentation de la sécrétion d où : o Réserves en épuisées et. o Augmentation de d où amaigrissement au bout de quelques jours. o Augmentation du. Ce qui représente un risque important. Risque infectieux : Avec la perte d une partie du revêtement cutané, il y a perte de la vis à vis des agents pathogènes, d où un élevé. Troubles de l hémostase : en lien avec une du débit cardiaque provoquée par la brûlure ce qui peut conduire à des. 2. Conséquences à long terme : Conséquences psychologiques : - Cicatrices inesthétiques - Souvenir du traumatisme Perte de la fonctionnalité d un membre. VI. Signes cliniques Ø selon la profondeur de la brûlure. Ø. Ø. Ø Signes : dyspnée, cyanose, suffocation Ø si infection. Ø Troubles. 5

6 VII. VIII. Examens paracliniques 1. Examens sanguins : Hémogramme : mesure du pour voir si déshydratation. : pour voir les perturbations hydroélectrolytiques. Mesure du ph sanguin pour voir si. Test de l hémostase : mesure du, pour voir l état de coagulation. Bilan nutritionnel :. 2. Bilan rénal : Diurèse de 24h Azotémie, créatinémie Examens urinaires. 3. Bilan respiratoire : = (gaz du sang) 4. Bilan cardiaque : = Mesure de la pression artérielle, du rythme cardiaque et de la saturation en oxygène du sang. Traitement Hospitalisation dans, dans à +/- 32 C, pour compenser la. La prise en charge consiste en une pour : Ø. Ø Lutter contre. Ø Lutter contre et prévenir : Nutrition exclusive les premières semaines. Puis nutrition hyperénergétique, hyperprotéique si la muqueuse digestive est saine. Ø Donner des médicaments : à titre préventif. Des pour prévenir les ulcères de stress. Des. De l héparine ( ). 6

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin ITEM 201 a LES BRULURES Pr J.P. Chavoin 1 DEFINITIONS ET CAUSES La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l action d agents : - thermiques, - électriques,

Plus en détail

COSMETOLOGIE. Dr Pasquini Bernadette

COSMETOLOGIE. Dr Pasquini Bernadette COSMETOLOGIE Dr Pasquini Bernadette COSMETOLOGIE ET MEDECINE Pour entretenir une peau jeune : = hygiène de vie saine et équilibrée, riche en vitamines et antioxydants, bonne hydratation per os = cosmétologie,

Plus en détail

Soins Inrmiers aux brûlés

Soins Inrmiers aux brûlés Soins Inrmiers aux brûlés Le 29/04/2009 1 Intro La gravité d'une brûlure dépend essentiellement de sa profondeur, de sa supercie de sa localisation et du ASA. Sa prise en charge doit être rapide pour limiter

Plus en détail

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications Référence Référence : : Version : Date : Les brûlures DOSSIER Sommaire : I. Anatomie de la peau II. III. IV. Epidémiologie des brûlures Etiologie des brûlures Estimation de la gravité V. Complications

Plus en détail

Peau sèche et sa prise en charge : quelle utilité en gériatrie?

Peau sèche et sa prise en charge : quelle utilité en gériatrie? Peau sèche et sa prise en charge : quelle utilité en gériatrie? MH Tarteaut ISC Plaies et Cicatrisation Forum - 22 septembre 2009 Département Réhabilitation et Gériatrie La peau Bases physiologiques Les

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale.

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale. Dossier 1 Monsieur B., 72 ans, est hospitalisé en urgence pour confusion mentale. Ses antécédents sont marqués par un infarctus du myocarde antérieur étendu en avril 1998, un œdème aigu du poumon en mai

Plus en détail

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins?

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins? Le VIH et vos reins Le VIH et vos reins Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Le VIH peut affecter vos reins et peut parfois causer une maladie rénale. Certains médicaments peuvent être dangereux pour

Plus en détail

Problèmes de peau peaux à problèmes!

Problèmes de peau peaux à problèmes! Madame, Monsieur, Problèmes de peau peaux à problèmes! De nombreuses personnes souffrent de peau sèche ou de maladies de peau et, par conséquent, les consultations médicales pour ce type de troubles se

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

FICHES ABC-AIDE-SOIGNANTE

FICHES ABC-AIDE-SOIGNANTE Fiches abc-aide-soignante 1 FICHES ABC-AIDE-SOIGNANTE Fiches abc-aide-soignante 2 SOMMAIRE Présentation du corps humain...3 L'appareil digestif...5 L'appareil respiratoire...7 L'appareil cardio-vasculaire...8

Plus en détail

Thermorégulation et exercice physique

Thermorégulation et exercice physique Thermorégulation et exercice physique Généralités L activité physique en ambiance chaude ou froide augmente les charges pour l organisme Dans des conditions extrêmes, l organisme doit s adapter Mécanismes

Plus en détail

LA REHYDRATATION ET FLUIDOTHERAPIE Séminaire Année 2006-20072007 Dr Vandervorst V PLAN Principes généraux Évaluation de la déshydratation Voies de réhydratation Fluides utilisés Quantités 1 Principes généraux

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

vous pouvez faire plus Une belle peau commence à l intérieur

vous pouvez faire plus Une belle peau commence à l intérieur vous pouvez faire plus Une belle peau commence à l intérieur Pourquoi et comment notre peau vieillit-elle? Les dermatologues pensent que le vieillissement de la peau est dû pour 90 % à des facteurs externes.

Plus en détail

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE Qu est ce qu une Paraplégie ou Tétraplégie? - Conséquence d une lésion de la moelle épinière ou d une atteinte diffuse des nerfs périphériques. - Évaluation du caractère complet

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

L ICHTYOSE SI FRAGILE SOUS SA CARAPACE!

L ICHTYOSE SI FRAGILE SOUS SA CARAPACE! L ICHTYOSE SI FRAGILE SOUS SA CARAPACE! INTRODUCTION : Bonjour, je m appelle Hélène Hartman et je souffre d une maladie rare de la peau appelée : «ICHTYOSE». J ai choisi ce thème pour mieux comprendre

Plus en détail

LA PEAU Structure et types. DR MSEDDI Madiha Service de Dermatologie Sfax

LA PEAU Structure et types. DR MSEDDI Madiha Service de Dermatologie Sfax LA PEAU Structure et types DR MSEDDI Madiha Service de Dermatologie Sfax INTRODUCTION La peau recouvre tout le corps les formes extérieures Surface (fonction: poids et taille) sujet (70 Kg - 1,70 m - 1,80

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Brûlures de l enfant

Brûlures de l enfant Brûlures de l enfant Epidémiologie 3 e rang des accidents de l enfant 0-4 ans ; moyenne 2 ans ; garçons +++ Etiologies Brûlures thermiques : o Ebouillantage ; projection ; immersion ; flammes, incendies,

Plus en détail

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique?

Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Évaluations formatives Module 1 Introduction 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Le système de défense spécifique est en fait le système immunitaire. C est

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

BRULURES GRAVES A LA PHASE INITIALE

BRULURES GRAVES A LA PHASE INITIALE BRULURES GRAVES A LA PHASE INITIALE Ayant à plusieurs reprises été confrontée à des victimes de brûlures diverses (thermique, électrique et chimique), j ai assisté à cette conférence qui s est déroulée

Plus en détail

Psoriasis 2005 Psoriasis Plus de 5 millions de patients souffrent de psoriasis aux USA Ils dépensent entre 1,6 et 3,2 milliards de dollars par an pour traiter leur maladie Entre 150000 et 260000 nouveaux

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

LA BRULOLOGIE CTB : QUELQUES CHIFFRES. Epidémiologie. Gravité d une brûlure, Quand hospitaliser un brûlé?

LA BRULOLOGIE CTB : QUELQUES CHIFFRES. Epidémiologie. Gravité d une brûlure, Quand hospitaliser un brûlé? SERVICE DE CHIRURGIE PLASTIQUE H.I.A. PERCY Définition LA BRULOLOGIE Epidémiologie CENTRE DE TRAITEMENT DES BRULES Gravité d une brûlure, Quand hospitaliser un brûlé? Dr. BEY Eric Chirurgien plasticien

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

EXAMEN FORMATIF PHYSIOLOGIE HUMAINE

EXAMEN FORMATIF PHYSIOLOGIE HUMAINE EXAMEN FORMATIF PHYSIOLOGIE HUMAINE Ceci est un outil pour réviser mais surtout pour voir quel est le TYPE DE QUESTIONS que je pourrais vous poser à l examen Dans le vrai examen, il y aura une plus grande

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

Urgences en traumatologie. Koceila Bouferrache Julien Josserand

Urgences en traumatologie. Koceila Bouferrache Julien Josserand Urgences en traumatologie Koceila Bouferrache Julien Josserand ITEM 329(A) (ITEM 201) Prise en charge immédiate pré-hospitalière et à l'arrivée à l'hôpital, évaluation des complications chez un brûlé OBJECTIF

Plus en détail

2. Quelles sont les informations à connaitre avant d utiliser XILONIBSA 2%?

2. Quelles sont les informations à connaitre avant d utiliser XILONIBSA 2%? 1. Qu est-ce que XILONIBSA 2% et dans quel cas est-il utilisé? XILONIBSA 2% est un anesthésique local (agent qui réduit ou élimine la sensation dans une région particulière) qui appartient au sous-groupe

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire «L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire L ALLERGIE à L IODE N EXISTE PAS Confusion de trois phénomènes: Allergie aux fruits de mer (protéine de crustacés) Allergie

Plus en détail

Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin. Professeur Christophe RIBUOT

Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin. Professeur Christophe RIBUOT UEMPSfO - Physiologie Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L. B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L

A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L. B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L EQUILIBRE ACIDE-BASE Question 1 :l état acido-basique A) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40mmol/L B) La concentration en ions H+ dans le sang artériel est de 40nanomol/L C) La

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre hospitalier Lyon-Sud. Service du Pr P. CERUSE 1 Introduction

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Cours : Physiologie n 3 Professeur : Pr. André Denjean Le 19/11/07 à 8h30 Ronéotypeur : Matthieu DORISON PHYSIOLOGIE DE LA THERMOREGULATION

Cours : Physiologie n 3 Professeur : Pr. André Denjean Le 19/11/07 à 8h30 Ronéotypeur : Matthieu DORISON PHYSIOLOGIE DE LA THERMOREGULATION Cours : Physiologie n 3 Professeur : Pr. André Denjean Le 19/11/07 à 8h30 Ronéotypeur : Matthieu DORISON PHYSIOLOGIE DE LA THERMOREGULATION 1 Plan du cours : 1) Introduction 2) Température corporelle 3)

Plus en détail

Chrono repair HOMME SWISS RESEARCH PHYSIODERMIE METHODE

Chrono repair HOMME SWISS RESEARCH PHYSIODERMIE METHODE SWISS RESEARCH HOMME METHODE et la peau des HOMMES La peau des hommes se caractérise par un épiderme Expert des soins de la peau, le Laboratoire Sintyl épais et un derme dense. Son activité cellulaire

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Le système immunitaire

Le système immunitaire Le système immunitaire L organisme doit se protéger des agressions qu il subit continuellement de la part du milieu externe. Cette protection consiste tout d abord en l interposition d une barrière entre

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MICROLAX, solution rectale. laurylsulfoacétate de sodium, sorbitol, citrate de sodium dihydraté

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MICROLAX, solution rectale. laurylsulfoacétate de sodium, sorbitol, citrate de sodium dihydraté NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MICROLAX, solution rectale laurylsulfoacétate de sodium, sorbitol, citrate de sodium dihydraté Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par le présent site web! Un merci spécial à FatimZahra! Erythème

Plus en détail

OXYDERME NOUVEAU CONCEPT DE LA BEAUTE CUTANEE

OXYDERME NOUVEAU CONCEPT DE LA BEAUTE CUTANEE NOUVEAU CONCEPT DE LA BEAUTE CUTANEE Le système d oxygène Comment fonctionne L épiderme est la partie particulièrement active de la peau, notamment sa couche la plus profonde, la strate germinative avec

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes -~w les macm nuir\(y\qf1ts Les rsaerenutrlments Les macronutriments sont les nutriments dont nous avons besoin chaque jour en quantite relativement importante. L'eau est un macronutriment, tout comme les

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

Le Système Vasculaire

Le Système Vasculaire Le Système Vasculaire II/ Les différentes portions du système vasculaire 1. Les artères 2. Les capillaires 3. Les veines 4. Les lymphatiques : un système à part. LES ARTERES I. Anatomie des artères II.

Plus en détail

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme La déshydratation 1. définition Perte excessive de la teneur en eau de l organisme Déficit du volume liquidien par déséquilibre du bilan hydrosodé 2. mécanismes et causes a. mécanisme Eau est indispensable

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

ÉLECTRISATION, ÉLECTROCUTION ET FOUDROIEMENT

ÉLECTRISATION, ÉLECTROCUTION ET FOUDROIEMENT ÉLECTRISATION, ÉLECTROCUTION ET FOUDROIEMENT Marc Bertin-Maghit Centre des Brûlés, Hôpital Édouard Herriot Hospices Civils de Lyon Journée de formation en réanimation et urgences vitales S.R.L.F. Paris,

Plus en détail

Equilibre sodique et régulation du volume du liquide extracellulaire

Equilibre sodique et régulation du volume du liquide extracellulaire UE MPSfO - Équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique du milieu intérieur Chapitre 2 : Equilibre sodique et régulation du volume du liquide extracellulaire Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

Soins adaptés. aux peaux sèches et sensibles

Soins adaptés. aux peaux sèches et sensibles Soins adaptés aux peaux sèches et sensibles 1 peau sèche Peau sèche : des causes multiples Il existe une barrière naturelle permettant à notre peau de ne pas trop se déshydrater. Cette dernière est composée

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine

Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010. Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Equilibre acido-basique Dr K CHATTI, 2010 Population cible Etudiants en 1ère année Médecine Pré-requis Notions de ph, acides, bases, ampholytes Mesure du ph, Physiologie des échanges gazeux respiratoire,

Plus en détail

Physiopathologie du choc hémorragique Anatole Harrois

Physiopathologie du choc hémorragique Anatole Harrois Physiopathologie du choc hémorragique Anatole Harrois Département d anesthésie-réanimation Hôpital de Bicêtre Le Kremlin Bicêtre Introduction Spoliation sanguine Baisse l apport tissulaire en oxygène Inadéquation

Plus en détail

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel).

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). LES OEDEMES I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). = infiltration séreuse d'eau et de sodium, dans

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Auteur: Dr Thomas Castner AGAN, Institute de médecine d urgenc Hochwaldstraße 6 88677 Markdorf, Allemagne E-mail: info@agan.de

Plus en détail

Contrôle de l apprentissage

Contrôle de l apprentissage Niveau 2 07 / Le sang Information pour l enseignant 1/6 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves résolvent le test. Matériel Solution Type de travail Travail individuel Durée 45 minutes

Plus en détail

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES LES MICROLESIONS MUSCULAIRES PHYSIOPATHOLOGIE DIAGNOSTIC PRISE EN CHARGE Docteur CASCUA Stéphane Hôpital national de Saint Maurice Les microlésions musculaires CONTRACTURES COURBATURES crampes «brûlures

Plus en détail

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com Eléments de nutrition Consommation énergétique Eléments de nutrition F. Nicot 2 Métabolisme de repos MRT = (35 à 40) x 24 x S (Kcal / j) Surface

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES Les Brûlures Dr. P. QUERUEL Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES En France 23 Centres de Traitement des Brûlés 18 Centres civils (6 centres adultes ; 5 enfants ; 7 adultes/enfants

Plus en détail

Peau et soleil. Prévention et comportement. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires Vichy

Peau et soleil. Prévention et comportement. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires Vichy Peau et soleil Prévention et comportement La peau : un organe vital La Peau en chiffres Organe le plus lourd du corps humain : 4,5 kilos Surface : 2 m 2 Nombre de poils sur le corps : 200 000 à 1 million

Plus en détail

Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement (194b) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005)

Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement (194b) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement (194b) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Objectifs : Objectifs terminaux, l'étudiant est capable de : diagnostiquer un état

Plus en détail

MUCINUM comprimés enrobés

MUCINUM comprimés enrobés MUCINUM, comprimés enrobés Notice - Page 1 sur 5 Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Plus en détail

GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION

GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION Inf. M.P GILLES - Exp. S. GUINARD - JNISP 2008 FICHE DE GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION Le personnel SSSM s appuie sur différents paramètres:

Plus en détail

Cas Clinique. Dr BOUSSELMI K Les Vendredis de la Réanimation. 30/4/2010

Cas Clinique. Dr BOUSSELMI K Les Vendredis de la Réanimation. 30/4/2010 Cas Clinique. Dr BOUSSELMI K Les Vendredis de la Réanimation. 30/4/2010 Patiente H.M âé âgée de 35 ans admise pour lésions bulleuses au niveau de deux jambes. ATCDS : dysthyroidie y (opérée pour nodule

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Complejo Las Musas - Salta 271 - www.complejolasmusas.com.ar - info@complejolasmusas.com.ar

Complejo Las Musas - Salta 271 - www.complejolasmusas.com.ar - info@complejolasmusas.com.ar Curiosités de la SPA Douche écossaise La douche écossaise est d'utiliser l'eau comme agent thérapeutique, résultant d'une hydrothérapie. Le massage est causée par une combinaison d'un flux vertical de

Plus en détail

Démarche clinique infirmière

Démarche clinique infirmière Démarche clinique infirmière Date du recueil : Recueil de données (Anamnèse) à partir des 14 besoins de V. Henderson Ce recueil de données peut être initial (à l'arrivée du patient) ou actualisé Besoins

Plus en détail

Complications de la stimulation ovarienne

Complications de la stimulation ovarienne Complications de la stimulation ovarienne Effets secondaires des médicaments Le syndromes d hyperstimulation Torsion d annexe Risque de cancer Ménopause précoce P.Piver, DES C2010 Effets secondaires des

Plus en détail

Item 176 : Prescription et surveillance des diurétiques

Item 176 : Prescription et surveillance des diurétiques Item 176 : Prescription et surveillance des diurétiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2

Plus en détail