Correction des exercices BAC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Correction des exercices BAC"

Transcription

1 Correction des exercices BAC Thème 1A Génétique et évolution Partie 1. Exercices permettant d évaluer les connaissances acquises (8 points) 1 Diversification des espèces Ce sujet est très vaste et reprend toutes les connaissances des deux premiers chapitres du thème 1A. Il conviendra d être exhaustif et de ne prendre qu un seul exemple à chaque fois pour traiter le sujet dans le temps imparti. Dans le cas des brassages génétiques, il faudra s appuyer sur un exemple pour montrer les effets des brassages inter et intrachromosomiques ainsi que la réalisation d un échiquier de croisement pour montrer la diversité génétique potentielle des zygotes. Introduction La biodiversité implique non seulement la diversité des espèces, mais aussi la diversité au sein des espèces, qu elle soit d origine génétique ou non. Comment expliquer une telle diversification génétique des êtres vivants? Nous verrons dans un premier temps les mécanismes génétiques expliquant la diversité des espèces, avant de nous intéresser à ceux à l origine d une diversité intraspécifique. Plan proposé 1. Les mécanismes génétiques expliquant la diversité des espèces a) Mécanismes induisant une modification des génomes b) Mécanismes affectant les gènes du développement c) Mécanismes induisant une augmentation du nombre de gènes 2. Les mécanismes induisant une diversité au sein des espèces a) le brassage génétique induit par la méiose b) le brassage génétique induit par la fécondation Notions attendues Des mécanismes de diversification des génomes existent : hybridations suivies de polyploïdisation (voir chapitre 2, activité 1 p.36-37), transfert horizontal de gènes, S agissant des gènes impliqués dans le développement, des variations dans la chronologie, l intensité ou la durée d expression des gènes peuvent entraîner des variations entre organismes (voir le chapitre 4 sur les différences Homme / Chimpanzé ou le chapitre 2 activité 2 p.38-39). NATHAN 2012 SVT Term S Livre du professeur Exercices BAC Thème 1A 1

2 Des anomalies au cours de la méiose peuvent aboutir à un crossing-over inégal qui peut parfois être source de diversification à l origine des familles multigéniques (reprendre les pigments rétiniens et la phylogénie des Primates par exemple). Au cours de la méiose, des échanges de fragments de chromatides (crossing-over) se produisent entre chromosomes homologues et constitue un brassage intrachromosomique. Ces chromosomes ainsi remaniés subissent un brassage interchromosomique produisant une diversité de gamètes potentiellement infinie. Au cours de la fécondation, l union d un gamète mâle et d un gamète femelle conduit à la formation d un zygote, dont la diversité génétique potentielle est immense. Chaque zygote contient une combinaison unique et nouvelle d allèles. Idées d ouverture pour la conclusion Ouvrir sur les mécanismes non génétiques de diversification des êtres vivants comme les associations ou la transmission de comportements. Rappeler l influence de l environnement sur l établissement du phénotype. Possibilité d ouvrir également sur les modifications de la biodiversité au cours du temps, l émergence et la disparition d espèces, 2 Différences Homme / Chimpanzé Ce sujet permet de présenter de manière synthétique les mécanismes qui expliquent les différences anatomiques et comportementales entre ces deux espèces si proches d un point de vue phylogénétique. Introduction L Homme est une espèce comme toute autre d un point de vue évolutif. L espèce qui lui est le plus apparenté d un point de vue phylogénétique est le Chimpanzé. Il est cependant aisé de distinguer un homme d un chimpanzé ou de faire la différence entre deux êtres humains. Ainsi, en dehors de la diversification génétique qui résulte de l association des mutations et du brassage génétique au cours de la méiose et de la fécondation, quels sont les mécanismes qui expliquent les différences entre l Homme et le Chimpanzé ainsi qu une partie des différences observées au sein des deux espèces. Nous expliquerons dans un premier temps les mécanismes qui expliquent les différences entre les deux espèces, avant de présenter quelques mécanismes qui expliquent les différences phénotypiques au sein de chaque espèce. Plan proposé 1. Les origines de la différence entre les phénotypes de l Homme et du Chimpanzé 2. Des mécanismes non génétiques de différences au sein des hommes et des chimpanzés Notions attendues L Homme et le Chimpanzé sont très proches d un point de vue génétique. Les différences s expliquent surtout par des différences dans la position et la chronologie d expression de certains gènes. Ainsi que sur la durée du développement pré et postnatal (voir chapitre 4, activité 2 p et les gènes HAR1 et MYH16) NATHAN 2012 SVT Term S Livre du professeur Exercices BAC Thème 1A 2

3 Le phénotype humain, comme celui du Chimpanzé, s acquiert au cours du développement pré et postnatal, sous l effet de l interaction entre l expression de l information génétique et l environnement (dont la relation aux autres individus). Exemples du phénotype lactase persistant, l importance de la communication entre individus dans l apprentissage de comportements. Chez les Vertébrés (dont l Homme et le Chimpanzé), le développement de comportements nouveaux, transmis d une génération à l autre par voie non génétique est aussi source de diversité : langage, utilisation d outils, etc. (Prendre l exemple de la diversité des langues en Europe.) Idées d ouverture pour la conclusion Il est possible d ouvrir sur les mécanismes génétiques expliquant les différences au sein d une espèce (brassages génétiques) ou généraliser sur les mécanismes à l origine d une diversité des espèces et montrer que ce qui a été vu pour l Homme et le Chimpanzé est généralisable à l ensemble des êtres vivants. 3 L évolution des espèces 1. b 2. a 3. c 4. d Partie 2. Exercices permettant d évaluer la pratique du raisonnement (3 points) 4 La diversité de la descendance chez des drosophiles 1. b 2. d 3. a 4. a 5 La défense chimique des plantes D après le document 2, le cyanure résulte de la transformation de composés cyanogéniques par des enzymes particulières. Or, d après le document 1, les composés cyanogéniques sont localisés dans la vacuole des cellules alors que les enzymes qui permettent la production de cyanures sont situées dans le cytoplasme. Les deux éléments n étant pas en contact dans la cellule, il n y a donc pas production de cyanure, ce qui ne perturbe pas l activité des mitochondries de la plante. En revanche, un herbivore qui se nourrirait de cette plante broierait les cellules, ce qui mettrait en contact les enzymes étudiées avec les composés cyanogéniques, d où la formation de cyanure qui protège la population de Renoncule Rampante contre les herbivores. Ainsi, la séparation des deux molécules à l origine du cyanure dans l espace permet à la plante de mettre en place une défense chimique sans perturber le fonctionnement de ses mitochondries. Remarque : La protection chimique concerne la partie de la plante restante s il s agit d un très petit herbivore, sinon la protection est plutôt à l échelle de la population, les herbivores empoisonnés mais ayant survécu ne se nourrissant plus de la plante qui les a empoisonnés. L apprentissage de comportements chez certains Vertébrés fait que certains herbivores apprendront à éviter ces plantes qui produisent du cyanure. NATHAN 2012 SVT Term S Livre du professeur Exercices BAC Thème 1A 3

4 Partie 2. Exercice 2 permettant d évaluer la pratique d une démarche scientifique (5 points) 6 Résistance des moustiques aux insecticides Ce sujet est l occasion de montrer une application des mécanismes de la sélection naturelle à une situation qui concerne directement l Homme dans la lutte contre les parasites. Éléments de correction : Le document 1 montre que des moustiques sensibles possèdent des estérases A et B. Or les taches correspondant aux estérases A et B sont beaucoup plus intenses dans les moustiques résistants, ce qui montre que ces moustiques possèdent beaucoup plus d estérases que les moustiques sensibles aux insecticides organophosphorés. Les estérases doivent donc être des enzymes qui protègent les moustiques des effets de l insecticide. Le document 2 montre que les moustiques sensibles ont un exemplaire du gène de l estérase A et un gène codant pour l estérase B. Or les moustiques résistants aux insecticides organophosphorés possèdent cinq exemplaires des gènes codant pour les estérases A et B, ils produisent donc potentiellement cinq fois plus d estérase que les moustiques sensibles, ce qui explique leur résistance aux insecticides et les quantités d estérases visibles dans le document 1. La souche E possède quant à elle neuf exemplaires du gène codant pour l estérase B, ce qui entraîne la production d une grande quantité de cette enzyme à l origine de sa résistance. Ainsi, l apparition d individus résistants aux insecticides résulte d une anomalie dans la méiose qui a entraîné une duplication des gènes codant pour les estérases, ce qui a rendu les moustiques porteurs de ces duplications résistants aux insecticides. Le document présente la fréquence de souches résistantes aux insecticides en 1968 et en 2002 selon la distance à la zone de traitement. En 1968, la très grande majorité des souches est sensible aux insecticides et cette fréquence est constante quelle que soit la distance à la zone de traitement aux insecticides. En 2002, plus de 80 % des moustiques sont résistants aux insecticides dans la zone de traitement et cette fréquence diminue proportionnellement à la distance à la zone de traitement. Cette fréquence reste cependant toujours supérieure à 20 % des souches. Or les insecticides exercent une pression de sélection sur les moustiques. Seuls les moustiques résistants ont pu survivre et se reproduire. Or cette résistance est d origine génétique, ils ont donc pu transmettre leur résistance à leur descendance. La zone étant régulièrement traitée, seuls les moustiques à chaque génération ont pu se reproduire, augmentant ainsi la proportion de moustiques résistants aux insecticides organophosphorés. Pour résumer, l apparition d une résistance aux insecticides organophosphorés chez le Moustique résulte d une duplication des gènes codant pour les estérases A et/ou B. L augmentation du nombre d individus résis-tants dans les populations est la conséquence de la sélection naturelle, l insecticide sélectionnant et favorisant la reproduction des individus résistants à cette pression de sélection. NATHAN 2012 SVT Term S Livre du professeur Exercices BAC Thème 1A 4

5 7 Une histoire de fraises Ce sujet est l occasion d aller un peu plus loin sur le lien entre pollinisation et formation des fruits grâce à la mise en relation de trois documents. D après le document 1, les fraisiers cultivés en plein champ ont une masse moyenne de 37 g et un nombre moyen d akènes de 445 alors que les fraisiers cultivés sous abris ont une masse quatre fois plus faible et un nombre d akène très réduit, c est-à-dire qu il y a eu dix fois moins de fécondation par rapport à la situation témoin. Ces résultats suggèrent qu il existe un lien entre la taille des fraises et le nombre d akènes, c est-à-dire le nombre de fécondation. Il s agit d une corrélation. Le document 2 compare la masse de la fraise en fonction du nombre d akènes fécondés. Plus le nombre d akènes fécondés est élevé, plus la masse de la fraise est conséquente. Il existe donc un lien entre la taille de la fraise et la fécondation de la fleur de fraisier. Les expériences du document 3 montrent qu en l absence d akènes, la fraise ne se développe pas alors qu elle se développe en présence d akènes, ce sont donc bien les akènes qui induisent l augmentation de masse des fraises. L ajout d auxine, une molécule sécrétée par certaines cellules végétales, induit une augmentation de taille de la fraise qui devient comparable à la fraise témoin. Ces résultats suggèrent que les akènes induisent le développement de la fraise en induisant la production d auxine qui agit sur les cellules du réceptacle floral, entraînant son développement. Ainsi, les fraisiers sont vraisemblablement pollinisés par le vent. La transformation des carpelles en akènes entraîne la production d auxine qui permet le développement du réceptacle floral à l origine de la formation des fraises. NATHAN 2012 SVT Term S Livre du professeur Exercices BAC Thème 1A 5

La diversification des génomes

La diversification des génomes Partie Biologie IA -- Partie Le IV - La biodiversité et sa dynamique C - La diversification des génomes La diversification des génomes 1. Brassage et diversification : la reproduction sexuée 2 Les gamètes

Plus en détail

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Microbiologie Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Partie 2 : La transduction I. Les vecteurs de la transduction : les bactériophages La transduction est un phénomène

Plus en détail

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3.

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3. Exercice 1. AP SVT On cherche à comprendre le mode de transmission de deux caractères chez la Drosophile, organisme diploïde. Effectuez une analyse génétique pour expliquer les résultats des croisements

Plus en détail

I)Les différentes étapes de la division cellulaire. 1) Les chromosomes Caryotype, chromosomes, chromatine, condensation et compaction de l ADN

I)Les différentes étapes de la division cellulaire. 1) Les chromosomes Caryotype, chromosomes, chromatine, condensation et compaction de l ADN Mercredi 02/09/15 Thème 1a - TP 1 : Le déroulement de la division cellulaire (= mitose) Microscope optique, acquisition numérique d image, titres, légendes et intégration dans un autre logiciel / Racines

Plus en détail

Partie 3 : La biodiversité et sa dynamique. Chapitre III : La diversification des génomes

Partie 3 : La biodiversité et sa dynamique. Chapitre III : La diversification des génomes Partie 3 : La biodiversité et sa dynamique Chapitre III : La diversification des génomes La résistance aux antibiotiques chez les eubactéries Un exemple d antibiogramme http://geniebio.ac-aixmarseille.fr/zimages/spip.php?article172&id_do

Plus en détail

Chapitre VI : Génétique Bactérienne

Chapitre VI : Génétique Bactérienne Chapitre VI : Génétique Bactérienne La biologie moléculaire est née dans les laboratoires de microbiologistes étudiant des virus et des bactéries telles que E.coli. Ce sont des expériences avec des virus

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

Les virus et les bactéries

Les virus et les bactéries Les virus et les bactéries Les bactéries sont des procaryotes. Une cellule procaryote est plus petite et plus simple qu une cellule eucaryote. Les virus sont encore plus petits et plus rudimentaires. Les

Plus en détail

Nom : Groupe : 18 avril 2016 Test 3OC (45 ) B. Emery Génétique moléculaire des procaryotes COPAD

Nom : Groupe : 18 avril 2016 Test 3OC (45 ) B. Emery Génétique moléculaire des procaryotes COPAD Nom : Groupe : 18 avril 2016 Test 3OC (45 ) 3BCoc B. Emery Génétique moléculaire des procaryotes COPAD Aucun document autorisé (ni personnel, ni fourni). Les réponses doivent figurer sur l énoncé. Écrivez

Plus en détail

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Jean-Michel SOMMER Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Brigitte MUNOZ PEREZ Démographe - C.E.R.C.R.I.D. - UMR 5137, Université de Lyon, Université

Plus en détail

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Travailler avec des micro-organismes Les procaryotes comprennent

Plus en détail

Transfert de gènes chez les procaryotes

Transfert de gènes chez les procaryotes 9 janvier 2010 RT : Marie Beaufrère Pr. Claire Poyard RL : Pierre-Henri Jacquin Transfert de gènes chez les procaryotes I/ Transduction II/ Transformation III/ Conjugaison IV/ Plasmides V/ Systèmes de

Plus en détail

Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?*

Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?* Primary 2001;1:729 733 Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?* Les nombreuses modalités d exercice et les innovations que la médecine générale connaît aujourd hui incitent à réfléchir sur sa

Plus en détail

CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE

CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION SPECIALE D ENTRAINEMENT N 1 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L Durée de l'épreuve : 1h30 - Usage de la calculatrice autorisé CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE PARTIE 1 : REPRÉSENTATION

Plus en détail

BISCUITERIE L ALSACIENNE, MAISONS-ALFORT

BISCUITERIE L ALSACIENNE, MAISONS-ALFORT BISCUITERIE L ALSACIENNE, MAISONS-ALFORT Archives du service Publicité. 1974-1979 Autocollant en forme de la jeune Sophie (175J 15). Communicabilité : Immédiate Répertoire numérique détaillé établi par

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

Connaître son poids naturel et l accepter

Connaître son poids naturel et l accepter Connaître son poids naturel et l accepter Elodie Liénard, Psychologies.com Mieux vivre sa vie Et si notre poids était aussi génétiquement déterminé que l est notre taille? Et si notre organisme régulait

Plus en détail

Introduction. Reconnaissance récente du rôle des hautes terres. comme contribution à l équilibre écologique général

Introduction. Reconnaissance récente du rôle des hautes terres. comme contribution à l équilibre écologique général Colloque International : L eau en montagne «Gestion intégrée des hauts bassins versants» Megève 5-6 septembre 2002 ----------------------------- Aspect sociologique des comportements humains en montagne

Plus en détail

Famille multigénique des gènes des pigments rétiniens : origine scénario possible -

Famille multigénique des gènes des pigments rétiniens : origine scénario possible - Famille multigénique : duplication, transposition et mutation M M M M M M M Gène Gène 1 issu du gène Gène 2 issu du gène M= mutation ponctuelle = création d une copie accidentelle d un gène sur le même

Plus en détail

Lutte physique contre les bio-agresseurs au Bénin : Amélioration sur chou et extension à la tomate

Lutte physique contre les bio-agresseurs au Bénin : Amélioration sur chou et extension à la tomate Lutte physique contre les bio-agresseurs au Bénin : Amélioration sur chou et extension à la tomate Projet BioNetAgro (2010-2013) A To Z Textile Mills Ltd Faustin VIDOGBENA: SFOC/CeRPA ATLANTIQUE-LITTORAL

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

Sciences de l Ingénieur

Sciences de l Ingénieur Sciences de l Ingénieur PROJET PANNEAU SUIVEUR COMMENT CONCEVOIR UN SUPPORT MÉCANIQUE QUI PUISSE MODIFIER EN PERMANENCE L'ANGLE D'INCLINAISON PAR RAPPORT AU SOL, COUPLÉ AVEC UN SYSTÈME ÉLECTRIQUE QUI PERMET

Plus en détail

2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE. GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles

2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE. GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles 2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles 0 Introduction Nous sommes quatre élèves de terminale S au lycée Hoche de Versailles : Cyril

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI La présente application informatique a été élaborée par l Ademe (Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie www.ademe.fr ) pour répondre à la mission confiée

Plus en détail

INTRODUCTION. Mise en contexte

INTRODUCTION. Mise en contexte Étude des distributions de racines fines d arbres et de fourrage en fonction de la profondeur et de la distance aux arbres dans un système agroforestier de cultures intercalaires Léa BOUTTIER, étudiante

Plus en détail

Essai en vibration sécurisé avec le logiciel VibControl de m+p international

Essai en vibration sécurisé avec le logiciel VibControl de m+p international Essai en vibration sécurisé avec le logiciel VibControl de m+p international L essai en vibration, quand il est réalisé correctement, est un outil précieux pour chaque laboratoire ou pour chaque ligne

Plus en détail

Capteurs en fibres optiques

Capteurs en fibres optiques Heig-vd OTI Optique Classe MI 2009 El Maudni El Alami Samir Prof. resp. : M. Zago Le 6 février 2009 Capteurs en fibres optiques Table des matières Page 1 Introduction... 3 1.1 Une technologie récente...

Plus en détail

Vers un éco-système Open Source

Vers un éco-système Open Source Vers un éco-système Open Source GéoEvénement 2007 www.camptocamp.com www.waynasoft.com Introduction à l'économie logicielle libre Une industrie logicielle en pleine mutation depuis 2000 Une industrie logicielle

Plus en détail

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Laboratoire d Automatique POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Projet de Semestre / Eté Année académique 2004 / 2005 Jean Martial Miamo Nguekam Etudiant en 4 ième année Electricité Dr. Denis Gillet

Plus en détail

CMTC CODE : TAG 0721

CMTC CODE : TAG 0721 R é p u b l i q u e Al g é r i e n n e D é m o c r a t i q u e e t P o p u l a i r e Ministère de la Formation et de l enseignement Professionnels Institut National de la Formation المعھد الوطني للتكوين

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Emploi 3 Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Jean-François Giret, Emmanuelle Nauze-Fichet, Magda Tomasini * Les nouvelles générations d actifs sont beaucoup plus diplômées qu il y a trente

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

En préambule, Julien Desplat résume. table ronde. Météorologie et génie climatique

En préambule, Julien Desplat résume. table ronde. Météorologie et génie climatique 13 Le 12 avril dernier, le temps était au beau fixe dans les locaux de l AICVF, qui accueillaient Francis Meunier (CNAM), Serge Haouizée (Costic), Julien Desplat (Météo-France), Amédy Doucouré (Climespace

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN DU THEATRE PRIVE 48 rue de Laborde 75008 PARIS Tél. : 01-42-27-45-97 / Fax : 01-40-54-83-73 STATUTS

ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN DU THEATRE PRIVE 48 rue de Laborde 75008 PARIS Tél. : 01-42-27-45-97 / Fax : 01-40-54-83-73 STATUTS ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN DU THEATRE PRIVE 48 rue de Laborde 75008 PARIS Tél. : 01-42-27-45-97 / Fax : 01-40-54-83-73 STATUTS Adoptés par le Conseil d administration et L Assemblée générale du 23 avril

Plus en détail

flydrn767 Introduction / Mise en garde. La formation des pilotes professionnels virtuels pour qui et comment. Le contenu de la formation.

flydrn767 Introduction / Mise en garde. La formation des pilotes professionnels virtuels pour qui et comment. Le contenu de la formation. flydrn767 Introduction / Mise en garde. La formation des pilotes professionnels virtuels pour qui et comment. Le contenu de la formation. Les conditions de participation à la formation. Introduction Tout

Plus en détail

S4 Famille vs maisonnée. ie kazoku. modèle traditionnel / moderne

S4 Famille vs maisonnée. ie kazoku. modèle traditionnel / moderne S4 Famille vs maisonnée ie kazoku modèle traditionnel / moderne Caractéristiques du Ie - «le ie est un groupe social fondé sur un lieu de résidence fixe et peut être aussi cellule de production» - les

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) BMC 403 Interface Immunologie-Microbiologie-Environnement février 2007

Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) BMC 403 Interface Immunologie-Microbiologie-Environnement février 2007 Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) BMC 403 Interface Immunologie-Microbiologie-Environnement février 2007 Durée de l épreuve : 2 heures Vous devez obligatoirement traiter les sujets I et II sur

Plus en détail

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers L Homme a besoin de matière et d énergie. La croissance démographique place l humanité face à un enjeu majeur : trouver et exploiter des ressources

Plus en détail

LE MARKETING DES SERVICES

LE MARKETING DES SERVICES 1 LE MARKETING DES SERVICES AUTEURS Plusieurs auteurs coordonnés par Philippe Callot : responsable du département marketing/vente de l ESCEM (Ecole Supérieure de Commerce Et de Management) de Tours-Poitiers

Plus en détail

NiceLabel Version 5.1 Enterprise Series. Notes de mise à jour. Rev-0911. 2007 Euro Plus & Niceware International, LLC Tous droits réservés.

NiceLabel Version 5.1 Enterprise Series. Notes de mise à jour. Rev-0911. 2007 Euro Plus & Niceware International, LLC Tous droits réservés. NiceLabel Version 5.1 Enterprise Series Notes de mise à jour Rev-0911 2007 Euro Plus & Niceware International, LLC Tous droits réservés. Head Office Euro Plus d.o.o. Poslovna cona A2 4208 Šenčur Slovenia

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Cahier des normes graphiques essentielles

Cahier des normes graphiques essentielles Mars 006 agence conseil en stratégies de marques www.moswo.com Moswo est une entreprise One Moswo Le sommaire. L identité visuelle des CCI Nantes St-Nazaire : affirmer puissance et élégance. En 006, les

Plus en détail

TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE»

TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE» Mise à jour du 20 mai 2010 TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE» Guide incluant la procédure de téléchargement d un logiciel gratuit Ce tutoriel est un pas-à-pas très détaillé. Cette prise de parti explique

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

ATELIER 3 Comment entraîner une large adhésion et participation des citoyens pour accompagner la préservation et à la reconquête de la biodiversité?

ATELIER 3 Comment entraîner une large adhésion et participation des citoyens pour accompagner la préservation et à la reconquête de la biodiversité? ATELIER 3 Comment entraîner une large adhésion et participation des citoyens pour accompagner la préservation et à la reconquête de la biodiversité? Donner des moyens à l AFB grâce aux redevances Il existe

Plus en détail

DEUG2 Sciences de la vie

DEUG2 Sciences de la vie UNIVERSITÉ DE TOULON ET DU VAR U.F.R. de Sciences et techniques DEUG2 Sciences de la vie ANNALES D EXAMENS 2000-2001 UNIVERSITE DE TOULON ET DU VAR 7 NOVEMBRE 2000 Faculté des Sciences et Techniques La

Plus en détail

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45.

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Article «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/44308ac Note :

Plus en détail

Ronéo BRUN MI6 Groupe 5 (Elvira+Julie) Physiologie LA GLANDE THYROIDE. A- Présentation de la glande thyroïde

Ronéo BRUN MI6 Groupe 5 (Elvira+Julie) Physiologie LA GLANDE THYROIDE. A- Présentation de la glande thyroïde Ronéo BRUN MI6 Groupe 5 (Elvira+Julie) Physiologie LA GLANDE THYROIDE A- Présentation de la glande thyroïde Glande à forme générale de papillon, constituée de 2 lobes reliés par un isthme et d un prolongement

Plus en détail

obligation de sécurité de résultat de l'employeur

obligation de sécurité de résultat de l'employeur obligation de sécurité de résultat de l'employeur Obligation de sécurité de résultat et sentiment d insécurité. Cass.soc, 6 octobre 2010, n 08-45.609 La Cour de cassation considère que le «sentiment d

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale»

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» 1 Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» Actuellement, plus de 100 Conseils locaux de santé mentale (Clsm) sont opérationnels dont plus de la moitié ont une

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES Ref : DRC 2005 CHEN 05.0674/ RNg/CLE le 06/12/2005 NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES 1 OBJET Cette note a été rédigée dans le but de mettre en avant trois points importants concernant

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples receveurs L accueil d embryons Sommaire Du couple donneur au couple receveur 3 L accompagnement médical et l encadrement juridique de

Plus en détail

Production de soja et Critères de Bâle: les faits

Production de soja et Critères de Bâle: les faits Production de soja et Critères de Bâle: les faits Utilisation du soja Environ 85% de la production mondiale de soja est destinée au fourrage. Le soja apporte non seulement protéines et lipides essentiels

Plus en détail

Exercice de rappel sur les virus

Exercice de rappel sur les virus Exercice de rappel sur les virus 1- Vrai ou Faux (justifier lorsque la proposition est fausse) - Toutes les particules virales possèdent obligatoirement une capside faites de protéines et du matériel génétique

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Charte graphique Introduction La Vernière, basée sur Cusset est une Association de Sports et de Loisirs adaptés. Il s agit d une équipe de bénévoles et de professionnels qui adapte, organise, encadre et

Plus en détail

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CCITT E.140 COMITÉ CONSULTATIF (08/92) INTERNATIONAL TÉLÉGRAPHIQUE ET TÉLÉPHONIQUE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE

Plus en détail

Innovation pour l apprenant, innovation pour l enseignant

Innovation pour l apprenant, innovation pour l enseignant Innovation pour l apprenant, innovation pour l enseignant Sophie Bailly, Emmanuelle Carette Crapel, université de Nancy 2, France Résumé Dans le cadre de la formation en FLE offerte par le Defle (département

Plus en détail

Charte du Système d information sur la nature et les paysages (SINP) et de l observatoire régional de la biodiversité (ORB) de la région Centre Val

Charte du Système d information sur la nature et les paysages (SINP) et de l observatoire régional de la biodiversité (ORB) de la région Centre Val Charte du Système d information sur la nature et les paysages (SINP) et de l observatoire régional de la biodiversité (ORB) de la région Centre Val de Loire Version 1.0 adoptée le 8 septembre 2015 Préambule

Plus en détail

Etude portant sur l évaluation des pôles de compétitivité

Etude portant sur l évaluation des pôles de compétitivité Etude portant sur l évaluation des pôles de compétitivité Chapitre 5 : les pôles et leur environnement 15 juin 2012 Sommaire 5. LES POLES ET LEUR ENVIRONNEMENT... 3 5.1. Des collaborations inter-pôles,

Plus en détail

Chapitre 2 : MEIOSE ET FECONDATION : STABILITE ET BRASSAGE GENETIQUE DE L ESPECE

Chapitre 2 : MEIOSE ET FECONDATION : STABILITE ET BRASSAGE GENETIQUE DE L ESPECE Chapitre 2 : MEIOSE ET FECONDATION : STABILITE ET BRASSAGE GENETIQUE DE L ESPECE Introduction : Tous les individus d une même espèce sont caractérisés par un ensemble de gènes qui sont transmis de génération

Plus en détail

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68 Service d Optimisation et de Lancement pour l Entreprenariat 2016 Catalogue Formation des SOLen Technopôle Lahitolle Elus locaux 6 rue Maurice Roy 18000 Bourges Tel. 02 46 08 10 68 Organisme agréé par

Plus en détail

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG)

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images

Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images Hadi Akram LRSD, Département d informatique, Faculté des Sciences, Université Ferhat Abbas-Sétif 1, Algérie. akram_ha9@yahoo.fr Hadi

Plus en détail

Éternelle genèse. Jacques Neefs

Éternelle genèse. Jacques Neefs Jacques Neefs Éternelle genèse «Je vois que je ne peux compter que sur une seule ressource : la création perpétuelle qui sort de mon encrier!» Balzac, à Madame Hanska 1. Hugo célébra, lors des funérailles

Plus en détail

Compte-rendu de stage rédigé par Mylène Cabour et Yann Soulier

Compte-rendu de stage rédigé par Mylène Cabour et Yann Soulier Entre mémoire et histoire : le témoignage, enjeux et avenir Compte-rendu de stage rédigé par Mylène Cabour et Yann Soulier Stage de formation organisé à la maison d Izieu avec le soutien de la Direction

Plus en détail

ANNÉE DE L ENSEIGNEMENT BIOLOGIE PRIMAIRE

ANNÉE DE L ENSEIGNEMENT BIOLOGIE PRIMAIRE ÉVALUATION EXTERNE NON CERTIFICATIVE 2015 ÉVALUATION ÉVEIL EXTERNE INITIATION NON CERTIFICATIVE SCIENTIFIQUE 2014 MATHÉMATIQUES 3 e S CI E NCE S ANNÉE DE L ENSEIGNEMENT BIOLOGIE PRIMAIRE BIOLOGIE CHIMIE

Plus en détail

Optique. Chapitre 1 : Visibilité. Propagation de la lumière

Optique. Chapitre 1 : Visibilité. Propagation de la lumière 2 e B et C 1 Visibilité. Propagation de la lumière 1 Optique L optique est l étude des phénomènes lumineux, donc de tous les phénomènes qui se rapportent aux ondes électromagnétiques visibles. Nous nous

Plus en détail

GUIDE POUR LA COMPREHENSION ET L APPLICATION DE LA LEGISLATION SUR LES GROUPE D INITIATIVE COMMUNE. Loi N 92/006 du 14 août 1992

GUIDE POUR LA COMPREHENSION ET L APPLICATION DE LA LEGISLATION SUR LES GROUPE D INITIATIVE COMMUNE. Loi N 92/006 du 14 août 1992 GUIDE POUR LA COMPREHENSION ET L APPLICATION DE LA LEGISLATION SUR LES GROUPE D INITIATIVE COMMUNE Loi N 92/006 du 14 août 1992 Relative aux sociétés coopératives et aux groupes d initiative commune ;

Plus en détail

Usages des technologies numériques dans le cadre de la protection de l enfance

Usages des technologies numériques dans le cadre de la protection de l enfance Usages des technologies numériques dans le cadre de la protection de l enfance L'exemple des communications à distance dans le cadre du placement en assistance éducative François Sorin Educateur spécialisé

Plus en détail

Assistance Médicale à la Procréation (AMP) : Aspects Médicaux et Ethiques.

Assistance Médicale à la Procréation (AMP) : Aspects Médicaux et Ethiques. Assistance Médicale à la Procréation (AMP) : Aspects Médicaux et Ethiques. Docteurs Marie-Laure Camp (biologiste), Anastasie Lymperopoulou (gynécologue- obstétricienne), Définition : et Marie-Dominique

Plus en détail

HUIT CONSEILS POUR GÉRER LE CHANGEMENT

HUIT CONSEILS POUR GÉRER LE CHANGEMENT HUIT CONSEILS POUR GÉRER LE CHANGEMENT Une entreprise qui veut assumer sa responsabilité sociétale doit inévitablement modifier un certain nombre d habitudes, de règles, de processus. Pour mener à bien

Plus en détail

Guide de paramétrage d'apogée pour la remontée individuelle des résultats aux diplômes

Guide de paramétrage d'apogée pour la remontée individuelle des résultats aux diplômes - DOSSIER - Guide de paramétrage d'apogée pour la remontée individuelle des résultats aux diplômes DÉPARTEMENT EDITION INTÉGRATION Auteur : AMUE - Pôle formation,vie de l'étudiant Date de création : 16

Plus en détail

Edito. Sommaire. contre le cancer. Les événements Vaincre le Cancer. Bulletin d information n 48 - Novembre 2013. Challenge Nathalie 2013

Edito. Sommaire. contre le cancer. Les événements Vaincre le Cancer. Bulletin d information n 48 - Novembre 2013. Challenge Nathalie 2013 nwl_mise en page // :5 Page Dossier : L expérimentation au service de la recherche Les événements Vaincre le Cancer contre le cancer Challenge Nathalie 0 Le challenge a été crée par Carla et Daniel VIGNERON,

Plus en détail

Lire l image. Observer l'image comme un objet, permet d'en décrire la géométrie.

Lire l image. Observer l'image comme un objet, permet d'en décrire la géométrie. Lire l image Observer l'image comme un objet, permet d'en décrire la géométrie. A. Le cadre L'image inscrit le réel dans un cadre plus ou moins souligné rectangulaire, carré, losangé, ovale, circulaire.

Plus en détail

Chapitre 2 La diversification du vivant

Chapitre 2 La diversification du vivant Chapitre 2 La diversification du vivant 1 Introduction Méiose et fécondation : sources de diversité Mutations germinales : processus fondamental de diversification génétique, générateur de biodiversité

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE ACTION

FICHE DESCRIPTIVE ACTION FICHE DESCRIPTIVE ACTION RAPPEL : Les actions proposées peuvent concerner aussi bien des projets de sensibilisation à l égalité femmeshommes au sein des écoles d ingénieurs ou dans la sphère professionnelle.

Plus en détail

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Recherche sociologique sur le groupe professionnel des médecins de

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE

LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE SPECIALITE : TECHNICO-COMMERCIAL EN PRODUITS INDUSTRIELS Arrêté d habilitation : 20014020 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

POLITIQUE LOCALE D INCLUSION DE LOGEMENTS ABORDABLES. Dans les projets résidentiels

POLITIQUE LOCALE D INCLUSION DE LOGEMENTS ABORDABLES. Dans les projets résidentiels POLITIQUE LOCALE D INCLUSION DE LOGEMENTS ABORDABLES Dans les projets résidentiels Juin 2015 MOT DU MAIRE C est chargé d espoir que je vous présente la Politique locale d inclusion de logements abordables

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AÉRONAUTIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES APPLIQUÉES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AÉRONAUTIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES APPLIQUÉES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AÉRONAUTIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES APPLIQUÉES SESSION 2011 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y

Plus en détail

FEDRE Forum européen

FEDRE Forum européen FEDRE Forum européen Changements climatiques: Energie et Mobilité Genève, 23-27 janvier 2006 1. Introduction Développement des biocarburants en Europe: situation actuelle et perspectives Dr E. Gnansounou

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

jccayer @cmontmorency.qc.ca

jccayer @cmontmorency.qc.ca PLAN DE COURS Titre du cours : Calcul Différentiel Numéro du cours : 201-NYA-05 Programme : Sciences de la Nature 200.B0 Pondération : 3-2-3 Session : Hiver 2011 Enseignant : Jean-Claude Cayer Département

Plus en détail

paysage et politiques territoriales : la prise en compte du paysage dans l aménagement du territoire. le cas de la vallée de la loire

paysage et politiques territoriales : la prise en compte du paysage dans l aménagement du territoire. le cas de la vallée de la loire Plan Loire Grandeur Nature 2007-2013 10 e réunion de travail de la plateforme Recherche/Données/Information - 18/05/2010 paysage et politiques territoriales : la prise en compte du paysage dans l aménagement

Plus en détail

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Université Bordeaux 1 INF569 Master d informatique Logique et Langages (2 - partie 2) Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Anne Dicky 7 novembre 2009 Table des matières 1 Exemples de points fixes

Plus en détail

MUSEES ET PATRIMOINE DU MINISTERE DE LA DEFENSE EN PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Jean-Louis Riccioli, conseiller pour les musées

MUSEES ET PATRIMOINE DU MINISTERE DE LA DEFENSE EN PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Jean-Louis Riccioli, conseiller pour les musées MUSEES ET PATRIMOINE DU MINISTERE DE LA DEFENSE EN PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Jean-Louis Riccioli, conseiller pour les musées 83 Fréjus - vitrine du musée des Troupes de Marine Musée des Troupes de Marine

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse.

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse. Page 1 sur 10 1. Définition. C est une méthode de séparation, non destructrice en son principe, basée sur le fait que le coefficient de partage d un soluté entre deux phases dépend de la nature du soluté,

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Projet d Aménagement et de Développement Durables (PADD) Rappel sur le Projet d Aménagement et de Développement Durables

Plus en détail

L assurance chômage en Europe

L assurance chômage en Europe L assurance chômage en Europe Unédic - 18 octobre 2012 AJIS Principes fondateurs de la protection sociale Deux logiques Les systèmes de protection sociale appartiennent à deux grandes familles - ceux qui

Plus en détail

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic UE DE CULTURE GENERALE INITIATION A LA CONDUITE DE PROJET DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic fduclot@univ-montp2.fr ltelley@univ-montp2.fr PARTENARIAT Introduction - Qu est qu un partenariat? - Comment trouver

Plus en détail

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine SISU Doctorante en lettres Universités de Wuhan et de Bordeaux 3 Résumé : Lors de nos recherches

Plus en détail

CHAPITRE 3 LES MUTATIONS.

CHAPITRE 3 LES MUTATIONS. 1 CHAPITRE 3 LES MUTATIONS. 1. Introduction 1.1. Définition. Les mutations sont des changements brusques et d emblée héréditaires de l'information génétique. L'information héréditaire est normalement stable,

Plus en détail

Créer une simple application Java avec netbeans. Par Ahcène BOUNCEUR

Créer une simple application Java avec netbeans. Par Ahcène BOUNCEUR Créer une simple application Java avec netbeans Par Ahcène BOUNCEUR Janvier 2005 INTRODUCTION Dans cet exemple nous allons vous montrer comment peut-on créer une simple application Java en utilisant l

Plus en détail