L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins"

Transcription

1 Vaccins

2 Exemples d Apport de la Vaccination aux USA Maladie Morbidité Morbidité % Réduction avant vaccination 2003 cas/an cas/an Variole % Diphtérie ,99% Coqueluche ,52% Tétanos ,93% Poliomyélite % Rubéole ,98 Rubéole congén % Oreillons ,98% Rougeole ,99%

3 Vaccination Active 1) Vaccins vivants atténués Viraux : polio orale, rougeole, rubéole, oreillons, fièvre jaune, rotavirus Bactériens : BCG. 2) Vaccins inactivés (tués) Viraux : polio injectable, hépatite A, grippe, encéphalites tiques et japonaise. Bactériens : coqueluche entier (cellulaire). 3) Fractions antigéniques purifiées ou recombinantes Viraux : Hbs de l hépatite B. Bactériens : pneumocoque, méningocoque, typhoïde, haemophilus. 4) Anatoxines (toxines détoxifiées) Toxine diphtérique et tétanique. Vaccination Passive Injection d anticorps spécifiques au décours immédiat d une exposition infectieuse (Tétanos, hépatite B, rage.).

4 Réponse Immunitaire à une Vaccination Active - Humorale (mesure d anticorps spécifiques). - Cellulaire (mesurable par IDR dans le cas du BCG). Pour les vaccins vivants atténués, l immunisation est meilleure et en général une dose vaccinale suffit. Des contrôles peuvent être nécessaires (IDR). Pour les vaccins inactivés, fractionnés ou anatoxines, plusieurs injections successives sont en général nécessaires pour une bonne réponse immunitaire. La 1ère injection s accompagne d une réponse IgM, les suivantes d une réponse IgG spécifique plus durable.

5 Pourcentage de Répondeurs à la suite d une Vaccination bien conduite Rougeole 95% répondeurs Oreillons 90% répondeurs Grippe 70-90% répondeurs; 60% gériatrie Hépatite A 97% répondeurs Hépatite B 97 à 70% répondeurs (décline avec l âge) Haemophilus 97 à 100% répondeurs Diphtérie > 90% répondeurs Méningocoque > 90% répondeurs Coqueluche 71 à 89% répondeurs Pneumocoque 85 à 95% répondeurs Tétanos > 95% répondeurs

6 CALENDRIER VACCINAL ENFANTS

7 CALENDRIER VACCINAL ENFANTS (Suite)

8 CALENDRIER VACCINAL Adultes

9 Contre-Indications aux Vaccins 1) Temporaires - Grossesse : vaccins vivants. - Episode infectieux intercurrent (quel que soit le vaccin). 2) Déficits Immunitaires Congénitaux ou Acquis CI pour les vaccins vivants. Pour les vaccins inactivés, purifiés ou anatoxine, le risque est essentiellement celui d une absence de couverture vaccinale. 3) VIH pas de CI pas les vaccins inactivés purifiés ou anatoxine; pour les vaccins vivants à discuter en milieux spécialisé en fonction du degré d immunodéficience. 4) Contre-Indication Formelle Allergie aux protéines de l œuf - Grippe - Oreillons. Allergie authentifiée préalable au vaccin

10 Utilisation 1) Voie d Administration Orale (polio orale) IM (deltoïde) SC (fosse sus épineuse) Intradermique : BCG, face antérieure avant-bras, bague ± 2) Possibilité de mélange de vaccins dans une même dose vaccina- le (diphtérie-tétanos-polio-coqueluche-haemophilus -hépatite B). Possibilité vaccin vivant dans un bras et atténué dans l autre. 3) Attention à la chaine du froid Transport pharmacie-domicile Ne pas conserver chez soi, date de péremption +++

11 Effets Indésirables La plupart des effets indésirables des vaccins sont très bénins Douleur au point d injection, réaction inflammatoire locale, rash cutané, fébricule. Chez l enfant, les syndromes fébriles sont fréquents : ROR, coqueluche, prescrire des antipyrétiques, bien prévenir les parents, convulsions hyperthermiques possibles. Les effets indésirables graves sont rares: Enceph démyél. 1/10 6 avec vaccin rougeole vs 1/10 3 avec rougeole maladie +++ De nombreuses associations fortuites ont été récusées: ROR et autisme =NON et diabète = NON et allergie = NON Hépatite B et SEP = NON DE TOUTE FACON LA BALANCE BENEFICE RISQUE EST TOUJOURS EN FAVEUR DE LA VACCINATION

12 Réactions Postvaccinales Réactions Mineures et Courantes Vaccin Réaction Fréquence attendue BCG inflammation totale courante Choléra oral? DT Coq (à germe entier) réaction locale (douleur, tuméfaction, jusqu à 50% rougeur) fièvre Encéphalite à tiques réaction locale jusqu à 10% Fièvre jaune réaction locale jusqu à 10% céphalées jusqu à 22% symptômes d allure grippale jusqu à 5% Fièvre typhoïde réaction locale 1 à 10% fièvre, myalgies Hépatite A réaction locale jusqu à 50% Hépatite B réaction locale jusqu à 30% chez adultes 5% chez enfants fièvre 1 à 6% Hib (Haemophilus réaction locale 5 à 15% influenzae b) fièvre 2 à 10% Inf. à pneumocoques réaction locale 30 à 50% Inf. à méningocoques réaction locale bénigne jusqu à 70% Poliomyélite orale aucune injectable aucune Rage réaction locale ou générale 15 à 25% selon vaccin ROR réaction locale jusqu à 10% irritabilité : malaise fièvre jusqu à 5% Rubéole réaction locale jusqu à 10% Tétanos DT dt réaction locale jusqu à 10% malaise général jusqu à 25%

13 Réactions Sévères mais Rares Vaccin Réaction Fréquence attendue pour 1 million de doses b BCG adénopathie + suppuration 100 à ostéite 1 à 700 bécégite généralisée 2 Choléra oral aucune connue DT Coq (à germe entier) pleurs persistants à convulsions 570 hypotonie-hyporéactivité 570 anaphylaxie 20 Encéphalite à tiques aucune connue Fièvre jaune encéphalite 500 à (chez nourrissons de 6 mois) anaphylaxie 5 à 20 insuffisance hépatique très rare Fièvre typhoïde anaphylaxie rare Hépatite A aucune connue Hépatite B anaphylaxie 1 à 2 syndrome Guillain-Barré avec le 5 vaccin tiré du plasma cas signalés d affection démyélinisante sans lien de cause à effet prouvé Hib (Haemophilus influenzae b) aucune connue Inf. à pneumocoques anaphylaxie très rare Inf. à méningocoques anaphylaxie 1 Poliomyélite orale poliomyélite paralytique vaccinale 1,4 à 3,4 injectable aucune connue Rage paralysies (vaccins à base de tissus 17 à 44 cérébraux d origine animale) ROR convulsions fébriles 333 purpura thrombopénique 33 à 45 anaphylaxie 1 à 50 encéphalite 1 Rubéole arthralgies très rares arthrites Tétanos DT Dt névrite brachiale 5 à 10 anaphylaxie 1 à 6

14 Vaccinations du Voyageur Tout type de voyage Diphtérie Tétanos - Polio Hygiène locale précaire Hépatite A Fièvre typhoïde Destination Fièvre jaune Encéphalites à tiques japonaise Saison Méningites A + C ou A+ C + Y + W135 Promiscuité Hépatite B Isolement Médical Rougeole Rage

15 Règles pour la Vaccination contre l Infection La principale contre-indication des vaccins inactivés est une réaction significative lors d une administration antérieure. Les vaccins vivants ne doivent pas être donnés à des femmes enceintes ni à des immunodéprimés, ou lors d une infection aiguë. Si deux vaccins vivants sont nécessaires, ils doivent être administrés soit simultanément un par bras, soit à 3 semaines d intervalle. Des vaccins vivants ne doivent pas être administrés dans les 3 mois qui suivent l injection d immunoglobulines humaines polyvalentes (IHP). Des IHP ne doivent pas être données dans les 2 semaines qui suivent l administration d un vaccin vivant. Le rhume des foins, l asthme, l eczéma, la drépanocytose, l application locale de corticoïdes, l antibiothérapie, la prématurité, les maladies cardiaques ou pulmonaires chroniques, dont la tuberculose, ne sont pas des contre-indications à la vaccination.

16 Les Nouveaux Vaccins Rotavirus = Gastroentérites Varicelle zona = Crises douloureuses zoostériennes Papilomavurus = Cancer du col utérin H5N1.. H1N1 Ceux que l on espère un jour : HIV, Paludisme, VRS

17 Les Nouveaux Vaccins : H1N1

18 Les Nouveaux Vaccins : Rotavirus (Rotavax et Rotateq ) En France, chaque année la «gastroentérite» c est épisodes diarrhéiques, hospitalisations, 9 décès Ce sont des vaccins vivants atténués (2 ou 3 doses) à partir de 6 semaines. RAR =0,9% {NST=103

19 Les Nouveaux Vaccins : Zona (Zostavax ) Prévention du zona et des névralgies post zoostériennes > 60 ans NEJM 2005

20 Les Nouveaux Vaccins : papilomavirus (HPV) 2 vaccins tués inactivés ont montré des résultats chez des jeunes patientes (15-25 ans) soit exemptes d HPV soit ayant eu un contact génital avec HPV. 2 essais randomisés contre placobo On constate une efficacité sérologique proche de 100% Sur un suivi encore court (20 mois) on contaste les lésions cancéreuses ou pré cancéreuses du col utérin quasi exclusivement dans les groupes placebo. La tolérance après 3 injections est bonne (douleurs point d injection). Vaccin préventif contre le cancer du col utérin???

21 Pas nouveau mais toujours efficace même l adulte Le pneumocoque Arch Intern Med 2007

22 Incidence méningite à pneumocoque Adulte+enfants N Eng J Med 2009

23 Les Nouveaux Vaccins : H5N1 1 injection 2 injections Lancet 2006

24 Les Nouveaux Vaccins : Paludisme 3 injections NEJM 2008

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014 POURQUOI SE FAIRE VACCINER? Journée e défense d et citoyenneté 2014 Avant de commencer Combien d entre vous sont sûrs d être à jour de leurs vaccinations? Qui se sent concerné par la vaccination? Qui sait

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 76 version 01 du page 1 Copyright CMIT

Module 7 - Edition Item 76 version 01 du page 1 Copyright CMIT Module 7 - Edition 2004 - Item 76 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 76 : VACCINATIONS : BASES IMMUNOLOGIQUES, INDICATIONS, EFFICACITE, COMPLICATIONS OBJECTIFS TERMINAUX I Appliquer le calendrier des

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

5 e année médecine Rotation /2017 ISM Copy Module de Pédiatrie. Vaccination

5 e année médecine Rotation /2017 ISM Copy Module de Pédiatrie. Vaccination 5 e année médecine Rotation 3 2016/2017 ISM Copy Module de Pédiatrie Vaccination Définition C est une préparation antigénique, qui, introduite dans l organisme d un sujet, réceptif à une maladie donnée,

Plus en détail

I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours :

I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours : Vaccinations et calendrier vaccinal 2014 Objectifs du cours : - Situer la politique vaccinale dans une dimension de santé publique - Comprendre le principe vaccinal - Savoir lire et interpréter le calendrier

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux. Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses-

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE LA VACCINATION UE 2.5 - Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE PLAN 1. Définition 2. Cadre législatif 3. Différents types

Plus en détail

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Cancer et vaccins Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Epidémiologie de la grippe et des infections à pneumocoques en oncologie Données US 1999-2000 Incidence des infections

Plus en détail

Les vaccinations. Les vaccinations

Les vaccinations. Les vaccinations Les vaccinations Généralités : Les vaccins font partie du domaine de la prévention. Ils permettent de protéger contre des maladies dites «historiques» qui ont fait beaucoup de ravages et qui maintenant,

Plus en détail

Vaccination au féminin

Vaccination au féminin CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Vaccination au féminin Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2012-2013 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

VACCINS ET VIH. Février 2014

VACCINS ET VIH. Février 2014 VACCINS ET VIH ADULTES Février 2014 COREVIH Centre et Poitou-Charentes CHRU de Tours 2 boulevard Tonnellé 37044 Tours cedex 9 Tél. : 02 34 37 89 94 Fax : 02 47 47 37 31 Email : corevih@chu-tours.fr I Généralités

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

3) Comment organisez-vous le rattrapage?

3) Comment organisez-vous le rattrapage? CAS CLINIQUE N 1N Sandrine, jeune femme de 24 ans, vient de divorcer et se rapproche de son nouvel ami avec lequel elle souhaite avoir un enfant. Elle vient vous montrer le carnet de santé de son fils

Plus en détail

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte «Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte Pr Odile Launay Centre d investigation clinique de vaccinologie Cochin Pasteur GH Cochin-Hôtel Dieu, Université Paris

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION CARNET DE VACCINATION La vaccination, la meilleure protection Le présent carnet de vaccination est précieux. C est le seul document où sont consignés tous les vaccins reçus. Il est important de le conserver

Plus en détail

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Principes de la vaccination Protection active spécifique vis-à vis d un agent infectieux avant toute exposition.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE Commission Permanente Délibération n 45/CP du 20 avril 2011 modifiant la délibération n 168 du 5 août 1969 portant règlement d hygiène et de médecine scolaires et la délibération n

Plus en détail

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant ENFANT Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant D après le calendrier vaccinal 2015 1 drier vaccinal ARRIVAC 200x100 Mai 2015 v1.indd

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité - Santé Publique Chapitre 2 : Santé et prévention Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination

Semaine européenne de la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 22 au 26 avril 2014 Une semaine e de rapp pel pour mett ettre tre ses s vaccins à jour CONTACTS PRESSE TBWA\Corporate : Elsa Gueroult Tél : 01 49 09 26 20 inpes.presse@tbwa-corporate.com

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

LES VACCINATIONS. Contre indications et effets secondaires

LES VACCINATIONS. Contre indications et effets secondaires LES VACCINATIONS Contre indications et effets secondaires LES CONTRE INDICATIONS Antécédent de réaction allergique grave de type anaphylactique Allergie vrai à l œuf pour le vaccin de la grippe, de la

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2011-2012 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique?

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Dr Magali Vidal-Roux Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand Samedi 3 décembre 2016 De 1881 à 2016 1881 «Des virus affaiblis ayant

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

La prévention par la vaccination

La prévention par la vaccination La prévention par la vaccination Présentation aux partenaires sociaux. ARS Basse Normandie- Caen -24 octobre 2012- A. Bourges (interne Médecine générale) Dr SALAÜN Marie-Anne (chef de service CPMI- Caen)

Plus en détail

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Introduction VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Journées de l ARLIN 0 - Session Maladies transmissibles à l hôpital et en EHPAD Personnels hôpitaux et EHPAD : population exposée au risque biologique

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 18 avril 2001 HEXAVAC, suspension injectable, vaccin diphtérique, tétanique,

Plus en détail

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Odile Launay Colloque Sécurité des vaccins Paris, 4 octobre 2016 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques Nota bene : les vaccins spécifiquement recommandés sont des vaccins nécessaires pour les patients

Plus en détail

Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale

Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale Solen Kernéis Equipe Mobile d Infectiologie & CIC de Vaccinologie Cochin Pasteur COREVIH Ile

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Un point sur la vaccination

Un point sur la vaccination Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Un point sur la vaccination Dr Isabela LORENTE Mme Tatiana Bourcier 17, 26 et 30 sept 2014 Vrai / Faux Quand je me vaccine, je protège les autres.

Plus en détail

La vaccination en France en 2017

La vaccination en France en 2017 La vaccination en France en 2017-13 mars 2017 - Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Introduction Prise en charge des maladies infectieuses Curatif : antibiotiques,

Plus en détail

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION Dre.Carol Mcconnery Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION 1 OBJECTIFS Suite de cette rencontre, les médecins de

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

Vaccination et VIH. Dr. Florent Valour. Maladies infectieuses et tropicales Hospices Civils de Lyon

Vaccination et VIH. Dr. Florent Valour. Maladies infectieuses et tropicales Hospices Civils de Lyon Vaccination et VIH Dr. Florent Valour Maladies infectieuses et tropicales Hospices Civils de Lyon Centre International de Recherche en Infectiologie INSERM U1111 Université Claude Bernard Lyon 1 florent.valour@chu-lyon.fr

Plus en détail

DES MICROBES OU DES HOMMES, QUI VA L EMPORTER?

DES MICROBES OU DES HOMMES, QUI VA L EMPORTER? DES MICROBES OU DES HOMMES, QUI VA L EMPORTER? Maxime Schwartz Société Royale Belge de Gastro-entérologie Samedi 13 juin 2009 1 Plan INTRODUCTION LE RETOUR DES MICROBES NOUVELLES ARMES CONTRE LES MICROBES

Plus en détail

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents.

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents. VACCINATIONS Auteur : Expert : Relecteur : Dr. M. Grira,, HUG Dr. I. Guessous,, HUG Dr. N.-T. Tran,, HUG Algorithmes et relecture: M. Le Braz Mise en page: J. Caliri 2017 LES POINTS À RETENIR Depuis 2013,

Plus en détail

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE Un grand nombre de maladies infectieuses entraînent une protection plus ou moins longue. D où la recherche de moyens pour obtenir une immunité artificielle sans encourir

Plus en détail

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Pr. Jean Beytout Service des maladies infectieuses CHU de Clermont-Fd. Comité Technique des Vaccinations 1999-2005 Calendrier vaccinal DEFINITION Vaccinations

Plus en détail

Vaccination pratique

Vaccination pratique WHO/EPI/TRAM/98.02 ORIGINAL: ANGLAIS DISTR.: GENERALE Vaccination pratique Module 2 : Les vaccins du PEV DEPARTEMENT VACCINS ET PRODUITS BIOLOGIQUES Organisation mondiale de la Santé Genève 1999 Table

Plus en détail

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Marie Reine Mallaret Grenoble 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Vaccinations Moyen de prévention de 1 ère importance Maladies infectieuses,

Plus en détail

Polio Awareness Day. Claude Schummer

Polio Awareness Day. Claude Schummer Polio Awareness Day La poliomyélite Causée par un poliovirus, 3 sérotypes (1,2 et 3) Transmission féco-orale, par eau et aliments contaminés Atteinte système nerveux: Méninges (méningite lymphocytaire)

Plus en détail

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Introduction Infections fréquentes Evoluent par bouffées épidémiques Virus multiples dominés par la grippe Transmission

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 SOMMAIRE LA VACCINATION : LE POINT SUR LES CONNAISSANCES ACTUELLES 3-7 LES MALADIES : POURQUOI, COMMENT, QUAND SE

Plus en détail

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed  Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des enfants avec terrain particulier Bouskraoui Mohammed bouskraoui@yahoo.fr WWW.bouskraoui.net Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des maladies chroniques Risque : morbidité et mortalité

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION Si vous trouvez ce carnet de vaccination, merci de contacter la personne aux coordonnées ci-après. CARNET DE VACCINATION www.carmiest.fr NOM... PRÉNOM.. DATE DE NAISSANCE... ADRESSE..... TÉLÉPHONE... DIPHTÉRIE

Plus en détail

VACCINS BACTERIENS ET SEROTHERAPIE

VACCINS BACTERIENS ET SEROTHERAPIE VACCINS BACTERIENS ET SEROTHERAPIE I. INTRODUCTION - Maladies infectieuses : Gros problème de santé publique dans le monde. - Parmi les moyens de lutte contre ces maladies : antibiotiques (rôle curatif)

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET 17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN I/ Présentation ECN II/ Introduction III/les vaccins, les adjuvants,

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation rattrapage et mise à jour Introduction Quelques remarques Vaccinations recommandées de base Vaccinations recommandées complémentaires Vaccinations recommandées des groupes à risque

Plus en détail

Unité Enseignement Mère-Enfant

Unité Enseignement Mère-Enfant Unité Enseignement Mère-Enfant N 143. Vaccinations - Connaître les différents types de vaccins et les modalités d administration. - Connaître le calendrier vaccinal pour la population générale. - Savoir

Plus en détail

Vaccinations. Données générales & Vaccinations en Asie du Sud Est. Module-MB1-IFMT--MS

Vaccinations. Données générales & Vaccinations en Asie du Sud Est. Module-MB1-IFMT--MS Vaccinations Données générales & Vaccinations en Asie du Sud Est Module-MB1-IFMT--MS.2004 1 Histoire des vaccinations premiers succès Module-MB1-IFMT--MS.2004 2 Histoire : de la variole (1835) à la polio

Plus en détail

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion 15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre 2011 Vaccination & Périnatalité ROUSSEAU Julie Promotion 2006-2011 Politique vaccinale française Calendrier Vaccinal = ensemble des

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Centre Hospitalier Universitaire d Oran Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive Université d'oran 1 Ahmed

Plus en détail

Infections: conseils aux voyageurs-conseils au quotidien

Infections: conseils aux voyageurs-conseils au quotidien Infections: conseils aux voyageurs-conseils au quotidien Donatella Ciuffreda Centre de Vaccinologie et Immunotherapy Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Lausanne Généralités De plus en plus de patients

Plus en détail

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie.

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie. PS70252 Depliant vaccination 15/06/07 12:11 Page 1 en savoir plus BEH Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire www.invs.sante.fr Institut Pasteur www.pasteur.fr www.plateforme-sante.fr prévention vaccinations

Plus en détail

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Comment vacciner les immunodéprimés Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline bio : pas de rémunération Invitations

Plus en détail

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Septembre 2016 DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Sommaire La vaccination, à quoi ça sert?...4 Un peu d histoire...5 Le vaccin, comment ça marche?...6 Le vaccin est-il compatible avec

Plus en détail

Pr Didier Neau. Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin

Pr Didier Neau. Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Pr Didier Neau Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Avril 2015 Introduction Prise en charge des maladies infectieuses Curatif: antibiotiques, antiviraux, antifongiques, antiparasitaires

Plus en détail

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour?

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour? CALENDRIER VACCINAL ANNEE 2013 Tout le monde a ses vaccinations à jour? Source : Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) n 14-15, 19 avril 2013 Votre pharmacien vous informe Tableau des vaccinations

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

La vaccination contre les infections à pneumocoques

La vaccination contre les infections à pneumocoques La vaccination contre les infections à pneumocoques Importance pour la santé publique les formes invasives de l'infection: la méningite, endocardite -participation valvulaire, septicémie, l'arthrite, infections

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET CAS CLINIQUES 17 novembre 2010 DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Cas clinique 1 Mme P. 28 ans, jeune cadre dynamique d origine caucasienne,

Plus en détail

Vaccination et grossesse

Vaccination et grossesse Vaccination et grossesse Pr Odile Launay Fédération d infectiologie Hôpital Cochin DESC maladies infectieuses 14 octobre 2016 1 Vaccination Rappels vaccins vivants (atténués)/inertes Les vaccins vivants

Plus en détail

ESPACE DE SANTE PUBLIQUE. Les vaccinations du voyage

ESPACE DE SANTE PUBLIQUE. Les vaccinations du voyage ESPACE DE SANTE PUBLIQUE Les vaccinations du voyage BEH 23-24 du 2 juin 2009 Docteur Antoine CAPRIOLI Vaccinations du voyage - Plan 2 PLAN Pour tous et quelle que soit la destination En fonction de la

Plus en détail

BILAN ACTUALISE DE PHARMACOVIGILANCE DES VACCINS ANTIGRIPPAUX A/H1N1

BILAN ACTUALISE DE PHARMACOVIGILANCE DES VACCINS ANTIGRIPPAUX A/H1N1 BILAN ACTUALISE DE PHARMACOVIGILANCE DES VACCINS ANTIGRIPPAUX A/H1N1 Mai 2010 DIRECTION DE L EVALUATION DES MEDICAMENTS ET DES PRODUITS BIOLOGIQUES Service de l Evaluation et de la Surveillance du Risque

Plus en détail

LA VACCINATION DES MIGRANTS EN FRANCE

LA VACCINATION DES MIGRANTS EN FRANCE Cours International Francophone de Vaccinologie Diplôme Universitaire de vaccinologie 2011-2012 LA VACCINATION DES MIGRANTS EN FRANCE Blandine Esquerre Plan de l EXPOSE INTRODUCTION ENJEUX POPULATION DEFINITIONS

Plus en détail

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 II - VACCINATIONS À CARACTÈRE OBLIGATOIRE DANS LE CADRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE...6 III - VACCINATIONS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 13 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue,

Plus en détail

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron Vaccinations du Nourrisson François-Marie Caron Impact d un programme de vaccinations RUBEOLE 1970 OREILLONS 1983 ROUGEOLE 1983 ASSOCIATION 1986 Acceptation vaccination garçon oreillons 1996 Rattrapage

Plus en détail

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal Mme Anne-Marie CURAT CNSF 10 juin 2014 CNSF : les prescriptions des sages-femmes : un casse tête 10 juin 2014 1 «Je déclare ne pas avoir d

Plus en détail

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents 156 BEH 16-17 / 20 avril 2009 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RATTRAPAGE POPULATIONS PARTICULIÈRES ET À RISQUE Diphtérie (D), Tétanos

Plus en détail

VACCIN CONTRE LA DIPHTÉRIE, LA COQUELUCHE ET LE TÉTANOS

VACCIN CONTRE LA DIPHTÉRIE, LA COQUELUCHE ET LE TÉTANOS VACCIN CONTRE LA DIPHTÉRIE, LA COQUELUCHE ET LE TÉTANOS COMPOSITION Deux vaccins inactivés combinés contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos sont distribués au Canada : les vaccins Adacel (Sanofi

Plus en détail

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Généralités Les pages Sigles et acronymes ont été renommées Abréviations et sont maintenant divisées

Plus en détail

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD XX/XX/XX Journée régionale de la lutte contre les infections nosocomiales ARLIN Languedoc-Roussillon 26 avril 2012 CARCASSONNE Dr Eric Schwartzentruber, ARS DT 11 Les particularités

Plus en détail

Quoi de neuf? Octobre 2014

Quoi de neuf? Octobre 2014 Vaccinations i chez les patients suivis en HGE Quoi de neuf? Octobre 2014 Rappel sur la vaccination Vaccin vivant atténué / Vaccin inactivé ou sous unitaire Immunité acquise : spécifique, mémoire immunologique

Plus en détail

VACCIN CONTRE LA DIPHTÉRIE ET LE TÉTANOS

VACCIN CONTRE LA DIPHTÉRIE ET LE TÉTANOS VACCIN CONTRE LA DIPHTÉRIE ET LE TÉTANOS COMPOSITION Un seul vaccin inactivé combiné contre la diphtérie et le tétanos est actuellement distribué au Canada : le vaccin d 2 T 5 (Td Adsorbées de Sanofi Pasteur).

Plus en détail

VACCINS CONTRE LA DIPHTÉRIE, LA COQUELUCHE, LE TÉTANOS, LA POLIOMYÉLITE ET LES INFECTIONS À HAEMOPHILUS INFLUENZAE DE TYPE B

VACCINS CONTRE LA DIPHTÉRIE, LA COQUELUCHE, LE TÉTANOS, LA POLIOMYÉLITE ET LES INFECTIONS À HAEMOPHILUS INFLUENZAE DE TYPE B VACCINS CONTRE LA DIPHTÉRIE, LA COQUELUCHE, LE TÉTANOS, LA POLIOMYÉLITE ET LES INFECTIONS À HAEMOPHILUS INFLUENZAE DE TYPE B CHAPITRE 7 D 15 CaT 5 -Polio-Hib PRÉAMBULE Étant donné les nombreux produits

Plus en détail

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 pour tous, quelle que soit la destination > Enfants (jusqu à 18 ans) Mise à jour des vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français, certaines pouvant

Plus en détail

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles.

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles. 4 -RECOMMANDATIONS PARTICULIÈRES 4.1 - Vaccination contre la coqueluche Adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou années à venir. Également recommandée à l occasion d une grossesse, la mise

Plus en détail

Calendrier des vaccinations 2013

Calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. État des connaissances : mars 2013 Calendrier des vaccinations 2013 Poi int sur les pr rincipales nouvea autés Le calendrier des vaccinations ou calendrier vaccinal, élaboré

Plus en détail

Maladie de Crohn Rectocolite hémorragique

Maladie de Crohn Rectocolite hémorragique Maladie de Crohn Rectocolite hémorragique coordonnées Sommaire NOM : prénom : Né(e) le : à : Adresse : Diagnostic Mon premier bilan Mes vaccins Ma courbe poids et taille Suivi médical p.4 p.6 p.12 Téléphone

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 93 Vaccination contre les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b Les infections à Haemophilus

Plus en détail

Comprendre la vaccination Enfants, adolescents, adultes

Comprendre la vaccination Enfants, adolescents, adultes Comprendre la vaccination Enfants, adolescents, adultes SOMMAIRE La vaccination permet de protéger chacun de nous contre différents microbes (virus et bactéries) à l origine de maladies infectieuses. Le

Plus en détail