L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CHLORE-ALCALIS (PRODUITS CHIMIQUES DE BASE)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CHLORE-ALCALIS (PRODUITS CHIMIQUES DE BASE)"

Transcription

1 L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CHLORE-ALCALIS (PRODUITS CHIMIQUES DE BASE) MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie. L évaluation de l empreinte carbone des produits est un outil permettant aux entreprises de prendre de meilleures décisions en matière d environnement et d améliorer leur positionnement sur les marchés nationaux et internationaux. Au, l approvisionnement en électricité est très majoritairement issu de centrales hydroélectriques, lesquelles n émettent que très peu de GES. Cette caractéristique unique confère à plusieurs secteurs de l économie québécoise un avantage considérable en comparaison d autres pays. C est dans cette optique que le ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations a financé en 2014 un projet mené en collaboration avec le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG). L objectif était de quantifier l avantage carbone d une variété de produits québécois, pour ensuite promouvoir cet avantage. La production de chlore-alcalis par l électrolyse 1 de l eau salée selon les technologies de cellule à diaphragme 2 et de cellule à membrane 2, une activité requérant beaucoup d électricité, a été sélectionnée comme cas d étude pour ce projet. SOMMAIRE Les résultats du projet révèlent que les émissions de GES d une production au de chlore-alcalis par l électrolyse de l eau salée sont de 56 à 78 % inférieures à celles émises lors d une même production en Chine, aux États-Unis et en Allemagne. 120% 100% Avantage carbone des chlore-alcalis québécois (obtenus par électrolyse) Empreinte carbone relative (émissions de GES) 80% 60% 40% 20% 0% Chine 70 % 59 % 56 % 69 % 78 % États- Unis Allemagne Chine États- Unis Allemagne Pays de comparaison Cellule à diaphragme Cellule à membrane 66 % 1. Décomposition chimique de certaines substances sous l effet d un courant électrique. 2. Il s agit des deux technologies présentes au pour la production de chlore-alcalis par électrolyse. Pour plus d information, visiter la page Web (en anglais seulement) :

2 DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ ÉTUDIÉE Le produit visé est le chlore (Cl 2 ) ainsi que ses coproduits, l hydrogène (H 2 ) et l hydroxyde de sodium (NaOH), obtenus par l électrolyse de l eau salée. Les unités fonctionnelles se définissent comme suit : produire 1 tonne de chlore gazeux, 0,028 tonne d hydrogène gazeux et 1,13 tonne d hydroxyde de sodium dans des cellules électrolytiques à diaphragme, pour la période ; produire 1 tonne de chlore gazeux, 0,028 tonne d hydrogène gazeux et 1,13 tonne d hydroxyde de sodium dans des cellules électrolytiques à membrane, pour la période Les unités fonctionnelles fournissent une référence par rapport à laquelle les intrants et les extrants, et ultimement les émissions de GES attribuables au produit, sont calculés. Cycle de vie «berceau à la porte» 3 de la production de chlore-alcalis par l électrolyse de l eau salée L HYDROÉLECTRICITÉ DU QUÉBEC : PREMIER DIFFÉRENCIATEUR Le mix électrique québécois utilisé pour le projet est basé sur les données les plus récentes d Hydro- 4. Ce mix électrique, qui représente l électricité consommée au, provient principalement de la production sur le territoire québécois, mais également d importations de régions voisines (ces importations comprennent aussi une grande part d hydroélectricité). Le tableau suivant résume les mix électriques utilisés. 3. Un cycle de vie partiel qui tient compte des étapes comprises entre l extraction des matières premières et la fabrication du produit inclusivement. 4. Le mix électrique correspond à la répartition des différentes sources d énergies primaires consommées pour la production d électricité. Pour augmenter la représentativité statistique, une moyenne pondérée des quatre années les plus récentes pour lesquelles des données sont disponibles a été utilisée. La centrale nucléaire de Gentilly-2 fait partie de l étude, puisque les données les plus récentes datent de 2012, année de sa fermeture.

3 Mode de génération électrique Chine États-Unis Allemagne Fossile 79 % 69 % 59 % < 1 % Hydroélectrique 19 % 7 % 5 % 95 % Nucléaire 2 % 20 % 24 % 3 % Éolien < 1 % 2 % 7 % < 1 % Autres < 1 % 2 % 5 % < 1 % MÉTHODOLOGIE Le référentiel méthodologique utilisé est le GHG Protocol Product Life Cycle Reporting and Accounting Standard, un protocole de quantification internationalement reconnu pour les calculs d empreinte carbone. Les frontières du système étudié ont été posées du «berceau à la porte», comme recommandé par ce protocole pour des produits intermédiaires 5. L empreinte carbone des chlore-alcalis québécois a d abord été calculée. L empreinte carbone hors est ensuite établie en remplaçant simplement le mix électrique québécois par le mix électrique du pays de comparaison. L avantage carbone est la différence obtenue entre une empreinte carbone hors fictive et l empreinte carbone calculée pour une production québécoise. L équation ci-dessous permet d obtenir cet avantage carbone, en valeur relative : Avantage carbone = Empreinte carbone!!"#!"é!"# Empreinte carbone!"é!"# Empreinte carbone!!"#!"é!"# DONNÉES UTILISÉES L objectif du projet était d obtenir un portrait général de la production de chlore-alcalis au. Les résultats ne concernent donc pas une usine en particulier. Aucune donnée primaire spécifique à la production de chlore-alcalis au n a pu être collectée. Un modèle a été élaboré à partir des données secondaires tirées du document de référence sur les meilleures technologies pour la production de chlore-alcalis 6 publié par le Joint Research Center européen en 2014 et celles de la base de données ecoinvent, v3.01 et v3.1. LIMITES DE L ÉTUDE Le cadre d analyse de cette étude comporte certaines limites à considérer lors de l interprétation des résultats, notamment : les résultats sont représentatifs d un secteur et non d une entreprise en particulier. Cela limite la précision des résultats, mais augmente leur champ d application; l avantage carbone relatif (%) est dépendant des frontières du système étudié; l avantage carbone calculé reste potentiel, en raison des limitations en matière de modélisation et des données disponibles, mais il demeure réaliste. 5. Produits servant d intrants pour la production d autres produits. 6. http: //eippcb.jrc.ec.europa.eu/reference/bref/cak_adopted_ pdf (en anglais seulement).

4 RÉSULTATS Les pays de comparaison sélectionnés, soit la Chine, les États-Unis et l Allemagne, sont les trois plus importants producteurs de chlore-alcalis du monde. La Chine présente un mix électrique dit «très carboné», c est-à-dire émettant beaucoup de GES, tandis que les États-Unis et l Allemagne présentent des mix dont l empreinte carbone est proche de la moyenne mondiale. Les résultats indiquent que l avantage carbone de la production de chlore-alcalis au est très important pour les deux technologies (cellule à diaphragme et cellule à membrane), avec des émissions de GES de 56 à 78 % inférieures à celles des pays de comparaison. Plus le mix électrique de comparaison est carboné, plus l avantage carbone québécois est élevé. Des conclusions similaires peuvent être tirées pour d autres pays, tant que l empreinte carbone de leur mix électrique reste près de la moyenne mondiale ou supérieure à celle-ci. LE FACTEUR TRANSPORT L effet de possibles distances de transport additionnelles (pour les intrants ou le produit étudié) occasionnées par une production ayant lieu au plutôt qu ailleurs a été évalué. Tout indique que s il était requis, un transport additionnel ne viendrait pas affecter les conclusions. L avantage carbone demeurerait donc important. VARIABILITÉ DES RÉSULTATS Des intervalles de variabilité ont été calculés afin d établir une valeur minimum et maximum pour l avantage carbone obtenu dans le cadre du projet, en tenant compte de la variabilité du procédé industriel ainsi que de certaines spécificités régionales. Ces intervalles ont été obtenus en faisant varier les principaux facteurs qui contribuent à l empreinte carbone des chlore-alcalis, soit l électricité (quantité consommée), la vapeur (quantité consommée et mode de production) et le sel (quantité consommée). Pour établir l avantage carbone minimal, on compare la situation la plus défavorable au à la situation la plus favorable dans le pays de comparaison. La valeur maximale de l avantage carbone s obtient, quant à elle, en comparant la situation la plus favorable au à la situation la plus défavorable dans le pays de comparaison. Ainsi, l avantage carbone issu du mix électrique québécois reste majeur quelles que soient les pratiques industrielles supposées. Pays de comparaison Variabilité de l avantage carbone (cellule à diaphragme) Variabilité de l avantage carbone (cellule à membrane) Chine [de 47 % à 83 %] [de 55 % à 88 %] États-Unis [de 21 % à 74 %] [de 35 % à 82 %] Allemagne [de 14 % à 72 %] [de 28 % à 80 %]

5 VÉRIFICATION INDÉPENDANTE Les résultats de cette étude devant être divulgués publiquement et étant destinés à appuyer une affirmation comparative, une revue critique a été réalisée par un comité d experts afin d assurer une plus grande crédibilité aux résultats de l étude. Un avis de vérification favorable a été émis par le comité réviseur de l étude. «Globalement, le réviseur considère que la méthodologie adoptée, les unités fonctionnelles choisies ainsi que les frontières des systèmes sont en adéquation avec les exigences du référentiel GHG Protocol et répondent aux objectifs de l étude. Le rapport présente des conclusions nuancées sur des bases d analyses de sensibilité qui abordent des situations extrêmes.» M. Rémi Bagard, RDC Environnement

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie. L évaluation

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie.

Plus en détail

Comment profiter pleinement de la base de données québécoise d inventaire du cycle de vie

Comment profiter pleinement de la base de données québécoise d inventaire du cycle de vie Comment profiter pleinement de la base de données québécoise d inventaire du cycle de vie Présentation faite au Colloque 2015 de l AQPER 11 mars 2015 Pascal Lesage, B.ing, PhD pascal.lesage@polymtl.ca

Plus en détail

Réf. : 140924 Le 24 septembre 2014 Page 1/8

Réf. : 140924 Le 24 septembre 2014 Page 1/8 Réf. : 140924 Le 24 septembre 2014 Page 1/8 De : Vérificateur FDES Rapport de Vérification de la Déclaration Environnementale et Sanitaire de produit selon la norme NF EN 15804+A1 et à la norme complémentaire

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Le pilotage et les outils du développement durable

Le pilotage et les outils du développement durable Le pilotage et les outils du développement durable ANCI Création mars 2010 PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements Présentation du Groupe PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements 4 engagements prioritaires

Plus en détail

Augmentation constante de la consommation globale d énergie finale française : 168 Mtep en 2011

Augmentation constante de la consommation globale d énergie finale française : 168 Mtep en 2011 Augmentation constante de la consommation globale d énergie finale française : 168 Mtep en 2011 Une réelle prise en compte des émissions de CO2 Emergence des gaz de Schistes 1 - Les coûts : reconstruction,

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE DE L

RAPPORT DE RECHERCHE DE L RAPPORT DE RECHERCHE DE L NOVEMBRE 2011 L offre d emploi de langue minoritaire des institutions publiques au Québec et au Canada. Les secteurs de l enseignement, de la santé et des services sociaux et

Plus en détail

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE 2011 Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE TABLE DES MATIÈRES Le cas de la France... 3 Le mix électrique en 2010... 3

Plus en détail

Analyse du cycle de vie visant à comparer certains papiers de Résolu aux papiers fins nord-américains SOMMAIRE

Analyse du cycle de vie visant à comparer certains papiers de Résolu aux papiers fins nord-américains SOMMAIRE Analyse du cycle de vie visant à comparer certains papiers de Résolu aux papiers fins nord-américains SOMMAIRE INTRODUCTION Produits forestiers Résolu a commandé une analyse du cycle de vie (ACV) ayant

Plus en détail

Référentiel «Total Ecosolutions»

Référentiel «Total Ecosolutions» Référentiel «Total Ecosolutions» Version Date Rédigé par Approuvé par Modifications La Présidente du La secrétaire du CODIR et les 1 12/10/2009 CODIR Total coordinateurs Version 1 Ecosolutions des Comités

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Développer des arguments (quantifiés) pour la pérennisation de la filière

Développer des arguments (quantifiés) pour la pérennisation de la filière Évaluation de l'impact global de la filière de papier carton en région Nord-Pas de Calais et proposition de pistes de réflexion vers la filière d avenir Laurence Hamon Quantis Benoît Chappert Quantis Marc

Plus en détail

Termes de référence Pour la réalisation d une étude sur les indicateurs de mise en œuvre et de suivi de la Convention relative aux droits de l enfant

Termes de référence Pour la réalisation d une étude sur les indicateurs de mise en œuvre et de suivi de la Convention relative aux droits de l enfant Termes de référence Pour la réalisation d une étude sur les indicateurs de mise en œuvre et de suivi de la Convention relative aux droits de l enfant (CDE). 1 Sommaire I. Contexte général et objectifs

Plus en détail

Chiffres & statistiques

Chiffres & statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Chiffres & statistiques n 547 Août 2014 Objectifs énergétiques Europe 2020 : la doit poursuivre ses efforts pour les énergies renouvelables observation et

Plus en détail

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 2013 Ipsos. Tous droits réservés. Contient des informations confidentielles et propriétaires d Ipsos

Plus en détail

Economie de l hydrogène. Quelle place pour les énergies renouvelables?

Economie de l hydrogène. Quelle place pour les énergies renouvelables? JLR/15/12/06 Economie de l hydrogène. Quelle place pour les énergies renouvelables? Communication pour WIH2 2007 (2 ème Workshop International sur l Hydrogène) Ghardaia 19-21 mars 2007 Auteur: Jean-Loup

Plus en détail

Les indicateurs de développement durable de l industrie de l aluminium en Europe

Les indicateurs de développement durable de l industrie de l aluminium en Europe Les indicateurs de développement durable de l industrie de l aluminium en Europe Faits et chiffres clés 2012 Notre engagement pour une croissance durable Note au lecteur L Association européenne de l aluminium

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Évolution du nombre d établissements dans l industrie du textile

Évolution du nombre d établissements dans l industrie du textile INDICATEUR TEXTILE E-1 Évolution du nombre d établissements dans l industrie du textile 1. DÉFINITION ET CARACTÉRISTIQUES DE L INDICATEUR Définition Cet indicateur présente l évolution chronologique du

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique Institute for Sustainable Development and International Relations 41 rue du Four

Plus en détail

Opinion des Québécois quant à l autonomie des directeurs et directrices d écoles

Opinion des Québécois quant à l autonomie des directeurs et directrices d écoles Institut Économique de Montréal Rapport de recherche Octobre 2007 Opinion des Québécois quant à l autonomie des directeurs et directrices d écoles Octobre 2007 13026-016 507, Place d Armes, bureau 700,

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

Colloque FIL IDF CANADA / STELA

Colloque FIL IDF CANADA / STELA Colloque FIL IDF CANADA / STELA 13-16 mai 2013 Session 2: Développement durable de l industrie laitière Initiatives de développement durable Point de vue d un transformateur Présenté par : Martin Scuccimarri,

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Odesi - Guide de l usager UdeM

Odesi - Guide de l usager UdeM Odesi - Guide de l usager UdeM Table des matières 1. Présentation... 2 1.1 Le système Odesi... 2 1.2 Les collections disponibles... 2 1.3 Langue... 3 2 La recherche de données... 3 2.1 Boite de recherche...

Plus en détail

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés L empreinte carbone des banques françaises Résultats commentés Le cabinet de conseil Utopies et l association Les Amis de la Terre publient le 22 novembre 2010 l empreinte carbone des groupes bancaires

Plus en détail

21 mars 2012. Simulations et Méthodes de Monte Carlo. DADI Charles-Abner. Objectifs et intérêt de ce T.E.R. Générer l'aléatoire.

21 mars 2012. Simulations et Méthodes de Monte Carlo. DADI Charles-Abner. Objectifs et intérêt de ce T.E.R. Générer l'aléatoire. de 21 mars 2012 () 21 mars 2012 1 / 6 de 1 2 3 4 5 () 21 mars 2012 2 / 6 1 de 2 3 4 5 () 21 mars 2012 3 / 6 1 2 de 3 4 5 () 21 mars 2012 4 / 6 1 2 de 3 4 de 5 () 21 mars 2012 5 / 6 de 1 2 3 4 5 () 21 mars

Plus en détail

1. Le choix de l unité fonctionnelle

1. Le choix de l unité fonctionnelle Projet d affichage environnemental des rasoirs BIC Flex 3 et BIC Flexi Lady L affichage environnemental des rasoirs BIC ne s inscrit pas dans le cadre de l expérimentation officielle en cours sur le projet

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTRÔLES SITE DE MONTPELLIER-VENDARGUES

DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTRÔLES SITE DE MONTPELLIER-VENDARGUES DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTRÔLES SITE DE MONTPELLIER-VENDARGUES Contrôles en laboratoire de produits d entretien des lentilles oculaires de contact 2005-2006 Produits contrôlés Dans le cadre

Plus en détail

LA SECURITEDE L APPROVISIONNEMENT ENERGETIQUE. REFLEXIONS QUANT A LA STRATEGIE ELECTRIQUE A SUIVRE CES 15 PROCHAINES ANNEES.

LA SECURITEDE L APPROVISIONNEMENT ENERGETIQUE. REFLEXIONS QUANT A LA STRATEGIE ELECTRIQUE A SUIVRE CES 15 PROCHAINES ANNEES. LA SECURITEDE L APPROVISIONNEMENT ENERGETIQUE. REFLEXIONS QUANT A LA STRATEGIE ELECTRIQUE A SUIVRE CES 15 PROCHAINES ANNEES. STRUCTURE DE L EXPOSE : 1. QUID DE LA SECURITE D APPROVISIONNEMENT ELECTRIQUE

Plus en détail

Développement de l outil

Développement de l outil Développement de l outil d empreinte carbone de DALKIA 19/10/2010 ) Marie Laure GUILBERT M2 Gestion de l Environnement Sommaire 1. Présentation de la mission 1.1 Contexte 1.2 Objectifs et caractéristiques

Plus en détail

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation Accor a mené la 1 ère empreinte environnementale dans le secteur hôtelier En 2010, suite

Plus en détail

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 300 C 1.0 Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/58/29 9 juin 2009 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

LES EAUX DE CONSOMMATION

LES EAUX DE CONSOMMATION 1L TP COURS Partie 2 N 1 LES EAUX DE CONSOMMATION A. LES DIFFERENTS TYPES D EAUX Existetil plusieurs types d eaux de consommation? Il existe deux types d eaux de consommation : l eau minérale et l eau

Plus en détail

IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE

IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE THÈME : Planète Terre et son environnement Niveau : seconde IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE EXTRAIT DU BO: Planète Terre et environnement global La structure et l'évolution des enveloppes externes de la

Plus en détail

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Agence wallonne de l Air et du Climat Demande de subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Demande à introduire au plus tard le 15 octobre

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité et chauffage)

Plus en détail

Notions de base en chimie

Notions de base en chimie Notions de base de chimie / 1 Notions de base en chimie 1. Introduction Les matières plastiques utilisées dans tous les domaines de la vie courante nous font découvrir un ensemble de noms nouveaux tels

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Portail de Management de Visioconférence As a Service

Portail de Management de Visioconférence As a Service Livret technique MyEasyVision Portail de Management de Visioconférence As a Service # Web - ipad&iphone Prérequis Pour pouvoir déployer le service, G2J nécessite que les infrastructures de visioconférence

Plus en détail

DE L IMPASSE A L ESPOIR L AVENIR ENERGETIQUE DE NOS PETITS ENFANTS

DE L IMPASSE A L ESPOIR L AVENIR ENERGETIQUE DE NOS PETITS ENFANTS DE L IMPASSE A L ESPOIR L AVENIR ENERGETIQUE DE NOS PETITS ENFANTS Ivan GILLET Université de Liège MOTS-CLES : ENERGIE - SOURCES - FILIÈRES - SOLEIL - PILE À COMBUSTION RÉSUMÉ : Sur la base d expériences

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR Fiche méthodologique INDICATEUR : EMISSION DE SUSTANCES ACIDIFIANTES OU POTENTIELLEMENT ACIDIFIANTES (NO X, SO X ET NH 3 ) THEME : AIR 1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR Question posée

Plus en détail

Empreinte carbone : business ou nécessité?

Empreinte carbone : business ou nécessité? Empreinte carbone : business ou nécessité? Annie Levasseur, ing., Ph.D. Chercheuse, coordonnatrice scientifique 72 ème congrès de l AFAT 6 novembre 2015 Amos (Québec) QUI A DÉJÀ ENTENDU PARLER D EMPREINTE

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Grille d incompatibilité et d entreposage des principaux produits utilisés pour l entretien des piscines : comment utiliser la grille?

Grille d incompatibilité et d entreposage des principaux produits utilisés pour l entretien des piscines : comment utiliser la grille? Grille d incompatibilité et d entreposage des principaux produits utilisés pour l entretien des piscines : comment utiliser la grille? Mai 2010 Nathalie Desgagné, chimiste Direction générale de la prévention

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l élaboration de la Base de données communautaires pour la santé et formation des administrateurs/formateurs Type de

Plus en détail

La consommation sectorielle d électricité en Europe 1

La consommation sectorielle d électricité en Europe 1 La consommation sectorielle d électricité en Europe 1 Global Chance 1. Les consommations d électricité en 2007 1.1 La place de l électricité dans la consommation finale d énergie Le tableau 1 montre la

Plus en détail

Infor HCM Anael Risques Professionnels. Infor HCM. Infor HCM Anael Risques Professionnels

Infor HCM Anael Risques Professionnels. Infor HCM. Infor HCM Anael Risques Professionnels Infor HCM Infor HCM Anael Risques Professionnels Contexte La législation concernant la prévention des risques professionnels s est largement développée ces dernières années. Les règles générales édictées

Plus en détail

DES ATOMES CROCHUS. Cette fiche propose l éveil aux atomes formant les molécules et aux réactions chimiques.

DES ATOMES CROCHUS. Cette fiche propose l éveil aux atomes formant les molécules et aux réactions chimiques. DES ATOMES CROCHUS Cette fiche propose l éveil aux atomes formant les molécules et aux réactions chimiques. Thème : la chimie Âges : 9 à 13 ans ( à adapter pour les 5 à 8 ans) Nombre de joueurs : 12 et

Plus en détail

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique Action 2.6. : Analyse environnementale de la filière microalgues-biodiesel Séminaire Final, Vitoria, 27 Mars 2014 Objectifs

Plus en détail

Documentation sur les indices des prix de transaction

Documentation sur les indices des prix de transaction Documentation Indice des prix de transaction 1/7 Wüest & Partner AG Gotthardstrasse 6 CH-8002 Zürich Telefon +41 44 289 90 00 Fax +41 44 289 90 01 www.wuestundpartner.com 1 Etat Décembre 2012 Documentation

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL MEUBLES EN BOIS BP X30-323-4. Sommaire. Introduction 1

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL MEUBLES EN BOIS BP X30-323-4. Sommaire. Introduction 1 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL MEUBLES EN BOIS BP X30-33-4 Sommaire Introduction 1 Contexte 1 Principes de l affichage environnemental Objectif du guide de lecture Présentation du produit concerné par

Plus en détail

CAQ NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS. Données du mois de : Août 2015 SECTION 1 - LES SALAIRES SECTION 2 - LES EMPLOIS ET LES TRAVAILLEURS

CAQ NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS. Données du mois de : Août 2015 SECTION 1 - LES SALAIRES SECTION 2 - LES EMPLOIS ET LES TRAVAILLEURS NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS Cette note présente des données et analyses supplémentaires en lien avec la création d emplois. L objectif de cette note est de porter l analyse au-delà du nombre d emplois

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques»

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» * Bureau d études Néerlandais indépendant spécialisé dans les questions environnementales et la recherche

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard de la rémunération des enseignants. Août 2011 Projet: 13026-023

Perception des Québécois à l égard de la rémunération des enseignants. Août 2011 Projet: 13026-023 Perception des Québécois à l égard de la rémunération des enseignants Août 2011 Projet: 13026-023 Contexte et objectif Méthodologie Faits saillants Analyse détaillée des résultats 6 8 10 12 Opinion

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Un générateur bioologique

Un générateur bioologique 1 Ce projet a reçu un financement dans le cadre du 7ème programme-cadre de l'union Européenne pour la recherche et le développement technologique sous l'agrément n [321278]. EUPRB Un générateur bioologique

Plus en détail

Cours théorique sur les MEGA Initiation au logiciel GAMS

Cours théorique sur les MEGA Initiation au logiciel GAMS Cours théorique sur les MEGA Initiation au logiciel GAMS 7 séances de 3 h, 2 ECTS Les modèles d'équilibre général appliqués (MEGA) proposent une analyse quantitative de problèmes de politique économique

Plus en détail

CANEVAS ONU FEMMES DE SOUMISSION DE PROJET

CANEVAS ONU FEMMES DE SOUMISSION DE PROJET CANEVAS ONU FEMMES DE SOUMISSION DE PROJET I- Page de couverture La page de couverture donne une brève description narrative du projet. Titre du projet : Domaines d intervention : Zone d intervention :

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES RAYTHEON SYSTEMS COMPANY SAS

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES RAYTHEON SYSTEMS COMPANY SAS BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES RAYTHEON SYSTEMS COMPANY SAS Réf : DO/GIM/15-05466 10/12/2015 Page 1/13 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES RAYTHEON SYSTEMS COMPANY SAS... 3 2.1.

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/72/41 14 avril 2014 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

À l heure des comptes

À l heure des comptes en ligne À l heure des comptes pour s informer sur la pollution industrielle www.cec.org/takingstock/fr À l heure des comptes en ligne est le seul endroit où vous pouvez avoir accès instantanément à des

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

PRESENTATION de la COMPTABILITE ANALYTIQUE

PRESENTATION de la COMPTABILITE ANALYTIQUE PRESENTATION de la COMPTABILITE ANALYTIQUE ou COMPTABILITE de GESTION Objectif(s) : o Découverte de la Comptabilité de gestion, o Présentation d'une terminologie. Pré requis : o Les charges de la comptabilité

Plus en détail

LVLØ Contrôleur ultime de piscine Solution intelligente pour plus de confort, la sécurité et rentabilité économique

LVLØ Contrôleur ultime de piscine Solution intelligente pour plus de confort, la sécurité et rentabilité économique LVLØ Contrôleur ultime de piscine Solution intelligente pour plus de confort, la sécurité et rentabilité économique Lancement mondial de produit LVLØ - Piscine Global 2014, EUREXPO LYON France LVLØ faite

Plus en détail

Service de la bibliothèque

Service de la bibliothèque Sondage LibQUAL+ 2013 Document de diffusion Service de la bibliothèque Université du Québec en Outaouais Septembre 2013 Introduction En février 2013, la bibliothèque a effectué un sondage auprès de la

Plus en détail

FUNDCLASS. Classification Classement Notation des OPCVM Européens

FUNDCLASS. Classification Classement Notation des OPCVM Européens Classification Classement Notation des OPCVM Européens Paris, Octobre 2007 SPECIFICITES DU MARCHE DES FONDS UN LARGE CHOIX Plus de 7.000 parts de fonds français (Amf ) Plus de 8.000 parts de fonds Luxembourgeois

Plus en détail

LE CHLORE L intervention et le Règlement sur les urgences. environnementales. Québec Avril 2008

LE CHLORE L intervention et le Règlement sur les urgences. environnementales. Québec Avril 2008 LE CHLORE L intervention et le Règlement sur les urgences Québec Avril 2008 environnementales. Robert Reiss, B.Sc. Chimie appliquée Responsable aux opérations d urgence Section Urgences Environnementales

Plus en détail

C3PRSMO01. Distribuer les documents puis le questionnaire, sans commenter. Ne répondre à aucune question d élève.

C3PRSMO01. Distribuer les documents puis le questionnaire, sans commenter. Ne répondre à aucune question d élève. NIVEAU : CLLEGE : Cycle d orientation (3 e ) DISCIPLINE : Sciences Physiques et Chimiques CAPACITE : REALISER : Choisir CMPETENCE Choisir des informations pertinentes pour atteindre un objectif MTS CLÉS

Plus en détail

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura 19-06-2015 Approche Bilan Carbone Réf Date Auteur V1 04/06/15 ELAN V2 15/06/15 ELAN V3 19/06/15 ELAN ELAN 1, avenue Eugène Freyssinet 78061 SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Plus en détail

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6 Les fiches Synteau a EAUX USÉES n 6 LA MÉTHANISATION DES BOUES D INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX RÉSIDUAIRES URBAINES OU INDUSTRIELLES JUIN 2014 La méthanisation connaît un développement important

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

Biomobile et Consomini

Biomobile et Consomini Biomobile et Consomini La recherche de performances écologiques dans la mobilité Patrick Haas, Prof. HES CMEFE, HES-GE ER 06 Yverdon 3-4 octobre 2006 BioMobile et Consomini Deux véhicules : 1) prototypes

Plus en détail

L efficacité énergétique...

L efficacité énergétique... Michael Rader Product Marketing Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 05 I 2008 Les bâtiments collectifs et tertiaires représentent plus de 40 pour cent de la consommation totale d énergie primaire en

Plus en détail

Indice des prix à la production et à l importation

Indice des prix à la production et à l importation 05 Prix 982-1100 Indice des prix à la production et à l importation Neuchâtel, 2011 Qu est-ce que l indice des prix à la production et à l importation? L indice des prix à la production (IPP) mesure l

Plus en détail

CALCUL DES ÉCONOMIES RÉELLES ET RÉVISION DU CALCUL DU TEST DU COÛT TOTAL EN RESSOURCES

CALCUL DES ÉCONOMIES RÉELLES ET RÉVISION DU CALCUL DU TEST DU COÛT TOTAL EN RESSOURCES CALCUL DES ÉCONOMIES RÉELLES ET RÉVISION DU CALCUL DU TEST DU COÛT TOTAL EN RESSOURCES GAZIFÈRE INC. Original 2014-08-18 TABLE DES MATIÈRES 1 DESCRIPTION DU MANDAT... 1 2 MÉTHODOLOGIE UTILISÉE ET GAINS

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

Rank, l outil de la visibilité web

Rank, l outil de la visibilité web Rank, l outil de la visibilité web Développé par le pôle R&D de la société Brioude Internet, Rank a pour vocation de nous aider à suivre le positionnement d un site et de ses concurrents. Il ne s agit

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Assurance qualité/contrôle qualité Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MODÉLISATION DU SYSTÈME DE ZONES AIRZONE ET COMPARAISON AVEC UN SYSTÈME INVERTER SANS SYSTÈME DE ZONES

RAPPORT SUR LA MODÉLISATION DU SYSTÈME DE ZONES AIRZONE ET COMPARAISON AVEC UN SYSTÈME INVERTER SANS SYSTÈME DE ZONES RAPPORT SUR LA MODÉLISATION DU SYSTÈME DE ZONES AIRZONE ET COMPARAISON AVEC UN SYSTÈME INVERTER SANS SYSTÈME DE ZONES 2011 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION : ANTÉCÉDENTS ET OBJECTIFS... 4 2. MÉTHODOLOGIE... 5

Plus en détail

Application des méthodologies d évaluation environnementale au développement de procédés

Application des méthodologies d évaluation environnementale au développement de procédés Application des méthodologies d évaluation environnementale au développement de procédés Élodie Cesbron Ateliers thématiques Gen2Bio Lorient, le 29 Mars 2012 IFREMER Nantes Laboratoire STBM Rue de l Île

Plus en détail

Conditions de fabrication

Conditions de fabrication Conditions de fabrication Migros s engage pour l application de standards sociaux contraignants dans la fabrication de ses produits. En 214, elle a poursuivi l application de systèmes de standards sociaux

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Chapitre C1 : Les eaux de consommation

Chapitre C1 : Les eaux de consommation Chapitre C1 : Les eaux de consommation I) Une eau minérale est-elle de l eau pure? Activité expérimentale : 1- Peser un bécher de 150 ml à l aide de la balance. 2- Introduire 100 ml d eau minérale Hépar

Plus en détail

Evaluation de la conformité. Dans l intérêt des entreprises et des Hommes

Evaluation de la conformité. Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Evaluation de la conformité Vous recherchez des solutions à la hauteur de vos exigences Au cœur d un marché mondial, concurrentiel, en évolution de plus en

Plus en détail

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS FICHE PRODUIT - Le est le premier et seul analyseur de poussières mesurant en continu la volatilisation des poussières sur le filtre de collection. Il peut donc calculer en temps réel un facteur de correction

Plus en détail