par Charles de Gaulle, les 18 et 26 juin 1940 Tirés du livre LES 50 DISCOURS QUI ONT MARQUÉ LA 2 e GUERRE MONDIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "par Charles de Gaulle, les 18 et 26 juin 1940 Tirés du livre LES 50 DISCOURS QUI ONT MARQUÉ LA 2 e GUERRE MONDIALE"

Transcription

1 Quoiqu il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s éteindre, et ne s éteindra pas et La France livrée, la France pillée, la France asservie par Charles de Gaulle, les 18 et 26 juin 1940 Tirés du livre LES 50 DISCOURS QUI ONT MARQUÉ LA 2 e GUERRE MONDIALE Édition établie par Dominique Mongin

2 Édition établie et présentée par Dominique Mongin Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale Préface de Maurice Vaïsse André Versaille éditeur

3 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», 173 nous n avons pas cru devoir le délier. La Chambre aura pris connaissance de la déclaration historique dans laquelle, suivant le désir de nombreux Français et celui de nos propres cœurs nous avons proclamé notre volonté, à l heure la plus sombre de l histoire de France, de conclure pour cette guerre une union franco-britannique avec citoyenneté commune. Aussi, quoi qu il advienne en France, avec le gouvernement actuel, ou avec tout autre gouvernement français, nous tous, sur cette île et dans l Empire, ne renierons jamais la fraternité qui nous unit au peuple français. Si nous devons endurer les maux qui ont accablé les Français, nous imiterons leur courage, et si la victoire vient finalement récompenser nos peines, oui, ils en partageront les gains avec nous, et la liberté sera rendue à tous. Nous ne renonçons à aucune de nos revendications légitimes ; nous ne reculons pas d un pouce, pas d un iota. Les Tchèques, les Polonais, les Norvégiens, les Hollandais et les Belges ont lié leur sort au nôtre : tous seront un jour rétablis dans leurs droits. Ce que le général Weygand a appelé la bataille de France a pris fin. Je m attends à ce que la bataille d Angleterre commence d un moment à l autre. De cette bataille dépend la survie de la civilisation chrétienne. De cette bataille dépendent notre propre vie et la pérennité de nos institutions et de notre Empire. Toute la rage et toute la force de l ennemi seront très bientôt dirigées contre nous. Hitler sait bien qu il doit nous vaincre sur cette île, ou bien perdre la guerre. Si nous parvenons à lui tenir tête, l Europe tout entière recouvrera un jour sa liberté et le monde pourra poursuivre son chemin sur de vastes hauteurs ensoleillées. Mais si nous échouons, alors le monde entier, y compris les États-Unis, y compris tout ce que nous avons connu et aimé, sombrera dans les abysses d un nouvel âge obscur, que les lumières d une science pervertie rendront plus sinistre et peut-être plus long encore. Rassemblons donc nos forces au service de nos devoirs et comportons-nous de telle façon que si l Empire britannique et son Commonwealth durent mille ans encore, les hommes continuent de dire, encore et toujours : «Ce fut leur plus belle heure.» && Ce même 18 juin 1940, et sur les mêmes ondes radiophoniques de la Bbc, le général Charles de Gaulle prononce à 18 heures un discours de résistance qui va rester gravé dans la mémoire collective française (et au-delà des frontières) d une façon assez paradoxale, puisque peu de Français ont pu l écouter, même si la radio britannique bénéficie d un certain taux d écoute dans le Nord et l Ouest de la France. La Bbc rediffusera quatre fois ce discours le lendemain. De plus, il n en existe pas d enregistrement, la raison invoquée à l époque par la Bbc est que tous les moyens techniques étaient mobilisés pour «couvrir» la prestation de Churchill devant la Chambre des communes, qui, quant à elle, aura de nombreux

4 174 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale auditeurs. En tout cas, de Gaulle a très vite compris combien l outil radiophonique pouvait soutenir sa démarche. Il n en demeure pas moins que cette allocution est un acte fondateur, acte de résistance à la domination nazie qui s étend sur toute l Europe continentale, bientôt acte de résistance à un régime de collaboration qui se met en place en France. Si de Gaulle peut prononcer ce discours à la Bbc, c est grâce à Churchill qui apprécie cet officier et sa détermination (il l avait vu lors de la journée du 16 juin évoquée plus haut), mais il a dû vaincre les réticences du cabinet de guerre pour imposer cette intervention sur les ondes. Il faut dire que la «défection» militaire de la France a été très mal ressentie par les Britanniques, alimentant ici et là des réactions francophobes. Charles de Gaulle ( ), qui n a pas encore 50 ans, a acquis dans les années 1930 une certaine notoriété au sein de l appareil d État français. Après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il fut blessé et fait prisonnier par les Allemands, il milita activement pour la création en France d une force blindée et mécanisée autonome qui ne serait pas une force supplétive (à l infanterie et à l artillerie), mais bien le fer de lance de la manœuvre militaire, reposant dès lors sur une stratégie offensive et sur des chefs résolus. C est avec le soutien du maréchal Pétain qu il put faire prospérer sa réflexion, de Gaulle ayant été l un de ses collaborateurs directs dans les années 1920 et les années 1930, tant au sein du Conseil supérieur de la guerre que du Conseil supérieur de la Défense nationale. De Gaulle eut ainsi la liberté de publier plusieurs ouvrages : La Discorde chez l ennemi (1924), Le Fil de l épée (1932), Vers l armée de métier (1934) et La France et son armée (1938) ; ce dernier livre finit par le brouiller avec Pétain. Parallèlement, il est parvenu à gagner à sa cause quelques décideurs politiques, au premier rang desquels Paul Reynaud, qui appela ce général iconoclaste à ses côtés, début juin 1940, et le fit entrer dans son gouvernement. Comme il en avait convenu avec Churchill, de Gaulle a attendu que le gouvernement de Pétain demande l armistice aux Allemands avant de s exprimer à la Bbc. Dans la «version officielle», celle du moins qui figure dans les Mémoires de guerre (et qui est reprise ici), les deux premières phrases de son allocution se concentrent sur le rôle des chefs militaires français qui, ayant une part de responsabilité dans la défaite de la France, se retrouvent désormais au gouvernement pour demander de cesser le combat. «Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s est mis en rapport avec l ennemi pour cesser le combat», dit-il. De Gaulle souligne ainsi le caractère incroyable de la situation ; en tant qu officier, en tant que combattant, il ne peut l accepter, d autant moins que c est un chef militaire prestigieux qui est désormais à la tête du gouvernement et qui se montre prêt à déposer les armes. En fait, à la demande du gouvernement britannique, les deux premières phrases, jugées trop lourdes de sens et trop critiques à l égard de Pétain, ont été corrigées et atténuées. C est d ailleurs par ces deux phrases corrigées que commence le texte de l Appel, tel que repris par le quotidien régional Le Petit Provençal dans son édition du

5 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», juin 1940 : «Le gouvernement a demandé à l ennemi à quelles conditions pourrait cesser le combat. Il a déclaré que si ces conditions étaient contraires à l honneur, à la dignité, à l indépendance de la France, la lutte devrait continuer.» 31 Comme l appel du 18 juin n a pas été enregistré, un doute s est instauré après la guerre sur ces deux premières phrases. Récemment encore, dans ses Mémoires, le fils du général se montrait sceptique quant au remplacement de ces deux phrases par une version atténuée, tout en n excluant pas que des journalistes l aient fait lors de la reprise de ce discours par la presse 32. La confusion fut d ailleurs entretenue à l époque par le fait que la presse britannique avait publié la version initiale du texte du général de Gaulle 33. Il n en reste pas moins que, comme on va le voir, de Gaulle n était pas, le 18 juin 1940, dans une position de rupture totale avec le pouvoir en place en France. Dans la suite de son discours, de Gaulle démontre que les moyens qui ont fait cruellement défaut à la France face à l ennemi la force mécanique, terrestre et aérienne, et une tactique adaptée peuvent se retourner contre l ennemi si on a la volonté de le faire, car il n y a pas de défaite qui soit définitive. «Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire», déclare-t-il. Pour ce faire, il indique que contrairement à ce que pourraient penser nombre de ses concitoyens «la France n est pas seule!», et il répète trois fois ce qui lui paraît être une évidence, comme pour mieux en convaincre à la fois ceux qui sont restés en France métropolitaine et ceux qui se trouvent en territoire britannique (notamment les soldats du corps expéditionnaire français de Norvège). À tous, il explique que le combat peut continuer grâce l Empire français, mais aussi grâce à l Empire britannique, avec le soutien de la puissance (industrielle) des États-Unis d Amérique. Dans ces conditions, le général de Gaulle peut faire valoir que la guerre ne s est pas terminée pour la France avec les combats qui viennent d avoir lieu sur le territoire métropolitain (la bataille de France), mais qu elle se poursuit à une autre échelle, car «cette guerre est une guerre mondiale». La force de l intervention de Charles de Gaulle réside bien là : il propose une réelle alternative. Et il prend le pari que la guerre a une dimension mondiale, ce qui n allait pas de soi à l époque. Toutefois, si de Gaulle est le chantre de cette politique alternative, il ne se présente pas encore comme étant la seule autorité politique alternative, comme le seul chef. Il «invite» les officiers et les soldats, les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d armement à «se mettre en rapport» avec lui. Il se met dans une situation où il lance un appel à la résistance, mais ne prétend pas (encore) en prendre la tête ; et il insiste pour rester (en apparence) dans un cadre légaliste. Son but premier est la poursuite du combat, l instauration d une véritable politique de résistance à l ennemi : «Quoi 31 Cité dans le Dictionnaire historique de la Résistance (sous la direction de François Marcot), éd. Robert Laffont, 2006, coll. Bouquins, p Philippe de Gaulle, De Gaulle, mon père (entretiens avec Michel Tauriac), éd. Plon, 2003, p. 136 et Voir le Dictionnaire De Gaulle (sous la direction de Claire Andrieu, Philippe Braud et Guillaume Piketty), éd. Robert Laffont, 2006, coll. Bouquins, p. 47 à 51.

6 176 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale qu il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s éteindre et ne s éteindra pas», mais, en disant cela, il est conscient de parler «au nom de la France». Et parallèlement à ce discours très fort et sans ambiguïté, il entreprend des démarches de la dernière chance auprès des plus hautes autorités militaires françaises. À l époque, de Gaulle est prêt c est du moins ce qu il dit dans ses Mémoires de guerre à se rallier au «grand chef» qui accepterait de prendre la tête du mouvement de résistance à l ennemi et donc de refuser l armistice. Même si de Gaulle avait l intime conviction qu elles ne répondraient pas par l affirmative à sa démarche, il eut l obligeance de le faire et cela est un fait avéré. Il racontera lui-même les démarches qu il a entreprises dans ce sens auprès du gouvernement Pétain, le 17 juin (alors qu il était déjà à Londres) «N y eût-il que la plus faible chance, il fallait la ménager. C est pour cela que, dès mon arrivée à Londres, le 17 après-midi, je télégraphiai à Bordeaux pour m offrir à poursuivre, dans la capitale anglaise, les négociations que j avais commencées la veille au sujet du matériel en provenance des États-Unis, des prisonniers allemands et des transports vers l Afrique» 34 ; puis, le 19 juin, auprès du général Noguès, commandant en chef en Afrique du Nord et résident général au Maroc, auquel il adressa le télégramme suivant : «Suis à Londres en contact officieux et direct avec gouvernement britannique. Me tiens à votre disposition, soit pour combattre sous vos ordres, soit pour toute démarche qui pourrait vous paraître utile» 35 (de Gaulle fait d ailleurs mention de «l Afrique de Noguès» dans son discours du 19 juin) ; et, enfin, le 20 juin, auprès du général Weygand, devenu ministre de la Défense nationale, à qui il écrit que si la «capitulation» est signée (en fait, ce sera un «armistice», et il sera signé le 22 juin), «je me joindrais à toute résistance française qui s organiserait où que ce soit», puis il propose ses services en soulignant : «mes rapports personnels avec le gouvernement britannique en particulier avec M. Churchill pourraient me permettre d être utile à vous-même ou à toute autre personnalité française qui voudrait se mettre à la tête de la résistance française continuée» 36. Dans les trois cas de figure, de Gaulle allait se heurter à des fins de non-recevoir, plus ou moins abruptes. En effet, le «cadre légaliste» dans lequel de Gaulle avait tenu à s inscrire dans un premier temps et pour la forme, car il ne devait guère se faire d illusion sur les réponses qu il recevrait allait très vite s effondrer. À sa première missive du 17 juin, il reçut une réponse le sommant de rentrer sans délai en France, et sa lettre du 20 juin lui sera retournée au mois de septembre, mais adressée au «colonel en retraite de Gaulle» (!), accompagnée d un papillon lui indiquant que s il voulait communiquer avec le général Weygand, il devait le faire par «la voie régulière» Entre-temps, l ambassade de France à Londres lui notifia l ordre de se constituer prisonnier, afin d être jugé par le Conseil de guerre (qui le condamnera par contumace à la peine de mort). Concernant la «solution» Noguès, la situation était quelque peu différente, 34 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre L'Appel , éd. Plon, 1954, rééd. Presses Pocket, 1989, p Ibid., p Ibid., p. 331.

7 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», 177 puisque cet officier général avait fait savoir qu il se tenait prêt à continuer le combat en Afrique du Nord. Cette possibilité était d autant plus crédible que les différentes autorités de l Empire étaient prêtes à le suivre. Le général Noguès tiendra encore cette position le 25 juin (donc après l armistice), mais il allait finalement plier peu après devant les injonctions de Pétain et Weygand. Ainsi, les «deux fers au feu» que de Gaulle avait menés en parallèle en direction de Weygand et de Noguès n ayant plus lieu d être, la situation s éclaircissait d un coup pour celui qui allait s imposer comme le chef de la France libre. Ainsi, contrastant avec une légende forgée par la suite, l appel du 18 juin acte emblématique de la résistance gaulliste s il en est s inscrit à cette date dans un cadre légaliste (du moins en apparence) et non dans une stratégie de rupture frontale. Ce n est qu à partir du 26 juin [voir discours n 21] que de Gaulle peut se considérer comme étant délié de toute soumission à une quelconque hiérarchie politique et militaire, qui désormais n a plus aucune légitimité à ses yeux. Toutefois, le 18 juin, c est un homme seul qui prend la décision de proclamer la résistance à outrance et qui ne se fait pas d illusion sur le ralliement des «grands chefs» militaires à ce mouvement. À court terme, le discours prononcé par de Gaulle le 18 juin n aura que peu de répercussion, il sera très peu écouté et lu (mais quelques quotidiens régionaux en feront état, on l a vu) et ne provoquera pas de ralliements massifs, d autant que la débâcle a créé un véritable traumatisme au sein de la population française, qui dans son ensemble aspire à la fin des combats. La portée mobilisatrice de cet appel et de ceux qui suivent aussitôt apparaît donc «infime» 37. Mais l appel du 18 juin va devenir très vite un acte fondateur, un symbole de la résistance, un «phare» et une source d espoir pour nombre de Français qui s efforceront d écouter tout au long de la guerre les autres «appels» du général de Gaulle à la radio de Londres. 20 Charles de Gaulle «Quoi qu il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s éteindre et ne s éteindra pas» 18 juin 1940 Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s est mis en rapport avec l ennemi pour cesser le combat. Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l ennemi. 37 Selon l expression de Bruno Leroux dans le Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 593.

8 178 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd hui. Mais le dernier mot est-il dit? L espérance doit-elle disparaître? La défaite est-elle définitive? Non! Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. Car la France n est pas seule! Elle n est pas seule! Elle n est pas seule! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l Angleterre, utiliser sans limites l immense industrie des États-Unis. Cette guerre n est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n empêchent pas qu il y a, dans l univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là. Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s éteindre et ne s éteindra pas. Demain, comme aujourd hui, je parlerai à la Radio de Londres. && Le «véritable» discours de rupture du général de Gaulle est celui qu il prononce le 26 juin Il se veut une réponse à l allocution que le maréchal Pétain a prononcée la veille pour justifier l armistice (entré en vigueur le 25 juin). Après cet acte de soumission, cet acte déshonorant, la rupture ne peut être que totale. Il lui parle de «soldat à soldat», mais aussi désormais «d égal à égal», ce qui lui permet de se poser comme la seule alternative pour sauver la France. «Monsieur le Maréchal, dans ces heures de honte et de colère pour la Patrie, il faut qu une voix vous réponde. Ce soir, cette voix sera la mienne», martèle-t-il. Faisant référence aux qualités militaires dont avait fait preuve Pétain au cours de la Première Guerre mondiale, de Gaulle veut souligner à quel point l armistice qu il vient de

9 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», 179 conclure avec les Allemands est d autant plus inacceptable pour un officier tel que lui : «Ah! pour obtenir et pour accepter un pareil acte d asservissement, on n avait pas besoin de vous, Monsieur le Maréchal, on n avait pas besoin du vainqueur de Verdun ; n importe qui aurait suffi.» Concernant l infériorité militaire française qui, selon Pétain, aurait causé la défaite de la France, de Gaulle tient à rappeler que cette infériorité tenait à «un système militaire mauvais», reposant sur une stratégie défensive, système dont «la plus haute personnalité» était précisément le maréchal Pétain. Or, ce dernier a été incapable, affirme de Gaulle, de mettre en œuvre «la réforme indispensable» dudit système, qui aurait dû reposer sur «la force mécanique offensive et manœuvrière», ce qui permit aux forces allemandes de prendre l avantage sur les forces françaises, et ce pourquoi de Gaulle avait milité tout au long des années S ensuit une condamnation très nette de l armistice par l homme du 18 juin contre cet «acte d asservissement» et ses conditions d autant plus déshonorantes et inacceptables que la France conserve des atouts dont le gouvernement Pétain n a pas voulu tenir compte : l Empire français, l Empire britannique et le potentiel des États-Unis. Dans ces conditions, comment Pétain peut-il prétendre «relever» le pays avec «la France livrée, la France pillée, la France asservie»?, se demande le général de Gaulle. Et d enchaîner par l œuvre de relèvement militaire et politique à laquelle lui, de Gaulle, va désormais s atteler, «dans la liberté», c est-à-dire en dehors du gouvernement qui vient de se soumettre à l ennemi, et en perspective de la victoire finale. Et cette victoire va reposer pour de Gaulle en premier lieu sur l entente franco-britannique et le soutien de Winston Churchill. «Naufragé de la désolation sur les rivages de l Angleterre, qu aurais-je pu faire sans son concours?», écrira plus tard le général de Gaulle 38. Et à partir du 28 juin, le gouvernement britannique reconnaît de Gaulle «comme le chef de tous les Français libres, où qu ils se trouvent, qui se rallient à lui pour la défense de la cause alliée». À l époque, militaires français sont en transit en Angleterre, mais ils souhaitent, pour la plupart, rentrer en France. Seul un petit nombre, en particulier issu du corps expéditionnaire français de Norvège, choisit de se rallier au chef de la France libre. À cela s ajoute le ralliement d individus qui décident spontanément de venir à Londres. On peut citer notamment le cas des 133 marins de l île de Sein. Début juillet 1940, de Gaulle crée les Forces françaises libres (Ffl), terrestres, maritimes et aériennes, qui, au total, compteront individus à la fin de ce même mois. Les Ffl seront reconnues par Churchill par un accord bilatéral avec de Gaulle, le 7 août Parallèlement, le premier agent du deuxième bureau (en charge des activités de renseignement) de la France libre a été introduit clandestinement en France dès le mois de juillet. Si l appel du 18 juin est l acte fondateur du mouvement de résistance qui va s incarner tout au long de la Deuxième Guerre mondiale dans la France libre, il l est également du gaullisme, mouvement politique, qui après la guerre 38 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., p. 89.

10 180 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale prendra forme autour du Rpf (Rassemblement pour la France), puis atteindra une nouvelle dimension lorsque Charles de Gaulle accédera à la présidence de la Cinquième République qu il aura tenue sur les fonts baptismaux en C est d ailleurs avec la Cinquième République que la figure du général de Gaulle va occuper la première place en France dans le «palmarès de la mémoire nationale». Ainsi, dans un sondage, à la question «Si vous pouviez vous entretenir pendant une heure avec un personnage célèbre de l histoire de France, qui choisiriez-vous?», Charles de Gaulle obtient 29 % des voix en 1999 (devançant Napoléon et Louis XIV), 22 % en 1987 (devançant François Mitterrand et Napoléon), mais seulement 1 % en 1948 (devancé alors de loin par Napoléon, Henri IV et Jeanne d Arc) 39. Intégré aux rites commémoratifs de la République, l appel du 18 juin est célébré chaque année par le président de la République française au Mont-Valérien, lieu où de nombreux résistants furent exécutés pendant la guerre par l occupant nazi. Dans la «mémoire collective», l appel du 18 juin (dont le texte est souvent confondu avec l affiche qui fut diffusée à Londres à partir de juillet 1940, où il est écrit : «La France a perdu une bataille! Mais la France n a pas perdu la guerre!») resta attaché à l acte de résistance absolu impulsé par le général de Gaulle, qui lança dès le 18 juin 1941 le rite commémoratif, en déclarant qu à cette date, un an plus tôt, naissait «la France libre». 21 Charles de Gaulle «La France livrée, la France pillée, la France asservie» 26 juin 1940 Monsieur le Maréchal, par les ondes, au-dessus de la mer, c est un soldat français qui va vous parler. Hier, j ai entendu votre voix que je connais bien et, non sans émotion, j ai écouté ce que vous disiez aux Français pour justifier ce que vous avez fait. Vous avez d abord dépeint l infériorité militaire qui a causé notre défaite. Puis, vous avez dit qu en présence d une situation jugée désespérée vous aviez pris le pouvoir pour obtenir des ennemis un armistice honorable. Vous avez ensuite déclaré que, devant les conditions posées par l ennemi, il n y avait pas eu d autre alternative que de les accepter en restant à Bordeaux ou de les refuser et passer dans l Empire pour y poursuivre la guerre, et que vous avez cru devoir rester à Bordeaux. 39 Philippe Joutard et Jean Lecuir, «Le palmarès de la mémoire nationale», in L Histoire, n 242, avril 2000.

11 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», 181 Enfin, vous avez reconnu que le sort du peuple français allait être très cruel, mais vous avez convié ce peuple à se relever malgré tout par le travail et la discipline. Monsieur le Maréchal, dans ces heures de honte et de colère pour la Patrie, il faut qu une voix vous réponde. Ce soir, cette voix sera la mienne. En effet, notre infériorité militaire s est révélée terrible. Mais cette infériorité, à quoi tenait-elle? Elle tenait à un système militaire mauvais. La France a été foudroyée, non point du tout par le nombre des effectifs allemands, non point du tout par leur courage supérieur, mais uniquement par la force mécanique offensive et manœuvrière de l ennemi. Cela, tous les combattants le savent. Si la France n avait pas cette force mécanique, si elle s était donné une armée purement défensive, une armée de position, à qui la faute, Monsieur le Maréchal? Vous qui avez présidé à notre organisation militaire après la guerre de , vous qui fûtes généralissime jusqu en 1932, vous qui fûtes ministre de la Guerre en 1935, vous qui étiez la plus haute personnalité militaire de notre pays, avez-vous jamais soutenu, demandé, exigé la réforme indispensable de ce système mauvais? Cependant, vous appuyant sur les glorieux services que vous avez rendus pendant l autre guerre, vous avez revendiqué la responsabilité de demander l armistice à l ennemi. On vous a fait croire, Monsieur le Maréchal, que cet armistice, demandé à des soldats par le grand soldat que vous êtes, serait honorable pour la France. Je pense que maintenant vous êtes fixé. Cet armistice est déshonorant. Les deux tiers du territoire livrés à l occupation de l ennemi et de quel ennemi! Notre armée démobilisée. Nos officiers et nos soldats prisonniers maintenus en captivité. Notre flotte, nos avions, nos chars, nos armes, à livrer intacts, pour que l adversaire puisse s en servir contre nos propres Alliés. La Patrie, le gouvernement, vous-même, réduits à la servitude. Ah! Pour obtenir et pour accepter un pareil acte d asservissement, on n avait pas besoin de vous, Monsieur le Maréchal, on n avait pas besoin du vainqueur de Verdun ; n importe qui aurait suffi. Mais vous avez jugé, dites-vous, que vous pouviez, que vous deviez y souscrire. Vous avez tenu pour absurde toute prolongation de la résistance dans l Empire. Vous avez considéré comme dérisoire l effort que fournit et celui que fournira notre allié, l Empire britannique. Vous avez renoncé d avance aux ressources offertes par l immense Amérique. Vous avez joué, perdu, jeté nos cartes, fait vider nos poches, comme s il ne nous restait aucun atout. Il y a là l effet d une sorte de découragement profond, de scepticisme morose, qui a été pour beaucoup dans la liquéfaction des suprêmes résistances de nos forces métropolitaines. Et c est du même ton, Monsieur le Maréchal, que vous conviez la France livrée, la France pillée, la France asservie, à reprendre son labeur, à se refaire,

12 182 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale à se relever. Mais dans quelle atmosphère, par quels moyens, au nom de quoi voulez-vous qu elle se relève sous la botte allemande et l escarpin italien? Oui, la France se relèvera. Elle se relèvera dans la liberté. Elle se relèvera dans la victoire. Dans l Empire, dans le monde, ici même, des forces françaises se forment et s organisent. Un jour viendra où nos armes, reforgées au loin, mais bien aiguisées, se joignant à celles que se feront nos Alliés, et peut-être à d autres encore, reviendront triomphantes sur le sol national. Alors, oui, nous referons la France! && 4. La Grande-Bretagne en guerre, la politique de collaboration et la question des pays neutres Au cours de l été 1940, les pays neutres (ceux qui le sont encore) en Europe continuent à s efforcer de préserver leur indépendance. Ils ne sont donc pas des voies de recours possibles pour les pays occupés par l Allemagne et en particulier pour les mouvements de résistance (du moins officiellement). Plongée dans la guerre, la Grande-Bretagne résiste avec beaucoup de ténacité, comme va le montrer la bataille d Angleterre. Parallèlement, les relations franco-britanniques sont mises à mal par l expédition de Mers el-kébir, mais de Gaulle s emploie à faire en sorte que ce drame ne nuise pas à sa position à Londres. En France, le maréchal Pétain s installe dans une politique de collaboration à outrance avec l occupant allemand. Les pays neutres et la guerre : le cas helvétique À l époque, on compte en Europe cinq pays neutres : la Suède (dont les pays frontaliers à l Est et à l Ouest ont été en guerre), l État libre d Irlande (qui bien que membre du Commonwealth refuse d apporter quelqu aide que ce soit au gouvernement britannique), le Portugal, l Espagne (qui est en fait passée d un statut de neutralité à celui de non-belligérance) et la Confédération helvétique. Le 25 juin 1940, le président de la Confédération helvétique, Marcel Pilet-Golaz ( ), prononce un discours pour rassurer ses concitoyens, le jour même de l entrée en vigueur de l armistice en France et alors que son pays se retrouve complètement isolé en Europe. À 50 ans, Marcel Pilet-Golaz est à la fois président de la Confédération (pour l année en cours et pour la deuxième fois, car il l a déjà été en 1934) et directeur du département Politique (Affaires étrangères). Membre du parti radical (droite), il a été élu au Conseil fédéral à partir de 1928, il a la charge du département de l Intérieur ( ), puis du département des Postes

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Les faits, les enjeux des lieux visés, le contexte international, la réponse de l Etat français, le rôle des médias. Que s est-il passé? (Les faits) Le bilan

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Je vous remercie de me permettre de m exprimer sur

Plus en détail

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Déroulé : 14h30 : Accueil du Ministre de la Défense 15h00 : Allocution de J Y Le Drian morts 15h45 : Dépôt de gerbe au Monument aux 18h30 : concert 20h30

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

rome carthage Jean-René Vernes

rome carthage Jean-René Vernes rome & carthage Jean-René Vernes Rome & Carthage a été créé en 1954. Edité à plusieurs reprises dans le monde, son mécanisme se fonde sur un jeu de 52 cartes traditionnel dans sa forme originelle. Son

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides 1 Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais Hôtel national des Invalides Lundi 2 juin 2014 Monsieur le Secrétaire d État, Messieurs les Parlementaires, Monsieur le Gouverneur, Mesdames,

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

La Campagne du Levant

La Campagne du Levant Page d accueil du site de François-Xavier BIBERT Groupe de Chasse GC III/6 Campagne du Levant La Campagne du Levant Vichy avait accordé aux avions du Reich gagnant l'irak l'autorisation de refaire leurs

Plus en détail

L engagée. Frison-Roche. Marie-Anne. Propos reccueillis par Aurélien Valeri et Charles Bonnaire Photographies par Léa Bouquet

L engagée. Frison-Roche. Marie-Anne. Propos reccueillis par Aurélien Valeri et Charles Bonnaire Photographies par Léa Bouquet Marie-Anne Frison-Roche L engagée. Mercredi 29 octobre, avant une session extraordinaire des Grandes Questions du Droit, Marie-Anne Frison-Roche a accordé un entretien de près d un quart d heure au Parvenu,

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942)

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) HISTOIRE DES ARTS BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) I. IDENTIFIER PRESENTER Blitz Wolf ou Der Gross méchant loup en français est un dessin animé américain réalisé par Tex Avery et produit par la MGM (Metro

Plus en détail

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987)

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1 MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1) Le témoin : Le témoin se nomme Jacqueline Perquel (nom de jeune fille). Elle est née le 23 avril 1909 à Paris. Elle est issue d une famille juive d origine

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION Une période de grands bouleversements Les rébellions de 1837-1838 L acte constitutionnel de 1791 a modifié l organisation de la société. S il a permis de régler certains

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Monsieur le Président, Cher Bruno Racine, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Le Codéveloppement pas n importe comment!

Le Codéveloppement pas n importe comment! La Lettre du CoDévelloppement Lettre d'information Du Centre Européen du Codéveloppement professionnel et managérial www.cecodev.fr Le Codéveloppement pas n importe comment! Les dangers du succès Le Codéveloppement

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : K. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 136 Appel n o : GE-14-2529 ENTRE : K. P. Appelante Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 MAXIME SWITEK L interview politique, Jean-Pierre ELKABBACH vous recevez ce matin Christian NOYER, le gouverneur de

Plus en détail

TEST DIAGNOSTYCZNY Z JĘZYKA FRANCUSKIEGO

TEST DIAGNOSTYCZNY Z JĘZYKA FRANCUSKIEGO TEST DIAGNOSTYCZNY Z JĘZYKA FRANCUSKIEGO Wybierz jedną prawidłową odpowiedź a, b, c lub d (50 punktów) 1. Comment tu.., Luc ou Lucas? a) s appelle b) t appelles c) appelles d) m appelle 2. Tu... combien

Plus en détail

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137 N 137 NOVEMBRE 2011 LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE HISTOIRE ET TUIC SÉANCES D APPRENTISSAGE nombre de séances 5 durée de l activité 4h30 Séance 1 : le départ des soldats à la guerre en 1914 (durée : 1 heure)

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723 Nations Unies S/2005/723 Conseil de sécurité Distr. générale 17 novembre 2005 Français Original: anglais Lettre datée du 16 novembre 2005, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Aperçu de la leçon Le leadership est une qualité importante en temps de guerre. Qu est-ce qui fait un leader? Le chef Tecumseh a joué

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012

Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012 Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012 Mes chers amis, après ce premier tour, je voulais que mon premier déplacement soit ici en Bretagne, pour vous exprimer ma gratitude. Car si je suis

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle المملكة المغربية وزارة التشغيل والتكوين المهني A L L O C U T I O N de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les délégués,

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les délégués, DÉCLARATION DU PRÉSIDENT DU TRIBUNAL, M. THOMAS MENSAH, AU TITRE DU POINT 38 DE L ORDRE DU JOUR : «LES OCÉANS ET LE DROIT DE LA MER», DEVANT LA CINQUANTE-TROISIÈME SESSION DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE.

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE. EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE [Traduction] Monsieur le président, j ai l honneur de prendre la parole au nom

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

LES DESSOUS DE TABLE. François Mazabraud

LES DESSOUS DE TABLE. François Mazabraud LES DESSOUS DE TABLE François Mazabraud SOMMAIRE Source d inspiration : Le musée des plan-reliefs 2 Fonction et histoire du plan-relief 5 Namur : gloire et défaite d un siège 9 Ce qui entoure et soutient

Plus en détail

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER!

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Cette phrase est assassine parce qu elle tue le meilleur de nous-même

Plus en détail

12. Questions relatives à Haïti

12. Questions relatives à Haïti 12. Questions relatives à Haïti Débats initiaux A. Lettre datée du 30 septembre 1991, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant permanent d Haïti auprès de l Organisation des Nations

Plus en détail

Le MOUVEMENT NKUL BETI 2009-2013

Le MOUVEMENT NKUL BETI 2009-2013 Le MOUVEMENT NKUL BETI 2009-2013 La plateforme sociale de promotion, d entreprenariat et de développement communautaire. La relance du Forum International Ekang et les premières activités sur le terrain

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE La brève histoire de ma vie 4 Stephen Hawking LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE Traduit de l anglais par Laurent Bury Flammarion Copyright 2013 by Stephen W. Hawking Tous droits réservés

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Discours de Paul Gérin-Lajoie à l occasion du gala-bénéfice soulignant

Discours de Paul Gérin-Lajoie à l occasion du gala-bénéfice soulignant Discours de Paul Gérin-Lajoie à l occasion du gala-bénéfice soulignant son 90 e anniversaire Bonsoir, D entrée de jeu, je tiens à vous remercier de votre présence ce soir pour fêter ce 90 e anniversaire

Plus en détail

A l école de la guerre 1914/1918, atelier aux Archives municipales. Atelier pédagogique proposé pendant l exposition au château des ducs de Bretagne.

A l école de la guerre 1914/1918, atelier aux Archives municipales. Atelier pédagogique proposé pendant l exposition au château des ducs de Bretagne. A l école de la guerre 1914/1918, atelier aux Archives municipales. Atelier pédagogique proposé pendant l exposition au château des ducs de Bretagne. Service éducatif des Archives municipales de Nantes,

Plus en détail

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008 DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE Varsovie Mercredi 28 mai 2008 Monsieur le Maréchal de la Diète, Monsieur le Maréchal du Sénat, Mesdames et Messieurs les Députés et

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

Deuxième Guerre mondiale

Deuxième Guerre mondiale Musée de la Défense aérienne de Bagotville Premier cycle du primaire Nom : Deuxième Guerre mondiale FICHES D HISTOIRE Cher élève, Je m appelle Charles. Je vis au Canada avec ma soeur Charlotte et nos parents.

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

70 e anniversaire de l'appel du. 18 juin 1940. De l'histoire... à l'evénement.

70 e anniversaire de l'appel du. 18 juin 1940. De l'histoire... à l'evénement. 70 e anniversaire de l'appel du 18 juin 1940 De l'histoire... à l'evénement. L'Appel... Affiche de propagande, probablement fin 1 940. 23 juin 1 940: Hitler visite Paris conquis. Français Libres placardant

Plus en détail

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

23. Le discours rapporté au passé

23. Le discours rapporté au passé 23 23. Le discours rapporté au passé 23.1 LE DISCOURS INDIRECT On utilise le discours indirect pour transmettre : Les paroles de quelqu un qui n est pas là : Il me dit que tu pars. Les paroles de votre

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

Communauté française d Abu Dhabi

Communauté française d Abu Dhabi Communauté française d Abu Dhabi Prononcé Mesdames, Monsieur les élus, Monsieur l ambassadeur, Mesdames, Messieurs les officiers, Mesdames, Messieurs, Chers amis, C est un grand plaisir d être parmi vous

Plus en détail

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. L omerta de la grande muette. Charlotte Antoine. École des avocats de Rennes

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. L omerta de la grande muette. Charlotte Antoine. École des avocats de Rennes LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME L omerta de la grande muette Charlotte Antoine École des avocats de Rennes 145 Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres du jury, Mesdames, Messieurs, Lætitia

Plus en détail

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire Tués au combat dans la Somme Liste des 118 soldats tués au combat avec le 38 e bataillon, unité levée à Ottawa, pendant l attaque contre la tranchée Desire et Grandcourt, dans la Somme, le 18 novembre

Plus en détail

Sortie pédagogique au «musée de l infanterie» de Montpellier

Sortie pédagogique au «musée de l infanterie» de Montpellier L.P. Léonard de Vinci MONTPELLIER Christine THOMAS Lettres - Histoire Sortie pédagogique au «musée de l infanterie» de Montpellier Le jeudi 6 octobre de 8h30 à 12h30. Classe concernée : 2 nde B.E.P. T.I.S.T.

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

47 Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier: "Fils de David, Jésus, aie pitié de moi!"

47 Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier: Fils de David, Jésus, aie pitié de moi! Versets 46 Ils arrivent à Jéricho. Comme Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une assez grande foule, l'aveugle Bartimée, fils de Timée, était assis au bord du chemin en train de mendier Texte

Plus en détail

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne 17 novembre 2014 Sommaire 100 ans après le déclenchement de la Grande Guerre, le bureau de Georges Clemenceau restauré Le bureau de Georges

Plus en détail

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Paris le 14 avril 2008 Egalité sociale, égalité politique Intervention

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

Au pays du non voyant

Au pays du non voyant Olivier Guiryanan Au pays du non voyant Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

Deuxième semaine : L assurance du salut

Deuxième semaine : L assurance du salut Deuxième semaine : L assurance du salut Répondez par VRAI (V) ou FAUX (F) Maintenant je peux être sûr que je suis sauvé. Dieu veut que je pèche pour me montrer plus d amour. Si je pèche et meurs sans me

Plus en détail

Discours de M. Pascal Couchepin Président de la Confédération. Salon international du Livre

Discours de M. Pascal Couchepin Président de la Confédération. Salon international du Livre B EIDGENÖSSISCHES DEPARTEMENT DES INNERN DÉPARTEMENT FÉDÉRAL DE L'INTÉRIEUR DIPARTIMENTO FEDERALE DELL'INTERNO DEPARTAMENT FEDERAL DA L'INTERN Discours de M. Pascal Couchepin Président de la Confédération

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

LE 8 MAI. Fête de la victoire de 1945. Collection «Mémoire et Citoyenneté»

LE 8 MAI. Fête de la victoire de 1945. Collection «Mémoire et Citoyenneté» n 15 Collection «Mémoire et Citoyenneté» LE 8 MAI Fête de la victoire de 1945 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L ADMINISTRATION DIRECTION DE LA MÉMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES ARCHIVES Le 7 mai 1945, à 2h41, l'acte

Plus en détail

Est autorisé pour toute la durée de l examen le dictionnaire non électronique: allemand/français - français/allemand

Est autorisé pour toute la durée de l examen le dictionnaire non électronique: allemand/français - français/allemand Berufsmaturitätsschule Bern Name:... Teilabschluss BMS 1 Französisch 2005 Abschluss BMS 2 Total: 73 Punkte Dauer: 120 Minuten Punkte : Note : Est autorisé pour toute la durée de l examen le dictionnaire

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Cet ouvrage parle d innovation et d esprit d entreprise et

Cet ouvrage parle d innovation et d esprit d entreprise et Avertissement Cet ouvrage parle d innovation et d esprit d entreprise et explique comment un petit pays comme Israël est parvenu à incarner ces deux dimensions. Il n y est pas question de technique, même

Plus en détail

C o m m u n i q u é Pour diffusion immédiate

C o m m u n i q u é Pour diffusion immédiate C o m m u n i q u é Pour diffusion immédiate Nathalie Roy, élève de l école secondaire Paul-Le Jeune, reçoit une bourse de 2 000 $ pour le centenaire de la Marine canadienne Shawinigan, le 16 juin 2010

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail