par Charles de Gaulle, les 18 et 26 juin 1940 Tirés du livre LES 50 DISCOURS QUI ONT MARQUÉ LA 2 e GUERRE MONDIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "par Charles de Gaulle, les 18 et 26 juin 1940 Tirés du livre LES 50 DISCOURS QUI ONT MARQUÉ LA 2 e GUERRE MONDIALE"

Transcription

1 Quoiqu il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s éteindre, et ne s éteindra pas et La France livrée, la France pillée, la France asservie par Charles de Gaulle, les 18 et 26 juin 1940 Tirés du livre LES 50 DISCOURS QUI ONT MARQUÉ LA 2 e GUERRE MONDIALE Édition établie par Dominique Mongin

2 Édition établie et présentée par Dominique Mongin Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale Préface de Maurice Vaïsse André Versaille éditeur

3 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», 173 nous n avons pas cru devoir le délier. La Chambre aura pris connaissance de la déclaration historique dans laquelle, suivant le désir de nombreux Français et celui de nos propres cœurs nous avons proclamé notre volonté, à l heure la plus sombre de l histoire de France, de conclure pour cette guerre une union franco-britannique avec citoyenneté commune. Aussi, quoi qu il advienne en France, avec le gouvernement actuel, ou avec tout autre gouvernement français, nous tous, sur cette île et dans l Empire, ne renierons jamais la fraternité qui nous unit au peuple français. Si nous devons endurer les maux qui ont accablé les Français, nous imiterons leur courage, et si la victoire vient finalement récompenser nos peines, oui, ils en partageront les gains avec nous, et la liberté sera rendue à tous. Nous ne renonçons à aucune de nos revendications légitimes ; nous ne reculons pas d un pouce, pas d un iota. Les Tchèques, les Polonais, les Norvégiens, les Hollandais et les Belges ont lié leur sort au nôtre : tous seront un jour rétablis dans leurs droits. Ce que le général Weygand a appelé la bataille de France a pris fin. Je m attends à ce que la bataille d Angleterre commence d un moment à l autre. De cette bataille dépend la survie de la civilisation chrétienne. De cette bataille dépendent notre propre vie et la pérennité de nos institutions et de notre Empire. Toute la rage et toute la force de l ennemi seront très bientôt dirigées contre nous. Hitler sait bien qu il doit nous vaincre sur cette île, ou bien perdre la guerre. Si nous parvenons à lui tenir tête, l Europe tout entière recouvrera un jour sa liberté et le monde pourra poursuivre son chemin sur de vastes hauteurs ensoleillées. Mais si nous échouons, alors le monde entier, y compris les États-Unis, y compris tout ce que nous avons connu et aimé, sombrera dans les abysses d un nouvel âge obscur, que les lumières d une science pervertie rendront plus sinistre et peut-être plus long encore. Rassemblons donc nos forces au service de nos devoirs et comportons-nous de telle façon que si l Empire britannique et son Commonwealth durent mille ans encore, les hommes continuent de dire, encore et toujours : «Ce fut leur plus belle heure.» && Ce même 18 juin 1940, et sur les mêmes ondes radiophoniques de la Bbc, le général Charles de Gaulle prononce à 18 heures un discours de résistance qui va rester gravé dans la mémoire collective française (et au-delà des frontières) d une façon assez paradoxale, puisque peu de Français ont pu l écouter, même si la radio britannique bénéficie d un certain taux d écoute dans le Nord et l Ouest de la France. La Bbc rediffusera quatre fois ce discours le lendemain. De plus, il n en existe pas d enregistrement, la raison invoquée à l époque par la Bbc est que tous les moyens techniques étaient mobilisés pour «couvrir» la prestation de Churchill devant la Chambre des communes, qui, quant à elle, aura de nombreux

4 174 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale auditeurs. En tout cas, de Gaulle a très vite compris combien l outil radiophonique pouvait soutenir sa démarche. Il n en demeure pas moins que cette allocution est un acte fondateur, acte de résistance à la domination nazie qui s étend sur toute l Europe continentale, bientôt acte de résistance à un régime de collaboration qui se met en place en France. Si de Gaulle peut prononcer ce discours à la Bbc, c est grâce à Churchill qui apprécie cet officier et sa détermination (il l avait vu lors de la journée du 16 juin évoquée plus haut), mais il a dû vaincre les réticences du cabinet de guerre pour imposer cette intervention sur les ondes. Il faut dire que la «défection» militaire de la France a été très mal ressentie par les Britanniques, alimentant ici et là des réactions francophobes. Charles de Gaulle ( ), qui n a pas encore 50 ans, a acquis dans les années 1930 une certaine notoriété au sein de l appareil d État français. Après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il fut blessé et fait prisonnier par les Allemands, il milita activement pour la création en France d une force blindée et mécanisée autonome qui ne serait pas une force supplétive (à l infanterie et à l artillerie), mais bien le fer de lance de la manœuvre militaire, reposant dès lors sur une stratégie offensive et sur des chefs résolus. C est avec le soutien du maréchal Pétain qu il put faire prospérer sa réflexion, de Gaulle ayant été l un de ses collaborateurs directs dans les années 1920 et les années 1930, tant au sein du Conseil supérieur de la guerre que du Conseil supérieur de la Défense nationale. De Gaulle eut ainsi la liberté de publier plusieurs ouvrages : La Discorde chez l ennemi (1924), Le Fil de l épée (1932), Vers l armée de métier (1934) et La France et son armée (1938) ; ce dernier livre finit par le brouiller avec Pétain. Parallèlement, il est parvenu à gagner à sa cause quelques décideurs politiques, au premier rang desquels Paul Reynaud, qui appela ce général iconoclaste à ses côtés, début juin 1940, et le fit entrer dans son gouvernement. Comme il en avait convenu avec Churchill, de Gaulle a attendu que le gouvernement de Pétain demande l armistice aux Allemands avant de s exprimer à la Bbc. Dans la «version officielle», celle du moins qui figure dans les Mémoires de guerre (et qui est reprise ici), les deux premières phrases de son allocution se concentrent sur le rôle des chefs militaires français qui, ayant une part de responsabilité dans la défaite de la France, se retrouvent désormais au gouvernement pour demander de cesser le combat. «Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s est mis en rapport avec l ennemi pour cesser le combat», dit-il. De Gaulle souligne ainsi le caractère incroyable de la situation ; en tant qu officier, en tant que combattant, il ne peut l accepter, d autant moins que c est un chef militaire prestigieux qui est désormais à la tête du gouvernement et qui se montre prêt à déposer les armes. En fait, à la demande du gouvernement britannique, les deux premières phrases, jugées trop lourdes de sens et trop critiques à l égard de Pétain, ont été corrigées et atténuées. C est d ailleurs par ces deux phrases corrigées que commence le texte de l Appel, tel que repris par le quotidien régional Le Petit Provençal dans son édition du

5 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», juin 1940 : «Le gouvernement a demandé à l ennemi à quelles conditions pourrait cesser le combat. Il a déclaré que si ces conditions étaient contraires à l honneur, à la dignité, à l indépendance de la France, la lutte devrait continuer.» 31 Comme l appel du 18 juin n a pas été enregistré, un doute s est instauré après la guerre sur ces deux premières phrases. Récemment encore, dans ses Mémoires, le fils du général se montrait sceptique quant au remplacement de ces deux phrases par une version atténuée, tout en n excluant pas que des journalistes l aient fait lors de la reprise de ce discours par la presse 32. La confusion fut d ailleurs entretenue à l époque par le fait que la presse britannique avait publié la version initiale du texte du général de Gaulle 33. Il n en reste pas moins que, comme on va le voir, de Gaulle n était pas, le 18 juin 1940, dans une position de rupture totale avec le pouvoir en place en France. Dans la suite de son discours, de Gaulle démontre que les moyens qui ont fait cruellement défaut à la France face à l ennemi la force mécanique, terrestre et aérienne, et une tactique adaptée peuvent se retourner contre l ennemi si on a la volonté de le faire, car il n y a pas de défaite qui soit définitive. «Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire», déclare-t-il. Pour ce faire, il indique que contrairement à ce que pourraient penser nombre de ses concitoyens «la France n est pas seule!», et il répète trois fois ce qui lui paraît être une évidence, comme pour mieux en convaincre à la fois ceux qui sont restés en France métropolitaine et ceux qui se trouvent en territoire britannique (notamment les soldats du corps expéditionnaire français de Norvège). À tous, il explique que le combat peut continuer grâce l Empire français, mais aussi grâce à l Empire britannique, avec le soutien de la puissance (industrielle) des États-Unis d Amérique. Dans ces conditions, le général de Gaulle peut faire valoir que la guerre ne s est pas terminée pour la France avec les combats qui viennent d avoir lieu sur le territoire métropolitain (la bataille de France), mais qu elle se poursuit à une autre échelle, car «cette guerre est une guerre mondiale». La force de l intervention de Charles de Gaulle réside bien là : il propose une réelle alternative. Et il prend le pari que la guerre a une dimension mondiale, ce qui n allait pas de soi à l époque. Toutefois, si de Gaulle est le chantre de cette politique alternative, il ne se présente pas encore comme étant la seule autorité politique alternative, comme le seul chef. Il «invite» les officiers et les soldats, les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d armement à «se mettre en rapport» avec lui. Il se met dans une situation où il lance un appel à la résistance, mais ne prétend pas (encore) en prendre la tête ; et il insiste pour rester (en apparence) dans un cadre légaliste. Son but premier est la poursuite du combat, l instauration d une véritable politique de résistance à l ennemi : «Quoi 31 Cité dans le Dictionnaire historique de la Résistance (sous la direction de François Marcot), éd. Robert Laffont, 2006, coll. Bouquins, p Philippe de Gaulle, De Gaulle, mon père (entretiens avec Michel Tauriac), éd. Plon, 2003, p. 136 et Voir le Dictionnaire De Gaulle (sous la direction de Claire Andrieu, Philippe Braud et Guillaume Piketty), éd. Robert Laffont, 2006, coll. Bouquins, p. 47 à 51.

6 176 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale qu il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s éteindre et ne s éteindra pas», mais, en disant cela, il est conscient de parler «au nom de la France». Et parallèlement à ce discours très fort et sans ambiguïté, il entreprend des démarches de la dernière chance auprès des plus hautes autorités militaires françaises. À l époque, de Gaulle est prêt c est du moins ce qu il dit dans ses Mémoires de guerre à se rallier au «grand chef» qui accepterait de prendre la tête du mouvement de résistance à l ennemi et donc de refuser l armistice. Même si de Gaulle avait l intime conviction qu elles ne répondraient pas par l affirmative à sa démarche, il eut l obligeance de le faire et cela est un fait avéré. Il racontera lui-même les démarches qu il a entreprises dans ce sens auprès du gouvernement Pétain, le 17 juin (alors qu il était déjà à Londres) «N y eût-il que la plus faible chance, il fallait la ménager. C est pour cela que, dès mon arrivée à Londres, le 17 après-midi, je télégraphiai à Bordeaux pour m offrir à poursuivre, dans la capitale anglaise, les négociations que j avais commencées la veille au sujet du matériel en provenance des États-Unis, des prisonniers allemands et des transports vers l Afrique» 34 ; puis, le 19 juin, auprès du général Noguès, commandant en chef en Afrique du Nord et résident général au Maroc, auquel il adressa le télégramme suivant : «Suis à Londres en contact officieux et direct avec gouvernement britannique. Me tiens à votre disposition, soit pour combattre sous vos ordres, soit pour toute démarche qui pourrait vous paraître utile» 35 (de Gaulle fait d ailleurs mention de «l Afrique de Noguès» dans son discours du 19 juin) ; et, enfin, le 20 juin, auprès du général Weygand, devenu ministre de la Défense nationale, à qui il écrit que si la «capitulation» est signée (en fait, ce sera un «armistice», et il sera signé le 22 juin), «je me joindrais à toute résistance française qui s organiserait où que ce soit», puis il propose ses services en soulignant : «mes rapports personnels avec le gouvernement britannique en particulier avec M. Churchill pourraient me permettre d être utile à vous-même ou à toute autre personnalité française qui voudrait se mettre à la tête de la résistance française continuée» 36. Dans les trois cas de figure, de Gaulle allait se heurter à des fins de non-recevoir, plus ou moins abruptes. En effet, le «cadre légaliste» dans lequel de Gaulle avait tenu à s inscrire dans un premier temps et pour la forme, car il ne devait guère se faire d illusion sur les réponses qu il recevrait allait très vite s effondrer. À sa première missive du 17 juin, il reçut une réponse le sommant de rentrer sans délai en France, et sa lettre du 20 juin lui sera retournée au mois de septembre, mais adressée au «colonel en retraite de Gaulle» (!), accompagnée d un papillon lui indiquant que s il voulait communiquer avec le général Weygand, il devait le faire par «la voie régulière» Entre-temps, l ambassade de France à Londres lui notifia l ordre de se constituer prisonnier, afin d être jugé par le Conseil de guerre (qui le condamnera par contumace à la peine de mort). Concernant la «solution» Noguès, la situation était quelque peu différente, 34 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre L'Appel , éd. Plon, 1954, rééd. Presses Pocket, 1989, p Ibid., p Ibid., p. 331.

7 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», 177 puisque cet officier général avait fait savoir qu il se tenait prêt à continuer le combat en Afrique du Nord. Cette possibilité était d autant plus crédible que les différentes autorités de l Empire étaient prêtes à le suivre. Le général Noguès tiendra encore cette position le 25 juin (donc après l armistice), mais il allait finalement plier peu après devant les injonctions de Pétain et Weygand. Ainsi, les «deux fers au feu» que de Gaulle avait menés en parallèle en direction de Weygand et de Noguès n ayant plus lieu d être, la situation s éclaircissait d un coup pour celui qui allait s imposer comme le chef de la France libre. Ainsi, contrastant avec une légende forgée par la suite, l appel du 18 juin acte emblématique de la résistance gaulliste s il en est s inscrit à cette date dans un cadre légaliste (du moins en apparence) et non dans une stratégie de rupture frontale. Ce n est qu à partir du 26 juin [voir discours n 21] que de Gaulle peut se considérer comme étant délié de toute soumission à une quelconque hiérarchie politique et militaire, qui désormais n a plus aucune légitimité à ses yeux. Toutefois, le 18 juin, c est un homme seul qui prend la décision de proclamer la résistance à outrance et qui ne se fait pas d illusion sur le ralliement des «grands chefs» militaires à ce mouvement. À court terme, le discours prononcé par de Gaulle le 18 juin n aura que peu de répercussion, il sera très peu écouté et lu (mais quelques quotidiens régionaux en feront état, on l a vu) et ne provoquera pas de ralliements massifs, d autant que la débâcle a créé un véritable traumatisme au sein de la population française, qui dans son ensemble aspire à la fin des combats. La portée mobilisatrice de cet appel et de ceux qui suivent aussitôt apparaît donc «infime» 37. Mais l appel du 18 juin va devenir très vite un acte fondateur, un symbole de la résistance, un «phare» et une source d espoir pour nombre de Français qui s efforceront d écouter tout au long de la guerre les autres «appels» du général de Gaulle à la radio de Londres. 20 Charles de Gaulle «Quoi qu il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s éteindre et ne s éteindra pas» 18 juin 1940 Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s est mis en rapport avec l ennemi pour cesser le combat. Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l ennemi. 37 Selon l expression de Bruno Leroux dans le Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 593.

8 178 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd hui. Mais le dernier mot est-il dit? L espérance doit-elle disparaître? La défaite est-elle définitive? Non! Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. Car la France n est pas seule! Elle n est pas seule! Elle n est pas seule! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l Angleterre, utiliser sans limites l immense industrie des États-Unis. Cette guerre n est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n empêchent pas qu il y a, dans l univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là. Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s éteindre et ne s éteindra pas. Demain, comme aujourd hui, je parlerai à la Radio de Londres. && Le «véritable» discours de rupture du général de Gaulle est celui qu il prononce le 26 juin Il se veut une réponse à l allocution que le maréchal Pétain a prononcée la veille pour justifier l armistice (entré en vigueur le 25 juin). Après cet acte de soumission, cet acte déshonorant, la rupture ne peut être que totale. Il lui parle de «soldat à soldat», mais aussi désormais «d égal à égal», ce qui lui permet de se poser comme la seule alternative pour sauver la France. «Monsieur le Maréchal, dans ces heures de honte et de colère pour la Patrie, il faut qu une voix vous réponde. Ce soir, cette voix sera la mienne», martèle-t-il. Faisant référence aux qualités militaires dont avait fait preuve Pétain au cours de la Première Guerre mondiale, de Gaulle veut souligner à quel point l armistice qu il vient de

9 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», 179 conclure avec les Allemands est d autant plus inacceptable pour un officier tel que lui : «Ah! pour obtenir et pour accepter un pareil acte d asservissement, on n avait pas besoin de vous, Monsieur le Maréchal, on n avait pas besoin du vainqueur de Verdun ; n importe qui aurait suffi.» Concernant l infériorité militaire française qui, selon Pétain, aurait causé la défaite de la France, de Gaulle tient à rappeler que cette infériorité tenait à «un système militaire mauvais», reposant sur une stratégie défensive, système dont «la plus haute personnalité» était précisément le maréchal Pétain. Or, ce dernier a été incapable, affirme de Gaulle, de mettre en œuvre «la réforme indispensable» dudit système, qui aurait dû reposer sur «la force mécanique offensive et manœuvrière», ce qui permit aux forces allemandes de prendre l avantage sur les forces françaises, et ce pourquoi de Gaulle avait milité tout au long des années S ensuit une condamnation très nette de l armistice par l homme du 18 juin contre cet «acte d asservissement» et ses conditions d autant plus déshonorantes et inacceptables que la France conserve des atouts dont le gouvernement Pétain n a pas voulu tenir compte : l Empire français, l Empire britannique et le potentiel des États-Unis. Dans ces conditions, comment Pétain peut-il prétendre «relever» le pays avec «la France livrée, la France pillée, la France asservie»?, se demande le général de Gaulle. Et d enchaîner par l œuvre de relèvement militaire et politique à laquelle lui, de Gaulle, va désormais s atteler, «dans la liberté», c est-à-dire en dehors du gouvernement qui vient de se soumettre à l ennemi, et en perspective de la victoire finale. Et cette victoire va reposer pour de Gaulle en premier lieu sur l entente franco-britannique et le soutien de Winston Churchill. «Naufragé de la désolation sur les rivages de l Angleterre, qu aurais-je pu faire sans son concours?», écrira plus tard le général de Gaulle 38. Et à partir du 28 juin, le gouvernement britannique reconnaît de Gaulle «comme le chef de tous les Français libres, où qu ils se trouvent, qui se rallient à lui pour la défense de la cause alliée». À l époque, militaires français sont en transit en Angleterre, mais ils souhaitent, pour la plupart, rentrer en France. Seul un petit nombre, en particulier issu du corps expéditionnaire français de Norvège, choisit de se rallier au chef de la France libre. À cela s ajoute le ralliement d individus qui décident spontanément de venir à Londres. On peut citer notamment le cas des 133 marins de l île de Sein. Début juillet 1940, de Gaulle crée les Forces françaises libres (Ffl), terrestres, maritimes et aériennes, qui, au total, compteront individus à la fin de ce même mois. Les Ffl seront reconnues par Churchill par un accord bilatéral avec de Gaulle, le 7 août Parallèlement, le premier agent du deuxième bureau (en charge des activités de renseignement) de la France libre a été introduit clandestinement en France dès le mois de juillet. Si l appel du 18 juin est l acte fondateur du mouvement de résistance qui va s incarner tout au long de la Deuxième Guerre mondiale dans la France libre, il l est également du gaullisme, mouvement politique, qui après la guerre 38 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., p. 89.

10 180 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale prendra forme autour du Rpf (Rassemblement pour la France), puis atteindra une nouvelle dimension lorsque Charles de Gaulle accédera à la présidence de la Cinquième République qu il aura tenue sur les fonts baptismaux en C est d ailleurs avec la Cinquième République que la figure du général de Gaulle va occuper la première place en France dans le «palmarès de la mémoire nationale». Ainsi, dans un sondage, à la question «Si vous pouviez vous entretenir pendant une heure avec un personnage célèbre de l histoire de France, qui choisiriez-vous?», Charles de Gaulle obtient 29 % des voix en 1999 (devançant Napoléon et Louis XIV), 22 % en 1987 (devançant François Mitterrand et Napoléon), mais seulement 1 % en 1948 (devancé alors de loin par Napoléon, Henri IV et Jeanne d Arc) 39. Intégré aux rites commémoratifs de la République, l appel du 18 juin est célébré chaque année par le président de la République française au Mont-Valérien, lieu où de nombreux résistants furent exécutés pendant la guerre par l occupant nazi. Dans la «mémoire collective», l appel du 18 juin (dont le texte est souvent confondu avec l affiche qui fut diffusée à Londres à partir de juillet 1940, où il est écrit : «La France a perdu une bataille! Mais la France n a pas perdu la guerre!») resta attaché à l acte de résistance absolu impulsé par le général de Gaulle, qui lança dès le 18 juin 1941 le rite commémoratif, en déclarant qu à cette date, un an plus tôt, naissait «la France libre». 21 Charles de Gaulle «La France livrée, la France pillée, la France asservie» 26 juin 1940 Monsieur le Maréchal, par les ondes, au-dessus de la mer, c est un soldat français qui va vous parler. Hier, j ai entendu votre voix que je connais bien et, non sans émotion, j ai écouté ce que vous disiez aux Français pour justifier ce que vous avez fait. Vous avez d abord dépeint l infériorité militaire qui a causé notre défaite. Puis, vous avez dit qu en présence d une situation jugée désespérée vous aviez pris le pouvoir pour obtenir des ennemis un armistice honorable. Vous avez ensuite déclaré que, devant les conditions posées par l ennemi, il n y avait pas eu d autre alternative que de les accepter en restant à Bordeaux ou de les refuser et passer dans l Empire pour y poursuivre la guerre, et que vous avez cru devoir rester à Bordeaux. 39 Philippe Joutard et Jean Lecuir, «Le palmarès de la mémoire nationale», in L Histoire, n 242, avril 2000.

11 II «Guerre éclair», «drôle de guerre», 181 Enfin, vous avez reconnu que le sort du peuple français allait être très cruel, mais vous avez convié ce peuple à se relever malgré tout par le travail et la discipline. Monsieur le Maréchal, dans ces heures de honte et de colère pour la Patrie, il faut qu une voix vous réponde. Ce soir, cette voix sera la mienne. En effet, notre infériorité militaire s est révélée terrible. Mais cette infériorité, à quoi tenait-elle? Elle tenait à un système militaire mauvais. La France a été foudroyée, non point du tout par le nombre des effectifs allemands, non point du tout par leur courage supérieur, mais uniquement par la force mécanique offensive et manœuvrière de l ennemi. Cela, tous les combattants le savent. Si la France n avait pas cette force mécanique, si elle s était donné une armée purement défensive, une armée de position, à qui la faute, Monsieur le Maréchal? Vous qui avez présidé à notre organisation militaire après la guerre de , vous qui fûtes généralissime jusqu en 1932, vous qui fûtes ministre de la Guerre en 1935, vous qui étiez la plus haute personnalité militaire de notre pays, avez-vous jamais soutenu, demandé, exigé la réforme indispensable de ce système mauvais? Cependant, vous appuyant sur les glorieux services que vous avez rendus pendant l autre guerre, vous avez revendiqué la responsabilité de demander l armistice à l ennemi. On vous a fait croire, Monsieur le Maréchal, que cet armistice, demandé à des soldats par le grand soldat que vous êtes, serait honorable pour la France. Je pense que maintenant vous êtes fixé. Cet armistice est déshonorant. Les deux tiers du territoire livrés à l occupation de l ennemi et de quel ennemi! Notre armée démobilisée. Nos officiers et nos soldats prisonniers maintenus en captivité. Notre flotte, nos avions, nos chars, nos armes, à livrer intacts, pour que l adversaire puisse s en servir contre nos propres Alliés. La Patrie, le gouvernement, vous-même, réduits à la servitude. Ah! Pour obtenir et pour accepter un pareil acte d asservissement, on n avait pas besoin de vous, Monsieur le Maréchal, on n avait pas besoin du vainqueur de Verdun ; n importe qui aurait suffi. Mais vous avez jugé, dites-vous, que vous pouviez, que vous deviez y souscrire. Vous avez tenu pour absurde toute prolongation de la résistance dans l Empire. Vous avez considéré comme dérisoire l effort que fournit et celui que fournira notre allié, l Empire britannique. Vous avez renoncé d avance aux ressources offertes par l immense Amérique. Vous avez joué, perdu, jeté nos cartes, fait vider nos poches, comme s il ne nous restait aucun atout. Il y a là l effet d une sorte de découragement profond, de scepticisme morose, qui a été pour beaucoup dans la liquéfaction des suprêmes résistances de nos forces métropolitaines. Et c est du même ton, Monsieur le Maréchal, que vous conviez la France livrée, la France pillée, la France asservie, à reprendre son labeur, à se refaire,

12 182 Les 50 discours qui ont marqué la 2 e Guerre mondiale à se relever. Mais dans quelle atmosphère, par quels moyens, au nom de quoi voulez-vous qu elle se relève sous la botte allemande et l escarpin italien? Oui, la France se relèvera. Elle se relèvera dans la liberté. Elle se relèvera dans la victoire. Dans l Empire, dans le monde, ici même, des forces françaises se forment et s organisent. Un jour viendra où nos armes, reforgées au loin, mais bien aiguisées, se joignant à celles que se feront nos Alliés, et peut-être à d autres encore, reviendront triomphantes sur le sol national. Alors, oui, nous referons la France! && 4. La Grande-Bretagne en guerre, la politique de collaboration et la question des pays neutres Au cours de l été 1940, les pays neutres (ceux qui le sont encore) en Europe continuent à s efforcer de préserver leur indépendance. Ils ne sont donc pas des voies de recours possibles pour les pays occupés par l Allemagne et en particulier pour les mouvements de résistance (du moins officiellement). Plongée dans la guerre, la Grande-Bretagne résiste avec beaucoup de ténacité, comme va le montrer la bataille d Angleterre. Parallèlement, les relations franco-britanniques sont mises à mal par l expédition de Mers el-kébir, mais de Gaulle s emploie à faire en sorte que ce drame ne nuise pas à sa position à Londres. En France, le maréchal Pétain s installe dans une politique de collaboration à outrance avec l occupant allemand. Les pays neutres et la guerre : le cas helvétique À l époque, on compte en Europe cinq pays neutres : la Suède (dont les pays frontaliers à l Est et à l Ouest ont été en guerre), l État libre d Irlande (qui bien que membre du Commonwealth refuse d apporter quelqu aide que ce soit au gouvernement britannique), le Portugal, l Espagne (qui est en fait passée d un statut de neutralité à celui de non-belligérance) et la Confédération helvétique. Le 25 juin 1940, le président de la Confédération helvétique, Marcel Pilet-Golaz ( ), prononce un discours pour rassurer ses concitoyens, le jour même de l entrée en vigueur de l armistice en France et alors que son pays se retrouve complètement isolé en Europe. À 50 ans, Marcel Pilet-Golaz est à la fois président de la Confédération (pour l année en cours et pour la deuxième fois, car il l a déjà été en 1934) et directeur du département Politique (Affaires étrangères). Membre du parti radical (droite), il a été élu au Conseil fédéral à partir de 1928, il a la charge du département de l Intérieur ( ), puis du département des Postes

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne 17 novembre 2014 Sommaire 100 ans après le déclenchement de la Grande Guerre, le bureau de Georges Clemenceau restauré Le bureau de Georges

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

23. Le discours rapporté au passé

23. Le discours rapporté au passé 23 23. Le discours rapporté au passé 23.1 LE DISCOURS INDIRECT On utilise le discours indirect pour transmettre : Les paroles de quelqu un qui n est pas là : Il me dit que tu pars. Les paroles de votre

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Le futur doit s ancrer dans l histoire

Le futur doit s ancrer dans l histoire Conférence de presse du 3 septembre 2013 Le texte prononcé fait foi. Le futur doit s ancrer dans l histoire Patrick Odier, Président du Conseil d administration, Association suisse des banquiers Mesdames,

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Aperçu de la leçon Le leadership est une qualité importante en temps de guerre. Qu est-ce qui fait un leader? Le chef Tecumseh a joué

Plus en détail

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008 DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE Varsovie Mercredi 28 mai 2008 Monsieur le Maréchal de la Diète, Monsieur le Maréchal du Sénat, Mesdames et Messieurs les Députés et

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA Notes pour une allocution prononcée par M. Patrick Déry Surintendant de l encadrement

Plus en détail

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire Tués au combat dans la Somme Liste des 118 soldats tués au combat avec le 38 e bataillon, unité levée à Ottawa, pendant l attaque contre la tranchée Desire et Grandcourt, dans la Somme, le 18 novembre

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

Au pays du non voyant

Au pays du non voyant Olivier Guiryanan Au pays du non voyant Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU NOTE n 7 - Fondation Jean- / 2014 année - 28 février 2014 - page 1 Benoît Kermoal* * Doctorant à l EHESS, enseignant en histoire au lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie Dans l Humanité du 7 mars 1914,

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

LE 11 NOVEMBRE. Un Jour-Mémoire. Collection «Mémoire et Citoyenneté» MINISTÈRE DE LA DÉFENSE. Secrétariat général pour l administration

LE 11 NOVEMBRE. Un Jour-Mémoire. Collection «Mémoire et Citoyenneté» MINISTÈRE DE LA DÉFENSE. Secrétariat général pour l administration n 8 Collection «Mémoire et Citoyenneté» LE 11 NOVEMBRE Un Jour-Mémoire MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Secrétariat général pour l administration DIRECTION DE LA MÉMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES ARCHIVES Le 11 Novembre

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

CE QUE PARCE QUE 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes

CE QUE PARCE QUE 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES PAR HOMOPHONES CE QUE PARCE QUE 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes par ce que parce que par ce que : préposition par suivi du pronom démonstratif

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Leçon n 9 : Effondrement et refondation républicaine (1940-1946)

Leçon n 9 : Effondrement et refondation républicaine (1940-1946) Leçon n 9 : Effondrement et refondation républicaine (1940-1946) Introduction : Le 10 mai 1940, l armée allemande lance son offensive contre la France qui est rapidement battue. La moitié nord du pays

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Prise de rendez-vous pour une présentation

Prise de rendez-vous pour une présentation Prise de rendez-vous pour une présentation Établir des rendez-vous réguliers Venez-vous de démarrer votre propre entreprise Tupperware et n'êtes-vous pas certain/e d obtenir un oui pour la fixation d'une

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT DISCOURS DIRECT ET INDIRECT Si vous voulez rapporter les paroles de quelqu un, vous pouvez utiliser le discours direct ou le discours indirect (nous n aborderons pas ici le style indirect libre, qui relève

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la 13 NOVEMBRE 2007 Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la C H A R T E E T H I Q U E présentée par François Bayrou au Forum des Démocrates Seignosse 13-16 septembre

Plus en détail

Ambassador s Activities

Ambassador s Activities Ambassador s Activities 2013 Distributor: French Embassy in the UK - Press and Communications Services - 58 Knightsbridge, SW1X 7JT London E-Mail: press@ambafrance-uk.org Web: Intervention de SEM Bernard

Plus en détail

Les symboles français

Les symboles français Fiche Pédagogique Les symboles français Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif 2 Fiche élève. 3-4 Fiche professeur.5-6 Transcription.7 Sources. 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR,

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux?

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau La réponse à cette question, qui rend perplexe tant les

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

1958-1962, une nouvelle république

1958-1962, une nouvelle république Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 5 Les Français et la République Question 1 La République, trois républiques Cours 3 1958-1962, une nouvelle république I La fin de la IV e République et l adoption

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

PROSPECTION R.C.P.A. Principe de prospection du R.C.P.A. 1. Prise de RDV par téléphone 2. RDV Terrain

PROSPECTION R.C.P.A. Principe de prospection du R.C.P.A. 1. Prise de RDV par téléphone 2. RDV Terrain PROSPECTION R.C.P.A. Principe de prospection du R.C.P.A. 1. Prise de RDV par téléphone 2. RDV Terrain PROSPECTION TELEPHONIQUE POUR PRISE RDV Barrage secrétaire Interlocuteur PREPARATION DU RDV Etape 1

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Livre d Or Dale Carnegie. www.dale-carnegie.fr

Livre d Or Dale Carnegie. www.dale-carnegie.fr Dale Carnegie www.dale-carnegie.fr Principes tirés de Comment se faire des Amis Devenir une Personne Amicale 1. Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas. 2. Complimentez honnêtement et

Plus en détail

La Libération du Nord-Pas de Calais

La Libération du Nord-Pas de Calais La Libération du Nord-Pas de Calais I Une Libération éclair : 1 er au 5 septembre 1944 A La libération de la région et de la Belgique en 5 jours, du 1 er au 5 septembre : une ruée fulgurante des Alliés,

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

L HUMAIN, UNE RESSOURCE RARE

L HUMAIN, UNE RESSOURCE RARE L HUMAIN, UNE RESSOURCE RARE A y regarder de plus près, qu est-ce qui préside à la réussite et à la pérennité d une entreprise? C est l humain! Que ce soit dans le secteur des services qui draine près

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs,

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs, Traduction Discours de Monsieur Joachim Gauck, président de la République fédérale d Allemagne, au Conseil des droits de l homme des Nations Unies le 25 février 2013 à Genève Madame la Haut-Commissaire,

Plus en détail

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005)

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Ces résultats correspondent à 18 questionnaires parmi les 26 stagiaires du groupe Amiens. Le total des réponses ne fait pas toujours

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail