Relèvement des compétences de la main-d œuvre : formation parrainée par l employeur et correction des pénuries de compétences

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Relèvement des compétences de la main-d œuvre : formation parrainée par l employeur et correction des pénuries de compétences"

Transcription

1 Relèvement des compétences de la main-d œuvre : formation parrainée par l employeur et correction des pénuries de compétences Octobre 2013

2 La préparation de ce document a été rendue possible grâce au soutien généreux de nos commanditaires Diamant Platine Or AuRico Gold GE Canada Rothmans Benson & Hedges The Economical

3 Table des matières 1. Pourquoi se concentrer sur le relèvement des compétences par l employeur Contexte et objectif du rapport Définitions Objectif en matière de formation... 7 A. Écosystème de formation destiné aux employés Fournisseurs Déterminants Prestation Petites entreprises Métiers Grande entreprises Encadrés : Adapter l enseignement universitaire aux employeurs Formation visant les PME dans les collèges et les instituts Point de vue sur la formation d apprenti dans les établissements polytechniques Gestion stratégique de l effectif et perfectionnement des compétences B. Formation des employés parrainée par les employeurs Ce que les employeurs dépensent en formation Ceux qui investissent Ce dans quoi ils investissent Encadré : Le capital humain et la demande de compétences non techniques C. Lacunes dans la formation des employés Lacunes à l échelle des secteurs Alphabétisation et compétences essentielles Obtenir un rendement de l investissement L importance du rôle des RH Inclusion élargie Les études et l insuffisance du nombre d emplois Encadrés : Formation préparatoire à l emploi et profil modulable : façons d agrandir son bassin de talents Au carrefour de l innovation et de l éducation Incidences sur les politiques et recommandations... 36

4 Remerciements Nous remercions Global Public Affairs, notamment John Allen, pour sa collaboration au présent rapport. La participation des commanditaires de l initiative sur les compétences et des membres du Comité des ressources humaines de la Chambre de commerce fut précieuse. Sarah Anson-Cartwright, directrice, Politiques des compétences, est la personne-ressource de ce rapport.

5 1. Pourquoi se concentrer sur le relèvement des compétences par l employeur Le déséquilibre des compétences continue de poser problème aux employeurs dans l ensemble de l économie canadienne. Le taux de postes vacants demeure élevé dans certaines professions, et on ne prévoit pas de diminution 1. Sur le marché du travail, le fait est que l offre met du temps pour s adapter à la demande. Dans l intervalle, les employeurs n ont pas les moyens de rester là à ne rien faire. Comme ce rapport le révèle, les employeurs sont plus déterminés à combler les lacunes dans les compétences en se concentrant sur les employés en poste. Il ressort des discussions avec les employeurs qu ils se débattent tous avec des problèmes de ressources humaines (RH), qui exigent qu on y porte une attention nouvelle et plus grande que jamais. Alors même qu ils cherchent à pourvoir les postes vacants et à planifier les départs à la retraite des membres de leur personnel, ils réagissent de plus en plus en repensant et en réexaminant leur rôle dans la formation, l apprentissage et le perfectionnement des employés actuels. Pour ce qui est de la résolution du problème de l adéquation des compétences aux emplois disponibles, certains soutiennent que «la limite qui sépare le travail des gouvernements et celui des employeurs est mal définie 2». Une réponse globale engagerait tout au moins les gouvernements, le système d éducation et les employeurs. Le présent rapport met l accent sur la réponse des employeurs et, plus particulièrement, sur le rôle de la formation parrainée par l employeur dans le relèvement des compétences des employés en poste. À titre d association de gens d affaires la plus importante du Canada, la Chambre de commerce du Canada veut que les décideurs et les autres intervenants comprennent comment les employeurs réagissent à la pénurie et au déséquilibre des compétences. Notre rapport détaillé sur la pénurie de compétences communique l expérience et l opinion des chefs d entreprise, des enseignants et d autres parties, de tous les secteurs et de toutes les régions du Canada, alors qu ils font face à la pénurie de compétences et essaient de remédier aux déséquilibres sur le marché du travail 3. Le rapport sur notre symposium sur les compétences et les petites entreprises énonce les défis de la communauté des PME et les besoins qu elle a de combler les lacunes dans les compétences lorsque le coût, le temps et l insuffisance des RH constituent les principaux obstacles à la formation des employés 4. Certes, beaucoup d employeurs aimeraient que le système d éducation prépare mieux les jeunes gens en les dotant de compétences non techniques avant qu ils entament leur carrière. D autres entreprises investissent beaucoup dans la formation sur place pour se rendre compte à quel point le capital humain peut être mobile, même quand il s agit de passer d un employeur important à une petite entreprise. Mais encore, d autres ont réorienté de façon importante leurs priorités vers le recyclage de leur main-d œuvre et le financement de postes à venir, en phase avec l évolution de leur entreprise. Toutefois, l ensemble de la communauté des employeurs reconnaît la nécessité de perfectionner le personnel en place. Que ce soit de concert avec des établissements postsecondaires ou en répondant aux mesures incitatives découlant de la politique publique, les employeurs peuvent faire et feront davantage pour donner des possibilités au capital humain. C est un impératif opérationnel. Considérez le présent rapport comme un pas à franchir pour comprendre et ultimement optimiser le rôle des entreprises dans la collaboration avec les particuliers, les enseignants et les gouvernements afin d obtenir des compétences plus utiles et de meilleurs résultats pour l économie canadienne. 1 Gouvernement du Canada. Plan d action économique 2013: Emplois, croissance et prospérité à long terme 21 mars, p ManpowerGroup. The Great Talent Shortage Awakening: Actions to Take for a Sustainable Workforce La Chambre de commerce du Canada. Crise des compétences au Canada: Ce que nous avons entendu. Septembre La Chambre de commerce du Canada. Palier la pénurie des compétences: des pistes pour les petites entreprises. Février La Chambre de commerce du Canada 3

6 2. Contexte et objectif du rapport On critique souvent les employeurs pour ne pas avoir investi suffisamment dans la formation de leurs employés et le perfectionnement de leurs compétences. On s attend à ce que les établissements d enseignement préparent mieux les gens à s intégrer au marché du travail, possédant davantage les compétences recherchées par les employeurs. Il ressort du contexte de ce rapport que les employeurs sont susceptibles de parrainer plus de programmes de formation formelle d employés actuels et éventuels si cela est prévu à leur propre plan de main-d œuvre ou s ils ont accès à des incitatifs financiers. Plus particulièrement, dans son budget de 2013, le gouvernement fédéral a introduit des changements au soutien à la formation qui visent à mieux apparier la formation des travailleurs aux compétences dont les employeurs ont besoin. Pour comprendre les résultats possibles de l accroissement des activités de relèvement des compétences par les employeurs, il vaut la peine de se représenter la formation parrainée par l employeur et la nécessité de relever les compétences, et de les réaligner sur le marché du travail. Essentiellement, le présent rapport fait le tour des études canadiennes afin de synthétiser ce que nous savons sur l écosystème de formation et sur ce que les employeurs offrent à leurs employés. Il est entrecoupé d entrevues, placées dans des encadrés, réalisées avec des membres de la Chambre de commerce qui présentent le point de vue de cadres responsables des RH, d employeurs et d enseignants. Il traite de sujets connexes, y compris la personnalisation de la formation des employeurs, l enjeu de l apprentissage, la planification du recyclage et de la réaffectation, la formation préparatoire à l emploi pour les jeunes et la perpétuelle demande de compétences non techniques. Ce rapport donne un aperçu des formations formelles en tout genre qui sont proposées aux employés. Il indique également quels types de perfectionnement des compétences, de formation et d apprentissage semblent déborder du domaine de l employeur et plutôt appartenir à celui des établissements d enseignement et d autres parties. Le présent rapport a pour objectif principal d examiner les attentes à l endroit de la formation parrainée par l employeur et les résultats éventuels d une mesure d encouragement visant ce type de formation. Il accorde la priorité à la formation formelle, que l employeur choisit, approuve et paie. La formation formelle a généralement lieu à l extérieur, souvent dans un établissement d enseignement ou chez un fournisseur de formations capable de délivrer des certificats (reportez-vous à la section «Définitions» cidessous). En exposant l écosystème de formation et en présentant ses principaux acteurs, ce rapport révélera toute lacune non comblée par la formation parrainée par l employeur. Des recommandations en vue de l établissement d une politique découleront de la mise en lumière de l écosystème actuel et de l analyse des lacunes dans la formation destinée aux employés. 4 Relèvement des compétences de la main-d œuvre

7 3. Définitions Ce rapport se concentre sur l apprentissage formel parrainé par l employeur. Le Conseil canadien sur l apprentissage 5 a synthétisé les travaux d organisations comme le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (CEDEFOP) 6 et l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) 7 afin de définir trois larges catégories d apprentissage : formel, non formel et informel. Bien que ces définitions nous aident, le flou de la démarcation entre apprentissages formel, non formel et informel rend la recherche dans ce domaine difficile. C est ce que démontre l évolution de la formation en entreprise, décrite dans ses grandes lignes par Bersin, alors que le Conference Board du Canada mentionne également le passage d un apprentissage formel centré sur l individu à un apprentissage social centré sur le groupe 8. L apprentissage formel est considéré comme une activité d apprentissage qui a lieu dans un cadre organisé et structuré, et qui mène à un titre de compétence reconnu (appelé aussi apprentissage structuré). De manière générale, l apprentissage non formel se tient en parallèle d un programme de formation reconnu, mais il ne mène généralement pas à un certificat ou à un titre de compétence officiel (appelé aussi éducation permanente ou formation complémentaire). Le Conference Board du Canada désigne cette catégorie sous le nom d apprentissage social. L apprentissage informel intervient dans les activités quotidiennes et peut être voulu ou non, et il est reconnu par l apprenant comme une activité qui a entraîné un transfert de connaissances, de façons de voir ou de compétences (appelé aussi apprentissage expérientiel). 5 Conseil canadien sur l apprentissage. Assurer la prospérité grâce à l infrastructure humaine canadienne : L état de l apprentissage chez les adultes et de la formation en milieu de travail au Canada Otero, Manuel Souto, Jo Hawley et Anne-Mari Nevala (eds). European Inventory on Validation of Informal and Non-formal Learning. A final report to DG Education and Culture of the European Commission L Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Recognising Non-Formal and Informal Learning Lavis, Carrie. Le Conference Board du Canada. Learning and Development Outlook 2011: Are Organizations Ready for Learning 2.0? La Chambre de commerce du Canada 5

8 Formation en entreprise des dernières décennies Depuis 2008 Apprentissage coopératif, axé sur le talent Officialisation de l apprentissage informel Collaboration et gestion des employés délibérées 1995 à aujourd hui Apprentissage hybride et informel Associant tous les médias et l apprentissage informel Apprentissage sur demande et programmes intégrés 1998 à 2004 Ère de l apprentissage en ligne Mise en ligne des documents, information vs instruction Didacticiel dans Internet, salles de classe virtuelles Années 1980 aux années 1990 Formation traditionnelle et assistée par ordinateur Donnée par un enseignant et informatisée Source : Bersin, par Deloitte, Relèvement des compétences de la main-d œuvre

9 4. Objectif en matière de formation Le présent rapport vise à réunir les résultats des études disponibles, complétés par des entrevues avec des experts du domaine de la formation et du perfectionnement des compétences, afin de brosser un tableau des programmes de formation et d apprentissage que les employeurs parrainent au Canada. À cette fin, cet examen cherchera à répondre à trois questions principales : 1. À quoi l écosystème de formation et de perfectionnement des compétences ressemble-t-il? 2. Dans quels programmes de formation les employeurs investissent-ils? 3. Où sont les lacunes dans la formation des employés? Cette compréhension approfondie contribuera au bout du compte à soutenir les discussions sur les programmes de formation et de perfectionnement des compétences en vigueur, de même que sur la meilleure façon de mettre au point les programmes financés et parrainés par les employeurs. A. Écosystème de formation destiné aux employés Pour faire mieux comprendre les options de formation offertes aux employés, le présent examen tente d abord de représenter l écosystème des programmes formels de formation et d apprentissage qui est destiné aux employés. Cet écosystème peut varier considérablement, aussi bien pour les employeurs que pour les employés, selon le secteur et l emplacement, la taille de l entreprise constituant aussi un facteur important. En effet, même en tenant compte de tous ces facteurs, l écosystème peut encore varier beaucoup d une entreprise à une autre, puisqu il y a des entreprises et des personnes qui accordent davantage d importance à la formation et au relèvement des compétences pour accroître le rendement. Quand ils choisissent le programme de formation idéal à proposer aux employés, les employeurs ont généralement à prendre quatre décisions principales qui découlent des questions suivantes : Qu est-ce que je veux accomplir? De quelles ressources est-ce que je dispose? Qui devrait donner la formation? Comment devrait-il ou elle la donner? La demande est dictée par des déterminants, c està-dire les raisons pour lesquelles, premièrement, les employeurs souhaitent offrir la formation. On admet de plus en plus que pour réussir, une formation devrait être axée sur la demande et liée aux objectifs globaux de l entreprise. Toutefois, les entreprises ont encore du chemin à faire avant de devenir stratégiques dans leur façon de perfectionner les compétences de leur personnel 10. En déterminant ses objectifs, l entreprise doit choisir les personnes appropriées pour que la formation soit efficace. En établissant ce que l entreprise et ses employés souhaite réaliser par la formation et le perfectionnement des compétences, elle doit décider de la mesure des ressources à y affecter. Comme le montre l enquête d American Express intitulée Small Business Monitor 11, cette mesure peut varier de rien du tout pour 5 % des entreprises à plus de 21 % des revenus pour 7 % d entre elles. 10 La Chambre de commerce du Canada. Palier la pénurie des compétences: des pistes pour les petites entreprises. Février American Express Small Business Monitor. Investing in Talent: Skills Training and Development La Chambre de commerce du Canada 7

10 Les entreprises ont un vaste choix de fournisseurs de formation, qu ils proviennent de l entreprise ou représentent un fournisseur externe, et la formation peut avoir lieu sur place ou à l extérieur. Les modes de prestation sont aussi variés et ils évoluent continuellement, en grande partie grâce aux technologies de l information, et leur très grande efficacité s appuie sur les résultats de nombreux travaux de recherche. Facteurs externes qui affectent la formation Gouvernements, organismes de réglementation et organisations professionnelles Établissement d exigences professionnelles et possibilité d offrir des mesures pour inciter à investir dans les compétences U lisateurs finaux Déterminants Presta on Fournisseurs Nécessité de choisir en fonc on des objec fs de l entreprise Qu est-ce qui encourage les entreprises ou les individus à inves r dans les compétences? Quels sont les moyens efficaces d obtenir des résultats? Qui propose la valeur et les compétences spécialisées les plus grandes? Employeurs Exigence Type Interne Employés Professions réglementées Mé ers réglementés Formel Non formel Informel Externe Secteur privé Chaîne de valeur Nécessité Technique Compé vité Souhaitable Titres de compétence faculta fs Modes de presta on Salle de classe Face à face En ligne Hybride Gouvernement Établissements d enseignement Réseaux associés Syndicats Autres Profil 8 Relèvement des compétences de la main-d œuvre

11 1. Fournisseurs En gros, il est possible de diviser les fournisseurs en intervenants internes (ceux qui sont de l entreprise) et externes. Le choix de fournisseurs externes est large et, pour certaines entreprises, déroutant 12. Le rapport dressé par des chercheurs canadiens pour le compte de l OCDE classe par catégories les acteurs externes engagés dans la formation et le perfectionnement des compétences, comme l indique le tableau suivant 13. Formation et apprentissage des fournisseurs Formateurs et conseillers du secteur privé Fournisseurs et autres entreprises liées à la chaîne de valeur Organismes gouvernementaux Établissements d enseignement Réseaux associés Syndicats Autres fournisseurs Formateurs Fournisseurs de matériel, d appareils et d équipements Programmes financés par les gouvernements Écoles (centres de formation professionnelle) Conseils sectoriels Conseillers Autres entreprises liées à la chaîne de valeur (distributeurs, détaillants) Centres de développement économique Collèges Associations ou groupes de gens d affaires Autres divisions de la même entreprise Organismes municipaux Universités Associations professionnelles Other ministries Établissements polytechniques Associations industrielles Organismes sans but lucratif 12 La Chambre de commerce du Canada. Palier la pénurie des compétences: des pistes pour les petites entreprises. Février Bélanger, Paul et Sylvie Ann Hart. L Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Leveraging Training and Skills Development in SMEs An analysis of two Canadian urban regions: Montreal and Winnipeg report%20final%20formatted.pdf La Chambre de commerce du Canada 9

12 Les entreprises plus grandes investissent souvent beaucoup dans leur capacité de formation interne, une source d avantage concurrentiel, et font la promotion du perfectionnement professionnel de façon à attirer les meilleurs talents. En outre, elles peuvent faire appel aux meilleures connaissances de l extérieur et les adapter à leurs besoins. Lorsque les petites entreprises songent à la formation formelle, elles ont tendance à se fier davantage à ce qui est offert à l extérieur, bien qu elles essaient de se donner une capacité interne 14. Formateurs et conseillers du secteur privé Il y a une variété infinie de fournisseurs du secteur privé qui peuvent adapter la prestation de la formation en fonction du budget de l utilisateur final. Chaîne de valeur Les partenaires au sein d une chaîne de valeur peuvent offrir de l aide au perfectionnement des compétences. De grandes entreprises comme HP 15 et Tervita 16 collaborent avec leurs fournisseurs et soustraitants à perfectionner des compétences portant sur la performance et la sécurité environnementales. Les entreprises peuvent aussi présenter la formation comme un avantage pour les clients 17. Organismes gouvernementaux En général, ils offrent de l aide quand ils le peuvent, particulièrement aux petites entreprises. Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, qui a collaboré avec des entreprises à la création de NL HR Manager 18, une trousse de gestion des RH en ligne, en est un bon exemple. Établissements d enseignement Les universités, les collèges communautaires et les établissements polytechniques offrent une gamme de programmes de formation et ont notamment pour avantage de pouvoir conférer des titres de compétence et des certificats. Des entreprises de toutes les tailles peuvent proposer de financer la formation ou d en couvrir les frais. Selon les besoins (et la taille de l entreprise), il arrive que ces établissements collaborent avec les entreprises à la conception de programmes personnalisés. Réseaux associés Les associations et les conseils sectoriels sont devenus d utiles véhicules de mise en commun des ressources pour concevoir et réaliser des programmes de formation. Par exemple, le Conseil canadien des ressources humaines en tourisme a lancé un projet pour évaluer le rendement des investissements et mettre au point des outils qui pourraient servir à l échelle de l industrie du tourisme 19. Les associations et les conseils sectoriels, comme l Association de la gestion de la chaîne d approvisionnement (AGCA) 20 et le Forum pour la formation en commerce international (FITT) 21, peuvent aussi conférer des titres de compétence. Syndicats En général, ils sont plus répandus dans les métiers. Les syndicats comme les Travailleurs et travailleuses unis de l alimentation et du commerce du Canada (TUAC) 22, proposent des programmes de formation personnelle, des ateliers ainsi que des ressources en ligne et imprimées. L hôtel Fairmont Royal York de Toronto a collaboré avec la section locale 75, le syndicat des travailleurs de l hôtellerie de la ville, à la conception d une démarche sectorielle de la formation au travail 23. Il est aussi possible de faire appel à plus d un des fournisseurs énumérés ci-dessus. Les partenariats établis en vue de donner de la formation et réunissant différents acteurs de l écosystème s avèrent parfois très efficaces. 14 American Express Small Business Monitor. Investing in Talent: Skills Training and Development La Chambre de commerce du Canada. Palier la pénurie des compétences: des pistes pour les petites entreprises. Février ABC Life Literacy Canada. Investing in Essential Skills Relèvement des compétences de la main-d œuvre

13 Adapter l enseignement universitaire aux employeurs Lorsque la Irving Oil a décidé d établir sur place un programme de MBA pour cadres à l intention de ses employés, elle a présenté sa demande à l Université du Nouveau-Brunswick. Devinez combien de temps a mis l université pour mettre en place un programme pour les employés-étudiants. Seulement 90 jours. Dans un partenariat bénéfique à tous, l entreprise et l université ont collaboré afin de permettre à 50 employés par année de faire des études de MBA pour cadres. Tous les jours, les employés peuvent mettre en pratique au travail les théories qu ils ont apprises. Mis en œuvre sous l impulsion de Mike Ashar, ancien président de l entreprise, le programme représente l avantage concurrentiel par l engagement envers la formation des employés. Le programme est spécial puisqu on le donne sur place, plutôt que de demander aux employés de poursuivre leur apprentissage à l extérieur, après les heures de travail. «La formation des employés est une responsabilité partagée, et les employés doivent réfléchir à ce que leur employeur peut faire pour eux pour maintenir leurs compétences au plus haut niveau», dit Paul Davidson, président de l Association des universités et collèges du Canada (AUCC), qui représente les 97 universités canadiennes. «Le nombre d étudiants à temps partiel n a pas augmenté au Canada comme il l a fait dans d autres pays», signale M. Davidson. Il précise qu aux États-Unis, par exemple, la majorité des étudiants inscrite au niveau postsecondaire est constituée d étudiants non traditionnels (c est-à-dire d adultes et d étudiants à temps partiel). Il poursuit en disant : «Des politiques d encouragement aux études à temps partiel nous rendraient service». «Les universités ont acquis des compétences spécialisées leur permettant de fournir des programmes personnalisés aux employeurs et à d autres parties intéressées dans la collectivité, raconte M. Davidson. Les nouvelles technologies leur permettent de donner la formation dans des établissements éloignés ; par exemple, pour aider à améliorer les compétences et à préparer les employés pour la vie après le travail dans une industrie d extraction.» De surcroît, il faut considérer les universités comme une ressource qui aide les employeurs et les employés-étudiants à atteindre leurs objectifs. «Il existe des centaines d exemples littéralement remarquables de collaboration entre une entreprise et une université pour répondre à des besoins particuliers.» M. Davidson encourage les chefs d entreprise à considérer les universités comme un élément d actif sous-exploité par exemple, pour courtiser des marchés étrangers. Plus de 40 % des professeurs canadiens ont enseigné à l étranger, les étudiants étrangers nous donnent un aperçu des marchés nouveaux ou émergents et les étudiants canadiens reviennent d un stage à l étranger armés de compétences et d une expérience très utiles. «Les universités sont des institutions dynamiques, déclare M. Davidson. Un million d étudiants canadiens recevront leur premier diplôme universitaire d ici La moitié des professeurs d université ont été embauchés ces dix dernières années.» «Pensez au pouvoir du partenariat universitaire dans la région de Waterloo ou à la façon dont le Quartier de l innovation est en voie de transformer le centre-ville de Montréal, ou encore voyez le réaménagement urbain qui se dessine à Windsor tous des exemples d universités qui répondent aux besoins de la collectivité et des entreprises», ajoute-t-il. M. Davidson fait écho à Perrin Beatty, président de la Chambre de commerce, qui disait récemment aux chambres membres : «Décrochez le téléphone et appelez un établissement postsecondaire ou, encore mieux, visitez le campus de votre localité.» La Chambre de commerce du Canada 11

14 2. Déterminants On a cerné un certain nombre de facteurs qui conduisent les entreprises à investir dans les compétences et la formation. Pour beaucoup d entre elles, le plus important est la conformité aux règlements et aux autres prescriptions juridiques 24. Il se peut que d autres avantages importants influencent un employeur dans sa décision d investir : l accroissement de la compétitivité, l augmentation de la productivité et la croissance de l entreprise, par exemple. Il est également possible de considérer le relèvement des compétences et la formation comme un élément de différenciation essentiel pour attirer et conserver les meilleurs employés. Les normes professionnelles établies par le gouvernement ou la corporation professionnelle elle-même constituent un facteur important dans la détermination des dépenses de formation des entreprises, particulièrement les plus petites. Le gouvernement de l Alberta 25 a divisé ces exigences en deux catégories professionnelles pour les besoins de l immigration : celles des professions réglementées et celles des métiers réglementés. Carrières avec titres de compétence (en Alberta) Professions réglementées : professions encadrées, par un organisme de réglementation professionnel, que le gouvernement provincial a divisées en cinq catégories : Affaires, finances, administration et gestion comptable et conseiller en gestion, par exemple ; Génie, architecture, industries et sciences naturelles architecte, planificateur, géologue et vétérinaire, par exemple ; Soins de santé, dentaires et services d urgence chiropraticien, dentiste, opticien, pharmacien et médecin, par exemple ; Utilisation du sol, ressources naturelles et immobilier forestier, arpenteur et courtier immobilier, par exemple ; Travail social ou juridique, éducation et fonction publique avocat, travailleur social et enseignant, par exemple. Métiers réglementés : pour exercer un métier à certificat obligatoire en Alberta, les employés doivent s inscrire auprès de l Alberta Apprenticeship and Industry Training (AIT). Quant aux titres de compétence facultatifs, c est à l employeur de décider si l employé possède les connaissances et les compétences nécessaires, par exemple en vérifiant si l employé a déjà fait ce métier ailleurs. Toutefois, quiconque apprend un métier doit devenir apprenti inscrit. Métiers à certificat obligatoire technicien à l entretien et à la réparation d automobiles, électricien, monteur d installations au gaz, coiffeuse styliste et technicien d équipement lourd, par exemple ; Métiers à certificat facultatif boulanger, charpentier, spécialiste de l isolation thermique, usineur, électricien de réseau électrique et couvreur, par exemple. 24 Bélanger, Paul et Sylvie Ann Hart. L Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Leveraging Training and Skills Development in SMEs An analysis of two Canadian urban regions: Montreal and Winnipeg Relèvement des compétences de la main-d œuvre

15 3. Prestation Les modes de prestation ont évolué au fil du temps, alors que bien des théories définissent la meilleure méthode pour des circonstances données. L OCDE, l Union européenne et d autres ont essayé d apporter un peu de clarté et d uniformité à l écosystème de formation en classant par catégories formel, informel et non formel les différents types de formation et de perfectionnement des compétences 26. Une étude de l OCDE 27 a permis de constater que l importance du certificat de compétence comme finalité des programmes de formation varie beaucoup d une région du Canada à une autre. Alors que 62,7 % des programmes de formation à Montréal mènent à un diplôme ou à un certificat reconnu, cette proportion s établit à seulement 19,4 % à Winnipeg. Il existe également des différences entre les petites et les grandes entreprises, alors que les petites préfèrent investir dans la formation informelle, d après la Fédération canadienne de l entreprise indépendante (FCEI) 28. Les modes de prestation se multiplient, et les programmes hybrides connaissent de plus en plus de succès. Le Conference Board du Canada 29 constate que le cours magistral (ou en classe) est le plus courant, alors que 58 % du temps total de formation y est consacré et que 95 % des entreprises y ont recours. Les trois quarts des entreprises proposent également des programmes d apprentissage en ligne (rythme personnel). Le Conference Board divise les modes de prestation en cours magistraux, en apprentissages selon un rythme personnel et en apprentissages coopératifs, les moyens de prestation énumérés étant la salle de classe, Internet, le face à face et la présentation hybride. Un programme peut être court et intensif ou, dans certains cas, s étendre sur plus de cinq ans 30. Pour les petites entreprises, la méthode la plus courante est la formation au travail (y compris les apprentissages), retenue par 53 % des entreprises. L encadrement par des gestionnaires ou des praticiens externes, au travail ou à l extérieur, est courant aussi Organisation for Economic Co-operation and Development. Recognising Non-Formal and Informal Learning, Bélanger, Paul et Sylvie Ann Hart. L Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Leveraging Training and Skills Development in SMEs An analysis of two Canadian urban regions: Montreal and Winnipeg report%20final%20formatted.pdf 28 La fédération canadienne de l entreprise indépendante. Canada s Training Ground: SMEs $18 Billion Investment in the Nation s Workforce Lavis, Carrie. Le Conference Board du Canada. Learning and Development Outlook 2011: Are Organizations Ready for Learning 2.0? Robinson, Nobina. Business must share responsibility for shortage of skilled workers. The Globe and Mail. March 6, www. theglobeandmail.com/news/national/education/business-must-share-responsibility-for-shortage-of-skilled-workers/article / GLOBE ARTICLE 31 American Express Small Business Monitor. Investing in Talent: Skills Training and Development La Chambre de commerce du Canada 13

16 4. Petites entreprises Les petites entreprises de moins de 100 employés représentent 98 % des entreprises du Canada, employant en tout quelque cinq millions de personnes 32. L augmentation de la productivité, l accroissement de la compétitivité, la fidélisation et la polyvalence du personnel ainsi que la conformité aux exigences aussi bien du gouvernement que du secteur figurent parmi les raisons qui incitent les entreprises plus petites à investir dans la formation 33. De manière générale, les petites entreprises n ont pas les ressources nécessaires pour se donner une capacité de formation interne, ou même, dans bien des cas, une fonction RH spécialisée. Pour elles, cela se traduit par une dépendance accrue envers les ressources externes, notamment les gouvernements, les associations industrielles et les partenaires 34. Cela dit, 26 % des PME reconnaissent qu elles ont réduit ou limité leurs dépenses de formation et de perfectionnement en mettant sur pied leur propre programme interne 35. Une enquête réalisée par la FCEI en a permis de constater que 94 % des PME offrent un programme de formation formel ou informel, comparativement à 88 % en Dans 49 % des cas, les PME proposent un programme de formation formel. Une enquête menée par American Express auprès de 500 PME du Canada, intitulée Small Business Monitor 37, montre que ce nombre s est maintenu, alors que seulement 5 % des petites entreprises ne prévoient aucune formation à leur budget. Différents auteurs contestent l idée selon laquelle les entreprises plus petites investissent moins dans les compétences 38. Des études laissent entendre que ces entreprises ont tendance à recourir davantage à la formation informelle et qu elles sont moins susceptibles de suivre l évolution des dépenses, ce qui embrouille les choses 39. Un investissement dans les compétences représente parfois un plus grand risque pour les entreprises plus petites puisque leur capacité d absorber le coût et la charge de travail est moindre. Il arrive que les entreprises plus petites qui en ont la volonté et projettent d offrir une formation à leurs employés éprouvent des difficultés et soient forcées d abandonner. L étude de l OCDE sur l expérience de la formation dans les PME canadiennes a permis de constater qu un tiers de ces entreprises à Montréal et qu un quart d entre elles à Winnipeg ont dû faire face à de telles difficultés Industry Canada. Key Small Business Statistics La Chambre de commerce du Canada. Palier la pénurie des compétences: des pistes pour les petites entreprises. Février La Chambre de commerce du Canada. Palier la pénurie des compétences: des pistes pour les petites entreprises. Février American Express Small Business Monitor. Investing in Talent: Skills Training and Development Fédération canadienne de l entreprise indépendante. Canada s Training Ground: SMEs $18 Billion Investment in the Nation s Workforce American Express Small Business Monitor. Investing in Talent: Skills Training and Development Hughes, P. Derek and Alison Campbell. Conference Board of Canada. Learning and Development Outlook 2009: Learning in Tough Times Board, Fédération canadienne de l entreprise indépendante. Canada s Training Ground: SMEs $18 Billion Investment in the Nation s Workforce Bélanger, Paul et Sylvie Ann Hart. L Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Leveraging Training and Skills Development in SMEs An analysis of two Canadian urban regions: Montreal and Winnipeg Relèvement des compétences de la main-d œuvre

17 Formation visant les PME dans les collèges et les instituts «Depuis longtemps, les collèges et les instituts collaborent étroitement avec les employeurs de leur collectivité à produire des diplômés hautement qualifiés et aptes au travail», dit Denise Amyot, présidente et chef de la direction de l Association des collèges communautaires du Canada (ACCC). L ACCC est le porte-voix national des 131 collèges, instituts, établissements polytechniques et cégeps publics du Canada. Grâce aux liens étroits qu ils entretiennent avec les partenaires du commerce, de l industrie et de la collectivité, les collèges et les instituts profitent de leur contribution à la mise au point des programmes d études par l entremise de comités consultatifs de programme. Les membres de ces comités ont été sélectionnés à l extérieur parmi les experts de leur domaine qui possèdent un éventail d expériences et de compétences spécialisées en rapport avec les programmes. Ils dégagent les tendances actuelles et futures de l industrie, et l évolution des compétences et des connaissances des diplômés doit répondre aux besoins des employeurs. Les comités voient à ce que les programmes soient d actualité et adaptés à l industrie, au commerce et à la société. En orientant la mise au point des programmes collégiaux, ils veillent à ce que les diplômés soient bien préparés pour entamer leur carrière et qu ils apportent quelque chose à leur domaine. Afin d obtenir une aide provinciale pour financer un nouveau programme, la plupart des collèges et des instituts doivent s être déjà dotés d un comité, auquel siègent des représentants de PME. Les collèges et les instituts proposent des programmes personnalisés, recyclant les travailleurs déplacés et plus âgés, formant les apprentis du Programme des normes interprovinciales Sceau rouge ainsi que les travailleurs saisonniers, enseignant l anglais et le français aux nouveaux immigrants et donnant des compétences essentielles aux employés. Il arrive que des PME s adressent au collège ou à l institut de leur localité pour obtenir une formation personnalisée. Par exemple, l introduction de nouveaux produits et systèmes logiciels en milieu de travail est continuelle, comme le sont les changements réglementaires qui exigent une mise à niveau des compétences et la certification des employés de PME. Dans les régions rurales et du Nord, le collège communautaire est souvent l unique source de formation en classe axée sur les compétences techniques et constitue un moyen essentiel d aider les PME établies en région rurale à exercer leurs activités en correspondance avec les demandes du marché. Le développement de l esprit d entreprise chez les entrepreneurs, les propriétaires de petite entreprise et les cadres va notamment de la mise au point du concept et de la construction du plan d affaires à la gestion financière et à l établissement du coût de commercialisation. Par exemple, l incubateur dirigé par les collèges communautaires de la Nouvelle- Écosse permettra à des entrepreneurs en herbe de démarrer leur propre entreprise en géomatique, en technologie de l information ou en technologie des communications. Le Centennial College Centre of Entrepreneurship s est associé au Canadian Union of Skilled Workers pour concevoir un programme devant aider les membres en transition à acquérir des connaissances pour diriger leur propre entreprise de manière efficiente. Les commerces et les entreprises industrielles collaborent avec les collèges et les instituts en vue d adopter des méthodes cohérentes, coopératives et sectorielles pour voir à ce que les besoins et les difficultés liés aux compétences soient recensés et intégrés, et qu ils aient trouvé une solution répondant aux besoins des employeurs. La Chambre de commerce du Canada 15

18 5. Métiers Un métier est une profession reconnue officiellement par la législation provinciale ou territoriale qui exige une formation d apprenti et une attestation (CGA, 2012) 41. Il est possible de les distinguer encore selon qu ils exigent un titre de compétence (les métiers à certificat obligatoire) ou selon que le titre de compétence est souhaitable (les métiers à certificat facultatif). Obligatoire ou facultatif? Le tableau Ellis répertorie 393 métiers. Il compare les programmes de formation d apprenti au Canada 42. Parmi tous ces métiers, 55 appartiennent au programme Sceau rouge, qui représente presque 90 % de tous les apprentis et plus de 80 % de tous les gens de métier au Canada 43. (Le programme Sceau rouge veille à ce que les connaissances et les compétences des travailleurs correspondent aux normes communes définies par l industrie partout au Canada, et contribue ainsi à la mobilité interprovinciale.) Obligatoire : Actuellement, 94 titres professionnels sont obligatoires dans au moins une province ou un territoire. Facultatif : En outre, 281 titres professionnels sont facultatifs, ce qui veut dire qu il est souhaitable, mais pas obligatoire, de posséder le titre pour exercer ce métier dans certaines provinces ou certains territoires. 41 Lefebvre, Rock, Elena Simonova et Liang Wang. Certified General Accountants Association of Canada. Labour Shortages in Skilled Trades The Best Guestimate? Service Canada. Information about the Red Seal Program. 16 Relèvement des compétences de la main-d œuvre

19 La différence entre les exigences établies par les 13 gouvernements provinciaux et territoriaux du Canada complique davantage la situation. Nombre de titres professionnels exigent qu on les maintienne à jour, notamment dans les professions très réglementées qui doivent se conformer à de nouvelles normes industrielles. En conséquence, ils peuvent accaparer une grande partie des budgets de formation des entreprises qui engagent des gens de métier. Le caractère obligatoire ou facultatif d un certificat a une influence sur la formation préparatoire à l obtention des postes correspondants. On pourrait dire qu en général, l apprentissage est la voie la plus courante pour obtenir un certificat de compétence dans un métier à certificat obligatoire. Grâce à l expérience pratique de travail et en passant un examen, des gens peuvent aussi parfois obtenir un certificat d «ouvrier professionnel». Quant aux métiers à certificat facultatif, le choix de voies menant à un certificat de compétence est généralement plus large. Il est encore courant de choisir une formation d apprenti ou d ouvrier professionnel, mais l expérience de travail et la formation au travail sont parfois suffisantes 44. Formations d apprenti Les formations d apprenti sont des programmes de formation en milieu de travail destinés à transmettre aux étudiants les compétences nécessaires pour atteindre une norme industrielle. D ordinaire, les formations d apprenti sont constituées d une formation en milieu de travail dans une proportion de 80 % à 85 % et d une formation technique dans une proportion de 15 % à 20 % (Forum canadien sur l apprentissage, 2013) 45. Le volet de formation en milieu de travail exige de l apprenti qu il travaille environ heures sous la supervision d un compagnon certifié, compte tenu du ratio apprentis-compagnons établi par la corporation professionnelle. C est seulement après avoir accumulé les heures de supervision exigées que l apprenti peut passer au volet de la formation en classe. C est un collège, un syndicat ou un centre de formation privé, ou encore un site Internet, qui prend en charge le volet technique. L étudiant ayant effectué les heures de travail ou mené à terme les modules requis peut alors passer un examen afin d obtenir le certificat d une province ou d un territoire. La durée varie selon les exigences du métier et de la province, mais dans la plupart des cas les formations d apprenti durent de deux à cinq ans Lefebvre, Rock, Elena Simonova et Liang Wang. Certified General Accountants Association of Canada. Labour Shortages in Skilled Trades The Best Guestimate? Conseil canadien sur l apprentissage. La définition se trouve sur cette page: 46 Robinson, Nobina. Business must share responsibility for shortage of skilled workers Globe and Mail. March 6, article /globe article La Chambre de commerce du Canada 17

20 En règle générale, c est l employeur qui paie le salaire de l employé, et ce dernier paie les droits de scolarité 47. Pendant le volet scolaire de l apprentissage, l apprenti n est pas payé par son employeur. La pratique courante veut que l employeur mette fin à l emploi de l apprenti pour que celui-ci demande des prestations d assurance emploi pendant qu il suit des cours, que l on donne habituellement par module de huit à dix semaines, une fois par année 48. Pour atteindre chacun des niveaux de l apprentissage, l apprenti doit passer un examen au terme de chaque module de formation en classe ; l examen final permet de se munir d un certificat, qui habilite la personne de métier à exercer tous les attributs de sa profession et à recevoir le titre de travailleur qualifié. Les apprentis n y sont pas admissibles à moins de pouvoir acquérir une expérience de travail, et durant les périodes de chômage important, les entreprises pourraient simplement ne pas être en mesure d embaucher des employés 49. Bien que le système soit fondé sur la prise en charge d apprentis par les entreprises, seulement 19 % des employeurs admissibles qui embauchent des travailleurs spécialisés participent à ce type de formation, et la plupart d entre eux sont des PME 50. Ayant obtenu le certificat de compétence au terme de toutes les étapes de la formation, l apprenti devient compagnon et peut transmettre son expérience aux apprentis. Le taux d abandon des apprentis est un problème important pour les métiers 51. Ce problème s explique principalement par le fait que les apprentis, surtout aux stades avancés de leur formation, n ont pas les moyens de vivre seulement des prestations d assurance emploi pendant les mois que dure leur formation théorique 52. L ensemble disparate de règlements provinciaux, qui rend le système difficile à comprendre et gêne la mobilité interprovinciale, est un autre facteur qui contribue à dissuader les candidats de suivre leur formation d apprenti jusqu au bout 53. Le problème des départs, englobant divers facteurs propres à l employeur, fait l objet d un rapport du Forum canadien sur l apprentissage Conseil canadien sur l apprentissage. Website citation of employer surveys, available at: Le Conseil canadien de l entrepreneuriat. Investir dans les stages complets. Avril Conseil canadien sur l apprentissage. Investigating Apprenticeship Completion in Canada. April Relèvement des compétences de la main-d œuvre

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Jean-Pierre Voyer, SRSA Table ronde Canada-Québec sur les PME et le développement des compétences, Montréal, 24 février

Plus en détail

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Études de cas

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

LES COLLÈGES, LES INSTITUTS ET LES COLLECTIVITÉS, PARTENAIRES DANS LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES MILIEUX RURAUX

LES COLLÈGES, LES INSTITUTS ET LES COLLECTIVITÉS, PARTENAIRES DANS LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES MILIEUX RURAUX LES COLLÈGES, LES INSTITUTS ET LES COLLECTIVITÉS, PARTENAIRES DANS LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES MILIEUX RURAUX MÉMOIRE DE L ACCC PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DES AFFAIRES SOCIALES, DES SCIENCES ET DE LA

Plus en détail

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada > > ARUCC 2014 16 juin 2014, Québec (Québec) PRÉSENTATION VUE D ENSEMBLE À propos du

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES EMPLOIS PERSPECTIVES POUR LES ET CANADIENS LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2012 SOUTENIR LA CRÉATION D EMPLOIS Pour améliorer la croissance économique à long terme du Canada, il faut qu un plus grand nombre

Plus en détail

Apprentissage. Présenté par : Kim Jefferies

Apprentissage. Présenté par : Kim Jefferies Apprentissage Présenté par : Kim Jefferies 2011 Comment participer à cet atelier au moyen de l ordinateur Comment poser des questions à l animateur Que faire si je ne peux pas entendre Phase 1 : Apprentissage

Plus en détail

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK Politique sur l éducation professionnelle continue Approuvée à la réunion annuelle juin 1997/modification approuvée par le Conseil le 1 mai 1999/des

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE À propos de Northbridge Northbridge est l une des plus importantes compagnies d assurance générale commerciale au pays avec des primes souscrites d une valeur de 1,3

Plus en détail

L ACCC et les CONSEILS SECTORIELS NATIONAUX

L ACCC et les CONSEILS SECTORIELS NATIONAUX L ACCC et les CONEIL ECTORIEL NATIONAUX «Le gouvernement travaillera de concert avec ses partenaires afin de faire en sorte que le perfectionnement des compétences suive le rythme de l évolution de l économie.

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière.

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière. DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le champ d exercice de l infirmière (mai 2012) (1/11 ) Mission L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

L Association des collèges communautaires du Canada

L Association des collèges communautaires du Canada Les collèges et les instituts du Canada favorisent la dualité linguistique Avril 2009 Mémoire présenté au Comité permanent des langues officielles de la Chambre des Communes Association des collèges communautaires

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO)

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Survol Forum provincial de Rifssso le 27 octobre 2010 APR PSO : Introduction En mai 2006, le gouvernement ontarien lance la stratégie

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

un investissement dans les compétences de votre personnel

un investissement dans les compétences de votre personnel EMPLOI-QUÉBEC La qualification obligatoire un investissement dans les compétences de votre personnel LA QUALIFICATION OBLIGATOIRE avant-propos La compétence de la main-d œuvre constitue un des facteurs

Plus en détail

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Développer les compétences de votre main-d œuvre avec l aide d Emploi-Québec LA FORMATION FAIT DÉJÀ

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc.

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc. ACCÈS POUR TOUS Mémoire de l ACCC présenté au Comité permanent des ressources humaines, du développement social et de la condition des personnes handicapées Mémoire préparé par : Association des collèges

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Coiffeuse ou coiffeur

Coiffeuse ou coiffeur Description du métier Coiffeuse ou coiffeur Les coiffeuses et les coiffeurs proposent des coiffures en tenant compte des goûts, de la personnalité, des traits, des caractéristiques des cheveux et des tendances

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

dans les programmes d'apprentissage au Canada : les raisons expliquant l'abandon et suggestions visant à amélioration la diplomation, FCA-CAF, 2011.

dans les programmes d'apprentissage au Canada : les raisons expliquant l'abandon et suggestions visant à amélioration la diplomation, FCA-CAF, 2011. INTRODUCTION Le Forum canadien sur l'apprentissage Canadian Apprenticeship Forum (FCA-CAF) est un organisme inclusif et national qui rassemble tous les intervenants de la communauté de l apprentissage

Plus en détail

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi 5.1 Financement du soutien de l emploi Sommaire de la directive Décrire le cadre de financement

Plus en détail

Politique pour l apprentissage en milieu communautaire

Politique pour l apprentissage en milieu communautaire Education Éducation 1. Énoncé de politique L apprentissage en milieu communautaire permet aux élèves de faire des stages auprès d organismes d accueil ou d employeurs en milieu communautaire afin d explorer

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Système Entrée express. Information pour les travailleurs étrangers qualifiés

Système Entrée express. Information pour les travailleurs étrangers qualifiés Système Entrée express Information pour les travailleurs étrangers qualifiés Contexte En janvier 2015, les travailleurs étrangers qualifiés pourront se prévaloir d Entrée express. Ce nouveau système de

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste

gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste un lien important avec le marché du travail. La formation professionnelle supérieure permet d acquérir les compétences

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 1. Reprise économique et croissance Compte tenu du climat d austérité budgétaire actuel au sein du gouvernement fédéral

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Information Essentielle sur Singapour et raisons de participer au PEICA

Information Essentielle sur Singapour et raisons de participer au PEICA Information Essentielle sur Singapour et raisons de participer au PEICA Xiangcen Guo Soon-Joo Gog Institute for Adult Learning Email: guo_xiangcen@ial.edu.sg gog_soon_joo@ial.edu.sg septembre 2013 Soutien

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services Partie à l intention des participants potentiels : Qu est-ce que la Puissance des

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Programme d apprentissage au secondaire. L apprentissage, c est payant!

Programme d apprentissage au secondaire. L apprentissage, c est payant! Programme d apprentissage au secondaire L apprentissage, c est payant! Qu est-ce que l apprentissage? L apprentissage est un bon moyen de formation qui vous permet de devenir un compagnon d apprentissage

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONCTON

UNIVERSITÉ DE MONCTON UNIVERSITÉ DE MONCTON POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION POUR LE PERSONNEL ADMINISTRATIF, PROFESSIONNEL, TECHNIQUE, D ENTRETIEN, DE MÉTIERS ET DE SOUTIEN ADMINISTRATIF Mai 2003 VRARH TABLE DES

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE (PE) sur la mobilité des apprentis de la région de l Atlantique. Questions et réponses

PROTOCOLE D ENTENTE (PE) sur la mobilité des apprentis de la région de l Atlantique. Questions et réponses PROTOCOLE D ENTENTE (PE) sur la mobilité des apprentis de la région de l Atlantique Questions et réponses Généralités 1. Avec qui dois-je communiquer pour obtenir de l information sur la façon de devenir

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE Conseil des ministres de l Éducation (Canada) Council of Ministers of Education, Canada ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE 1. L objectif global de l activité de l Organisation

Plus en détail

Points de vue 2002 Contenu

Points de vue 2002 Contenu Points de vue 2002 Contenu Environ 1 200 gestionnaires et dirigeants syndicaux des secteurs et ont participé à l enquête Points de vue 2002. Cette enquête particulière est menée par le CSPC tous les deux

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail Points saillants UPSKILL propose une évaluation rigoureuse de la formation en compétences essentielles

Plus en détail

Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP

Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP Pour être admissibles aux postes d auditeurs du programme CanadaGAP, tous les nouveaux candidats ayant reçu la formation après le 1 er avril 2015 doivent remplir

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC GUIDE À L INTENTION DES COMMANDITAIRES BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC @cbtu_women facebook.com/buildtogether.ca LE PROGRAMME «BÂTIR ENSEMBLE» INCLUT DES STRATÉGIES QUI ONT ÉTÉ ADAPTÉES POUR RECRUTER

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Une carrière à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Explorez toutes les possibilités L ASSURANCE DE DOMMAGES, C EST... Assurance automobile Assurance

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

Défis sur le marché du travail en Ontario : le point de vue d un employeur Josh Hjartarson

Défis sur le marché du travail en Ontario : le point de vue d un employeur Josh Hjartarson Défis sur le marché du travail en Ontario : le point de vue d un employeur Josh Hjartarson Vice-président aux politiques et aux relations gouvernementales Chambre de commerce de l Ontario Plan de la présentation

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

Lignes directrices sur les activités de formation continue (FC)

Lignes directrices sur les activités de formation continue (FC) Lignes directrices sur les activités de formation continue (FC) Afin de conserver votre certification, vous devez satisfaire aux exigences en matière de formation continue reliées à votre titre de compétence.

Plus en détail