Bergeries du Fjord inc. c. Commission des relations du travail 2010 QCCS 4620 COUR SUPÉRIEURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bergeries du Fjord inc. c. Commission des relations du travail 2010 QCCS 4620 COUR SUPÉRIEURE"

Transcription

1 Bergeries du Fjord inc. c. Commission des relations du travail 2010 QCCS 4620 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI N : DATE : 16 septembre 2010 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L'HONORABLE JUGE MARTIN DALLAIRE, J.C.S. LES BERGERIES DU FJORD INC. 2992, chemin du Plateau, La Baie (Québec) G7B 3N8 c. Demanderesse COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL 900, boul. René-Lévesque Est, 5 e étage, Québec (Québec) G1R 6C9 et Intimée COMMISSION DE LA CONSTRUCTION DU QUÉBEC 1299, des Champs-Élysées, bureau 101, Chicoutimi (Québec) G7H 6P9 et ISOFOR INC. 1645, rue de L'Énergie, Alma (Québec) G8C 1M7 Mis en cause JD-2703 JUGEMENT

2 PAGE : 2 [1] Le tribunal est saisi d'une requête en révision judiciaire à l'encontre d'une décision rendue le 27 août 2009 par la Commission des relations de travail. [2] La Commission des relations de travail s'est prononcée sur l'assujettissement de travaux de construction d'une fromagerie de la demanderesse qui exploite une entreprise agricole. LES FAITS [3] Les faits ne sont pas contestés et peuvent se résumer succinctement de la façon suivante. [4] La Commission des relations de travail, ci-après appelée (CRT) est saisie d'une demande présentée par la Commission de la construction du Québec, ci-après appelée (CCQ), d'une réclamation contre un entrepreneur en construction soit Isofor inc., ci-après appelée (ISFOR) pour des salaires, congés payés, avantages sociaux et différentes autres indemnités dues en vertu de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction, Loi R-20 LRQ relativement à la construction d'une microfromagerie à la ferme de la demanderesse Bergerie du Fjord inc., ci-après appelée (BERGERIE). [5] Lors de la présentation de cette réclamation, l'entrepreneur ISOFOR a allégué ne pas être assujetti à la Loi, et ce, puisque les travaux faisaient partie de l'exclusion de l'article 19 applicable aux exploitations agricoles. [6] Or, cette difficulté d'application doit nécessairement être déterminée par la CRT. [7] L'entrepreneur en construction ISOFOR est un employeur professionnel au sens de la Loi et les travaux exécutés à la propriété de la demanderesse sont des travaux de construction, soit l'érection d'un bâtiment de la fromagerie. [8] La demanderesse BERGERIE exploite une ferme laitière et une fromagerie pour la transformation de son lait de chèvre et l'entreprise a moins de trois employés embauchés de façon continue (pièce P-2) et elle exploite une entreprise agricole. [9] Le 27 août 2009, la commissaire Kim Legeault conclut que les travaux sont assujettis à la Loi. LA DÉCISION CONTESTÉE [10] La commissaire a d'abord fixé les enjeux de cette décision à son paragraphe 15 :

3 PAGE : 3 «[15] Malgré le fait que le litige soulève strictement une question de droit, à savoir quel sens doit être donné à l'expression "mise en valeur" utilisée par le législateur à l'article 1 I) pour définir une exploitation agricole, les parties ont demandé à la Commission de pouvoir présenter une preuve contextuelle et une preuve d'expert vu l'importance de la décision à intervenir pour Bergeries du Fjord, il va sans dire, mais également pour le milieu agricole et l'industrie de la construction». [11] Pour pouvoir analyser adéquatement la question de droit, elle a situé le contexte législatif aux paragraphes 82, 83 et 84 de sa décision. Enfin, consciente des enjeux qu'elle avait à trancher, elle affirme : «[92] Reste que, sur cette question, la jurisprudence n'est pas abondante. La raison en est que dans la plupart des cas, la condition portant sur le nombre d'employés de l'exploitation n'était pas satisfaite de telle sorte que la vocation du bâtiment n'avait aucune incidence sur l'issue du litige. Dans les autres cas, le bâtiment en cause était clairement un bâtiment de ferme». [12] Pour asseoir son argumentaire, elle utilise principalement les énoncés suivants : «[103] Dans la détermination de l'application de l'exclusion invoquée, ce qui compte ce n'est pas tant la qualification de l'entreprise comme exploitant agricole avant ou après la construction, mais le rattachement ou non du bâtiment aux activités fermières de l'entreprise [119] Donner à l'expression "exploitation agricole" le sens de "une entité juridique dont l'activité dominante est l'agriculture" dénature l'objet de l'exclusion. Cela voudrait dire que l'entité peut avoir une foule d'autres activités non fermières et être exclue de l'application de la loi parce que son activité dominante est agricole. [120] L'expression vise une activité fermière et a pour but de permettre que les travaux exécutés dans le cadre ou aux fins de l'accomplissement de cette activité soient exclus de l'application de la loi et non de définir une catégorie de justiciables exclus de l'application de la loi en raison d'un statut juridique. [122] La fromagerie met en valeur le lait produit à la ferme. Elle met en valeur, non pas la ferme, mais ses produits. Aussi, met-elle en valeur l'entreprise dans son ensemble et non la ferme à proprement parler. [133] Admettre une définition "actualisée" du mot "ferme" utilisé par le législateur dans la Loi R-20, comme le proposent l'intervenante et le professeur Doyon, aurait pour effet d'ajouter à l'article 1 I) des conditions qui n'y sont pas stipulées. Or, il revient au législateur et non à la Commission de juger de l'opportunité d'une telle orientation» (soulignements ajoutés). [13] Enfin, après avoir analysé tous ces événements, elle déclare :

4 PAGE : 4 «les travaux de construction, visés par la réclamation n o , assujettis à la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction, L.R.Q., c. R-20». PRÉTENTIONS DES PARTIES [14] Pour la demanderesse, il s'agit ici de l'application de la norme de la décision raisonnable et bien qu'il s'agisse d'une décision raisonnable avec la réserve judiciaire qui s'impose, elle prétend que la décision prononcée par la CRT n'est pas une issue possible et acceptable, et ce, notamment en raison de cinq éléments, à savoir : 1) Il y a eu absence de recherche du contexte global, notamment en raison des définitions qui ont été utilisées; 2) L'interprétation de ferme mise en valeur est déraisonnable, la portée des exclusions n'a pas été suffisamment analysée; 3) La spécification de l'exclusion, à savoir qu'elle vise un type de bâtiment est également un élément déraisonnable; 4) Les attestations et les modifications législatives constituent également une erreur de droit; et 5) La commissaire a omis de tenir compte que la loi parle au présent. [15] De son côté, la défenderesse rappelle que comme il s'agit d'une décision assujettie à la norme raisonnable, le degré de déférence doit être important. La décision de la CRT était une décision possible et le tribunal n'a pas à intervenir. L'analyse a été dans un contexte particulier et qu'il n'y a rien de déraisonnable dans la conclusion. ANALYSE NORME APPLICABLE [16] Toutes les parties soumettent au tribunal que la norme de contrôle applicable serait celle de la décision raisonnable. [17] Le tribunal partage cet avis d'autant plus que comme nous le rappelle l'affaire Dunsmuir 1 au paragraphe 62 : «Bref, le processus de contrôle judiciaire se déroule en deux étapes. Premièrement, la cour de révision vérifie si la jurisprudence établit déjà de manière satisfaisante le degré de déférence correspondant à une catégorie de questions en particulier. En second lieu, lorsque cette démarche se révèle infructueuse, elle entreprend l'analyse des éléments qui permettent d'arrêter la bonne norme de contrôle» (soulignement ajouté). 1 Dunsmuir c. Nouveau Brunswick, 2008 CSC 9.

5 PAGE : 5 [18] Or, cet exercice a déjà été confirmé dans des décisions antérieures, dont notamment Syndicat interprovincial et ferblantiers couvreurs, section locale 2016 c. La Rivière 2 et Mécanicien industriel Milwright, section locale 2182 c. Commission des relations du travail et Jean Larivière et al 3 : «[28] En effet, la Commission est un tribunal spécialisé possédant une expertise particulière dont les décisions sont sans appel et protégées par des clauses privatives intégrales (soulignement ajouté). [29] Dans le cas présent, la question dont la Commission est saisie se situe au coeur de sa compétence et de son expertise spécialisée, car elle interprète et applique à des faits l'une des lois qui relèvent de sa compétence et dont elle possède une connaissance approfondie». [19] Le tribunal reconnaît l'application de la norme de la décision raisonnable. LE CARACTÈRE RAISONNABLE DE LA DÉCISION [20] Lorsque le tribunal est confronté à une norme de décision raisonnable, il est évident, que comme l'exprimait l'honorable juge Rothman, de la Cour d'appel, que le pouvoir d'intervention du tribunal est limité 4 : «In the absence of manifest unreasonableness in the decision of the Commissioner as to the interpretation or application of the Act. the Superior Court had no power to intervene in that decision even if it disagreed with the interpretation adopted by the Commissioner». [21] Toutefois, en raison d'une décision récente de la Cour suprême dans l'affaire Canada (Citoyenneté de l'immigration) c. Khosa 5, on y précise certaines balises : «[59] Néanmoins, si le processus et l'issue en cause cadrent bien avec les principes de justification, de transparence et d'intelligibilité, la cour de révision ne peut y substituer l'issue qui serait à son avis préférable» (soulignement ajouté). [22] Ce sont donc ces règles et ces balises «de justification de transparence et d'intelligibilité» que le tribunal utilisera pour scruter le fondement de la décision, dont on demande la révision. [23] Le tribunal tient à souligner un certain paradoxe. Ainsi, d'un côté, l'état favorise l'activité agricole par certaines mesures d'exception législative comme notamment les dispositions fiscales, le financement agricole, la protection du territoire, l'assurance récolte et autres mesures, dont plus spécifiquement dans le présent dossier le non assujettissement de la Loi aux travaux de construction des exploitations agricoles Syndicat interprovincial et ferblantiers couvreurs, section locale 2016 c. La Rivière [2009] QCCS Mécanicien industriel Milright section locale 2182 c. Commission des relations du travail et Jean Larivière et al, C.S. Montréal, no , juge Louis-Paul Cullen. Commission de la construction du Québec c. L'association des stations de ski du Québec, C.A. Montréal, no , juge Rothman. Canada (Citoyenneté de l'immigration) c. Khosa, [2009] CSC 12, [2009] 1 R.C.S. 339.

6 PAGE : 6 [24] D'autre part, ce même État vise à contraindre les entreprises à se soumettre à la loi lorsqu'il s'agit de travaux non exemptés par l'article 19 de la Loi. Cette volonté d'organiser et de fixer les conditions de travail des salariés et des employeurs de la construction existe sur tout le territoire du Québec et pour tous les champs d'activités. [25] Ainsi d'une part, nous avons un organisme, soit le CCQ, qui cherche à étendre sa couverture et d'autre part un autre organisme soit l'upa qui veut s'affranchir de cette couverture. [26] Trois éléments du raisonnement interpellent notre intervention. I) L'UTILISATION DES DÉFINITIONS EXTERNES [27] Pour bien fixer sa réflexion, la commissaire invoque deux articles clés, à savoir que la Loi ne s'applique pas aux exploitations agricoles, article 19 : «La présente loi s'applique aux employeurs et aux salariés de l'industrie de la construction; toutefois, elle ne s'applique pas : 1 o aux exploitations agricoles et aux travaux de construction d'une serre destinée à la production agricole lorsqu'ils sont exécutés par les salariés habituels du serriculteur ou par ceux du fabricant de la serre, de son ayant cause ou d'une personne dont l'activité principale est d'effectuer de tels travaux et qui en est chargée à titre exclusif par ce fabricant ou ayant cause;» (soulignements ajoutés). [28] Et pour bien cerner son application, on se réfère à la définition de l'exploitation agricole à l'article 1 de la Loi : «Dans la présente loi, à moins que le contexte n'indique un sens différent, les expressions et mots suivants signifient : l) «exploitation agricole» : une ferme mise en valeur habituellement par l'exploitant lui-même ou par l'entremise de moins de trois salariés embauchés de façon continue;» (soulignements ajoutés). [29] Or, pour interpréter ces dispositions, la commissaire déborde du champ du texte spécifique et du contexte général pour arrimer son interprétation à l'aide de définitions qui ne se retrouvent pas dans la Loi. [30] En effet, elle utilise la définition d'agriculture en s'appuyant sur ce vocable qui est utilisé dans la décision de l'érablière le Rossignol 6. Cependant, cette expression de l'agriculture n'est pas employée à l'article Érablière le Rossignol, CIC, 466.

7 PAGE : 7 [31] De plus, à son paragraphe 120, elle utilise l'expression «exploitation agricole», et elle est d'avis que l'expression «exploitation agricole» vise une activité fermière. Il s'en suit une nouvelle référence externe alors que la définition d'exploitation agricole ne comporte pas le mot d'activité fermière. [32] Enfin, elle utilise le concept de production sans que celui-ci soit nécessairement lui aussi défini. [33] Or, la loi est censée être cohérente et elle est censée assurer un objectif. Ainsi, il est évident que la mise en valeur d'une ferme requiert nécessairement et implicitement la transformation de son produit de ferme. Par analogie, le produit visé par la décision étant le lait de chèvre, il s'agit de son produit dérivé comme le fromage. La mise en valeur peut requérir la transformation du produit par une fromagerie. [34] La preuve révèle que c'est la transformation de son propre produit que la BERGERIE traite. Il ne s'agit pas de transformation de produits provenant d'autres bergeries, mais bien plutôt sa propre mise en valeur. [35] Il semble implicite que lorsque l'exploitant agricole produit pour lui-même pour mettre en valeur son produit, il s'agit de la mise en valeur voulue par la loi. C'est une activité agricole nécessaire, le produit étant sa finalité première, ses dérivés deviennent sa finalité accessoire. [36] Comme l'exprimait la Cour suprême dans Bell Express Vu ltd Partnership c. Rex 7. Il faut lire les termes d'une loi dans leur contexte global en suivant le sens ordinaire et grammatical qui s'harmonise avec le sens de la loi, l'objet de la loi et l'intention du législateur. [37] En s'arrimant à des références non comprises dans la loi et ses définitions, la commissaire fait abstraction du principe que c'est dans le texte que l'on doit rechercher l'intention. [38] Mais il y a plus, dans le texte de l'article 19 on applique l'exclusion «et aux travaux de construction d'une serre destinée à la production agricole». Il s'en suit nécessairement une exclusion spécifique de construction de serres. Or, cette volonté exprimée par le législateur est le reflet de sa volonté d'étendre les exclusions dans une vocation spécifique comme par exemple une serre. Il s'ensuit que cette exclusion vient concilier l'étendue de l'exclusion par sa précision spécifique. Il y a là aussi, dans cette situation, un indice dans le texte de l'intention du législateur. II) LA NOTION DE L'ÉTABLISSEMENT [39] De même, pour l'interprétation de ferme mise en valeur, au paragraphe 122, elle énonce ce qui suit : 7 Bell Express Vu ltd Partnership c. Rex, [2002] 2 R.C.S. 559.

8 PAGE : 8 «[122] La fromagerie met en valeur le lait produit à la ferme. Elle met en valeur, non pas la ferme, mais ses produits. Aussi, met-elle en valeur l'entreprise dans son ensemble et non la ferme à proprement parler». [40] Déjà par cette réflexion, elle fait donc une distanciation de l'activité principale. Or, la ferme mise en valeur est le sujet, l'activité est son complément. Il semble injustifié d'inverser la qualification par le complément soit l'activité. [41] Or, à cet effet, le tribunal ne peut constater que la Cour suprême, elle-même, dans des décisions de la Commission de la construction dont, entre autres, dans l'affaire CIQ c. CTCUIM 8 stipulait que l'exercice vient par la personne et non par l'activité. «[36] La formulation même de l'art. 2 montre bien que sauf le cas des exploitations agricoles, ce ne sont pas des catégories de personnes, employeurs ou salariés, auxquelles la Loi ne s'applique pas mais des travaux bien définis exécutés par les catégories de salariés déterminés pour le compte d'un employeur désigné ou d'une catégorie d'employeurs» (soulignements ajoutés). [42] Ainsi, pour le cas spécifique des exploitations agricoles, ce sont les catégories de personnes qui qualifient. Par conséquent, prétendre à la qualification par les produits comme le soutient la commissaire est une affirmation déraisonnable. III) L'EFFET IMMUABLE DU TEMPS [43] Pour situer le contexte de la loi, il peut y avoir plusieurs éléments, soit entre autres, son historique, ses objectifs et la loi elle-même. D'ailleurs, la commissaire a bien saisi la nature même de l'entreprise agricole à son paragraphe 70 : «La preuve entendue a permis de mettre en lumière le fait que Bergerie du Fjord est un exemple d'exploitation intégrée verticalement; que ce type d'exploitation a été encouragée par des amendements législatifs en 1996; qu'elle s'inscrit dans une nette tendance observée actuellement dans le milieu agricole et que plusieurs acteurs du milieu agricole désirent que le législateur reconnaisse comme agricoles toutes les activités de transformation et de mise en marché lorsqu'elles sont effectuées sur la ferme à partir des produits de son exploitation» (soulignements ajoutés). [44] Malgré cela, elle refuse à y donner une application contemporaine par une définition «actualisée» au paragraphe 133 de sa décision. [45] Or, la loi est «comme un organisme vivant..» 9,et comme tel, elle évolue dans son environnement, elle n'est pas désincarnée. Les télécommunications à l'origine ne couvrent pas l'internet sans fil (Wi-Fi). Il en est de même de la ferme, concept qui a passablement évolué au fil des temps et qui comporte aujourd'hui des unités robotisées de production pour traire les vaches artificiellement inséminées. 8 9 CIQ c. CTCUM [1986] 2 R.C.S.,327. Pierre-André CÔTÉ, Interprétation des lois, 4 e édition, 2009, page 340.

9 PAGE : 9 [46] La commissaire avait donc à se soucier du contexte contemporain d'une ferme et ne pouvait se borner à vouloir se limiter aux termes au moment de l'adoption de la loi. [47] Le législateur dans son pouvoir édicte la Loi et nous convenons que le tribunal administratif dans sa décision l'apprécie, mais il ne peut y ajouter. Or, l'exercice de l'actualisation est bien différent de l'addition. C'est le concept vivifiant de l'appréciation du temps et de son effet sur le texte. En refusant de se prêter à cette analyse dans sa décision, il y a là aussi un caractère déraisonnable qui requiert l'intervention. [48] Ainsi, pour toutes ces raisons, le tribunal ne peut que déterminer que la justification n'est pas adéquate et qu'elle ne relève pas de l'intelligibilité d'une conclusion qui s'impose. [49] La démonstration de la décision est complexe et pour reprendre l'expression du juge Fish, bien que dissident dans l'affaire Khosa 10 : «la déférence s'arrête là où commence la déraisonnabilité.», le tribunal se croit justifier d'intervenir avec tout le respect pour la prétention contraire pour rétablir le caractère déraisonnable de cette décision. [50] POUR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL: [51] DÉCLARE que l'interprétation donnée à l'article 19 (1) de la Loi R-20 est déraisonnable; [52] CASSE ET DÉCLARE nulle la décision datée du 27 août 2009 portant le numéro ; [53] DÉCLARE que les travaux de construction visés par la réclamation numéro ne sont pas assujettis à la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle et de gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction (LRQ, R-20); [54] LE TOUT, avec dépens. MARTIN DALLAIRE Juge à la Cour supérieure 10 Canada (Citoyenneté de l'immigration) c. Khosa, op. cit., note 5, par. 160.

10 PAGE : 10 M e Marie-André Hotte Procureure de la demanderesse Les Bergeries du Fjord inc. M es Brodeur Lord Hotte M e Hélène Fréchette Procureure de l'intimée Commission des relations du travail M e Nathalie Gagnon Procureure de la mise en cause Commission de la construction du Québec M es Gauthier Bédard M e Mario Bouchard Procureur de la mise en cause Isofor inc. Les Avocats Mario Bouchard inc. Date d audience : 8 juillet 2010

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I. COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE RICHELIEU N : 765-11-000635-016 DATE : 27 novembre 2001 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. Dans l'affaire de la proposition de

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée» Caouette (Société R. Caouette & Fils enr.) c. Promutuel Bagot, société mutuelle d'assurances générales 2006 QCCS 143 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE ST-HYACINTHE COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

Plus en détail

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007 EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec 05 23 09 DATE : 8 janvier 2007 EN PRÉSENCE DE : Christiane Constant, Commissaire X. Demandeur c. Hôpital du Sacré-Coeur de

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s.

Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s. Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI N : 150-11-002742-062 DATE : 14 mars 2007 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s.

Plus en détail

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000,

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000, Exempt - appel en matière de travail Audience publique du jeudi seize mai deux mille deux. Numéros 25136 + 25142 du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre ; Romain LUDOVICY, premier

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

REQUÊTE EN DÉSISTEMENT Articles 1016 et 1045 C.p.c.

REQUÊTE EN DÉSISTEMENT Articles 1016 et 1045 C.p.c. C A N A DA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No : 500-06-000624-128 (Recours collectif) C O U R S U P É R I E U R E CHANTAL CORBIN c. Demanderesse VENTES DE VÉHICULES MITSUBISHI DU CANADA INC. Défenderesse

Plus en détail

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises UCvD 2010/06 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises: état des lieux 16/03/2010 1 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises Plan 1. Principe de l interdiction de la mise à disposition

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE : ET : JEAN-PAUL BÉRUBÉ COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

Type d'action REQUÊTE pour ordonnance spéciale fondée sur l'article 158 de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. REJETÉE.

Type d'action REQUÊTE pour ordonnance spéciale fondée sur l'article 158 de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. REJETÉE. EYB 2014-239422 Résumé Cour supérieure Villégiature du Lac Carling inc. (Proposition de) 500-11-041210-119 (approx. 8 page(s)) 3 juillet 2014 Décideur(s) Roy, Claudine Type d'action REQUÊTE pour ordonnance

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010 Page 1 Document 1 de 202 Cour d'appel Amiens Chambre sociale 5, cabinet B 28 Septembre 2011 N 10/04970 Monsieur Philippe BOOSCHAERT Représenté par M. VIOT Gilbert, délégué syndical ouvrier LYCEE DE LA

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

Page 1 of 8. août 2010

Page 1 of 8. août 2010 note d'orientation concernant la certification et les services connexes NOV-46 communications avec les cabinets d'avocats dans le contexte des nouvelles normes de comptabilité et d'audit TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC 2013 QCCQ 816 (CanLII)

COUR DU QUÉBEC 2013 QCCQ 816 (CanLII) Desjardins Assurances générales inc. c. Produits RLM inc. 2013 QCCQ 816 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI LOCALITÉ DE CHICOUTIMI «Chambre Civile» N : 150-22-008815-117 COUR DU QUÉBEC DATE

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

Villemaire c. L Assomption (Ville de) 2011 QCCS 1837 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE ANDRÉ VINCENT, J.C.S.

Villemaire c. L Assomption (Ville de) 2011 QCCS 1837 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE ANDRÉ VINCENT, J.C.S. Villemaire c. L Assomption (Ville de) 2011 QCCS 1837 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE N o : 705-36-000470-102 COUR SUPÉRIEURE DATE : 15 avril 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE ANDRÉ

Plus en détail

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ...

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ... CHRONIQUE TPS/TVQ 207 JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 209 1. TVQ... 209 2. TPS...

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES DU 28 MAI 2013

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES DU 28 MAI 2013 COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES DU 28 MAI 2013 Contrats de travail-employé Arrêt contradictoire Définitif En cause de: La S.A. BANQUE dont le siège social est établi à 1000 BRUXELLES, ( ), partie appelante

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Communiqué de Presse (Publié par le Greffe)

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Communiqué de Presse (Publié par le Greffe) INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Communiqué de Presse (Publié par le Greffe) LE TRIBUNAL EST SAISI DU FOND DANS L'AFFAIRE "D'AVITAILLEMENT" DE NAVIRES

Plus en détail

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé Employé, travailleur autonome ou employé incorporé MODÉRATEUR : Ronald J. McRobie Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-François Cloutier Fasken Martineau Serge Gloutnay Fasken Martineau 3e Symposium Fasken

Plus en détail

Appui de la Ligue des droits et libertés

Appui de la Ligue des droits et libertés Montréal, le 13 mars 2006 À qui de droit, Objet : Appui de la Ligue des droits et libertés à la demande de résidence permanente pour considérations humanitaires de M. Abdelkader Belaouni (#ID : 5265-1093

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS ET La société WwWWw SA au capital de x immatriculée au registre de commerce et des sociétés de xxxx sous le numéro SIRET 0000 dont le siège social est au... (Ci-après désignée

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 39 Appel n o : GE-13-2312 ENTRE : R. M. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Composition Président: Johannes Frölicher Hugo Casanova, Christian Pfammatter

Composition Président: Johannes Frölicher Hugo Casanova, Christian Pfammatter Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 608 2013 51 Arrêt du 18 juin 2015 II e Cour des assurances sociales Composition

Plus en détail

Petites Informations Juridiques n 1

Petites Informations Juridiques n 1 L OBLIGATION DE REPRISE DU PERSONNEL DANS LES CONTRATS DE TRANSPORT Cadre législatif et réglementaire Droit communautaire Règlementation interne Article 4.5 du règlement n 1370/2007/CE du 23 octobre 2007

Plus en détail

Arrêt du 16 janvier 2012

Arrêt du 16 janvier 2012 102 2011-301 Arrêt du 16 janvier 2012 II e COUR D APPEL CIVIL COMPOSITION Président : Roland Henninger Juges : Georges Chanez, Françoise Bastons Bulletti Greffier : Henri Angéloz PARTIES X, requérante

Plus en détail

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Etat du 5 septembre 005 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Plus en détail

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT RÉPONSES D HYDRO-QUÉBEC À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS DE LA RÉGIE Page 1 de 12 1 Référence : HQD-16, document 1, page 17 de 21 «La DSR a négocié

Plus en détail

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 Vu I ) la requête, enregistrée le 22 mai 2012 sous le n 12PA02246, présentée pour la société ebay France, dont le siège

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 29 janvier 2014, 12-19.872, Publié au bulletin Legifrance

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 29 janvier 2014, 12-19.872, Publié au bulletin Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 29 janvier 2014 N de pourvoi: 12-19872 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau

Plus en détail

Fasc. 1284:BAILCOMMERCIAL. Findubail. Clauserésolutoire

Fasc. 1284:BAILCOMMERCIAL. Findubail. Clauserésolutoire Page1 Fasc.1284:BAILCOMMERCIAL. Findubail. Clauserésolutoire JurisClasseur Bail à loyer Fasc. 1284:BAILCOMMERCIAL. Findubail. Clauserésolutoire Datedufascicule:9Octobre2014 Datedeladernièremiseàjour:9Octobre2014

Plus en détail

REQUÊTE POUR PERMISSION D AMENDER LES GROUPES EN VERTU DE L'ARTICLE 1022 C.P.C.

REQUÊTE POUR PERMISSION D AMENDER LES GROUPES EN VERTU DE L'ARTICLE 1022 C.P.C. C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL C O U R S U P É R I E U R E (Recours collectif) N o 500-06-000076-980 CONSEIL QUÉBÉCOIS SUR LE TABAC ET LA SANTÉ -et- JEAN-YVES BLAIS c. Demandeurs /

Plus en détail

490 février 1994. ASSURALIA Convention RC Auto/RC Exploitation. Convention RC Auto / RC Exploitation TABLE DES MATIERES

490 février 1994. ASSURALIA Convention RC Auto/RC Exploitation. Convention RC Auto / RC Exploitation TABLE DES MATIERES RC Auto / RC Exploitation 490 février 1994 TABLE DES MATIERES A. Liste des entreprises adhérentes B. Texte de la C. Définitions D. Conditions d'application de la E. Gestion provisoire F. Conflits relatifs

Plus en détail

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé Page 1 of 5 Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er novembre 2009 c. D-9.2, r.1.1.1 Règlement sur les critères d'obtention des titres

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

LES COTISATIONS : FIXATIONS - MODES DE RECOUVREMENT - SANCTIONS

LES COTISATIONS : FIXATIONS - MODES DE RECOUVREMENT - SANCTIONS LES COTISATIONS : FIXATIONS - MODES DE RECOUVREMENT - SANCTIONS Rapport de Monsieur le Bâtonnier François-Antoine CROS, Trésorier du Conseil National des Barreaux Session de formation Tours Les 4, 5 et

Plus en détail

Les mises à disposition de personnels ou de matériels

Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les associations sont souvent confrontées à des besoins précis et ponctuels en matériel ou en personnel. Or, l'achat, la location ou l'embauche s'avèrent

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.08.0126.F COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE, agissant à la diligence et l'intervention du ministre, membre du collège de la Commission communautaire française,

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mardi 9 novembre 2010 N de pourvoi: 08-40535 Publié au bulletin Rejet Mme Collomp (président), président SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

TIEN DES DROITS DES TRAVAILLEURS EN CAS DE CHANGEMENT D'EMPLOYEUR DU FAIT D'UN TRANSFERT CONVENTIONNEL D'ENTREPRISE ET REGLANT LES

TIEN DES DROITS DES TRAVAILLEURS EN CAS DE CHANGEMENT D'EMPLOYEUR DU FAIT D'UN TRANSFERT CONVENTIONNEL D'ENTREPRISE ET REGLANT LES CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 32 BIS DU 7 JUIN 1985 [CONCERNANT LE MAIN- TIEN DES DROITS DES TRAVAILLEURS EN CAS DE CHANGEMENT D'EMPLOYEUR DU FAIT D'UN TRANSFERT CONVENTIONNEL D'ENTREPRISE ET REGLANT

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT Version du 18 septembre 2015 NOTE AU LECTEUR Le Programme de protection contre est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113).

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre

dans la poursuite pénale dirigée contre N 14 / 2014 pénal. du 13.3.2014. Not. 30673/10/CD Numéro 3284 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 06/2010 du 3 février 2010 Objet : avant-projet de décret relatif à l'archivage administratif La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ; Vu la loi du 8 décembre

Plus en détail

Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke site Fleurimont c. P.B. COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE LÉO DAIGLE, J.C.S.

Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke site Fleurimont c. P.B. COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE LÉO DAIGLE, J.C.S. Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke site Fleurimont c. P.B. 2012 QCCS 3679 Canada PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE SAINT-FRANÇOIS N : 450-17-004521-127 COUR SUPÉRIEURE DATE : 10 juillet 2012.

Plus en détail

ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC

ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC P6NOV05F C/S P.006 ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT ET LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC CONCERNANT LES EXEMPTIONS, LES AVANTAGES FISCAUX ET LES PRÉROGATIVES DE COURTOISIE CONSENTIS AU PROGRAMME, AUX REPRÉSENTANTS

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 COUR SUPÉRIEURE JUGE: L'honorable Paul-Marcel Bellavance, J.C.S. Le 8 juin 1993 WAHlTEL BOISVERT WUNICIP~ILITÉ DU CANTON DE GRANBY J

Plus en détail

Politique concernant le permis de conduire comme condition emploi

Politique concernant le permis de conduire comme condition emploi Politique concernant le permis de conduire comme condition emploi ISBN 0-7778-5900-9 Approuvée par la CODP : le 19 juin 1996 (Veuillez prendre note que des révisions mineures ont été apportées en décembre

Plus en détail

1. La présente circulaire concerne les primes d'ancienneté qui sont octroyées aux travailleurs durant leur carrière auprès d'un employeur.

1. La présente circulaire concerne les primes d'ancienneté qui sont octroyées aux travailleurs durant leur carrière auprès d'un employeur. Administration générale de la FISCALITE Services centraux Direction I/5B Circulaire n Ci.RH.241/608.543 (AGFisc N 27/2011) dd. 23.05.2011 Impôt des personnes physiques Revenu professionnel Prime d'ancienneté

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

COUR D'APPEL DE PARIS. Pôle 1 - Chambre 1 ARRET DU 26 AOUT 2011. (n, 5 pages)

COUR D'APPEL DE PARIS. Pôle 1 - Chambre 1 ARRET DU 26 AOUT 2011. (n, 5 pages) Grosses délivrées REPUBLIQUE FRANCAISE aux parties le : AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D'APPEL DE PARIS Pôle 1 - Chambre 1 ARRET DU 26 AOUT 2011 (n, 5 pages) Numéro d'inscription au répertoire général

Plus en détail

CONTRAT DE RECHERCHE CTI. entre. Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) CH 1015 Lausanne, Suisse. représentée par le Prof

CONTRAT DE RECHERCHE CTI. entre. Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) CH 1015 Lausanne, Suisse. représentée par le Prof Contrat de Recherche CTI entre l'epfl et un partenaire industriel Avis importants a. Ce document est le modèle de Contrat de Recherche CTI. Il est entendu que seul un accord dûment signé aura force obligatoire.

Plus en détail

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL Dossier : 03 03 52 Date : 20031202 Commissaire : M e Christiane Constant M me X Demanderesse c. Citifinancial Entreprise DÉCISION L OBJET DU LITIGE DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DENICE

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DENICE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DENICE R.G. : 14/01429 Minute no : 14/01711/ Chambre des référés Du : 11 Décembre 2014 Affaire : association loi 1901 "Mouvement pour la liberté de la protection sociale MLPS

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

Arrêt du 6 mai 2010 CHAMBRE PÉNALE

Arrêt du 6 mai 2010 CHAMBRE PÉNALE 502 2010-112 Arrêt du 6 mai 2010 CHAMBRE PÉNALE COMPOSITION Président : Georges Chanez Juges : Roland Henninger, Hubert Bugnon Greffière : Sonia Bulliard Grosset PARTIES X Sàrl, recourante, représentée

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 23 MARS 2009 S.08.0122.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.08.0122.F ALLIANCE NATIONALE DES MUTUALITES CHRETIENNES, dont le siège est établi à Schaerbeek, chaussée de Haecht, 579, demanderesse

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise;

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise; Page 1 of 7 Taxe sur la Valeur Ajoutée >> Commentaire TVA III.- Opérations visées Numéro 18/1125 La réquisition doit bien entendu porter sur une prestation prévue par le C.TVA pour être visée par l'art.

Plus en détail

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau La protection des renseignements personnels en entreprise en vertu des lois fédérale et québécoise en la matière L Institut des Secrétaires et des Administrateurs Agréés du Canada Division Québec Le 6

Plus en détail

Commission des Praticiens en Me decine Douce du Que bec

Commission des Praticiens en Me decine Douce du Que bec Qu est-ce que l'assurance collective en milieu de travail Le présent article vise à expliquer le fonctionnement d'un contrat d'assurance collective en milieu de travail, de même que les droits dont dispose

Plus en détail

Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec

Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec Dix-huit questions et réponses Q.1 André, mes clients ont reçu par courrier recommandé une «requête pour

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE J U G E M E N T

COUR SUPÉRIEURE J U G E M E N T COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-015083-036 DATE : 11 JUIN 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE L HONORABLE JUGE LOUIS CRÊTE J.C.S. DE : BRUNO CARBONI, Demandeur, c. FINANCIÈRE

Plus en détail

PREMIERE CHAMBRE. 16 Décembre 2014 R.G : n 14/05797

PREMIERE CHAMBRE. 16 Décembre 2014 R.G : n 14/05797 PREMIERE CHAMBRE 16 Décembre 2014 R.G : n 14/05797 COMITE D ENTREPRISE DE LA SOCIETE CHUBB FRANCE SYNDICAT SMVSO-CFDT SYNDICAT SYMNES-CFDT FEDERATION METALLURGIE UNSA C/ S.C.S. CHUBB FRANCE TRIBUNAL DE

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

Circulaire de télécom CRTC 2008-3

Circulaire de télécom CRTC 2008-3 Circulaire de télécom CRTC 2008-3 Bulletin d'information Ottawa, le 16 décembre 2008 Règles sur les télécommunications non sollicitées et Règles sur la liste nationale des numéros de télécommunication

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Conditions Générales de Vente des Prestations de Service d Etude

Conditions Générales de Vente des Prestations de Service d Etude La société Cédric Pascal Soler EIRL nommée EDS - INFRA, ayant son siège social à BAINS les BAINS prise en la personne de M. SOLER Cédric Ayant la fonction de : Gérant du Bureau d étude Ci-après dénommé

Plus en détail

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES.

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. 3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. Version Publication au Moniteur Belge Initiale : L. du. 03/07/2005 relative aux droits des volontaires 29/08/2005. 1 ère modification : L. du.

Plus en détail

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 RÈGLEMENT (UE) N o 360/2012 DE LA COMMISSION du 25 avril 2012 relatif à l application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de

Plus en détail

Le problème. Le texte du nouvel article 211 C.p.c. JUGEMENTS.QC.CA. Décisions des tribunaux et organismes du Québec

Le problème. Le texte du nouvel article 211 C.p.c. JUGEMENTS.QC.CA. Décisions des tribunaux et organismes du Québec JUGEMENTS.QC.CA Décisions des tribunaux et organismes du Québec Décision Télécharger la décision Retour à la liste des résultats Produits de l'érable du terroir inc. c. Régie des marchés agricoles et alimentaires

Plus en détail

Assurances sociales et activité indépendante

Assurances sociales et activité indépendante Assurances sociales et activité indépendante Olivier Grometto Directeur, département de promotion, FER Genève Petit déjeuner des PME et start-up octobre 2013 Assurances sociales et activité indépendante

Plus en détail

En fait: Dans ses observations du 1 er mars 2000, la Direction intimée propose le rejet du recours.

En fait: Dans ses observations du 1 er mars 2000, la Direction intimée propose le rejet du recours. Cour des assurances sociales. Séance du 22 février 2001. Statuant sur le recours interjeté le 18 janvier 2000 (5S 00 33) par les époux X, pour eux et pour leur fils Y, recourants, assistés par Me Z, avocat

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Marionnet c. Ani-Puce 2014 QCCQ 2683 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL LOCALITÉ DE LAVAL «Chambre civile» N : 540-32-025647-122 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 8 avril

Plus en détail