Bergeries du Fjord inc. c. Commission des relations du travail 2010 QCCS 4620 COUR SUPÉRIEURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bergeries du Fjord inc. c. Commission des relations du travail 2010 QCCS 4620 COUR SUPÉRIEURE"

Transcription

1 Bergeries du Fjord inc. c. Commission des relations du travail 2010 QCCS 4620 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI N : DATE : 16 septembre 2010 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L'HONORABLE JUGE MARTIN DALLAIRE, J.C.S. LES BERGERIES DU FJORD INC. 2992, chemin du Plateau, La Baie (Québec) G7B 3N8 c. Demanderesse COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL 900, boul. René-Lévesque Est, 5 e étage, Québec (Québec) G1R 6C9 et Intimée COMMISSION DE LA CONSTRUCTION DU QUÉBEC 1299, des Champs-Élysées, bureau 101, Chicoutimi (Québec) G7H 6P9 et ISOFOR INC. 1645, rue de L'Énergie, Alma (Québec) G8C 1M7 Mis en cause JD-2703 JUGEMENT

2 PAGE : 2 [1] Le tribunal est saisi d'une requête en révision judiciaire à l'encontre d'une décision rendue le 27 août 2009 par la Commission des relations de travail. [2] La Commission des relations de travail s'est prononcée sur l'assujettissement de travaux de construction d'une fromagerie de la demanderesse qui exploite une entreprise agricole. LES FAITS [3] Les faits ne sont pas contestés et peuvent se résumer succinctement de la façon suivante. [4] La Commission des relations de travail, ci-après appelée (CRT) est saisie d'une demande présentée par la Commission de la construction du Québec, ci-après appelée (CCQ), d'une réclamation contre un entrepreneur en construction soit Isofor inc., ci-après appelée (ISFOR) pour des salaires, congés payés, avantages sociaux et différentes autres indemnités dues en vertu de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction, Loi R-20 LRQ relativement à la construction d'une microfromagerie à la ferme de la demanderesse Bergerie du Fjord inc., ci-après appelée (BERGERIE). [5] Lors de la présentation de cette réclamation, l'entrepreneur ISOFOR a allégué ne pas être assujetti à la Loi, et ce, puisque les travaux faisaient partie de l'exclusion de l'article 19 applicable aux exploitations agricoles. [6] Or, cette difficulté d'application doit nécessairement être déterminée par la CRT. [7] L'entrepreneur en construction ISOFOR est un employeur professionnel au sens de la Loi et les travaux exécutés à la propriété de la demanderesse sont des travaux de construction, soit l'érection d'un bâtiment de la fromagerie. [8] La demanderesse BERGERIE exploite une ferme laitière et une fromagerie pour la transformation de son lait de chèvre et l'entreprise a moins de trois employés embauchés de façon continue (pièce P-2) et elle exploite une entreprise agricole. [9] Le 27 août 2009, la commissaire Kim Legeault conclut que les travaux sont assujettis à la Loi. LA DÉCISION CONTESTÉE [10] La commissaire a d'abord fixé les enjeux de cette décision à son paragraphe 15 :

3 PAGE : 3 «[15] Malgré le fait que le litige soulève strictement une question de droit, à savoir quel sens doit être donné à l'expression "mise en valeur" utilisée par le législateur à l'article 1 I) pour définir une exploitation agricole, les parties ont demandé à la Commission de pouvoir présenter une preuve contextuelle et une preuve d'expert vu l'importance de la décision à intervenir pour Bergeries du Fjord, il va sans dire, mais également pour le milieu agricole et l'industrie de la construction». [11] Pour pouvoir analyser adéquatement la question de droit, elle a situé le contexte législatif aux paragraphes 82, 83 et 84 de sa décision. Enfin, consciente des enjeux qu'elle avait à trancher, elle affirme : «[92] Reste que, sur cette question, la jurisprudence n'est pas abondante. La raison en est que dans la plupart des cas, la condition portant sur le nombre d'employés de l'exploitation n'était pas satisfaite de telle sorte que la vocation du bâtiment n'avait aucune incidence sur l'issue du litige. Dans les autres cas, le bâtiment en cause était clairement un bâtiment de ferme». [12] Pour asseoir son argumentaire, elle utilise principalement les énoncés suivants : «[103] Dans la détermination de l'application de l'exclusion invoquée, ce qui compte ce n'est pas tant la qualification de l'entreprise comme exploitant agricole avant ou après la construction, mais le rattachement ou non du bâtiment aux activités fermières de l'entreprise [119] Donner à l'expression "exploitation agricole" le sens de "une entité juridique dont l'activité dominante est l'agriculture" dénature l'objet de l'exclusion. Cela voudrait dire que l'entité peut avoir une foule d'autres activités non fermières et être exclue de l'application de la loi parce que son activité dominante est agricole. [120] L'expression vise une activité fermière et a pour but de permettre que les travaux exécutés dans le cadre ou aux fins de l'accomplissement de cette activité soient exclus de l'application de la loi et non de définir une catégorie de justiciables exclus de l'application de la loi en raison d'un statut juridique. [122] La fromagerie met en valeur le lait produit à la ferme. Elle met en valeur, non pas la ferme, mais ses produits. Aussi, met-elle en valeur l'entreprise dans son ensemble et non la ferme à proprement parler. [133] Admettre une définition "actualisée" du mot "ferme" utilisé par le législateur dans la Loi R-20, comme le proposent l'intervenante et le professeur Doyon, aurait pour effet d'ajouter à l'article 1 I) des conditions qui n'y sont pas stipulées. Or, il revient au législateur et non à la Commission de juger de l'opportunité d'une telle orientation» (soulignements ajoutés). [13] Enfin, après avoir analysé tous ces événements, elle déclare :

4 PAGE : 4 «les travaux de construction, visés par la réclamation n o , assujettis à la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction, L.R.Q., c. R-20». PRÉTENTIONS DES PARTIES [14] Pour la demanderesse, il s'agit ici de l'application de la norme de la décision raisonnable et bien qu'il s'agisse d'une décision raisonnable avec la réserve judiciaire qui s'impose, elle prétend que la décision prononcée par la CRT n'est pas une issue possible et acceptable, et ce, notamment en raison de cinq éléments, à savoir : 1) Il y a eu absence de recherche du contexte global, notamment en raison des définitions qui ont été utilisées; 2) L'interprétation de ferme mise en valeur est déraisonnable, la portée des exclusions n'a pas été suffisamment analysée; 3) La spécification de l'exclusion, à savoir qu'elle vise un type de bâtiment est également un élément déraisonnable; 4) Les attestations et les modifications législatives constituent également une erreur de droit; et 5) La commissaire a omis de tenir compte que la loi parle au présent. [15] De son côté, la défenderesse rappelle que comme il s'agit d'une décision assujettie à la norme raisonnable, le degré de déférence doit être important. La décision de la CRT était une décision possible et le tribunal n'a pas à intervenir. L'analyse a été dans un contexte particulier et qu'il n'y a rien de déraisonnable dans la conclusion. ANALYSE NORME APPLICABLE [16] Toutes les parties soumettent au tribunal que la norme de contrôle applicable serait celle de la décision raisonnable. [17] Le tribunal partage cet avis d'autant plus que comme nous le rappelle l'affaire Dunsmuir 1 au paragraphe 62 : «Bref, le processus de contrôle judiciaire se déroule en deux étapes. Premièrement, la cour de révision vérifie si la jurisprudence établit déjà de manière satisfaisante le degré de déférence correspondant à une catégorie de questions en particulier. En second lieu, lorsque cette démarche se révèle infructueuse, elle entreprend l'analyse des éléments qui permettent d'arrêter la bonne norme de contrôle» (soulignement ajouté). 1 Dunsmuir c. Nouveau Brunswick, 2008 CSC 9.

5 PAGE : 5 [18] Or, cet exercice a déjà été confirmé dans des décisions antérieures, dont notamment Syndicat interprovincial et ferblantiers couvreurs, section locale 2016 c. La Rivière 2 et Mécanicien industriel Milwright, section locale 2182 c. Commission des relations du travail et Jean Larivière et al 3 : «[28] En effet, la Commission est un tribunal spécialisé possédant une expertise particulière dont les décisions sont sans appel et protégées par des clauses privatives intégrales (soulignement ajouté). [29] Dans le cas présent, la question dont la Commission est saisie se situe au coeur de sa compétence et de son expertise spécialisée, car elle interprète et applique à des faits l'une des lois qui relèvent de sa compétence et dont elle possède une connaissance approfondie». [19] Le tribunal reconnaît l'application de la norme de la décision raisonnable. LE CARACTÈRE RAISONNABLE DE LA DÉCISION [20] Lorsque le tribunal est confronté à une norme de décision raisonnable, il est évident, que comme l'exprimait l'honorable juge Rothman, de la Cour d'appel, que le pouvoir d'intervention du tribunal est limité 4 : «In the absence of manifest unreasonableness in the decision of the Commissioner as to the interpretation or application of the Act. the Superior Court had no power to intervene in that decision even if it disagreed with the interpretation adopted by the Commissioner». [21] Toutefois, en raison d'une décision récente de la Cour suprême dans l'affaire Canada (Citoyenneté de l'immigration) c. Khosa 5, on y précise certaines balises : «[59] Néanmoins, si le processus et l'issue en cause cadrent bien avec les principes de justification, de transparence et d'intelligibilité, la cour de révision ne peut y substituer l'issue qui serait à son avis préférable» (soulignement ajouté). [22] Ce sont donc ces règles et ces balises «de justification de transparence et d'intelligibilité» que le tribunal utilisera pour scruter le fondement de la décision, dont on demande la révision. [23] Le tribunal tient à souligner un certain paradoxe. Ainsi, d'un côté, l'état favorise l'activité agricole par certaines mesures d'exception législative comme notamment les dispositions fiscales, le financement agricole, la protection du territoire, l'assurance récolte et autres mesures, dont plus spécifiquement dans le présent dossier le non assujettissement de la Loi aux travaux de construction des exploitations agricoles Syndicat interprovincial et ferblantiers couvreurs, section locale 2016 c. La Rivière [2009] QCCS Mécanicien industriel Milright section locale 2182 c. Commission des relations du travail et Jean Larivière et al, C.S. Montréal, no , juge Louis-Paul Cullen. Commission de la construction du Québec c. L'association des stations de ski du Québec, C.A. Montréal, no , juge Rothman. Canada (Citoyenneté de l'immigration) c. Khosa, [2009] CSC 12, [2009] 1 R.C.S. 339.

6 PAGE : 6 [24] D'autre part, ce même État vise à contraindre les entreprises à se soumettre à la loi lorsqu'il s'agit de travaux non exemptés par l'article 19 de la Loi. Cette volonté d'organiser et de fixer les conditions de travail des salariés et des employeurs de la construction existe sur tout le territoire du Québec et pour tous les champs d'activités. [25] Ainsi d'une part, nous avons un organisme, soit le CCQ, qui cherche à étendre sa couverture et d'autre part un autre organisme soit l'upa qui veut s'affranchir de cette couverture. [26] Trois éléments du raisonnement interpellent notre intervention. I) L'UTILISATION DES DÉFINITIONS EXTERNES [27] Pour bien fixer sa réflexion, la commissaire invoque deux articles clés, à savoir que la Loi ne s'applique pas aux exploitations agricoles, article 19 : «La présente loi s'applique aux employeurs et aux salariés de l'industrie de la construction; toutefois, elle ne s'applique pas : 1 o aux exploitations agricoles et aux travaux de construction d'une serre destinée à la production agricole lorsqu'ils sont exécutés par les salariés habituels du serriculteur ou par ceux du fabricant de la serre, de son ayant cause ou d'une personne dont l'activité principale est d'effectuer de tels travaux et qui en est chargée à titre exclusif par ce fabricant ou ayant cause;» (soulignements ajoutés). [28] Et pour bien cerner son application, on se réfère à la définition de l'exploitation agricole à l'article 1 de la Loi : «Dans la présente loi, à moins que le contexte n'indique un sens différent, les expressions et mots suivants signifient : l) «exploitation agricole» : une ferme mise en valeur habituellement par l'exploitant lui-même ou par l'entremise de moins de trois salariés embauchés de façon continue;» (soulignements ajoutés). [29] Or, pour interpréter ces dispositions, la commissaire déborde du champ du texte spécifique et du contexte général pour arrimer son interprétation à l'aide de définitions qui ne se retrouvent pas dans la Loi. [30] En effet, elle utilise la définition d'agriculture en s'appuyant sur ce vocable qui est utilisé dans la décision de l'érablière le Rossignol 6. Cependant, cette expression de l'agriculture n'est pas employée à l'article Érablière le Rossignol, CIC, 466.

7 PAGE : 7 [31] De plus, à son paragraphe 120, elle utilise l'expression «exploitation agricole», et elle est d'avis que l'expression «exploitation agricole» vise une activité fermière. Il s'en suit une nouvelle référence externe alors que la définition d'exploitation agricole ne comporte pas le mot d'activité fermière. [32] Enfin, elle utilise le concept de production sans que celui-ci soit nécessairement lui aussi défini. [33] Or, la loi est censée être cohérente et elle est censée assurer un objectif. Ainsi, il est évident que la mise en valeur d'une ferme requiert nécessairement et implicitement la transformation de son produit de ferme. Par analogie, le produit visé par la décision étant le lait de chèvre, il s'agit de son produit dérivé comme le fromage. La mise en valeur peut requérir la transformation du produit par une fromagerie. [34] La preuve révèle que c'est la transformation de son propre produit que la BERGERIE traite. Il ne s'agit pas de transformation de produits provenant d'autres bergeries, mais bien plutôt sa propre mise en valeur. [35] Il semble implicite que lorsque l'exploitant agricole produit pour lui-même pour mettre en valeur son produit, il s'agit de la mise en valeur voulue par la loi. C'est une activité agricole nécessaire, le produit étant sa finalité première, ses dérivés deviennent sa finalité accessoire. [36] Comme l'exprimait la Cour suprême dans Bell Express Vu ltd Partnership c. Rex 7. Il faut lire les termes d'une loi dans leur contexte global en suivant le sens ordinaire et grammatical qui s'harmonise avec le sens de la loi, l'objet de la loi et l'intention du législateur. [37] En s'arrimant à des références non comprises dans la loi et ses définitions, la commissaire fait abstraction du principe que c'est dans le texte que l'on doit rechercher l'intention. [38] Mais il y a plus, dans le texte de l'article 19 on applique l'exclusion «et aux travaux de construction d'une serre destinée à la production agricole». Il s'en suit nécessairement une exclusion spécifique de construction de serres. Or, cette volonté exprimée par le législateur est le reflet de sa volonté d'étendre les exclusions dans une vocation spécifique comme par exemple une serre. Il s'ensuit que cette exclusion vient concilier l'étendue de l'exclusion par sa précision spécifique. Il y a là aussi, dans cette situation, un indice dans le texte de l'intention du législateur. II) LA NOTION DE L'ÉTABLISSEMENT [39] De même, pour l'interprétation de ferme mise en valeur, au paragraphe 122, elle énonce ce qui suit : 7 Bell Express Vu ltd Partnership c. Rex, [2002] 2 R.C.S. 559.

8 PAGE : 8 «[122] La fromagerie met en valeur le lait produit à la ferme. Elle met en valeur, non pas la ferme, mais ses produits. Aussi, met-elle en valeur l'entreprise dans son ensemble et non la ferme à proprement parler». [40] Déjà par cette réflexion, elle fait donc une distanciation de l'activité principale. Or, la ferme mise en valeur est le sujet, l'activité est son complément. Il semble injustifié d'inverser la qualification par le complément soit l'activité. [41] Or, à cet effet, le tribunal ne peut constater que la Cour suprême, elle-même, dans des décisions de la Commission de la construction dont, entre autres, dans l'affaire CIQ c. CTCUIM 8 stipulait que l'exercice vient par la personne et non par l'activité. «[36] La formulation même de l'art. 2 montre bien que sauf le cas des exploitations agricoles, ce ne sont pas des catégories de personnes, employeurs ou salariés, auxquelles la Loi ne s'applique pas mais des travaux bien définis exécutés par les catégories de salariés déterminés pour le compte d'un employeur désigné ou d'une catégorie d'employeurs» (soulignements ajoutés). [42] Ainsi, pour le cas spécifique des exploitations agricoles, ce sont les catégories de personnes qui qualifient. Par conséquent, prétendre à la qualification par les produits comme le soutient la commissaire est une affirmation déraisonnable. III) L'EFFET IMMUABLE DU TEMPS [43] Pour situer le contexte de la loi, il peut y avoir plusieurs éléments, soit entre autres, son historique, ses objectifs et la loi elle-même. D'ailleurs, la commissaire a bien saisi la nature même de l'entreprise agricole à son paragraphe 70 : «La preuve entendue a permis de mettre en lumière le fait que Bergerie du Fjord est un exemple d'exploitation intégrée verticalement; que ce type d'exploitation a été encouragée par des amendements législatifs en 1996; qu'elle s'inscrit dans une nette tendance observée actuellement dans le milieu agricole et que plusieurs acteurs du milieu agricole désirent que le législateur reconnaisse comme agricoles toutes les activités de transformation et de mise en marché lorsqu'elles sont effectuées sur la ferme à partir des produits de son exploitation» (soulignements ajoutés). [44] Malgré cela, elle refuse à y donner une application contemporaine par une définition «actualisée» au paragraphe 133 de sa décision. [45] Or, la loi est «comme un organisme vivant..» 9,et comme tel, elle évolue dans son environnement, elle n'est pas désincarnée. Les télécommunications à l'origine ne couvrent pas l'internet sans fil (Wi-Fi). Il en est de même de la ferme, concept qui a passablement évolué au fil des temps et qui comporte aujourd'hui des unités robotisées de production pour traire les vaches artificiellement inséminées. 8 9 CIQ c. CTCUM [1986] 2 R.C.S.,327. Pierre-André CÔTÉ, Interprétation des lois, 4 e édition, 2009, page 340.

9 PAGE : 9 [46] La commissaire avait donc à se soucier du contexte contemporain d'une ferme et ne pouvait se borner à vouloir se limiter aux termes au moment de l'adoption de la loi. [47] Le législateur dans son pouvoir édicte la Loi et nous convenons que le tribunal administratif dans sa décision l'apprécie, mais il ne peut y ajouter. Or, l'exercice de l'actualisation est bien différent de l'addition. C'est le concept vivifiant de l'appréciation du temps et de son effet sur le texte. En refusant de se prêter à cette analyse dans sa décision, il y a là aussi un caractère déraisonnable qui requiert l'intervention. [48] Ainsi, pour toutes ces raisons, le tribunal ne peut que déterminer que la justification n'est pas adéquate et qu'elle ne relève pas de l'intelligibilité d'une conclusion qui s'impose. [49] La démonstration de la décision est complexe et pour reprendre l'expression du juge Fish, bien que dissident dans l'affaire Khosa 10 : «la déférence s'arrête là où commence la déraisonnabilité.», le tribunal se croit justifier d'intervenir avec tout le respect pour la prétention contraire pour rétablir le caractère déraisonnable de cette décision. [50] POUR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL: [51] DÉCLARE que l'interprétation donnée à l'article 19 (1) de la Loi R-20 est déraisonnable; [52] CASSE ET DÉCLARE nulle la décision datée du 27 août 2009 portant le numéro ; [53] DÉCLARE que les travaux de construction visés par la réclamation numéro ne sont pas assujettis à la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle et de gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction (LRQ, R-20); [54] LE TOUT, avec dépens. MARTIN DALLAIRE Juge à la Cour supérieure 10 Canada (Citoyenneté de l'immigration) c. Khosa, op. cit., note 5, par. 160.

10 PAGE : 10 M e Marie-André Hotte Procureure de la demanderesse Les Bergeries du Fjord inc. M es Brodeur Lord Hotte M e Hélène Fréchette Procureure de l'intimée Commission des relations du travail M e Nathalie Gagnon Procureure de la mise en cause Commission de la construction du Québec M es Gauthier Bédard M e Mario Bouchard Procureur de la mise en cause Isofor inc. Les Avocats Mario Bouchard inc. Date d audience : 8 juillet 2010

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

Intitulé de la cause : Mega Bloks inc. c. American Home Assurance Co. MEGA BLOKS INC., demandeur c. AMERICAN HOME ASSURANCE COMPANY, défenderesse

Intitulé de la cause : Mega Bloks inc. c. American Home Assurance Co. MEGA BLOKS INC., demandeur c. AMERICAN HOME ASSURANCE COMPANY, défenderesse Page 1 Intitulé de la cause : Mega Bloks inc. c. American Home Assurance Co. MEGA BLOKS INC., demandeur c. AMERICAN HOME ASSURANCE COMPANY, défenderesse [2006] J.Q. no 17279 2006 QCCS 5083 No : 500-17-028963-059

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-36-001599-127 (CM : 11-35239) DATE : 5 décembre 2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) Dossier n o 35892 ENTRE : PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA AGENCE DU REVENU DU CANADA - et - CHAMBRE DES NOTAIRES DU QUÉBEC - et

Plus en détail

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI)

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI) CANADA PROVINCE DE QUEBEC DISTRICT DE MONTREAL SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI) TRIBUNAL D ARBITRAGE N O REF. / SORECONI : 051006001 Montréal, le 11 août 2006 N O RÉF. / ARBITRE:

Plus en détail

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736 Page 1 Intitulé de la cause : Vakilian c. Directeur des poursuites criminelles et pénales SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant [2012]

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 03 04 05 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. BOURSE DE MONTRÉAL Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 3 février 2003, le demandeur exige

Plus en détail

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N C A N A D A Province de Québec District de Hull Cour Municipale Ville de Gatineau No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable RAYMOND SÉGUIN LA CORPORATION MUNICIPALE

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

Objet : Clauses de non-concurrence - Rôle et jurisprudence de la Commission des bons offices

Objet : Clauses de non-concurrence - Rôle et jurisprudence de la Commission des bons offices Bruxelles, le 7 janvier 2015. Objet : Clauses de non-concurrence - Rôle et jurisprudence de la Commission des bons offices La convention collective de travail n 1 du 12 février 1970 concernant la clause

Plus en détail

COUR D APPEL SOUS LA PRÉSIDENCE DE L'HONORABLE PIERRE J. DALPHOND, J.C.A.

COUR D APPEL SOUS LA PRÉSIDENCE DE L'HONORABLE PIERRE J. DALPHOND, J.C.A. Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) c. Québec (Gouvernement du) COUR D APPEL 2013 QCCA 575 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL N : 500-09-023315-138 (500-17-070724-128)

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-024474-051. DATE : 6 avril 2006

COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-024474-051. DATE : 6 avril 2006 Page 1 of 8 Québec >> Cour supérieure >> Ce document : 2006 QCCS 1886 (IIJCan) Référence : Compagnie Wal-Mart du Canada c. Commission des relations du travail, 2006 QCCS 1886 (IIJCan) Date : 2006-04-06

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Objet du litige. Le litige concerne la taxation par l'administration d'avantages en nature, à savoir le paiement par l'employeur du requérant de primes

Plus en détail

No. 200-36-000070-953 QUÉBEC, ce 29 septembre 1995 J U G E M E N T

No. 200-36-000070-953 QUÉBEC, ce 29 septembre 1995 J U G E M E N T C A N A D A Province de Québec District de Québec Cour Supérieure (Chambre criminelle) No. 200-36-000070-953 QUÉBEC, ce 29 septembre 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable ANDRÉ TROTIER, J.C.S. (JT0187)

Plus en détail

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION Dossier : 01 15 48 Date : 20030929 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. RONA Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 20 août 2001, le demandeur s adresse à Rona pour

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

No. 500-05-012189-948 Le 3 mars 1995

No. 500-05-012189-948 Le 3 mars 1995 C A N A D A Province de Québec District de Montréal Cour Supérieure No. 500-05-012189-948 Le 3 mars 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable ROGER E. BAKER, J.C.S. YVON DESCOTEAUX, avocat non membre du

Plus en détail

00 16 69 JEAN-CLAUDE BERGERON. Demandeur. Organisme. les rapports, factures, chèques et bons de commande relatifs aux transactions

00 16 69 JEAN-CLAUDE BERGERON. Demandeur. Organisme. les rapports, factures, chèques et bons de commande relatifs aux transactions 00 16 69 JEAN-CLAUDE BERGERON Demandeur c. FONDS AU BÉNÉFICE DES PERSONNES INCARCÉRÉES DE L'ÉTABLISSEMENT DE DÉTENTION DE SHERBROOKE Organisme L'OBJET DU LITIGE Le 16 août 2000, le demandeur requiert de

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE : ET : JEAN-PAUL BÉRUBÉ COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ;

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ; sh COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 10LY01157 ------------------ M. J M. Duchon-Doris Président Mme Chevalier-Aubert Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative

Plus en détail

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020 Directive 2001/23/CE du Conseil du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises, d'établissements

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler Citation : G. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 291 Appel No. AD-15-24 ENTRE : G. J. Demandeur et Commission de l assurance-emploi du Canada Défenderesse DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ...

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ... CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 326332 REPUBLIQUE FRANÇAISE REGION CENTRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Emilie Bokdam-Tognetti Rapporteur Le Conseil d'etat statuant au contentieux (Section du

Plus en détail

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007 EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec 05 23 09 DATE : 8 janvier 2007 EN PRÉSENCE DE : Christiane Constant, Commissaire X. Demandeur c. Hôpital du Sacré-Coeur de

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I. COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE RICHELIEU N : 765-11-000635-016 DATE : 27 novembre 2001 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. Dans l'affaire de la proposition de

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE J U G E M E N T

COUR SUPÉRIEURE J U G E M E N T COUR SUPÉRIEURE Canada PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE N : 705-05-006826-047 DATE : Le 13 septembre 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE L HONORABLE MARC BEAUDOIN, J.C.S. DE IMPRIMERIE RÉGIONALE ARL LTÉE et

Plus en détail

HABIBA FAZIA MADOUI LE MINISTRE DE LA CITOYENNETÉ ET DE L'IMMIGRATION MOTIFS DE L ORDONNANCE ET ORDONNANCE

HABIBA FAZIA MADOUI LE MINISTRE DE LA CITOYENNETÉ ET DE L'IMMIGRATION MOTIFS DE L ORDONNANCE ET ORDONNANCE Federal Court Cour fédérale Date : 20100129 Dossier : IMM-2928-09 Référence : 2010 CF 106 Ottawa (Ontario), le 29 janvier 2010 En présence de monsieur le juge Harrington ENTRE : HABIBA FAZIA MADOUI partie

Plus en détail

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le Annexe A Règles de procédure de la Commission ontarienne d examen Principe général 1. Les présentes règles doivent recevoir une interprétation large afin d'assurer la résolution équitable de chaque affaire

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL LOCALITÉ DE MONTRÉAL «Chambre civile» N : 500-80-002132-034 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 12 novembre 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE DE

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

Entre SA MAJESTÉ LA REINE, Intimée-poursuivante, et FRANCIS CHARLEBOIS, JÉRÉMIE DION, JONATHAN GIROUX, JOHN DOUGLAS, Requérants-accusés

Entre SA MAJESTÉ LA REINE, Intimée-poursuivante, et FRANCIS CHARLEBOIS, JÉRÉMIE DION, JONATHAN GIROUX, JOHN DOUGLAS, Requérants-accusés Page 1 Intitulé de la cause : R. c. Charlebois Entre SA MAJESTÉ LA REINE, Intimée-poursuivante, et FRANCIS CHARLEBOIS, JÉRÉMIE DION, JONATHAN GIROUX, JOHN DOUGLAS, Requérants-accusés [2014] J.Q. no 13277

Plus en détail

CO UR SUP ÉRIE URE 550-36-000037-000 PAGE: 1

CO UR SUP ÉRIE URE 550-36-000037-000 PAGE: 1 550-36-000037-000 PAGE: 1 CO UR SUP ÉRIE URE Canada PROVI NCE DE QUÉBE C DISTRI CT DE hull (Jurid iction criminel le) N o : 550-36-000037-000 (550-61-005154-998) 550-36-000038-008 (550-61-005155-995) 550-36-000039-006

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée» Caouette (Société R. Caouette & Fils enr.) c. Promutuel Bagot, société mutuelle d'assurances générales 2006 QCCS 143 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE ST-HYACINTHE COUR SUPÉRIEURE «Procédure allégée»

Plus en détail

Numéro du rôle : 1723. Arrêt n 128/2000 du 6 décembre 2000 A R R E T

Numéro du rôle : 1723. Arrêt n 128/2000 du 6 décembre 2000 A R R E T Numéro du rôle : 1723 Arrêt n 128/2000 du 6 décembre 2000 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 105 de la loi du 25 janvier 1999 portant des dispositions sociales, introduit par l'union

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Impulsora Turistica de Occidente, S.A. de C.V. c., 2007 CSC 20 ENTRE : ET ENTRE : ET ENTRE : Impulsora Turistica de Occidente, S.A. de C.V., Vision Corporativa y Fiscal,

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (deuxième chambre) 14 novembre 1996 *

ARRÊT DE LA COUR (deuxième chambre) 14 novembre 1996 * ARRÊT DE LA COUR (deuxième chambre) 14 novembre 1996 * Dans l'affaire C-305/94, ayant pour objet une demande adressée à la Cour, en application de l'article 177 du traité CE, par le tribunal du travail

Plus en détail

Téléphone 021 310 80 40 Téléfax 021 310 80 49 Compte postal 60-700-6 www.suva.ch

Téléphone 021 310 80 40 Téléfax 021 310 80 49 Compte postal 60-700-6 www.suva.ch Division sécurité au travail Secteur industrie, arts et métiers Avenue de la Gare 23 Case postale 287 1001 Lausanne Téléphone 021 310 80 40 Téléfax 021 310 80 49 Compte postal 60-700-6 www.suva.ch suva

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

COUR D APPEL CORAM : LES HONORABLES FRANÇOIS PELLETIER, J.C.A. ANDRÉ ROCHON, J.C.A. BERNARD GODBOUT, J.C.A. (AD HOC)

COUR D APPEL CORAM : LES HONORABLES FRANÇOIS PELLETIER, J.C.A. ANDRÉ ROCHON, J.C.A. BERNARD GODBOUT, J.C.A. (AD HOC) Réfri-Ozone inc. c. Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ) COUR D APPEL 2011 QCCA 254 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL N : 500-09-019217-082 (500-17-033730-063)

Plus en détail

Politique concernant le poids et la grandeur comme exigences professionelles

Politique concernant le poids et la grandeur comme exigences professionelles Politique concernant le poids et la grandeur comme exigences professionelles ISBN 0-7778-5903-3 Approuvée par la CODP le 19 juin 1996 (Veuillez prendre note que des révisions mineures ont été apportées

Plus en détail

TRIBUNAL D ARBITRAGE

TRIBUNAL D ARBITRAGE TRIBUNAL D ARBITRAGE (constitué en vertu du RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS sous l égide de la SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI), organisme d arbitrage

Plus en détail

Audience sur les coûts d exploitation que doit supporter un détaillant en essence ou en carburant diesel. Intervenante

Audience sur les coûts d exploitation que doit supporter un détaillant en essence ou en carburant diesel. Intervenante C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC No : R-3499-2002 R É G I E DE L É N E R G I E Audience sur les coûts d exploitation que doit supporter un détaillant en essence ou en carburant diesel COSTCO WHOLESALE CANADA

Plus en détail

Tribunal administratif du Québec R F. requérante [AFFAIRES SOCIALES 488] DÉCISION. En matière d'indemnisation

Tribunal administratif du Québec R F. requérante [AFFAIRES SOCIALES 488] DÉCISION. En matière d'indemnisation Section des affaires sociales En matière d'indemnisation Tribunal administratif du Québec Date : 20 avril 2000 Dossier : SAS-Q-006763-9903 Membres du Tribunal : Pierrette Ricard, avocate Pierre LeBlanc,

Plus en détail

de l Organisation de l aviation civile internationale

de l Organisation de l aviation civile internationale TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 859 Affaire No 956 : CARROLL Contre : Le Secrétaire général de l Organisation de l aviation civile internationale LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé

Plus en détail

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010 Page 1 Document 1 de 202 Cour d'appel Amiens Chambre sociale 5, cabinet B 28 Septembre 2011 N 10/04970 Monsieur Philippe BOOSCHAERT Représenté par M. VIOT Gilbert, délégué syndical ouvrier LYCEE DE LA

Plus en détail

COUR D APPEL. A) L appel de plein droit : marche à suivre pour l avis d appel

COUR D APPEL. A) L appel de plein droit : marche à suivre pour l avis d appel COUR D APPEL AIDE-MÉMOIRE EN MATIÈRE CRIMINELLE ET PÉNALE Mise à jour : mars 2014 Note : Ce guide, conçu pour notre clientèle qui en est à ses premières expériences en appel, n engage ni la Cour ni ses

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000161-022 DATE : 17 e jour de février, 2003, SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. ROBERT CHARTIER, requérant,

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Bossé c. Inspecteur canin inc. 2009 QCCQ 6133 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE LOCALITÉ DE SAINT-JÉRÔME «Chambre civile» N : 700-32-020392-088 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 32 QUINQUIES ----------------------------------------------------------------------------------

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 32 QUINQUIES ---------------------------------------------------------------------------------- CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 32 QUINQUIES ---------------------------------------------------------------------------------- Séance du mercredi 13 mars 2002 -------------------------------------------

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL

COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL COUR MUMCIPALE DE LA VILLE DE MONTRÉAL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 779-904-366 et al DATE: Leu FÉVRIER2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE RICHARD STARCK,j.c.m. LA VILLE DE MONTRÉAL

Plus en détail

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé Employé, travailleur autonome ou employé incorporé MODÉRATEUR : Ronald J. McRobie Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-François Cloutier Fasken Martineau Serge Gloutnay Fasken Martineau 3e Symposium Fasken

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

FORMULAIRE 1. (règles 21,23) DÉCLARATION EN DIVORCE (Art. 813.3 C.p.c.) COUR SUPÉRIEURE PROVINCE DE. Chambre de la famille. N o :

FORMULAIRE 1. (règles 21,23) DÉCLARATION EN DIVORCE (Art. 813.3 C.p.c.) COUR SUPÉRIEURE PROVINCE DE. Chambre de la famille. N o : FORMULAIRE 1 (règles 21,23) DÉCLARATION EN DIVORCE (Art. 813.3 C.p.c.) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE N o : COUR SUPÉRIEURE Chambre de la famille (Divorces) PARTIE(S) DEMANDERESSE(S) -et-, s'il

Plus en détail

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000,

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000, Exempt - appel en matière de travail Audience publique du jeudi seize mai deux mille deux. Numéros 25136 + 25142 du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre ; Romain LUDOVICY, premier

Plus en détail

1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (...

1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (... Cour d'appel de Paris 15ème chambre, section A Parties en cause : 1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (...), Nice,

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE FIGUEIREDO SIMÕES c. PORTUGAL (Requête n o 51806/99) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

comparante par Me MILLIARD, Avocat au Barreau de Nouméa,

comparante par Me MILLIARD, Avocat au Barreau de Nouméa, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 08/00010 Présidente : Mme ANDRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Corinne LEROUX Jugement du 17 Octobre 2008 PARTIES EN CAUSE: DEMANDEUR: -M. X,

Plus en détail

SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE

SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE Page 1 Document 1 de 1 Cour d'appel Aix-en-Provence Chambre 15 B 4 Mars 2010 N 2010/ 089 N de rôle 09/06442 Monsieur Roland André Louis GRENET, SA ONET SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE Classement :

Plus en détail

plaignants, intimée. Caisse populaire Saint-Pierre Claver (la «Caisse») d'avoir exigé la production des

plaignants, intimée. Caisse populaire Saint-Pierre Claver (la «Caisse») d'avoir exigé la production des PV 99 00 72 MICHEL COURSOL, -et- CAROLE GERVAIS, plaignants, c. CAISSE POPULAIRE SAINT-PIERRE CLAVER, intimée. LA PLAINTE Dans le cadre du renouvellement de leur marge de crédit personnelle, M. Michel

Plus en détail

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR ADMINISTRATIVE ADM 44 et 45 / 2014 Présidente : Sylviane Liniger Odiet Greffière : Gladys Winkler Docourt DÉCISION DU 14 JUILLET 2014 en la cause liée

Plus en détail

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T Numéro du rôle : 1058 Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 4, alinéa 1er, de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail, posée

Plus en détail

Université du Québec à Chicoutimi c. Mouvement des associations générales étudiantes de l'université du Québec à Chicoutimi (MAGE-UQAC)

Université du Québec à Chicoutimi c. Mouvement des associations générales étudiantes de l'université du Québec à Chicoutimi (MAGE-UQAC) Université du Québec à Chicoutimi c. Mouvement des associations générales étudiantes de l'université du Québec à Chicoutimi (MAGE-UQAC) 2012 QCCS 2831 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI COUR

Plus en détail

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT:

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No: 500-06-000177-028 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE FRANÇOIS RIENDEAU Demandeur c. BRAULT & MARTINEAU INC. Défenderesse REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE

Plus en détail

A r r ê t d u 1 5 j u i n 2 0 0 5 I I e C h a m b r e

A r r ê t d u 1 5 j u i n 2 0 0 5 I I e C h a m b r e E i d g e n ö s s i s c h e s V e r s i c h e r u n g s g e r i c h t T r i b u n a l f é d é r a l d e s a s s u r a n c e s T r i b u n a l e f e d e r a l e d e l l e a s s i c u r a z i o n i T r i

Plus en détail

Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec

Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec Éditeur officiel du Québec Ce document a valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er janvier 2010 L.R.Q., chapitre R-2.2.0.0.2 Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec SECTION

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze. N 67 / 15. du 2.7.2015. Numéro 3509 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze. Composition: Georges SANTER, président

Plus en détail

REQUÊTE EN DÉSISTEMENT Articles 1016 et 1045 C.p.c.

REQUÊTE EN DÉSISTEMENT Articles 1016 et 1045 C.p.c. C A N A DA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No : 500-06-000624-128 (Recours collectif) C O U R S U P É R I E U R E CHANTAL CORBIN c. Demanderesse VENTES DE VÉHICULES MITSUBISHI DU CANADA INC. Défenderesse

Plus en détail

Claude Sicard Demandeur-intimé c. Dr Maria Subak, entreprise Appelante et Commission d'accès à l'information du Québec & Michel Laporte Mis en cause

Claude Sicard Demandeur-intimé c. Dr Maria Subak, entreprise Appelante et Commission d'accès à l'information du Québec & Michel Laporte Mis en cause REJB 2000-18782 Texte intégral Cour du Québec (Chambre civile) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT de Montréal 500-02-077338-999 DATE : 29 mai 2000 EN PRÉSENCE DE : Armando Aznar, J.C.Q. Claude Sicard Demandeur-intimé

Plus en détail

A V I S N 1.371 ----------------------

A V I S N 1.371 ---------------------- A V I S N 1.371 ---------------------- Objet : Projet d'arrêté royal relatif au système de crédit-temps, de diminution de carrière et de réduction des prestations de travail à mi-temps Le 24 juillet 2001,

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition nº 2 Dépréciation des actifs

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition nº 2 Dépréciation des actifs Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition nº 2 Dépréciation des actifs Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des concepts; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

A r r ê t d u 8 a o û t 2 0 1 2

A r r ê t d u 8 a o û t 2 0 1 2 B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i f f é d é r a l T r i b u n a l e a m m i n i s t r a t i v o f e d e r a l e T r i b u n a l a d m i n i s t r a

Plus en détail

Titre. Objet. Direction des Affaires Juridiques INSD0089 RESUME :

Titre. Objet. Direction des Affaires Juridiques INSD0089 RESUME : Titre Objet Origine Direction des Affaires Juridiques INSD0089 RESUME : Direction des Affaires Juridiques Paris, le PLAN 1/ EN CAS DE REDRESSEMENT OU LIQUIDATION JUDICIAIRE DE L'EMPLOYEUR BENEFICIAIRE

Plus en détail

AVIS RELATIF À LA DIFFUSION VIA INTRANET ET INTERNET PAR LA VILLE DE GATINEAU DES RENSEIGNEMENTS CONTENUS DANS LES DEMANDES DE PERMIS DE CONSTRUCTION

AVIS RELATIF À LA DIFFUSION VIA INTRANET ET INTERNET PAR LA VILLE DE GATINEAU DES RENSEIGNEMENTS CONTENUS DANS LES DEMANDES DE PERMIS DE CONSTRUCTION AVIS RELATIF À LA DIFFUSION VIA INTRANET ET INTERNET PAR LA VILLE DE GATINEAU DES RENSEIGNEMENTS CONTENUS DANS LES DEMANDES DE PERMIS DE CONSTRUCTION DOSSIER 99 05 34 MAI 1999 Le responsable de l'accès

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce IP/C/W/464 14 novembre 2005 (05-5319) Original: anglais/ français L'ACCORD SUR LES

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze. N 62 / 15. du 2.7.2015. Numéro 3429 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze. Composition: Georges SANTER, président

Plus en détail

Villemaire c. L Assomption (Ville de) 2011 QCCS 1837 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE ANDRÉ VINCENT, J.C.S.

Villemaire c. L Assomption (Ville de) 2011 QCCS 1837 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE ANDRÉ VINCENT, J.C.S. Villemaire c. L Assomption (Ville de) 2011 QCCS 1837 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE N o : 705-36-000470-102 COUR SUPÉRIEURE DATE : 15 avril 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE ANDRÉ

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98) Groupe d arbitrage et de médiation sur mesure (GAMM) Dossier n o : GAMM

Plus en détail

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 1. Résumé 1.1 Pour la première fois depuis la promulgation en 1986 de la Directive du Conseil européen sur la coordination des

Plus en détail

Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s.

Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s. Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI N : 150-11-002742-062 DATE : 14 mars 2007 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s.

Plus en détail

Cour d appel de Colmar

Cour d appel de Colmar CISG online 2593 GSL REPUBLIQUEFRANCAISE AUNOMDUPEUPLEFRANCAIS COURD'APPELDECOLMAR PREMIÈRECHAMBRECIVILE SECTIONA ARRÊTDU23NOVEMBRE2010 Courd appeldecolmar [SellervsBuyer] 1A09/03661 23/11/2010 Numérod'inscriptionaurépertoiregénéral:1A09/03661

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

Numéro du rôle : 2223. Arrêt n 145/2002 du 15 octobre 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2223. Arrêt n 145/2002 du 15 octobre 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2223 Arrêt n 145/2002 du 15 octobre 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 22, 3, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

EN DÉFENSE À L'ACTION DE LA DEMANDERESSE, LES DÉFENDERESSES EXPOSENT RESPECTUEUSEMENT CE QUI SUIT:

EN DÉFENSE À L'ACTION DE LA DEMANDERESSE, LES DÉFENDERESSES EXPOSENT RESPECTUEUSEMENT CE QUI SUIT: PLAIDOYER AMENDÉ EN DÉFENSE À L'ACTION DE LA DEMANDERESSE, LES DÉFENDERESSES EXPOSENT RESPECTUEUSEMENT CE QUI SUIT: 1. Quant aux paragraphes 1 et 2 de la déclaration, elles s'en remettent aux pièces P-1,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE MOREIRA & FERREIRINHA, LDA. ET AUTRES c. PORTUGAL (Requêtes n os 54566/00,

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE JACQUES BABIN, J.C.S.

SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE JACQUES BABIN, J.C.S. Association des consommateurs pour la qualité dans la construction c. Casgrain 2007 QCCS 2481 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE QUÉBEC N : 200-06-000076-060 DATE : 25 mai 2007 SOUS

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) . ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : CENTRE CANADIEN D ARBITRAGE

Plus en détail