spérance de vie à la naissance ÉTAT DE SANTÉ (2009 à 2011) ÉTAT DE SANTÉ GLOBAL Mise à jour Septembre 2014 DÉFINITION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "spérance de vie à la naissance ÉTAT DE SANTÉ (2009 à 2011) ÉTAT DE SANTÉ GLOBAL Mise à jour Septembre 2014 DÉFINITION"

Transcription

1 ÉTAT DE SANTÉ ÉTAT DE SANTÉ GLOBAL E spérance de vie à la naissance (2009 à ) DÉFINITION Mise à jour Septembre 2014 L espérance de vie à la naissance permet de bien comprendre la situation globale de la mortalité dans un territoire donné mais elle comporte des limites car elle met l accent sur la durée de la vie, sans considérer la qualité des années vécues. Elle demeure néanmoins un indicateur essentiel pour mesurer l état de santé général d une population. Nombre moyen d années à vivre à partir de la naissance dans l hypothèse où les taux de mortalité par âge, observés durant une période déterminée, dans un territoire donné, demeurent stables dans le temps. 1 Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, fichier des décès, 2009 à. Estimations et projections démographiques. Traitement des données réalisé par l Infocentre de santé publique du Québec. NOTE Les tests statistiques établissent une comparaison entre la région et le reste du Québec, c'est-à-dire l ensemble du Québec excluant la région. Néanmoins, les données québécoises présentées dans le tableau se rapportent bien à l ensemble du Québec.

2 Espérance de vie à la naissance (2009 à ) Sexes réunis Hommes Femmes Territoires Nombre Nombre Nombre d années d années d années CSSS du Témiscamingue 79,5 (-) 77,5 81,8 (-) CSSS de Rouyn-Noranda,5 (-) 77,9 (-) 83,2 CSSS des Aurores-Boréales 79,7 (-),1 81,4 (-) CSSS Les Eskers de l Abitibi 79,6 (-) 77,0 (-),4 CSSS de la Vallée-de-l Or,6 (-),5 (-),9 (-) Région A.-T. 79,6 (-) 77,3 (-),0 (-) Québec 81,6 79,4 83,6 (-)(+) Valeur significativement plus faible ou plus élevée que celle du reste du Québec 2

3 Région Abitibi-Témiscamingue, à,7,7,5,4 71,2,8 79,7,0 79,7,2 75,3 75,9,8,5 71,6,3,7 77,1 77,5,2,4 81,2,5 75,9,6,0 79,9 79,6 77,2 77,3 3 Ministère de la santé et des services sociaux, fichier des décès, 19 à. Estimations et projections démographiques. L espérance de vie à la naissance s est accrue au cours des trois dernières décennies en Abitibi- Témiscamingue. Avec un gain d environ 5 années, elle atteint ainsi 79,6 ans chez la population en général pour la période. Malgré tout, en, la région accuse toujours un retard significatif de 2 ans par rapport au Québec (79,6 ans contre 81,6 ans). Comme ailleurs au Québec et dans les pays développés, les femmes ont une espérance de vie à la naissance plus longue que les hommes. Pour la période, celle-ci s élève à,0 ans dans la région comparativement à 77,3 ans chez les hommes. De plus, le retard par rapport au Québec s observe aussi bien chez les hommes (77,3 ans contre 79,4 ans) que chez les femmes (,0 ans contre 83,6 ans).

4 CSSS du Témiscamingue, à 83,3,1,0,0,2 71,2 69,8,9 79,8 75,4 75,7,2,6 81,5,5,6,9 73,2 73,0,8 77,4,1 81,9 79,1,6 81,8,4 79,5 77,7 77,5 4 Ministère de la santé et des services sociaux, fichier des décès, 19 à. Estimations et projections démographiques. le territoire du CSSS du Témiscamingue, passant de,0 ans à 79,5 ans dans l ensemble de la population. Malgré la hausse, le territoire continue d accuser un retard significatif de 2,1 ans par rapport au Québec. Comme ailleurs au Québec et dans les pays développés, les femmes du Témiscamingue ont une espérance de vie à la naissance plus longue que les hommes : 81,8 ans contre 77,5 ans chez les hommes pour la période. Elles se distinguent également par une espérance de vie significativement moins élevée que leurs homologues du Québec, 81,8 ans comparé à 83,6 ans.

5 CSSS de Rouyn-Noranda, à,8 83,2,4,2,9 79,4,6,1,2 77,6 81,4 81,2,2,9,6,8,5,6 77,9,9,6,9 71,9 71,5 71,2 73,9 75,0,2 75,0 75,1 5 Ministère de la santé et des services sociaux, fichier des décès, 19 à. Estimations et projections démographiques. le territoire du CSSS de Rouyn-Noranda, passant de,9 ans à,5 ans dans l ensemble de la population. Comparativement au Québec, l espérance de vie dans le territoire accuse un retard significatif de 1,1 ans. Comme ailleurs au Québec et dans les pays développés, les femmes de Rouyn-Noranda ont une espérance de vie à la naissance plus longue que les hommes : 83,2 ans contre 77,9 ans pour la période. À noter aussi que, pour cette période, l espérance de vie à la naissance chez les hommes de Rouyn-Noranda se révèle significativement inférieure à celle du Québec, 77,9 ans contre 79,4 ans.

6 CSSS des Aurores-Boréales, à,4,6 75,5,9,9,6,0 75,8,2,9,4,8,5 73,2 73,2 81,4 81,7 77,7 77,7,3,4,8,2 75,8 83,3 81,4,0 79,7,1 77,3 6 Ministère de la santé et des services sociaux, fichier des décès, 19 à. Estimations et projections démographiques. le territoire du CSSS des Aurores-Boréales, passant de 75,5 ans à 79,7 ans dans l ensemble de la population. En dépit de la hausse, l espérance de vie dans le territoire continue d accuser un retard de près de 2 ans par rapport au Québec. Comme ailleurs au Québec et dans les pays développés, les femmes des Aurores-Boréales ont une espérance de vie à la naissance plus longue que les hommes : 81,4 ans contre,1 ans pour la période. Ici aussi, l espérance de vie des femmes de ce territoire s avère significativement moindre qu au Québec, 81,4 contre 83,6 ans.

7 CSSS Les Eskers de l'abitibi, à,4,5,4 77,9,2,6,7 71,8 71,6 81,1,6 77,2,8,9,3,6,8,9,6 79,2,7 77,0 77,7,3,1,8 73,4 73,9 79,6 77,0 7 Ministère de la santé et des services sociaux, fichier des décès, 19 à. Estimations et projections démographiques. le territoire du CSSS Les Eskers de l Abitibi, faisant un gain de 5 ans dans l ensemble de la population et atteignant ainsi 79,6 ans pour la période. Malgré la hausse, l espérance de vie dans le territoire est encore inférieure de 2 ans à celle observée au Québec (83,6 ans pour les deux sexes réunis). Comme ailleurs au Québec et dans les pays développés, l espérance de vie des femmes du territoire dépasse celle des hommes:,4 ans contre 77,0 ans pour la période. Par ailleurs, l écart observé comparé au Québec s avère aussi significatif pour les hommes du territoire qui présentent une espérance de vie de 77,0 ans contre 81,6 ans au Québec.

8 CSSS de la Vallée-de-l'Or, à,2 77,1 73,7 73,8,7,7 79,2 75,1,7 75,7 79,1 79,6,4,5 73,9 73,6 81,4,0,8 81,9,9 79,2,6,5,5 71,1,3 71,3 71,7 71,6 8 Ministère de la santé et des services sociaux, fichier des décès, 19 à. Estimations et projections démographiques. le territoire du CSSS de la Vallée-de-l Or, passant de 73,7 ans à,6 ans dans l ensemble de la population. Néanmoins, l espérance de vie à la naissance dans la Vallée-de-l Or affiche un retard significatif de 3 ans comparativement au Québec (81,6 ans). En Abitibi-Témiscamingue, il s agit de la différence la plus importante observée. Comme ailleurs au Québec et dans les pays développés, l espérance de vie des femmes de la Vallée-de -l Or s avère plus élevée que celle des hommes:,9 ans contre,5 ans, pour la période. Par ailleurs, le territoire se démarque aussi du Québec avec une espérance de vie significativement moindre chez les hommes (,5 contre 79,4 ans) comme chez les femmes (,9 ans contre 83,6 ans).

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple Mai 2015 Territoire en synergie Planification territoriale MRC d Abitibi LES PORTRAITS DE LA MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE La démographie En 2013, la population de la MRC d Abitibi se chiffrait

Plus en détail

Sommaire. le point sur les accidents de véhicules hors route en Abitibi-Témiscamingue. Pourquoi s y intéresser?...3. Les hospitalisations...

Sommaire. le point sur les accidents de véhicules hors route en Abitibi-Témiscamingue. Pourquoi s y intéresser?...3. Les hospitalisations... A g e n c e d e l a s a n t é e t d e s s e r v i c e s s o c i a u x d e l A b i t i b i - T é m i s c a m i n g u e 1 le point sur les accidents de véhicules hors route en Abitibi-Témiscamingue Janvier

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

CONCEPTION DES TABLEAUX ET FIGURES MISE EN PAGE

CONCEPTION DES TABLEAUX ET FIGURES MISE EN PAGE AUTEURS Jean-Marc Daigle Unité programmes de dépistage, génétique et lutte au cancer Direction systèmes de soins et politiques publiques Institut national de santé publique du Québec Michel Beaupré Direction

Plus en détail

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Séminaire sur les perspectives démographiques, économiques et financières du Québec, 2009-2030 27 novembre 2009 Hôtel Plaza, Québec Marie-Christine

Plus en détail

CAQ NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS. Données du mois de : Juillet 2015 SECTION 1 - LES SALAIRES SECTION 2 - LES EMPLOIS ET LES TRAVAILLEURS

CAQ NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS. Données du mois de : Juillet 2015 SECTION 1 - LES SALAIRES SECTION 2 - LES EMPLOIS ET LES TRAVAILLEURS NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS Cette note présente des données et analyses supplémentaires en lien avec la création d emplois. L objectif de cette note est de porter l analyse au-delà du nombre d emplois

Plus en détail

Taux de survie des coopératives au Québec

Taux de survie des coopératives au Québec Sommaire Taux de survie des 2008-05 Développement économique Innovation Exportation Taux de survie des coopératives au Québec Direction des coopératives Direction générale des politiques et des sociétés

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 1 LES CHANGEMENTS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE MONTRÉAL Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal Au cours des dernières décennies, la population montréalaise a subi d importantes transformations.

Plus en détail

Laurentides. Portrait régional

Laurentides. Portrait régional Laurentides Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

1) l Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (ESUTC) de Santé Canada (1999 2012, enquête discontinuée)

1) l Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (ESUTC) de Santé Canada (1999 2012, enquête discontinuée) Survol des indicateurs du taux de tabagisme au Québec (Mis à jour en octobre 2013) 1) l Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada (ESUTC) de Santé Canada (1999 2012, enquête discontinuée) 2)

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Hubert Verreault, Agence métropolitaine de transport Daniel Bergeron,

Plus en détail

Jeunes âgés de 15 à 29 ans

Jeunes âgés de 15 à 29 ans P a g e 1 PROFIL DE SEGMENT DE CLIENTÈLE Jeunes âgés de 15 à 29 ans Ontario Avril 2014 P a g e 2 TABLE DES MATIÈRES ACRONYMES... 3 LISTE DES ILLUSTRATIONS... 3 LISTE DES TABLEAUX... 3 À PROPOS DU PROFIL

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

ET TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES. Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Février 2010

ET TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES. Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Février 2010 MARCHÉ DE LA REVENTE ET TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES AU QUÉBEC Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Février 2010 Ce texte reprend les faits saillants du rapport Perspectives

Plus en détail

Survol du marché de l habitationl

Survol du marché de l habitationl Survol du marché de l habitationl Région de l Abitibi-Témiscamingue Patrice Tardif, analyste principal de marché Février 2010 Société canadienne d hypothèques et de logement Marché de I habitation : notre

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Nombre de personnes prestataires de l assistance-emploi, pour un mois d une année donnée X 100

Nombre de personnes prestataires de l assistance-emploi, pour un mois d une année donnée X 100 Assistance-emploi PRESTATAIRES DE L ASSISTANCE-EMPLOI Définition Cet indicateur prend en compte les personnes qui reçoivent une aide financière du programme d assistance-emploi du ministère de l Emploi

Plus en détail

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (EDRHA de l'apnql) Collectif des services d'emploi et de formation de 29 communautés de Premières nations et de 4 centres

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036?

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? Projections de la population de Lanaudière-Nord et de ses MRC Novembre 2014 André Guillemette Service de surveillance, recherche et évaluation Direction de santé publique Agence

Plus en détail

Coordination et rédaction : Julie Auclair 1

Coordination et rédaction : Julie Auclair 1 Réalisé par ÉCOBES Recherche et transfert du Cégep de Jonquière, en collaboration avec la Direction de la recherche institutionnelle de l Université du Québec, grâce au soutien financier du ministère de

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Dossier de comparaison de logiciels libres

Dossier de comparaison de logiciels libres Dossier de comparaison de logiciels libres SOMMAIRE 1.OS-Ticket...2 1.1.Présentation...2 1.2.Installation...2 1.3.Esthétique...2 1.4.Code source...2 1.5.En résumé...2 2.GLPI...3 2.1.Présentation...3 2.2.Installation...3

Plus en détail

ATTESTATION DE BENEFICIAIRE DU PROGRAMME TRACE. (article 5 de la loi nº 98-657 du 29 juillet 1998) JEUNE BENEFICIAIRE

ATTESTATION DE BENEFICIAIRE DU PROGRAMME TRACE. (article 5 de la loi nº 98-657 du 29 juillet 1998) JEUNE BENEFICIAIRE Ministère de l emploi Ministère de l'emploi ATTESTATION DE BENEFICIAIRE DU PROGRAMME TRACE (article 5 de la loi nº 98-657 du 29 juillet 1998) cerfa N 10924*01 JEUNE BENEFICIAIRE Nom d usage : Nom de naissance

Plus en détail

CAQ NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS. Données du mois de : Août 2015 SECTION 1 - LES SALAIRES SECTION 2 - LES EMPLOIS ET LES TRAVAILLEURS

CAQ NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS. Données du mois de : Août 2015 SECTION 1 - LES SALAIRES SECTION 2 - LES EMPLOIS ET LES TRAVAILLEURS NOTE SUR LA QUALITÉ DES EMPLOIS Cette note présente des données et analyses supplémentaires en lien avec la création d emplois. L objectif de cette note est de porter l analyse au-delà du nombre d emplois

Plus en détail

Outaouais. Portrait régional

Outaouais. Portrait régional Outaouais Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

sociodémographique Coup d œil INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Les naissances au Québec en 2012 : un peu moins de 1,7 enfant par femme DÉMOGRAPHIE

sociodémographique Coup d œil INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Les naissances au Québec en 2012 : un peu moins de 1,7 enfant par femme DÉMOGRAPHIE DÉMOGRAPHIE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Coup d œil sociodémographique Avril 2013 Numéro 25 Les naissances au Québec en 2012 : un peu moins de 1,7 enfant par femme par Chantal Girard L année 2012

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Vieillissement de la population : se dirige-t-on vers un surplus de propriétés existantes à vendre?

Vieillissement de la population : se dirige-t-on vers un surplus de propriétés existantes à vendre? Vieillissement de la population : se dirige-t-on vers un surplus de propriétés existantes à vendre? 80 ième congrès annuel de l ACFAS Colloque ISQ/CIQSS 8 mai 2012 Francis Cortellino Analyste principal

Plus en détail

Info-Carburant. Aperçu national. Faits récents. Volume 10, Bulletin 23 11 décembre, 2015 ISSN 1918-3321

Info-Carburant. Aperçu national. Faits récents. Volume 10, Bulletin 23 11 décembre, 2015 ISSN 1918-3321 Aperçu national Les prix de l essence au détail au Canada ont baissé de 1, cent le litre au cours des deux dernières semaines Pour la période de deux semaines se terminant le 8 décembre, le prix moyen

Plus en détail

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec Emilio B. Imbriglio Associé, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton Emilio

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION État du marché du travail au Québec Bilan de l année 2014 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose,

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

La Lettre de l IMSEPP

La Lettre de l IMSEPP La Lettre de l IMSEPP N 46 27 janvier 2015 Marché du travail 2014 en Martinique : Bilan d une année de demandes d emploi Page 1 16 Synthèse : Au mois de décembre 2014, la baisse tendancielle du nombre

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Un diplôme universitaire est indispensable pour réussir dans la société actuelle

Un diplôme universitaire est indispensable pour réussir dans la société actuelle L importance accordée à l obtention d un diplôme universitaire selon les différents groupes linguistiques Jack Jedwab Directeur général - Association des études canadiennes Semaine du 6 mai 2012 Alors

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION. Rémunération des salariés. État et évolution comparés. Édition révisée.

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION. Rémunération des salariés. État et évolution comparés. Édition révisée. INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Rémunération des salariés État et évolution comparés 2013 Édition révisée Faits saillants COMPARAISON DE RÉMUNÉRATION ET MARCHÉ DU TRAVAIL o

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

AUTEUR. Robert Choinière Unité Connaissance-surveillance Direction Développement et programmes Institut national de santé publique du Québec

AUTEUR. Robert Choinière Unité Connaissance-surveillance Direction Développement et programmes Institut national de santé publique du Québec AUTEUR Robert Choinière Unité Connaissance-surveillance Direction Développement et programmes Institut national de santé publique du Cette étude compare le à 19 pays ainsi qu au reste du Canada. L'utilisation

Plus en détail

Emploi saisonnier et perspectives du marché du travail québécois

Emploi saisonnier et perspectives du marché du travail québécois Emploi saisonnier et perspectives du marché du travail québécois Présentation au colloque sur la saisonnalité Pour un développement durable de l emploi André Grenier, économiste Direction de l analyse

Plus en détail

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie La communauté locale des Grands-Monts était composée

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

Démographie Chapitre 3

Démographie Chapitre 3 Université Nancy 2 Démographie L2 économie 2010-2011 Mme Chaupain-Guillot 1 : nuptialité les mariages et les divorces * événement renouvelable * effet de la nuptialité sur la fécondité? de la nuptialité

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

DÉCRET DE POPULATION 2014 La croissance de la population de la région métropolitaine de Montréal se poursuit

DÉCRET DE POPULATION 2014 La croissance de la population de la région métropolitaine de Montréal se poursuit Veille stratégique métropolitaine DÉCRET DE POPULATION 2014 La croissance de la population de la région métropolitaine de Montréal se poursuit Jean-François Marchand, urbaniste Conseiller expert Le 31

Plus en détail

Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011

Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011 Direction de l analyse et des instruments économiques AVIS ÉCONOMIQUE Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011 Règles sur l allégement

Plus en détail

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean Rencontre régionale de mobilisation, Comité mauricien sur la persévérance et la réussite scolaires, Cap-de-la-Madeleine, 11 novembre 2009 Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Rémunération des salariés

Rémunération des salariés INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Rémunération des salariés État et évolution comparés 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose,

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

NATHALIE BACHAND, A.S.A., Pl. Fin. BACHAND LAFLEUR, GROUPE CONSEIL INC. YVES L. GIROUX, FLMI, Pl. Fin. BMO ASSURANCE VIE

NATHALIE BACHAND, A.S.A., Pl. Fin. BACHAND LAFLEUR, GROUPE CONSEIL INC. YVES L. GIROUX, FLMI, Pl. Fin. BMO ASSURANCE VIE NATHALIE BACHAND, A.S.A., Pl. Fin. BACHAND LAFLEUR, GROUPE CONSEIL INC. YVES L. GIROUX, FLMI, Pl. Fin. BMO ASSURANCE VIE Quelques statistiques 2 2 Rapport sur la situation financière de l ensemble des

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Pour en apprendre davantage sur le Centre ou pour obtenir des exemplaires de ce document, visitez le www.hec.ca/cpp ou écrivez-nous à info.cpp@hec.ca.

Pour en apprendre davantage sur le Centre ou pour obtenir des exemplaires de ce document, visitez le www.hec.ca/cpp ou écrivez-nous à info.cpp@hec.ca. Créé en 2009, le Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal mène une double mission. Il se consacre d abord à la recherche sur la productivité et la prospérité en ayant comme principaux

Plus en détail

Les Lucides 10 ans plus tard: Mise à jour INSTITUT DES GÉNÉRATIONS

Les Lucides 10 ans plus tard: Mise à jour INSTITUT DES GÉNÉRATIONS Les Lucides 10 ans plus tard: Mise à jour INSTITUT DES GÉNÉRATIONS en partenariat avec 1 Le 19 octobre 2005, douze personnalités québécoises cosignaient le manifeste Pour un Québec lucide. Réunissant politiciens,

Plus en détail

L augmentation des naissances à Montréal

L augmentation des naissances à Montréal Agence de la santé et des services sociaux de Montréal L augmentation des naissances à Montréal Fascicule 1 L évolution des naissances à Montréal, 1984 à 2009 On entend souvent parler dans les médias d

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Portrait du marché du travail

Portrait du marché du travail Portrait du marché du travail Février 2005 2 Analyse et rédaction : Mariella Collini, agente de recherche. Collaboration : Lili Germain et Julie Thibeault, agentes de recherche. Reproduction autorisée

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

renforcé et plus équitable

renforcé et plus équitable Document de consultation Vers un Régime de rentes du Québec renforcé et plus équitable Dépôt légal 2 e trimestre 2008 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada ISBN

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Normes d'hypothèses de projection

Normes d'hypothèses de projection Normes d'hypothèses de projection de l'institut québécois de planification financière Nathalie Bachand, A.S.A., Pl. Fin. Martin Dupras, A.S.A., Pl. Fin., D. Fisc. Daniel Laverdière, A.S.A., Pl. Fin. Montréal,

Plus en détail

LES MILITAIRES ET LEUR FAMILLE

LES MILITAIRES ET LEUR FAMILLE LES MILITAIRES ET LEUR FAMILLE Carine LE PAGE Chargée d études sociologiques Jérôme BENSOUSSAN Chargé d études statistiques Juin 2010 Service de la politique générale des ressources humaines militaires

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La mondialisation des marchés, la réduction de la durée de vie des produits et la compétition accrue entre petites et grandes organisations sont des facteurs qui incitent les entreprises à se

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs expérimentés de 55 ans et plus Novembre 2011 Introduction

Plus en détail

Les revenus à la retraite : des différences entre les Québécoises et les Québécois

Les revenus à la retraite : des différences entre les Québécoises et les Québécois Les revenus à la retraite : des différences entre les Québécoises et les Québécois 80e Congrès annuel de l Association francophone pour le savoir - Colloque de l Institut de la statistique du Québec (ISQ)

Plus en détail

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Table des matières En bref 1 Une stagnation des exportations au cours des années 2000 1 Un recul majeur sur le marché

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : PRMX1427006D Intitulé du texte : Décret relatif aux modalités d organisation des délibérations à distance des instances administratives à caractère collégial

Plus en détail

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN P E R S P E C T I V E STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 Aucun élément du contenu du présent document ne peut être utilisé,

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 COMME CHAQUE ANNÉE, LE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE VIENT DE PUBLIER LE RÉSULTAT DES INDICATEURS DES LYCÉES 2013. À partir de trois indicateurs, l

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du * de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants

Plus en détail

Faits saillants INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE. Constats. Consommateurs. Entreprises.

Faits saillants INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE. Constats. Consommateurs. Entreprises. Faits saillants INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE Avril 2003 Constats L indice CPQ-Léger Marketing de confiance des consommateurs et des entreprises dans l économie québécoise

Plus en détail

La stabilisation d un jeune par le logement supervisé

La stabilisation d un jeune par le logement supervisé La stabilisation d un jeune par le logement supervisé Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes Itinérance

Plus en détail

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 Les dépenses nous renseignent sur les goûts, les besoins, les habitudes de consommation, mais aussi sur le niveau de vie. Ce sont d

Plus en détail

Gestion des risques d entreprise Résumé

Gestion des risques d entreprise Résumé Gestion des risques d entreprise Résumé À moins d identifier rigoureusement les risques, on ne peut assurer une gouvernance et une gestion efficace. La nécessité de cerner, d évaluer et de contrôler ces

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : PRMX1422861R Intitulé du texte : Ordonnance relative aux délibérations à distance des instances administratives à caractère collégial Ministère à l origine

Plus en détail

Agir là où nous faisons la différence pour faciliter l entrée des jeunes au marché du travail

Agir là où nous faisons la différence pour faciliter l entrée des jeunes au marché du travail Agir là où nous faisons la différence pour faciliter l entrée des jeunes au marché du travail Conférence de l Association mondiale des services publics d emploi Dakar, le 18 septembre 2015 Martine Bégin

Plus en détail

LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE. Situation 2010

LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE. Situation 2010 LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE Situation 2010 Etablissements inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés 1 Mars 2011 1 Uniquement les établissements relevant du Centre de Formalités de la Chambre

Plus en détail

La performance Energétique des logements français

La performance Energétique des logements français La performance Energétique des logements français Etude statistique menée par EX IM sur la base de plus de 150000 Diagnostics de Performance Energétique La Performance Energétique des logements français

Plus en détail

Les critères essentiels à l essor économique du Québec : des tarifs d électricité compétitifs, stables, prévisibles et flexibles

Les critères essentiels à l essor économique du Québec : des tarifs d électricité compétitifs, stables, prévisibles et flexibles Mémoire de l Association québécoise des consommateurs industriels d électricité AQCIE et du Conseil de l industrie forestière du Québec CIFQ Loi concernant principalement la mise en œuvre de certaines

Plus en détail