DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi"

Transcription

1 Citation : F. D. A. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 1 Appel n o : GE ENTRE : F. D. A. et Appelant Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi MEMBRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE : Normand Morin DATE D AUDIENCE : 29 novembre 2013 TYPE D AUDIENCE : Téléconférence DÉCISION : Appel rejeté

2 COMPARUTIONS [1] L appelant, monsieur F. D. A., était absent lors de l audience téléphonique (téléconférence) tenue le 29 novembre Il était représenté par madame C. D., mère de l appelant. DÉCISION [2] Le Tribunal de la sécurité sociale, ci-après nommé, le Tribunal, conclut que l appel de la décision de la Commission de l assurance-emploi, ci-après désignée, la Commission, à l effet d imposer à l appelant, une exclusion du bénéfice des prestations d assurance-emploi, d une durée indéterminée, parce qu il n a pas prouvé qu il était justifié de quitter son emploi, n est pas fondé en vertu des articles 29 et 30 de la Loi sur l assurance-emploi («la Loi»). INTRODUCTION [3] Le 5 juin 2013, l appelant a contesté auprès de la Section de l assurance-emploi de la Division générale du Tribunal, la décision rendue à son endroit par la Commission, le 8 mai 2013 (pièce GD3-28), à l effet de maintenir la décision initialement rendue, en date du 19 mars 2013 (pièce GD3-22), concernant le départ volontaire effectué chez l employeur Vanitec MB Inc. MODE D AUDIENCE [4] L audience a été tenue par téléconférence pour les motifs énoncés dans l avis d audience du 14 novembre 2013 (pièces GD1-1 et GD1-2). QUESTION EN LITIGE [5] Le Tribunal doit déterminer si l appel de la décision de la Commission relativement à l exclusion de l appelant, du bénéfice des prestations d assurance-emploi, pour une durée indéterminée, parce qu il n a pas prouvé qu il était justifié de quitter son emploi, est fondé en vertu des articles 29 et 30 de la Loi.

3 DROIT APPLICABLE [6] Les dispositions relatives au départ volontaire sont mentionnées aux articles 29 et 30 de la Loi. [7] Dans la cause Rena-Astronomo (A ), qui a confirmé le principe établi dans l affaire Tanguay (A ) à l effet qu il incombe au prestataire ayant volontairement quitté son emploi, de prouver qu il n existait aucune autre solution raisonnable de quitter son emploi à ce moment-là, le juge MacDonald de la Cour d appel fédérale (la «Cour») a rappelé que : «Compte tenu de toutes les circonstances, le critère à appliquer se rapporte à la question de savoir si, selon la prépondérance des probabilités, le départ du prestataire constitue la seule solution raisonnable.». [8] De plus, le mot «justification», tel qu il est utilisé aux paragraphes 29c) et 30(1) de la Loi, a été interprété par la Cour dans la cause Tanguay c. C.A-C. (A (2 octobre 1985); 68 N.R. 154) de la manière suivante : «En effet, le mot, dans le contexte où il est employé, n'est pas synonyme de "raison" ou "motif". L'employé qui a gagné le gros lot ou hérité d'une fortune peut avoir une excellente raison de quitter son emploi; il n est pourtant pas justifié de le faire au sens du paragraphe 41(1). Ce paragraphe est une disposition importante d'une loi qui établit un système d'assurance contre le chômage et ses termes doivent être interprétés en ayant égard à l'obligation qui pèse normalement sur tout assuré de ne pas provoquer délibérément la réalisation du risque. Pour être plus précis, je dirais que l'employé qui a volontairement quitté son emploi et n'en a pas trouvé un autre s est placé délibérément dans une situation lui permettant de forcer des tiers à lui payer tes prestations d'assurance-chômage. Il n'est justifié d'avoir agi ainsi que s'il existait, au moment où il a quitté, des circonstances qui l'excusent d'avoir ainsi pris le risque de faire supporter par d'autres le fardeau de son chômage.». [9] Dans l affaire White (2011 CAF 190 A ), la juge Carolyn Layden Stevenson de la Cour a fait le rappel suivant : «[ ] La jurisprudence de la Cour impose dans la plupart des cas au prestataire l obligation de tenter de résoudre les conflits de travail avec l employeur ou de démontrer qu il a fait des efforts pour trouver un autre emploi avant de prendre la décision unilatérale de quitter son emploi : Canada (Procureur général) c. Hernandez, 2007 CAF 320; Canada (Procureur général) c.

4 Campeau, 2006 CAF 376; Canada (Procureur général) c. Murugaiah, 2008 CAF 10. [ ] Le conseil a fait observer avec raison qu un motif valable n équivaut pas à une justification. À mon avis, il était raisonnablement loisible au conseil de conclure que Mme White n avait pas démontré qu elle était fondée à quitter son emploi ou que son départ était la seule solution raisonnable.». [10] Le fait de quitter son emploi pour améliorer sa situation ne constitue pas une justification (Langevin 2011 CAF 163). S il est légitime pour les prestataires de vouloir améliorer leur sort en changeant d employeur ou la nature de leur travail, ils ne peuvent faire supporter le coût de cette légitimité par les personnes qui contribuent à la caisse de l assurance-emploi. Cela est vrai autant pour ceux qui décident de retourner aux études pour parfaire leur formation ou de partir en entreprise que pour ceux qui sont simplement désireux d accroître leur rémunération (Astronomo A ; Tremblay A-50-94; Martel A ). [11] Le désir qu a le prestataire d améliorer sa situation financière peut constituer un motif valable, mais il ne constitue pas une justification au sens de la Loi (Graham 2011 CAF 311; Lapointe 2009 CAF 147; Richard 2009 CAF 122; Langlois 2008 CAF 18; Murugaiah 2008 CAF 10). [12] Dans l affaire Mohanathas Vairamuthu (2009 CAF 277), le juge J. D. Denis Pelletier de la Cour a déclaré : «[ ] le défendeur a quitté volontairement son emploi, sans doute pour une bonne cause, mais il n était pas justifié de le faire. Étant donné que le problème traité ne constituait pas une menace à la vie ou à la santé et, en l absence de preuve démontrant qu il n existait pas de traitement de rechange disponible dans la région de Montréal, la décision de solliciter un traitement à l étranger n était pas un motif valable au sens de l article 30 de la Loi sur l assurance-emploi, L.C. 1996, ch. 23. Plus particulièrement, il n a pas respecté la norme énoncée au sous-alinéa 29c)(v) de la Loi.». PREUVE [13] Les éléments de preuve contenus dans le dossier sont les suivants :

5 a) Le 22 novembre 2012, l appelant a présenté une demande initiale de prestations prenant effet le 18 novembre L appelant a déclaré avoir travaillé pour l employeur G. Ducharme Couvreur Inc., du 16 avril 2012 au 16 août 2012 inclusivement et avoir cessé de travailler pour cet employeur en raison d un manque de travail. L appelant a précisé qu il retournera travailler pour cet employeur mais que la date est inconnue pour l instant (pièces GD3-2 à GD3-13) ; b) Un relevé d emploi, en date du 21 avril 2012, indique que l appelant a travaillé pour l employeur Vanitec MB Inc., du 20 janvier 2012 au 5 avril 2012 inclusivement et qu il a cessé de travailler pour cet employeur en raison d un retour aux études (code C Retour aux études), (pièce GD3-14) ; c) Un relevé d emploi, en date du 3 décembre 2012, indique que l appelant a travaillé pour l employeur G. Ducharme Couvreur Inc., du 16 avril 2012 au 16 novembre 2012 inclusivement et qu il a cessé de travailler pour cet employeur en raison d un manque den travail (code A Manque de travail / Fin de saison ou de contrat), (pièce GD3-15) ; d) Le 24 décembre 2012, l appelant a déclaré avoir quitté son emploi chez l employeur Vanitec MB Inc. parce qu il était «tanné» d effectuer les tâches reliées à cet emploi (pièce GD3-16) ; e) Le 27 décembre 2012, la Commission a informé l appelant qu elle ne pouvait pas lui payer des prestations régulières d assurance-emploi, à partir du 18 novembre 2012, car il a volontairement quitté son emploi chez l employeur Vanitec MB Inc., le 5 avril 2012, sans justification au sens de la Loi sur l assurance-emploi (pièces GD3-17) ; f) Le 3 janvier 2013, l appelant a rappelé les motifs l ayant amené à quitter l emploi qu il avait chez l employeur Vanitec MB Inc., le 5 avril L appelant a aussi joint une lettre de l employeur G. Ducharme Couvreur Inc., en date du 4 janvier 2013, dans laquelle cet employeur a indiqué avoir demandé à l appelant d être disponible à travailler à compter du 9 avril 2012 et avoir procédé à l embauche de ce dernier le 16 avril 2012 (pièces GD3-18 et GD3-19) ; g) Le 19 mars 2013, l employeur Vanitec MB Inc. (monsieur Jacques Bernier, contremaître) a déclaré que si l appelant n avait pas quitté son emploi, il travaillerait toujours pour ledit employeur, car il répondait aux exigences de la tâche (pièce GD3-20) ;

6 h) Le 19 mars 2013, l appelant a déclaré qu il savait que l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. allait l embaucher lorsqu il a quitté l emploi qu il avait chez l employeur Vanitec MB Inc. (pièce GD3-21) ; i) Le 19 mars 2013, la Commission a informé l appelant qu elle maintenait la décision prise à son endroit, en date du 27 décembre 2012, concernant le départ volontaire effectué chez l employeur Vanitec MB Inc. le 5 avril 2012 (pièce GD3-22) ; j) Le 10 avril 2013, l appelant a présenté une Demande de révision d une décision d assurance-emploi. Dans une lettre jointe à sa demande, l appelant a expliqué les motifs l ayant amené à quitter son emploi chez l employeur Vanitec MB Inc. L appelant a également joint une lettre de l employeur G. Ducharme Couvreur Inc., en date du 12 avril 2013, dans laquelle cet employeur a expliqué pourquoi il n a pas été en mesure d embaucher l appelant au cours de l hiver (pièces GD3-23 à GD3-25) ; k) Le 7 mai 2013, l appelant a contesté la décision prise par la Commission à la suite de la demande de révision formulée par ce dernier. Il a rappelé les motifs l ayant amené à quitter l emploi qu il avait chez l employeur Vanitec MB Inc. (pièce GD3-26) ; l) Le 8 mai 2013, l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. (monsieur Marcel Ducharme) a rappelé avoir demandé à l appelant d être disponible à travailler à compter du 9 avril 2013 mais a déclaré ne plus se souvenir de la date à laquelle il a offert un emploi à l appelant (pièce GD3-27) ; m) Le 8 mai 2013, la Commission a informé l appelant qu elle maintenait la décision prise à son endroit, en date du 19 mars 2013, concernant le départ volontaire effectué chez l employeur Vanitec MB Inc. (pièce GD3-28) ; n) Le 5 juin 2013, l appelant a présenté un avis d appel auprès de la Section de l assurance-emploi de la Division générale du Tribunal de la sécurité sociale. L appelant a indiqué être représenté par madame C. D. Pour expliquer les motifs à l origine de sa demande, l appelant a joint une copie des documents suivants : o Lettre en date du 3 janvier 2013 rappelant les motifs à l origine de son appel (pièce GD2-5) ; o Lettre de l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. en date du 4 janvier 2013 (pièce GD2-6) ;

7 o Lettre de l employeur G. Ducharme Couvreur Inc., en date du 12 avril 2013, adressée au gouvernement du Canada (Service de l assuranceemploi), (pièce GD2-7), (pièces GD2-1 à GD2-7) ; o) Le 4 octobre 2013, la Commission a présenté son argumentation et a conclu que la décision prise à l effet d exclure l appelant du bénéfice des prestations pour une période indéterminée doit être maintenue (pièces GD4-1 à GD4-10) ; p) Dans un avis d audience en date du 14 novembre 2013, le Tribunal a informé l appelant que la date de son audience a été fixée le 29 novembre 2013 (pièces GD1-1 et GD1-2) ; q) Le 31 décembre 2013, la Commission a présenté une argumentation supplémentaire concernant l admissibilité de l appelant à recevoir des prestations après son départ volontaire. La Commission a conclu que l appelant n était pas admissible à recevoir de telles prestations (pièce GD6-1). [14] Les éléments de preuve présentés à l'audience sont les suivants : a) En l absence de l appelant au cours de l audience, la représentante de celui-ci, madame C. D., a rappelé les principaux éléments au dossier et les circonstances ayant mené ledit appelant à quitter l emploi qu il occupait chez l employeur Vanitec MB Inc. ARGUMENTS DES PARTIES [15] L appelant et la représentante de ce dernier, madame C. D., ont présenté les observations et les arguments suivants : a) L appelant a fait valoir qu il avait un emploi assuré et qu il savait que l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. allait l embaucher lorsqu il a quitté l emploi qu il avait chez l employeur Vanitec MB Inc. (pièces GD3-18 et GD3-21) ; b) L appelant a expliqué que les conditions d emploi (ex. : salaire, transport, travail extérieur) étaient meilleures chez son nouvel employeur (pièce GD3-18) ; c) L appelant a aussi fait valoir qu en choisissant de travailler pour l employeur G. Ducharme Couvreur Inc., il allait travailler dans un domaine qui l intéressait, qui allait lui assurer un meilleur avenir, qui permettrait d améliorer ses compétences

8 et qui lui donnerait la possibilité de progresser dans un domaine qui lui plaisait (pièce GD3-24) ; d) La représentante de l appelant, madame D., a expliqué qu en 2011, pendant qu il était aux études, l appelant avait déjà travaillé pour l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. et que celui-ci lui avait indiqué, à ce moment, qu il allait le reprendre dans l avenir ; e) Elle a expliqué que l appelant a ensuite abandonné ses études pour débuter un emploi chez l emploi Vanitec MB Inc. parce qu il avait besoin d argent ; f) Elle a fait valoir que l appelant avait reçu l assurance raisonnable d un nouvel emploi de la part de l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. avant de quitter celui qu il avait chez l employeur Vanitec MB Inc. ; g) La représentante a spécifié que l appelant n a pas signé de contrat ou d entente écrite avec l employeur G. Ducharme Couvreur Inc., mais a reçu une «invitation informelle» de sa part avant de débuter son travail en avril 2012 ; h) Elle a expliqué qu il était difficile de prévoir à l avance le nombre d heures que l appelant allait effectuer compte tenu de la nature du travail qu il effectuait chez l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. ; i) La représentante a indiqué que l appelant avait un emploi chez Vanitec MB Inc. «à tous les jours sans problème», mais qu il s agissait d un emploi à 11,00 $ l heure, sans aucune possibilité d avancement qui correspondait à un salaire se situant «sous le seuil de la pauvreté» ; j) Elle a fait valoir qu en décidant d aller travailler pour l employeur G. Ducharme Couvreur Inc., l appelant a fait un meilleur choix pour l avenir, car il s agissait d un emploi qui lui permettait d avoir un revenu de ,00 $ de plus par année si on le compare à celui qu il occupait chez l employeur Vanitec MB Inc. ; k) La représente a relaté qu au cours d une conversation tenue avec un agent de l assurance-emploi et dont le résumé n apparaît pas dans le dossier, que l on ne voulait plus payer de prestations pour des emplois comme couvreur. Elle a évalué qu en ce sens, la décision rendue à l endroit de l appelant n était «pas une décision équitable» ; l) Elle a soumis que l appelant était sûr d avoir un emploi chez l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. et que pour cette raison, il avait l «assurance raisonnable d un autre emploi dans un avenir immédiat» en vertu de la Loi ;

9 m) La représentante a également soumis que la jurisprudence présentée par la Commission dans son argumentation ne correspondait pas à la situation de l appelant (pièces GD4-5 et GD4-6). [16] La Commission a présenté les observations et arguments suivants : a) La Commission a évalué que l appelant a présenté des explications «contradictoires» et que sa version des faits était «peu convaincante» puisqu il la changeait régulièrement. À cet effet, la Commission a précisé que : «La première version du prestataire est qu il a quitté en donnant comme prétexte un retour aux études alors qu il était tanné des tâches à cet emploi. Il admet qu il n a pas cherché d emploi avant de quitter et qu il n a commencé à chercher qu après son départ (Page GD3-16). La deuxième version du prestataire est qu il a quitté car il avait déjà un emploi prévu pour Ducharme Couvreur. Il voulait changer d emploi en raison de la facilité pour le transport, salaire beaucoup meilleur et qu il travaillait dehors (Page GD3-18). Il dit qu il savait que Ducharme Couvreur était pour l embaucher lorsqu il a quitté son emploi (Page GD3-21). La troisième version du prestataire est qu il avait une super opportunité de travailler dans un domaine qui l intéressait, qui était stable à l année. Quand il a quitté son emploi chez Vanitec MB, il était certain de travailler à l année et à temps plein (Page GD3-24). De plus, il dit qu il a quitté pour un domaine plus intéressant et réitère que le métier est plus payant aussi (Page GD3-26).» (pièces GD4-4 et GD4-5) ; b) La Commission a fait valoir que l appelant a quitté son emploi sans avoir l assurance raisonnable d un autre emploi (pièce GD4-5) ; c) La Commission a souligné le fait que l appelant a commencé ses recherches d emploi après avoir quitté l emploi qu il occupait chez l employeur Vanitec MB Inc. et qu il n avait reçu aucune offre formelle d un nouvel emploi avant de quitter cet emploi (pièce GD4-5) ; d) La Commission a aussi souligné le fait que le relevé d emploi émis par l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. indique que l appelant a travaillé en moyenne 21 heures par semaine au cours de la période du 16 avril 2012 au 16 novembre 2012 (pièces GD3-15 et GD4-5) ; e) La Commission a évalué que les explications fournies par l appelant à l effet qu il avait accepté un nouvel emploi à temps plein ne sont pas véridiques (pièce GD4-5) ;

10 f) La Commission a soumis que : «Le fait de quitter un emploi temps plein permanent pour prendre un emploi saisonnier dont la durée est nécessairement incertaine, ne peut être considéré comme une décision raisonnable constituant un motif valable de quitter son emploi au sens de la Loi sur l assurance-emploi et de se fier aux prestations d assurance-emploi durant les périodes de chômage.» (pièce GD4-5) ; g) La Commission a évalué que l appelant n était pas justifié de quitter son emploi le 5 avril 2012 puisqu il n a pas démontré avoir épuisé toutes les solutions raisonnables avant de le faire (pièce GD4-5) ; h) La Commission a également soumis qu une solution raisonnable aurait été que l appelant conserve son emploi permanent «plutôt que de faire le choix personnel d aller travailler sur un emploi saisonnier qui n était pas à temps plein» (pièce GD4-5) ; i) La Commission a conclu que l appelant n a pas réussi à prouver qu il était justifié de quitter son emploi au sens de la Loi (pièce GD4-5). ; j) La Commission a déterminé que l appelant n a pas accumulé un nombre suffisant d heures d emploi assurables, à la suite de son départ volontaire, pour être admissible à recevoir des prestations (pièce GD6-1). ANALYSE [17] Dans le cas d un départ volontaire sans justification, le test légal à appliquer est le suivant : Compte tenu de toutes les circonstances, le prestataire avait-il une autre solution raisonnable que de quitter volontairement son emploi? [18] Le paragraphe 30(1) de la Loi prévoit que : «[ ] Le prestataire est exclu du bénéfice des prestations s il perd un emploi en raison de son inconduite ou s il quitte volontairement un emploi sans justification, à moins, selon le cas : a) que, depuis qu il a perdu ou quitté cet emploi, il ait exercé un emploi assurable pendant le nombre d heures requis, au titre de l article 7 ou 7.1, pour recevoir des prestations de chômage; b) qu il ne soit inadmissible, à l égard de cet emploi, pour l une des raisons prévues aux articles 31 à 33.». [19] Dans son appréciation de la preuve, le Tribunal prend également en considération les circonstances énumérées à l article 29c) de la Loi et permettant d établir si un prestataire est fondé à quitter volontairement son emploi.

11 [20] Dans le présent dossier, le Tribunal trouve d abord que les déclarations contradictoires de l appelant sont, d emblée, de nature à nuire à la crédibilité de son témoignage. [21] L appelant a initialement déclaré que son emploi chez l employeur Vanitec MB Inc. avait pris fin en raison d un manque de travail (pièces GD3-4 et GD3-5), puis indiqué ensuite qu il avait cessé de travailler pour effectuer un retour aux études (code C Retour aux études), (pièce GD3-14), pour expliquer finalement qu il avait volontairement quitté son emploi chez cet employeur parce qu il était «tanné» d effectuer les tâches qui y étaient rattachées (pièce GD3-16) et affirmer qu il avait l assurance raisonnable d avoir un autre emploi avec de meilleures conditions (pièces GD3-18, GD3-19 et GD3-21). [22] Dans le cas présent, le Tribunal considère que la décision prise par l appelant d aller travailler pour l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. ne peut être considérée comme la seule solution raisonnable à son départ volontaire. [23] Même si l appelant a déclaré qu il savait que l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. allait l embaucher lorsqu il a quitté l emploi qu il avait chez l employeur Vanitec MB Inc., il n avait pas l assurance raisonnable que dans un avenir immédiat, il aurait un emploi à temps plein qui aurait pu lui permettre de justifier son départ volontaire, malgré les avantages qu il pouvait percevoir à occuper ce nouvel emploi (pièces GD3-18, GD3-19, GD3-21 et GD3-24). [24] De plus, l appelant avait déjà travaillé pour l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. dans le passé. Il connaissait la nature du travail qu il allait accomplir chez cet employeur et savait que le nombre d heures qu il pouvait effectuer à titre de couvreur pouvait être tributaire des conditions météorologiques. Il était en mesure de savoir que cet emploi, de nature saisonnière, pouvait être de courte durée (Langlois 2008 CAF 18). [25] Bien que la représentante de l appelant ait également fait valoir, lors de l audience, que ce dernier avait choisi un emploi plus rémunérateur en pensant qu il allait

12 faire plus d heures, il n avait pas obtenu d assurance à cet effet de la part de l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. [26] La preuve au dossier démontre d ailleurs que lorsqu il a été à l emploi de l employeur G. Ducharme Couvreur Inc., l appelant a effectué 518 heures de travail, au cours de la période s échelonnant du 16 avril 2012 au 16 novembre 2012, ce qui représente globalement moins d une vingtaine d heures de travail par semaine (pièce GD3-15). [27] Dans le cadre de cet emploi, l appelant n a pas «exercé un emploi assurable pendant le nombre d heures requis, au titre de l article 7 ou 7.1, pour recevoir des prestations de chômage», tel que le prévoit le paragraphe 30(1) de la Loi. Dans son argumentation supplémentaire, la Commission a expliqué qu elle ne pouvait établir une nouvelle demande de prestations à partir du nombre d heures de travail réalisées chez l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. puisque l appelant a effectué 518 heures d emploi assurables alors que 910 heures sont requises en vertu du paragraphe 7(4) de la Loi (pièce GD6-1). La Commission a spécifié que les heures de travail effectuées chez l employeur Vanitec MB Inc. ne pouvaient être prises en considération dans l application de l article 7 de la Loi, puisque l appelant a quitté cet emploi le 5 avril 2012 sans justification en vertu de l article 30(1) de ladite Loi (pièce GD6-1). [28] La Commission a aussi apporté la précision suivante : «La Commission a déterminé que le prestataire était une personne qui devient ou redevient membre de la population active puisqu il n a pas à son actif au moins 490 heures de participation au marché du travail dans la période de 52 semaines ayant précédé sa période de référence comme l exige l alinéa 7(4) de la Loi. Il devait avoir accumulé 910 heures d emploi assurable, tel que spécifié à l alinéa 7(3) (b) de la Loi pour pouvoir établir une période de prestations d assurance-emploi. Il a accumulé seulement 518 heures d emploi assurable depuis qu il a quitté son emploi sans justification.» (pièce GD6-1). [29] Par ailleurs, lorsqu il a travaillé chez l employeur Vanitec MB Inc., l appelant a accumulé 408 heures de travail sur une période d environ 11 semaines, soit du 20 janvier 2012 au 5 avril 2012, ce qui représente 37 heures de travail en moyenne sur une base hebdomadaire (pièce GD3-14).

13 [30] Dans ce contexte, le Tribunal estime que l appelant n avait pas l assurance d avoir un emploi à temps plein de longue durée, lorsqu il a pris la décision d aller travailler pour l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. Pour démontrer qu il avait l assurance raisonnable d un autre emploi, l appelant aurait dû s assurer, au préalable, d avoir une entente plus formelle et plus claire avec l employeur G. Ducharme Couvreur Inc. quant à la période de travail qui aurait pu lui être garantie et aux heures de travail qu il aurait pu accomplir dans le cadre de son emploi de couvreur, avant de prendre la décision de quitter l emploi qu il avait chez l employeur Vanitec MB Inc. Dans le cas présent, la durée de son nouvel emploi était trop incertaine pour qu elle puisse justifier son départ volontaire (Langlois 2008 CAF 18). [31] En dépit des motifs invoqués par l appelant pour justifier son départ volontaire, le Tribunal est d avis que celui-ci aurait pu continuer d occuper l emploi qu il avait chez l employeur Vanitec MB Inc. en attendant de pouvoir obtenir un nouvel emploi, à temps plein et pouvant mieux répondre à ses attentes et ses intérêts. [32] D ailleurs, l employeur Vanitec MB Inc. s est montré satisfait du travail effectué par l appelant et a déclaré que celui-ci aurait pu continuer de travailler à temps plein s il n avait pas effectué son départ volontaire (pièce GD3-20). [33] Le Tribunal est d avis qu en quittant son emploi chez l employeur Vanitec MB Inc., l appelant n a pas démontré qu il avait obtenu l assurance raisonnable d avoir un nouvel emploi dans un avenir immédiat permettant ainsi de justifier son départ volontaire. [34] Le Tribunal estime qu il n'y a rien dans la preuve au dossier qui porte à croire que le départ volontaire était la seule solution raisonnable dans cette situation. [35] Bien que la décision de l appelant de quitter son emploi chez l employeur Vanitec MB Inc. puisse être appuyée par d excellents motifs, dans le but de s assurer un avenir meilleur dans un domaine d emploi qu il apprécie davantage, qui ont d ailleurs été très bien exposés par sa représentante au cours de l audience, aucun de ceux-ci ne permet de justifier son départ volontaire, au sens de la Loi (Vairamuthu 2009 CAF 277).

14 [36] En regard de la question en litige et s appuyant sur la jurisprudence ci-haut mentionnée, le Tribunal estime que l appelant n a pas démontré qu il n existait aucune autre solution raisonnable que de quitter son emploi chez l employeur Vanitec MB Inc. [37] Le Tribunal considère que, compte tenu de toutes les circonstances, l appelant n était pas justifié de quitter volontairement son emploi, aux termes des articles 29 et 30 de la Loi. [38] L appel n est pas fondé sur la question en litige. CONCLUSION [39] L appel est rejeté. Normand Morin Membre, Division générale DATE DES MOTIFS : 7 janvier 2014

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 5 ENTRE : A. D. N o d appel : GE-13-1152 Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : N. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 11 Appel n o : GE-13-726 ENTRE : N. P. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : J. L. L. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 91 Appel n o : GE-14-2662 ENTRE : J. L. L. Appelante Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 39 Appel n o : GE-13-2312 ENTRE : R. M. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : C. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2013 TSSDA 7 Appel No : 2013-0063 ENTRE : C. B. et Appelante Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 56 Appel n o : GE-13-377 ENTRE : M. B. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : P. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2013 TSSDGAE 7 Appel n o : GE-13-374 ENTRE : P. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: 03-0303 Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q.

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q. ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE: BIBIANE PECK NADER (L APPELANTE ) ET: COMMISSION ADMINISTRATIVE

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES Autorité des marchés financiers c. Centre de traitement d'information de crédit (CTIC) inc. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N os : 2009-009 2009-022 BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS

Plus en détail

BUREAU DU CONSEILLER SÉNATORIAL EN ÉTHIQUE

BUREAU DU CONSEILLER SÉNATORIAL EN ÉTHIQUE BUREAU DU CONSEILLER SÉNATORIAL EN ÉTHIQUE Rapport d enquête En vertu du Code régissant les conflits d intérêts des sénateurs concernant le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu Le 25 juin 2014 DEMANDE D ENQUÊTE

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N : 2014-033 DÉCISION N : 2014-033-007 DATE : Le 25 février 2015 EN PRÉSENCE DE: MEJEANPIERRE CRISTEL AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

Quand arrive la retraite

Quand arrive la retraite Quand arrive la retraite Régime de rentes du Québec La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

Consultation du Conseil du patronat du Québec sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail

Consultation du Conseil du patronat du Québec sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Consultation du Conseil du patronat du Québec sur le Régime québécois de santé et de sécurité du travail Rapport du comité de travail sur la surindemnisation à la CSST Janvier 2008 1010, rue Sherbrooke,

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise.

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) SPORT DISPUTE RESOLUTION CENTRE OF CANADA (SDRCC) AFFAIRE

Plus en détail

VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée

VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée à l intention des professionnels, cadres et directeurs de service de l Université Laval Contrats numéros 54890 et 54892 Août 2010 À TOUS LES PROFESSIONNELS,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

Le caractère provisoire de la sous-location : une condition au droit de souslouer

Le caractère provisoire de la sous-location : une condition au droit de souslouer Tribunal fédéral - 4A_227/2011 Newsletter mai 2012 Ire Cour de droit civil Arrêt du 10 janvier 2012 Résumé et analyse Proposition de citation : Manon Simeoni Le caractère provisoire de la sous-location

Plus en détail

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE Rappel des principales clauses devant figurer dans la lettre d information individuelle formalisant la mise en place du régime par DUE (Décision

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 M. B. A. M. Salvage Rapporteur Mme Teuly-Desportes Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Décision du 28 janvier 2009

Décision du 28 janvier 2009 Recours 08/35 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2ème Section) Décision du 28 janvier 2009 Dans la présente affaire, enregistrée sous le numéro 08/35, ayant pour objet un recours introduit le 4

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES R.G.N 46.578 le feuillet. Rep.N. dnl~(~d. COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 5 DECEMBRE 2006. 4 ème chambr Contrat d'emploi Contradictoire Définitif En cause de: Maurice, Appelant,

Plus en détail

7.4 Générateur d absences

7.4 Générateur d absences 7.4 Générateur d absences Le générateur d absences permet de signaler les absences, de courte ou de longue durée, des employés. Les responsables de la rémunération ont analysé le contexte des absences

Plus en détail

Cour d appel fédérale, juges Décary, Sexton et Evans, J.C.A. Toronto, 21 mars; Ottawa, 5 avril 2007.

Cour d appel fédérale, juges Décary, Sexton et Evans, J.C.A. Toronto, 21 mars; Ottawa, 5 avril 2007. A-313-06 2007 CAF 141 Le Ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (Canada) (appelant) c. Thanh Thi Nhu Pham (intimée) RÉPERTORIÉ : PHAM c. M.R.N. (C.A.F.) Cour d appel fédérale, juges

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2013-096 R-3834-2013 3 juillet 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2013-096 R-3834-2013 3 juillet 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2013-096 R-3834-2013 3 juillet 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur Société en commandite Gaz Métro Demanderesse Décision Demande de Gaz Métro relative au projet

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 Prévoyance vieillesse et survivants Effingerstrasse 20, 3003 Berne tél. 031 324 06 11 fax 031 324 06 83 http://www.ofas.admin.ch BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 12 juillet 2005 Table des

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur La contribution-santé de l Ontario (CSO) que le gouvernement de l Ontario a introduit dans le budget provincial de 2004 signifie une déduction

Plus en détail

Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage

Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage ASSURANCE-EMPLOI Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage Guide à l intention des employeurs qui offrent à leurs employés des prestations supplémentaires de chômage Publication

Plus en détail

OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE. Le 10 décembre 2007

OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE. Le 10 décembre 2007 OFFRE FAITE PAR LE STTP À POSTES CANADA EN VUE DE PARVENIR À UN RÈGLEMENT NÉGOCIÉ DE LA CONVENTION COLLECTIVE Le 10 décembre 2007 Le Syndicat présente l offre qui suit en réponse à l offre globale soumise

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale Quebec Provincial Association of Teachers L Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (RQAP) et le Régime québécois d assurance parentale Mes droits Ce guide destiné au personnel

Plus en détail

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Numéro : 300 Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Décembre 2013 Objectif de cette note d orientation... 4 Références légales... 4 Contexte... 5 Historique du calcul hebdomadaire

Plus en détail

Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz.

Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz. Conditions générales Mercedes-Benz Accessories GmbH Une société du groupe Daimler Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz.

Plus en détail

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé Employé, travailleur autonome ou employé incorporé MODÉRATEUR : Ronald J. McRobie Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-François Cloutier Fasken Martineau Serge Gloutnay Fasken Martineau 3e Symposium Fasken

Plus en détail

PROPOSITIONS DE LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE POUR LA NÉGOCIATION DU RENOUVELLEMENT DE LA CONVENTION COLLECTIVE

PROPOSITIONS DE LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE POUR LA NÉGOCIATION DU RENOUVELLEMENT DE LA CONVENTION COLLECTIVE PROPOSITIONS DE LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE POUR LA NÉGOCIATION DU RENOUVELLEMENT DE LA CONVENTION COLLECTIVE VENANT À ÉCHÉANCE LE 31 DÉCEMBRE, 2014 Janvier 2015 Table of Contents INTRODUCTION...

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E SOC. PRUD'HOMMES MFG COUR DE CASSATION Audience publique du 3 novembre 2011 M. LACABARATS, président Arrêt no 2206 FS-P+B+R+I Pourvoi no M 10-18.036 R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Prenons ces mesures une à une pour mieux saisir la portée de ces changements.

Prenons ces mesures une à une pour mieux saisir la portée de ces changements. La réforme Harper de l assurance-emploi : une réforme brutale qui vise, en premier lieu, les travailleurs et les travailleuses de l industrie saisonnière Dans le cadre de la loi d exécution du budget du

Plus en détail

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT PENDANT L OPPOSITION ET L APPEL INTRODUCTION Dans le présent texte, nous analyserons les restrictions imposées par le Législateur aux autorités fiscales dans le cadre

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010 Page 1 Document 1 de 202 Cour d'appel Amiens Chambre sociale 5, cabinet B 28 Septembre 2011 N 10/04970 Monsieur Philippe BOOSCHAERT Représenté par M. VIOT Gilbert, délégué syndical ouvrier LYCEE DE LA

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE LIEGE Section de Liège. ARRÊT Audience publique du 17 décembre 2008 AH/SC

COUR DU TRAVAIL DE LIEGE Section de Liège. ARRÊT Audience publique du 17 décembre 2008 AH/SC N D'ORDRE Rép. :2063 * AIDE SOCIALE AIDE FINANCIÈRE DEMANDEE POUR ACQUERIR UN MATÉRIEL INFORMATIQUE ET UNE LIAISON INTERNET NOTION DE DIGNITE HUMAINE NOTION D ETAT DE BESOIN - AH/SC COUR DU TRAVAIL DE

Plus en détail

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT RÉPONSES D HYDRO-QUÉBEC À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS DE LA RÉGIE Page 1 de 12 1 Référence : HQD-16, document 1, page 17 de 21 «La DSR a négocié

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents!

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des consultations particulières et des auditions publiques sur le

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

Publication produite par Service Canada. Juin 2012

Publication produite par Service Canada. Juin 2012 ASSURANCE-EMPLOI Cette publication est également offerte en médias substituts sur demande (braille, gros caractères, cassette audio, disque compact, DAISY et disquette). Composez le 1 800 O-Canada (1-800-622-6232)

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5698-9585 No du rôle : 28.d-C-15 Licence RBQ : 5698-9585-01 Date : 14 septembre 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur RÉGIE DU BÂTIMENT

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Décembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de grève...1 2 Définition du terme «grève»...1 3 Droit aux indemnités de la Caisse nationale

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président Juge Salihu Modibo Alfa BELGORE Vice-président Juge Anne L. MACTAVISH Membre Juge Benjamin Joses

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98) ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC Groupe d arbitrage et de médiation sur mesure (GAMM) Dossier n o : GAMM

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTHORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL Dossier : 03 03 52 Date : 20031202 Commissaire : M e Christiane Constant M me X Demanderesse c. Citifinancial Entreprise DÉCISION L OBJET DU LITIGE DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire»)

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire») ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ...

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ... CHRONIQUE TPS/TVQ 207 JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 209 1. TVQ... 209 2. TPS...

Plus en détail

DÉCISION Nº217 du 15 mai 2003

DÉCISION Nº217 du 15 mai 2003 DÉCISION Nº217 du 15 mai 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 44 lettre m) de la Loi nº76/2002 relative au système des assurances chômage et la stimulation de

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges Décision de la Chambre de Résolution des Litiges ayant siégé le 10 août 2007, à Zurich, Suisse dans la composition suivante: Slim Aloulou (Tunisie), Président Mick McGuire (Angleterre), membre Michele

Plus en détail

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 1. PÉRIODE DU CONCOURS : Le concours 25 000 $ de rénos

Plus en détail

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel 1. Politiques en matières d appel L Association Québec Snowboard ( ci-après désignée par AQS ) reconnaît le droit de tout Membre d en appeler des décisions de l AQS et offre par les présentes un processus

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail