en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance"

Transcription

1 Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction : Champ d application : Les instruments financiers Actifs financiers : Trésorerie, titres détenus, créances, instruments dérivés porteurs d avantages économiques pour le groupe. Passifs financiers : Dettes, instruments dérivés susceptibles de conduire à un décaissement pour le groupe Instruments de capitaux propres : il donne un droit résiduel dans les actifs de l entreprise après déduction de tous les passifs. Exclusions : Titres de participations consolidés (IAS ) Placements liés aux avantages du personnel IAS 19) Droits et obligations résultant des contrats de location (IAS 17) Contrats d assurance Instruments financiers au titre des stock options (IFRS 2). Principe d évaluation des instruments financiers : Evaluation initiale : A la juste valeur (y compris les coûts de transaction directement attribuables, sauf pour les actifs et passifs financiers évalués à la juste valeur par résultat) Evaluation ultérieure : On distingue 4 catégories d actifs financiers et 2 catégories de passifs financiers. 3 méthodes d évaluation sont offertes en fonction de la catégorie d actif ou de passif : Juste valeur par résultat Juste valeur par capitaux propres Coût amorti (avec méthode du taux d intérêt effectif) Tableau de synthèse des catégories d instruments financiers Catégorie Définition Evaluation postérieure Impact Actifs et passifs financiers Actifs acquis ou passifs assumés en vue Juste valeur Résultat en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Prêts et créances émis par l entreprise - Dettes Actifs financiers disponibles à la vente de réaliser un bénéfice à CT Actifs financiers à échéance déterminée que l entreprise a l intention et la capacité de conserver jusqu à cette date Actifs ou passifs financiers non dérivés remboursables par montants fixes ou déterminables, autres qu actifs détenus à des fins de transaction Actifs financiers qui n entrent pas dans l une des catégories précédentes Coût amorti (avec méthode du taux d intérêt effectif) Coût amorti (avec méthode du taux d intérêt effectif) Juste valeur Résultat Résultat Capitaux propres I) Préambule sur l évaluation ou non à la juste valeur. Application de la juste valeur aux instruments financiers, 3 cas de figure : La juste valeur correspond au prix de marché de l instrument financier lorsque celui-ci est traité sur un marché actif. Si le marché de l instrument financier n est pas suffisamment actif, la juste valeur est déterminée par référence à des instruments similaires dont le marché est actif. En l absence de marché pour un instrument donné, il peut être procédé à un calcul de juste valeur par une méthode conforme à celle pratiquées sur les marchés financiers. La norme précise que la juste valeur s applique aux instruments financiers s ils sont considérés comme disponibles à la vente, ou pouvant être évalués à la juste valeur par le biais du compte de résultat. En revanche, la juste valeur ne s applique pas aux instruments financiers détenus jusqu à l échéance, ou relevant de la catégorie des prêts et des créances, ou bien à des instruments de capitaux propres qui n ont pas de prix coté et dont la juste valeur ne peut être évaluée de manière fiable. Critiques de cette notion de juste valeur : L abandon du coût historique peut rendre difficile le suivi des actifs et passifs à LT. Forte subjectivité pour les actifs ne pouvant être évalués en valeur de marché. L information à la juste valeur est très volatile donc rapidement obsolète. La valeur est estimée et délivrée par l entreprise elle-même Dans le cas où l entreprise utilise un modèle d évaluation, le coût d obtention de l info peut être prohibitif. 1

2 Méthodes d évaluation à la juste valeur : Valeur de marché : mark to market, valable pour les instruments cotés sur un marché actif ou un marché de gré à gré. Valeur d usage : o Modèles de valorisation : mark to model, processus d évaluation qui permet d estimer de façon fiable la valeur des flux financiers futurs attendus sur cet actif, actualisés au taux du marché. (ex : un emprunt obligataire noté par une agence de rating). o Modèles basés sur les flux de trésorerie actualisés : discounted cash-flows, estimation des avantages économiques réalisés sur des entrées et des sorties de trésorerie relatives à l instrument financier. Méthode d évaluation au coût amorti : Le coût amorti d un instrument financier est le montant actualisé, au taux d intérêt effectif d origine, des flux futurs restant à décaisser ou à encaisser. Exemple : Emprunt à taux fixe au 01/01/2006 de nominal, montant à l émission = , frais de transactions = , maturité = 4 ans. Remboursement in fine au 01/01/2010, prime de remboursement = , intérêt = 3% à terme échu. 1) Evaluation initiale = = ) Calcul du taux d intérêt effectif (TIE) Ce taux égalise ce que l entreprise reçoit avec ce qu elle va débourser : = /(1+i) / (1+i) 4 => i = % 3) Calcul du coût amorti Année Coût amorti à Intérêts courus au Intérêts payés au Coût amorti à la l ouverture taux de % taux de 3% clôture (1+2-3) Ou dette au 31/12/2006 : / ( ) + / ( )² / ( ) 3 = II) Les actifs financiers A) Typologie : Ils peuvent être regroupés en 4 catégories, leur comptabilisation initiale est faite à la juste valeur, mais par contre leur évaluation ultérieure diverge : Les actifs enregistrés à la juste valeur par le biais du compte de résultat, (évaluation ultérieure à la juste valeur en résultat ; pas de test de dépréciation) : Valeurs mobilières de placement (actions, OPCVM), titres de participation non consolidés, titres de créances négociables (bons du trésor), placements sur le marché monétaire, obligations simples ou convertibles (cotées ou pas). Remarque : les coûts de transaction s enregistrent à part. Les actifs détenus jusqu à échéance, (évaluation ultérieure au coût amorti et perte ou profit en résultat ; test de dépréciation) : instruments de capitaux propres qui n affichent pas de prix coté, titres de créances portant intérêt, titres immobilisés à échéance fixe, dépôts et cautionnements, titres de créances négociables, bons à moyen terme négociables, obligations d Etat acquises à l émission et que l on souhaite conserver jusqu à la date de remboursement. Les actifs «prêts et créances», (évaluation ultérieure au coût amorti et perte ou profit en résultat ; test de dépréciation) : Prêts entre SM et filiales, Prêts à LT, créances rattachées à des participations, prêts au personnel, obligations non cotées souscrites lors de l émission, créances client (souvent du CT donc actualisation pas nécessaire). Les actifs disponibles à la vente : titres qui n entrent dans aucune des 3 catégories précédentes, il s agit de titres immobilisés que l on ne peut vendre à CT, (évaluation ultérieure à la juste valeur en capitaux propres, mais dividendes ou intérêts en résultat ; test de dépréciation) : Titres de participation non consolidés, achat d obligations sans intention de les céder à brève échéance ni de les conserver jusqu à l échéance. 2

3 B) Application 1 : OAT (obligations assimilables du trésor) Le 8/12/2005, le trésorier de la SA Sebon, possédant un excédent de trésorerie, souhaite acheter de titres d OAT (nominal = 1 ) à taux fixe 5.25%, le règlement est prévu le 13/12/2005. Cette obligation est remboursable in fine le 25/04/2008. Le cours du titre au pied de coupon est de %, le coupon couru est de 3.337%, soit un cours coupon couru de %. Le coupon couru non échu( acrrued interests) est le résultat de 232 jours de détention, il reste donc 133 jours avant le prochain flux (du 13/12/2005 au 25/04/2006). Le cours de l OAT coupon couru inclus (gross) le 30/12/2005 est de % (samedi 31 n est pas ouvrable) Le cours de l OAT coupon couru inclus (gross) le 29/12/2006 est de % Les 2 M d OAT sont cédées le 04/06/2007 au cours de % (gross) 1. Dans quelle catégorie ce produit a-t-il été classé? 2. Enregistrez au journal sa comptabilisation initiale, puis son évaluation au 31/12/05, au 31/12/06 puis sa cession en 07. C) Application 2 : SICAV Le 30/11/2005 : ordre d achat de 1000 parts de sicav SlivaFrance, frais de souscription 2%, valeur liquidative au 31/11/05 = , pas de frais de rachat. Au 31/12/2005 la part est cotée Au 07/03/2006 la valeur liquidative de la part est de : ordre de vente des 1000 parts. 3. Dans quelle catégorie ce produit a-t-il été classé? 4. Enregistrez au journal sa comptabilisation initiale, puis son évaluation au 31/12/05, puis sa cession. D) Application 3 : Titres de participations dans une SCI La société tissus de France a créé avec d autres sociétés et investisseurs une SCI. Le 15/06/2004, à la création de la SCI, la prise de participation de tissus de France est de 15% soit , les frais divers sont de La valorisation de cette participation au 31/12/2004 est de , 9 au 31/12/05 Elle est de au 15/03/2006, date à laquelle tissus de France cède ses parts. 1. Dans quelle catégorie ce produit a-t-il été classé? 2. Enregistrez au journal sa comptabilisation initiale, puis ses évaluations au 31/12, puis sa cession. E) Application 4 : Prêt consenti à un fournisseur Le 01/01/2005, la société Métalasie a consenti à son fournisseur un prêt de sur 5 ans, remboursable par amortissement constant à terme échu le 31/12, le taux d intérêt est de 3%. Il n y a pas de coûts de transaction. Au 31/12/2006, un test de dépréciation souligne les difficultés financières du fournisseur, la valeur recouvrable est de en Dans quelle catégorie ce produit a-t-il été classé? 2. Quel est le taux d intérêt effectif? 3. Présentez un tableau d amortissement de ce prêt. 4. Enregistrez au journal sa comptabilisation initiale, puis son évaluation au 31/12/ Comment cet actif a-t-il été comptabilisé au 31/12/2006? F) Application 5 : Achat d une obligation à taux flottant revendue avant l échéance. Les principaux taux d intérêt flottant utilisés pour les obligations sont : Le TMM = Taux moyen mensuel du marché monétaire L EONIA = European overnight index average Le TMB = Taux mensuel des bons du trésor L 3M = Euribor 3 mois Le TME = Taux moyen mensuel du marché obligataire sur titres d Etat Le TMO = Taux moyen mensuel du marché obligataire sur titres d émetteurs privés Le mode de calcul des taux flottants peut faire intervenir 3 éléments : La marge nominale = valeur ajoutée ou retranchée au taux de référence (TMO pt) Les taux d intérêt butoirs = valeurs minimales et maximales qui encadrent la fluctuation du taux variable (TMO pt, minimum 12M) Les clauses de sauvegarde = Elles précisent quels calculs adopter lorsque le taux de référence initial n est pas disponible. 3

4 Enoncé du cas : La société CNP finance décide d investir lors de l émission de titres obligataires réalisée par Véolia. Il est prévu d investir cette somme jusqu à maturité des titres. Caractéristiques : Nominal = 1000, date d émission le 01/06/2005, taux d intérêt variable révisable annuellement ( 12M), durée de vie = 7 ans, remboursement in fine au pair, prime d émission = 20 par titre, frais de transaction = Pour estimer les taux futurs à la date d émission, il est possible d utiliser le taux euribor 12 mois au 01/06/2005 (taux à 3%) et de le reconduire pour chacun des coupons flottants qui sera constaté chaque année jusqu en Cette technique dite de la cristallisation est nécessaire pour établir l échéancier les flux attachés à la détention de ce titre, et par la même pour l évaluation de ce titre. Il est également possible de construire des prévisions de taux futurs sur la base de la gamme des taux au comptant. Ainsi, le taux 12M prévu pour l année peut être approché en confrontant le taux d intérêt au comptant à deux ans avec le taux d intérêt au comptant à un an ; en effet, si le marché des taux est fluide et efficient, deux placements successifs annuels doivent procurer le même rendement potentiel qu un investissement à deux ans. Un exemple de ces taux futurs estimés vous est fourni dans le tableau ci-dessous Taux à un an anticipés Années Taux 12M anticipés ) Dans quelle catégorie est classée ce titre? 2) Quel est son prix d acquisition? 3) Quelles sont les incidences comptables en 2005? a. Si CNP finance choisit la technique de cristallisation b. Si CNP finance choisit de retenir des prévisions de taux spécifiques à chaque période. 4) Si cession du portefeuille le 30/04/2008 : Il faut requalifier le portefeuille en tant que disponible à la vente, donc à évaluer à sa juste valeur à chaque clôture. o La cotation pied de coupon fin 2007 de ce portefeuille Véolia est de o La cotation pied de coupon fin avril 2008 de ce portefeuille Véolia est de o Le taux variable 12M pour fin mai 2008 est de 3.15% o Les frais de transaction s élèvent à III) Les passifs financiers A) Généralités : Rappel des règles françaises : Les dettes sont comptabilisées au passif du bilan pour leur valeur de remboursement Les primes d émission et de remboursement des emprunts obligataires sont portées à l actif du bilan et étalées sur la durée de vie de l emprunt selon un mode linéaire ou au prorata des intérêts courus. Les frais d émission d emprunt sont soit comptabilisés en charges, soit étalés sur la durée de vie de l emprunt selon un mode linéaire ou au prorata des intérêts courus. Règles IFRS : Un passif financier relève d une obligation contractuelle de remettre à une autre entité de la trésorerie ou un autre actif financier. Un instrument financier peut être classé comme un passif financier (dette, produit dérivé) ou un instrument de capitaux propres. Le prix d acquisition d un passif financier est le montant effectivement payé net des frais de transaction ( sauf si évalué en juste valeur par le biais du compte de résultat ) et net des éventuelles primes de remboursement => comptabilisation initiale à la juste valeur. Il existe deux catégories de passifs financiers : Les passifs évalués en juste valeur par le biais du compte de résultat : éléments détenus à des fins de transaction, passifs liés à des ventes à découvert de titres ou d autres actifs financiers, des dérivés non comptabilisés comme instruments de couverture. Exemple : Un trésorier anticipe une baisse des obligations, il vend à découvert une ligne d obligations avec l intention de les racheter une fois la baisse des cours réalisée. Les passifs évalués au coût amorti : dettes fournisseurs, fiscales et sociales, emprunts et dettes financières divers, emprunts obligataires. 4

5 Les évaluations ultérieures sont faites à la juste valeur pour la première catégorie et au coût amorti pour la seconde. Il n y a pas de test de dépréciation sur des passifs. B) Application 1 : Emission d une obligation à taux fixe. Début janvier 2006 la société Parus émet un emprunt obligataire de au taux de 3.5%, les coupons sont versés au 31/12/N. l emprunt est remboursable au pair in fine. La prime d émission est de 5.95% du nominal. Les frais d émission = (0.3% du nominal) 1. Dans quelle catégorie cet élément a-t-il été classé? 2. Enregistrez au journal sa comptabilisation initiale 3. Déterminez le TIE et présentez le tableau d amortissement 4. Enregistrez au journal son évaluation au 31/12/2006. C) Application 2 : Emprunt bancaire Le 01/01/2006, la société Tyre a contracté auprès de sa banque un emprunt de remboursable sur 5 ans par annuités constantes le 31/12/N, le taux d intérêt est de 4%, les frais d émission s élèvent à. 1. Dans quelle catégorie cet élément a-t-il été classé? 2. Enregistrez au journal sa comptabilisation initiale. 3. Déterminez le TIE et présentez le tableau d amortissement. 4. Enregistrez au journal son évaluation au 31/12/2006. D) Application 3 : émission d un emprunt obligataire : Comparaison IFRS / PCG Un emprunt obligataire de 500 obligations de nominal 1000 est émis le 01/07/2006 par la société Fininvest. Le remboursement s effectuera in fine le 01/07/2011. Le prix d émission est de 975, le prix de remboursement de Les frais d émission s élèvent à Le coupon est de 2.5% du nominal soit Dans quelle catégorie cet élément a-t-il été classé? 6. Enregistrez au journal sa comptabilisation initiale, en IFRS et selon le PCG 7. Déterminez le taux d intérêt effectif et présentez le tableau d amortissement en IFRS 8. Présentez le tableau d amortissement selon le PCG Enregistrez au journal les écritures du 31/12/06, du 01/07/07, du 01/07/11, en IFRS et selon le PCG. IV) Instruments de capitaux propres A) Généralités Les normes IFRS ne reconnaissent pas la catégorie «Autres fonds propres», par conséquent, tous les instruments financiers doivent être classés selon leur nature : capitaux propres ou dettes. La difficulté concerne les instruments hybrides : o Contrats incorporant une composante Dette et une composante Capitaux propres o Contrats incorporant un dérivé. Critères de distinction entre dettes et CP : Un instrument financier sera affecté à la rubrique «Instruments de capitaux propres» s il remplit les conditions suivantes (ex : actions, actions de préférence en fonction des dispositions contractuelles) : o Il n y a pas d obligation contractuelle de remettre de la trésorerie à une autre entité. o Il n y a pas d obligation d échanger des actifs ou des passifs avec une autre entité dans des conditions potentiellement défavorables pour l émetteur (ex ABSA) o L instrument ne constitue pas lui-même un contrat prévoyant la livraison future d un autre instrument financier. Un instrument financier est classé comme «Dette» lorsque l entreprise émettrice est soumise à une obligation contractuelle de remettre de la trésorerie (ou un actif financier assimilé) ou de l échanger à des conditions potentiellement défavorables. 5

6 Problème des instruments composés ou hybrides (Obligations convertibles en actions, Obligations remboursables en actions, Obligations avec bons de souscription en action) : Le référentiel IFRS rend obligatoire de séparer pour l évaluation et la comptabilisation, la composante dette et la composante capitaux propres : o La composante dette correspond à l actualisation des flux de trésorerie futurs certains à verser au titre de l emprunt. o La composante capitaux propres est déterminée par différence entre le montant de la dette calculée selon l actualisation et la juste valeur totale de la dette à l émission. Cette comptabilisation a pour conséquences une augmentation des capitaux propres, une baisse de la dette et une dégradation des résultats futurs car les intérêts financiers au taux de marché sont supérieurs au taux d intérêt nominaux. B) Application Soit un emprunt obligataire convertible en action émis le 01/01/N, remboursement in fine, durée 6 ans, le nominal est de 1000 K, le taux d intérêt nominal est de 2%. Au moment de l émission, le taux de marché pour un emprunt obligataire non convertible aurait été de 4.5%. Travail 1 : Calcul de la valeur de l option de conversion qui est fonction de la valeur de la composante dette. On actualise les flux de trésorerie attendus au taux du marché : 20 K / K / (1.045)^² K / (1.045)^6 = 871 K Le montant de l option de conversion est égal à K K, soit 129 K Travail 2 : Tableau de détermination du coût amorti de la dette Année Coût amorti à Intérêts courus au Intérêts payés au Coût amorti à la N N+1 N+2 l ouverture taux de 4.5% taux de 2% Somme Travail 3 : Enregistrement comptable 01/01/N 512 Banque 163 Passif non courant, Emprunt obligataire convertible Titres de Capitaux Propres, option de conversion 31/12/N 668 Autres charges d intérêt 163 Passif non courant, Emprunt obligataire convertible 512 Banque Puis lors du remboursement ou de la conversion 01/01/N Passif non courant, Emprunt obligataire convertible et 1044 Banque Si remboursement total (pas de conversion) 01/01/N+6 Passif non courant, Emprunt obligataire convertible Capital et primes de conversion Si conversion intégrale clôture (1+2-3) L incidence en résultat est de qui correspond au montant des intérêts payés et à l amortissement de l option de conversion. Divergence avec le PCG : o L emprunt obligataire aurait été enregistré pour 1000 K o Les intérêts auraient été de * 6 ans = On constate donc bien, en IFRS, une augmentation des capitaux propres et une diminution des dettes à l origine, mais compte tenu de l augmentation des charges financières impactée sur l emprunt, in fine au bout de 6 ans le résultat est le même en IFRS et selon le PCG. 6

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS

IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS Réflexion IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS 22 Pierre SCHEVIN Professeur à l Université Robert Schuman de Strasbourg et à l IECS Diplômé d expertise comptable La norme IAS

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long»

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» REFERENCE : 202 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Souligner les aspects techniques et économiques

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Chapitre 6 Les instruments financiers

Chapitre 6 Les instruments financiers Chapitre 6 Les instruments financiers La notion d'instruments financiers est définie en France par l article L. 211-1 du Code monétaire et financier (issu de la loi 96-597 du 2 juillet 1996 de modernisation

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités)

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités) 31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES (Comptes non audités) Sommaire Etats financiers consolidés Bilan consolidé 1 Compte de résultat consolidé 3 Etat du résultat net et gains et pertes comptabilisés

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

Formation «Comptabilité des opérations de marché»

Formation «Comptabilité des opérations de marché» Formation «Comptabilité des opérations de marché» REFERENCE : 300 1. Objectif général Définir les différentes natures d instruments financiers et les concepts. Situer l'activité de marché dans son environnement

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt subordonné «Tunisie Leasing 2011-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération

Plus en détail

Banque africaine de développement États financiers et rapport du commissaire aux comptes Exercice clos le 31 décembre 2013

Banque africaine de développement États financiers et rapport du commissaire aux comptes Exercice clos le 31 décembre 2013 Banque africaine de développement États financiers et rapport du commissaire aux comptes Exercice clos le 31 décembre 2013 Bilan 98 Compte de résultat 100 État du résultat global 101 État des variations

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis N 2002-11 du 22 octobre 2002 afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix Sommaire I - Rappels

Plus en détail

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE)

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE) Communiqué du 6 octobre 2006 NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, EN GRANDE BRETAGNE OU AU JAPON Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT Société anonyme au capital de 103 312 500. Siège social : 33, rue du Quatre Septembre, 75002

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

Comptes Consolidés 2014

Comptes Consolidés 2014 Comptes Consolidés 2014 Page 1 4.2 Comptes consolidés 4.2.1 Compte de résultat consolidé... 3 4.2.2 Résultat global consolidé... 4 4.2.3 Situation financière consolidée... 5 4.2.4 Variation des capitaux

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Méthodes comptables 1.A Principales méthodes comptables Description des

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

En cours d homologation

En cours d homologation 1 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION En cours d homologation REGLEMENT N 2015-05 DU 2 JUILLET 2015 relatif aux instruments financiers à terme et aux opérations de couverture PREAMBULE

Plus en détail

Emprunt Obligataire «Tunisie Leasing 2013-1»

Emprunt Obligataire «Tunisie Leasing 2013-1» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE VISA du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BRED BANQUE POPULAIRE

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BRED BANQUE POPULAIRE PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BRED BANQUE POPULAIRE Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L.512-2 et suivants du Code

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Conférence IMA du 05 avril 2012 Isabelle SAPET, Associée Programme 1. Introduction 2. Classification

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. 1 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en vue de la mise

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V.

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V. PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BINCKBANK N.V. Société anonyme de droit néerlandais. Siège social : Barbara Strozzilaan, 1083 HN Amsterdam, Pays-Bas. Comptes

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Caisse Régionale DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL DE NORMANDIE-SEINE

Caisse Régionale DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL DE NORMANDIE-SEINE comptes CONSOLIDÉS Au 31 décembre 2012 Arrêtés par le Conseil d Administration en date du 15 Février 2013 et soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire du 28 mars 2013. Caisse Régionale DE

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Avis portant plan et règles de fonctionnement des comptes et présentation des états financiers des entités d assurances et /ou de réassurances.

Plus en détail

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000 CREDIT IMMOBILIER ET HOTELIER EXTRAIT DE LA NOTE D INFORMATION EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE MONTANT GLOBAL DE L EMISSION : 1 MILLIARD DE DIRHAMS Tranche A Cotée Tranche B Non cotée Tranche

Plus en détail

SUCCÈS DU PLACEMENT DE 287,5 MILLIONS D EUROS D OCEANE ILIAD À ÉCHÉANCE 1 ER JANVIER 2012, SUSCEPTIBLE D ÊTRE PORTÉ À 330,6 MILLIONS D EUROS.

SUCCÈS DU PLACEMENT DE 287,5 MILLIONS D EUROS D OCEANE ILIAD À ÉCHÉANCE 1 ER JANVIER 2012, SUSCEPTIBLE D ÊTRE PORTÉ À 330,6 MILLIONS D EUROS. Société anonyme au capital de 12.000.000 euros Siège social : 8, rue de la Ville l Évêque, 75 008 Paris 342 376 332 RCS Paris SUCCÈS DU PLACEMENT DE 287,5 MILLIONS D EUROS D OCEANE ILIAD À ÉCHÉANCE 1 ER

Plus en détail

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août Table des matières Bilans consolidés résumés... 1 États consolidés résumés du résultat net... 2 États consolidés résumés du résultat global...

Plus en détail

MONCEAU FLEURS EMET UN EMPRUNT OBLIGATAIRE 8% PAR AN A TAUX FIXE - DUREE 5 ANS EMPRUNT OUVERT A TOUS

MONCEAU FLEURS EMET UN EMPRUNT OBLIGATAIRE 8% PAR AN A TAUX FIXE - DUREE 5 ANS EMPRUNT OUVERT A TOUS MONCEAU FLEURS EMET UN EMPRUNT OBLIGATAIRE 8% PAR AN A TAUX FIXE - DUREE 5 ANS EMPRUNT OUVERT A TOUS ET Transfert des actions MONCEAU FLEURS sur le compartiment Offre Publique d Alternext La durée d investissement

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. au 31 décembre 2010. Version non auditée

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. au 31 décembre 2010. Version non auditée ETATS FINANCIERS CONSOLIDES au 31 décembre 2010 Version non auditée SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2010 4 ETAT DU RESULTAT NET ET DES VARIATIONS D ACTIFS ET DE PASSIFS

Plus en détail

États financiers consolidés. Pour l exercice 2013

États financiers consolidés. Pour l exercice 2013 États financiers consolidés Pour l exercice 2013 COMPTES CONSOLIDÉS DE RÉSULTAT (en millions de dollars canadiens, sauf les montants par action) Pour les exercices clos les 31 décembre 2013 2012 Produits

Plus en détail

EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES. Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise.

EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES. Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise. EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES Objectif(s) : o Pré-requis : Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise. o Outils de mathématiques financières

Plus en détail

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 SCHNEIDER ELECTRIC - 2014 1 SOMMAIRE Comptes consolidés au 31 décembre 2014... 3 Compte de résultat consolidé... 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés... 5

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL Edition 2014

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL Edition 2014 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL Edition RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL SOMMAIRE 1 COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDÉS CONDENSÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS ACTIF 2 BILANS CONSOLIDÉS PASSIF ET CAPITAUX PROPRES 3 COMPTES

Plus en détail

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion.

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion. Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion Normes IAS/IFRS Que faut-il faire? Comment s y prendre? Deuxième édition, 2004, 2005

Plus en détail

Comptes consolidés Au 31 décembre 2012

Comptes consolidés Au 31 décembre 2012 Comptes consolidés Au 31 décembre 2012 Sommaire COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2012... 3 Compte de résultat consolidé... 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés... 5 Bilan consolidé... 6 État de

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Norme internationale d information financière 32 (IAS 32), Instruments financiers : Présentation

Norme internationale d information financière 32 (IAS 32), Instruments financiers : Présentation Norme internationale d information financière 32 (IAS 32), Instruments financiers : Présentation Par STEPHEN SPECTOR, M.A., FCGA Cet article s inscrit dans une série d articles de Brian et Laura Friedrich

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS. 31 décembre 2014

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS. 31 décembre 2014 31 décembre 2014 SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDÉS COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ 3 ÉTAT DU RÉSULTAT GLOBAL CONSOLIDÉ 4 BILAN CONSOLIDÉ 5 VARIATION DES CAPITAUX PROPRES CONSOLIDÉS 7 TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

Plus en détail

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés 31 décembre 2013 Sommaire ETATS FINANCIERS CONSOLIDES... 1 COMPTES CONSOLIDES... 4 1.1 État de la situation financière consolidée... 4 1.2 Compte de résultat consolidé... 6

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

MODULE 5 - B LES INSTRUMENTS FINANCIERS - II. Emprunts obligataires

MODULE 5 - B LES INSTRUMENTS FINANCIERS - II. Emprunts obligataires MODULE 5 - B LES INSTRUMENTS FINANCIERS - II Emprunts obligataires Comptabilité Approfondie DCG UE n 10 - Cours de M. Laurent PIERANDREI (Mise à jour : 24.02.2008) LES EMPRUNTS OBLIGATAIRES Plan Introduction

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES DE CREDIT AGRICOLE

COMPTES CONSOLIDES DE CREDIT AGRICOLE COMPTES CONSOLIDES DE CREDIT AGRICOLE ASSURANCES AU 30 JUIN 2014 Cadre General 2 Présentation du groupe Crédit Agricole Assurances 2 Organigramme simplifié du groupe Crédit Agricole Assurances 3 Informations

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014. Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2014

RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014. Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2014 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014 Relatif au plan comptable des organismes de placement collectif à capital variable Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-PERIGORD

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-PERIGORD PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-PERIGORD Société coopérative à capital et personnel variables au capital

Plus en détail

Présentation des comptes FONDS D EPARGNE. Financement du logement social et de la politique de la ville

Présentation des comptes FONDS D EPARGNE. Financement du logement social et de la politique de la ville 20 Présentation des comptes 03 FONDS D EPARGNE Financement du logement social et de la politique de la ville PRÉSENTATION DES COMPTES 2003 Note de présentation Bilan des fonds d épargne centralisés à la

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS 2011

ÉTATS FINANCIERS 2011 4 4.1 COMPTES CONSOLIDÉS RFA 98 4.1.1 Bilan consolidé 98 4.1.2 Compte de résultat consolidé 100 4.1.3 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 101 4.1.4 Tableau des fl ux de trésorerie consolidés

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail