Ce qu il faut savoir sur l épilepsie.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce qu il faut savoir sur l épilepsie."

Transcription

1 Ce qu il faut savoir sur l épilepsie.

2 Sommaire Que faut-il savoir sur l épilepsie? 4 Qu est-ce que l épilepsie? 7 Qu est-ce qui cause l épilepsie? 8 Facteurs génétiques 9 Autres maladies 10 Blessures à la tête 11 Lésions prénatales et troubles du développement 11 Empoisonnements et autres déclencheurs de crises 11 Quelles sont les formes de crises possibles? 12 Quelles sont les formes d épilepsie? 16 Quand ne s agit-il pas de crises d épilepsie? 18 Convulsions occasionnelles 18 Convulsions fébriles 18 Crises non-épileptiques 19 Eclampsie 19

3 Comment établir le diagnostic de l épilepsie? 20 Examens par EEG 21 Techniques d examen par imagerie du cerveau 21 Anamnèse 22 Examens sanguins 22 Tests du développement, tests neurologiques et phycologiques 22 Peut-on prévenir l épilepsie? 23 Comment traiter l épilepsie? 24 Médicaments 25 Chirurgie 26 Appareils 28 Régime 28 Autres possibilités de traitement 29 Comment l épilepsie se répercute-t-elle sur le quotidien? 30 Comportements et sentiments 30 Conduite d un véhicule et loisirs 31 Formation et profession 31 Grossesse et maternité 32 L épilepsie présente-t-elle certains risques? 34 Etat de mal épileptique 34 Qu apporte l avenir? 36 Glossaire 37 Adresses importantes 40 Notes 42

4 Que faut-il savoir sur l épilepsie? L épilepsie est la maladie chronique du système nerveux central la plus fréquente. Environ 5% de toute la population souffre d une crise d épilepsie au cours de sa vie (source: OMS). Par contre, l épilepsie active ne touche qu à peine 1% des Européens, soit environ Suisses. 4

5 Informations utiles Cette brochure a pour but de fournir aux personnes concernées et intéressées des informations utiles sur les signes, le diagnostic et le traitement de cette maladie. Le présent dépliant ne peut en aucun cas répondre à toutes les questions ou remplacer un entretien avec le médecin, mais nous espérons que les informations suivantes seront utiles au lecteur. 5

6 L épilepsie est en grande partie contrôlable Les crises peuvent être contrôlées grâce à des médicaments modernes et à des interventions chirurgicales chez environ 80% des patients épileptiques. Toutefois, environ 20% des malades continuent à souffrir de crises malgré un traitement optimal (épilepsie pharmacorésistante). Toute personne ayant souffert de deux crises ou plus est considérée comme un patient épileptique. mais ne peut être guérie L épilepsie n est pas contagieuse et n est pas causée par une aliénation mentale ou un handicap mental. Bon nombre de patients épileptiques présentent une intelligence normale, voire supérieure à la moyenne. Parmi les plus célèbres malades atteints de cette maladie, supposés ou avérés, on recense l écrivain russe Dostoïevski, Napoléon et l inventeur de la dynamite et fondateur du prix Nobel, Alfred Nobel. Les médaillés olympiques comptent également dans leurs rangs plusieurs épileptiques. L épilepsie ne peut pas être guérie pour le moment, mais elle disparaît d elle-même au fil du temps chez bon nombre de patients. Il ressort d une étude que les enfants souffrant d épilepsie cryptogénique une épilepsie dont la cause est inconnue ont 68 à 92% de probabilité de ne plus faire de crises 20 ans après le diagnostic. Une thérapie médicamenteuse optimale ou une opération peut donc notablement accroître leurs chances de rémission. 6

7 Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie du cerveau dans laquelle des groupes de cellules nerveuses (neurones) se déchargent anormalement dans le cerveau. Dans un cas normal, les neurones génèrent des impulsions électrochimiques agissant sur d autres cellules nerveuses, glandes et muscles pour déclencher des pensées, des sentiments ou des actions. L épilepsie est un dysfonctionnement de cette activité normale du système nerveux. L épilepsie se manifeste avec plus ou moins de force Le dysfonctionnement du système nerveux provoque des sensations désagréables, des sentiments et des comportements étranges ou des crises, des convulsions musculaires ou une perte de connaissance. Lors d une crise, les neurones se déchargent jusqu à 500 fois par seconde, soit beaucoup plus vite que le taux normal de 80 par seconde. Chez de nombreuses personnes, les crises ne sont qu occasionnelles. Chez d autres, par contre, elles peuvent se manifester jusqu à plusieurs centaines de fois par jour. 7

8 Qu est-ce qui cause l épilepsie? Une épilepsie peut avoir de nombreuses causes. Tout dysfonctionnement de l activité neuronale normale des maladies au mauvais développement du cerveau, en passant par les lésions cérébrales peut provoquer des crises. 8

9 Les causes possibles de l épilepsie L épilepsie peut être causée par de mauvaises liaisons entre les nerfs du cerveau dues à un déséquilibre des neurotransmetteurs* (messagers chimiques dans le cerveau) ou à une combinaison de ces facteurs. On suppose que, chez de nombreux épileptiques, le nombre de neurotransmetteurs stimulants (augmentant l activité nerveuse du cerveau) est trop élevé tandis que le nombre de neurotransmetteurs inhibiteurs (réduisant l activité nerveuse) est trop faible. Il peut en résulter une suractivité nerveuse provoquant l épilepsie. Parfois, ce sont les tentatives d autoréparation du cerveau, par exemple suite à une blessure à la tête, une crise d apoplexie ou une autre maladie, qui contribuent par mégarde à la création de ces mauvaises liaisons nerveuses à l origine de l épilepsie. Les mauvais développements du cerveau peuvent également perturber l activité nerveuse et provoquer des crises douloureuses. Dans de nombreux cas, l épilepsie est due à des altérations des cellules non neuronales du cerveau, les cellules gliales. Ces cellules régulent les concentrations chimiques du cerveau qui peuvent influer sur la décharge nerveuse. La cause de la crise est inconnue dans environ la moitié des cas. Dans d autres cas, les crises indiquent clairement une infection, une blessure ou un autre dysfonctionnement connu. Facteurs génétiques La recherche a montré que les mutations génétiques comptaient parmi les principaux facteurs favorisant l épilepsie. Quelques formes d épilepsie sont imputables à la mutation d un gène donné. De nombreuses autres formes d épilepsie sont très fréquentes chez certaines familles. Il est donc presque certain que la génétique influence la maladie. On estime que 500 gènes pourraient jouer un rôle dans cette maladie. Il apparaît néanmoins de plus en plus nettement que, dans de nombreuses formes d épilepsie, les mutations génétiques ne font qu accroître la prédisposition individuelle aux crises et que les crises sont ensuite déclenchées par un facteur environnemental. *Les concepts spécialisés sont décrits dans le chapitre Glossaire, à partir de la page 37 9

10 Autres maladies Dans de nombreux cas, l épilepsie est causée par une lésion cérébrale provoquée par d autres maladies perturbant le fonctionnement normal du cerveau, comme par exemple: tumeurs cérébrales, alcoolisme, maladie d Alzheimer, crises d apoplexie, crises cardiaques, méningites, SIDA, encéphalites virales et autres maladies infectieuses, suraccumulation de liquide dans le cerveau (hydrocéphalie), intolérance au gluten de blé (maladie cœliaque). Les crises peuvent disparaître si ces maladies sont traitées avec succès. Toutefois, les chances de ne plus souffrir de crises après le traitement de la maladie sous-jacente dépendent du type de maladie, de la zone du cerveau touchée et de l ampleur de la lésion cérébrale avant le traitement. L épilepsie se manifeste également lors de troubles du développement et du métabolisme divers et variés. Dans le cas de telles maladies, l épilepsie n est qu un symptôme parmi d autres. 10

11 Blessures à la tête Dans de nombreux cas, une blessure à la tête peut provoquer des crises ou de l épilepsie. L utilisation de ceintures de sécurité en voiture et le port de casques à moto ou lors de compétitions sportives peuvent protéger contre l épilepsie et d autres conséquences d une blessure à la tête. Lésions prénatales et troubles du développement Au cours de son développement, le cerveau est exposé à de nombreux types de lésions. Les infections de la mère, les carences alimentaires et le manque d oxygène ne constituent que quelques exemples des troubles pouvant avoir des répercussions négatives sur le cerveau du fœtus. Ces troubles peuvent provoquer une épilepsie ou une lésion cérébrale qui va souvent de pair avec une épilepsie. Chez les enfants, environ 20% des crises épileptiques sont causées par une paralysie cérébrale ou une maladie neurologique. Les mutations des gènes moteurs du développement peuvent également être responsables de l épilepsie. Empoisonnements et autres déclencheurs de crises Les crises peuvent survenir après un cas de saturnisme, un empoisonnement au monoxyde de carbone et à bon nombre d autres substances toxiques. Elles peuvent également se déclencher en cas de consommation de drogues illégales et après des overdoses d antidépresseurs et d autres médicaments. Les crises se manifestent souvent en cas de manque de sommeil, de consommation d alcool, de stress ou de modifications hormonales pendant les menstruations. Ces facteurs déclencheurs ne provoquent pas l épilepsie mais ils peuvent déclencher des convulsions occasionnelles ou des crises épileptiques qui se traitent bien à l aide de médicaments de crise. Le manque de sommeil peut notamment déclencher des crises fréquentes. Le sommeil, facteur d apaisement Les épileptiques doivent donc dormir assez et respecter des horaires de sommeil très réguliers. Maintes crises sont provoquées par les flashs ou le vacillement de l écran de l ordinateur; on parle alors d épilepsie photogène. Fumer peut aussi déclencher des crises: la nicotine des cigarettes agit sur les récepteurs de l acétylcholine, un neurotransmetteur stimulant du cerveau qui augmente la décharge des cellules nerveuses. L activité sexuelle déclenche rarement des crises. 11

12 Quelles sont les formes de crises possibles? On a recensé plus de 30 formes différentes de crises. Ces dernières sont divisées en deux grands groupes les crises partielles (focales) et les crises généralisées. Chacun de ces groupes renferme de nombreuses formes de crises différentes. 12

13 On distingue deux grands groupes de crises: Les crises partielles (focales) Les crises partielles ne se manifestent que dans une partie du cerveau. Environ 60% des épileptiques souffrent de crises partielles. Ces crises portent souvent le nom de leur foyer épileptogène dans le cerveau. En cas de crise partielle simple, le patient ne perd pas connaissance et peut ressentir des sensations inhabituelles ou désagréables diverses et variées, comme des sentiments soudains et inexplicables de joie, colère, tristesse ou nausée. Le patient peut également entendre, sentir par l odorat ou le goût, voir ou ressentir des choses qui ne sont pas réelles. Les crises partielles complexes (focales) Les crises partielles complexes ne durent le plus souvent que quelques secondes. Elles provoquent une perte de connaissance ou une altération de la conscience. On peut également assister à des états proches du traumatisme et à des comportements étranges répétés comme des clignements des yeux, des convulsions, des mouvements de la bouche ou voir le patient courir en rond. Ces mouvements répétés sont appelés automatismes. Parfois, les malades 13

14 Les types de crises généralisées Type de crise Absences (aussi appelées «Petit mal») Crise tonique Crise clonique Crise myoclonique Crise atonique Crise tonico-clonique (aussi appelée Grand mal) Manifestations le malade semble regarder dans le vide et/ou a des convulsions musculaires contraction des muscles, le plus souvent au niveau du dos, des bras et des jambes convulsions répétées des deux côtés du corps convulsions de la partie supérieure du corps, des bras ou des jambes perte du tonus musculaire normal, le malade tombe ou non involontairement avec chute de la tête mélange de symptômes: raidissement du corps et convulsions répétées des bras et/ou des jambes avec perte de connaissance lancent également des objets dans la pièce ou frappent les murs ou les meubles comme s ils étaient en colère ou angoissés. Auras Les auras se manifestent souvent en présence de crises partielles, notamment en cas de crises partielles complexes. Il s agit de sensations inhabituelles annonçant une crise imminente. Ces auras sont en fait des crises partielles simples sans perte de connaissance. Elles sont le plus souvent stéréotypées au niveau des symptômes et de leur déroulement, ce qui signifie qu elles sont semblables à chaque fois. Risque de confusion Les symptômes des crises partielles peuvent être facilement confondus avec d autres maladies. Les perceptions quasi-traumatiques d une crise partielle complexe peuvent par exemple être confondues avec une migraine, qui peut également provoquer des états proches du traumatisme. Le comportement étrange et les sensations désagréables des crises partielles peuvent également être pris par erreur pour les symptômes d une narcolepsie (hypersomnie compulsive), d une perte de connaissance ou même d une ma- 14

15 ladie psychique. De nombreux examens et une observation minutieuse par un médecin expérimenté sont parfois nécessaires pour faire la différence entre l épilepsie et d autres maladies. Crises généralisées Les crises généralisées sont la conséquence d une altération de l activité des neurones dans de nombreuses parties du cerveau. Ces crises peuvent provoquer une perte de connaissance, des chutes ou des convulsions musculaires massives. Toutes les crises ne peuvent pas être facilement cataloguées de partielles ou de généralisées. Toutes ne présentent pas un schéma clair. Les crises commencent parfois comme des crises partielles et se propagent ensuite à tout le cerveau. La méconnaissance générale des très nombreux types de crises est l un des principaux problèmes des patients épileptiques. Les témoins d une crise sans convulsions ont parfois beaucoup de mal à comprendre que le malade ne contrôle pas son comportement. 15

16 Quelles sont les formes d épilepsie? Les formes d épilepsie sont tout aussi diverses et variées que les différents types de crises. On distingue des centaines de différents syndromes épileptiques des maladies caractérisées par un groupe donné de symptômes dont un seul est l épilepsie. Certains de ces syndromes sont héréditaires. Pour d autres, la cause n est pas connue. Les syndromes épileptiques sont souvent désignés en fonction de leurs symptômes ou de leur foyer épileptogène dans le cerveau. 16

17 Les syndromes épileptiques les plus fréquents: Absences Les absences sont des crises répétées provoquant une perte temporaire de contact avec la réalité. Ces crises commencent presque toujours à l enfance ou à l adolescence et sont souvent héréditaires. Beaucoup de personnes souffrant d absences font des mouvements involontaires pendant leurs crises, comme des convulsions du bras ou un clignement d œil rapide. D autres n ont pas de symptômes reconnaissables. Elles sont seulement «absentes» pendant un bref instant. Le malade peut poursuivre l activité entamée auparavant immédiatement après ce genre de crise. Toutefois, ces crises peuvent être si fréquentes qu elles empêchent le patient de se concentrer à l école ou dans d autres situations. Chez l enfant, les absences disparaissent le plus souvent dès la puberté. Epilepsie du lobe temporal L épilepsie du lobe temporal (TLE) est la forme d épilepsie à crises partielles la plus fréquente. Ces crises s accompagnent le plus souvent d auras. L épilepsie du lobe temporal commence souvent dès l enfance et peut endommager l hippocampe la structure cérébrale responsable de la mémoire et de l apprentissage au fil du temps. Il est donc important de traiter ce genre d épilepsie le plus tôt et le plus efficacement possible. Epilepsie du lobe frontal L épilepsie du lobe frontal est souvent caractérisée par une série de crises brèves commençant et se terminant soudainement. Epilepsie du lobe occipital L épilepsie du lobe occipital commence la plupart du temps par des hallucinations optiques, des clignements rapides des yeux ou d autres symptômes oculaires. Epilepsie psychomotrice L épilepsie psychomotrice désigne également des crises partielles répétées, notamment des crises situées au niveau du lobe temporal. Le concept de psychomotricité se rapporte aux sensations désagréables, sentiments étranges et comportements bizarres qui se manifestent pendant ces crises. Epilepsie du lobe pariétal Les symptômes de l épilepsie du lobe pariétal ressemblent grandement à ceux d autres formes étant donné que les crises du lobe pariétal se propagent souvent dans d autres régions du cerveau. 17

18 Quand ne s agit-il pas de crises d épilepsie? Même si chaque crise est une source d inquiétude, elle ne signifie pas automatiquement que l on souffre d épilepsie. Les convulsions occasionnelles, les convulsions fébriles, les crises non-épileptiques et l éclampsie sont des exemples de crises non causées par l épilepsie. Exemples de crises sans épilepsie sous-jacente: Convulsions occasionnelles De nombreuses personnes souffrent d une telle crise à un moment ou l autre de leur vie. Cette crise est unique. De telles crises sont souvent une réaction à une narcose ou à un médicament fort ou peuvent aussi se manifester spontanément, sans facteur déclencheur reconnaissable. En l absence de lésion cérébrale et si les antécédents familiaux ne présentent pas d épilepsie ou d autre trouble neurologique, ces convulsions occasionnelles ne sont en général plus suivies d autres crises. Convulsions fébriles Un enfant souffre parfois d une crise lors d une maladie à forte fièvre. Ces crises sont appelées convulsions fébriles et peuvent sembler très dangereuses pour les parents et ceux qui en ont la charge. Autrefois, dans la plupart des cas, on prescrivait des médicaments de crise après une convulsion fébrile dans l espoir de prévenir l épilepsie. Cependant, la plupart des enfants ayant fait une convulsion fébrile ne développent pas d épilepsie et la prise sur le long terme de médicaments contre les convulsions (anticonvulsifs) peut provoquer des effets secondaires indésirables. 18

19 Crises non-épileptiques Les phénomènes ressemblant à une crise sans activité de crise patente dans le cerveau sont appelés crises non-épileptiques ou pseudo-crises. Les crises non-épileptiques dont la cause est psychique sont également appelées crises psychogènes. Les crises psychogènes peuvent dénoter une dépendance, un besoin d attention, l envie d éviter des situations lourdes ou certaines maladies psychiatriques. En plus des crises épileptiques, de nombreux patients épileptiques souffrent également de crises psychogènes. D autres malades, par contre, souffrent de crises psychogènes sans avoir d épilepsie. Les crises psychogènes ne peuvent pas être traitées comme des crises épileptiques mais requièrent souvent un traitement psychothérapeutique. Eclampsie Une éclampsie est une maladie potentiellement mortelle qui peut se développer chez les femmes enceintes. Ses symptômes comprennent des hypertensions artérielles soudaines et des convulsions. Les femmes enceintes présentant ces crises inattendues doivent être immédiatement conduites à l hôpital. Une éclampsie peut être traitée à l hôpital. Après la grossesse, la patiente ne fait le plus souvent aucune autre crise et ne développe pas non plus d'épilepsie. D autres crises non-épileptiques peuvent être provoquées par une narcolepsie, le syndrome de Tourette, des dysfonctionnements du rythme cardiaque et d autres maladies corporelles aux symptômes rappelant des crises. Étant donné que les symptômes sont très proches des crises épileptiques, ces maladies sont souvent prises à tort pour de l épilepsie. 19

20 Comment établir le diagnostic de l épilepsie? Une série d examens permet de déterminer si quelqu un souffre ou non d épilepsie ainsi que le type de crises en présence. Dans de nombreux cas, des symptômes peuvent rappeler une crise mais ne pas être épileptiques ou être causés par d autres maladies. 20

21 Méthodes d examen utilisées pour diagnostiquer l épilepsie Sans examens intensifs et observations poussées, même les médecins ne peuvent pas toujours faire la différence entre une épilepsie et ces maladies. Voici les principales méthodes d examen. Examens par EEG L électroencéphalogramme (EEG) enregistre les ondes cérébrales saisies par des électrodes placées sur le cuir chevelu. C est l examen le plus fréquemment utilisé pour diagnostiquer une épilepsie qui peut être décelée à l aide des altérations de l activité électrique du cerveau. Les patients atteints d épilepsie ont une activité cérébrale soumise à de fréquentes fluctuations même en l absence de crises. L EEG peut certes être utile pour diagnostiquer une épilepsie mais n est pas sûr à 100%. Bon nombre de personnes présentent un tracé normal même après une crise. Dans d autre cas, les ondes cérébrales altérées se situent au plus profond du cerveau. Elles n apparaissent donc pas sur l EEG. L EEG de bon nombre de non-épileptiques présente également des ondes cérébrales inhabituelles. Pour compléter l EEG, le médecin a souvent recours à des enregistrements vidéo afin de se faire une idée des crises du patient. Ces enregistrements peuvent également être utilisés pour exclure d autres maladies comme une narcolepsie qui peut ressembler à une épilepsie. Magnéto-encéphalogramme (MEG) Le magnéto-encéphalogramme (MEG) est une nouvelle technique d examen. Le MEG enregistre les signaux magnétiques émis par les cellules nerveuses. Il est ainsi en mesure d examiner l évolution de l activité cérébrale à différents endroits du cerveau et de reconnaître différentes fonctions cérébrales. Le MEG ressemble à l EEG mais ne requiert pas d électrodes. Contrairement à l EEG, il peut également enregistrer des signaux en provenance de régions plus profondes du cerveau. Techniques d examen par imagerie du cerveau Les techniques d imagerie comptent parmi les plus importants examens de diagnostic d une épilepsie. Les plus fréquemment utilisés sont la tomographie par ordinateur (CT), la tomographie à émission de positrons (PET) et la tomographie par résonance magnétique (MRT). Les tomographies de type CT et MRT permettent de visualiser la structure du 21

22 cerveau et de déceler des tumeurs cérébrales, des kystes et autres anomalies structurelles. L utilisation de la tomographie PET et d une technique MRT spéciale, la MRT fonctionnelle (fmrt), permet de déceler les altérations de la fonction cérébrale. La tomographie par ordinateur par émission de photons simples (SPECT) est une technique relativement nouvelle parfois utilisée pour localiser les foyers épileptogènes dans le cerveau. Sont également en expérimentation la spectroscopie à résonance magnétique (MRS), qui permet de prouver la présence d altérations des processus biochimiques du cerveau, et la spectroscopie proche infrarouge, qui renseigne sur le taux d oxygène dans le tissu cérébral. Anamnèse Un dossier médical détaillé (anamnèse) comprenant les symptômes et la durée des crises est encore l une des meilleures méthodes pour décider si quelqu un souffre ou non d épilepsie et déterminer de quelles crises il s agit. Lors de la constitution de l anamnèse, le médecin interroge le patient sur ses crises ainsi que sur toutes ses précédentes maladies ou autres symptômes. Étant donné que le malade ne se souvient souvent pas de ce qui s est passé, les informations de personnes de confiance sont importantes. Examens sanguins Des prélèvements de sang sont souvent effectués notamment sur les enfants. Ces prélèvements sont utilisés pour étudier la présence de maladies métaboliques ou de troubles génétiques qui pourraient être liés aux crises. Ils peuvent également être utilisés pour exclure des maladies sousjacentes comme des infections, le saturnisme, l anémie et le diabète, qui pourraient provoquer ou déclencher les crises. Tests du développement, tests neurologiques et phycologiques Le médecin réalise souvent des tests pour déterminer les capacités motrices, le comportement et les capacités intellectuelles du patient. Ces tests peuvent renseigner sur les diminutions des fonctions provoquées par l épilepsie ou sur la forme d épilepsie dont le patient souffre. 22

23 Peut-on prévenir l épilepsie? La cause des crises est souvent inconnue; aucune prévention n est donc possible. Par contre, les nombreux cas d épilepsie dont les causes sont connues (blessures, infections et autres troubles) peuvent faire l objet d une prévention. Pour réduire le risque: Eviter les blessures: Les blessures à la tête et ailleurs favorisant l épilepsie peuvent p.ex. être évitées en utilisant des ceintures de sécurité, des casques de vélo et des sièges pour enfants. Suivi pendant la grossesse: Le risque de lésion cérébrale du fœtus, qui pourrait provoquer ultérieurement une épilepsie mais aussi d autres troubles neurologiques, peut être réduit par un bon suivi pendant la grossesse (p.ex. traitement de l hypertension et des infections). Traitement des maladies: Le traitement des maladies cardio-vasculaires, de l hypertension, des infections et autres maladies pouvant avoir des effets sur le cerveau peut prévenir de nombreux cas d épilepsie. 23

24 Comment traiter l épilepsie? Pour traiter efficacement l épilepsie, il est indispensable de disposer d un diagnostic précis. Les possibilités actuelles de traitement permettent à environ 80% des épileptiques de ne pas avoir de crises, tout du moins pendant un temps. Cependant, 20% des patients soit environ épileptiques en Suisse présentent des crises pharmacorésistantes. 24

25 Un traitement individuel précoce promet de bonnes chances de succès thérapeutique. L épilepsie est traitée par des médecins exerçant dans différentes disciplines: neurologues, pédiatres, neurologues pédiatres, spécialistes des maladies internes et médecins de familles, neurochirurgiens. Il est possible d avoir un suivi spécial ou intensif dans de grandes cliniques et des centres de soins neurologiques ambulatoires ou auprès de neurologues établis. De nombreux centres de traitement de l épilepsie sont rattachés à des cliniques universitaires qui, en plus de prodiguer des soins médicaux, pratiquent également la recherche. facteurs: type de crises, style de vie et âge du patient, fréquence des crises et, pour les femmes, probabilité d une grossesse. Chez la plupart des patients épileptiques, un seul médicament très bien dosé permet de faire disparaître les crises. Le plus souvent, la combinaison de médicaments renforce les effets secondaires comme la fatigue et la perte d appétit. Dans la mesure du possible, le médecin prescrit donc une monothérapie, à savoir un seul médicament. Si la monothérapie ne permet pas de contrôler efficacement les crises, une thérapie combinée peut cependant s avérer nécessaire. Une fois que l épilepsie a été diagnostiquée, le traitement doit intervenir le plus tôt possible. Les médicaments et autres formes thérapeutiques de traitement de l épilepsie fonctionnent souvent moins bien lorsque les crises et leurs effets existent depuis longtemps. Médicaments Les antiépileptiques constituent le traitement de l épilepsie le plus fréquent. Aujourd hui, il existe plus de 20 antiépileptiques présentant différents avantages et effets secondaires. Le choix du médicament prescrit et de sa posologie dépend de nombreux Substances actives courantes Carbamazépine Valproate Phénytoïne Gabapentine Lamotrigine Primidone Clonazépam Phénobarbital Oxcarbazépine Topiramate Ethosuximide Levetiracétam Vigabatrine Tiagabine 25

26 Interaction avec d autres médicaments Les personnes souffrant d épilepsie doivent savoir que les médicaments de traitement de l épilepsie peuvent avoir des interactions toxiques avec d autres médicaments. Ils doivent donc communiquer à leur médecin traitant, comme p.ex. à leur dentiste, les médicaments qu ils prennent. Il est plus facile pour le patient de tenir un journal sur sa prise de médicaments pour garder une bonne vue d ensemble des thérapies. Il peut être ainsi utile d avoir un calendrier thérapeutique où sont notés tous les médicaments. Pour les femmes, il ne faut pas non plus oublier que certains antiépileptiques peuvent réduire l efficacité des contraceptifs oraux (pilule); elles doivent donc en discuter avec leur médecin. Arrêt des médicaments Bon nombre de médecins conseillent à leurs patients d arrêter les antiépileptiques au bout de deux années sans crises. D autres médecins considèrent qu il vaut mieux attendre quatre ou cinq ans. L arrêt de la médication ne doit se faire que sur conseil du médecin et sous suivi médical. Les médicaments contre l épilepsie doivent être pris aussi longtemps que prescrits par le médecin. Les patients doivent également demander au préalable à leur médecin ou à leur pharmacien ce qu ils doivent faire lorsqu ils ont oublié une prise. L arrêt de la médication sans conseil médical est l une des principales raisons de la réapparition des crises chez des personnes qui n en souffraient plus. Les crises survenant après l arrêt soudain des médicaments peuvent être très violentes et mener à un état de mal épileptique. De plus, les crises non contrôlées peuvent provoquer des altérations des cellules nerveuses et compliquer le futur traitement des crises. Chirurgie Lorsque les médicaments ne suffisent pas pour contrôler les crises, le recours à une intervention chirurgicale peut, dans certaines circonstances, s avérer nécessaire. Les bénéfices retirés d une opération dépendent du type de crises, de la région du cerveau touchée et de l importance de cette région pour le comportement quotidien du patient. Les chirurgiens évitent en général d opérer les régions du cerveau nécessaires à la parole, au langage, à l audition et à d autres fonctions importantes. Avant l opération, il convient de déterminer précisément le foyer cérébral à l origine des crises. Il existe trois grands groupes d épilepsies 26

27 pouvant être traitées avec succès par la chirurgie. Il s agit des crises partielles, des crises commençant comme partielles avant de se propager au reste du cerveau et de l épilepsie multifocale unilatérale avec hémiplégie pendant l enfance. Les opérations les plus souvent pratiquées sont les suivantes: Opération de traitement des maladies sous-jacentes: Lorsque les crises sont causées par une tumeur cérébrale, une suraccumulation de liquide dans le cerveau (hydrocéphalie) ou d autres maladies pouvant être soignées par la chirurgie, ces maladies sous-jacentes sont traitées par une opération dans certaines conditions, ce qui permet souvent d arrêter les crises. Opération d ablation du foyer épileptogène: C est l opération la plus fréquence en cas d épilepsie. On parle aussi de lobectomie. Elle est pratiquée en cas de crises partielles ne touchant qu une région du cerveau. La lobectomie la plus souvent pratiquée est l ablation du lobe temporal en cas d épilepsie du lobe temporal. 27

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Journal de la migraine

Journal de la migraine Sandoz Pharmaceuticals SA Hinterbergstrasse 24 6330 Cham 2 Tél. 041 748 85 85 Fax 041 748 85 86 www.generiques.ch a Novartis company 50001252/mars 2008 Journal de la migraine avec le questionnaire sur

Plus en détail

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Qu est-ce que c est une crise épileptique ou une épilepsie?

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Qu est-ce que c est une crise épileptique ou une épilepsie? Ligue contre l Epilepsie Ligue Suisse contre l Epilepsie Schweizerische Liga gegen Epilepsie Lega Svizzera contro l Epilessia Swiss League Against Epilepsy Info Epilepsie Qu est-ce que c est une crise

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Le travail et l épilepsie

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Le travail et l épilepsie Ligue contre l Epilepsie Ligue Suisse contre l Epilepsie Schweizerische Liga gegen Epilepsie Lega Svizzera contro l Epilessia Swiss League Against Epilepsy Info Epilepsie Le travail et l épilepsie Une

Plus en détail

L agénésie isolée du corps calleux

L agénésie isolée du corps calleux L agénésie isolée du corps calleux Agénésie calleuse Dysgénésie du corps calleux La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus

Plus en détail

Traitements contre la SP Gilenya MD

Traitements contre la SP Gilenya MD 1 Série Les Essentiels de MSology Gilenya MD (fingolimod) Document élaboré par MSology avec la précieuse collaboration des infirmières consultantes suivantes spécialisées en sclérose en plaques : Trudy

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Faites marcher votre cerveau, il a besoin d exercice!

Faites marcher votre cerveau, il a besoin d exercice! L aide d aujourd hui. L espoir de demain... MD Faites marcher votre cerveau, il a besoin d exercice! Ce qu il faut savoir sur la santé du cerveau, l Alzheimer et les maladies apparentées Votre cerveau

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir

Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir Ce pamphlet contient des informations générales que vous devriez connaître avant de traiter une fausse couche avec du misoprostol. Quand

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques

Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques La Société canadienne de la sclérose en plaques est fière d être une source d information sur la SP. Les renseignements fournis dans la présente publication

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix?

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Pendant que vous vous préparez à la naissance de votre bébé, ce livret répondra à plusieurs questions que vous vous

Plus en détail

Le cavernome cérébral

Le cavernome cérébral La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur le cavernome cérébral.

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il?

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il? Psoriasis, let s sport together! Psoriasis & Sport Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives Qui le psoriasis touche-t-il? On estime que 2 à 3 % de la population belge est

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir?

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Renseignements sur la fumée secondaire et tertiaire Qu est-ce que la fumée secondaire? La fumée secondaire est une combinaison de fumée

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES À UNE NOUVELLE MÉTHODE DE CONTRACEPTION

INFORMATIONS RELATIVES À UNE NOUVELLE MÉTHODE DE CONTRACEPTION INFORMATIONS RELATIVES À UNE NOUVELLE MÉTHODE DE CONTRACEPTION Préface La présente brochure contient les principales informations relatives à la contraception Mirena, le nouveau système intra-utérin à

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

Un test Pap pourrait vous sauver la vie

Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Vous avez 21 ans ou plus et êtes sexuellement active? Passez un test Pap! Si vous saviez qu un test Pap, qui prend 5 minutes,

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

A healthy decision LA DOULEUR

A healthy decision LA DOULEUR A healthy decision Mieux vivre avec LA DOULEUR Tout à propos de la douleur, de ses causes et de ses possibilités de traitement. Parlez-en avec votre médecin ou pharmacien. Contenu Qu est-ce que la douleur

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

LA MIGRAINE PRESENTATION. Qu est-ce que c est? Différents types : La migraine se rencontre avec ou sans aura : Fiche 13

LA MIGRAINE PRESENTATION. Qu est-ce que c est? Différents types : La migraine se rencontre avec ou sans aura : Fiche 13 Fiche 13 LA MIGRAINE PRESENTATION Qu est-ce que c est? La migraine est une maladie caractérisée par de fréquents accès de maux de tête, souvent violents et parfois accompagnés d'autres symptômes : nausées,

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Page -1- Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Ce qu'il faut savoir avant tout, c'est que les douleurs persistantes sont des "douleurs particulières", qui doivent donc être traitées en

Plus en détail

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LES FEMMES ET LE SPORT LES FEMMES ONT LE CŒUR MOINS SENSIBLE Moins de maladie cardiovasculaire protection hormonale sauf tabac + pilule LES

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

La fibrillation auriculaire : au cœur du problème

La fibrillation auriculaire : au cœur du problème La fibrillation auriculaire : au cœur du problème Cette brochure a été spécialement conçue pour les personnes souffrant de fibrillation auriculaire (FA), un trouble souvent décrit comme un rythme cardiaque

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Le syndrome de Dravet

Le syndrome de Dravet Epilepsie myoclonique sévère du nourrisson EMSN La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche

Plus en détail

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest Informations sur östradiolvalerat och dienogest Cette brochure concerne votre nouvelle pilule contraceptive Qlaira. Lisez attentivement son contenu avant de commencer votre première plaquette de pilules.

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

PIL Décembre 2009. Autres composants: acide tartrique, macrogol 4000, macrogol 1000, macrogol 400, butylhydroxyanisol.

PIL Décembre 2009. Autres composants: acide tartrique, macrogol 4000, macrogol 1000, macrogol 400, butylhydroxyanisol. Notice publique MOTILIUM Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions,

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Comprendre l OMD : un guide

Comprendre l OMD : un guide OMD Œdème maculaire diabétique Comprendre l OMD : un guide Table des matières Œdème maculaire diabétique (OMD) 3 Présentation de l OMD 7 Quels sont les facteurs de risque de l OMD? 9 Quels sont les symptômes

Plus en détail

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French)

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) L acné, dont le nom scientifique est l acné vulgaire, est la maladie de la peau la plus répandue. Elle survient chez 85 % des adolescents, parfois dès

Plus en détail

JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER

JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER ALS (séance du 11 mai 2003) 48 Jeu video : un nouveau compagnon (Colette KELLER-DIDIER)

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers)

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers) 1 Nom Prénom Date de naissance (AAAA/MM/JJ) N o de proposition ou de contrat 1. renseignements médicaux Renseignements Oui Non médicaux 1. Prenez-vous des médicaments? Cocher OUI ou NON. 2. Au cours des

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

LES AINÉ(E)S ET. L épilepsie COLLECTION ÉDUCATIVE SUR L ÉPILEPSIE

LES AINÉ(E)S ET. L épilepsie COLLECTION ÉDUCATIVE SUR L ÉPILEPSIE LES AINÉ(E)S ET L épilepsie COLLECTION ÉDUCATIVE SUR L ÉPILEPSIE Cette publication est produite par The Epilepsy Association of Northern Alberta L Association d épilepsie du Nord de l Alberta Téléphone

Plus en détail

Conduire. Mark Tant et Guido Baten

Conduire. Mark Tant et Guido Baten Conduire Mark Tant et Guido Baten A juste titre ou non, la voiture est parfois un signe extérieur de richesse. L utilisation de la voiture, en tant que conducteur, n implique cependant pas que le fait

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail