COMMUNAUTE ENTRE EPOUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNAUTE ENTRE EPOUX"

Transcription

1 Numéro du document : GACIV/12/2007/0077 Publication : Les grands arrêts de la jurisprudence civile, 12e édition 2007, p. 567 Décision commentée : Cour de cassation, 1re civ., n Indexation COMMUNAUTE ENTRE EPOUX 1.Récompense 2.Bien propre 3.Acquisition 4.Fonds communs 5.Emprunt Capital * Fraction remboursée * Prise en compte * Intérêt * Charge de jouissance 96 RECOMPENSE. PROFIT SUBSISTANT. JOUISSANCE DE LA COMMUNAUTE. INTERETS DES EMPRUNTS. CHARGE DE LA JOUISSANCE. ABSENCE DE RECOMPENSE AU PROFIT DE LA COMMUNAUTE Civ. 1 re, 31 mars 1992 (Bull. civ. I, n 96, p. 64, JCP II , note J.-F. Pillebout, 22041, note Alice Tisserand, Defrénois I. 1121, obs. G. Champenois, RTD civ , 403, 406 et 407, obs. Lucet et Vareille) Authier c/ Pouyat François Terré, Membre de l'institut ; Professeur émérite à l'université Panthéon-Assas (Paris II) Yves Lequette, Professeur à l'université Panthéon-Assas (Paris II) La communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres, doit supporter les dettes qui sont la charge de la jouissance de ces biens. Dès lors, leur paiement ne donne pas droit à récompense au profit de la communauté lorsqu'il a été fait avec des fonds communs et l'époux qui aurait acquitté une telle dette avec des fonds qui lui sont propres dispose d'une créance contre la communauté. Il s'ensuit qu'en cas de règlement par la communauté ou par un des époux des annuités afférentes à un emprunt souscrit en vue de l'acquisition d'un bien propre à l'autre conjoint, il y a lieu, pour la détermination des sommes dont ce dernier leur est redevable en conséquence, d'avoir égard à la fraction ainsi remboursée du capital à l'exclusion des intérêts qui sont une charge de la jouissance. Faits. - Deux époux avaient, en 1970, par contrat de mariage, adopté le régime de la communauté d'acquêts ; puis ils avaient divorcé en La liquidation de leur communauté suscita diverses questions sur lesquelles il n'y a pas lieu d'insister. Il convient, en revanche, de porter attention à la question principale suscitée par ce procès. Elle était relative à un immeuble acquis par les époux le 26 juillet 1974, pour le compte de la femme, au prix de F, à concurrence de : a) F à titre de remploi de deniers propres appartenant à l'épouse ; b) F à titre de remploi anticipé

2 du prix d'aliénation de trois immeubles propres dont l'épouse était propriétaire ; c) F par un emprunt solidairement contracté par les époux auprès du Crédit foncier, remboursable semestriellement du 30 janvier 1975 au 30 juillet 1989 et portant intérêts au taux de 11,60 % ; d) F, correspondant au solde du prix et payés avec des deniers communs. La communauté ne supporta le remboursement du prêt que pendant trois ans (de janvier 1975 à janvier 1978). Mais c'en était assez pour faire naître un droit à récompense à son profit. Par l'arrêt attaqué, la cour d'appel de Paris décida, le 24 avril 1990, d'accorder à la communauté droit à récompense, calculée conformément aux dispositions de l'article 1469, alinéa 3, du Code civil, tant pour le capital que pour les intérêts versés par elle (sur les autres questions tranchées, v. G. Champenois, obs. sous l'arrêt commenté, Defrénois ; v. aussi Ph. Simler, obs. JCP N II. 162). Alors que diverses imperfections de l'arrêt attaqué auraient permis sa cassation, celle-ci a été prononcée par un arrêt de principe dont l'importance est évidente. Moyen. - V. l'arrêt. Arrêt La Cour ; - Attendu, qu'un jugement du 18 janvier 1981, confirmé par un arrêt du 2 février 1982 a prononcé le divorce de M. Y... et M me X... en prescrivant la liquidation de la communauté conjugale existant entre eux ; que, statuant sur des difficultés afférentes à cette liquidation, l'arrêt attaqué a dit qu'au titre de l'acquisition d'un immeuble propre, à Ormesson, M me X... était redevable de «récompenses» se montant à francs pour la communauté conjugale et à francs pour M. Y... ; - Sur le premier moyen : - Vu les articles 1401 et 1403, 1433 et 1437 du Code civil, ensemble les articles 1469 et 1479 du même Code ; - Attendu que la communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres, doit supporter les dettes qui sont la charge de la jouissance de ces biens ; que, dès lors, leur paiement ne donne pas droit à récompense au profit de la communauté lorsqu'il a été fait avec des fonds communs ; qu'il s'ensuit que l'époux, qui aurait acquitté une telle dette avec des fonds propres, dispose d'une récompense contre la communauté ; - Attendu que pour chiffrer la récompense due par M me X... à la communauté ayant existé entre elle-même et M. Y..., ainsi que l'indemnité qu'elle a cru devoir reconnaître à ce dernier, en raison des annuités servies par eux pour l'acquisition de l'immeuble d'ormesson, la cour d'appel a retenu comme éléments de calcul, le prix d'acquisition du bien, sa valeur au jour du partage et les sommes versées par la communauté et le mari en capital et intérêts ; - Attendu qu'en statuant ainsi, alors que pour déterminer la somme due par un époux, en cas de règlement des annuités afférentes à un emprunt souscrit pour l'acquisition d'un bien qui lui est propre, il y a lieu d'avoir égard à la fraction ainsi remboursée du capital, à l'exclusion des intérêts qui sont une charge de la jouissance, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;... Par ces motifs : casse... Observations 1 De l'article 1469, alinéa 3, du Code civil, il résulte notamment que la récompense pouvant être due à ou par la communauté «ne peut être moindre que le profit subsistant, quand la valeur empruntée a servi à acquérir, à conserver ou à améliorer un bien qui se retrouve, au jour de la liquidation de la communauté, dans le patrimoine emprunteur». Par l'arrêt précédent (n 95), relatif à une récompense due à la communauté, la Cour de cassation avait déjà décidé que l'article 1469, alinéa 3, ne distinguait pas selon que le bien a été acquis avant ou pendant le mariage, dès lors que le prix ou le remboursement du prêt contracté en vue de le payer, a été réglé, au cours du régime, à l'aide de deniers communs. 2 Cette extension du champ d'application de l'article 1469, alinéa 3, a suscité un nouveau problème : celui des intérêts compris dans les arrérages payés. Si le remboursement du capital emprunté doit être traité comme dépense d'acquisition, il n'en va pas de même pour les frais financiers. Une dissociation paraît s'imposer. Au demeurant, si le patrimoine qui a assumé les remboursements, par hypothèse la communauté, a bénéficié de la jouissance du bien financé, soit directement (l'immeuble acquis a servi de logement familial), soit par la perception des revenus,

3 les frais financiers apparaissent, corrélativement, comme une charge devant, raisonnablement, être supportée par la communauté (en ce sens, D. Martin, obs. sous Paris, 2 déc. 1977, D IR. 73 ; J. Patarin, note sous Lyon, 16 avr. 1975, JCP II ). Récompense ne serait due au titre des intérêts, pour leur montant nominal, que si la masse créancière n'a tiré aucun avantage, directement ou indirectement, du bien acquis. S'agissant, non des intérêts payés par la communauté, mais du prix lui-même, la Cour de cassation a jugé «que l'article ne prévoit pas que la somme calculée selon les modalités qu'il édicte puisse faire l'objet d'une diminution», en raison des revenus procurés à la communauté par l'usage des biens propres acquis (Civ. 3 e 21 janv. 1987, D , 1 re esp., note G. Morin, JCP N II. 69, note Ph. Simler, Defrénois 1987, art , p. 487, 1 re esp., obs. G. Morin). La communauté ayant vocation à recueillir les revenus des biens propres, donc aussi à en user et jouir directement, la solution doit être approuvée, dans la mesure où, comme en l'espèce, le prix stricto sensu a été acquitté avec des deniers communs (v. aussi Civ. 1 re, 24 oct. 2000, D Somm. 2936, obs. Nicod, RTD civ , obs. Vareille, Dr. fam. 2000, n 145, obs. Beignier). 3 Restait à savoir ce qu'il convenait de décider au sujet des intérêts d'un emprunt qui sont normalement acquittés au moyen des revenus. Et c'est à ce propos qu'a été rendu l'arrêt commenté. Cassant partiellement la décision qui lui était déférée, la Cour de cassation a nettement précisé «que la communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres, doit supporter les dettes qui sont la charge de la jouissance de ces biens ; que, dès lors, leur paiement ne donne pas droit à récompense au profit de la communauté lorsqu'il a été fait avec des fonds communs ; qu'il s'ensuit que l'époux, qui aurait acquitté une telle dette avec des fonds propres, dispose d'une récompense contre la communauté». 4 Arrêt de principe, l'arrêt rapporté doit figurer parmi les Grands arrêts, non seulement en raison des règles générales qu'il formule, mais aussi en raison des conséquences devant être attachées à celles-ci. L'accueil que lui ont réservé les commentateurs atteste son importance (aux auteurs cités, adde G. Morin, «Qui, de la communauté ou des biens propres doit supporter les charges usufructuaires des biens propres?», Mélanges Colomer, 1993, p. 259 et s., Defrénois et s.). I. - La jouissance des biens propres par la communauté 5 La qualification des fruits et revenus des biens propres a suscité, à la suite de la réforme opérée par la loi du 13 juillet 1965, une controverse nourrie, à partir de l'article 1403 du Code civil, qui dispose notamment que «chaque époux conserve la pleine propriété de ses propres» (al. 1 er ) et que «la communauté n'a droit qu'aux fruits perçus et non consommés...» (al. 2). Tandis qu'une majorité d'auteurs se prononçaient dans le sens du caractère commun des fruits et revenus des biens propres, dès leur perception (Aubry et Rau, t. VIII, 7 e éd., par A. Ponsard, n 136 ; Marty et Raynaud, Les régimes matrimoniaux, par Raynaud, n 347 ; Patarin et Morin, Les régimes matrimoniaux, t. I, n os 110 et s. ; Maubru, Les revenus des biens propres des époux sous le régime de la communauté légale, Ann. Fac. Lyon, 1975, p. 463 et s.), d'autres estimaient que les fruits et revenus des biens propres restaient propres, tant qu'ils n'avaient pas été employés à la réalisation d'acquêts (H., L., J. Mazeaud, t. IV, 1 er vol. par M. de Juglart, n 130). Suivant une thèse intermédiaire, la communauté ne comprenait, à ce sujet, que les économies réalisées sur les fruits et revenus perçus, non les fruits et revenus eux-mêmes (A. Colomer, «La suppression du droit de jouissance de la communauté sur les biens propres des époux : ou le danger d'innover», D. 1966, chron. 23 ; Le Bayon, «Le sort des fruits dans les différents régimes matrimoniaux», JCP I. 2459). Encore convenait-il d'observer que, même si on reconnaissait aux fruits et revenus des biens propres un caractère

4 commun ab initio, cela n'excluait pas, compte tenu des termes mêmes de l'article 1403, alinéa 1 er, du Code civil, la pleine propriété de chaque époux - usus, fructus, abusus - sur ses biens propres ; simplement, s'agissant des fruits et revenus de ses propres, il en disposait librement parce qu'il avait à cette étape une libre disposition de biens devenus communs ab initio. 6 Le débat n'était pas dépourvu d'intérêts pratiques, par exemple quant au pouvoir de percevoir les revenus des propres et d'en disposer - ce qui est distinct de la pleine propriété - ou encore quant au droit de poursuite des créanciers. Enfin au moment de la dissolution, l'enjeu du débat était important quant au droit à récompense de la communauté pour l'emploi par un époux des revenus de ses biens propres, soit pour acquitter des dettes ou charges purement personnelles, soit pour acquérir, conserver ou améliorer des biens propres. Récompense était due si les revenus des propres ainsi employés étaient communs (en ce sens, Civ. 1 re, 6 juill. 1982, Bull. civ. I, n 249, p. 215, D IR. 424, Defrénois I. 1644, obs. G. Champenois ; Agen, 7 juill. 1986, JCP N II. 85, note Ph. Simler), non dans le cas contraire (rappr. Civ. 1 re, 15 juill. 1981, JCP II , note P. Rémy, Defrénois I. 1653, obs. G. Champenois). 7 Depuis la loi du 23 décembre 1985, certaines conséquences fâcheuses de la qualification de biens communs des revenus des biens propres ont disparu : ainsi n'est-il plus question que le mari puisse se faire remettre les revenus des propres de sa femme. En outre, les revenus des biens propres peuvent également être saisis par les créanciers de l'un ou de l'autre des époux, au titre des dettes nées pendant le mariage, l'article 1414 ne soustrayant du gage des créanciers de l'un que les seuls gains et salaires de l'autre. Tout en atténuant, sans les supprimer, les intérêts du débat, la réforme de 1985 inclinait bien en faveur de la qualification de biens communs ab initio des fruits et revenus des biens propres (Terré et Simler, Les régimes matrimoniaux, n 295). 8 L'on pouvait donc se prononcer à leur sujet en faveur d'une solution semblable à celle retenue à propos des gains et salaires, ceux-ci étant, en tant que tels, des biens communs (Civ. 1 re, 31 mars 1992, Bull. civ. I, n 95, p. 63, D IR. 162, RTD civ , obs. F. Lucet et B. Vareille ; v. aussi JCP N II. 376, note Ph. Simler). Dans l'arrêt commenté, rendu le même jour, la formulation est plus nuancée, puisqu'il est fait état de la jouissance des fruits et revenus des biens propres par la communauté. De la différence des formulations, on a déduit que «les gains et salaires sont des biens communs par nature ; les revenus des biens propres sont des biens communs par destination» (obs. F. Lucet et B. Vareille, RTD civ ), ce qui attesterait une attraction plus grande de la communauté sur les premiers que sur les seconds. 9 Ultérieurement, la haute juridiction a décidé de manière encore plus explicite que les revenus des biens propres «tombaient en communauté» (Civ. 1 re, 4 janv. 1995, Bull. civ. I, n 4, D Somm. p.328, obs. Grimaldi, JCP I. 3869, n 7, obs. Simler, RTD civ , obs. Vareille). Enfin, par un arrêt de principe du 20 février 2007, la première chambre civile a posé que «les fruits et revenus des biens propres ont le caractère de biens communs» (Civ.1 re, 20 févr. 2007, D , note M. Nicod, Dr. fam. 2007, n 88, note B. Beignier). On a pu voir dans cet arrêt «l'épilogue d'une des plus fameuses controverses doctrinales du droit des régimes matrimoniaux» (M. Nicod, D ). En dépit de l'affirmation très tranchée par laquelle elle s'ouvre, cette décision n'est cependant pas sans susciter certaines interrogations. On pourra y voir l'affirmation que les revenus des biens propres appartiennent à la communauté, sans qu'il y ait à considérer leur perception ou leur économie, l'arrêt ne faisant aucune référence à ces conditions introduites par la loi de 1965 et maintenues par la loi de 1985 (M. Nicod, D ). En conséquence,

5 même la créance de fruits et de revenus de biens propres serait commune. A l'opposé, on pourrait être tenté de faire valoir que la proposition générale précitée est suivie du constat qu'il y avait eu, en la circonstance, «emploi des revenus d'un bien propre à son amélioration», ce qui est de nature à en réduire la portée. Quoi qu'il en soit, même si une certaine incertitude subsiste sur la portée exacte de la motivation, il semble qu'on puisse affirmer sans risque d'erreur que les fruits et revenus des biens propres ont un caractère commun, au moins dès leur perception. II. - L'affectation à la communauté des fruits et revenus des biens propres 10 En toute hypothèse, il ne convient pas de considérer qu'il y a, de la sorte, une résurrection de l'usufruit de la communauté sur les propres des époux. Qui dit usufruit, dit usage et jouissance. Or ce n'est en l'occurrence que de jouissance qu'il s'agit, et cela dans la perspective d'un droit à récompense. Au surplus, la formulation retenue par la Cour de cassation est précise : il est fait état de «la communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres». En d'autres termes, c'est l'idée d'affectation, inhérente à la structure du régime ou à la finalité d'une masse de biens, plus que de destination proprement dite, inhérente à une activité considérée, qui établit le lien à partir duquel un ensemble d'avantages et d'inconvénients va résulter dans les rapports entre la communauté et les patrimoines propres des époux (comp. S. Guinchard, L'affectation des biens en droit privé français, thèse Lyon, éd. 1976). Il n'en demeure pas moins que les fruits et revenus des biens propres sont des biens communs ab initio. L'ensemble se révèle alors cohérent si l'on met en rapport l'article 1403 et l'article 1428 du Code civil, aux termes duquel «chaque époux a l'administration et la jouissance de ses propres et peut en disposer librement» ; quant aux fruits et revenus de ses biens propres, il en conserve l'administration, mais ceux-ci sont des biens communs affectés à la communauté, ce qui se manifeste normalement au temps de la liquidation. C'est dire qu'il faut distinguer la jouissance de ses propres par chaque époux et l'affectation, inhérente au régime légal, de ces fruits et revenus à la jouissance de la communauté. 11 Cette jouissance n'est pas sans contrepartie. La Cour de cassation le précise : «la communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres, doit supporter les dettes qui sont la charge de la jouissance de ces biens». D'une facture des plus logiques, cette formule catégorique dépasse nettement ce qui avait été antérieurement dégagé en droit positif, qu'il s'agisse de la production effective de fruits et revenus par les biens propres ou encore des dépenses d'entretien plus ou moins importantes qu'ils peuvent nécessiter. Peu importe que ces biens ne soient pas frugifères ou tout au moins ne le soient guère. Il peut d'ailleurs suffire qu'ils permettent de réaliser une économie. Désormais, il est clair que, dans le régime légal, la communauté assume, en toute hypothèse, l'entretien des propres et la charge de leur jouissance. Elle «endossera alors le risque d'improductivité, comme elle bénéficie des charges de rendement» (F. Lucet et B. Vareille, obs. préc. RTD civ ). Ubi emolumentum, ibi onus (v. cep. sur l'incompatibilité de la solution retenue par la Cour de cassation avec l'art. 10, al. 2, de la loi du 13 juill. 1965, aux termes duquel, à compter de l'entrée en vigueur de la présente loi, «les époux reprendront la jouissance de leurs propres et supporteront les charges usufructuaires correspondantes», G. Champenois, obs. Defrénois I. 1131). III. - Conséquences 12 Pour casser l'arrêt qui lui était déféré, la Cour de cassation a, de ses affirmations de principe, tiré les conclusions : «pour déterminer la somme due par un époux, en cas de règlement des annuités afférentes à un emprunt souscrit pour l'acquisition d'un bien qui lui est propre, il y a lieu d'avoir égard à la fraction ainsi remboursée du capital, à l'exclusion des intérêts qui sont une charge de la jouissance

6 ». L'application des règles générales retenues par elle n'en suscite pas moins diverses interrogations. 13 Tout d'abord, les intérêts d'un emprunt constituent-ils, à proprement parler, une charge de la jouissance? A vrai dire, il est sans doute vain de se demander, à ce propos, si l'intérêt dû est plutôt un loyer de l'argent ou plutôt le prix de la jouissance d'un bien, jouissance obtenue par l'un et laissée par l'autre, ce qui ouvrirait la porte à des discussions longues et vaines (F. Lucet et B. Vareille, obs. préc. RTD civ ). Et sans doute peut-on en dire autant de discussions d'ordre économique et temporel sur les composantes du taux d'intérêt. 14 Plus troublant est le mécanisme de calcul du montant de la récompense due, quel qu'ait été l'usage, commun ou propre, du bien acquis au nom d'un des époux, grâce à un financement auquel aura contribué la communauté. Il n'est pas rare, tout d'abord, que le bien ait été acquis à l'aide d'un financement mixte reposant non seulement sur un emprunt mais aussi sur un apport personnel propre : il faut alors procéder à un calcul tenant compte de cette mixité. Mais surtout de très sérieuses difficultés d'application existent lorsque la liquidation de la communauté doit être opérée non pas après le remboursement intégral de l'emprunt, mais, comme en l'espèce, à une époque où le remboursement est en cours (v. A. Tisserand, note préc. ; F. Lucet et B. Vareille, obs. préc. RTD civ s.). La difficulté majeure tient aux modes variables d'amortissement des emprunts et au fait que souvent les annuités initiales correspondent dans une forte proportion, ensuite décroissante, à un remboursement d'intérêts, la portion de capital remboursée allant en augmentant à mesure que le temps passe. On comprend aussitôt que le calcul de la récompense due à la communauté, si elle est déterminée en fonction des revenus, effectifs ou potentiels, du bien acquis, est de nature à entraîner des conséquences fort injustes au détriment de la communauté, ce qui est propre à stimuler l'imagination des juristes pour l'aménagement de clauses équitables dans les contrats de mariage. - V. G. Dessous, La question de l'emprunt dans les régimes matrimoniaux, thèse ronéot. Paris II, 1982 ; F. Pasqualini, «L'emprunt et le régime matrimonial», Defrénois et s. - Fin du document -

CAS CAS VALIN-PRATON

CAS CAS VALIN-PRATON CAS 1 CAS VALIN-PRATON COMMUNAUTÉ LÉGALE LIQUIDATION-PARTAGE ACTIF COMMUN, ACTIF PROPRE PASSIF COMMUN, PASSIF PROPRE RÉCOMPENSES, ÉVALUATION ÉTAT LIQUIDATIF, PARTAGE, FISCALITÉ Hervé VALIN, 50 ans, et

Plus en détail

Vincent Bonnet, Maître de conférences à l'université de Bourgogne, Faculté de droit/credimi, Directeur du Master 2 de droit notarial

Vincent Bonnet, Maître de conférences à l'université de Bourgogne, Faculté de droit/credimi, Directeur du Master 2 de droit notarial Recueil Dalloz 2011 p. 351 De quelques conséquences du divorce sur la dissolution de la communauté Vincent Bonnet, Maître de conférences à l'université de Bourgogne, Faculté de droit/credimi, Directeur

Plus en détail

L'intégration au passif commun définitif de l'emprunt contracté par un époux sans le consentement de son conjoint

L'intégration au passif commun définitif de l'emprunt contracté par un époux sans le consentement de son conjoint Recueil Dalloz 2007 p. 3112 L'intégration au passif commun définitif de l'emprunt contracté par un époux sans le consentement de son conjoint Véronique Barabé-Bouchard, Maître de conférences à la faculté

Plus en détail

Liquidation de la succession, succession volontaire

Liquidation de la succession, succession volontaire CORRIGÉ D EXAMEN FAMILLE 1307 SUCCESSION-PARTAGE 1307 Liquidation de la succession, succession volontaire Le présent cas pratique propose de liquider le régime matrimonial puis les successions confondues

Plus en détail

INTRODUCTION... 3 I. EPOUX SEPARES DE BIENS ET GESTION PATRIMONIALE... 3 II. EPOUX SEPARES DE BIENS ET ACCESSION IMMOBILIERE... 6

INTRODUCTION... 3 I. EPOUX SEPARES DE BIENS ET GESTION PATRIMONIALE... 3 II. EPOUX SEPARES DE BIENS ET ACCESSION IMMOBILIERE... 6 Fiche à jour au 2 janvier 2011 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Master 1, 1 er semestre Matière : Droit civil, Régimes matrimoniaux Web-tuteur : Guillaume Gardet SEANCE N 10 LA SEPARATIION DE BIIENS

Plus en détail

LE MAINTIEN DES OBLIGATIONS CONJUGALES

LE MAINTIEN DES OBLIGATIONS CONJUGALES chapitre 1 LE MAINTIEN DES OBLIGATIONS CONJUGALES 14- La séparation de fait crée une situation particulière entre époux : le maintien des obligations conjugales et des pouvoirs entre époux tirés du régime

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux

Les régimes matrimoniaux Les régimes Dissolution / Liquidation Régime sans aménagement inmnité universelle universelle avec attribution - s biens personnels détenus avant le, - s biens recueillis par succession ou par donation

Plus en détail

La communauté qui a financé la souscription d'une assurance-vie doit-elle être récompensée lors du divorce?

La communauté qui a financé la souscription d'une assurance-vie doit-elle être récompensée lors du divorce? Recueil Dalloz 1998 p. 26 La communauté qui a financé la souscription d'une assurance-vie doit-elle être récompensée lors du divorce? François Sauvage La jurisprudence Praslicka (1) n'a pas résolu toutes

Plus en détail

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre mixte 22 septembre 2006 n 05-13.517 Publication :Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 Citations Dalloz Codes : Code de la consommation, art. l. 341-4 Revues : Recueil

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 11 mai 2012 N de pourvoi: 11-17497 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me Le Prado, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial. Réponse Bacquet ou la fin des débats?

Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial. Réponse Bacquet ou la fin des débats? Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial Réponse Bacquet ou la fin des débats? 1 Pôle Expertise Epargne Banque Expertise Conseil et Patrimoine 2 Le contexte légal

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 26 juin 2013 N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Hémery

Plus en détail

LE CONTRAT DE MARIAGE LA COMMUNAUTE DE BIENS REDUITE AUX ACQUETS

LE CONTRAT DE MARIAGE LA COMMUNAUTE DE BIENS REDUITE AUX ACQUETS Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LE CONTRAT DE MARIAGE LA COMMUNAUTE DE BIENS REDUITE AUX ACQUETS Depuis la loi du 13 juillet 1965, applicable aux couples mariés après le 1er février 1966, le régime

Plus en détail

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PREAMBULE Reconnaissant que, malgré les diversités existant entre les systèmes nationaux de droit de la famille,

Plus en détail

Droit de la propriété des personnes publiques Leçon 301 : La gestion des biens publics (I) : l identification du domaine public

Droit de la propriété des personnes publiques Leçon 301 : La gestion des biens publics (I) : l identification du domaine public Droit de la propriété des personnes publiques Leçon 301 : La gestion des biens publics (I) : l identification du domaine public ELise LANGELIER Table des matières Commentez les extraits de l'arrêt suivant

Plus en détail

Article 221 du code civil : le mandat domestique est sans application à l'égard du banquier

Article 221 du code civil : le mandat domestique est sans application à l'égard du banquier Recueil Dalloz 2004 p. 1479 Article 221 du code civil : le mandat domestique est sans application à l'égard du banquier Maxence Laugier, Docteur en droit Le mariage peut faire de l'argent du ménage un

Plus en détail

Rapport des dons. Donations déguisées. Dispense

Rapport des dons. Donations déguisées. Dispense Publication : Les grands arrêts de la jurisprudence civile, 12e édition 2007, p. 659 Type de document : 112 Décision commentée : Cour de cassation, 1re civ., 14-01-1997 n 94-16.813 Indexation SUCCESSION

Plus en détail

BOI-ENR-DMTG-20-10-20-20-20120912

BOI-ENR-DMTG-20-10-20-20-20120912 BOI-ENR-DMTG-20-10-20-20-20120912 ENR - Mutations à titre gratuit Donations - Conditions d'exigibilité du droit de donation - Cas particuliers - Règlements financiers après divorce 1 Le divorce met fin,

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

Président : M. Grégoire, conseiller doyen faisant fonction.., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Grégoire, conseiller doyen faisant fonction.., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 12 janvier 1994 N de pourvoi: 91-18104 Publié au bulletin Cassation partielle. Président : M. Grégoire, conseiller doyen faisant fonction.., président

Plus en détail

LIQUIDATION DU RÉGIME MATRIMONAL ET CONTRAT DE SÉPARATION DE BIENS

LIQUIDATION DU RÉGIME MATRIMONAL ET CONTRAT DE SÉPARATION DE BIENS LIQUIDATION DU RÉGIME MATRIMONAL ET CONTRAT DE SÉPARATION DE BIENS Formation continue des avocats et notaires neuchâtelois Sabrina Burgat, avocate Spécialiste FSA en droit de la famille Université de Neuchâtel

Plus en détail

TD SEANCE 7 : CORRECTION (Alexandre Xavier et Manon Leblond)

TD SEANCE 7 : CORRECTION (Alexandre Xavier et Manon Leblond) TD SEANCE 7 : CORRECTION (Alexandre Xavier et Manon Leblond) Préalablement à la résolution du cas, il convient de déterminer le régime matrimonial applicable aux époux Ravel. Ceux-ci se sont mariés sans

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

soc. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 12 mars 2008 Rejet M. BAILLY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président.

soc. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 12 mars 2008 Rejet M. BAILLY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président. soc. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 12 mars 2008 Rejet M. BAILLY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président. Pourvoi n X 06-45.147 Arrêt n 534 F-P+B LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

ATELIER n 3. Conséquences civiles et fiscales de l arrêt Bacquet et pistes de solutions. Patrice SIVIGNON, Sales Academy Allianz France

ATELIER n 3. Conséquences civiles et fiscales de l arrêt Bacquet et pistes de solutions. Patrice SIVIGNON, Sales Academy Allianz France ATELIER n 3 Conséquences civiles et fiscales de l arrêt Bacquet et pistes de solutions Patrice SIVIGNON, Sales Academy Allianz France Comment en est-on arrivé là? Rappel des textes de références Article

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 12 OCTOBRE 2009 C.08.0524.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.08.0524.F U. M., demandeur en cassation, représenté par Maître Michel Mahieu, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111]

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111] SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX Références du document 12C2111 Date du document 01/10/77 b. Transfert de la gestion des biens propres. 20En vertu des dispositions de l'article

Plus en détail

[NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT

[NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT Décembre 2013 Janvier 2014 [NEWSLETTER N 2] UN REGARD DIFFERENT 1 Sommaire I. Information sur le cabinet... 3 II. Actualités fiscales... 4 1. Une créance de carry-back née après l'ouverture d'une procédure

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Objet du litige. Le litige concerne la taxation par l'administration d'avantages en nature, à savoir le paiement par l'employeur du requérant de primes

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint)

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Commentaire Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012 Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 novembre

Plus en détail

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Novembre 2011 La révision du loyer d'un bail commercial

Plus en détail

Bernard VAREILLE. Curriculum vitae et activités janvier 2010 - février 2014

Bernard VAREILLE. Curriculum vitae et activités janvier 2010 - février 2014 Bernard VAREILLE Né le 25 octobre 1952 Curriculum vitae et activités janvier 2010 - février 2014 Agrégé de Droit privé et de Sciences criminelles (concours 1988). Professeur à l'université de Limoges (classe

Plus en détail

Vincent Rebeyrol, Professeur de droit à EM Lyon Business School Avocat à la Cour (SCP Gatineau-Fattaccini)

Vincent Rebeyrol, Professeur de droit à EM Lyon Business School Avocat à la Cour (SCP Gatineau-Fattaccini) Recueil Dalloz 2010 p. 128 La charge de la preuve de la remise des fonds dans le contrat de prêt Vincent Rebeyrol, Professeur de droit à EM Lyon Business School Avocat à la Cour (SCP Gatineau-Fattaccini)

Plus en détail

recours contre l'arrêt de la Cour de justice du canton de Genève, Chambre civile, du 27 avril 2012.

recours contre l'arrêt de la Cour de justice du canton de Genève, Chambre civile, du 27 avril 2012. Tribunal fédéral 5A_417/2012 II ème Cour de droit civil Arrêt du 15 août 2012 (f) Divorce Partage de la copropriété Art. 651, 937 CC Présomption de copropriété. Les époux inscrits comme copropriétaires

Plus en détail

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR 10, rue des 3 frères Bernadac 64000 PAU TEL : 05.59.98.51.30 FAX : 05.59.83.81.26 LA SEPARATION DE CORPS La séparation de corps ne doit pas être confondue avec le divorce

Plus en détail

2 - LES PRESTATIONS COMPENSATOIRES

2 - LES PRESTATIONS COMPENSATOIRES 2 - LES PRESTATIONS COMPENSATOIRES par Yannick ZEMRAK (Membre de l ARJ Montpellier-Nîmes) Sommaire Pages PRÉSENTATION DU CONTENTIEUX... 121 I Les prestations compensatoires allouées.. 125 A - Formes des

Plus en détail

Le champ d application de l article 1415 du code civil

Le champ d application de l article 1415 du code civil Fiche à jour au 28 janvier 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine d Hoir-Lauprêtre SEANCE N 3 - REGIIMES MATRIIMONIIAUX ET CAUTIIONNEMENT

Plus en détail

Mme C. d Hoir-Lauprêtre. Première partie consacrée à l indépendance bancaire et boursière des membres du couple et ses limites

Mme C. d Hoir-Lauprêtre. Première partie consacrée à l indépendance bancaire et boursière des membres du couple et ses limites DROIT du CREDIT des couples Master 2 recherche- droit de la Famille 2007-08 Mme C. d Hoir-Lauprêtre Première partie consacrée à l indépendance bancaire et boursière des membres du couple et ses limites

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION Le mécanisme de la subrogation Introduction La subrogation est un mécanisme juridique qui permet au créancier (A) qui est payé par une autre personne (B) que son

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

I. INTRODUCTION... 2 II. LA JURISPRUDENCE «PRIVILEGES» ET SA CONFIRMATION... 2

I. INTRODUCTION... 2 II. LA JURISPRUDENCE «PRIVILEGES» ET SA CONFIRMATION... 2 Fiche à jour au 1 er octobre 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence en droit, 3 ème semestre Matière : Droit des Affaires Web-tuteur : Olivier ROLLUX BAUX COMMERCIIAUX : LA REVIISIION DU

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 F-20-06 N 192 du 23 NOVEMBRE 2006 TRAITEMENTS ET SALAIRES. DEPENSES PROFESSIONNELLES. OPTION POUR LE REGIME DES FRAIS REELS ET JUSTIFIES. DEDUCTIBILITE

Plus en détail

SEANCE N 6 : LES EFFETS DU DIVORCE

SEANCE N 6 : LES EFFETS DU DIVORCE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND Universität des Saarlandes Postfach 15 11 50 66041 Saarbrücken TRAVAUX DIRIGES DE DROIT CIVIVL : LA FAMILLE Cours de Mme CHATEAU, TD De M. SCHIFFLER Année universitaire

Plus en détail

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle Cass. civ. 2 e, 30 avril 2014, n 13-16.901 Contrat d assurance Droit commun Faute intentionnelle Exclusion conventionnelle de garantie Validité de la clause Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

Assimilation à une construction d'importants travaux de réhabilitation d'un immeuble et indivisibilité entre l'existant et les travaux neufs

Assimilation à une construction d'importants travaux de réhabilitation d'un immeuble et indivisibilité entre l'existant et les travaux neufs Recueil Dalloz 1995 p. 279 Assimilation à une construction d'importants travaux de réhabilitation d'un immeuble et indivisibilité entre l'existant et les travaux neufs Rémy Raffi NOTE 1. - L'application

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

Textes de référence (extraits en annexe) : Table des matières. Introduction

Textes de référence (extraits en annexe) : Table des matières. Introduction L'exécution forcée en matière civile en Italie Textes de référence (extraits en annexe) :! Code civil! Code de procédure civile! Loi du 1er décembre 1970, n 898 Table des matières A. Exécution des obligations

Plus en détail

LOI SUR L'ASSURANCE-STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES

LOI SUR L'ASSURANCE-STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. chapitre A-31 LOI SUR L'ASSURANCE-STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES Dans la présente loi, le mot «Régie» désigne La

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 11 décembre 2013, 12-23.802 12-23.803...

Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 11 décembre 2013, 12-23.802 12-23.803... Page 1 sur 5 Références Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du mercredi 11 décembre 2013 N de pourvoi: 12-23802 12-23803 12-23804 Non publié au bulletin Rejet M. Gridel (conseiller doyen

Plus en détail

SCP Laugier et Caston, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Laugier et Caston, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 janvier 2012 N de pourvoi: 10-27325 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Laugier et Caston, SCP Potier

Plus en détail

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage?

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage? Régimes matrimoniaux Faut-il faire un contrat de mariage? 2 Dès le mariage, les époux sont soumis à un régime matrimonial, c'est-à-dire à un ensemble de règles fixant leurs droits et leurs devoirs. S ils

Plus en détail

Christelle Coutant-Lapalus, Maître de conférences en droit privé, Université de Bourgogne, membre du CREDESPO

Christelle Coutant-Lapalus, Maître de conférences en droit privé, Université de Bourgogne, membre du CREDESPO AJ Famille 2008 p. 364 Le sort du logement de la famille en cas de séparation du couple (1) Christelle Coutant-Lapalus, Maître de conférences en droit privé, Université de Bourgogne, membre du CREDESPO

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 ORGANISER SA SUCCESSION : FORMES, TYPES ET CLAUSES DE DONATION

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 ORGANISER SA SUCCESSION : FORMES, TYPES ET CLAUSES DE DONATION ORGANISER SA SUCCESSION : FORMES, TYPES ET CLAUSES DE DONATION La donation permet à une personne de léguer de son vivant une partie de son patrimoine. C'est un acte de générosité qui permet au légataire

Plus en détail

(A propos de Cass. 2 e civ., 5 mars 2015, n 14-10.842)

(A propos de Cass. 2 e civ., 5 mars 2015, n 14-10.842) La demande de la victime d'un accident de la circulation tendant à la condamnation de l'assureur au paiement des intérêts au double du taux légal n'a pas le même objet que celle tendant à l'indemnisation

Plus en détail

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société 6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société Aspects fiscaux et de droit des sociétés Un dirigeant d'entreprise peut devoir des intérêts il, sa société en raison d'une dette encourue, ou

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/19- Biens acquis contre paiement d une rente viagère. Avis du 7 novembre 2012

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/19- Biens acquis contre paiement d une rente viagère. Avis du 7 novembre 2012 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2012/19- Biens acquis contre paiement d une rente viagère Avis du 7 novembre 2012 Table des matières I. Introduction II. Déterminiation du capital initial et du

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 29 janvier 2014, 12-19.872, Publié au bulletin Legifrance

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 29 janvier 2014, 12-19.872, Publié au bulletin Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 29 janvier 2014 N de pourvoi: 12-19872 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-22929 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me Foussard, SCP Boré et Salve

Plus en détail

N 2015 Paris le 6 novembre 2006

N 2015 Paris le 6 novembre 2006 N 2015 Paris le 6 novembre 2006 Département Législatif & Réglementaire/VT I DROIT CIVIL 10 Droit coopératif agricole 1022 Contentieux 10220 Coopératives contre sociétaires OBJET : Compte courant d activité

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ

MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ Recommandation n 8 relative aux appels de fonds que le syndic peut exiger des copropriétaires Le 7 janvier 2008 LA COMMISSION, Vu les articles

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

Décision n 2011 212 QPC. Dossier documentaire

Décision n 2011 212 QPC. Dossier documentaire Décision n 2011 212 QPC Article L. 6246 du code de commerce Procédure collective, réunion à l actif des biens du conjoint Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2011 Sommaire

Plus en détail

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation 2ème chambre civile 11 décembre 2008 n 07-19.606 Texte intégral : Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République

Plus en détail

Titre 2 : la gestion des biens

Titre 2 : la gestion des biens Titre 2 : la gestion des biens La gestion des biens dans le régime légal a été profondément réformée par les lois du 13 juillet 1965 et 23 décembre 1985. Ces lois étaient en la matière d application immédiate,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 12 avril 2012 N de pourvoi: 11-14653 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Copper-Royer, SCP Fabiani et Luc-Thaler, avocat(s)

Plus en détail

Tribunal fédéral 5A_764/2011 II ème Cour de droit civil Arrêt du 30 mars 2012 (f) Divorce

Tribunal fédéral 5A_764/2011 II ème Cour de droit civil Arrêt du 30 mars 2012 (f) Divorce Tribunal fédéral 5A_764/2011 II ème Cour de droit civil Arrêt du 30 mars 2012 (f) Divorce Recevabilité d un recours au Tribunal fédéral ; décision finale Art. 93 LTF Décision finale. La décision de l autorité

Plus en détail

N 2519 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2519 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2519 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 janvier 2015. PROPOSITION DE LOI visant à établir le régime de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 19 décembre 2012 N de pourvoi: 11-21703 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Le Griel, SCP Nicolaý, de

Plus en détail

Assurer la protection de la résidence familiale

Assurer la protection de la résidence familiale Introduction Un lien très étroit existe entre le logement et la famille. Ces deux notions se sont petit à petit associées pour n en former parfois plus qu une. La question qui se pose alors, c est de savoir

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M. COMM. CF COUR DE CASSATION Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M. ESPEL, président Pourvoi n o J 12-15.305 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 A propos du bénéficiaire à titre gratuit d'un contrat d'assurance-décès (v. Cass. 2 ème civ., 1 er juin 2011, n 10-30430)

Plus en détail

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-350-10-30-20140113 DGFIP IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1447 du Code civil, posée par la Cour d appel de Gand.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1447 du Code civil, posée par la Cour d appel de Gand. Numéro du rôle : 5363 Arrêt n 28/2013 du 7 mars 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1447 du Code civil, posée par la Cour d appel de Gand. La Cour constitutionnelle,

Plus en détail

Patrick MICHAUD TRUST ; DROIT CIVIL ET DROIT FISCAL

Patrick MICHAUD TRUST ; DROIT CIVIL ET DROIT FISCAL Patrick MICHAUD C ABINET D ' A VOCATS Ancien Membre du Conseil de l'ordre TRUST ; DROIT CIVIL ET DROIT FISCAL Le législateur français se refuse à accepter le trust dans notre droit, laissant les praticiens

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 12 novembre 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Matière : Droit de la

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

Régimes matrimoniaux : la propriété du fonds de commerce

Régimes matrimoniaux : la propriété du fonds de commerce Site juridique généraliste et gratuit www.juristudiant.com Contact : Faculté de droit de Nancy, 13 place Carnot, 54000 Nancy. Article rédigé par Mathou mathilde.calcio-gaudino@wanadoo.fr mathou@juristudiant.com

Plus en détail

LES REGIMES MATRIMONIAUX

LES REGIMES MATRIMONIAUX II- LES REGIMES MATRIMONIAUX 1. ANALYSE I. Le régime primaire impératif A. La protection du logement de la famille On sait l importance reconnue au logement dans la société contemporaine. En témoignent,

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. Numéro du rôle : 4469 Arrêt n 61/2009 du 25 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. La Cour

Plus en détail