COMMUNAUTE ENTRE EPOUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNAUTE ENTRE EPOUX"

Transcription

1 Numéro du document : GACIV/12/2007/0077 Publication : Les grands arrêts de la jurisprudence civile, 12e édition 2007, p. 567 Décision commentée : Cour de cassation, 1re civ., n Indexation COMMUNAUTE ENTRE EPOUX 1.Récompense 2.Bien propre 3.Acquisition 4.Fonds communs 5.Emprunt Capital * Fraction remboursée * Prise en compte * Intérêt * Charge de jouissance 96 RECOMPENSE. PROFIT SUBSISTANT. JOUISSANCE DE LA COMMUNAUTE. INTERETS DES EMPRUNTS. CHARGE DE LA JOUISSANCE. ABSENCE DE RECOMPENSE AU PROFIT DE LA COMMUNAUTE Civ. 1 re, 31 mars 1992 (Bull. civ. I, n 96, p. 64, JCP II , note J.-F. Pillebout, 22041, note Alice Tisserand, Defrénois I. 1121, obs. G. Champenois, RTD civ , 403, 406 et 407, obs. Lucet et Vareille) Authier c/ Pouyat François Terré, Membre de l'institut ; Professeur émérite à l'université Panthéon-Assas (Paris II) Yves Lequette, Professeur à l'université Panthéon-Assas (Paris II) La communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres, doit supporter les dettes qui sont la charge de la jouissance de ces biens. Dès lors, leur paiement ne donne pas droit à récompense au profit de la communauté lorsqu'il a été fait avec des fonds communs et l'époux qui aurait acquitté une telle dette avec des fonds qui lui sont propres dispose d'une créance contre la communauté. Il s'ensuit qu'en cas de règlement par la communauté ou par un des époux des annuités afférentes à un emprunt souscrit en vue de l'acquisition d'un bien propre à l'autre conjoint, il y a lieu, pour la détermination des sommes dont ce dernier leur est redevable en conséquence, d'avoir égard à la fraction ainsi remboursée du capital à l'exclusion des intérêts qui sont une charge de la jouissance. Faits. - Deux époux avaient, en 1970, par contrat de mariage, adopté le régime de la communauté d'acquêts ; puis ils avaient divorcé en La liquidation de leur communauté suscita diverses questions sur lesquelles il n'y a pas lieu d'insister. Il convient, en revanche, de porter attention à la question principale suscitée par ce procès. Elle était relative à un immeuble acquis par les époux le 26 juillet 1974, pour le compte de la femme, au prix de F, à concurrence de : a) F à titre de remploi de deniers propres appartenant à l'épouse ; b) F à titre de remploi anticipé

2 du prix d'aliénation de trois immeubles propres dont l'épouse était propriétaire ; c) F par un emprunt solidairement contracté par les époux auprès du Crédit foncier, remboursable semestriellement du 30 janvier 1975 au 30 juillet 1989 et portant intérêts au taux de 11,60 % ; d) F, correspondant au solde du prix et payés avec des deniers communs. La communauté ne supporta le remboursement du prêt que pendant trois ans (de janvier 1975 à janvier 1978). Mais c'en était assez pour faire naître un droit à récompense à son profit. Par l'arrêt attaqué, la cour d'appel de Paris décida, le 24 avril 1990, d'accorder à la communauté droit à récompense, calculée conformément aux dispositions de l'article 1469, alinéa 3, du Code civil, tant pour le capital que pour les intérêts versés par elle (sur les autres questions tranchées, v. G. Champenois, obs. sous l'arrêt commenté, Defrénois ; v. aussi Ph. Simler, obs. JCP N II. 162). Alors que diverses imperfections de l'arrêt attaqué auraient permis sa cassation, celle-ci a été prononcée par un arrêt de principe dont l'importance est évidente. Moyen. - V. l'arrêt. Arrêt La Cour ; - Attendu, qu'un jugement du 18 janvier 1981, confirmé par un arrêt du 2 février 1982 a prononcé le divorce de M. Y... et M me X... en prescrivant la liquidation de la communauté conjugale existant entre eux ; que, statuant sur des difficultés afférentes à cette liquidation, l'arrêt attaqué a dit qu'au titre de l'acquisition d'un immeuble propre, à Ormesson, M me X... était redevable de «récompenses» se montant à francs pour la communauté conjugale et à francs pour M. Y... ; - Sur le premier moyen : - Vu les articles 1401 et 1403, 1433 et 1437 du Code civil, ensemble les articles 1469 et 1479 du même Code ; - Attendu que la communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres, doit supporter les dettes qui sont la charge de la jouissance de ces biens ; que, dès lors, leur paiement ne donne pas droit à récompense au profit de la communauté lorsqu'il a été fait avec des fonds communs ; qu'il s'ensuit que l'époux, qui aurait acquitté une telle dette avec des fonds propres, dispose d'une récompense contre la communauté ; - Attendu que pour chiffrer la récompense due par M me X... à la communauté ayant existé entre elle-même et M. Y..., ainsi que l'indemnité qu'elle a cru devoir reconnaître à ce dernier, en raison des annuités servies par eux pour l'acquisition de l'immeuble d'ormesson, la cour d'appel a retenu comme éléments de calcul, le prix d'acquisition du bien, sa valeur au jour du partage et les sommes versées par la communauté et le mari en capital et intérêts ; - Attendu qu'en statuant ainsi, alors que pour déterminer la somme due par un époux, en cas de règlement des annuités afférentes à un emprunt souscrit pour l'acquisition d'un bien qui lui est propre, il y a lieu d'avoir égard à la fraction ainsi remboursée du capital, à l'exclusion des intérêts qui sont une charge de la jouissance, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;... Par ces motifs : casse... Observations 1 De l'article 1469, alinéa 3, du Code civil, il résulte notamment que la récompense pouvant être due à ou par la communauté «ne peut être moindre que le profit subsistant, quand la valeur empruntée a servi à acquérir, à conserver ou à améliorer un bien qui se retrouve, au jour de la liquidation de la communauté, dans le patrimoine emprunteur». Par l'arrêt précédent (n 95), relatif à une récompense due à la communauté, la Cour de cassation avait déjà décidé que l'article 1469, alinéa 3, ne distinguait pas selon que le bien a été acquis avant ou pendant le mariage, dès lors que le prix ou le remboursement du prêt contracté en vue de le payer, a été réglé, au cours du régime, à l'aide de deniers communs. 2 Cette extension du champ d'application de l'article 1469, alinéa 3, a suscité un nouveau problème : celui des intérêts compris dans les arrérages payés. Si le remboursement du capital emprunté doit être traité comme dépense d'acquisition, il n'en va pas de même pour les frais financiers. Une dissociation paraît s'imposer. Au demeurant, si le patrimoine qui a assumé les remboursements, par hypothèse la communauté, a bénéficié de la jouissance du bien financé, soit directement (l'immeuble acquis a servi de logement familial), soit par la perception des revenus,

3 les frais financiers apparaissent, corrélativement, comme une charge devant, raisonnablement, être supportée par la communauté (en ce sens, D. Martin, obs. sous Paris, 2 déc. 1977, D IR. 73 ; J. Patarin, note sous Lyon, 16 avr. 1975, JCP II ). Récompense ne serait due au titre des intérêts, pour leur montant nominal, que si la masse créancière n'a tiré aucun avantage, directement ou indirectement, du bien acquis. S'agissant, non des intérêts payés par la communauté, mais du prix lui-même, la Cour de cassation a jugé «que l'article ne prévoit pas que la somme calculée selon les modalités qu'il édicte puisse faire l'objet d'une diminution», en raison des revenus procurés à la communauté par l'usage des biens propres acquis (Civ. 3 e 21 janv. 1987, D , 1 re esp., note G. Morin, JCP N II. 69, note Ph. Simler, Defrénois 1987, art , p. 487, 1 re esp., obs. G. Morin). La communauté ayant vocation à recueillir les revenus des biens propres, donc aussi à en user et jouir directement, la solution doit être approuvée, dans la mesure où, comme en l'espèce, le prix stricto sensu a été acquitté avec des deniers communs (v. aussi Civ. 1 re, 24 oct. 2000, D Somm. 2936, obs. Nicod, RTD civ , obs. Vareille, Dr. fam. 2000, n 145, obs. Beignier). 3 Restait à savoir ce qu'il convenait de décider au sujet des intérêts d'un emprunt qui sont normalement acquittés au moyen des revenus. Et c'est à ce propos qu'a été rendu l'arrêt commenté. Cassant partiellement la décision qui lui était déférée, la Cour de cassation a nettement précisé «que la communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres, doit supporter les dettes qui sont la charge de la jouissance de ces biens ; que, dès lors, leur paiement ne donne pas droit à récompense au profit de la communauté lorsqu'il a été fait avec des fonds communs ; qu'il s'ensuit que l'époux, qui aurait acquitté une telle dette avec des fonds propres, dispose d'une récompense contre la communauté». 4 Arrêt de principe, l'arrêt rapporté doit figurer parmi les Grands arrêts, non seulement en raison des règles générales qu'il formule, mais aussi en raison des conséquences devant être attachées à celles-ci. L'accueil que lui ont réservé les commentateurs atteste son importance (aux auteurs cités, adde G. Morin, «Qui, de la communauté ou des biens propres doit supporter les charges usufructuaires des biens propres?», Mélanges Colomer, 1993, p. 259 et s., Defrénois et s.). I. - La jouissance des biens propres par la communauté 5 La qualification des fruits et revenus des biens propres a suscité, à la suite de la réforme opérée par la loi du 13 juillet 1965, une controverse nourrie, à partir de l'article 1403 du Code civil, qui dispose notamment que «chaque époux conserve la pleine propriété de ses propres» (al. 1 er ) et que «la communauté n'a droit qu'aux fruits perçus et non consommés...» (al. 2). Tandis qu'une majorité d'auteurs se prononçaient dans le sens du caractère commun des fruits et revenus des biens propres, dès leur perception (Aubry et Rau, t. VIII, 7 e éd., par A. Ponsard, n 136 ; Marty et Raynaud, Les régimes matrimoniaux, par Raynaud, n 347 ; Patarin et Morin, Les régimes matrimoniaux, t. I, n os 110 et s. ; Maubru, Les revenus des biens propres des époux sous le régime de la communauté légale, Ann. Fac. Lyon, 1975, p. 463 et s.), d'autres estimaient que les fruits et revenus des biens propres restaient propres, tant qu'ils n'avaient pas été employés à la réalisation d'acquêts (H., L., J. Mazeaud, t. IV, 1 er vol. par M. de Juglart, n 130). Suivant une thèse intermédiaire, la communauté ne comprenait, à ce sujet, que les économies réalisées sur les fruits et revenus perçus, non les fruits et revenus eux-mêmes (A. Colomer, «La suppression du droit de jouissance de la communauté sur les biens propres des époux : ou le danger d'innover», D. 1966, chron. 23 ; Le Bayon, «Le sort des fruits dans les différents régimes matrimoniaux», JCP I. 2459). Encore convenait-il d'observer que, même si on reconnaissait aux fruits et revenus des biens propres un caractère

4 commun ab initio, cela n'excluait pas, compte tenu des termes mêmes de l'article 1403, alinéa 1 er, du Code civil, la pleine propriété de chaque époux - usus, fructus, abusus - sur ses biens propres ; simplement, s'agissant des fruits et revenus de ses propres, il en disposait librement parce qu'il avait à cette étape une libre disposition de biens devenus communs ab initio. 6 Le débat n'était pas dépourvu d'intérêts pratiques, par exemple quant au pouvoir de percevoir les revenus des propres et d'en disposer - ce qui est distinct de la pleine propriété - ou encore quant au droit de poursuite des créanciers. Enfin au moment de la dissolution, l'enjeu du débat était important quant au droit à récompense de la communauté pour l'emploi par un époux des revenus de ses biens propres, soit pour acquitter des dettes ou charges purement personnelles, soit pour acquérir, conserver ou améliorer des biens propres. Récompense était due si les revenus des propres ainsi employés étaient communs (en ce sens, Civ. 1 re, 6 juill. 1982, Bull. civ. I, n 249, p. 215, D IR. 424, Defrénois I. 1644, obs. G. Champenois ; Agen, 7 juill. 1986, JCP N II. 85, note Ph. Simler), non dans le cas contraire (rappr. Civ. 1 re, 15 juill. 1981, JCP II , note P. Rémy, Defrénois I. 1653, obs. G. Champenois). 7 Depuis la loi du 23 décembre 1985, certaines conséquences fâcheuses de la qualification de biens communs des revenus des biens propres ont disparu : ainsi n'est-il plus question que le mari puisse se faire remettre les revenus des propres de sa femme. En outre, les revenus des biens propres peuvent également être saisis par les créanciers de l'un ou de l'autre des époux, au titre des dettes nées pendant le mariage, l'article 1414 ne soustrayant du gage des créanciers de l'un que les seuls gains et salaires de l'autre. Tout en atténuant, sans les supprimer, les intérêts du débat, la réforme de 1985 inclinait bien en faveur de la qualification de biens communs ab initio des fruits et revenus des biens propres (Terré et Simler, Les régimes matrimoniaux, n 295). 8 L'on pouvait donc se prononcer à leur sujet en faveur d'une solution semblable à celle retenue à propos des gains et salaires, ceux-ci étant, en tant que tels, des biens communs (Civ. 1 re, 31 mars 1992, Bull. civ. I, n 95, p. 63, D IR. 162, RTD civ , obs. F. Lucet et B. Vareille ; v. aussi JCP N II. 376, note Ph. Simler). Dans l'arrêt commenté, rendu le même jour, la formulation est plus nuancée, puisqu'il est fait état de la jouissance des fruits et revenus des biens propres par la communauté. De la différence des formulations, on a déduit que «les gains et salaires sont des biens communs par nature ; les revenus des biens propres sont des biens communs par destination» (obs. F. Lucet et B. Vareille, RTD civ ), ce qui attesterait une attraction plus grande de la communauté sur les premiers que sur les seconds. 9 Ultérieurement, la haute juridiction a décidé de manière encore plus explicite que les revenus des biens propres «tombaient en communauté» (Civ. 1 re, 4 janv. 1995, Bull. civ. I, n 4, D Somm. p.328, obs. Grimaldi, JCP I. 3869, n 7, obs. Simler, RTD civ , obs. Vareille). Enfin, par un arrêt de principe du 20 février 2007, la première chambre civile a posé que «les fruits et revenus des biens propres ont le caractère de biens communs» (Civ.1 re, 20 févr. 2007, D , note M. Nicod, Dr. fam. 2007, n 88, note B. Beignier). On a pu voir dans cet arrêt «l'épilogue d'une des plus fameuses controverses doctrinales du droit des régimes matrimoniaux» (M. Nicod, D ). En dépit de l'affirmation très tranchée par laquelle elle s'ouvre, cette décision n'est cependant pas sans susciter certaines interrogations. On pourra y voir l'affirmation que les revenus des biens propres appartiennent à la communauté, sans qu'il y ait à considérer leur perception ou leur économie, l'arrêt ne faisant aucune référence à ces conditions introduites par la loi de 1965 et maintenues par la loi de 1985 (M. Nicod, D ). En conséquence,

5 même la créance de fruits et de revenus de biens propres serait commune. A l'opposé, on pourrait être tenté de faire valoir que la proposition générale précitée est suivie du constat qu'il y avait eu, en la circonstance, «emploi des revenus d'un bien propre à son amélioration», ce qui est de nature à en réduire la portée. Quoi qu'il en soit, même si une certaine incertitude subsiste sur la portée exacte de la motivation, il semble qu'on puisse affirmer sans risque d'erreur que les fruits et revenus des biens propres ont un caractère commun, au moins dès leur perception. II. - L'affectation à la communauté des fruits et revenus des biens propres 10 En toute hypothèse, il ne convient pas de considérer qu'il y a, de la sorte, une résurrection de l'usufruit de la communauté sur les propres des époux. Qui dit usufruit, dit usage et jouissance. Or ce n'est en l'occurrence que de jouissance qu'il s'agit, et cela dans la perspective d'un droit à récompense. Au surplus, la formulation retenue par la Cour de cassation est précise : il est fait état de «la communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres». En d'autres termes, c'est l'idée d'affectation, inhérente à la structure du régime ou à la finalité d'une masse de biens, plus que de destination proprement dite, inhérente à une activité considérée, qui établit le lien à partir duquel un ensemble d'avantages et d'inconvénients va résulter dans les rapports entre la communauté et les patrimoines propres des époux (comp. S. Guinchard, L'affectation des biens en droit privé français, thèse Lyon, éd. 1976). Il n'en demeure pas moins que les fruits et revenus des biens propres sont des biens communs ab initio. L'ensemble se révèle alors cohérent si l'on met en rapport l'article 1403 et l'article 1428 du Code civil, aux termes duquel «chaque époux a l'administration et la jouissance de ses propres et peut en disposer librement» ; quant aux fruits et revenus de ses biens propres, il en conserve l'administration, mais ceux-ci sont des biens communs affectés à la communauté, ce qui se manifeste normalement au temps de la liquidation. C'est dire qu'il faut distinguer la jouissance de ses propres par chaque époux et l'affectation, inhérente au régime légal, de ces fruits et revenus à la jouissance de la communauté. 11 Cette jouissance n'est pas sans contrepartie. La Cour de cassation le précise : «la communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres, doit supporter les dettes qui sont la charge de la jouissance de ces biens». D'une facture des plus logiques, cette formule catégorique dépasse nettement ce qui avait été antérieurement dégagé en droit positif, qu'il s'agisse de la production effective de fruits et revenus par les biens propres ou encore des dépenses d'entretien plus ou moins importantes qu'ils peuvent nécessiter. Peu importe que ces biens ne soient pas frugifères ou tout au moins ne le soient guère. Il peut d'ailleurs suffire qu'ils permettent de réaliser une économie. Désormais, il est clair que, dans le régime légal, la communauté assume, en toute hypothèse, l'entretien des propres et la charge de leur jouissance. Elle «endossera alors le risque d'improductivité, comme elle bénéficie des charges de rendement» (F. Lucet et B. Vareille, obs. préc. RTD civ ). Ubi emolumentum, ibi onus (v. cep. sur l'incompatibilité de la solution retenue par la Cour de cassation avec l'art. 10, al. 2, de la loi du 13 juill. 1965, aux termes duquel, à compter de l'entrée en vigueur de la présente loi, «les époux reprendront la jouissance de leurs propres et supporteront les charges usufructuaires correspondantes», G. Champenois, obs. Defrénois I. 1131). III. - Conséquences 12 Pour casser l'arrêt qui lui était déféré, la Cour de cassation a, de ses affirmations de principe, tiré les conclusions : «pour déterminer la somme due par un époux, en cas de règlement des annuités afférentes à un emprunt souscrit pour l'acquisition d'un bien qui lui est propre, il y a lieu d'avoir égard à la fraction ainsi remboursée du capital, à l'exclusion des intérêts qui sont une charge de la jouissance

6 ». L'application des règles générales retenues par elle n'en suscite pas moins diverses interrogations. 13 Tout d'abord, les intérêts d'un emprunt constituent-ils, à proprement parler, une charge de la jouissance? A vrai dire, il est sans doute vain de se demander, à ce propos, si l'intérêt dû est plutôt un loyer de l'argent ou plutôt le prix de la jouissance d'un bien, jouissance obtenue par l'un et laissée par l'autre, ce qui ouvrirait la porte à des discussions longues et vaines (F. Lucet et B. Vareille, obs. préc. RTD civ ). Et sans doute peut-on en dire autant de discussions d'ordre économique et temporel sur les composantes du taux d'intérêt. 14 Plus troublant est le mécanisme de calcul du montant de la récompense due, quel qu'ait été l'usage, commun ou propre, du bien acquis au nom d'un des époux, grâce à un financement auquel aura contribué la communauté. Il n'est pas rare, tout d'abord, que le bien ait été acquis à l'aide d'un financement mixte reposant non seulement sur un emprunt mais aussi sur un apport personnel propre : il faut alors procéder à un calcul tenant compte de cette mixité. Mais surtout de très sérieuses difficultés d'application existent lorsque la liquidation de la communauté doit être opérée non pas après le remboursement intégral de l'emprunt, mais, comme en l'espèce, à une époque où le remboursement est en cours (v. A. Tisserand, note préc. ; F. Lucet et B. Vareille, obs. préc. RTD civ s.). La difficulté majeure tient aux modes variables d'amortissement des emprunts et au fait que souvent les annuités initiales correspondent dans une forte proportion, ensuite décroissante, à un remboursement d'intérêts, la portion de capital remboursée allant en augmentant à mesure que le temps passe. On comprend aussitôt que le calcul de la récompense due à la communauté, si elle est déterminée en fonction des revenus, effectifs ou potentiels, du bien acquis, est de nature à entraîner des conséquences fort injustes au détriment de la communauté, ce qui est propre à stimuler l'imagination des juristes pour l'aménagement de clauses équitables dans les contrats de mariage. - V. G. Dessous, La question de l'emprunt dans les régimes matrimoniaux, thèse ronéot. Paris II, 1982 ; F. Pasqualini, «L'emprunt et le régime matrimonial», Defrénois et s. - Fin du document -

CAS CAS VALIN-PRATON

CAS CAS VALIN-PRATON CAS 1 CAS VALIN-PRATON COMMUNAUTÉ LÉGALE LIQUIDATION-PARTAGE ACTIF COMMUN, ACTIF PROPRE PASSIF COMMUN, PASSIF PROPRE RÉCOMPENSES, ÉVALUATION ÉTAT LIQUIDATIF, PARTAGE, FISCALITÉ Hervé VALIN, 50 ans, et

Plus en détail

La communauté qui a financé la souscription d'une assurance-vie doit-elle être récompensée lors du divorce?

La communauté qui a financé la souscription d'une assurance-vie doit-elle être récompensée lors du divorce? Recueil Dalloz 1998 p. 26 La communauté qui a financé la souscription d'une assurance-vie doit-elle être récompensée lors du divorce? François Sauvage La jurisprudence Praslicka (1) n'a pas résolu toutes

Plus en détail

Article 221 du code civil : le mandat domestique est sans application à l'égard du banquier

Article 221 du code civil : le mandat domestique est sans application à l'égard du banquier Recueil Dalloz 2004 p. 1479 Article 221 du code civil : le mandat domestique est sans application à l'égard du banquier Maxence Laugier, Docteur en droit Le mariage peut faire de l'argent du ménage un

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

SEANCE N 6 : LES EFFETS DU DIVORCE

SEANCE N 6 : LES EFFETS DU DIVORCE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND Universität des Saarlandes Postfach 15 11 50 66041 Saarbrücken TRAVAUX DIRIGES DE DROIT CIVIVL : LA FAMILLE Cours de Mme CHATEAU, TD De M. SCHIFFLER Année universitaire

Plus en détail

Le champ d application de l article 1415 du code civil

Le champ d application de l article 1415 du code civil Fiche à jour au 28 janvier 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine d Hoir-Lauprêtre SEANCE N 3 - REGIIMES MATRIIMONIIAUX ET CAUTIIONNEMENT

Plus en détail

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR 10, rue des 3 frères Bernadac 64000 PAU TEL : 05.59.98.51.30 FAX : 05.59.83.81.26 LA SEPARATION DE CORPS La séparation de corps ne doit pas être confondue avec le divorce

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

Christelle Coutant-Lapalus, Maître de conférences en droit privé, Université de Bourgogne, membre du CREDESPO

Christelle Coutant-Lapalus, Maître de conférences en droit privé, Université de Bourgogne, membre du CREDESPO AJ Famille 2008 p. 364 Le sort du logement de la famille en cas de séparation du couple (1) Christelle Coutant-Lapalus, Maître de conférences en droit privé, Université de Bourgogne, membre du CREDESPO

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint)

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Commentaire Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012 Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 novembre

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 29 janvier 2014, 12-19.872, Publié au bulletin Legifrance

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 29 janvier 2014, 12-19.872, Publié au bulletin Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 29 janvier 2014 N de pourvoi: 12-19872 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 12 novembre 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Matière : Droit de la

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société 6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société Aspects fiscaux et de droit des sociétés Un dirigeant d'entreprise peut devoir des intérêts il, sa société en raison d'une dette encourue, ou

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 A propos du bénéficiaire à titre gratuit d'un contrat d'assurance-décès (v. Cass. 2 ème civ., 1 er juin 2011, n 10-30430)

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

N 2015 Paris le 6 novembre 2006

N 2015 Paris le 6 novembre 2006 N 2015 Paris le 6 novembre 2006 Département Législatif & Réglementaire/VT I DROIT CIVIL 10 Droit coopératif agricole 1022 Contentieux 10220 Coopératives contre sociétaires OBJET : Compte courant d activité

Plus en détail

Jurisprudence. République française. Au nom du peuple français LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Jurisprudence. République française. Au nom du peuple français LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Jurisprudence Cour de cassation Chambre sociale 17 février 2010 n 08-45.298 Sommaire : Le contrat de travail comporte pour l'employeur l'obligation de fournir du travail au salarié. Viole les articles

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

Recueil Dalloz 2009 p. 1179. Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit

Recueil Dalloz 2009 p. 1179. Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit Recueil Dalloz 2009 p. 1179 Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit Jérôme Lasserre Capdeville, Maître de conférences, Université de Strasbourg 1 - Le banquier dispensateur de crédit

Plus en détail

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Revue de droit immobilier 2009 p. 458 La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Patricia de Lescure, Docteur en droit

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 12 avril 2012 N de pourvoi: 11-14653 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Copper-Royer, SCP Fabiani et Luc-Thaler, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-22929 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me Foussard, SCP Boré et Salve

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 COUR DE CASSATION CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE ARRETS DU 31 JANVIER 2006 (n 150 FS-P+B ; Bull. Civ.

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire)

Commentaire. Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire) Commentaire Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 mai 2011 par la première

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (14 ième chambre ) 3 janvier 2005

- JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (14 ième chambre ) 3 janvier 2005 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (14 ième chambre ) 3 janvier 2005 I. Droit pénal Infraction se rattachant à l exécution d un contrat de

Plus en détail

La notion d accident de trajet

La notion d accident de trajet La notion d accident de trajet Article juridique publié le 06/02/2015, vu 1161 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La notion d accident de trajet est distincte de celle d accident du travail et bénéficie d

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. Numéro du rôle : 4469 Arrêt n 61/2009 du 25 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. La Cour

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120 Tableau 41.70 - COMPOSITION DES FONDS PROPRES SUR BASE SOCIALE (Art. 14 et 15 du règlement) 1. Fonds propres sensu stricto (art. 14, 1er, 1 ) Valeur comptable Code 05 11. Capital libéré et primes d'émission

Plus en détail

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt

IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt afférent à l'habitation principale Prêts ouvrant droit au crédit d'impôt Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-350-10-30-20140113 DGFIP IR Crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

Emprunt bancaire immobilier

Emprunt bancaire immobilier - 1 - Emprunt bancaire immobilier Résumé : Quels sont les éléments nécessaires pour contracter un emprunt immobilier auprès d'un organisme bancaire? Ce Chapitre insiste particulièrement sur les modes de

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés (OPC 1) ) du 17 janvier 1923 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral suisse, en application

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier?

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? par Maître Philippe Imbert Avocat à la Cour www.atelier-taxeslocales.fr Résumé : le bail d habitation (loi du 6 juillet

Plus en détail

Cour de cassation 1re chambre civile Cassation partielle 4 juin 2014 N 13-12.770

Cour de cassation 1re chambre civile Cassation partielle 4 juin 2014 N 13-12.770 Jurisprudence Cour de cassation 1re chambre civile 4 juin 2014 n 13-12.770 Sommaire : L'opération consistant en la souscription successive de plusieurs contrats d'assurance de retraite complémentaire facultative,

Plus en détail

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B CIV.3 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président Pourvoi n o M 10-21.900 Arrêt n o FS-P+B R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE LE CONTRAT DE VIE COMMUNE CLAUSES À PRENDRE EN CONSIDÉRATION INTRODUCTION Cette liste a pour objectif de servir d aide-mémoire dans la rédaction d un contrat de vie commune. Elle doit être lue avec la

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

Les sûretés. personnelles PARTIE 1

Les sûretés. personnelles PARTIE 1 PARTIE 1 Les sûretés personnelles Les diverses sûretés personnelles ont en commun de reposer sur une idée identique : le créancier qui dispose de plusieurs débiteurs a davantage de chances d obtenir paiement

Plus en détail

Chapeau 131 III 652. Regeste

Chapeau 131 III 652. Regeste Chapeau 131 III 652 85. Extrait de l'arrêt de la Chambre des poursuites et des faillites dans la cause Confédération Suisse contre X. (recours LP) 7B.20/2005 du 14 septembre 2005 Regeste Blocage d'avoirs

Plus en détail

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV)

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) D 3 14 du 22 septembre 2000 (Entrée en vigueur : 1 er janvier 2001) Le GRAND CONSEIL de la République et canton

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

Version 6.1.0.0. Dernières évolutions. 42, rue de Villiers 92532 Levallois cedex Tél. : 01 40 89 25 00. U1.U UFamille Parent isoléu...

Version 6.1.0.0. Dernières évolutions. 42, rue de Villiers 92532 Levallois cedex Tél. : 01 40 89 25 00. U1.U UFamille Parent isoléu... 42, rue de Villiers 92532 Levallois cedex Tél. : 01 40 89 25 00 Version 6.1.0.0 Dernières évolutions U1.U UFamille Parent isoléu... 2 U2.U URésidence principaleu... 3 U2.1.U ULocataireU...3 U2.2.U UPropriétaireU...

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

1) La désignation dans les conditions de droit commun. a) Evolution de la question jusqu à la loi du 12 mai 2009

1) La désignation dans les conditions de droit commun. a) Evolution de la question jusqu à la loi du 12 mai 2009 DROIT CIVIL 66/2013 LES RÈGLES DE LA COMMISE DU NOTAIRE DANS LE PARTAGE JUDICIAIRE - SUITE ET FIN - Nous reprenons dans les développements qui suivent l étude commencée lors du précédent numéro des Cahiers

Plus en détail

Le droit patrimonial de la famille : réformes accomplies et à venir

Le droit patrimonial de la famille : réformes accomplies et à venir Le droit patrimonial de la famille : réformes accomplies et à venir Actes du colloque organisé le 15 octobre 2004 à l Université Robert Schuman de Strasbourg par l Association Henri Capitant des Amis de

Plus en détail

PRETS HYPOTHECAIRES DIRECTIVES GENERALES

PRETS HYPOTHECAIRES DIRECTIVES GENERALES PRETS HYPOTHECAIRES DIRECTIVES GENERALES Version août 2013 TABLE DES MATIERES 1. PRINCIPES GENERAUX 1.1 Cadre financier 3 1.2 Principes de prêt 3 1.3 Utilisation du prêt 3 1.4 Lieu de situation du gage

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES L acompte sur dividende face au dividende intercalaire Avis du 14 janvier 2009 La Commission a été interrogée sur le mode de calcul, la périodicité et la comptabilisation

Plus en détail

Cass. 3e civ., 23 mars 2005

Cass. 3e civ., 23 mars 2005 Recueil Dalloz 2005 p. 2114 Droit patrimonial de la famille : panorama 2005 Vincent Brémond, Maître de conférences à l'université de Paris X-Nanterre Marc Nicod, Professeur à l'université de Toulouse I

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-3-04 N 124 du 4 AOÛT 2004 MUTATIONS A TITRE GRATUIT. SUCCESSIONS. EVALUATION DES BIENS. PRINCIPE. OBLIGATIONS DES REDEVABLES. DELAIS POUR

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître PREFECTURE DE L OISE Direction des Relations avec les Collectivités Locales Bureau de l'urbanisme, des affaires foncières et scolaires Affaire suivie par : M. ABDELLATIF Mme LENGLIN Tel : 03 44 06 12 76/

Plus en détail

Les déplacements du salarié

Les déplacements du salarié Les déplacements du salarié Aller d un lieu à un autre. Action bien anodine de la vie professionnelle source pourtant de situations génératrices de nombreux problèmes. Sait- on que près de 19 500 accidents

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/paysb... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/paysb... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 7 09/06/2010 12:25 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York PAYS BAS Les Pays-Bas sont parties : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Partage prix solde vente maison indivision

Partage prix solde vente maison indivision Partage prix solde vente maison indivision Question sur partage vente d'une maison acquise en indivision avec mon ex. Début PACS en 2003, fin en août 2008. Nous avons acheté une maison en 2006 à 137000?

Plus en détail

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective.

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 32 SEPT - OCT 2013 Cass. Com. 18 juin 2013, n 12-19.709 Assurance de responsabilité civile Faute inexcusable de l employeur Procédure

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

RESPONSABILITE DES ASSOCIES DECIDANT UNE REVOCATION CONTRAIRE A L'INTERET SOCIAL ET DANS L INTENTION DE NUIRE AU GERANT REVOQUE

RESPONSABILITE DES ASSOCIES DECIDANT UNE REVOCATION CONTRAIRE A L'INTERET SOCIAL ET DANS L INTENTION DE NUIRE AU GERANT REVOQUE RESPONSABILITE DES ASSOCIES DECIDANT UNE REVOCATION CONTRAIRE A L'INTERET SOCIAL ET DANS L INTENTION DE NUIRE AU GERANT REVOQUE Commentaire de l arrêt rendu par la Cour de cassation, chambre commerciale,

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 PRINCIPAUX FRAIS PROFESSIONNELS DES SALARIÉS [DB 5F2542]

SOUS-SECTION 2 PRINCIPAUX FRAIS PROFESSIONNELS DES SALARIÉS [DB 5F2542] SOUS-SECTION 2 PRINCIPAUX FRAIS PROFESSIONNELS DES SALARIÉS Références du document 5F2542 Date du document 10/02/99 Annotations 2 Dépenses non déductibles. Lié au BOI 5F-12-02 49Les frais occasionnés par

Plus en détail

La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation

La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation NEWSLETTER 15 276 du 14 AVRIL 2015 Analyse par STEPHANE PILLEYRE Dans un arrêt du 19 mars dernier 1, la

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

Directive sur la revendication 06_01

Directive sur la revendication 06_01 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Office des prsuites Direction de l'exécution Directive sur la revendication 06_01 Modifications, contrôles, approbation Version Date Description,

Plus en détail

L'essentiel Le présent panorama couvre une année d'actualité du droit patrimonial de la famille, d'avril 2005 à avril 2006.

L'essentiel Le présent panorama couvre une année d'actualité du droit patrimonial de la famille, d'avril 2005 à avril 2006. Recueil Dalloz 2006 p. 2066 Droit patrimonial de la famille Vincent Brémond, Maître de conférences à l'université de Paris X-Nanterre Marc Nicod, Professeur à l'université de Toulouse I Janine Revel, Professeur

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-121

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-121 PARIS, le 24/07/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2003-121 OBJET : Contrat de travail - lien de parenté - entraide familiale (présomption simple

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

Cas pratique : Le droit du divorce à l épreuve de la liquidation matrimoniale et de la rédaction d acte

Cas pratique : Le droit du divorce à l épreuve de la liquidation matrimoniale et de la rédaction d acte Cas pratique : Le droit du divorce à l épreuve de la liquidation matrimoniale et de la rédaction d acte Proposé par Sylvie FERRE-ANDRE, Professeur des universités, Directeur du MASTER de droit notarial

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales 1 Règles d'indexation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales Avis relatif à l'indexation automatique

Plus en détail

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce)

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Code civil suisse (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Modification du 19 juin 2015 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

La preuve de la remise des fonds dans les contrats de prêt d'argent réels et consensuels

La preuve de la remise des fonds dans les contrats de prêt d'argent réels et consensuels Recueil Dalloz 2010 p. 620 La preuve de la remise des fonds dans les contrats de prêt d'argent réels et consensuels Jérôme François, Professeur à l'université Paris Descartes 1 - Les deux arrêts rendus

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition Septembre 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz Directives pour les hypothèques fixes 2 TABLE DES MATIERES Art. 1 Champ

Plus en détail