Conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer du rectum

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer du rectum"

Transcription

1 Conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer du rectum Y. Panis Le syndrome de la «résection antérieure» observé après chirurgie d exérèse du rectum se traduit, sur le plan symptomatique, par des évacuations fréquentes et incomplètes, des troubles de la continence de type passif et/ou d impériosités. Les éléments qui en conditionnent la survenue sont la longueur du rectum restant (moins de 5 cm), la réalisation d une dissection intersphinctérienne peropératoire ou d une radiothérapie préopératoire, la confection d un réservoir colique sus-anastomotique, l âge (plus de 70 ans), l état sphinctérien préthérapeutique (séquelles obstétricales), les complications suppuratives postopératoires. En cas de mauvais résultat fonctionnel après anastomose basse, il faut : savoir patienter (les résultats s améliorent avec la durée du suivi), rechercher une sténose anastomotique ou une récidive tumorale locorégionale, traiter médicalement les troubles du transit, et discuter une stomie définitive chez les malades les plus invalidés. INTRODUCTION La chirurgie du cancer du rectum a bénéficié dans ces vingt dernières années de deux progrès majeurs : le développement des techniques d anastomoses basses (anastomoses colo-anales et colorectales basses) qui permettent aujourd hui de conserver la fonction sphinctérienne chez plus de 80 % des patients avec cancer du rectum (1) ; la meilleure connaissance du mode de dissémination du cancer rectal, principalement dans le mésorectum, à distance de la tumeur. Elle a permis de définir le principe de l exérèse totale du mésorectum pour toute tumeur sous-péritonéale (c est-à-dire du moyen et du bas rectum), technique qui a réduit aujourd hui le taux de récidive locale à cinq ans à moins de 10 % (2). Pour le patient, si la conservation sphinctérienne est très largement préférée à la réalisation d une amputation abdomino-périnéale avec colostomie définitive, le résultat fonctionnel observé est parfois mauvais au point qu il altère alors de manière très importante la qualité de vie des patients (3). Il est donc important de connaître précisément les conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer afin de pouvoir, quand c est possible, proposer des moyens corrigeant les troubles observés. CONSÉQUENCES FONCTIONNELLES DES PROCTECTOMIES POUR CANCER Syndrome de résection antérieure du rectum La réalisation d une proctectomie entraîne ce qui est dénommé «le syndrome de résection antérieure». Celui-ci est essentiellement observé dans les anastomoses basses situées à moins de 5 cm de l anus (4). Il correspond, sur le plan pathogénique, à trois composantes : une diminution de la pression anale de repos (en fait variable suivant les études), due au traumatisme du sphincter interne secondaire soit à l introduction par l anus de la pince mécanique utilisée pour l anastomose soit du fait d une résection intersphinctérienne avec résection subtotale ou totale du sphincter interne, soit enfin par une lésion des branches nerveuses lors de la proctectomie (5) ; une disparition du réflexe recto-anal inhibiteur (en fait là aussi parfois présent dans certaines études, et en tous cas non corrélée au résultat fonctionnel) témoignant d un trouble de la sensibilité rectale ;

2 322 Pelvi-périnéologie surtout une réduction de la compliance et de la capacité rectale due à la proctectomie, et qui se manifeste par une diminution constante du volume maximum tolérable et de la compliance. La création d un réservoir colique en «J» a pour objectif de corriger cette perte de la capacité rectale. Conséquences cliniques Les symptômes les plus fréquemment observés sont (6) : une augmentation du nombre des selles par 24 heures ; surtout un fractionnement des selles, c est-à dire l émission de plusieurs selles répétées en quelques heures, imposant parfois au patient d aller à la selle 4 à 5 fois en une à deux heures de temps. C est le symptôme le plus gênant. plus rarement, des troubles de la continence avec fuites de gaz ou souillures minimes, mais parfois aussi une incontinence aux selles très invalidante ; une impériosité, c est-à-dire l impossibilité de se retenir plus de quinze minutes quand survient la sensation de besoin. L appréciation du résultat fonctionnel : l évaluation du résultat fonctionnel d une anastomose colo-anale ou colorectale basse est essentiellement clinique. En effet, il existe une mauvaise corrélation entre les données manométriques et le résultat clinique (7, 8). Les critères cliniques les plus fiables, utilisés dans la plupart des études, sont : le nombre de selles diurnes et nocturnes ; l existence de fuites fécales diurnes et nocturnes ; la nécessité ou non de porter une garniture de protection ; l existence ou non d une impériosité ; la qualité de la discrimination entre les gaz et les selles ; l utilisation ou non de ralentisseurs du transit. Résultats fonctionnels après proctectomie et anastomose basse Un an après anastomose colo-anale manuelle ou colorectale basse mécanique, une continence parfaite est observée dans 65 à 95 % des cas (1, 9, 10). En moyenne, le nombre de selles par 24 heures varie de 2 à 3, et une bonne discrimination entre les gaz et les selles est observée chez 90 à 100 % des patients (1, 9, 10, 11, 12). Enfin le taux d impériosité après anastomose colo-anale varie de 4 à 12 % selon les séries (1, 11, 12). Globalement, on peut considérer que chez 20 à 30 % des patients vont persister à long terme des symptômes plus ou moins gênants. Ainsi, dans notre étude, chez les patients suivis plus de trois ans, après anastomose colorectale basse ou coloanale avec réservoir en J, une continence parfaite était observée chez plus de 90 % des patients, le nombre de selles moyen était de 2,2 ± 1,3 par 24 heures, et 16 à 36 % des patients avaient une selle nocturne (1). Comme cela a été clairement montré (voir ci-dessous) par plusieurs études randomisées (3, 5), la réalisation d un réservoir colique, à condition qu il soit de petite taille (13), permet d améliorer les résultats fonctionnels à long terme des anastomoses coloanales et colorectales très basses (3, 14). Les résultats fonctionnelles semblent équivalents entre anastomose colo-anale manuelle et anastomose colorectale basse mécanique, que ce soit pour la continence, le nombre de selles par 24 heures, l impériosité ou la discrimination entre les selles et les gaz (1, 15, 16). En fait, peu d études ont spécifiquement comparé les résultats fonctionnels des anastomoses coloanales et colorectales (1, 17). Dans notre série (1), avec un recul de plus de trois ans, les résultats fonctionnels de l anastomose colo-anale avec réservoir et colorectale basse mécanique étaient strictement comparables. La décision entre ces deux anastomoses doit donc se faire uniquement en peropératoire en fonction de la localisation tumorale. Facteurs influençant les résultats fonctionnels des proctectomies Le délai par rapport à l intervention : il est important d avoir en tête (afin de rassurer le patient) que ce résultat fonctionnel va prendre du temps à se mettre en place. En effet, on observe de manière constante une amélioration progressive de la fonction pendant au moins la première année postopératoire (1, 6). Ainsi, dans la période postopératoire immédiate il n est pas rare, même en l absence de complications, d avoir un mauvais résultat fonctionnel, avec selles nombreuses, incontinence et impériosité.

3 Conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer de rectum 323 La longueur de rectum restant : la fonction est quasi-normale chez 92 à 100 % des patients s il reste plus de 5 cm de rectum au dessus de l anastomose (7, 8, 15, 16). En revanche, s il reste moins de 5 cm de rectum, le résultat fonctionnel est dépendant de la longueur de rectum restant. Le problème de l évaluation des résultats fonctionnels se posent donc essentiellement en cas d anastomose colo-anale ou colorectale basse. Enfin, en cas de dissection intersphinctérienne, avec anastomose très basse, sous la ligne pectinée, une continence parfaite n est observée que chez 57 % des patients contre 75 % en cas d anastomose située un peu plus haut (18). C est la raison pour laquelle, en cas de dissection intersphinctérienne, l adjonction d un réservoir en J est encore plus indispensable qu après anastomose «classique» colo-anale ou colorectale basse. En effet, après dissection intersphinctérienne, une continence parfaite n était observée que dans 16 % des cas en l absence de réservoir contre 74 % avec un réservoir (18). L équipe de Toulouse a bien montré que la possibilité d obtention d une continence parfaite était strictement corrélée à la hauteur de l anastomose par rapport à la marge anale (fig. 1) (19). Fig. 1 Pourcentage de continence normale au cours du temps après anastomose colo-anale en fonction de la hauteur anastomotique par rapport à la marge anale (d après réf. (19)). L âge et le sexe du patient : il a été montré qu il existait une corrélation entre l âge et l activité du sphincter anal interne (20) si bien que les résultats fonctionnels des anastomoses coloanales et colorectales basses sont moins bons chez les patients âgés de plus de soixante-dix ans (21, 22). C est la raison pour laquelle il est préférable de ne pas faire d anastomoses basses chez des sujets très âgés ou avec des troubles de la continence en préopératoire. La meilleure évaluation préopératoire est faite par un toucher rectal. En cas de doute une manométrie peut être proposée. Cependant comme d autres auteurs (10) ont montré qu un bon résultat peut être obtenu chez des patients âgés ayant une bonne fonction sphinctérienne préopératoire, l indication d une proctectomie avec conservation sphinctérienne doit être discutée au cas par cas et il est fréquent aujourd hui de proposer cette intervention à des gens de plus de soixante-dix ans. Plus que le sexe féminin, il semble que ce soit essentiellement les traumatismes obstétricaux du sphincter anal qui altèrent le résultat fonctionnel postopératoire (16, 20). C est pourquoi chez une patiente aux multiples antécédents obstétricaux, il est recommandé de bien évaluer la fonction sphinctérienne en préopératoire (16, 20). La radiothérapie préopératoire : il a été montré que la radiothérapie préopératoire, par la sclérose pelvienne qu elle entraîne, pouvait détériorer les résultats fonctionnels des anastomoses coloanales et colorectales basses (22). Dans l étude randomisée suédoise sur la radiothérapie préopératoire (23), le nombre moyen de selles/semaine passait de 10 avec chirurgie seule à 20 avec radiothérapie préopératoire (p < 0,001) et l existence d une incontinence aux selles était respectivement de 14 % et 3 % (p < 0,05). Au total dans cette étude, la qualité de vie des patients était considérée comme altérée chez 30 % de ceux ayant eu une radiothérapie préopératoire contre seulement 10 % après chirurgie seule (p < 0,01). Il ne faut, néanmoins, pas perdre de vue que l efficacité de la radiothérapie préopératoire est aujourd hui clairement démontrée : elle permet en effet de réduire le taux de récidive locale à deux ans de 8,2 % avec exérèse totale du mésorectum seule contre 2,4 % avec radiothérapie préopératoire (p < 0,001) (24). Cette radiothérapie est donc indiquée en cas de tumeur du bas ou du moyen rectum, classée T3 ou T4 et/ou N+. Les complications postopératoires : en cas d anastomose basse, une fistule anastomotique et/ou un abcès pelvien sont observés chez environ 10 % des patients. Ce sepsis pelvien risque d entraîner une sclérose, non seulement du réservoir (diminuant sa capacité), mais aussi et surtout une sténose de l anastomose qui peut considérable-

4 324 Pelvi-périnéologie ment altérer le résultat fonctionnel (avec augmentation du nombre de selles, incontinence) (25). Une étude comparative récente entre les patients ayant eu des suites simples et ceux ayant souffert d une fistule anastomotique d une anastomose colorectale basse ou colo-anale montre que ces derniers ont une réduction de la capacité du néoréservoir (120 vs 180 ml ; p = 0,04), plus de troubles de l évacuation (p = 0,02), et bien que non significatif, une tendance à l incontinence (p = 0,06), et à l impériosité (p = 0,09) (26). Le réservoir colique en J : il a été clairement démontré par plusieurs essais contrôlés (5, 27) que l adjonction d un petit réservoir colique en J (de 5 à 6 cm) au dessus de l anastomose basse améliorait le résultat fonctionnel, notamment en diminuant la fréquence quotidienne des selles, et en améliorant, pour certains, la continence aux gaz et aux selles (27) et l impériosité. C est la raison pour laquelle ce réservoir est actuellement recommandé en cas d anastomose basse coloanale ou colorectale très basse (3). Fig. 2 Anastomose coloanale avec réservoir colique en J (d après réf. (5)). Fig. 3 Anastomose coloanale avec coloplastie selon Fazio (d après réf. (5)). Si le bénéfice du réservoir en J est particulièrement évident sur le plan fonctionnel dans les deux premières années postopératoires, des études récentes semblent démontrer que ce bénéfice se maintient avec le temps, comme le suggère l étude de la Cleveland Clinic portant sur 119 patients avec anastomose colo-anale suivis plus de cinq ans (29). Dans cette étude, le score médian de continence était de 1, avec réservoir en J, contre 2 en cas d anastomose directe (p < 0,01), et si le nombre médian de selles par jour était identique (égale à 3), il était la nuit de 0 avec réservoir et de 1 sans réservoir (p = 0,02). Enfin, de manière significative, les patients avec réservoir en J se plaignaient moins d évacuation incomplète (p = 0,03), d impériosité (p = 0,02), et de la nécessité de porter des garnitures (p = 0,03). Récemment, il a été proposé un réservoir type Fazio (ou «coloplastie»), plus simple de réalisation, et qui donnerait un résultat fonctionnel proche de celui du J, et en tout cas meilleur que l anastomose directe. Néanmoins, la seule étude randomisée publiée à ce jour ayant comparé le J et la colopathie a montré que si le résultat fonctionnel était à un an équivalent, le taux de fistule anastomotique postopératoire était significativement plus élevé en cas de coloplastie (16 % vs 0 % ; p = 0,01) (28). Pour cette raison, le J reste aujourd hui la méthode de référence, et la plupart des auteurs préfèrent réaliser une coloplastie seulement en cas d impossibilité de réalisation d un J (pelvis étroit chez l homme, mésos épais chez l obèse, côlon trop court). QUALITÉ DE VIE APRÈS PROCTECTOMIE POUR CANCER Très peu d études ont évalué spécifiquement avec des scores validés la qualité de vie des patients ayant eu une proctectomie pour cancer, comme le suggère une analyse exhaustive de la littérature sur la qualité de vie après exérèse rectale qui ne retrouvait que trois études avec questionnaire validé sur 54 publiées de 1970 à 1997 (30). Une étude prospective avec un an de suivi (31) a comparé 50 anastomoses colorectales et 23 amputations abdomino-périnéales. La plupart des différents sous-scores composant le score de qualité de

5 Conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer de rectum 325 vie utilisé (celui de l EORTC pour les cancers du rectum), ont été moins bons (bien que non significatifs) après anastomose colorectale qu après amputation. Une différence significative en défaveur de l anastomose colorectale était surtout nette en cas d anastomose très basse, principalement du fait des troubles digestifs et des troubles du sommeil occasionnés chez ces patients. Cette étude mérite bien sûr d être confirmée, mais elle a le mérite de poser la question du vécu réel de certaines anastomoses basses qui, si le résultat fonctionnel est très mauvais, apporte sûrement malgré la conservation sphinctérienne une moins bonne qualité de vie (du fait de l incontinence) qu une colostomie définitive. C est particulièrement le cas chez le sujet très âgé (de plus de 80 ans) où l anastomose colo-anale n est pas contre-indiquée, mais doit être faite seulement en cas de tonus sphinctérien parfait. Une autre étude récente (32) a montré que cette qualité de vie après anastomose basse s améliorait avec le temps, et qu il ne fallait donc pas juger le résultat immédiatement après l intervention. Enfin, une étude randomisée (33) a comparé la qualité de vie des patients après anastomose directe (20 patients) et avec réservoir en J (19 patients). Après un suivi trimestriel jusqu à un an après l intervention, les score de qualité de vie (EORTC et GIQLI) étaient significativement meilleurs chez les patients avec réservoir colique en J, et ce tout particulièrement dans les premiers mois postopératoires dans les domaines les plus dépendants de l intervention (prise médicamenteuse, gêne à la défécation, hygiène, etc.). On observe aussi dans cette étude une amélioration progressive du score de Gastrointestinal Quality of Life Index (GIQLI) avec la durée du suivi. Cette étude souligne donc le bénéfice fonctionnel important lié à la confection d un réservoir colique à la fois en terme d amélioration symptomatique et de qualité de vie. QUE FAIRE EN CAS DE MAUVAIS RÉSULTAT FONCTIONNEL APRÈS ANASTOMOSE BASSE? Altération précoce du résultat fonctionnel Les traitements médicaux : dans les six à douze premiers mois postopératoires, le résultat fonctionnel doit progressivement s améliorer. Des «petits moyens» permettent souvent d aider le patient, notamment dans les premiers mois postopératoires (6). On peut ainsi proposer un ralentisseur du transit (type lopéramide), des mucilages (type ispaghule). Enfin, en cas de fractionnement excessif des selles avec difficulté de vidange du réservoir, un lavement quotidien peut améliorer les choses. Le diaphragme et la sténose anastomotique : la persistance d un mauvais résultat fonctionnel doit faire rechercher par un toucher rectal un diaphragme ou une véritable sténose anastomotique. Celle-ci est plus fréquente après anastomose mécanique que manuelle comme le suggère une méta-analyse récente (34). Si le diaphragme s effondre facilement au doigt en consultation, une véritable sténose demande le plus souvent une anesthésie générale. Une sténose précoce, et courte, uniquement anastomotique, peut être traitée en première intention par des dilatations à la bougie qui sont efficaces chez plus de deux tiers des patients, en une ou deux séances. Une dilatation au doigt, systématique lors des premières consultations de surveillance, permet de dépister précocement ces sténoses et peut-être aussi en partie de les prévenir. Altération tardive du résultat fonctionnel La persistance ou l apparition tardive (après la première année) d un mauvais résultat fonctionnel (augmentation du nombre de selles, impériosité, fuites de plus en plus importantes) doit faire rechercher en premier lieu une récidive tumorale locale par un toucher rectal, et une rectoscopie avec biopsies au moindre doute. En son absence, il faut ensuite rechercher au toucher rectal une sténose anastomotique. Étant donné le délai par rapport à l intervention, le taux de succès d une simple dilatation est sûrement plus faible et d autres procédés sont nécessaires en fonction du type de sténose. Sténose anastomotique courte : dans ces cas, s il s agit d une sténose courte (de 1 cm environ), strictement anastomotique, nous réalisons une sphinctéroplastie selon Arnous. Il s agit d une technique très simple consistant à placer par voie transanale, sous anesthésie générale, 6 points

6 326 Pelvi-périnéologie environ sur la sténose, qui une fois serrés ont un effet de «fil à couper le beurre» sur la sténose, et permettent d élargir l anastomose. Dans notre expérience (35), cette technique est efficace chez environ deux tiers des patients. D autres ont proposé par voie transanale des dilatations au ballonnet, une électrocoagulation de la sténose (36), ou sa destruction par laser. Enfin, des résections de la sténose par voie transanale sont possibles avec une agrafeuse linéaire ou circulaire (37). Sténose anastomotique longue : une sténose longue (de plus de 2-3 cm), remontant sur le côlon sus-anastomotique doit faire suspecter (en l absence d argument pour une récidive tumorale) une sténose de nature ischémique, ou un processus de sclérose pelvienne secondaire à un sepsis pelvien. Dans ces cas, les gestes par voie basse de dilatation à la bougie ou de sphinctéroplastie par voie basse sont inutiles car inefficaces. Dans ces cas, heureusement plus rares, on peut proposer dans les cas les plus favorables, des procédés plus complexes de reprise chirurgicale soit par voie basse, avec abaisssement du côlon sussténotique et nouvelle anastomose basse, ou surtout par voie abdominale avec là encore nouvelle anastomose colo-anale (38). Ces techniques qui relèvent de centres experts permettent de restaurer un circuit normal dans la grande majorité des cas. CONCLUSION Après proctectomie pour cancer, avec exérèse totale du mésorectum, la conservation de la fonction sphinctérienne est possible chez plus de 80 % des patients. Le choix du rétablissement de la continuité se fait entre anastomose colo-anale et colorectale basse, avec dans les deux cas l adjonction si possible d un petit réservoir colique en J. Le résultat fonctionnel (conséquence de l ablation du réservoir rectal) de ces anastomoses basses va influencer la qualité de vie des patients à long terme. Ce résultat fonctionnel prend en général environ six mois à un an avant d être définitif. Il est ensuite bon ou acceptable chez plus de 80 % des patients. Ce résultat fonctionnel est souvent amélioré par des «petits moyens» comme les mucilages, le régime ou les ralentisseurs du transit, et la recherche d une éventuelle sténose anastomotique. Références 1. Benoist S, Panis Y, Boleslawski E et al. (1997) Functional outcome after coloanal versus low colorectal anastomosis for rectal carcinoma. J Am Coll Surg 185: Heald RJ, Husband EM, Ryall RDH (1982) The mesorectum in rectal cancer surgery the clue for pelvic recurrence? Br J Surg 69: Williams N, Seow-Chen F (1998) Physiological and functional outcome following ultra-low anterior resection with colon pouch-anal anastomosis. Br J Surg 85: Miller AS, Lewis WG, Williamson ME et al. (1995) Factors that influence functional outcome after coloanal anastomosis for carcinoma of the rectum. Br J Surg 82: Rullier E (2002) Construction d un néorectum après exérèse rectale : les réservoirs coliques. Ann Chir 127: Lazorthes F (2000) Qualité de vie après chirurgie carcinologique du rectum. Gastroenterol Clin Biol 24: B47-B52 7. Pedersen IBK, Hint K, Olsen J et al. (1986) Anorectal function after low anterior resection for carcinoma. Ann Surg 204: Horgan PG, O Connell PR, Shinkwin CA et al. (1989) Effect of anterior resection on anal sphincter function. Br J Surg 76: Hautefeuille P, Valleur P, Perniceni T et al. (1988) Functional and oncologic results after coloanal anastomosis for low rectal carcinoma. Ann Surg 207: Huguet C, Harb J, Bona S (1990) Coloanal anastomosis after resection of low rectal cancer in the elderly. World J Surg 14: Berger A, Tiret E, Parc R et al. (1992) Excision of the rectum with colonic J pouch-anal anastomosis for adenocarcinoma of the low and mid rectum. World J Surg 16: Ho YH, Tan F, Seow-Choen (1996) Prospective randomized controlled study of clinical function and anorectal physiology after low anterior resection: comparaison of straight and colonic J pouch anastomoses. Br J Surg 83: Lazorthes F, Gamagami R, Chiotasso P et al. (1997) Prospective, randomized study comparing clinical resultst between small and large colonic J-pouch following coloanal anastomosis. Dis Colon rectum 40: Hallböök O, Pahlman L, Krog M et al. (1996) Randomized comparaison of straight and coloanal J pouch anastomosis after low anterior resection. Ann Surg 224: Karandjia ND, Schache DJ, Heald RJ (1992) Function of the distal rectum after low anterior resection of carcinoma. Br J Surg 79: 114-6

7 Conséquences fonctionnelles des proctectomies pour cancer de rectum Lewis WG, Holdsworth PJ, Stephenson BM et al. (1992) Role of the rectum in physiological and clinical results of coloanal and colorectal after anterior resection for rectal carcinoma. Br J Surg 79: Dehni N, Tiret E, Singland JD et al. (1998) Longterm functional outcome after low anterior resection. Comparison of low colorectal anastomosis and colonic J-pouch anastomosis. Dis Colon Rectum 41: Rullier E, Goffre B, Bonnel C et al. (2001) Preoperative radiochemotherapy and sphincter-saving resection for T3 carcinomas of the lower third of the rectum ; Ann Surg 234: Gamagami R, Istvan G, Cabarrot P et al. (2000) Fecal continence following partial resection of the anal canal in distal rectal cancer: long-term results after coloanal anastomoses. Surgery 127: Jameson JS, Chia YW, Kamm MA et al. (1994) Effect of age, sexe and parity on anorectal function. Br J Surg 81: Miller AS, Lewis WG, Williamson ME et al. (1995) Factors that influence functional outcome after coloanal anastomosis for carcinoma of the rectum. Br J Surg 82: Graf W, Ekstrom K, Glimelius B et al. (1996) A pilot study of factors influencing bowel function after colorectal anastomosis. Dis Colon Rectum 39: Dahlberg M, Glimelius B, Graf W et al. (1998) Preoperative irradiation affects functional results after surgery for rectal cancer. Dis Colon Rectum 41: Kapiteijn E, Marijnen CAM, Nagtegaal ID et al. (2001) Preoperative radiotherapy combined with total mesorectal excision for resectable rectal cancer. N Engl J Med 345: Karandjia ND, Corder AP, Bearn P et al. (1994) Leakage from stapled low anastomosis after total mesorectal for carcinoma of the rectum. Br J Surg 81: Nesbakken A, Nygaard K, Lunde OC (2001) Outcome and late functional results after anastomotic leakage following mesorectal excision for rectal cancer. Br J Surg 88: Furst A, Burghofer K, Hutzel L et al. (2002) Neorectal reservoir is not the functional principle of the colonic J-pouch : the volume of a short colonic J-pouch does not differ from a straight coloanal anastomosis. Dis Colon Rectum 45: Ho YH, Brown S, Heah SM et al. (2002) Comparison of J-pouch and coloplasty pouch for low rectal cancers. A randomized, controlled trial investigating functional results and comparative anastomotic leak rates. Ann Surg 236: Harris GJ, Lavery IC, Fazio VW (2001) Function of a colonic J-pouch continues to improve with time. Br J Surg 88: Camilleri-Brennan J, Steele RJC (1998) Quality of life after treatment for rectal cancer. Br J Surg 85: Grumann MM, Noack EM, Hoffmann IA et al. (2001) Comparison of quality of life in patients underground abdominoperineal extirpation or anterior resection for rectal cancer. Ann Surg 233: Camilleri-Brennan J, Steele RJC (2001) Prospective analysis of quality of life and survival following mesorectal excision for rectal cancer. Br J Surg 88: Sailer M, Fuchs KH, Fein M et al. (2002) Randomized clinical trial comparing quality of life after straight and pouch coloanal reconstruction. Br J Surg 89: MacRae HM, McLeods RS (1998) Hand-sewn vs. stapled anastomoses in colon and rectal surgery: a meta-analysis. Dis Colon Rectum 41: Benoist S, Panis Y, Berdah S et al. (1998) A new treatment for ileal pouch-anal or colo-anal anastomotic stenosis. Dis. Colon Rectum 41: Neufeld DM, Shemesh EL, Kodner IJ et al. (1987) Endoscopic management of anastomotic colon strictures with electrocautery and balloon dilatation. Gastrointest Endosc 33: Lausten SB, Sakso P (1994) Treatment of a steinbock colorectal anastomosis by transanal use of an endoscopic stapler. Br J Surg 81: Schlegel RD, Dehni N, Parc R et al. (2001) Results of reoperations in colorectal anastomotic strictures. Dis Colon Rectum 44:

Eric RULLIER. Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter?

Eric RULLIER. Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter? Eric RULLIER Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter? Connaître les critères carcinologiques de la conservation sphinctérienne Connaître les nouvelles méthodes chirurgicales

Plus en détail

Séquelles fonctionnelles après colectomie et résection antérieure du rectum. Pr Arnaud Alves Service de Chirurgie Viscérale et Digestive CHU CAEN

Séquelles fonctionnelles après colectomie et résection antérieure du rectum. Pr Arnaud Alves Service de Chirurgie Viscérale et Digestive CHU CAEN Séquelles fonctionnelles après colectomie et résection antérieure du rectum Pr Arnaud Alves Service de Chirurgie Viscérale et Digestive CHU CAEN OBJECTIFS PEDAGOGIQUES reconnaître et comprendre les mécanismes

Plus en détail

Les séquelles fonctionnelles de la chirurgie d exérèse rectale

Les séquelles fonctionnelles de la chirurgie d exérèse rectale Les séquelles fonctionnelles de la chirurgie d exérèse rectale Pr Frank ZERBIB Hôpital Saint-André Bordeaux Liens d intérêts Coloplast Medtronic Le cancer du rectum Le syndrome de résection rectale Augmentation

Plus en détail

Constipation sévère: quand opérer?

Constipation sévère: quand opérer? Constipation sévère: quand opérer? Panis Yves Service de Chirurgie Colorectale Pôle des Maladies de L Appareil Digestif (PMAD) Séminaire DES de Gastro, Colombes, 2007 ! Introduction: La est un des symptômes

Plus en détail

Alain Valverde. Clinique de chirurgie viscérale. Centre Hospitalier Victor Dupouy- Argenteuil

Alain Valverde. Clinique de chirurgie viscérale. Centre Hospitalier Victor Dupouy- Argenteuil Facteurs de risque de fistule et de mortalité de la chirurgie colique Alain Valverde Clinique de chirurgie viscérale Centre Hospitalier Victor Dupouy- Argenteuil Quels sont les risques de la sigmoïdectomie

Plus en détail

DU BON USAGE DE LA MUCOSECTOMIE ENDOSCOPIQUE. David KARSENTY Mehdi KAROUI Hôpital Henri Mondor, Créteil

DU BON USAGE DE LA MUCOSECTOMIE ENDOSCOPIQUE. David KARSENTY Mehdi KAROUI Hôpital Henri Mondor, Créteil DU BON USAGE DE LA MUCOSECTOMIE ENDOSCOPIQUE David KARSENTY Mehdi KAROUI Hôpital Henri Mondor, Créteil 8 Les tumeurs villeuses du rectum ont un risque de dégénérescence de l ordre de 20% au moment du diagnostic

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

Un petit cancer du rectum! Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE

Un petit cancer du rectum! Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE Un petit cancer du rectum! Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE Take home message Le traitement du cancer du rectum évolue vers une approche moins invasive pour lésions débutantes

Plus en détail

Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version

Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version 0.0.207 Ce document présente les principales interventions chirurgicales sur le côlon et le rectum. Il sert

Plus en détail

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Spécificité de la chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Chirurgie colorectale du sujet âgé Faut-il opérer? Espérance de vie Risque de la chirurgie Balance bénéfice risque Quel type de chirurgie réaliser?

Plus en détail

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS Jean-Pierre BAIL (CHU de Brest) PRESENTATION EPIDEMIOLOGIE AGE MOYEN : 65 ans. CANCER 60% des cas COLOSTOMIES : 75%; ILEOSTOMIES :17% TEMPORAIRES

Plus en détail

Diverticulite sigmoïdienne

Diverticulite sigmoïdienne Diverticulite sigmoïdienne Place de la chirurgie Frédéric BRETAGNOL Service de Chirurgie Colorectale Pôle des Maladies de l Appareil Digestif (PMAD) - Hôpital Beaujon Université Paris 7 - Clichy Diverticulite

Plus en détail

Radiothérapie dans le Cancer du Rectum. Olivier Dubreuil Février 2008

Radiothérapie dans le Cancer du Rectum. Olivier Dubreuil Février 2008 Radiothérapie dans le Cancer du Rectum Olivier Dubreuil Février 2008 Plan Pourquoi? Comment? Quand faire de la radiochimiothérapie? Conclusions Pourquoi faire de la radiothérapie? Diminution des récidives

Plus en détail

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn Y. Benmeddour, A. Anou, O.Benhadid, A.Chetouane, A.Ourabah, C. younsi, Z. Imessaoudene Clinique chirurgicale A CHU

Plus en détail

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION XXVIIIemes Journées Nationales D Hépatolo-gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION K. Boukrouh, N.Baazizi, A,Chenibet,H.Boumahdi,N.Sididriss. D.Ouaret, K.Hail, A.Tertag,L.

Plus en détail

Les sigmoïdites diverticulaires: faut-il encore opérer?

Les sigmoïdites diverticulaires: faut-il encore opérer? Les sigmoïdites diverticulaires: faut-il encore opérer? C. BRIGAND, E. TRIKI, B. ROMAIN, N. CHILINTSEVA, JB. DELHORME, S. ROHR Strasbourg Hautepierre CHU Hautepierre Strasbourg Doit-on opérer une diverticulose

Plus en détail

Cancer du rectum : traitement préopératoire

Cancer du rectum : traitement préopératoire SAHGEED Cancer du rectum : traitement préopératoire Cours Intensif de Cancérologie Digestive FFCD - SAHGEED 16 &17 Septembre 2016 Palais de la Culture MOUFDI Zakaria Pr. Nicolas Magné, MD, PhD nicolas.magne@icloire.fr

Plus en détail

Place de la chirurgie dans les cas difficiles de lésions anopérinéales de Crohn

Place de la chirurgie dans les cas difficiles de lésions anopérinéales de Crohn Place de la chirurgie dans les cas difficiles de lésions anopérinéales de Crohn Prof. Jean-Luc FAUCHERON Unité de Chirurgie Colorectale Clinique Universitaire de Chirurgie Digestive et de l Urgence - Grenoble

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU COLON ET DU RECTUM

LA CHIRURGIE DU COLON ET DU RECTUM LA CHIRURGIE DU COLON ET DU RECTUM Le colon et le rectum peuvent être le siège de tumeurs et d inflammations qui nécessitent un geste chirurgical. Ce type d opération s accompagne d une paralysie de l

Plus en détail

EVALUATION DES NÉORÉSERVOIRS APRÈS RESECTION RECTALE

EVALUATION DES NÉORÉSERVOIRS APRÈS RESECTION RECTALE EVALUATION DES NÉORÉSERVOIRS APRÈS RESECTION RECTALE J.acques WEBER ConStat, 1996, 2, 13-15 Aussi bien pour la chirurgie des maladies inflammatoires du tube digestif que pour la chirurgie des adénomes,

Plus en détail

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MORBIDITÉ MORTALITÉ DE LA CHIRURGIE COLO-RECTALE A.CHETOUANE, A.ANOU, O.BENHADID, A.DJITLI, Y.BENMEDDOUR, A.OURABAH, Z.IMESSAOUDENE Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MATÉRIEL D ÉTUDE Il s agit d une

Plus en détail

Conflits d intérêt. Norgine. B Braun. Coloplast. Medtronic. Coordination essai thérapeutique multicentrique Conseil Orateur symposium 2011

Conflits d intérêt. Norgine. B Braun. Coloplast. Medtronic. Coordination essai thérapeutique multicentrique Conseil Orateur symposium 2011 Conflits d intérêt Norgine Coordination essai thérapeutique multicentrique 2012 B Braun Conseil 2011 Coloplast Orateur symposium 2011 Medtronic Orateur symposium 2011 rééducations Troubles fonctionnels

Plus en détail

UNIVERSITE DU DROIT ET DE LA SANTE - LILLE 2 FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG

UNIVERSITE DU DROIT ET DE LA SANTE - LILLE 2 FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG UNIVERSITE DU DROIT ET DE LA SANTE - LILLE 2 FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG Année : 2012 T H E S E P O U R L E D I P L O M E D ' E T A T D E D O C T E U R E N M E D E C I NE Effets de la neurostimulation

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Constipation terminale: Diagnostic et traitement

Constipation terminale: Diagnostic et traitement Constipation terminale: Diagnostic et traitement G. Staumont,, GCB 2006 Edouard Chabrun Bordeaux Tursac,, octobre 2006 Généralités Appartient au syndrome de constipation fonctionnelle. = Dyschésie = difficulté

Plus en détail

Cancer du côlon gauche en occlusion. Docteur Mahaut Leconte

Cancer du côlon gauche en occlusion. Docteur Mahaut Leconte Cancer du côlon gauche en occlusion Docteur Mahaut Leconte Incidence 70 % des occlusions coliques sont tumorales 15 % des cancers coliques sont révélés par une occlusion (1 sur 4 après 80 ans) 10% Siège

Plus en détail

Les complications non infectieuses de l endoscopie: les perforations digestives

Les complications non infectieuses de l endoscopie: les perforations digestives Les complications non infectieuses de l endoscopie: les perforations digestives K. Vahedi Département Médico-Chirurgical de Pathologie Digestive Hôpital Lariboisière, Paris Séminaire DES Ile de France

Plus en détail

Pourquoi être contre les préparations coliques en chirurgie colorectale?

Pourquoi être contre les préparations coliques en chirurgie colorectale? Pourquoi être contre les préparatio coliques en chirurgie colorectale? DESC TOURS, Juin 2009 Emilie Duchalais Clinique de chirurgie digestive et endocrine Nantes Historiquement. Les bactéries coliques

Plus en détail

Cancer du rectum avec métastases synchrones

Cancer du rectum avec métastases synchrones Cancer du rectum avec métastases synchrones Jean-Baptiste Bachet Philippe Rougier Fédération des Spécialités Digestives Hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France Épidémiologie 36 000 cancer colorectaux /

Plus en détail

BULLETIN L ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE

BULLETIN L ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE Tome 188 N o 9 2004 BULLETIN DE L ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE publié par MM. Jacques-Louis BINET, Secrétaire perpétuel et Raymond ARDAILLOU, Secrétaire adjoint Rédacteur en chef : Professeur Jean CAMBIER

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

Chirurgie colorectale pour le praticien. Ce qu'il faut savoir des troubles fonctionnels postopératoires. GERVAZ, Pascal, MOREL, Philippe

Chirurgie colorectale pour le praticien. Ce qu'il faut savoir des troubles fonctionnels postopératoires. GERVAZ, Pascal, MOREL, Philippe Article Chirurgie colorectale pour le praticien. Ce qu'il faut savoir des troubles fonctionnels postopératoires GERVAZ, Pascal, MOREL, Philippe Reference GERVAZ, Pascal, MOREL, Philippe. Chirurgie colorectale

Plus en détail

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Pourquoi surveiller un cancer colo-rectal opéré? Récidive de polypes Risque de rechute anastomotique : 2 à 4 % Risque de Cancer

Plus en détail

Dyschésie traitement chirurgical. Docteur Christian THOMAS CLAUZEL Groupe hospitalier Diaconesses- Croix St Simon jfpd fmc 2005

Dyschésie traitement chirurgical. Docteur Christian THOMAS CLAUZEL Groupe hospitalier Diaconesses- Croix St Simon jfpd fmc 2005 Dyschésie traitement chirurgical Docteur Christian THOMAS CLAUZEL Groupe hospitalier Diaconesses- Croix St Simon jfpd fmc 2005 Chirurgie de la dyschésie la prise en charge chirurgicale de la dyschésie

Plus en détail

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne Cas clinique Nelson Lourenço - Interne Mr XY Patient de 48 ans Pas d ATCD médicaux ou chirurgicaux Depuis 6 mois: «brûlures dans la poitrine», «régurgitations» Juin 2007: début d un traitement par IPP

Plus en détail

Épidémiologie. L incontinence anale ne concerne pas que les personnes âgées

Épidémiologie. L incontinence anale ne concerne pas que les personnes âgées Incontinence anale pathologie du miroir Bruno Roche, Karel Skala Unité de Proctologie Cours de Hôpital Proctologie Universitaire Genève 2014 Bruno.Roche@hcuge.ch www.proctology.ch L impact Limpact de ce

Plus en détail

Cancers superficiels du rectum: Place du traitement chirurgical

Cancers superficiels du rectum: Place du traitement chirurgical Cancers superficiels du rectum: Place du traitement chirurgical Dr. Jean Lubrano, Pr. Bertrand Dousset Service de chirurgie digestive, hépato-biliaire et endocrinienne CHU Cochin Po u rq u o i l e x é

Plus en détail

Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique. Eric Lerebours Rouen

Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique. Eric Lerebours Rouen Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique Eric Lerebours Rouen Conflits d intérêt Aucun conflit d intérêt sur le thème de l exposé Les séquelles fonctionnelles

Plus en détail

TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN

TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN Jacques Cosnes hopital St-Antoine & Université Paris VI 2015 Tabac & Crohn 1 Tabac, M de Crohn et qualité de vie - Rappel sur la M de Crohn - Effet

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS DR. Mathieu BECK RESEAU ONCOLOR INTRODUCTION FREQUENCE Les plus fréquents (frq. cumulée) PRONOSTIC Très variable d un cancer à l autre Exemples: c. colorectaux

Plus en détail

Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2009 CONFLITS D INTÉRÊT

Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2009 CONFLITS D INTÉRÊT Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2009 CONFLITS D INTÉRÊT laboratoire Uroplasty (NL) étude contrôlée randomisée évaluation l efficacité des implants de biopolymères

Plus en détail

Explorations de la motricité digestive en pratique clinique : intérêts diagnostiques et thérapeutiques. Pr Benoit Coffin

Explorations de la motricité digestive en pratique clinique : intérêts diagnostiques et thérapeutiques. Pr Benoit Coffin Explorations de la motricité digestive en pratique clinique : intérêts diagnostiques et thérapeutiques Pr Benoit Coffin Anomalies motrices en pathologie digestive Fréquentes Impliquées dans la physiopathologie

Plus en détail

Troubles de l'exonération du sujet âgé, quelles spécificités?

Troubles de l'exonération du sujet âgé, quelles spécificités? Philippe CHASSAGNE Troubles de l'exonération du sujet âgé, quelles spécificités? - Connaître l'épidémiologie - Connaître les signes cliniques - Connaître la prise en charge Troubles de l exonération du

Plus en détail

Cancer du rectum ÉPIDÉMIOLOGIE. Facteurs de risque et affections prédisposantes. C. Penna

Cancer du rectum ÉPIDÉMIOLOGIE. Facteurs de risque et affections prédisposantes. C. Penna Cancer du rectum C. Penna Le cancer du rectum est, en France, un des cancers les plus fréquents en incidence et en mortalité. Le diagnostic repose sur le toucher rectal et la rectoscopie avec biopsies.

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

Les objectifs d un traitement optimal en 2013

Les objectifs d un traitement optimal en 2013 Pr L.Bresler Les objectifs d un traitement optimal en 2013 Minimiser le taux de récidives loco-régionales (RLR) Augmenter la survie sans récidive et la survie globale Diminuer la morbi-mortalité de la

Plus en détail

38e congrès de la SIFUD PP 18 Septembre 2015 La Baule

38e congrès de la SIFUD PP 18 Septembre 2015 La Baule Intérêt de l association Rééducation ano-rectale et prise quotidienne d'eductyl chez les patients présentant une dyschésie : résultats d'un essai contrôlé versus placebo en groupes parallèles 38e congrès

Plus en détail

Les mauvais résultats de la coloproctectomie totale avec anastomose iléo-anale

Les mauvais résultats de la coloproctectomie totale avec anastomose iléo-anale Les mauvais résultats de la coloproctectomie totale avec anastomose iléo-anale J. Cosnes Service de Gastroentérologie et Nutrition hôpital St-Antoine 07/11/2006 Echecs de l'aia 1 La coloproctectomie totale

Plus en détail

Traitement par voie basse des lésions villeuses du rectum : traitement chirurgical

Traitement par voie basse des lésions villeuses du rectum : traitement chirurgical Traitement par voie basse des lésions villeuses du rectum : traitement chirurgical S. Benoist Service de Chirurgie Digestive et Oncologique CHU Bicêtre Conflits d intérêt Aucun conflit d intérêt à déclarer

Plus en détail

PROLAPSUS RECTAL. CHU Pontchaillou ; Rennes

PROLAPSUS RECTAL. CHU Pontchaillou ; Rennes PROLAPSUS RECTAL Laurent SIPROUDHIS Véronique DESFOURNEAUX Pôle Abdomen & Métabolisme CHU Pontchaillou ; 35033 Rennes Cedex @mail: laurent.siproudhis@chu-rennes.fr CONFLITS D INTÉRÊT aucun Connaître les

Plus en détail

Pathologie ano-rectale au cours des maladies neurologiques. Pr AM Leroi, Unité INSERM U1073, Service de Physiologie Digestive, CHU Rouen

Pathologie ano-rectale au cours des maladies neurologiques. Pr AM Leroi, Unité INSERM U1073, Service de Physiologie Digestive, CHU Rouen Pathologie ano-rectale au cours des maladies neurologiques Pr AM Leroi, Unité INSERM U1073, Service de Physiologie Digestive, CHU Rouen Medtronic Objectifs généraux: Savoir interpréter et critiquer les

Plus en détail

Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour!

Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour! Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour! et n a pas de conflits d intérêt Pr Thierry CONROY Chimiothérapie adjuvante des cancers du rectum : le point de la situation Cancers du

Plus en détail

Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : Non circonférentielle. Non occlusive. Histologie : A 7 cm de la marge anale

Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : Non circonférentielle. Non occlusive. Histologie : A 7 cm de la marge anale Institut Curie Cas Clinique Homme de 55 ans, Se présente avec une tumeur du moyen rectum : A 7 cm de la marge anale 4 cm de hauteur Non circonférentielle Non occlusive Histologie : Adénocarcinome bien

Plus en détail

Imagerie des coloproctectomies totales avec anastomose iléoanale

Imagerie des coloproctectomies totales avec anastomose iléoanale Imagerie des coloproctectomies totales avec anastomose iléoanale MD. Crema, D. Richarme, L. Azizi, C. Hoeffel, JM. Tubiana, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine, Paris Introduction La coloproctectomie est indiquée

Plus en détail

La chirurgie mini-invasive en cancérologie chez le sujet âgé. Docteur Cécile de Chaisemartin

La chirurgie mini-invasive en cancérologie chez le sujet âgé. Docteur Cécile de Chaisemartin La chirurgie mini-invasive en cancérologie chez le sujet âgé Docteur Cécile de Chaisemartin INTRODUCTION Sujet âgé : > 70 ans (G8) d après l INCA > 65 ans + polypathologie (OMS) Pratique IPC : Evaluation

Plus en détail

Chirurgie de la cloison recto-vaginale: chirurgie radicale? Marcos Ballester, Marc Bazot, Emile Daraï Hôpital Tenon, Paris

Chirurgie de la cloison recto-vaginale: chirurgie radicale? Marcos Ballester, Marc Bazot, Emile Daraï Hôpital Tenon, Paris Chirurgie de la cloison recto-vaginale: chirurgie radicale? Marcos Ballester, Marc Bazot, Emile Daraï Hôpital Tenon, Paris Incidence des lésions digestives de l endométriose l Sur 7000 patientes endométriosiques:

Plus en détail

Les localisations colique et rectale de la maladie de

Les localisations colique et rectale de la maladie de Maladie de Crohn colique : quelle chirurgie? Colonic Crohn s disease: surgical management? Léon Maggiori, Frédéric Bretagnol, Yves Panis* Les localisations colique et rectale de la maladie de Crohn (MC)

Plus en détail

QCM/examen final DIU de Pelvi périnéologie de la femme

QCM/examen final DIU de Pelvi périnéologie de la femme QCM/examen final DIU de Pelvi périnéologie de la femme 1 - Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) protecteur(s) contre l incontinence urinaire postnatale? a - Césarienne délibérée (de convenance) b. Episiotomie

Plus en détail

Incontinence anale. François Mion. Lyon

Incontinence anale. François Mion. Lyon Incontinence anale François Mion Lyon Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2009 CONFLITS D INTÉRÊT Aucun conflit Objectifs pédagogiques Epidémiologie et étiologie Stratégie

Plus en détail

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008 Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM IRM DES TUMEURS RECTALES 15 000 nouveaux cas/an en France Amélioration du pronostic Evolutions

Plus en détail

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Gestion du péri opératoire en onco gériatrie Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Plan Série Rétrospective du service Techniques chirurgicales

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

PUBMED: Rectal prolapse 3493 Rectal prolapse surgery 2595 Rectal prolapse surgery mesh 275 Rectal prolapse elderly 1680

PUBMED: Rectal prolapse 3493 Rectal prolapse surgery 2595 Rectal prolapse surgery mesh 275 Rectal prolapse elderly 1680 PUBMED: Rectal prolapse 3493 Rectal prolapse surgery 2595 Rectal prolapse surgery mesh 275 Rectal prolapse elderly 1680 Définitions - Prolapsus rectal Interne (intussusception) Extériorisé Prolapsus rectal

Plus en détail

Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Anatomie, vascularisation et drainage lymphatique du recto-colon Anatomie du pelvis Adénome du colon Anatomo-pathologie

Plus en détail

Caecum 14 % Colon ascendant 10 % colon transverse 12 % colon Descendant 7 % Sigmoide 25 % Rectosigmoide 9 % Rectum 23 %

Caecum 14 % Colon ascendant 10 % colon transverse 12 % colon Descendant 7 % Sigmoide 25 % Rectosigmoide 9 % Rectum 23 % Adénocarcinome du rectum: prise en charge Caecum 14 % Colon ascendant 10 % colon transverse 12 % colon Descendant 7 % Sigmoide 25 % Rectosigmoide 9 % Rectum 23 % Séminaire de formation IRFC/Oncolie Christophe

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

QUELLES SONT LES MEILLEURS STRATÉGIES DE RT ET RTC DANS LE CANCER RECTAL? (ADAPTÉES À LA SITUATION ALGÉRIENNE)

QUELLES SONT LES MEILLEURS STRATÉGIES DE RT ET RTC DANS LE CANCER RECTAL? (ADAPTÉES À LA SITUATION ALGÉRIENNE) QUELLES SONT LES MEILLEURS STRATÉGIES DE RT ET RTC DANS LE CANCER RECTAL? (ADAPTÉES À LA SITUATION ALGÉRIENNE) F.Mekki Faut-il un traitement complémentaire à la chirurgie? o Le taux de rechutes locales

Plus en détail

Traitement actuel des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux

Traitement actuel des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux Traitement actuel des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux 40-70% KC colo-r. Méta Foie seul: 50%. Christian GOUILLAT Lyon France Exérèse chirurgicale. mortalité PO < 5%. survie à 5 ans: m=35%

Plus en détail

Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal

Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal Dr Frédéric Meaux Jeudi 12 Avril 2012 Clinique Ambroise Paré Beuvry Rappel épidémiologique : En France, le cancer colo-rectal: 36.000 nouveaux

Plus en détail

Cancer de l estomac traitements périopératoire

Cancer de l estomac traitements périopératoire Cancer de l estomac traitements périopératoire P. Michel Unité d oncologie Digestive Service d Hépato-gastroentérologie CHU de Rouen 1. Survie après chirurgie TNM Stade UICC 1997 Cancer 2000 USA Survie

Plus en détail

Formation Médicale Continue Hépatogastroentérologie

Formation Médicale Continue Hépatogastroentérologie Formation Médicale Continue Hépatogastroentérologie Constipation Sévère Savoir identifier une constipation sévère Connaître les explorations à réaliser devant une constipation sévère Connaître la prise

Plus en détail

Cancer de l'ovaire : je

Cancer de l'ovaire : je Cancer de l'ovaire : je comprends la place de la chirurgie La chirurgie a un rôle important dans le traitement du cancer de l ovaire. Elle permet le diagnostic de la tumeur et de son extension éventuelle.

Plus en détail

La dysfonction d ABD. Amine Benkabbou Hôpital Paul Brousse, Villejuif. 4ème journée thématique de l ACHBT jeune Lille, Septembre 2009

La dysfonction d ABD. Amine Benkabbou Hôpital Paul Brousse, Villejuif. 4ème journée thématique de l ACHBT jeune Lille, Septembre 2009 La dysfonction d ABD Amine Benkabbou Hôpital Paul Brousse, Villejuif 4ème journée thématique de l ACHBT jeune Lille, Septembre 2009 Les anastomoses bilio-digestives Méthodes chirurgicales de drainage de

Plus en détail

La maladie diverticulaire compliquée Prise en charge en 2013

La maladie diverticulaire compliquée Prise en charge en 2013 La maladie diverticulaire compliquée Prise en charge en 2013 Philippe Wind Service de Chirurgie Digestive Hôpital Avicenne Groupe Hospitalier Paris-Seine-Saint-Denis Université Paris XIII De quelles données

Plus en détail

Aspects post-opératoires normaux et pathologiques du rectum en IRM

Aspects post-opératoires normaux et pathologiques du rectum en IRM Aspects post-opératoires normaux et pathologiques du rectum en IRM C. Hoeffel, L. Azizi, N. Mourra, MD. Crema, L. Arrivé, J.M. Tubiana Hôpital Saint-Antoine, Paris. ASPECTS POST-OPERATOIRES NORMAUX 1.

Plus en détail

Cancer colo-rectal: quoi de neuf?

Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Cancer colique ou rectal: des différences d approche Dépistage, diagnostic et bilan d extension du cancer colique: TDM Bilan d extension

Plus en détail

Indications de la Chirurgie dans la Maladie de Crohn (hors LAP).

Indications de la Chirurgie dans la Maladie de Crohn (hors LAP). Indications de la Chirurgie dans la Maladie de Crohn (hors LAP). Yves Panis Service de Chirurgie Colorectale (PMAD) Hôpital Beaujon, APHP et Paris VII. FMC-HGE, JFHOD, Paris, 2011 Conflits d intérêts Norgine

Plus en détail

Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP

Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP Diminuer le taux de ré interventions dans la chirurgie conservatrice du cancer du sein : un challenge Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP Introduction Le taux de ré interventions

Plus en détail

Prise en charge endoscopique des cancers coliques en occlusion. Dr Ben Soussan E CHU Rouen Clinique de l Alma (Paris)

Prise en charge endoscopique des cancers coliques en occlusion. Dr Ben Soussan E CHU Rouen Clinique de l Alma (Paris) Prise en charge endoscopique des cancers coliques en occlusion Dr Ben Soussan E CHU Rouen Clinique de l Alma (Paris) introduction occlusion colique tumorale = pathologie grave 40% de métastases viscérales

Plus en détail

Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires. B. Salicru, P. Croisille Grenoble

Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires. B. Salicru, P. Croisille Grenoble Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires B. Salicru, P. Croisille Grenoble Objectifs de l étude 1. Déterminer si l IRM apprécie correctement la taille des cancers

Plus en détail

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central Cancer colorectal Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central PLAN 1. Cancer 2. Colorectal 3. Epidémiologie 4. Causes et développement 5. Dépistage 6. Manifestations

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé.

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé. Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs chez le sujet âgé. Dr Damien ANDRIEU Service de chirurgie digestive CHU Purpan Réunion Régionale d Oncogériatrie 16 mai 2013 Définition «chirurgicale»

Plus en détail

Conseil de pratique. Technique et indications des prothèses coliques. Rédacteur : Geoffroy Vanbiervliet. Date: juin 2016.

Conseil de pratique. Technique et indications des prothèses coliques. Rédacteur : Geoffroy Vanbiervliet. Date: juin 2016. Conseil de pratique Technique et indications des prothèses coliques Rédacteur : Geoffroy Vanbiervliet Date: juin 2016 Technique de pose Conditions et environnements Ø La pose de prothèse colique doit s

Plus en détail

Dr. Côme LEPAGE. La Surveillance du cancer colo-rectal opéré

Dr. Côme LEPAGE. La Surveillance du cancer colo-rectal opéré Dr. Côme LEPAGE La Surveillance du cancer colo-rectal opéré Connaître les outils et les modalités de surveillance Connaître le niveau de preuve d une surveillance intensive Conflits d intérêts Le Dr Côme

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

Morbi-mortalité des formes chirurgicales de la maladie de Crohn

Morbi-mortalité des formes chirurgicales de la maladie de Crohn Société Algérienne d Hépato-gastroenterologie et d Endoscopie Digestive (SAHGEED ) 28e Congrès National Alger Hôtel El Aourassi 15,16, et 17 Décembre 2016 Morbi-mortalité des formes chirurgicales de la

Plus en détail