IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS"

Transcription

1 Réflexion IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS 22 Pierre SCHEVIN Professeur à l Université Robert Schuman de Strasbourg et à l IECS Diplômé d expertise comptable La norme IAS 39 a été largement médiatisée en raison de sa référence à la juste valeur, mais elle s avère être une solution de compromis en matière d évaluation et de comptabilisation des instruments financiers. En effet, l évaluation à la juste valeur et l imputation au résultat ne sont pas généralisées (de façon obligatoire) à l ensemble des instruments financiers. L intention conserve une place importante. Elle justifie non seulement la reconnaissance de la comptabilité de couverture, mais elle détermine également la classification des instruments financiers. Cette classification joue un rôle fondamental dans la norme IAS 39, étant donné que la catégorie à laquelle est rattaché un instrument conditionne sa méthode d évaluation et le traitement de la différence de valeur éventuellement mise en évidence. Par suite, certains instruments financiers vont être évalués selon la méthode de la juste valeur et d autres selon la méthode du coût amorti. Cette dernière, bien que basée sur la notion traditionnelle de coût, est innovatrice par rapport aux solutions habituellement retenues en France. L article vise tout d abord à expliquer le concept de coût amorti et à rappeler le champ d application de cette méthode d évaluation. Ensuite, il est procédé à une étude comparative entre les règles françaises et celles de l IASB. Dans ce but, deux exemples caractéristiques, au niveau desquels il peut exister une différence entre valeur d acquisition ou d émission et valeur de remboursement, sont envisagés : comptabilisation d un actif financier (acquisition de titres) et d un passif financier (émission de titres). 1 re partie : principes et champ d application de la méthode Caractéristiques de l évaluation au coût amorti Définitions La méthode de l évaluation au coût amorti représente une limite essentielle Résumé de l article L IAS 39 distingue plusieurs catégories d instruments financiers et leur associe deux méthodes d évaluation, la juste valeur ou le coût amorti. Celuici repose sur la notion de taux effectif qui permet de mesurer la charge ou le produit réel d intérêt. L étude du concept de coût amorti est illustrée par deux applications caractéristiques (acquisition de titres et émission d obligations) au principe de l évaluation à la juste valeur. Alors que celle-ci est définie de façon relativement brève («montant pour lequel un actif pourrait être échangé, ou un passif éteint, entre parties bien informées, consentantes et agissant dans des conditions de concurrence normale» (1) ), le coût amorti fait l objet d une définition plus longue et plus complexe : «montant auquel est évalué l actif ou le passif financier lors de sa comptabilisation initiale, diminué des remboursements en principal, majoré ou diminué de l amortissement cumulé calculé par la méthode du taux d intérêt effectif, de toute différence entre ce montant initial et le montant à l échéance, et diminué de toute réduction (opérée directement ou par le biais d un compte de correction de valeur) pour dépréciation ou irrécouvrabilité» (2). De plus, la mise en œuvre de la méthode du coût amorti repose sur le concept de taux d intérêt effectif. Celui-ci est défini comme «le taux qui actualise exactement les décaissements ou encaissements de trésorerie futurs sur la durée de vie prévue de l instrument financier ou selon les cas sur une période plus courte de manière à obtenir la valeur comptable nette de l actif ou du passif financier» (3). Il s agit d un taux de rendement interne, et sa détermination repose sur un calcul actuariel. Ainsi, dans le cas de l émission d un emprunt d une durée de n années et remboursable in fine, le taux d intérêt effectif «i» est tel que : Montant encaissé = Intérêt à verser année 1 (1 + i) -1 + Intérêt à verser année 2 (1 + i) (Intérêt à verser année n + Montant à rembourser) (1 + i) -n. 1. IASB, IAS 39, Instruments financiers : comptabilisation et évaluation, Ibid. 3. Ibid.

2 Comptabilité Ce taux d intérêt correspond habituellement aux conditions du marché. Coût historique et règle de prudence La méthode du coût amorti prend pour point de départ le montant initial auquel est comptabilisé un placement ou un emprunt. Il représente la juste valeur de la contrepartie donnée (cas des actifs financiers) ou reçue (cas des passifs financiers), mais cette valeur est corrigée des coûts de transaction directement attribuables à l acquisition d un actif ou à l émission d un passif (4). Cette imputation directe, qui vise à faire ressortir le coût exact, correspond à une incorporation de charges dans les postes concernés du bilan. L évaluation au coût historique est complétée par la règle de prudence. En effet, la méthode du coût amorti tient compte des pertes de valeur par le biais des dépréciations. L existence d un indicateur de dépréciation, tel que des difficultés importantes de l émetteur ou du débiteur, doit être appréciée à chaque date de clôture (5). Dans l affirmative, le calcul de la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs estimés va être effectué à l aide du taux d intérêt effectif initial (6). Le montant de la dépréciation à enregistrer correspond à la différence entre cette valeur actuelle et la valeur comptable de l actif. Amortissement des écarts Le concept de coût amorti repose sur une analyse financière des différences entre montant initial et montant de remboursement. Ces différences sont interprétées comme un élément correcteur de la rémunération au taux nominal. Le montant initialement comptabilisé de l instrument va progressivement les intégrer. Dans ce but, les écarts par rapport à la valeur à l échéance font l objet d un amortissement : celui-ci s ajoute (valeur 4. IASB, IAS 39, IASB, IAS 39, IASB, IAS 39, IASB, IAS 39, IASB, IAS 39, IASB, IAS 39, 47. initiale < valeur de remboursement) ou se retranche (valeur initiale > valeur de remboursement) de la valeur comptable de l instrument. Cette méthode est d inspiration anglo-saxonne et consiste par exemple à capitaliser progressivement un écart d acquisition initial favorable et à retrancher un écart défavorable, en les intégrant dans la rémunération d un placement. De cette manière, la valeur comptable de l actif ou du passif financier sera, à l échéance, égale à sa valeur de remboursement. L amortissement est obtenu en utilisant la méthode du taux d intérêt effectif qui permet de déterminer une charge ou un produit d intérêt complet, correspondant au taux du marché initialement en vigueur. Le montant de l amortissement est obtenu par différence entre l intérêt apparent, versé (cas d un emprunt) ou touché (cas d un titre), et l intérêt réel calculé à l aide du taux effectif. Intérêt apparent = Taux facial x Nominal du titre. Intérêt réel = Taux effectif x Valeur comptable nette du titre. Cette méthode se distingue ainsi des modalités d amortissement classiques qui procèdent à une répartition : soit linéaire en fonction de la durée, soit au prorata des intérêts courus. L amortissement linéaire, souvent utilisé jusqu à présent en raison de sa simplicité, donne des résultats d autant plus inexacts que la durée de détention de l instrument est longue. La méthode de l évaluation au coût amorti repose sur une analyse des différences de valeurs au niveau de certains instruments financiers (valeur Abstract IAS 39 distinguishes several different categories of financial instruments and has established two measurement methods fair value and depreciated cost. The latter is based on the notion of actual rates which allows a cost or product to be measured at real interest rates. This article studies the concept of depreciated cost using two typical applications (buying shares and issuing bonds). nominale / valeur initiale de marché). Elle détermine des produits ou charges financiers «réels» et modifie en contrepartie la valeur de l instrument financier. Catégories d instruments financiers La norme IAS 39 procède à une répartition des instruments financiers en plusieurs familles (7). Ce classement a un impact sur la méthode d évaluation à appliquer (juste valeur ou coût amorti) et sur l imputation de la différence de valeur (en résultat ou en capitaux propres). L évaluation à la juste valeur s applique à deux catégories d instruments financiers : les actifs (ou passifs) financiers, qualifiés «à la juste valeur par le biais du compte de résultat» (tels que les actifs financiers détenus à des fins de transaction et les produits dérivés, ou encore, sur option, tout instrument financier), les actifs financiers «disponibles à la vente» (tels que les titres immobilisés et les titres de participation non consolidés), pour lesquels l imputation de la différence de valeur s effectue en capitaux propres. L évaluation au coût amorti s applique aux autres catégories, à savoir : les placements détenus jusqu à l échéance, cette détention devant correspondre à la fois à une intention manifeste de l entreprise et à une capacité financière suffisante de celle-ci, les prêts et créances (tels que les créances clients, les prêts au personnel et les prêts interentreprises), qui sont définis comme des «actifs financiers non dérivés à paiements déterminés ou déterminables qui ne sont pas cotés sur un marché actif» (8). Il faut y ajouter les autres passifs financiers (tels que les emprunts-obligations, les dettes fournisseurs). Ceux-ci constituent une catégorie qui ne figure pas dans les définitions données par l IAS 39, mais qui apparaît dans le paragraphe consacré à l évaluation ultérieure «des passifs financiers» (9). Une telle approche, consistant à prévoir des traitements différents, n est pas vraiment nouvelle. En effet, le système comptable actuel français prévoit plusieurs catégories de titres, d une part pour les entreprises (PCG) et d autre part pour 23

3 Réflexion 24 Position du problème Lorsqu il y a une différence entre le taux nominal d un titre et le taux prévalant sur le marché pour les titres de même catégorie (risque et échéance), un écart d acquisition apparaît sur le marché secondaire : si le taux nominal est supérieur au taux du marché, le coût d acquisition sera plus élevé que la valeur faciale : il y a une prime (écart d acquisition positif), si le taux nominal est inférieur au taux du marché, le coût d acquisition sera plus faible que la valeur faciale : il y a une décote (écart d acquisition négatif). En cas d existence d un écart d acquisition, deux solutions paraissaient jusqu à présent concevables en France. La première privilégie le principe de la comples banques (CRB, règlement 90-01). Ces distinctions permettent de formuler des règles différentes pour la détermination de la valeur à l inventaire et la constitution de provisions éventuelles. Mais la classification de l IAS 39 va plus loin. Tout d abord, les instruments financiers ne se limitent pas aux titres. Ils englobent d autres actifs, et même des passifs. De plus, le classement a un impact sur la méthode d évaluation. Enfin, on peut souligner que compte tenu du champ d application de cette norme (10), les catégories à distinguer, et les conséquences qui en découlent, sont les mêmes pour les entreprises et les banques. Traitement des frais La norme IAS 39 prévoit que, lors de la comptabilisation initiale, les coûts de transaction sont à inclure dans la base d évaluation et que les coûts internes ne sont pas à retenir (11). Lors d une évaluation ultérieure, la prise en compte des coûts de transaction dans le résultat dépend de la catégorie à laquelle l actif est affecté (12). Pour les titres classés en placements détenus jusqu à leur échéance, et les prêts et créances, les coûts de transaction sont constatés en résultat par l utilisation de la méthode du taux d intérêt effectif. En effet, ce dernier est déterminé en tenant compte des coûts, ceux-ci venant réduire le flux de trésorerie initial. La comparaison avec les pratiques françaises actuelles amène à souligner que les règles sont différentes pour les comptes sociaux et pour les comptes consolidés. Pour les comptes sociaux, le Plan comptable général prévoit la comptabilisation des frais d acquisition des titres en charges, et non en coût d acquisition (13). Ces frais peuvent toutefois être étalés sur plusieurs exercices. Mais cette possibilité fait l objet de plusieurs limites : la première est liée à la nature des titres concernés : l étalement des frais d acquisition n est prévu que pour les titres faisant partie des immobilisations (titres de participation, titres immobilisés de l activité de portefeuille, autres titres immobilisés), et n est pas possible pour les valeurs mobilières de placement ; la seconde concerne la nature des coûts : l étalement n est envisageable que pour les coûts externes directement liés à l opération (14), c est-à-dire les dépenses qui n auraient pas été engagées en l absence de cette opération. Quant à la durée de l étalement, elle n est pas précisée par le PCG. Pour des raisons de prudence, et par analogie avec les frais d établissement, ces frais devraient être amortis sur une durée maximale de 5 ans (15). Par contre, dans les comptes consolidés, les frais d acquisition de titres sont à incorporer dans le coût d acquisition des titres en portefeuille (16). En effet, l enregistrement en charges, ou en charges à étaler, est assimilable à une écriture fiscale. Celle-ci doit, selon la méthodologie des comptes consolidés (17), être retraitée. 2 e partie : cas des titres achetés avec écart d acquisition 10. IASB, IAS 39, IAS 39, Annexe A, AG IAS 39, PCG, art Comité d urgence du CNC, avis n 00-D du 21 décembre F. Lefebvre, Mémento Comptable F. Lefebvre, IFRS 2005, 7804 et Comptes consolidés, CRC, Règlement 99-02, 303. tabilisation au coût d acquisition. L écart est assimilé à une composante de la valeur du titre et sera rattaché globalement au résultat, lors de la cession du titre ou du remboursement à l échéance. Une autre approche, anglo-saxonne, prend en considération la relation entre la fluctuation de la valeur du titre et la variation des intérêts. Cette solution est notamment préconisée en comptabilité bancaire pour les titres d investissement, à savoir «les titres à revenu fixe qui ont été acquis avec l intention de les détenir de façon durable, en principe jusqu à l échéance». Il en résulte deux conséquences. Le coût d acquisition fait l objet d un enregistrement scindé en deux parties. Le montant correspondant au nominal est enregistré dans le compte titre. L écart d acquisition est porté dans un compte distinct, à savoir : charges à étaler, à l actif, dans le cas d une prime, produits constatés d avance, au passif, dans le cas d une décote. De plus, l écart d acquisition est considéré comme un élément positif ou négatif, à rattacher progressivement aux intérêts qui seront générés par le titre. Ce rattachement s effectue par la voie de l amortissement, qui peut prendre deux formes : un amortissement linéaire sur la durée résiduelle du titre, un amortissement actuariel basé sur le taux d intérêt effectif. L amortissement linéaire est la méthode la plus simple et n introduit pas de biais significatif si l écart de taux d intérêt (taux nominal/ taux du marché) est peu élevé. L amortissement actuariel est plus complexe mais plus juste. Il fait ressortir dans le compte de résultat un produit calculé à taux constant et correspond au principe retenu par la méthode du coût amorti : Produit financier de chaque période = Solde du compte d investissement au début de la période x Taux d intérêt effectif. Méthode du coût amorti de l IASB Exemple : Le 01/01/N une entreprise achète une

4 Comptabilité obligation présentant les caractéristiques suivantes : - date d émission : 01/01/N-1 - nominal : taux d intérêt nominal : 6 % - date de paiement des intérêts : /N-1, /N, /N +1 - échéance de remboursement : Le taux d intérêt sur le marché est de 5%. Il en découle la valeur de marché de cette obligation : 60 x 1, x 1,05-2 = 1 018,59 Nous supposerons que le prix d acquisition, qui comporte une prime, est égal à cette valeur. Par suite, en l absence : - de différence de prix par rapport à la valeur calculée ci-dessus, - de prime de remboursement, - de frais de transaction, le taux d intérêt effectif est égal au taux du marché 5 %. Enregistrement de l acquisition du titre Le titre est enregistré pour sa juste valeur initiale, qui intègre l écart d acquisition (prime ou décote). 01/01/N D 273 Titres 1 018,59 C 512 Banque 1 018,59 L écart d acquisition pourrait être enregistré de façon distincte dans un compte de régularisation. Mais celui-ci, ne satisfaisant pas aux conditions de reconnaissance d un actif ou d un passif (18), devra, pour la présentation au bilan, être rattaché au compte d investissement correspondant. Amortissement de la prime d acquisition Montant de la prime d acquisition : 1 018, = 18,59 La norme internationale n autorisant pas l amortissement selon la méthode linéaire, la prime d acquisition est amortie de façon actuarielle par l application du taux d intérêt effectif. Année N : Intérêts nominaux : 1000 x 6 % = 60 Intérêts calculés à l aide du taux effectif : 1 018,59 x 5 % = 50,93 Amortissement de la prime : 60-50,93 = 9,07 /N D 512 Banque 60 C 76 Produits financiers 50,93 C 273 Titres 9,07 Perception des intérêts et amortissement de la prime Année N+1 : Intérêts nominaux : x 6 % = 60 Intérêts calculés à l aide du taux effectif : (1018,59-9,07) 5 % = 50,48 Amortissement de la prime : 60-50,48 = 9,52 D 512 Banque C 76 Produits financiers 50,48 C 273 Titres 1 009,52 Perception des intérêts, amortissement de la prime, remboursement du principal Compte 273 Titres Dates Débit Crédit Solde 01/01/N 1018, ,59 /N 9, , ,52 0 Les titres entrant en portefeuille, destinés à être détenus jusqu à l échéance, sont enregistrés à la valeur d achat (et non à la valeur nominale) mais celle-ci est progressivement modifiée par le biais de l amortissement, ou de la capitalisation, de la prime ou de la décote. 3 e partie : cas des obligations émises avec primes de remboursement Position du problème Une entreprise peut émettre des obligations pour lesquelles la valeur de remboursement est différente de la valeur d émission. La différence s analyse de la manière suivante : - une prime d émission, si l obligation a été émise en-dessous du pair, 18. IASB, Cadre conceptuel, une prime de remboursement, si l obligation, émise au pair, est remboursable pour un montant plus élevé, - une double prime, lorsqu il y a cumul de la prime d émission et de la prime de remboursement. A l heure actuelle, en France, un tel emprunt obligataire est comptabilisé au crédit du compte Autres emprunts obligataires (163) pour sa valeur totale, primes d émission et de remboursement incluses. Le montant des primes est enregistré au débit du compte Primes de remboursement des obligations (169), qui va figurer au bas de l actif (PCG art. 441/16), sans distinction entre les primes d émission et de remboursement proprement dite. Ces primes de remboursement font l objet d un amortissement systématique sur la durée de l emprunt (Code de commerce article D21). Deux modalités d amortissement sont possibles : - au prorata des intérêts courus, c està-dire une méthode dégressive (dans le cas d un remboursement de l emprunt par fractions, notamment par amortissement constant ou annuités constantes), - par fractions égales sur la durée de l emprunt, c est-à-dire une méthode linéaire. Méthode du coût amorti de l IASB Exemple : Le 01/01/N une entreprise émet un emprunt-obligation, dont les caractéristiques sont les suivantes : Nominal : 500 Prix d émission : 485 Frais d émission : 10 Prix de remboursement : 535 Intérêts : 6% payables à terme échu ( de chaque année) Durée : 3 ans Remboursement : globalement in fine On procède à la détermination du taux d intérêt effectif à partir des flux générés par l emprunt. A l origine, le flux entrant est égal au prix d émission diminué des frais d émission : (485-10). Ultérieurement, les flux sortants correspondent au paiement annuel des intérêts, calculés à partir du nominal, et au 25

5 Réflexion 26 remboursement du principal à la valeur de remboursement. /N : - 30 (6 % x 500) : - 30 /N+2 : ( ) Le taux d intérêt effectif i de cet emprunt est tel que : 475 = 30 (1+i) (1+i) (1+i) -3 D où : i = 10,13 % L enregistrement annuel des charges financières comprend non seulement les intérêts payés mais aussi des charges calculées, celles-ci venant augmenter progressivement le montant de l emprunt initialement comptabilisé. Enregistrement à l origine La comptabilisation initiale de l emprunt s effectue à la valeur encaissée par l entreprise (primes et frais déduits). 01/01/N D 512 Banque 475 C 163 Emprunt-obligation 475 Enregistrement de la dette pour le montant perçu Amortissement de la prime Au /N, après paiement des intérêts, la dette va figurer dans les comptes pour son coût amorti, soit : 30 (1 + 0,1013) (1 + 0,1013) -2 = 493,1 La variation de valeur de l emprunt s élève à : 493,1-475 = 18,1 Ce montant correspond à l amortissement de la prime. Il est imputé aux frais financiers et s ajoute aux intérêts payés. La charge financière totale correspond à l application du taux d intérêt effectif au montant de la dette : 475 x 10,13 % = 48,1 /N D 661 Charges d intérêt 48,1 C 163 Emprunt-obligation 48,1 Enregistrement de la charge financière totale imputée à l exercice N /N D 163 Emprunt-obligation 30 Paiement des intérêts Au, après paiement des intérêts de l exercice N+1, la dette va figurer dans les comptes pour son coût amorti, soit : 565 (1 + 0,1013) -1 = 513,03 La variation de valeur de l emprunt est égale à : 513,03-493,1 = 19,93 (amortissement de la prime). Il en résulte une charge financière totale pour l exercice N+1 de : ,93 = 49,93 Elle correspond à : 493,1 x 10,13 % = 49,93. D 661 Charges d intérêt 49,93 C 163 Emprunt-obligation 49,93 Enregistrement de la charge financière totale pour N+1 D 163 Emprunt-obligation 30 Paiement des intérêts Au /N+2, après paiement des intérêts au titre de l exercice N+2, la dette doit figurer pour son coût amorti, à savoir sa valeur de remboursement : 535. Par suite, l ajustement de la valeur est : ,03 = 21,97 La charge financière globale pour l exercice N+2 est : ,97 = 51,97 Ou bien : 513,03 x 10,13 % = 51,97. /N+2 D 661 Charges d intérêt 51,97 C 163 Emprunt-obligation 51,97 Enregistrement de la charge financière globale pour N+2 /N+2 D 163 Emprunt-obligation 30 Paiement des intérêts /N+2 D 163 Emprunt-obligation 535 C 512 Banque 535 Remboursement de l emprunt à la valeur de remboursement Compte 163 Emprunt-obligation Un emprunt obligataire est initialement enregistré pour le montant perçu par l entreprise (et non pour la valeur de remboursement) et la prime de remboursement ne fait pas l objet d une activation. Cette prime est amortie par une intégration annuelle aux charges financières et une imputation à la dette. Conclusion On peut reprocher à la norme IAS 39 d introduire une hétérogénéité en matière d évaluation des instruments financiers. Cependant, par le biais des méthodes retenues, elle permet d améliorer la représentation de la réalité. En effet, la méthode d évaluation au coût amorti, telle qu elle est définie par l IAS 39, présente plusieurs avantages : - elle respecte la règle de prudence (prise en compte des pertes de valeur potentielles, non-dégagement des plus-values latentes) tout en recherchant une expression fidèle de la valeur avant l arrivée de l échéance, - elle évite l inscription au bilan de montants correspondants à des actifs fictifs (frais d acquisition, primes de remboursement), - elle remplace la technique de l amortissement linéaire, c est-à-dire forfaitaire, des différences entre les montants nominaux et les flux réels, par un calcul plus précis. Pierre SCHEVIN Dates Débit Crédit Solde 01/01/N /N 30 48,1 493, ,93 513,03 /N+2 (avant remboursement) 30 51, /N+2 (après remboursement) 535 0

6 Comptabilité Bibliographie BERNHEIM Y., CAUDAL J.P., EGLIN F., SALIGNON V., Traité de comptabilité bancaire : doctrine et pratique, Revue Banque éditeur, CASTA J.F., COLASSE B., Juste valeur, enjeux techniques et politiques, Mazars / Economica, IASB, Comptabilisation et évaluation des instruments financiers, IAS 39. LANGOT J., Comptabilité anglo-saxonne, Economica, LEFEBVRE F., Mémento Comptable LEFEBVRE F., IFRS MARION C., IFRS et CRC 99-02, Où est la liste des différences? Pourquoi cette liste n existe pas, Revue française de comptabilité n 380, septembre REVUE FIDUCIAIRE COMPTABLE, Les calculs financiers utilisés en comptabilité, n 319, juillet-août TOURNIER J.C., La révolution comptable, Editions d Organisation, ANNEXE Rappel des solutions comptables actuellement utilisées en France 27 Exemple de l acquisition d un titre avec écart d acquisition Montant de la prime d acquisition : 1018, = 18,59 Enregistrement de l acquisition du titre En retenant la solution de l individualisation de la prime, on obtient : 01/01/N D 273 Titres D 4818 Charges à étaler 18,59 C 512 Banque 1 018,59 Amortissement linéaire de la prime Amortissement annuel : 18,59 : 2 = 9,295 Cet amortissement est imputé sur les intérêts touchés. /N : perception des intérêts et amortissement de la prime D 512 Banque 60 C 76 Produits financiers 50,71 C 4818 Charges à étaler 9,29 Remarque : une autre solution consiste à faire apparaître le montant brut des intérêts D 512 Banque 60 C 76 Produits financiers 60 D 6812 Dotation aux amortissem. 9,29 C 4818 Charges à étaler 9,29 /N +1 : perception des intérêts, amortissement de la prime et remboursement du nominal D 512 Banque C 76 Produits financiers 50,7 C 4818 Charges à étaler 9,3 C 273 Titre Exemple de l émission d un emprunt-obligation avec prime de remboursement Montant de la prime de remboursement globale : = 50 Montant des frais d émission : 10 Enregistrement de l émission de l emprunt à l origine : 01/01/N D 512 Banque 475 D 6272 Frais d émission 10 D 169 Primes de rembours. 50 C 163 Emprunt-obligation 535 Enregistrement de la dette pour la valeur de remboursement Amortissement de la prime à la fin des exercices N, N+1, N+2 D 6611 Intérêts des emprunts 30 Versement des intérêts D 481 Charges à répartir 10 C 791 Transferts de charges 10 Virement des frais d émission en charges à répartir D 6812 Dotation aux amortis. 3,33 C 481 Charges à répartir 3,33 Amortissement des frais d émission D 6861 Dot. amort. primes de remb. 16,66 C 169 Primes de rembours. 16,66 Amortissement linéaire des primes de remboursement sur la durée Enregistrement à l échéance /N+2 D 16 Emprunt-obligation 535 C 512 Banque 535 Remboursement de l emprunt, primes comprises

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers CNC Groupe de travail IAS et PME Présentation des normes sur les instruments financiers Concrètement, que sont les instruments financiers dans les comptes consolidés d un groupe industriel ou de service?

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatés d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196 K = 50 000 euros Vente prestation et entretien = 4 000 euros 15/03/n+1 Acompte du 25 15/034/n+1 Facturation 15/04/n+1 Règlement 30 jours fin de mois Réception de l acompte : 512 Bq 1196 4151 avances et

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Comptabilité financière en IFRS

Comptabilité financière en IFRS Comptabilité financière en IFRS Wolfgang Dick & Franck Missonier-Piera ISBN : 2-7440-7172-2 Chapitre 5 : Actifs non courants Exercice 5.1 Plan d amortissement 1. Plan d amortissement : Montant amortissable

Plus en détail

NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION

NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 17 : CONTRATS DE LOCATION...3 1.1. PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatées d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

DCG session 2014 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif

DCG session 2014 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DCG session 2014 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 ACQUISITION D UNE IMMOBILISATION AVEC CLAUSE DE RÉSERVE DE PROPRIÉTÉ 1. Rappeler la définition d une clause de réserve de propriété.

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis N 2002-11 du 22 octobre 2002 afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix Sommaire I - Rappels

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Pratique du Droit et du système comptable OHADA

Pratique du Droit et du système comptable OHADA Jacques Njampiep Pratique du Droit et du système comptable OHADA Volume 1 : Solutions aux Exercices & Etudes de cas de Comptabilité générale Editions ECC/RFA Du même auteur Déjà parus : Pratique du Droit

Plus en détail

I q Actifs corporels et incorporels

I q Actifs corporels et incorporels [ Retraitements en IFRS Les retraitements d homogénéité modifient les comptes individuels des filiales, pour les rendre conformes au modèle unifié des comptes consolidés du groupe. Lorsque les comptes

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

LES OBLIGATIONS. Acquisition, évaluation, revenus et cession d'obligations, Exemples. Synthèse. TABLE DES MATIERES

LES OBLIGATIONS. Acquisition, évaluation, revenus et cession d'obligations, Exemples. Synthèse. TABLE DES MATIERES LES OBLIGATIONS Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Opérations relatives aux droits de créances. Connaissances juridiques et financières. Acquisition, évaluation, revenus et cession d'obligations,

Plus en détail

EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES. Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise.

EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES. Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise. EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES Objectif(s) : o Pré-requis : Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise. o Outils de mathématiques financières

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Dossier 1 - Augmentation de capital

Dossier 1 - Augmentation de capital DCG session 2013 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif Dossier 1 - Augmentation de capital 1. Indiquer les critères de fixation du prix d émission. Le prix d émission est situé entre la valeur

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

UE 9 Introduction à la Comptabilité Le programme

UE 9 Introduction à la Comptabilité Le programme UE 9 Introduction à la Comptabilité Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale COURS 470 Série 17 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

P6C10 Le financement externe de l entreprise

P6C10 Le financement externe de l entreprise P6C10 Le financement externe de l entreprise I. Les emprunts indivis Emprunts indivis : souscrit par une seule personne juridique. Emprunt obligataire : souscrit par plusieurs personnes juridiques (hors

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 18 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 570 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question N o 17 Exercices 1. Choix multiples 8. Une opération de refinancement 10

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

9 Le passif à long terme

9 Le passif à long terme 9 Le passif à long terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments qui composent le passif à long terme 1 Les emprunts obligataires

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 : CAPITAUX PERMANENTS 1. Comptabiliser le versement effectué par M. Halescourt le 15 janvier 2015. 15/01/15 5121 Banques

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

Chap. 9 : L affectation du résultat

Chap. 9 : L affectation du résultat 1 / 9 Chap. 9 : L affectation du résultat L affectation du résultat de l exercice N est une opération de l exercice suivant N+1. Les bénéfices peuvent être maintenus dans l entreprise (mis en réserves)

Plus en détail

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!!

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! Intervenants Eric DELESALLE Expert-comptable, Président de la Commission de droit comptable du Conseil Supérieur Hervé QUERE Chef de section

Plus en détail

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS Objectif(s) : o Traitement comptable des régularisations des charges et des produits. Pré-requis : o Principes généraux de la comptabilité,

Plus en détail

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DCG session 2009 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif 1. Définir la normalisation comptable. DOSSIER 1 - Normalisation comptable La normalisation comptable consiste à : - produire des normes

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION N 2015-01 du 7 janvier 2015 Relative au traitement comptable des titres, parts, actions et avances en comptes courants dans les Sociétés civiles de placement

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT Jean-Paul Milot Patrick Soury Lionel Vareille 2003 - DRB [Minéfi] La nouvelle architecture du budget de l État Une structuration en trois niveaux Discussion

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation du règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

S.A. actions minimum S.A.

S.A. actions minimum S.A. Pr. SAMIRA BOUNID La société anonyme : La S.A. est commerciale à raison de sa forme, quelque soit son objet. Son capital est divisé en actions négociables représentatives d apports en numéraire (argent)

Plus en détail

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES DCG session 2012 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES 1. Expliquer la raison pour laquelle la constitution d une réserve légale est obligatoire et rappeler

Plus en détail

OBLIGATIONS CONVERTIBLES EN ACTIONS : LES SOLUTIONS FRANCAISES ET LE RÉFÉRENTIEL IFRS (1 RE PARTIE)

OBLIGATIONS CONVERTIBLES EN ACTIONS : LES SOLUTIONS FRANCAISES ET LE RÉFÉRENTIEL IFRS (1 RE PARTIE) OBLIGATIONS CONVERTIBLES EN ACTIONS : LES SOLUTIONS FRANCAISES ET LE RÉFÉRENTIEL IFRS (1 RE PARTIE) 44 Pierre SCHEVIN Professeur à l Université Robert Schuman de Strasbourg Diplômé d expertise comptable

Plus en détail

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux 4/ ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux / 4.3 États financiers sociaux 4.3.1 BILAN Actif (en euros) Actif Immobilisé Immobilisations incorporelles 5 209 299 Participations dans entreprises liées

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2013/12 - Reconnaissance des produits et des charges correspondant à des intérêts et des redevances, de l affectation de résultats au titre de dividendes et tantièmes

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2009-03 DU 3 DÉCEMBRE

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2009-03 DU 3 DÉCEMBRE COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2009-03 DU 3 DÉCEMBRE 2009 Relatif à la comptabilisation des commissions reçues par un établissement de crédit et des coûts marginaux de transaction à

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable...

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable... TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 PARTIE 1 - CADRE GÉNÉRAL DU SYSCOHADA... 19 Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21 Section 1 - Définitions, objectifs et champs d application de la comptabilité...

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement.

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement. Umbruch franz. 30.8.2006 16:06 Uhr Seite 183 Instruments financiers dérivés La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 La profession comptable... 1 I. Les différents statuts de la profession comptable... 1 A. La profession comptable libérale... 1 B. La profession comptable salariée... 7 II.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Examen de baccalauréat 2004,

Examen de baccalauréat 2004, Examen de baccalauréat 2004, Sciences économiques et droit (partie comptabilité et gestion) (durée 4h) Matériel autorisé : calculatrice de poche Structure de l examen durée prévisible points attribués

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 3 JUIN 212 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 ETAT DE RESULTAT GLOBAL SEMESTRIEL... 2 RESULTAT NET HORS ELEMENTS NON RECURRENTS...

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Les modifications suivantes sont apportées au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, FINANCEMENT MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction

Plus en détail

Par exemple une hausse des impôts et taxes provoque une baisse de la CAF.

Par exemple une hausse des impôts et taxes provoque une baisse de la CAF. CAPACITÉ D'AUTOFINANCEMENT ET AUTOFINANCEMENT 1- Définition de la capacité d'autofinancement () La capacité d'autofinancement est la ressource interne dégagée par les opérations enregistrées en produits

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres

Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2000-D du Comité d urgence du 21 décembre 2000 publié le 16 janvier 2001 Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres Le Comité d urgence

Plus en détail

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES 2. Les comptes 2009 du régime de retraite des agents titulaires de la Banque de France établis conformément aux dispositions des articles L.114-5 et suivants du Code de la sécurité sociale Banque de France

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Chapitre VII : Les écritures de régularisation

Chapitre VII : Les écritures de régularisation Chapitre VII : Les écritures de régularisation L ajustement des comptes de gestion Dans la pratique, il peut y avoir un décalage dans le temps entre le moment où l entreprise a effectué une opération génératrice

Plus en détail