De quoi s agit-il? L analyse fonctionnelle (AF) en Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) Définition. Modèles classiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De quoi s agit-il? L analyse fonctionnelle (AF) en Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) Définition. Modèles classiques"

Transcription

1 De quoi s agit-il? L analyse fonctionnelle (AF) en Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) Emmanuel Granier Clinique Belle Rive - Pro-TCC Avignon La Thérapie Comportementale cible des «comportements-problèmes», qu elle vise à modifier; L analyse fonctionnelle est l étude de ces comportements-problèmes, dans une optique de description expérimentale, En vue de proposer des stratégies d action. 1 2 Définition Modèles classiques «Rapidement, le terme d analyse fonctionnelle s impose pour désigner la démarche qui, en s inscrivant dans la logique du raisonnement expérimental, étudie les conduites «anormales» afin de déterminer leurs causes, d en déduire un traitement et d en évaluer les résultats» O. Fontaine et M. Ylieff, 2000 «L analyse fonctionnelle: hier, aujourd hui et demain» 3 Modèle médical ou psychiatrique classique : diagnostic => traitement, Intérêt du diagnostic : nommer et décrire les symptômes, échanger... Des limites : pas d interprétation ou de raisonnement sur les causes modèle «Pasteurien» : Organe => déficience (étiologie) => symptôme => traitement Modèles médicaux classiques : limités pour décrire un comportement ou une perturbation mentale 4 L AF: une démarche particulière Modèle TCC: modèle «expérimental à cas unique», => toujours tout à redécouvrir, Avec le patient/client, Tout au long de la thérapie. Approche globale, «holistique» : Evènements actuels et historiques Variables internes et externes Genèse et maintien du comportement Comportement global : moteur, émotionnel et cognitif. 5 Approche empirique de psychologie expérimentale 1. Formulation d une problématique 2. Recueil de données 3. Formulation d hypothèses 4. Expérimentation 5. Évaluation de l expérimentation Démarche empirique en TCC 1. Plainte du patient : def. d 1 comportement-problème 2. Observations (directes ou auto-observation) 3. Hypothèses tenant compte des notions des théories de l apprentissage, et de la théorie du patient 4. Techniques thérapeutiques et plan d action (fonction de connaissance, d expérience, d alliance thérapeutique) 5. Evaluation (D après De Vries, 2010) 6 1

2 L apprentissage (1/3) L apprentissage (2/3) Conditionnement répondant (Pavlov) Conditionnement opérant (Skinner, 1937) S1 I R I S O R CSQ S2 C D après Cottraux, L apprentissage (3/3) Evaluer la balance des renforcements Apprentissage social (Bandura, 1977) : INDIVIDU ACTIF ENVIRONNEMENT COMPORTEMENTS EXTERNES Rôle du lien social, de l imitation de modèle, de l anticipation, de l auto-régulation 9 Conséquences + : comportement se maintient R+ : AppariLon ou d un stimulus appétitif R- : DispariLon ou de stimulus aversif Non apparition de stimulus aversif attendu D après De Vries, 2010 Conséquences - : À l origine de la plainte Punition : Apparition ou d un slmulus aversif DispariLon ou de stimulus appétitif DispariLon ou de stimulus appétitif attendu 10 Les sources d information Auto-enregistrements +++ : engage le patient dans la thérapie; Fréquence d un comportement Fiches 3 colonnes Observation directe; Importance de l entourage; Échelles standardisées : Une aide, mais ne représente pas toute l AF S intéresser plus au contenu qu au score global L AF en pratique - 1 En général, l AF commence au deuxième entretien le 1 sert au diagnostic, établissement lienthérapeutique, faisabilité de thérapie; Bien choisir le comportement-problème sur lequel travailler, Repérer la situation déclenchante +++ Il peut s agir aussi d un comportement positif à renforcer,

3 ABORD DU PROBLÈME Passage progressif d une relation à deux, à une relation centrée sur le problème. Le but est d arriver à une décentration progressive du patient : contemplation du problème; Etablissement du rapport collaboratif : «penser à 2 sur le même problème» Rapport Collaboratif établi P Comportement Problème T L AF en pratique - 2 Entretien semi-directif, Caractéristiques classiques de TCC (chaleur, empathie, soutenant, renforçant, feedback...), 4 R de Cungi (Reformuler, Renforcer, Recontextualiser, Résumer) Renforce l alliance thérapeutique. Utiliser le «cercle vicieux» (Cungi, 1998) Exploration du problème dans une ou plusieurs situations concrètes (ou situation cible) Déroulement d une séquence comportementale, depuis le stimulus initial Jusqu à ses conséquences Dans les trois aspects : émotions - pensées comportement Cercle vicieux AF : mise en place d un modèle Stimulus déclenchant conséquences Ce que je pense (cognitions) Ce que je fais (Comportement) Ce que je ressens (émotions) 17 Patient doit pouvoir s y reconnaître : identification des difficultés, contemplation du trouble Nombreux retours pour s assurer du partage du modèle. Mise en place d éléments pour travailler. Ne correspond pas à un diagnostic. 18 3

4 Indispensables!! LES OBJECTIFS Découlent du modèle et de l analyse fonctionnelle. Correspondent à des étapes fragmentées. Toujours avec l accord du patient. Prêt à revenir en arrière. 19 Les techniques thérapeutiques Correspondent aux techniques de TCC. Fonctions de l analyse fonctionnelle et de l inventivité du thérapeute : adaptés et discutés avec chaque patient. Renforcent l alliance thérapeutique. 20 Les grilles d AF Permettent de recueillir, analyser, classer les différents paramètres d un comportement. 1. SORC (Kanfer & Saslow, 1969) 2. BASIC ID (Lazarus, 1977) 3. Rétro-active (Fontaine & Ylieff, 1981) 4. SECCA (Cottraux, 1990). 21 SORC (Kanfer & Saslow, 1969) S! O! R! C Stimulus Organisme Perception, sensations, interprétations, souvenirs... (aspect émotionnel & affectif) Modulation de la réponse Réponse, Réaction K : Contingences Conséquences (D après De Vries, 2010) 22 BASIC ID (Lazarus, 1977) Rétro-active (1) (Fontaine & Ylieff, 1981) Beahavior : comportement ouvert Affect Sensations Imagerie mentale Cognitions Comportement-problème selon le modèle de Lang (1977) : Comportement Interpersonnel (relations interpersonnelles en lien avec comportement-problème) Drugs (ou médicaments) + Cottraux, 1985 : Expectation : attentes du sujet (par rapport à la thérapie) Attitude (du thérapeute Analyse vis-à-vis fonctionnelle -du E Granier patient) - AFTCC - 23 Pensées Emotions Choisir précisément le comportement-problème, Fréquence, intensité, durée... Permet d évaluer aussi les comportements positifs 2 objectifs : comportement-cible et ligne de base 24 4

5 Rétro-active (2) (Fontaine & Ylieff, 1981) Antécédents immédiats : stimuli discriminatifs; Apparition ou maintien du comportement-problème Variables externes et internes Antécédents historiques : histoire personnelle développementale, professionnelles, socioculturelle... Notion de personnalité Conséquences : renforcements externes et internes Rétro-active (3) (Fontaine & Ylieff, 1981) Doit déboucher sur : Hypothèses explicatives (interactions entre les différentes variables) Objectifs et choix d un traitement (" expérience) Evaluation des résultats : Confirme ou infirme les hypothèses Et/ou amène à modifier l AF!!! Va-et-vient constant AF Traitement!!! Modèle Rétro-Actif SECCA (Cottraux, 1990) Antécédents externes Env. phy & social Antécédents historiques : Habitudes, style de vie, Personnalité, évènements de vie Comportement-Problème Antécédents internes Cognitif, émotionnel Grille d AF en 2 parties : Synchronie : analyse comportementale du comportement-problème actuel Diachronie : Historique, structure l histoire passée Conséquences Externes Env social Conséquences internes Chez le sujet Analyse fonctionnelle - E Granier - AFTCC D après - Fontaine et Ylieff, SECCA Synchronie SECCA diachronie Anticipation Situation Emotion Croyances Personnelles Pensées Automatiques Comportement ouvert Cognitions Entourage (environnement social) Imagerie 29 Données structurales possibles Génétiques Personnalité Facteurs historiques de maintien Facteurs déclenchants initiaux invoqués Evènements précipitants les troubles Autres problèmes Traitements précédents Maladies physiques 30 5

6 Conclusion L AF : «pierre angulaire» de la thérapie comportementale; A faire en début, étape incontournable, À renouveler sans cesse face à de nouveaux comportements problèmes, En cas d insuccès, En cas de difficultés/blocage dans la thérapie : => Cultiver une grande souplesse dans la pratique de l AF Quelques références bibliographiques L analyse fonctionnelle, hier, aujourd hui et demain, Fontaine et Ylieff, congrès de l Afforthecc, 2000 L analyse comportementale, Herman de Vries, le lien psy, revue de la société algérienne de psychiatrie, N 10, décembre 2010 Les thérapies comportementales et cognitives, Jean Cottraux, masson, Guide clinique de thérapie comportementale et cognitive, Fontaine et Fontaine, Retz,

TABLEAU DES ENTREVUES

TABLEAU DES ENTREVUES TABLEAU DES ENTREVUES Ce tableau regroupe les descriptions de toutes les entrevues réalisées auprès des éducatrices et éducateurs spécialisés. Pour chacun des thèmes, des suggestions de questions en lien

Plus en détail

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts EDUS 1101 Méthodologie de l observation Mme Joëlle Berrewaerts Les différentes phases d une recherche 6 grandes phases : (processus dynamique!) 1) Définir la PROBLEMATIQUE de départ (QP de recherche) +

Plus en détail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Emploi 3 Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Jean-François Giret, Emmanuelle Nauze-Fichet, Magda Tomasini * Les nouvelles générations d actifs sont beaucoup plus diplômées qu il y a trente

Plus en détail

DÉBAT TONIK L OUTIL QUI QUESTIONNE LE MOUVEMENT

DÉBAT TONIK L OUTIL QUI QUESTIONNE LE MOUVEMENT DÉBAT TONIK L OUTIL QUI QUESTIONNE LE MOUVEMENT DÉBAT TONIK, L OUTIL QUI QUESTIONNE LE MOUVEMENT L OUTIL «DÉBAT TONIK» TE PERMET DE LANCER DES DÉBATS TONIQUES DANS LE MOUVEMENT AVEC LES J&SIENS SUR DES

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?*

Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?* Primary 2001;1:729 733 Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?* Les nombreuses modalités d exercice et les innovations que la médecine générale connaît aujourd hui incitent à réfléchir sur sa

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45.

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Article «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/44308ac Note :

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine SISU Doctorante en lettres Universités de Wuhan et de Bordeaux 3 Résumé : Lors de nos recherches

Plus en détail

Connaître son poids naturel et l accepter

Connaître son poids naturel et l accepter Connaître son poids naturel et l accepter Elodie Liénard, Psychologies.com Mieux vivre sa vie Et si notre poids était aussi génétiquement déterminé que l est notre taille? Et si notre organisme régulait

Plus en détail

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer LibERté Et performance pour une REtRaitE sur-mesure Galya Retraite Entreprise/Madelin Assuré d avancer Galya Retraite, c est : une offre commune pour le dirigeant et ses salariés ; un supplément de retraite

Plus en détail

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic UE DE CULTURE GENERALE INITIATION A LA CONDUITE DE PROJET DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic fduclot@univ-montp2.fr ltelley@univ-montp2.fr PARTENARIAT Introduction - Qu est qu un partenariat? - Comment trouver

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TPE-PME 2013 Date limite de réponse : 05 AVRIL 2013 > LE CONTEXTE

CAHIER DES CHARGES TPE-PME 2013 Date limite de réponse : 05 AVRIL 2013 > LE CONTEXTE Direction territoriale SUD-EST ENTREPRISES DE salariés -150 CAHIER DES CHARGES ORGANISME DE FORMATION CAHIER DES CHARGES TPE-PME 2013 Date limite de réponse : 05 AVRIL 2013 > LE CONTEXTE La majeure partie

Plus en détail

LES ETAPES D UN SWING NATUREL

LES ETAPES D UN SWING NATUREL LES ETAPES D UN SWING NATUREL Avoir un swing consistant et fluide passe obligatoirement par l utilisation de nos forces naturelles innées. Plus l on s éloigne de sa vraie nature, plus l on dépense de l

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

Thierry Grootaers. Kaléidoscope 05.09 12.10.2013 # 6. Galerie Nadine Feront

Thierry Grootaers. Kaléidoscope 05.09 12.10.2013 # 6. Galerie Nadine Feront Thierry Grootaers # 6 05.09 12.10.2013 Kaléidoscope Galerie Nadine Feront Thierry Grootaers # 6 Kaléidoscope 4 5 Introduction Par Hadelin Feront, Curateur de la Galerie Peut-on habiter une image? Ou plutôt,

Plus en détail

Offre excédentaire ou pénurie de médecins : les faits

Offre excédentaire ou pénurie de médecins : les faits Offre excédentaire ou pénurie de médecins : les faits Anne Delespaul Les étudiants en médecine francophones mènent depuis des semaines des actions contre le numerus clausus. Par ce système, environ la

Plus en détail

LE DISJONCTEUR (Ref. STI GE : 2.2.3.3)

LE DISJONCTEUR (Ref. STI GE : 2.2.3.3) Sommaire 1/ Fonctions a/ Protection contre les surcharges et les courts-circuits...2 b/ Pouvoir de coupure..2 c/ temps de coupure..3 2/ Constitution..3 3/ Caractéristiques des disjoncteurs.4 4/ Etude des

Plus en détail

Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images

Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images Hadi Akram LRSD, Département d informatique, Faculté des Sciences, Université Ferhat Abbas-Sétif 1, Algérie. akram_ha9@yahoo.fr Hadi

Plus en détail

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Rapport final Régis Blais, Ph.D., chercheur principal Université de Montréal Caroline Paquet, SF, (B.Sc.S), M.Sc., co-chercheure

Plus en détail

Impression dossier thématique Prim_fév.2012 1/14

Impression dossier thématique Prim_fév.2012 1/14 Impression dossier thématique Prim_fév.2012 1/14 UNE Diagnostiqueurs et auditeurs ont de l énergie à revendre! LE DIAGNOSTIC EST UN DOCUMENT OBLIGATOIRE, L AUDIT UNE DEMARCHE VOLONTAIRE. UN SEUL BUT POUR

Plus en détail

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT 1 SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT B- LE SALON I/ PRESENTATION DU SALON II/ LES NOUVEAUTES DE LA 25 ème EDITION DU SALON DU MEUBLE III/ LES SECTEURS D EXPOSITION IV/ LES EXPOSANTS V/ LES

Plus en détail

Cinq ans, cinq millions d'emplois

Cinq ans, cinq millions d'emplois Charles-Édouard Ranchin Cinq ans, cinq millions d'emplois Par le made in France Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

Introduction. Reconnaissance récente du rôle des hautes terres. comme contribution à l équilibre écologique général

Introduction. Reconnaissance récente du rôle des hautes terres. comme contribution à l équilibre écologique général Colloque International : L eau en montagne «Gestion intégrée des hauts bassins versants» Megève 5-6 septembre 2002 ----------------------------- Aspect sociologique des comportements humains en montagne

Plus en détail

TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES

TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES PONCEUSE-CALIBREUSE TB 18 SOMMAIRE TB 18 Objectifs. 1 Description...... 2 Spécifications.. 3 Réglage 4 Façonnage 5 - Consignes générales.

Plus en détail

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse.

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse. Page 1 sur 10 1. Définition. C est une méthode de séparation, non destructrice en son principe, basée sur le fait que le coefficient de partage d un soluté entre deux phases dépend de la nature du soluté,

Plus en détail

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CCITT E.140 COMITÉ CONSULTATIF (08/92) INTERNATIONAL TÉLÉGRAPHIQUE ET TÉLÉPHONIQUE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE

Plus en détail

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans «J ai toujours cherché à intéresser mon équipe à l évolution de l entreprise» Videur de boîte de nuit, avant d intégrer la police, Olivier Couteau,

Plus en détail

Démarche de développement des. transformation Lean

Démarche de développement des. transformation Lean Démarche de développement des compétences des cadres pour une transformation Lean Stéphanie Thibert, Richard Cloutier et Pierre Collerette Direction des ressources humaines Le 23 mai 2014 Contexte initial

Plus en détail

Catalogue formation. Ce ne sont pas les compétences qui comptent mais ce que vous en faites

Catalogue formation. Ce ne sont pas les compétences qui comptent mais ce que vous en faites Catalogue formation Ce ne sont pas les compétences qui comptent mais ce que vous en faites www.innovationmanageriale.com - francis.boyer@innovationmanageriale.com - 06.84.01.01.98 Sommaire MANAGEMENT Sommaire

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Innovation pour l apprenant, innovation pour l enseignant

Innovation pour l apprenant, innovation pour l enseignant Innovation pour l apprenant, innovation pour l enseignant Sophie Bailly, Emmanuelle Carette Crapel, université de Nancy 2, France Résumé Dans le cadre de la formation en FLE offerte par le Defle (département

Plus en détail

TEST DE CARTES Harmonisez le couple test à sondes mobiles - test Jtag dès la conception

TEST DE CARTES Harmonisez le couple test à sondes mobiles - test Jtag dès la conception TEST DE CARTES Harmonisez le couple test à sondes mobiles - test Jtag dès la conception Par Olivier Artur et Christophe Lotz, Alcatel CIT et Aster Ingénierie La difficulté d'accès aux équipotentielles

Plus en détail

Synthèse du questionnaire relatif à «l échange des bonnes pratiques en matière d apprentissage du français»

Synthèse du questionnaire relatif à «l échange des bonnes pratiques en matière d apprentissage du français» 1 Synthèse du questionnaire relatif à «l échange des bonnes pratiques en matière d apprentissage du français» Le présent rapport ne prétend pas à l'exhaustivité et ne peut, vu le format temps qui m'est

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE GUIDE PRATIQUE L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE Vers une réduction de la facture énergétique Réaliser un audit énergétique est devenu obligatoire pour un grand nombre de copropriétés.

Plus en détail

Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine. TD ou Devoirs

Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine. TD ou Devoirs Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine Concepteur du cours : Wendy E. Mackay, INRIA Futurs wendy.mackay@inria.fr Introduction aux TDs L'interface d'un logiciel détermine souvent sa réussite

Plus en détail

PSV 20 RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DAVID BERNARD

PSV 20 RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DAVID BERNARD PSV 20 RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DAVID BERNARD SECTION # 0 0 INTRODUCTION CE QUE VOUS TROUVEREZ DANS CE RAPPORT Ce rapport a été établi sur la base des réponses que David BERNARD a apportées au questionnaire

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le 23 janvier 2012 ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le ministre de la défense, le ministre de l éducation

Plus en détail

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35 septembre 2011 - numéro 35 points de repere Aujourd hui, plus de 4 millions de personnes ont, au titre de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), une protection complémentaire gratuite.

Plus en détail

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse IASC evaluation de l approche cluster phase 2 résumé exécutif, AVRIL 2010 Evaluation de l Approche Cluster 2 Rapport Synthèse Julia Steets, François Grünewald, Andrea Binder, Véronique de Geoffroy, Domitille

Plus en détail

FORMATION AU CYCLE SUPÉRIEUR DE SOPHROLOGUE PROFESSIONNEL DOSSIER 2017-2018

FORMATION AU CYCLE SUPÉRIEUR DE SOPHROLOGUE PROFESSIONNEL DOSSIER 2017-2018 FORMATION AU CYCLE SUPÉRIEUR DE SOPHROLOGUE PROFESSIONNEL DOSSIER 2017-2018 Siège Social : IFSP 15, rue des Tulipiers 38280 VILLETTE D ANTHON Tél. 06 25 45 92 85 ou 06 74 10 14 16 / Mail : contact@ifsp-lyon.fr

Plus en détail

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences»

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» J Daviaud Responsible Assurance Qualité des produits pharmaceutiques SPE/PMU/QADM AEDES -Journées

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI La présente application informatique a été élaborée par l Ademe (Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie www.ademe.fr ) pour répondre à la mission confiée

Plus en détail

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Diffusion contrôlée : - Membres du comité - Examinateurs - Référents techniques page 1/11 I / Certification initiale 1-1 Candidature

Plus en détail

Principes pratiques de l animatique des goupes. Daniel Faulx. Groupe & Société. Publication pédagogique d éducation permanente

Principes pratiques de l animatique des goupes. Daniel Faulx. Groupe & Société. Publication pédagogique d éducation permanente Principes pratiques de l animatique des goupes Daniel Faulx Groupe & Société Publication pédagogique d éducation permanente CDGAI Centre de Dynamique des Groupes et d Analyse Institutionnelle asbl Publication

Plus en détail

en action neuromarketing Patrick Georges - Michel Badoc Le neuromarketing en action Parler et vendre au cerveau

en action neuromarketing Patrick Georges - Michel Badoc Le neuromarketing en action Parler et vendre au cerveau Mises en place au sein de grandes entreprises multinationales, les applications de ces techniques au marketing bouleversent les approches traditionnelles et offrent aux marques une formidable opportunité

Plus en détail

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013 Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital Point d avancement décembre 2013. Ambition et Enjeux Ambition : Elever l expérience du patient à l hôpital au même niveau

Plus en détail

Assortiment pour créer des toitures en pente

Assortiment pour créer des toitures en pente Isolation 7 ème édition Mars 2015 Assortiment pour créer des toitures en pente ISOLATION DURABLE POUR TOITURES PLATES ET LÉGÈREMENT INCLINÉES l Mousse rigide PIR à haut rendement, valeur lambda à partir

Plus en détail

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires 17/05/13 Utiliser des biocarburants pour remplacer les carburants fossiles? Pas si vite! D'un strict point de vue environnemental, l'opération n'est

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

Note à l'attention des candidats CAP "PETITE ENFANCE" Session 2016

Note à l'attention des candidats CAP PETITE ENFANCE Session 2016 Note à l'attention des candidats CAP "PETITE ENFANCE" Session 2016 (Modalité : Épreuves Ponctuelles Terminales) Cette note concerne les candidats suivants : CANDIDAT RELEVANT D UN ETABLISSEMENT PRIVE HORS

Plus en détail

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Laboratoire d Automatique POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Projet de Semestre / Eté Année académique 2004 / 2005 Jean Martial Miamo Nguekam Etudiant en 4 ième année Electricité Dr. Denis Gillet

Plus en détail

Guide de l enseignant. Arithmétique appliquée aux finances. Titre : Le Salaire et la Paie MAT-1101-3. AUTEURS : Diane Audet Centre Gabrielle-Roy

Guide de l enseignant. Arithmétique appliquée aux finances. Titre : Le Salaire et la Paie MAT-1101-3. AUTEURS : Diane Audet Centre Gabrielle-Roy Titre : Le Salaire et la Paie Guide de l enseignant Arithmétique appliquée aux finances MAT-1101-3 AUTEURS : Diane Audet Centre Gabrielle-Roy CSDM, Diane Audet, Centre Gabrielle-Roy, avril 2010, document

Plus en détail

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES Ref : DRC 2005 CHEN 05.0674/ RNg/CLE le 06/12/2005 NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES 1 OBJET Cette note a été rédigée dans le but de mettre en avant trois points importants concernant

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception des Produits Industriels

Brevet de technicien supérieur Conception des Produits Industriels Brevet de technicien supérieur Conception des Produits Industriels BTS Conception des Produits Industriels - Page 1 / 103 Sommaire ANNEXE I Référentiels du diplôme... 3 ANNEXE I a Référentiel des activités

Plus en détail

À la rencontre de Raphaël Elizé

À la rencontre de Raphaël Elizé FICHE 4 À la rencontre de Raphaël Elizé Niveau et thème de programme Niveau 4 ème Autres niveaux et thèmes de programme possibles. Troisième (en relation avec le programme d'histoire : le XX e siècle).

Plus en détail

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale»

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» 1 Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» Actuellement, plus de 100 Conseils locaux de santé mentale (Clsm) sont opérationnels dont plus de la moitié ont une

Plus en détail

CMTC CODE : TAG 0721

CMTC CODE : TAG 0721 R é p u b l i q u e Al g é r i e n n e D é m o c r a t i q u e e t P o p u l a i r e Ministère de la Formation et de l enseignement Professionnels Institut National de la Formation المعھد الوطني للتكوين

Plus en détail

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68 Service d Optimisation et de Lancement pour l Entreprenariat 2016 Catalogue Formation des SOLen Technopôle Lahitolle Elus locaux 6 rue Maurice Roy 18000 Bourges Tel. 02 46 08 10 68 Organisme agréé par

Plus en détail

Dossier de presse. La Fibre

Dossier de presse. La Fibre Dossier de presse La Fibre Sommaire Qu est-ce que la Fibre optique? p. 3 Orange et la fibre p.4 La Fibre de bout en bout : pour quels usages? p.7 Les étapes du déploiement FttH p.10 Les acteurs p.12 Quelle

Plus en détail

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Le commerce mobile est en plein essor 58 % Plus de 1,7 milliards de clients disposeront d un smartphone d ici 2018 1 des opérations

Plus en détail

Extraire d un document papier les informations utiles. Effectuer un calcul. Proposer une méthode, un calcul, un outil adapté.

Extraire d un document papier les informations utiles. Effectuer un calcul. Proposer une méthode, un calcul, un outil adapté. TOUR DE L ILE. Niveau et objectifs pédagogiques : classe de 5 ème (possible dès la 6 ème ) L élève extrait des informations de plusieurs documents, engage une démarche en plusieurs étapes, effectue des

Plus en détail

Sommaire. Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur

Sommaire. Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur Sommaire Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur pour Sommaire Sommaire ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 2012-2013 Biarritz Surftraining Sortie Scolaire Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN info@surftraining.com ou www.surftraining.com 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 BIARRITZ

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Adoptée par le conseil d administration lors de sa 304 e assemblée, le 17 juin 2014 (résolution n o 2718) Dans cette politique, le masculin

Plus en détail

CE GUIDE VOUS PROPOSE :

CE GUIDE VOUS PROPOSE : de l apprenti CE GUIDE VOUS PROPOSE : Des repères quant à votre futur statut d apprenti Des conseils et des outils pour optimiser votre recherche d entreprise Des adresses pour une meilleure connaissance

Plus en détail

Dossier de Pré inscription en Seconde Professionnelle. Rentrée 2014-2015

Dossier de Pré inscription en Seconde Professionnelle. Rentrée 2014-2015 Dossier de Pré inscription en Seconde Professionnelle Rentrée 2014-2015 L Ecole LA MACHE propose aux jeunes : Une formation professionnelle faisant une large part aux travaux pratiques d atelier s appuyant

Plus en détail

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Jean-François DUMAIS et Benoît LEDUC Conférence rence-compétences Chaire de gestion des compétences, ÉSG, UQÀM

Plus en détail

solution climatique optimale

solution climatique optimale PME, bureaux et non-résidentiel magasins de détail Nous trouvons toujours la solution climatique optimale secteur des soins, secteur public et écoles industrie et horticulture hôtellerie, loisirs et wellness

Plus en détail

l audit énergétique l audit partagé sur mesure

l audit énergétique l audit partagé sur mesure l audit énergétique l audit partagé sur mesure Rénovation énergétique : les objectifs du Grenelle Consommation d'énergie en copropriété (kwh/m²/an) Et vous pour vous, quelle est votre consommation en kwh/m²/an?

Plus en détail

Compte Rendu de la réunion du 4 juillet 2007

Compte Rendu de la réunion du 4 juillet 2007 3 ème Réunion du «Club des utilisateurs en France» Compte Rendu de la réunion du 4 juillet 2007 Lieu : DGUHC - Grande Arche Paris-La Défense Salle 9M27 Animée par Peter Schilken Énergie-Cités (EC), Participants

Plus en détail

IUFM DE BOURGOGNE. Centre de Mâcon CONCOURS DE RECRUTEMENT : PROFESSEUR DES ECOLES. Lire l image

IUFM DE BOURGOGNE. Centre de Mâcon CONCOURS DE RECRUTEMENT : PROFESSEUR DES ECOLES. Lire l image IUFM DE BOURGOGNE Centre de Mâcon CONCOURS DE RECRUTEMENT : PROFESSEUR DES ECOLES Lire l image Pratique pédagogique en arts visuels, en géographie et en histoire au cycle 3 Marie-Lucie TIERSONNIER Directeur

Plus en détail

Le développement de clusters et de réseaux de PME : le programme de l Onudi

Le développement de clusters et de réseaux de PME : le programme de l Onudi Outils d action Development of clusters and networks of SMEs - the UNIDO programme, Onudi, Vienne, Autriche, 2001. Brochure de l Onudi, Organisation des Nations unies pour le développement industriel.

Plus en détail

investir quand même Les conseils de placements de nos experts pour 2008, dans un contexte économique plutôt sombre.

investir quand même Les conseils de placements de nos experts pour 2008, dans un contexte économique plutôt sombre. 241_Cover 23/11/07 9:26 Page 57 Les conseils de placements de nos experts pour 2008, dans un contexte économique plutôt sombre. Où investir quand même Olivier Davanne et Thierry Pujol sont associés de

Plus en détail

Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Lemoine Pierre publié le 30 juin 2005, mise à jour le 21 janvier 2008

Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Lemoine Pierre publié le 30 juin 2005, mise à jour le 21 janvier 2008 OpenCplusnet UN PROGICIEL LIBRE POUR LES STRUCTURES DE SERVICES À LA PERSONNE Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Lemoine Pierre publié le 30 juin 2005, mise à jour

Plus en détail

paysage et politiques territoriales : la prise en compte du paysage dans l aménagement du territoire. le cas de la vallée de la loire

paysage et politiques territoriales : la prise en compte du paysage dans l aménagement du territoire. le cas de la vallée de la loire Plan Loire Grandeur Nature 2007-2013 10 e réunion de travail de la plateforme Recherche/Données/Information - 18/05/2010 paysage et politiques territoriales : la prise en compte du paysage dans l aménagement

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

S4 Famille vs maisonnée. ie kazoku. modèle traditionnel / moderne

S4 Famille vs maisonnée. ie kazoku. modèle traditionnel / moderne S4 Famille vs maisonnée ie kazoku modèle traditionnel / moderne Caractéristiques du Ie - «le ie est un groupe social fondé sur un lieu de résidence fixe et peut être aussi cellule de production» - les

Plus en détail

Bachelier - Agrégé de l'enseignement secondaire inférieur Sous-section Langues germaniques

Bachelier - Agrégé de l'enseignement secondaire inférieur Sous-section Langues germaniques Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Catégorie Pédagogique Bachelier - Agrégé de l'enseignement secondaire inférieur Sous-section Langues germaniques HELHa Braine-le-Comte

Plus en détail

Points de suspension

Points de suspension DE ŒIL SUSPENSION (OUTILS D EXPLORATION ET D INTÉGRATION DE LA LECTURE) 1 Indices typographiques Points de suspension Théorie À quoi servent les points de suspension? Il s agit toujours de trois points

Plus en détail

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Direction générale de la recherche et de l innovation Direction générale pour la recherche et l'innovation Direction générale

Plus en détail

L incertain. Plan. Agir dans l incertitude. Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance.

L incertain. Plan. Agir dans l incertitude. Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance. L incertain 1 Plan Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance. 2 Agir dans l incertitude Les approches logiques que l on a vues aux chapitres précédents permettent

Plus en détail

LE CAS DE L AOP FIN GRAS DU MEZENC

LE CAS DE L AOP FIN GRAS DU MEZENC PROPOSITION D UN CADRE D ANALYSE ASSOCIANT LES APPROCHES PROCESSUELLE ET TERRITORIALE POUR ETUDIER LES DEMARCHES COLLECTIVES DE VALORISATION DE LA VIANDE BOVINE : LE CAS DE L AOP FIN GRAS DU MEZENC CHABRAT

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

Esprit d équipe es-tu là?

Esprit d équipe es-tu là? économie Esprit d équipe es-tu là? Le Sofitel Tahiti a fêté cette année ses 40 ans. Lorsque cet établissement a fermé pendant plusieurs mois pour rénovation en 2005, le SEFI a pris en charge le financement

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu

Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu DOSSIER DE PRESSE Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu Le 16 mars 2016 1 Sommaire Éditorial... 5 Une modernisation de la gestion de l impôt sur le revenu

Plus en détail

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 15 août 2014 PAIEMENT DES CONSEILS L IMPORTANCE DES OPTIONS PROPOSÉES I. Introduction Les Canadiens ont accès à des marchés de produits

Plus en détail

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants FICHE 1a Fiche à destination des enseignants TS 25 Les défis de l'aéronautique au XXIème siècle Type d'activité Activité documentaire ; utilisation de TIC en classe. Notions et contenus du programme de

Plus en détail

Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE

Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE 2014-2015 Définitions L entrepreneuriat en général et l esprit d entreprendre en particulier sont reliés à l action. En effet,

Plus en détail

TRAVAIL D OBSTACLES CHEZ LES JEUNES DEMI FONDEURS

TRAVAIL D OBSTACLES CHEZ LES JEUNES DEMI FONDEURS TRAVAIL D OBSTACLES CHEZ LES JEUNES DEMI FONDEURS Le jeune demi-fondeur reste avant tout un athlète complet et doit être formé en ce sens. Il doit pouvoir exprimer pleinement son potentiel en développant

Plus en détail

Le pharmacien d officine au sein du réseau DROMARDIAB : rôle, collaboration et évolution selon la perspective des médecins et des IDE

Le pharmacien d officine au sein du réseau DROMARDIAB : rôle, collaboration et évolution selon la perspective des médecins et des IDE Le pharmacien d officine au sein du réseau DROMARDIAB : rôle, collaboration et évolution selon la perspective des médecins et des IDE Thomas Quenot To cite this version: Thomas Quenot. Le pharmacien d

Plus en détail

La VAE au Cnam. La certification des acquis de l expérience. 09/04/2008 Cnam - DNF - Service Compétences et Validation 1

La VAE au Cnam. La certification des acquis de l expérience. 09/04/2008 Cnam - DNF - Service Compétences et Validation 1 La VAE au Cnam La certification des acquis de l expérience 09/04/2008 Cnam - DNF - Service Compétences et Validation 1 La VAE, c est Le droit individuel de demander à : «faire valider les acquis de son

Plus en détail

Edelman goodpurpose Etude 2012 5 ème ENQUETE ANNUELLE MONDIALE CONSOMMATEURS

Edelman goodpurpose Etude 2012 5 ème ENQUETE ANNUELLE MONDIALE CONSOMMATEURS Edelman goodpurpose Etude 2012 5 ème ENQUETE ANNUELLE MONDIALE CONSOMMATEURS Synthèse& Analyse CANADA BRESIL US UK FRANCE PAYS-BAS BELGIQUE SINGAPOURE INDE CHINE JAPON EAU ALLEMAGNE ITALIE INDONESIE MALAISIE

Plus en détail

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Culture Portes de Gascogne Avril 2016 Contexte de l appel à projet Le projet street-art de la commune de Tournecoupe

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples receveurs L accueil d embryons Sommaire Du couple donneur au couple receveur 3 L accompagnement médical et l encadrement juridique de

Plus en détail

Montpellier Agglomération accueille les étudiants chinois

Montpellier Agglomération accueille les étudiants chinois Dossier de presse Vendredi 17 octobre 2008 Montpellier Agglomération accueille les étudiants chinois Je suis ravi d accueillir ce soir les étudiants chinois, toujours aussi nombreux dans nos universités

Plus en détail