REUNION PUBLIQUE FINANCES MERCREDI 11 MARS A 18h00 SALLE LEO-LAGRANGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REUNION PUBLIQUE FINANCES MERCREDI 11 MARS A 18h00 SALLE LEO-LAGRANGE"

Transcription

1 REUNION PUBLIQUE FINANCES MERCREDI 11 MARS A 18h00 SALLE LEO-LAGRANGE INTRODUCTION : Afin de vous permettre de comprendre les orientations budgétaires fixées pour 2015, il est nécessaire de vous décrire tout d abord l endettement de la ville et la nature du prêt toxique dont elle est victime. Ainsi, nous vous proposons d organiser notre exposé en trois parties : 1) Tout d abord les caractéristiques et l impact du prêt toxique 2) Puis nous élargirons à l endettement global de la ville 3) Enfin nous décrirons les orientations budgétaires pour Puis, nous laisserons la place aux questions et au débat. I- Les caractéristiques d un prêt toxique I-1. Terminologie et stratégie bancaire : L appellation courante de «prêt toxique» n a aucune valeur juridique ni existence réelle, il s agit plutôt d une expression journalistique destinée à insister sur la «toxicité» de l emprunt pour le client qui a contracté ce type de prêt. En réalité, il s agit de ce qu on appelle un emprunt structuré, c est-à-dire un emprunt comprenant différentes phases avec des modalités complexes de calcul du taux d intérêt qui changent à chaque phase. Le plus souvent, un emprunt structuré commence par une phase de 3 à 5 ans avec un taux d intérêt bonifié fixe avec très peu de capital à rembourser. 1

2 C est cette période de bonification d intérêt et de remboursement minimisé du capital qui crée l attractivité du produit. Cette particularité le rend intéressant pour le client et joue le rôle d «appât». Dans la deuxième phase, qui dure l essentiel du prêt (20 ans), le taux d intérêt devient variable. De plus, il est calculé de manière complexe à partir d une formule arithmétique qui détermine le taux d intérêt en fonction d un ou plusieurs indices liés à des valeurs. Ces indices sont totalement indépendants de l objet du prêt. Ils sont aussi très éloignés des bases de calcul des taux d intérêts pratiqués habituellement pour des prêts bancaires classiques. De manière simplifiée, les indices sont : - soit calculés sur des variations d un taux de change (Euro/CHF) - soit sont issus de la différence entre des taux d intérêt à long terme et des taux d intérêt à court terme. Ces indices sont introduits dans le calcul du taux d intérêt variable, la banque greffe ainsi un produit financier spéculatif (une option) sur un prêt bancaire dont le taux d intérêt peut devenir imprévisible et incontrôlable car sans plafond. Enfin, la troisième phase de l emprunt structuré s étend généralement sur une période de 3 à 5 ans avec un taux d intérêt variable généralement calculé sur le taux d intérêt interbancaire à 12 mois (appelé taux Euribor 12 mois), dont on ne peut anticiper la valeur au moment de la signature du contrat. Comme vous pouvez le constater, ces prêts toxiques sont avant tout des produits bancaires et financiers complexes et risqués car spéculatifs. Il faut savoir que ces emprunts structurés étaient présentés par les banques comme des prêts composés de trois phases successives mais toujours à taux fixe, ce qui n est vrai en réalité que pour la 1 ère phase. Les prêts s appelaient d ailleurs TOFIX ou FIXMS et le calcul du taux était rédigé sans jamais faire apparaître la formule de calcul. 2

3 La stratégie des banques visait quatre objectifs : - Accroître les marges : un produit structuré dégage en moyenne une marge 16 fois supérieure à un produit bancaire classique, - Sécuriser sa position spéculative en revendant son option, - Fidéliser le client par rachat de crédit et allongement de la dette, - Eviter tout risque de remboursement anticipé. Pour l emprunteur, le piège réside dans l aveuglement d une opportunité de court terme. En effet, les cinq premières années, le taux bonifié et le faible niveau de capital à rembourser permettent de supprimer de lourdes charges financières affectées au budget de fonctionnement et au budget d investissement. Ensuite, indirectement, il s agit d une spéculation sur l évolution de l indice choisi dont le résultat est particulièrement incertain. Contracter ce type de prêt est une décision contraire aux règles de prudence de la comptabilité publique et à la gestion des deniers publics. Car toute dépense doit être prévisible et inscrite au budget. L objet de la spéculation induite par un calcul du taux d intérêt indexé sur un taux de change n a rien à voir avec l intérêt général local. Il est inconcevable de créer une dépendance entre la bonne gestion d une commune et l évolution d un indice tel que la variation du taux de change uro/franc suisse. Car une gestion communale n a rien en commun avec les raisons des évolutions de ce taux de change! Plus de collectivités ont cependant été impactées entre 2000 et 2008, dont plus de sur des emprunts à effet de change (250 sont basés sur le cours de change uro/franc suisse). Voyons maintenant le cas précis de Châteauneuf-les-Martigues. 3

4 I-2. Origine du prêt toxique de Châteauneuf : En 2006, DEXIA propose la restructuration de trois prêts en un seul pour un montant de 6,6 millions d Euros environ. Ces emprunts correspondent à des investissements réalisés entre 2003 et 2006, avec notamment le centre aéré pour 3,5 millions d'euros, le centre équestre pour 2 millions et le Pôle culturel Jean-Claude Izzo pour près de 4,5 millions d euros. L emprunt proposé est déjà un emprunt structuré, appelé produit de pente car il dépend de la différence entre des taux d intérêt à long terme et des taux d intérêt à court terme. Mais il était encadré dans un tunnel avec un taux minimum à 3,95 % et un taux maximum à 5,98 %. Pour atteindre le taux d intérêt maximum, il aurait fallu une inversion des taux longs par rapport aux taux courts sur le marché interbancaire. Cette circonstance est très rare et généralement brève. Il s agissait donc d un produit «capé» à risque maîtrisé. Mais en 2007, DEXIA revient démarcher la commune en proposant le rachat sans frais du prêt capé de 2006 au bénéfice d un emprunt structuré à effet de change sur l Euro/Franc suisse. A cette époque, la municipalité approche des élections de 2008 et envisage de réaliser la Plaine des Sports, équipement qui coûtera près de 19,5 millions d Euros au total. La perspective de libérer son budget d investissement des remboursements en capital de l emprunt précédent tout en dégageant des marges sur le budget de fonctionnement, cela pendant cinq années, va être la plus forte. Ainsi, la collectivité va s engager dans un emprunt indexé sur la variation du taux de change Euro/Franc suisse particulièrement dangereux. Il est aujourd hui classé hors charte Gissler, c est-à-dire le plus dangereux. 4

5 Côté emprunteur, l engagement dans ce type de produits financiers relève certes de l aveuglement d un raisonnement à court terme mais aussi de l incompétence et de l irresponsabilité des décideurs locaux. I.3 Les caractéristiques du prêt toxique : Ainsi, le 31 mai 2007, la commune de Châteauneuf les Martigues a conclu un contrat pour un emprunt structuré avec la banque DEXIA d un montant de uros pour une durée de 28 ans : contrat intitulé TOFIX DUAL EURO-CHF. Cet emprunt était donc destiné à restructurer un prêt existant, il était présenté par DEXIA comme devant améliorer la gestion de la dette. Il prend la forme suivante : 1 ère phase de juin 2007 à juin 2012, avec un taux fixe bonifié à 3,60 % et un faible remboursement en capital ( la 1 ère année). 2 ème phase de juin 2012 à juin 2030, deux cas sont prévus : o o si le cours de change Euro/CHF > ou = à 1,45 CHF/1 : taux fixe à 3,95% sinon : 5,60 % auquel on ajoute un pourcentage proportionnel au taux de variation du cours de change de l euro en franc suisse, soit : 5,60 % + ½[(1,45/cours de change de l euro en franc suisse)-1]. Pour faire simple et en moyenne, une variation défavorable de 1% du taux de change entraîne une hausse de 2 à 3 % du taux d intérêt qui s applique au capital restant dû. 3 ème phase de juin 2030 à juin 2035 : taux variable = taux Euribor à 12 mois. (taux Euribor = taux interbancaire) Le taux d intérêt de cet emprunt comporte un risque de forte variation dans la 2 ème phase en raison de la formule complexe faisant intervenir 5

6 des rapports entre des valeurs de change de deux monnaies ( uro et Franc suisse) incalculables au moment de la signature du contrat, et susceptibles de subir des variations considérables et incontrôlables pour la commune, mais surtout sans aucun plafonnement. Ce produit bancaire intègre un produit financier spéculatif via la modalité de calcul du taux d intérêt dans sa 2 ème phase, il s agit d une option sur l évolution du cours de change entre l uro et le Franc suisse. En 2007, l achat de l option s est fait à 1,65 CHF/1. La barrière fixée à 1,45 CHF/1 a été franchie durant la période à taux fixe bonifiée dès le mois de mars Ainsi, le taux de change a atteint dès juin 2012 les 1,20 CHF/1 pour engendrer des taux d intérêt compris entre 14 et 15% en 2013 et Hors, depuis le 15 janvier 2015, la Banque Nationale Suisse n intervient plus pour le maintenir la parité uro/franc Suisse aux environs de 1,20 Franc Suisse pour 1 uro. Ainsi, avec une chute de l uro d environ 18 % face au Franc Suisse, notre taux d intérêt prévisionnel pour 2015 est passé de 16 % à plus de 28 %! I.4 Le coût du prêt toxique : Après ce choc de change, et en faisant l hypothèse "favorable" d une baisse de l uro par rapport au Franc Suisse de 2 % par an (moyenne annuelle actuelle), pour le seul prêt toxique soit pour 6,6 millions empruntés, nous aurions, dans cette hypothèse «favorable» près de 32 millions d intérêts à rembourser! Pour mémoire, avant ce choc sur le marché des changes, et avec la même hypothèse «favorable» de 2% de dégradation du taux de change chaque année, le montant des intérêts à rembourser était déjà de 22 millions d uros. I.5 L impossible sortie anticipée du prêt toxique : Par ailleurs, l I.R.A., indemnité de remboursement anticipé de l emprunt, a, elle aussi, explosée. Car dans les faits, Dexia a acheté un produit financier spéculatif qu elle a revendu à la ville de Châteauneuf sous la forme d un prêt. Ce produit financier qui «pariait» sur une 6

7 hausse de l uro par rapport au franc suisse est bien sûr particulièrement perdant avec la chute de l Euro. Hors, pour rembourser ce prêt de manière anticipée, il faudrait revendre sur les marchés financiers le produit financier associé (l option). Sa cotation était de l ordre de 12 millions d en fin d année dernière, elle est probablement près des 21 millions d aujourd hui. Déjà en fin d année, cela représentait un ratio de l I.R.A. sur le capital restant dû de 194 %! Elle serait actuellement de 338 %. Avec ces éléments, on comprend que la clause de résiliation anticipée de cet emprunt a été conçue pour rendre impossible toute sortie du prêt avant son terme. I.6 Les actions en cours : A La procédure juridique : La commune a été contrainte d intenter une action en justice dès mai 2012 à l encontre de DEXIA (désormais la SFIL), devant le Tribunal de grande instance de Nanterre. La procédure judiciaire suit son cours mais une loi nous oblige à revoir nos arguments de défense. En effet, contre toute attente, une loi a été prise par le gouvernement le 29 juillet 2014 autorisant de façon rétroactive (ce qui est une première!) une banque à ne pas faire apparaître le Taux Effectif Global sur les documents descriptifs d un prêt structuré, rendant caduques toutes les procédures des collectivités basées sur ces arguments. Malgré cela, la nouvelle équipe municipale est plus que jamais déterminée à attaquer devant la justice ce contrat qu elle juge illégal pour une collectivité. C est l objet du nouveau mémoire en défense qui va être déposé par les avocats de la commune. Car la banque DEXIA ne pouvait méconnaitre les contraintes financières particulières de la Commune de Châteauneuf les Martigues. Or, elle n a pas, hésité à proposer des produits financiers complexes, calculés en fonction de la valeur relative de devises et l exposant à des risques d autant plus importants qu ils sont illimités et imprévisibles 7

8 La Cour des Comptes a stigmatisé tout particulièrement l attitude des banques, et spécialement de DEXIA, dans son rapport de juillet Il est certain que, DEXIA, principal prêteur aux collectivités, issue d une structure publique et qui s en prévalait, porte une responsabilité très lourde dans la diffusion de ces contrats d emprunt dont les caractéristiques n auraient jamais dû être destinées aux collectivités locales, ni aux hôpitaux. Ce sont pourtant les collectivités locales et les hôpitaux, qui ont été visées par la commercialisation de ces produits à haut risque. Actuellement, la procédure judiciaire suit son cours. La commune a attaqué Dexia (aujourd hui la SFIL) pour différents motifs dont les suivants : Le contrat ne pouvait être valablement conclu en raison du caractère spéculatif de ce produit structuré complexe. La spéculation liée à ce produit le situe hors du champ de compétence des communes. Le consentement de la commune de Châteauneuf-les-Martigues a été vicié, Dexia a profité de l incompétence et de l inexpérience en matière bancaire. Cela, d autant plus que DEXIA a failli à son devoir de mise en garde. Le dépassement inconsidéré du taux d usure appliqué aux particuliers mais auquel les collectivités seraient soumises selon le propre site Internet du Ministère des Finances. B La négociation avec la Société de Financement Local -SFIL: Actuellement, pour racheter cet emprunt la SFIL nous demande des Indemnités de Résiliation Anticipées. La première négociation a eu lieu au mois d octobre Pour 6,6 millions d uros empruntés en 2007, la SFIL nous a demandé 17 millions d uros représentant le capital restant dû pour 6,2 millions d uros et le reste en indemnité de résiliation anticipée pour 11 millions d uros. Ainsi, la SFIL propose un nouvel emprunt de 13,6 millions sur 20 ans à taux fixe de 4,40 % soit un million d par an à rembourser sur 20 ans! (le taux fixe intégrant les 3,6 millions manquant de la soulte bien sûr ). 8

9 Depuis le 15 janvier dernier, la forte dégradation de l uro face au Franc suisse a fait passer le taux d intérêt de 16 à 28 %. Les négociations sont suspendues mais nous nous attendons au pire car le montant de l indemnité de résiliation anticipée varie avec l évolution du taux d intérêt, elle est estimée à près de 21 millions d uro aujourd hui Cette proposition inacceptable est cependant caduque car l indemnité de résiliation anticipée a probablement doublé depuis cette date. Par ailleurs, la solution négociée induit l abandon de toute poursuite judiciaire à l encontre de la SFIL. Mais cette solution apparait inconcevable sans une aide directe de l Etat. C Le dossier d aide de l Etat : le fonds de soutien : Dans le cas d un engagement de la commune dans un processus négocié avec la SFIL, l Etat a mis en place un fonds de soutien destiné à aider les collectivités qui renonceraient aux procédures judiciaires et qui accepteraient un protocole transactionnel avec leur banque. Le montant accordé par l Etat est calculé notamment en fonction du montant de la dette par habitant, de la part des emprunts toxiques dans l ensemble de la dette, du montant de l IRA et du capital restant dû. Pour Châteauneuf, le pourcentage d aide maximal serait de 42 % de l indemnité de résiliation anticipée, soit 4,6 millions d uros au maximum à la date de la proposition faite par la SFIL. Mais attention, il s agit là du calcul fait sur dossier, l aide est ainsi estimée à son montant maximal, l Etat peut accorder un montant très inférieur (il n y a pas de montant d aide plancher). L aide est versée de manière étalée sur 15 en fonction des capacités budgétaires annuelles de l Etat Il faut savoir que l Etat a abondé ce fonds à hauteur de 3 milliards d uros alors que l encours en prêts toxiques pour les collectivités territoriales seulement est de 13,6 milliards d uros. Ce fonds ne représente que 22 % de l encours, il n y en aura pas pour tout le monde! A ce jour, la date butoir pour présenter un dossier intégrant un protocole transactionnel non signé est fixée au 30 avril prochain. 9

10 Cependant, depuis le 15 janvier dernier, le dispositif mis en place semble suspendu ou en cours d adaptation. Même les services de l Etat se refusent à donner des informations à ce sujet Quoiqu il en soit, après avoir déposé ses nouvelles conclusions au tribunal via son avocat, la commune s engagera dans le processus de négociation et de préparation du dossier d aide de l Etat, de manière à pouvoir prendre une décision définitive en toute connaissance de cause. D Une illusion : le «non-paiement» A ce stade, par rapport aux règles en vigueur dans la gestion des collectivités territoriales, il nécessaire de préciser certains points. Depuis quelques semaines, certains élus de l opposition évoquent comme une possibilité pour la commune le fait de s engager dans un «non-paiement» ou un «non-remboursement» de la dette. Il faut être très clair là-dessus : le remboursement de la dette et de ses intérêts fait partie des dépenses obligatoires pour une commune. Nous ne pouvons pas y échapper! Tout autre discours relève de l illusion ou du mensonge! En cas de non-paiement, deux situations peuvent se présenter : - La Chambre Régionale des Comptes engage une procédure d inscription d office budgétaire qui implique le paiement des sommes dues - Le Préfet déclenche une procédure de mandatement d office qui oblige le Trésorier Payeur Général à procéder au paiement Non seulement la commune payera de toute façon ce qu elle doit, mais elle risque aussi une mise sous tutelle! Exercée par le Préfet, la mise sous tutelle met la commune dans l obligation d honorer prioritairement les dépenses obligatoires liées au fonctionnement des services de la commune. Toute autre dépense devient facultative (subventions aux associations, mise à disposition de personnel, etc. ). 10

11 Si le budget de la commune s avère insuffisant pour les dépenses obligatoires, les représentants de l Etat peuvent décider d augmenter les taxes locales et/ou de vendre des biens communaux. C est cette situation de mise sous tutelle que nous souhaitons éviter à la commune en honorant au mieux nos obligations tout en nous engageant dans la procédure judiciaire en cours. C est le sens de la gestion rigoureuse que nous mettons en œuvre dans tous les domaines et c est aussi pour cela que nous provisionnons les sommes qui correspondent aux intérêts dus. II L endettement global de la ville : Dans ce contexte, la ville de Châteauneuf-les-Martigues a engagé un processus de désendettement. Pour la première fois depuis très longtemps, la commune s est désendettée en 2014 de Ainsi, l encours de dette a diminué de 9,21 %. Le montant total de la dette est passé de : - de , au 31/12/ à , au 31/12/2014 La dette représente tout de même en 2014, par habitant, contre 964 par habitant en moyenne nationale pour les communes de à habitants. Au 1 er janvier 2015, l encours global de la dette de la ville est donc de Cette dette est constituée à 48,7 % par des emprunts à taux variable dont 34,4 % (soit ) correspondent à l emprunt toxique classé hors charte Gissler indexé sur l évolution du taux de change uro/franc Suisse. Si ce prêt ne représente que 34 % de la dette globale, il rassemble 90 % des intérêts à payer! 11

12 Dans leur ensemble les dix emprunts contractés impacteront le budget de la ville pendant une vingtaine d année, notamment le prêt toxique qui finira en Il faut retenir que jusqu en 2028, chaque année, c est entre et de capital que nous devrons rembourser. Ces sommes seront à prendre en compte directement dans notre budget d investissement, ce qui réduira d autant notre capacité à investir pour l avenir ou même pour le simple entretien des bâtiments communaux. En ce qui concerne les intérêts qui impactent le budget de fonctionnement la situation est quasiment explosive. La chute de l uro a eu pour effet de faire passer notre taux d intérêt prévisionnel pour 2015 de près 16 % à plus de 28 %! Aujourd hui, nous devons nous attendre à des sommes qui dépasseront les 2 millions annuels sur le budget de fonctionnement. Ainsi, au total c est 3 millions par an qu il faudra payer jusqu en 2028! En raison de ce prêt toxique qui représente plus du tiers de notre endettement, la situation financière de notre ville est particulièrement grave, elle met en péril son fonctionnement et son investissement pour les 20 prochaines années. III Les orientations budgétaires pour 2015 : Au même titre que toutes les collectivités territoriales, notre commune a de plus en plus de mal à réaliser son budget en raison de la conjoncture économique et de la situation financière spécifique de notre ville. Malgré un budget de fonctionnement élevé par rapport aux communes de notre taille (25 millions d euros), nous avons des difficultés pour dégager de l autofinancement. Les principales raisons sont les suivantes : - La problématique de l endettement, 12

13 - Des dépenses de fonctionnement très élevées (11 M au-dessus de la moyenne nationale), - Le développement des services publics pour répondre aux besoins liés à l évolution démographique, - La baisse des dotations de l Etat qui nous impose régulièrement de nouvelles dépenses La préparation du budget 2015 s'inscrit donc dans un contexte économique, social et financier extrêmement contraint qui intègre la Loi de Finances pour 2015 de laquelle découle notamment le montant des concours financiers de l'etat apportés aux collectivités locales. Voici les principales orientations choisies : 1. Le fonctionnement pour 2015 Les recettes de fonctionnement Les dotations, recettes externes : La Dotation Globale de Fonctionnement est estimée à pour 2015, soit en baisse de 15% par rapport à 2014, qui avait déjà diminué cette année-là de 10,5 %. Soit sur deux ans, une perte de 23,6 % de la DGF, soit près de Elle ne représente en 2015 que 67 par habitant alors qu elle est de 236 au niveau de la moyenne nationale pour les communes de la même strate démographique (données 2013). La DGF de la commune de Châteauneuf-les-Martigues est ainsi 3,5 fois inférieure à celle des communes de la même strate démographique. Les dotations communautaires quant à elles ne doivent pas évoluer, elles restent du niveau de 2009, soit Les recettes internes : La fiscalité locale : Aucune augmentation des taux d imposition des trois taxes n est prévue en

14 Ainsi, le produit attendu en 2015 des trois taxes locales est de contre en 2014 (soit + 5,72 %). Sur Châteauneuf-les-Martigues, en moyenne, le produit fiscal s élève à 423 par habitant. Ainsi, il est bon de rappeler les éléments suivants : - Si on applique aux bases nettes communales les taux moyens nationaux des communes de la même strate démographique, le produit fiscal serait de 575 par habitant, soit un coût supplémentaire de 152 pour chaque habitant, soit + 36 %. - De même, si on appliquait aux bases nettes communales les taux moyens des communes du département de la même strate, il serait de 746 par habitant, soit un coût supplémentaire de 323, pour chaque habitant, soit + 76 %. Nous venons de parcourir une partie des ressources de fonctionnement de la commune, les autres recettes comme les produits des services (cantine, foyer restaurant, garderie ) les droits de mutations et autres taxes évoluent peu par rapport à Les dépenses de fonctionnement : Le montant total des dépenses réelles de fonctionnement est estimé pour l année 2015 à 25,4 millions d euros, en augmentation de + 2,91 % par rapport à l exécution de L évolution des dépenses de personnel sera maîtrisée en masse, mais subit une augmentation inévitable par l effet Glissement-Vieillissement- Technicité (+ 1,33 % par rapport à 2014). Ces dépenses représentent 59.58% du budget. Ainsi, hors provisions, hors charges financières et de personnel, les dépenses réelles de fonctionnement baissent de 1,69 % car des économies importantes sont prévues sur d autres postes pour compenser l impact du prêt toxique. 14

15 Tous ces efforts permettent à la commune de continuer d offrir un service de qualité malgré un environnement budgétaire très contraint. Les charges financières liées au prêt toxique Les charges financières concernent notamment le remboursement des intérêts de la dette. Ainsi, pour l échéance du 1 er juin 2015 de l emprunt toxique, avec la parité Euro/Franc Suisse, le taux d intérêt estimé s établirait à 28,22 %, soit un montant d intérêt annuel de , soit 134 /Habitant! La commune souhaite honorer son remboursement à une hauteur raisonnable et envisage de régler des intérêts à 3,95%, soit le taux plancher conditionnel de cet emprunt comme les années précédentes. De plus, depuis 2012, elle s est également engagée à constituer des provisions chaque année pour également montrer sa bonne foi et respecter au mieux les règles budgétaires en la matière, même si cela devient de plus en plus compliqué voire impossible. En 2012, le montant des provisions a été de , en 2013 et 2014, il était de Ainsi, en trois ans, la commune a déjà provisionné la somme de En 2015, le montant de la provision est de qui s établit comme suit : , pour rattraper le montant des intérêts non réglés et non provisionnés sur les exercices 2013 et 2014, , qui est l écart entre le montant des intérêts réglés à l échéance du 1 er juin 2015 au taux de 3,95 %, soit environ , et le montant des intérêts calculé au taux de 15,86 % (taux estimé pour la préparation budgétaire de 2015 et qui prévalait quand le taux de change était proche de 1,20 CHF/ ). 15

16 L Epargne brute passe de en 2014 à pour autofinancer nos investissements. 2. L investissement pour 2015 Comme dans la section de Fonctionnement, la recherche d économie et la diminution des dépenses sont présents dans ce budget d investissement Les marges de manœuvres étant réduites, les investissements sont de ce fait décalés dans le temps. Les projets d équipement de 2015 : La mise en place de la vidéo-protection sur l ensemble de la commune, Les travaux d aménagement de la Maison Pour Tous de Châteauneuf les Martigues, Les travaux pour l amélioration du Cadre de Vie sur des voies et des réseaux divers, Les divers travaux pour l entretien du patrimoine communal: bâtiments municipaux, écoles, etc.. Le programme annuel de travaux d éclairage public. L ensemble de ces équipements représente un investissement de La dette en 2015 L encours de la dette dans son ensemble au 01/01/15 atteint la somme de La volonté de la municipalité est de renégocier une partie de ses emprunts car le niveau des taux d intérêts étant actuellement très bas, il doit être possible sur certains prêts de diminuer leurs coûts. En effet, l objectif de la municipalité, au-delà des emprunts structurés, est de désendetter la commune et de financer ses investissements par une part plus importante de son autofinancement. 16

17 Conclusion : L objectif majeur de maîtrise de nos charges de fonctionnement demeure la seule véritable réponse à l équilibre des comptes tant l évolution des ressources futures apparaît incertaine et les contraintes extérieures pesantes. Il faut avancer dans l optimisation de nos moyens matériels et humains. C est le travail de chacun en la matière, élus décideurs et agents de notre collectivité, ensemble, qui permettra à la ville de maintenir un service public de qualité tout en retrouvant des marges de manœuvre financières pour préparer l avenir autrement. C est le sens de la stratégie financière adoptée depuis le début du mandat qui s articule autour de trois axes principaux : - Une mobilisation de l ensemble de l administration pour optimiser la gestion courante de la collectivité tout en maintenant le service rendu à l usager, - Une fiscalité des ménages stable pour la suite de la mandature, - Un désendettement progressif qui est une exigence pour préserver l avenir. Pour conclure, nos orientations budgétaires pour 2015 se caractériseront par : - Le maintien de notre fiscalité des ménages à son taux actuel, - La maîtrise de nos charges de fonctionnement, - Le redressement de notre capacité d autofinancement, 17

18 - L ajustement des investissements sur l évolution de nos recettes et sans recourir à l emprunt. 18

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Pour un audit local Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Menu du jour Les administrations locales Prêts structurés et prêts toxiques Le passage obligé de l audit Le cas du Loiret Les

Plus en détail

Toulouse, le 3 février 2012. Sandrine Pilcer, Consultante

Toulouse, le 3 février 2012. Sandrine Pilcer, Consultante Toulouse, le 3 février 2012 SOMMAIRE I. DE L EMPRUNT CLASSIQUE À L EMPRUNT STRUCTURÉ II. ÉTAT DES LIEUX DES COLLECTIVITÉS LOCALES FACE AUX EMPRUNTS III. DÉCRYPTAGE D UN EMPRUNT «TOXIQUE» IV. DES RISQUES

Plus en détail

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014 Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 Claude BOSIO Maire de Chasse-sur-Rhône Vice-président de ViennAgglo VILLE DE CHASSE-SUR-RHONE

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Charte de bonne conduite SOMMAIRE Préambule - Remarques

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION ODT

GUIDE D UTILISATION ODT GUIDE D UTILISATION ODT Chapitre 1 : Observatoire de la dette I- Données générales sur la dette Chiffre d affaires Indiquer le chiffre d affaires de l EPS. Cette donnée correspond aux recettes générées

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1 L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France 1 Plan de l exposé 1ère partie : Présentation Le contrôle budgétaire, Méthodologie du contrôle et ses suites,

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Si les emprunts structurés à risque les emprunts toxiques avaient fait

Si les emprunts structurés à risque les emprunts toxiques avaient fait ÉVOLUTION DE LA FINANCE TECHNOLOGIE ET COMPLEXITÉ 319 EMPRUNTS TOXIQUES ET COLLECTIVITÉS PUBLIQUES : L ÉTAT DES CONTENTIEUX DIDIER SEBAN* JEAN-LOUIS VASSEUR* Si les emprunts structurés à risque les emprunts

Plus en détail

Indications méthodologiques pour compléter les

Indications méthodologiques pour compléter les Indications méthodologiques pour compléter les l annexes sur l état de la dette figurant sur les instructions budgétaires et comptables relatives à l exercice 2013 SOMMAIRE Sommaire 2 Documents de référence

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Guide d utilisation GUIDE D UTILISATION INSITO. Finance active 46, rue Notre-Dame des Victoires 75002 Paris

Guide d utilisation GUIDE D UTILISATION INSITO. Finance active 46, rue Notre-Dame des Victoires 75002 Paris Guide d utilisation www.financeactive.com 1 vous remercie de votre confiance et vous souhaite la bienvenue en tant que nouvel utilisateur d Insito. Une approche unique Insito propose aux décideurs financiers

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Le budget, c est combien? C est quoi?

Le budget, c est combien? C est quoi? Le budget, c est combien? C est quoi? Pourquoi cette plaquette? Parce que l équipe municipale prélève et gère, dans la recherche de l intérêt commun, une partie de vos ressources, nous sommes comptables

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Les recours contre les emprunts «toxiques»

Les recours contre les emprunts «toxiques» 2007 Les recours contre les emprunts «toxiques» Étude rédigée par : Jean-Louis Vasseur, avocat associé, cabinet Seban & Associés et : Danielle Da Palma, avocat, cabinet Seban & Associés Les analyses qui

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

VILLE D'APT EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL --------------------------

VILLE D'APT EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL -------------------------- VILLE D'APT REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL -------------------------- PP/MG ( V A U C L U S E ) N 001778 Service Finances - Réaménagement 5 emprunts Caisse

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE

DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE Le Recueil des Actes Administratifs peut être consulté à l hôtel du département 52, avenue de Saint-Just - 13256 Marseille cedex 20 ATRIUM - bât. b - derrière l accueil

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Economie et des Finances Décret n relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES Service des communes et des relations institutionnelles Autorité cantonale de surveillance des finances communales (ASFICO) RECOMMANDATIONS EN

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Bilan de mandat municipal

Bilan de mandat municipal Association des Maires de la Corrèze Bilan de mandat municipal Brive-la-Gaillarde, le vendredi 12 avril 2013 Intervention de Patrice LALANNE Ancien conseiller du Président du Sénat Consultant formateur

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Taux variables et accession à la propriété

Taux variables et accession à la propriété 22 mai 2008 Taux variables et accession à la propriété 12 engagements des établissements de crédit Ariane Obolensky Directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) François Lemasson Président

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Guide pratique du provisionnement des emprunts à risques

Guide pratique du provisionnement des emprunts à risques Guide pratique du provisionnement des emprunts à risques Indications méthodologiques pour entrer dans le dispositif de provisionnement des emprunts complexes et comptabiliser les variations annuelles de

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

4. Stratégie hypothécaire. Taux d intérêt présents et futurs

4. Stratégie hypothécaire. Taux d intérêt présents et futurs 75 qui influencent directement le financement des hypothèques reste parfaitement imprévisible. Pour cette raison, il est recommandé de calculer précisément son budget afin de déterminer exactement quelles

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

Les finances de la commune

Les finances de la commune Elections municipales mars 2008 Allevard les Bains Les finances de la commune Les finances de la commune Les budgets La dette Les perspectives et nos propositions Les budgets de la commune Le budget de

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail