Web Hépato Session. 45 ème congrès EASL. Post-EASL : les messages pour la pratique. Vienne du 14 au 18 avril 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Web Hépato Session. 45 ème congrès EASL. Post-EASL : les messages pour la pratique. Vienne du 14 au 18 avril 2010"

Transcription

1 Web Hépato Session 45 ème congrès EASL Vienne du 14 au 18 avril 21 Post-EASL : les messages pour la pratique

2 Web Hépato Session VHC VHB et CHC Cirrhose, complications Autres hépatopathies Conclusion Denis Ouzan (Saint-Laurent du Var) Corinne Castelnau (Paris) Michèle Pouteau (Epinay sur seine) Bertrand Hanslik (Montpellier) Président de la commission hépatologie du CREGG

3 45 e congrès EASL Vienne du 14 au 18 avril 21 Introduction Bertrand Hanslik Président de la Commission Hépatologie du CREGG (Montpellier)

4 45 e congrès EASL Vienne du 14 au 18 avril 21 Denis Ouzan (Saint-Laurent du Var) VHC

5 Détection de l AgHBs, de l antivhc, de l ARN du VHC sur papier buvard Sang capillaire Détection de l AgHBs et de l anti VHC Sensibilité et Spécificité > 95 % L ARN du VHC a été retrouvé sur buvard chez 6 des 62 (97 %) patients ARN du VHC+ et quantifié sur 55 (89 %) prélèvements EASL 21 Villar LM, Brésil, abstract 635 actualisé EASL 21 Tuaillon E, France, abstract 156 actualisé et HEPATOLOGY 21

6 PROPHESYS : cinétique de décroissance virale à S4 et S12 sous PEG-IFNα-2a + RBV % 8 7 RVR RVPc RVPp n = % 66 % % 31 % 25 % 31 % 27 % 16 % 11 % 7 % 17 % 11 % G1 (n = 3 387) G4 (n = 225) G2 (n = 74) G3 (n = 94) EASL 21 Ferenci P, Autriche, abstract 256 actualisé

7 Vitamine D et traitement de l hépatite C un intérêt à confirmer Etude randomisée, 67 patients G1, naïfs : 1 8 ARN indétectable (< 5 UI) Placebo + PEG-IFN 2b + RBV (n = 31) Vitamine D 2-4UI + PEG-IFN 2b + RBV (n = 36) 94 p <, S4 S12 S72 EASL 21 Abu-Mouch S, Israël, abstract 55 actualisé

8 Antiviraux à action directe NS3 PROTEASE NS5A NS5B POLYMERASE TELAPREVIR BI BMS 7952

9 RVS sous trithérapie avec Télaprévir (12 sem) chez les patients naïfs de génotype 1 RVS (%) 1 8 RVS /8 h : PEG-IFNα-2a /8 h : PEG-IFNα -2b /12 h : PEG-IFNα -2a /12 h : PEG-IFNα -2b T12/PR24 (n = 19) T12/PR48 (n = 29) < 24 sem. (n = 23) (Echec : 8, EI : 11) n/n = 34/4 34/42 33/4 32/39 EASL 21 Forns X, Espagne, abstract 56 actualisé

10 Malades (%) RVS après retraitement par trithérapie avec Télaprevir de patients en situation de non réponse TVR/PR TVR12/PR48 (Répondeurs nuls ou ARN+ à S4 et S12) semaines TVR12/PR24 RVS T12/PR24 : T12/PR48 : 19/51 16/29 6/8 28/29 NR Partielle Echap. RR 17 (4/24) 56 (15/27) 6 (15/25) 86 (6/7) La trithérapie permet d obtenir 37 à 97 % de RVS en fonction du type de réponse au premier traitement 96 (24/25) 1 (3/3) EASL 21 Berg T, Allemagne, abstract 4 actualisé

11 Effets indésirables d un inhibiteur de protéase (BI 21335) chez les patients sans réponse à la bithérapie pégylée L échappement viral mg/j (n = 76) Les effets secondaires ,4 21,8 4,1 32,9 58,6 24 mg/j LI (n = 142) 32,4 27,6 25,7 27,1 3,9 7 1,3 48 mg /j (n = 7) 8 24 mg/j 24 mg/j LI 24 mg/j x 2/j LI Rash 1,5 11,8 Minime 12,7 14,3 12,9 9,2 Modéré Total S-S4 S5-S12,7 1,4 Sévère 5,7 EASL 21 Sulkowski M, Etats-Unis, abstract 119 actualisé

12 Evaluation de l inhibiteur de NS5A (BMS7952) Etude contrôlée randomisée : 48 patients naïfs infectés G1 J1 S4 Critère principal S12 Suivi postthérapeutique S12 S24 n = 12 3 mg BMS-NS5A + PEG-IFN -2a + RBV n = 12 1 mg BMS-NS5A + PEG-IFN -2a + RBV n = 12 6 mg BMS-NS5A + PEG-IFN -2a + RBV n = 12 PEG-IFN -2a + RBV + placebo S48 Fin de traitement EASL 21 Pol S, Paris, abstract 1189 actualisé

13 Patients (%) Efficacité de l inhibiteur de la région NS5A Résultats à S12 Réponse virologique RVR cevr 3 mg NS5A-I + P/R (n = 12) RVR cevr 1 mg NS5A-I + P/R (n = 12) RVR cevr 6 mg NS5A-I + P/R (n = 12) 8 RVR cevr P/R + Placebo (n = 12) Tolérance identique au placebo RVR = ARN VHC indétectable à S4 cevr = ARN VHC indétectable à S12 EASL 21 Pol S, Paris, abstract 1189 actualisé

14 45 e congrès EASL Vienne du 14 au 18 avril 21 Corinne Castelnau (Paris) VHB et CHC

15 VHB

16 Peut-on arrêter le traitement par NUC? 4 patients traités au long cours (1 ans) par lamivudine avec une négativation prolongée de l ADN du virus B. PBH à 1 ans : recherche ADN superenroulé (cccdna) intrahépatique Avant Après ADN VHB (UI/ml) < 15 ALAT (UI) < N AgHBs (+) AgHBe (+) cccdna ARN pg Mutation cccdna 4/4 1/4 3/4 /4 2/4 3/4 /4 L ADN super-enroulé et l ARN prégénomique du VHB persistent dans le foie des malades ayant une suppression très prolongée de la réplication virale sous lamivudine La Lettre de l Hépato-gastroentérologue EASL 21 - D après Belloni L et al., abstract 13, actualisé

17 Hépatite B AgHBe négatif génotype D : PEG-IFNα-2a, 96 mieux que 48 semaines? Malades (%) EASL 21 Lampertico P., Italie, abstract 98 actualisé Résultats 12 mois après l arrêt du PEG-IFNα-2a 3 2 p =,3 29 % ADN VHB < 2 UI/ml p = NS p = NS /51 35/52 11/51 15/52 Fin de tt 6 mois post-tt /51 15/52 /51 3/52 /51 5/52 ADN-VHB < 2 UI/ml 6 AgHBs clairance p =,6 1 AgHBs < 1 UI/ml 48 semaines 96 semaines

18 L évolution de l AgHBs et de l ADN du VHB permet de prédire l absence de réponse sous PEG-IFN Règle d arrêt à S12 12 patients Titre Ag HBs NON (n = 54) OUI (n = 48) ADN VHB < 2 log (n = 2) > 2 log (n = 34) < 2 log (n = 2) > 2 log (n = 28) Probabilité de réponse soutenue % 24 % 25 % 39 % Le traitement par PEG-IFN peut être arrêté en l absence de diminution du titre de l AgHBs et de la charge virale à S12 EASL 21 Rijckborst V., Pays-Bas, abstract 8 actualisé

19 Patients (%) Patients (%) Association entécavir + ténofovir : pour qui? Cohorte française : 82 patients : 55 % Ag Hbe+, 3 % cirrhose 9% traités (45 % bithérapie, 45 % monothérapie), 1 % naïf Echappement viro : 4 %, Réponse subnormale : 45 % ADN VHB < 12 UI/ml (n = 82) Cohorte rétrospective française ADN VHB < 8 UI/ml (n = 52) Cohorte européenne Mois Mois La Lettre de l Hépato-gastroentérologue EASL 21 - D après Sogni P et al., abstract 124, actualisé EASL 21 - D après Petersen J et al., abstract 12, actualisé

20 Carcinome hépatocellulaire

21 Malades (%) Malades (%) CHANGH : point sur le CHC en France (1) Etude observationnelle prospective nationale dans 13 hôpitaux : 94 hôpitaux généraux, 4 hôpitaux militaires et 6 CHU malades inclus ayant un CHC diagnostiqué sur l histologie ou les critères radiologiques de Barcelone : 1 26 patients analysés Causes de cirrhose Circonstances de diagnostic du CHC 4 2 Alcool NASH VHC 1 VHB 3 2 Multiples Hémochromatose Complication cirrhose ou CHC Dépistage CHC Hépatopathie non connue Cirrhose non suivie Découverte fortuite EASL 21 Rosa I., Créteil, abstract 585 actualisé et JFHOD 21 5

22 CHANGH : point sur le CHC en France (2) Malades (%) Traitement du CHC 8,5 8,5 Chirurgie RF THO CEL SO** Traitement symptomatique Malades (%) Survie à 1 an* 6 Programme dépistage p <,1 24 Hors programme dépistage * 481 malades ** Sorafenib EASL 21 Rosa I., Créteil, abstract 585 actualisé

23 CHC : facteurs prédictifs de survie après chimioembolisation lipiodolée (1) Cohorte prospective de 72 malades - CHC traités par CEL traitement palliatif (n = 49) ; néo-adjuvant (n = 23) (avant RF/TH/résection) CHILD A : 72 %, CHILD B : 25 % Classification BCLC : A 25 %, B 38 %, C 33 %, D = 4 % Nombre médian de cures : 1,7/patient Survie médiane : 24,8 mois - Réponse tumorale : 6 % (1 à 2 cures) Facteurs pronostic en analyse multivariée Modèle Child-Pugh Réponse tumorale p RO ** 1 Pas de RO ** 4,67,27 AFP initiale (ng/ml) < à 2 5,46,21 > 2 5,68,15 Classification BCLC p 1 9,94,9 1 4,8,27 2,96,117 ** RO = Réponse objective

24 CHC : facteurs prédictifs de survie après chimioembolisation (2) Probabilité de survie en fonction de la réponse tumorale % p =,6 Survie médiane Répondeurs : 34,9 mois Non répondeurs : 19,3 mois Répondeurs Non répondeurs Mois L absence de réponse tumorale après 2 cures de CEL justifie un changement de stratégie thérapeutique EASL 21 Aziz K., Toulouse, abstract 28 actualisé

25 Absence de différence de survie entre alcoolisation et radiofréquence pour les CHC < 3 cm Etude randomisée, prospective comparant alcoolisation (n = 143) et radiofréquence (RF) (n = 142) dans les CHC uniques 3 cm Child A (n = 145) ou Child B (n = 14) Objectif principal : survie à 4 ans Survie (%) 1 Probabilité de survie à 4 ans Survie 1 (%) RF Alcoolisation CHC < 3 cm NS 6 CHC < 2 cm NS Mois Mois La RF n est pas supérieure à l alcoolisation pour les petits CHC EASL 21 Giorgio A., Italie, abstract 213 actualisé

26 45 e congrès EASL Vienne du 14 au 18 avril 21 Michèle Pouteau (Epinay sur seine) Cirrhose, complications et autres hépatopathies

27 Cirrhose et complications

28 Sensibilité CRP : marqueur précoce d infection bactérienne Diagnostic précoce d infection bactérienne chez le cirrhotique : Quels marqueurs d infection? Etude prospective (n=26) 1, Evaluation < 24 h après admission Paramètres : SIRS, CRP, leucocytes, facteur von Willebrand, cholestérol,8,6,4,2 ASC :,82 Courbe AUROC CRP,2,4,6,8 1 Spécificité CRP* marqueur le plus utile pour détecter l infection précoce chez le cirrhotique * cut-off : 2 mg/dl EASL 21 Acevedo J., Espagne, abstract 145 actualisé

29 Cirrhose et Inhibiteurs de la pompe à protons (IPP): liaison dangereuse? Etude rétrospective sur 373 malades cirrhotiques, suivi > un an Objectif: évaluer le lien entre prise IPP et survenue d une 1 ère infection % malades avaient reçu un traitement par IPP > 6 mois Survenue d une infection chez 41 % des malades 3 % prescription IPP justifiée Infection (n = 153) Sans infection (n = 22) Age (années) ,56 Diabète 55 (36 %) 55 (25 %),47 Score de MELD* ,1 Prise d IPP* 14 (68 %) 79 (36 %),1 Association entre prise d IPP au long cours et survenue d infections bactériennes : attention à la prescription EASL 21 Bajaj JS., Etats-Unis, abstract 148 actualisé p *Analyse multivariée

30 RIFAXIMINE et Encéphalopathie Hépatique (EH) Essai prospectif américain, contrôlé, randomisé 229 patients cirrhotiques ayant 2 épisodes d EH dans les 6 mois précédents mais en rémission à l inclusion, prise de lactulose autorisée (9 %) Echelle d évaluation de qualité de vie (CLDQ : à remplir à JO et toutes les 4 semaines) Schéma thérapeutique : RIFAXIMINE 55 mg x 2/jour vs PLACEBO pendant 6 mois Fatigue Global 2,5 3,2 2,9 3, Score CLDQ p =,87 p =,93 Placebo Rifaximine Résultats: Tolérance comparable au placebo Amélioration de la qualité de vie dans le groupe Rifaximine Amélioration significative de la qualité de vie par la prise de Rifaximine chez le patient cirrhotique ayant une EH récidivante EASL 21 Sanyal A.,abstract 15 actualisé

31 EASL 21 Zecchini R., Italie, abstract 1186 actualisé Cirrhose sévère et prévention de la thrombose porte par HBPM Etude randomisée, contrôlée, ouverte Cirrhose B-C sans antécédent thrombo-embolique ni CHC et VO ligaturées Enoxaparine SC 4 UI (n = 26) vs Placebo (n = 25) pendant 1 an puis suivi 1 an Contrôle Enoxaparine* p Thrombose porte à un an fin de suivi 5 1 1,18 ns Décompensation à un an fin de suivi <,1 ns * Pas d évènements hémorragiques dans le groupe traité Bien toléré, l enoxaparine semble prévenir efficacement la thrombose porte et la décompensation chez le malade cirrhotique Child B ou C

32 Varices jonctionnelles : ligature ou colle? Etude randomisée, contrôlée 2 techniques de traitement des varices jonctionnelles (GOV1) : Ligature versus injection de cyanoacrylate Ligature (n = 75) Cyanoacrylate (n = 75) Hémostase initiale 81 % 9 % NS Nb moyen de séances 2,3 +,7 1,3 +,6 NS Récidive hémorragique 16 % 6 % NS Echec thérapeutique 1,3 % 4 % NS Oblitération des varices - Après 1 session - Après 2 sessions - Après 3 sessions 33 % 67 % 98,7 % 52 % 93 % - La ligature semble faire aussi bien que la colle p,3,1 - EASL 21 El Amin H., Egypte, abstract 842 actualisé

33 Autres hépatopathies

34 Acide Urso-désoxycholique (AUCD) et NASH, suite Etude allemande prospective, contrôlée, randomisée Biopsie hépatique avant et à la fin du traitement (n = 139) Critère de jugement: amélioration histologique (scores de Brunt modifié et NAS) AUDC (23 à 28 mg/kg/j) vs Placebo pendant 18 mois % 2 AUDC (n = 69) Placebo (n = 68) U/l 1 p <,1 15 Résultats: Poids moyen stable Pas de différence histologique Diminution significative de la GGT 1 5 p =,355 5,8 2,9 5 ITT Score NAS J M18 γ-gt Résultats discordants avec les autres études : Doses? Critères d efficacité? Cela ne doit donc pas éliminer l utilisation de l AUDC au cours de la NASH EASL 21 Leuschner U., Allemagne, abstract 77 actualisé

35 Traitement de l hépatite alcoolique grave (HAA) par l association N-acétyl-cystéïne et Corticoïdes Etude française multicentrique, prospective, randomisée 1:1 en ouvert 174 patients ayant une HAA histologiquement prouvée et grave (Maddrey > 32) Critère principal de jugement : survie à 6 mois Schéma thérapeutique : Groupes comparables Age, sexe, TP Bilirubine, albumine AST, PAL Leucocytes, PNN Créatinine Child Pugh Prednisone (4 mg/j) pendant 28 jours, seule ou en association avec NAC en IV (J1 à J5) Mortalité (%) 5% 4% 3% 2% 1% % p=,5 24% 33% 37% Amélioration significative de la survie à deux mois de patients ayant une HAA et traités par corticoïdes + N-acétyl-cystéine 8% p=,7 15% p=,117 M1 M2 M6 27% C C+NAC EASL 21 Nguyen, abstract 83 actualisé

36 Deferasirox (Exjade ) et hémochromatose génétique But : évaluer la tolérance et l efficacité du Deferasirox (5, 1 et 15 mg/kg/j) au cours de l hémochromatose génétique Tolérance Nombreux effets secondaires (1 %) principalement dans le groupe 15 mg/kg/j Effet dose dépendant Efficacité Intérêt de la dose de 1 mg/kg/j? Taux médian de ferritine (ng/ml) mg/kg/j 1 mg/kg/j 5 mg/kg/j BL Semaines Etude initiale Extension En raison des effets secondaires et même s il semble efficace, le deferasirox ne peut pas être recommandé au cours de l hémochromatose génétique EASL 21 Phatak P, Etats-Unis, abstract 187 actualisé

37 45 e congrès EASL Vienne du 14 au 18 avril 21 Conclusion Bertrand Hanslik Président de la Commission Hépatologie du CREGG (Montpellier)

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 -

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 - - 1 - Prise de position de l'association Française pour l'etude du Foie (AFEF) sur les trithérapies (Peg-IFN + ribavirine + inhibiteur de protéase) dans la prise en charge des malades atteints d'hépatite

Plus en détail

Hépatopathie alcoolique et stéatopathie métabolique. Marion Corouge Service d hépatologie. Journée de Cochin, 8 février 2014

Hépatopathie alcoolique et stéatopathie métabolique. Marion Corouge Service d hépatologie. Journée de Cochin, 8 février 2014 Hépatopathie alcoolique et stéatopathie métabolique Marion Corouge Service d hépatologie Journée de Cochin, 8 février 214 Hépatopathie alcoolique Alcool et VHC Étude évaluant l impact de la consommation

Plus en détail

Hépatite C, les nouveaux traitements

Hépatite C, les nouveaux traitements Hépatite C, les nouveaux traitements Dr Ghassan Riachi CHU de Rouen QDN 2014 Revue de presse p L hépatite C est une maladie curable Peginterferon + DAAs 2011 Standard Interferon 1991 + Ribavirin 1998 2001

Plus en détail

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A 40 ans Découverte d une cirrhose en 03/2004 devant une 1 ère DOA Clinique : CVC, ascite, ictère, angiomes stellaires, érythrose palmaire Biologie : Hb :10,2 g/dl TP

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 CHU BAB EL OUED DR OSMANE DR MAHIOU PR NAKMOUCHE Evolution du traitement de hépatite c Découverte du génome de l HVC 1989 1989 1989 Evolution du traitement

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Isabelle Morard Service d hépato-gastroentérologie Service de transplantation Juin 2013 J hepatol 2012 Hepatology 2011 CHC: épidémiologie Cibler les populations

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Observation. Pr Badre. Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca

Observation. Pr Badre. Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca Observation Pr Badre Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca Observation Mr T.A. 64 ans (DDN : 01/01/1949) Opéré pour fistule anale en 1994 Diabète type 2 sous ADO En 2009 lors d

Plus en détail

Avis 20 février 2013

Avis 20 février 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 février 2013 PEGASYS 135 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 (CIP 34009 359 958 1 0) Boîte de 4 (CIP 34009 359 959 8 8) PEGASYS 135

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Traitement de l hépatite C en 2010

Traitement de l hépatite C en 2010 CHU Constantine Service de gastro-entérologie Dr Hmmada Séminaire atelier janvier 2010 Traitement de l hépatite C en 2010 Dr O.AISSOUS Dr L.Belghazi Dr F.Boutraa 1 Pathologie d actualité statistiques alarmantes:

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Hépatite B et Grossesse

Hépatite B et Grossesse Hépatite B et Grossesse Najet Bel Hadj CHU Mongi Slim La Marsa Tunis Chez la femme enceinte, l infection virale B est dominée par le risque de transmission mère enfant qui reste une cause majeure du maintien

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte)

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) * AASLD Guidelines for Treatment of Chronic Hepatitis B Terrault NA et al. Hepatology 2016 Claude EUGENE 1 Hépatite B : l histoire

Plus en détail

Dr Jean Frédéric BLANC

Dr Jean Frédéric BLANC Dr Jean Frédéric BLANC Traitement palliatif du carcinome hépato-cellulaire Connaître les indications, les moyens thérapeutiques, leurs résultats et leurs complications Conflits d intérêts Le Dr Jean Frédéric

Plus en détail

Best Of Hépatites 2012. XIX ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 09/10/2012 Valérie Canva, CHRU Lille

Best Of Hépatites 2012. XIX ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 09/10/2012 Valérie Canva, CHRU Lille Best Of Hépatites 2012 XIX ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 09/10/2012 Valérie Canva, CHRU Lille Hépatite virale B Contributors: George Papatheodoridis (Coordinator & EASL Governing Board),

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Fédération Digestive Hôpital Purpan et INSERM U531 Toulouse 38 Japon 30 Incidence

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

Traitement de l infection par le VHC : nouvelles stratégies, nouveaux enjeux. Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne 26 mars 2014

Traitement de l infection par le VHC : nouvelles stratégies, nouveaux enjeux. Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne 26 mars 2014 Traitement de l infection par le VHC : nouvelles stratégies, nouveaux enjeux Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne 26 mars 2014 L hépatite C Les moyens thérapeutiques: le cycle viral Les moyens

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 VIREAD 245 mg, comprimés pelliculés Boîte de 1 flacon de 30 comprimés (CIP : 34009 358 500 1 0) VIREAD 33 mg/g, granulés pour administration orale Boîte

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

Journée AFEF-SAHGE Alger 14 décembre 2011. Cas Cliniques. Dr A. NANI

Journée AFEF-SAHGE Alger 14 décembre 2011. Cas Cliniques. Dr A. NANI Journée AFEF-SAHGE Alger 14 décembre 2011 Cas Cliniques Dr A. NANI Cas Clinique 1 Patiente 45 ans découverte fortuite sérologie VHC(+), bilan préopératoire pour lithiase vésiculaire symptomatique. Antécédents:

Plus en détail

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C Marie-Laure Chaix Virologie Necker OUTILS DIAGNOSTIQUES VHC Transaminases Recherche des Anticorps! Tests indirects - Anticorps! ELISA! RIBA

Plus en détail

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015 AFEFoie @AFEFoie Association reconnue d utilité publique Traitement des hépatites virales C Avis d experts 5 janvier 2015 M. Bourlière (Marseille) JP. Bronowicki (Nancy) Ch. Hézode (Créteil) D. Larrey

Plus en détail

2010 CONFLITS D INTÉRÊT

2010 CONFLITS D INTÉRÊT Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Auteur : Roche Auteur : Schering Plough Auteur : Novartis Auteur : Janssen Auteur : Boehringer Auteur :

Plus en détail

ACTUALITÉS SUR LA PRISE EN CHARGE DE L HÉPATITE C CHEZ LE MONOINFECTÉ. Dr V.Ozenne Service d hépatogastroentérologie Hôpital Laribosière Le26/01/2015

ACTUALITÉS SUR LA PRISE EN CHARGE DE L HÉPATITE C CHEZ LE MONOINFECTÉ. Dr V.Ozenne Service d hépatogastroentérologie Hôpital Laribosière Le26/01/2015 ACTUALITÉS SUR LA PRISE EN CHARGE DE L HÉPATITE C CHEZ LE MONOINFECTÉ Dr V.Ozenne Service d hépatogastroentérologie Hôpital Laribosière Le26/01/2015 2014 Janvier Juin Septembre Décembre Sofosbuvir Simeprevir

Plus en détail

Hegel Vol. 2 N 1 2012 7. Comment obtenir une efficacité optimale du traitement de l hépatite chronique virale B?

Hegel Vol. 2 N 1 2012 7. Comment obtenir une efficacité optimale du traitement de l hépatite chronique virale B? Hegel Vol. 2 N 1 2012 7 DOI 10.4267/2042/46985 HÉPATOLOGIE Comment obtenir une efficacité optimale du traitement de l hépatite chronique virale B? Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck ; F-06700 Saint Laurent

Plus en détail

Approche clinique des patients porteurs du Virus de l Hépatite C. Nouveautés dans la prise en charge du patient VHC?

Approche clinique des patients porteurs du Virus de l Hépatite C. Nouveautés dans la prise en charge du patient VHC? Approche clinique des patients porteurs du Virus de l Hépatite C - Nouveautés dans la prise en charge du patient VHC? Dr Caroline Jézéquel CCA Service des Maladies du Foie CHU Pontchaillou - Rennes Déclarations

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

Hépatite chronique C. Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes APHP, Hôpital Cochin, Hépatologie INSERM U.567

Hépatite chronique C. Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes APHP, Hôpital Cochin, Hépatologie INSERM U.567 Hépatite chronique C Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes APHP, Hôpital Cochin, Hépatologie INSERM U.567 Prévalence des Ac. anti-vhc en France Prévalence : 0,84 % 500.000 porteurs Diminution

Plus en détail

RÉSECTIONS HÉPATIQUES MAJEURES D HEPATOCARCINOME SUR FOIE NON CIRRHOTIQUE A PROPOS DE 6 CAS EN 14 MOIS B. GENELLE, L. AZIERE, T.

RÉSECTIONS HÉPATIQUES MAJEURES D HEPATOCARCINOME SUR FOIE NON CIRRHOTIQUE A PROPOS DE 6 CAS EN 14 MOIS B. GENELLE, L. AZIERE, T. RÉSECTIONS HÉPATIQUES MAJEURES D HEPATOCARCINOME SUR FOIE NON CIRRHOTIQUE A PROPOS DE 6 CAS EN 14 MOIS B. GENELLE, L. AZIERE, T. DERYCKE CHC : UNE VINGTAINE DE CAS PAR AN AU CHT DECOUVERTE LE PLUS SOUVENT

Plus en détail

Carcinome Hépatocellulaire : Evaluation préthérapeutique. R. Gérolami

Carcinome Hépatocellulaire : Evaluation préthérapeutique. R. Gérolami Carcinome Hépatocellulaire : Evaluation préthérapeutique R. Gérolami Généralités Epidémiologie Evaluation du foie non tumoral Diagnostic du CHC Bilan d extension Classifications CHC : Epidémiologie 620

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Objectifs pédagogiques

Objectifs pédagogiques Conflits d intérêts Roche : Speaker symposium, board BMS : Speaker symposium, board, soutien recherche MSD : speaker symposium, board Gilead : speaker symposium, board Bayer : speaker symposium Janssen

Plus en détail

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux F ZOULIM Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux - Connaître les objectifs du traitement - Connaître les résultats immédiats et à long terme des traitements - Savoir choisir une option thérapeutique

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1)

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 PEGASYS 180 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 359 960 6 0) 1 stylo pré-rempli de 0,5

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS

COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS ATTEINTS D HÉPATITE DHÉPATITE C Mr Figo a 45 ans ;il est marié et a deux enfants de 18 et 14ans. Il travaille comme cadre dans une entreprise pétrolière et effectue

Plus en détail

Lawrence Serfaty Service d Hépatologie, UMR S 893 Hôpital Saint-Antoine, UPMC, Paris

Lawrence Serfaty Service d Hépatologie, UMR S 893 Hôpital Saint-Antoine, UPMC, Paris Intérêt de la «Lead-In phase»? Lawrence Serfaty Service d Hépatologie, UMR S 893 Hôpital Saint-Antoine, UPMC, Paris Conflits d intérêts Schering-Plough/MSD Roche BMS Gilead Novartis Pfizer Axcan-Pharma

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

Le Carcinome Hépato-Cellulaire Actualités Flash

Le Carcinome Hépato-Cellulaire Actualités Flash Le Carcinome Hépato-Cellulaire Actualités Flash Jean-Marie Péron Service dʼhépato-gastro-entérologie Hôpital Purpan Toulouse Epidémiologie : rôle du diabète et de la stéatopathie métabolique Le traitement

Plus en détail

CIRRHOSE. La cirrhose traduit l'évolution prolongée d'un processus de destruction et de reconstruction hépatocytaire.

CIRRHOSE. La cirrhose traduit l'évolution prolongée d'un processus de destruction et de reconstruction hépatocytaire. CIRRHOSE Définition La fibrose est une prolifération de la matrice extra-cellulaire dont le principal constituant est le collagène. La fibrose est un processus cicatriciel où la formation de matrice est

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

L'adéfovir, une nouvelle arme thérapeutique dans l'hépatite chronique B

L'adéfovir, une nouvelle arme thérapeutique dans l'hépatite chronique B Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 109 - juillet-août 03 VHB - TRAITEMENT L'adéfovir, une nouvelle arme thérapeutique dans l'hépatite chronique

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales Philippe Sogni Hépato-gatroentérologie gatroentérologie,, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Paris 5 Sogni 1 Hépatite chronique C Sogni 2 Prévalence en France des Ac..

Plus en détail

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES 10/02/12 Aymeric BECQ SOMMAIRE 1. Pourquoi traiter 2. Traitement inieal 3. Traitement au long cours 4. Cas de la grossesse 5. HAI et TH 6. Conclusion 1. POURQUOI

Plus en détail

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie Ariane MALLAT Tabac, cannabis et foie Connaître le rôle du tabac et du cannabis dans le développement de la fibrose Savoir l évaluer Connaître les conséquences pratiques chez un malade porteur d une hépatopathie

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies

Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies Victor de Lédinghen CHU Bordeaux Paris 15 Octobre 2010 Intérêt des marqueurs de fibrose Bilan de gravité d une maladie

Plus en détail

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC)

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC) PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Le 29 juillet 203 Aux responsables des laboratoires de microbiologie Aux médecins microbiologistes-infectiologues Aux médecins gastroentérologues et hépatologues Aux assistants-chefs

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Place des Examens de Biologie Moléculaire dans le Suivi des Hépatites

Place des Examens de Biologie Moléculaire dans le Suivi des Hépatites Place des Examens de Biologie Moléculaire dans le Suivi des Hépatites Stéphane Chevaliez Centre National de Référence des Hépatites Virales B, C et delta Laboratoire de Virologie & INSERM U955 Hôpital

Plus en détail

Présentation clinique. Présenté par Rdte KOOLI.I

Présentation clinique. Présenté par Rdte KOOLI.I Présentation clinique Présenté par Rdte KOOLI.I Patiente A.A âgée de 38 ans Médecin ATCDS : RAS FRH : *Soins Dentaires (+) *Relations Sexuelles Extraconjugales (-) *Tatouage (-) *Scarification (-) Consulte

Plus en détail

Dépistage du carcinome hépatocellulaire chez les malades ayant une hépatite virale guérie

Dépistage du carcinome hépatocellulaire chez les malades ayant une hépatite virale guérie LC01 Dépistage du carcinome hépatocellulaire chez les malades ayant une hépatite virale guérie Laurent CASTERA Service d Hepatologie, Hôpital Beaujon, Clichy Université Paris-7, France Justification du

Plus en détail

Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment?

Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment? Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment? Victor de Lédinghen Centre Expert Hépatites Virales Aquitaine CHU Bordeaux Liens d intérêt Echosens Supersonic Imagine Pourquoi faut-il évaluer la fibrose?

Plus en détail

Actualités sur l hépatite C. 20 Janvier 2004

Actualités sur l hépatite C. 20 Janvier 2004 Actualités sur l hépatite C 20 Janvier 2004 Guérison sans séroconversion? CONTAMINATION 4 à 12 semaines HEPATITE AIGUE 15-45 % 55-85 % GUERISON ARN VHC- 25-40% INFECTION CHRONIQUE ARN VHC+ 60-75% ALAT

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

À l échelle mondiale, 150 millions d individus sont porteurs chroniques de l hépatite C. Environ personnes meurent chaque année de

À l échelle mondiale, 150 millions d individus sont porteurs chroniques de l hépatite C. Environ personnes meurent chaque année de 1 À l échelle mondiale, 150 millions d individus sont porteurs chroniques de l hépatite C. Environ 500 000 personnes meurent chaque année de pathologies hépatiques liées à l hépatite C. L infection chronique

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 décembre 2014 DAKLINZA 30 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 3400927941160) B/28 (CIP : 3400927941221) DAKLINZA 60 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 3400927941399)

Plus en détail

Cholangite Sclérosante : Survie (sans TH)

Cholangite Sclérosante : Survie (sans TH) Cholangite Sclérosante : Survie (sans TH) (Ponsioen et al, Gut 2002) n = 174 TH : 8% CSP et Cholangiocarcinome Risque cumulé (%) 15 10 5 0 Kornfeld et al, Scand J Gastroenterol 1997 Diagnostic très difficile:

Plus en détail

La Cirrhose Biliaire Primitive: Actualités C. Corpechot

La Cirrhose Biliaire Primitive: Actualités C. Corpechot La Cirrhose Biliaire Primitive: Actualités C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint-Antoine Paris Conflits d intérêt Aucun conflit d intérêt à déclarer

Plus en détail

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D.

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D. Evolution maternelle et fœtale des grossesses survenant chez des malades atteintes de thrombose chronique de la veine porte (TVP) : résultats d une étude européenne multicentrique A. Plessier (1) ; PE.

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne HEPATITES VIRALES Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne INTRODUCTION Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires 5 virus

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C Réunion Tunisienne de Consensus Organisée par La Société Tunisienne de Gastro-entérologie Sous l égide de La Société Tunisienne des Sciences Médicales Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Plus en détail

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence Maladies Systémiques et Autoimmunes Hôpital Cochin Université Paris Descartes Classification

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 mars 2015 HARVONI 90 mg/400 mg, comprimés pelliculés B/28 (CIP : 34009 300 008 8 5) Laboratoire GILEAD SCIENCES DCI Code ATC (2015) lédipasvir/sofosbuvir (association

Plus en détail

Acide ursodésoxycholique à forte dose chez les malades avec stéato-hépatite non alcoolique

Acide ursodésoxycholique à forte dose chez les malades avec stéato-hépatite non alcoolique Acide ursodésoxycholique à forte dose chez les malades avec stéato-hépatite non alcoolique Essai multicentrique en double aveugle randomisé et controlé V. Ratziu, V. De Ledinghen, F. Oberti, P. Mathurin,

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail