Charte. Responsabilité Sociale et Environnementale du Groupe Barid Al-Maghrib

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Charte. Responsabilité Sociale et Environnementale du Groupe Barid Al-Maghrib"

Transcription

1 Charte Responsabilité Sociale et Environnementale du Groupe Barid Al-Maghrib Barid Al-Maghrib S.A. Direction RSE et Conformité Division RSE Tél : Fax : Edition 2013

2 1 I 2 Sommaire Introduction Introduction 2 Raison d être de la RSE 3 Parties prenantes du Groupe BAM 3 Objectifs de la charte 4 Démarche adoptée 4 Nos engagements en matière de RSE 5 Références 7 La Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) est, de nos jours, un élément structurant dans la bonne gestion des entreprises. Il s agit d un concept qui désigne l intégration volontaire par l entreprise des préoccupations sociales, sociétales, environnementales et de bonne gouvernance dans sa stratégie, sa gestion et ses relations avec ses parties prenantes, sans toutefois négliger les aspects économiques et financiers. Autrement dit, être socialement responsable signifie non seulement satisfaire pleinement aux obligations juridiques et réglementaires applicables, mais aussi aller au-delà et investir davantage dans le capital humain, l environnement et les relations avec les parties prenantes. Le Groupe Barid Al-Maghrib, à l instar des grandes organisations, s engage avec ses filiales à intégrer et à promouvoir les valeurs et les principes de la RSE en œuvrant à concilier l accroissement de sa performance économique, la réduction des impacts écologiques négatifs et la recherche de justice sociale en s adaptant aux attentes de ses parties prenantes. Cet engagement vient en complément au respect des lois et règlements et porte sur toutes les activités et tous les domaines qui peuvent apporter une valeur ajoutée à notre institution dans son ensemble. Il s inscrit dans la logique du développement durable, conformément aux lois et engagements du Maroc ainsi qu aux recommandations des instances internationales.

3 3 I 4 Raison d être de la Charte La présente Charte qui formalise les principes précités, s inspire de différentes sources internationales et nationales qui exhortent les entreprises à respecter et à appliquer un ensemble de valeurs fondamentales dans les domaines des droits de l homme, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et de la protection de l environnement. Cette charte ne devrait pas être vue comme un substitut à une quelconque réglementation ou à la législation concernant les droits sociaux ou les normes environnementales. Elle constitue un cadre de référence dans lequel toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs, sont invités à s inscrire notamment dans la conduite de leurs activités ou dans leurs relations avec les parties prenantes, et à être en conformité avec les valeurs et principes de la RSE dans une perspective de développement durable. Parties prenantes du Groupe Barid Al-Maghrib La RSE n est ni une activité distincte ni l affaire de quelques cadres, mais une responsabilité assumée et partagée par plusieurs parties qui sont qualifiées de parties prenantes. Ce sont les individus et les groupes titulaires d intérêts susceptibles d être affectés par l existence, les produits ou services ou par le comportement de l entreprise et qui peuvent, en retour, influer sur sa capacité à réaliser ses fins. Au Groupe Barid Al-Maghrib, la chaîne des principales parties prenantes comprend : Les collaboratrices et les collaborateurs ; Les clients ; Les partenaires sociaux ; Les fournisseurs ; Les pouvoirs publics ; Les Organisations Non Gouvernementales (ONG). Objectifs de la charte La charte vise les objectifs suivants : Faire adhérer toutes les parties concernées pour partager les valeurs de notre institution et les principes de la RSE, tant en interne que dans nos relations avec les parties prenantes ; Renforcer l appropriation de la démarche auprès des collaboratrices et des collaborateurs en faisant de la RSE une façon d agir au quotidien ; Partager les pratiques visant à atténuer les impacts négatifs de notre activité sur l environnement ; S approprier les principes de la bonne gouvernance ; Promouvoir le respect des lois, des règlements et des droits humains ; Concrétiser l engagement sociétal de notre institution ; Partager l engagement de notre institution pour le développement durable. Démarche adoptée Pour atteindre ces objectifs, Le Groupe Barid Al-Maghrib et ses filiales adoptent une démarche qui est pleinement adossée à la bonne gouvernance et à l éthique et qui prône la pédagogie et le dialogue avec toutes les parties prenantes en tenant compte de leurs attentes et leurs préoccupations. Cette démarche est basée sur : La promotion d une culture de la RSE à travers la communication et la sensibilisation par des actions concrètes dans le cadre d un plan d actions annuel élaboré en association avec tous les pôles et directions ; La promotion du dialogue permanent avec les principales parties prenantes.

4 Nos engagements en matière de RSE La charte vise à faire respecter 7 principes fondamentaux: 1. Soutenir et respecter les droits des collaboratrices et collaborateurs Promouvoir l égalité des chances entre Femmes et Hommes ; Respecter les libertés d association et l exercice du droit syndical ; Soutenir l insertion professionnelle des personnes en situation de handicap ; Lutter contre toute discrimination à l embauche et à l évolution professionnelle ; Protéger les données personnelles des collaborateurs ; Améliorer et développer davantage les actions sociales en faveur des collaboratrices et des collaborateurs (crèches, centres d estivage, opérations Omra, Pèlerinage ). 2. Soutenir une approche préventive pour protéger l environnement Minimiser l impact de nos activités sur l environnement par la communication, la formation et la sensibilisation des collaborateurs ; Promouvoir l utilisation des énergies renouvelables et des moyens de transport à faible émission de gaz CO 2 ; Optimiser la consommation de papiers et d énergie et préserver l eau et la biodiversité ; Limiter la production des déchets en favorisant leur valorisation et leur recyclage ; Inciter et encourager les partenaires (fournisseurs et soustraitants) à adopter les bonnes pratiques environnementales et écologiques ; Gérer les projets au regard de la RSE et du développement durable. 3. Renforcer la bonne gouvernance Renforcer les dispositifs de contrôle interne ; Renforcer et améliorer la gouvernance conformément aux lois et recommandations du Code Marocain de Bonnes Pratiques de Gouvernance des Entreprises et Etablissements Publics. 4. Promouvoir l éthique et la conformité Promouvoir le respect des lois, des règlements et des procédures ; Lutter contre la corruption par la sensibilisation, la prévention et les sanctions ; Promouvoir le code de déontologie de Barid Al-Maghrib. 5. Respecter les intérêts des clients et des fournisseurs Améliorer l accessibilité des personnes non-voyantes ou à mobilité réduite ; Protéger les données personnelles des clients et fournisseurs ; Respecter les règles de concurrence ; Respecter les droits des clients et des fournisseurs. 6. Promouvoir la responsabilité sociale des fournisseurs et sous-traitants Inciter les fournisseurs à respecter les engagements sociétaux ; Inciter les sous-traitants au respect de la réglementation du travail. 7. Développer l engagement sociétal Poursuivre et développer davantage les actions citoyennes réalisées avec les fondations et les associations ; Participer à des manifestations nationales ou internationales portant sur la promotion du Développement Durable ; Soutenir et sponsoriser des actions de promotion de la protection de l environnement ; Participer à des programmes nationaux de luttes contre l analphabétisme ; Participer à l insertion des personnes à besoins spécifiques. 5 I 6

5 7 I 8 Référence Global Reporting Initiative de l ONU (1999) ( org); Global Impact de l ONU (2000) ( ; Normes des Nations Unies sur la Responsabilité des Entreprises en matière de Droits Humains ; Déclaration de l OIT sur les multinationales et la politique sociale ( ) ; Les objectifs du Millénaire pour le développement adoptés en septembre 2000 ( ; La déclaration de Rio sur l environnement et le développement ; Norme européenne de management et d audits environnementaux EMAS ; La convention des Nations Unies contre la corruption ; La norme ISO non certifiante (2010) ; Le code marocain du travail ; La Constitution du Royaume du Maroc (2011) ; La convention internationale sur la désertification ; Les conventions internationales sur la protection des espèces menacées, les pollutions, la protection de la couche d ozone, les pollutions maritimes ; La convention sur l élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes (juin 1993) ; Le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (mai 1979) ; La convention sur les droits de l enfant (janvier 1993) ; Le code de déontologie de Barid Al-Maghrib ; Le Code Marocain de Bonnes Pratiques de Gouvernance des Entreprises et Etablissements Publics... Les 10 principes du Pacte Global de l ONU Droits de l Homme Les entreprises sont invitées à promouvoir et à respecter la protection du droit international relatif aux droits de l Homme dans leur sphère d influence ; Les entreprises sont invitées à veiller à ce que leurs propres compagnies ne se rendent pas complices de violations des droits de l Homme. Droit du travail Les entreprises sont invitées à respecter la liberté d association et à reconnaître le droit de négociation collective ; Les entreprises doivent œuvrer pour l élimination de toutes les formes de travail forcé ou obligatoire ; Les entreprises doivent œuvrer pour l abolition effective du travail des enfants ; Les entreprises doivent œuvrer pour l élimination de la discrimination en matière d emploi et de profession. Environnement 7. Les entreprises sont invitées à appliquer l approche de précaution face aux problèmes touchant l environnement ; 8. Les entreprises sont invitées à entreprendre des initiatives tendant à promouvoir une plus grande responsabilité en matière d environnement ; 9. Les entreprises sont invitées à favoriser la mise au point et la diffusion de technologies respectueuses de l environnement. Lutte contre la corruption 10. Les entreprises sont invitées à agir contre la corruption sous toutes ses formes, y compris l extorsion de fonds et les pots-de-vin.

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise PLAN D ACTION Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010 2015 ENSEMBLE POUR UNE MÉTROPOLE DURABLE Le Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015 mobilise

Plus en détail

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG)

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 N 702 By Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016 CONECT 2016 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 1 2 3 4 La CONECT va apporter son assistance technique à l'initiative économique

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA 1 Principes, critères essentiels (en bleu) et critères désirés/recommandés (bleu clair). PRINCIPE 1 : Respect de la législation Critère

Plus en détail

notre responsabilité sociale & environnementale

notre responsabilité sociale & environnementale notre responsabilité sociale & environnementale 2015 Une conscience et une responsabilité sociétale La RSE est désormais au cœur de nombreuses communications. La RSE n est plus un simple phénomène de mode

Plus en détail

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU DOSSIER DE PRESSE LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU CONFERENCE DE PRESSE du 24 mars 2011 www.mediation-eau.fr Agence Point Virgule Claire-Anne Brule Solenn Morgon

Plus en détail

ATELIER 3 Comment entraîner une large adhésion et participation des citoyens pour accompagner la préservation et à la reconquête de la biodiversité?

ATELIER 3 Comment entraîner une large adhésion et participation des citoyens pour accompagner la préservation et à la reconquête de la biodiversité? ATELIER 3 Comment entraîner une large adhésion et participation des citoyens pour accompagner la préservation et à la reconquête de la biodiversité? Donner des moyens à l AFB grâce aux redevances Il existe

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Adoptée par le conseil d administration lors de sa 304 e assemblée, le 17 juin 2014 (résolution n o 2718) Dans cette politique, le masculin

Plus en détail

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale»

Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» 1 Programme de formation : «Coordonner et dynamiser un conseil local de santé mentale» Actuellement, plus de 100 Conseils locaux de santé mentale (Clsm) sont opérationnels dont plus de la moitié ont une

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

RÉF.: EASO/2016/CA/003

RÉF.: EASO/2016/CA/003 Avis de vacance pour le poste d assistant en ressources humaines (agent contractuel, GF III) au sein du Bureau européen d appui en matière d asile (EASO) RÉF.: EASO/2016/CA/003 Publication Intitulé de

Plus en détail

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

Notice explicative ENQUÊTE SUR LES BUDGETS DE RECHERCHE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Direction générale de la recherche et de l innovation Direction générale pour la recherche et l'innovation Direction générale

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 188 (2004-2005) N 1 188 (2004-2005) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET modifiant le Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus en vue de favoriser l utilisation

Plus en détail

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014 Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle Décembre 2014 SOMMAIRE I. Evolution de la Réglementation Prudentielle III. Impacts de la nouvelle réglementation I III II. Règles algériennes VS Règles

Plus en détail

«Soutien à la formation de bénévoles, élus et/ou responsables d activités» et «Création de nouveaux services à la population»

«Soutien à la formation de bénévoles, élus et/ou responsables d activités» et «Création de nouveaux services à la population» «Soutien à la formation de bénévoles, élus et/ou responsables d activités» et «Création de nouveaux services à la population» Calendrier Appel à projet FDVA Bretagne 2015 Diffusion de l appel à projets

Plus en détail

Introduction. Reconnaissance récente du rôle des hautes terres. comme contribution à l équilibre écologique général

Introduction. Reconnaissance récente du rôle des hautes terres. comme contribution à l équilibre écologique général Colloque International : L eau en montagne «Gestion intégrée des hauts bassins versants» Megève 5-6 septembre 2002 ----------------------------- Aspect sociologique des comportements humains en montagne

Plus en détail

Resolution. «Fonds Européen de Participation des Travailleurs» Document de fond

Resolution. «Fonds Européen de Participation des Travailleurs» Document de fond Annexe 1 Resolution «Fonds Européen de Participation des Travailleurs» Document de fond 1. Réflexions sur une structure pour le Fonds Européen de Participation des travailleurs et un centre de compétence

Plus en détail

L Agence de la Biomédecine

L Agence de la Biomédecine L Agence de la Biomédecine Organisation, missions et AMP Françoise MERLET Agence de la biomédecine francoise.merlet@biomedecine.fr Loi de bioéthique du 06 août 2004 l Agence de la biomédecine Une nouvelle

Plus en détail

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT 1 SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT B- LE SALON I/ PRESENTATION DU SALON II/ LES NOUVEAUTES DE LA 25 ème EDITION DU SALON DU MEUBLE III/ LES SECTEURS D EXPOSITION IV/ LES EXPOSANTS V/ LES

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN DU THEATRE PRIVE 48 rue de Laborde 75008 PARIS Tél. : 01-42-27-45-97 / Fax : 01-40-54-83-73 STATUTS

ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN DU THEATRE PRIVE 48 rue de Laborde 75008 PARIS Tél. : 01-42-27-45-97 / Fax : 01-40-54-83-73 STATUTS ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN DU THEATRE PRIVE 48 rue de Laborde 75008 PARIS Tél. : 01-42-27-45-97 / Fax : 01-40-54-83-73 STATUTS Adoptés par le Conseil d administration et L Assemblée générale du 23 avril

Plus en détail

RAPPORT 2010 DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE ET ENVIRONNEMENTALE

RAPPORT 2010 DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE ET ENVIRONNEMENTALE RAPPORT 2010 DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE ET ENVIRONNEMENTALE SOMMAIRE La RSE dans le logement social P.4 Carte d identité P.5 Les temps forts 2010 P.6 Créativité Les objectifs RSE de Trois Moulins Habitat

Plus en détail

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 La NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Note d orientation LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Une attention spéciale doit être portée

Plus en détail

Cinq ans, cinq millions d'emplois

Cinq ans, cinq millions d'emplois Charles-Édouard Ranchin Cinq ans, cinq millions d'emplois Par le made in France Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

RAppoRT D'ACTiviTé. Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT

RAppoRT D'ACTiviTé. Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT RAppoRT D'ACTiviTé Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT 2014 Édito La Carsat Normandie s est inscrite dans une démarche de Développement durable depuis 2008. Elle s appuie sur le plan

Plus en détail

SXONF Q@OGHD ' F QNT OD» 7/ $ CD MNHQ 7/ $ CD MNHQ. Rapport développement durable ' F QNT OD»

SXONF Q@OGHD ' F QNT OD» 7/ $ CD MNHQ 7/ $ CD MNHQ. Rapport développement durable ' F QNT OD» SXONF Q@OGHD ' F QNT OD» 7/ $ CD MNHQ 7/ $ CD MNHQ Rapport développement durable 2006 SXONF Q@OGHD ' F QNT OD» LEXIQUE SOMMAIRE 02 Entretien avec la Présidente 04 Conseil d Administration et Comité Exécutif

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES INSTITUT NATIONAL DES FINANCES Cycle de formation pour les cadres vérificateurs de la Direction Générale des Impôts Fayçal DERBEL Expert comptable Enseignant à l ISG Décembre 2011 / Janvier 2012 INTRODUCTION

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE GUIDE PRATIQUE L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE Vers une réduction de la facture énergétique Réaliser un audit énergétique est devenu obligatoire pour un grand nombre de copropriétés.

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CE QUE LES GOUVERNEMENTS LOCAUX DOIVENT SAVOIR

OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CE QUE LES GOUVERNEMENTS LOCAUX DOIVENT SAVOIR OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CE QUE LES GOUVERNEMENTS LOCAUX DOIVENT SAVOIR CE QUE LES GOUVERNEMENTS LOCAUX DOIVENT SAVOIR Préface Le 25 septembre 2015, les États membres des Nations Unies ont adopté

Plus en détail

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68 Service d Optimisation et de Lancement pour l Entreprenariat 2016 Catalogue Formation des SOLen Technopôle Lahitolle Elus locaux 6 rue Maurice Roy 18000 Bourges Tel. 02 46 08 10 68 Organisme agréé par

Plus en détail

Le sommaire. Les objectifs du livret 3. Nos quatre convictions 4. Nos recommandations 5. Les éléments de contexte 7. La quête du sens 9

Le sommaire. Les objectifs du livret 3. Nos quatre convictions 4. Nos recommandations 5. Les éléments de contexte 7. La quête du sens 9 1 Être Pilote des Processus sur le domaine des Ressources Humaines Nov 2015 Le sommaire Les objectifs du livret 3 Nos quatre convictions 4 Nos recommandations 5 Les éléments de contexte 7 La quête du sens

Plus en détail

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse IASC evaluation de l approche cluster phase 2 résumé exécutif, AVRIL 2010 Evaluation de l Approche Cluster 2 Rapport Synthèse Julia Steets, François Grünewald, Andrea Binder, Véronique de Geoffroy, Domitille

Plus en détail

» Délégations du personnel» Comités mixtes d entreprise» Représentants des salariés dans le sociétés anonymes

» Délégations du personnel» Comités mixtes d entreprise» Représentants des salariés dans le sociétés anonymes FR COLLECTION La représentation des salariés dans les entreprises Le guide complet de la Chambre des salariés sur les modifications introduites par la loi du 23 juillet 2015 portant réforme du dialogue

Plus en détail

Direction Régionale Auvergne. Le Plan de Formation 2016

Direction Régionale Auvergne. Le Plan de Formation 2016 DRH - Développement Des Compétences Direction Régionale Auvergne Les orientations du prochain plan triennal 2016-2017-2018 Le Plan de Formation 2016 CE du 26 novembre 2015 Sommaire Principes fondateurs

Plus en détail

Les droits de l enfant dans les Objectifs de développement durable

Les droits de l enfant dans les Objectifs de développement durable Les droits de l enfant dans les Objectifs de développement durable Analyse - juin 2016 «Nous, les adultes, avons malheureusement failli à notre devoir de défendre tous vos droits. Un tiers d entre vous

Plus en détail

Consulting NOS CONSEILS POUR DE BONNES DÉCISIONS. Published on Sophos Hotels (http://sophoshotels.com)

Consulting NOS CONSEILS POUR DE BONNES DÉCISIONS. Published on Sophos Hotels (http://sophoshotels.com) Published on Sophos Hotels (http://sophoshotels.com) Accueil > Consulting Consulting NOS CONSEILS POUR DE BONNES DÉCISIONS Nous mettons à votre disposition notre expérience pour vous permettre de prendre

Plus en détail

Ergonomie SNCE. Syndicat National des Cabinets-conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France STATUTS CICF / SNCE

Ergonomie SNCE. Syndicat National des Cabinets-conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France STATUTS CICF / SNCE Ergonomie SNCE Syndicat National des Cabinets-conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France STATUTS CICF / SNCE CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE SYNDICAT NATIONAL

Plus en détail

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 2012-2013 Biarritz Surftraining Sortie Scolaire Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN info@surftraining.com ou www.surftraining.com 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 BIARRITZ

Plus en détail

Développement durable & RSO

Développement durable & RSO Développement durable & RSO Rapport d'activité 2013 Sommaire Préambule... 4 La Carsat Nord-Picardie, une entreprise engagée en faveur de la Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO)... 5 En 2013,

Plus en détail

LA STRATEGIE REGIONALE D'INNOVATION ET DE SPECIALISATION INTELLIGENTE

LA STRATEGIE REGIONALE D'INNOVATION ET DE SPECIALISATION INTELLIGENTE LA STRATEGIE REGIONALE D'INNOVATION ET DE SPECIALISATION INTELLIGENTE METHODOLOGIE CONTEXTE www.innovation.rhonealpes.fr 2 MANAGEM NT ENJEUX DIAGNOSTIC OBJECTIFS SRI-SI CONTEXTE & ENJEUX Contexte de la

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT PREAMBULE Le Comité Technique d Etablissement (C. T. E.) du Centre Hospitalier de SOMAIN est régi par les textes législatifs et réglementaires suivants

Plus en détail

Contribution à l évaluation de la médecine scolaire

Contribution à l évaluation de la médecine scolaire Rapport demandé par le président de l Assemblée nationale pour le comité d évaluation et de contrôle des politiques publiques (article L. 132-5 du code des juridictions financières) Contribution à l évaluation

Plus en détail

ÉTAT DES PROGRÈS RÉALISÉS VERS L ATTEINTE DES OBJECTIFS DE L EPT EN AFRIQUE CENTRALE ET CONTRIBUTION A LA REFLEXION SUR L AGENDA POST-2015

ÉTAT DES PROGRÈS RÉALISÉS VERS L ATTEINTE DES OBJECTIFS DE L EPT EN AFRIQUE CENTRALE ET CONTRIBUTION A LA REFLEXION SUR L AGENDA POST-2015 RAPPORT REGIONAL CEEAC ÉTAT DES PROGRÈS RÉALISÉS VERS L ATTEINTE DES OBJECTIFS DE L EPT EN AFRIQUE CENTRALE ET CONTRIBUTION A LA REFLEXION SUR L AGENDA POST-2015 Janvier 2015 1 AVANT PROPOS Le rapport

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Diversité des expressions culturelles 4 IGC Distribution limitée CE/10/4.IGC/205/INF.4 Paris, le 9 novembre 2010 Original : français COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA

Plus en détail

INVITATIONS PRESSE UBS

INVITATIONS PRESSE UBS Du 07 au 11 septembre 2015 n 79 INVITATIONS PRESSE UBS INVITATION PRESSE N 1 LORIENT Mardi 8 septembre, à 11h45 Présidence Rue Armand GUILLEMOT - Conférence de presse officielle de rentrée de l UNIVERSITE

Plus en détail

Règlement d'admission

Règlement d'admission Règlement d'admission concernant la formation d'éducateur spécialisé 1. Définition de la profession et du contexte de l intervention des éducateurs spécialisés Selon l arrêté du 20 Juin 2007 relatif au

Plus en détail

Diversité des expressions culturelles

Diversité des expressions culturelles Diversité des expressions culturelles 6 IGC Distribution : limitée CE/12/6.IGC/INF.5 Paris, 3 décembre 2012 Original : anglais COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ

Plus en détail

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013 Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital Point d avancement décembre 2013. Ambition et Enjeux Ambition : Elever l expérience du patient à l hôpital au même niveau

Plus en détail

Pour l égalité entre femmes et hommes

Pour l égalité entre femmes et hommes Pour l égalité entre femmes et hommes Services communaux à l égalité des chances Descriptif technique du fonctionnement des services Recommandations Exemples de bonnes pratiques Réseau national des chargées

Plus en détail

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires :

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : Dossier de presse Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : la Caisse de Dépôts et Consignations la Caisse d Épargne de Bretagne, l association «Parcours Confiance

Plus en détail

FEDRE Forum européen

FEDRE Forum européen FEDRE Forum européen Changements climatiques: Energie et Mobilité Genève, 23-27 janvier 2006 1. Introduction Développement des biocarburants en Europe: situation actuelle et perspectives Dr E. Gnansounou

Plus en détail

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous?

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous? UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS Qui sommes-nous? ARCOOP est une coopérative d'activités et d'emploi (CAE) généraliste, qui regroupe 70 entrepreneurs de différents horizons et différents métiers (bâtiment,

Plus en détail

LA COMMUNICATION RSE DES ENTREPRISES CHINOISES : ESSAI DE COMPARAISON CHINE - FRANCE

LA COMMUNICATION RSE DES ENTREPRISES CHINOISES : ESSAI DE COMPARAISON CHINE - FRANCE LA COMMUNICATION RSE DES ENTREPRISES CHINOISES : ESSAI DE COMPARAISON CHINE - FRANCE Yu Fei AN Docteur en sciences de gestion. Chercheur associé Sciences-Po Chine anyufei1971@hotmail.com Jean Marie PERETTI

Plus en détail

Le Responsable Q.S.E.

Le Responsable Q.S.E. Le Responsable Q.S.E. Ses secteurs d activités : Tous les secteurs d activité, de la PME au grand groupe international - Mettre en place et assurer le suivi des systèmes de management internationaux ou

Plus en détail

Agenda du développement post-2015

Agenda du développement post-2015 RAPPORT 2013 Agenda du développement post-2015 Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats Papier de position française élaboré en concertation avec la société civile

Plus en détail

Esprit d équipe es-tu là?

Esprit d équipe es-tu là? économie Esprit d équipe es-tu là? Le Sofitel Tahiti a fêté cette année ses 40 ans. Lorsque cet établissement a fermé pendant plusieurs mois pour rénovation en 2005, le SEFI a pris en charge le financement

Plus en détail

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Un Groupe ancré dans une profession Le Groupe SMABTP est l assureur spécialiste du secteur de la construction. Parmi ses 140 000 sociétaires figurent des intervenants

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

CAISSES LOCALES AFFILIÉES À LA CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHÔNE ALPES

CAISSES LOCALES AFFILIÉES À LA CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHÔNE ALPES CAISSES LOCALES AFFILIÉES À LA CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHÔNE ALPES Sociétés coopératives à capital variable régies notamment par les articles L. 511-1 et suivants et L. 512-20 et

Plus en détail

1. Introduction... 11

1. Introduction... 11 Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Administration fédérale des contributions AFC Eidgenössische Steuerverwaltung ESTV Amministrazione federale delle

Plus en détail

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA?

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? Du 25 au 27 septembre se tiendra à New York l'assemblée générale des Nations Unies durant laquelle les chefs

Plus en détail

Les Foyers de Seine-et-Marne RAPPORT 2012 D ACTIVITÉ RESPONSABLE

Les Foyers de Seine-et-Marne RAPPORT 2012 D ACTIVITÉ RESPONSABLE Les Foyers de SeineetMarne RAPPORT 2012 D ACTIVITÉ RESPONSABLE sommaire La RSE dans le logement social P.45 Carte d identité P.6 nos valeurs les objectifs RSE P.7 les temps forts 2012 P.89 Promouvoir l

Plus en détail

6.02 Etat au 1 er janvier 2010

6.02 Etat au 1 er janvier 2010 6.02 Etat au 1 er janvier 2010 Allocation de maternité Femmes ayant droit à l allocation 1 A droit à cette allocation toute femme dont le statut professionnel, à la naissance de l enfant, correspond à

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé Gestion de la production industrielle Spécialité : Optimisation des Préparations Industrielles Arrêté d habilitation : 20080263 REGLEMENT DU CONTRÔLE

Plus en détail

Spécial TPE-PME : Des moyens exceptionnels pour le développement des compétences

Spécial TPE-PME : Des moyens exceptionnels pour le développement des compétences NumÉro NOVEMBRE 2015 8 Le Magazine de l OPCA DEFi pour le développement de l emploi et de la formation dans l industrie P. 4 le Tour De la question Spécial TPE-PME : Des moyens exceptionnels pour le développement

Plus en détail

Charte du Système d information sur la nature et les paysages (SINP) et de l observatoire régional de la biodiversité (ORB) de la région Centre Val

Charte du Système d information sur la nature et les paysages (SINP) et de l observatoire régional de la biodiversité (ORB) de la région Centre Val Charte du Système d information sur la nature et les paysages (SINP) et de l observatoire régional de la biodiversité (ORB) de la région Centre Val de Loire Version 1.0 adoptée le 8 septembre 2015 Préambule

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional

Rapport pour le conseil régional Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france APPROBATION DES STATUTS ET ADHESION DE LA REGION ILE-DE- FRANCE A L

Plus en détail

L IFET à vos côtés pour vous accompagner dans votre mandat. Des leviers d actions, des formations

L IFET à vos côtés pour vous accompagner dans votre mandat. Des leviers d actions, des formations Formations additionnelles au catalogue du 1 er semestre 2016 Des leviers d actions, des formations L IFET à vos côtés pour vous accompagner dans votre mandat La formation au service de la dynamisation

Plus en détail

PORTES OUVERTES SUR L AVENIR

PORTES OUVERTES SUR L AVENIR PORTES OUVERTES SUR L AVENIR Pour utiliser les énergies dormantes et les technologies qui émergent comme ressources compétitives. Programme d insertion professionnelle destiné aux jeunes diplômés en recherche

Plus en détail

obligation de sécurité de résultat de l'employeur

obligation de sécurité de résultat de l'employeur obligation de sécurité de résultat de l'employeur Obligation de sécurité de résultat et sentiment d insécurité. Cass.soc, 6 octobre 2010, n 08-45.609 La Cour de cassation considère que le «sentiment d

Plus en détail

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe Joan Miquel Rascagneres 1 I. L essentiel de l Andorre 2 1. Économie Les chiffres de l économie: - Population: 70.000 habitants - PIB: 2,5 milliards d euros.

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

3.1. Les objectifs de développement durable à 2030 : un agenda universel

3.1. Les objectifs de développement durable à 2030 : un agenda universel 3. OBJECTIFS À COURT ET MOYEN TERME 3.1. Les objectifs de développement durable à 2030 : un agenda universel Ce troisième chapitre est consacré aux objectifs à court et moyen terme que le Gouvernement

Plus en détail

SE FORMER A L ARIFTS. www.arifts.fr FORMATION PREPARATOIRE AUX METIERS EDUCATIFS ET SOCIAUX CAP PETITE ENFANCE MONITEUR EDUCATEUR

SE FORMER A L ARIFTS. www.arifts.fr FORMATION PREPARATOIRE AUX METIERS EDUCATIFS ET SOCIAUX CAP PETITE ENFANCE MONITEUR EDUCATEUR SE FORMER A L ARIFTS www.arifts.fr FORMATION PREPARATOIRE AUX METIERS EDUCATIFS ET SOCIAUX CAP PETITE ENFANCE MONITEUR EDUCATEUR ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS EDUCATEUR SPECIALISE

Plus en détail

STATUTS du CLUB ALPIN FRANÇAIS NIMES CEVENNES

STATUTS du CLUB ALPIN FRANÇAIS NIMES CEVENNES STATUTS du CLUB ALPIN FRANÇAIS NIMES CEVENNES Association affiliée à la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM) Approuvés par l assemblée générale du 14 novembre 2014 PREAMBULE Dans

Plus en détail

L art de vivre, un état d esprit!

L art de vivre, un état d esprit! D o s s i e r de presse J a n v i e r 2016 L art de vivre, un état d esprit! L association - Le Grand Repas - Sur le terrain! Un patrimoine, un bien commun, une mission remarquable et fédératrice L association

Plus en détail

INITIATION A L ERGONOMIE. PROMOTION EAS 2016 2017 29 février 2016

INITIATION A L ERGONOMIE. PROMOTION EAS 2016 2017 29 février 2016 INITIATION A L ERGONOMIE INITIATION AUX TECHNIQUES DE PREVENTION DES LOMBALGIES MANUTENTION DES MALADES ET DES HANDICAPES PROMOTION EAS 2016 2017 29 février 2016 1 A APPORTS THEORIQUES I - Les objectifs

Plus en détail

L assurance chômage en Europe

L assurance chômage en Europe L assurance chômage en Europe Unédic - 18 octobre 2012 AJIS Principes fondateurs de la protection sociale Deux logiques Les systèmes de protection sociale appartiennent à deux grandes familles - ceux qui

Plus en détail

2, allée du Vercors CS 80002 33306 Lormont Cedex 05.57.77.21.60 05.56.74.60.29 @ : www.fsl33.org

2, allée du Vercors CS 80002 33306 Lormont Cedex 05.57.77.21.60 05.56.74.60.29 @ : www.fsl33.org 2, allée du Vercors CS 80002 33306 Lormont Cedex 05.57.77.21.60 05.56.74.60.29 @ : www.fsl33.org APPLICABLE AU 1 ER JANVIER 2016 REGLEMENT DU FONDS DE SOLIDARITE LOGEMENT VISAS VU la loi du 6-01-1978 -article

Plus en détail

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Culture Portes de Gascogne Avril 2016 Contexte de l appel à projet Le projet street-art de la commune de Tournecoupe

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Rapport final Régis Blais, Ph.D., chercheur principal Université de Montréal Caroline Paquet, SF, (B.Sc.S), M.Sc., co-chercheure

Plus en détail

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable 1 2 Le crédit permet à l emprunteur d acquérir des biens et services ou de réaliser des investissements,

Plus en détail

POLITIQUE LOCALE D INCLUSION DE LOGEMENTS ABORDABLES. Dans les projets résidentiels

POLITIQUE LOCALE D INCLUSION DE LOGEMENTS ABORDABLES. Dans les projets résidentiels POLITIQUE LOCALE D INCLUSION DE LOGEMENTS ABORDABLES Dans les projets résidentiels Juin 2015 MOT DU MAIRE C est chargé d espoir que je vous présente la Politique locale d inclusion de logements abordables

Plus en détail

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Mission Information et Communication 1 ter avenue de Lowendal 75700 PARIS 07 SP Suivi par : Fabienne ANDRE

Plus en détail

Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie

Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie CIRCULAIRE N 3982 DU 03/05/2012 Objet: Appel à candidatures «Ecoles» : Printemps de la Mobilité 2012-2013 en Wallonie Réseaux: tous Niveaux et services: Primaire : Primaire / Secondaire Période: Année

Plus en détail

La formation au risque d incendie, un enjeu d entreprise

La formation au risque d incendie, un enjeu d entreprise La formation au risque d incendie, un enjeu d entreprise t. +33 (0) 1 47 17 63 03 39 rue Louis Blanc 92038 PARIS LA DEFENSE Cedex ffmi@ffmi.asso.fr www.ffmi.asso.fr Sommaire de l intervention La FFMI,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TPE-PME 2013 Date limite de réponse : 05 AVRIL 2013 > LE CONTEXTE

CAHIER DES CHARGES TPE-PME 2013 Date limite de réponse : 05 AVRIL 2013 > LE CONTEXTE Direction territoriale SUD-EST ENTREPRISES DE salariés -150 CAHIER DES CHARGES ORGANISME DE FORMATION CAHIER DES CHARGES TPE-PME 2013 Date limite de réponse : 05 AVRIL 2013 > LE CONTEXTE La majeure partie

Plus en détail

Lexbase. La convention collective des bureaux d études techniques, cabinets d ingénieursconseils. de conseil

Lexbase. La convention collective des bureaux d études techniques, cabinets d ingénieursconseils. de conseil Lexbase La convention collective des bureaux d études techniques, cabinets d ingénieursconseils et sociétés de conseil dite Syntec Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3236-9 Chapitre 1 La convention

Plus en détail

Article. «L'évolution du rôle des avocats au Mali» Kassoum Tapo. Les Cahiers de droit, vol. 42, n 3, 2001, p. 455-460.

Article. «L'évolution du rôle des avocats au Mali» Kassoum Tapo. Les Cahiers de droit, vol. 42, n 3, 2001, p. 455-460. Article «L'évolution du rôle des avocats au Mali» Kassoum Tapo Les Cahiers de droit, vol. 42, n 3, 2001, p. 455-460. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/043652ar

Plus en détail

Mesdames et messieurs les maires du département du Gard RÉF. : DRLP/BEAG/JC/N 2 En communication à : AFFAIRE SUIVIE PAR : Mme CORTEZ 04 66 36 42 44

Mesdames et messieurs les maires du département du Gard RÉF. : DRLP/BEAG/JC/N 2 En communication à : AFFAIRE SUIVIE PAR : Mme CORTEZ 04 66 36 42 44 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES LIBERTES PUBLIQUES BUREAU DES ELECTIONS LE PREFET DU GARD à : ET DE L'ADMINISTRATION GENERALE Mesdames et messieurs les maires du département du Gard RÉF. : DRLP/BEAG/JC/N

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL

PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL REPUBLIQUE FRANCAISE PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL n 2016-1085 Conseil du 21 mars 2016 commission principale : éducation, culture, patrimoine et sport objet : Partenariat avec l'association FC Lyon

Plus en détail

Édito Cadre général (1)

Édito Cadre général (1) Les premières remises des certificats 2012-2013 : Visa pour les IFRS, Parcours collaborateurs en Alsace, en Bretagne et à Montpellier. Édito Cadre général (1) L offre de formation pour 2013-2014 comprend

Plus en détail