Exercices et corrigés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exercices et corrigés"

Transcription

1 Manuel d économie bancaire appliquée au cœur des entreprises bancaires 2 e version Exercices et corrigés DOMINIQUE CHABERT 03/2014

2 Ces exercices ont pour objectif de vous permettre de (re)travailler un certain nombre de points abordés dans les différents chapitres de la 2 e édition du Manuel d économie bancaire appliquée Au cœur des entreprises bancaire. Les exercices numérotés de 1 à 13 font appel aux chapitres 1 et 3 Les exercices numérotés de 14 à 22 font appel au chapitre 4 Sources des exercices Exercice 3 Coussergues Sylvie (de), Gestion de la banque Du diagnostic à la stratégie, Dunod, 3 e éd., Nota : le lecteur trouvera un autre exemple à la page 123 de la 7 e édition de cet ouvrage, coécrit avec Gautier Bourdeaux et paru en Exercice 9 Lamarque Éric, Gestion bancaire, Pearson Education, Le nom (fictif) de la banque a été changé ainsi que l année de référence du compte d exploitation. Exercice 10 Lamarque Éric, Gestion bancaire, Pearson Education, Exercice 14 Coussergues Sylvie (de), Gestion de la banque Du diagnostic à la stratégie, Dunod, 3 e éd., Nota : le lecteur trouvera un autre exemple aux pages 219 et 220 de la 7 e édition de cet ouvrage, coécrit avec Gautier Bourdeaux et paru en Exercice 15 Venard Nicolas, Économie bancaire, Bréal, Les exercices signalés par un astérisque (*) sont dus à l auteur.

3 EXERCICE 1* On considère l évolu on du bilan agrégé des cinq principaux groupes bancaires français en (Mds ) entre 2009 et 2011 (BNP Paribas, Société générale, Groupe Crédit agricole, BPCE et Groupe Crédit mutuel). ACTIF En milliards d euros Emplois Caisse, Banques centrales et office des chèques postaux Prêts aux établissements de crédit - Comptes ordinaires - Comptes et prêts - Valeurs reçues en pension - Autres prêts Crédits à la clientèle - Crédits à la clientèle non financière - Prêts à la clientèle financière - Valeurs reçues en pension - Comptes ordinaires débiteurs - Créances douteuses - Autres crédits Opéra ons sur tres - Titres reçus en pension livrée - Titres de transac on - Titres de placement - Titres de l ac vité de portefeuille - Titres d inves ssement - Autres opéra ons Valeurs immobilisées - Prêts subordonnés - Parts dans les entreprises liées - Immobilisa ons - Crédit-bail et loca on simple - Autres valeurs Divers Total de l ac f VariaƟon 2011/2010 En montant En % 95,79 99,22 144,97 44,75 46, ,72 241, ,84 10,23 255, , ,72 132,30 0,22 65,20 37,00 14, ,98 513,23 635,72 444,54 2,32 265,35 362,81 481,37 44,01 317,31 28,56 88,39 3,11 858, , ,16 213, ,65 14,62 268, , ,91 183,00 0,20 81,12 38,59 14, ,08 607,79 635,68 439,55 2,02 261,63 356,42 495,75 44,74 331,97 29,02 87,47 2,55 953, , ,68 211, ,04 16,38 302, , ,57 155,93 1,14 80,24 38,14 15, ,50 592,27 496,82 457,13 1,66 289,60 414,02 490,80 43,50 326,43 29,16 89,09 2, , ,17 227,52-1,46 193,39 1,76 33,83 40,44 66,67-27,07 0,94-0,88-0,46 1,25-51,58-15,52-135,85 17,58-0,36 27,97 57,60-4,96-1,24-5,54 0,14 1,62 0,06 262,05 519,23 14,4-0,7 17,8 12,1 12,6 1,7 3,2-14,8 470,3-1,1-1,2 8,6-2,2-2,6-21,8 4-17,8 10,7 16,2-1,0-2,8-1,7 0,5 1,8 2,4 27,5 6, PASSIF En milliards d euros 2009 Ressources Banques centrales et office des chèques 18,75 postaux Emprunts auprès des établissements de crédit 1 717,18 - Comptes ordinaires créditeurs 100,62 - Comptes et emprunts 1 320,99 - Valeurs données en pension 24,07 - Autres emprunts 271,50 Ressources émanant de la clientèle 1 893,42 - Emprunts auprès de la clientèle financière 307,36 - Valeurs données en pension 1,32 - Comptes ordinaires créditeurs 523,50 - Comptes d épargne à régime spécial 728,56 - Comptes créditeurs à terme 302,38 - Bons de caisse et bons d épargne 1,89 - Autres ressources 28,41 Opéra ons sur tres 2 506,66 - Titres donnés en pension livrée 580,28 - De es représentées par un tre 1 249,43 - Dont tres de créance négociables 751,39 - Obliga ons 446,57 - Autres opéra ons 676,94 Provisions, capitaux propres 562,69 - Subven ons et fonds publics affectés 4,81 - Provisions diverses et dépôts de garan e 72,33 à caractère mutuel - De es subordonnées 176,82 - Capital, réserves et fonds pour risques 308,74 bancaires généraux Report à nouveau (+ / -) 32,14 Divers 777,26 Total du passif 7 508,10 VariaƟon 2011/2010 En montant En % 5,92 1,83-4,09-69, ,70 103, ,64 29,63 272, ,50 433,54 2,89 578,54 755,33 332,08 2,21 28, ,56 630, ,05 787,14 478,56 702,17 583,50 6,33 83, ,98 103, ,83 27,60 300, ,93 374,87 0,58 604,33 799,26 329,00 2,30 29, ,90 663, ,53 636,51 522,39 768,50 590,12 6,71 96,01 290,27 0,16 264,20-2,03 27,95 6,43-58,67-2,31 25,79 43,93-3,09 0,09 0,69 12,34 33,52-87,51-150,63 43,82 66,33 6,61 0,37 12,23 19,0 0,2 23,5-6,9 10,3 0,3-13,5-80,1 4,5 5,8-0,9 4,2 2,4 0,5 5,3-6,6-19,1 9,2 9,4 1,1 5,9 14,6 172,14 321,25 153,81 333,59-18,33 12,34-10,6 3,8 37,35 885, ,94 39, , ,17 1,88 5,0 205,77 23,2 519,23 6,6 Source : ACPR, 2012.

4 a) Commentez de manière synthé que les grands postes de ce bilan agrégé. b) Comment expliquez-vous la faible différence avec le montant des prêts interbancaires et celui des emprunts interbancaires? EXERCICE 2* Le tableau ci-après retrace le bilan agrégé des cinq principaux groupes bancaires français (en Mds ), selon les normes IFRS Évolu on 2012/2011 Ac f Trésorerie et comptes à vue auprès de banques centrales 183,7 316,4 +72,3 % Ac fs financiers détenus à des fins de transac on 1 750, ,8 +4,6 % Ac fs financiers désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat 93,5 124,2 +32,8 % Ac fs disponibles à la vente 373,8 370,1-1,0 % Prêts et créances sur les grandes entreprises 1 050,4 996,4-5,1 % Prêts et créances sur la clientèle de détail 1 480, ,1-0,9 % Prêts et créances sur les administra ons centrales, les établissements de 631,0 576,7-8,6 % crédit et les ins tu ons non établissements de crédit Placements détenus jusqu à leur échéance 20,9 20,3-3,1 % Dérivés Comptabilité de couverture 70,8 88,0 +24,2 % Autres ac fs 519,7 524,7 +1,0 % Passif Passifs financiers détenus à des fins de transac on 1 685, ,97-0,3 % Passifs financiers désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat 168,54 176,70 +4,8 % Dérivés Comptabilité de couverture 80,03 93,40 +16,7 % Dépôts d établissements de crédit 526,59 468,43-11,0 % Dépôts (autres que ceux d établissements de crédit) 2 209, ,08 +0,2 % Titres de de e (y compris les obliga ons) 795,30 859,43 +8,1 % Provisions 25,14 26,56 +5,6 % Passifs subordonnés 88,58 71,46-19,3 % Capitaux propres part du groupe 271,27 294,46 +8,5 % Autres passifs 324,15 429,08 +32,4 % Total de bilan 6 174, ,6 +2,2 % Source : ACPR, a) Commentez de manière synthé que ce bilan agrégé. b) Comment peut s expliquer la forte croissance du poste «Trésorerie et comptes à vue auprès de Banques centrales»?

5 c) Que désignent les postes suivants? «Ac fs financiers en juste valeur par résultat»? «Ac fs financiers détenus jusqu à l échéance»? «Ac fs financiers disponibles à la vente»? EXERCICE 3 (S. de Coussergues) Soit le bilan simplifié de quatre banques A, B, C et D en valeurs absolues (en millions d unités monétaires) (v. tableau 1) et en valeurs rela ves (v. tableau 2). Tableau 1 (en millions d u.m.) Ac f Passif Banques A B C D Banques A B C D Opéra ons de trésorerie Opéra ons de trésorerie ,4 Opéra ons avec la ,5 Opéra ons avec la ,9 clientèle clientèle Opéra ons sur tres et Opéra ons sur tres et ,9 divers divers Valeurs immobilisées ,5 Valeurs immobilisées ,8 Total bilan Total bilan Tableau 2 (en %) Ac f Passif Banques A B C D Banques A B C D Opéra ons de trésorerie Opéra on de trésorerie ,4 Opéra ons avec la ,5 Opéra ons avec la ,9 clientèle clientèle Opéra ons sur tres et divers Opéra ons sur tres et divers ,9 Valeurs immobilisées ,5 Capitaux permanents ,8 Total bilan Total bilan a) Que pouvez-vous dire de l ac vité des banques A, B, C et D à la lecture de ces bilans? b) Calculez et analysez les soldes suivants : Situa on clientèle. Situa on de trésorerie.

6 EXERCICE 4* On considère la courbe des taux sur les tres de la de e souveraine française en 2006/2007 d une part et en 2012/2013 d autre part (source : France Trésor d après des données Bloomberg, 2007 et 2013).

7 À par r de l examen de la courbe des taux sur tres d État français, que pouvez-vous dire a priori sur : a) L évolu on de la marge d intermédia on des banques entre avril 2006 et avril 2007? entre juin 2012 et juin 2013? b) Les taux débiteurs pra qués par les banques?

8 EXERCICE 5* Marge nette d intérêt et commissions nettes rapportées au total de bilan Périmètre : BNP Paribas, Société générale, Groupe Crédit agricole, Groupe BPCE, La Banque postale. Source : ACPR, Commentez le graphique ci-dessus en cherchant à adopter une lecture économique rela ve à l évolu on de ces deux courbes.

9 EXERCICE 6* On considère le bilan (simplifié et donc tronqué) de la banque Crédit de France (hors fonds propres) : Crédits 1 an 2,5 % (40 %) Dépôts à vue à 0 % (30 %) Crédits 5 ans 4,10 % (30 %) Titres privés 10 ans 4,20 % (30 %) Emprunts interbancaires à 1 mois 3,3 % (25 %) CD 3 mois à 3,35 % (45 %) Entre parenthèses : part des différents postes du bilan. La structure des taux est la suivante : Taux au jour le jour EONIA 3,3 % Taux à 1 mois 3,5 % Taux à 3 mois 3,55 % Taux à 1 an 3,7 % Taux 5 ans 3,75 % Taux 10 ans 3,80 % a) Construisez le bilan no onnel emplois / ressources de ce e banque. b) Calculez les marges commerciales et la marge financière, ainsi que la marge d intermédia on totale. c) Quel est le risque de taux auquel ce e banque vous semble exposée?

10 EXERCICE 7* On considère les données suivantes de la Banque générale de dépôts et de crédit (en M ). Charges Charges sur ressources de la clientèle. Charges de refinancement (différen el emplois / ressources). Charges sur chèques, cartes, virements, transports de fonds, tres Produits Produits d exploita on bancaire. Commissions sur ac vités financières (bourse, Opcvm, assurance-vie). Commissions sur engagements (remboursements an cipés, avenants, cau ons, assurance-crédit). Commissions de fonc onnement des comptes (frais de tenue de comptes, cartes bancaires, virements ). Commissions de sanc on (débiteurs, rejets). Commissions d équipement client (cartes, assurances des moyens de paiement, IARD, prévoyance). Autres commissions. a) Calculez le PNB de ce e banque en faisant apparaître la composante marge d intermédia on et marge sur tarifica on (commissions). b) Commentez en quelques mots

11 EXERCICE 8* Le graphique ci-après retrace l évolu on d Eonia entre 1999 et Sur la base de l évolu on d Eonia, que pouvez-vous dire sommairement : a) Sur le coût de collecte de la ressource? Source : Banque de France, août b) Sur l impact possible de ce taux à très court terme sur les taux d intérêt des crédits accordés à la clientèle?

12 EXERCICE 9 (d après E. Lamarque) On considère le compte de résultat de la Banque régionale du Forez (BRF). Charges Produits En K Charges d exploita on bancaire 1. Intérêts et charges assimilées. 2. Charges sur opéra ons de créditbail et de loca on avec op on d achat. 3. Charges sur opéra ons de loca on simple. 4. Commissions versées. 5. Pertes sur opéra ons financières. Charges d exploita on courante 6. Charges générales d exploita on dont «Frais de personnel» «Frais administra fs». 7. Dota ons aux amort. et provisions sur immob. 8. Autres charges d exploita on. 9. Solde en perte des correc ons de valeur sur créances et du hors bilan. 10. Solde en perte des correc ons de valeur sur immob. financières. 11. Excédent des dota ons sur les reprises des fonds pour risques bancaires généraux Produits d exploita on bancaire 1. Intérêts et produits assimilés. 2. Produits sur opéra ons de créditbail et de loca on avec op on d achat. 3. Produits sur opéra ons de loca on simple. 4. Revenus des tres à revenus variables. 5. Commissions perçues. 6. Gains sur opéra ons financières. Produits d exploita on courante 7. Reprises sur amor ssements et prov. sur immob. 8. Solde en bénéfice des correc ons de valeur sur créances et du hors bilan. 9. Solde en bénéfice des correc ons de valeur sur immob. financières. 10. Excédent des reprises sur les dota ons des fonds pour risques bancaires généraux. 11. Autres produits d exploita on Charges excep onnelles Produits excep onnels Impôt sur les bénéfices 100 Bénéfice de l exercice a) Déterminez les soldes de ges on suivants : PNB, RBE, Résultat d exploita on, Résultat net. b) Décomposez le PNB de la Banque régionale du Forez entre marge d intérêt, commissions et opéra ons financières. Commentez en quelques mots les résultats obtenus. c) Calculez le coefficient d exploita on de la BRF

13 1. On considère la situa on d une agence en termes «emplois / ressources». Par culiers Découvert Crédit revolving Crédit à la consomma on Crédit à l habitat Entreprises et professionnels Court terme Moyen et long terme Encours (en ) Encours (en ) Emplois d une agence Taux moyen client (en %) 6,25 6,75 3,75 3 3,5 2,75 Refinancement* 2,25 2,25 2,65 2,7 2,45 2,55 Ressources d une agence Taux moyen client (en %) Replacement** Dépôts à vue ,1 CD 3 mois ,5 1,9 Épargne réglementée ,1 2,4 Dépôts à terme 1 an ,85 2,15 Dépôts à terme 4 ans ,55 2, * Taux auxquels la banque pourrait emprunter pour financer les emplois. ** Taux auxquels la banque pourrait replacer les ressources. EXERCICE 10 (d après E. Lamarque) Marge commerciale Marge commerciale Marge en valeur (en ) Marge en valeur (en ) Déterminez la marge sur ressources et sur les crédits ainsi que la marge totale de l ac vité crédit financée par les ressources de l agence.

14 2. Soit la même agence considérée sous l angle de son ac vité : Produc on totale (en M ). Durée moyenne. Nombre de dossiers de crédit. Dossier moyen (en ). Taux client moyen. Coût du refinancement. Coût unitaire de mise en place d un dossier (en ). Coût unitaire de ges on et d amor ssement (en ). Frais de dossier perçus (1 % de la produc on). Crédit court terme 10 1 an ,5 % 4 % Crédit moyen terme 21 5 ans % 2 % Crédit long terme ans ,5 % 1,75 % a) Calculez la marge brute d intérêt pour les crédits à moyen terme en prenant en considéra on que le taux d infla on prévu sur la période est de 1,5 %. b) Déterminez la marge ne e d intérêt. c) De quels éléments faudrait-il tenir compte en plus pour apprécier la performance de ces opéra ons?

15 EXERCICE 11* Dans le cadre d une opéra on de pension, une banque américaine cherche à emprunter des liquidités auprès d une autre banque sur le marché interbancaire pour une durée d un mois. Les tres pris en pension sont des bons du Trésor. Afin de sécuriser l opéra on (en cas de hausse des taux, le cours des bons du Trésor baisse), la banque prêteuse applique un «haircut» de 2 %. Le collatéral porte sur des bons du trésor américain, cotés à = 99 % (99 % de leur valeur nominale). Les tres mis en collatéral ont une valeur nominale de USD. a) Montez l opéra on de pension. b) Quel est le montant que ce e banque va pouvoir emprunter? c) Si le taux de repo est de 2,10 % et que sa durée est de trente jours, quel montant d intérêts la banque va-t-elle payer sur ce e opéra on?

16 EXERCICE 12* Une banque présente le bilan suivant (en M ). Compte central 250 Dépôts à vue 950 On donne le tableau suivant : Engagement Prêts interbancaires 300 OAT 10 ans (AA) 300 (4,5 %) Crédits corporate 5 ans (4,75 %) Emprunts interbancaires à 1 jour 450 Cer ficats de dépôt 1 mois 500 Obliga ons 5 ans 460 Ac ons émises 70 Réserves 10 Fonds propres complémentaires 60 Evalua ons nota ons Standard and Poor s AAA à AA- A+ à A- BBB+ à BBB- BB+ à BB- B+ à B- < à B- Non noté Souverains 0 % 20 % 50 % 100 % 100 % 150 % 100 % Banques 20 % 50 % 50 % 100 % 100 % 150 % 50 % Entreprises 20 % 50 % 100 % 100 % 150 % 150 % 100 % * Pondéra on des risques fondée sur la pondéra on de l État dans lequel le siège social de la banque est situé. ** Pondéra on du risque fondée sur la nota on de la banque. Sachant que l État français est noté AA et que les crédits Corporate accordés par ce e banque se répar ssent de la manière suivante : Crédits accordés à des entreprises notées AA - : 22 %. Crédits accordés à des entreprises notées BB + : 14 %. Crédits accordés à des entreprises notés B - : 64 %. Les prêts interbancaires sont affectés d une pondéra on à 20 %. a) Le ra o de solvabilité dans sa version d origine (ra o Cooke) est-il respecté? b) Le ra o de solvabilité au sens de Mc Donough et des accords de Bâle III est-il respecté? c) Dans le cas où ce ra o n est pas respecté, comment la banque peut-elle réagir? d) Que pouvez-vous dire sur les ressources stables de ce e banque? e) Si le taux de pertes moyen sur le portefeuille de crédits est de 1,63 % et que le taux de perte maximum est de 9 % (taux de perte calculé avec un intervalle de confiance donné), quel montant de fonds propres la banque doit-elle cons tuer?

17 Une banque A présente le bilan simplifié suivant (pondérations appliquées en italiques en M ) Compte central 40 (100 %) Obliga ons du Trésor AA 40 (100 %) Covered bonds 10 (75 %) EXERCICE 13* DV par culiers 50 (10 %) DV entreprises stables 30 (10 %) Fonds propres 10 a) Le ra o de liquidité prévu au tre des accords de Bâle III (Liquidity coverage ra o) vous semble-t-il respecté? Une banque B présente le bilan simplifié suivant (pondérations appliquées sur les financements et les ressources en italiques en M ) Prêt de maturité 5 ans 30 (100 %) Prêt PME 9 mois 10 (85 %) Portefeuilles obliga ons corporate notées AA- 15 (20 %) Plan épargne logement 20 (100 %) Dépôts à vue 30 (90 %) Fonds propres 5 b) Le ra o de ressources stables prévu au tre des accords de Bâle III (Net stable funding ra o) vous semble-t-il respecté?

18 EXERCICE 14 (d après S. de Coussergues) On considère le bilan d une banque rangé par ac fs et passifs à taux fixe et à taux variable. En M % En M % Ac fs à TF 501,1 75,6 Passifs à TF ,8 Ac fs à TV 161,6 24,4 Passifs à TV 114,4 17,3 a) À par r de l examen de la structure des ac fs/passifs à taux fixe (TF) ou à taux variable (TV) que pouvez-vous en déduire sur l exposi on au risque de taux de ce e banque? b) En supposant que ce e banque ne collecte pas de dépôts, quel est le risque par culier auquel ce e banque s expose? c) En supposant que la marge d intermédia on représente 75 % du PNB de cet établissement bancaire, que pouvez-vous dire sur la sensibilité de son exposi on au risque de taux?

19 EXERCICE 15 (N. Venard) Le tableau ci-dessous retrace les an cipa ons de la banque quant aux taux de pertes futures sur son portefeuille de prêts. Année N N + 1 N + 2 Encours en euros Taux de pertes an cipées en moyenne 1,50 % 1,50 % 1,50 % Taux de pertes maximales avec un intervalle de confiance de 95 % 4 % 4 % 4 % a) Quelle marge sur les crédits permet de couvrir en moyenne les pertes an cipées? b) Quel montant de fonds propres la banque devra-t-elle lever ou u liser si elle se fixe un intervalle de confiance à 95 %? c) Commentez ce résultat.

20 EXERCICE 16* 1. On donne la VaR à un jour et de la VaR moyenne trimestrielle de quelques-unes des principales Banques de financement et d inves ssement françaises. Variation de la VaR à 1 jour et de la VaR moyenne trimestrielle. Données BNP Paribas, SG, CASA. a) Commentez en quelques lignes ces VaR par type d ac vité. Source : ACPR, Une banque exerce le mé er de Banque de financement et d inves ssement (BFI) et a principalement deux ac vités de marché : trading sur produits de taux et change. On a recensé les données suivantes sur les dix dernières années : Taux Change Résultat moyen (en M ) Écart type (en M ) b) Déterminez la VaR à 95 % à un jour pour ces deux portefeuilles

21 EXERCICE 17* Une banque américaine a en portefeuille des OAT, notées AA, dont la valeur en mark to market (valeur de marché) est de 102 millions d euros. a) Est-elle en risque de contrepar e sur ce portefeuille? b) En supposant que la vola lité historique du taux est de 2,26 % d un jour à l autre, calculez la VaR à 98 % de ce portefeuille (on donne k = 2,33). c) Sachant que la vola lité du cours EUR/USD est de 0,565 % et avec un cours de change au comptant 1 euro = 1,33 USD, es mez la VaR à dix jours et à 99 % de ce portefeuille. d) Sachant que la corréla on entre risque de taux et risque de change est es mée à 0,75, es mez la VaR à 1 jour et à 98 % de ce portefeuille. EXERCICE 18* Une Banque A a contracté un emprunt de cinq millions d euros sur cinq ans au taux fixe de 4 % remboursable in fine. Deux ans après la mise en place du prêt, elle an cipe une baisse des taux. Elle signe avec une contrepar e (Banque B) le Swap 3 ans suivant afin de bénéficier d un ende ement à taux variable et de profiter de la baisse des taux. Les caractéris ques du swap sont les suivantes : Durée du contrat de swap : 3 ans. La contrepar e verse un taux fixe de 2,5 %. La Banque A versé un taux variable : Euribor + 0,5 %. a) Schéma sez l opéra on de swap en me ant en évidence la jambe fixe et la jambe variable et exprimez le nouveau taux d ende ement après l opéra on de swap. b) Calculez les différents flux d intérêt à la fin des années suivantes si : Fin N + 1, Euribor = 2,5 % Fin N + 2, Euribor = 1 % Fin N + 3, Euribor = 1,25 %

22 EXERCICE 19* On considère deux opérateurs A et B qui concluent un swap taux fixe contre taux variable sur une durée de quatre ans et sur un montant M. A prête à B au taux fixe de 4 % (jambe fixe) et lui emprunte la même somme à Euribor un an (jambe variable). a) En supposant que B ait contracté un emprunt sur quatre ans à Euribor + 0,75 % : Quel est l intérêt de l opéra on pour B? Quel est le coût final de son emprunt sur chacune des années? b) Déterminez les différents flux d intérêt sur les quatre années en procédant à un ne ng de ces flux (compensa on) selon l évolu on ci-dessous de l Euribor un an (à date fixée dans le contrat de swap) : Année 1 : Euribor = 4 % Année 2 : Euribor = 5 % Année 3 : Euribor = 3 % Année 4 : Euribor = 2 %

23 EXERCICE 20* Une entreprise a contracté un emprunt à taux variable Euribor + 0,5 %. Le 1 er avril de l année N, ce e entreprise achète à «Capital market Banque de Financement et d inves ssement» un CAP sur trois ans portant sur un million d euros. Taux plafond : 3 %. Taux de référence : Euribor. Prime payée : 0,25 % par an. a) Étudiez à quel taux l entreprise pourra s ende er si le 1 er avril de l année N + 1 : Euribor = 2 %. Euribor = 3,50 %. b) Vous dresserez un schéma en terme de coût d ende ement. EXERCICE 21* Une banque a, en portefeuille, des obliga ons émises par AutoSTT, un équipemen er automobile, pour un montant de quinze millions d euros Pour se protéger contre une défaillance de paiement AutoSTT, elle achète un CDS auprès de la salle des marchés de la banque de financement et d inves ssement du groupe. La prime du CDS cinq ans AutoSTT est de 25 points de base. Le règlement s effectue sur une base «physique». a) Que se passe-t-il si aucun incident de crédit ne survient pendant les cinq ans? b) Étudiez ce qui se passe si un incident de crédit survient la troisième année.

24 EXERCICE 22* Le graphique ci-après retrace l évolu on des primes de CDS 5 ans sur les banques françaises et sur la de e publique d État. Source : Na xis. Quel commentaire vous inspire ce graphique?

25 EXERCICES CORRIGÉS Passez à l action!

26 EXERCICE 1 a) Commentaire de la structure du bilan consolidé des établissements de crédit À l ac f, trois grands postes apparaissent : Prêts aux établissements de crédit (21,7 % de l ac f consolidé en 2011). Crédits à la clientèle (29,1 %). Opéra ons sur tres (27 %). Près de 78 % de l ac vité des banques commerciales françaises est concentrée entre ces trois postes. L ac vité de crédit reste l ac vité phare (progression de 9,7 % entre 2009 et 2011). On peut noter cependant le main en de la composante «mobiliérisée» ( tres) du bilan (hausse très modérée de 1,23 % seulement de la composante tres depuis 2009) et l importance des emplois interbancaires (les prêts interbancaires ont progressé de 11,2 % depuis 2009 : + 14 % pour les prêts interbancaires ; + 60 % pour les pensions). Au passif, trois principaux postes se dégagent : Emprunts auprès des établissements de crédit (21,8 % du passif consolidé en 2011). Dépôts clientèle (25,6 %). De es sous forme de tres (CD, BMTN, obliga ons) émis (14,8 %). Les ressources collectées sous forme classique (dépôts clientèle) demeurent importantes et progressent entre 2009 et 2011 (+ 15,4 % pour les dépôts à vue ; + 9,7 % pour les comptes d épargne à régime spécial). On peut noter l importance des «ressources de marché» collectées sous forme de tres courts et longs émis par les banques. L émission de cer ficats de dépôts connaît cependant une baisse très significa ve entre 2009 et 2011 (baisse de 15 % des émissions). Les émissions d obliga ons progressent quant à elles (+ 17 % sur la même période). Les banques poursuivent leur volonté, encouragée par les autorités de régula on, d accroître la composante stable de leurs ressources. Enfin, les ressources interbancaires progressent de 6 % entre 2009 et b) Rapprochement Ac f/passif Structurellement, les banques françaises sont emprunteuses sur le marché interbancaire (ressources inférieures aux emplois), auprès de la Banque centrale ou auprès d autres banques commerciales, françaises ou européennes. Le montant des dépôts de la clientèle est inférieur aux crédits accordés. Les dépôts ne suffisent pas pour financer les emplois sous forme de crédits, d où la nécessité pour les banques de rechercher des ressources et notamment des ressources stables pour gérer le risque de transforma on (ressources courtes et emplois longs). Sur le bilan consolidé, on constate que les prêts et les emprunts interbancaires sont pra quement équivalents (respec vement milliards d euros et milliards d euros). Ces opéra ons ayant lieu entre banques, en les agrégeant, les posi ons créditrices des unes sont compensées par les posi ons débitrices des autres. Pour faire apparaître véritablement le poste interbancaire, il faudrait raisonner sur des bilans individuels. On pourrait alors me re en évidence la posi on ne e emprunteuse (ou éventuellement prêteuse) de chacune des banques sur le marché interbancaire. EXERCICE 2 Ce bilan consolidé des cinq plus importants groupes bancaires français est présenté selon les normes IFRS. a) Le bilan agrégé des cinq principaux groupes bancaires français a progressé de 2,2 % en Ce e tendance, qui apparaît rela vement contre-intui ve dans une période où les

27 groupes bancaires s efforcent de réduire la taille de leurs ac fs (deleveraging), recouvre toutefois une modifica on de la structure du bilan. Les deux principales composantes de l ac f («Prêts et créances sur la clientèle» et «Ac fs financiers détenus à des fins de transac on») marquent des évolu ons opposées (respec vement -3,9 % et +4,6 %). Si la contrac on des «Prêts et créances» est rela vement modeste sur la clientèle de détail (-0,9 %), elle est en revanche plus marquée sur les grandes entreprises (-5,1 %), dont certaines ont pâ du repli des ac vités de banque de financement ou, dans un environnement post-crise, ont pu rer profit de condi ons parfois plus favorables que celles proposées par les banques pour se procurer des financements directement sur les marchés. Le repli des encours de crédits est encore plus important sur les autres catégories de clientèle, administra ons et établissements de crédit principalement (-8,6 %). La structure du passif reste à l inverse rela vement constante, les deux principaux postes («Dépôts autres que ceux d établissements de crédit» et «Passifs financiers détenus à des fins de transac on») étant quasi inchangés, en dépit, pour les dépôts, de l augmenta on de l encours des comptes d épargne à taux réglementés de la clientèle. Par ailleurs, la progression sensible des «Capitaux propres part du groupe» et la baisse corréla ve des «Passifs subordonnés» reflète la poursuite du renforcement du niveau et de la qualité des fonds propres des grands groupes bancaires français (Source du commentaire : ACPR, «La situa on des grands groupe bancaires français à fin 2012, Analyse et synthèses, n 13, juin 2013, p. 19). b) La très forte hausse du poste «Trésorerie et comptes à vue auprès des banques centrales» (dont le montant a plus que doublé depuis entre 2009 et 2012, +178 milliards d euros, soit une hausse de 129 %) traduit l a en on portée par les banques françaises au main en d un volant significa f de liquidités dans un environnement de marché incertain et dans la perspec ve de l entrée en vigueur du futur ra o de liquidité à court terme (LCR) prévu dans le cadre des accords de Bâle III. La mise en place de ce ra o sera progressive (entre 2015 et 2019). c) Le portefeuille «Ac fs financiers en juste valeur par résultat» (36 % de l ac f consolidé) renvoie au portefeuille de trading des banques (instruments financiers des nés à être revendus rapidement) ainsi que le portefeuille d instruments pour lesquels les banques ont opté pour la comptabilisa on à la juste valeur (op on fair value). Le gain ou la perte sur ces instruments est comptabilisé en résultat. Les «Ac fs financiers détenus jusqu à l échéance» (1,1 % de l ac f consolidé) sont des produits de taux (obliga ons, BMTN notamment) que l établissement décide de garder jusqu à leur échéance. Ils sont comptabilisés au coût amor (intérêts courus). Le portefeuille d «Ac fs financiers disponibles à la vente» (10,6 % du total) est un portefeuille par défaut, où sont classés les instruments financiers qui ne sont pas affectés à un autre portefeuille. Ce portefeuille est en général évalué en fair value. Le gain et la perte dégagés sont comptabilisés en capitaux propres. EXERCICE 3 a) À la lecture de ce bilan, il apparaît clairement que : La Banque A est une banque généraliste axée sur le crédit. Elle traite 50 % de ses opéra ons avec la clientèle. Elle est de taille significa ve (total de bilan élevé) et doit posséder un réseau de collecte très important : les opéra ons de collecte avec la clientèle représentent 62 % de son passif, ce qui lui permet de générer des excédents de trésorerie qu elle peut placer sur le marché interbancaire. La Banque B est également une banque généraliste mais de taille plus modeste (total de bilan 800). Par rapport à A, elle prête plus (55 % de son ac f est cons tué d opéra ons avec la clientèle) mais surtout, elle collecte assez peu (40 % de son passif), ce qui l oblige à emprunter sur le marché.

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque CHAPITRE 1 Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque Ce e comparaison met en évidence des différences, liées aux par cularités des ac vités bancaires. 1.1 DESCRIPTION SUCCINCTE

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008 SOMMAIRE Faits marquants du 1 er trimestre 2008 2 Analyse de la production Locindus au 31 mars 2008 3 Analyse des activités 4 Analyse des comptes de résultats 5 Finance et trésorerie 7 Comptes consolidés

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 :

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête:

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête: INSTRUCTION N 01/2005 DE LA BANQUE NATIONALE DU RWANDA RELATIVE A LA DIVULGATION PUBLIQUE DE L INFORMATION FINANCIERE APPLICABLE AUX BANQUES ET AUTRES ETABLISSEMENTS FINANCIERS. ===============================

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 : mathématiques et statistiques...

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D ADMINISTRATION COMPTES SEMESTRIELS CLOS AU 30 JUIN 2014

RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D ADMINISTRATION COMPTES SEMESTRIELS CLOS AU 30 JUIN 2014 Société anonyme au capital de 220 000 000 Siège social : 6 avenue de Provence 75452 PARIS Cedex 9 480 618 800 RCS Paris RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D ADMINISTRATION COMPTES SEMESTRIELS CLOS AU 30 JUIN

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long»

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» REFERENCE : 202 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Souligner les aspects techniques et économiques

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE DE COMMERCE GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT MAI 2013 Compte de commerce Gestion de la dette et

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT Société anonyme au capital de 103 312 500. Siège social : 33, rue du Quatre Septembre, 75002

Plus en détail

OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE

OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE DECOUVRIR ALLIANCE Assurances : ALLIANCE Assurances est une Société par ac ons à capitaux privés na onaux. Elle a débuté ses ac vités en 2005. Le volume des primes collectées

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Banques 1. Le secteur bancaire en 2011

Banques 1. Le secteur bancaire en 2011 Banques 1. Le secteur bancaire en 2011 1.1. La population des établissements de crédit, des entreprises d investissement et des établissements de paiement Suivant une tendance observée depuis plusieurs

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013. Avril 2014

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013. Avril 2014 Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013 Avril 2014 Avertissement Ce document peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie du Crédit Mutuel

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

La banque et la gestion des Institutions Financières. Mishkin (2004), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch.

La banque et la gestion des Institutions Financières. Mishkin (2004), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. La banque et la gestion des Institutions Financières Mishkin (2004), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. Analyser comment une banque dégage des profits les plus élevés possibles

Plus en détail

Caisse Régionale DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL DE NORMANDIE-SEINE

Caisse Régionale DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL DE NORMANDIE-SEINE comptes CONSOLIDÉS Au 31 décembre 2012 Arrêtés par le Conseil d Administration en date du 15 Février 2013 et soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire du 28 mars 2013. Caisse Régionale DE

Plus en détail

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt INTRODUCTION Le cas présenté ci-après permet de comprendre le fonctionnement général d une banque mais reste un cas d école purement théorique. Imaginons

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Les comptes de la Banque de France

Les comptes de la Banque de France 1 Le rapport sur la situation patrimoniale et les résultats Le Conseil général a arrêté les comptes de l exercice 2012 au cours de la séance du 28 mars 2013. Le résultat net s établit à 3 146 millions

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ ANNEXE A LA NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT N 2002-09 du 12 DECEMBRE 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les

Plus en détail

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2014 (Instruction

Plus en détail

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Conférence IMA du 05 avril 2012 Isabelle SAPET, Associée Programme 1. Introduction 2. Classification

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Session Juin 2013 Gestion financière. Donnée de l examen

Session Juin 2013 Gestion financière. Donnée de l examen Porrentruy Gestion financière - SED3 EXAMEN Session Juin 2013 Gestion financière Donnée de l examen Nom : Prénom : Durée : 160 minutes (2 heures 40 minutes) Matériel autorisé : Calculatrice non programmable

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

La situation des grands groupes bancaires français à fin 2013 n 29 mai 2014

La situation des grands groupes bancaires français à fin 2013 n 29 mai 2014 n 29 mai 2014 La situation des grands groupes bancaires français à fin 2013 SOMMAIRE 1.LES RÉSULTATS DES GROUPES BANCAIRES FRANÇAIS EN 2013 5 1.1.Les résultats ont fortement progressé par rapport à 2012

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : opérations classiques»

Formation «Comptabilité bancaire : opérations classiques» Formation «Comptabilité bancaire : opérations classiques» REFERENCE : 201 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Identifier les comptes du PCEC

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS La BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE publie ci dessous ses indicateurs d activité relatifs

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1 LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Définition de la relation de couverture 2. Le swap

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2014 CHARGES EXCEPTIONNELLES RELATIVES A L ACCORD GLOBAL AVEC LES AUTORITÉS DES ÉTATS-UNIS 5 950 M AU 2T14 DONT : - PÉNALITÉS* : 5 750

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt subordonné «Tunisie Leasing 2011-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail