Finance 1 Université d Evry Val d Essonne Séance 1. Philippe PRIAULET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Finance 1 Université d Evry Val d Essonne 2006-2007 Séance 1. Philippe PRIAULET"

Transcription

1 Finance 1 Université d Evry Val d Essonne Séance 1 Philippe PRIAULET

2 L environnement d investissement: banques et marchés Depuis le début des années 70, on a assisté à un décloisonnement des marchés financiers à la fois au niveau national et international sous l effet d intervenants à la recherche de placements et financements optimisés. Cette mutation a débuté d abord aux EU, puis au Japon et en Europe (en France après 1985). Une certaine rigidité a laissé la place aux simples lois du marché et de la concurrence. De nouveaux marchés d instruments financiers sont apparus permettant d optimiser les financements, la gestion de la trésorerie et la couverture des risques financiers.

3 L environnement d investissement: banques et marchés (2) L ancienne organisation du système financier français était celle d un système constitué de trois marchés cloisonnés: - le marché monétaire: marché de l argent à court terme (pour des maturités comprises entre 1 jour et 1 an) sous la tutelle de la Banque de France et accessible aux banques, agents de change, compagnies d assurances et caisses de retraite. - le marché hypothécaire: marché de refinancement des établissement distributeurs de prêts immobiliers (avec des maturités allant jusqu à 20 ans). Ce marché était sous la tutelle du Crédit Foncier de France. - le marché des valeurs mobilières (actions et obligations), ouvert à tous et placé sous le contrôle de la COB et de la Direction du Trésor.

4 L environnement d investissement: banques et marchés (3) Ce cloisonnement présentait les inconvénients suivants: - accès réservé à certains agents économiques; - pas de continuité entre les différentes échéances des trois marchés; - monopole des établissements bancaires dans la distribution du crédit; - régulation monétaire rendue difficile à cause de l indépendance de variation des taux entre les différents marchés; - manque de fluidité dû à des cotations trop limitées (par exemple, le taux au jour le jour était fixé une fois par jour).

5 L environnement d investissement: banques et marchés (4) Les réformes entreprises en 1985 et 1986 ont permis d aboutir à un marché unifié dont les échéances vont du jour le jour au très long terme, accessible au plus grand nombre d intervenants, et proposant des instruments au comptant, à terme et des options. De nombreux intervenants peuvent à présent emprunter ou placer des fonds sans passer par les banques, qui perdent leur monopole d établissement de crédit, ce qui les poussent à devenir également conseillers pour leurs clients et intervenants sur de nouveaux marchés.

6 L environnement d investissement: banques et marchés (5) Institutions financières spécialisées Marché interbancaire refinancement pour les banques placement de leurs excédents de trésorerie lieu d intervention de la BCE MATIF, MONEP futures, options Opérations de gré à gré swap, swaptions, cap, floor Marché des changes Intermédiaires financiers Marché des titres de créances négociables ouverture du marché de l argent à court terme à tous les opérateurs Billets de trésorerie, Certificats de dépôts, Bons du trésor Marché des valeurs mobilières: Bourse d actions + Marché obligataire principaux émetteurs : Etat,secteur public, établissement de crédit, secteur industriel Entreprises Compagnies d assurance OPCVM Établissements de crédit Sociétés financières

7 L environnement d investissement: banques et marchés (6) Le marché monétaire en France est composé du: - marché interbancaire, accessible aux banques avec l intervention possible de la BCE; - marché des TCN, accessible selon les instruments (billets de trésorerie, bons à moyen terme négociables, certificats de dépôts négociables, bons des institutions financières spécialisées) aux banques, SICAV, agents de change, compagnies d assurances, caisses de retraite, entreprises et particuliers. Le marché des valeurs mobilières (la Bourse): actions et obligations accessibles à tous les intervenants. Le marché des changes: il est constitué par l ensemble des opérations d achat/vente ou de prêt/emprunt en devises.

8 L environnement d investissement: banques et marchés (7) Le marché organisé des produits dérivés en France est composé du: - MATIF (Marché à Terme International de France), géré par MATIF SA qui en assure l organisation et le bon fonctionnement. Il est destiné à fournir aux emprunteurs et investisseurs des couvertures contre les variations des cours de multiples actifs financiers. - MONEP (Marché des Options Négociables de Paris), sous l autorité du Conseil des Marchés Financiers et géré par ParisBourse SA, qui en assure l organisation et le bon fonctionnement. On y trouve des contrats d options sur valeurs mobilières et sur paniers et indices de valeurs mobilières. Sites web: et

9 L environnement d investissement: banques et marchés (8) Le marché non organisé ou de gré à gré des produits dérivés concerne les swaps standards («plain-vanilla»), les options de taux standards (caps, floors et swaptions) et les options exotiques. A noter: - Les produits de gré à gré (over the counter) sont traités entre deux contreparties. Chaque produit est unique. - Dans les marchés organisés, les produits sont standardisés. - Les produits dits de bilan entraînent des mouvements de capitaux qui viennent affecter le bilan des entreprises, au contraire des produits dits hors-bilan (swaps, futures et options) qui sont traditionnellement les produits de couverture contre les variations de prix.

10 L environnement d investissement: banques et marchés (9) Etablissements de crédit: collecte de dépôts et distributions de crédits. Sociétés financières: ne peuvent recevoir des dépôts du public à moins de deux ans (exemple: sociétés de créditbail). Institutions financières spécialisées: missions spécifiques à l intérieur du système financier (exemple: caisses de retraite, CADES...). Compagnies d assurance-vie: produits de placement à moyen et long terme à fiscalité avantageuse. Intermédiaires financiers: exécutions d ordres de bourse pour le compte de clients.

11 L environnement d investissement: banques et marchés (10) OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières): ont pour vocation de collecter de l épargne et d investir les sommes recueillies dans des valeurs mobilières selon des critères définis (profils de risque, secteurs industriels ou géographiques). On distingue cinq grandes catégories d OPCVM: - les OPCVM actions: investis ou exposés à hauteur de 60% minimum sur un marché actions. - les OPCVM obligations: investis en produits de taux d intérêt.

12 L environnement d investissement: banques et marchés (11) - les OPCVM monétaires: affichent une référence à une ou plusieurs indicateurs monétaires ou titres à court terme. - les OPCVM garantis ou assortis d une protection: assurent aux souscripteurs la restitution du capital investi ou une protection à un seuil donné. - les OPCVM diversifiés: investis sur la base d une large répartition par secteurs économiques, par pays ou par catégorie d actifs.

13 L environnement d investissement: banques et marchés (12) On distingue deux grandes familles juridiques d OPCVM - les SICAV (société d investissement à capital variable) sont des sociétés anonymes à capital variable de façon à garantir à leurs actionnaires la totale liquidité de leur investissement (capacité à vendre à tout moment). -les FCP (fonds commun de placement) se distinguent des SICAV par leur statut juridique. Elles sont soumises à des réglementations moins strictes que celles des SICAV, ce qui autorisent les gérants de FCP à adopter des gestions plus risquées.

14 L environnement d investissement: banques et marchés (13) Le comportement des marchés Les prix sont le reflet du marché à un instant donné. Ils reflètent en principe l ensemble des informations connues et des anticipations des intervenants. Mais ce n est pas toujours le cas de façon parfaite. On distingue alors quatre grands types de marché: - le marché efficient au sens fort: le cours reflète, à tout instant, toutes les informations et prévisions des opérateurs. Il est impossible dans ce cas de prévoir l évolution du cours.

15 L environnement d investissement: banques et marchés (14) - le marché efficient au sens semi-fort: la diffusion d information est immédiatement intégrée dans le cours. Les opérateurs capables d interpréter cette information sont les seuls capables d anticiper des variations de cours. - le marché efficient au sens faible: le cours tient compte à chaque instant de l information disponible sur les cours passés. Tous les opérateurs disposant de ces informations, la prévision de cours par utilisation de séries statistiques est inefficace.

16 L environnement d investissement: banques et marchés (15) - le marché inefficient: le cours n intègre pas toutes les informations disponibles sur les cours passés. Il est alors possible de faire de la prédiction de façon efficace. Ces méthodes sont le chartisme ou l analyse technique. L analyse «rich and cheap» obligataire repose sur la détection temporaire d inefficiences de marché. Elle est effectuée en combinant analyse fondamentale et analyse statistique.

17 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers Les métiers de la finance d entreprise 1- Le trésorier: il gère la trésorerie de l entreprise, qui, selon la taille de l entreprise, le secteur d activité ou encore la période, peut être excédentaire, déficitaire ou bien variable. Quand la trésorerie est déficitaire, il doit donc assurer la solvabilité de l entreprise au moindre coût, c est-à-dire trouver les crédits les moins chèrs. Quand la trésorerie est excédentaire, il doit trouver les placements les plus rémunérateurs. Cette gestion est très prudentielle, car l argent qu il place appartient soit aux clients de son entreprise, soit aux fournisseurs.

18 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (2) Il doit donc se prémunir contre les principaux risques financiers, en particulier: - le risque de change: il n investit pas en principe sur des actifs financiers libellés dans une devise différente des devises dans lesquelles l entreprise exerce son activité. - le risque de taux d intérêt: il se doit de placer ou emprunter de l argent sur l horizon qui correspond aux besoins de l entreprise. - le risque de contrepartie: il ne doit pas placer de l argent sur des signatures risquées. - le risque de liquidité: il ne doit pas placer de l argent sur des actifs à faible liquidité.

19 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (3) Tout placement spéculatif doit être opéré sans qu il ne puisse nuire à la pérennité de l entreprise à court terme. Il peut être réalisé en utilisant une couverture partielle. 2- Le directeur financier: il est au cœur des décisions de gestion comme les financements et les investissements, qui conditionne le développement de l entreprise, et de ce fait, est en constante relation avec les milieux bancaires. Concrètement, le directeur financier agit de façon à: - optimiser la gestion de la trésorerie de l entreprise (en relation avec le trésorier) - couvrir les risques de change et de taux d intérêt qui peuvent affecter l équilibre du bilan de l entreprise.

20 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (4) - appréhender l avenir en gérant les fonds nécessaires à la croissance de l entreprise; en particulier, il décide des investissements financiers à court, moyen et long terme (opérations de Bourse), qui serviront à réaliser les choix stratégiques et la politique générale de l entreprise. - déterminer le plan de financement qui permettra à l entreprise de réaliser ses investissements, plan qu il établit après avoir chiffré les prévisions de recettes et de dépenses de l entreprise.

21 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (5) Les métiers de la gestion de fonds 1- Le gérant: il est en charge de la gestion des fonds; il faut distinguer la gestion passive de la gestion active. La gestion passive (ou gestion indicielle) est une gestion qui consiste à traquer un indice. Exemple: le tracker CAC 40 La gestion active est une gestion qui consiste à prendre des paris. Elle peut être couplée à de la gestion passive. Par exemple, un fonds traque un indice en essayant de faire mieux que cet indice avec une certaine liberté pour prendre des paris sur des mouvements d actifs. La gestion alternative est une forme de gestion active que l on peut diviser en deux modes de gestion dont le but est d obtenir une performance décorrélée de la performance des indices actions et obligations.

22 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (6) Le premier mode de gestion consiste à détecter des inefficiences de marché pour en profiter. Le deuxième mode consiste à réaliser des paris sur des mouvements de prix d actifs. Le gérant travaille en relation avec l analyste financier qui lui conseille des achats et ventes, avec l ingénieur financier pour la mise en place de nouveaux fonds et avec l ingénieur commercial pour la relation avec le client 2- L analyste financier: il a pour mission de décortiquer la stratégie et le bilan d une entreprise, de les placer dans un contexte plus large (secteur, pays) et de donner un avis à l achat ou à la vente sur l action de l entreprise.

23 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (7) 3- L ingénieur commercial: il est en charge d assurer la commercialisation des fonds auprès des clients. 4- L ingénieur financier: il est chargé, d une part, d aider le gérant à prévoir le futur (implémentation de modèles économétriques), et donc à justifier les paris qu il va prendre. D autre part, il travaille à la réalisation de nouveaux fonds (implémentation de modèles d évaluation, backtesting...) 5- Les métiers de back-office (cf salle de marché)

24 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (8) Les métiers de la salle de marchés A- Organisation d une salle de marchés C est un lieu qui regroupe différents services spécialisés permettant aux banques d intervenir sur les marchés de capitaux internationaux. La salle des marchés est constituée en trois pôles distincts: - le front-office chargé de la négociation - le middle-office chargé de contrôler les risques et d analyser les résultats - le back-office chargé des saisies et contrôles comptables

25 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (9) B- Les métiers de front-office: 1- Le vendeur (ou salesman): il s occupe de la relation commerciale avec les clients. Il les conseille sur leur problématique de couverture des risques en leur proposant des produits bien souvent sur-mesure. Il transmet les ordres d achat et vente au trader. 2- Le trader (ou opérateur de marché): il initie des positions à l achat ou à la vente pour le compte des clients de la banque ou pour le compte de la banque elle-même (on parle alors de trader pour compte propre). Son métier consiste à anticiper les mouvements de prix des actifs financiers. Il a également pour mission de couvrir certaines positions, et de vérifier qu il ne dépasse pas les limites (en volume et VaR) fixées par le contrôle des risques.

26 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (10) L activité de trading est organisée par produit ou famille de produits, ou encore par zones géographiques. Les positions sont généralement scellées et débouclées sur de courts intervalles de temps. Un trader sur produits de change est appelé cambiste. 3- Le teneur de marché (ou market-maker): son rôle est de donner la juste valeur de marché et d assurer la contrepartie à l achat comme à la vente d un produit financier dans des conditions définies. Il fournit une fourchette de prix bid-ask. Le prix offert à l achat est toujours inférieur au prix offert à la vente. Il a également pour mission de couvrir certaines de ses positions (notamment sur les deals d options). Cette activité est très développée sur les produits de taux (obligations, swaps) et les options.

27 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (11) 4- L ingénieur financier: il est en charge du développement des outils d évaluation et de couverture des actifs financiers qui sont achetés et vendus dans la salle. Son métier consiste d une part à mettre en place des modèles théoriques cohérents (garantissant l AOA, prenant en compte l ensemble des facteurs de risque, et mise en place des méthodes numériques), et d autre part à développer le code informatique. 5- L informaticien dédié: il est chargé de veiller au bon fonctionnement des logiciels de pricing ainsi que de leur bonne interconnection avec les systèmes d information de la banque.

28 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (12) 6- L arbitragiste: il est chargé de déceler des arbitrages. Il va donc traquer les poches d inefficiences du marché. Une opportunité d arbitrage se produit si, avec un capital initial nul ou négatif, un acteur du marché réalise un gain un instant plus tard. 7- Le stratégiste: sa mission est double. Il réalise, d une part, les analyses en valeur relative à destination des traders et arbitragistes. Il analyse d autre part l opportunité de réaliser des paris sur des mouvements de prix ou de volatilité, ou de mettre en place des couvertures contre certains risques. 8- L analyste économique: il est chargé de suivre les évolutions macro-économiques et d établir les prévisions en matière de taux de change et de taux d intérêt.

29 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (13) B- Les métiers de middle-office: 1- Le contrôleur des risques: il assure le contrôle des risques de change, taux d intérêt, contrepartie et liquidité. Son suivi est notamment assuré au moyen de l outil de mesure qu est la VaR (Value at Risk ou Valeur en Risque). La VaR est l estimation de la perte potentielle d une position ou d un portefeuille sur une période donnée, à un niveau de confiance choisi q a priori (95%, 99%...), autrement dit c est le montant estimé noté VaR, tel que la perte encourue sur la position ou le portefeuille au cours d une période donnée ne devrait dépasser VaR qu avec une probabilité 1-q P( Perte > VaR) = 1 q

30 Les métiers de la finance et problématiques des acteurs des marchés financiers (14) 2- l auditeur du risque de modèle: il est en charge de vérifier que le modèle théorique utilisé pour évaluer et couvrir un actif financier est cohérent (garantit l AOA et prend bien en compte l ensemble des facteurs de risques). Il s assure que l implémentation numérique du modèle théorique est correctement effectuée. C- Les métiers de back-office sont des métiers de comptables spécialisés sur les marchés financiers.

31 La couverture des risques financiers Un exemple On considère une entreprise qui a contracté un emprunt de 100 millions d euros indexé sur l Euribor 1 an pour une durée de 5 ans. Chaque année l entreprise paiera les intérêts de sa dette qui dépendront du niveau du taux Euribor 1 an. L entreprise est donc soumise à un risque de hausse des taux d intérêt. Symétriquement, un gérant qui a placé 10 millions d euros pour une durée de 10 ans rémunérés au taux TEC 5 est soumis à une baisse des taux d intérêt.

32 La couverture des risques financiers (2) Les mouvements de prix entraînés par les mouvements de variables financières comme les taux d intérêt, les taux de change ou d autres exposent l acteur financier détenteur ou emprunteur de titres à un risque en capital. Ces risques sont: - le risque de change - le risque de taux d intérêt Mais d autres risques existent.

33 La couverture des risques financiers (3) Le risque de contrepartie (ou risque crédit ou encore risque de défaut): c est le risque qu une entreprise endettée sous forme d emprunts auprès des banques ou d obligations auprès du marché ne puisse pas rembourser la totalité ou qu une partie de ses dettes. Les entreprises sont notées par les agences de rating (S&P, Moody s) pour leur capacité à honorer leurs engagements. C est ce qu on appelle le rating. L Etat français dispose par exemple du rating AAA chez S&P et Moody s qui est le meilleur rating possible, et qui signifie: Meilleure qualité de signature, Capacité extrêmement forte à rembourser.

34 La couverture des risques financiers (4) Le risque de liquidité décomposable en deux sous-risques: - le risque de surliquidité: il est lié au fait qu un actif financier est trop demandé à l achat (la vente) ce qui entraîne une montée (baisse) exagérée de son prix. Exemple: l obligation la moins chère à livrer. - le risque d illiquidité: il est lié au fait qu une position ne peut être retournée sur le marché. La position achetée ne peut être vendue sur le marché à des conditions normales de marché, et inversement pour la position vendeuse (on parle alors de short squeeze ).

35 La couverture des risques financiers (5) Le risque opérationnel: il est lié au facteur humain, aux systèmes, aux procédures ou à d autres facteurs extérieurs. Exemples: erreur sur une ligne de code d un programme, bug dans un logiciel, donnée erronée dans un système d information... Les produits dérivés (swaps, futures et options) sont apparus de façon à permettre aux entreprises de réduire ou couvrir complètement les risques de taux de change, taux d intérêt et le risque de crédit. Cette couverture a un coût. Elle agit comme une assurance.

36 La couverture des risques financiers (6) Quelques instruments de couverture Pour la couverture du risque de taux d intérêt: swaps de taux d intérêt, futures sur obligations et futures sur taux d intérêts, caps, floors, swaptions... Pour la couverture du risque de change: swaps de change, futures sur devises, options de change Pour la couverture du risque de défaut: CDS (Credit Default Swaps), CLN (Credit Linked Notes): obligations assorties d options sur le risque de défaut de l émetteur, option sur spreads de crédit...

37 Spéculer ou parier sur les mouvements de prix des actifs Les spéculateurs régulent le marché. Il en faut nécessairement car s il n existait que des hedgers, le marché ne pourrait fonctionner. Les spéculateurs font des paris sur les mouvements de prix des actifs, et plus généralement sur les mouvements de variables (volatilité, corrélation...) qui modifient le prix de certaines catégories d actifs (les options par exemple). Le métier de la gestion active repose sur la prise de paris bien dosés (certains paris sont semi-couverts).

38 Spéculer ou parier sur les mouvements de prix des actifs (2) Exemple: la gestion active fixed-income Les gérants fixed-income font trois grands types de paris sur la courbe des taux d intérêt: - riding the yield curve ou parier sur l absence de mouvements des taux - paris sur les mouvements en niveau de la courbe des taux - paris sur les mouvements de pentification (et dépentification) et de courbure

39 Spéculer ou parier sur les mouvements de prix des actifs (3) Les produits dérivés permettent de profiter d effets de levier. Exemples: - le levier implicite des options - le levier des contrats future: les contrats futures sont des contrats qui permettent de prendre des postions sur des gros montants, euros par exemple, à l aide d une mise initiale très faible, 500 euros par exemple. Dans notre exemple, le levier est égal à 200. Pour un acheteur, si le prix du contrat passe de à euros avec une mise de 500 euros, le taux de rendement est égal à 700%.

40 Arbitrage ou profiter des inefficiences de marché 1 exemple Une même action est cotée 110 euros à Paris et 98 dollars à New-York. Le taux de change $/euro est égal à 1.1. En quoi consiste l opportunité d arbitrage?

41 Arbitrage ou profiter des inefficiences de marché (2) Elle consiste simultanément à acheter l action à New-York et à la revendre à Paris. Le gain réalisé, sans prendre de risque, est égal à: Gain = (1.1) = 2.2 euros = 2 dollars Rappelons qu une opportunité d arbitrage se produit si, avec un capital initial nul ou négatif, un acteur du marché réalise un gain un instant plus tard. De nombreuses poches d inefficiences existent dans le marché.

42 Arbitrage ou profiter des inefficiences de marché (3) Certaines opportunités d arbitrages peuvent ne durer que quelques secondes (par exemple sur le marché des changes). D autres opportunités existent, plus sophistiquées que dans l exemple précédent, qui impliquent d acheter ou vendre plusieurs actifs financiers. Exemples: - arbitrage obligations à coupons contre strips (ou obligation zéro-coupon) - arbitrage cash-and-carry: achat d un actif et vente de son contrat forward ou future ce qui revient à prêter de l argent au taux r. Si le taux r est supérieur au taux de financement du marché, il y a opportunité d arbitrage

43 Arbitrage ou profiter des inefficiences de marché (4) - arbitrage reverse cash-and-carry: vente d un actif et achat de son contrat forward ou future ce qui revient à emprunter de l argent au taux r. Si le taux r est inférieur au taux de placement sur le marché, il y a opportunité d arbitrage.... Attention car le mot arbitrage est utilisé de façon abusive. On parle ainsi d arbitrage sur obligation convertible, d arbitrage fixed-income. Ces méthodes ne consistent pas à détecter des arbitrages, mais à faire des paris sur des mouvements de retour à la moyenne ( pairs trading, analyse rich and cheap obligataire), sur des mouvements de volatilité ( convertible arbitrage )...

44 Actifs Financiers Non Optionnels PLAN 1- Les instruments du marché interbancaire 2- Les instruments du marché des titres de créances négociables (Etat et hors Etat) 3- Les obligations

45 Les instruments du marché interbancaire Le marché interbancaire, né de la réforme de 1985, est le marché où s'échangent les capitaux à court et moyen terme entre les établissements de crédit, les banques centrales de la zone Euro, certains établissements financiers appartenant aux Etats (comme la CDC, La Poste, et l'institut d'emission des Départements d'outre-mer (IEDOM) en France). Principales opérations: Prêts et emprunts à maturité fixe ("en blanc"): Ces opérations permettent aux banques de procéder à des échanges d excédents et déficits de liquidités; les opérations sont au jour le jour principalement.

46 Les instruments du marché interbancaire (2) Pension interbancaire classique: prêt ou emprunt contre des TCN. La rémunération des pensions interbancaires est souvent un taux fixe. Elle ne s accompagne d aucune livraison. Pension livrée (repo): le cédant cède des titres en pleine propriété au cessionnaire, avec engagement irrévocable de l'opération inverse. Elle s'accompagne d'une livraison des titres, est donc mieux sécurisée et s accompagne d une rémunération dont le taux est appelé taux repo.

47 Les instruments du marché interbancaire (3) Les indices monétaires de référence EONIA (European Overnight Index Average) L EONIA est un taux effectif au jour le jour représentant une moyenne pondérée des opérations de prêt initiées sur le marché interbancaire européen. L échantillon des banques concernées comporte 57 établissements européens ou non mais actifs sur le marché interbancaire de la zone Euro. Euribor (Euro Interbank Offered Rate) L Euribor est une moyenne des taux d intérêt offerts par les principales banques européennes sur le marché monétaire interbancaire, pour chaque échéance allant de 1 à 12 mois. L échantillon des banques est constitué des établissements de crédit qui ont un volume d affaire important sur les marchés monétaires européens.

48 Le marché des Titres de Créances Négociables (TCN) Le marché est créé en 1985, et élargi en 1992 avec l apparition des bons à moyen terme négociables. Ce sont des titres émis au gré de l émetteur, négociables à tout moment entre la date d émission et l échéance. Chacun représente un droit de créance pour une durée déterminée. Le taux d émission se négocie librement sur le marché. Il est très souvent à taux fixe. Terminologie: Un achat de papier correspond à un prêt, une vente de papier correspond à un emprunt.

49 Le marché des Titres de Créances Négociables (2) Deux compartiments Court terme: billets de trésorerie (BT), certificats de dépôts (CD), bons du trésor négociables (BTN), bons des institutions financières spécialisées (BIFS). Tous ces titres ont une maturité à l émission inférieure à 1 an. Moyen terme: BTAN et bons à moyen terme négociables (BMTN). Sur ce compartiment: maturité à l émission supérieure à 1 an et obligation pour l émetteur d être notée par une agence de rating.

50 Le marché des Titres de Créances Négociables (3) Les TCN émis par l Etat: les BTF (bons à taux fixe) et les BTAN (bons à taux annuel normalisé) Ce sont des titres qui présentent une créance sur le Trésor Public 1- les BTF Ils servent à financer la dette de l Etat à court terme. Echéance à l émission: 13, 26 et 52 semaines Montant nominal: 1 euro Périodicité d émission: hebdomadaire pour la maturité à 13 semaines. Selon calendrier pour les autres échéances. Minimum de soumission: 1 million d euros Cotation: sur le marché primaire (marché du neuf) en taux d escompte base 360, avec intérêts précomptés; sur le marché secondaire (marché de l occasion) en taux in fine.

51 Le marché des Titres de Créances Négociables (4) - Exemple de BTF

52 Le marché des Titres de Créances Négociables (5) Exemples de cotation de BTF (cf séances suivantes pour l obtention du prix) Sur le marché primaire: un investisseur achète 1 million de BTF de maturité 91 jours, de montant nominal 1 euro qui cote 6.20%. Quel est son prix P? Son prix P est égal à P = ( x 91 / 360) = Sur le marché secondaire: un investisseur achète 1 million de BTF de maturité 91 jours, de montant nominal 1 euro qui cote 6.20%. Quel est son prix P? Son prix P est égal à P = /( x 91 / 360) =

53 Le marché des Titres de Créances Négociables (6) 2- Les BTAN Ils servent à financer la dette de l Etat à moyen terme. Echéance à l émission: comprise entre 2 et 5 ans Montant nominal: 1 euro Minimum de soumission: 1 million d euros Les intérêts sont payés annuellement et sont post-comptés. Les coupons sont fixes et calculés sur une base exact/exact. Cotés sur le marché secondaire en taux actuariel avec 2 décimales (cf cotation des obligations standard à taux fixe). En général, l Etat émet une nouvelle ligne de BTAN 2 ans tous les 6 mois, et une nouvelle ligne de BTAN 5 ans tous les ans.

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

L évaluation des obligations

L évaluation des obligations Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan du chapitre 8 8.1. Flux monétaires, prix et rentabilité des obligations Caractéristiques générales des obligations Obligations zéro-coupon Obligations couponnées

Plus en détail

Secteur Finance Fiches de révisions

Secteur Finance Fiches de révisions Secteur Finance Fiches de révisions Théorie des 3D = Désintermédiation + Décloisonnement + Déréglementation Globalisation financière o Désintermédiation : les entreprises ne passent plus par les banques,

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

MASTER MGT FINANCE MK

MASTER MGT FINANCE MK MASTER MGT FINANCE MK Le marche monétaire peut être défini comme le marché des capitaux à court et à moyen terme par opposition au marché financier sur le quel s effectuent les emprunts et placements

Plus en détail

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 Exercice 1 Le 13 octobre (N), votre responsable financier vous donne l ordre de vendre au SRD 50 actions ZZZ au cours limite de 180. a- Expliquer en quoi consiste

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5 Philippe PRIAULET Mise en place et mesure de performance de stratégies obligataires Introduction 1- La notion de paris sur la courbe

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux :

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux : Cours de gestion financière (M) Séance (7) du 3 novembre 205 Choix d investissement (compléments) Choix d investissement (compléments) Investissements simples, investissements renouvelés Unicité du TRI

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE Section 1. Les marchés de capitaux I. Le marché financier Dans un sens plus étroit, c'est le marché où s'échangent les titres à moyen et long terme (valeurs mobilières) contre

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mathématiques Financières 2 ème partie Marchés financiers en temps discret & instruments financiers classiques Université de de Picardie Jules Verne Amiens Par Par Jean-Paul Jean-Paul FELIX FELIX Cours

Plus en détail

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017.

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017. Table de matière CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017... 3 CHAPITRE II AUTRES DISPOSITIONS RELATIVES AU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 6 1. Gestion

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Une obligation pas comme les autres Sommaire Introduction 5 Nature de l investissement 7 Avantages et inconvénients 7 Mécanismes de performance 8 Avec ou sans protection du capital

Plus en détail

Les produits proposés aux entreprises

Les produits proposés aux entreprises ENTREPRISES ASSOCIATIONS PLACEMENTS GESTION DE TRÉSORERIE PLACEMENTS CŒUR DE GAMME Les produits proposés aux entreprises 2 Le compte à terme Notre gamme de comptes à terme permet d optimiser la rémunération

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Swap et Swap vanille 2 / 9

Swap et Swap vanille 2 / 9 Les SWAPs 1 / 9 Swap et Swap vanille Définition Un swap est un accord entre deux entreprises pour échanger des flux de trésorerie dans le futur. Cet accord définit les dates auxquelles ces flux (ou cash-flows)

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

L expérience tunisienne en matière de marchés s obligataires

L expérience tunisienne en matière de marchés s obligataires L expérience tunisienne en matière de marchés s obligataires Libreville février f 2008 Présent senté par Férid El Kobbi Membre Permanent au collège Du Conseil du Marché Financier TUNISIE I. Le marché de

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs :

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs : 28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT Textes constitutifs : Loi organique n 2001-692 du 1 er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. * * * Textes pris dans le cadre

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT D ENTREPRISE «ARCANCIA»

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT D ENTREPRISE «ARCANCIA» REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT D ENTREPRISE «ARCANCIA» Société de Gestion : SOCIETE GENERALE GESTION (S2G) 170 Place Henri Regnault 92043 PARIS LA DEFENSE CEDEX Dépositaire : SOCIETE GENERALE TOUR

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS . MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS Objectifs et politique d investissement : Profil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé,

Plus en détail

AVIS SUR LA METHODE DE CALCUL DES MARGES

AVIS SUR LA METHODE DE CALCUL DES MARGES NOTICE >> LCH.Clearnet SA Corporate Reference No.: 2012-027 RISK NOTICE From: Direction des Risques Date: 20 mars 2012 Markets affected: Transactions sur titres de créances exécutées ou déclarées sur les

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Pierre Andreoletti pierre.andreoletti@univ-orleans.fr Bureau E15 1 / 20 Objectifs du cours Définition

Plus en détail

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 Christophe CHOUARD et Sébastien LOTZ Informations financières omniprésentes: Indices boursiers - CAC 40, DJIA, Euro

Plus en détail

UFF OBLIGATIONS 3-5 (part A)

UFF OBLIGATIONS 3-5 (part A) LETTRE AUX PORTEURS Paris, le 23 octobre 2015 Objet : UFF OBLIGATIONS 3-5 Madame, Monsieur, Nous vous informons que LA FRANÇAISE ASSET MANAGEMENT, actuellement société de gestion par délégation de votre

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs.

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs. Lettre d information relative à la transformation du FCPE «Destination bon port» en FCPE nourricier du Fonds d Investissement à Vocation Générale (FIVG) Maître «MONESOR» A Malakoff, le 22/04/2015, Madame,

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 7

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 7 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 7 Protéger 10 du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée Éligibilité

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée  Éligibilité Orange Dégressif Orange Dégressif est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis

Plus en détail

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE)

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE) Communiqué du 6 octobre 2006 NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, EN GRANDE BRETAGNE OU AU JAPON Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Les options Plan Les options standards (options de 1 ère génération) Les produits de base: calls

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Visez un rendement potentiellement intéressant

Visez un rendement potentiellement intéressant Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II est un instrument de dette structuré. Le produit

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations L opportunité pour l Expert- Comptable de proposer un audit financier aux clients concernés Au sommaire

Plus en détail

Projet C++ :Salle de marchés

Projet C++ :Salle de marchés Université Paris Diderot Langages à Objets Avancés Master 1 II Année 2010-2011 Projet C++ :Salle de marchés November 24, 2010 1 Salle de marchés C est un lieu qui regroupe différents services spécialisés

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 1. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 1. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET UNIVERSITE d EVRY Séance 1 Philippe PRIAULET Plan du Cours Introduction Définition de la courbe des taux La multitude de courbes des taux Pourquoi utiliser un modèle

Plus en détail

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Préambule Fondation privée reconnue d utilité publique à but non lucratif, l Institut Pasteur dispose de différents types de ressources

Plus en détail

Table des matières. Les auteurs Préface 17 Avant-propos 19

Table des matières. Les auteurs Préface 17 Avant-propos 19 Table des matières Les auteurs 15 Préface 17 Avant-propos 19 Chapitre 1 Circuit économique et indicateurs macroéconomiques 1. La finance et les marchés dans le circuit économique 1.1. La notion de circuit

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 5

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 5 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 5 Profitez de la hausse potentielle des taux de l économie américaine et d une possible appréciation du dollar américain. Le support Conservateur

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DE L ORDRE

LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DE L ORDRE LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DE L ORDRE L ingénierie financière au service des Carpa et des ordres Rapport de Monsieur Pierre VERINE Conseiller en investissement financier Session de formation Meaux

Plus en détail

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte et U-Discover Bibliographie Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 4 LE VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 4 LE VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 4 LE VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER SEANCE 4 LE VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER Objet de la séance 4: définir les termes techniques utilisés par le trésorier

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Les produits structurés après la crise Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Sommaire Introduction Besoins en placement: un peu d histoire Les produits structurés Fonctionnement Le zéro

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mathématiques Financières 3 ème partie Marchés financiers en temps discret & instruments financiers dérivés Université de Picardie Jules Verne Amiens Par Jean-Paul FELIX Cours du vendredi 19 février 2010-1

Plus en détail

Annexes GLOSSAIRE DÉFINITIONS DES RISQUES DES INSTRUMENTS FINANCIERS

Annexes GLOSSAIRE DÉFINITIONS DES RISQUES DES INSTRUMENTS FINANCIERS Annexes GLOSSAIRE Avertissement Ce glossaire n a pas pour objet de présenter de manière exhaustive les risques associés aux instruments financiers. Il a pour but de fournir au Titulaire des informations

Plus en détail

Campus. Les formations Finance active

Campus. Les formations Finance active Campus Les formations Finance active Gestion du risque de change 1. Négocier et traiter au mieux spots et termes S approprier les fondamentaux du risque de change - Déterminer sa position et son risque

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury Programme de préparation à la retraite ONU 28 avril 2009 Marie-Pierre Fleury Se poser quelques questions : Dans quel pays vais-je vivre? Quels seront mes besoins (somme à évaluer / an)? Que veux-je faire

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack 1 Cap sur la performance indicielle! 4 2 Que sont les trackers? 5 3 Les trackers, de nouveaux produits financiers?

Plus en détail