LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES PAYS DU GOLFE. Relations commerciales de la Belgique avec les Pays du Golfe

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES PAYS DU GOLFE. Relations commerciales de la Belgique avec les Pays du Golfe"

Transcription

1 LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES PAYS DU GOLFE 1

2 Sommaire Introduction 1. ECHANGES COMMERCIAUX DE LA BELGIQUE AVEC LES PAYS DU GOLFE PART DES PAYS DU GOLFE DANS LES EXPORTATIONS ET IMPORTATIONS BELGES EN DE 2005 À EVOLUTION DU COMMERCE EXTÉRIEUR BELGIQUE-PAYS DU GOLFE EN DE 2005 À ECHANGES COMMERCIAUX DE LA BELGIQUE AVEC CHACUN DES 6 PAYS DU GOLFE APERÇU GLOBAL PRINCIPAUX CLIENTS PRINCIPAUX FOURNISSEURS BALANCES COMMERCIALES ECHANGES COMMERCIAUX DE LA BELGIQUE AVEC SES PARTENAIRES DU GOLFE ECHANGES BELGIQUE EMIRATS ARABES UNIS ECHANGES BELGIQUE ARABIE SAOUDITE ECHANGES BELGIQUE -QATAR ECHANGES BELGIQUE - KOWEÏT ECHANGES BELGIQUE OMAN ECHANGES BELGIQUE BAHREÏN EXPORTATIONS + SECTIONS LES PLUS IMPORTANTES IMPORTATIONS + SECTIONS LES PLUS IMPORTANTES Introduction 2

3 Bien que le Golfe soit bordé par 9 Etats, à savoir l Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis, l Irak, l Iran, le Koweït, Oman, le Qatar et le Yémen, on se limitera dans le cadre de la présente étude à l analyse des relations commerciales de la Belgique avec les six pays membres du Conseil de coopération du Golfe créé le 25 mai 1985 à Abou Dhabi. Ces 6 Etats sont : les Emirats Arabes Unis l Arabie saoudite le Koweït Oman Bahreïn et Qatar Ces 6 pays ont la particularité : - d appartenir au même ensemble géographique, - d être majoritairement de population arabe et de religion musulmane. Quelques indicateurs économiques (Source: EIU) Tableau 1: Quelques indicateurs économiques (2009 est.) Pays Population PIB Croissance du PIB Inflation Exportations (FOB) En millions En milliards USD En % En % En milliards USD Importations (FOB) En milliards USD EAU 5,4 228,3-2,7 1,6 174,7 144,5 Arabie saoudite 25,4 369,2 0,1 5,1 189,7 82,3 Koweït 3,5 129,5-1,7 4,0 50,3 17,1 Oman 2,9 n.c. 3,5 3,5 27,6 18,4 Bahreïn 1,1 21,6 3,1 3,0 12,6 10,9 Qatar 1,6 82,4 n.c. -4,9 58,9 23,4 1. Echanges commerciaux de la Belgique avec les 6 pays du Golfe 3

4 1.1. Part des 6 pays du Golfe dans les exportations et importations belges En 2009 Les échanges commerciaux de la Belgique avec les pays du Golfe sont relativement modestes car très centrés sur les partenaires de l Union Européenne. En 2009, les exportations belges à destination des 6 pays du Golfe ont totalisé EUR 3.051,4 millions contre EUR 3.619,1 millions en 2008, ce qui correspond à 1,2% des exportations belges tous azimuts. En comparaison, les livraisons à l Asie en tant que continent ont, avec EUR ,9 millions, représenté une part de 8,6% En ce qui concerne les importations belges en provenance des 6 pays du Golfe, elles se sont établies à EUR 2.649,4 millions contre EUR 3.550,6 millions, soit une part de 1,1%. Les achats à l Asie se sont quant à eux élevés en 2009 à EUR ,2 millions, soit une part de 12,9%. En résumé: part des 6 pays du Golfe dans les exportations belges toutes destinations confondues: 1,2%; part des 6 pays du Golfe dans les importations belges totales: 1,1%. A titre de comparaison, ci-après la part des autres continents dans les exportations et importations belges en 2009 : Exportations Importations Europe 80,1% 75,7% Amérique 7,4% 8,7% Afrique 2,6% 2,2% Océanie 0,5% 0,4% De 2005 à

5 Ces cinq dernières années, la part des exportations belges à destination des 6 pays du Golfe dans les exportations globales de la Belgique s est graduellement accrue pour atteindre 1,2% en La part des importations belges en provenance de ces pays s est accrue en 2007 avant de fléchir à nouveau un peu en En 2009, cette part a passé la barre des 1%. La part tant des importations que des exportations s inscrit donc en hausse. Part des 6 pays du Golfe dans les exportations et importations totales de la Belgique (en %) Exportations Importations ,9% 0,8% ,0% 0,8% ,0% 1,0% ,1% 0,9% ,2% 1,1% 1.2. Evolution du commerce extérieur Belgique 6 pays du Golfe 5

6 En 2009 Les exportations de la Belgique à destination des 6 pays du Golfe se sont élevées à EUR 3.051,4 millions contre EUR 3.619,1 millions en 2008, soit un recul de 15,7%. Les importations ont elles aussi régressé en 2009, mais de 25,4%, soit à un rythme sensiblement supérieur à celui des exportations. Les achats aux pays du Golfe sont, en effet, revenus de EUR 3.550,6 millions en 2008 à EUR 2.649,4 millions en La balance commerciale de la Belgique avec les 6 pays du Golfe s est donc clôturée en 2009 par un excédent de EUR 402,0 millions. Par rapport au solde positif de 2008 (EUR 68,5 millions), le boni s est donc étoffé un peu en Si l on compare les résultats ci-dessus avec les échanges commerciaux globaux de la Belgique en 2009, on constate que le recul des exportations belges à destination des 6 pays du Golfe a été légèrement moins élevé que la régression des exportations de la Belgique toutes destinations confondues. Le taux de croissance négatif des importations de la Belgique en provenance des 6 pays du Golfe a quant à lui été supérieur à celui des achats en provenance des pays du monde entier. En résumé: exportations belges tous azimuts en 2009: -17,3% par rapport à 2008 vers les 6 pays du Golfe: -15,7% et importations belges en provenance de tous les pays du monde: -20,4% en provenance des 6 pays du Golfe : -25,4%. 6

7 De 2005 à 2009 Tableau 1: Commerce extérieur de la Belgique avec les 6 pays du Golfe En millions de Exportations 2.327, , , , ,4 Importations 2.139, , , , ,4 Balance commerciale 188,0 478,4 219,5 68,5 402,0 Exportations: variation en % 18,2 22,7 12,6 12,5-15,7 Importations: variation en % 22,9 11,1 26,1 18,5-25,4 Graphique 2: Courbe de croissance des importations et des exportations Belgique pays du Golfe De 2005 à 2006, les exportations belges à destination des 6 pays du Golfe ont affiché une courbe ascendante; en 2007, le rythme de croissance s est toutefois essoufflé, revenant d abord à 12,6% en 2007, puis à 12,5% en 2008 avant de chuter vertigineusement en

8 Les importations ont quant à elles été marquées par des hauts et des bas. Alors que le taux de croissance avait fléchi de 2005 à 2006, il a grimpé à nouveau sensiblement en 2007 avant de diminuer en 2008; l année 2009 a aussi été une année particulièrement mauvaise pour les importations; ces dernières ont en effet régressé de 25,4% l an dernier. 2. Echanges commerciaux de la Belgique avec chacun des 6 pays du Golfe 2.1. Aperçu global Si les relations commerciales de la Belgique avec les 6 pays du Golfe restent plutôt modestes, trois pays émergent, à savoir les Emirats Arabes Unis, l Arabie saoudite et Qatar. Considérés comme les poids lourds du groupe, ils sont suivis, à distance très respectable, par les autres pays, comme le confirme le tableau ci-dessus. A l exportation, le trio de tête n a pas varié de 2005 à En tête de peloton se sont inscrits les EAU, l Arabie saoudite et le Qatar. A l importation, le Qatar a délogé l Arabie saoudite de sa deuxième place en 2008 et il a conservé cette place en Tableau 2: Relations commerciales de la Belgique en 2009 avec chacun des 6 pays du Golfe En millions d euros Exportations belges Importations belges Balance commerciale EAU 1.443,6 924,9 518,7 Arabie saoudite 931,7 704,3 227,4 Qatar 336,6 909,5-572,9 Koweït 148,2 89,7 58,5 Oman 138,0 14,5 123,5 Bahreïn 53,3 6,5 46, Principaux clients Les Emirats Arabes Unis ont été en 2009 le premier client de la Belgique. Ils ont pris à leur compte 47,3% des exportations belges à destination des pays du Golfe, ce qui correspond à 0,5% des exportations belges totales tous pays confondus. Des 6 pays du Golfe, les EAU sont aussi le pays qui, si l on se base sur le Fichier des Exportateurs de l ACE, suscite le plus d intérêt de la part des exportateurs belges. La banque de données de 8

9 l ACE recense en effet entreprises belges exportant vers les EAU et sociétés belges manifestant des signes d intérêt pour ce marché En deuxième position s est classée l an dernier l Arabie saoudite avec une part de 30,5% ou 0,4% des exportations belges totales. Le Qatar complète le Top 3 des principaux clients du Golfe avec une part de 11,0%. Ensemble, ces 3 pays se sont adjugé 88,8% des exportations belges à destination des pays du Golfe Graphique 3: Part des pays du Golfe dans le total des exportations belges à destination du Golfe Principaux fournisseurs De tous les pays du Golfe, les Emirats Arabes Unis sont également le premier fournisseur de la Belgique et de loin, avec 34,9% des importations belges totales en provenance des pays du Golfe. Ce taux correspond à 0,4% des importations belges totales, toutes origines confondues.. Le Qatar talonne les EAU avec 34,3% et devance ainsi l Arabie saoudite qui s attribue une part de 26,6% 9

10 La part de ces trois pays dans les importations belges totales en provenance des pays du Golfe s est élevée en 2009 à 95,8%. Graphique 4: Part des pays du Golfe dans le total des importations belges en provenance du Golfe 10

11 Balances commerciales Avec 5 des 6 pays du Golfe, la balance commerciale de la Belgique accuse un solde positif. La Belgique a enregistré son plus gros excédent sur les Emirats Arabes Unis qui sont aussi son principal partenaire commercial dans la région. Avec l Arabie saoudite, la balance commerciale s est également clôturée par un boni quoique pour moitié moins important. Les échanges commerciaux avec le Qatar se sont traduits par un déficit important, s élevant respectivement à EUR 572,9 millions. En ce qui concerne les 3 autres pays avec lesquels la Belgique a affiché un solde commercial excédentaire en 2009, on notera que le solde positif le plus important (EUR 123,5 millions) est à mettre à l actif de nos relations commerciales avec Oman et le boni le moins élevé (EUR 46,8 millions) revient à nos échanges commerciaux avec le Koweït. 11

12 2.2. Echanges commerciaux de la Belgique avec ses partenaires du Golfe Ci-après, pays par pays, un aperçu de l évolution des importations et des exportations depuis 2005 jusqu en Echanges Belgique Emirats Arabes Unis Evolution des échanges commerciaux de 2005 à 2009 En millions EUR Exportations 1.215, , , , ,6 Importations 1.286, , , ,4 924,9 Balance commerciale -71,2 171,6 289,3 413,7 518,7 Exportations: variation en % 27,4 18,2 18,0 10,6-22,9 Importations: variation in % 5,4-1,7 11,1 3,9-36, Echanges Belgique Arabie saoudite Evolution des échanges commerciaux de 2005 à 2009 En millions de Exportations 753,9 906,8 924, ,3 931,7 Importations 615,0 933, ,1 994,2 704,3 Balance commerciale 138,9-26,7-78,2 97,1 227,4 Exportations: variation en % 8,9 20,3 2,0 18,0-14,6 Importations: variation en % 40,9 51,8 7,5-0,9-29,2 12

13 Echanges Belgique Qatar Evolution des échanges commerciaux de 2005 à 2009 En millions de Exportations 112,4 193,8 261,7 320,9 336,6 Importations 96,9 118,0 519, ,8 909,5 Balance commerciale 15,5 75,8-258,2-687,9-572,9 Exportations: variation en % 113,7 72,5 35,0 22,6 4,9 Importations: variation en % 193,3 21,9 340,5 94,0-9, Echanges Belgique- Koweït Evolution des échanges commerciaux de 2005 à 2009 En millions de Exportations 132,5 154,5 181,5 153,6 148,2 Importations 93,0 25,3 37,2 57,1 89,7 Balance commerciale 39,5 129,2 144,3 96,5 58,5 Exportations: variation en % 8,5 16,6 17,5-15,3-3,5 Importations: variation en % 502,4-71,8 47,1 53,3 57,0 13

14 Echanges Belgique- Oman Evolution des échanges commerciaux de 2005 à 2009 En millions de Exportations 60,1 99,8 91,8 114,4 138,0 Importations 17,7 4,9 3,5 20,6 14,5 Balance commerciale 42,4 94,9 88,3 93,8 123,5 Exportations: variation en % -16,5 66,2-8,0 24,6 20,7 Importations: variation en % 81,3-72,4-28,8 491,6-29, Echanges Belgique- Bahreïn Evolution des échanges commerciaux de 2005 à 2009 En millions de Exportations 53,3 64,4 62,6 65,8 53,3 Importations 30,4 30,9 28,6 10,5 6,5 Balance commerciale 22,9 33,5 34,0 55,3 46,8 Exportations: variation en % -29,6 20,8-2,8 5,1-19,0 Importations: variation en % 19,2 1,5-7,6-63,4-37, Exportations + sections les plus importantes Si l on examine les relations commerciales de la Belgique avec chacun des 6 pays du Golfe en 2009, on constate que les exportations belges se sont accrues à destination de seulement deux pays, à savoir le Qatar et Oman. Les exportateurs belges ont, en revanche, vu leurs livraisons chuter le plus à destination des EAU (-22,9%) et du Bahreïn (- 19,0%). Tableau 7: Classement des clients du Golfe 14

15 Pays Exportations Rang Variation 09/08 en % EAU 27-22,9 Arabie saoudite 35-14,6 Qatar 51 4,9 Koweït 75-3,5 Oman 77 20,7 BahreÎn 97-19,0 Tableau 8: Part des 3 sections les plus importantes dans les exportations belges à destination des 6 pays du Golfe Classement des exportations belges par principaux produits exportés en 2009 Pays Sections Part (en%) Variation 09/08 (en %) EAU Pierres préc. et métaux précieux 36,2-29,3 Machines et appareils 19,8-37,2 Produits chimiques 10,9 4,7 Arabie saoudite Produits chimiques 29,0-12,2 Machines et appareils 24,8-23,4 Matières plastiques 10,4 4,7 Qatar Machines et appareils 43,6 6,8 Métaux communs et ouvrages 20,5 53,0 Produits chimiques 18,6-2,4 Koweît Produits chimiques 25,7-18,4 Machines et appareils 22,8-2,5 Matériel de transport 11,6 48,4 Oman Produits chimiques 45,9 231,9 Métaux communs 21,8 164,7 Machines et appareils 12,6-59,0 Bahreïn Produits chimiques 23,8-5,2 Produits minéraux 13,8-24,4 Machines et appareils 12,5-60,4 Les produits chimiques sont la première et principale section à l exportation. Elle est suivie de près par celle des machines et appareils. 15

16 Les métaux communs et les produits minéraux se partagent la troisième place Importations + sections les plus importantes A l importation, des taux de croissance négatifs ont été enregistrés pour 5 pays sur 6. Ces reculs ont fluctué entre -9,8% (pour le Qatar) et 37,8% (pour le Bahreïn). Inversement, il y a lieu de noter le taux d accroissement substantiel des importations belges en provenance du Koweït (+57,0%). Tableau 9: Classement des pays fournisseurs du Golfe Pays Importations Rang Variation 09/08 en % EAU 33-36,6 Arabie saoudite 38-29,2 Qatar 34-9,8 Koweït 77 57,0 Oman ,5 Bahreïn ,8 Abstraction faite du Koweït, la Belgique a vu ses importations régresser en provenance de tous les pays du Golfe. Les reculs ont été particulièrement marqués dans le cas du Bahreïn et des EAU où les achats ont chuté de respectivement -37,8% et 36,6%. Tableau 10: Part des 3 sections provenance des pays du Golfe les plus importantes dans les importations belges en 16

17 Classement des importations belges par principaux produits en 2009 Pays Section Part (en %) Variation 09/08 (en %) EAU Pierres préc. et métaux précieux 84,5-39,2 Matières textiles 3,6-16,3 Matières plastiques 2,7 38,8 Arabie saoudite Matières plastiques 61,8-18,0 Produits chimiques 21,4-50,5 Produits minéraux 10,4-42,6 Qatar Produits minéraux 95,7-5,5 Matières plastiques 2,3-2,3 Produits chimiques 1,6-78,0 Koweît Produits minéraux 73,0 59,0 Produits chimiques 20,2 80,5 Matières plastiques 6,3 6,2 Oman Marchandises non classées 76,2 804,2 Matières plastiques 15,8 95,4 Machines et appareils 5,2 709,9 Bahreïn Matériel de transport 40, ,3 Matières textiles 23,4-47,7 Métaux communs et ouvrages 20,2-45,4 A l importation aussi, on note certaines constantes. Ainsi, la Belgique importe des 6 pays du Golfe surtout des matières plastiques. Cette section est suivie par les produits minéraux et les produits chimiques. Juin

18 Annexe Ci-après un tableau reprenant le nombre d entreprises exportant vers un ou plusieurs de ces 6 pays soit le nombre de sociétés s intéressant à l un ou à plusieurs de ces marchés. De plus amples renseignements à ce propos peuvent être obtenus auprès de Mme I. Delvoy, tél. : ; Pays Export Intérêt Emirats Arabes Unis Oman Bahrein Qatar Arabie Saoudite Koweit

19 Pour plus d informations: Agence pour le Commerce extérieur Rue Montoyer Bruxelles Service Statistiques Nadia Verlent Responsable du service Statistiques 02/ / Dennis Gijsbrechts Attaché 02/ / Cathy Marquegnies Assistante 02/ /

Relations commerciales bilatérales de la Belgique avec l Afghanistan

Relations commerciales bilatérales de la Belgique avec l Afghanistan Relations commerciales bilatérales de la Belgique avec l Afghanistan En général: 2010 (estimations) PIB 15,6 milliards USD Taux de croissance du PIB 8,2% Inflation 13,3% Exportations de biens (FOB) Importations

Plus en détail

Marchés à la production vrac 2015-16

Marchés à la production vrac 2015-16 Juin Marchés à la production vrac - Volumes cumulés depuis le / début de la campagne* en hl Rouges Rosés Blancs Total Vins de Vins de de cépages Total IGP IGP de cépages 9 7 (- %) 877 (+ %) 998 (+9 %)

Plus en détail

Les relations commerciales de la Belgique avec le Japon

Les relations commerciales de la Belgique avec le Japon JAPON Les relations commerciales de la Belgique avec le Japon Les relations commerciales de la Belgique avec le Japon 1. QUELQUES INDICATEURS ÉCONOMIQUES En général (2011) : PIB 5.865,8 milliards USD

Plus en détail

TURQUIE. Les relations commerciales de la Belgique avec la Turquie

TURQUIE. Les relations commerciales de la Belgique avec la Turquie TURQUIE Les relations commerciales de la Belgique avec la Turquie Source : Ambassade de Turquie en Belgique Les relations commerciales de la Belgique avec la Turquie 4 Table des matières 1 Quelques indicateurs

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

CANADA. Les relations commerciales de la Belgique avec le

CANADA. Les relations commerciales de la Belgique avec le Les relations commerciales de la Belgique avec le CANADA Cette note est également disponible sur le site internet de l Agence pour le Commerce extérieur : www.abh-ace.be P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

L ÎLE MAURICE. Les relations commerciales de la Belgique avec

L ÎLE MAURICE. Les relations commerciales de la Belgique avec Les relations commerciales de la Belgique avec L ÎLE MAURICE Cette note est également disponible sur le site internet de l Agence pour le Commerce extérieur : www.abh-ace.be P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

LUXEMBOURG. Les relations commerciales de la Belgique avec le:

LUXEMBOURG. Les relations commerciales de la Belgique avec le: Les relations commerciales de la Belgique avec le: LUXEMBOURG Cette note est également disponible sur le site internet de l Agence pour le Commerce extérieur : www.abh-ace.be P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES ÉTATS-UNIS

LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES ÉTATS-UNIS LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES ÉTATS-UNIS Los Angeles, San Francisco/Silicon Valley LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES ÉTATS-UNIS RELATIONS COMMERCIALES 3 Table des

Plus en détail

Les relations commerciales de la Belgique avec l. Afrique du sud

Les relations commerciales de la Belgique avec l. Afrique du sud Les relations commerciales de la Belgique avec l Afrique du sud Relations commerciales 3 Table des matières 1. Quelques indicateurs économiques 6 2. Indice du prix unitaire des marchandises à l importation

Plus en détail

ÉMIRATS ARABES UNIS. Relations commerciales de la Belgique avec les Émirats Arabes Unis

ÉMIRATS ARABES UNIS. Relations commerciales de la Belgique avec les Émirats Arabes Unis ÉMIRATS ARABES UNIS Relations commerciales de la Belgique avec les Émirats Arabes Unis Ralf Roletschek, CC BY-SA 3.0 TABLE DES MATIÈRES 1. LA POSITION DE LA BELGIQUE COMPARÉE À CELLE DES PAYS VOISINS ET

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

GHANA. Les relations commerciales de la Belgique avec le

GHANA. Les relations commerciales de la Belgique avec le Les relations commerciales de la Belgique avec le GHANA Cette note est également disponible sur le site internet de l Agence pour le Commerce extérieur : www.abh-ace.be P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1 La

Plus en détail

ÉMIRATS ARABES UNIS. Relations commerciales de la Belgique avec les Émirats Arabes Unis

ÉMIRATS ARABES UNIS. Relations commerciales de la Belgique avec les Émirats Arabes Unis ÉMIRATS ARABES UNIS Relations commerciales de la Belgique avec les Émirats Arabes Unis P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1 La position de la Belgique comparée à celle des pays voisins et de l UE... 2 1.1 Exportations...

Plus en détail

Fiches thématiques. Mondialisation, compétitivité et innovation

Fiches thématiques. Mondialisation, compétitivité et innovation Fiches thématiques Mondialisation, compétitivité et innovation Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques

Plus en détail

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe Joan Miquel Rascagneres 1 I. L essentiel de l Andorre 2 1. Économie Les chiffres de l économie: - Population: 70.000 habitants - PIB: 2,5 milliards d euros.

Plus en détail

Maîtrisez votre risque crédit en toute autonomie!

Maîtrisez votre risque crédit en toute autonomie! Trade Credit Re Maîtrisez votre risque crédit en toute autonomie! www.tcre.com 1 TCRe élimine le risque de défaut de paiement en offrant aux assurés une liberté sans égal dans leur gestion du crédit client

Plus en détail

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 -

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Observatoire Ouest Provence 1 Octobre 2013 SOMMAIRE Avant propos... 4 I Localisation des structures IAE et répartition

Plus en détail

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA?

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? Du 25 au 27 septembre se tiendra à New York l'assemblée générale des Nations Unies durant laquelle les chefs

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT SEMESTRIEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour la période close le 30 juin 2015 Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014 Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle Décembre 2014 SOMMAIRE I. Evolution de la Réglementation Prudentielle III. Impacts de la nouvelle réglementation I III II. Règles algériennes VS Règles

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 31 décembre Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport annuel

Plus en détail

Les nouveautés de Word et Office XP... 17 1.1 1.2 Saisie, correction et gestion efficaces de document... 39 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 2.

Les nouveautés de Word et Office XP... 17 1.1 1.2 Saisie, correction et gestion efficaces de document... 39 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 2. Chapitre 1 Les nouveautés de Word et Office XP... 17 1.1 Office XP : c est nouveau... 19 Compatibilité des formats de fichiers... 19 Sobriété du nouveau design d Office... 19 Zones de tâches du volet Office...

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 188 (2004-2005) N 1 188 (2004-2005) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET modifiant le Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus en vue de favoriser l utilisation

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES Entre les Soussignés : LTP CARCADO-SAISSEVAL 121 Boulevard Raspail 75006 PARIS 01 45 48 43 46 Représenté par le Chef d Etablissement Monsieur

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

Connaître son poids naturel et l accepter

Connaître son poids naturel et l accepter Connaître son poids naturel et l accepter Elodie Liénard, Psychologies.com Mieux vivre sa vie Et si notre poids était aussi génétiquement déterminé que l est notre taille? Et si notre organisme régulait

Plus en détail

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010 Le marché des bureaux NIMES Bilan 1 er semestre 29 Septembre 29 Prochaine parution : Février 21 Dynamique régionale Scenarii économiques fortement dégradés, crise financière avérée et globalisée, le 1er

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

Communiqués. Nouveaux produits et études 7

Communiqués. Nouveaux produits et études 7 Catalogue 11-001-XIF (English 11-001-XIE) ISSN 1205-9145 Le mardi 18 mai Diffuséà8h30,heurel Est Communiqués Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, mars 2 Les investissements canadiens

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI La présente application informatique a été élaborée par l Ademe (Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie www.ademe.fr ) pour répondre à la mission confiée

Plus en détail

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Laboratoire d Automatique POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Projet de Semestre / Eté Année académique 2004 / 2005 Jean Martial Miamo Nguekam Etudiant en 4 ième année Electricité Dr. Denis Gillet

Plus en détail

L immobilier de conviction

L immobilier de conviction L immobilier de conviction Noda, Issy-les-Moulineaux (92), acquis en juillet 2015 * Primonial REIM est une société de gestion de portefeuille, agréée par l Autorité des Marchés Financiers, qui crée, structure

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Information réglementée 17 février 2012 :7h45 Résultats consolidés au 31 décembre 2011 Stabilité des revenus locatifs nets. Les revenus des actifs acquis fin 2010 compensent les revenus

Plus en détail

BISCUITERIE L ALSACIENNE, MAISONS-ALFORT

BISCUITERIE L ALSACIENNE, MAISONS-ALFORT BISCUITERIE L ALSACIENNE, MAISONS-ALFORT Archives du service Publicité. 1974-1979 Autocollant en forme de la jeune Sophie (175J 15). Communicabilité : Immédiate Répertoire numérique détaillé établi par

Plus en détail

CONSEILS PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE

CONSEILS PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE CONSEILS PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE SERVICE D ARCHITECTURE DE PORTEFEUILLES PHILOSOPHIE DE PLACEMENT Conseils Patrimoine privé Mackenzie Service d architecture de portefeuilles Philosophie de placement

Plus en détail

Nos chiffres. Groupe CGI inc. Rapport trimestriel 2 Pour le deuxième trimestre terminé le 31 mars 2008. www.cgi.com

Nos chiffres. Groupe CGI inc. Rapport trimestriel 2 Pour le deuxième trimestre terminé le 31 mars 2008. www.cgi.com Nos chiffres Groupe CGI inc. Rapport trimestriel 2 À propos de CGI Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. («CGI») figure parmi les plus importantes entreprises indépendantes de services en technologies de l'information

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 10LY00899 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre - formation à 3 M. DUCHON-DORIS, président Mme Laurence BESSON-LEDEY, rapporteur M. MONNIER, rapporteur public CABINET

Plus en détail

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires 17/05/13 Utiliser des biocarburants pour remplacer les carburants fossiles? Pas si vite! D'un strict point de vue environnemental, l'opération n'est

Plus en détail

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Université Bordeaux 1 INF569 Master d informatique Logique et Langages (2 - partie 2) Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Anne Dicky 7 novembre 2009 Table des matières 1 Exemples de points fixes

Plus en détail

Gabon. Convention fiscale avec la France

Gabon. Convention fiscale avec la France Convention fiscale avec la France Signée le 20 septembre 1995 Entrée en vigueur le 1 er mars 2008 Art.1.- Personnes concernées La présente Convention s applique : a) en ce qui concerne les impôts sur le

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 3 juin 1 N 7 Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître Les marchés financiers ont été structurés depuis plus de 35 ans par deux évolutions (nous

Plus en détail

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants FICHE 1a Fiche à destination des enseignants TS 25 Les défis de l'aéronautique au XXIème siècle Type d'activité Activité documentaire ; utilisation de TIC en classe. Notions et contenus du programme de

Plus en détail

QATAR. Relations commerciales de la Belgique avec le Qatar

QATAR. Relations commerciales de la Belgique avec le Qatar QATAR Relations commerciales de la Belgique avec le Qatar Francisco Anzola CC BY 2.0 TABLE DES MATIÈRES 1. LA POSITION DE LA BELGIQUE COMPARÉE À CELLE DES PAYS VOISINS ET DE L UE 4 1.1 EXPORTATIONS 4 1.2

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 505 CIDR Tous droits de reproduction réservés Conseil technico-commercial aux aviculteurs comme stratégie de promotion vente du

Plus en détail

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR Fonctionnement administratif et financier 2014 2 Rapport du directeur sur le fonctionnement administratif et financier (prévu à l'alinéa 2 de l'article

Plus en détail

7. Marché monétaire Partie 2! Mankiw, chapitre 27 et chapitre 28 (sauf du bas de la page 760 au bas de la page 764)

7. Marché monétaire Partie 2! Mankiw, chapitre 27 et chapitre 28 (sauf du bas de la page 760 au bas de la page 764) 7.5. Banque centrale européenne (BCE) issions de la BCE : 7. arché monétaire Partie 2! ankiw, chapitre 27 et chapitre 28 (sauf du bas de la page 760 au bas de la page 764) Réalisation : Natacha Gilson

Plus en détail

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Arnaud de Saint Julien 26 décembre 2004 Table des matières 1 Présentation du problème 2 1.1 Définitions et objectifs..................................

Plus en détail

Bien en locatif, excellent en investissement

Bien en locatif, excellent en investissement PROPERTY TIMES Bien en locatif, excellent en investissement France Entrepôts T4 215 29 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 5 Offre immédiate 5 Investissement 6

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES INSTITUT NATIONAL DES FINANCES Cycle de formation pour les cadres vérificateurs de la Direction Générale des Impôts Fayçal DERBEL Expert comptable Enseignant à l ISG Décembre 2011 / Janvier 2012 INTRODUCTION

Plus en détail

TinyTap. Guide de prise en main. Version 2.6. TinyTap, Create interactive lessons & games by TinyTap Ltd.

TinyTap. Guide de prise en main. Version 2.6. TinyTap, Create interactive lessons & games by TinyTap Ltd. TinyTap Version 2.6 Novembre 2015 Titre de l app Langue(s) Prix Lien App Store TinyTap, Create interactive lessons & games by TinyTap Ltd. Multilingue gratuit en version de base achats intégrés pour certains

Plus en détail

Les Ressources Humaines

Les Ressources Humaines Les secteurs quirecrutent Les dossiers du SUIO Sommaire : Les secteurs qui recrutent Les lieux de travail Le principal débouché : - métiers du recrutement et gestion du personnel - métiers de la formation

Plus en détail

e-box La boîte aux lettres électronique sécurisée pour Entreprises & Citoyens

e-box La boîte aux lettres électronique sécurisée pour Entreprises & Citoyens e-box La boîte aux lettres électronique sécurisée pour Entreprises & Citoyens Mars 2016 J. Vos 1 e-box en général Les origines de l e-box Début des années 2000, l ONSS veut pouvoir contacter électroniquement

Plus en détail

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine SISU Doctorante en lettres Universités de Wuhan et de Bordeaux 3 Résumé : Lors de nos recherches

Plus en détail

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 15 août 2014 PAIEMENT DES CONSEILS L IMPORTANCE DES OPTIONS PROPOSÉES I. Introduction Les Canadiens ont accès à des marchés de produits

Plus en détail

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 La NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Note d orientation LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Une attention spéciale doit être portée

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes conditions générales de vente s appliquent, sans restriction ni réserve à l ensemble des ventes conclues par la SARL DOVRE FRANCE auprès d acheteurs professionnels

Plus en détail

Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire»

Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire» Exposé Embargo jusqu au 19 novembre 2015, 18 h 30 Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire» Dewet Moser Membre suppléant de la Direction générale

Plus en détail

solution climatique optimale

solution climatique optimale PME, bureaux et non-résidentiel magasins de détail Nous trouvons toujours la solution climatique optimale secteur des soins, secteur public et écoles industrie et horticulture hôtellerie, loisirs et wellness

Plus en détail

Rapport trimestriel sur le marché

Rapport trimestriel sur le marché Rapport trimestriel sur le marché FRANCE Q1 2009 Faits saillants au sujet du marché nombre de voyages à l étranger au trimestre précédent : - variation (en %) par rapport au même trimestre l an passé :

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LES PENSIONS DE RÉVERSION n LC 167 Décembre 2006 - 3 - LES PENSIONS DE RÉVERSION Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

Le marché des bureaux en France

Le marché des bureaux en France Le marché des bureaux en France Bilan 2007 www.dtz.fr 2 Sommaire 05 Synthèse 08 Alsace 12 Aquitaine 16 Bourgogne - Franche-Comté 22 Bretagne 26 Champagne-Ardenne 30 Languedoc-Roussillon 34 Lorraine 38

Plus en détail

Résultats annuels 2010-2011. Résultats annuels 2010-2011 15 juin 2011

Résultats annuels 2010-2011. Résultats annuels 2010-2011 15 juin 2011 15 juin 2011 Sommaire Présentation générale et faits marquants Résultats annuels consolidés Perspectives Annexes 2 Acteur clé de la distribution de produits et services télécom Présent dans 12 pays européens

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

VADEMECUM D INFORMATION FACULTE DE PHILOSOPHIE, LETTRES ET SCIENCES HUMAINES

VADEMECUM D INFORMATION FACULTE DE PHILOSOPHIE, LETTRES ET SCIENCES HUMAINES VADEMECUM D INFORMATION FACULTE DE PHILOSOPHIE, LETTRES ET SCIENCES HUMAINES SEJOURS ERASMUS, ERASMUS-BELGICA ET HORS EUROPE ANNEE ACADEMIQUE 2013-2014 DEPART EN 2014-2015 1. Pourquoi des programmes d

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE

Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE 2014-2015 Définitions L entrepreneuriat en général et l esprit d entreprendre en particulier sont reliés à l action. En effet,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Technico-commercial en commerce international de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

CAISSES LOCALES AFFILIÉES À LA CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHÔNE ALPES

CAISSES LOCALES AFFILIÉES À LA CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHÔNE ALPES CAISSES LOCALES AFFILIÉES À LA CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHÔNE ALPES Sociétés coopératives à capital variable régies notamment par les articles L. 511-1 et suivants et L. 512-20 et

Plus en détail

L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur?

L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur? TPE ANNEE 2012-2013 L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur? Rédacteur du rapport : THOMAS Antoine FENOT Bazil Professeurs : M. AUDRY M. POUSSEL Les réalisations techniques face aux

Plus en détail

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE Accompagner l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC 1 LES CHIFFRES REPERES FONDERIE CHIFFRE D AFFAIRES 5,6 milliards d euros

Plus en détail

Mvb/messages 2013 08 Pagina 1

Mvb/messages 2013 08 Pagina 1 Système Ranking Depuis le 1/8/2013 le nouveau système de ranking est entré en vigueur. Le système consiste en 6 rankings continus, dans lesquels tous les joueurs actifs de la LFBB et de Badminton Vlaanderen

Plus en détail

Fonds Fidelity Marché monétaire É.-U.

Fonds Fidelity Marché monétaire É.-U. Fonds Fidelity Marché monétaire É.-U. Rapport semestriel 31 décembre 2015 Avis au lecteur Les présents états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen de la part de l auditeur indépendant

Plus en détail

CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION

CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION INVESTISSEMENT PASSION STAR INVEST FILMS PRÉSENTE Le Cinéma est un Art, en ce qu il est vecteur d émotion. Et pour cette raison il fait briller les yeux, attire,

Plus en détail

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Pourquoi un impôt sur la fortune? Pour Elio Di Rupo, Président du PS, c est d abord une simple question de justice : «Quelqu un qui se lève tôt tous

Plus en détail

SHARE. Compartiment SHARE ENERGY

SHARE. Compartiment SHARE ENERGY SHARE Société d'investissement à Capital Variable (SICAV de droit luxembourgeois) avec des compartiments d actifs à recherche de plus-values, répartis par zones géographiques ou secteurs économiques Compartiment

Plus en détail

Merlin. Soja. Sommaire. Enfin une génétique adaptée aux zones nord!

Merlin. Soja. Sommaire. Enfin une génétique adaptée aux zones nord! 2016 Soja Dossier Soja Merlin Sommaire Enfin une génétique adaptée aux zones nord! 1. Présentation de la culture 2. Les débouchés du soja 3. Les atouts du soja 4. Itinéraire technique et choix variétal

Plus en détail

Exercice 1 : «un gars, une fille» (3 points)

Exercice 1 : «un gars, une fille» (3 points) Exercice 1 : «un gars, une fille» (3 points) Simulation : On a simulé la situation sur un tableur. Le graphique ci-dessous indique l évolution de la fréquence de l évènement M «Avoir un garçon et une fille»

Plus en détail

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans «J ai toujours cherché à intéresser mon équipe à l évolution de l entreprise» Videur de boîte de nuit, avant d intégrer la police, Olivier Couteau,

Plus en détail

COMMENTAIRES AU 31 MARS 2016

COMMENTAIRES AU 31 MARS 2016 Performance des indices de référence des marchés ($ CA) 1 18,1% FTSE TMX Canada Univers 13% 12, FTSE TMX Canada Long Terme 3% 4,5% 4,5% 2, 2, 1, 1, 5, 8,3% 2,1% 8,3% S&P/TSX Plafonné S&P 500 ($ CA) - -1,

Plus en détail

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable 1 2 Le crédit permet à l emprunteur d acquérir des biens et services ou de réaliser des investissements,

Plus en détail

Esprit d équipe es-tu là?

Esprit d équipe es-tu là? économie Esprit d équipe es-tu là? Le Sofitel Tahiti a fêté cette année ses 40 ans. Lorsque cet établissement a fermé pendant plusieurs mois pour rénovation en 2005, le SEFI a pris en charge le financement

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION du variomètre FlyNet2 et de l application FlyNet pour smartphone et tablette Android

MANUEL D UTILISATION du variomètre FlyNet2 et de l application FlyNet pour smartphone et tablette Android ASI01/03/14 MANUEL D UTILISATION du variomètre FlyNet2 et de l application FlyNet pour smartphone et tablette Android version 1.30 www.asinstrument.ch www.flynet-vario.com CONTENU GÉNÉRALITÉS 3 VARIOMÈTRE

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Sous-Direction de l Action Sportive Service du Sport de Haut Niveau et des Concessions Sportives 2015 DJS 105 Subvention (40.000 euros) à la Ligue de Paris de Tennis

Plus en détail

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Recherche sociologique sur le groupe professionnel des médecins de

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

Catégorie marché moné taire Aston Hill

Catégorie marché moné taire Aston Hill 2 0 1 2 R A P P O R T I N T E R M É D I A I R E D E L A D I R E C T I O N S U R L E R E N D E M E N T D U F O N D S Catégorie marché moné taire Aston Hill Rapport de la direction sur le rendement du Fonds

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

Cas n IV/M.1125 - CEREOL / SOFIPROTEOL - SAIPOL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.1125 - CEREOL / SOFIPROTEOL - SAIPOL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.1125 - CEREOL / SOFIPROTEOL - SAIPOL Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b)

Plus en détail

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Jean-Michel SOMMER Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Brigitte MUNOZ PEREZ Démographe - C.E.R.C.R.I.D. - UMR 5137, Université de Lyon, Université

Plus en détail

Mathématiques3 e. Laurent Ploy Professeur au Collège Vincent Auriol à Revel (31) Roger Brault Professeur au Lycée Maréchal Soult à Mazamet (81)

Mathématiques3 e. Laurent Ploy Professeur au Collège Vincent Auriol à Revel (31) Roger Brault Professeur au Lycée Maréchal Soult à Mazamet (81) PHRE Collection Mathématiques e Laurent Ploy Professeur au Collège Vincent uriol à Revel () Roger Brault Professeur au Lycée Maréchal Soult à Mazamet (8) Ludovic Requis Professeur au Lycée de Touscayrats

Plus en détail

ARTICLE 3 Definitions Generales

ARTICLE 3 Definitions Generales CONVENTION ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA MONGOLIE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE EN VUE D'EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET DE PREVENIR L'EVASION ET LA FRAUDE FISCALES EN MATIERE D'IMPOTS

Plus en détail

Global Compensation Plan

Global Compensation Plan Des solutions qui transforment des vies Global Compensation Plan INTRODUCTION Bienvenue chez Isagenix! Cette compagnie vous propose une avenue pour accéder à une liberté financière tout en vous offrant

Plus en détail

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES Ref : DRC 2005 CHEN 05.0674/ RNg/CLE le 06/12/2005 NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES 1 OBJET Cette note a été rédigée dans le but de mettre en avant trois points importants concernant

Plus en détail

PROCURATION. Assemblée générale d Anheuser-Busch InBev SA/NV (la «Société») du mercredi 25 avril 2012 (à 11.00 heures)

PROCURATION. Assemblée générale d Anheuser-Busch InBev SA/NV (la «Société») du mercredi 25 avril 2012 (à 11.00 heures) PROCURATION Assemblée générale d Anheuser-Busch InBev SA/NV (la «Société») du mercredi 25 avril 2012 (à 11.00 heures) Ce formulaire de procuration doit être communiqué à la Société au plus tard le jeudi

Plus en détail

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 2012-2013 Biarritz Surftraining Sortie Scolaire Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN info@surftraining.com ou www.surftraining.com 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 BIARRITZ

Plus en détail