Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca)"

Transcription

1 Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca) - Janvier Document de travail n 60

2 Ce document de travail engage la responsabilité de ses auteurs. Il est diffusé par la Direction de la Politique Economique Générale pour introduire un débat sur le sujet en question et susciter des observations.

3 Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca) - Janvier Hassan HMAMOU Document de travail n 60

4 Plan Etude de la rentabilité du secteur bancaire marocain-----p.1 Note sur le développement du marché boursier p.14

5 Etude de la rentabilité du secteur bancaire marocain 1

6 Table des matières PRÉAMBULE ANALYSE DES ÉVOLUTIONS RÉCENTES EXAMEN DES FACTEURS INFLUENÇANT LE PRODUIT NET BANCAIRE RÉSULTAT NET : UNE ÉVOLUTION MITIGÉE ENTRE 1996 ET FACTEURS EXPLICATIFS DU NIVEAU DE LA RENTABILITÉ DES BANQUES MAROCAINES RÉDUCTION DES COÛTS ET AUGMENTATION DE LA PRODUCTIVITÉ IMPACT DE LA POLITIQUE DE PROVISIONNEMENT ET EFFET DU NOUVEAU RATIO DE SOLVABILITÉ PERSPECTIVES POURSUITE DE LA LIBÉRALISATION DES TAUX CRÉDITEURS ET LES PERSPECTIVES DE RENTABILITÉ OUVERTURE GRADUELLE SUR LA CONCURRENCE ÉTRANGÈRE...12 CONCLUSION

7 Préambule L objet de la présente étude est d analyser la rentabilité des banques marocaines et particulièrement les déterminants de cette rentabilité 1 à travers l exploitation des données consolidées ayant été communiquées par Bank Al-Maghrib. Les banques constituent un domaine important de l activité économique, d abord en tant qu employeurs puisqu en 1998 les effectifs employés par le système bancaire dépassaient les personnes, mais surtout en tant qu acteurs fondamentaux du système monétaire et financier. Le secteur bancaire a été soumis depuis le début de la décennie quatre vingt dix à de nombreuses réformes : unification du cadre juridique, instauration du principe d universalité, suppression des emplois obligatoires, levée de l encadrement du crédit, libéralisation progressive des taux d intérêt, dynamisation du marché monétaire et renforcement des règles prudentielle sont autant de facteurs dont l objectif est de mettre le secteur bancaire et financier dans une dynamique concurrentielle déterminée par les forces du marché. Ces réformes ont eu un effet certain sur la rentabilité des banques. L idée est de savoir comment les banques ont réagi aux mutations de leur environnement, sachant qu elles doivent faire face à une double contrainte : s impliquer davantage dans le financement de l économie et répondre aux exigences de leurs actionnaires. Ainsi, il est jugé intéressant de comprendre comment s établit la relation entre la politique monétaire et la marge bénéficiaire des banques. 1. Analyse des évolutions récentes L examen de l évolution des résultats des établissements bancaires entre 1993 et 1999 permet de dégager les constats suivants : Tableau (1 ) Elément du compte des résultats bancaires (Variation annuelle en %) Produit net bancaire 19,61 9,26 13,79 11,93 5,83 7,70 7,32 Frais généraux 10,38 9,80 8,62 7,40 6,65 5,17 8,55 Résultats bruts d'exploitation 30,36 8,49 18,92 16,70 5,35 9,93 6,10 Résultat avant impôts 8,94 31,82 12,25 7,13 30,2 9,06 3,83 Résultat net 15,60 49,50 8,80 0,60 34,40 8,10 8,10 Source : Bank Al Maghrib et calculs de la DPEG 1 L étude porte sur la rentabilité des banques en dehors des ex. OFS. 3

8 Le produit net bancaire (PNB) a enregistré un taux de croissance moyen de 8% entre 1996 et 1999 contre 13,58% entre 1993 et Examen des facteurs influençant le produit net bancaire La tendance à la baisse du rythme d accroissement du PNB s explique par la conjonction de deux facteurs : l effet encours et l effet prix. Si l effet encours commence à jouer relativement, l effet prix n est pas encore important. l effet encours Cet effet s analyse comme étant le résultat de deux phénomènes : l effet volume et l effet structure. a) l impact du volume d activité sur le PNB Le volume d activité des banques influence leur PNB. En effet, la croissance des encours et ressources exerce automatiquement un effet volume sur le PNB. Ainsi, la baisse du rythme d accroissement moyen du PNB entre la période et celle est corrélée positivement à celle du rythme d accroissement des crédits à la clientèle. Ce dernier est passé de 9% entre à 7,37% entre , soit un recul de 1,63 point alors que les dépôts ont baissé seulement de 0,6 point entre les deux périodes, enregistrant un accroissement annuel moyen de 7% entre contre 6,4% entre b) l impact de la structure du bilan sur le PNB La structure du bilan des banques n a pas changé de manière significative de 1993 à Il n en demeure pas moins que les mutations du secteur bancaire ont produit un léger mouvement au niveau des masses mobilisées et utilisées par les établissements de crédits qui a affecté le PNB : Tableau (2) Structure des crédits et des dépôts des banques commerciales entre Comptes à vue/total des dépôts 51,87 52,37 51,37 49,53 50,55 50,75 51,16 Comptes rémunérés/total des dépôts 48,13 47,63 48,63 50,47 50,45 49,25 48,84 Crédits à court terme/total crédits 64,96 63,56 64,94 64,09 61,57 60,66 57,61 Prêts à moyen et long terme/tc 23,72 24,57 24,36 24,87 26,68 28,06 31,01 Source : Bank Al Maghrib et calculs de la DPEG La part des crédits à court terme dans le total des crédits accordés par les banques commerciales est passée de 64,3% en moyenne entre 1993 et 1996 à 60,7% entre 1996 et

9 La baisse des volumes de crédit à court terme à été couplée d une légère diminution de la part des dépôts non rémunérés dans le total des dépôts (50,5% entre contre 51,29% en moyenne entre 1993 et 1996) au profit des dépôts rémunérés au niveau du passif (49,75% en moyenne entre 1996 et 1999 contre 48,9% entre 1993 et 1996). Toutefois, cet effet qui commence à se faire sentir au Maroc, n est pas aussi pesant qu en Europe où le transfert des dépôts vers les SICAV de trésorerie a contribué au renchérissement des ressources et à la diminution de la marge globale. L accroissement des ressources rémunérées a été accompagné de celui de la part des crédits à moyen et long termes, rémunérés à un taux plus élevé que les crédits à court terme. Cet effet a été renforcé par une hausse de la part des crédits à la clientèle dans le total des principaux emplois au détriment de la part des bons du Trésor rémunérés à un taux faible (tableau 3). Tableau (3) Part des crédits et du portefeuille des bons du Trésor dans le total des principaux emplois Part des crédits à la clientèle 56,3 54,9 55,7 59,3 60,2 60,5 62,8 Part des bons du Trésor 35,0 36,3 35,1 31,8 31,0 30,0 26,8 Source : Bank Al Maghrib L effet prix Les taux débiteurs pratiqués par les banques se situaient généralement à 14% en Depuis cette date, ces taux se sont inscrits régulièrement dans une tendance baissière. En 1999, le taux de base s est établi à 7,25% pour les crédits à court terme,7,5% pour les crédits à moyen terme et 8,5% pour les crédits à long terme contre 9,75%, 10,5% et 11,25% pour les même échéances en Cette décrue des taux d intérêt est la conséquence des politiques monétaire et budgétaire poursuivies. Les taux créditeurs, quant à eux, ont enregistré une baisse légèrement moins importante que celle des taux débiteurs. Les taux créditeurs sur les dépôts à 6 et 12 mois ont diminué de 5,79 points entre 1993 et 1999 contre plus de 6 points pour les taux débiteurs. Cette affirmation mérite d être nuancée par le fait qu entre 1990 et 1995, les taux débiteurs affichés par les banques correspondaient au plafond et qu à partir de février 1996, les taux correspondent aux taux de base bancaire affichés par les banques. 5

10 Tableau (4) L évolution des taux créditeurs et taux débiteurs entre Taux créditeurs Dépôts à 6-12 mois ,49 8,80 8,30 8,29 7,62 6,52 5,7 Taux débiteurs Court terme 14,00 12,00 11,50 9,75 9,25 8,00 7,25 Moyen terme 14,00 12,00 11,50 10,50 9,50 8,25 7,5 Long terme 14,00 13,00 12,50 11,25 10,25 9,00 8,50 Source : Bank Al Maghrib Néanmoins, si l on suppose que l évolution des taux d intérêt sur les crédits et sur les dépôts se reflète aussi bien dans celle du rendement moyen des crédits et du coût moyen des dépôts, il est possible d avancer que les taux créditeurs ont enregistré une baisse plus importante que les taux débiteurs. En effet, le coût moyen des dépôts à terme a baissé de 5,2 points de 1993 à 1999 contre un recul de 4,3 points pour le taux de rendement moyen des crédits. Tableau(5) Evolution des coûts moyens des dépôts à terme et des taux de rendement moyens des crédits (en pourcentage) Coût moyen des dépôts à terme 11,65 10,40 8,82 8,39 8,27 7,59 6,49 Taux de rendement moyen des crédits 12,86 11,25 10,36 10,27 9,93 9,21 8,55 Source : Bank Al Maghrib Toutefois, l évolution du coût moyen des ressources et du taux de rendement moyen des emplois, donnée par le tableau (6), fait ressortir que, globalement, ces deux paramètres ont baissé dans les mêmes proportions (2,27 et 2,48). Tableau(6) Evolution du coût moyen des dépôts et des taux de rendement moyens des crédits Coût moyen des principales Ressources 5,85 4,87 4,22 4,22 4,27 3,84 3,31 Taux de rendement moyen des principaux emplois 11,47 10,53 10,03 10,09 9,84 9,53 8,99 Source : Bank Al Maghrib 6

11 1.2. résultat net : une évolution mitigée entre 1996 et 1999 Le résultat net des banques commerciales s est élevé en 1999 à 2821 millions de dirhams, en progression de 8% par rapport à celui de 1998, suite à une forte hausse de 34% en 1997 par rapport à l année 1996, passant ainsi de 1795 millions de dh en 1996 à 2413 millions en Si dans les pays de l OCDE, la rentabilité du secteur bancaire est fonction du taux de croissance économique, au Maroc les bénéfices ne sont que faiblement affectés par la conjoncture économique et financière. La rentabilité du secteur bancaire s est accrue entre 1995 et 1999 eu égard aux deux ratios universellement reconnus : Return on equity (ROE) et Return on asset (ROA). Tableau(7) Rentabilité des fonds propres Fonds propres Résultat Net ROE (retour sur FP) 8,75 11,44 11,27 10,62 12,83 12,40 12,46 ROA(rentabilité des capitaux investis) 0,71 0,93 0,95 0,90 1,11 1,11 1,12 Source : Bank Al Maghrib et calculs de la DPEG Le taux de rentabilité sur fonds propres s est situé à 12,46% en 1999 et 12,40% en 1998 contre 10,62% en 1996 et 11,27% en Parallèlement, les banques commerciales ont pu améliorer la rentabilité de leurs actifs. Celle-ci s est établie à 1,1% en 1998 et 1,2% 1999 alors qu en 1995 et 1996, elle s est située à 0,95% et 0,90%. La rentabilité a atteint un niveau comparable à celui des grandes banques internationales. En 1998, les banques marocaines sont même devenues plus rentables que les banques allemandes ou françaises. Par ailleurs, si on se refére au ROE d une banque marocaine comme celle de la BCM, cette dernière est devenue même plus rentable que les banques américaines (voir tableau 8) dont l activité dépasse l intermédiation classique pour concerner aussi l ingénierie financière. 7

12 Tableau (8) Comparaison 2 de la rentabilité des grandes banques internationales avec celle des banques commerciales marocaines Coefficient de rentabilité (ROE) Etats-Unis Royaume- Unis Allemagne France Espagne Italie Suisse Japon Maroc* Maroc** ,6 13,9 8,8 2,4 12,5 4,1 11,8 2,2 8,7 12,1 14,9 21,3 7,2 1,4 11,6 1,8 7,3-1,3 11,4 16,0 15,6 19,6 8,4 4,0 11,4 2,7 6,6-1,9 11,3 17,7 15,7 20,2 9,3 7,6 11,7 2,4-2,3 0,6 10,6 19,8 15,6 19,5 7,6 9,6 14,1-1,7 2,8-13,5 12,8 19,2 13,0 17,8 10,9 10,9 19,6 9,3 12,5-15,0 12,4 18,2 Source : Bankscope (Lettre de conjoncture de la BNP) et calculs de la DPEG * : ROE de l ensemble des banques commerciales. ** : ROE de la BCM. Toutefois, en comparant l évolution de la rentabilité et de la marge d intérêt en pourcentage (Tableau 9, 3 eme ligne), on constate que ces deux variables n évoluent pas souvent dans le même sens. Ceci est net pour l année 1997 : la rentabilité des banques augmente alors que le rythme d accroissement de la marge d intérêt a ralenti. D'autre part, le taux d accroissement annuel moyen de la marge d intérêt en valeur absolue a baissé de 8,6 points entre les périodes et alors que la rentabilité des fonds propres a augmenté de 1,54 points, passant de 10,6% en moyenne annuelle entre 1993 et 1996 à 12,14% entre 1996 et Se pose alors la question de savoir comment, dans un contexte marqué par le resserrement des marges, les banques marocaines dégagent toujours une rentabilité satisfaisante? 2 Les comparaisons internationales des taux de rentabilité bancaire sont imprécises à cause surtout : 1) des différences des méthodes comptables.2) de la sous évaluation des capitaux propres dans le cas très fréquent où il y a des réserves occultes importantes. Toutefois, le recours à une telle comparaison dans notre étude pourrait se justifier par le souci de présenter une idée approximative sur le niveau de la rentabilité dégagée par les banques marocaines. Cette dernière peut apparaître plus élevée au cas où l on intègre, par exemple, les commissions réalisées par les sociétés de bourse. 3 Les taux d accroissement annuel moyen de la marge d intérêt est passé de 15,68% entre 1993 et 1996 à 7% entre 1996 et

13 Tableau (9) Evolution des taux d intérêt*, de la rentabilité des banques et de la marge d intérêt en % id(1) ,5 10,5 9,5 8,25 7,5 ic(2) 11,49 8,8 8,3 8,29 7,62 6,52 5,7 (1)-(2) 2,5 3,2 3,2 2,21 1,88 1,73 1,8 r en pourcentage 8,75 11,44 11,27 10,62 12,83 12,40 12,46 Variation de la marge d'intérêt en 25,56 10,23 13,64 13,88 3,84 5,11 11,22 valeur absolue Source :Bank Al Maghrib et calculs de la DPEG * : Il s agit des taux créditeurs sur les dépôts à 6 et 12 mois et des taux débiteurs sur les crédits à moyen terme id :le taux d intérêt débiteur ic : le taux d intérêt créditeur 2. Facteurs explicatifs du niveau de la rentabilité des banques marocaines 2.1. Réduction des coûts et augmentation de la productivité En terme de productivité, des efforts ont été enregistrés entre 1993 et 1999 : si les frais généraux ont représenté 2,3% du total du bilan en moyenne durant la période concernée, le coefficient d exploitation (FG/PNB) s est établi à 45,8% en 1999 contre 46% en 1996 et 50% en Le rapport des frais du personnel sur le Produit Net Bancaire est de 28,5% en 1999 contre 29,2% en 1996 et 32% en Tableau(10) Coefficient d exploitation Années le coefficient net d'exploitation(fg/pnb) 49,98 50,23 47,94 46,01 46,36 45,27 45,79 Frais généraux/total Bilan 2,30 2,20 2,20 2,20 2,20 2,10 2,30 Source :Bank Al Maghrib et calculs de la DPEG L augmentation de la productivité traduit l attention portée par les banques à la maîtrise des coûts dans un environnement financier où la déréglementation, le début de concurrence et la baisse des marges rendent inopportuns des produits et des services qui utilisent un nombre important d employés relativement peu qualifiés. Désormais, il s agit d être compétitif pour ce qui est des nouveaux produits dont la complexité exige un personnel bien formé. Le bon rendement du personnel au cours des trois dernières années est corroboré par l évolution positive de quelques ratios figurant au tableau 11. 9

14 Tableau (11) Quelques ratios de productivité Années Charges de personnels/ PNB (%) 31,92 31,93 30,34 29,28 29,07 28,28 28,56 Crédits/ charges de personnel 29,57 30,31 32,34 33,17 33,65 36,08 36,94 Dépôts/ charges de personnel 51,78 52,44 52,52 51,25 53,60 54,96 54,75 Source : Bank Al Maghrib et calculs de la DPEG En effet, le rapport crédits/ charges du personnel est passé de 29,6 en 1993 à 37 en 1999 et le rapport dépôts/charges du personnel est passé de 51,8 en 1993 à 54,8 en Impact de la politique de provisionnement et l effet du nouveau ratio de solvabilité Pour l ensemble des banques, la rentabilité est principalement affectée par la politique de provisions. En effet, la part du bénéfice net dans le PNB évolue en fonction du volume des dotations aux provisions. Ceci est clair pour l année 1997 où le résultat net a connu un bond de 34% lorsque les dotations aux provisions ont diminué de 33% contre une hausse de 0,6% seulement en 1996 lorsque les dotations aux provisions ont augmenté de 46,3%. Au cours des années 1997 et 1998, les banques ont retrouvé un environnement plus sain puisque la part des dotations aux provisions dans le RBE est passée de 45,5% en 1996 à 28,8% en 1997 et 30% en Tableau (12) Importance et évolution des dotations aux provisions Années Dotations aux provisions (variation en pourcentage) 78,02 18,19 10,37 46,33-33,15 15,31 36,89 Dotations aux provisions/rbe 35,90 39,11 36,23 45,47 28,87 30,31 37,96 Dotations aux provisions/pnb 18,05 19,53 18,95 24,77 15,65 16,75 20,75 Source : Bank Al Maghrib et calculs de la DPEG Toutefois, ce constat mérite d être nuancé par le fait qu entre 1993 et 1996, les banques marocaines ont effectué un important effort de provisionnement de leurs créances douteuses afin de se mettre en conformité avec les nouvelles règles de de Bank Al Maghrib. Ainsi, les banques ont constitué des dotations aux provisions importantes à fin C est pour cela que la dotation de 1997 est moins importante. Par ailleurs, les provisions pour créances en souffrance ont augmenté en 1997 de 16,30% par rapport à 1996, alors que les créances en souffrance n ont progressé que de 13,23% sur la même période. 10

15 Si l on se réfère à la période , le taux d accroissement moyen des créances en souffrance ressort à 11,9% et celui des provisions s établit à 21,3%. En conséquence, le taux de couverture des créances en souffrance par les provisions, qui était de 46,8% en 1993, s est établi à 71,8% en 1996 et à 73,7% en Le taux de rentabilité est également affecté par le rythme d évolution des fonds propres. En effet, les banques commerciales ont été obligées de consentir un effort considérable en matière de capitalisation durant la période pour se conformer aux exigences du ratio cooke. Par conséquent, le niveau du ROE qui a été de 11,1% en moyenne entre 1993 et 1996 en raison de la progression des fonds propres de11% en moyenne, est passé à 12,4% lorsque les fonds propres ont augmenté seulement de 9%. Tableau(13) Evolution des créances en souffrance et de leurs provisions Evolution des créances en souffrance nettes des agios réservés 19,3 4,44 13,6 13,23 8,55 12,57 Evolution des provisions pour créances en souffrance 35 22,85 30,85 16,3 10,9 11,67 Evolution du taux de couverture 13,15 17,7 15,1 2,71 2,15-0,85 Source : Bank Al Maghrib 3. Perspectives Le secteur bancaire connaît aujourd hui une phase de transition. Les réformes qui touchent ce secteur ne sont pas encore achevées et celles en place n ont pas encore produit tous les effets attendus. Il faut noter que les réformes au Maroc ont suivi avec un certain décalage les réformes européennes, ce qui pourrait se traduire, comme en Europe, par un laminage des marges et une concurrence plus forte. Les conditions d exploitation pourront changer complètement suite à la nouvelle politique des taux. Aussi, les banques marocaines devraient-elle à l avenir consentir d importants efforts aux niveaux stratégique, organisationnel et de gestion pour s adapter aux nouvelles donnes et préserver des taux de rentabilité satisfaisants. Les banques commerciales devraient faire face à un double défi : L évolution rapide du cadre régissant l activité bancaire au Maroc vers une libéralisation plus poussée. A ce niveau, les axes qui méritent d être examinés sont : la poursuite de la libéralisation des taux d intérêt créditeurs qui pourrait se traduire principalement par la rémunération des comptes chèques des particuliers à l instar d autres pays 11

16 la poursuite de la privatisation des établissements de crédits et ce, à travers l ouverture du capital de la Banque Centrale Populaire et de la BNDE au secteur privé, ainsi que la définition et la comptabilisation à part des missions de service public rendues par la CNCA à l Etat. L ouverture graduelle du système financier marocain à la concurrence étrangère Poursuite de la libéralisation des taux créditeurs et les perspectives de rentabilité Au Maroc, la rémunération des dépôts bancaires reste strictement réglementée (circulaire n 9/G/94 relative aux intérêts créditeurs). Les dispositions de l Arrêté du Ministre de l Economie et des Finances du 5 avril 1994, réglementant les intérêts créditeurs servis par les banques, interdisent formellement toute rémunération des dépôts à vue, à l exception des dépôts en comptes sur carnets et les dépôts en dirhams convertibles. Autrement dit, les taux servis sur les comptes chèques et les comptes courants demeurent fixés à 0% alors que cette catégorie de dépôts représente 47% du total des dépôts des banques commerciales en 1998, et 33,4% de leur passif et constitue une source très importante de leur rentabilité. En cas de rémunération éventuelle des comptes chèques, le laminage des marges d intérêt risque de s accentuer. Par conséquent, pour maintenir le taux de rentabilité à son niveau actuel, les banques devraient : développer des activités de services rémunérés par des commissions afin de compenser la réduction des marges d intermédiation. Le défi consiste à créer des services ayant une réelle valeur pour le client et qui puissent être valorisés à leur juste prix : assurances vie ou dommages, gestion patrimoniale, banque à domicile et cash management, sont quelques unes des voies à explorer. Cette façon de procéder permettrait aux banques d augmenter leurs résultats tout en utilisant le moins de capital possible. réduire davantage leur coefficient d exploitation. En effet, si la marge d intérêt baisse suite à la rémunération des comptes chèques, le coefficient d exploitation doit diminuer d autant pour maintenir la rentabilité constante. Certes, au Maroc le rythme de croissance des frais généraux a nettement baissé entre 1993 et 1998 puisqu il s est établi à 5% en 1998 contre 10,3% en Toutefois, les frais généraux représentent presque la moitié du PNB (45% en 1998) car le fonctionnement des succursales, qui collectent l essentiel des dépôts à faible coût, implique en général de gros frais généraux. Partant de ces contraintes, les banques commerciales devraient chercher progressivement des ressources moins coûteuses en terme de frais généraux, notamment celles collectées sur le marché monétaire et obligataire Ouverture graduelle sur la concurrence étrangère L accord signé par les membres de l OMC en décembre 1997 sur la libéralisation des services financiers prévoyait la libéralisation à partir de mars 1999 des activités internationales des diverses sociétés financières dans 95% du marché mondial (estimé à milliards de dollars). 12

17 Au Maroc, bien que la présence indépendante des sociétés financières étrangères est encore très timide, cet accord constitue un signal en direction des établissements bancaires pour se préparer à affronter à l avenir la concurrence internationale et adapter leurs structures aux nouvelles contraintes de la globalisation des marchés financiers. Par ailleurs, la concurrence serait intensifiée avec l entrée en scène d établissements européens sur le territoire national, lesquels sont d ailleurs très présents dans le capital des banques commerciales marocaines, principalement de petite et moyenne taille. Conclusion Les facteurs explicatifs de la rentabilité sont nombreux (et peuvent se compenser). Les variables de la politique monétaire, notamment les taux d intérêt, n expliquent que partiellement la rentabilité bancaire. Ils ont certes leur importance, mais entrent également en ligne de compte les emplois et ressources sur lesquels ces taux s appliquent. De même, il faut considérer les charges d exploitation et les provisions comme facteurs explicatifs de la rentabilité des banques. La baisse du niveau des taux d intérêt et l évolution positive des ratios de productivité au cours des trois dernières années montrent que le secteur bancaire marocain est entré dans une phase où la concurrence est devenue une réalité. Toutefois, ce changement doit être interprété avec prudence car toutes les rentes n ont pas encore disparu. Malgré l aménagement du cadre réglementaire, le système bancaire peut encore véhiculer des distorsions de concurrence qui peuvent être évitées par un contrôle plus rigoureux de la structure bancaire et par une adaptation éventuelle de la loi bancaire à la nouvelle réalité de la globalisation financière. Il convient aussi de rappeler que, dans une perspective de moyen terme, les banques marocaines conservent de nombreux atouts pour faire face aux défis qui les attendent : Le secteur bancaire est un secteur à croissance assez soutenue. Tenant compte des marges appliquées par les banques qui sont supérieures à celles pratiquées en Europe 4, la banque au Maroc continuera à être une activité rentable. Le faible taux de bancarisation constitue un réservoir de croissance pour les banques. Seuls 25% de la population marocaine possèdent un compte bancaire. Sur ce plan, la banque marocaine a un potentiel de croissance notable. Le troisième facteur de croissance consiste en l émergence de nouveaux métiers: crédit hypothécaire, cartes de crédits, leasing, métiers liés aux marchés de capitaux, 4 Selon une étude de la Banque Mondiale, la marge nette d intérêt en pourcentage des actifs pour les banques marocaines en 1998 est de 5,7% soit deux à trois fois plus élevée que celle réalisée par les grandes banques des pays européens et excède les marges des grandes banques américaines (3,4%). 13

18 Note sur le développement du marché boursier 14

19 Table des matières PRÉAMBULE LA RÉFORME DU MARCHÉ BOURSIER ET SES OBJECTIFS LES RÉFORMES INTRODUITES EN LES RÉFORMES INTRODUITES EN LA RÉFORME DU MARCHÉ FINANCIER : ESSAI D ÉVALUATION UN BILAN MITIGÉ DU MARCHÉ BOURSIER ( ) LES FAIBLESSES DU MARCHÉ BOURSIER MAROCAIN LES MESURES FAVORISANT L EXPANSION DU MARCHÉ BOURSIER LES MESURES EN CHANTIER AUTRES PROPOSITIONS...22 ANNEXE

20 Préambule La réforme du marché boursier a été initiée en 1993 dans le but de faire passer le Maroc d une économie d endettement à une économie des marchés financiers et atteindre par conséquent une situation d allocation optimale des ressources. La réforme du marché boursier devrait permettre d enclencher le cercle «vertueux» de croissance : recapitalisation des entreprises et développement de l investissement, création d emplois et accroissement de l épargne. Au terme de huit ans de réforme, il semble que tous les effets escomptés ne sont pas encore atteints. En fait, le plein impact de cette dernière ne peut être apprécié de manière définitive. La réforme est encore en phase d approfondissement et les mécanismes du marché ne jouent pas encore pleinement. Le marché boursier a manifesté, durant les deux dernières années, des signes de fragilité et a enregistré des contre-performances qui ont suscité le besoin d une nouvelle réforme et des mesures d incitation afin de relancer le marché. Cette note, retrace les principales mesures de la réforme et ses objectifs, les réalisations et les problèmes relatifs à cette expérience en vue de suggérer quelques recommandations pour un meilleur fonctionnement du marché boursier marocain. 1. La réforme du marché boursier et ses objectifs La réforme du marché boursier s est déroulée en deux étapes : 1.1- Les réformes introduites en 1993 La réforme boursière de 1993 a fait l'objet de trois textes de lois : la loi relative à la Bourse des valeurs et aux intermédiaires, la loi portant création du conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM), la loi relative aux organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM). Les principaux objectifs de lois sont les suivants : la mise en place des moyens permettant de rendre le marché boursier plus liquide et plus transparent, la protection des épargnants et l amélioration de l information des investisseurs et du public, la dynamisation du marché financier afin de lui permettre une large participation au financement de l économie, l'institution de nouveaux produits financiers, l'instauration d'un régime fiscal favorisant le placement en valeurs mobilières. 16

21 1.2- Les réformes introduites en 1997 Deux nouveaux textes de lois ont été adoptés en 1997 : le premier a modifié le Dahir du 21 septembre 1993 relatif à la Bourse des valeurs, créé le Dépositaire central et institué un régime de dématérialisation des titres. Le second texte a institué un régime général de l inscription en compte courant pour les valeurs mobilières inscrites à la cote de la Bourse des valeurs, les titres des OPCVM, les titres de créances négociables et les bons du Trésor émis en adjudication et créé un Dépositaire central chargé d un côté, d assurer la conservation des titres admis au régime du compte courant et de l autre, faciliter leur circulation. 2. La réforme du marché financier : essai d évaluation 2.1- Un bilan mitigé du marché boursier ( ) L analyse du marché boursier marocain durant la période permet de dégager les résultats suivants : Tableau (1 ) Evolution du marché boursier entre 1993 et 2000 Années sept-00 Capitalisation boursière en Mds DH(1) ,6 Capitalisation boursière /PIB 10,4% 14,2% 18,1% 23,5% 37,3% 41% 40,2% 36% Volume des transactions en Mds DH(2) (2)/(1) 18,7% 21,7% 45,6% 26,9% 27,2% 38,9% 68,3% 19,7% Indice général (base 100=1979) 259,8 316,3 342,4 447,1 667,5 803, ,4 Nombre des sociétés cotées Source : SBVC La capitalisation boursière a connu un taux d accroissement annuel moyen de 41,1% entre 1993 et 1998 pour se situer à 145. Mds DH en 1998 contre 26 Mds DH en Cependant, une baisse de 5% a été enregistrée entre 1998 et 1999, passant de 145 Mds DH à 138 Mds DH. Le rapport capitalisation boursière/pib, qui normalement exprime la contribution du marché boursier au financement de l économie, est passé de 10,4% en 1993 à 41% en 1998 pour revenir à 36% en septembre 2000 (-5 points par rapport à l année 1998). Le volume des transactions, qui rend compte de l animation du marché, a été multiplié par 11,6 entre 1993 et 1998 et n'a augmenté que de 0,26% entre 1998 et septembre La liquidé du marché, mesurée par le "volume des transactions/capitalisation boursière" 5 est passé de 18,7% en 1993 à 45,6% en 1995, avant de reculer à 39% en 1998 et à 19,7% en septembre Le volume de négociation des titres confronté au volume de capitalisation indique aussi le comportement de placement pour le financement de l activité économique et le comportement de recherche de marge de nature spéculative. 17

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

Le secteur bancaire au Maroc

Le secteur bancaire au Maroc Le secteur bancaire au Maroc Actualisation au 8 août 2007 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 De 21 banques en 2000, le Maroc n en compte plus

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1,PL2,PL3,PL4) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des Banques STATISTIQUES MONETAIRES

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis Secteur : Leasing Nombre de titres offerts : 1 000 000 titres Prix : 8,500D Jouissance des actions : 1 er janvier 2010 Capitalisation boursière après OPF : 34MD Notation par Fitch Rating: LT : A- (tun)

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC FORUM SUR LE COMMERCE EN AFRIQUE DU NORD 19-20 Février 2007, Marrakech Session parallèle 2: «concilier facilitation du commerce et conformité avec les normes de gouvernance financière» REFORME DU SECTEUR

Plus en détail

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000 CREDIT IMMOBILIER ET HOTELIER EXTRAIT DE LA NOTE D INFORMATION EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE MONTANT GLOBAL DE L EMISSION : 1 MILLIARD DE DIRHAMS Tranche A Cotée Tranche B Non cotée Tranche

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

EVOLUTION POSITIVE DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT

EVOLUTION POSITIVE DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT COMMUNIQUE FINANCIER DE SALAFIN : RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat Net de 92 MDH - Maintien du niveau de rentabilité de 15% Progression des crédits distribués dans un marché en retrait. Poursuite de la

Plus en détail

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Marché financier du Maroc Bilan et perspectives Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Plan de la présentation 1. Historique 2. Aperçu du marché en chiffres 3. Bilan de la réforme 4. Principaux

Plus en détail

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie République Tunisienne Ministère des Finances Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie Zouari Maher Directeur de

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

RÉSULTATS SEMESTRIELS

RÉSULTATS SEMESTRIELS RÉSULTATS SEMESTRIELS 7 octobre 2 Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Chiffres clés Activité commerciale financiers Coût du risque Fonds propres Conclusion Annexe 3 Faits marquants Acquisition en décembre 2003 de Banque

Plus en détail

Le fonctionnement : Le déroulement : Ici, on va décrire les opérations qui peuvent se dérouler au sein d une SICAV, et sur quelle base : La valeur

Le fonctionnement : Le déroulement : Ici, on va décrire les opérations qui peuvent se dérouler au sein d une SICAV, et sur quelle base : La valeur Introduction Contexte Le financement des besoins d investissement de l économie nationale passe par une réelle mobilisation de l épargne. Autant la thésaurisation massive annihile toute velléité de développement

Plus en détail

MODERN LEASING. Offre Publique à Prix Ferme. Un fort potentiel de rattrapage SOUSCRIRE. Recommandation. Actionnariat. Ratio de valorisation

MODERN LEASING. Offre Publique à Prix Ferme. Un fort potentiel de rattrapage SOUSCRIRE. Recommandation. Actionnariat. Ratio de valorisation MODERN LEASING Mercredi 27 Octobre 2010 Prix d introduction : 8,500DT Période d ouverture de l offre : du 25 Octobre au 8 Novembre 2010. Recommandation SOUSCRIRE Actionnariat Actionnaires Avant opération

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Paris, le 26 février 2015 Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Résultats au 31 décembre 2014 Produit net bancaire 4 410 M Un PNB stable 1 (-0,8%) Résultat net comptable

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

AVIS N 40/13 RELATIF A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT OBLIGATOIRE VISANT LES ACTIONS CENTRALE LAITIERE A L INITIATIVE DE LA COMPAGNIE GERVAIS DANONE

AVIS N 40/13 RELATIF A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT OBLIGATOIRE VISANT LES ACTIONS CENTRALE LAITIERE A L INITIATIVE DE LA COMPAGNIE GERVAIS DANONE Casablanca le, 28 mars 2013 AVIS N 40/13 RELATIF A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT OBLIGATOIRE VISANT LES ACTIONS CENTRALE LAITIERE A L INITIATIVE DE LA COMPAGNIE GERVAIS DANONE Avis d approbation de la Bourse

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

LES NOUVELLES DONNES DU CREDIT A LA CONSOMMATION

LES NOUVELLES DONNES DU CREDIT A LA CONSOMMATION LES NOUVELLES DONNES DU CREDIT A LA CONSOMMATION Abdelkrim BENCHERKI Vice-Président de l APSF Devant traiter les nouvelles donnes du crédit à la consommation, je les apprécierais en retenant trois axes

Plus en détail

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Norvège Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation L'épargne intérieure au Maroc Décembre 2001 Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Une banque engagée et responsable

Une banque engagée et responsable Une banque engagée et responsable Chiffres clés juin 2014 www.bmci.ma C hiffres clés au 30 juin 2014 Un résultat avant impôt du premier semestre 2014 en progression par rapport au second semestre 2013

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

Asset Management. A Commitment to Excellence

Asset Management. A Commitment to Excellence Asset Management A Commitment to Excellence L ambition que nous poursuivons et que nous partageons avec nos partenaires et clients s enracine profondément dans la culture d un groupe qui met l excellence

Plus en détail

Résultats du 2 ème trimestre 2011

Résultats du 2 ème trimestre 2011 Résultats du 2 ème trimestre 2011 Des résultats en croissance, soutenus par l activité bancaire RNPG T2 2011 : 11,7 M, +21 % RNPG S1 2011 : 22,8 M, +27 % Produit net bancaire 52,9 55,4 5 % 100,8 112,2

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

régime de retraite supplémentaire 1,24%

régime de retraite supplémentaire 1,24% rapport de gestion 2011 CCPMA Prévoyance régime de retraite supplémentaire 1,24% CCPMA Prévoyance, auprès de vous à chaque instant Le 1,24% en chiffres 271 502 5 175 cotisants entreprises adhérentes 108

Plus en détail

Département Études & Recherches. Fiche Valeur - BIAT. Un leader confirmé mais valorisation élevée. Cs (+) Conserver (+) Cours : 75.400Dt.

Département Études & Recherches. Fiche Valeur - BIAT. Un leader confirmé mais valorisation élevée. Cs (+) Conserver (+) Cours : 75.400Dt. Cs (+) Conserver (+) Un leader confirmé mais valorisation élevée Cours (Dt) 80 75 70 65 60 55 50 45 Cours : 75.400Dt Evolution des cours depuis début 2011 Volume (MDt) 3 2 1 0 Recommandation boursière

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

ÉTUDES 1. LA PRÉSENCE BANCAIRE FRANÇAISE DANS L ESPACE ÉCONOMIQUE EUROPÉEN 1.0. INTRODUCTION

ÉTUDES 1. LA PRÉSENCE BANCAIRE FRANÇAISE DANS L ESPACE ÉCONOMIQUE EUROPÉEN 1.0. INTRODUCTION ÉTUDES 1. LA PRÉSENCE BANCAIRE FRANÇAISE DANS L ESPACE ÉCONOMIQUE EUROPÉEN 1.0. INTRODUCTION Quelques années après le début d application, en France, de la deuxième directive de coordination bancaire 6,

Plus en détail

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Casablanca du 2 au 5 décembre 2003. PRÉSENTATION DE MONSIEUR

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

Conférence «The Premium Review» 2 décembre 2004

Conférence «The Premium Review» 2 décembre 2004 Conférence «The Premium Review» 2 décembre 2004 Crédit Agricole S.A. 3 ans après son introduction en bourse Jean Laurent Directeur Général 1 Sommaire Le groupe Crédit Agricole La stratégie mise en œuvre

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

Attijari Bank - Fiche valeur. Croissance des principaux agrégats de la banque. Une moyenne de 9 ouvertures 14% 11% TCAM* 2006-20009 TCAM* 2010-2013

Attijari Bank - Fiche valeur. Croissance des principaux agrégats de la banque. Une moyenne de 9 ouvertures 14% 11% TCAM* 2006-20009 TCAM* 2010-2013 20 + Acheter Prix : 18.600Dt Evolution du cours depuis 2013 Une banque qui a tout d une grande Recommandation boursière Cédée en 2005 par l Etat au consortium Attijariwafa Bank et Grupo Santander, l ancienne

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse Vendredi 28 mars 2014 Conférence de presse Point sur 2013 et perspectives pour 2014 Le Crédit Agricole Alsace Vosges : une banque régionale de plein exercice en profonde transformation Page 2-28/03/2014

Plus en détail

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010 BILAN ENGAGEMENTS DONNES Engagements de financement donnés en faveur d'établissements de crédit et assimilés Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle Engagements de garantie d'ordre

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Le crédit à la consommation en pleine mutat i o n Mars 2008 http://www.finances.gov.ma/depf/depf.htm Boulevard Mohamed V. Quartier Administratif,

Plus en détail

AVIS N 51/13 RELATIF A L INTRODUCTION EN BOURSE DES OBLIGATIONS SUBORDONNEES D ATTIJARIWAFA BANK, TRANCHES (A)

AVIS N 51/13 RELATIF A L INTRODUCTION EN BOURSE DES OBLIGATIONS SUBORDONNEES D ATTIJARIWAFA BANK, TRANCHES (A) Casablanca, le 6 mai 2013 AVIS N 51/13 RELATIF A L INTRODUCTION EN BOURSE DES OBLIGATIONS SUBORDONNEES D ATTIJARIWAFA BANK, TRANCHES (A) et (B) Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 03/13 du

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue»

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» PRÉSENTATION DES RÉSULTATS AU 30 JUIN 2010 «Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» Attijariwafa bank - Résultats au 30 juin 2010 1 Sommaire Conjoncture macro-économique et financière

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives

Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) de l Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) Douala, le 29 octobre 2009

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

PARTIE I. PRESENTATION DE L OPERATION I. CADRE DE L OPÉRATION

PARTIE I. PRESENTATION DE L OPERATION I. CADRE DE L OPÉRATION Tranche Plafond Nombre Valeur nominale Maturité Prime de risque Taux A cotée à taux fixe B cotée à taux révisable 1 000 000 000 Dh Maximum 10 000 obligations 100 000 Dh 100 000 Dh 10 ans 10 ans Entre 72

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Bulletin Newsflash des CSD N 29-2014

Bulletin Newsflash des CSD N 29-2014 Bulletin Newsflash des CSD N 29-2014 Du 06 au 17 Octobre 2014 Récapitulatif : Etude de l Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) sur la privatisation et la démutualisation des

Plus en détail

Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement

Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement Elisabeth FONTENY Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires

Plus en détail

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 La note d information 3 Les procédures de première cotation 5 Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 Les avantages de l introduction en Bourse 8 Les conditions d admission et de séjour à

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 M A R S 2015 AU 31/03/2015 AU 31/03/2014 VAR % AU 31/12/2014 Provisoire 1- Produits d'exploitation

Plus en détail

Communiqué de presse. Les scores enregistrés par la mise en Bourse de Maroc Telecom dépassent les prévisions :

Communiqué de presse. Les scores enregistrés par la mise en Bourse de Maroc Telecom dépassent les prévisions : Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation Communiqué de presse Les scores enregistrés par la mise en Bourse de Maroc Telecom dépassent les prévisions : - une opération

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 DU 1/04/2014 AU 30/06/2014 DU 1/04/2013 AU 30/06/2013 AU 30/06/2014 AU 30/06/2013

Plus en détail

Récapitulatif: Du 30 Septembre 2015. Rapport 2014 de l ECSDA.

Récapitulatif: Du 30 Septembre 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Du 30 Septembre 2015 Récapitulatif: Rapport 2014 de l ECSDA. Evaluation, par rapport aux principes du CPMI-OICV, des CSD et systèmes de règlement de titres en France, Belgique et Pays Bas. Partenariat

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Paris, le 17 mai 2006 Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Résultat brut d exploitation : 1 502 millions d euros (+ 46,7 %) Résultat net part du groupe : 1 385 millions d euros (+ 53,0 %) Coefficient

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

La Bourse finance votre développement!

La Bourse finance votre développement! La Bourse finance votre développement! Escale régionale des Managers - Rabat 16 avril 2014 Casablanca, Un marché régulé permettant de financer les entreprises notamment les PME 1 Plus de 80 ansd histoirede

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES & DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS APTBEF

ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES & DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES & DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS umk WÒOu«WÒOMN*«WÒOFL'«WÒOU*«UÒR*«Ë APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES & DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Rapport annuel. Groupe Société Générale BANQUE DE DÉTAIL GESTION D ACTIFS BANQUE DE FINANCEMENT ET D INVESTISSEMENT

Rapport annuel. Groupe Société Générale BANQUE DE DÉTAIL GESTION D ACTIFS BANQUE DE FINANCEMENT ET D INVESTISSEMENT Rapport annuel 2001 Groupe Société Générale BANQUE DE DÉTAIL GESTION D ACTIFS BANQUE DE FINANCEMENT ET D INVESTISSEMENT Sommaire Le développement du Groupe en action 01 Profil 02 Entretien avec Daniel

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

Introduction en Bourse - Modern Leasing. Points Forts / Opportunités: Points Faibles / Menaces : Caractéristiques de l opération : Catégorie

Introduction en Bourse - Modern Leasing. Points Forts / Opportunités: Points Faibles / Menaces : Caractéristiques de l opération : Catégorie Sc Souscrire De nouvelles ambitions de croissance Prix : 8.500Dt Recommandation boursière Actionnariat après OPS: Groupe BH : 55.5% BH: 35.35% Epargne Invest SICAF: 8,9% Assurances Salim: 6% SIM SICAR:

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE FCP UPLINE RENDEMENT PLUS FONDS COMMUN DE PLACEMENT

FICHE SIGNALETIQUE FCP UPLINE RENDEMENT PLUS FONDS COMMUN DE PLACEMENT FICHE SIGNALETIQUE FCP UPLINE RENDEMENT PLUS FONDS COMMUN DE PLACEMENT Régi par le dahir portant loi n 1-93-213 relatif aux Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières tel que complété et modifié

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 Juillet 2014 RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients Forte

Plus en détail

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Financière Banque Nationale Présentation à la conférence des chefs de la direction des banques canadiennes Présentation aux investisseurs Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne

Plus en détail

UPLINE RENDEMENT PLUS FONDS COMMUN DE PLACEMENT

UPLINE RENDEMENT PLUS FONDS COMMUN DE PLACEMENT UPLINE RENDEMENT PLUS FONDS COMMUN DE PLACEMENT NOTE D INFORMATION Préparée par la société de gestion UPLINE CAPITAL MANAGEMENT Visa du Conseil Déontologique des s Mobilières Conformément aux dispositions

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 LISTE DES ABREVIATIONS BAM FHADES FMI CCP CEN D.T.S M OPCVM PL : Bank Al-Maghrib : Fonds Hassan II pour le développement économique

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail