Stockage géologique de déchets radioactifs dans de l argile peu indurée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stockage géologique de déchets radioactifs dans de l argile peu indurée"

Transcription

1 Stockage géologique de déchets radioactifs dans de l argile peu indurée Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies

2 TABLE DES MATIÈRES Une approche fondée sur quatre piliers 04 La gestion des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie 06 Le stockage géologique : une solution pour des centaines de milliers d années 10 C est désormais démontré : le stockage géologique est techniquement réalisable et sûr 15 Prochaines étapes 19 Qui est qui? 22 2

3

4 UNE APPROCHE FONDEE SUR QUATRE PILIERS En Belgique, quelque m³ de déchets de haute activité et/ ou de longue durée de vie, encore appelés déchets des catégories B et C, sont stockés, en ce moment, à Dessel. Ces déchets présentent un risque pour l homme et l environnement pendant des milliers, voire des centaines de milliers d années. C est pourquoi ils doivent faire l objet d une gestion spécifique à très long terme. C est précisément ce que l ONDRAF fait en optant pour une approche durable qui repose sur quatre piliers : sûreté, recherche scientifique, processus décisionnel bénéficiant d une assise sociétale et financement garanti. Notre génération est confrontée à un grand défi. Pour tous les déchets radioactifs que nous produisons, nous devons concevoir des solutions bien étayées au plan scientifique et qui soient à la fois sûres et acceptables pour les générations futures. En outre, le financement de ces solutions doit être, dès aujourd hui, assuré. Sciences et techniques Économie et finance DURABLE Écologie et sûreté Éthique et société 4

5 La sécurité, notre priorité absolue Trouver une solution sûre pour la gestion à long terme des déchets radioactifs est une question technique et sociétale qu il convient d aborder avec la plus grande circonspection. C est pourquoi l ONDRAF s entoure de scientifiques et d experts spécialisés dans les domaines les plus variés. Grâce à leur expertise, il nous est donné de proposer des solutions durables garantissant la sûreté de l homme et de l environnement, aujourd hui et dans un avenir lointain. La recherche ne s arrête jamais Les scientifiques belges examinent depuis des décennies comment gérer en toute sûreté les déchets des catégories B et C à long terme. Ils étudient notamment le stockage géologique dans l argile profonde comme solution possible. Dans ses activités préparatoires à la réalisation une installation de stockage, l ONDRAF suit une approche par étapes : les étapes du processus se succèdent au fur et à mesure de la progression des connaissances. Un vaste programme de recherche et de développement (R&D) précise chacune de ces étapes. Chaque étape permet à l ONDRAF de préparer une nouvelle décision importante concernant l installation de stockage, comme le choix d un site. Le programme de recherche continuera, même lorsque l installation de stockage sera opérationnelle. De cette manière, la gestion des déchets prend en compte les toutes dernières avancées scientifiques. La population belge co-décide L ONDRAF n investit pas seulement dans la recherche scientifique, les études techniques et les techniques industrielles. La solution que nous développons doit aussi être acceptable pour la population belge. C est pourquoi nous entendons, dans les prochaines années, mettre sur pied, en concertation avec toutes les parties prenantes, un processus décisionnel reposant sur une assise sociétale large. Tous ceux qui le souhaitent pourront y participer. Sécurité financière C est aux producteurs des déchets qu incombe la responsabilité financière de leur gestion, en application du principe du pollueur-payeur. Ces derniers ne financent pas uniquement le traitement et le stockage des déchets mais soutiennent également la recherche relative à leur gestion à long terme. Pour la gestion future des déchets produits actuellement, des moyens financiers sont aujourd hui mis de côté. Ainsi, nous n imposerons pas de charges financières inutiles aux générations qui nous suivent. 5

6 LA GESTION DES DECHETS DE HAUTE ACTIVITE ET/OU DE LONGUE DUREE DE VIE Les déchets radioactifs contiennent des substances émettant des rayonnements ionisants. Ces rayonnements peuvent provoquer des changements dans les matières dans lesquelles ils pénètrent. Aussi peuvent-ils endommager les tissus vivants et présenter un danger pour l homme et pour l environnement. C est pourquoi les déchets radioactifs requièrent une gestion spécifique. Protéger l homme et l environnement Pour protéger l homme et l environnement contre les risques des rayonnements ionisants, les déchets radioactifs sont isolés pendant le temps nécessaire pour que la radioactivité retombe au niveau du fond naturel de rayonnement. Cela implique d isoler les déchets du monde extérieur par différentes barrières. Si une barrière venait à moins bien fonctionner, les autres sont là pour prendre le relais. Déchets des catégories B et C Les déchets de catégorie B sont les déchets conditionnés de faible et moyenne activité et de longue durée de vie. Les déchets de la catégorie C sont les déchets conditionnés de haute activité dont l intensité des rayonnements est très élevée. Ces déchets émettent, au départ, de grandes quantités de chaleur. Les déchets des catégories B et C sont regroupés sous l appellation de déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. En Belgique, la majeure partie des déchets des catégories B et C sont produits par les entreprises concernées par la production d électricité via l énergie nucléaire. C est le cas dans les entreprises qui produisent le combustible nucléaire, dans les centrales nucléaires ou encore dans les entreprises qui retraitent le combustible nucléaire. Les entreprises de recherche et développement, comme le SCK CEN (le Centre d Étude de l Énergie nucléaire), produisent aussi des déchets des catégories B et C. Il existe différents types de déchets radioactifs. Ceuxci sont subdivisés en trois catégories : A, B et C. La catégorie A englobe les déchets conditionnés de faible et moyenne activité et de courte durée de vie. Par déchets conditionnés, on entend des déchets traités, immobilisés et emballés dans un récipient en métal ou en béton. Après 300 ans, la plus grande part de leur radioactivité aura décru. Les déchets des catégories B et C émettent des rayonnements beaucoup plus longtemps que les déchets de la catégorie A, parfois des milliers, voire des centaines de milliers d années. C est pourquoi il est important que nous développions des solutions qui peuvent assurer la protection de l homme et l environnement à long terme. La majeure partie des déchets des catégories B et C provient de la production d électricité au moyen de l énergie nucléaire. Bart Van Leuven 6

7 Les déchets de haute activité sont entreposés dans des gaines spécialement conçues à cet effet. Les couvercles jaunes ferment les gaines. Que fait-on avec le combustible nucléaire usé? Après environ quatre années passées dans le réacteur nucléaire, les crayons de combustible utilisés pour produire de l énergie arrivent en bout de course. Le combustible nucléaire utilisé peut être retraité. Cela signifie que les matières fissiles sont recyclées. Les matières fissiles encore utilisables comme l uranium et le plutonium sont séparées des produits de fission par un processus chimique. Les produits de fission ainsi que les déchets qui sont produits dans le cadre du retraitement sont des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Les combustibles issus des centrales nucléaires belges ont été retraités jusqu en 1993, plus par la suite. La gestion des déchets des catégories B et C aujourd hui : stockage intérimaire Les déchets de moyenne et de haute activité sont entreposés à Dessel dans les installations spéciales, exploitées par Belgoprocess, filiale industrielle de l ONDRAF. Ces déchets sont conditionnés dans des fûts assurant le confinement des matières radioactives. Comme les déchets de catégorie C émettent de la chaleur, ces fûts sont stockés dans de grands puits. Des murs d un mètre cinquante en béton armé isolent ces fûts du monde extérieur et un système de ventilation évacue la chaleur que ces déchets émettent. Les combustibles usés sont actuellement entreposés en toute sûreté sur les sites des centrales nucléaires de Doel et de Tihange. L ONDRAF prend en compte le fait que ces matières pourraient un jour être assimilées à des déchets de catégorie C. Et si ça n est pas le cas, leur retraitement éventuel produirait, lui-même, des déchets des catégories B et C. 7

8 «Pour garantir le financement à long terme d un futur stockage géologique, l ONDRAF met, tous les cinq ans, à jour ses études économiques, sur la base de toutes les informations dont il dispose, et revoit ses tarifs de prise en charge en conséquence.» Gerda Bal Responsable de la stratégie financière

9 Les fûts contenant des déchets de moyenne activité sont entreposés chez Belgoprocess à Dessel. Vers une solution à long terme sûre et supportée L entreposage intérimaire des déchets des catégories B et C est sûr mais n offre pas de solution à long terme. Les bâtiments d entreposage n ont en effet qu une durée de vie limitée. En outre, nous devons développer, pour tous les déchets radioactifs que notre génération a produits, des solutions sûres et acceptables pour la société, y compris pour les générations futures. La recherche de telles solutions a, entre-temps, atteint un stade de maturité technique avancé. Mais les défis à relever ne sont pas seulement techniques. Le défi sociétal est au moins aussi important. Pour parvenir à une solution qui soit acceptable pour la population belge, l ONDRAF investit également dans la constitution d une assise sociale pour l installation de stockage future. 9

10 LE STOCKAGE GEOLOGIQUE : UNE SOLUTION POUR DES CENTAINES DE MILLIERS D ANNEES Les recherches belges de solutions pour les déchets des catégories B et C se recentrent sur le stockage géologique dans une argile peu indurée. La recherche internationale et les programmes en cours à l étranger confirment que le stockage géologique est un moyen sûr pour assurer la gestion des déchets de haute activité et/ ou de longue durée de vie à long terme, une vision que l Europe a traduite dans sa politique. Les trois fonctions de sûreté ISOLER RETARDER CONFINER L argile est plastique. Les travaux d excavation ne provoquent pas de fissuration permanente étant donné que les éventuelles fissures se colmatent d elles-mêmes. Pourquoi le stockage géologique? Les déchets des catégories B et C doivent rester totalement isolés, pendant très longtemps, de l homme et de son environnement. Le stockage géologique se montre, à cet égard, une solution tout-à-fait adéquate. Les déchets sont mis à l écart au sein d une couche profonde et stable, derrière toute une série de barrières artificielles. Ensemble, les barrières naturelles et artificielles garantissent la sûreté à long terme : elles assurent l isolement des déchets, leur confinement ainsi que le retardement et l étalement du relâchement des substances radioactives. Les scientifiques parlent de trois fonctions de sûreté : Le stockage souterrain sert en premier lieu à séparer les déchets de l homme. Il faut donc les enfouir dans une formation suffisamment épaisse et géologiquement stable à long terme, ce qui les met à l abri des changements climatiques ou d autres modifications pouvant survenir à la surface du globe. Les déchets sont entourés d un emballage multicouche étanche comportant divers matériaux de remplissage. Ceux-ci bloquent les substances radioactives et assurent que ces substances radioactives ne puissent s en échapper. Les emballages sont conçus de manière à pouvoir tenir le coup pendant des milliers d années. Après plusieurs milliers d années, les fûts et les emballages seront inévitablement dégradés. Lorsque cela se produit, la roche-hôte commence à jouer son rôle. Dans le cas d un stockage géologique, les propriétés de la roche sont, pour cette raison, d une grande importance. Les formations qui conviennent retiennent longtemps la plupart des substances radioactives, sont peu perméables et restent longtemps stables. De telles formations font en sorte que la radioactivité se disperse si lentement dans le terrain qu elle s éteint quasi entièrement à l intérieur du système de stockage. L argile fait partie de ces roches. 10

11 Pourquoi l argile? Le sous-sol belge contient plusieurs types d argile peu indurée entrant réellement en ligne de compte, en tant que roche-hôte, pour le stockage géologique. Il s agit, en particulier, de l Argile de Boom et des Argiles yprésiennes. L Argile de Boom et les Argiles yprésiennes se trouvent dans le nord de la Belgique, à une profondeur comprise entre 200 et 400 mètres et plus. L Argile de Boom s est formée il y a environ 30 millions d années, les Argiles yprésiennes, il y a environ 50 millions d années. Les propriétés de l argile n ont presque pas changé depuis qu elle est apparue, il y a des millions d années. Les périodes glaciaires, les changements climatiques et les catastrophes naturelles ont à peine affecté leur stabilité. Les minéraux présents dans l argile retiennent très longtemps certains éléments radioactifs. D autres éléments forment dans l argile des composants insolubles qui ne peuvent s échapper. Seuls quelques éléments se dissolvent dans l eau contenue dans l argile mais cette eau ne bouge pratiquement pas : l argile est quasi imperméable à l eau. Les matières ne peuvent donc pas se propager rapidement dans l argile. Et même si des particules radioactives s échappaient du stockage, elles ne se retrouveraient dans l environnement qu au bout d une très longue période. Et à ce moment, elles seraient éteintes ou seulement décelables en très petites concentrations, ne présentant plus de danger. L argile présente également l avantage d être plastique, avec pour conséquence que d éventuelles fissures se colmatent d elles-mêmes. Ce qui est important lors de la construction d un stockage géologique, vu que les travaux d excavation peuvent provoquer de la fissuration dans l argile. Superconteneur Emballage des déchets Avant d être mis en place dans l installation de stockage, les déchets radioactifs sont emballés. Les fûts contenant les déchets conditionnés de catégorie B sont disposés dans un coffre en béton et immobilisés ensuite dans un mortier. Une fois que ce mortier fait prise, nous obtenons un monolithe. Pour les déchets de catégorie C, un superconteneur a été développé. Celui-ci est constitué de plusieurs enveloppes qui emprisonnent les substances radioactives pendant longtemps, en jouant le rôle de barrières : le suremballage, sorte de coque en acier au carbone entourant le fût contenant les déchets de haute activité ; tout autour, un cylindre en béton de 70 centimètres d épaisseur, retenant les rayonnements ionisants, protège le suremballage contre la corrosion ; l ensemble est entouré d un emballage en acier inoxydable qui prévient les infiltrations d eau. Monolithe Grâce au suremballage, la radioactivité est confinée sur le long terme. Ainsi, non seulement les déchets sont isolés de l homme et de l environnement mais le risque de voir de l eau entrer en contact avec les déchets est infime. Il faut éviter que l eau puisse véhiculer des substances radioactives dans le sous-sol et vers la nappe phréatique. Le suremballage prévient ces infiltrations d eau pendant une longue période. 11

12 Le stockage géologique dans la pratique Si l on procède à la construction, en Belgique, d une installation de stockage pour les déchets des catégories B et C, celle-ci sera implantée au cœur d une couche d argile profonde, comme l Argile de Boom ou les Argiles yprésiennes. Les déchets seront acheminés dans la galerie principale via les puits d accès. Différentes galeries de stockage sont rattachées à cette galerie principale. Les emballages contenant les déchets, tels que les superconteneurs pour les déchets de la catégorie C, y sont insérés un par un. Les déchets de la catégorie C émettent de la chaleur. C est pourquoi ils doivent rester stockés en surface jusqu à ce que leur température ait baissé. Ce n est qu ensuite que l on peut les stocker dans une zone séparée, après les déchets de catégorie B. Pour réduire l impact de la chaleur sur l argile, les galeries de stockage pour les déchets de catégorie C sont plus espacées que celles réservées aux déchets de catégorie B. Les parties prenantes locales co-décident On ne sait pas encore très bien à quoi ressemblera en détail l installation de stockage : le concept sera affiné dès que le site de stockage aura été choisi, ce qui se fera en concertation avec les communautés locales. Le modèle participatif que l ONDRAF a mis sur pied conjointement avec les partenaires locaux STORA (Dessel) et MONA (Mol) concernant le projet de stockage en surface pour les déchets de catégorie A (déchets de faible et moyenne activité et de courte durée de vie) à Dessel constitue une source d inspiration. Les habitants de Dessel et de Mol qui sont, en même temps, des représentants de la vie associative, de la vie d entreprise ou du monde politique, sont systématiquement associés à toutes les phases de ce projet. Les principes de co-conception ( co-design ) et de concertation systématique sont à la base de la grande confiance que l on a dans la sûreté de l installation de stockage. Le concept de référence du stockage géologique que l ONDRAF a développé consiste en un réseau de galeries souterraines horizontales (artistic view). 12

13 Récupérer les déchets Dès que les déchets ont été enfouis, l installation de stockage est comblée par un matériau que l on peut facilement retirer. En d autres termes, les déchets peuvent être récupérés pendant une certaine période. L ONDRAF définira conjointement avec les parties prenantes pendant combien de temps cette possibilité devra rester ouverte. La récupérabilité des déchets fait partie intégrante du concept de stockage. En 2010, à l initiative de l ONDRAF, la Fondation Roi Baudouin a organisé une conférence citoyenne consacrée au stockage géologique. La population belge a fait savoir qu elle a une plus grande confiance dans des solutions où les déchets pourront être récupérés pendant une certaine période. La population a de nouveau exprimé ce souhait au cours de la consultation publique légale que l ONDRAF a organisée en 2011 à propos du Plan Déchets. Dans ce plan, l ONDRAF recommande à ses ministres de tutelle le stockage géologique comme solution à long terme pour les déchets des catégories B et C. L ONDRAF a également intégré la récupérabilité des déchets à son programme de recherche. Avec la loi du 3 juin 2014, la récupérabilité des déchets a été élevée au rang de principe. Le Plan Déchets de l ONDRAF L ONDRAF a la mission légale d établir un plan pour la gestion à long terme de l ensemble des déchets radioactifs belges. L ONDRAF a établi le Plan Déchets pour les déchets des catégories B et C. Il recommande, dans ce Plan, comme solution à long terme, le stockage géologique dans l argile profonde. Selon la loi du 13 février 2006, ce plan devait être accompagné par un rapport stratégique sur les incidences environnementales. Dans ce rapport, l ONDRAF a examiné attentivement toutes les solutions possibles pour la gestion à long terme des déchets des catégories B et C. Il a, de plus, en 2011, organisé une consultation publique légale sur le contenu du Plan Déchets. L ONDRAF a repris les résultats de la consultation publique dans sa version définitive du Plan Déchets qu il a remis conjointement avec le rapport stratégique sur les incidences environnementales et le rapport indépendant de la Fondation Roi Baudouin, le 26 septembre 2011, à ses ministres de tutelle. Monitoring et contrôles Des contrôles réguliers de la sûreté auront également lieu, une fois que l installation de stockage sera remplie. Il doit rester possible, à long terme, de détecter le plus rapidement possible des valeurs radiologiques éventuellement élevées. La possibilité de réaliser ce système de surveillance a déjà été étudiée, entre autres, dans le cadre d un projet d étude européen. 13

14 Le choix d une destination définitive pour les déchets des catégories B et C n est pas seulement le résultat d études scientifiques mais également d un processus décisionnel réfléchi. Nous examinons quelle forme ce processus sociétal peut revêtir et comment nous pouvons y impliquer les preneurs d enjeux locaux, régionaux et fédéraux. Maarten Van Geet Coordinateur de la recherche et développement

15 C EST DESORMAIS DEMONTRE : LE STOCKAGE GEOLOGIQUE EST TECHNIQUEMENT REALISABLE ET SÛR La Belgique mène, depuis quarante ans, des recherches sur le stockage géologique pour la gestion à long terme en toute sûreté de déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Ces dernières décennies, les scientifiques ont obtenu des résultats fondamentaux pour le programme de recherches. Ils ont, en effet, pu démontrer qu il était possible de construire, au moyen de techniques industrielles, une installation de stockage dans une argile peu indurée mais également que cette solution est sûre. Ces prochaines années, l ONDRAF entend confirmer ces résultats à l échelle réelle et continuer à les affiner. Le laboratoire souterrain HADES Dans les années 70, les scientifiques du SCK CEN ont réalisé des essais sur l argile en argilières. Un premier cap a été franchi en Après des années de travaux d excavation à l aide de techniques manuelles, ils sont parvenus à creuser, dans l Argile de Boom, à Mol, à 225 mètres de profondeur, le laboratoire souterrain HADES (High Activity Disposal Experimental Site). À cette époque, aucun pays n avait jamais eu à creuser de puits et galeries dans l argile peu indurée, à pareille profondeur. Depuis lors, une grande partie du programme de recherche scientifique consacré à la gestion à long terme des déchets des catégories B et C se déroule au laboratoire HADES. Depuis 2000, le laboratoire souterrain de recherche HADES est exploité par le GIE EURIDICE, le groupement d intérêt économique créé par l ONDRAF et le SCK CEN. Le laboratoire souterrain est utilisé exclusivement pour la recherche. Il ne sera jamais utilisé pour stocker des déchets radioactifs. premier puits ( ) première galerie ( ) puits et galerie expérimentaux (1984) deuxième galerie (1987) deuxième puits ( ) galerie de liaison ( ) galerie PRACLAY (2007) La construction de HADES : les étapes importantes 15

16 L expérience de chauffe PRACLAY Dans la galerie PRACLAY, on reproduit l effet de la chaleur dégagée par les déchets de haute activité, pour examiner ses conséquences sur l Argile de Boom. Réalisable au plan industriel En 1995, les chercheurs ont lancé le projet PRACLAY. Celui-ci vise à démontrer la possibilité de construire, au moyen de techniques industrielles, une installation de stockage dans de l argile peu indurée. Le projet a soigneusement suivi les étapes que l on mettrait en œuvre si l on devait construire une installation de stockage réelle. Au cours de la première phase du projet, un deuxième puits d accès a été ajouté au laboratoire souterrain HADES. Ce puits a ensuite été relié à la partie existante du laboratoire. En 2007, la galerie PRACLAY a été creusée perpendiculairement à la galerie de liaison pour y accueillir une expérience de chauffe à grande échelle : la seconde phase du projet PRACLAY. Toutes les phases du projet ont jusqu à présent démontré que le stockage géologique dans l argile peu indurée était industriellement réalisable. Les expériences à petite échelle ont d ores et déjà démontré que la chauffe n altérait pas les propriétés de l argile et ne compromettait pas non plus la sûreté du stockage géologique. Ces connaissances sont cruciales pour le stockage de la catégorie de déchets C, les déchets de haute activité dégageant de la chaleur. Si ces déchets sont stockés dans le sous-sol, l argile tout autour des déchets se réchauffera. L expérience de chauffe à grande échelle PRACLAY a démarré en Dans cette expérience, les scientifiques simulent le réchauffement à un niveau qui est représentatif de celui d une installation de stockage réelle. Durant la phase de démarrage, la température au contact entre la paroi de la galerie et l argile est portée à 80 C. Cette température demeurera constante pendant dix ans. Au terme de ces dix années, l expérience de chauffe sera démantelée. Ensuite, tant l argile que la stabilité du revêtement en béton seront examinées de près. Cela est important pour la récupérabilité des déchets. Sûreté garantie Pour être certain qu une future installation de stockage soit sûre et réalisable techniquement parlant, l ONDRAF a mené, ces dernières années, différentes expériences. Les scientifiques ont ainsi étudié l influence des rayonnements radioactifs et des perturbations mécaniques sur les propriétés hydrauliques et chimiques de l argile. Ils ont réalisé une étude sur la formation gazeuse et sur la dispersion des gaz dans l argile. Les futurs emballages des déchets font eux aussi l objet d études approfondies. Des tests ont été menés concernant la manière dont les différents matériaux d emballage réagissent au contact de l argile. Beaucoup d expériences se sont déroulées in situ, dans le laboratoire souterrain de HADES. Les scientifiques peuvent y entreprendre des recherches portant sur de longues périodes. Certaines expériences ont été lancées il y a plus de 25 ans. Ce long délai permet de continuer à affiner en permanence les modèles développés et de confirmer les connaissances relatives à la sûreté d une future installation de stockage. Dans le laboratoire souterrain de recherche HADES, des scientifiques mènent des études révolutionnaires. 16

17 «La protection de l homme et l environnement constitue, en permanence, notre première priorité. Grâce aux recherches scientifiques approfondies, aux expériences in situ et de l attention que nous portons à la contribution des experts et des diverses parties prenantes, nous sommes en mesure de continuer à affiner et à améliorer systématiquement le concept de sûreté.» Philippe Lalieux Directeur gestion à long terme 17

18 Coopération internationale À l étranger, les scientifiques mènent également, depuis des dizaines d années, des études sur le stockage géologique. En plus de l argile, ils étudient le granite ou les couches de sel en tant que rochehôte. Le principe est chaque fois le même : diverses barrières artificielles sont mises en place tout autour des déchets pour assurer, en combinaison avec la barrière naturelle (la roche-hôte), la sûreté à long terme. RD&D stockage géologique, programme nucléaire commercial RD&D stockage géologique, programme nucléaire non commercial Laboratoire souterrain de recherche Grâce à la collaboration internationale, de nombreux tests, expériences et études acquièrent une assise par-delà de nos frontières. La Commission européenne joue un rôle crucial dans le soutien de beaucoup de ces projets. Cela stimule les échanges de connaissances entre les États membres et donne de nouvelles impulsions à la recherche. L équipe de recherche belge attire de nombreux scientifiques de diverses nationalités et échange des connaissances avec ses partenaires étrangers. Ainsi, des experts internationaux de haut niveau, appartenant à divers panels d évaluation, ont évalué la sûreté du concept de stockage belge. OLKILUOTO granit ÄSPÖ granit MOL argile MONT TERRI argile BURE argile TOURNEMIRE argile GRIMSEL granit 18

19 PROCHAINES ETAPES Grâce aux recherches approfondies réalisées au cours des dernières décennies, la Belgique est prête pour prendre une décision en matière de politique relative au stockage géologique. Après la prise de décision, l étude et le développement d une installation de stockage pour déchets des catégories B et C se poursuivront pendant encore plusieurs décennies. L ONDRAF a rassemblé ses priorités pour les futures études dans un plan de R&D (Recherche et Développement). L ONDRAF mettra en outre sur pied, ces prochaines années, un processus décisionnel vigilant et progressif permettant de créer une assise sociétale en faveur du stockage géologique et d accompagner son développement. La Belgique est prête à prendre une décision Dans une directive datant de 2011, la Commission européenne a demandé à tous les États membres européens de développer une politique nationale pour la gestion à long terme de tous les types de déchets radioactifs. Par la loi du 3 juin 2014, notre pays a intégré cette directive dans sa législation. Entre-temps, la Finlande, la France et la Suède ont décidé d enfouir leurs déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie en profondeur. En 2009, la Suède a choisi son site de stockage. La Finlande a, quant à elle, entamé, dans l intervalle, ses travaux souterrains. En Belgique, on travaille concrètement à une installation de stockage en surface pour déchets de catégorie A mais aucune décision n a encore été prise pour ce qui concerne la gestion à long terme des déchets des catégories B et C. Les recherches, dans notre pays, ont atteint un stade avancé. La Belgique a, grâce à elles, pu réunir toutes les connaissances requises pour prendre une décision en matière de politique. Cette décision est nécessaire afin de pouvoir organiser la gestion future, mieux estimer le prix de revient et définir plus exactement la suite des études. La recherche se poursuivra donc au-delà de la décision en matière de politique. 19

20 Sans une assise sociétale élargie pour le stockage géologique, même la meilleure des solutions techniques reste isolée. C est pourquoi la participation de la population et la construction d une assise sociétale fait partie intégrante de toutes nos activités. Jean-Paul Minon Directeur général 20

21 Le plan de R&D L ONDRAF a rassemblé l état de la question relative aux recherches en cours et les priorités pour le futur programme de recherches dans un volumineux document : le plan de R&D. Pour garantir la clarté et la maîtrise du programme de recherches, le plan R&D utilise une approche structurée. L ONDRAF prépare systématiquement chaque décision à prendre dans la perspective d un stockage géologique par le biais d une recherche étendue et organisée en étapes. Chaque étape est évaluée à l aune des nouvelles avancées scientifiques et de l apport de toutes les parties concernées. Ainsi, en dialogue avec toutes les parties prenantes, l ONDRAF dresse la liste des attentes pour ce qui concerne, par exemple, la sûreté et le monitoring. Il examine comment il est possible de faire coïncider le concept technique avec ces attentes et fait régulièrement rapport des résultats obtenus aux parties prenantes. Là où cela est nécessaire, les connaissances existantes sont complétées. Grâce à cette approche, l ONDRAF peut montrer que le stockage géologique est techniquement réalisable, bénéficie d une assise sociétale, que son financement est assuré et que la sûreté est garantie à tous moments. Processus décisionnel sociétal L ONDRAF a fortement investi ces dernières années dans les études technico-scientifiques. Grâce aux connaissances acquises, notre pays est prêt à prendre une décision en matière de politique relative à la gestion à long terme des déchets des catégories B et C. Une telle décision n est pas seulement obligatoire pour poser les jalons de la recherche future. Elle permet également à l ONDRAF de démarrer une démarche sociétale adaptée. Pour ce qui est du processus sociétal, il est nécessaire de rattraper le temps perdu. Seul un processus décisionnel prudent peut créer une assise pour une installation de stockage géologique. L ONDRAF envisage, pour cette raison, une démarche transparente et participative, intégrant une approche par étapes axée sur la continuité. Au cours des prochaines années, l ONDRAF veut tracer les lignes de la démarche sociétale avec toutes les personnes concernées. Il examinera également quelles sont les inquiétudes qui règnent au sein de la population. Tous les thèmes que le processus sociétal fera remonter à la surface feront l objet d un examen attentif. La démarche sociétale et la démarche technique sont donc intimement liées. Créer une assise sociétale est un processus de longue haleine. La sélection d un site permettant d entamer de fait le stockage des déchets n est pas pour demain. 21

A la recherche de solutions durables pour la gestion à long terme des déchets radioactifs des catégories B et C

A la recherche de solutions durables pour la gestion à long terme des déchets radioactifs des catégories B et C A la recherche de solutions durables pour la gestion à long terme des déchets radioactifs des catégories B et C Dans le monde entier, des recherches sont en cours pour trouver des solutions pour la gestion

Plus en détail

de courte durée de vie

de courte durée de vie Une solution à long terme pour les déchets belges de faible et de moyenne activité et de courte durée de vie Ensemble nous y parviendrons Une solution à long terme pour les déchets belges de faible et

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs

Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs OBJECTIFS ET APPROCHE DE PRINCIPE L objectif général de la gestion des déchets radioactifs est de prendre en charge ces déchets

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

Le centre d information sur les déchets radioactifs

Le centre d information sur les déchets radioactifs Le centre d information sur les déchets radioactifs Le centre d information sur les déchets radioactifs Isotopolis, Le centre d information sur les déchets radioactifs Envie de découvrir ce qu il se passe

Plus en détail

Compte rendu de la visite de l ANDRA, situé sur la commune de Bure (Meuse) où nous avons été reçues par Mme LANDREIN Florence.

Compte rendu de la visite de l ANDRA, situé sur la commune de Bure (Meuse) où nous avons été reçues par Mme LANDREIN Florence. Compte rendu de la visite de l ANDRA, situé sur la commune de Bure (Meuse) où nous avons été reçues par Mme LANDREIN Florence. L ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets RAdioactifs) est un

Plus en détail

COMMENT FONCTIONNERA CIGÉO?

COMMENT FONCTIONNERA CIGÉO? COMMENT FONCTIONNERA CIGÉO? 4 INTRODUCTION Cigéo sera composé d installations de surface, où seront notamment réceptionnés, contrôlés et préparés les colis de déchets, d une installation souterraine dans

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive

Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive Document d information 2013 Document d information 2013 Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive En 2007, le gouvernement du Canada s est

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Une brève présentation du Projet Intégré

Une brève présentation du Projet Intégré ENGINEERING STUDIES and DEMONSTRATION of REPOSITORY DESIGNS VI ème PROGRAMME-CADRE de RECHERCHE et de FORMATION EURATOM de l UNION EUROPEENNE (2002-2006) Gestion des déchets radioactifs Une brève présentation

Plus en détail

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES ÉNERGIES FOSSILES ÉNERGIE FISSILE ÉNERGIES FOSSILES Les énergies fossiles proviennent, comme leur nom l indique, de la fossilisation de grandes quantités de matière organique, provenant de la décomposition

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE Séance n 4 : FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE A. QUE SE PASSE-T-IL AU CŒUR DU REACTEUR D UNE CENTRALE NUCLEAIRE? 1. LA REACTION DE FISSION C est grâce à l uranium, un métal relativement abondant dans l écorce

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2015/1 Distr. générale 3 février 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général CONFÉRENCE DE PRESSE 3 septembre 2015 Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général Xavier URSAT Directeur Exécutif Ingénierie et Projets Nouveau Nucléaire EDF, ÉLECTRICIEN RESPONSABLE CHAMPION DE LA CROISSANCE

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mise en service du Centre de stockage de déchets de très faible activité

DOSSIER DE PRESSE. Mise en service du Centre de stockage de déchets de très faible activité DOSSIER DE PRESSE Mise en service du Centre de stockage de déchets de très faible activité -Andraaoût 2003 Contacts : Dominique Mer Tél : 03 25 92 33 98 ( fax : 33 83) E-mail : dominique.mer@andra.fr Cécile

Plus en détail

La conception du projet de stockage

La conception du projet de stockage La conception du projet de stockage DMR/PF/15-0015 HCTISN - 6 octobre 2015 18 Principes de sûreté pour la conception du stockage La conception du stockage de déchets FA-VL à faible profondeur est fondée

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

L appropriation de la notion de réversibilité par l Andra

L appropriation de la notion de réversibilité par l Andra L appropriation de la notion de réversibilité par l Andra Jean-Michel Hoorelbeke Andra Colloque interdisciplinaire réversibilité Plan 1. Des possibilités de stockage réversible ou irréversible (1991) vers

Plus en détail

Séminaire de restitution des conférences CCS 2010

Séminaire de restitution des conférences CCS 2010 Séminaire de restitution des conférences CCS 2010 IEAGHG Social Research Network: Le 2 ème séminaire du SRN s est tenu à Yokohama, au Japon, 17 et 18 novembre 2010. -En bref- Par Gilles Mardon, CIRED Chaire

Plus en détail

Résultats des recherches sur le stockage géologique profond ---

Résultats des recherches sur le stockage géologique profond --- Résultats des recherches sur le stockage géologique profond --- L organisation de la recherche Près de 100 laboratoires associés 3 groupements de recherche avec le CNRS Nombreuses coopérations internationales

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch GEothermie 2020 La géothermie c est quoi? Plus de 99% du volume terrestre présente une température de plus de

Plus en détail

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc.

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc. La Commission Terry Jamieson Vice-président, Direction générale du soutien technique Commission canadienne de sûreté nucléaire Le 23 septembre 2014 canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1?

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1? Les travaux Il est important de rappeler que la nature des nuisances liées aux travaux du projet sera précisée dans l étude d impact produite en vue de l enquête publique, dans une phase d études ultérieures

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie. Andreas Zingg Président de la Commission pour les Questions sociales de l ASA

Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie. Andreas Zingg Président de la Commission pour les Questions sociales de l ASA Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie Andreas Zingg Président de la Commission pour les Questions sociales de l ASA Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie Concept des 3

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

POLITIQUE 2014-2016. Santé et Sécurité au travail

POLITIQUE 2014-2016. Santé et Sécurité au travail POLITIQUE 2014-2016 Santé et Sécurité au travail «AREVA a choisi de promouvoir les plus hauts standards de sûreté nucléaire et de sécurité auprès de ses clients et d être exemplaire dans ces domaines sur

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM)

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) K. Lee et M. de Vos Groupe de travail de la CCSN sur les

Plus en détail

Énergie NB Rapport trimestriel - Depuis le début de l année 2011-2012 T3

Énergie NB Rapport trimestriel - Depuis le début de l année 2011-2012 T3 Énergie NB Rapport trimestriel - Depuis le début de l année 2011-2012 T3 Pour la période prenant fin le 31 décembre 2011 Message du président du Conseil d administration et du président directeur général

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après.

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après. Ministère de l Environnement et des Gouvernements locaux Directive pour les carrières de sable et de gravier OBJECTIF L objectif du présent document est de fournir de l information et des directives aux

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

Conference Introductory Keynote

Conference Introductory Keynote Conference Introductory Keynote Mr. Christian Waeterloos, European Commission Director, Directorate General Energy and Transport Nuclear Safety and Safeguards La place de l énergie nucléaire L énergie

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Écoconception d une PLV Fiche pratique

Écoconception d une PLV Fiche pratique Lorsqu une Mise en place PLV d un outil est de veille conçue, basé sur des les mots différents clés à sélectionner acteurs Eco-conception du : circuit doivent prendre en compte Rédaction plusieurs de recommandations

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES Projet «Systèmes de Surveillance et de MNV nationaux avec une approche Régionale» TERMES DE REFERENCES Recrutement d un consultant pour la rédaction de la composante 1A et 2C du R PP (Readiness Preparation

Plus en détail

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE DÉBAT PUBLIC 2005/06 Projet Flamanville 3 Construction d une centrale électronucléaire tête de série EPR sur le site de Flamanville @ SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE EDF, maître d ouvrage du projet

Plus en détail

Qu est-ce que l atmosphère?

Qu est-ce que l atmosphère? 1. QUE SAIS-TU? 4 5 6 7 8 9 10 L air, l atmosphère, la pollution Qu est-ce que l atmosphère? Un verre vide ne contient rien. VRAI FAUX L atmosphère est composée de plusieurs gaz. VRAI FAUX L atmosphère

Plus en détail

Canada. a l'egard de. Compte renqu des deliberations, y compris les motifs de decision. .Demandeur. Energia atomique du Canada limitee.

Canada. a l'egard de. Compte renqu des deliberations, y compris les motifs de decision. .Demandeur. Energia atomique du Canada limitee. Canadian Nuclear Safety Commission Commission canadienne de.sorete nucleaire Compte renqu des deliberations, y compris les motifs de decision a l'egard de.demandeur Energia atomique du Canada limitee Ob

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

Production d énergie solaire en région alpine

Production d énergie solaire en région alpine Village de vacances Reka Blatten- Belalp Production d énergie solaire en région alpine Après dix-huit mois de travaux, la Caisse suisse de voyage (Reka) inaugurera en décembre 2014 le village de vacances

Plus en détail

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Présentation au Comité de la santé nucléaire de Durham Le 14 novembre 2014 Miguel Santini Directeur,

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Risque de stockage des déchets nucléaires

Risque de stockage des déchets nucléaires Risque de stockage des déchets nucléaires Jean-Raynald de Dreuzy, chargé de recherche h CNRS UMR 6118 Géosciences Rennes / IFR CAREN Problématique: Durée de vie longue, Toxicité importante Gestion et enjeux

Plus en détail

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique FAQ FCM Abréviations : FCM : Food Contact Materials DC: Déclaration de conformité LMS : Limite de migration spécifique 1. Quels opérateurs actifs dans la chaîne alimentaire doivent posséder et conserver

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Double mur: détails de construction

Double mur: détails de construction Les détails de construction présentés ci-après montrent comment le mur composé s associe aux ouvrages contigus. Il s agit évidemment d un choix d exemples pris parmi les innombrables combinaisons possibles.

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Accident nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi Point de la situation en mars 2015

Accident nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi Point de la situation en mars 2015 Mars 2015 Accident nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi Point de la situation en mars 2015 Ce document est basé sur les informations rendues publiques sur la situation de la centrale de Fukushima Daiichi. I.

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Saint-Étienne, le 17 juillet 2012 NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Préambule Le SYDEMER, SYndicat mixte

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014 Synthèse des interventions 1 Objectifs du chantier Le contexte Par le biais de l entreprise Formaterre contactée

Plus en détail

Commission canadienne de sûreté nucléaire : Leadership dans la réglementation aux fins de la sûreté

Commission canadienne de sûreté nucléaire : Leadership dans la réglementation aux fins de la sûreté Commission canadienne de sûreté nucléaire : Leadership dans la réglementation aux fins de la sûreté Présentation à l industrie nucléaire canadienne Programme de leadership (INC-PL) Le 23 octobre 2014 Haidy

Plus en détail

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être :

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : 7.1.2 Lutte contre les accidents du travail graves Qu est-ce qu un accident du travail grave? Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : «Un accident

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Un communiqué de presse de Fribourg, le 26 août 2010 "Open Days Rénover selon MINERGIE " Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Bon nombre de propriétaires se contentent

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 Stockage de liquides inflammables Installations non classées pour la protection de l environnement Arrêté du 1er juillet 2004 fixant les règles techniques

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC - 467 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal fixant les exigences minimales pour les affichages environnementaux sur les produits de construction et la création d une base de données

Plus en détail

Sites contaminés, entre passé et futur.

Sites contaminés, entre passé et futur. Sites contaminés, entre passé et futur. Maîtrise des sites pollués CFF. Assainissement des sites contaminés: la mission de la Confédération. 3 En novembre 1999, le Département fédéral des finances (DFF)

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Pathologies des FONDATIONS

Pathologies des FONDATIONS Pathologies des FONDATIONS Module #2: Résistance structurale Excavation par Michel F. Coallier (2006) 1 Exigences de résistance r structurale: : (CNB 95-9.4) La partie 9 du CNB ne spécifie pas des exigences

Plus en détail

Sommaire. Concertations et décisions entreprises Objectifs de l étude Résultats de l étude Perspectives

Sommaire. Concertations et décisions entreprises Objectifs de l étude Résultats de l étude Perspectives Sommaire Introduction DGO4 Missions du Département Evolution du Photovoltaïque en Wallonie et en Belgique Objectifs régionaux de qualité PV et sécurité des pompiers Concertations et décisions entreprises

Plus en détail

L eau sur la Terre. 5. Les ressources en eau. 1. Eau salée, eau gelée, eau douce. Chapitre

L eau sur la Terre. 5. Les ressources en eau. 1. Eau salée, eau gelée, eau douce. Chapitre 5. Les ressources en eau La totalité de l eau présente sur la Terre forme ce que l on appelle l hydrosphère. Son volume total est estimé à 400 millions de km 3. Ce volume paraît considérable : il correspond

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

AREVA Innovation pme. Le site internet dédié aux PME françaises innovantes

AREVA Innovation pme. Le site internet dédié aux PME françaises innovantes AREVA Innovation pme Le site internet dédié aux PME françaises innovantes Nucléaire et renouvelables, deux énergies complémentaires pour fournir au plus grand nombre une énergie toujours plus sûre avec

Plus en détail

Démantèlement des sous-marins nucléaires russes

Démantèlement des sous-marins nucléaires russes Démantèlement des sous-marins nucléaires russes Présentation préparée par Christian DEREGEL ancien sous-marinier nucléaire, ingénieur expert en sûreté nucléaire (IRSN 1992-2009) retraité, aujourd hui consultant

Plus en détail