Stockage géologique de déchets radioactifs dans de l argile peu indurée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stockage géologique de déchets radioactifs dans de l argile peu indurée"

Transcription

1 Stockage géologique de déchets radioactifs dans de l argile peu indurée Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies

2 TABLE DES MATIÈRES Une approche fondée sur quatre piliers 04 La gestion des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie 06 Le stockage géologique : une solution pour des centaines de milliers d années 10 C est désormais démontré : le stockage géologique est techniquement réalisable et sûr 15 Prochaines étapes 19 Qui est qui? 22 2

3

4 UNE APPROCHE FONDEE SUR QUATRE PILIERS En Belgique, quelque m³ de déchets de haute activité et/ ou de longue durée de vie, encore appelés déchets des catégories B et C, sont stockés, en ce moment, à Dessel. Ces déchets présentent un risque pour l homme et l environnement pendant des milliers, voire des centaines de milliers d années. C est pourquoi ils doivent faire l objet d une gestion spécifique à très long terme. C est précisément ce que l ONDRAF fait en optant pour une approche durable qui repose sur quatre piliers : sûreté, recherche scientifique, processus décisionnel bénéficiant d une assise sociétale et financement garanti. Notre génération est confrontée à un grand défi. Pour tous les déchets radioactifs que nous produisons, nous devons concevoir des solutions bien étayées au plan scientifique et qui soient à la fois sûres et acceptables pour les générations futures. En outre, le financement de ces solutions doit être, dès aujourd hui, assuré. Sciences et techniques Économie et finance DURABLE Écologie et sûreté Éthique et société 4

5 La sécurité, notre priorité absolue Trouver une solution sûre pour la gestion à long terme des déchets radioactifs est une question technique et sociétale qu il convient d aborder avec la plus grande circonspection. C est pourquoi l ONDRAF s entoure de scientifiques et d experts spécialisés dans les domaines les plus variés. Grâce à leur expertise, il nous est donné de proposer des solutions durables garantissant la sûreté de l homme et de l environnement, aujourd hui et dans un avenir lointain. La recherche ne s arrête jamais Les scientifiques belges examinent depuis des décennies comment gérer en toute sûreté les déchets des catégories B et C à long terme. Ils étudient notamment le stockage géologique dans l argile profonde comme solution possible. Dans ses activités préparatoires à la réalisation une installation de stockage, l ONDRAF suit une approche par étapes : les étapes du processus se succèdent au fur et à mesure de la progression des connaissances. Un vaste programme de recherche et de développement (R&D) précise chacune de ces étapes. Chaque étape permet à l ONDRAF de préparer une nouvelle décision importante concernant l installation de stockage, comme le choix d un site. Le programme de recherche continuera, même lorsque l installation de stockage sera opérationnelle. De cette manière, la gestion des déchets prend en compte les toutes dernières avancées scientifiques. La population belge co-décide L ONDRAF n investit pas seulement dans la recherche scientifique, les études techniques et les techniques industrielles. La solution que nous développons doit aussi être acceptable pour la population belge. C est pourquoi nous entendons, dans les prochaines années, mettre sur pied, en concertation avec toutes les parties prenantes, un processus décisionnel reposant sur une assise sociétale large. Tous ceux qui le souhaitent pourront y participer. Sécurité financière C est aux producteurs des déchets qu incombe la responsabilité financière de leur gestion, en application du principe du pollueur-payeur. Ces derniers ne financent pas uniquement le traitement et le stockage des déchets mais soutiennent également la recherche relative à leur gestion à long terme. Pour la gestion future des déchets produits actuellement, des moyens financiers sont aujourd hui mis de côté. Ainsi, nous n imposerons pas de charges financières inutiles aux générations qui nous suivent. 5

6 LA GESTION DES DECHETS DE HAUTE ACTIVITE ET/OU DE LONGUE DUREE DE VIE Les déchets radioactifs contiennent des substances émettant des rayonnements ionisants. Ces rayonnements peuvent provoquer des changements dans les matières dans lesquelles ils pénètrent. Aussi peuvent-ils endommager les tissus vivants et présenter un danger pour l homme et pour l environnement. C est pourquoi les déchets radioactifs requièrent une gestion spécifique. Protéger l homme et l environnement Pour protéger l homme et l environnement contre les risques des rayonnements ionisants, les déchets radioactifs sont isolés pendant le temps nécessaire pour que la radioactivité retombe au niveau du fond naturel de rayonnement. Cela implique d isoler les déchets du monde extérieur par différentes barrières. Si une barrière venait à moins bien fonctionner, les autres sont là pour prendre le relais. Déchets des catégories B et C Les déchets de catégorie B sont les déchets conditionnés de faible et moyenne activité et de longue durée de vie. Les déchets de la catégorie C sont les déchets conditionnés de haute activité dont l intensité des rayonnements est très élevée. Ces déchets émettent, au départ, de grandes quantités de chaleur. Les déchets des catégories B et C sont regroupés sous l appellation de déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. En Belgique, la majeure partie des déchets des catégories B et C sont produits par les entreprises concernées par la production d électricité via l énergie nucléaire. C est le cas dans les entreprises qui produisent le combustible nucléaire, dans les centrales nucléaires ou encore dans les entreprises qui retraitent le combustible nucléaire. Les entreprises de recherche et développement, comme le SCK CEN (le Centre d Étude de l Énergie nucléaire), produisent aussi des déchets des catégories B et C. Il existe différents types de déchets radioactifs. Ceuxci sont subdivisés en trois catégories : A, B et C. La catégorie A englobe les déchets conditionnés de faible et moyenne activité et de courte durée de vie. Par déchets conditionnés, on entend des déchets traités, immobilisés et emballés dans un récipient en métal ou en béton. Après 300 ans, la plus grande part de leur radioactivité aura décru. Les déchets des catégories B et C émettent des rayonnements beaucoup plus longtemps que les déchets de la catégorie A, parfois des milliers, voire des centaines de milliers d années. C est pourquoi il est important que nous développions des solutions qui peuvent assurer la protection de l homme et l environnement à long terme. La majeure partie des déchets des catégories B et C provient de la production d électricité au moyen de l énergie nucléaire. Bart Van Leuven 6

7 Les déchets de haute activité sont entreposés dans des gaines spécialement conçues à cet effet. Les couvercles jaunes ferment les gaines. Que fait-on avec le combustible nucléaire usé? Après environ quatre années passées dans le réacteur nucléaire, les crayons de combustible utilisés pour produire de l énergie arrivent en bout de course. Le combustible nucléaire utilisé peut être retraité. Cela signifie que les matières fissiles sont recyclées. Les matières fissiles encore utilisables comme l uranium et le plutonium sont séparées des produits de fission par un processus chimique. Les produits de fission ainsi que les déchets qui sont produits dans le cadre du retraitement sont des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Les combustibles issus des centrales nucléaires belges ont été retraités jusqu en 1993, plus par la suite. La gestion des déchets des catégories B et C aujourd hui : stockage intérimaire Les déchets de moyenne et de haute activité sont entreposés à Dessel dans les installations spéciales, exploitées par Belgoprocess, filiale industrielle de l ONDRAF. Ces déchets sont conditionnés dans des fûts assurant le confinement des matières radioactives. Comme les déchets de catégorie C émettent de la chaleur, ces fûts sont stockés dans de grands puits. Des murs d un mètre cinquante en béton armé isolent ces fûts du monde extérieur et un système de ventilation évacue la chaleur que ces déchets émettent. Les combustibles usés sont actuellement entreposés en toute sûreté sur les sites des centrales nucléaires de Doel et de Tihange. L ONDRAF prend en compte le fait que ces matières pourraient un jour être assimilées à des déchets de catégorie C. Et si ça n est pas le cas, leur retraitement éventuel produirait, lui-même, des déchets des catégories B et C. 7

8 «Pour garantir le financement à long terme d un futur stockage géologique, l ONDRAF met, tous les cinq ans, à jour ses études économiques, sur la base de toutes les informations dont il dispose, et revoit ses tarifs de prise en charge en conséquence.» Gerda Bal Responsable de la stratégie financière

9 Les fûts contenant des déchets de moyenne activité sont entreposés chez Belgoprocess à Dessel. Vers une solution à long terme sûre et supportée L entreposage intérimaire des déchets des catégories B et C est sûr mais n offre pas de solution à long terme. Les bâtiments d entreposage n ont en effet qu une durée de vie limitée. En outre, nous devons développer, pour tous les déchets radioactifs que notre génération a produits, des solutions sûres et acceptables pour la société, y compris pour les générations futures. La recherche de telles solutions a, entre-temps, atteint un stade de maturité technique avancé. Mais les défis à relever ne sont pas seulement techniques. Le défi sociétal est au moins aussi important. Pour parvenir à une solution qui soit acceptable pour la population belge, l ONDRAF investit également dans la constitution d une assise sociale pour l installation de stockage future. 9

10 LE STOCKAGE GEOLOGIQUE : UNE SOLUTION POUR DES CENTAINES DE MILLIERS D ANNEES Les recherches belges de solutions pour les déchets des catégories B et C se recentrent sur le stockage géologique dans une argile peu indurée. La recherche internationale et les programmes en cours à l étranger confirment que le stockage géologique est un moyen sûr pour assurer la gestion des déchets de haute activité et/ ou de longue durée de vie à long terme, une vision que l Europe a traduite dans sa politique. Les trois fonctions de sûreté ISOLER RETARDER CONFINER L argile est plastique. Les travaux d excavation ne provoquent pas de fissuration permanente étant donné que les éventuelles fissures se colmatent d elles-mêmes. Pourquoi le stockage géologique? Les déchets des catégories B et C doivent rester totalement isolés, pendant très longtemps, de l homme et de son environnement. Le stockage géologique se montre, à cet égard, une solution tout-à-fait adéquate. Les déchets sont mis à l écart au sein d une couche profonde et stable, derrière toute une série de barrières artificielles. Ensemble, les barrières naturelles et artificielles garantissent la sûreté à long terme : elles assurent l isolement des déchets, leur confinement ainsi que le retardement et l étalement du relâchement des substances radioactives. Les scientifiques parlent de trois fonctions de sûreté : Le stockage souterrain sert en premier lieu à séparer les déchets de l homme. Il faut donc les enfouir dans une formation suffisamment épaisse et géologiquement stable à long terme, ce qui les met à l abri des changements climatiques ou d autres modifications pouvant survenir à la surface du globe. Les déchets sont entourés d un emballage multicouche étanche comportant divers matériaux de remplissage. Ceux-ci bloquent les substances radioactives et assurent que ces substances radioactives ne puissent s en échapper. Les emballages sont conçus de manière à pouvoir tenir le coup pendant des milliers d années. Après plusieurs milliers d années, les fûts et les emballages seront inévitablement dégradés. Lorsque cela se produit, la roche-hôte commence à jouer son rôle. Dans le cas d un stockage géologique, les propriétés de la roche sont, pour cette raison, d une grande importance. Les formations qui conviennent retiennent longtemps la plupart des substances radioactives, sont peu perméables et restent longtemps stables. De telles formations font en sorte que la radioactivité se disperse si lentement dans le terrain qu elle s éteint quasi entièrement à l intérieur du système de stockage. L argile fait partie de ces roches. 10

11 Pourquoi l argile? Le sous-sol belge contient plusieurs types d argile peu indurée entrant réellement en ligne de compte, en tant que roche-hôte, pour le stockage géologique. Il s agit, en particulier, de l Argile de Boom et des Argiles yprésiennes. L Argile de Boom et les Argiles yprésiennes se trouvent dans le nord de la Belgique, à une profondeur comprise entre 200 et 400 mètres et plus. L Argile de Boom s est formée il y a environ 30 millions d années, les Argiles yprésiennes, il y a environ 50 millions d années. Les propriétés de l argile n ont presque pas changé depuis qu elle est apparue, il y a des millions d années. Les périodes glaciaires, les changements climatiques et les catastrophes naturelles ont à peine affecté leur stabilité. Les minéraux présents dans l argile retiennent très longtemps certains éléments radioactifs. D autres éléments forment dans l argile des composants insolubles qui ne peuvent s échapper. Seuls quelques éléments se dissolvent dans l eau contenue dans l argile mais cette eau ne bouge pratiquement pas : l argile est quasi imperméable à l eau. Les matières ne peuvent donc pas se propager rapidement dans l argile. Et même si des particules radioactives s échappaient du stockage, elles ne se retrouveraient dans l environnement qu au bout d une très longue période. Et à ce moment, elles seraient éteintes ou seulement décelables en très petites concentrations, ne présentant plus de danger. L argile présente également l avantage d être plastique, avec pour conséquence que d éventuelles fissures se colmatent d elles-mêmes. Ce qui est important lors de la construction d un stockage géologique, vu que les travaux d excavation peuvent provoquer de la fissuration dans l argile. Superconteneur Emballage des déchets Avant d être mis en place dans l installation de stockage, les déchets radioactifs sont emballés. Les fûts contenant les déchets conditionnés de catégorie B sont disposés dans un coffre en béton et immobilisés ensuite dans un mortier. Une fois que ce mortier fait prise, nous obtenons un monolithe. Pour les déchets de catégorie C, un superconteneur a été développé. Celui-ci est constitué de plusieurs enveloppes qui emprisonnent les substances radioactives pendant longtemps, en jouant le rôle de barrières : le suremballage, sorte de coque en acier au carbone entourant le fût contenant les déchets de haute activité ; tout autour, un cylindre en béton de 70 centimètres d épaisseur, retenant les rayonnements ionisants, protège le suremballage contre la corrosion ; l ensemble est entouré d un emballage en acier inoxydable qui prévient les infiltrations d eau. Monolithe Grâce au suremballage, la radioactivité est confinée sur le long terme. Ainsi, non seulement les déchets sont isolés de l homme et de l environnement mais le risque de voir de l eau entrer en contact avec les déchets est infime. Il faut éviter que l eau puisse véhiculer des substances radioactives dans le sous-sol et vers la nappe phréatique. Le suremballage prévient ces infiltrations d eau pendant une longue période. 11

12 Le stockage géologique dans la pratique Si l on procède à la construction, en Belgique, d une installation de stockage pour les déchets des catégories B et C, celle-ci sera implantée au cœur d une couche d argile profonde, comme l Argile de Boom ou les Argiles yprésiennes. Les déchets seront acheminés dans la galerie principale via les puits d accès. Différentes galeries de stockage sont rattachées à cette galerie principale. Les emballages contenant les déchets, tels que les superconteneurs pour les déchets de la catégorie C, y sont insérés un par un. Les déchets de la catégorie C émettent de la chaleur. C est pourquoi ils doivent rester stockés en surface jusqu à ce que leur température ait baissé. Ce n est qu ensuite que l on peut les stocker dans une zone séparée, après les déchets de catégorie B. Pour réduire l impact de la chaleur sur l argile, les galeries de stockage pour les déchets de catégorie C sont plus espacées que celles réservées aux déchets de catégorie B. Les parties prenantes locales co-décident On ne sait pas encore très bien à quoi ressemblera en détail l installation de stockage : le concept sera affiné dès que le site de stockage aura été choisi, ce qui se fera en concertation avec les communautés locales. Le modèle participatif que l ONDRAF a mis sur pied conjointement avec les partenaires locaux STORA (Dessel) et MONA (Mol) concernant le projet de stockage en surface pour les déchets de catégorie A (déchets de faible et moyenne activité et de courte durée de vie) à Dessel constitue une source d inspiration. Les habitants de Dessel et de Mol qui sont, en même temps, des représentants de la vie associative, de la vie d entreprise ou du monde politique, sont systématiquement associés à toutes les phases de ce projet. Les principes de co-conception ( co-design ) et de concertation systématique sont à la base de la grande confiance que l on a dans la sûreté de l installation de stockage. Le concept de référence du stockage géologique que l ONDRAF a développé consiste en un réseau de galeries souterraines horizontales (artistic view). 12

13 Récupérer les déchets Dès que les déchets ont été enfouis, l installation de stockage est comblée par un matériau que l on peut facilement retirer. En d autres termes, les déchets peuvent être récupérés pendant une certaine période. L ONDRAF définira conjointement avec les parties prenantes pendant combien de temps cette possibilité devra rester ouverte. La récupérabilité des déchets fait partie intégrante du concept de stockage. En 2010, à l initiative de l ONDRAF, la Fondation Roi Baudouin a organisé une conférence citoyenne consacrée au stockage géologique. La population belge a fait savoir qu elle a une plus grande confiance dans des solutions où les déchets pourront être récupérés pendant une certaine période. La population a de nouveau exprimé ce souhait au cours de la consultation publique légale que l ONDRAF a organisée en 2011 à propos du Plan Déchets. Dans ce plan, l ONDRAF recommande à ses ministres de tutelle le stockage géologique comme solution à long terme pour les déchets des catégories B et C. L ONDRAF a également intégré la récupérabilité des déchets à son programme de recherche. Avec la loi du 3 juin 2014, la récupérabilité des déchets a été élevée au rang de principe. Le Plan Déchets de l ONDRAF L ONDRAF a la mission légale d établir un plan pour la gestion à long terme de l ensemble des déchets radioactifs belges. L ONDRAF a établi le Plan Déchets pour les déchets des catégories B et C. Il recommande, dans ce Plan, comme solution à long terme, le stockage géologique dans l argile profonde. Selon la loi du 13 février 2006, ce plan devait être accompagné par un rapport stratégique sur les incidences environnementales. Dans ce rapport, l ONDRAF a examiné attentivement toutes les solutions possibles pour la gestion à long terme des déchets des catégories B et C. Il a, de plus, en 2011, organisé une consultation publique légale sur le contenu du Plan Déchets. L ONDRAF a repris les résultats de la consultation publique dans sa version définitive du Plan Déchets qu il a remis conjointement avec le rapport stratégique sur les incidences environnementales et le rapport indépendant de la Fondation Roi Baudouin, le 26 septembre 2011, à ses ministres de tutelle. Monitoring et contrôles Des contrôles réguliers de la sûreté auront également lieu, une fois que l installation de stockage sera remplie. Il doit rester possible, à long terme, de détecter le plus rapidement possible des valeurs radiologiques éventuellement élevées. La possibilité de réaliser ce système de surveillance a déjà été étudiée, entre autres, dans le cadre d un projet d étude européen. 13

14 Le choix d une destination définitive pour les déchets des catégories B et C n est pas seulement le résultat d études scientifiques mais également d un processus décisionnel réfléchi. Nous examinons quelle forme ce processus sociétal peut revêtir et comment nous pouvons y impliquer les preneurs d enjeux locaux, régionaux et fédéraux. Maarten Van Geet Coordinateur de la recherche et développement

15 C EST DESORMAIS DEMONTRE : LE STOCKAGE GEOLOGIQUE EST TECHNIQUEMENT REALISABLE ET SÛR La Belgique mène, depuis quarante ans, des recherches sur le stockage géologique pour la gestion à long terme en toute sûreté de déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Ces dernières décennies, les scientifiques ont obtenu des résultats fondamentaux pour le programme de recherches. Ils ont, en effet, pu démontrer qu il était possible de construire, au moyen de techniques industrielles, une installation de stockage dans une argile peu indurée mais également que cette solution est sûre. Ces prochaines années, l ONDRAF entend confirmer ces résultats à l échelle réelle et continuer à les affiner. Le laboratoire souterrain HADES Dans les années 70, les scientifiques du SCK CEN ont réalisé des essais sur l argile en argilières. Un premier cap a été franchi en Après des années de travaux d excavation à l aide de techniques manuelles, ils sont parvenus à creuser, dans l Argile de Boom, à Mol, à 225 mètres de profondeur, le laboratoire souterrain HADES (High Activity Disposal Experimental Site). À cette époque, aucun pays n avait jamais eu à creuser de puits et galeries dans l argile peu indurée, à pareille profondeur. Depuis lors, une grande partie du programme de recherche scientifique consacré à la gestion à long terme des déchets des catégories B et C se déroule au laboratoire HADES. Depuis 2000, le laboratoire souterrain de recherche HADES est exploité par le GIE EURIDICE, le groupement d intérêt économique créé par l ONDRAF et le SCK CEN. Le laboratoire souterrain est utilisé exclusivement pour la recherche. Il ne sera jamais utilisé pour stocker des déchets radioactifs. premier puits ( ) première galerie ( ) puits et galerie expérimentaux (1984) deuxième galerie (1987) deuxième puits ( ) galerie de liaison ( ) galerie PRACLAY (2007) La construction de HADES : les étapes importantes 15

16 L expérience de chauffe PRACLAY Dans la galerie PRACLAY, on reproduit l effet de la chaleur dégagée par les déchets de haute activité, pour examiner ses conséquences sur l Argile de Boom. Réalisable au plan industriel En 1995, les chercheurs ont lancé le projet PRACLAY. Celui-ci vise à démontrer la possibilité de construire, au moyen de techniques industrielles, une installation de stockage dans de l argile peu indurée. Le projet a soigneusement suivi les étapes que l on mettrait en œuvre si l on devait construire une installation de stockage réelle. Au cours de la première phase du projet, un deuxième puits d accès a été ajouté au laboratoire souterrain HADES. Ce puits a ensuite été relié à la partie existante du laboratoire. En 2007, la galerie PRACLAY a été creusée perpendiculairement à la galerie de liaison pour y accueillir une expérience de chauffe à grande échelle : la seconde phase du projet PRACLAY. Toutes les phases du projet ont jusqu à présent démontré que le stockage géologique dans l argile peu indurée était industriellement réalisable. Les expériences à petite échelle ont d ores et déjà démontré que la chauffe n altérait pas les propriétés de l argile et ne compromettait pas non plus la sûreté du stockage géologique. Ces connaissances sont cruciales pour le stockage de la catégorie de déchets C, les déchets de haute activité dégageant de la chaleur. Si ces déchets sont stockés dans le sous-sol, l argile tout autour des déchets se réchauffera. L expérience de chauffe à grande échelle PRACLAY a démarré en Dans cette expérience, les scientifiques simulent le réchauffement à un niveau qui est représentatif de celui d une installation de stockage réelle. Durant la phase de démarrage, la température au contact entre la paroi de la galerie et l argile est portée à 80 C. Cette température demeurera constante pendant dix ans. Au terme de ces dix années, l expérience de chauffe sera démantelée. Ensuite, tant l argile que la stabilité du revêtement en béton seront examinées de près. Cela est important pour la récupérabilité des déchets. Sûreté garantie Pour être certain qu une future installation de stockage soit sûre et réalisable techniquement parlant, l ONDRAF a mené, ces dernières années, différentes expériences. Les scientifiques ont ainsi étudié l influence des rayonnements radioactifs et des perturbations mécaniques sur les propriétés hydrauliques et chimiques de l argile. Ils ont réalisé une étude sur la formation gazeuse et sur la dispersion des gaz dans l argile. Les futurs emballages des déchets font eux aussi l objet d études approfondies. Des tests ont été menés concernant la manière dont les différents matériaux d emballage réagissent au contact de l argile. Beaucoup d expériences se sont déroulées in situ, dans le laboratoire souterrain de HADES. Les scientifiques peuvent y entreprendre des recherches portant sur de longues périodes. Certaines expériences ont été lancées il y a plus de 25 ans. Ce long délai permet de continuer à affiner en permanence les modèles développés et de confirmer les connaissances relatives à la sûreté d une future installation de stockage. Dans le laboratoire souterrain de recherche HADES, des scientifiques mènent des études révolutionnaires. 16

17 «La protection de l homme et l environnement constitue, en permanence, notre première priorité. Grâce aux recherches scientifiques approfondies, aux expériences in situ et de l attention que nous portons à la contribution des experts et des diverses parties prenantes, nous sommes en mesure de continuer à affiner et à améliorer systématiquement le concept de sûreté.» Philippe Lalieux Directeur gestion à long terme 17

18 Coopération internationale À l étranger, les scientifiques mènent également, depuis des dizaines d années, des études sur le stockage géologique. En plus de l argile, ils étudient le granite ou les couches de sel en tant que rochehôte. Le principe est chaque fois le même : diverses barrières artificielles sont mises en place tout autour des déchets pour assurer, en combinaison avec la barrière naturelle (la roche-hôte), la sûreté à long terme. RD&D stockage géologique, programme nucléaire commercial RD&D stockage géologique, programme nucléaire non commercial Laboratoire souterrain de recherche Grâce à la collaboration internationale, de nombreux tests, expériences et études acquièrent une assise par-delà de nos frontières. La Commission européenne joue un rôle crucial dans le soutien de beaucoup de ces projets. Cela stimule les échanges de connaissances entre les États membres et donne de nouvelles impulsions à la recherche. L équipe de recherche belge attire de nombreux scientifiques de diverses nationalités et échange des connaissances avec ses partenaires étrangers. Ainsi, des experts internationaux de haut niveau, appartenant à divers panels d évaluation, ont évalué la sûreté du concept de stockage belge. OLKILUOTO granit ÄSPÖ granit MOL argile MONT TERRI argile BURE argile TOURNEMIRE argile GRIMSEL granit 18

19 PROCHAINES ETAPES Grâce aux recherches approfondies réalisées au cours des dernières décennies, la Belgique est prête pour prendre une décision en matière de politique relative au stockage géologique. Après la prise de décision, l étude et le développement d une installation de stockage pour déchets des catégories B et C se poursuivront pendant encore plusieurs décennies. L ONDRAF a rassemblé ses priorités pour les futures études dans un plan de R&D (Recherche et Développement). L ONDRAF mettra en outre sur pied, ces prochaines années, un processus décisionnel vigilant et progressif permettant de créer une assise sociétale en faveur du stockage géologique et d accompagner son développement. La Belgique est prête à prendre une décision Dans une directive datant de 2011, la Commission européenne a demandé à tous les États membres européens de développer une politique nationale pour la gestion à long terme de tous les types de déchets radioactifs. Par la loi du 3 juin 2014, notre pays a intégré cette directive dans sa législation. Entre-temps, la Finlande, la France et la Suède ont décidé d enfouir leurs déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie en profondeur. En 2009, la Suède a choisi son site de stockage. La Finlande a, quant à elle, entamé, dans l intervalle, ses travaux souterrains. En Belgique, on travaille concrètement à une installation de stockage en surface pour déchets de catégorie A mais aucune décision n a encore été prise pour ce qui concerne la gestion à long terme des déchets des catégories B et C. Les recherches, dans notre pays, ont atteint un stade avancé. La Belgique a, grâce à elles, pu réunir toutes les connaissances requises pour prendre une décision en matière de politique. Cette décision est nécessaire afin de pouvoir organiser la gestion future, mieux estimer le prix de revient et définir plus exactement la suite des études. La recherche se poursuivra donc au-delà de la décision en matière de politique. 19

20 Sans une assise sociétale élargie pour le stockage géologique, même la meilleure des solutions techniques reste isolée. C est pourquoi la participation de la population et la construction d une assise sociétale fait partie intégrante de toutes nos activités. Jean-Paul Minon Directeur général 20

21 Le plan de R&D L ONDRAF a rassemblé l état de la question relative aux recherches en cours et les priorités pour le futur programme de recherches dans un volumineux document : le plan de R&D. Pour garantir la clarté et la maîtrise du programme de recherches, le plan R&D utilise une approche structurée. L ONDRAF prépare systématiquement chaque décision à prendre dans la perspective d un stockage géologique par le biais d une recherche étendue et organisée en étapes. Chaque étape est évaluée à l aune des nouvelles avancées scientifiques et de l apport de toutes les parties concernées. Ainsi, en dialogue avec toutes les parties prenantes, l ONDRAF dresse la liste des attentes pour ce qui concerne, par exemple, la sûreté et le monitoring. Il examine comment il est possible de faire coïncider le concept technique avec ces attentes et fait régulièrement rapport des résultats obtenus aux parties prenantes. Là où cela est nécessaire, les connaissances existantes sont complétées. Grâce à cette approche, l ONDRAF peut montrer que le stockage géologique est techniquement réalisable, bénéficie d une assise sociétale, que son financement est assuré et que la sûreté est garantie à tous moments. Processus décisionnel sociétal L ONDRAF a fortement investi ces dernières années dans les études technico-scientifiques. Grâce aux connaissances acquises, notre pays est prêt à prendre une décision en matière de politique relative à la gestion à long terme des déchets des catégories B et C. Une telle décision n est pas seulement obligatoire pour poser les jalons de la recherche future. Elle permet également à l ONDRAF de démarrer une démarche sociétale adaptée. Pour ce qui est du processus sociétal, il est nécessaire de rattraper le temps perdu. Seul un processus décisionnel prudent peut créer une assise pour une installation de stockage géologique. L ONDRAF envisage, pour cette raison, une démarche transparente et participative, intégrant une approche par étapes axée sur la continuité. Au cours des prochaines années, l ONDRAF veut tracer les lignes de la démarche sociétale avec toutes les personnes concernées. Il examinera également quelles sont les inquiétudes qui règnent au sein de la population. Tous les thèmes que le processus sociétal fera remonter à la surface feront l objet d un examen attentif. La démarche sociétale et la démarche technique sont donc intimement liées. Créer une assise sociétale est un processus de longue haleine. La sélection d un site permettant d entamer de fait le stockage des déchets n est pas pour demain. 21

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

Une brève présentation du Projet Intégré

Une brève présentation du Projet Intégré ENGINEERING STUDIES and DEMONSTRATION of REPOSITORY DESIGNS VI ème PROGRAMME-CADRE de RECHERCHE et de FORMATION EURATOM de l UNION EUROPEENNE (2002-2006) Gestion des déchets radioactifs Une brève présentation

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

STRATEGIC ENVIRONMENTAL ASSESSMENT (SEA) POUR LE PLAN DÉCHETS DE L ONDRAF

STRATEGIC ENVIRONMENTAL ASSESSMENT (SEA) POUR LE PLAN DÉCHETS DE L ONDRAF STRATEGIC ENVIRONMENTAL ASSESSMENT (SEA) POUR LE PLAN DÉCHETS DE L ONDRAF RÉSUMÉ NON TECHNIQUE Maître de l ouvrage : ONDRAF Numéro du document : 5249-507-082 Version : 02 Date : 2/06/2010 INFORMATION SUR

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 2014 Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 FANC-AFCN 16-12-2014 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Historique... 3 3. Evolution des

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Feuille d information Janvier 2009 Ecobilan de l énergie nucléaire: efficacité et préservation de l environnement Le terme de «courant vert» est souvent utilisé dans la discussion publique. Il faut généralement

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique Commentaire (photos de la centrale électrique Schwarze Pumpe au sud de Berlin) Lorsque la centrale électrique Schwarze Pumpe

Plus en détail

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES FONDATIONS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Déterminez la nature des fondations : matériaux utilisés (béton, blocs de béton, pierres) ;

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse. gcn Groupe Communication sur le nucléaire

Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse. gcn Groupe Communication sur le nucléaire Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse Stratégie suisse de gestion du combustible usé Au cours de l année 2000, les centrales nucléaires suisses ont produit environ 25 milliards de kwh, soit

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Les déchets radioactifs

Les déchets radioactifs CERES-ERTI Centre d'enseignement et de Recherches sur l'environnement et la Société Environmental Research and Teaching Institute ATELIER LES DECHETS 1 er semestre - Année 2013-2014 Les déchets radioactifs

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

L arbre. et ses racines : mythes et réalités

L arbre. et ses racines : mythes et réalités L arbre et ses racines : mythes et réalités MYTHE NO 1 : Les racines sont continuellement attirées vers les tuyaux d égout et peuvent les perforer. MYTHE NO 2 : En grossissant chaque année, les racines

Plus en détail

Centre d Etude de l Energie Nucléaire La recherche dans une optique durable

Centre d Etude de l Energie Nucléaire La recherche dans une optique durable Centre d Etude de l Energie Nucléaire La recherche dans une optique durable L essentiel 2009 Centre d Etude de l Energie Nucléaire La recherche dans une optique durable L essentiel 2009 1 Des installations

Plus en détail

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Sommaire L Andra dans l Aube : un exploitant industriel exemplaire Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

Une brique dans le cartable. Isolation Thermique

Une brique dans le cartable. Isolation Thermique Une brique dans le cartable Isolation Thermique Une brique dans le cartable Isolation thermique Quelques éléments théoriques à propos de la propagation de chaleur Fiche I1 : Le chaud et le froid - Expérience

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Dossier : Sûreté nucléaire dans les installations du SCK CEN à Mol. De l exploitation quotidienne à l évaluation périodique de la sûreté

Dossier : Sûreté nucléaire dans les installations du SCK CEN à Mol. De l exploitation quotidienne à l évaluation périodique de la sûreté Dossier : Sûreté nucléaire dans les installations du SCK CEN à Mol De l exploitation quotidienne à l évaluation périodique de la sûreté Illustration 1 : Les installations du SCK CEN à Mol Synthèse L exploitation

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

«Stockage des déchets ultimes, la solution Stocamine» Siège social : avenue Joseph-Else 68310 Wittelsheim

«Stockage des déchets ultimes, la solution Stocamine» Siège social : avenue Joseph-Else 68310 Wittelsheim «Stockage des déchets ultimes, la solution Stocamine» Siège social : avenue Joseph-Else 68310 Wittelsheim Dates et faits marquants 1987 : études de l ANDRA sur le comportement du sel des Mines de Potasse

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc.

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc. La Commission Terry Jamieson Vice-président, Direction générale du soutien technique Commission canadienne de sûreté nucléaire Le 23 septembre 2014 canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

STOCKAGE de déchets. édito. Mars 2013. avec Gérald Ouzounian, directeur international

STOCKAGE de déchets. édito. Mars 2013. avec Gérald Ouzounian, directeur international cigéomag Mars 2013 Mieux comprendre le projet de centre industriel de stockage géologique édito Ce deuxième numéro du CigéoMag poursuit la série de suppléments spéciaux au Journal de l Andra consacrés

Plus en détail

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch GEothermie 2020 La géothermie c est quoi? Plus de 99% du volume terrestre présente une température de plus de

Plus en détail

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin Passage de véhicules particuliers Si il est installé suivant nos consignes, le système offrira des décennies de sécurité. Vous pouvez même l intégrer sous une allée avec un passage de véhicules particuliers.

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM Informations pour la population de Rhénanie-Palatinat Editeur: Aufsichts- und Dienstleistungsdirektion Willy- Brandt-

Plus en détail

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 AFCN Mai 2013 1. Introduction En juin 2012, à l occasion d un nouveau

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION Journées SFRP : Démantèlement des installations nucléaires et problématiques associées Serge PEREZ CEA/INSTN, Alain PIN CEA/INSTN. www-instn.cea.fr GRENOBLE 23 ET 24 OCTOBRE

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE www.es-geothermie.fr www.es-groupe.fr LA GÉOTHERMIE EN ALSACE GÉOTHERMIE PROFONDE, L HISTOIRE 2 LA GÉOTHERMIE EN ALSACE Il y a les nuages, il y a la pluie. Et il y a cette petite goutte d eau qui tombe

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Traduction du courrier de la Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat du 31 mars 2014 à M. Joachim MERTES, Président du Landtag

Traduction du courrier de la Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat du 31 mars 2014 à M. Joachim MERTES, Président du Landtag Traduction du courrier de la Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat du 31 mars 2014 à M. Joachim MERTES, Président du Landtag Monsieur le Président du Landtag, Conformément à la procédure convenue entre

Plus en détail

Laine à insuffler. Remplissage de laine de roche en vrac pour la rétro-isolation de murs creux

Laine à insuffler. Remplissage de laine de roche en vrac pour la rétro-isolation de murs creux Laine à insuffler Remplissage de laine de roche en vrac pour la rétro-isolation de murs creux RETRO-ISOLATION: PLUS DE CONFORT, MOINS DE FRAIS Dans les maisons qui ont été construites avant la crise de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SikaLatex

FICHE TECHNIQUE SikaLatex FICHE TECHNIQUE SikaLatex RÉSINE À MÉLANGER À L'EAU DE GÂCHAGE DES MORTIERS DESCRIPTION DU PRODUIT Le SikaLatex est une dispersion aqueuse de résine synthétique qui se présente sous la forme d un liquide

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 L'amiante (asbeste) est à l origine une roche naturelle composée de minéraux fibreux. Pour ses nombreuses propriétés, dont la résistance

Plus en détail

PLAN GLOBAL PORTANT SUR LA SURVEILLANCE RADIOLOGIQUE DES FLUX DE DECHETS TRAITÉS PAR LES SECTEURS INDUSTRIELS NON NUCLEAIRES EN BELGIQUE

PLAN GLOBAL PORTANT SUR LA SURVEILLANCE RADIOLOGIQUE DES FLUX DE DECHETS TRAITÉS PAR LES SECTEURS INDUSTRIELS NON NUCLEAIRES EN BELGIQUE PLAN GLOBAL PORTANT SUR LA SURVEILLANCE RADIOLOGIQUE DES FLUX DE DECHETS TRAITÉS PAR LES SECTEURS INDUSTRIELS NON NUCLEAIRES EN BELGIQUE Droesch P., Coenen S., Michiels J., Pepin S., Poffijn A., Wertelaers

Plus en détail

REGARDS KERAPORT. ÉTANCHÉITÉ ET RÉSISTANCE À LA CORROSION.

REGARDS KERAPORT. ÉTANCHÉITÉ ET RÉSISTANCE À LA CORROSION. REGARDS KERAPORT. ÉTANCHÉITÉ ET RÉSISTANCE À LA CORROSION. 2 Vue dans un regard KeraPort DN 1000 STEINZEUG-KERAMO SITES DE PRODUCTION Allemagne : Frechen et Bad Schmiedeberg Belgique : Hasselt EFFECTIF

Plus en détail

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Diesel Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Sommaire # 02 L ESSENTIEL Qu est-ce qu AdBlue?.... 3 À quoi ça sert?.... 4 Comment ça marche?.... 5 ADBLUE EN PRATIQUE Quelles

Plus en détail

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire 74 4.12 Résistance au feu du béton cellulaire Le béton cellulaire offre une résistance au feu excellente. Il ne contribue pas à la propagation du feu et ne développe pas de fumées toxiques pendant l incendie.

Plus en détail

Exigences s appliquant aux. installations de stockage de déjections qui ne sont pas en activité

Exigences s appliquant aux. installations de stockage de déjections qui ne sont pas en activité Exigences s appliquant aux installations de stockage de déjections qui ne sont pas en activité À l intention des exploitants qui comptent dépeupler des exploitations d élevage exigeant de l entretien ou

Plus en détail

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines La législation minière actuellement en vigueur au Maroc est consacrée par le dahir du 9 rejeb 1370 (16 avril 1951) portant règlement minier.

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache COGEMA Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache Roger FANTON Chef des services QSSE Directeur Adjoint Journées SFRP, les 17 et 18 novembre 2005 COGEMA L'énergie, cœur

Plus en détail

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission LA COLLECTION > 1 > L atome 2 > La radioactivité 3 > L homme et les rayonnements 4 > L énergie 6 > Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 > Le cycle du combustible nucléaire 8 > La microélectronique

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Office bavarois de l environnement

Office bavarois de l environnement Bayerisches Landesamt für Umwelt Office bavarois de l environnement À propos de nous L Office bavarois de l environnement (Bayerische Landesamt für Umwelt, LfU) est l administration spécialisée centrale

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

électricité Et développement

électricité Et développement électricité Et développement DUrable 1 Thalès (Grec) En frottant de l ambre jaune sur sa toge, il constate qu il est possible d attirer de petits objets. Il découvre le phénomène de l électricité statique.

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Logiciel pavages drainants mode d emploi

Logiciel pavages drainants mode d emploi Logiciel pavages drainants mode d emploi FEBESTRAL a développé, en collaboration avec le Centre de Recherches Routières (CRR), un logiciel de calcul pour pavages drainants. Ce programme vous guide lors

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Le respect de l environnement

Le respect de l environnement Le respect de l environnement 1 L entreprise familiale Galliker en harmonie avec son temps Depuis 1918 à travers quatre générations l entreprise Galliker a appris à endosser ses responsabilités. La rapidité

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

En s approchant trop près d une installation à haute tension, on provoque une ionisation de l air, assortie d un arc électrique.

En s approchant trop près d une installation à haute tension, on provoque une ionisation de l air, assortie d un arc électrique. La haute tension : risques très spécifiques Gestionnaire du réseau de transport d électricité en Belgique Elia, le gestionnaire du réseau de transport d électricité, assure la gestion du réseau à haute

Plus en détail

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement Qu est-ce que la géothermie? Définition La géothermie est l exploitation de l énergie thermique du sous-sol. Le gradient de la Terre est de 3

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision.

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Matériaux 2014 Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Alain PROUST, Jean Claude LENAIN, Thierry FAURE -

Plus en détail