Investigation de cas groupés de légionellose

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investigation de cas groupés de légionellose"

Transcription

1 Investigation de cas groupés de légionellose Montpellier, juillet août 2003 Florian Franke 1, Marie-Pierre Allié 2, Jeanne Claudet 2, Sophie Jarraud 3, Martine Bourdiol 2, Alexis Armengaud 1, Laurence Laporte 2, Marie-Brigitte Moyano 2, Monique Reyrolle 3, Christine Campese 4, Philippe Malfait 1 1 Cellule interrégionale d épidémiologie Sud, 2 Direction départementale des affaires sanitaires et sociales de l Hérault, 3 Centre national de référence des légionelles, 4 Institut de veille sanitaire. Cellule interrégionale d épidémiologie Sud

2 introduction Alerte 12 cas de légionellose à Legionella pneumophila sérogroupe 1 déclarés entre le 31 juillet et le 5 août 2003 (11 entre le 4 et le 5) à la Ddass 34 début des signes entre le 28 juillet et le 3 août pour 11 des cas un seul point commun apparent : centre ville de Montpellier (piste nosocomiale écartée) en faveur d une source commune de contamination Investigation épidémiologique et environnementale décrire l épisode épidémique identifier la ou les sources de contamination proposer des mesures de contrôle

3 méthode enquête épidémiologique définition de cas cas : personne ayant présenté, depuis le 15 juillet 2003, une pneumopathie avec confirmation biologique de légionellose à Lp1 et résidant, travaillant ou ayant fréquenté Montpellier dans les 10 jours précédant le début des signes cliniques cas «séjour unique» recensement des cas professionnels de santé du département ensemble des Ddass Ewgli (European working group for Legionella infections) interrogatoire des cas questionnaires individuels selon modèle InVS complété à posteriori analyses microbiologiques envois des souches au CNR de Lyon pour typage génomique (électrophorèse en champ pulsé)

4 méthode enquête environnementale recensement et contrôle des tours aéroréfrigérantes fichier des ICPE de la Drire enquête de terrain du SCHS de Montpellier sociétés de maintenance contactées demande, par arrêté préfectoral, des résultats d analyses sur 2003 contrôle des autres sources possibles réseau de distribution d eau de la ville domicile des cas fontaines décoratives analyses microbiologiques envois des souches au CNR de Lyon pour typage génomique conditions météorologiques température, vent et hydrométrie

5 résultats enquête épidémiologique (1) 31cas répondant à la définition des cas (29 DO, 2 Ewgli), dont 8 «séjour unique» début des signes : 15 juillet au 12 août Nombre de cas cas 1 cas séjour unique Juillet Août période potentielle d exposition : 5 juillet au 10 août 21 juillet pour les 8 cas «séjour unique» (médiane d incubation : 7 j)

6 résultats enquête épidémiologique (2) lieu de résidence des cas : 18 à Montpellier, dont 4 dans le centre-ville 7 dans le département 4 dans d autres départements français 2 à l étranger centre-ville : 29 cas dans le centre ville dans la période potentielle d exposition (2 données manquantes) 8 «séjours uniques» dans un périmètre restreint délimité par la gare et la place de la Comédie

7 résultats enquête épidémiologique (3) caractéristiques individuelles 19 hommes et 16 femmes (sexe ratio de 1,6) âge compris entre 36 et 92 ans (médiane de 55 ans) 32 % de moins de 50 ans cas hospitalisés 29 cas hospitalisés (dont tous les cas «séjour unique»), 13 en réanimation 4 décès (48, 51, 60 et 81 ans) 19 cas avec au moins un facteur favorisant (maladie cardio-vasculaire, tabac, diabète, alcool ) résultats biologiques 8 souches de Lp 1 isolées chez 8 cas profil identique en électrophorèse en champ pulsé

8 résultats enquête environnementale (1) recensement et contrôle des TAR 36 TAR dont 8 dans le centre ville (majorité non répertoriée à la Drire) 2 TAR du centre désinfectées avant contrôle 15 TAR présentant des résultats > 10 3 UFC/l 5 TAR > 10 6 UFC/l 4 TAR > 10 5 UFC/l 4 TAR > 10 4 UFC/l 2 TAR > 10 3 UFC/l résultats biologiques 11 profils différents de Lp1 dont 5 différents dans une TAR du centre aucun profil identique au profil de la souche clinique autres résultats réseaux d eau de la ville et fontaines conformes aucune Legionella pneumophila au domicile des cas

9 résultats enquête environnementale (2)

10 résultats enquête environnementale (3) analyse des données météorologiques alternance d un temps sec et d un temps humide température et force du vent homogènes forte variation de l humidité sur la période présumée d exposition HR retenue pour tester l hypothèse d une relation entre météo et apparition de cas corrélation entre HR et courbe épidémique élevée lorsque HR décalées de 7 jours 1 er pic 1 er pic décalé 100 Nombre de cas Juillet Août HR 1 cas HR 1 cas séjour unique HR (décalage de 7 jours)

11 discussion (1) contrôle de l épidémie mise en réseau précoce des partenaires de la veille (local, national et européen) information sur la maladie et sur la DO des professionnels de santé interrogatoire des cas dans des délais très courts stratégie d analyse ciblée sur les cas «séjour unique» (identification dès le début de l enquête d une zone d exposition précise) source commune de contamination seul point commun entre les cas : Montpellier (hyper centre pour les cas «séjour unique») souches cliniques identiques chez l ensemble des cas prélevés (même profil génomique) mais absence de preuves biologiques

12 discussion (2) arguments en faveur d une contamination par une ou des TAR : 42 % des TAR contaminées (> 10 3 UFC/l) 5 TAR > 10 6 UFC/l dont 2 dans l hyper centre (fréquenté par les 8 cas «séjour unique») 11 profils différents de Lp1 dont 5 dans une même TAR, tous différents du profil de la souche clinique arrêt des TAR = arrêt de l épidémie conditions météorologiques favorables à la survie et à la dissémination des légionelles dans les aérosols pas de Lp1 dans les autres sources potentielles

13 recommandations nécessité de modifier la législation TAR : ensemble des TAR répertorié législation existante pour les ICPE (rubrique 2920) étendue à l ensemble des TAR (future rubrique 2921) contrôles plus fréquents en période à risque (été), limites de l autocontrôle en cas d épidémie : mettre en place rapidement une recherche active des cas auprès des partenaires et sensibilisation des professionnels de santé maladie méthodes de diagnostic signalements précoces si cas groupés et contamination par TAR suspectée augmentation du nombre d isolats issus d un prélèvement (passer de 5 à 10)

Cas groupés de légionellose Paris Austerlitz juillet- septembre 2006

Cas groupés de légionellose Paris Austerlitz juillet- septembre 2006 Cas groupés de légionellose Paris Austerlitz juillet- septembre 2006 D. Dejour Salamanca, C. Campese, A. Mathieu, D.Che, H. Isnard (InVS CIRE IDF) Dr Bomnang Ung, C.Cosson, N. Micolas, A. L. Thos, Y. Pavageau

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

Investigation des cas de légionellose déclarés dans les Alpes-Maritimes au cours des mois d octobre, novembre et décembre 2005

Investigation des cas de légionellose déclarés dans les Alpes-Maritimes au cours des mois d octobre, novembre et décembre 2005 Maladies infectieuses Investigation des cas de légionellose déclarés dans les Alpes-Maritimes au cours des mois d octobre, novembre et décembre 2005 Ministère de la Santé et des Solidarités Ddass des Alpes-Maritimes

Plus en détail

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD Actions de prévention de la légionellose en EHPAD 16 décembre 2014 Corinne CHANTEPERDRIX DD26 Audrey COMTE DD01 2ème rencontre des Equipes Mobiles d Hygiène - Centre hospitalier Lyon Sud LES MISSIONS DES

Plus en détail

La légionellose. Qu est-ce que la légionellose?

La légionellose. Qu est-ce que la légionellose? La légionellose Qu est-ce que la légionellose? RISQUES La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries vivant dans l eau douce appelées légionelles qui prolifèrent entre 20 C

Plus en détail

A propos d un cas de légionellose nosocomiale

A propos d un cas de légionellose nosocomiale A propos d un cas de légionellose nosocomiale Dr. Mathé médecin hygiéniste HPGM (91) C. Houmaire, Ingénieur d Etudes Sanitaires (ARS DT 91) Prévention du risque infection en EHPAD 02 avril 2015 1 Légionellose

Plus en détail

Investigation de cas groupés de légionellose dans l agglomération de Poitiers

Investigation de cas groupés de légionellose dans l agglomération de Poitiers Investigation de cas groupés de légionellose dans l agglomération de Poitiers Août-Septembre 2003 Ddass de la Vienne Cire Centre-Ouest Auteurs du rapport : Dr Cyril Gilles, Daniel Rivière (Cire Centre-Ouest)

Plus en détail

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste 38 ème journées régionales Hygiène hospitalière et prévention des IAS 24-25 mars 2016 Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste Un Ehpad en Ile-de-France

Plus en détail

Cas groupés de légionellose, Paris-Austerlitz

Cas groupés de légionellose, Paris-Austerlitz Maladies infectieuses Cas groupés de légionellose, ParisAusterlitz Juilletseptembre 2006 Rapport d investigation MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Philippe GLORION, responsable des Services Techniques Dr Stéphanie EDOUARD, Praticien Hygiéniste CoCLINNOR Mardi

Plus en détail

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire JRVS Midi-Pyrénées - 14 juin 2012 L Couleau 1 ; Maud Ginsbourger 1-2 ; N Sauthier 1 ; P Fabre 3 ;V Schwoebel 1 1. Cellule de l Institut de Veille

Plus en détail

Maladies infectieuses. Evaluation quantitative du système de surveillance des légionelloses en France en 2010

Maladies infectieuses. Evaluation quantitative du système de surveillance des légionelloses en France en 2010 Maladies infectieuses Evaluation quantitative du système de surveillance des légionelloses en France en 2010 Sommaire Abréviations 2 1. Contexte 3 2. Objectifs de l'étude 4 3. Méthode 5 3.1 Etude d'exhaustivité

Plus en détail

Investigation d un épisode de cas groupés de salmonellose Paris 7 ème (décembre 2012 à février 2013)

Investigation d un épisode de cas groupés de salmonellose Paris 7 ème (décembre 2012 à février 2013) Investigation d un épisode de cas groupés de salmonellose Paris 7 ème (décembre 2012 à février 2013) Clément BASSI (Cire Ile-de-France) Dr Christian MERLE (ARS Ile-de-France) Dr Adeline FENIERES (PMI Paris)

Plus en détail

N 373 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 373 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 26 février 2008 N 373 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 7 novembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Dr Nathalie LUGAGNE DELPON Chef de Service Gestion du risque infectieux CHR Félix Guyon Journée de gestion des risques cliniques / Octobre 2011

Plus en détail

Une réglementation spécifique, issue de la

Une réglementation spécifique, issue de la EAU Par Armelle SANDRIN Avocat à la Cour Shearman & Sterling LLP BDEI 404 Prévenir le risque légionelle Les bactéries «légionelles» se développent dans l eau, et peuvent causer des infections pulmonaires

Plus en détail

EPIDEMIE COMMUNAUTAIRE DE LEGIONELLOSE PAS-DE-CALAIS, FRANCE. novembre 2003 janvier 2004. rapport d investigation

EPIDEMIE COMMUNAUTAIRE DE LEGIONELLOSE PAS-DE-CALAIS, FRANCE. novembre 2003 janvier 2004. rapport d investigation EPIDEMIE COMMUNAUTAIRE DE LEGIONELLOSE PAS-DE-CALAIS, FRANCE novembre 2003 janvier 2004 rapport d investigation 16 décembre 2004 CENTRE NATIONAL DE REFERENCE DES LEGIONELLES Préfecture du Pas-de-Calais

Plus en détail

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Delphine BARATAUD 1, Christiane MICHALEVICZ 2, Jean-Michel Liet 3, Nicolas

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail

Risques liés à l eau : exemples nationaux

Risques liés à l eau : exemples nationaux Risques liés à l eau : exemples nationaux Dr Bruno Coignard Unité Infections associées aux soins et résistance aux antibiotiques Département Maladies Infectieuses, Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice

Plus en détail

LA LEGIONELLOSE. En bref : Les bactéries légionelles sont naturellement présentes dans la flore aquatique. responsable de plus de 90 % des cas

LA LEGIONELLOSE. En bref : Les bactéries légionelles sont naturellement présentes dans la flore aquatique. responsable de plus de 90 % des cas Société GIFFARD Etudes et Conseil - Installations thermiques et fluides - Sécurité contre l incendie - Installations électriques LA LEGIONELLOSE La légionellose est une maladie respiratoire infectieuse

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Établissements de Santé et Environnement Jeudi 31 Mai 2012 Béatrice Bresson Ingénieur Biomédical Direction Qualité Performance Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Plan d intervention

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Epidémie de légionellose dans le Pas-de-Calais

Epidémie de légionellose dans le Pas-de-Calais Epidémie de légionellose dans le Pas-de-Calais Novembre 2003 à janvier 2004 Rapport de la mission d appui Philippe BRETIN 23 juillet 2004 Isabelle CAPEK Pierre André CABANES Frédéric MARCEL Michèle MERCHAT

Plus en détail

Le risque lié aux légionelles Guide d investigation et d aide à la gestion

Le risque lié aux légionelles Guide d investigation et d aide à la gestion Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Conseil supérieur d hygiène publique de France Section des maladies transmissibles 27 mai 2005 Section des eaux 7 juin 2005 Le risque

Plus en détail

Épidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009

Épidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009 Épidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009 13 ème Journée Nationale d Infectiologie, Tours 14 juin 2012 Ronan Ollivier 1, Philippe Masson 2, Bruno Hubert

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

4 Evolution de l épidémie et première évaluation de son ampleur

4 Evolution de l épidémie et première évaluation de son ampleur 4 Evolution de l épidémie et première évaluation de son ampleur 4.1 Evolution de l épidémie Plusieurs sources de données ont été sollicitées pour suivre l évolution de l épidémie : 1) les données concernant

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

Alerte «chikungunya» dans les Antilles

Alerte «chikungunya» dans les Antilles C I R E A N T I L L E S G U Y A N E Martinique Guadeloupe Alerte «chikungunya» dans les Antilles ANTILLES GUYANE Introduction Le 6 décembre 1, la confirmation de deux cas autochtones dans l île de Saint

Plus en détail

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes 68 After a brief survey on legionnaires desease in France and on new regulations, some recommendations are presented for the prevention of the proliferation of legionella in cooling towers La légionellose

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

GUIDE DE FORMATION. Réalisé par Climespace - Michèle Merchat. Ce guide a été réalisé pour le Ministère de l Ecologie et du Développement Durable

GUIDE DE FORMATION. Réalisé par Climespace - Michèle Merchat. Ce guide a été réalisé pour le Ministère de l Ecologie et du Développement Durable GUIDE DE FORMATION Guide de formation à la gestion du risque de prolifération des légionelles dans les installations de refroidissement par dispersion d'eau dans un flux d'air Réalisé par Climespace -

Plus en détail

Evolution rubrique 2921

Evolution rubrique 2921 Association Française des Professionnels pour la maîtrise des risques Cliquez sanitaires pour des modifier réseaux le d'eau style du titre légionelles, Pseudomonas, bactéries aérobies revivifiables. iifibl

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui?

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? Responsable d UF Geneviève HERY-ARNAUD (MCU-PH) 1 Qui? 2 Où? 3 Pourquoi? 4 Comment? 5 Combien? 6 Quoi? Coordination médicale Nicolas ROUZIC (PH) Coordination

Plus en détail

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015 28 3 32 34 36 38 4 42 44 46 48 5 52 2 4 6 8 1 12 14 Taux d'incidence pour 1 habitants Grippe Bilan de la saison 214-215 22/5/215 L Institut de veille sanitaire, dans le cadre de ses missions de surveillance,

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Grippe A(H1N1) 2009 : ituation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Dr. Loïc Josseran Institut de veille sanitaire, aint-maurice Journée d information des professionnels de l urgence, 30

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GENERALITE La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse, les virus grippaux se répartissent entre différents types : A,B,C ; Seul le virus A est responsable

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

CLIC du 8 juin 2010 Axens / CLIC 8 juin 2010 1

CLIC du 8 juin 2010 Axens / CLIC 8 juin 2010 1 CLIC du 8 juin 2010 1 Axens Salindres : chiffres-clés Près de 10 ans de présence à Salindres 334 salariés au 31 mai 2010 Plus de 200 recrutements depuis 2001 dont 60 emplois créés En 2010 : 21 recrutements,

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs FICHE 9 Les Légionelles Environnement intérieur - EAU I - LES DANGERS LIÉS AUX LÉGIONELLES La légionelle (nom scientifique Legionella) est une bactérie qui se développe dans l eau et les milieux humides

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Rapport de la mission d'expertise sur la maîtrise du risque de légionnellose à l'hôpital Européen Georges Pompidou

Rapport de la mission d'expertise sur la maîtrise du risque de légionnellose à l'hôpital Européen Georges Pompidou Rapport de la mission d'expertise sur la maîtrise du risque de légionnellose à l'hôpital Européen Georges Pompidou Pascal ASTAGNEAU Jean Marc BOULANGER Christian PERRONNE Dominique TRICARD Rapport n 2001.043

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion

Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion Journée scientifique du réseau SEGA Antananarivo, 25 janvier 2012 Solet JL, Renault P, Denys JC, Teulé G, Dennemont RM, Garnier

Plus en détail

Réseau Sentinelles Dossier Grippe. Saison 2015/2016

Réseau Sentinelles Dossier Grippe. Saison 2015/2016 Réseau Sentinelles Dossier Grippe Saison 2015/2016 1 Les virus de la grippe Les virus de la grippe appartiennent à la famille des Orthomyxoviridae et au genre Influenzavirus. Il en existe trois types :

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

L alerte sanitaire en France

L alerte sanitaire en France L alerte sanitaire en France - Principes et organisation - Rapport d un groupe de travail de l Institut de veille sanitaire Mai 2005 Contribution de l InVS à l élaboration du Plan Régional de santé publique

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

POINT SUR LA GALE. (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012)

POINT SUR LA GALE. (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012) POINT SUR LA GALE (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012) Une forte recrudescence de la gale Le HCSP rappelle l augmentation du nombre de cas de gale. L incidence

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de la Santé Sous-direction Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau Qualité des eaux Personne chargée du dossier : Romain BOISSONNOT tél. : 01 40 56 75

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Promoteur : CHU de Rouen (PHRC national) Partenaires : CHG de Dieppe Institut Pasteur : CNR des méningocoques Institut de veille sanitaire

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte GESTION D UNE EPIDEMIE DE DERMATITES LIEES A CIMEX LECTULARIUS DANS UNE UNITE DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER SPECIALISE DE LA SAVOIE : RETOUR D EXPERIENCE Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne

Plus en détail

Le Valais et la grippe aviaire : état de la préparation au 20.10.05

Le Valais et la grippe aviaire : état de la préparation au 20.10.05 D é p a r t e m e n t d e l a s a n t é, d e s a f f a i r e s s o c i a l e s e t d e l é n e r g i e Le Valais et la grippe aviaire : état de la préparation au 20.10.05 1 Plan 1) Bases légales 2) Données

Plus en détail

Indoor pollution, les bâtiments malades

Indoor pollution, les bâtiments malades Indoor pollution, les bâtiments malades Identifier les sources de pollutions intérieures Boulevard Sainctelette 55, - 7000 MONS Tél.:: 065 403 610 (ou 652) - Fax : 065 347 480 e-mail : hvs.lpi@hainaut.be

Plus en détail

dmt Légionelles et milieu de travail Les légionelles dossier médico-technique

dmt Légionelles et milieu de travail Les légionelles dossier médico-technique dmt 98 dossier médico-technique TC 98 Légionelles et milieu de travail La maladie des légionnaires a été individualisée en 1976 lors de l épidémie de Philadelphie. La bactérie responsable, Legionella pneumophila,

Plus en détail

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Bruno Coignard pour les équipes d investigation Grippe A(H1N1) Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Annexe Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Document validé par le Conseil Scientifique du C.CLIN-Ouest le 6 mai 2003 Principes généraux Les épidémie nosocomiales sont définies et prises

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014

Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014 1. Introduction Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014 La Guinée a enregistré du mois de janvier au 23 mars 2014, un nombre total de 86 cas suspects de fièvre

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Secteur Protégé d Hématologie

Secteur Protégé d Hématologie INFORMATIONS PATIENTS Secteur Protégé d Hématologie Centre accrédité de greffe de moelle osseuse et de cellules souches d hématopoïétiques Le Secteur d Hématologie est destiné à des patients atteints de

Plus en détail

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes SERVICE D HYGIENE ET D EPIDEMIOLOGIE SECTEUR EHPAD Juin 2009 Ce guide décrit l ensemble des dispositions

Plus en détail

Méthode et exemples d application. Congrès SFSE - Jeudi 15 décembre 2011

Méthode et exemples d application. Congrès SFSE - Jeudi 15 décembre 2011 Exploitation des données de remboursement de médicaments de la Cnam-TS pour l'investigation rétrospective d'épidémie de Gastro-Enterites Aigues d origine hydrique Méthode et exemples d application Congrès

Plus en détail

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1)

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) du 26 avril au 30 septembre 2009 région de la Capitale-Nationale Présentation à la Chambre de Commerce de la ville de Québec 9 octobre 2009 François Desbiens,

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

Investigation d un épisode de cas groupés de salmonellose à Paris 7e Novembre 2012 à février 2013

Investigation d un épisode de cas groupés de salmonellose à Paris 7e Novembre 2012 à février 2013 Maladies infectieuses Investigation d un épisode de cas groupés de salmonellose à Paris 7e Novembre 2012 à février 2013 Sommaire Abréviations 2 1. Introduction 3 2. Alerte 4 3. Objectif 4 4. Méthode 5

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 Plan de l intervention Un préalable : bien connaître son installation Les 3 principes

Plus en détail

Le chikungunya dans les Antilles

Le chikungunya dans les Antilles C I R E A N T I L L E S G U Y A N E Le chikungunya dans les Antilles ANTILLES GUYANE Le point épidémiologique N 1 / 214 Situation épidémiologique actuelle à Saint Martin Martinique Guadeloupe Surveillance

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

N o 622 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N o 622 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N o 622 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 février 2003. PROPOSITION DE LOI visant à réglementer l entretien

Plus en détail