COMMENTAIRES DE L ASSOCIATION DES CHIRURGIENS DENTISTES DU QUÉBEC SUR LE RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS SUR LA MODERNISATION DES PRATIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMENTAIRES DE L ASSOCIATION DES CHIRURGIENS DENTISTES DU QUÉBEC SUR LE RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS SUR LA MODERNISATION DES PRATIQUES"

Transcription

1 COMMENTAIRES DE L ASSOCIATION DES CHIRURGIENS DENTISTES DU QUÉBEC SUR LE RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS SUR LA MODERNISATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS LE DOMAINE BUCCODENTAIRE Présenté à l Ordre des dentistes du Québec Le 14 février 2013

2 Assciatin des chirurgiens dentistes du Québec PRÉAMBULE Le 1 er décembre 2010, l Office des prfessins du Québec (OPQ) lançait une cnsultatin sur des mdificatins prpsées au Cde des prfessins et de nature réglementaire cncernant la mdernisatin de la pratique prfessinnelle en cabinet dentaire et en santé publique. Le 17 décembre 2010, l Assciatin des chirurgiens dentistes du Québec (ACDQ) a présenté à l Office un dcument cmmentant ces mdificatins. Le cntenu de ce rapprt de l ACDQ est tujurs pertinent et expse clairement et en détail les assises de sa psitin. Ce rapprt apparaît en annexe du présent dcument. À la suite de sa cnsultatin et devant le lt d bjectins qu elle a suscité, l OPQ a créé en 2011 un nuveau cmité chargé de faire des recmmandatins en matière de mdernisatin de la pratique prfessinnelle dans le dmaine buccdentaire. Présidé par le Dr Rch Bernier, ce cmité a dépsé un rapprt, daté d ctbre 2012, sur lequel l ACDQ désire ici frmuler ses cmmentaires. Le cmité Bernier a indiqué avir pris cnnaissance des dcuments furnis par divers rganismes lrs de la cnsultatin de l OPQ amrcée en Or, il a cmplètement mis de cmmenter les arguments imprtants cntenus dans ces dcuments et allant à l encntre de la prpsitin de À ns yeux, il s agit d une insulte aux intervenants ayant émis des pinins lrs de ce prcessus de cnsultatin. À la lecture du rapprt du cmité Bernier, frce est de cnstater le manque flagrant de cnnaissance de la pratique en cabinet dentaire privé. L ACDQ crit qu une des raisns de cette mécnnaissance se truve dans la cmpsitin de ce cmité. Sans remettre en dute la cmpétence prfessinnelle de chacun des membres de ce cmité, frce est de cnstater leur manque d expertise et de cmpétence pur faire des recmmandatins sur la «mdernisatin» des pratiques prfessinnelles dans l envirnnement des cabinets dentaires. PRATIQUE EN CABINET PRIVÉ La presque ttalité (plus de 95 %) des sins buccdentaires de la ppulatin québécise est rendue en cabinet privé. Cette situatin décule d un chix du guvernement à l effet qu il s agit du meilleur myen de dispenser les sins dentaires à la ppulatin du Québec. Il est dnc essentiel d en cmprendre les caractéristiques : Les dentistes snt les prpriétaires des cabinets dentaires. Les risques financiers, la gestin du persnnel, l rganisatin des ressurces, l achat d équipement relèvent exclusivement des dentistes. Les patients nt un cntrat de services avec les dentistes, créant une respnsabilité cntractuelle du dentiste, et ce, que les services sient rendus par lui u par des tiers qui répndent de lui. Un dentiste est tujurs présent dans le cabinet dentaire lrsqu un patient se présente pur recevir des services dentaires. Tut cmme dans n imprte quelle rganisatin privée, les persnnes travaillant au sein d un cabinet privé nt une bligatin de cllabratin et de travail en équipe, sus la directin du dentiste. La qualité des sins et l efficacité du cabinet en dépendent. L accès aux sins dentaires est remarquable dans les cabinets privés : aucun engrgement ni liste d attente significative n y est bservé. 1

3 Assciatin des chirurgiens dentistes du Québec Les établissements publics de santé nt des caractéristiques prpres, qu n ne retruve pas en milieu privé. Par exemple, les médecins et les dentistes ne snt pas subrdnnés aux établissements et demeurent indépendants. Le persnnel des établissements (autres prfessinnels de la santé, infirmières, techniciens de labratire, etc.) côtie ces deux grupes de prfessinnels, mais n a aucun lien de subrdinatin avec eux. Les patients nt des cntrats de services distincts avec les établissements et avec les médecins et dentistes. On bserve un engrgement aux urgences, d énrmes listes d attente (médecins, chirurgie) et une pénurie de ressurces. Malheureusement, le cmité Bernier ne fait pas de telles distinctins. Il a tut bêtement décidé de s appuyer sur le «cadre cnceptuel ayant servi pur actualiser les champs d exercice des prfessinnels intervenant en santé physique dans le secteur public ainsi que ceux des prfessinnels du dmaine de la santé mentale et des relatins humaines». Seln l ACDQ, ceci est une erreur qui fausse l analyse dudit cmité. On aurait dû ajuster le cadre cnceptuel pur refléter la situatin particulière de la pratique en cabinet privé. MODERNISATION L utilisatin du mt «mdernisatin» laisse suppser que les sins buccdentaires au Québec ne snt pas cnfrmes aux nrmes mdernes et qu ils divent être rérganisés. Or, les sins dentaires rendus à la ppulatin québécise rencntrent les nrmes les plus élevées actuellement recnnues dans le dmaine de la santé buccdentaire et ce, au niveau internatinal. Persnne ne peut prétendre u laisser crire le cntraire. Ainsi, les besins actuels et futurs de l ensemble de la ppulatin dans ce dmaine peuvent et purrnt être adéquatement cmblés. INTERDISCIPLINARITÉ Le champ d exercice des dentistes englbe tus les actes des hygiénistes dentaires et des denturlgistes. La ntin d interdisciplinarité fait appel à des expertises diverses dans le but de dispenser les meilleurs sins et services pssibles. Les établissements publics de santé nt des prfessinnels, ayant le statut d emplyés, dnt l expertise se situe en dehrs de celle des médecins. Il est lgique dans ce cntexte de parler d interdisciplinarité. Cette ntin n est tutefis pas transpsable dans le milieu des cabinets dentaires privés. AUTONOMIE PROFESSIONNELLE L ACDQ rejette l idée vulant que, dans les cabinets dentaires privés, la ntin «sus la directin du dentiste» aille à l encntre du principe de recnnaissance prfessinnelle, parce qu elle est nn fndée. Une cnfusin existe entre l autnmie prfessinnelle et la ntin de «sus la directin du dentiste». Les hygiénistes dentaires et les denturlgistes pratiquant dans un cabinet dentaire privé nt la pleine autnmie prfessinnelle dans la dispensatin des actes de leur champ d exercice respectif. La ntin «sus la directin du dentiste» existe, et dit demeurer, afin de maintenir une rganisatin efficace des cabinets dentaires et recnnaître la respnsabilité ultime qui incmbe aux dentistes du fait de leur cntrat de service avec les patients. Tut cmme lrs du prjet de mdificatins de 2010 de l OPQ, le cmité Bernier a rayé l bligatin que les actes des hygiénistes dentaires sient rendus «sus la directin du dentiste». Cmpte tenu des caractéristiques de la pratique en cabinet privé, l ACDQ 2

4 Assciatin des chirurgiens dentistes du Québec cnsidère cette mdificatin ttalement inacceptable. Enfin, le cmité Bernier prétend que les hygiénistes dentaires snt sus-utilisées. L ACDQ réfute cette affirmatin. En cabinet privé, les dentistes se divent d utiliser de façn ptimale tutes les ressurces dnt ils dispsent; l efficacité de leur cabinet en dépend, efficacité qui permet de répndre à tus les besins de leurs patients. PROBLÈME D ACCÈS Le cmité Bernier se dit «préccupé par le cnstat des effets limitatifs de l encadrement actuel des prfessinnels sur l accès aux sins buccdentaires pur les persnnes âgées, un segment de la ppulatin en crissance, et les enfants». Aucune analyse n est furnie en appui à plusieurs recmmandatins frmulées par le cmité Bernier visant à régler un tel prblème d accès. Des liens de cause à effet entre certains prblèmes sulevés et les recmmandatins snt suppsés vrais, sans démnstratin. PERSONNES AYANT DES DIFFICULTÉS COGNITIVES OU DE MOBILITÉ Ce grupe est frmé surtut de persnnes âgées. Le prblème d accès, que l ACDQ recnnaît, vise les persnnes en perte d autnmie, qui se retruvent principalement en établissement. Tutefis, n ne saurait établir un lien simpliste entre une plus grande autnmie des hygiénistes dentaires et un meilleur accès aux sins de santé pur ce grupe de persnnes. En effet, les établissements de santé, sauf exceptin, ne se snt pas dtés d un envirnnement permettant de rendre des sins adéquats aux persnnes qui y snt hébergées. Les besins de ces persnnes dépassent très largement les sins préventifs; elles nt encre davantage besin de sins curatifs. Pur un grand nmbre, elles n nt plus la capacité d assurer elles-mêmes leur hygiène de base; ce snt les prépsés aux bénéficiaires des établissements qui divent y veiller. Le manque flagrant de ressurces humaines dans ces établissements pur prdiguer de tels sins représente un prblème majeur. Tut cela ne peut être réslu par les recmmandatins du cmité Bernier. La slutin à un tel manque d accès aux sins buccdentaires n est du ressrt ni des dentistes, ni des hygiénistes, ni même de l OPQ. Elle relève du ministère de la Santé et des Services sciaux (MSSS), des établissements publics et du ministère des Finances. D ailleurs, cmpte tenu de la capacité financière du guvernement, le MSSS a déjà clairement exprimé sn intentin de ne pas investir davantage dans le dmaine dentaire et, ainsi, de ne pas amélirer l accès aux sins dentaires aux persnnes en perte d autnmie. Tant que cette décisin sera maintenue, aucune slutin efficace ne peut être mise en place. Il faut éviter de buleverser la pratique en cabinet privé en retenant des recmmandatins n ayant aucun lien avec le prblème sulevé en établissement cncernant exclusivement les persnnes en perte d autnmie. ENFANTS Le cmité Bernier mentinne qu il existe «des limites qu impse actuellement l encadrement des prfessins du dmaine buccdentaire, dans la mise en œuvre du Plan de santé dentaire publique ». C est la seule raisn invquée pur cnclure à un prblème d accès aux sins pur les enfants. Or, tut cmme le ministère de la Santé et des Services sciaux, l ACDQ crit qu un prgramme pnctuel, à durée déterminée, de quelque nature que ce sit, ne peut 3

5 Assciatin des chirurgiens dentistes du Québec servir de justificatin à des changements significatifs dans le champ d exercice d une prfessin. L analyse d un champ d exercice d une prfessin fait intervenir nécessairement des cnsidératins glbales. Un prblème sectriel, cmme celui d un prgramme dans des écles, ne dit pas créer un dysfnctinnement dans un autre secteur, cmme les cabinets privés, là ù est rendue la presque ttalité des sins buccdentaires au Québec et ù se fait la majrité de la préventin pur les enfants. Encre une fis, le cmité Bernier n explique aucunement cmment le fait de dnner plus d autnmie aux hygiénistes permettrait d amélirer la santé buccdentaire des enfants. Il semble que l exigence seln laquelle tute interventin des hygiénistes dentaires sit précédée d un examen du dentiste créerait un prblème dans le cadre du prgramme natinal. Or même si cet examen entraîne des cntraintes, l ACDQ crit fermement qu il ne faut pas réduire les standards de qualité de la dentisterie actuelle pur des cnsidératins pnctuelles u des cntraintes administratives. CHAMP D EXERCICE Pur chacune des prfessins du dmaine buccdentaire, l ACDQ s ppse à ce que leur champ d exercice mentinne expressément «les enfants et les persnnes âgées». Nn seulement leur champ de pratique vise tute la ppulatin, mais une telle mentin laisserait crire qu une prfessin plutôt qu une autre est en mesure d assurer seule des sins à ces grupes. DENTISTES Pur ce qui est du dentiste, seul sn champ d exercice dit inclure l évaluatin de l état de santé buccdentaire du patient. Également, la ttalité de l élabratin du plan de traitement d un patient dit être la prérgative du dentiste uniquement et résulter de sn examen et de sn diagnstic. Enfin, il est faux de prétendre, cmme le fait le cmité Bernier, que la préventin sit «le dmaine d interventin privilégiée de l hygiéniste dentaire». Les dentistes entendent cntinuer à privilégier la préventin cmme dmaine d interventin. HYGIÉNISTES DENTAIRES La recmmandatin du cmité Bernier en matière de champ d exercice de la prfessin d hygiéniste dentaire cnstitue un recul marqué et inacceptable en regard de la qualité des sins auxquels a drit la ppulatin. En plus, elle cmprmet l efficacité des cabinets dentaires privés. Vici les raisns qui incitent l ACDQ à rejeter les mdificatins suggérées : 4 Le champ d exercice des hygiénistes dentaires ne dit pas inclure une «évaluatin de l état de santé buccdentaire qu elle réalise de façn autnme». Seuls les dentistes détiennent la frmatin et l expertise pur faire une telle évaluatin. Il y a un frt cnsensus au sein de la prfessin dentaire, y cmpris l Ordre des dentistes du Québec (ODQ), vulant que le diagnstic du dentiste sit requis avant tut traitement et de l abslue nécessité de laisser au dentiste, en exclusivité, l établissement du diagnstic et du plan de traitement. Ces deux principes divent nécessairement se cncrétiser par le maintien de l bligatin actuelle vulant qu un examen fait par un dentiste précède tute interventin dans la buche du patient, interventin faisant partie d un plan de traitement établi uniquement par le dentiste.

6 Assciatin des chirurgiens dentistes du Québec Tut patient dit bénéficier d un seul et unique plan de traitement, déterminé par un dentiste sur la base de sn diagnstic suite à un examen. Il ne peut y avir deux types de plan de traitement, un pur des «sins préventifs» et un autre pur les autres sins. Tus les types de sins snt intimement reliés et nt ptentiellement des impacts les uns sur les autres. En utre, si un plan de traitement cncernant les sins préventifs prpsé par le dentiste était différent de celui l hygiéniste, cela entraînerait de la cnfusin chez les patients. De plus, la recmmandatin du cmité Bernier n a aucune assise scientifique. Enfin, le champ d exercice de l hygiéniste dentaire ne dit pas faire référence à un quelcnque sin u traitement de nature curative dans le but de «rétablir la santé buccdentaire» d un patient. Cela n est abslument pas de sn dmaine d expertise ni de sa cmpétence. L ACDQ déplre l absence ttale de démnstratin, de la part du cmité Bernier, que ces recmmandatins viendrnt amélirer la qualité des sins. Au cntraire, à la seule lecture du rapprt, n peut s inquiéter des effets de telles mdificatins sur la qualité des sins à la ppulatin. DENTUROLOGISTES Tut cmme l ODQ, l ACDQ s ppse à tute mdificatin du champ d exercice des denturlgistes qui permettrait à ces derniers de pser un diagnstic prthétique et d établir un plan de traitement. De même, en matière de prthèse sur implant, le champ de pratique dit se limiter à l essai, à la pse et à l adaptatin de prthèses amvibles. Il est essentiel, pur le maintien de sins de qualité à la ppulatin, d exclure du champ d exercice des denturlgistes la pse et l adaptatin de prthèses fixes, car ce type de sins dépasse nettement leur cmpétence et représente un risque sérieux de préjudice. L ACDQ demande tutefis le maintien de l bligatin qu elle sit exécutée «sus la directin» du dentiste. Une rdnnance individuelle écrite dit être furnie par le dentiste traitant, qui effectuera le suivi. L ACDQ rejint la recmmandatin du cmité Bernier vulant que les différents types d appareils utilisés en dentisterie ne sient pas visés par les activités réservées aux denturlgistes, car les actes qui y snt assciés dépassent leur champ de cmpétence. Pur l ensemble des prfessins du dmaine buccdentaire, l ACDQ cmprend que le cmité Bernier, même s il prpse de mdifier la descriptin du champ d exercice, maintient l apprche actuelle vulant que les actes puvant être effectués par les hygiénistes dentaires et les denturlgistes sient listés dans un règlement. Cette façn de faire élimine tute ambiguïté, facilitant ainsi les relatins entre les divers prfessinnels. ACTIVITÉS RÉSERVÉES La définitin des activités réservées, telle que la prpse le cmité Bernier, est ttalement inadéquate. Elle est très vague, très large et utrepasse les cmpétences des hygiénistes dentaires et des denturlgistes. Par exemple, pur les hygiénistes, qu il suffise de mentinner les deux activités suivantes : «Utiliser des techniques et effectuer des traitements buccdentaires seln une rdnnance» : Si l intentin est d inclure des actes de nature curative, l ACDQ s est déjà prnncée cntre une telle mesure dans sn dcument du 17 décembre

7 Assciatin des chirurgiens dentistes du Québec «Administrer une anesthésie lcale sus réserve d une attestatin de frmatin émise à cet effet par l Ordre des hygiénistes dentaires du Québec» : Purqui accrder un élargissement de cette nature au champ de pratique des hygiénistes dentaires? Cette activité représente un risque de préjudice évident aux patients. Aucune analyse, aucun fndement ne justifient une telle perturbatin. RECONNAISSANCE PROFESSIONNELLE DES ASSISTANTES L ACDQ s ppse à la prpsitin du cmité Bernier visant la créatin d un rdre prfessinnel pur les assistantes dentaires. La frmatin des assistantes cnduit à un diplôme d études prfessinnelles (niveau secndaire), nettement insuffisant pur envisager d en faire une prfessin. En utre, une assistante ne se truve pas seule avec un patient pur prdiguer des sins. Elle est tujurs en présence du dentiste u de l hygiéniste et sus leur supervisin. Le champ d exercice prpsé pur les assistantes dentaires, à savir d assurer l asepsie du matériel, d appliquer des techniques d assistance en dentisterie et en labratire, relève de la respnsabilité des dentistes et, dans certains cas, des hygiénistes. Les dentistes assument déjà pleinement cette respnsabilité et ne vient aucun gain, sur la qualité des sins aux patients, d un tel changement. L ACDQ est cnvaincue que la créatin d un rdre prfessinnel des assistantes dentaires viendrait nn seulement cmpliquer la gestin des dssiers dans les cabinets dentaires et le règlement des cas prblématiques avec un patient, mais aussi créer des tensins qui n existent pas à l heure actuelle entre les diverses cllègues de travail au sein des cabinets dentaires. L ACDQ a déjà cmmenté, dans sn rapprt du 17 décembre 2010, la questin des actes délégués aux assistantes dentaires. Précisns qu elle s ppse à ce que les deux activités suivantes puissent être exercées par les assistantes dentaires : sceller les puits et fissures et pser et enlever les fils et les ligatures rthdntiques. Ces actes cmprtent un niveau de difficulté élevé, avec un sérieux risque de préjudice pur le patient. Sur le plan de la préventin de situatins de pratique illégale, évquée par le cmité Bernier, l ACDQ crit que les rdres prfessinnels nt actuellement tus les utils en main pur prévenir une telle pratique. CONCLUSION La qualité des sins dentaires au Québec est du plus haut niveau et cnfrme aux standards les plus élevés de la dentisterie mderne. De même, l accès aux sins dentaires pur l ensemble de la ppulatin est exemplaire et se cmpare frt avantageusement à celui des autres sins de la santé au Québec. Ces faits snt recnnus par tus et nn cntestables. L ACDQ et ses membres ne veulent pas que le prjet de mdernisatin de la pratique dans le dmaine buccdentaire ait cmme cnséquence de rendre les cabinets dentaires privés pareils à des établissements publics de santé. Ceux-ci, par leur cmplexité et leur manque d efficacité, ne snt pas un mdèle à suivre pur le secteur privé. Tute mdificatin au champ d exercice de l un u l autre des prfessinnels cncernés dit prendre en cmpte la prtectin du public, l efficacité de la dispensatin des sins et la qualité de ceux-ci dans les cabinets dentaires. Or, si les recmmandatins du cmité Bernier étaient appliquées, elles viendraient réduire la qualité des services 6

8 Assciatin des chirurgiens dentistes du Québec 7 prfessinnels buccdentaires fferts aux Québécis, de même que l efficacité de l rganisatin des cabinets dentaires, sans pur autant amélirer l accès aux sins. Il faut abslument maintenir l bligatin actuelle vulant qu un examen fait par un dentiste précède tute interventin dans la buche du patient, interventin faisant partie d un plan de traitement établi par le dentiste. S il y a nécessité pur le guvernement d intervenir dans le champ d exercice des prfessinnels du dmaine buccdentaire, il dit le faire dans le plus grand respect de l pinin des dentistes puisque qu ils snt respnsables de l rganisatin de la quasittalité des sins dispensés à la ppulatin. Enfin, rappelns que l ACDQ est tut à fait dispsée à participer activement, avec le guvernement, à l élabratin et la mise en place d une véritable slutin au prblème d accès aux sins buccdentaires des persnnes en perte d autnmie, seul prblème ntable dans le dmaine buccdentaire au Québec.

Choisir un coach-mentor

Choisir un coach-mentor Ce texte est une traductin d un dcument prduit par Assciatin f Cach Training Organizatins (ACTO)( www.actnline.cm), et endssé par Internatinal Cach Federatin (ICF). Dans ce texte le masculin inclut le

Plus en détail

Champ d exercice de l audiologie

Champ d exercice de l audiologie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 Champ d exercice de l audilgie ÉNONCÉ DE L OBJECTIF Le présent dcument définit et décrit le champ

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 COMMUNICATION DES FAIBLESSES DU CONTRÔLE INTERNE AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET A LA DIRECTION Intrductin (Applicable aux audits d états financiers

Plus en détail

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle Vers une Assemblée Natinale du XXIème siècle Le Plan d actin de l Assemblée Natinale pur le Partenariat pur un guvernement uvert Préface du Président de l Assemblée Natinale, Claude Bartlne Parallèlement

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

Définir les besoins de la société en matière de santé Définition et guide du Collège royal

Définir les besoins de la société en matière de santé Définition et guide du Collège royal Définir les besins de la sciété en matière de santé Définitin et guide du Cllège ryal Préparé en cllabratin avec Lisa Little Cnsulting au nm du Cllège ryal (avril 2012) Intrductin Depuis lngtemps, les

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021)

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021) Intrductin Ce plan pluriannuel expse les grandes lignes de la stratégie des Services à l enfance Grandir ensemble pur prévenir et éliminer les bstacles à l accessibilité afin de répndre aux exigences actuelles

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel TÉLÉMÉDECINE Dcteur Xavier DEAU Cnseiller Natinal de l Ordre des Médecins Exercice Prfessinnel TÉLÉMÉDECINE DÉONTOLOGIE DR DEAU CNOM INTRODUCTION La télémédecine est un myen exceptinnel d ptimiser la qualité

Plus en détail

5.2 Améliorations au processus de réexamen

5.2 Améliorations au processus de réexamen 5.2 Améliratins au prcessus de réexamen Intrductin Le CCWG-Respnsabilité prpse un certain nmbre de réfrmes clés au prcessus de demande de réexamen de l'icann, par lequel le Cnseil d'administratin de l'icann

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

Centre de réadaptation

Centre de réadaptation Centre de réadaptatin Cmment passer d une pratique clinique d expert à celui d une pratique clinique d accmpagnateur par des actes cliniques et administratifs cncrets? Intrductin Plusieurs recherches et

Plus en détail

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation Stage pur étudiant-e-s en Master «Scilgie» Dcument de présentatin Exemple d image Année académique 2015-2016 Prfesseur respnsable du Master en scilgie : Philip Balsiger LE CONCEPT DE STAGE Dans le cursus

Plus en détail

Cabinet Consultant Jean-Claude VICTOR

Cabinet Consultant Jean-Claude VICTOR Internatinal Cabinet Cnsultant Jean-Claude VICTOR Outils d apprpriatin pur la mise en œuvre d un système de management intégré à l aide des référentiels ( Nrmes ISO9001 :2000 et ISO14001 :2004, du référentiel

Plus en détail

CHARTE QUALITE. Engagements des organismes de formation de la branche B.T.P. de Midi-Pyrénées. Actions de formation de 35h et plus

CHARTE QUALITE. Engagements des organismes de formation de la branche B.T.P. de Midi-Pyrénées. Actions de formation de 35h et plus CHARTE QUALITE Engagements des rganismes de frmatin de la branche B.T.P. de Midi-Pyrénées Actins de frmatin de 35h et plus SOMMAIRE I. OBJECTIFS DE LA CHARTE QUALITE CONSTRUCTYS MIDI-PYRENEES..... 1 II.

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure d électricien de réseau

Formation professionnelle supérieure d électricien de réseau Frmatin prfessinnelle supérieure d électricien de réseau Examens prfessinnels pur spécialistes de réseau avec brevet fédéral Preuve de la pratique pur l admissin à l examen principal Attestatin de l emplyeur

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation de l école doctorale de l Institut d études politiques de Paris

Section des Formations et des diplômes. Evaluation de l école doctorale de l Institut d études politiques de Paris Sectin des Frmatins et des diplômes Evaluatin de l écle dctrale de l Institut d études plitiques de Paris juillet 2009 2 Sectin des Frmatins et des diplômes Évaluatin de l écle dctrale de l'institut d

Plus en détail

Termes de références. Etude de faisabilité. Intégration de solutions de mobilité

Termes de références. Etude de faisabilité. Intégration de solutions de mobilité Termes de références Etude de faisabilité Intégratin de slutins de mbilité Date limite 07/06/2013 Pays : Tunisie Institutin : Secteur : Micrfinance Partenaire : Unin Eurpéenne Date d émissin : 22/05/2013

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Adptée le : 15 avril 1996 Lrs de la : 186 e réunin du cnseil d administratin Amendée le : 5 ctbre 2015 Lrs de la : 305 e réunin du cnseil d administratin Cllège

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque LE RÔLE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Cntenu Nminatin du directeur général Le rôle de cnseiller auprès des administrateurs Le rôle de gestinnaire Le directeur général et le service de biblithèque Relatins entre

Plus en détail

Yourcegid CBRH Rendez votre application compatible

Yourcegid CBRH Rendez votre application compatible Yurcegid CBRH Rendez vtre applicatin cmpatible N04170/71 Web Frmatin Mise à jur 01/12/2015 cncerné Cette frmatin permet de cmprendre les mécanismes de la nrme DSN, et de mettre chacun des prcessus de paie

Plus en détail

Accompagnement. des projets d investissement

Accompagnement. des projets d investissement Accmpagnement des stratégies Dévelppement internatinal Assistance technique - Organisatin Accmpagnement des prjets d investissement Viabilité écnmique et financière BK CONSULTANTS 2002-2014 NECESSITE D

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

Politique d'adaptation et d'accommodement pour les examens publics

Politique d'adaptation et d'accommodement pour les examens publics Guvernement de Terre-Neuve-et-Labradr Ministère de l Éducatin Plitique d'adaptatin et d'accmmdement pur les examens publics Le guvernement de Terre-Neuve-et-Labradr recnnaît qu il est respnsable de prévir

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

7. L EXAMEN D ANALYSTE TRANSACTIONNEL(LE) CERTIFIÉ(E) (C.T.A.) : VUE D ENSEMBLE

7. L EXAMEN D ANALYSTE TRANSACTIONNEL(LE) CERTIFIÉ(E) (C.T.A.) : VUE D ENSEMBLE E.A.T.A. Manuel de la frmatin et des examens (Mai 2008) 7. L EXAMEN D ANALYSTE TRANSACTIONNEL(LE) CERTIFIÉ(E) (C.T.A.) : VUE D ENSEMBLE 7.1. Intrductin 7.1.1. L examen d Analyse Transactinnel(le) certifié(e)

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES 1. SYNTHESE : Au terme de la 3 ème cnférence frmatin tenue à Alger les 12 et 13 décembre 2006, les pratiques

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

L estime de soi au quotidien M A R C - S I M O N D R O U I N P H. D. U N I V E R S I T É D U Q U É B E C À M O N T R É A L

L estime de soi au quotidien M A R C - S I M O N D R O U I N P H. D. U N I V E R S I T É D U Q U É B E C À M O N T R É A L L estime de si au qutidien M A R C - S I M O N D R O U I N P H. D. U N I V E R S I T É D U Q U É B E C À M O N T R É A L L estime de si au qutidien Qu est ce que l estime de si?? Un cnstruit multidimensinnel.

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

Lignes directrices sur le perfectionnement professionnel continu (PPC)

Lignes directrices sur le perfectionnement professionnel continu (PPC) Lignes directrices sur le perfectinnement prfessinnel cntinu (PPC) Intrductin Dans sn énncé de missin, l Assciatin Actuarielle Internatinale (AAI) s engage à : «prmuvir le prfessinnalisme, élabrer des

Plus en détail

MODELE DE FICHE DE DESCRIPTION PROFESSIONNELLE. Profession : ingénieur civil

MODELE DE FICHE DE DESCRIPTION PROFESSIONNELLE. Profession : ingénieur civil Directin exécutire Fiche de descriptin prfessinnelle Directin des Affaires du dévelppement internatinal MODELE DE FICHE DE DESCRIPTION PROFESSIONNELLE Prfessin : ingénieur civil Renseignements cncertants

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

ITIL 2011 Mise en production, contrôle et validation (RCV) avec certification 5 jours (anglais et français)

ITIL 2011 Mise en production, contrôle et validation (RCV) avec certification 5 jours (anglais et français) ITIL 2011 Mise en prductin, cntrôle et validatin (RCV) avec certificatin 5 jurs (anglais et français) Vue d ensemble de la frmatin ITIL est un ensemble de cnseils sur les meilleures pratiques, devenu un

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique Mieux cnnaître le licenciement écnmique 1 ère partie : La ntin de licenciement pur mtif écnmique «Cnstitue un licenciement pur mtif écnmique le licenciement effectué par un emplyeur pur un u plusieurs

Plus en détail

Comment gérer les irrégularités dans les crédits documentaires?

Comment gérer les irrégularités dans les crédits documentaires? Cmment gérer les irrégularités dans les crédits dcumentaires? 1 Cmment gérer les irrégularités dans les crédits dcumentaires? 1. Les irrégularités relevées par la banque Tut d abrd, le lecteur dit savir

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A PROJETS 2014 Mdèles de tumeurs spntanées chez l animal pur la recherche translatinnelle en cancérlgie L'ITMO Cancer de l alliance natinale pur les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN) en

Plus en détail

Chapitre 2 La gouvernance d entreprise

Chapitre 2 La gouvernance d entreprise UE1 DROIT DES AFFAIRES DROITS DES SOCIETES Chapitre 2 La guvernance d entreprise Jannes Alexandre 2008 DSCG Smmaire : INTRODUCTION... 3 SECTION 1 : HISTORIQUE... 4 SECTION 2 : LA MISE EN ŒUVRE DE LA GOUVERNANCE

Plus en détail

La collaboration se définie comme : Personne qui concourt à l'activité professionnelle d'une autre personne de manière ponctuelle ou continue.

La collaboration se définie comme : Personne qui concourt à l'activité professionnelle d'une autre personne de manière ponctuelle ou continue. F.I.S.P.A. Cllabratin IDE - AS Textes de référence Le décret du 27 juillet 2004 définissant les actes de la prfessin infirmier: article R 4311-4 CSP : définitin de la ntin de cllabratin La circulaire 96-31

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE. Programme Executive MBA

DOSSIER DE CANDIDATURE. Programme Executive MBA Pht d identité NOM : Prénm : DOSSIER DE CANDIDATURE Prgramme Executive MBA Nta Bene : vus devez remplir signeusement ce dssier (le jury s appuiera dessus lrs de vtre entretien ral) et y jindre les pièces

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Prix pour les jeunes chercheurs

Prix pour les jeunes chercheurs Prix pur les jeunes chercheurs REGLEMENT DE L EDITION 2016 ARTICLE I. OBJET DU PRIX La Fndatin Bettencurt Schueller, recnnue d utilité publique, a pur but de «participer au maintien et au dévelppement

Plus en détail

Profil de la Cour des Comptes Tunisienne

Profil de la Cour des Comptes Tunisienne Cnférence réginale pur les Institutins Supérieures de Cntrôle de la régin du visinage eurpéen du sud Prfil de la Cur des Cmptes Tunisienne Présentatin de la Cur des Cmptes La Cur des Cmptes est une juridictin

Plus en détail

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC)

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) SOUMISSION A LA DOUZIEME SESSION DU COMITE DU BUDGET ET DES FINANCES, 20 AU 24 AVRIL 2009 15 AVRIL 2008 I. Bienvenue

Plus en détail

Appel aux projets - 2015-16

Appel aux projets - 2015-16 Appel aux prjets - 2015-16 LA MISSION DE L ESC RENNES «Préparer, par l enseignement et la recherche, des managers respnsables et innvants à agir efficacement dans un envirnnement glbalisé» La missin vise

Plus en détail

FORMATION COACHING DES MONITEURS ET ANIMATEURS EN CAMP DE JOUR

FORMATION COACHING DES MONITEURS ET ANIMATEURS EN CAMP DE JOUR FORMATION COACHING DES MONITEURS ET ANIMATEURS EN CAMP DE JOUR Cahier du participant DANS LE CADRE DU PROJET PRÉSENTATION Dans le cadre de «Déclic Lisir», une Actin Jeunesse Structurante en lisir initiée

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

6. Réglementation des Installations nucléaires de base (INB) et organisation de la sécurité [2] [16]

6. Réglementation des Installations nucléaires de base (INB) et organisation de la sécurité [2] [16] 6. Réglementatin des Installatins nucléaires de base (INB) et rganisatin de la sécurité [2] [16] 6-1 Les INB Suivant leur imprtance et les risques présentées, les installatins nucléaires, entrent sit dans

Plus en détail

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1-

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION DES TÂCHES DE L ENSEIGNANT-COLLABORATEUR DANS LES COURS EN LIGNE Directin de l apprentissage électrnique et des technlgies Ministère de l Éducatin Mdifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? En France, les trubles muscul-squelettiques (TMS) snt la première cause de maladie prfessinnelle recnnue (plus de 87 %) et leur nmbre a augmenté de 60 % en 10 ans. Ces pathlgies tuchent tutes les entreprises

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013 PLAN DE FORMATION Frmatin : Le rôle du superviseur au qutidien Chrte 2012-2013 1. Prblématiques ayant engendré le besin de frmatin Dans le passé, n recherchait des superviseurs cmpétents au plan technique.

Plus en détail

L ENTRETIEN AVEC UN JURY

L ENTRETIEN AVEC UN JURY Agent territrial spécialisé de 1 ère classe des écles maternelles 22/09/2014 Cadrage indicatif : Les cadrages des épreuves, bien que ne cncernant pas un cncurs transféré, nt été élabrés par les membres

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID CONDITIONS GENERALES RES PREPAID 1. Intrductin & définitins RES est un réseau d entreprises lcales, de PME, u de cmmerçants et persnnes qui exercent des prfessins libérales. Les particuliers snt encuragés

Plus en détail

Réseaux de santé Gérontologiques : de l EGS au PPS.

Réseaux de santé Gérontologiques : de l EGS au PPS. Réseaux de santé Gérntlgiques : de l EGS au PPS. Plan Persnnalisé de Sins : définitin, bjectif, myens Quel supprt? Quelle diffusin? 2 È M E R E N C O N T R E N AT I O N A L E D E S R É S E A U X D E S

Plus en détail

POLITIQUE DE GOLF CANADA CONCERNANT LE TRI DU PERSONNEL ET DES BÉNÉVOLES

POLITIQUE DE GOLF CANADA CONCERNANT LE TRI DU PERSONNEL ET DES BÉNÉVOLES POLITIQUE DE GOLF CANADA CONCERNANT LE TRI DU PERSONNEL ET DES BÉNÉVOLES La présente plitique vise à s assurer que l Assciatin Ryale de Glf du Canada, active sus l appellatin de Glf Canada («Glf Canada»)

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR LA FORMATION CONTINUE DU PERSONNEL SCOLAIRE DE LA FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES

ORIENTATIONS POUR LA FORMATION CONTINUE DU PERSONNEL SCOLAIRE DE LA FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES Ministère de l Éducatin, du Lisir et du Sprt Directin de la frmatin générale des adultes ORIENTATIONS POUR LA FORMATION CONTINUE DU PERSONNEL SCOLAIRE DE LA FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES CURRICULUM DE

Plus en détail

RÈGLEMENT. Article 4 - Droit d inscription Le dépôt d un dossier d information ne fait l objet d aucun droit d inscription.

RÈGLEMENT. Article 4 - Droit d inscription Le dépôt d un dossier d information ne fait l objet d aucun droit d inscription. RÈGLEMENT Article 1 - Sciété rganisatrice Le pôle événementiel de la sciété Leaders League, immatriculée au RCS de Paris sus le numér Paris B 422 584 532, ayant sn siège scial au 15 avenue de la Grande-Armée

Plus en détail

1 OBJET DE LA CONSULTATION

1 OBJET DE LA CONSULTATION CONSULTATION DANS LE CADRE DE L ASSISTANCE SYSTEME ENVIRONNEMENTS INFORMATIQUES Z/OS, UNIX, WINDOWS AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA CONSULTATION Le CTIG suhaite btenir une assistance système

Plus en détail

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07)

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) Article 1 Préambule. Les bénévles snt emblématiques de l aspect «fraternel» de l engagement cityen. A cet effet, ils

Plus en détail

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France Cnsultatin veille médias Cmité Natinal Olympique et Sprtif France Date limite et heure limite de réceptin des ffres : Le 1 er septembre 2014 à 12h00 Préambule Le Cmité Natinal Olympique et sprtif Française

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE. Master Transport, Logistique Et Commerce International

DOSSIER DE CANDIDATURE. Master Transport, Logistique Et Commerce International Pht d identité NOM : Prénm : DOSSIER DE CANDIDATURE Master Transprt, Lgistique Et Cmmerce Internatinal Nta Bene : vus devez remplir signeusement ce dssier (le jury s appuiera dessus lrs de vtre entretien

Plus en détail

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion Article 74 du Cntrat de gestin : Transmissin du tableau de brd de gestin Pur permettre à la SISP et à la SLRB de suivre la réalisatin des missins du cntrat de gestin de niveau 2, la SISP cmplète et transmet

Plus en détail

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au sins de premier recurs Article 18 : Généralisatin du tiers-payant Cmmuniqué du Ministère Purqui le Guvernement prend-il cette mesure? De nmbreux Français renncent

Plus en détail

VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE

VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE Septembre 2009 INTRODUCTION De par l imprtance accrue des tâches administrative ces dernières années, le travail du Médecin Généraliste

Plus en détail

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale La Burse Étienne-Beauclair Banque Natinale Burse d' excellence destinée aux persnnes ayant une déficience visuelle pur la réalisatin de prjets nvateurs 15 000 $ Dépsez vs candidatures entre Le 15 décembre

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION

LES OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION LE PROJET ASSOCIATIF LES OBJECTIFS DE L'ASSOCIATION L'Avitarelle est une assciatin qui situe sn actin dans la lutte cntre les exclusins en dévelppant une interventin sciale qui s'est cnstruite d'abrd auprès

Plus en détail

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée "funding loss

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée funding loss Circulaire 21/02/2012 P11905 FEB160409 Published CORP - 2012/002 Indemnité imputée lrsqu un crédit d entreprise est rembursé anticipativement, aussi appelée "funding lss T: Banken-leden Cntact: Anne-Mie

Plus en détail

Directive relative au traitement des données de Health Info Net

Directive relative au traitement des données de Health Info Net dnnées de Health Inf Net Le traitement des dnnées persnnelles chez Health Inf Net AG () 1 Dispsitins générales 1.1 But et champ d applicatin Le dmaine de la santé est régi par des dispsitins légales particulièrement

Plus en détail

Consultants en Technologies de l Information

Consultants en Technologies de l Information ASSURANCES PROFESSIONNELLES by Hiscx QUESTIONNAIRE PRÉALABLE D'ASSURANCE Cnsultants en Technlgies de l Infrmatin IDENTIFICATION DU PROPOSANT Raisn Sciale :.... Nm :... Prénm :... Age :... Frmatin / Diplôme

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les cnditins d exercice des missins des agents publics, leurs métiers et l rganisatin des services nt beaucup évlué en l espace d une décennie.

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T.

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. Mdifié en juillet 2014, ce dcument prpse des pssibilités de travail avec Icnit. Fichier surce : http://dsden02.ac-amiens.fr/tnp/tnp_internet/dssiers_tnp/activites_classe_mbile/ent/missin_tuic_02_ent_2012.pdf

Plus en détail

* Loi du 13 juillet 1983 (droits et obligations des fonctionnaires)

* Loi du 13 juillet 1983 (droits et obligations des fonctionnaires) LA FONCTION DE L ORTHOPHONISTE EN PEDOPSYCHIATRIE Dans le cadre d'un secteur de pédpsychiatrie, l'exercice de l'rthphnie truve sa particularité dans la spécificité de la structure qui a sn prpre cadre

Plus en détail

Réalisation du site Web de L Association pour une Solidarité Syndicale de l'école Polytechnique (ASSEP)

Réalisation du site Web de L Association pour une Solidarité Syndicale de l'école Polytechnique (ASSEP) Réalisatin du site Web de L Assciatin pur une Slidarité Syndicale de l'écle Plytechnique (ASSEP) Appel d ffres pur le chix d un furnisseur 9 décembre 2015 Tables des matières 1. Infrmatin préliminaire

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009 COMPTE-RENDU de la réunin des ACMO de l UPMC Réunin du 15 septembre 2009 Le 30/09/2009 Présents : Les ACMO : 79 ACMO Campus Jussieu et Sites parisiens Les représentants du Service Hygiène et Sécurité (SHS)

Plus en détail

DIRECTIVES RELATIVES AU REGLEMENT

DIRECTIVES RELATIVES AU REGLEMENT 2.50f DIRECTIVES RELATIVES AU REGLEMENT de l examen prfessinnel Crdinatrice en médecine ambulatire rientatin clinique/ Crdinateur en médecine ambulatire rientatin clinique Crdinatrice en médecine ambulatire

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES FORCES DE TRAVAIL 2009 Module spécial «Accès des jeunes au marché du travail»

ENQUÊTE SUR LES FORCES DE TRAVAIL 2009 Module spécial «Accès des jeunes au marché du travail» Directin générale Statistique et Infrmatin écnmique 44, rue de Luvain - 1000 Bruxelles Numér d entreprise : 0314.595.348 ENQUÊTE CONTINUE SUR LES FORCES DE TRAVAIL Mdule spécial «Accès des jeunes au marché

Plus en détail

Fiche n 4 : La convention annuelle

Fiche n 4 : La convention annuelle Fiche n 4 : La cnventin annuelle Champ d applicatin 1. Opérateurs cncernés 2. Prduits cncernés 3. Durée de la cnventin annuelle 4. Date de cnclusin de la cnventin annuelle Cntenu de la cnventin annuelle

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

La PERSONNE en fin de vie, SA dignité et SON choix, approches et soins appropriés

La PERSONNE en fin de vie, SA dignité et SON choix, approches et soins appropriés CSSS 006M C.P. Étudier la questin du drit de murir dans la dignité VERSION RÉVISÉE Ntes pur la parutin de Ghislain Leblnd et de Yvn Bureau du Cllectif Murir digne et libre devant la Cmmissin de la santé

Plus en détail

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnnes-ressurces : Jamie Bulnes Directeur de la plitique de réglementatin des membres 416 943-6928 jbulnes@iirc.ca Answerd Ramcharan

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA AVIS DE PRATIQUE DE L OMBUDSMAN DU MANITOBA Les avis de pratique snt préparés par l Ombudsman du Manitba afin d aider les persnnes qui utilisent la législatin. Leur bjet en est un de cnseil seulement et

Plus en détail

GRILLE DE PLANIFICATION DE STAGE

GRILLE DE PLANIFICATION DE STAGE GRILLE DE PLANIFICATION DE STAGE Aide-mémires Ce dcument cntient divers aides mémires pur faciliter l intégratin du stagiaire dans sn envirnnement de travail. Cet util se retruve sur le prtail sus l nglet

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS NOTE: Les mniteurs qui suivent la frmatin de mise à niveau et de mise à niveau à distance ne snt pas tenus de remplir

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION. Formation continue obligatoire

GUIDE D APPLICATION. Formation continue obligatoire GUIDE D APPLICATION Frmatin cntinue bligatire 2015 Révisé en décembre 2015 S E R V I C E D E L A F O R M A T I O N C O N T I N U E Smmaire 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES... 3 1.1 Intrductin... 3 1.2 Définitins...

Plus en détail

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT 2016-2017

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT 2016-2017 COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT Syndicat des emplyés et emplyées de l Université Laval et Université Laval RÈGLES DE FONCTIONNEMENT 2016-2017 Date d entrée en vigueur : le 1 er mai 2016 MEMBRES DU COMITÉ Bénédicte

Plus en détail

PROGRAMME FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

PROGRAMME FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL PROGRAMME FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL Pré-requis : aucun Encadrement : La frmatin est dispensée au minimum par un frmateur SST rattaché à : Un rganisme de frmatin habilité pur la

Plus en détail

Introduction/contexte

Introduction/contexte Aide financière accrdée par les rganismes de services aux persnnes ayant une déficience intellectuelle aux prgrammes de Services de sutien à l intégratin et à l analyse des cnstatatins du sndage sur la

Plus en détail