Les pathologies gastro-intestinales

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les pathologies gastro-intestinales"

Transcription

1 Cours 27 avril 2009 Les pathologies gastro-intestinales I. Généralités : A. La consultation : Le médecin doit avant tout déterminer l origine de la plainte du patient. L anamnèse : On recueille les informations du patients : Symptômes et antécédents: A-t-il déjà été opéré? A-t-il des maladies déjà connues? Est-il sous traitement? Car les médicaments sont souvent responsables de douleurs épigastriques. Examen : On examine le patient : palpation, percussion, auscultation. On cherche des ganglions, une hépatomégalie Parfois le diagnostic est directement possible. Si ce n est pas le cas : Examens complémentaires : Pour étayer les hypothèses : Examens biologiques, fonctionnels, morphologiques : - Echographie : Ultras sons : examen simple pour voir par ex une lithiase vésiculaire - Endoscopie : Tuyau dans la cavité avec retour vidéo - Scanner : Tomodensitométrie qui utilise les rayons X - Scanner IRM : Ondes magnétiques Evaluation de la douleur : Intensité, type, topographie, horaires, durée, facteurs déclenchants ou calmants, manifestations associés aux douleurs. Grâce à tous ces examens, on peut poser un diagnostic et chercher un traitement. B. Oesophage : procédés diagnostiques : Radiologie : Technique TOGD (Transit Oesogastroduodénal). C est un examen radiographique qui a pour but d étudier l œsophage, l estomac et la première partie de l intestin grêle (duodénum) mais cet examen ne se fait plus. Endoscopie haute : On pratique une biopsie de 2-3mm notamment dans les cancers. Manométrie oesophagienne : On fait avaler au patient un tube et on mesure la pression avant et après le sphincter. Si les aliments remontent dans l œsophage, il y a un problème au niveau de la pression du sphincter. Mesure du ph de l œsophage : On place un ph-mètre dans l œsophage qui n est normalement pas acide. On mesure sur 24h le % de temps où le ph<4. Si il y a beaucoup de remontée acide de l estomac on est dans le cas d un reflux acide (Cf. pathologie) Scanner thoracique ou médiastinal : On évalue l épaisseur de la paroi de l œsophage, la présence de ganglions Echo-endoscopie digestive : permet de classer les cancers dans les TNM (Tumeurs- Ganglions- Métastases) C est une endoscope avec une échographie au bout. Le contact est direct avec les organes. Mots-clés : généralités (consultation, œsophage) Sémiologie - Chapitre XIV : Pathologies gastro-intestinales - p. 1 / 5

2 II. Exemples de pathologies : A. Le reflux gastro-oesophagien (RGO) : Actuellement, la maladie la plus trouvée au niveau gastrique. Pathologie Gastrique : c est un reflux acide provenant de l estomac qui remonte dans l œsophage qui n est pas protégé contre cette acidité comme l est l estomac. On appelle également ça un pyrosis. Signes cliniques : - Si le contact est trop long, on observe des brûlures puis un ulcère. Ces brûlures sont au niveau de l épigastre et sont rétro sternales. - Elles ont un caractère posturale : les douleurs surviennent en position couchée à plat ou lorsqu on se penche en avant («signe du lacet»). - Régurgitation (parfois alimentaires) - Evolution des symptômes selon des poussées intermittentes et récidivantes. Etiologie : Incontinence du cardia : La jonction ne se ferme pas correctement : le sphincter de l œsophage (le cardia) permet une remontée d acide de l estomac. Hernie hiatale par glissement : Le hiatus œsophagien est l'orifice diaphragmatique par lequel l'œsophage passe du thorax à l'abdomen. Lorsque le hiatus est lâche, une partie de l estomac remonte au dessus du diaphragme. C est la cause la plus fréquente des RGO. On aura dans la majorité des cas, une oesophagite peptique : érosion et ulcération du bas de l œsophage. Evolution : - Aggravation du degré d oesophagite : vomissement de sang (hématémèse) - Hémorragie - Sténose peptique (dysphagie : on ne mange plus) - Cancer : Il existe certain cas de cancers car la muqueuse abîmée est remplacée par une muqueuse cicatricielle adénocarcinome. (Endobrachyoesophage) Mots-clés : le RGO = reflux gastro-oesophagien Sémiologie - Chapitre XIV : Pathologies gastro-intestinales - p. 2 / 5

3 Traitement : Avant, on opérait systématiquement mais aujourd hui de moins en moins - On recommande dans un premier temps aux patients de surélever la tête du lit pour éviter la position couchée à plat. Ces recommandations sont efficaces. - Les antiacides ont une efficacité démontrée mais limitée sur les symptômes du RGO. -Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ont une efficacité supérieure à celle de toutes les autres classes thérapeutiques pour les RGO. B. Ulcération gastro-duodenale : C est une perte de substance de la paroi digestive s étendant au delà de la musculaire muqueuse. Si le trou s étend encore -> perforation. Ulcère gastrique ulcère duodénal Ulcère gastrique peut se cancériser ou alors est cancéreux des le départ donc TOUJOURS vérifier que la cicatrisation est bonne. L ulcère gastrique se trouve dans l antre. Ulcère duodénal : ne se cancérise pas. L ulcère duodénal se trouve quasiment toujours dans le bulbe - aigue ou chronique : on a des médicaments qui arrêtent la poussée et même la récidive (sauf quand due aux AINS) Epidémiologie : Avant : 5-10% de la population était atteinte d ulcère mais aujourd hui de moins en moins. - Ulcère duodénal est 3-4 fois plus fréquent que l ulcère gastrique. - Sexe ratio : 1pour U.G. et 2/1 pour U.D. - Influence de l age : U.D. augmente avec l age - Rares avant 40 ans. Etiologie : Multifactorielle : - Hérédité facteurs psychologiques - Tabac : augmente sécrétion acide - Aspirine, AINS - Hélicobacter pylori (bact G- spiralée) : grande découverte - Déséquilibre sécrétoire acide - barrière muqueuse. Mots-clés : ulcération gastro-duodénale Sémiologie - Chapitre XIV : Pathologies gastro-intestinales - p. 3 / 5

4 Signes cliniques : Type de description : ulcère du bulbe ( U.D.) non compliqué : -Douleurs : crampes épigastriques -Survenue quotidienne -2-4h après le repas (Post Prandiale Tardive) et parfois la nuit -Se calme par ingestion d aliments et d anti-acide -Pendant des périodes de 2 à 6 semaines Ces périodes se répètent à date plus ou moins fixe dans l année (mois froids) souvent sur ans. Pas d amaigrissement car on mange pour calmer la douleur. Contraste entre l intensité des douleurs et l absence de signes à l examen de l abdomen. Argument pour diagnostic Examens complémentaires : - Endoscopie oesogastroduodénaux (biopsie) : pas la peine pour U.D car dégénère pas en cancer mais biopsie pour U.G. de l antre pour rechercher helicobacter pylori. Refaire endoscopie pour vérifier la cicatrisation dans le cas d un U.G. Traitements On donne des anti-sécrétoire et un traitement antibiotique : 10j ou 7 j IPP double dose et 2 antibiotiques : - Amoxicilline 1g matin / 1g soir - Clarithromycine 500mg matin/ 500mg soir Evolution : Complication : hémorragie (hématémèse) Perforation (péritoine) Quand U.D. : sténose, risque que l œdème ferme le pylore -> vomissement Quand U.G. : Cancer C. Cancer du Colon : Epidémiologie : C est le cancer le plus fréquent, c est un problème de santé public nouveau cas / an en France décès. Dépistage organisé (colon- sein- col de l utérus) Il existe des lésions pré-cancereuse : les polypes adénomateux (= surélévation de la muqueuse) On cherche des adénomes grâce à des tests biologiques comme le Test hemoccult : plaque où on dépose 3 jours de suite des selles. On envoie au labo pour savoir si le test est positif cad présence de sang dans les selles (qu on ne voit pas a l œil nu!). 2-3% de la population a un résultat positif. Ce test se fait tous les 2 ans après 50 ans. Si le résultat est positif : on fait une coloscopie totale. Sur 100 coloscopies, il y a 20 cas avec de gros adénomes ou cancer au stade peu évolué. Cet examen permet de diminuer la mortalité du cancer colorectal de 25%. Mots-clés : cancer du colon Sémiologie - Chapitre XIV : Pathologies gastro-intestinales - p. 4 / 5

5 Facteurs favorisants : - Génétique et environnement - Lésions précancéreuses Il existe des familles PAF (polypose adenomateuse familiale) ou le cancer se développe a 100% donc on coupe le colon et le rectum (proctocolectomie). Autre maladie familiale : HNPCC (non polype) mais beaucoup de cancer qui ne dérivent donc pas d un polype. Dans 70% des cas : cancer Mots-clés : facteurs favorisant cancer du colon Sémiologie - Chapitre XIV : Pathologies gastro-intestinales - p. 5 / 5

Université de Bordeaux DFGSM 3. Option Appareil Digestif. Janvier Durée : 30 minutes

Université de Bordeaux DFGSM 3. Option Appareil Digestif. Janvier Durée : 30 minutes Université de Bordeaux DFGSM 3 Option Appareil Digestif Janvier 2016 Durée : 30 minutes Le sujet est imprimé en recto/verso et comporte 5 pages (pages de garde comprises) et 17 QCM. Pensez à vous identifier

Plus en détail

PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE

PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE 1 PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE Dr Estelle SIRACH Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Rangueil TSA 50032 31059 Toulouse cedex

Plus en détail

Ulcère gastro-duodénal (UGD)

Ulcère gastro-duodénal (UGD) Ulcère gastro-duodénal (UGD) Perte de substance de la muqueuse gastrique ou duodénale Prévalence : 8% ulcère duodénal (3H / 1F) 2% ulcère gastrique (H > F) Hier maladie chronique exposée aux complications

Plus en détail

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale + Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive ED DCEM1 20 octobre 2008 patient médecin en charge du patient

Plus en détail

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale + Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive ED DCEM1 23 octobre 2006 patient médecin en charge du patient

Plus en détail

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice DEFINITION Perte de substance non tumorale de la muqueuse gastrique ou duodénale avec atteinte de la musculeuse EPIDEMIOLOGIE Ulcère duodénal Ulcère

Plus en détail

Anatomie Pathologique

Anatomie Pathologique Anatomie Pathologique 5 cours magistraux Œsophage estomac Intestin grêle et colon Foie Voies biliaires et pancréas Tumeurs digestives 1 ED 2h à préparer : 5 observations, en ligne 3 semaines avant Répondre

Plus en détail

Définition. Sensation non douloureuse d arrêt des aliments dans la région

Définition. Sensation non douloureuse d arrêt des aliments dans la région Dysphagie Définition Sensation non douloureuse d arrêt des aliments dans la région Cervicale Rétro-sternale Épigastrique Apparaissant immédiatement après la déglutition Obstructions organiques ou fonctionnelles

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

QCM. Quels sont les mécanismes impliqués dans la physiopathologie de l ulcère gastrique?

QCM. Quels sont les mécanismes impliqués dans la physiopathologie de l ulcère gastrique? QCM Quels sont les mécanismes impliqués dans la physiopathologie de l ulcère gastrique? - Gastrite antrale à H pylori - Pangastrite à H pylori - Hypersécrétion acide gastrique - Baisse de la gastroprotection

Plus en détail

Reflux Gastro- Oesophagien

Reflux Gastro- Oesophagien Reflux Gastro- Oesophagien Item 280 Objectifs pédagogiques : diagnostiquer un reflux gastro-oesophagien et une hernie hiatale Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Thomas

Plus en détail

J'ai un ulcère gastroduodénal

J'ai un ulcère gastroduodénal J'ai un ulcère gastroduodénal L ulcère gastroduodénal est une pathologie assez répandue, dont la fréquence diminue grâce aux traitements la plupart du temps efficaces. Sans traitement, il y a un risque

Plus en détail

Sémiologie œsophagienne et gastrique. Dr TERNIFI

Sémiologie œsophagienne et gastrique. Dr TERNIFI Sémiologie œsophagienne et gastrique Dr TERNIFI I) Généralités Tout d abord l aspect nutritionnel avec le poids du patient est très important. Dans certains cas comme par exemple la dysphagie on a certains

Plus en détail

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 DP3 Un patient de 24 ans est amené par sa compagne aux urgences à 6h du matin pour des douleurs abdominales violentes. On note une amydalectomie dans l enfance.

Plus en détail

Reflux Gastro-Oesophagien et ses complications: diagnostic et traitement

Reflux Gastro-Oesophagien et ses complications: diagnostic et traitement République Algérienne démocratique et populaire Université de Constantine 3 Faculté de médecine Reflux Gastro-Oesophagien et ses complications: diagnostic et traitement Dr Kassama Service d Hépato-gastroentérologie

Plus en détail

22/12/2009 PLAN CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER PATHOLOGIE BENIGNE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE

22/12/2009 PLAN CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER PATHOLOGIE BENIGNE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE PLAN PATHOLOGIE BENIGNE CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE PATHOLOGIE TRAUMATIQUE 15/01/07 2 PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER DIVERTICULES DE L ŒSOPHAGE (diverticule de Zencker

Plus en détail

Chapitre 8 - Item UE 8 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale

Chapitre 8 - Item UE 8 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale I. Définition II. Epidémiologie III. Physiopathologie IV. Signes fonctionnels du RGO V. Conduite diagnostique

Plus en détail

Cas clinique

Cas clinique Cas clinique Une femme de 33 ans a consulté pour des épigastralgies d apparition aigues remontant à une semaine. Il s agit d une douleur continue irradiant vers le dos, ne varie pas avec la position ou

Plus en détail

Les Hernies Diaphragmatiques

Les Hernies Diaphragmatiques Les Hernies Diaphragmatiques DEFINITION : Les hernies diaphragmatiques se définissent par le passage du contenu abdominal (viscères abdominaux) dans le thorax à travers un orifice diaphragmatique qu il

Plus en détail

BONNAL Thomas HERAL Virginie ULCÈRE GASTRO-DUODENAL

BONNAL Thomas HERAL Virginie ULCÈRE GASTRO-DUODENAL BONNAL Thomas HERAL Virginie ULCÈRE GASTRO-DUODENAL LE SYSTÈME RÉEL Le microbiote intestinal 100 000 milliards de bactéries dans la flore commensale La plupart sont anaérobies strictes Dans le duodénum

Plus en détail

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Les questions autour du RGO Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 26 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites à compter du 25 février 2001 (avis de renouvellement - JO du 5 avril 2001)

Plus en détail

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014 Les questions autour du RGO RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin Le reflux gastroœsophagien. occasionnel de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin Le reflux gastroœsophagien. occasionnel de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Le reflux gastroœsophagien occasionnel de l adulte Le reflux gastro-œsophagien occasionnel de l adulte Ce qu il faut savoir

Plus en détail

REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN Un homme de 40 ans se présente à votre consultation pour des brûlures épigastriques. Il n a pas d antécédent particulier. Ses brûlures surviennent après les repas, sont favorisées par le décubitus et par

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin Brûlures d estomac et remontées acides

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin Brûlures d estomac et remontées acides Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2011 Brûlures d estomac et remontées acides Brûlures d estomac et remontées acides Ce qu il faut savoir Principalement lié à un mauvais

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 24 avril 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 19 octobre 1998 - (J.O. du 28

Plus en détail

FOGD modalités, indications, biopsies Explorations fonctionnelles digestives : principaux examens à connaître et principales indications

FOGD modalités, indications, biopsies Explorations fonctionnelles digestives : principaux examens à connaître et principales indications FOGD modalités, indications, biopsies Explorations fonctionnelles digestives : principaux examens à connaître et principales indications FMC 17/4/14 Références Indication à visée diagnostique de l endoscopie

Plus en détail

A propos de l Incertitude diagnostique. une méthode pour gérer le risque d'erreur diagnostique

A propos de l Incertitude diagnostique. une méthode pour gérer le risque d'erreur diagnostique A propos de l Incertitude diagnostique une méthode pour gérer le risque d'erreur diagnostique Julie Chouilly, Damien Jouteau Pour commencer, un cas clinique Mr J. 45 ans, commercial en déplacement, fumeur,

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LES CANCERS DIGESTIFS I - CANCER DE L'ŒSOPHAGE A - EPIDEMIOLOGIE 1,5% des cancers. 7% des cancers digestifs. Taux moyen en France : 15/100 000 habitants. Incidence plus élevée en

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Dr Frank Tusseau Adresse du site : www.docvadis.fr/tusseau Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement rare et concerne généralement

Plus en détail

HEMORRAGIE DIGESTIVE

HEMORRAGIE DIGESTIVE Université Abou bakr Belkaid Tlemcen- faculté de médecine I-Definition II-Physiopathologie Janvier 2016 3éme année médecine Module de sémiologie HEMORRAGIE DIGESTIVE 1- Mécanisme de l hémorragie 2-Les

Plus en détail

Cancer Colorectal.

Cancer Colorectal. www.gefluc-paris.fr Cancer colorectal : points clés En France, le cancer colorectal est le 3 ème cancer le plus fréquent et meurtrier tous sexes confondus. Il se développe dans sa grande majorité chez

Plus en détail

N 308 DIAGNOSTIC D UNE DYSPHAGIE

N 308 DIAGNOSTIC D UNE DYSPHAGIE N 308 DIAGNOSTIC D UNE DYSPHAGIE Pr S. Chaussade Service d Hépato gastroentérologie Hôpital COCHIN Objectifs Devant une dysphagie, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE LES ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ADULTE

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE LES ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ADULTE RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE LES ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ADULTE Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé 143-147 boulevard Anatole France 93285 Saint- Denis Cedex PRINCIPAUX

Plus en détail

Pour en savoir plus...

Pour en savoir plus... Pour en savoir plus... Le site du Docteur Murielle Mollo Adresse du site : www.docvadis.fr/murielle-mollo Voici une liste de liens vers le site de la Société Nationale Française de Gastroentérologie (SNFGE)

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 INEXIUM 20 mg et 40 mg, comprimés gastro-résistants (Boîtes de 7, 14 et 28 comprimés) Laboratoires ASTRAZENECA

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Item 268 (ex item 280) Reflux gastro-œsophagien (RGO), chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Hernie hiatale

Item 268 (ex item 280) Reflux gastro-œsophagien (RGO), chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Hernie hiatale Item 268 (ex item 280) Reflux gastro-œsophagien (RGO), chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Hernie hiatale Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Physiopathologie

Plus en détail

Maux d estomac? Et si vous étiez infecté par la bactérie Helicobacter pylori?

Maux d estomac? Et si vous étiez infecté par la bactérie Helicobacter pylori? Maux d estomac? Et si vous étiez infecté par la bactérie Helicobacter pylori? Comment savoir si vous êtes atteint d une infection à Helicobacter pylori? TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Généralités sur la

Plus en détail

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin franck.chauvin@icloire.fr LA DÉMOGRAPHIE Croissance de la population française 2007-2050 par groupe d âge 10 000 8 000 2015 2030

Plus en détail

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations Diapositive 1 : Ecran de démarrage Diapositive 2 : Accueil Voyons maintenant l exemple d un cas de cancer colique, l un des quatre cancers les plus diagnostiqués en France. Diapositive 3 : Objectifs de

Plus en détail

UE 3 Hépato - Gastro Cours n 9 : Sémiologie : dysphagie, dyspepsie, nausées, vomissements

UE 3 Hépato - Gastro Cours n 9 : Sémiologie : dysphagie, dyspepsie, nausées, vomissements UE 3 Hépato - Gastro Pr Goujon Mardi 23 octobre, 14h Ronéotypeur : Yacine Touati (7) Ronéolecteur : Yanis Touati (10) UE 3 Hépato - Gastro Cours n 9 : Sémiologie : dysphagie, dyspepsie, nausées, vomissements

Plus en détail

Ulcères Gastro-Duodénaux item lol

Ulcères Gastro-Duodénaux item lol Ulcères Gastro-Duodénaux item 290... lol Maladie ulcéreuse = maladie chronique et récidivante. Il existe des ulcères aigus de stress. L ulcère bulbaire (UB) (bulbe = zone située juste après le pylore au

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien. oesophagien chez l adulte

Reflux gastro-oesophagien. oesophagien chez l adulte Reflux gastro-oesophagien oesophagien chez l adulte G Gatineau-Sailliant Novembre2006 Definition Passage à travers le cardia d une partie du contenu gastrique dans l œsophage. RGO physiologique : symptômes

Plus en détail

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne Cas clinique Nelson Lourenço - Interne Mr XY Patient de 48 ans Pas d ATCD médicaux ou chirurgicaux Depuis 6 mois: «brûlures dans la poitrine», «régurgitations» Juin 2007: début d un traitement par IPP

Plus en détail

Mylan a le plaisir de vous offrir cette carte Mémo Traitement personnelle

Mylan a le plaisir de vous offrir cette carte Mémo Traitement personnelle Mylan a le plaisir de vous offrir cette carte Mémo Traitement personnelle Le laboratoire Mylan est un acteur de santé incontournable en France et dans le monde. Notre ambition est de donner accès à des

Plus en détail

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage PREVENTION Le côlon est la partie du tube digestif qui est comprise entre l anus et la dernière anse de l intestin grêle (appelé aussi iléon). Dans le langage courant, on désigne le côlon sous le terme

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011

Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011 Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011 1 Epidemiologie Le cancer colorectal est fréquent et de mauvais pronostic: 2 e cancer chez la femme 3 e cancer chez l homme

Plus en détail

PERTINENCE DES SOINS. Traitement de l infection par Helicobacter pylori chez l adulte. Mai 2017

PERTINENCE DES SOINS. Traitement de l infection par Helicobacter pylori chez l adulte. Mai 2017 PERTINENCE DES SOINS Traitement de l infection par Helicobacter pylori chez l adulte Mai 2017 L infection à Helicobacter pylori (H. pylori) joue un rôle majeur dans le développement des ulcères gastroduodénaux

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement

Plus en détail

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le diagnostic

Plus en détail

Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale

Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale I-00-Q000 II-Q280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale 1 re partie Chez l adulte D r Jean-Marc Sabaté, D r Pauline Jouët, P r Benoit Coffin Service

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER COLO-RECTAL

DEPISTAGE DU CANCER COLO-RECTAL DEPISTAGE DU CANCER COLO-RECTAL PLAN I- Introduction II- En quoi consiste le dépistage colo-rectal? III- Comment en bénéficier? IV- Mode d emploi du test Hemoccult! V- Une efficacité modeste VI- Une balance

Plus en détail

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO?

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Pr. M.A. BIGARD Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Professeur M.A. BIGARD Service d Hépatogastroentérologie CHU de NANCY Avant la

Plus en détail

Œsophage Thoracique, jonction oeso-gastrique-estomac

Œsophage Thoracique, jonction oeso-gastrique-estomac Œsophage Thoracique, jonction oeso-gastrique-estomac 05/01/2012 Marc 1 I. Généralités 1) Les repères anatomiques, le sternum et le diaphragme Œsophage C est un conduit musculo-membraneux Situé entre le

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 1 er février 1999 - (J.O.

Plus en détail

Pathologies digestives

Pathologies digestives Pathologies digestives Plan du cours Indications de la FOGD en gériatrie Traitements IPP et recommandations RGO UGD H. pylori CAT devant cytolyse et cholestase Hépatite médicamenteuse, virale Obstacles

Plus en détail

Interventions chirurgicales sur l oesophage. 11/05/2012 Julia ATTALI

Interventions chirurgicales sur l oesophage. 11/05/2012 Julia ATTALI Interventions chirurgicales sur l oesophage 11/05/2012 Julia ATTALI PLAN 1. RGO 2. Cancers de l oesophage 3. Myotomie de Heller RGO Indications de la chirurgie Recidive precoce des symptomes de RGO a l

Plus en détail

Diagnostic des Hypergastrinémies

Diagnostic des Hypergastrinémies Diagnostic des Hypergastrinémies Mr Baa Brahim, 55 ans, d'origine algérienne. 06.2005 : - douleurs épigastr. quotidiennes depuis 15 j, post-prandiales nocturnes Antécédents : - chirurgie gastrique (?)

Plus en détail

Les différents types histologiques de polypes gastriques (en dehors des TNE)

Les différents types histologiques de polypes gastriques (en dehors des TNE) Les différents types histologiques de polypes gastriques (en dehors des TNE) Jean-François FLEJOU Hôpital Saint-Antoine, Paris Objectifs : Définir, décrire et classer les types histologiques de polypes

Plus en détail

Les pathologies œsophagiennes

Les pathologies œsophagiennes Les pathologies œsophagiennes Attention, seule un professionnel de la diététique a le droit d élaborer un régime pour des patients. Est considéré comme exerçant la profession de diététicien toute personne

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 05/08/2000 par arrêté du 30/08/2000 B/30 : CIP 343 179-8 B/30 : CIP

Plus en détail

Présenté par Audrey-Anne Goulet Résidente 1, UMF de Gatineau Le 29 avril 2009

Présenté par Audrey-Anne Goulet Résidente 1, UMF de Gatineau Le 29 avril 2009 Présenté par Audrey-Anne Goulet Résidente 1, UMF de Gatineau Le 29 avril 2009 À la fin de cette présentation, le participant devrait : Connaître un bon diagnostique différentiel de la dyspepsie Reconnaître

Plus en détail

FMC du Boischaut Sud La Châtre 15 mai Helicobacter Pylori J L DUJARDIN

FMC du Boischaut Sud La Châtre 15 mai Helicobacter Pylori J L DUJARDIN FMC du Boischaut Sud La Châtre 15 mai 2012 Helicobacter Pylori J L DUJARDIN Barry et Robin Prix Nobel Médecine en 2005 I Identité du germe Bactérie gram négatif à flagelles, non invasive, spécifique du

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

INTRODUCTION. Les hernies diaphragmatiques congénitales (HDC) de révélation tardive représentent 5 à 30 % de l'ensemble des HDC.

INTRODUCTION. Les hernies diaphragmatiques congénitales (HDC) de révélation tardive représentent 5 à 30 % de l'ensemble des HDC. INTRODUCTION Les hernies diaphragmatiques congénitales (HDC) de révélation tardive représentent 5 à 30 % de l'ensemble des HDC. La période de latence est parfois longue jusqu'à l'âge adulte. Compte tenu

Plus en détail

Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients infectés par Hélicobacter pylori.

Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients infectés par Hélicobacter pylori. Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients infectés par Hélicobacter pylori. Docteur Olivier COATMEUR Hôpital privé la Châtaigneraie - BEAUMONT Introduction Hélicobacter pylori découverte

Plus en détail

CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC

CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC Octobre 2015 Dr Michel CHERUBIN Service de chirurgie viscérale CHBT 1 CANCER DE L ESTOMAC bases du traitement: épidémiologiques: 5 cancer le + fréquent incidence diminue

Plus en détail

Item n 290 : Gastrite et maladie ulcéreuse gastroduodénale

Item n 290 : Gastrite et maladie ulcéreuse gastroduodénale ENSEIGNEMENT D HEPATO-GASTROENTEROLOGIE Item n 290 : Gastrite et maladie ulcéreuse gastroduodénale Vendredi 10 décembre 2010 Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Pr S NANCEY stephane.nancey@chu-lyon.fr

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 juillet 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission a réexaminé les spécialités

Plus en détail

Hernies Diaphragmatiques Chroniques Etranglée H. KHALIL

Hernies Diaphragmatiques Chroniques Etranglée H. KHALIL Hernies Diaphragmatiques Chroniques Etranglée H. KHALIL C.H.U de Rouen - FRANCE HDM: Femme, 60 ans, Douleur épigastrique depuis 48 + vomissements Pas de notion de traumatisme ATCD: - Hernie diaphragmatique

Plus en détail

Principes de base de l imagerie du tube digestif

Principes de base de l imagerie du tube digestif Principes de base de l imagerie du tube digestif Endoscopie ASP (abdomen sans préparation ) Transit du grêle et lavement baryté Echographie Tomodensitométrie IRM Endoscopie But : visualisation directe

Plus en détail

Hémorragies digestives

Hémorragies digestives 16/02/15 GRANGEON Anastasia L2 CR : Julie Chapon Digestif Pr JP Bernard 6 pages Hémorragies digestives Plan A. Les différents types d'hémorragies digestives B. Gravité d'une hémorragie digestive C. Causes

Plus en détail

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA Cancer de l oesophage Pr M.B.BENKADA Introduction 5 000 nouveaux cas/an (France) Prédominance masculine Age moyen est de 55 et 69 ans Le traitement curateur est la chirurgie Radiochimiothérapie est périopératoire

Plus en détail

LA DYSPEPSIE LA DYSPEPSIE NON INVESTIGUÉE Un outil de travail pour investiguer, traiter ou référer. UNE SYMPTOMATOLOGIE VARIEE

LA DYSPEPSIE LA DYSPEPSIE NON INVESTIGUÉE Un outil de travail pour investiguer, traiter ou référer. UNE SYMPTOMATOLOGIE VARIEE LA DYSPEPSIE NON INVESTIGUÉE LA DYSPEPSIE Un outil de travail pour investiguer, traiter ou référer. LA DYSPEPSIE Une symptomatologie variée. Un motif de consultation fréquent. Les grands responsables Par

Plus en détail

Urgences digestives en imagerie (Perforation d ulcère, Occlusions, Sigmoïdite, Appendicite) Olivier Ernst

Urgences digestives en imagerie (Perforation d ulcère, Occlusions, Sigmoïdite, Appendicite) Olivier Ernst Urgences digestives en imagerie (Perforation d ulcère, Occlusions, Sigmoïdite, Appendicite) Olivier Ernst Objectifs Ulcère perforé ASP Scanner Pneumopéritoine Occlusions ASP Scanner Sigmoïdite aiguë diverticulaire

Plus en détail

Modalités de remboursement des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) dans une perspective d usage optimal - à l intention des prescripteurs

Modalités de remboursement des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) dans une perspective d usage optimal - à l intention des prescripteurs Modalités de des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) dans une perspective d usage optimal - à l intention des prescripteurs Quel est le contexte des modalités? Les IPP figurent parmi les médicaments

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM - 1/6- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM I/ INTRODUCTION : En France le cancer colorectal est le premier des cancers

Plus en détail

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Stanislas Chaussade Université Paris Descartes Département médico chirurgical

Plus en détail

Section 8. - Médecine interne.

Section 8. - Médecine interne. Section 8. - Médecine interne. Art. 20. 1 er. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste dans une des spécialités relevant de la pathologie interne : c) les

Plus en détail

Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP )

Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP ) Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP ) 12/09/2007 Résumé Patients atteints de Polypose Adénomateuse Familiale (FAP) classique 1. Suivi endoscopique après

Plus en détail

LECHEHEB FZ ATELIER /COURS 3 ème ANNEE ETUDIANTS TUBE DIGESTIF HAUT ŒSOPHAGE / ESTOMAC

LECHEHEB FZ ATELIER /COURS 3 ème ANNEE ETUDIANTS TUBE DIGESTIF HAUT ŒSOPHAGE / ESTOMAC TUBE DIGESTIF HAUT ŒSOPHAGE / ESTOMAC PLAN DU COURS I/INTRODUCTION II/ EXPLORATION RADIOLOGIQUE 1/ OPACIFICATION HAUTE PAR PRODUIT DE CONTRASTE 2/ TOMODENSITOMETRIE (TDM) 3/ RESONANCE MAGNETIQUE NUCLEAIRE

Plus en détail

Les nouvelles explorations fonctionnelles œsophagiennes

Les nouvelles explorations fonctionnelles œsophagiennes Les nouvelles explorations fonctionnelles œsophagiennes Frank ZERBIB Hôpital Saint-André CHU de Bordeaux Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 CONFLITS D INTÉRÊT

Plus en détail

BIOPSIE de L ESTOMAC. Atelier. Asept InMed. 16, 17, 18 octobre 2007 Nantes

BIOPSIE de L ESTOMAC. Atelier. Asept InMed. 16, 17, 18 octobre 2007 Nantes BIOPSIE de L ESTOMAC Atelier Asept InMed L estomac Structure de la paroi : Séreuse (péritoine) Musculaire (brassage et évacuation du bol) Sous muqueuse Muqueuse (responsable de la sécrétion du suc gastrique)

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DIGESTIVE

LA TUBERCULOSE DIGESTIVE LA TUBERCULOSE DIGESTIVE I - Introduction Problème de santé publique +++ Deux millions de décès par an dans le monde Atteinte digestive : rare Localisation péritonéale = la plus Fréquente deslocalisations

Plus en détail

Prise en charge de la dyspepsie et du RGO n 12 /

Prise en charge de la dyspepsie et du RGO n 12 / Bien que les de la dyspepsie et du reflux gastro-œsophagien (RGO, en engl. GERD) puissent se recouper, ces maladies sont considérées comme deux entités distinctes. Dyspepsie On parle de troubles dyspeptiques

Plus en détail

HELICOBACTER EN 2016 DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE. Dr LOEVE

HELICOBACTER EN 2016 DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE. Dr LOEVE HELICOBACTER EN 2016 DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE Dr LOEVE Samedi 16 janvier 2015 QCM 1 Quelle est la prevalence mondiale d infection à helicobacter pylori? A B C D E 10% 30% 50% 70% 90% 2 QCM 1: réponse(s)

Plus en détail

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque?

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? Avez-vous été opéré(e) d un cancer ou d un gros polype du côlon ou du rectum? OUI NON Avez-vous un ou des parents proches (frères,

Plus en détail

2 JOURS D ENDOSCOPIE EN FRANCE

2 JOURS D ENDOSCOPIE EN FRANCE 2 JOURS D ENDOSCOPIE EN FRANCE RESULTATS DE L ENQUÊTE 2008 Données Public / Privé Réalisée par le Conseil d Administration de la SFED : Dr JM.CANARD - Dr C. BOUSTIERE - Professeur R. LAUGIER -, et les

Plus en détail

Fiche mémo cancer colorectal (CCR)

Fiche mémo cancer colorectal (CCR) Fiche mémo Cancer colorectal : modalités de dépistage et de prévention chez les sujets à risque élevé et très élevé Mai 2017 Le cancer colorectal (CCR) est une tumeur maligne du côlon ou du rectum. Il

Plus en détail