L effet richesse en France et aux États-Unis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L effet richesse en France et aux États-Unis"

Transcription

1 L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre 2000 e ocobre 2001, l indice boursier américain Dow Jones a perdu environ 10% e l indice parisien CAC 40 a reculé de quelque 30%. Doi-on craindre que les moins-values qui en résulen ne freinen la consommaion des ménages dans les deux pays? Un ne effe richesse ransparaî du comporemen de consommaion des ménages américains duran la seconde moiié des années 1990, la fore valorisaion des acifs boursiers les aurai inciés à réduire leur aux d épargne. En France, l effe richesse mis en évidence es neemen plus faible. Ainsi, l éclaemen de la bulle financière aux Éas-Unis, survenu à la mi-2000, risque de peser de manière significaive sur la consommaion des ménages américains, andis que la consommaion des ménages français semble êre plus à l abri. Des comporemens de consommaion différens de par e d aure de l Alanique Au cours de la seconde parie des années 1990, la consommaion des ménages a conribué à haueur de 8,3 poins à la croissance de l acivié économique en France, conre 15,8 poins aux Éas-Unis. Deux phénomènes permeen d expliquer cee différence de dynamisme de la consommaion. D une par, le revenu des ménages américains a éé plus dynamique que celui des ménages français : le premier a progressé de 20% en ermes réels sur la période, conre 14% pour le second. D aure par, la propension à consommer ce revenu es différene : la consommaion américaine a parallèlemen progressé de 27%, conre seulemen 13% en France. L origine du plus grand dynamisme du revenu des ménages américains es assez bien idenifiée : elle ien à la fois à des gains de producivié supérieurs aux Éas-Unis à ceux enregisrés en France pendan la seconde moiié des années 1990 e à une croissance endancielle de la populaion acive américaine plus élevée. En revanche, la plus grande propension des ménages américains à consommer leur revenu par rappor aux ménages français sur la période récene es plus délicae à comprendre. Ce dossier s efforce de monrer que l esseniel de ce phénomène peu s expliquer par les différences de srucure e d évoluion de leur parimoine. La baisse sensible du aux d épargne des ménages américains La nee différence de propension à consommer leur revenu sur la période récene des ménages américains par comparaison aux ménages français se radui par une divergence d évoluion des aux d épargne : alors que ceux-ci se siuaien à des niveaux proches au débu des années 1990, le aux d épargne des ménages américains a depuis rès foremen baissé, andis que celui des ménages français demeurai relaivemen sable (1). La héorie du revenu permanen fai dépendre la consommaion non seulemen du revenu couran, mais aussi des revenus fuurs anicipés par les ménages. En pariculier, cee héorie rend compe de la en- (1) Bien que les compabiliés naionales diffèren dans les deux pays, cee comparaison s appuie sur une définiion aussi harmonisée que possible du aux d épargne. Dans les deux cas, la noion de revenu reenue es celle de revenu ajusé, qui inclu l ensemble du revenu disponible bru, plus les consommaions individualisables des adminisraions publiques (c es-à-dire les ransfers publics liés au remboursemen de ceraines dépenses de consommaion, comme les médicamens). Une aure difficulé, que nous ne raions pas ici, provien des imporanes différences de sysème de reraie. Aux Éas-Unis, les coisaions reraie prennen la forme d accumulaion d acifs financiers (au ravers de fonds de pension, ou de plans d épargne individualisés). Les «appors nes» (c es à dire la différence enre les coisaions e les presaions) y son donc considérés comme de l épargne. En France, ces «appors nes» viennen simplemen ampuer le revenu, e ne son donc pas considérés comme de l épargne. Touefois, le sysème par répariion qui prévau en France fai que les ménages coisen dans leur ensemble à peine plus qu ils ne reçoiven sous forme de presaions. Aussi un changemen de mode de compabilisaion plus conforme à la méhodologie américaine modifierai-il peu le niveau du aux d épargne français. Décembre

2 Ces rois mécanismes conduisen au même effe : les ménages, en prenan ace des évoluions de leur richesse, augmeneron leur consommaion ; c es la manifesaion de ce que l on appelle «l effe richesse». dance de la consommaion à lisser les variaions conjoncurelles e emporaires des revenus d acivié. De fai, on observe généralemen une plus grande propension à épargner en phase de croissance qu en phase de ralenissemen. Cependan, ce premier élémen ne perme pas de comprendre la endance baissière prononcée du aux d épargne américain depuis 1993, car il ne peu rendre compe que de mouvemens cycliques du aux d épargne auour d une moyenne de long erme sable. Touefois, la héorie du revenu permanen condui à enir compe, en plus du profil anicipé des revenus d acivié, de celui des revenus du parimoine. Les ménages s enrichissen égalemen lorsqu ils enregisren des plus-values sur le capial qu ils on accumulé grâce à leur effor d épargne passé : ces plus-values ne fon que raduire une révision à la hausse des revenus fuurs qu ils peuven espérer irer de leur acif (la hausse de prix d une acion radui un accroissemen des dividendes anicipés, la hausse de la valeur d un bien immobilier perme au propriéaire bailleur d escomper un accroissemen du monan du loyer qu il pourra demander). Dans les deux cas, les ménages peuven souhaier consommer immédiaemen une parie de ce enrichissemen : soi ils revenden les acifs qui se son appréciés (acions, logemens), en épargnen une parie e consommen le rese, soi ils s endeen auprès d un éablissemen de crédi, en esiman que leurs revenus fuurs addiionnels accroissen leur capacié de remboursemen, ou bien encore ils épargnen moins. Les ménages américains déiennen un parimoine plus imporan que les ménages français Commençons par analyser l imporance comparée des parimoines. Tou d abord, les ménages américains son plus «riches» que les ménages français. Sur la période , la valeur du parimoine des ménages (enendu comme leur acif bru) (2) correspond en moyenne à 2,2 fois leur revenu en France, conre 5,4 fois aux Éas-Unis. En oure, ce écar n es pas consan au cours des ving dernières années. Il s es accru sensiblemen depuis le milieu des années 1990, passan d une moyenne de 2,6 fois le revenu disponible sur la période à 3,3 fois sur (2) Les parimoines son évalués au ravers de l acif bru, c es à dire sans enir compe de l endeemen. Nous reviendrons plus bas sur ce poin. ENCADRÉ 1 : VALORISATION DU PATRIMOINE DES MÉNAGES FRANÇAIS La comparaison ici effecuée, si elle fourni des ordres de grandeurs fiables, demeure ouefois sujee à cauion pour ce qui es du chiffrage précis. En effe, les méhodes d évaluaion des acifs diffèren enre les deux pays sur cerains poins. En France, les acifs non financiers corporels son enregisrés à leur valeur nee (on dédui du coû hisorique une consommaion de capial fixe censée représener la dépréciaion au fil du emps). Les logemens son réévalués chaque année en foncion de l indice du coû de la consrucion, andis que les plus-values sur logemens son affecées aux errains sous-jacens. Les acifs financiers son enregisrés à leur valeur de marché. Les acions non coées, qui représenen, en moyenne sur la période , 86% de l ensemble des acions e aures paricipaions direcemen déenues par les ménages français, son valorisées en appliquan aux fonds propres des enreprises émerices un coefficien calculé sur les acions coées. Aux Éas-Unis, les acions des sociéés coées e celles des sociéés non coées ne son pas renseignées séparémen par la Federal Reserve (qui produi le ableau des opéraions financières). En ce qui concerne la valorisaion des acions non coées, les compables naionaux exploien les déclaraions d impôs sur le revenu e uilisen les dividendes versés. Puis, ils muliplien les dividendes par le raio capialisaion boursière/dividende des enreprises coées.n 31 Noe de conjoncure

3 d expliquer une parie de l écar moyen de raio «Acif/Revenu» de 3,2 fois le revenu sur la période. C es aussi au cours de cee période que les plus-values enregisrées on éé comparaivemen plus élevées oure-alanique. Sur les ménages américains on enregisré des plus-values correspondan au oal à 2,2 années de revenu, conre 1,1 années en France. Si l on ien compe de la baisse des prix de l immobilier en Europe au débu des années 1990, on consae un écar encore plus imporan, puisque les ménages américains on enregisré, en cumulé sur l ensemble de la décennie 1990, l équivalen de 2,7 fois leur revenu disponible annuel en plus-values (soi près de 3 ans de revenu), conre 0,6 en France. TABLEAU 1 : PLUS-VALUES ET MOINS-VALUES À L ACTIF DES MÉNAGES en % du revenu disponible bru ajusé Ce écar pourrai raduire, au moins en parie, le fai que le sysème de reraie par capialisaion es beaucoup plus développé aux Éas-Unis. En France, les coisaions reraies donnen droi à des créances sur l économie fuure ; ouefois à la différence des Éas-Unis, ces créances ne son pas maérialisées par des acifs financiers e n apparaissen donc pas dans le parimoine. Pour remédier Cumul Cumul France Éas-Unis France Éas-Unis Immeubles Acions e ires d OPCVM don acions Fonds de pensions e assurance vie* Toal *En france, les fonds de pensions son quasimen inexisans, si bien que les drois à reraie fuure ne son pas inscris dans l acif des ménages français. sources : INSEE e Banque de France / Bureau of Economic Analysis à ce problème, quelques éudes (voir par exemple Vernières, 1997) on calculé ce que serai le raio «Acif/Revenu» des français si leur épargne éai effecivemen capialisée. Les esimaions dépenden beaucoup des hypohèses, mais elles l éablissen en moyenne à 3 conre environ 0,9 aux Éas-Unis (qui possèden aussi des sysèmes de reraie par répariion). Ce écar, de 2 fois le revenu, perme Une grande parie de ce écar pourrai enir au fai que les ménages américains peuven réaliser des plus-values sur leur épargne reraie, ce que le sysème français par répariion ne perme pas. En effe, au cours de la période récene, la moiié de l écar global de plus-values es due aux plus-values réalisées sur les fonds de pension e assurances-vie, c es à dire une épargne desinée à la reraie. Le rese provien à pars égales de plus fores hausses de prix des valeurs mobilières (ires direcemen déenus e ires d OPCVM) e du logemen aux Éas-Unis. Les plus-values immobilières expliquen ici moins d un quar de la différence enre les deux pays, car les plus-values financières son calculées sur l ensemble des acifs financiers, e pas seulemen les ires coés en bourse. Rese à déerminer dans quelle mesure les ménages son enclins à uiliser ces accroissemens de richesse pour consommer davanage. Décembre

4 ENCADRÉ 2 : PLUS-VALUES ET CONSOMMATION DES MÉNAGES Les plus-values (resp. moins-values) mesuren l augmenaion (resp. diminuion) de l encours d un élémen de parimoine en foncion de l évoluion de sa valeur de marché (un encours évolue par ailleurs sous l effe des flux d acha e vene, ainsi que de l amorissemen inscri pour cerains biens). La compabilié naionale évalue les plus e moins-values de manière globale, qu elles soien réalisées si l élémen es sori du parimoine de l agen ou seulemen laenes c es-à-dire poenielles. Les plus-values e moins-values que les ménages enregisren à l acif de leur compe de parimoine ne consiuen pas un revenu au sens de la compabilié naionale. Touefois, aux côés des flux de revenu recensés par la compabilié naionale (salaires, inérês nes reçus ), elles peuven influer sur la consommaion des ménages. En effe : l l les plus-values réalisées son une ressource pour les ménages, que ceux-ci choisissen soi d épargner par le biais d un réinvesissemen soi de consommer (inversemen, dans le cas de moins-values, les ménages peuven soi reconsiuer la valeur de leur parimoine en épargnan, soi enériner la conracion de leur parimoine dans ce cas, ils n ampuen pas leur consommaion) ; les plus-values laenes viennen augmener le parimoine des ménages ; soi les ménages considèren que ce accroissemen de richesse leur perme de consommer davanage soi, compe enu du caracère aléaoire e réversible des plus-values, ils n en iennen pas compe. n Les ménages américains déiennen plus de valeurs mobilières L écar relaif enre France e Éas-Unis es, on le voi, moins imporan au niveau de l ampleur des plus-values que de la aille des parimoines. Touefois, le parimoine des ménages américains es plus «liquide» que celui des ménages français, si bien que leurs plus-values son a priori plus facilemen «ransformables» en consommaion courane. En effe, les ménages français possèden une fracion beaucoup plus imporane de leur parimoine sous forme de biens immobiliers (près de 50% sur la période récene), andis que le parimoine des ménages américains es consiué pour une bien plus grande par de parimoine financier (environ les rois quars). Au cours de la période récene, la richesse immobilière éai comparable en France (1,4 fois le revenu) e aux Éas-Unis (1,6 fois le revenu). En revanche, les acifs financiers représenaien 1,6 fois le revenu en France, conre 4,6 fois oure-alanique, ce qui pourrai, ici encore, raduire les différences de sysème de reraie, l épargne reraie éan pour l esseniel consiuée d acifs financiers. TABLEAU 2 : STRUCTURE DE L ACTIF DES MÉNAGES FRANÇAIS ET AMÉRICAINS en poins de RDB ajusé Au cours des deux dernières décennies, la srucure du parimoine des ménages français a quelque peu convergé vers la srucure américaine. Enre la période e la période , la par des acifs financiers dans le parimoine des ménages a davanage progressé en France qu aux Éas-Unis. Elle es en effe passée de 40% à 55% de l acif bru en France, de 65% à 75% aux Éas-Unis. Les deux iers de l écar du parimoine financier proviennen des poses les plus liquides. En moyenne sur , les ménages déenaien direcemen des acions e des obligaions, ainsi que des pars de fonds communs de placemen (OPCVM), à haueur de Moyenne Moyenne France Éas-Unis France Éas-Unis Acifs non financiers Acifs financiers don : Dépôs Tires hors acions Acions e OPCVM don : Acions OPCVM Reraie e assurance vie Aures Noe :En france comme aux US, la noion de revenu disponible reenue ajusé, qui inclu les ransfers individualisables. sources : INSEE, BEA, Federal Reserve e Banque de France. 0,7 fois leur revenu en France, conre 2,5 fois oure-alanique. Ce ype d épargne es liquide, au sens où il es relaivemen peu coûeux de l uiliser pour faire face à des dépenses imprévues ou des achas imporans. Le iers resan de l écar de parimoine financier es consiué par des valeurs mobilières déenues à ravers les coisaions reraie e l assurance-vie. Ces placemens son a priori moins liquides, car le rerai du capial es soi rès difficile (fonds de pension), soi rès pénalisé (assurance-vie). Il n en rese pas moins que la richesse liée à la déenion de ces acifs es direcemen liée à celle des acions e obligaions. Ainsi, aux Éas-Unis, les 33 Noe de conjoncure

5 TABLEAU 3 : DÉTENTION D ACTIONS PAR SECTEUR INSTITUTIONNEL en% du oal non déenu par des sociéés non financières acions consiuaien en 2000 environ 30% de l acif des fonds de pension, le rese éan pour l esseniel composé d obligaions. Dans ces condiions, les plus-values réalisées sur ce pose peuven-elles ou de même êre ransformées en consommaion courane? Oui, car on assise à la monée en charge, depuis une vingaine d années, de plans de reraie dis à «coisaions définies», qui remplacen progressivemen les plans dis à «presaions définies». A la différence des seconds, qui garanissaien les presaions, les premiers individualisen les revenus du capial, en indexan oalemen les presaions sur le rendemen du Moyenne France Éas-Unis Rese du monde 28,7 8,2 Ea e APUs 6,2 0,6 Banques e aures insiuions monéaires 13,0 2,2 Fonds communs de placemen 6,9 17,7 Compagnies d assurance e fonds de pension 10,5 25,8 Ménages 34,6 45,6 Sources : Federal Reserve e Banque de France. capial accumulé. Ainsi, les plans à «coisaions définies» versen davanage de presaions lorsque le cours des acions mone. De plus, ce effe es renforcé par le fai que l épargne reraie peu êre réduie lorsque la bourse mone, car les employés peuven aussi conribuer à ces plans (3). En effe, une grande parie des nouveaux plans auorisen e encouragen (4) les «conribuions volonaires». Cee mesure a pour effe de faire flucuer une parie de l épargne reraie, car les employés peuven réduire leurs coisaions -qui son compabilisées dans l épargnelorsqu ils réalisen des plus values boursières. La nee prépondérance des valeurs mobilières dans le parimoine des ménages américains reflèe en parie la différence de sysème de reraie (besoin d accumuler les acifs financiers aux Éas-Unis), mais peu-êre aussi la différence de foncionnemen du marché du crédi aux enreprises. Oure-Alanique, les enreprises recouren davanage à l émission d acions e d obligaions pour financer l invesissemen. En conreparie, elles s appuien moins sur les crédis bancaires e fournisseur (cf. encadré 2). Un roisième ype d explicaion ien au fai que les acions des sociéés françaises son davanage déenues par les banques, l Ea e les non-résidens, e moins déenues direcemen par les ménages eux-mêmes. L imporance des non-résidens résule sans doue de (3) Les coisaions employées fon parie de l épargne des ménages, alors que les coisaions employeurs n y son pas compabilisées. (4) L encouragemen provien d une disposiion fiscale : pour les plans dis «401k» les coisaions volonaires des employés ne son pas sujees à l impô sur le revenu. ENCADRÉ 3 : DIFFÉRENCES DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES FRANÇAISES ET AMÉRICAINES Les sociéés non financières américaines son plus enclines que les sociéés françaises à se financer sur le marché obligaaire : les obligaions on consiué, sur les six dernières années, 12% du passif aux Éas-Unis (e près d un iers de l endeemen), conre seulemen 6% en France (12% de leur endeemen). De manière plus générale, sur la période récene, les enreprises américaines on davanage eu recours au financemen par ires (acions e obligaions), puisque celui-ci oalisai 69% de leur bilan, conre 59% en France. Bien que la endance soi à la irisaion du bilan des deux côés de l Alanique, l écar enre les deux pays ne s es que rès peu résorbé depuis ving-cinq ans. Ainsi, le fai que l invesissemen des enreprises soi davanage financé par le crédi (fournisseur, bancaire e iner-enreprise) en France qu aux Éas-Unis pourrai expliquer pour parie la par relaivemen faible des valeurs mobilières dans le parimoine des ménages français. TABLEAU 4 : STRUCTURE DU PASSIF DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES FRANÇAISES ET AMÉRICAINES en % du passif Moyenne Moyenne France Éas-Unis France Éas-Unis Acions Dees Tires hors acions don obligaions Crédis don bancaires Aures compes à payer don crédi commerciaux Noe : Les acions son valorisées au prix du marché ; elles consiuen donc une mesure approximaive des fonds propres. sources : Banque de France e Federal Reserve. En oure, l offre d obligaions es encore renforcée aux Éas-Unis par le fai que les colleciviés locales se financen souven direcemen sur le marché obligaaire (aux Éas-Unis, près d un quar des obligaions déenues par les ménages son émises par des colleciviés locales). n Décembre

6 l ouverure inernaionale de la finance française à parir du milieu des années Par ailleurs, la déenion direce d acions par les banques es rès conrôlée e limiée oure-alanique depuis les années Enfin, malgré le mouvemen de privaisaion engagé en France depuis le milieu des années 1980, la par d acions déenue par les adminisraions publiques demeure non négligeable, au conraire de la siuaion américaine. Les ménages américains s endeen plus facilemen Plus riches, les ménages américains recouren égalemen plus facilemen à l endeemen que les ménages français, si bien que les plus-values laenes son plus à même d alimener la consommaion courane. Comme l illusre le graphique, le raio «crédi aux ménages (crédi à la consommaion e crédi au logemen)/acif oal» des Américains es srucurellemen plus élevé que celui des Français. En moyenne sur la période , il s es éabli aux alenours de 16% de leur acif oal, conre seulemen 8% en France. L approche quaniaive confirme un «effe richesse» moins imporan en France L approche héorique suggère que l évoluion de la consommaion des ménages es d abord foncion de celle de leur revenu e de leur parimoine. Cee relaion a éé esimée sur données américaines e françaises, afin d évaluer quaniaivemen l impac respecif des variaions du revenu disponible bru (augmenaion de la masse salariale, baisses d impôs par exemple) e de celles de la richesse (accumulaion d acifs, plus-values boursières ou immobilières). Ce ravail économérique perme en oure d évaluer la viesse de ransmission de ces variaions aux flucuaions de cour erme de la consommaion. La valorisaion de la richesse des ménages américains a favorisé leur consommaion Pour les Éas-Unis, cee relaion a éé esimée sur la période Les résulas meen en évidence un rôle significaif e imporan de la richesse sur la consommaion (5) (cf. encadré 4). Elle indique que 1$ de richesse supplémenaire se radui par 4 cens de consommaion des ménages en plus (6). Enre 1993 e 2000, le aux d épargne des ménages américains s es rédui de 8 à 1% de leur revenu couran. Or, les hausses de la richesse e du revenu son de 62% e de 23% en valeur sur la même période. L esimaion suggère donc que la progression de la richesse pouvai jusifier cee baisse de l ordre de 7 poins du aux d épargne (7). La baisse du aux d épargne américain apparaî donc hisoriquemen cohérene avec l imporan enrichissemen des ménages américains au cours de la seconde moiié des années Néanmoins, dans le cour erme, la consommaion peu ne pas se conformer à la relaion de long erme que nous venons de décrire, e ce pour plusieurs raisons. Premièremen, une hausse ransioire du chômage peu amener les ménages à épargner davanage (épargne de précauion). Deuxièmemen, une monée de l inflaion diminue la valeur des disponibiliés (dépôs L une des raisons principales es que le marché du crédi aux ménages foncionne plus efficacemen aux Éas-Unis (au sens où les ménages américains son moins raionnés à niveau de richesse équivalen). Malgré son illiquidié relaive, la richesse immobilière peu en effe facilemen servir de garanie pour l obenion de crédi à la consommaion (selon un ype de prê appelé equiy wihdrawal, égalemen rès couran au Royaume-Uni). En France, la procédure d emprun hypohécaire, plus coûeuse, es seulemen uilisée dans le cadre de crédis immobiliers. Enfin, l endeemen cour -par care de crédi- es beaucoup plus développé aux Éas-Unis qu en France. (5) Le revenu, la consommaion e la richesse son des variables inégrées d ordre 1. Les équaions de long erme on ainsi éé esimées en corrigean les résidus par la méhode de Sock e Wason (1993). La somme des élasiciés de long erme de la consommaion au revenu e à la richesse es supposée égale à 1 afin d assurer la sabilié de l équaion sur un senier de croissance équilibré. Une élasicié oale non uniaire indiquerai une endance croissane ou décroissane du aux d épargne. (6) Ce ordre de grandeur es comparable à celui uilisé par la Réserve Fédérale dans ses ravaux de projecions de moyen erme. (7) D après l équaion de long erme esimée, les hausses de richesse e de revenu se raduisen par une baisse du aux d épargne de : 0,23*ln(1,62/1,23)=6,3 poins 35 Noe de conjoncure

7 à vue, pore-monnaie). Un désir de reconsiuer ces encaisses peu les conduire à épargner davanage en période d inflaion (effe d encaisse réelle) (8). Troisièmemen, une baisse des aux d inérê réels vien réduire les charges d inérês des ménages endeés à aux variable e encourage la souscripion à des crédis à la consommaion, mais diminue égalemen les revenus de leur parimoine. Une baisse des aux d inérê réels a donc un effe a priori ambigu sur la consommaion. Soulignons ouefois que ces effes n on pas d impac durable sur le aux de croissance de la consommaion : c es pourquoi ils n apparaissen que dans la dynamique die de cour erme (cf encadré 4). En ce qui concerne la dynamique de cour erme esimée, les variaions du revenu couran paraissen avoir un impac immédia sur l évoluion de la consommaion des ménages. Une hausse de 1% du revenu se radui en effe par une hausse immédiae de 0,3% de la consommaion. L épargne de précauion es égalemen un phénomène imporan. Ainsi, un accroissemen de4à5%duaux de chômage viendrai réduire la consommaion de 1%. En revanche, on noera l effe reardé mais marginal du aux d inérê réel. Touefois, les mouvemens de aux d inérê affecen égalemen les déerminans de long erme, à ravers les flux de revenus du capial mais aussi la réévaluaion des acifs qui peuven accompagner une décision de poliique monéaire. Ainsi, l impac réel des aux d inérê sur la consommaion américaine es sans doue beaucoup plus imporan que le seul effe de cour erme direcemen mis en évidence par l équaion, car il ransie par l effe de richesse. Le graphique ci-dessous rerace la conribuion des différens déerminans de la consommaion américaine sur les douze dernières années. La hausse de la richesse des ménages dès 1995 s es raduie par une accéléraion de la consommaion légèremen reardée, mais quaniaivemen imporane à parir de Depuis, elle a conribué à haueur de 1,5 poins par an à la croissance de la consommaion, une conribuion légèremen inférieure à celle du revenu couran disponible. La hausse de la bourse, ainsi que celle des prix du logemen aux Éas-Unis enre 1996 e 2000, on donc conribué rès largemen à la hausse de la consommaion des ménages américains sur cee période. Les comporemens (8) Ce effe héorique n es cependan pas significaif dans les équaions de consommaion esimées. ENCADRÉ 4 : ÉQUATION DE CONSOMMATION AUX ÉTATS-UNIS La relaion es esimée à parir de données rimesrielles de la consommaion des ménages, du revenu disponible bru (source : Bureau of Economic Analysis) e de la richesse des ménages (source : Federal Reserve). Le revenu e la richesse son converis en dollars consans en uilisan l indice des prix de la consommaion (source : Bureau of Economic Analysis). Ces données son disponibles sur la période L équaion de long erme pour les Éas-Unis obenue es donnée par : ln( c ) = 077, ln( y ) + 023, ln( w 1) + Ce où c indique la consommaion des ménages, y le revenu disponible bru e w la richesse nee des ménages. La relaion précédene peu êre réécrie de la manière suivane, en noan s le aux d épargne des ménages : ln( l s ) = 023, ln( w 1) 023, ln( y ) + Ce s + 023, ln( y w 1 ) La dynamique de cour erme de la consommaion es esimée en exploian les séries de aux de chômage publiées par le Bureau of Labor Saisics, e les séries de aux d inérê au jour le jour de la Federal Reserve : ln( c ) = 003, 008,. EC + 007, ln( w ) 1 1 ( 231, ) ( 266, ) ( 327, ) ( 632, ) ( 553, ) ( 295, ) ( 305, ) + 0, 30 ln( y ) 0, 05 ln u 0, 001 r, ln( c ) 2 oùu es le aux de chômage,r es le aux d inérê réel (1) e où EC représene l écar à la cible de long erme : EC = ln( c ) 077, ln( y ) + 023, ln( w 1) + Ce n [ ] (1) The daily effecive federal funds rae, somme pondérée de aux à long erme praiqués par les couriers de New-York, el que calculé quoidiennemen par la Fed. Ce aux es uilisé par la plupar des éudes américaines de la consommaion. Décembre

8 e la mi Ce chiffre es imporan au regard des baisses d impôs déjà consenies par l adminisraion Bush à l éé (0,6 poin de revenu) e celles en cours de discussion au Congrès (ces mesures ne pourraien dépasser 1,2 poins de revenu). Au oal, le revenu, souenu par une polémique budgéaire expansionnise, élèverai la consommaion de 2,6 poins enre la mi-2001 e la mi-2002 d épargne de précauion son concenrés auour de la récession de La sabilié du chômage à des niveaux faibles pendan les années explique sa conribuion nulle sur cee période. Enfin, le aux d inérê réel a une conribuion faible à la croissance, conribuion qui indique une poliique de baisse des aux pendan les périodes de récession e de hausse des aux en période d expansion. En 2002, accenuaion du ralenissemen de la consommaion aendu aux Éas-Unis On uilise l équaion de l encadré 4 pour réaliser une projecion de la consommaion des ménages américains à l horizon du deuxième rimesre de 2002, en gelan à leur valeur de novembre les indices boursiers, la valeur des acifs immobiliers e les aux direceurs de la Fed. On reien une progression endancielle de 0,8% en glissemen annuel de l indice de prix à la consommaion e une poursuie de la hausse du aux de chômage ; celui-ci s élèverai à 6,4% de la populaion acive au deuxième rimesre de Enfin, après les baisses d impôs don on bénéficié les ménages au roisième rimesre de 2001 (40 milliards de dollars, soi 0,6 poin de revenu disponible bru annuel sous forme de chèques), on inègre dans leur revenu disponible de nouveaux allégemens, probables mais non encore voés, pour un monan équivalen à un poin de RDB annuel, éalés sur l année fiscale Au cours de la période s éendan du roisième rimesre de 2001 au deuxième rimesre de 2002, la consommaion des ménages américains progresserai en moyenne de 0,5% par rimesre, ce qui correspond à une remonée du aux d épargne de 2 poins enre le deuxième rimesre de 2001 e le deuxième rimesre de 2002, alors qu il s éai replié de 1 poin au cours des quare précédens rimesres. L effe richesse, qui aurai conribué à la consommaion à haueur de 0,4 poin de croissance rimesrielle en 1999 e 2000, ne simulerai plus sa croissance. Touefois, il ne pèserai pas significaivemen sur la consommaion. Au premier semesre de 2001, la baisse de la bourse enregisrée en 2000 a éé en parie amorie par la bonne enue du marché immobilier, e n a rédui la consommaion que de 0,1 poin. En dépi de la nouvelle correcion boursière survenue à l éé, l effe richesse ne viendrai pas réduire la consommaion jusqu à la mi En fai, l enseignemen imporan de cee esimaion es l imporance de l épargne de précauion. Ean données nos hypohèses de nee remonée du chômage d ici à la mi-2002, l épargne de précauion viendrai réduire la consommaion de 2 poins enre la mi-2001 La consommaion des Français a esseniellemen éé souenue par la hausse de leurs revenus Les esimaions pour la France on éé menées sur des données rimesrielles couvran la période Elles suggèren qu il n exise pas de relaion de long erme sable enre la consommaion, le revenu e la richesse des ménages lorsque l on suppose l élasicié de la consommaion à la richesse consane (9). Cependan, dans la mesure où la srucure des acifs des ménages a sensiblemen évolué au cours des deux dernières décennies, il es légiime de supposer que cee élasicié a pu se déformer légèremen au cours du emps. Une modélisaion auorisan cee évoluion fai apparaîre un effe significaif de la richesse sur la consommaion des ménages (cf. encadré 5). L élasicié de la consommaion à la richesse à long erme es esimée en moyenne à 7,5% pour la période éudiée (conre 23% aux Éas-Unis). Ainsi, un accroisse- (9) Comme pour les Éas-Unis, le revenu, la consommaion e la richesse son des variables inégrées d ordre 1. L esimaion de l équaion de long erme incluan la richesse des ménages me en évidence la non-significaivié de l élasicié de la consommaion à la richesse lorsque celle-ci es considérée comme consane. Les ess de coinégraion (méhode de Shin 1994) monren en oure que sous la conraine d élasicié oale uniaire e d élasicié de la richesse à la consommaion consane, la consommaion, le revenu e la richesse ne son pas coinégrés. 37 Noe de conjoncure

9 ENCADRÉ 5 : ÉTUDE DE LA RELATION DE LONG TERME POUR LA FRANCE En supposan que les comporemens moyens des ménages peuven se déformer au cours du emps (du fai par exemple de l ouverure insiuionnelle de cerains marchés ou par des effes de composiion du parimoine des ménages non modélisés à ce sade de l analyse), les coefficiens de l équaion de long erme son auorisés à varier légèremen dans la modélisaion reenue (Park e Hahn, 1999). La relaion de long erme esimée prend donc la forme suivane : ln( c ) = ( l α )ln( y ) + α ln( w 1) + Ce avecα la valeur de l élasicié de la consommaion à la richesse à la dae. L élasicié de la consommaion à la richesse es oujours significaivemen différene de 0 au cours de la période éudiée. Un es de consance des coefficiens a éé effecué : il s agi de eser si la différence enre les coefficiens esimés à différenes périodes es non significaive. Les résulas de ce es conduisen à rejeer l hypohèse de consance de l élasicié de la consommaion à la richesse. n men de la richesse des ménages français de 1 euro enraîne ainsi une hausse de leurs dépenses de consommaion de 1,6 cen d euro à long erme, conre 4 cens d euro si les ménages français se comporaien comme les Américains. L influence de la richesse a éé la plus significaive, non au cours de la période récene, mais dans la seconde moiié des années 1980 (élasicié de 8,5% conre 6,5% en fin de période) qui correspond à la période de libéralisaion du sysème financier en France e de fore croissance des prix de l immobilier. Touefois, l effe richesse es bien plus faible en France qu aux Éas-Unis. Le revenu disponible rese à long erme le faceur prépondéran dans la déerminaion de la consommaion des ménages français. L esimaion de la dynamique de cour erme indique que le coefficien d ajusemen à la cible de long erme, ici de 0,24, es plus for qu aux Éas-Unis (cf. encadré 6). Ceci suggère que la consommaion réagi plus vie en France à un choc inervenan sur ses déerminans de long erme. De fai, les simulaions des équaions indiquen qu un choc sur le revenu es absorbé pour moiié par la consommaion au bou d un an pour la France, conre un an e un rimesre pour les Éas-Unis. L esseniel de la hausse de la consommaion des ménages lors des rois dernières années es dû au dynamisme de leurs revenus. Ainsi les revenus on conribué pour plus de 2 poins par an à la croissance de la consommaion en France de 1998 à La richesse semble avoir joué un rôle dans le souien à la consommaion sur cee période. Elle conribue ouefois moins que le revenu à la croissance de la consommaion (environ 0,6 poin en moyenne de 1998 à 2000). Le graphique ci-conre présene une décomposiion des conribuions à la croissance de la consommaion des différens déerminans considérés. On peu remarquer que la par inexpliquée es assez imporane en Ceci peu êre lié à deux phénomènes qui illusren les limies de l exercice. D une par, l équaion n inègre ni les aux d inérê ni les d effes d encaisses réelles dans la mesure où ceux-ci n apparaissen pas saisiquemen significaifs. Néanmoins, en 2000, l accéléraion des prix a pu affecer les choix de consommaion. D aure par, la hausse imporane Décembre

10 qu a connu l indice du CAC40 en 2000 indui de sensibles plus-values elles que calculées selon les convenions de la compabilié naionale. Dans la mesure où la majorié des acions déenues par les ménages ne son pas coées, cee convenion compable a pu surévaluer la plus-value réellemen perçue par les ménages. La conribuion de la baisse du chômage au souien de la consommaion es assez marquée à parir de La fore hausse de confiance des ménages raduirai sans doue le fai que les français on diminué leur épargne de précauion. L équaion de consommaion française perme de réaliser des prévisions, du quarième rimesre 2001 au deuxième rimesre Les déerminans qui inerviennen dans l équaion son en ligne avec les prévisions présenées dans cee Noe de conjoncure. Sur la période de prévision considérée, le chômage progresse ainsi graduellemen de 8,9 à 9,2. La richesse des ménages a éé désagrégée en différens poses don l évoluion dépend soi du prolongemen des endances récenes, pour l immobilier ou l endeemen par exemple, soi de l évoluion d indices financiers. Ainsi, l évoluion du CAC40 perme de consruire le parimoine en acions des ménages. Pour la période de projecion, le CAC40 a éé supposé consan à son niveau de fin novembre. En moyenne sur les rois rimesres de prévision, la conribuion du revenu à la croissance de la consommaion es de 1,1 conre 0,1 pour la richesse e -0,3 pour le chômage. Le dynamisme des revenus conribue donc à souenir foremen la consommaion. La conribuion de la richesse es beaucoup plus faible mais elle n es pas négaive. On peu remarquer que si une parie du parimoine des ménages es affecée par la conracion des acifs financiers, l impac sur l ensemble du parimoine rese mesuré. En revanche l augmenaion du chômage condui les ménages à épargner davanage devan les inceriudes liées au marché du ravail. L équaion de consommaion française es cependan plus opimise pour les rois rimesres considérés en projecion que les prévisions données dans la Noe conjoncure. Néanmoins, on peu aussi remarquer sur la période d esimaion une nee sous-évaluaion de la croissance de la consommaion au roisième rimesre de Ce écar peu êre dû aux flucuaions marquées qu on connues les impôs sur les revenus els que mesurés après dessaisonnalisaion par la compabilié naionale. L épargne financière es bien moins développée en France qu aux Éas-Unis Cee éude monre ainsi que si l on observe bien un effe richesse en France, son influence es beaucoup plus limiée qu aux Eas-Unis e on ne doi donc pas s aendre à cour erme à une réacion imporane de la consommaion à la diminuion sensible des indices boursiers (11). Les éudes anérieures avaien eu des difficulés à monrer l exisence d un effe richesse en France. Mais cee éude inclu la période récene caracérisée par une fore oscillaion de la ENCADRÉ 6 : ÉQUATION DE CONSOMMATION EN FRANCE. Les données françaises poran sur la richesse (encours de richesse immobilière, d obligaions, d acions, de produis d assurance vie, d OPCVM acions e d OPCVM monéaires) proviennen du compe de parimoine e du ableau des opéraions financières (source INSEE-Banque de France). Comme ces données ne son disponibles qu à un niveau d agrégaion annuel, il a éé nécessaire de consruire les données rimesrielles de ces séries. Les flux de ces variables on éé rimesrialisés à l aide d indices (indice boursier, aux d inérê) e d agrégas (épargne financière, épargne immobilière). Ces flux rimesriels on ensuie permis la rimesrialisaion des encours de richesse en enan compe de la valorisaion de ces derniers. Comme pour les Éas-Unis, la dynamique de cour erme a éé esimée. Elle es caracérisée par l équaion suivane : ln( c ) = 0, 003 0, 24 EC + 0, 17 ln( y ) 1 2 ( 277, ) ( 293, ) ( 167, ) 1 1 ( 215, ) ( 236, ) ( 236, ) + 006, ln( w ) 026, ln( c ) 0, 004 u oùc es la consommaion des ménages, y le revenu disponible bru,u le aux de chômage e où EC représene l écar à la cible de long erme : EC = ln( c ) ( l α )ln( y ) α ln( w 1 ) + Ce. Le coefficien d ajusemen à la cible de long erme (devanec 1 ) correspond à une force de rappel. Plus il es imporan, plus les déséquilibres de long erme son corrigés rapidemen. n (11) Touefois, il se pourrai que l effe richesse soi plus imporan à la hausse qu à la baisse (les épisodes de baisse de la richesse on éé rop peu nombreux pour permere d analyser quaniaivemen une évenuelle asymérie). En effe, si l épargne financière des ménages américains es pluô consacrée aux placemens à long erme, une baisse n es pas forcémen synonyme de vene immédiae d acifs financiers. En oure, selon des éudes récenes, les gains non reirés e issus de la valorisaion de la richesse immobilière aux Éas-Unis réduiraien l impac de la baisse de valeur des acifs financiers (Inervenion d Alan Greenspan au Senae Banking Commiee du 24 juille 2001). 39 Noe de conjoncure

11 bourse (hausse imporane de 1997 à la mi-2000, puis phase de baisse depuis). De plus, l hypohèse de modificaion des comporemens des ménages au cours du emps a éé reenue pour l équaion française. Une réducion de 1 euro (1 dollar) de la richesse des ménages s accompagne d un recul de la consommaion à long erme de quelque 1,6 cenimes d euro pour la France e de 4 cens pour les Éas-Unis. Les différences de comporemen de consommaion enre les ménages américains e français iennen au fai que les ménages américains son plus riches e consacren une par plus imporane de leur épargne aux placemens financiers e aux valeurs mobilières. En oure, l effe richesse se ransme plus efficacemen oure-alanique, du fai des spécificiés américaines du marché du crédi à la consommaion e du financemen des reraies. Enfin, cee ransmission es sans doue renforcée par la diffusion plus large de l épargne en acions parmi les ménages américains. Acuellemen, 50% des Américains possèden des acions conre seulemen 15% des Français (11). Ajouons pour finir qu en cas de BIBLIOGRAPHIE fore correcion boursière, se raduisan par un reour de la richesse à son niveau de débu 1999 (soi une baisse de 15%), l esimaion quaniaive suggère que le PIB pourrai êre ampué à haueur de 0,7 poin pour la France e 2,5 poins pour les Éas-Unis. n (11) Populaion de plus de 15 ans ; pour la France, cela correspond à 7 millions de Français (Enquêe Banque de France-Euronex, sepembre 2001). - Braun-Lemaire. I, e Gauier. A (2001), «Opinion des ménages e analyse conjoncurelle», INSEE - Noe de conjoncure Mars Case. K, Quigley.J, e Shiller. R (2001), «Comparing wealh effecs : he sock marke versus he housing marke», documen de ravail NBER N Gramlich.E (2001), «Asse prices and Moneary Policy», Inervenion à la Banque de France - Lusardi, Shinner, e Veni (2001), «Savings puzzles and savings policies in he Unied Saes», documen de ravail NBER N Park. J, e Hahn.S (1999), «Coinegraing regression wih ime waying coefficiens», Economeric Theory, vol 15 (5), pages Shin. Y (1994), «A residual based es of he null of coinegraion agains he alernaive of non inegraion», Economeric heory, vol 10, pages Sock. J, e Wason. M (1993), «A simple esimaion of coinegraing vecors in higher order inegraed sysems», Economerica, vol 61 (4), pages Vernières. L (1997), «La mesure e l inerpréaion de l équivalen parimonial des drois à la reraie», Quesions Reraies N Décembre

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable?

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable? L évoluion acuelle du crédi à l habia en rance es-elle souenable? rédéric WILHELM Direcion des Éudes e Saisiques monéaires Service des Analyses e Saisiques monéaires Le dynamisme acuel du crédi à l habia

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE NOTE D ÉTUDE ET DE RECHERCHE L IMPACT DE CHOC BOURIER UR LE CRÉDIT EN FRANCE DEPUI LE MILIEU DE ANNÉE QUATRE-VINGT-DIX John Baude epembre 25 NER - E # 12 DIRECTION GÉNÉRALE DE ÉTUDE ET DE RELATION INTERNATIONALE

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Études. Dynamique des prix des logements : quel rôle des facteurs financiers?

Études. Dynamique des prix des logements : quel rôle des facteurs financiers? Dynamique des prix des logemens : quel rôle des faceurs financiers? Les prix des logemens dans les pays indusrialisés on connu de fores flucuaions au cours des dernières décennies. En pariculier, les hausses

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Quels sont les liens entre monnaie et inflation?

Quels sont les liens entre monnaie et inflation? 6 mai 9 - N 16 Quels son les liens enre monnaie e inflaion? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceur : Sylvain Broyer Il es éviden que le risque inflaionnise par l économie es inexisan aujourd hui. Mais il se pose

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique Sabilié des prix e sraégie de poliique monéaire unique Chrisian Bordes 1 e Lauren Clerc 2 Décembre 2003 Résumé Ce aricle pore sur l objecif de sabilié des prix dans le cadre de la sraégie de poliique monéaire

Plus en détail

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005 Diagnosics Prévisions e Analyses Économiques N 75 Juin 005 Les indicaeurs de la poliique monéaire 1 L orienaion de la poliique monéaire, c es-à-dire la quesion de savoir si l environnemen monéaire souien

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005 DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamenale Décembre 005 Brigie CHANOINE Chargée de cours Déparemen Finance ICHEC Brigie.chanoine@ichec.be Drois réservés Diplôme Spécial en

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON

LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO ET SES IMPLICATIONS SUR LES MARCHES FINANCIERS: LE CAS DE LA BANQUE DU JAPON Ibrahima Soumare To cie his version: Ibrahima Soumare. LA POLITIQUE MONETAIRE A TAUX ZERO

Plus en détail

Équité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie

Équité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie Équié e redisribuion du sysème de reraie français sur le cycle de vie Version provisoire Ne pas cier Yves Dubois* e Anhony Marino* Sepembre 204 Inroducion 2 I. Indicaeurs de conribuivié e de redisribuion

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Evolution de la valeur de l'entreprise

Evolution de la valeur de l'entreprise Correcion de l exercice 4 du cours Managemen Bancaire : «Eude du modèle de Meron» I) Valeur de l enreprise Quesion : dans quel cas (pariculier) es il possible d observer la valeur de l enreprise? Si l

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail