PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu"

Transcription

1 Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu RII UMF-CSSSNL Forum de médecine familiale * Parution dans le NEJM du 20 novembre 2008 PERTINENCE DU SUJET IMPACT MAJEUR DE CETTE ÉTUDE LIGNES DIRECTRICES 2009 SUR LA DYSLIPIDÉMIE ET LA PRÉVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES MODIFIÉES «Un taux de CRP-hs > 2,0 mg/l indique un risque élevé. Le taux de CRP-hs doit être mesuré chez les hommes > 50 ans et les femmes > 60 ans présentant un risque intermédiaire selon Framingham, et dont le taux de C-LDL est < 3,5 mmol/l»* *Can J Cardiol 2009;25 [10]: MES CONFLITS D INTÉRÊTS AUCUN 1

2 CEUX DE JUPITER FINANCEMENT? CHERCHEUR PRINCIPAL: DR RIDKER DÉTENTEUR DU BREVET PROTÉINE C- h$: DR RIDKER ÉTUDE RANDOMISÉE DOUBLE INSUE CONTRE PLACEBO 1315 CENTRES (26 PAYS) Population étudiée: Canada 11% E-U 22% U.K. 16% Afrique du Sud 13% Amerique Latine 19% Europe 19% 2

3 CRITÈRES D INCLUSION Hommes de 50 ans et plus Femmes de 60 ans et plus Pas d atcd de MCAS LDL moins que 3,4 mmol/l Protéine-C HS de 2.0 mg par dl et plus TG moins que 5,6 mmol/l CRITÈRES D EXCLUSION Utilisation d une thérapie hypolipémiante Utilisation d hormonothérapie de remplacement ALT > 2x la limite supérieure normale CK > 3x la limite supérieure normale Créatinine sérique > umol/l Diabète, HTA non-contrôlée (> 190/100) Néoplasie dans les derniers 5 ans Maladies inflammatoires (PAR, MII, LUPUS, ) et Rx immunosupprimants Hypothyroïdie non-contrôlée, abus d alcool et drogues 3

4 PARTICULARITÉS DE L ÉTUDE Etude cessée prématurément par un comité indépendant Etude aura durée 1.8 ans plutôt que 5 ans estimés Conçue à l origine pour confirmer 520 événements primaires (393 finalement confirmés) ANALYSE STATISTIQUE Détection d une réduction de 25% du taux événements primaires Puissance: 90% Erreur alpha: 5% Méthode: Intention-to-treat RÉSULTATS TABLEAU 1: Caractéristiques des patients Assez jeunes (moyenne de 66 ans) Race blanche Syndrome métabolique 4

5 RÉSULTATS RÉSULTATS En terme de valeurs de LDL RÉSULTATS Diminution de 50% des taux de LDL En terme de protéine-c HS Diminution de 37% des valeurs de protéine-c réactive HS 5

6 RÉSULTATS Point primaire: Survenue d un 1er événement cardio-vasculaire RÉSULTATS POINT PRIMAIRE SELON CARACTERISTIQUES (p.2203) BUTS RÉELS DE L ÉTUDE: «to investigate whether treatment with rosuvastatin, 20 mg daily, as compared with placebo, would decrease the rate of first major cardiovascular events.» Pas de mention de CRP-hs 6

7 CONCLUSION: «in this randomized trial of apparently healthy men and women who did not have hyperlipidemia but did have elevated levels of high sensitivity C-reactive protein, the rates of a first major cardiovascular event and death from any cause were significantly reduced among the participants who received rosuvastatin as compared.» PAS LE BUT DE L ÉTUDE AUCUNE COMPARAISON AU NIVEAU DES INCIDENTS CARDIOVASCULAIRES D UN GROUPE PRENANT ROSUVASTATIN 20 MG AYANT UNE CRP-hs > 2 mg/l ET UN GROUPE PRENANT ROSUVASTATIN 20 MG AYANT UNE CRP-hs < 2 mg/l FACTEUR CONFONDANT? Facteurs déjà identifiés comme pouvant augmenter la protéine-c Age Tabagisme Hypertension Sédentarité Obésité 7

8 Kaptoge, S. C-Ractive Protein concentration and risk of coronary heart disease, stroke and mortality, an individual participant metaanalysis. The Lancet. December Kaptoge, S. C-Ractive Protein concentration and risk of coronary heart disease, stroke and mortality, an individual participant metaanalysis. The Lancet. December POUR CONCLUSION Résultats statistiquement significatifs et cliniquement significatifs Peu d événements adverses significatifs Applicable à notre population (pays, caractéristiques) Marqueur facilement disponible et peu coûteux 8

9 CONCLUSION CONTRE/LIMITES Financement Dr.Ridker, brevets du CRP-HS Populations à risques exclues (Db,Mx.inflam, ) Extrapolation des résultats sur les avantages à ans d utilisation de rosuvastatin (NNT: ) CONCLUSION CONTRE/LIMITES Étude arrêtée prématurément alors que conçue pour durée 5 ans Augmentation significative de la glycémie chez les utilisateurs de statines Prémisses exactes? Pas de comparaison entre un groupe < 2,0 mg/l et > 2,0 mg/l CONCLUSION CONTRE/LIMITES Propriété de la Protéine-C HS: marqueur très sensible, peu spécifique, augmente pour plusieurs raisons autres que cardiovasculaires Variation intra-individuelle, faux positifs 9

10 Questions? 10

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Justification L hypercholestérolémie est un facteur de risque

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011?

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011? Un homme de 55 ans vous consulte pour un bilan de santé. Aucune plainte. Connu pour une hypertension artérielle traitée par lisinopril et thiazide. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio-

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Pr. Philippe ZERR docteurzerr@gmail.com Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Tous droits réservés D.Rozenbaum, P.Zerr Dr David ROSENBAUM

Plus en détail

a déclaré ses liens d intérêt

a déclaré ses liens d intérêt En cas d artériopathie oblitérante des membres inférieurs asymptomatique ou de découverte de plaques à l examen échodoppler, faut-il mettre en route un traitement? Contre Pr Alessandra BURA-RIVIERE Service

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire?

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire? Cas clinique n 2 Cas clinique N 2 Anne Wojtusciszyn CCA Maladies Endocriniennes CHU Lapeyronie Monsieur P. 72 ans, artisan à la retraite, vous consulte. Il vient d être dêtre grand père et voudrait se

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016 atorvastatine calcique trihydratée TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 343 067 5 4) B/90 (CIP : 34009 371 992 1 6) TAHOR 20 mg, comprimé

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Dr Vanina Bongard Unité de Prévention de l Athérosclérose, Hôpital Rangueil Service d Epidémiologie, CHU de Toulouse

Plus en détail

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique, groups d

Plus en détail

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2005 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude FIELD : un fibrate ou une statine pour la prise en charge de la dyslipidémie des diabétiques de type 2? Le diabétique

Plus en détail

«l'essai JUPITER» Ou quand l'industrie pharmacologique veut traiter les gens sains

«l'essai JUPITER» Ou quand l'industrie pharmacologique veut traiter les gens sains LE LANN Stephen On parle beaucoup du cholestérol et des anti-cholestérols. Les polémiques grondent de plus en plus? Mais pourquoi? Dans le monde entier, des chercheurs se dresse face à la théorie du cholestérol

Plus en détail

Comment ne pas passer d un risque à une maladie : identifier et prévenir. Jean Ferrières

Comment ne pas passer d un risque à une maladie : identifier et prévenir. Jean Ferrières Comment ne pas passer d un risque à une maladie : identifier et prévenir Jean Ferrières Service de cardiologie B et INSERM UMR1027 CHU de Toulouse Conflits d intérêt Bourses de Recherche et FMC: Astra

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

VIH et tabac Le point de vue du cardiologue. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing

VIH et tabac Le point de vue du cardiologue. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing VIH et tabac Le point de vue du cardiologue O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. 59200 Sommaire Effets CV du tabac Incidence du tabagisme chez le VIH Conséquences du tabagisme

Plus en détail

Statine en prévention primaire : La nouvelle pilule miracle? Par : Guillaume Voghel, R1 Jordan Volpato, R1 UMF Cité de la Santé de Laval

Statine en prévention primaire : La nouvelle pilule miracle? Par : Guillaume Voghel, R1 Jordan Volpato, R1 UMF Cité de la Santé de Laval Statine en prévention primaire : La nouvelle pilule miracle? Par : Guillaume Voghel, R1 Jordan Volpato, R1 UMF Cité de la Santé de Laval Cas clinique Mr. N, 62 ans, consulte pour EMP Pas d antécédents,

Plus en détail

Facteurs de risque cardio- vasculaires

Facteurs de risque cardio- vasculaires Facteurs de risque cardio- vasculaires Jean C. Grégoire MD, FRCP(c), FACC, FACP, Professeur agrégé de clinique, Université de Montréal, Cardiologue, hémodynamicien, InsEtut de cardiologie de Montréal La

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 6 Forum National de l Omnipraticien Alger le 8 Avril 2010 DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 Pr. N. Ouadahi Médecine interne CHU Bab El Oued Causes of death in people with diabetes 50 40 40 Deaths (%) 30 20

Plus en détail

Objectifs. Lignes directrices 2009 pour le diagnostic et le traitement de la dyslipidémie et de la prévention de la maladie cardiovasculaire

Objectifs. Lignes directrices 2009 pour le diagnostic et le traitement de la dyslipidémie et de la prévention de la maladie cardiovasculaire Claude Lévesque MD CSSS Gatineau Objectifs Revoir les dernières recommandations canadiennes sur le traitement des dyslipémies. Risque absolu VS relatif. NNT en primaire et secondaire Lignes directrices

Plus en détail

Lecture Critique d Article (LCA): Les points clé pour le Praticien?

Lecture Critique d Article (LCA): Les points clé pour le Praticien? Lecture Critique d Article (LCA): Les points clé pour le Praticien? E. ANDRES Département de Formation Permanente (DEFOPE) Faculté de Médecine de Strasbourg U-FMC Laboratoire de Recherche en Pédagogie

Plus en détail

Les Statines sont-elles efficaces chez la personne âgée

Les Statines sont-elles efficaces chez la personne âgée Le Cœur C des SéniorsS Les Statines sont-elles efficaces chez la personne âgée Dr. François Mach, MD, Service de Cardiologie Département de MédecineM Hôpital Universitaire de Genève Francois.Mach@medecine.unige.ch

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Il existe une relation évidente et démontrée entre le niveau

Plus en détail

L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2

L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2 L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2 par Manuel Dolz Décembre 2016 Mohammedi K, et al ; ADVANCE Collaborative

Plus en détail

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement Les indices d efficacité Quantification de l effet traitement 1 Objectifs Résultats d apprentissages indices d efficacité : L étudiant doit : Comprendre la mesure quantifiée de l effet d un traitement

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

A.J. Scheen (1) Int r o d u c t i o n

A.J. Scheen (1) Int r o d u c t i o n L étude clinique du mois JUPITER : diminution par la rosuvastatine des accidents cardio-vasculaires et de la mortalité chez des sujets sains normolipémiques avec C-réactive protéine accrue A.J. Scheen

Plus en détail

51 e CONGRES DE L A.M.U.B.

51 e CONGRES DE L A.M.U.B. 51 e CONGRES DE L A.M.U.B. Traitement hypolipémiant en Gériatrie. Dr. E. SCHILS Gériatre Service de Gériatrie C.H.U. TIVOLI Session Actualités diagnostiques et thérapeutiques. Modérateurs : Drs A. FIRKET,

Plus en détail

Bande annonce ARTE Donc, 5 visiteurs sur 6 n ont visionné que la version négationniste Discours habituel du Dr De Lorgeril Le lundi 29 mars 2010 à 01:29, par Mario Desaulniers Bonjour M. de Lorgeril,

Plus en détail

Michel Krempf, Nantes

Michel Krempf, Nantes Michel Krempf, Nantes Liens d intérêts: Astra-Zeneca, Abbott, BMS, Bayer pharma, MSD, Shering-Plough, Sanofi-Aventis, Novo Nordisk, Lilly, Pierre Fabre, GSK, Takeda, Pfizer, Novartis, Roche, FICT, Danone,

Plus en détail

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Présentée par Catherine Montminy Étudiante en pharmacie de 3 e année Février 2014 Plan de la présentation Population visée par un bilan lipidique

Plus en détail

Sténose Carotidienne Le Traitement Médical

Sténose Carotidienne Le Traitement Médical Sténose Carotidienne Le Traitement Médical Jean Pierre Laroche Médecin Vasculaire CHU Montpellier / Hôpital Saint Eloi AVIGNON 4 12 2010 Que proposez vous à ce patient? Homme 67 ans HTA, Dyslipidémie traitées.

Plus en détail

Quelle est la pertinence du «drug holiday» dans le traitement de l ostéoporose avec les biphosphonates?

Quelle est la pertinence du «drug holiday» dans le traitement de l ostéoporose avec les biphosphonates? Quelle est la pertinence du «drug holiday» dans le traitement de l ostéoporose avec les biphosphonates? Par Noëlla Wai Lan Chan Résidente 1 UMF de Verdun Quelques statistiques au moins 1 sur 3 et 1 sur

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2

Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2 Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2 A.SALAH MANSOUR, K.ABERKANE, S.DAHLIZ, H.MERABET, Z.LAKABI, S.OUERDANE 21ème Congrès National

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 POURQUOI Prévalence élevée des MCV en Lorraine et notamment en Moselle est Surmortalité en Lorraine de

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Position du problème Pathologie courante Risque absolu élevé Survie de plus en plus longue Intervention

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 juillet Date de l'amm initiale : 29/07/1998 dernière modification le 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 juillet Date de l'amm initiale : 29/07/1998 dernière modification le 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 juillet 2006 XENICAL 120 mg, gélule plaquettes thermoformées de 84 gélules Code CIP : 347 809-6 ROCHE orlistat liste I Date de l'amm initiale : 29/07/1998 dernière

Plus en détail

Statin or not statin? Que dire à son patient?

Statin or not statin? Que dire à son patient? REseau de MEDecins - réunion scientifique Genève, le 6 juin 2013 Statin or not statin? Que dire à son patient? Prof. François Mach Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires de Genève Francois.Mach@hcuge.ch

Plus en détail

Athérosclérose et risque cardiovasculaire

Athérosclérose et risque cardiovasculaire Athérosclérose et risque cardiovasculaire Dr Adel Rhouati 1Epidémiologie : Athérosclérose :Principale étiologie des maladies cardio-vasculaires (MCV) - ~ 90% des SCA - ~ 50% des AVC Maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Ce document est une actualisation des recommandations de bonne pratique «Prise en charge des dyslipidémies» publiées par l Afssaps en

Plus en détail

Patients avec HTA et/ou maladie rénale chronique: traiter l hyperuricémie assympômatique?

Patients avec HTA et/ou maladie rénale chronique: traiter l hyperuricémie assympômatique? Patients avec HTA et/ou maladie rénale chronique: traiter l hyperuricémie assympômatique? Patrick Saudan Service de Néphrologie, Département des Spécialités Médicales, HUG Acide urique et système rénal

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

20/09/2010. Sd métabolique: Prise en charge. NASH: que fait l hépatologue. Autre cause de maladie hépatique? Autre cause de stéatohépatite?

20/09/2010. Sd métabolique: Prise en charge. NASH: que fait l hépatologue. Autre cause de maladie hépatique? Autre cause de stéatohépatite? Colloque MPR mercredi 15 septembre 2010 Hépathopathie stéatosique non alcoolique (NAFLD: nonalcoholic fatty liver disease) Département de médecine communautaire et de premier recours Séminaire B Dr E.

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Observation des Risques et de la Santé Cardio rdio-vasculaire au Luxembourg ORISCAV-LUX 2007-2008 2008 3 ème Conférence Nationale Santé «Vers un Plan National Santé» Marie-Lise LAIR Ala a ALKERWI 7 mai

Plus en détail

Maladie Thrombo-Embolique Veineuse et risque cardiovasculaire : analyse d une cohorte rétrospective à 1 an et à 5 ans, intérêts pour la pratique

Maladie Thrombo-Embolique Veineuse et risque cardiovasculaire : analyse d une cohorte rétrospective à 1 an et à 5 ans, intérêts pour la pratique Maladie Thrombo-Embolique Veineuse et risque cardiovasculaire : analyse d une cohorte rétrospective à 1 an et à 5 ans, intérêts pour la pratique HAMPTON Jennifer, DESC 2 MV, Université Aix Marseille Dr

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires et la mortalité

Les maladies cardiovasculaires et la mortalité Risque résiduel ou inertie clinique? Residual risk or clinical inertia? R. Roussel* * Service de diabétologie-endocrinologie et nutrition, hôpital Bichat, Paris ; université Denis-Diderot Paris- VII, Paris

Plus en détail

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions Docteur, à mon âge, faut-il encore contrôler le cholestérol? Et dois-je vraiment continuer l aspirine? Prof. Dr. med. N. Rodondi, Médecin Chef de la Policlinique Médicale Clinique Universitaire et Policlinique

Plus en détail

Fréquence cardiaque et pronostic cardiovasculaire

Fréquence cardiaque et pronostic cardiovasculaire Fréquence cardiaque et pronostic cardiovasculaire E. Schroeder 10 e Colloque à Orval Organisé par l'ecu-ucl UCL et les généralistes de la Province du Luxembourg Orval, le 1 er mai 2010 Fréquence cardiaque

Plus en détail

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Annexe II Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Le Résumé des Caractéristiques du Produit et la notice sont le résultat

Plus en détail

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 M.Sakouhi (1), L.Bendaoud (2), A.Nadji (3), F.Z.Bengoreine (3). B.Boumesjed (4) (1) Service endocrinologie-diabétologie,

Plus en détail

Les statines en 2010: effets sur la réponse inflammatoire post opératoire. Emmanuel Lorne

Les statines en 2010: effets sur la réponse inflammatoire post opératoire. Emmanuel Lorne Les statines en 2010: effets sur la réponse inflammatoire post opératoire Emmanuel Lorne Objectifs pédagogiques Mieux comprendre les effets pleiotropes des statines Montrer l interêt des statines en periopératoire

Plus en détail

Taux de cholestérol chez les Canadiens, 2009 à 2011

Taux de cholestérol chez les Canadiens, 2009 à 2011 N o 82 625 X au catalogue ISSN 1920-8774 Article Feuillets d information de la santé Taux de cholestérol chez les Canadiens, 2009 à 2011 Division de la statistique de la santé Novembre 2012 Comment obtenir

Plus en détail

Les recommandations de prévention cardiovasculaire

Les recommandations de prévention cardiovasculaire MISE AU POINT Risque cardiovasculaire Histoire naturelle de la rupture de plaque Impact des lipoprotéines athérogènes sur les composants cellulaires de la paroi artérielle K. WAHBI, C. SPAULDING Service

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juin 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 24 janvier 2001 (JO du 14 janvier 2001). ELISOR 20 mg, comprimé sécable

Plus en détail

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 2008 2014 Mortalité CV:30% 29% Cas cliniques: prise en charge identique? PF, un cadre d entreprise,

Plus en détail

La microalbuminurie: quelle place pour l optimisation du traitement. Jean-Michel Halimi, Tours

La microalbuminurie: quelle place pour l optimisation du traitement. Jean-Michel Halimi, Tours La microalbuminurie: quelle place pour l optimisation du traitement antihypertenseur? Jean-Michel Halimi, Tours Montpellier, 19 juin 2008 COOPERATE : Effet sur le doublement de la créatinine ou la dialyse

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2005 ; 17, n 7 : 390 7 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.204.175

Plus en détail

IOP et risque vasculaire

IOP et risque vasculaire IOP et risque vasculaire A.Gompel Unité de Gynécologie Port Royal France anne.gompel@cch.aphp.fr Position du problème Définition des IOP: arrêt des règles avant 40 ans La plupart des études ont regardé

Plus en détail

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles D. Nibouche Risque de 1 er IDM avant l âge de 40 ans ETUDE INTERHEART Le risque le plus élevé de faire un 1er IDM avant 40 ans

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

Epidémiologie du diabète et des troubles visuels Quelle est l ampleur du problème?

Epidémiologie du diabète et des troubles visuels Quelle est l ampleur du problème? Samedi 15 octobre 2016 Prof Laurent Crenier Clinique de Diabétologie Service d Endocrinologie ULB - Hôpital Erasme (Bruxelles) Secrétaire Général Association Belge du Diabète Michael A. Brownlee Professeur

Plus en détail

Observation de Mr B. Homme de 55 ans. Bilan lipidique: Prise en charge en hémodialyse en Décembre 2012

Observation de Mr B. Homme de 55 ans. Bilan lipidique: Prise en charge en hémodialyse en Décembre 2012 Faut-il traiter les dyslipidémies des dialysés? Bruno MOULIN Service de Néphrologie - Transplantation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg CUEN DIALYSE GRESSY 7-9 Juin 2015 Observation de Mr B Homme de

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Texte des recommandations INTRODUCTION 1. Thème des recommandations La

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Laurence Kessler Service d endocrinologie, diabète et maladies métaboliques Hôpitaux universitaires Strasbourg Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 16 mai 2001 (JO du 11 octobre 2001) ASASANTINE LP 200mg/25mg, gélule

Plus en détail

Par Marie Ève Fontaine UMF Notre Dame 30 mai 2014 Superviseurs: Dr. Philippe Karasivan et Dr. Charles Pless

Par Marie Ève Fontaine UMF Notre Dame 30 mai 2014 Superviseurs: Dr. Philippe Karasivan et Dr. Charles Pless Par Marie Ève Fontaine UMF Notre Dame 30 mai 2014 Superviseurs: Dr. Philippe Karasivan et Dr. Charles Pless Description Propriétés déjà prouvées : effet antidépresseur Sécurité/risque Populaire Chez la

Plus en détail

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie Démences et dyslipidémies Epidémiologie Démences et dyslipidémies: plan Epidémiologie -Cholestérol et risque de MA: 3 -Apport de graisses et MA: 4 -HDL bas et LDL élevé et risque de MA: 4 -ApoA1 et MA:

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

La nutrition. Jean-Daniel Lalau. Service d Endocrinologie-Nutrition, CHU d Amiens

La nutrition. Jean-Daniel Lalau. Service d Endocrinologie-Nutrition, CHU d Amiens La nutrition Jean-Daniel Lalau Service d Endocrinologie-Nutrition, CHU d Amiens La nutrition dans tous ses états L obésité Les TCA L équilibre nutritionnel Anthropologie de la maladie/nutrition L obésité

Plus en détail

Annexe III Amendements à apporter aux résumés des caractéristiques du produit et aux notices

Annexe III Amendements à apporter aux résumés des caractéristiques du produit et aux notices Annexe III Amendements à apporter aux résumés des caractéristiques du produit et aux notices Note: Les présentes modifications du résumé des caractéristiques du produit et de l étiquetage sont valides

Plus en détail

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue JIFA Janvier 2016 De quoi meurent nos patients artéritiques? Etude prospective française (Royat):

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er avril 2009 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 24 février 2004 (JO du 4 mars 2004). CRESTOR 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Hypertension artérielle et diabète. Plan

Hypertension artérielle et diabète. Plan Plan I.- Qu est-ce que la pression artérielle? a) ne pas confondre avec la tension nerveuse b) Pression artérielle systolique et diastolique c) Définition de l hypertension artérielle II.- III.- IV.- V.-

Plus en détail

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU Grenoble 14es Assises du CNCHG, Paris, 2008 PAS

Plus en détail

Comment suivre l inflammation aiguë biologique? Les protéines de l inflammation Pourquoi la CRP Le concept de micro inflammation

Comment suivre l inflammation aiguë biologique? Les protéines de l inflammation Pourquoi la CRP Le concept de micro inflammation Comment suivre l inflammation aiguë biologique? Les protéines de l inflammation Pourquoi la CRP Le concept de micro inflammation Les protéines de la phase aigüe Taux plasmatique (% de variation) Jours

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

Ali Lounici et al. Université d Alger Médecine Interne, Hôpital Salim Zmirli

Ali Lounici et al. Université d Alger Médecine Interne, Hôpital Salim Zmirli Importance du diagnostic du syndrome métabolique avant la survenue du diabète Ali Lounici et al. Université d Alger Médecine Interne, Hôpital Salim Zmirli Le diabète de type 2 Une maladie évolutive, liée

Plus en détail

La Controverse sur les Statines. Jean-François RENUCCI Médecine Vasculaire Pôle Cardio Vasculaire et Thoracique Hôpital de la TIMONE - MARSEILLE

La Controverse sur les Statines. Jean-François RENUCCI Médecine Vasculaire Pôle Cardio Vasculaire et Thoracique Hôpital de la TIMONE - MARSEILLE Jean-François RENUCCI Médecine Vasculaire Pôle Cardio Vasculaire et Thoracique Hôpital de la TIMONE - MARSEILLE UN EVEN MENT! L impact des Statines : Les effets secondaires Les Statines : «Les statines

Plus en détail

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie Conséquences métaboliques de l hormonothérapie Dr Beuzeboc Institut Curie Cancer de prostate. Effets secondaires de la déprivation androgénique (ADT) Ostéoporose Modification corporelle Conséquences de

Plus en détail

Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny

Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny Comment diminuer la mortalité des diabétiques? Enseignements pour la pratique Pr. Jean Jacques Mourad, Médecine interne & HTA, Bobigny «Diabetic men and women 50y and older lived on average 7.5 & 8.2 years

Plus en détail

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE Mr D. 58 ans Caroline CHARPE ATCD Epicondylite du coude gauche Coronaropathie Diabète de type 2 Hydrocèle opérée Traitements Plavix clopidogrel Detensiel bisoprolol Tahor atorvastatine Rasilez aliskirène

Plus en détail

Groupe d Epistémologie appliquée et de Clinique Rationnelle des Hôpitaux Publics du Pays de Charleroi

Groupe d Epistémologie appliquée et de Clinique Rationnelle des Hôpitaux Publics du Pays de Charleroi Prévention et traitement de la néphropathie chez le sujet diabétique de type 2 T. RICHARD Groupe d Epistémologie appliquée et de Clinique Rationnelle des Hôpitaux Publics du Pays de Charleroi GERHPAC CHU

Plus en détail