la famille EN VALEUR Politique d inspection des services de garde illégaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "la famille EN VALEUR Politique d inspection des services de garde illégaux"

Transcription

1 la famille EN VALEUR Politique d inspection des services de garde illégaux

2 Rédaction : Direction de l accessibilité et de la qualité des services de garde, avec la collaboration du Bureau des plaintes et de l amélioration de la qualité et de la Direction de l inspection Juin 2015 ISBN : Ministère de la Famille 425, rue Saint-Amable, 4 e étage, Québec (Québec) G1R 4Z1 Téléphone sans frais : Internet : 2 1

3 TABLE DES MATIÈRES 1. Champ d application But de la politique Cadre légal Obligation de posséder un permis ou une reconnaissance Exceptions à l'obligation de posséder un permis ou une reconnaissance Affichage Principes directeurs... 5 Santé et sécurité Valeurs Confidentialité des documents recueillis Pouvoirs de l inspecteur Étapes d une inspection Assignation Préparation de l inspection L inspection Processus d inspection Avis au contrevenant Suivi des correctifs demandés Information aux parents Mesures et sanctions... 9 Refus de délivrer un permis Rôles et responsabilités Service de garde non régi Ministère de la Famille Direction de l accessibilité et de la qualité des services de garde Direction de l inspection Directions régionales Bureau des plaintes et de l amélioration de la qualité Dans ce texte, le masculin englobe les deux genres et n est utilisé que pour alléger le texte. 3

4 1. Champ d application La Politique d inspection des services de garde illégaux s adresse aux personnes qui offrent ou fournissent des services de garde sans posséder un permis ou sans être reconnues par un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial agréé par le ministre de la Famille (ministre), lorsque cela est requis en vertu de la Loi sur les services de garde éducatifs à l enfance (RLRQ, c. S-4.1.1). Elle concerne également les parents qui utilisent ces services, les inspecteurs et le personnel du ministère de la Famille (Ministère). 2. But de la politique Le Ministère veille à l application de la Loi sur les services de garde éducatifs à l enfance (Loi). La Loi prévoit notamment que toute personne qui désire offrir ou fournir des services de garde à plus de six enfants doit posséder un permis ou être reconnue par un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial et se soumettre à des exigences réglementaires et à des normes visant à favoriser le bien-être, la santé et la sécurité des enfants. Après avoir présenté le cadre légal sur lequel s appuient les interventions du Ministère, la politique établit les principes directeurs qui guident l inspection en matière de garde illégale. Elle énonce les valeurs auxquelles l inspecteur doit souscrire dans le cadre de ses fonctions. Elle décrit les pouvoirs de l inspecteur, le processus, les étapes d une inspection ainsi que les mesures et sanctions applicables aux contrevenants. Elle précise également les rôles et responsabilités des différents acteurs impliqués dans le processus de l inspection. 3. Cadre légal La Loi sur les services de garde éducatifs à l enfance constitue le cadre légal sur lequel cette politique s appuie Obligation de posséder un permis ou une reconnaissance L article 6 de la Loi précise que : «Nul ne peut, par lui-même ou par l intermédiaire d un tiers, offrir ou fournir des services de garde à plus de six enfants s il n est titulaire d un permis de centre de la petite enfance ou de garderie ou s il n est reconnu à titre de responsable d un service de garde en milieu familial par un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial agréé.» 3.2. Exceptions à l'obligation de posséder un permis ou une RECONNAISSANCE En vertu de l article 2 de la Loi, les dispositions de l article 6 ne s appliquent pas : à une personne qui offre ou fournit des services de garde organisés dans un établissement de santé ou de services sociaux, dans un établissement commercial, une foire, une exposition ou lors d un événement particulier afin d assurer la garde occasionnelle d enfants dont les parents sont sur les lieux et peuvent être joints au besoin; à une personne qui exploite un camp de jour ou de vacances; 4

5 à une commission scolaire ou à un établissement privé qui fournit un service de garde en milieu scolaire au sens de la Loi sur l instruction publique ou de la Loi sur l enseignement privé; à un organisme public ou communautaire qui, dans le cadre de sa mission, offre un soutien et un accompagnement aux familles ou qui dans le cadre d une intervention spécifique auprès de parents ou d enfants organise, à ces fins, la garde temporaire d enfants. De plus, l'article 153 de la Loi reconnaît un droit acquis à la personne «qui exploite un jardin d enfants et qui établit que le 25 octobre 2005, elle exploitait ce jardin d enfants» Affichage En vertu des articles 15 et 41 de la Loi, l usage des termes «garderie» et «centre de la petite enfance» est réservé aux seuls titulaires d un permis délivré par le ministre de la Famille. De même, l usage de l expression «bureau coordonnateur de la garde en milieu familial» est réservé aux détenteurs d un agrément accordé par le ministre. 4. Principes directeurs Le Ministère doit tout mettre en œuvre afin de contrer la garde illégale, notamment en procédant à des inspections et dans certains cas, lorsque le contexte l exige, à des enquêtes. Afin de s assurer du respect de la Loi, l inspecteur effectue une inspection dans les locaux où il a des motifs raisonnables de croire que des services de garde illégaux sont offerts. Sur place, il constate la situation et procède à la collecte d éléments lui permettant de statuer sur la légalité des services offerts. Il peut s agir de documents, ou encore de renseignements ou de déclarations obtenus par écrit ou verbalement. À partir de ces constatations, l inspecteur fait rapport aux autorités, qui statuent sur les suites à donner. Les inspections se déroulent selon une procédure rigoureuse et uniforme qui vise à faciliter la cohérence dans l identification des manquements à la Loi. Cette procédure définit les modalités du suivi à faire pour que les manquements constatés soient corrigés rapidement et de manière permanente. Indépendamment des inspections, dans les dossiers de plus grande complexité, le Ministère peut également mener une enquête. La personne qui reçoit six enfants ou moins n a pas à posséder un permis du ministre de la Famille ou une reconnaissance d un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial agréé par le ministre. Ce type de service de garde non régi n est donc pas soumis aux normes prévues dans la Loi pour les titulaires de permis ou les services de garde reconnus. Dans le contexte d une offre de service non réglementée, c est aux parents qu incombe la responsabilité d'évaluer la qualité des services qui leur sont offerts. Santé et sécurité Les situations présentant des conditions de garde susceptibles de compromettre la santé ou la sécurité des enfants commandent une procédure adaptée afin que l'intervention du Ministère soit ajustée au niveau de risque constaté. 5

6 Chaque organisme appelé à intervenir dans une situation de garde illégale le fait dans le cadre de sa juridiction propre. Ainsi, selon la nature du risque, ces situations peuvent être traitées conjointement par le Ministère et les autres instances habilitées à intervenir. Il peut s agir, par exemple, du Directeur de la protection de la jeunesse, avec lequel des collaborations régulières existent déjà pour la garde régie dans le cadre de l Entente multisectorielle relative aux enfants victimes d'abus sexuels, de mauvais traitements physiques ou d une absence de soins menaçant leur santé physique. Ces autres instances peuvent aussi être la Direction de la santé publique, le service de police, la municipalité ou encore la Régie du bâtiment du Québec. Légalement, toute personne qui, dans le cadre de ses fonctions ou autrement, est informée d une situation susceptible de compromettre la santé ou la sécurité d un enfant a l obligation de signaler cette situation au Directeur de la protection de la jeunesse. 5. Valeurs Outre les valeurs de compétence, de loyauté, d intégrité, d impartialité et de respect énoncées dans la Déclaration de valeurs de l administration publique québécoise, auxquelles doivent adhérer tous les employés de l État, les inspecteurs doivent aussi souscrire aux valeurs suivantes : la rigueur et la célérité dans l application de la procédure d inspection, dans le constat des manquements, dans la collecte de la preuve et dans le suivi des correctifs demandés; l équité et l objectivité dans l application du cadre légal et réglementaire; la transparence dans la démarche et le suivi des inspections; la responsabilisation des personnes visées par les exigences du cadre légal et réglementaire, notamment au regard de la santé et de la sécurité des enfants. 6. Confidentialité des documents recueillis Le dossier d inspection contient des renseignements généraux ainsi que des renseignements personnels recueillis lors de l inspection. Seul un membre du personnel du Ministère autorisé à cette fin ou une personne ayant légalement droit peut avoir accès aux renseignements que ce dossier contient, lorsque ces renseignements sont nécessaires à l exercice de ses fonctions. Malgré ce qui précède, tout document détenu par le Ministère est susceptible d être rendu public en vertu de la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels (RLRQ, c. A-2.1), à l exception de tout document susceptible d entraver une enquête à venir, en cours ou sujette à réouverture. L information pouvant être transmise à la suite d une demande effectuée en vertu de cette loi est déterminée par la personne responsable de son application au Ministère. 6

7 7. Pouvoirs de l inspecteur Pour attester sa qualité, l inspecteur possède un certificat signé par le ministre de la Famille. Tout inspecteur désigné par le ministre peut notamment : pénétrer à toute heure raisonnable dans tout lieu où il a des motifs raisonnables de croire que sont exercées des activités pour lesquelles un permis, une reconnaissance ou un agrément est requis, afin de s assurer du respect de la Loi; examiner tout lieu ou tout équipement auxquels la Loi s applique et prendre des photographies ou des enregistrements; exiger la communication pour examen ou reproduction de tout document, s il a des motifs raisonnables de croire qu il contient des renseignements relatifs à l application de la Loi. 8. Étapes d une inspection 8.1. Assignation À la réception d une plainte ou d une information faisant état de garde illégale, la Direction de l inspection assigne le dossier à un inspecteur en portant une attention particulière aux situations qui requièrent une intervention urgente Préparation de l inspection Avant de procéder à l inspection, l inspecteur prépare son dossier en prenant connaissance : de l historique des plaintes; de la publicité; des inspections antérieures; des avis de non-conformité délivrés ou des sanctions imposées; de toute autre information détenue par le Ministère, notamment les renseignements relatifs à une demande de permis L inspection L inspecteur se présente à l improviste au local où sont offerts les services de garde. Au moyen du certificat attestant sa qualité d'inspecteur, il se présente à la personne responsable des lieux et explique les motifs de l inspection. L inspecteur recueille auprès de la personne responsable les renseignements la concernant, les renseignements concernant ses activités de garde et les coordonnées des parents utilisateurs. L inspecteur peut demander tout renseignement ou document lui permettant de s'assurer du respect de la Loi. L inspecteur peut pénétrer dans toutes les pièces de la résidence ou de l'installation, y compris les bâtiments et espaces extérieurs, lorsqu il a des raisons de croire que des enfants pourraient y être gardés. 7

8 Indépendamment de l inspection, le Ministère peut également mener une enquête dans les dossiers de plus grande complexité. 9. Processus d inspection En matière de garde illégale, les principaux éléments déclencheurs d'une inspection sont : les plaintes reçues par le Ministère; les informations provenant des directions régionales; les informations provenant des recherches entreprises par le Ministère; les informations obtenues par le Ministère dans le cadre de sa collaboration avec ses partenaires Avis au contrevenant S'il s'avère que les services de garde offerts sont illégaux, l inspecteur en informe le contrevenant et lui demande de régulariser la situation, soit en diminuant le nombre d enfants reçus à au plus six enfants, soit en mettant fin à ses activités. S il y a lieu, l inspecteur avise le contrevenant qu il doit cesser d'utiliser les termes «garderie», «centre de la petite enfance» ou «bureau coordonnateur de la garde en milieu familial» dans sa dénomination sociale, son affichage ou sa publicité. À défaut de se conformer, le contrevenant s expose à des conséquences pouvant conduire à la fermeture du local et à une poursuite pénale Suivi des correctifs demandés Lorsqu'un avis écrit a été transmis au contrevenant pour l informer de l intention du Ministère de procéder à l évacuation et à la fermeture du local où les activités illégales sont exercées, l'inspecteur fait une nouvelle inspection afin de s assurer que les correctifs demandés ont bien été apportés et que les activités illégales ont définitivement cessé. Il est à noter que le fait que la personne dépose une demande de permis de garderie au Ministère ou une demande de reconnaissance par un bureau coordonnateur ne l autorise pas à poursuivre ses activités entre-temps. Le dossier d'inspection n'est fermé que lorsque le contrevenant s'est conformé aux dispositions de la Loi Information aux parents Avant de procéder à l'évacuation du local où des activités de garde illégales sont exercées, le Ministère en avise les parents des enfants qui fréquentent le service de garde. À cet égard, la personne responsable des lieux est tenue de communiquer à l inspecteur les coordonnées des parents. Lorsqu ils sont avisés, les parents sont invités à consulter le site Web du Ministère pour obtenir la liste des prestataires de services de garde régis et des bureaux coordonnateurs et pour prendre connaissance des publications destinées à faciliter leurs recherches. 8

9 Pour toute information sur la Loi ou sur les prestataires de services de garde régie, les parents peuvent s adresser au Bureau des renseignements du Ministère, au numéro Mesures et sanctions La procédure d inspection prévoit une progression rapide dans l application des mesures visant à amener la personne qui exploite illégalement un service de garde à se conformer aux exigences de la Loi. La personne qui offre ou fournit des services de garde à plus de six enfants sans posséder un permis de centre de la petite enfance ou de garderie, ou encore sans être reconnue à titre de responsable d un service de garde en milieu familial par un bureau coordonnateur agréé est passible d une amende de $ à $ si elle contrevient pour la première fois à l'article 6 de la Loi, et de $ à $ s il s agit d une récidive. Si, malgré la réception d un avis lui interdisant de le faire, la personne continue de recevoir plus de six enfants, le Ministère pourra, après en avoir avisé les parents, procéder à l'évacuation des enfants et à la fermeture du local aux frais de la personne offrant ou fournissant les services. Par ailleurs, si le ministre est d'avis que les conditions de garde sont telles que la santé ou la sécurité des enfants est compromise ou pourrait l'être, une ordonnance sera délivrée pour exiger de la personne qu elle cesse immédiatement d'offrir ou de fournir tout service de garde. À défaut de s y conformer, la personne serait alors passible d'une amende de $ à $ lorsqu il s agit d une première condamnation et de $ à $ pour une récidive. Dans les cas où le contrevenant ne met toujours pas fin à ses activités après que tous les recours prévus par la Loi ont été épuisés, le Ministère peut décider d enclencher une requête en injonction auprès de la Cour supérieure afin de l obliger à cesser sur le champ ses activités de garde illégale. Enfin, certains biens appartenant au contrevenant pourraient être confisqués s il était établi qu ils ont été acquis grâce aux revenus générés par les services de garde fournis illégalement. Cela dit, une personne qui, sans être titulaire d un permis ou d un agrément, utilise, selon le cas, les termes «garderie», «centre de la petite enfance» ou «bureau coordonnateur de la garde en milieu familial» dans sa dénomination sociale, sa publicité ou son affichage est passible d'une amende de 500 $ à $, et de $ à $ en cas de récidive. Refus de délivrer un permis De plus, le ministre peut refuser de délivrer un permis si le demandeur, un de ses administrateurs ou un de ses actionnaires a été déclaré coupable, dans les deux ans précédant la demande, d'une infraction à l'article 6 de la Loi ou, en cas de récidive pour une telle infraction, dans les cinq ans précédant sa demande. 9

10 11. Rôles et responsabilités Service de garde non régi Le service de garde non régi doit exercer ses activités dans les limites que la Loi lui impose. Lorsqu elle fait l objet d une inspection, la personne responsable des lieux inspectés, ainsi que toute personne qui y travaille, est tenue de collaborer à la démarche d inspection en donnant à l inspecteur accès aux locaux où les enfants sont reçus. De plus, la personne qui a la garde, la possession ou le contrôle de documents relatifs à l application de la Loi doit en donner communication à l'inspecteur et lui en faciliter l'examen. La personne ne peut entraver l exercice des fonctions de l inspecteur, le tromper par de fausses déclarations ou refuser de lui fournir un renseignement qu il a le droit d obtenir en vertu de la Loi Ministère de la Famille Afin de s assurer du respect de la Loi, le Ministère traite toute information se rapportant à des personnes offrant ou fournissant des services de garde à plus de six enfants sans posséder un permis du Ministère ou une reconnaissance d un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial agréé. De plus, le Ministère veille à ce qu aucune personne n utilise les mots «garderie», «centre de la petite enfance» ou le terme «bureau coordonnateur de la garde en milieu familial» si elle n est pas titulaire d un permis ou d un agrément délivré par le ministre. Pour le Ministère, l application de la procédure d inspection des services de garde illégaux relève de son mandat de contrôle et de régulation des services de garde offerts à la population. Par ailleurs, en matière de santé et sécurité, le Ministère agit en collaboration avec le Directeur de la protection de la jeunesse lorsqu un enfant fréquentant un service de garde fait l objet d'abus sexuels, de mauvais traitements physiques ou d une absence de soins menaçant sa santé physique de la part d une personne liée au service de garde Direction de l accessibilité et de la qualité des services de garde Cette direction a notamment les responsabilités suivantes : maintenir à jour la présente politique; rédiger et maintenir à jour la procédure d inspection ainsi que les outils de travail nécessaires à l exercice des fonctions des inspecteurs; apporter son soutien à la formation du personnel d inspection. 10

11 Direction de l inspection Les principales responsabilités de cette direction sont les suivantes : collaborer à la mise à jour de la politique et de la procédure d inspection; appliquer la politique d inspection; procéder aux inspections conformément aux procédures établies; signaler les manquements constatés; mener des enquêtes; assurer les suivis nécessaires pour vérifier que les correctifs demandés ont été apportés; appliquer les mesures et les sanctions prévues par la Loi; prendre les recours qui s imposent, le cas échéant Directions régionales Ces directions ont notamment les responsabilités suivantes : transmettre à la Direction de l'inspection toute information qu elles pourraient détenir sur un prestataire de services de garde agissant illégalement; mettre à la disposition de la Direction de l inspection l information relative aux demandes de permis; conseiller la personne qui désire obtenir un permis; délivrer un permis à tout demandeur qui satisfait aux dispositions législatives et règlementaires Bureau des plaintes et de l amélioration de la qualité Le Bureau des plaintes a, entre autres, les responsabilités suivantes : recevoir et documenter les plaintes faisant état de garde illégale; déterminer la recevabilité d une plainte; acheminer la plainte à la Direction de l inspection pour examen et traitement; transmettre au plaignant les résultats du traitement de sa plainte par l'inspecteur; procéder à la révision du traitement d une plainte à la demande d un plaignant insatisfait du traitement qui y a été apporté; appliquer la procédure d intervention prévue dans l Entente multisectorielle relative aux enfants victimes d abus sexuels, de mauvais traitements physiques ou d une absence de soins menaçant leur santé physique. 11

12

Projet de loi n o 9 (2007, chapitre 30)

Projet de loi n o 9 (2007, chapitre 30) PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 9 (2007, chapitre 30) Loi visant à favoriser la protection des personnes à l égard d une activité impliquant des armes à feu et modifiant

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés Résumé NOTES EXPLICATIVES Projet de loi a été déposé à l Assemblée nationale du Québec le 28 mars 2012 par le ministre de la Justice et

Plus en détail

Loi modifiant la Loi concernant l impôt sur le tabac et d autres dispositions législatives principalement afin delutter contre la contrebande de tabac

Loi modifiant la Loi concernant l impôt sur le tabac et d autres dispositions législatives principalement afin delutter contre la contrebande de tabac PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 59 (2009, chapitre 47) Loi modifiant la Loi concernant l impôt sur le tabac et d autres dispositions législatives principalement afin delutter

Plus en détail

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES Article Titre abrégé art. 1 Définitions art. 2 Exigences applicables aux permis

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant RÈGLEMENT 32 Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec concernant La procédure d examen des plaintes des usagers Règlement adopté par le conseil d administration,

Plus en détail

ASSOCIATION AXIVA STATUTS

ASSOCIATION AXIVA STATUTS ASSOCIATION AXIVA Association déclarée, régie par la loi du 1 er juillet 1901 103-105, rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre STATUTS mis à jour au 7 juin 2012 Copie certifiée conforme Le président 1 ARTICLE

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS REPUBLIQUE DU SENEGAL N /MICOM =-=-=-=--= MINISTERE DE LA COMMUNICATION -=-=-=-=-=-= LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS En l absence d une réglementation

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042 Montréal, le 12 mars 2015 Monsieur Responsable de l accès aux documents Institut Philippe Pinel de Montréal 10905, boul. Henri-Bourassa E. Montréal (Québec) H1C 1H1 Monsieur Responsable ministériel Ministère

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER?

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau Les décisions récentes des tribunaux ont clairement démontré qu un avocat ne peut légalement

Plus en détail

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Intervention au Centre de santé et de services sociaux Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Québec, le 18 février 2015

Plus en détail

SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1966-1007 MODIFIÉE PAR LE SÉNAT. tendant à la réglementation de la profession d'audioprothésiste.

SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1966-1007 MODIFIÉE PAR LE SÉNAT. tendant à la réglementation de la profession d'audioprothésiste. PROPOSITION DE LOI adoptée 15 décembre 1966. 4 0 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1966-1007 PROPOSITION DE LOI MODIFIÉE PAR LE SÉNAT tendant à la réglementation de la profession d'audioprothésiste.

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ LE 25 SEPTEMBRE 2014 PAR M. GAÉTAN BARRETTE, MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX SANCTIONNÉ LE 9 FÉVRIER 2015

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ LE 25 SEPTEMBRE 2014 PAR M. GAÉTAN BARRETTE, MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX SANCTIONNÉ LE 9 FÉVRIER 2015 TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI N O 10 LOI MODIFIANT L ORGANISATION ET LA GOUVERNANCE DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX NOTAMMENT PAR L ABOLITION DES AGENCES RÉGIONALES (RLRQ, c. O-7.2) PRÉSENTÉ

Plus en détail

--------- ----..._-- -,.-

--------- ----..._-- -,.- ~~Ic.~ Cour t/ '..."\l. Penale Internationale ~ 8 ~~ International Criminal Court "_"'_;311\ --------- ----..._-- -,.- (;reffc Instruction administrative ICCIAI/2015/002 Date: 18 mars 2015 POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles

Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles Présentation Présenté par M. Pierre Arcand Ministre du Développement

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire.

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire. Loi sur la santé et la sécurité du travail soyez plus sécuritaires soyez plus productifs INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Information à l intention de l employeur, du maître d œuvre et du travailleur

Plus en détail

MOTIFS DE LA DÉCISION

MOTIFS DE LA DÉCISION VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES L.N.-B. 2004, ch. S-5.5 ET DANS L AFFAIRE DE SERVICES FINANCIERS GROUPE INVESTORS INC. / INVESTORS GROUP FINANCIAL SERVICES INC. MOTIFS DE LA DÉCISION DATE DE L AUDIENCE

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION DES CANDIDATS AU PERMIS D INGÉNIEUR - ÉQUIVALENCE DE DIPLÔME ET DE FORMATION

POLITIQUE D ÉVALUATION DES CANDIDATS AU PERMIS D INGÉNIEUR - ÉQUIVALENCE DE DIPLÔME ET DE FORMATION POLITIQUE D ÉVALUATION DES CANDIDATS AU PERMIS D INGÉNIEUR - ÉQUIVALENCE DE DIPLÔME ET DE FORMATION Règlement sur les normes d équivalence de diplôme et de formation pour la délivrance d un permis de l

Plus en détail

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport La mission première du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport est de s assurer que des services éducatifs de qualité sont dispensés au Québec.

Plus en détail

Liste de vérification pour la délivrance de permis aux garderies Loi de 2014 sur la garde d enfants et la petite enfance

Liste de vérification pour la délivrance de permis aux garderies Loi de 2014 sur la garde d enfants et la petite enfance Liste de vérification pour la délivrance de permis aux garderies Loi de 2014 sur la garde d enfants et la petite enfance Détails d'inspection du site Nom de la Garderie: Nouvelle date d'inspection: Numéro

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie 1 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE L ISLET MUNICIPALITÉ DE VILLE DE ST-PAMPHILE RÈGLEMENT NUMÉRO 301 Établissant un Service de sécurité incendie ATTENDU ATTENDU ATTENDU ATTENDU l entrée en vigueur de la Loi sur

Plus en détail

BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR

BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR BELAC 3-09 Rev 4-2015 BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC (www.belac.fgov.be)

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 )

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 ) AJ2011-04 Émis le 2011-06-02 AU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION AU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU DIRECTEUR DES SERVICES FINANCIERS AU RESPONSABLE DU PROGRAMME PALV AU RESPONSABLE DU PROGRAMME SOINS À DOMICILE

Plus en détail

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre,

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre, Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales, du ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, du ministre du budget,

Plus en détail

EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI SESSION 2016

EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI SESSION 2016 PRÉFET DES ARDENNES Direction de la réglementation Et des libertés publiques Bureau de la circulation routière Tel : 03 24 59 67 25 ou 6724 Fax : 03 24 59 67 31 EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route

Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 30 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route Présentation Présenté par M. Norman MacMillan Ministre délégué aux Transports Éditeur

Plus en détail

Association : ce que dit la loi 1901 http://www.legifrance.gouv.fr. Association départementale O.C.C.E

Association : ce que dit la loi 1901 http://www.legifrance.gouv.fr. Association départementale O.C.C.E Mise en application de la circulaire n 2008-095 du 23 / 07 / 08 : INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON SA FORME JURIDIQUE http://www.education.gouv.fr/bo/2008/31/default.htm

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

Demande de permis d agent d assurance présentée par une société ou une société en nom collectif

Demande de permis d agent d assurance présentée par une société ou une société en nom collectif Commission des services financiers de l Ontario Demande de permis d agent d assurance présentée par une société ou une société en nom collectif Renseignements généraux et directives Frais pour une nouvelle

Plus en détail

SÉNAT. tendant à la réglementation. de la profession d'audioprothésiste. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté sans modification, en

SÉNAT. tendant à la réglementation. de la profession d'audioprothésiste. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté sans modification, en PROPOSITION DE LOI adoptée le 21 décembre 1966 N 88 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1966-1967 PROPOSITION DE LOI tendant à la réglementation de la profession d'audioprothésiste (Texte définitif) Le

Plus en détail

Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie

Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie Les candidats à l immatriculation en soit leur premier, deuxième ou troisième année d un programme de

Plus en détail

L identification, la signature et la certification

L identification, la signature et la certification L identification, la signature et la certification Loi concernant le cadre juridique des technologies de l information art. 40 à 43 et 46, 47 à 62, 75, 77 Moyens de lier une personne et une chose La signature

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR PREFECTURE DE LA MANCHE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DE LA REGLEMENTATION Bureau de la Circulation LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR Code des transports Articles L 3120-1 à L 3120-5 Articles

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

Code de conduite Notification et Retrait

Code de conduite Notification et Retrait Code de conduite Notification et Retrait NB : Ceci est une traduction non officielle ; le texte néerlandais prévaut. Gedragscode Notice-and-Take-Down, versie 1.04, 9 oktober 2008 1 Code de conduite Notification

Plus en détail

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile Annexe B pour les règles de souscription de l assurance-automobile Émis avec le Bulletin No. A-09/03 I.A.R.D. - Auto ommission des services financiers de l Ontario 29 juillet 2003 pour les règles de souscription

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A)

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) Principes Critères Protocole Compétences aux fins de l obtention du titre de ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) I INTRODUCTION L arbitrage est un processus par lequel les parties prenantes à un différend

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE

PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS (QUÉBEC, CANADA) LA SECURITIES AND COMMODITIES AUTHORITY (ÉMIRATS ARABES UNIS) Le 8 juin 2010 TABLE

Plus en détail

PRENANT APPUI sur les liens de coopération qui unissent le Québec et le Vietnam, particulièrement en matière d adoption internationale;

PRENANT APPUI sur les liens de coopération qui unissent le Québec et le Vietnam, particulièrement en matière d adoption internationale; ENTENTE DE COOPÉRATION ENTRE L AUTORITÉ CENTRALE VIETNAMIENNE ET L AUTORITÉ CENTRALE QUÉBÉCOISE CONCERNANT LES PROCÉDURES ADMINISTRATIVES APPLICABLES EN MATIÈRE D ADOPTION INTERNATIONALE Le ministère de

Plus en détail

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires CA20061211-05 Politique sur la vérification des antécédents judicaires Adoptée par le conseil d administration du Collège Marie-de-l Incarnation le 11 décembre 2006 TABLE DES MATIÈRES Pages 1. Contexte

Plus en détail

Projet de loi n o 61. Loi sur les comptables professionnels agréés. Présentation

Projet de loi n o 61. Loi sur les comptables professionnels agréés. Présentation DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés Présentation Présenté par M. Jean-Marc Fournier Ministre responsable de l application des

Plus en détail

Loi sur la sécurité privée

Loi sur la sécurité privée DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 88 (2006, chapitre 23) Loi sur la sécurité privée Présenté le 16 décembre 2004 Principe adopté le 31 mai 2006 Adopté le 14 juin 2006 Sanctionné

Plus en détail

Loi du 11 février 2013 organisant la profession d agent immobilier (M.B., 22 août 2013)

Loi du 11 février 2013 organisant la profession d agent immobilier (M.B., 22 août 2013) Loi du 11 février 2013 organisant la profession d agent immobilier (M.B., 22 août 2013) CHAPITRE 1er. - Disposition introductive Article 1er. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 100 personnes salariées ou plus La Loi sur

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Montréal, le 1 er août 2014 M. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Objet : Plainte de M. à l endroit de la CIBC N/Réf.

Plus en détail

FOURNITURE DE GAZ NATUREL

FOURNITURE DE GAZ NATUREL MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES FOURNITURE DE GAZ NATUREL Date et heure limites de remise des offres : Le 16 octobre 2009 à 10 Heures Le présent Cahier du Règlement de Consultation

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA NOMINATION ET AU RENOUVELLEMENT DE MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU DIRECTEUR DES ÉTUDES (R-02)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA NOMINATION ET AU RENOUVELLEMENT DE MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU DIRECTEUR DES ÉTUDES (R-02) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA NOMINATION ET AU RENOUVELLEMENT DE MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU DIRECTEUR DES ÉTUDES (R-02) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA

Plus en détail

Mémento FTR Sécurité

Mémento FTR Sécurité Mémento FTR Sécurité 1 Ordonnance n 2012-351 du 12 mars 2012 relative à la partie législative du code de la sécurité intérieure 2 TITRE Ier : ACTIVITÉS PRIVÉES DE SURVEILLANCE ET DE GARDIENNAGE, DE TRANSPORT

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

LSSSS. Aux fins du deuxième alinéa: Page 1 sur 13

LSSSS. Aux fins du deuxième alinéa: Page 1 sur 13 LSSSS Fonctions reliées à l'identification et à la certification des résidences privées pour aînés et de certaines ressources offrant de l'hébergement pour des clientèles vulnérables 346.0.1. Afin d'identifier

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/11/070 DELIBERATION N 09/029 DU 2 JUIN 2009, MODIFIÉE LE 7 JUIN 2011, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE

Plus en détail

ARQ RBQ. Comment s y retrouver? Attestation de revenu Québec. La licence restreinte. Le Registre des entreprises non-admissibles RENA

ARQ RBQ. Comment s y retrouver? Attestation de revenu Québec. La licence restreinte. Le Registre des entreprises non-admissibles RENA ARQ Attestation de revenu Québec La licence restreinte RBQ Le Registre des entreprises non-admissibles RENA Comment s y retrouver? Version juillet 2012 1 Les attestations fiscales de revenu Québec(ARQ)

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Règlement numéro 14. Règlement relatif à l admission, à l inscription et aux mesures afférentes favorisant la réussite scolaire

Règlement numéro 14. Règlement relatif à l admission, à l inscription et aux mesures afférentes favorisant la réussite scolaire Cégep de Sorel-Tracy Règlement numéro 14 Règlement relatif à l admission, à l inscription et aux mesures afférentes favorisant la réussite scolaire Adopté à la Commission des études du 20 février 2014

Plus en détail

RÈGLEMENT À L AMIABLE (avec les intimés James A. MacCallum et Andrew Mitchell Holdings, LLC)

RÈGLEMENT À L AMIABLE (avec les intimés James A. MacCallum et Andrew Mitchell Holdings, LLC) VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES, L.N.-B. 2004, ch. S-5.5, AVEC SES MODIFICATIONS ET DANS L AFFAIRE DE James A. MacCallum, Andrew Mitchell Holdings, LLC et Andrew J. Trites (Intimés) RÈGLEMENT À L

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

The Advocates Society

The Advocates Society The Advocates Society PROMOTING EXCELLENCE IN ADVOCACY Observations concernant le de l assurance-automobile de l Ontario Date : Le 24 août 2012 Soumis au : Groupe de travail antifraude de l assurance automobile

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que

Plus en détail

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1 CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1 Composition Art. 213 LSSSS Un conseil des médecins, dentistes et pharmaciens est institué pour chaque établissement

Plus en détail

ANNEXE 2014-CA603-12.01-R6515 POLITIQUE RELATIVE À L USAGE DU TABAC ET DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE. Amendé le 8 décembre 2014.

ANNEXE 2014-CA603-12.01-R6515 POLITIQUE RELATIVE À L USAGE DU TABAC ET DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE. Amendé le 8 décembre 2014. ANNEXE 2014-CA603-12.01-R6515 POLITIQUE RELATIVE À L USAGE DU TABAC ET DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE Amendé le 8 décembre 2014. POLITIQUE RELATIVE À L USAGE DU TABAC ET DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE 1. OBJET

Plus en détail

Projet de loi n o 54. Loi modifiant le Code des professions et la Loi sur la pharmacie. Présentation

Projet de loi n o 54. Loi modifiant le Code des professions et la Loi sur la pharmacie. Présentation DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 54 Loi modifiant le Code des professions et la Loi sur la pharmacie Présentation Présenté par M. Yvon Marcoux Ministre responsable de l application

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ET L'ORDRE DES ARCHITECTES DE FRANCE ARRANGEMENT EN VUE DE LA

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016 Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études Guide 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Éducation, de l

Plus en détail

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N o : 22-08-0367 DATE : Le 20 juillet 2009 LE CONSEIL : M e SERGE VERMETTE Président suppléant M. GHISLAIN BÉGIN,

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC ET L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DE LA FRANCE ARRANGEMENT EN VUE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 31 juillet 2013 N/Réf. : CODEP-NAN-2013-041140 COFIDUR EMS 79 rue Saint Melaine 53012 LAVAL Objet : Inspection de la radioprotection du 4 juillet 2013

Plus en détail

Vu les faits et les arguments soumis par IFE au soutien de la demande, notamment :

Vu les faits et les arguments soumis par IFE au soutien de la demande, notamment : DÉCISION N 2014-PDG-0177 Dispense de reconnaissance d ICE Futures Europe à titre de bourse et de marché organisé en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, RLRQ, c. I-14.01 Dispense

Plus en détail

AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000.

AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000. AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000. N. Réf. : 10 / A / 2000 / 036 OBJET : Projet d arrêté royal autorisant la Société du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale et les sociétés immobilières de service

Plus en détail

République Centrafricaine. Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts

République Centrafricaine. Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts [NB - Ordonnance n 83.024 du 15 mars 1983 fixant les conditions de possession et de détention et réglementant l exploitation

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Ébauche datée du 22 mai 2002 Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Rapport annuel au Secrétariat de l ACI Bureau de la consommation, Industrie Canada,

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune d'orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Maire d'orsay Adresse : 2 place du général Leclerc - 91 400 ORSAY Objet

Plus en détail

Aptitude professionnelle des salariés et des dirigeants des entreprises exerçant des activités de surveillance

Aptitude professionnelle des salariés et des dirigeants des entreprises exerçant des activités de surveillance Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE SOCIAL/EMPLOI/F ORMATION Date : 21/02/07 N Juridique : 13.07 N Social : 11.07 Activités Privées de Sécurité de Surveillance et de Gardiennage.

Plus en détail

HORIZON CAP TAXI CENTRE DE FORMATION DE CONDUCTEURS DE TAXIS 35, Bd Anatole France 93200 Saint Denis www.horizoncaptaxi.fr

HORIZON CAP TAXI CENTRE DE FORMATION DE CONDUCTEURS DE TAXIS 35, Bd Anatole France 93200 Saint Denis www.horizoncaptaxi.fr REGLEMENT INTERIEUR ET DISCIPLINE H.C.T OBJECTIF DU CENTRE DE FORMATION Former et Préparer des stagiaires a l examen du Certificat de Capacité Professionnelle de Conducteur de Taxi pour les épreuves du

Plus en détail

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1 PARTIE VII Responsabilités et assurances 7. 1 A. ASSURANCE EN RESPONSABILITE CIVILE Le code de l action sociale et des familles (art R 227-27 à R 227-30) institue l obligation d assurance en responsabilité

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS 1 ER AVRIL 2009 AU 31 MARS 2010 Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux 2010 n o

Plus en détail

FAITS SAILLANTS SUR LES MESURES GOUVERNEMENTALES POUR COMBATTRE LA CONTREBANDE DU TABAC

FAITS SAILLANTS SUR LES MESURES GOUVERNEMENTALES POUR COMBATTRE LA CONTREBANDE DU TABAC FAITS SAILLANTS SUR LES MESURES GOUVERNEMENTALES POUR COMBATTRE LA CONTREBANDE DU TABAC Préambule Ce document présente un survol des principales mesures introduites par les gouvernements du Québec et de

Plus en détail

Déclaration de services aux citoyennes et citoyens

Déclaration de services aux citoyennes et citoyens La personne au coeur des actions de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse Déclaration de services aux citoyennes et citoyens www.cdpdj.qc.ca La personne au cœur des actions

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune d'orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Maire d'orsay Adresse : 2 place du général Leclerc - 91 400 ORSAY Objet

Plus en détail

Règlement de Consultation MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES ACQUISITION DE FOURNITURES ADMINISTRATIVES COURANTES ET MOBILIER DE BUREAU

Règlement de Consultation MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES ACQUISITION DE FOURNITURES ADMINISTRATIVES COURANTES ET MOBILIER DE BUREAU MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES ACQUISITION DE FOURNITURES ADMINISTRATIVES COURANTES ET MOBILIER DE BUREAU GROUPEMENT DE COMMANDES DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES REGLEMENT DE CONSULTATION (commun

Plus en détail

Préambule. ATTENDU qu en matière de nuisances et de causes d insalubrité, le droit acquis n existe pas;

Préambule. ATTENDU qu en matière de nuisances et de causes d insalubrité, le droit acquis n existe pas; PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ SAINT-PIERRE-DE-VÉRONNE-À-PIKE-RIVER RÈGLEMENT RELATIF À L ENTRETIEN DES INSTALLATIONS SEPTIQUES (SYSTÈMES DE TRAITEMENT TERTIAIRE DE DÉSINFECTION PAR RAYONNEMENT ULTRAVIOLET)

Plus en détail