ANGIOGRAPHIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE Performances et place actuelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANGIOGRAPHIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE Performances et place actuelle"

Transcription

1 ANGIOGRAPHIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE Performances et place actuelle L'angiographie par résonance magnétique (ARM) est une technique d'imagerie permettant de visualiser l'ensemble d'un segment vasculaire. L'ARM peut explorer tous les territoires vasculaires et offre une alternative à l'angiographie conventionnelle par rayons X, examen de référence. QUELLES SONT LES CONTRE-INDICATIONS? Les stimulateurs cardiaques, les sondes d'entraînement électrosystolique, les neurostimulateurs, les corps étrangers ferromagnétiques intraoculaires et les clips vasculaires intracérébraux sont des contre-indications absolues. Parmi les valves cardiaques, seule la valve de Star modèle pré 6000 est contre-indiquée (non commercialisée en France depuis 1963). Les clips métalliques utilisés au cours des pontages aorto-coronaires, les fils d'acier de fermeture de sternotomie, les clamps aortiques et les prothèses métalliques endovasculaires ne sont pas des contre-indications car les échauffements ou les déplacements potentiels sont minimes et non dangereux. COMMENT OBTIENT-ON UNE IMAGE ANGIOGRAPHIQUE EN IRM? Quelques notions concernant les techniques utilisées sont indispensables pour comprendre la place actuelle de l'arm par rapport à l'angiographie conventionnelle. L'IRM permet de visualiser les vaisseaux grâce à deux paramètres : le flux et le gadolinium. Les phénomènes de flux permettent de visualiser les vaisseaux sans injection. Deux techniques classiques sont utilisées : le temps de vol et le contraste de phase. Dans la technique temps de vol, le signal intense du vaisseau est lié au fait que les protons contenus dans le vaisseau sont en permanence remplacés, du fait du flux, par des protons "neufs" totalement aimantés. Cette technique permet une étude sélective des artères et des veines. Les flux lents sont mal investigués. Le contraste de phase permet d'obtenir un signal intense des protons mobiles proportionnel à leur vitesse. Cette méthode permet d'étudier toutes les échelles de vitesse, en particulier les flux lents. Ces techniques ont des limites : champ d'exploration réduit, durée des séquences longues, diminution ou extinction du signal dans les zones de turbulence. Les séquences avec injection de Gadolinium permettent de s'affranchir de ces limites. Le gadolinium est une molécule paramagnétique qui augmente considérablement la vitesse d'aimantation des tissus dans lesquels elle diffuse, leur conférant un signal très intense en pondération T1. Les effets secondaires sont rares, moins fréquents qu'avec les produits iodés et sa néphrotoxicité très faible. L'injection intraveineuse réalisée en bolus est associée à des séquences rapides permettant l'acquisition d'un volume de données (séquences 3D), dans le plan souhaité. Un volume couvrant un champ jusqu'à 40 cm peut être obtenu dans un délai très court, de 10 à 30 secondes. Ces temps d'acquisition permettent d'obtenir des images à la phase artérielle avant l'opacification des veines. Des acquisitions en apnée sont réalisables, ce qui réduit les artefacts de mouvements et les artefacts liés aux mouvements de turbulence. Dans toutes ces séquences, le traitement d'image permet le passage des coupes élémentaires à

2 l'angiogramme. Il repose sur l'algorithme MIP (Maximum Intensity Projection) : sélection des pixels dont l'intensité est maximale et fusion de toutes les coupes. Ce volume " angiographique " peut ainsi être visualisé sous n'importe qu'elle incidence. La soustraction d'image permet de supprimer le signal des veines et des tissus non vasculaires Cette méthode comporte des contraintes qui conditionnent la qualité de l'examen. Une excellente immobilité est nécessaire et une apnée complète pour les explorations thoracoabdominales. Le calcul du temps de transit vasculaire permet d'optimiser l'injection du produit de contraste. Il est essentiel de n'avoir pendant l'acquisition des images que le pic artériel. Plusieurs injections et acquisitions sont nécessaires pour explorer de grands champs (membres inférieurs). L'ARM sans injection surestime les sténoses en raison de l'existence de turbulences et d'une résolution spatiale moindre par rapport à l'angiographie conventionnelle. L'utilisation de produit de contraste permet de s'amender des artefacts de turbulence mais la limitation liée à la résolution spatiale persiste. En pratique, l'arm 3D rapide avec injection en bolus de Gadolinium est la technique qui fournit les images les plus proches de celles de l'angiographie. Les séquences d'arm sans injection restent indiquées dans l'exploration de certains territoires, notamment en intracrânien et restent une alternative en l'absence de disponibilité ou en complément des séquences rapides. QUELLE EST LA PLACE ACTUELLE DE L'ARM? L'ARM sans injection a été largement évaluée par rapport aux autres modalités d'imagerie vasculaire : Son coût est d'environ 2500,00 francs. L'angiographie conventionnelle reste, pour l 'instant, la technique de référence. Elle est irradiante et invasive. Son coût est élevé : environ 3500,00 francs l'acte, auquel il faut rajouter le coût de l'hospitalisation - L'écho doppler est peu coûteux (500,00 francs). Il est souvent réalisé en première intention et a une place essentielle en dépistage mais il comporte des limites et ses performances sont liées à la qualité de l'opérateur. La tomodensitométrie spiralée, performante pour certains territoires vasculaires reste irradiante et nécessite des quantités importantes de produits de contraste iodés. Son coût est d'environ 1000,00 francs. L'ARM rapide avec Gadolinium est encore en cours d'évaluation mais de nombreux travaux montrent déjà sa supériorité par rapport à l'arm classique. Il faut tenir compte du coût du Gadolinium (350,00 francs 10 ml) VAISSEAUX INTRACRANIENS La circulation collatérale intracérébrale au sein du polygone de Willis est parfaitement visualisée par la technique temps de vol quand le diamètre des vaisseaux est supérieure au mm. L'ARM temps de vol ainsi que le scanner spiralé avec injection détecte avec une grande précision les anévrysmes intracrâniens d'une taille égale ou supérieure à 5 mm chez des patients asymptomatique ou lors d'une hémorragie méningée. La sensibilité décroît pour des lésions de 3 à 5 mm. L'ARM peut être indiquée en dépistage dans des populations à risque. L'artériographie reste parfois indiquée en préopératoire pour localiser le collet de l'anévrysme et a essentiellement un rôle thérapeutique grâce aux techniques d'occlusions par voie endovasculaire.

3 CAROTIDES L'ARM combinée à l'irm cérébrale permet dans le même temps une étude de l'ensemble des vaisseaux cervicaux, des suppléances (polygone de Willis) et la recherche de lésions ischémiques du parenchyme cérébral. L'ARM classique est performante dans l'évaluation des sténoses athéromateuses "chirurgicales" (sténose supérieure à 70 %). Sa sensibilité est de 90 à 100% et sa spécificité de 75 à 100% selon les séries. Ces limites sont la surestimation des sténoses liées à l'existence de turbulences et la résolution spatiale. Ceci explique ses performances moindres dans les sténoses intermédiaires (30 à 69%). L'utilisation de produit de contraste permet de s'amender des artefacts de turbulence. Les premiers résultats confirment l'amélioration des performances. Les difficultés du timing de l'injection sont réelles pour ce territoire particulier et il est utile de compléter par des séquences temps de vol. La fiabilité de l'arm est excellente dans le diagnostic d'occlusion. En bilan préopératoire, l'arm doit être précédée d'un bilan ultrasonore. L'angiographie conventionnelle n'apparaît justifiée qu'en cas de discordance entre l'écho doppler et l'arm. Dans la dissection spontanée ou traumatique de la carotide, l'irm supplante l'artériographie et assure le diagnostic positif en montrant l'hypersignal de l'hématome pariétal, et réalise le bilan d'extension grâce aux séquences d'arm et mais aussi aux coupes encéphaliques qui vont apprécier l'étendue des lésions ischémiques encéphaliques. AORTE THORACIQUE Différentes techniques complètent l'arm pour l'étude de l'aorte thoracique et en font la méthode de référence pour le diagnostic et le bilan préopératoire de la pathologie congénitale et acquise. Les coupes en spin écho avec synchronisation cardiaque permettent une étude morphologique. Les reconstructions dans les différents plans visualisent les ostiums des troncs supra aortiques. Les séquences de cineirm recherchent une atteinte de la valve aortique. L'IRM permet un bilan exhaustif d'un anévrisme, en déterminant parfaitement son siège, l'étendue en hauteur, le diamètre total de l'anévrisme, l'épaisseur pariétale, la taille et la situation du chenal circulant, l'importance du thrombus mural. Les anomalies péri anévrismales sont bien analysées. Pour les anévrismes dystrophiques qui prédominent sur le segment proximal de l'aorte ascendante, les rapports avec l'anneau sont précisés et une évaluation de l'insuffisance aortique, volontiers associée, est effectuée. Le diagnostic de dissection en urgence est réalisé habituellement par la technique la plus rapidement disponible, échocardiographie trans-œsophagienne ou scanner spiralé mais la rapidité des séquences d'arm 3D-Gadolinium peut rendre l'irm accessible si nécessaire. L'IRM a démontré d'excellentes performances diagnostiques et peut rectifier une analyse initiale quand le diagnostic n'est pas certain. Dans les dissections chroniques, l'irm décèle les complications, notamment l'évolution possible du faux chenal vers de véritables anévrismes. Dans l'étude d'une coarctation, les vues angiographiques sagittales obliques autorisent une appréciation directe de l'importance et de l'extension de la sténose. La circulation collatérale et les lésions associées sont parfaitement mises en évidence. La vélocimétrie permet l'estimation de gradient de pression de part et d'autre de la sténose. L'ARM s'avère également être la technique de choix pour la surveillance post-opératoire. AORTE ABDOMINALE Les anévrysmes dont la taille atteint ou dépasse 5 cm présentent un risque de rupture et bénéficient d'un bilan préopératoire. L'imagerie précise le diamètre de l'anévrysme,

4 l'extension proximale et distale, le nombre des artères rénales et la présence de sténoses éventuelles, l'existence éventuelle de sténose ou d'anévrysme des artères iliaques, de variantes anatomiques pouvant compliquer le geste chirurgical. Les séquences 3D-Gadolinium rapides et l'angioscanner spiralé offrent une fiabilité élevée et proche dans cette évaluation. Le scanner montre les calcifications. L'ARM outre son innocuité, a l'avantage, grâce à l'acquisition des images dans le plan de l'aorte, d'explorer un champ plus grand. Les deux méthodes sont concurrentielles dans l'évaluation préopératoire des anévrysmes abdominaux ARTERES RENALES L'imagerie a un rôle déterminant dans l' identification et la quantification d'une sténose responsable d'une éventuelle hypertension artérielle réno-vasculaire. Les séquences 3D-Gadolinium rapides en apnée ont une sensibilité et spécificité supérieures à celles de l'arm classique (93 et 98%) pour l'évaluation d'une sténose. L'angioscanner spiralé a également une fiabilité élevée mais nécessite des doses élevées de contraste iodé et ne peut être réalisé chez l'insuffisant rénal ARTERES ILIAQUES ET DES MEMBRES INFERIEURS Le bilan morphologique doit fournir une cartographie de l'ensemble des lésions et apprécier l'état de la circulation d'aval. Les séquences 3D-Gadolinium rapides permettent aujourd'hui de couvrir l'ensemble de l'axe vasculaire avec une résolution suffisante. Plusieurs approches sont possibles : - Une exploration segmentaire comportant trois acquisitions successives dans le plan coronal imposant des injections répétées. - Une exploration en un seul temps avec injection lente et déplacement séquentiel automatique de la table. Les résultats sont excellents dans les sténoses hémodynamiquement significatives (>50%) et les occlusions ilio-fémorales et distales (sensibilité et spécificité supérieures à 90 % dans les premières études). La quantification exacte des sténoses reste plus difficile qu'en angiographie. L'ARM devient une alternative à l'angiographie dans le bilan pré thérapeutique de l'artériopathie oblitérante et pour le contrôle post opératoire de pontages et la recherche de complications. ARTERES PULMONAIRES Des études récentes utilisant l'arm avec injection de Gadolinium montrent de bons résultats dans la détection de l'embolie pulmonaire. L'angioscanographie spiralée possède une très grande sensibilité pour l'exploration des artères pulmonaires (jusqu'à la quatrième bifurcation). Elle est actuellement la méthode de choix.

5 CONCLUSION L'angiographie par résonance magnétique est une technique non invasive permettant d'obtenir une cartographie vasculaire. De nombreuses études confirment la supériorité des séquences rapides avec injection de Gadolinium. Ces techniques sont en évolution permanente afin d'améliorer leur résolution spatiale et temporelle. Une substitution à l'angiographie par rayons X s'est déjà opérée dans le bilan pré thérapeutique des lésions aortiques, dans l'exploration des carotides et des vaisseaux intracrâniens. La méthode devient concurrentielle de l'angiographie pour les artères rénales et les membres inférieures. L'ARM se substituera probablement à terme, pour l'exploration diagnostique, à l'angiographie conventionnelle qui ne garderait plus que les indications interventionnelles.

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Dr Lacroix V- Pr Hammer F Service de Chirurgie Vasculaire Service de Radiologie Interventionnelle 8 mai 2010 Journée ECU-UCL Sténoses

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs A) Définition. Un anévrisme artériel est une dilatation focale et permanente de l artère avec une

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique

Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique K. Yasunaga; F. Tempremant; Z. Negaiwi; S. Willoteaux; V. Gaxotte; C. Lions; JP Beregi CHRU LILLE - Hôpital

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls»

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Journée d Automne de la société gérontologique de Normandie Vendredi 21 Octobre 2011 Amélie BREMARE (1), Dr VELE (2) (1) Interne Médecine Physique et

Plus en détail

DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD)

DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD) DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD) Phuong Thao NGHIEM, Ramiro MORENO, Marylou PARA, Minh Hoang TRAN, Hervé ROUSSEAU Institut des Maladies Métaboliques

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne 1 DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne Enseignant responsable : P Feugier Enseignants : Ph Amabile, JN Albertini,

Plus en détail

Angiographie 3D sur arceau

Angiographie 3D sur arceau Advanced Medical Applications GE Healthcare! #"$&%(' Angiographie 3D sur arceau Acquisition d une sé que nce d im a g e s e n r ota tion R e constr uction 3 D Vues de surfaces Contrôle après traitement

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE Professeur F. JOFFRE La prise en charge d un patient passe largement par la réalisation d un ou plusieurs examens d imagerie. Ceci implique une connaissance

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC IMAGERIE CARDIAQUE Scanner Dr Mickaël OHANA NHC PLAN Anatomie Physiologie Scanner cardiaque Technique Dosimétrie Indications Exemple de la FA Recherche et développements ANATOMIE PLANS DE COUPE ANATOMIE

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Objectifs de formation

Objectifs de formation Objectifs de formation OBJECTIFS THÉORIQUES A - Généralités I - ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 111 - Anatomie du système circulatoire - Description et variations anatomiques - Projections cutanées, rapports et

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit TOMODENSITOMETRIE sémiologie JY Gauvrit Neuroradiologie - Neuroimagerie Modalités : - Radiographie standard - Echographie - Artériographie - Tomodensitométrie (Scanner) - Imagerie par Résonance Magnétique

Plus en détail

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un 1 2 Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un circuit sanguin extra-corporel, le plus souvent

Plus en détail

STENOSE D'ARTERE RENALE :

STENOSE D'ARTERE RENALE : STENOSE D'ARTERE RENALE : HISTOIRE NATURELLE DE LA PHYSIOPATHOLOGIE AU DIAGNOSTIC Professeur Jean-Marie KRZESINSKI Chef du service de Néphrologie, C.H.U. Sart Tilman 4000 Liège (Belgium) INTRODUCTION La

Plus en détail

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 Les activités de notre service sont nombreuses et sont réalisées sur des machines de génération récente. 1 IRM 1,5T 2 SCANNERS 5 SALLES

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Biograph mmr. Hôpital La Pitié Salpêtrière. www.siemens.fr/medical

Biograph mmr. Hôpital La Pitié Salpêtrière. www.siemens.fr/medical Biograph mmr Hôpital La Pitié Salpêtrière www.siemens.fr/medical Deux en un : le Biograph mmr En 2011, Siemens a introduit le premier système IRM et TEP totalement intégré. Il permet de réaliser des examens

Plus en détail

Lignes directrices et normes de pratique en matière de tomodensitométrie cardiaque

Lignes directrices et normes de pratique en matière de tomodensitométrie cardiaque Lignes directrices et normes de pratique en matière de tomodensitométrie cardiaque Les normes de l Association canadienne des radiologistes (CAR) ne constituent pas des règles, mais des lignes de conduite

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Imagerie par résonance magnétique (IRM) Imagerie par résonance magnétique (IRM) SÉMIOLOGIE S N C JY GAUVRIT I- IRM généralités Méthode numérique d imagerie Principe de la Résonance Magnétique Nucléaire Basée sur la richesse du corps en eau Et

Plus en détail

Tarif Lignes Code acte Libellé Tarif 2005 28 décembre n Spécial Pages 2007 CCAM

Tarif Lignes Code acte Libellé Tarif 2005 28 décembre n Spécial Pages 2007 CCAM 21 23 24 Afin de vous permettre de mettre à jour le livret Spécial CCAM, vous trouverez ci-après, avec les nouveaux tarifs, les correspondances de lignes et de pages. Tarif Lignes Code acte Libellé Tarif

Plus en détail

Angio-IRM. Vue d ensemble des troncs supra-aortiques et des artères cérébrales

Angio-IRM. Vue d ensemble des troncs supra-aortiques et des artères cérébrales Artère cérébrale antérieure Artère cérébrale moyenne Tronc basilaire Carotide interne Carotide externe Artère vertébrale Bifurcation carotidienne Carotide commune Artère sous-clavière Tronc brachio-céphalique

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

DM : L ATHÉROSCLÉROSE

DM : L ATHÉROSCLÉROSE PARTIE II : Cœur et circulation Chapitre 1 : Vaisseaux sanguins et circulation sanguine DM : L ATHÉROSCLÉROSE Objectifs : Définir l athérosclérose Définir les facteurs de pathogénicité en lien avec la

Plus en détail

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare Imagerie 3D en IRM hépato-biliaire et pancréatique atique : en route vers l isotropismel? M Zins*, P Hervo**, I Boulay-Coletta Coletta*, I Le Claire*, E Petit*, M Rodallec*, V Marteau* * Groupe hospitalier

Plus en détail

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information Dispositifsd'imageriemédicale Master Images, Sciences et Technologies de l'information Intervenants : A. Daurat, V. Noblet, F. Rousseau Accès depuis la page web des intervenants LSIIT, équipe MIV http://lsiit-miv.u-strasbg.fr/miv

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 coordination officieuse

CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 coordination officieuse CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 e) les prestations relevant de la spécialité en chirurgie (D) : prestations de chirurgie thoracique. "A.R. 18.9.2008" (en vigueur 1.12.2008) " 227592 227603 Résection

Plus en détail

Le ministre de la santé ;

Le ministre de la santé ; Arrêté du ministre de la santé n.. du. fixant la liste des appareils de prothèse et d orthèse médicales, des dispositifs médicaux et implants admis au remboursement ou à la prise en charge au titre de

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Sténose de l artère rénale : Diagnostic au quotidien O. Rouvière Service d imagerie Urinaire et Vasculaire Hôpital E. Herriot - Lyon 7 ème Séminaire de Formation Médicale Continue de la Société de Néphrologie

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien.

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Introduction F. Proust, O. Langlois,

Plus en détail

Item 5 : IRM Hypophysaire

Item 5 : IRM Hypophysaire Item 5 : IRM Hypophysaire Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Indications et contre-indications...1 1. 1 Indications...1 1. 2 Contre-indications... 1 2 Technique...2

Plus en détail

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES Règle générale L'association de deux actes au plus, y compris les gestes complémentaires, peut être tarifée. L'acte dont le tarif hors modificateurs est le plus élevé,

Plus en détail

ANGIO-RM, ANGIO-SCANNER ET ECHOGRAPHIE DOPPLER DANS L EXPLORATION PREOPERATOIRE DES STENOSES PROXIMALES DE LA CAROTIDE INTERNE CERVICALE

ANGIO-RM, ANGIO-SCANNER ET ECHOGRAPHIE DOPPLER DANS L EXPLORATION PREOPERATOIRE DES STENOSES PROXIMALES DE LA CAROTIDE INTERNE CERVICALE ANGIO-RM, ANGIO-SCANNER ET ECHOGRAPHIE DOPPLER DANS L EXPLORATION PREOPERATOIRE DES STENOSES PROXIMALES DE LA CAROTIDE INTERNE CERVICALE JUIN 2001 Service évaluation des technologies Dans la même collection

Plus en détail

Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle

Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Présentation de l entreprise La branche Healthcare Systems de GE Healthcare offre une large gamme de technologies

Plus en détail

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Au sein du siège européen de GE Healthcare à Buc (78), vous intégrerez l équipe Applications Médicales Avancées Dans le cadre du perfectionnement

Plus en détail

A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011

A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011 A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011 Modifier Insérer Enlever Article 14 CHIRURGIE e) les prestations relevant de la spécialité en chirurgie (D) : prestations de chirurgie thoracique. 2556

Plus en détail

Livre blanc Système d imagerie LLI (Long-Length Imaging) CARESTREAM DirectView DR avec assemblage automatique et manuel

Livre blanc Système d imagerie LLI (Long-Length Imaging) CARESTREAM DirectView DR avec assemblage automatique et manuel Un traitement de l image avancé avec un assemblage automatique et des fonctions d ajustement pour une image composite complète, sans ligne de jonction Analyse de la géométrie dans le cas d une imagerie

Plus en détail

Scanographie à rayons X.

Scanographie à rayons X. Scanographie à rayons X. Julian ITZCOVITZ - General Electric Medical Systems - Europe Didier DORMONT - Service de Neuroradiologie, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris Les auteurs remercient Claude

Plus en détail

A.R. 15.1.2014 (2x) M.B. 5.2.2014 En vigueur 1.4.2014-31.12.2014 F. CHIRURGIE ABDOMINALE ET PATHOLOGIE DIGESTIVE

A.R. 15.1.2014 (2x) M.B. 5.2.2014 En vigueur 1.4.2014-31.12.2014 F. CHIRURGIE ABDOMINALE ET PATHOLOGIE DIGESTIVE A.R. 25.6.2014 fixant les procédures, délais et conditions en matière d intervention de l assurance obligatoire soins de santé et indemnités dans le coût des implants et des dispositifs médicaux invasifs

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Les hématomes extra-duraux (HED)

Les hématomes extra-duraux (HED) Les hématomes extra-duraux (HED) L hématome extra-dural Entre la face externe de la dure-mère et la table interne de la voûte crânienne Le plus souvent temporo-pariétal, frontal ou occipital Souvent secondaires

Plus en détail

Article 3 : Le présent arrêté est publié au Bulletin officiel. Rabat, le 30 chaabane 1426 (5 septembre 2005). Mohamed Cheikh Biadillah.

Article 3 : Le présent arrêté est publié au Bulletin officiel. Rabat, le 30 chaabane 1426 (5 septembre 2005). Mohamed Cheikh Biadillah. Arrêté du ministre de la santé n 2516-05 du 30 chaabane 1426 (5 septembre 2005) fixant la liste des appareils de prothèse et d'orthèse médicales, des dispositifs médicaux et implants admis au remboursement

Plus en détail

Les données du tableau sont diffusées avec l'accord de la CNAM

Les données du tableau sont diffusées avec l'accord de la CNAM Les données du tableau sont diffusées avec l'accord de la CNAM Lignes Code Texte Activité Phase Cotation NGAP 1 4 APPAREIL CIRCULATOIRE Tarif (en euro) Par acte, par voie vasculaire, on entend : acte par

Plus en détail

Section 5. - Chirurgie.

Section 5. - Chirurgie. - 1 - Section 5. - Chirurgie. Art. 14. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste dans une des disciplines relevant de la pathologie externe : e) les prestations

Plus en détail

Coarctation de l aorte

Coarctation de l aorte Coarctation de l aorte Livret d accueil et d information Unité Médicochirurgicale de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale Centre de Référence des Malformations Cardiaques Congénitales Complexes Hôpital

Plus en détail

Equipe ACCES Neurosciences

Equipe ACCES Neurosciences Equipe ACCES Neurosciences Programme de 1 ère S : Référentiel : Le cortex sensoriel et la plasticité du système nerveux central (illustration grâce { des images d activation du cortex somesthésique ou

Plus en détail

A.Khelifi(1), A.Beyrem ( 1), A.Arous(1), K.Bourguiba(1), I.Ellouze(1), A.Cherif(2) S.Azzabi(2), N.Khalfallah(2), I.Naccache(1), N.

A.Khelifi(1), A.Beyrem ( 1), A.Arous(1), K.Bourguiba(1), I.Ellouze(1), A.Cherif(2) S.Azzabi(2), N.Khalfallah(2), I.Naccache(1), N. A.Khelifi(1), A.Beyrem ( 1), A.Arous(1), K.Bourguiba(1), I.Ellouze(1), A.Cherif(2) S.Azzabi(2), N.Khalfallah(2), I.Naccache(1), N.Mnif (1) (1), Service d imagerie médicale, hôpital Charles Nicolle, Tunis.

Plus en détail

MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT)

MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT) MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT) Ce sont des anomalies congénitales qui se développent entre la 4ème et la 8ème semaine de vie intra-utérine.

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE

BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE C. Hoeffel L. Azizi M. Lewin A. Belkacem L. Arrivé JM. Tubiana Radiologie Hôpital Saint-Antoine Paris 12 INTRODUCTION La cholangio-irm est devenue le meilleur examen d'exploration

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Plan Protocole d exploration Interprétation Pièges à éviter Sémiologie des atteintes des voies biliaires Protocole

Plus en détail

Etude d une pratique professionnelle : L échographiste et le gel échographique

Etude d une pratique professionnelle : L échographiste et le gel échographique Etude d une pratique professionnelle : L échographiste et le gel échographique Mots Clés : échographie, échographistes, hygiène médicale, distributeur automatique de gel échographique, gel échographique

Plus en détail

ANEVRYSMES DE L AORTE ABDOMINALE ET DE SES BRANCHES H. Boccalon et J.P. Bosssavy

ANEVRYSMES DE L AORTE ABDOMINALE ET DE SES BRANCHES H. Boccalon et J.P. Bosssavy ANEVRYSMES DE L AORTE ABDOMINALE ET DE SES BRANCHES H. Boccalon et J.P. Bosssavy INTRODUCTION L anévrisme artériel est une pathologie de la paroi artérielle responsable d une dilatation localisée permanente

Plus en détail

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes.

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Notice Du diagnostic au traitement des maladies cardio-vasculaires DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. L objectif du vidéogramme est de visualiser les manifestations de l activité cardiaque

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

9 septembre 2014. : COOK France. Demandeur. Les modèles. Indications retenues : Service Attendu Attendu (SA) Comparateu retenu(s) : Amélioration s.

9 septembre 2014. : COOK France. Demandeur. Les modèles. Indications retenues : Service Attendu Attendu (SA) Comparateu retenu(s) : Amélioration s. COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 9 septembre 2014 CONCLUSIONS ZENITH ALPHA, endoprothèse aortique thoracique Demandeur : COOK

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Extrait gratuit : testez-vous!

Extrait gratuit : testez-vous! Extrait gratuit : testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Masse abdominale découverte lors du bilan d une hypertension artérielle M. A, 53 ans, vous est adressé par son médecin traitant

Plus en détail

Plan. Définition Evaluer la gravité

Plan. Définition Evaluer la gravité Interprétation du scanner multi-coupe devant une hémoptysie. Que doit savoir le radiologue? Plan Définition Evaluer la gravité Physiopathologie: - hémoptysie d origine artérielle bronchique - Hémoptysie

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE SEMINAIRES DE LA SOCIETE FRANCOPHONE DE MEDECINE D URGENCE ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE Francis JOFFRE, Chef de Service Philippe OTAL, Praticien Hospitalier Sandrine MUSSO, Médecin Attaché

Plus en détail

Prothèses Hybrides de la Crosse

Prothèses Hybrides de la Crosse Prothèses Hybrides de la Crosse Emmanuel CHOUKROUN Service Chirurgie Cardiaque et Vasculaire Pr Xavier ROQUES Hôpital Cardiologique du Haut-Lévèque Symposium 8 Décembre 2011 Introduction Chirurgie de la

Plus en détail

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES = HEMORRAGIES MENINGEES Généralités - 2,8 / 100 000 hts - Age < 60 ans - Femmes : 60-70 % - Formes familiales : 10 % - Facteurs de risque : tabac, HTA, dyslipidémies -

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 15 novembre 2011

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 15 novembre 2011 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 15 novembre 2011 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références : Demandeur : Fabricant : Données

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008 Imagerie Médicale : Bases techniques Indications, Risques, Bénéfices 1. Imagerie Diagnostique SIM St-Eloi Montpellier J- M BRUEL, B. GALLIX UFR Médecine Montpellier-Nîmes PCEM 2 novembre 2007 1 L'IMAGERIE

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Voxar 3D TM. Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales

Voxar 3D TM. Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales Voxar 3D TM Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales FAMILLE DE PRODUITS VOXAR 3D TM Fonctions et caractéristiques VOXAR 3D TM (workstation) VOXAR 3D ENTERPRISE

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE 1

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE 1 1 Radiologie interventionnelle : ouverture d un secteur dédié au cœur des blocs opératoires 1 er étage - bâtiment h3 - hôpital Rangueil Sommaire I - Qu est-ce que la radiologie interventionnelle? 3 1 -

Plus en détail

sur les images agrandies, on objective l'épaississement pariétal localisé, hémicirconférentiel, limité à la zone ectasique, sans calcification

sur les images agrandies, on objective l'épaississement pariétal localisé, hémicirconférentiel, limité à la zone ectasique, sans calcification Douleur thoracique migratrice avec irradiation lombaire et sensation d engourdissement de la main et jambe droite. Antécédent de cardiopathie ischémique. Quels éléments sémiologiques positifs et négatifs

Plus en détail

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Dr Cassagneau Pierre Service d imagerie Pr Bartoli-Moulin Hôpital de la Timone - Marseille Place de l imagerie en coupe Très limitée Réservée en principe

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires

LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires LA ROBOTIQUE Un nouvel outil dans le traitement des arythmies cardiaques? & Futures applications endovasculaires Dr André Pisapia Sce de Rythmologie et Stimulation Cardiaque Dr Patrice Bergeron Sce de

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web www.medical-professionals.com 1 IRM Essentiel 1900 $* Revoir les principes physiques de l IRM Apprendre les bases de fonctionnement Maîtriser

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

"Chapitre VIII. Prestations interventionnelles percutanées sous contrôle d'imagerie médicale.

Chapitre VIII. Prestations interventionnelles percutanées sous contrôle d'imagerie médicale. "A.R. 22.1.1991" "Chapitre VIII. Prestations interventionnelles percutanées sous contrôle d'imagerie médicale. Art. 34. 1 er. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification du médecin

Plus en détail

RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS

RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Solution de continuité partielle ou totale d un ou de plusieurs tendons de la coiffe Origine traumatique, micro traumatique ou dégénérative INTERET Fréquence Causes multifactorielles

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

Surveillance de l opéré vasculaire. DIU d échographie. L examen pré et postinterventionnel. Surveillance du geste de revascularisation

Surveillance de l opéré vasculaire. DIU d échographie. L examen pré et postinterventionnel. Surveillance du geste de revascularisation DIU d échographie module vasculaire DESC de médecine vasculaire L examen pré et postinterventionnel Gudrun Böge Médecin Vasculaire CHU de Montpellier-Nîmes Surveillance de l opéré vasculaire Surveillance

Plus en détail

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed.

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed. le point sur Coronarographie par CT-scan en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 532-7 E. De Benedetti P. Urban H. Hauser Drs Edoardo De Benedetti et Philip Urban Département cardiovasculaire Dr Hermann Hauser

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Référentiel : A. Définition L artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est définie comme l obstruction

Plus en détail