PACA DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES MILIEUX HUMIDES DU SITE DU PATY. Rapport complémentaire Gomphe de Graslin. Commune de Caromb (Vaucluse)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PACA DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES MILIEUX HUMIDES DU SITE DU PATY. Rapport complémentaire Gomphe de Graslin. Commune de Caromb (Vaucluse)"

Transcription

1 PACA Ligue pour la Protection des Oiseaux Délégation Provence-Alpes-Côte d Azur DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES MILIEUX HUMIDES DU SITE DU PATY Rapport complémentaire Gomphe de Graslin Commune de Caromb (Vaucluse) Mairie de Caromb 141 avenue du Grand Jardin Caromb Novembre 2011

2 Ligue pour la Protection des Oiseaux Délégation Provence Alpes Côte d Azur DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES MILIEUX HUMIDES DU SITE DU PATY Rapport complémentaire Gomphe de Graslin Commune de Caromb (Vaucluse) Rédaction : Jean-Marin Desprez & Amine Flitti Résumé : A la demande de la commune de Caromb, la LPO PACA a réalisé en août 2011 un diagnostic écologique des milieux humides du Lac du Paty. Lors de cette étude, plusieurs imagos de Gomphe de Graslin (Gomphus graslinii), espèce protégée au niveau national et inscrite aux annexes 2 et 4 de la directive habitat Faune-Flore CEE 92/43 ont été découverts sur le site, nécessitant des mesures de protection adaptées. La commune de Caromb a mandaté en octobre 2011 la LPO PACA pour réaliser une étude complémentaire destinée à préciser les zones de développement larvaire de l espèce, en vue de les prendre en compte dans le cadre de son projet d ouverture d une baignade durant l année Citation recommandée : LPO PACA (2011). Diagnostic écologique des milieux humides du Lac du Paty. Rapport complémentaire Gomphe de Graslin. Rapport Ville de Caromb/LPO PACA, 30 p. Remerciements : Les auteurs tiennent à remercier les personnes qui ont apporté leur aide et facilité la rédaction de cette étude : Michel Papazian, Yoann Blanchon, Guillaume Onfray, Gilles Viricel, Robin Lhuillier et Benoit Nabholz (pour ses photos). Ligue pour la Protection des Oiseaux Délégation Provence Alpes Côte d Azur Villa St Jules 6 avenue Jean Jaurès Hyères les Palmiers LPO PACA, Novembre

3 Sommaire 1. Contexte de l étude Méthodologie Recherche des zones d émergence Résultats des recherches d exuvies effectuées en juillet Résultats des recherches d exuvies effectuées en octobre Zones potentielles de développement larvaire Etude des zones potentiellement favorables Résultats des relevés Variations saisonnières de la hauteur d eau Délimitation de la zone potentiellement sensible et recommandations complémentaires de gestion... 8 LPO PACA, Novembre

4 1. Contexte de l étude A la demande de la commune de Caromb, la LPO PACA a réalisé en août 2011 un diagnostic écologique des milieux humides du Lac du Paty. Lors de cette étude, plusieurs imagos de Gomphe de Graslin (Gomphus graslinii), espèce protégée au niveau national et inscrite aux annexes 2 et 4 de la directive habitat Faune Flore CEE 92/43 ont été découverts sur le site, nécessitant des mesures de protection adaptées. La commune de Caromb a mandaté en octobre 2011 la LPO PACA pour réaliser une étude complémentaire destinée à préciser les zones de développement larvaire de l espèce, en vue de les prendre en compte dans le cadre de son projet d ouverture d une baignade durant l année Méthodologie Comme la plupart des larves d odonates, les larves de Gomphus graslinii vivent immergées dans la partie superficielle des sédiments subaquatiques pendant les 2 à 4 années de leur développement, et ne sont donc pas directement accessibles à l observation. Pour définir les zones de développement larvaire, 2 méthodes ont été utilisées : La recherche d exuvies, enveloppes dont les larves se débarrassent au moment de leur sortie à l air libre (émergence) et de leur transformation en imago. Les exuvies adhèrent un certain temps à leurs supports situés sur les berges et sont un bon indicateur des zones de développement larvaire situées à proximité. L examen des sédiments et des formations végétales subaquatiques, milieux au sein desquels vivent et se nourrissent les larves. 3. Recherche des zones d émergence 3.1 Résultats des recherches d exuvies effectuées en juillet 2011 Lors de la prospection réalisée le 7 juillet 2011 dans le cadre du premier volet de l étude, 6 exuvies avaient été récoltées sur le secteur de la queue du lac (buissons, piliers de la passerelle, et ouvrages en béton situés sous l aire de pique nique), ainsi que 3 sur celui du ravin du Lauron (berges situées entre la cascade et le pont sur la D13). La détermination de ces exuvies a été effectuée en octobre 2011 et les taxons suivants ont été identifiés : Queue du lac : 4 exuvies d Orthetrum cancellatum et 2 exuvies de Sympetrum sp. Ravin du Lauron : 1 exuvie de Cordulegaster boltonii (probablement de la sous espèce immaculifrons) et 2 exuvies de Boyeria irene. LPO PACA, Novembre

5 3.2. Résultats des recherches d exuvies effectuées en octobre 2011 Dans le cas où certaines d entre elles auraient pu échapper aux aléas climatiques et se maintenir sur leur support, il a été procédé le 9 octobre 2011 à une recherche complémentaire d exuvies. Cette prospection a mobilisé 4 personnes sur une demi journée. Plusieurs sites ont été prospectés : L ensemble des parois du barrage, en barque mise à disposition par l association des amis du lac du Paty. Les berges avec présence d arbres et les ouvrages situés à proximité du barrage, à pied. Le secteur de la queue du lac (piliers de la passerelle, ouvrages en béton situés sous l aire de pique nique, berges, arbres, buissons), à pied. Aucune exuvie n a été trouvée sur les parois du barrage, ni sur les ouvrages, berges ou arbres situés à proximité. Dans le secteur de la queue du lac, 3 exuvies protégées des aléas climatiques ont été récoltées sur le mur situé sous l aire de pique nique. Dans les 3 cas, il s agit d exuvies d Orthetrum cancellatum. 4. Zones potentielles de développement larvaire Les exigences écologiques et les habitats des larves de Gomphus graslinii sont mal connus en milieu fluvial, et encore moins en milieu lacustre. En référence aux connaissances parcellaires établies jusqu ici pour cette espèce dans l Ouest ou le Sud de la France (Charente, Indre, Hérault, ) et par analogie avec d autres espèces du genre Gomphus mieux étudiées, on sait cependant que leur développement nécessite : Des sédiments fins (sables fins, limons) permettant l enfouissement superficiel des larves. Des eaux de bonne qualité, à courant lent, et peu profondes (de 0 à 1,5 m. environ, mais une profondeur allant jusqu à 2,5 m. à 3 m. n est pas totalement exclue). Une présence préférentielle de matière organique en décomposition et/ou de végétation aquatique favorisant le développement des micro invertébrés, nourriture des larves Etude des zones potentiellement favorables Suite à une sécheresse particulièrement prononcée et durable, une importante baisse du niveau du lac ( 3 m. environ) a mis à l air libre à l automne 2011 toute sa partie amont, sur une distance comprise entre 100 et 120 m. environ en aval de la passerelle. Cette baisse a été mise à profit pour établir une cartographie des zones sédimentaires et de la végétation aquatique potentiellement favorables au développement des larves de Gomphus graslinii. Les relevés de terrain ont été effectués le 21 octobre 2011, soit au plus bas niveau atteint par les eaux avant que les pluies de fin octobre ne viennent commencer à réalimenter le lac. Ces relevés ont mobilisé une personne pendant une demi journée. LPO PACA, Novembre

6 4.2. Résultats des relevés On peut distinguer sur la carte 1 : Sur les berges en pente forte, une formation caillouteuse peu épaisse (0 à 0,5 m.) constituée d éléments calcaires très grossiers généralement compris entre 10 et 20 cm, sans matrice (éboulis et /ou remblais d origine anthropique). La formation repose directement sur la roche calcaire en place et la laisse affleurante en certains endroits. L absence de sédiments fins y est défavorable au développement des larves. En dépit du bas niveau atteint par les eaux, la partie basse de cette formation demeurait immergée et n était pas visible au moment du relevé. Sur les berges en pente plus faible (secteur situé en rive droite et en rive gauche à proximité et en aval de l aire de pique nique), s individualise une formation sédimentaire d origine fluviatile assez grossière, épaisse de 3 à 4 mètres, presque totalement à l air libre au moment du relevé. Cette formation est constituée de graviers emballés dans une matrice sablo limoneuse, sans présence de matière organique (terrasse alluviale ancienne et/ou cône torrentiel récent). En période de hautes eaux, la presque totalité des dépôts située en aval de l aire de pique nique est immergée et la présence de sédiments fins pourrait y autoriser le développement des larves. L absence de matière organique et de végétation aquatique représente néanmoins un facteur défavorable dans cette perspective. En descendant vers l ancien lit du cours d eau (fond du lac) ainsi que dans l anse localisée en aval de l aire de pique nique, les formations fluviales ou torrentielles passent très rapidement à des dépôts fins, épais d 1 à 1,2 m. au minimum pour la partie visible lors du relevé. Ces dépôts sont constitués d argiles et limons, avec présence plus ou moins marquée de matière organique, bien que jamais importante. L absence de sables et/ou graviers au sein de la formation sédimentaire indique que les dépôts ne sont pas d origine fluviatile mais lacustre, et que le cours d eau qui se jette dans le lac n est pas ou n est plus fonctionnel depuis une longue période, ou du moins très épisodiquement et sans débits importants. Ces dépôts sédimentaires fins sont en pente faible vers l aval et, pendant les périodes de hautes eaux (hiver/printemps), leur profondeur peut être estimée entre environ 0 et 0,5 m. au niveau de la passerelle ainsi que dans l anse située en rive droite, et environ 3 m. à une centaine de mètres en aval de cette dernière. Au delà de cette distance, la pente s accélère jusqu à atteindre une profondeur supérieure à 5 m. à environ 120 m. de la passerelle, puis est rapidement soustraite à l observation en raison de la hauteur de l eau au moment du relevé. Des herbiers fournis tapissent la formation dans toute la partie située en amont de la passerelle et dans une moindre mesure dans l anse située à proximité de l aire de pique nique (zones de faible profondeur en période de hautes eaux). En aval de la passerelle, les herbiers sont encore présents mais de plus en plus épars et de moins en moins fournis à mesure qu on se dirige en eaux profondes. Ils sont encore sporadiquement visibles à une LPO PACA, Novembre

7 centaine de mètres de cette dernière, mais au delà de 120 mètres environ de la passerelle, la hauteur d eau n a pas permis de vérifier leur présence ou non. Ces formations sédimentaires lacustres incorporant de la matière organique en association avec des herbiers plus ou moins fournis présentent un potentiel particulièrement favorable pour le développement des larves Variations saisonnières de la hauteur d eau Compte tenu du climat méditerranéen et de l absence d écoulement pérenne au niveau du cours d eau alimentant la retenue du Paty, les variations saisonnières de hauteur d eau du lac sont importantes. Elles déterminent un déplacement des zones potentiellement favorables aux larves vers l aval en période de sécheresse, et vers l amont en période de réalimentation du lac par les précipitations. Comme cela a été mis en évidence notamment en Espagne sur des cours d eau intermittents, les larves de Gomphus graslinii peuvent tout à fait se déplacer au gré des variations de niveau d eau. Ces déplacements sont toutefois conditionnés par la présence de sédiments favorables à leur enfouissement, et de nourriture en quantité suffisante. Ils sont en outre limités par la profondeur que les larves sont susceptibles d atteindre. La profondeur optimale de développement des larves se situant entre 0 et 1,5 m., les variations saisonnières habituelles de la hauteur d eau (jusqu à 2 m. de marnage) déterminent deux secteurs différenciés au sein de la zone sédimentaire précédemment définie: LPO PACA, Novembre

8 En période de hautes eaux (hiver/printemps) la zone optimale des 1,5 m. de profondeur se situe en amont de la passerelle, sous l aire de pique nique et dans l anse située en aval de cette dernière. En période de basses eaux (été/automne) cette zone se situe sous l aire de pique nique et en aval de cette dernière, partie basse de l anse incluse, jusqu à une distance de 120 à 130 m. environ en aval de la passerelle. Dans l hypothèse où les larves pourraient atteindre des profondeurs de l ordre de 2 à 3 m., la zone favorable doit être élargie vers l aval au delà de mètres à partir de la passerelle en période de basses eaux normales (marnage inférieur à 2 m.) La présence de sédiments fins y est en effet hautement probable et même si la présence de matière organique et/ou d herbiers n a pu y être vérifiée, celle ci ne peut être totalement écartée. La même remarque peut être faite en cas de sécheresse aggravée (marnage supérieur à 2 m.) quelque soit la profondeur maximum atteinte par les larves. 5. Délimitation de la zone potentiellement sensible et recommandations complémentaires de gestion Lors des prospections du 7 juillet 2011, l observation de plusieurs individus de Gomphus graslinii en période de reproduction plaide en faveur d une reproduction de l espèce sur le site du Paty, mais cette dernière n a pu être prouvée jusqu ici par la découverte d exuvies. Des recherches ultérieures conduites en période favorable (juin/juillet 2012), seront donc nécessaires pour répondre à cette question et pour, le cas échéant, déterminer avec précision les zones d émergence et de développement larvaire. En attendant ces prospections, l étude des dépôts sédimentaires et des formations végétales aquatiques associées a permis de délimiter la zone potentiellement favorable au développement des larves de Gomphus graslinii. Cette zone se superpose aux sédiments lacustres situés entre l amont de la passerelle et l aval de l aire de pique nique, anse incluse, jusqu à une distance d environ m. en aval de la passerelle (carte 2). Elle s étend au delà de cette limite en cas de marnage très prononcé (+ de 2 m.) ou bien encore si on retient l hypothèse d une profondeur atteinte par les larves supérieure à 1,5 m. Deux secteurs ont en outre été précisés au sein de cette zone en fonction des variations saisonnières de hauteur d eau habituelles (jusqu à 2 m.), le secteur le plus sensible en période de basses eaux estivales étant celui situé en aval. Les berges situées à proximité immédiate de la zone de sédiments potentiellement favorables aux larves sont par ailleurs incluses dans le périmètre sensible (carte 2). LPO PACA, Novembre

9 La nouvelle délimitation ici proposée reprend en grande partie la délimitation définie en août 2011 dans le cadre du premier volet de l étude, mais lui apporte quelques modifications dans la partie située en aval de l aire de pique nique (voir carte 2 et 3 du rapport initial). Tenant compte du statut d espèce protégée du Gomphus graslinii, et dans l attente de prospections ultérieures destinées à confirmer sa reproduction et à apporter toutes précisions utiles à propos des éventuelles zones d émergence et de développement larvaire, il est fortement recommandé d éviter toute fréquentation (piétinement, baignade) ou curage des sédiments lacustres situés dans l ensemble de la zone nouvellement définie (carte 2), avec une attention particulière sur le secteur aval en période de basses eaux estivales. LPO PACA, Novembre

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Marc Fleury Biologiste 341, rue Saint-Jean-Baptiste Est,

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU. Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables.

DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU. Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables. DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU 1 Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables Annexe jointe : atlas cartographique Septembre 2009 2 Etude réalisée par

Plus en détail

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques Les Crastes et Fossés Guide d entretien 2013/2014 Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques L entretien par les services municipaux LA TESTE CENTRE CAZAUX

Plus en détail

Janvier 2012. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud.

Janvier 2012. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud. DIAGNOSTIC DE ZONE HUMIDE SUR LE SECTEUR D AMENAGEMENT PRESSENTI SALAMOT/REVELAZ COMMUNE DE TULLINS Janvier 2012 SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23

Plus en détail

Novembre 2011. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud.

Novembre 2011. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud. DIAGNOSTIC ZONE HUMIDE SUR LE PERIMETRE DE LA ZAC DU GRAND CLODY COMMUNE DE FONTANIL-CORNILLON Novembre 2011 SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

CLE Groupe «Biodiversité»

CLE Groupe «Biodiversité» CLE Groupe «Biodiversité» AUTEUR/ÉMETTEUR COMPTE RENDU DE RÉUNION DATE DE LA RÉUNION Mission Développement Durable 17/01/2011 PARTICIPANTS Ville d Angers/ Angers Loire Métropole/ groupe projet (en interne)

Plus en détail

Le Rhône, fleuve aménagé

Le Rhône, fleuve aménagé 21 Le Rhône, fleuve aménagé Appelé Rotten dans la première partie de son cours, le Rhône naît des eaux de fonte du glacier de la Furka dans le canton du Valais en Suisse. Il parcourt 300 km avant d atteindre

Plus en détail

Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles

Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITE DE LAC-BEAUPORT REGLEMENT NUMERO 7-172 Objet : Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles Session ordinaire du Conseil de la municipalité

Plus en détail

Cette plaquette vise les travaux d entretien du cours d eau ne nécessitant aucune déclaration, ni autorisation au titre de la Loi sur l Eau

Cette plaquette vise les travaux d entretien du cours d eau ne nécessitant aucune déclaration, ni autorisation au titre de la Loi sur l Eau PREFET DES PYRENEES ORIENTALES Direction Départementale des Territoires et de la Mer MISE des Pyrénées Orientales Cette plaquette vise les travaux d entretien du cours d eau ne nécessitant aucune déclaration,

Plus en détail

Les sentiers récréatifs (randonnée, VTT, motoneige) 36 L entretien du réseau d accès 38

Les sentiers récréatifs (randonnée, VTT, motoneige) 36 L entretien du réseau d accès 38 VOUS PRÉVOYEZ CONSTRUIRE UN CHEMIN FORESTIER Une bonne planification 23 Comment construire son chemin forestier 25 Concernant les ponts et ponceaux 27 La planification des traverses de cours d eau 28 Le

Plus en détail

CONTEXTE ET OBJECTIFS

CONTEXTE ET OBJECTIFS dans le cadre de la réalisation de l A89 - Dérivation et rescindement de la Goutte Martin OHA363 O et OHA364 CONTEXTE ET OBJECTIFS Le dernier tronçon de l A89 reliant Lyon à Bordeaux, lancé en 2009 pour

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

Les Crastes. Edito G UIDE PRATIQUE D ENTRETIEN

Les Crastes. Edito G UIDE PRATIQUE D ENTRETIEN Les Crastes G UIDE PRATIQUE D ENTRETIEN SOMMAIRE 2 3 Les Crastes : A quoi ca sert? Les obligations en matière d entretien Deux acteurs pour une même mission Edito 4 6 7 8 8 5 Cartes L action de sensibilisation

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime Le SPANC Communauté de communes des Versants d Aime Créé en 2012, le Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de la communauté de communes des Versants d Aime est un service industriel et

Plus en détail

NOR : DEVL1506776J (Texte non paru au Journal officiel)

NOR : DEVL1506776J (Texte non paru au Journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Direction générale de l aménagement, du logement et de la nature Direction de l eau et de la biodiversité Sous-direction

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot. Présentation des toitures végétales...

Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot. Présentation des toitures végétales... Les toitures vertes Présentation par la sa MEULEMAN JP Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot Présentation des toitures végétales... Toiture à Tournai 1998 Maubeuge 1990 Une philosophie passionnante... 1 La

Plus en détail

Fossés de drainage et autres fossés.

Fossés de drainage et autres fossés. AMÉNAGEMENTS N 10 Fossés de drainage et autres fossés. Définition générale de l aménagement. Type de biodiversité visée : > Flore > Faune - Oiseaux - Insectes - Reptiles - Amphibiens Eau Paysage Effet

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Aménagement de 47 frayères pour améliorer l habitat de la truite mouchetée sur le territoire de l'obv Charlevoix-Montmorency.

Aménagement de 47 frayères pour améliorer l habitat de la truite mouchetée sur le territoire de l'obv Charlevoix-Montmorency. Rapport final Programme de partenariats relatifs à la conservation des pêches récréatives Renaud Dostie, tech. de la faune sp. Jacques L. Laliberté, ing.f. Jean Landry, directeur OBV-CM Québec, le 1 décembre

Plus en détail

quais et abris à bateaux

quais et abris à bateaux Guide pratique pour les quais et abris à bateaux Édition 2012 sommaire 3 Le littoral et la rive 4 Où construire un quai? 5 La réglementation 6 Les quais flottants 7 Les quais sur pieds tubulaires et sur

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous allez construire ou améliorer un habitat : traiter et évacuer vos eaux usées est une obligation. Si votre terrain

Plus en détail

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4 60.01 DRAINER C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3 Les principes de drainage page 2&3 les réseaux de drainage page 4 la pose des drains page 4&5 page 1/6 - Fiche Conseil n 60.01

Plus en détail

Avis sur le projet de SAGE Loire en Rhône-Alpes

Avis sur le projet de SAGE Loire en Rhône-Alpes Avis sur le projet de SAGE Loire en Rhône-Alpes Sollicitation de l avis de l Etablissement En application de l article L.212-6 du Code de l Environnement, Monsieur Michel CHARTIER, Président de la CLE,

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

Communes concernées par le Contrat de Rivière

Communes concernées par le Contrat de Rivière Contrat de Rivière Ouvèze UNE OPERATION DE RENATURATION DU LIT DE L OUVEZE «Gestion des milieux aquatiques et préservation de la faune : deux approches à concilier pour l atteinte du bon état» Les 12 et

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES. 18 Décembre 2013

ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES. 18 Décembre 2013 ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES 18 Décembre 2013 Etablissement Public Paris-Saclay ARTELIA ZAC du Moulon Délimitation, cartographie et caractérisation pédologique des zones humides Rapport

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Relations entre transport sédimentaire altéré et communautés aquatiques. F. GAYOU, ONEMA-DiR Sud-Ouest G. MELUN, ONEMA-DG/DAST

Relations entre transport sédimentaire altéré et communautés aquatiques. F. GAYOU, ONEMA-DiR Sud-Ouest G. MELUN, ONEMA-DG/DAST Relations entre transport sédimentaire altéré et communautés aquatiques F. GAYOU, ONEMA-DiR Sud-Ouest G. MELUN, ONEMA-DG/DAST Sommaire 1. Relations «sédiments - communautés aquatiques» 2. Altération du

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

Gestion du Transport Solide et Aménagements hydroélectriques

Gestion du Transport Solide et Aménagements hydroélectriques Gestion du Transport Solide et Aménagements hydroélectriques Quantification des dépôts dans les retenues, Problématiques environnementales d un gestionnaire, Eléments de réflexion macro iques Séminaire

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS 10 ème programme pluriannuel d intervention MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS Pour la période 2013 à 2018 Le conseil d administration de

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA HAUTE-LOIRE

CONSEIL GENERAL DE LA HAUTE-LOIRE CONSEIL GENERAL DE LA HAUTE-LOIRE Direction : DIRED Service instructeur : Environnement RAPPORT DU PRESIDENT 4C- AVIS SUR LE PROJET DE SCHEMA D'AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX LOIRE EN RHONE ALPES Mesdames,

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

CAVE BAR 6 modèles de 400 à 1000 bouteilles www.polycave.fr contact@polycave.fr

CAVE BAR 6 modèles de 400 à 1000 bouteilles www.polycave.fr contact@polycave.fr CAVE BAR 6 modèles de 400 à 1000 bouteilles www.polycave.fr contact@polycave.fr PREAMBULE Qui n a jamais rêvé de faire creuser une cave pour stocker ses meilleures bouteilles? Que l on soit simple amateur,

Plus en détail

Barrage de Verbois. Actions environnementales pour la préservation du Rhône

Barrage de Verbois. Actions environnementales pour la préservation du Rhône Barrage de Verbois Actions environnementales pour la préservation du Rhône 1 Table des matières 1 Introduction 3 2 Les objectifs des actions environnementales 4 A. Préserver, diversifier et créer des milieux

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ MºMA-01 DONNÉES ADMINISTRATIVES TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA DONNÉES DE GESTION PROJET DE LICITATION Budget de base de licitation: 2.666.351,66 Délai d exécution:

Plus en détail

LES EFFETS DE LA SECHERESSE SUR LES CHAUSSEES A FAIBLE TRAFIC DANS LA REGION CENTRE

LES EFFETS DE LA SECHERESSE SUR LES CHAUSSEES A FAIBLE TRAFIC DANS LA REGION CENTRE Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 6 Lyon (France) LES EFFETS DE LA SECHERESSE SUR LES CHAUSSEES A FAIBLE TRAFIC DANS LA REGION CENTRE Yasmina BOUSSAFIR Laboratoire

Plus en détail

Symboles de nos cartes

Symboles de nos cartes 2011 Cartes nationales de la Suisse Symboles de nos cartes Supplément illustré de la légende des signes conventionnels des cartes nationales (CN) de la Suisse Schweizerische Eidgenossenschaft Confédération

Plus en détail

10 ème programme de l Agence de l Eau Seine Normandie (2013-2018) VOLET MILIEUX AQUATIQUES ET HUMIDES

10 ème programme de l Agence de l Eau Seine Normandie (2013-2018) VOLET MILIEUX AQUATIQUES ET HUMIDES 10 ème programme de l Agence de l Eau Seine Normandie (2013-2018) VOLET MILIEUX AQUATIQUES ET HUMIDES Les principes généraux du 10 ème programme Modération des recettes fiscales = 6 fois recettes de 2012

Plus en détail

COURS D EAU D UN FOSSÉ

COURS D EAU D UN FOSSÉ COMMENT DIFFÉRENCIER UN COURS D EAU D UN FOSSÉ Les COURS D EAU et les MILIEUX RIVERAINS abritent une multitude d espèces animales et végé tales. Ces écosystèmes fragiles sont protégés par des lois et des

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique.

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Le développement de l urbanisation et l imperméabilisation croissante des sols ont fait des eaux

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10.

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10. COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette

Plus en détail

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES Les Réserves Naturelles Régionales en Région Pays de la Loire Références juridiques Définition Code de l environnement, art. L. 332-1 à L. 332-27, intégrant : Loi n 2002-276 du 27 février 2002 relative

Plus en détail

CONDITIONS METEOROLOGIQUES

CONDITIONS METEOROLOGIQUES 10 BULLETIN MENSUEL DU MOIS D OCTOBRE 2014 SITUATION DU CRIQUET PELERIN AU MALI ----------------------------------------------------------------------------------------------- Résumé les conditions écologiques

Plus en détail

UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013. Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot

UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013. Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013 Les toitures vertes Présentation par la sa MEULEMAN JP Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot Présentation des toitures végétales... Toiture à Tournai 1998 Maubeuge 1990

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE :

TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE : TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE : Bassin versant de l Èvre : - Superficie : 573 km² - 45 communes concernées - Longueur de cours d eau cumulée

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Trois années de recherche en génétique cartographient pour la première fois les souches de truites françaises

Trois années de recherche en génétique cartographient pour la première fois les souches de truites françaises 1 Trois années de recherche en génétique cartographient pour la première fois les souches de truites françaises C est après trois années de travail que les pêcheurs de loisir, représentés par la Fédération

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

ETANCHEITE DES FONDATIONS

ETANCHEITE DES FONDATIONS ETANCHEITE DES FONDATIONS H UM I DIT É DE S S O US-SOL Par définition, le sous-sol d un bâtiment désigne l ensemble des locaux (cave, garage, parfois pièce aménagée d un pavillon, caves ou parkings en

Plus en détail

L étude d impact des parcs éoliens, volets milieux naturels et paysage : Évolutions réglementaires et développements techniques

L étude d impact des parcs éoliens, volets milieux naturels et paysage : Évolutions réglementaires et développements techniques étude d impact des parcs éoliens, volets milieux naturels et paysage : Évolutions réglementaires et développements techniques ise Pignon Dr. Claire Poinsot cpoinsot@biotope.fr Plan de la présentation éolien

Plus en détail

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron PREFET DE l AVEYRON Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron Réunion d information des propriétaires et des exploitants Mercredi 10 décembre 2014 Pourquoi restaurer la continuité

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Suaci Alpes du Nord Maison de l Agriculture et de la Forêt 40 rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél: 04 79 70 77 77 Réalisation d un recensement

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Convention pour l établissement d un Refuge pour les chauves-souris dans une commune ou toute autre collectivité territoriale

Convention pour l établissement d un Refuge pour les chauves-souris dans une commune ou toute autre collectivité territoriale GCP - Opération Refuges pour les chauves-souris Groupe Chiroptères de Provence (GCP) Rue Villeneuve - 04230 Saint-Etienne-les-Orgues Tel : 09 65 01 90 52 Courriel : gcp@gcprovence.org Site : www.gcprovence.org

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

Annexe a - Pertes de fonds - Dommages aux sols cultivés (ravinement, dépôts d embâcles, débris végétaux, dépôts de boue) et aux palissages

Annexe a - Pertes de fonds - Dommages aux sols cultivés (ravinement, dépôts d embâcles, débris végétaux, dépôts de boue) et aux palissages Annexe a - Pertes de fonds - Dommages aux sols cultivés (ravinement, dépôts d embâcles, débris végétaux, dépôts de boue) et aux palissages Le curage et le nettoyage des cours d eau ne sont pas éligibles

Plus en détail

CONSULTATION D ENTREPRISES POUR LA REALISATION DE TRAVAUX DE RENATURATION DE COURS D'EAU ET DE CREATION DE MARES

CONSULTATION D ENTREPRISES POUR LA REALISATION DE TRAVAUX DE RENATURATION DE COURS D'EAU ET DE CREATION DE MARES CONSULTATION D ENTREPRISES POUR LA REALISATION DE TRAVAUX DE RENATURATION DE COURS D'EAU ET DE CREATION DE MARES Section I - Nom ou raison sociale et adresse Nom ou raison sociale de l'acheteur : Office

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

identifient les utilisations des terres qui conviennent aux endroits à risque;

identifient les utilisations des terres qui conviennent aux endroits à risque; Ressources naturelles Canada 2011: plan de leçon - 9 ième à 12 ième année Activité 10 sur les glissements de terrain : Réduction du risque des glissements de terrain Description: Une discussion en classe

Plus en détail

Droit applicable au transport sédimentaire

Droit applicable au transport sédimentaire Droit applicable au transport sédimentaire 111 111 Droit applicable au retrait des sédiments de cours d eau 118 Droit applicable à la préservation ou à la création de zones de mobilité 119 Droit applicable

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Discrète et fragile steppe

Discrète et fragile steppe Exposition itinérante Discrète et fragile steppe Exposition proposée par Le Conservatoire d espaces naturels de Provence Alpes Côte d Azur (CEN PACA) 890 chemin Bouenhoure haut 13090 Aix en Provence Tél

Plus en détail

PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ SUR LE TERRITOIRE DU GRAND LYON. Ruisseaux et rivières dans le Grand Lyon

PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ SUR LE TERRITOIRE DU GRAND LYON. Ruisseaux et rivières dans le Grand Lyon PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ SUR LE TERRITOIRE DU GRAND LYON Ruisseaux et rivières dans le Grand Lyon Ruisseau - Largeur: 3 mètres de largeur au maximum - Courant: Rapide. - Pente: Importante. - Température:

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS La Directive Cadre sur l Eau (DCE, n 2000/60/CE) fixe comme objectif pour 2015 l atteinte du bon état ou du bon potentiel écologique des eaux de surface. Ces états écologiques sont appréciés par la qualité

Plus en détail

Les toitures végétalisées et les défis de l urbanisme vert

Les toitures végétalisées et les défis de l urbanisme vert Les toitures végétalisées et les défis de l urbanisme vert Les défis de l éco conception urbaine Les défis de la biodiversité et de la nature en ville Les défis de la construction d une filière économique

Plus en détail

SCHEMA DE RESTAURATION ET DE GESTION DE LA BLEONE ET DE SES AFFLUENTS

SCHEMA DE RESTAURATION ET DE GESTION DE LA BLEONE ET DE SES AFFLUENTS SYNDICAT MIXTE D AMENAGEMENT DE LA BLEONE SCHEMA DE RESTAURATION ET DE GESTION DE LA BLEONE ET DE SES AFFLUENTS ETAT DES LIEUX DIAGNOSTIC : N 860070 R3 Burea u d 'étud e Gestion et Restauration des cours

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

Ce projet est conçu et réalisé par la Métropole Nice Côte d Azur Exposition photos gratuite

Ce projet est conçu et réalisé par la Métropole Nice Côte d Azur Exposition photos gratuite Ce projet est conçu et réalisé par la Métropole Nice Côte d Azur Exposition photos gratuite UNE EXPOSITION PHOTOS LA BIODIVERSITÉ LA MÉTROPOLE NICE CÔTE D AZUR S EXPOSE EN PHOTOS! A travers des photos

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX DES SENTIERS. Date : 3 au 5 Juillet 2015 Evénement : MB Race Coordonateur BV : Dupouy Guillaume

ÉTAT DES LIEUX DES SENTIERS. Date : 3 au 5 Juillet 2015 Evénement : MB Race Coordonateur BV : Dupouy Guillaume ÉTAT DES LIEUX DES SENTIERS Date : 3 au 5 Juillet 2015 Evénement : MB Race Coordonateur BV : Dupouy Guillaume BILAN GÉNÉRAL DE L ÉVÉNEMENT Nom de l événement : MB Race Culture Vélo Localisation : Combloux

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Erosion, corrosion, transport et sédimentation

Erosion, corrosion, transport et sédimentation Erosion, corrosion, transport et sédimentation par Johan et Lionel BARRIQUAND ARPA, UFR des Sciences de la terre, Université Claude Bernard, Lyon I, Villeurbanne, France Sommaire 1. Dossier de documentation

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab hajarlazar1488@gmail.com asmabenmoussa@gmail.com nadiakassou@yahoo.fr iliaskacimi@yahoo.fr Lazar

Plus en détail