Imaginez que, depuis ses bureaux californiens, Climate Corp (filiale de Monsanto)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Imaginez que, depuis ses bureaux californiens, Climate Corp (filiale de Monsanto)"

Transcription

1 Page 1/5 Des Etats-Unis à la France Big data : une nouvelle révolution agricole en marche Le boom des données extraites des champs et des animaux a fait naître dans les années 2000 de nouveaux acteurs dans le monde agricole. Ces entreprises spécialisées dans le traitement des données ont pour nom Climate Corp, ou Farmers Business Network aux Etats-Unis, Smag en France. Ce nouveau secteur d'activité offre des perspectives prometteuses à l'agriculture, mais pourrait poser la question de l'autonomie des agriculteurs. Pour les parlementaires, le contrôle des données est même un enjeu de souveraineté nationale! Imaginez que, depuis ses bureaux californiens, Climate Corp (filiale de Monsanto) soit mieux renseigné sur les parcelles de la Beauce et les vaches du Cantal, que les agriculteurs ou leurs coopératives elles-mêmes. Imaginez que la société américaine puisse conseiller les meilleures semences, les meilleurs engrais, les meilleures rations, grâce à une multitude de données fournies par l'agriculteur lui-même, ses machines agricoles, des capteurs placés dans les champs ou sur les animaux. Imaginez qu'elle le prévienne avant tout le monde de l'émergence d'un risque de grêle ou de maladie, et qu'elle puisse leur désigner la vache ou le mètre carré de terre à traiter. C'est le mauvais rêve que font la profession agricole et certains parlementaires français : qu'un «big player» américain s'empare des données de plus en plus importantes produites par les agriculteurs, en leur proposant des services ultra performants. Heureusement, on en est encore loin î Des parlementaires français et des professionnels agricoles s'en sont tout de même inquiétés à l'occasion d'une audition organisée, le 2 juillet, par l'office parlementaire des choix technologiques (Opecst) autour du «big data agricole». Tous attendent des gains substantiels de ces technologies mais craignent pour la souveraineté des agriculteurs et de la France (voir article suivant). Lagriculture prend son temps Derrière le terme obscur de «big data» se cachent des technologies, un savoirfaire : celui développé par les entreprises du numérique comme Google pour traiter la quantité de données gigantesques qu'ils récoltent et en extraire des services simples d'utilisation. Facebook, a, par exemple, tiré de son réseau social et des myriades d'interactions qui s'y produisent, des services de marketing très puissants. En agriculture, ces techniques sont encore peu utilisées, car les données à collectées sont encore peu nombreuses. «Facebook génère plus de données en deux jours, que nous en un an. Avec W millions d'hectares, nous commençons tout juste à avoir besoin de ces technologies», explique Stéphane Marcel, Pdg de Smag.

2 Page 2/5 «Ca va mettre plus de temps ; en viticulture, il n'y a qu'un millésime par an. On est loin de la vente de téléphones où il s'achète des milliers de téléphones tous les jours», explique Sébastien Payen, co-fondateur de la start-up Fruition, qui travaille sur le big data en viticulture. Toutefois les données sont de plus en plus nombreuses, produites par les machines (tracteurs, moissonneuses, pulvérisateurs, machines à traire, podomètres...), les capteurs présents dans les champs (capteur de stress hydrique en viticulture) ou dans les airs (drones, images satellitaires). Les attentes sont fortes : économies d'énergie, de traitements phytosanitaires ou d'antibiotiques, prévision des risques... Pour Hervé Pillaud, président de la Chambre d'agriculture de Vendée, les «big data» toucheront six domaines agricoles : les assurances, le financement, la recherche et développement, les objets connectés, le conseil et l'approche du marché. Climate Corp s'implante dans le maïs Comme l'a rappelé l'audition de l'opecst, de nombreuses initiatives ont émergé de l'autre côté de l'atlantique dans le traitement des données agricoles, où trois opérateurs sont identifiés comme des leaders de cette activité : Climate Corp (filiale de Monsanto), Farmers Business Network et John Deere. D'abord spécialisée dans l'assurance météorologique, la société Climate Corp s'est fortement développée depuis 2012 sur le conseil en fertilisation pour les maïsiculteurs - elle travaille également dans le soja. «Nous avons développé beaucoup de modèles pour comprendre les risques en agriculture entre 2009 et Nous avons réalisé que ces modèles et des données acquises dans les champs, notamment dans le Midwest, pouvaient nous servir à mieux gérer les exploitations», retrace Tristan D'Orgeval, directeur produits chez Climate Corp. En 2015, la société ambitionne de couvrir 50 M ha avec son service gratuit - la surface agricole utile des Etats-Unis est de 381 M ha - et 5 Mha avec son service payant (environ 7 l'hectare), Climate Pro ; elle projette déjà d'étendre son offre au Canada et à l'amérique du sud. «Sa force est de combiner les flux d'information descendants et montants avec les agriculteurs», explique Stéphane Grumbach, directeur de recherche à ITnria (Institut de recherche en informatique). En d'autres termes, lorsqu'elle livre des informations et des conseils à un agriculteur, celui-ci lui donne à son tour des informations précieuses. En 2013 l'entreprise a été rachetée par Monsanto pour 930 M$. Le semencier a racheté en parallèle d'autres start-up spécialisées dans l'acquisition et le traitement de données : Solum en février 2014 (mesures du sol), 640 Labs en décembre 2014 et Precision planting en 2012 (données sur les semis). FBN, l'alternative «indépendante» Dans la Silicon valley, le big data agricole est une valeur montante. «Depuis un an, il y a pas mal d'effervescence, on voit beaucoup de choses bouger notamment aux Etats-Unis», remarque Sébastien Payen, qui a travaillé plusieurs années dans la Silicon Valley. FarmLogs, CropX, Farmeron... «Une myriade de start-up se sont créées un peu avant, et après le rachat de Climate corp par Monsanto, et les financeurs de la Silicon Valley montrent de plus en plus d'intérêt», estime Tristan D'Orgeval. Parmi ces start-up, Farmer business network (FBN), s'est faite particulièrement remarquer par son

3 Page 3/5 modèle original, et sa levée de fonds de 15 M$ avec comme principal investisseur l'un des fonds d'investissement de Google. Fondée en Californie en 2014, PEN propose une plateforme d'information payante (500 $ par an) sur laquelle les agriculteurs entrent leurs données (rendements, conditions pédologiques de leur ferme...), et ont accès à une analyse des performances de 500 variétés dans les champs des agriculteurs du réseau. Après seulement un an d'existence, les données sont déjà collectées sur 3 millions d'hectares et 17 états américains. Ses créateurs le voient comme une alternative robuste et indépendante, aux habituels résultats des plateformes expérimentales ou aux conseils des semenciers. John Deere, producteur massif de données Dernier acteur important du «big data agricole», le machiniste américain John Deere : la société plus que centenaire a pris de l'avance sur ses concurrents en créant, il y a deux ans, un service, appelé My John Deere, qui permet à un agriculteur de récupérer toutes les données produites par ses machines sur un site internet : cartes des rendements, des épandages de phytosanitaires, des semis... Le machiniste délivre une quantité de données impressionnante. Aux Etats-Unis, agriculteurs ont un compte My John Deere, 8000 en Europe. «Nous avons pris de l'avance par rapport à nos concurrents car nous avons développé notre propre système de GPS», explique Etienne Vicariot, de la division marketing chez John Deere. Cependant John Deere n'est pas vu, et ne se voit pas, comme un véritable acteur du «big data», car il n'exploite pas ces données. «Pour l'instant nous ne savons pas quoi en faire. Notre métier, ce n'est pas l'analyse de données, mais la construction de machines», estime Etienne Vicariot. «On ne les voit pas aller dans les recommandations à l'agriculture, confirme Tristan D'Orgeval. Ils auront cependant un rôle à jouer sur les plateformes de données». On observe de la même manière des fabricants de machines à traire, comme Lely ou Délavai, collecter de plus en plus de données sur les vaches laitières et leur production. La France veut construire son «big player» Dans l'hexagone, des initiatives existent pour rassembler et exploiter les données agricoles. La principale s'appelle Smag (120 collaborateurs, créée en 2001), dont l'actionnaire majoritaire est l'union de coopératives InVivo (250 coopératives). Son Pdg Stéphane Marcel estime qu'elle est à la hauteur des entreprises américaines. «On travail avec 80 % des coopératives, on équipe les conseillers, et agriculteurs pour les accompagner dans la gestion de leurs exploitations», explique son Pdg Stéphane Marcel. Les outils de Smag sont déjà utilisés sur 10 millions d'hectares. Smag veut devenir le «gros player qui pourra faire face à Climate, Farmers Business Network...», explique-t-il. Elle collabore avec les constructeurs John Deere et Agee, avec les firmes Basf, Bayer et Syngenta, et avec Arvalis et InVivo. Et son modèle se veut à l'opposé des initiatives américaines : «Nous ne travaillons pas en direct avec les agriculteurs, nous passons toujours par les coopératives et les négociants ; nous pensons que la relation conseiller est importante», explique-t-il. D'autres initiatives plus isolées existent en France. Fruition sciences est un bon exemple. Lancée en 2009, cette start-up franco-américaine, spécialisée dans l'irrigation en viticulture, vendait jusqu'à présent des capteurs de stress hydrique et une application dédiée qui permet aux viticulteurs (IOU domaines aux Etats-Unis, 50 en France) de mieux gérer leur irrigation. Depuis l'année dernière, Fruition travaille sur l'exploitation de ses données : «ll y a énormément de valeur dans les données. On pourrait être plus précis, si on comprenait le lien entre le stress hydrique, la maturité du raisin et la qualité du vin», explique l'un des co-fondateurs Sébastien Payen. La jeune société Airinov, qui commercialise des drones, avance aussi sur le sujet ; de ses données cartographiques, elle commercialise un service de gestion de la fertilisation azotée en blé et en colza, qui permet aux agriculteurs d'appliquer des doses différenciées entre ses par-

4 Page 4/5 Technologies celles, et même à l'intérieur de celles-ci. 80 DOO hectares et 5 UGO agriculteurs sont déjà couverts par ce service. Et depuis sa levée de fonds de 7,5 M avec Parott, la société envisage de sortir des frontières françaises, et d'élargir son offre à la détection des mauvaises herbes. «On est au début de quelque chose, résume Florent Mainfroy, l'un des fondateurs d'airinov. Mais ce n'est pas encore très clair!» (MR) Big data : un défi de gouvernance Les big data pourraient remettre en question l'autonomie des agriculteurs et de la souveraineté de la France, estiment certains parlementaires. En France, les professionnels (Irstea, APCA) plaident pour la création d'une plateforme commune, ouverte, mais dont les agriculteurs garderaient la maîtrise. Aux Etats-Unis, les agriculteurs ont conclu un accord avec les principaux opérateurs pour fixer des limites à l'usage de ces données. Que feront les acteurs des big data, aujourd'hui John Deere, Climate Corp, Partners business network (FBN), des données collectées demain dans les exploitations agricoles? Aux Etats-Unis, «de nombreux agriculteurs craignent de voir leurs données récupérées par des voisins malveillants, données qu'ils pourraient, par exemple, transmettre au propriétaire de leurs terres. Si ces données révélaient un faible niveau de productivité ou des erreurs dans les processus de gestion des cultures, le propriétaire des terres pourrait alors préférer un agriculteur plus performant pour leur exploitation», explique Gilles Babinet dans son ouvrage Big Data, penser l'homme et le monde autrement, sorti en février En France, la question émerge rapidement. Cette question a notamment retenu l'attention des parlementaires de l'office parlementaire des choix technologiques (Opecst) qui a organisé une audition publique sur le traitement massif de données (big data) en agriculture, le 2 juillet. Les big data représentent pour eux autant d'opportunités que de menaces. «Le big data présente un intérêt économique pour les agriculteurs et un intérêt collectif pour une meilleure prise en compte de l'environnement, a conclu la vice-présidente de l'opecst, Anne-Yvonne Le Dain. Nous serions naïfs de croire que tout va bien, et frileux de croire qu'il faut tout fermer». Mêmes préoccupation pour le président de l'opecst, Jean-Yves Le Déaut : «La souveraineté de la France pourrait être menacée si sa filière agricole devenait tributaire de services conçus par de grandes sociétés étrangères. On peut craindre que certains tracteurs construits dans d'autres pays n'envoient les données prises par leurs capteurs à l'insu de l'utilisateur». Consensus au Etats-Unis Aux Etats-Unis, le débat a fait rage pendant plusieurs années entre les farmers et les Fournisseurs de technologies agricoles (ATP), comme Climate Corp, John Deere ou encore Dupont. Ce débat a trouvé une issue en novembre dernier : le principal syndicat agricole américain, l'american Farm Bureau, a trouvé, un accord avec les ATP sur la confidentialité et la sécurité des données. «Un consensus est en train de naître sur l'idée que la concurrence se fasse sur le meilleur service et non sur la captation des données», estime Tristan D'Orgeval, directeur produits chez Climate Corp. L'accord comprend les principes suivants : désormais les agriculteurs sont propriétaires de leurs données, même s'ils ne sont que locataires de leurs terres. Une donnée ne peut être collecte sans le consentement d'un agriculteur et sans lui avoir donné d'explications sur l'usage qui en sera fait. L'agriculteur peut retirer son consentement, récupérer ces données, et est protége contre

5 Page 5/5 le risque d'accès non autorisé à ses données. Les entreprises ne peuvent utiliser ces données pour spéculer sur Ie marché des commodités. Ce n'est pas la seule avancée américaine dans le domaine. Les ATP ont lancé l'open Ag Data alliance, un consortium d'entreprises dont l'objectif est d'établir des standard pour l'échange de données, afin qu'un agriculteur puisse transférer facilement ses données d'une plateforme à une autre. Pour une plateforme de big data française «ouverte» En France, les initiatives de régulation débutent. En pointe dans le domaine parmi les élus professionnels, le président de la chambre d'agriculture de Vendée, Hervé Pillaud, plaide pour un travail dans le même esprit que celui conduit par le Farm Bureau aux Etats-Unis. Il souhaite aussi aller plus loin, militant pour la création en France d'une «plateforme de données agricoles ouverte», dans laquelle seraient rassemblées toutes les données disponibles sur les champs et les animaux de rente français. «Si on veut rentrer dans le big data agricole en France, il faut mettre les données en commun», explique-t-il. Le directeur recherche et innovation de l'irstea, Pierrick Givone milite également en ce sens : «// faut construire un écosystème ouvert au profit des agriculteurs et du développement territorial, une plateforme la plus ouverte possible, c'est primordial». Ils craignent que l'absence d'une telle plateforme ne laisse le champ ouvert à des bases de données fermées, privées, et peu accessibles aux start-up françaises et à leurs innovations. «Climate Corp, John Deere, Lely ont beaucoup de données. Ces gens sont ouverts à travailler avec nous, si nous sommes organisés», assure Hervé Pillaud. Le 17 juillet prochain, John Deere rencontre le fean- Marc Bournigal, président de l'irstea au sujet de cette plateforme. Il a été mandaté par le ministère de l'agriculture pour imaginer un plan Agriculture 2025, dont un des axes est l'agriculture numérique. Un domaine dans lequel tout reste à faire. (MR)

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents Séminaire de travail du 9 juin 2015 France Stratégie Internet des objets : quelles stratégies européennes pour faire émerger des plateformes d envergure mondiale? Restitution des débats Les conditions

Plus en détail

ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES POUR LES SERVICES NUMÉRIQUES APPLIQUÉS À LA VITICULTURE.

ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES POUR LES SERVICES NUMÉRIQUES APPLIQUÉS À LA VITICULTURE. ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES POUR LES SERVICES NUMÉRIQUES APPLIQUÉS À LA VITICULTURE. UMR ITAP Montpellier Christophe.guizard@irstea.fr www.irstea.fr PLAN Introduction Toujours + Les TICs L écosystème

Plus en détail

Principes directeurs de l'industrie pour l'élimination de semences traitées par des produits de protection des plantes

Principes directeurs de l'industrie pour l'élimination de semences traitées par des produits de protection des plantes Principes directeurs de l'industrie pour l'élimination de semences traitées par des produits de protection des plantes Préparé par la Commission du traitement des semences et de l'environnement (STEC)

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Le Biocontrôle: une nouvelle filière en plein essor, une opportunité pour l émergence de start-ups comme Agrauxine

Le Biocontrôle: une nouvelle filière en plein essor, une opportunité pour l émergence de start-ups comme Agrauxine Le Biocontrôle: une nouvelle filière en plein essor, une opportunité pour l émergence de start-ups comme Agrauxine Antoine COUTANT, Président Agrauxine Morlaix, le 29 Novembre 2013 Sommaire Le biocontrôle:

Plus en détail

Régime de Paiement de Base Mise en œuvre

Régime de Paiement de Base Mise en œuvre 15 septembre 2014 Régime de Paiement de Base Mise en œuvre Établissement des références initiales 1 1. Cas de transferts à réaliser pour le 15 mai 2015 Transferts «ticket d'entrée» et «montants de référence»

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE. par Bruno Tisseyre 1

LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE. par Bruno Tisseyre 1 1 LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE par Bruno Tisseyre 1 RÉSUMÉ Avec la médiatisation des applications développées à partir des drones, la télédétection appliquée à l'agriculture fait aujourd hui beaucoup

Plus en détail

Farm Works : Logiciel de gestion de l information Une gestion simplifiée des données entre le terrain et le bureau

Farm Works : Logiciel de gestion de l information Une gestion simplifiée des données entre le terrain et le bureau Farm Works : Logiciel de gestion de l information Une gestion simplifiée des données entre le terrain et le bureau Catalogue Produits Farm Works 2010-2011 UNE DIVISION DE TRIMBLE INTRODUCTION Présentation

Plus en détail

Guide de la documentation parcellaire

Guide de la documentation parcellaire Guide de la documentation parcellaire Agrar-Office AgroWIN Agrar-Office AgroWIN 0 200 m 0 200 m 40% 30% 20% 10% 0% Statistik gespeichert am 26.09.2007 Mittelwert 69,43 % 25% 20% 15% 10% 5% 0% Legende [%]

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Business Analytics The way we see it The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Ecrit par A propos de l'étude À la demande de Capgemini, l'economist Intelligence Unit a rédigé le rapport intitulé

Plus en détail

Appel à projets. Usages innovants des données numériques : partage, exploitation et valorisation. Règlement

Appel à projets. Usages innovants des données numériques : partage, exploitation et valorisation. Règlement Annexe délibération n 2014.320.SP Appel à projets Usages innovants des données numériques : partage, exploitation et valorisation Règlement L'appel à projet est constitué d'un Règlement et d'un Dossier

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Des conseillers en gestion de risques ultra-spécialisés. P. 3. L'innovation au cœur de la stratégie de développement de Bessé P. 5

Des conseillers en gestion de risques ultra-spécialisés. P. 3. L'innovation au cœur de la stratégie de développement de Bessé P. 5 Les hommes et les femmes de Bessé sont des experts ultra-spécialisés dans la gestion des risques et des assurances des entreprises. Plus que simples courtiers, leur métier est centré sur le conseil sur-mesure

Plus en détail

Conversion à l'agriculture biologique

Conversion à l'agriculture biologique Conversion à l'agriculture biologique Mai 2010 ACA9PU3008 Table des matières Aperçu... 3 Étapes clés menant à la certi5ication... 3 1. Conversion aux pratiques agricoles biologiques... 3 2. Décider de

Plus en détail

Google et e-bay : coopétition

Google et e-bay : coopétition Google et e-bay : coopétition Introduction E-Bay : l'un des plus gros clients de Google Google : le principal fournisseur de trafic pour E-Bay. Deux stratégies différentes : E-Bay investit sur des domaines

Plus en détail

Service de l agriculture

Service de l agriculture Yves Brunelli (Y.B.) Service de l agriculture Département de l économie, de l énergie et du territoire Service de l agriculture Departement für Volkswirtschaft, Energie und Raumentwicklung Dienststelle

Plus en détail

La précision en agriculture

La précision en agriculture ALPA 2, les Noires Terres 54740 HAROUE CRA Lorraine 9, rue de la Vologne 54520 LAXOU La précision en agriculture [Les enjeux de l agriculture de précision et acquisition de références en Lorraine] Document

Plus en détail

Outil de Marketing à son Plein Potentiel!

Outil de Marketing à son Plein Potentiel! Outil de Marketing à son Plein Potentiel! Si vous n utilisez pas le marketing mobile, vous êtes en train de commettre une grave erreur qui risque à votre entreprise de perdre BEAUCOUP d argent! Copyright

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés

Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés Consortium ESAA- entreprises 3 Juin 2015 PARTAGE D EXPERIENCE DE LA TRANSFORMATION DIGITALE DANS LE SECTEUR DES ASSURANCES

Plus en détail

De l'agriculture Raisonnée à l'agriculture Mesurée

De l'agriculture Raisonnée à l'agriculture Mesurée À propos d'innovation en agroéquipements De l'agriculture Raisonnée à l'agriculture Mesurée G. Grenier, Professeur d Automatique et Génie des Equipements Académie d Agriculture de France, 18 Juin 2014

Plus en détail

Les TIC (Open Source Software) dans l'agriculture

Les TIC (Open Source Software) dans l'agriculture Les TIC (Open Source Software) dans l'agriculture Yaoundé 20-23 Juillet 2010 Flore Muguet Paris Le logiciel libre L'utilisation de Linux et du serveur HTTP Apache, tous les 2 des logiciels libres, permettent

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

L agence Uniteam créé l objet connecté UBOXLIVE et lance une vaste opération de prospection inédite

L agence Uniteam créé l objet connecté UBOXLIVE et lance une vaste opération de prospection inédite Paris, le 21 octobre 2013 Communiqué de presse L agence Uniteam créé l objet connecté UBOXLIVE et lance une vaste opération de prospection inédite L agence de communication Uniteam a créé un objet connecté

Plus en détail

1. L'adoption de pratiques agroécologiques nécessite la mise en place de dispositif d'information et de communication spécifique au monde rural

1. L'adoption de pratiques agroécologiques nécessite la mise en place de dispositif d'information et de communication spécifique au monde rural "Quels usages des TIC en milieu rural pour un développement agricole durable et créateur d'emplois pour les jeunes?" FIJEV Niamey 2012 Gilles Mersadier 1. L'adoption de pratiques agroécologiques nécessite

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE Carte : articque Crédit photos : Chambre régionale d'agriculture du Centre et FNASAVPA NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE n 445 Edition dépt. 28 du 4 octobre 2013 Pour obtenir les coordonnées d'une

Plus en détail

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures Février 2015 Service Agronomie, Territoire, Equipement Préconisation variétés maïs 2015 Cette plaquette fait partie du Guide annuel «A vos cultures». Celui-ci regroupe, dans un ensemble cohérent et global,

Plus en détail

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain «Filiale d Avril, groupe industriel et financier de plus de 8 000 collaborateurs, Sofiprotéol est devenue en 30 ans la société de financement et de développement

Plus en détail

NewPoint IT Consulting BIG DATA WHITE PAPER. NewPoint Information Technology Consulting

NewPoint IT Consulting BIG DATA WHITE PAPER. NewPoint Information Technology Consulting NewPoint IT Consulting BIG DATA WHITE PAPER NewPoint Information Technology Consulting Contenu 1 Big Data: Défi et opportunité pour l'entreprise... 3 2 Les drivers techniques et d'entreprise de BIG DATA...

Plus en détail

BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES

BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES Le guidage par GPS est un outil qui trouve maintenant sa place dans les structures de type polyculture-élevage. Avec des prix de plus en plus abordables,

Plus en détail

Scb,fleider ACCORD EUROPEEN. C,FEiectric. Entre. La Direction du groupe Alstom 1. représentée par

Scb,fleider ACCORD EUROPEEN. C,FEiectric. Entre. La Direction du groupe Alstom 1. représentée par Scb,fleider C,FEiectric \ ACCORD EUROPEEN Entre La Direction du groupe Alstom 1 représentée par Monsieur Patrick Du bert Directeur des Ressources Humaines La Direction du groupe Schneider Electric 1 représentée

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif Mars 2014 Chapitre SP 4250 Présentation des entités

Plus en détail

Protection juridique des inventions biotechnologiques

Protection juridique des inventions biotechnologiques BREVETS Protection juridique des inventions biotechnologiques Directive 98/44 CE du Parlement Européen et du Conseil du 6 Juillet 1998 Le Parlement Européen et le Conseil de l' Union Européenne ont arrêté

Plus en détail

Les gènes africains protègent le commerce des pastèques sans pépin de Syngenta.

Les gènes africains protègent le commerce des pastèques sans pépin de Syngenta. Les gènes africains protègent le commerce des pastèques sans pépin de Syngenta. Article original en Anglais d'edward Hammond (eh@pricklyresearch.com), pour Third World Network Nota : Traduction non-professionnelle,

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000 A Hydro-Québec Requête R-3401-98 RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Original : 2000-11-21 HQT-13, Document 1.1.2 (En liasse) 1 1. PRINCIPES ET RÈGLES DE FACTURATION INTERNE

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie

Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie Conférence de presse Arvalis, Cetiom, InVivo AgroSolutions Paris, le 25 octobre 2013 Pour la mise en place d une licence de conseil stratégique au service de l agroécologie 1- Pourquoi un partenariat?

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 23.4.2010 Journal officiel de l Union européenne L 102/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 330/2010 DE LA COMMISSION du 20 avril 2010 concernant l'application de l'article 101, paragraphe

Plus en détail

LA CONVERSION EN ARBORICULTURE BIOLOGIQUE

LA CONVERSION EN ARBORICULTURE BIOLOGIQUE ARBORICULTURE F I C H E 2 8 Août 2010 LA EN ARBORICULTURE BIOLOGIQUE RÉSUMÉ La conversion à l'agriculture biologique correspond à la phase de transition entre l'agriculture conventionnelle et la certification

Plus en détail

Code de la publicité écologique

Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique: Préambule Une société saine construit un avenir durable. De plus en plus, le souci de l'homme pour son environnement en constitue un élément

Plus en détail

Tableau Online Sécurité dans le cloud

Tableau Online Sécurité dans le cloud Tableau Online Sécurité dans le cloud Auteur : Ellie Fields Ellie Fields, directrice principale du marketing produits, Tableau Software Juin 2013 p.2 Tableau est conscient que les données font partie des

Plus en détail

Are you Open for Innovation? Découvrez en avant-première les grandes lignes de l édition 2015 du Paris Open Source Summit et déposez vos contributions

Are you Open for Innovation? Découvrez en avant-première les grandes lignes de l édition 2015 du Paris Open Source Summit et déposez vos contributions Are you Open for Innovation? Découvrez en avant-première les grandes lignes de l édition 2015 du Paris Open Source Summit et déposez vos contributions Retours d expériences, conférences, débats, ateliers

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018)

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) Académie d agriculture de France 8 octobre 2014 La politique agricole et alimentaire américaine : quels

Plus en détail

Revue de presse : Introduction en Bourse de Twitter. 1 ère ES 2 Théodore Aubanel 2013 Par Eva Fraicher et Victoire de Camaret

Revue de presse : Introduction en Bourse de Twitter. 1 ère ES 2 Théodore Aubanel 2013 Par Eva Fraicher et Victoire de Camaret Revue de presse : Introduction en Bourse de Twitter 1 ère ES 2 Théodore Aubanel 2013 Par Eva Fraicher et Victoire de Camaret 1 SOMMAIRE Articles sélectionnés et résumé de ces articles Analyse et comparaison

Plus en détail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail VOLUME 12 NO 3 FÉVRIER/MARS 2010 LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE QUÉBEC Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise 13 chemin du Pied-de Roi, Lac-Beauport (Québec) G3B 1N6 ENVOI DE PUBLICATION

Plus en détail

DEMANDE DE PRISE EN CHARGE DE COTISATIONS SOCIALES PERSONNELLES

DEMANDE DE PRISE EN CHARGE DE COTISATIONS SOCIALES PERSONNELLES DEMANDE DE PRISE EN CHARGE DE COTISATIONS SOCIALES PERSONNELLES Un seul dossier est à déposer pour les exploitations y compris pour les GAEC A remplir et à retourner à la MSA de Dordogne Lot et Garonne

Plus en détail

Le drone fiable pour l agriculture de précision

Le drone fiable pour l agriculture de précision Le drone fiable pour l agriculture de précision Récoltez les fruits d'une prospection agricole vue du ciel S'il est vrai que la technologie de précision a été le moteur de la révolution agricole moderne,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Indice de Confiance agricole Crelan 2015

Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Résultats marquants La confiance des agriculteurs est à la baisse en Belgique et surtout dans le secteur laitier L appréciation du résultat financier recule en

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Livre Blanc Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Sponsorisé par : Microsoft Sebastien Lamour mai 2014 QUELS SONT LES NOUVEAUX BENEFICES POTENTIELS ISSUS

Plus en détail

Cartographie & libellés cantonaux

Cartographie & libellés cantonaux Lexique Cartographie & libellés cantonaux Capobianco Sagro-di-Santa-Giulia Corte Venaco Calvi Calenzana Niolu-Omessa Deux-Sevi Deux-Sorru Bastelica Ajaccio Île-Rousse Cruzini-Cinarca Celavo-Mezzana Santa-Maria-Siché

Plus en détail

Les Enjeux de l'agriculture de Précision

Les Enjeux de l'agriculture de Précision Les Enjeux de l'agriculture de Précision G. Grenier, Professeur d Automatique et Génie des Equipements; Bordeaux Sciences Agro Contexte : Qu'est-ce que l'agriculture de Précision? Changement de Paradigme

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Théories de la Business Intelligence

Théories de la Business Intelligence 25 Chapitre 2 Théories de la Business Intelligence 1. Architectures des systèmes décisionnels Théories de la Business Intelligence Depuis les premières requêtes sur les sources de données OLTP consolidées

Plus en détail

CommandCenter Génération 4

CommandCenter Génération 4 Notes importantes: Lors de l'installation de cette version logicielle SE Génération 4 8.11.2456-13, la mise à jour peut rester jusqu'à 25 minutes au même pourcentage (p. ex., 82 %) dans la phase d'installation

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

Smart city. Smart agriculture. Construire aujourd hui le monde de demain!

Smart city. Smart agriculture. Construire aujourd hui le monde de demain! Smart city Smart agriculture Construire aujourd hui le monde de demain! Dossier de presse 2014 La nouvelle relation à l énergie sera forcément à contre- courant puisqu elle ne pourra s appuyer sur des

Plus en détail

Art. 4. Le numéro d'identification statistique est composé de quinze (15) chiffres et est attribué par l'office national des statistiques.

Art. 4. Le numéro d'identification statistique est composé de quinze (15) chiffres et est attribué par l'office national des statistiques. Décret exécutif 97-396 du 26 Joumada Ethania 1418 correspondant au 28 octobre 1997 relatif au numéro d'identification statistique (N.I.S) et portant création d'un répertoire national des agents économiques

Plus en détail

I- Echanges ou ventes pour une «exploitation non commerciale» :

I- Echanges ou ventes pour une «exploitation non commerciale» : Echanges et ventes de semences et plants de variétés non inscrites au catalogue, que peut on faire dans le cadre réglementaire actuel? Les semences et plants commercialisés doivent appartenir à une variété

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

Nouveau portrait de l agriculture québécoise?

Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Colloque Établissement et retrait de l agriculture Comment s établir autrement Jean Philippe Perrier Traget Laval Université laval Drummondville 8 mai 2013

Plus en détail

La gestion opérationnelle de l information commerciale

La gestion opérationnelle de l information commerciale La gestion opérationnelle de l information commerciale La maîtrise du Process Commercial Du ciblage à la commande avec les solutions PREMIDATA PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section M Division 70

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section M Division 70 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section M Division 70 70 ACTIVITÉS DES SIÈGES SOCIAUX ; CONSEIL DE GESTION Cette division comprend le conseil et l'assistance à des entreprises et autres organisations

Plus en détail

ADDENDA AU CONTRAT BLACKBERRY SOLUTION DE LICENCE POUR WATCHDOX CLOUD DE BLACKBERRY («le ADDENDA»)

ADDENDA AU CONTRAT BLACKBERRY SOLUTION DE LICENCE POUR WATCHDOX CLOUD DE BLACKBERRY («le ADDENDA») ADDENDA AU CONTRAT BLACKBERRY SOLUTION DE LICENCE POUR WATCHDOX CLOUD DE BLACKBERRY («le ADDENDA») AVIS IMPORTANT: Afin d'accéder et / ou utiliser ce service Cloud (tel que défini ci-dessous) Vous devez

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION PRESSE SOMMAIRE TECNOMA 2- Entreprise Champenoise créée en 1952 2- De TECNOMA au groupe EXEL Industries 3 - De la conception à la production 4 & 5- Des domaines d application variés

Plus en détail

Publication. Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013

Publication. Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013 Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013 Avec la nouvelle version 2013, Microsoft achève l'intégration complète de MS Project à SharePoint Server et met une nouvelle infrastructure à disposition.

Plus en détail

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 PLAN Introduction Générale Introduction MEHARI L'analyse

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

Une stratégie efficace et pragmatique pour les

Une stratégie efficace et pragmatique pour les Cercle Leprince-Ringuet www.cerclelpr.fr Think tank du Corps des Mines sur le Numérique Une stratégie efficace et pragmatique pour les Objets Connectés Industriels en Europe Auteurs Daniel NABET Président

Plus en détail

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 L importance de l assurance pour l exploitation agricole Assurance agricole : assurer l'exploitation L'activité d'un agriculteur repose sur son exploitation agricole, il est

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Le nouveau logo d ERDF réaffirme ses valeurs et son engagement en faveur de la transition énergétique

Le nouveau logo d ERDF réaffirme ses valeurs et son engagement en faveur de la transition énergétique Mardi 30 juin 2015 Le nouveau logo d ERDF réaffirme ses valeurs et son engagement en faveur de la transition énergétique «Transition énergétique, développement des énergies renouvelables (EnR), essor du

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Compte rendu de la réunion de la cellule de crise Grêle intempéries

Compte rendu de la réunion de la cellule de crise Grêle intempéries Communiqué de Presse vendredi 9 août 2013 Compte rendu de la réunion de la cellule de crise Grêle intempéries L'ensemble des organisations professionnelles agricoles, le Conseil général et les services

Plus en détail

Information Presse Ford ouvre un nouveau centre de recherche dans la Silicon Valley

Information Presse Ford ouvre un nouveau centre de recherche dans la Silicon Valley Information Presse Ford ouvre un nouveau centre de recherche dans la Silicon Valley Ford ouvre un nouveau Centre de recherche et d'innovation à Palo Alto pour accélérer son développement de nouvelles technologies

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises Service Gouvernance et gestion de la PAC Sous-direction Gestion des aides de la PAC Bureau des Soutiens Directs

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail