Imaginez que, depuis ses bureaux californiens, Climate Corp (filiale de Monsanto)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Imaginez que, depuis ses bureaux californiens, Climate Corp (filiale de Monsanto)"

Transcription

1 Page 1/5 Des Etats-Unis à la France Big data : une nouvelle révolution agricole en marche Le boom des données extraites des champs et des animaux a fait naître dans les années 2000 de nouveaux acteurs dans le monde agricole. Ces entreprises spécialisées dans le traitement des données ont pour nom Climate Corp, ou Farmers Business Network aux Etats-Unis, Smag en France. Ce nouveau secteur d'activité offre des perspectives prometteuses à l'agriculture, mais pourrait poser la question de l'autonomie des agriculteurs. Pour les parlementaires, le contrôle des données est même un enjeu de souveraineté nationale! Imaginez que, depuis ses bureaux californiens, Climate Corp (filiale de Monsanto) soit mieux renseigné sur les parcelles de la Beauce et les vaches du Cantal, que les agriculteurs ou leurs coopératives elles-mêmes. Imaginez que la société américaine puisse conseiller les meilleures semences, les meilleurs engrais, les meilleures rations, grâce à une multitude de données fournies par l'agriculteur lui-même, ses machines agricoles, des capteurs placés dans les champs ou sur les animaux. Imaginez qu'elle le prévienne avant tout le monde de l'émergence d'un risque de grêle ou de maladie, et qu'elle puisse leur désigner la vache ou le mètre carré de terre à traiter. C'est le mauvais rêve que font la profession agricole et certains parlementaires français : qu'un «big player» américain s'empare des données de plus en plus importantes produites par les agriculteurs, en leur proposant des services ultra performants. Heureusement, on en est encore loin î Des parlementaires français et des professionnels agricoles s'en sont tout de même inquiétés à l'occasion d'une audition organisée, le 2 juillet, par l'office parlementaire des choix technologiques (Opecst) autour du «big data agricole». Tous attendent des gains substantiels de ces technologies mais craignent pour la souveraineté des agriculteurs et de la France (voir article suivant). Lagriculture prend son temps Derrière le terme obscur de «big data» se cachent des technologies, un savoirfaire : celui développé par les entreprises du numérique comme Google pour traiter la quantité de données gigantesques qu'ils récoltent et en extraire des services simples d'utilisation. Facebook, a, par exemple, tiré de son réseau social et des myriades d'interactions qui s'y produisent, des services de marketing très puissants. En agriculture, ces techniques sont encore peu utilisées, car les données à collectées sont encore peu nombreuses. «Facebook génère plus de données en deux jours, que nous en un an. Avec W millions d'hectares, nous commençons tout juste à avoir besoin de ces technologies», explique Stéphane Marcel, Pdg de Smag.

2 Page 2/5 «Ca va mettre plus de temps ; en viticulture, il n'y a qu'un millésime par an. On est loin de la vente de téléphones où il s'achète des milliers de téléphones tous les jours», explique Sébastien Payen, co-fondateur de la start-up Fruition, qui travaille sur le big data en viticulture. Toutefois les données sont de plus en plus nombreuses, produites par les machines (tracteurs, moissonneuses, pulvérisateurs, machines à traire, podomètres...), les capteurs présents dans les champs (capteur de stress hydrique en viticulture) ou dans les airs (drones, images satellitaires). Les attentes sont fortes : économies d'énergie, de traitements phytosanitaires ou d'antibiotiques, prévision des risques... Pour Hervé Pillaud, président de la Chambre d'agriculture de Vendée, les «big data» toucheront six domaines agricoles : les assurances, le financement, la recherche et développement, les objets connectés, le conseil et l'approche du marché. Climate Corp s'implante dans le maïs Comme l'a rappelé l'audition de l'opecst, de nombreuses initiatives ont émergé de l'autre côté de l'atlantique dans le traitement des données agricoles, où trois opérateurs sont identifiés comme des leaders de cette activité : Climate Corp (filiale de Monsanto), Farmers Business Network et John Deere. D'abord spécialisée dans l'assurance météorologique, la société Climate Corp s'est fortement développée depuis 2012 sur le conseil en fertilisation pour les maïsiculteurs - elle travaille également dans le soja. «Nous avons développé beaucoup de modèles pour comprendre les risques en agriculture entre 2009 et Nous avons réalisé que ces modèles et des données acquises dans les champs, notamment dans le Midwest, pouvaient nous servir à mieux gérer les exploitations», retrace Tristan D'Orgeval, directeur produits chez Climate Corp. En 2015, la société ambitionne de couvrir 50 M ha avec son service gratuit - la surface agricole utile des Etats-Unis est de 381 M ha - et 5 Mha avec son service payant (environ 7 l'hectare), Climate Pro ; elle projette déjà d'étendre son offre au Canada et à l'amérique du sud. «Sa force est de combiner les flux d'information descendants et montants avec les agriculteurs», explique Stéphane Grumbach, directeur de recherche à ITnria (Institut de recherche en informatique). En d'autres termes, lorsqu'elle livre des informations et des conseils à un agriculteur, celui-ci lui donne à son tour des informations précieuses. En 2013 l'entreprise a été rachetée par Monsanto pour 930 M$. Le semencier a racheté en parallèle d'autres start-up spécialisées dans l'acquisition et le traitement de données : Solum en février 2014 (mesures du sol), 640 Labs en décembre 2014 et Precision planting en 2012 (données sur les semis). FBN, l'alternative «indépendante» Dans la Silicon valley, le big data agricole est une valeur montante. «Depuis un an, il y a pas mal d'effervescence, on voit beaucoup de choses bouger notamment aux Etats-Unis», remarque Sébastien Payen, qui a travaillé plusieurs années dans la Silicon Valley. FarmLogs, CropX, Farmeron... «Une myriade de start-up se sont créées un peu avant, et après le rachat de Climate corp par Monsanto, et les financeurs de la Silicon Valley montrent de plus en plus d'intérêt», estime Tristan D'Orgeval. Parmi ces start-up, Farmer business network (FBN), s'est faite particulièrement remarquer par son

3 Page 3/5 modèle original, et sa levée de fonds de 15 M$ avec comme principal investisseur l'un des fonds d'investissement de Google. Fondée en Californie en 2014, PEN propose une plateforme d'information payante (500 $ par an) sur laquelle les agriculteurs entrent leurs données (rendements, conditions pédologiques de leur ferme...), et ont accès à une analyse des performances de 500 variétés dans les champs des agriculteurs du réseau. Après seulement un an d'existence, les données sont déjà collectées sur 3 millions d'hectares et 17 états américains. Ses créateurs le voient comme une alternative robuste et indépendante, aux habituels résultats des plateformes expérimentales ou aux conseils des semenciers. John Deere, producteur massif de données Dernier acteur important du «big data agricole», le machiniste américain John Deere : la société plus que centenaire a pris de l'avance sur ses concurrents en créant, il y a deux ans, un service, appelé My John Deere, qui permet à un agriculteur de récupérer toutes les données produites par ses machines sur un site internet : cartes des rendements, des épandages de phytosanitaires, des semis... Le machiniste délivre une quantité de données impressionnante. Aux Etats-Unis, agriculteurs ont un compte My John Deere, 8000 en Europe. «Nous avons pris de l'avance par rapport à nos concurrents car nous avons développé notre propre système de GPS», explique Etienne Vicariot, de la division marketing chez John Deere. Cependant John Deere n'est pas vu, et ne se voit pas, comme un véritable acteur du «big data», car il n'exploite pas ces données. «Pour l'instant nous ne savons pas quoi en faire. Notre métier, ce n'est pas l'analyse de données, mais la construction de machines», estime Etienne Vicariot. «On ne les voit pas aller dans les recommandations à l'agriculture, confirme Tristan D'Orgeval. Ils auront cependant un rôle à jouer sur les plateformes de données». On observe de la même manière des fabricants de machines à traire, comme Lely ou Délavai, collecter de plus en plus de données sur les vaches laitières et leur production. La France veut construire son «big player» Dans l'hexagone, des initiatives existent pour rassembler et exploiter les données agricoles. La principale s'appelle Smag (120 collaborateurs, créée en 2001), dont l'actionnaire majoritaire est l'union de coopératives InVivo (250 coopératives). Son Pdg Stéphane Marcel estime qu'elle est à la hauteur des entreprises américaines. «On travail avec 80 % des coopératives, on équipe les conseillers, et agriculteurs pour les accompagner dans la gestion de leurs exploitations», explique son Pdg Stéphane Marcel. Les outils de Smag sont déjà utilisés sur 10 millions d'hectares. Smag veut devenir le «gros player qui pourra faire face à Climate, Farmers Business Network...», explique-t-il. Elle collabore avec les constructeurs John Deere et Agee, avec les firmes Basf, Bayer et Syngenta, et avec Arvalis et InVivo. Et son modèle se veut à l'opposé des initiatives américaines : «Nous ne travaillons pas en direct avec les agriculteurs, nous passons toujours par les coopératives et les négociants ; nous pensons que la relation conseiller est importante», explique-t-il. D'autres initiatives plus isolées existent en France. Fruition sciences est un bon exemple. Lancée en 2009, cette start-up franco-américaine, spécialisée dans l'irrigation en viticulture, vendait jusqu'à présent des capteurs de stress hydrique et une application dédiée qui permet aux viticulteurs (IOU domaines aux Etats-Unis, 50 en France) de mieux gérer leur irrigation. Depuis l'année dernière, Fruition travaille sur l'exploitation de ses données : «ll y a énormément de valeur dans les données. On pourrait être plus précis, si on comprenait le lien entre le stress hydrique, la maturité du raisin et la qualité du vin», explique l'un des co-fondateurs Sébastien Payen. La jeune société Airinov, qui commercialise des drones, avance aussi sur le sujet ; de ses données cartographiques, elle commercialise un service de gestion de la fertilisation azotée en blé et en colza, qui permet aux agriculteurs d'appliquer des doses différenciées entre ses par-

4 Page 4/5 Technologies celles, et même à l'intérieur de celles-ci. 80 DOO hectares et 5 UGO agriculteurs sont déjà couverts par ce service. Et depuis sa levée de fonds de 7,5 M avec Parott, la société envisage de sortir des frontières françaises, et d'élargir son offre à la détection des mauvaises herbes. «On est au début de quelque chose, résume Florent Mainfroy, l'un des fondateurs d'airinov. Mais ce n'est pas encore très clair!» (MR) Big data : un défi de gouvernance Les big data pourraient remettre en question l'autonomie des agriculteurs et de la souveraineté de la France, estiment certains parlementaires. En France, les professionnels (Irstea, APCA) plaident pour la création d'une plateforme commune, ouverte, mais dont les agriculteurs garderaient la maîtrise. Aux Etats-Unis, les agriculteurs ont conclu un accord avec les principaux opérateurs pour fixer des limites à l'usage de ces données. Que feront les acteurs des big data, aujourd'hui John Deere, Climate Corp, Partners business network (FBN), des données collectées demain dans les exploitations agricoles? Aux Etats-Unis, «de nombreux agriculteurs craignent de voir leurs données récupérées par des voisins malveillants, données qu'ils pourraient, par exemple, transmettre au propriétaire de leurs terres. Si ces données révélaient un faible niveau de productivité ou des erreurs dans les processus de gestion des cultures, le propriétaire des terres pourrait alors préférer un agriculteur plus performant pour leur exploitation», explique Gilles Babinet dans son ouvrage Big Data, penser l'homme et le monde autrement, sorti en février En France, la question émerge rapidement. Cette question a notamment retenu l'attention des parlementaires de l'office parlementaire des choix technologiques (Opecst) qui a organisé une audition publique sur le traitement massif de données (big data) en agriculture, le 2 juillet. Les big data représentent pour eux autant d'opportunités que de menaces. «Le big data présente un intérêt économique pour les agriculteurs et un intérêt collectif pour une meilleure prise en compte de l'environnement, a conclu la vice-présidente de l'opecst, Anne-Yvonne Le Dain. Nous serions naïfs de croire que tout va bien, et frileux de croire qu'il faut tout fermer». Mêmes préoccupation pour le président de l'opecst, Jean-Yves Le Déaut : «La souveraineté de la France pourrait être menacée si sa filière agricole devenait tributaire de services conçus par de grandes sociétés étrangères. On peut craindre que certains tracteurs construits dans d'autres pays n'envoient les données prises par leurs capteurs à l'insu de l'utilisateur». Consensus au Etats-Unis Aux Etats-Unis, le débat a fait rage pendant plusieurs années entre les farmers et les Fournisseurs de technologies agricoles (ATP), comme Climate Corp, John Deere ou encore Dupont. Ce débat a trouvé une issue en novembre dernier : le principal syndicat agricole américain, l'american Farm Bureau, a trouvé, un accord avec les ATP sur la confidentialité et la sécurité des données. «Un consensus est en train de naître sur l'idée que la concurrence se fasse sur le meilleur service et non sur la captation des données», estime Tristan D'Orgeval, directeur produits chez Climate Corp. L'accord comprend les principes suivants : désormais les agriculteurs sont propriétaires de leurs données, même s'ils ne sont que locataires de leurs terres. Une donnée ne peut être collecte sans le consentement d'un agriculteur et sans lui avoir donné d'explications sur l'usage qui en sera fait. L'agriculteur peut retirer son consentement, récupérer ces données, et est protége contre

5 Page 5/5 le risque d'accès non autorisé à ses données. Les entreprises ne peuvent utiliser ces données pour spéculer sur Ie marché des commodités. Ce n'est pas la seule avancée américaine dans le domaine. Les ATP ont lancé l'open Ag Data alliance, un consortium d'entreprises dont l'objectif est d'établir des standard pour l'échange de données, afin qu'un agriculteur puisse transférer facilement ses données d'une plateforme à une autre. Pour une plateforme de big data française «ouverte» En France, les initiatives de régulation débutent. En pointe dans le domaine parmi les élus professionnels, le président de la chambre d'agriculture de Vendée, Hervé Pillaud, plaide pour un travail dans le même esprit que celui conduit par le Farm Bureau aux Etats-Unis. Il souhaite aussi aller plus loin, militant pour la création en France d'une «plateforme de données agricoles ouverte», dans laquelle seraient rassemblées toutes les données disponibles sur les champs et les animaux de rente français. «Si on veut rentrer dans le big data agricole en France, il faut mettre les données en commun», explique-t-il. Le directeur recherche et innovation de l'irstea, Pierrick Givone milite également en ce sens : «// faut construire un écosystème ouvert au profit des agriculteurs et du développement territorial, une plateforme la plus ouverte possible, c'est primordial». Ils craignent que l'absence d'une telle plateforme ne laisse le champ ouvert à des bases de données fermées, privées, et peu accessibles aux start-up françaises et à leurs innovations. «Climate Corp, John Deere, Lely ont beaucoup de données. Ces gens sont ouverts à travailler avec nous, si nous sommes organisés», assure Hervé Pillaud. Le 17 juillet prochain, John Deere rencontre le fean- Marc Bournigal, président de l'irstea au sujet de cette plateforme. Il a été mandaté par le ministère de l'agriculture pour imaginer un plan Agriculture 2025, dont un des axes est l'agriculture numérique. Un domaine dans lequel tout reste à faire. (MR)

Les enjeux de l agriculture connectée

Les enjeux de l agriculture connectée Les enjeux de l agriculture connectée Bruno TISSEYRE UMR ITAP Irstea/montpellier SupAgro L agriculture connectée Ensemble des systèmes échangeant de l'information afin de remplir des fonctions diverses

Plus en détail

Partager les données pour créer de la valeur en agriculture

Partager les données pour créer de la valeur en agriculture Partager les données pour créer de la valeur en agriculture La vision d IRSTEA Véronique BELLON-MAUREL Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea Directrice du Département ECOTECHNOLOGIES

Plus en détail

Construire les conditions de la smart viticulture en 2025

Construire les conditions de la smart viticulture en 2025 Construire les conditions de la smart viticulture en 2025 Véronique BELLON-MAUREL Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea Directrice du Département ECOTECHNOLOGIES www.irstea.fr La

Plus en détail

GROUPAMA, ASSUREUR DE TOUTES LES AGRICULTURES

GROUPAMA, ASSUREUR DE TOUTES LES AGRICULTURES GROUPAMA, ASSUREUR DE TOUTES LES AGRICULTURES Déjeuner de presse Agricole 17 février 2015 INTERVENANTS Jean-Yves DAGÈS Président de la Fédération Nationale Groupama Thierry MARTEL Directeur général Groupama

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE Version du 13 mai 2016 NOTE AU LECTEUR Le Programme de financement de l agriculture est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113). La présente version

Plus en détail

ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES POUR LES SERVICES NUMÉRIQUES APPLIQUÉS À LA VITICULTURE.

ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES POUR LES SERVICES NUMÉRIQUES APPLIQUÉS À LA VITICULTURE. ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES POUR LES SERVICES NUMÉRIQUES APPLIQUÉS À LA VITICULTURE. UMR ITAP Montpellier Christophe.guizard@irstea.fr www.irstea.fr PLAN Introduction Toujours + Les TICs L écosystème

Plus en détail

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015 L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs Point presse 18 mai 2015 1 L enjeu : protéger la production fourragère Pour les éleveurs : assurer la ration alimentaire

Plus en détail

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable Communiqué de presse - Mars 2013 Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable 2 «Par son métier, en lien direct avec le monde agricole, par ses

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents Séminaire de travail du 9 juin 2015 France Stratégie Internet des objets : quelles stratégies européennes pour faire émerger des plateformes d envergure mondiale? Restitution des débats Les conditions

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC

DOSSIER DE PRESSE. Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC CONTACT PRESSE Manon FERNAND 07.82.50.27.14 communication@jardica.com SOMMAIRE NOTRE HISTOIRE.

Plus en détail

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain «Filiale d Avril, groupe industriel et financier de plus de 8 000 collaborateurs, Sofiprotéol est devenue en 30 ans la société de financement et de développement

Plus en détail

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Business Analytics The way we see it The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Ecrit par A propos de l'étude À la demande de Capgemini, l'economist Intelligence Unit a rédigé le rapport intitulé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 01 septembre 2013

DOSSIER DE PRESSE 01 septembre 2013 DOSSIER DE PRESSE 01 septembre 2013 Sommaire du dossier 1- Le groupement en chiffres clés p.3 2- Une implantation nationale des Conseillers p.4 3- Un groupement facilitateur du quotidien réglementaire

Plus en détail

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Le secteur agricole est

Plus en détail

Google et e-bay : coopétition

Google et e-bay : coopétition Google et e-bay : coopétition Introduction E-Bay : l'un des plus gros clients de Google Google : le principal fournisseur de trafic pour E-Bay. Deux stratégies différentes : E-Bay investit sur des domaines

Plus en détail

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs Présentation : Marc VAN COILLIE. Fondateur en 1996 de SATplan (Gps et Agriculture) Jusqu en 2012 ( 25 collaborateurs, 6

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Co-organisation : CFEEDD et GRAINE Rhône-Alpes www.assises-eedd.org L Education à l Environnement et au Développement

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

Régime de Paiement de Base Mise en œuvre

Régime de Paiement de Base Mise en œuvre 15 septembre 2014 Régime de Paiement de Base Mise en œuvre Établissement des références initiales 1 1. Cas de transferts à réaliser pour le 15 mai 2015 Transferts «ticket d'entrée» et «montants de référence»

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014. Maisons Kerbéa. La franchise du Groupe Fousse Constructions à la conquête du territoire français

DOSSIER DE PRESSE 2014. Maisons Kerbéa. La franchise du Groupe Fousse Constructions à la conquête du territoire français DOSSIER DE PRESSE 2014 Maisons Kerbéa La franchise du Groupe Fousse Constructions à la conquête du territoire français SOMMAIRE Franchise Kerbéa: gagnants dans tous les K Les Maisons Kerbéa à la conquête

Plus en détail

CARAMAPS, Votre guide de voyage en camping-car. Dossier de presse - Avril 2015

CARAMAPS, Votre guide de voyage en camping-car. Dossier de presse - Avril 2015 CARAMAPS, Votre guide de voyage en camping-car Dossier de presse - Avril 2015 SOMMAIRE CARAMAPS en quelques mots... 3 Comment ça marche?... 4 L accueil collaboratif Caramaps... 5 L histoire de CaraMaps...

Plus en détail

Intervenant. Marc Renaud. (CCI Lyon) www.rhonetourisme.com

Intervenant. Marc Renaud. (CCI Lyon) www.rhonetourisme.com Crowd Avenue 21 Juillet 2014 Intervenant Marc Renaud (CCI Lyon) www.rhonetourisme.com La plateforme d'equity crowdfunding de Lyon Rhône-Alpes portée par & Le 05 Novembre 2014 Crowd Avenue pour Rhône Tourisme,

Plus en détail

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59 Communiqué de presse Contact : PwC, Hélène Coulbault, 01 56 57 88 26, helene.coulbault@fr.pwc.com Neuilly-sur-Seine,

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Are you Open for Innovation? Découvrez en avant-première les grandes lignes de l édition 2015 du Paris Open Source Summit et déposez vos contributions

Are you Open for Innovation? Découvrez en avant-première les grandes lignes de l édition 2015 du Paris Open Source Summit et déposez vos contributions Are you Open for Innovation? Découvrez en avant-première les grandes lignes de l édition 2015 du Paris Open Source Summit et déposez vos contributions Retours d expériences, conférences, débats, ateliers

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Swiss Life et Budget Insight s associent et lancent LaFinBox : la première application qui offre une vision globale de son patrimoine financier

Swiss Life et Budget Insight s associent et lancent LaFinBox : la première application qui offre une vision globale de son patrimoine financier Communiqué de presse Paris, le 15 décembre 2015 Swiss Life et Budget Insight s associent et lancent LaFinBox : la première application qui offre une vision globale de son patrimoine financier Aujourd hui,

Plus en détail

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS Dans le cadre du projet de territoire Ambition 2020, le Pôle Territorial souhaite soutenir l agriculture et travaille sur le développement des

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Inauguration de la première «Maison de l international» Un accélérateur de croissance pour les entreprises françaises aux Etats-Unis

Inauguration de la première «Maison de l international» Un accélérateur de croissance pour les entreprises françaises aux Etats-Unis Dossier de presse sous embargo jusqu au mercredi 12 février 2014 midi Inauguration de la première «Maison de l international» Un accélérateur de croissance pour les entreprises françaises aux Etats-Unis

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

La première puissance économique

La première puissance économique Template : www.indezine.com La première puissance économique Template : www.indezine.com Le plus gros producteur de... dans le monde Pourquoi peut-on dire que les Etats-Unis sont la première puissance

Plus en détail

NewPoint IT Consulting BIG DATA WHITE PAPER. NewPoint Information Technology Consulting

NewPoint IT Consulting BIG DATA WHITE PAPER. NewPoint Information Technology Consulting NewPoint IT Consulting BIG DATA WHITE PAPER NewPoint Information Technology Consulting Contenu 1 Big Data: Défi et opportunité pour l'entreprise... 3 2 Les drivers techniques et d'entreprise de BIG DATA...

Plus en détail

Le Tag Management à l ère du Smart Data

Le Tag Management à l ère du Smart Data Le Tag Management à l ère du Smart Data LE CAS CLIENT PAGES JAUNES Pages Jaunes est un chef de file des solutions de marketing et de medias numériques au Canada. En lui permettant de normaliser son acquisition

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Altergaz, fournisseur de gaz naturel

Altergaz, fournisseur de gaz naturel Altergaz, fournisseur de gaz naturel Notre vision : devenir le premier fournisseur alternatif de gaz naturel en France Altergaz souhaite offrir à ses clients professionnels, entreprises, collectivités

Plus en détail

Comité technique national des industries du Bâtiment et des travaux publics

Comité technique national des industries du Bâtiment et des travaux publics reco Comité technique national des industries du Bâtiment et des travaux publics Fonction d accueil et d accompagnement des nouveaux en entreprise Pour améliorer l'accueil des nouveaux (embauches, stages,

Plus en détail

Dossier de presse ATEMIS. Portail de gestion SaaS. Dossier de Presse

Dossier de presse ATEMIS. Portail de gestion SaaS. Dossier de Presse Dossier de presse ATEMIS Portail de gestion SaaS Sommaire Fiche d identité.. Page 3 ATEMIS Business Management Portal..... Page 4 Le marché : l e-business à la portée de tous.... Page 5 L offre produits......

Plus en détail

Rendez-vous Pro Énergie

Rendez-vous Pro Énergie Rendez-vous Pro Énergie La performance énergétique dans les exploitations du Tarn Julien NEDELLEC Conseiller énergie Siège Social 96 rue des agriculteurs BP 89 81003 ALBI Cedex Tél : 05 63 48 83 83 Fax

Plus en détail

DIPLÔME D'UNIVERSITÉ PARCOURS WEB & ELECTRONIC BUSINESS

DIPLÔME D'UNIVERSITÉ PARCOURS WEB & ELECTRONIC BUSINESS DIPLÔME D'UNIVERSITÉ PARCOURS WEB & ELECTRONIC BUSINESS RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : DU - Diplôme d'université Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation PLUS D'INFOS Public

Plus en détail

Pour un statut de Fondation FLOSS

Pour un statut de Fondation FLOSS Pour un statut de Fondation FLOSS Les Entreprises du Logiciel Libre du CNLL demandent la création d'un statut nouveau de Fondation consacrée au Logiciel Libre et Open Source. Juillet 2010 Page 2 Avant

Plus en détail

PRO HÉLIO Commission technique. Jeudi 24 mars 2011 Epernay

PRO HÉLIO Commission technique. Jeudi 24 mars 2011 Epernay PRO HÉLIO Commission technique Jeudi 24 mars 2011 Epernay Les certificats d'économies d'énergie (CEE) Grenelle de l'environnement Rappel des objectifs en matière d'économie d'énergie Les CEE Objectifs

Plus en détail

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY La Qualité d'un service ou d'un produit n'est pas ce que vous y mettez.

Plus en détail

Créer une AMAP. Les autres "paniers" S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple :

Créer une AMAP. Les autres paniers S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple : S informer et agir! Créer une AMAP Qu'est-ce que c'est? L'AMAP est une Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne (marque déposée), dont l'objet principal est de "mettre en lien paysans et

Plus en détail

CAHIER TECHNIQUE N 6. «Lancement du Catalogue RésALIS 2103!» Atelier de Travail du Mercredi 27 MARS 2013 à POMPAIRE

CAHIER TECHNIQUE N 6. «Lancement du Catalogue RésALIS 2103!» Atelier de Travail du Mercredi 27 MARS 2013 à POMPAIRE CAHIER TECHNIQUE N 6 «Lancement du Catalogue RésALIS 2103!» Atelier de Travail du Mercredi 27 MARS 2013 à POMPAIRE SOMMAIRE DU CAHIER TECHNIQUE N 6 PREAMBULE FICHE N 1 FICHE N 1 FICHE N 1 FICHE N 1 PROCESSUS

Plus en détail

2011 Dossier de Presse

2011 Dossier de Presse 2011 Dossier de Presse 01/07/2011 Sommaire Le reseau Cimm Immobilier... 3... 3 Rejoindre le réseau... 3 La réussite par la formation... 3 Le developpement du reseau... 5... 5... 6 «La réussite de nos Franchisés

Plus en détail

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000 A Hydro-Québec Requête R-3401-98 RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Original : 2000-11-21 HQT-13, Document 1.1.2 (En liasse) 1 1. PRINCIPES ET RÈGLES DE FACTURATION INTERNE

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif Mars 2014 Chapitre SP 4250 Présentation des entités

Plus en détail

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec Consultations sur la Banque de développement économique du Québec Commission de l économie et du travail Assemblée nationale du Québec 15 mai 2013 Table des matières Recommandations de Réseau Capital 3

Plus en détail

le BTSA L enseignement supérieur court agricole 3 Un enseignement de qualité, diversifié et dynamique, qui permet :

le BTSA L enseignement supérieur court agricole 3 Un enseignement de qualité, diversifié et dynamique, qui permet : L enseignement supérieur court agricole le BTSA 3 Un enseignement de qualité, diversifié et dynamique, qui permet : l'insertion professionnelle de près de 80 % des étudiants 7 mois après leur diplôme la

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

Les céréales exposent leur futur. Dossier de presse Passion Céréales SIA 2016

Les céréales exposent leur futur. Dossier de presse Passion Céréales SIA 2016 Les céréales exposent leur futur Dossier de presse Passion Céréales SIA 2016 1 Des drones capables de protéger les cultures de maïs des insectes, des capteurs connectés envoyant, depuis les champs, un

Plus en détail

ITIL Mise en oeuvre de la démarche ITIL en entreprise

ITIL Mise en oeuvre de la démarche ITIL en entreprise Introduction 1. Préambule 21 2. Approfondir ITIL V3 22 2.1 Introduction 22 2.2 La cartographie 23 2.2.1 La cartographie de la démarche ITIL V3 23 2.2.2 La cartographie des processus dans les phases du

Plus en détail

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Billy Troy, Fondation FARM Partage du savoir en Méditerranée (7) Tunis, 19 mai 2012 Sécurité hydrique et sécurité alimentaire

Plus en détail

Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action. Janvier 2016

Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action. Janvier 2016 Observatoire ROOMn 2016 De la stratégie à l action Janvier 2016 Contexte Pour la 2ème année, ROOMn - Rencontre d'affaires de la mobilité et du digital - fait le point auprès de son écosystème sur l'intégration

Plus en détail

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat ,/f wí (t ICQ Agricultures du monde Les questions qui font peur Les solutions pour agir durablement Jacques Loyat L I gjwjjmimiii III Sommaire INTRODUCTION 1. LA QUESTION ACRICOLE AUJOURD'HUI i Agricultures

Plus en détail

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique Colloque sur la pomme de terre LA POMME DE TERRE : NOURRIR SON MONDE Le vendredi 14 novembre 2008, Hôtel Québec Inn, Québec Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action

Plus en détail

L Usine Digitale / GT Nexus & Cap Gemini juin 2015 ETUDE : LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES

L Usine Digitale / GT Nexus & Cap Gemini juin 2015 ETUDE : LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES L Usine Digitale / GT Nexus & Cap Gemini juin 2015 ETUDE : LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES L ENQUÊTE Méthodologie Etude quantitative en ligne Cible Secteurs Industrie, Services aux entreprises,

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Les droits de propriété industrielle

Les droits de propriété industrielle Les droits de propriété industrielle Nathalie Wuylens Directrice des affaires juridiques SATT idfinnov nws@idfinnov.com 2015 - idfinnov Rappel : Propriété intellectuelle Propriété industrielle Droit des

Plus en détail

NCECF en un coup d œil Chapitre 3870 : Rémunérations et autres paiements à base d actions

NCECF en un coup d œil Chapitre 3870 : Rémunérations et autres paiements à base d actions NCECF en un coup d œil Chapitre 3870 : Rémunérations et autres paiements à base d actions Février 2013 Chapitre 3870 : Rémunérations et autres paiements à base d actions CHAMP D'APPLICATION Entrée en vigueur

Plus en détail

- 2 0 15- L' hypercroissance récompensée DEPUIS 2011. Dispositif financé et soutenu par la Direccte et la Région Ile-de-France

- 2 0 15- L' hypercroissance récompensée DEPUIS 2011. Dispositif financé et soutenu par la Direccte et la Région Ile-de-France - 2 0 15- L' hypercroissance récompensée DEPUIS 2011 Dispositif financé et soutenu par la Direccte et la Région Ile-de-France Notre challenge : accompagner des PME en forte croissance sélectionnées parmi

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire DOSSIER DE PRESSE Sommaire COMMUNIQUE FICHE 1 : L Etude personnalisée en ligne FICHE 2 : Les services d assistance et de conseil patrimonial pour aller plus loin FICHE 3 : Qui sommes nous? ANNEXES : -

Plus en détail

Newsletter Septembre 2015

Newsletter Septembre 2015 Newsletter Septembre 2015 Objets Connectés La monétique, secteur en devenir de cette révolution? 2015 sera incontestablement «l année 1» des objets connectés. Depuis quelques mois, il ne se passe pas une

Plus en détail

L usine à projets d innovation

L usine à projets d innovation VIAMECA en phase II L usine à projets d innovation Le SERVICE DURABLE INGENIERIE DES SURFACES Animation : Aubert&Duval PROCEDES AVANCES DE FABRICATION Animation : ENISE SYSTEMES INTELLIGENTS ET ROBOTIQUES

Plus en détail

En premier lieu sur leur rôle respectif de l'expert-comptable et du commissaire aux comptes :

En premier lieu sur leur rôle respectif de l'expert-comptable et du commissaire aux comptes : Intervention à la Cour d appel le 10 décembre 2010 Le rôle du commissaire aux comptes dans l'anticipation et la prévention des difficultés des entreprises Particulièrement sur le sujet de la prévention

Plus en détail

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT La Banque européenne d'investissement (BEI) promeut les objectifs de l'union en fournissant des fonds pour financer des projets à long terme, ainsi qu'en octroyant

Plus en détail

>> Dossier de presse. Octobre 2014

>> Dossier de presse. Octobre 2014 Octobre 2014 >> Dossier de presse Contact : Estelle Barré, Chargée de communication I Angers Technopole Tel : 02.41.72.14.13 / 06.46.10.14.74 estelle.barre@angerstechnopole.com 2 Au programme 1. > Contexte

Plus en détail

Commission Supérieure du Service Public des Postes et des Communications Electroniques. Avis n 2015-01

Commission Supérieure du Service Public des Postes et des Communications Electroniques. Avis n 2015-01 Commission Supérieure du Service Public des Postes et des Communications Electroniques Avis n 2015-01 de la Commission Supérieure du Service Public des Postes et des Communications Electroniques du 4 juin

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DU NUMÉRIQUE AU SUD

ETAT DES LIEUX DU NUMÉRIQUE AU SUD ETAT DES LIEUX DU NUMÉRIQUE AU SUD Rôle du numérique pour favoriser un développement inclusif Thierry BARBAUT Nouvelles Technologies & Afrique Agence des Micro Projets, ONG La Guilde SOMMAIRE Chiffres

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Et si j optais pour l agriculture de précision?

Et si j optais pour l agriculture de précision? Et si j optais pour l agriculture de précision? Une technique qui progresse LES SATELLITES EN AGRICULTURE, COMMENT ÇA MARCHE? Actuellement les réseaux satellites, GPS (système américain) et GLONASS (système

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

Achats Responsables. Suivi de la performance RSE* des fournisseurs du Groupe Rocher. Pour plus d informations: support.ecovadis.

Achats Responsables. Suivi de la performance RSE* des fournisseurs du Groupe Rocher. Pour plus d informations: support.ecovadis. Achats Responsables Suivi de la performance RSE* des fournisseurs du Groupe Rocher Pour plus d informations: support.ecovadis.com *Responsabilité Sociétale des Entreprises 1 EcoVadis 2015 Groupe Rocher

Plus en détail

Ensemble pour faire échos à vos projets d ESS en lien avec l Afrique

Ensemble pour faire échos à vos projets d ESS en lien avec l Afrique Ensemble pour faire échos à vos projets d ESS en lien avec l Afrique Dossier de candidature à l attention des porteurs de projet UN DISPOSITIF INNOVANT POUR ACCOMPAGNER L ENTREPRENEURIAT SOCIAL DES DIASPORAS

Plus en détail

Livre blanc: Réduire et réutiliser pour rentabiliser - nouveaux services partagés pour grandes entreprises.

Livre blanc: Réduire et réutiliser pour rentabiliser - nouveaux services partagés pour grandes entreprises. Services partagés: Deux mots qui sont sur toutes les lèvres dans le milieu des affaires! Mais qu'entend-on au juste par services partagés? Quels sont les avantages réels des services partagés pour les

Plus en détail

ARI : Dynamiser les résultats de la gestion du parc automobile sur SAP HANA

ARI : Dynamiser les résultats de la gestion du parc automobile sur SAP HANA Partenaire ARI : Dynamiser les résultats de la gestion du parc automobile sur SAP HANA Depuis plus de 60 ans, ARI assure la gestion des parcs automobiles les plus complexes. Pour ce faire, l'entreprise

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES «La réussite des directions

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

200 M (accélérateurs) 15 M (attractivité) 175 M 126 M 175 M 50 M. Transition numérique de l Etat. French Tech. Technos et usages du numérique

200 M (accélérateurs) 15 M (attractivité) 175 M 126 M 175 M 50 M. Transition numérique de l Etat. French Tech. Technos et usages du numérique 1 Technos et usages du numérique Transition numérique de l Etat French Tech Subventions et avances remboursables Appels à projets Fonds propres Investissement avisé Prêts Subventions Subventions Fonds

Plus en détail

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS REMARQUES GÉNÉRALES «Les droit attachés à une demande de brevet ou à un brevet sont transmissibles en totalité ou en partie. Ils peuvent faire l'objet, en totalité

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail