Paris, le 17 juillet 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Paris, le 17 juillet 2009"

Transcription

1 Paris, le 17 juillet 2009 Etude sur les honoraires versés aux commissaires aux comptes et à leur réseau au titre de la période 2008 par les groupes du CAC 40 et de l EUROSTOXX 50 Une étude relative aux honoraires versés aux commissaires aux comptes au titre de 2008 par les sociétés du CAC 40 a été effectuée par les services de l AMF. Pour mémoire, l obligation, pour les émetteurs dont les titres sont négociés sur un marché réglementé, de publier le montant de ces honoraires remonte à l exercice 2003, à la suite de la publication du règlement de la COB n Les informations utilisées dans cette étude sont issues des documents de référence des sociétés françaises du CAC 40. Les quatre sociétés étrangères que sont Dexia, EADS, St Microelectronics et Arcelor Mittal ont été prises en compte. Lorsque les sociétés ont une date de clôture décalée, les honoraires portant sur les exercices clos le 31 mars 2008 (Air France KLM et Alstom) et le 30 juin 2008 (Pernod Ricard) ont été retenus. Cette année, l étude a également porté sur les honoraires des commissaires aux comptes des sociétés de l EUROSTOXX 50 à partir des états financiers publiés. En effet, la directive relative au contrôle légal des comptes a modifié la directive relative aux comptes annuels en demandant de fournir, pour la première fois, dans les annexes aux états financiers 2008, séparément, les honoraires perçus pendant l'exercice pour le contrôle légal des comptes annuels, les honoraires perçus pour les autres services d'assurance 2, les honoraires perçus pour les services de conseil fiscal 3 et le total des honoraires perçus pour tout service autre que l'audit. En France, la transposition de la directive a été reprise dans le décret n du 30 décembre 2008 qui prévoit que le montant total des honoraires des commissaires aux comptes figure en annexe, en séparant les honoraires facturés au titre du contrôle légal des comptes de ceux facturés au titre des conseils et prestations de services entrant dans les diligences directement liées à la mission de contrôle légal des comptes consolidés, telles qu'elles sont définies par les normes d'exercice professionnel mentionnées au II de l'article L du code de commerce. L objectif de cette étude est triple puisqu elle cherche à mesurer : le positionnement relatif des principaux cabinets ; l évolution de la part respective des honoraires revenant à l audit, aux diligences directement liées et aux autres prestations que l audit ; la situation de la France par rapport à l Europe sur ce sujet. La problématique des honoraires, au regard de l indépendance des commissaires aux comptes, revêt une importance particulière avec l introduction en droit français du comité d audit par l ordonnance du 9 décembre 2008, chargé, sous la responsabilité exclusive et collective du conseil d administration ou de surveillance, d assurer le suivi des questions relatives à l élaboration et au contrôle de l information comptable et financière. La mise en place d un comité d audit dit «spécialisé» est requise des personnes ou entités dont les titres sont admis à la négociation sur un marché réglementé ainsi que des établissements de crédit, des entreprises d assurance, des mutuelles et des institutions de prévoyance. 1 Règlement de la COB n relatif à la publicité des honoraires versés aux commissaires aux comptes et aux membres de leurs réseaux par les sociétés faisant appel public à l épargne (Bulletin mensuel de la COB de Janvier 2003, n 375). 2 C est-à-dire autres que la certification. 3 Des services de nature fiscale seraient intégrés à l'audit dans un certain nombre de pays comme, par exemple, l Allemagne et le Royaume-Uni.

2 - 2 - Les commissaires aux comptes examineront, avec ce comité les risques pesant sur leur indépendance et les mesures de sauvegarde prises pour atténuer ces risques et lui communiqueront chaque année une déclaration d'indépendance et une actualisation des informations mentionnées à l'article L du code de commerce détaillant les prestations fournies par les membres du réseau auquel les commissaires aux comptes sont affiliés ainsi que les prestations accomplies au titre des diligences directement liées à la mission. En synthèse, sur la base du tableau récapitulant les informations pour les exercices 2008 et 2007 du panel des émetteurs du CAC 40 5 et de l EUROSTOXX 50 6, il peut être constaté : 1. Une légère hausse des honoraires globaux versés, s établissant à 4 % pour les émetteurs du CAC 40 contre 5 % pour les émetteurs de l EUROSTOXX 50. L analyse des honoraires sur l échantillon des institutions financières met en évidence une hausse de ces honoraires de 2 % au niveau français contre 4 % au niveau européen. 2. Un maintien des honoraires versés au titre des diligences directement liées à la mission d audit, représentant 12 % des honoraires d audit. L AMF recommande de fournir une information précise sur la nature des prestations effectuées, dès lors qu elles sont significatives. 3. Une stabilisation de la part des prestations autres par rapport aux honoraires d audit en France, la proportion étant tout à fait comparable au niveau européen. L AMF recommande aux émetteurs de donner une information détaillée sur la nature des prestations, dès lors qu elles sont significatives. 4. Un maintien de certaines situations de co-commissariat, mettant en évidence un déséquilibre en apparence. 5. Une confirmation de la large prédominance des «Big 4» dans les sociétés du CAC 40, encore accentuée au sein de l EUROSTOXX Les honoraires globaux versés Les honoraires globaux versés par les émetteurs du CAC 40 Les honoraires globaux (prestations d audit et prestations autres que l audit) versés aux commissaires aux comptes au titre de l exercice 2008 s élèvent à 760 M 7 contre 728 M 8 en 2007 à périmètre constant, soit une augmentation de 4% 9. Les plus fortes augmentations sont les suivantes : 36 % pour Lafarge (opération d acquisition d Orascom), 35% pour Arcelor Mittal, et 31% pour Société Générale. A noter que l évolution de 94 % pour Unibail tient au fait que les honoraires versés par Rodamco au titre de 2007, n étaient pas inclus dans le tableau d Unibail. Certaines sociétés ont vu les honoraires d audit diminuer sensiblement, c est en particulier le cas de Air France KLM (- 47 %) (les comptes de l exercice ne sont plus établis en US GAAPs en raison du retrait du NYSE en février 2008), Dexia (- 26 %) et Veolia (- 16 %). Enfin, les honoraires les plus élevés en valeur sont versés par Axa avec 59 M (contre 62 M en 2007), GDF Suez (50 M - fusion GDF Suez durant l exercice contre 42 M en 2007), Total 41 M (contre 40 M en 2007) et Véolia avec 39 M (contre 47 M en 2007). 4 Les commissaires aux comptes doivent informer les émetteurs de leur appartenance à un réseau et leur fournir le montant des honoraires perçus par ce réseau. 5 Cf. Tableau des honoraires en annexe 1 qui reprend les honoraires versés par le groupe. 6 Cf. Tableau des honoraires en annexe 2 (l information n a pas été retrouvée pour deux sociétés de l indice européen) ,63 (audit) + 33,76 (autres) = 760 M en ,36 (audit) + 37,06 (autres) = 728 M en ,39% s il l on retient la progression des honoraires d Unibail Rodamco de 94%.

3 - 3 - Les honoraires globaux versés par les émetteurs de l EUROSTOXX Les honoraires globaux (prestations d audit et prestations autres que l audit) versés aux contrôleurs légaux au titre de l exercice 2008 s élèvent à M 11 contre M 12 en 2007, soit une augmentation de 5%. Les plus fortes augmentations sont les suivantes : 74% pour Telecom Italia, 55% pour Intesa SanPaolo 37% pour Bayer et Volskwagen, 36% pour RWE et 35% pour Arcelor Mittal. Les plus fortes baisses sont, quant à elles, les suivantes : -35% pour Nokia, -23% pour Deutsche Börse, - 22% pour Daimler, -21% pour Siemens et ING Groep. Les honoraires globaux versés par les institutions financières Un focus particulier sur les institutions financières a été réalisé. La variation du montant des honoraires globaux entre 2007 et 2008 est de +2% pour les institutions financières appartenant au CAC 40 contre +4% pour celles de l EUROSTOXX On relèvera notamment que les honoraires versés par BNP Paribas ont progressé de 20% (opération de rapprochement avec Fortis) et que les honoraires de Société Genérale sont en progression de 31%. Mais c est cependant la banque Intesa SanPaolo qui représente l accroissement le plus important en matière d honoraires d audit avec une progression de 55%. 2. Les honoraires versés au titre des diligences directement liées Le poids des honoraires relatifs aux diligences directement liées (DDL) n a pas varié entre les deux périodes et s établit à 12% des honoraires d audit 14 en 2008 comme en Il importe de souligner qu au cours de l exercice 2008, sept normes professionnelles au titre des diligences directement liées ont été homologuées (audit, examen limité, attestation, consultations, constats à l'issue de procédures convenues, prestations rendues lors de l acquisition d entités, et prestations rendues lors de la cession d entreprises). D autres normes professionnelles au titre des diligences directement liées sont en cours de préparation (développement durable, contrôle interne, fraude, etc.). Peu d explications sont fournies par les émetteurs concernant cette rubrique. Le poids de ces diligences par rapport aux honoraires d audit varie de 0% à 34%. Parmi les émetteurs dont les diligences directement liées représentent plus de 20% (7 émetteurs), seuls 3 émetteurs indiquent la nature de ces prestations. L AMF recommande donc aux émetteurs de donner une information précise sur la nature des prestations dès lors qu elles sont significatives. Il n a pas été possible d effectuer une analyse au niveau de l EUROSTOXX 50 s agissant des DDL, cette distinction n existant pas au niveau du panel européen. 10 L EUROSTOXX 50 inclut 20 émetteurs du CAC (audit) (autres) = M en (audit) (autres) = M en Les institutions françaises du CAC 40 sont intégrées dans l EUROSTOXX Honoraires globaux d audit. 15 Hors Arcelor-Mittal, Dexia, EADS et St Microelectronics et à périmètre constant en 2008 et 2007 (voir tableau en annexe 3).

4 Les honoraires versés au titre des prestations autres que l audit a. Rappel des principaux textes en matière d indépendance des commissaires aux comptes et concernant les services au titre de l audit et les autres services L article L du code de commerce précise dans son paragraphe II qu il est interdit au commissaire aux comptes de fournir à la personne dont il certifie les comptes tout conseil ou autre prestation de services n entrant pas dans les diligences directement liées à sa mission de commissariat aux comptes. En outre, lorsque le commissaire est affilié à un réseau, il ne peut certifier les comptes d une personne qui bénéfice d une prestation de services qui n est pas directement liée à la mission de commissariat. Le code de déontologie de la profession de commissaire aux comptes, approuvé par le décret n du 16 novembre 2005, précise dans son article 10 la liste des situations interdites : - Il est interdit au commissaire aux comptes de fournir à la personne ou à l entité dont il certifie les comptes, ou aux personnes ou entités qui la contrôlent ou qui sont contrôlées par elle au sens des I et II de l article L du code de commerce, tout conseil ou toute prestation de services n entrant pas dans les diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes, telles qu elles sont définies par les normes d exercice professionnel. - Parallèlement, l article 24 du même code, relatif aux prestations de services par un membre du réseau à une personne contrôlée ou qui contrôle la personne dont les comptes sont certifiés, traite des situations affectant l indépendance du commissaire aux comptes. En juillet 2008, le code de déontologie des commissaires aux comptes a été amendé sur quatre points (Modification de la notion d association technique, incompatibilité restreinte sur les prestations de communication financière et de contrôle interne par les réseaux, devoir d information sur les prestations réalisées par le réseau, réduction du champ des liens personnels). D autres amendements sont à prévoir au cours de l exercice 2009, à la suite des attentes exprimées par la profession et les entreprises, et pour tenir compte de la procédure engagée devant la cour de justice des communautés européennes par la Commission européenne, cette dernière considérant que le code crée des restrictions à la liberté des prestations de services allant au-delà des dispositions de l article 22 de la directive européenne sur le contrôle légal des comptes, relatif à l indépendance et à l objectivité. b. Les constats de l étude La part des honoraires «non audit» diminuait régulièrement d année en année depuis Elle représentait 5 % des honoraires d audit (y compris DDL) en 2005, 4 % en En 2007, elle est remontée à 5 % pour redescendre à 4% en Le tableau ci-après indique les honoraires les plus importants en valeur au titre des services autres que l audit qui ont été versés en 2008, et le poids relatif par rapport aux honoraires d audit pour le cabinet concerné :

5 - 5 - par à M % des honoraires Commentaires sur autres prestations 16 d audit Axa PwC 17 4,82 10% Conseil en technologie, systèmes IT et autres servies internes Cap Gemini PwC 3,06 82 % Missions effectuées dans le cadre de projets client et en application de la norme SAS 70 concernant des sites au sein desquels sont maintenues des applications des clients visés par la loi SOX Danone PwC 2,6 36% Prestations fiscales essentiellement liées aux entités étrangères Numico Total Ernst & Young 1,8 9% - KPMG 1,4 7% - LVMH Ernst & Young 1,32 11% - Pour ne pas être contraires à la loi, ces honoraires relèvent, en principe, des autres prestations rendues par les réseaux aux filiales intégrées globalement, conformément à l article 24 du code de déontologie. Globalement, ces honoraires «autres que l audit» représentent en moyenne 4% des honoraires totaux pour le collège des commissaires aux comptes, étant précisé que ces prestations représentent pour trois émetteurs plus de 10% des honoraires d audit. L AMF recommande aux émetteurs de donner une information détaillée sur la nature des prestations, dès lors qu elles sont significatives. Au niveau de l EUROSTOXX 50, le montant des prestations autres que l audit est de 146 M en 2008 contre 134 M en 2007, soit une progression de 9%. Aucune information n est fournie par les émetteurs européens au titre de ces prestations. En France, on note une baisse de près de 8% sur la même période. Au niveau européen, la part de ces prestations représente 5% des honoraires d audit, celle-ci étant stable en 2008 et 2007, ce qui est comparable à la tendance constatée en France. 4. L examen de certaines situations de co-commissariat aux comptes a. Rappel des principaux textes en matière de co-commissariat Conformément à l article L du code de commerce, les commissaires aux comptes «se livrent ensemble à l examen contradictoire des conditions et des modalités d établissement des comptes selon les prescriptions énoncées par une norme d exercice professionnel. Une norme d exercice professionnel détermine les principes de répartition des diligences à mettre en œuvre par chacun des commissaires aux comptes pour l accomplissement de leur mission». Les modalités d exercice de la mission des co-commissaires sont fixées par la norme d exercice professionnel «Audit des comptes réalisé par plusieurs commissaires aux comptes», homologuée le 10 avril 2007 par le ministre de la Justice et publiée au Journal officiel le 3 mai La norme d exercice professionnel définit les principes régissant la répartition des travaux entre les co-commissaires. Celle-ci doit s effectuer de manière concertée et équilibrée et doit être revue régulièrement. En novembre 2007, le Haut Conseil avait publié un avis sur le principe du respect de l équilibre des travaux entre les commissaires aux comptes. Le Haut Conseil était d avis qu une répartition inégale du volume horaire devrait conduire les co-commissaires aux comptes à justifier que d autres critères tels que l expérience ou la qualification des membres des équipes d audit étaient de nature à compenser le déséquilibre de la répartition. En outre, il convenait, dans une telle situation, de s assurer que la répartition envisagée n empêchait pas chaque commissaire aux comptes d effectuer les diligences prévues par la norme précitée et en particulier celles que devait mettre en œuvre spécifiquement chaque commissaire aux comptes. 16 Commentaires figurant dans l information rendue publique. 17 PwC : PricewaterhouseCoopers.

6 - 6 - Le 1 er juillet 2008, à la suite d une saisine de l AMF, le Haut Conseil a publié un nouvel avis sur le principe du respect de l équilibre des travaux entre les commissaires aux comptes, sur la notion d appartenance à un réseau distinct et sur la dépendance financière d un des commissaires aux comptes. Au regard de la situation décrite, le Haut Conseil a estimé que la répartition des travaux ne satisfaisait pas aux dispositions de la norme et que les commissaires aux comptes n appartenaient pas à des structures d exercice professionnel distinctes. Concernant le dernier point, il a estimé qu il ne lui était pas possible d apprécier la dépendance financière du commissaire aux comptes au regard du seul rapport entre les honoraires perçus par un commissaire aux comptes dans le cadre de sa mission légale pour une entité et le chiffre d affaires «audit» réalisé par ce dernier pour une année. b. Les constats de l étude En pratique et malgré une légère amélioration, on constate parfois des situations faisant ressortir globalement un poids relatif très différent entre certains co-commissaires. C est le cas, en particulier, pour : - Michelin : 91 % pour PwC et 9 % pour Corévise (90 % et 10 % en 2007) ; - Axa : 84% pour PwC et 16 % pour Mazars (87 % et 13 % en 2007) ; - Peugeot : 79% pour PwC et 21 % pour Mazars (80% et 20% en 2007) ; - Vivendi : 65 % pour E&Y et 35 % pour KPMG (même écart en 2007) ; - Vallourec : 64 % pour Deloitte et 36 % pour KPMG (57 % et 43 % en 2007). Pour la troisième année consécutive, les honoraires des contrôleurs légaux devaient être ventilés entre ceux perçus dans le cadre de l entité «consolidante» et ceux correspondant aux services rendus aux filiales, selon le format de l instruction de l AMF n du 19 décembre A ce titre, on peut signaler que, pour trois des émetteurs cités ci-dessus, la différence de poids relatif entre les cocommissaires est moindre au niveau de la société mère par rapport au niveau global : - Michelin : 50% pour PwC et 50% pour Corévise (50% et 50% en 2007) ; - Vallourec : 50% pour KPMG et 50% pour Deloitte (50% et 50% en 2007) ; - Vivendi : 63% pour E&Y et 37% pour KPMG (63% et 37% en 2007). A l inverse, le déséquilibre souligné au niveau du groupe se retrouve de la même façon au niveau de la société mère pour : - Axa : 85% pour PwC et 15 % pour Mazars ; - Peugeot : 80% pour PwC et 20 % pour Mazars. Il convient de rappeler que les honoraires versés sont des honoraires mondiaux et que ceux-ci sont influencés par l existence d un réseau international et son étendue. Il en découle que les honoraires versés au niveau de l entité «consolidante» peuvent comprendre des prestations liées à la coordination de l audit mondial reflétant l importance des travaux effectués par ce réseau. Le co-commissariat est une spécificité française. Au niveau de l EUROSTOXX 50, seules deux sociétés ont un double commissariat ; il s agit, d une part, de la société Deutsche Telekom, pour laquelle l équilibre semble assuré (43% pour PwC et 57 % pour E&Y) et, d autre part, Fortis qui n a pas fourni la répartition de ses honoraires entre les deux auditeurs. Par ailleurs, le montant moyen des honoraires d audit totaux ressort à 19M pour les émetteurs du CAC 40 contre 32M pour les émetteurs de l EUROSTOXX 50 (hors panel des sociétés françaises), soit un écart de 68% 19. Il est cependant difficile de comparer directement ces chiffres dans la mesure où le taux 18 Cf. instruction n du 19 décembre 2006 : 19 Les honoraires globaux versés hors institutions financières ressortent à 595M contre 811M pour l EUROSTOXX 50, soit un écart de 36%.

7 - 7 - de couverture d audit du périmètre du groupe n est pas fourni 20. Par ailleurs, l EUROSTOXX 50 intègre davantage d institutions financières que le CAC 40. Le poids des honoraires d audit totaux rapporté au total bilan représente en 2008 un ratio de 0,04% pour le CAC 40 contre 0,03% pour l EUROSTOXX 50, et reste inchangé par rapport à l exercice Le poids des honoraires rapporté au chiffre d affaires s établit en 2008, quant à lui, à 0,09% pour le CAC 40 contre 0,13% pour l EUROSTOXX 50, et reste stable par rapport à l exercice La répartition des mandats La répartition entre les firmes des mandats du CAC 40 en nombre et en valeur est synthétisée dans le tableau suivant : Nombre de mandats Honoraires en M Nombre de mandats Honoraires en M Ernst & Young Deloitte PricewaterhouseCoopers KPMG Mazars Autres ,5 1 0,4 Total Arcelor Mittal, Dexia et St Microelectronics n ont qu un seul auditeur. En 2008, deux sociétés de l échantillon (BNP Paribas et GDF Suez) ont un troisième commissaire aux comptes. Toutes les entités du CAC 40 ont au moins un de leurs commissaires aux comptes issu de l un des quatre grands réseaux d audit mondiaux (les «Big 4»), comme au cours des années précédentes. Ernst & Young a été rejoint en première position par Deloitte avec 21 mandats chacun. On peut noter que Mazars (qui ne fait pas partie des «Big 4») se trouve maintenant à égalité avec KPMG et PwC en nombre de mandats, même si l écart est plus important en termes d honoraires. La répartition du nombre de mandats de l EUROSTOXX 50 entre les firmes est synthétisée dans le tableau suivant : Nombre de mandats 2008 Ernst & Young 18 Deloitte 13 PricewaterhouseCoopers 17 KPMG 17 Mazars 6 Total 71 Toutes les entités de l EUROSTOXX 50 sont auditées par l un des quatre grands réseaux d audit mondiaux (les «Big 4») (En dehors des sociétés françaises, seules deux sociétés ont deux auditeurs). Une des sociétés de cet indice ne fournit pas la répartition du montant des honoraires entre ses commissaires aux comptes. 20 Un émetteur peut avoir recours à un auditeur contractuel différent de ses contrôleurs légaux. Or, dans ce cas, l information sur les honoraires versés à cet auditeur contractuel n est pas indiquée dans la documentation rendue publique relative aux contrôleurs légaux des comptes. 21 Corévise.

8 ANNEXES : - 8 -

9 CAC 40 Tableau récapitulatif des honoraires d'audit 2008 ANNEXE 1 Cabinet Audit Audit Autres Autres Cabinet Audit Audit Autres Autres Cabinet Audit Audit Autres Autres Audit Autres Total %autres/total Audit Autres Total Audit Autres Total ACCOR E&Y 3,6 3,2 0 0 Deloitte 7,8 8,3 0,3 0,3 11,4 0,3 11,7 2,56% -0,87% 0,00% -0,85% 11,5 0,3 11,8 AIR France KPMG 4,353 8,221 0,153 0,165 Deloitte 3,793 7, ,146 0,153 8,299 1,84% -47,05% -7,27% -46,63% 15,385 0,165 15,55 AIR LIQUIDE E&Y 5,646 5,552 0,903 0,642 Mazars 3,839 3, ,085 9,485 0,903 10,388 8,69% 5,69% 24,21% 7,08% 8,974 0,727 9,701 ALCATEL Deloitte 10,738 12,425 0,371 0,223 E&Y 10,524 10,392 0,272 2,538 21,262 0,643 21,905 2,94% -6,82% -76,71% -14,36% 22,817 2,761 25,578 ALSTOM E&Y 11 9,9 0,3 0,4 Deloitte 10 8,8 0,4 0,4 21 0,7 21,7 3,23% 12,30% -12,50% 11,28% 18,7 0,8 19,5 ARCELOR MITTAL* Deloitte 29 20,866 1,7 1, ,7 30,7 5,54% 38,98% -8,90% 35,05% 20,866 1,866 22,732 AXA PWC 45,763 48,49 4,818 5,253 Mazars 8,449 7,456 0,134 0,382 54,212 4,952 59,164 8,37% -3,10% -12,12% -3,92% 55,946 5,635 61,581 BNP PARIBAS Deloitte 10,81 10,507 0,104 0,309 PWC 15,412 10,63 0,164 0,515 Mazars 8,586 7,289 0,078 0,046 34,808 0,346 35,154 0,98% 22,45% -60,23% 20,00% 28,426 0,87 29,296 BOUYGUES Mazars 5,987 4,991 0,14 0,088 E&Y 3,877 3,523 0,027 0,07 9,864 0,167 10,031 1,66% 15,86% 5,70% 15,67% 8,514 0,158 8,672 CAP GEMINI KPMG 2,52 2,838 0,259 0,464 PWC 3,736 3,785 3,06 3,3 6,256 3,319 9,575 34,66% -5,54% -11,82% -7,82% 6,623 3,764 10,387 CARREFOUR Deloitte 6,444 5,621 0,246 0,453 KPMG 7,168 5,915 0,129 0,579 13,612 0,375 13,987 2,68% 18,00% -63,66% 11,29% 11,536 1,032 12,568 CREDIT AGRICOLE E&Y 16,936 19,301 1,03 0,52 PWC 18,126 20,127 0,347 0,439 35,062 1,377 36,439 3,78% -11,07% 43,59% -9,78% 39,428 0,959 40,387 DANONE PWC 7,3 7,2 2,6 0,8 Mazars ,3 2,6 12,9 20,16% 0,98% 225,00% 17,27% 10,2 0,8 11 DEXIA* Deloitte 7,899 N/A 0,704 N/A N/A N/A 3,161 0,038 N/A N/A 6,985 N/A 1,409 7,899 0,704 8,603 8,18% -22,15% -51,35% -25,79% 10,146 1,447 11,593 EADS* KPMG 5,693 5,782 1,524 1,442 E&Y 5,232 4,855 0,298 0,415 10,925 1,822 12,747 14,29% 2,71% -1,88% 2,02% 10,637 1,857 12,494 EDF Deloitte 9,71 9,368 0,615 0,681 KPMG 9,927 6,879 0,01 0,063 19,637 0,625 20,262 3,08% 20,87% -15,99% 19,25% 16,247 0,744 16,991 ESSILOR PWC 2,239 2,208 0,14 0,25 Mazars 1,371 0,688 0, ,61 0,142 3,752 3,78% 24,65% -43,20% 19,26% 2,896 0,25 3,146 FRANCE TELECOM Deloitte 17, ,1 E&Y 19,2 21 0,2 0,2 37 0,2 37,2 0,54% -5,13% -33,33% -5,34% 39 0,3 39,3 GAZ DE FRANCE N/A N/A 4,054 N/A 0,011 N/A N/A 5,825 N/A 0,204 N/A N/A N/A N/A N/A N/A 9,879 0,215 10,094 GDF SUEZ E&Y 21,069 N/A 0,372 N/A Deloitte 19,795 N/A 0,222 N/A Mazars 8,437 N/A 0,118 N/A 49,301 0,712 50,013 1,42% N/A N/A N/A N/A N/A N/A LAFARGE Deloitte 11,1 8,5 0,9 0,2 E&Y 9,4 6,9 0,1 0,2 20,5 1 21,5 4,65% 33,12% 150,00% 36,08% 15,4 0,4 15,8 LAGARDERE Mazars 3,556 3,789 0,117 0,305 E&Y 4,653 4,602 0,271 0,337 8,209 0,388 8,597 4,51% -2,17% -39,56% -4,83% 8,391 0,642 9,033 L'OREAL PWC 6,241 6,728 0,449 0,625 Deloitte 6,694 6,057 0,286 0,194 12,935 0,735 13,67 5,38% 1,17% -10,26% 0,49% 12,785 0,819 13,604 LVMH E&Y 10,799 9,831 1,318 1,237 Deloitte 6,466 6,314 0,302 0,346 17,265 1,62 18,885 8,58% 6,94% 2,34% 6,53% 16,145 1,583 17,728 MICHELIN PWC 3,906 3,549 0,364 0,332 Corévise 0,397 0,386 0, ,303 0,417 4,72 8,83% 9,35% 25,60% 10,62% 3,935 0,332 4,267 PERNOD RICARD Mazars 3,64 3,719 0,272 0,562 Deloitte 3,466 3,661 0,208 0,239 N/A N/A N/A N/A N/A 7,106 0,48 7,586 6,33% -3,71% -40,07% -7,27% 7,38 0,801 8,181 PEUGEOT PWC 8,1 7,7 0 0 Mazars 2,2 1, ,3 0 10,3 0,00% 7,29% N/A 7,29% 9,6 0 9,6 PPR KPMG 4,573 5,181 0,279 0,283 Deloitte 4,053 4,223 0,391 0,379 8,626 0,67 9,296 7,21% -8,27% 1,21% -7,65% 9,404 0,662 10,066 RENAULT E&Y 5,097 6,28 0,074 0 Deloitte 8,035 5,752 0,74 0,42 13,132 0,814 13,946 5,84% 9,14% 93,81% 12,00% 12,032 0,42 12,452 SAINT GOBAIN PWC 12,2 13,3 0 0,1 KPMG 12,9 11, ,1 0 25,1 0,00% 0,80% N/A 0,40% 24,9 0,1 25 SANOFI AVENTIS PWC 12,3 12,8 0 0 E&Y 12,4 12, ,7 0 24,7 0,00% -2,37% N/A -2,37% 25,3 0 25,3 SCHNEIDER Mazars 5,562 6,52 0 0,05 E&Y 10,693 10,457 0,401 0,594 16,255 0,401 16,656 2,41% -4,25% -37,73% -5,48% 16,977 0,644 17,621 SOCIETE GENERALE E&Y 16,378 13,908 0,028 0,121 Deloitte 17,988 12,361 0,074 0,016 34,366 0,102 34,468 0,30% 30,82% -25,55% 30,53% 26,269 0,137 26,406 ST MICROELECTR.* PWC 4,077 3,969 0, ,077 0,031 4,108 0,75% 2,72% N/A 3,50% 3, ,969 SUEZ N/A N/A 13,198 N/A 0,477 N/A N/A 17,639 N/A 0,594 N/A N/A N/A N/A N/A N/A 30,837 1,071 31,908 SUEZ ENVIRON. E&Y 8,388 N/A 0,129 N/A Mazars 2,444 N/A 0,031 N/A 10,832 0,16 10,992 1,46% N/A N/A N/A N/A N/A N/A TOTAL KPMG 19,3 18,3 1,4 1,4 E&Y 18,7 18 1,8 1,8 38 3,2 41,2 7,77% 4,68% 0,00% 4,30% 36,3 3,2 39,5 UNIBAIL RODAMCO E&Y 2,2 1, Deloitte 1,4 0, ,6 0 3,6 0,00% 93,97% N/A 93,97% 1, ,856 VALLOUREC KPMG 0,842 1, Deloitte 1,503 1, , ,345 0,00% -0,42% N/A -0,42% 2, ,355 VEOLIA KPMG 18,2 23,7 0 0 E&Y 21,1 22, ,3 0 39,3 0,00% -15,67% N/A -15,67% 46,6 0 46,6 VINCI Deloitte 10,1 8,1 0,3 0,3 KPMG 8,7 8,2 0,2 0,2 18,8 0,5 19,3 2,59% 15,34% 0,00% 14,88% 16,3 0,5 16,8 VIVENDI E&Y 9,1 11 0,7 0 KPMG 5 5,9 0,8 1,1 14,1 1,5 15,6 9,62% -16,57% 36,36% -13,33% 16,9 1,1 18 Total 400, ,097 22,34 19, , ,984 11,222 15,947 17,023 14,274 0,196 1, ,63 33, ,388 5,12% 5,10% -8,91% 4,39% 691,355 37, ,416 Total global CAC A+B+C 726,63 691,36 33,76 37, ,0444 * Sociétés étrangères (Arcelor Mittal, Dexia & St Microelectronics n'ont qu'un seul CAC) ST Microeletronics chiffres en US GAAPs (1 = 1,32462 US$)

10 EUROSTOXX 50 Tableau récapitulatif des honoraires d'audit 2008 ANNEXE 2 page 1/2 Société Pays Commissaire A Commissaire B Commissaire C Total 2008 Total 2007 Variation 2007/2008 Cabine Audit Audit Autres Autres Cabinet Audit Audit Autres Autres Cabine Audit Audit Autres Autres t t Audit Autres Total Audit Autres Total Audit Autres Total * AEGON Pays-Bas E&Y ,33% 0,00% 8,33% AIR LIQUIDE France E&Y 5,646 5,552 0,903 0,642 Mazars 3,839 3, ,085 9,485 0,903 10,388 8,974 0,727 9,701 5,69% 24,21% 7,08% * ALLIANZ Allemagne KPMG 88,6 95,1 19,6 13,9 88,6 19,6 108,2 95,1 13, ,83% 41,01% -0,73% ALSTOM France E&Y 11 9,9 0,3 0,4 Deloitte 10 8,8 0,4 0,4 21 0,7 21,7 18,7 0,8 19,5 12,30% -12,50% 11,28% ARCELOR MITTAL Pays-Bas Deloitte 29 20,866 1,7 1, ,7 30,7 20,866 1,866 22,732 38,98% -8,90% 35,05% * AXA France PWC 45,763 48,49 4,818 5,253 Mazars 8,449 7,456 0,134 0,382 54,212 4,952 59,164 55,946 5,635 61,581-3,10% -12,12% -3,92% BASF Allemagne KPMG 20,2 19,5 0,3 0,5 20,2 0,3 20,5 19,5 0,5 20 3,59% -40,00% 2,50% BAYER Allemagne PWC ,50% 0,00% 37,50% * BBVA Espagne Deloitte 12,2 10,6 5,3 5,1 12,2 5,3 17,5 10,6 5,1 15,7 15,09% 3,92% 11,46% * BNP PARIBAS France Deloitte 10,81 10,507 0,104 0,309 PWC 15,412 10,63 0,164 0,515 Mazars 8,586 7,289 0,078 0,046 34,808 0,346 35,154 28,426 0,87 29,296 22,45% -60,23% 20,00% CARREFOUR France Deloitte 6,444 5,621 0,246 0,453 KPMG 7,168 5,915 0,129 0,579 13,612 0,375 13,987 11,536 1,032 12,568 18,00% -63,66% 11,29% * CREDIT AGRICOLE France E&Y 16,936 19,301 1,03 0,52 PWC 18,126 20,127 0,347 0,439 35,062 1,377 36,439 39,428 0,959 40,387-11,07% 43,59% -9,78% DAIMLER Allemagne KPMG ,21% -40,00% -22,54% DANONE France PWC 7,3 7,2 2,6 0,8 Mazars ,3 2,6 12,9 10,2 0,8 11 0,98% 225,00% 17,27% * DEUTSCHE BANK Allemagne KPMG ,86% 0,00% 8,64% DEUTSCHE BÖRSE Allemagne KPMG 1,3 1,1 1,7 2,8 1,3 1,7 3 1,1 2,8 3,9 18,18% -39,29% -23,08% DEUTSCHE TELEKOM Allemagne PWC ,1 E&Y 21 16,5 1 0, ,5 4,9 41,4 1,37% 42,86% 6,28% E.ON Allemagne PWC ,55% 100,00% 17,54% ENEL Italie KPMG 9,1 10, ,1 0 9,1 10,6 0 10,6-14,15% 0,00% -14,15% ENI Italie PWC 28,1 26,6 0,047 0,201 28,1 0,047 28,147 26,6 0,201 26,801 5,64% -76,62% 5,02% Belgique + KPMG FORTIS * Pays-Bas + PWC ,00% 40,00% -4,00% FRANCE TELECOM France Deloitte 17, ,1 E&Y 19,2 21 0,2 0,2 37 0,2 37,2 39 0,3 39,3-5,13% -33,33% -5,34% GDF SUEZ France E&Y 21,069 N/A 0,372 N/A Deloitte 19,795 N/A 0,222 N/A Mazars 8,437 N/A 0,118 N/A 49,301 0,712 50,013 N/A N/A N/A N/A N/A N/A * GENERALI Italie PWC 15,8 15 0,893 0,984 15,8 0,893 16, ,984 15,984 5,33% -9,25% 4,44% IBERDROLA Espagne E&Y 10,5 10,2 0,531 0,257 10,5 0,531 11,031 10,2 0,257 10,457 2,94% 106,61% 5,49% * ING GROEP Pays-Bas E&Y ,94% 42,86% -21,33% * INTESA SANPAOLO Italie E&Y 22,4 15 2,3 0,9 22,4 2,3 24,7 15 0,9 15,9 49,33% 155,56% 55,35% L'OREAL France PWC 6,241 6,728 0,449 0,625 Deloitte 6,694 6,057 0,286 0,194 12,935 0,735 13,67 12,785 0,819 13,604 1,17% -10,26% 0,49% LVMH France E&Y 10,799 9,831 1,318 1,237 Deloitte 6,466 6,314 0,302 0,346 17,265 1,62 18,885 16,145 1,583 17,728 6,94% 2,34% 6,53% * MÜNICH RE. Allemagne KPMG 8,912 8,03 3,388 3,213 8,912 3,388 12,3 8,03 3,213 11,243 10,98% 5,45% 9,40% NOKIA Finlande PWC 26,9 45,9 7,5 7,5 26,9 7,5 34,4 45,9 7,5 53,4-41,39% 0,00% -35,58% RENAULT France E&Y 5,097 6,28 0,074 0 Deloitte 8,035 5,752 0,74 0,42 13,132 0,814 13,946 12,032 0,42 12,452 9,14% 93,81% 12,00% REPSOL Espagne Rapport en espagnol uniquement, Form 20-F 2008 non publiée N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A ROYAL PHILIPS ELECT. Pays-Bas KPMG 21,7 21,5 3,7 3,5 21,7 3,7 25,4 21,5 3,5 25 0,93% 5,71% 1,60% RWE Allemagne PWC 3,3 2,4 0,1 0,1 3,3 0,1 3,4 2,4 0,1 2,5 37,50% 0,00% 36,00% SAINT GOBAIN France PWC 12,2 13,3 0 0,1 KPMG 12,9 11, ,1 0 25,1 24,9 0,1 25 0,80% -100,00% 0,40% SANOFI AVENTIS France PWC 12,3 12,8 0 0 E&Y 12,4 12, ,7 0 24,7 25,3 0 25,3-2,37% 0,00% -2,37% * SANTANDER Espagne Deloitte 18,2 15,9 19,5 18,9 18,2 19,5 37,7 15,9 18,9 34,8 14,47% 3,17% 8,33% SAP Allemagne KPMG 9 8,5 1,3 0,3 9 1,3 10,3 8,5 0,3 8,8 5,88% 333,33% 17,05% SCHNEIDER France Mazars 5,562 6,52 0 0,05 E&Y 10,693 10,457 0,401 0,594 16,255 0,401 16,656 16,977 0,644 17,621-4,25% -37,73% -5,48% SIEMENS Allemagne KPMG 65,3 73,7 3,1 13,3 65,3 3,1 68,4 73,7 13, ,40% -76,69% -21,38% * SOCIETE GENERALE France E&Y 16,378 13,908 0,028 0,121 Deloitte 17,988 12,361 0,074 0,016 34,366 0,102 34,468 26,269 0,137 26,406 30,82% -25,55% 30,53% TELECOM ITALIA Italie E&Y 11,26 7,25 2,85 0,85 11,26 2,85 14,11 7,25 0,85 8,1 55,31% 235,29% 74,20% TELEFONICA Espagne Rapport 2008 non disponible N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A TOTAL France KPMG 19,3 18,3 1,4 1,4 E&Y 18,7 18 1,8 1,8 38 3,2 41,2 36,3 3,2 39,5 4,68% 0,00% 4,30% * UNICREDIT Italie KPMG 38,7 30, ,7 0 38,7 30,2 0 30,2 28,15% 0,00% 28,15% UNILEVER Pays-Bas+RU PWC ,00% 20,00% 3,70% VINCI France Deloitte 10,1 8,1 0,3 0,3 KPMG 8,7 8,2 0,2 0,2 18,8 0,5 19,3 16,3 0,5 16,8 15,34% 0,00% 14,88% VIVENDI France E&Y 9,1 11 0,7 0 KPMG 5 5,9 0,8 1,1 14,1 1,5 15,6 16,9 1, ,57% 36,36% -13,33% VOLKSWAGEN Allemagne PWC 8,65 7,89 4,14 1,42 8,65 4,14 12,79 7,89 1,42 9,31 9,63% 191,55% 37,38% Total 1 032, ,17 138,59 126,00 233,57 193,991 7,199 8,07 17,023 7,289 0,196 0, ,56 145, , ,45 134, ,57 4,15% 8,85% 4,61% * Secteurs Banques et Assurances

11 EUROSTOXX 50 - Institutions financières Tableau récapitulatif des honoraires d'audit 2008 ANNEXE 2 page 2/2 Société Pays Commissaire A Commissaire B Commissaire C Total 2008 Total 2007 Variation 2007/2008 Cabine Audit Audit Autres Autres Cabinet Audit Audit Autres Autres Cabine Audit Audit Autres Autres t t Audit Autres Total Audit Autres Total Audit Autres Total AEGON Pays-Bas E&Y ,33% 0,00% 8,33% ALLIANZ Allemagne KPMG 88,6 95,1 19,6 13,9 88,6 19,6 108,2 95,1 13, ,83% 41,01% -0,73% AXA France PWC 45,763 48,49 4,818 5,253 Mazars 8,449 7,456 0,134 0,382 54,212 4,952 59,164 55,946 5,635 61,581-3,10% -12,12% -3,92% BBVA Espagne Deloitte 12,2 10,6 5,3 5,1 12,2 5,3 17,5 10,6 5,1 15,7 15,09% 3,92% 11,46% BNP PARIBAS France Deloitte 10,81 10,507 0,104 0,309 PWC 15,412 10,63 0,164 0,515 Mazars 8,586 7,289 0,078 0,046 34,808 0,346 35,154 28,426 0,87 29,296 22,45% -60,23% 20,00% CREDIT AGRICOLE France E&Y 16,936 19,301 1,03 0,52 PWC 18,126 20,127 0,347 0,439 35,062 1,377 36,439 39,428 0,959 40,387-11,07% 43,59% -9,78% DEUTSCHE BANK Allemagne KPMG ,86% 0,00% 8,64% FORTIS Belgique + KPMG Pays-Bas + PWC ,00% 40,00% -4,00% GENERALI Italie PWC 15,8 15 0,893 0,984 15,8 0,893 16, ,984 15,984 5,33% -9,25% 4,44% ING GROEP Pays-Bas E&Y ,94% 42,86% -21,33% INTESA SANPAOLO Italie E&Y 22,4 15 2,3 0,9 22,4 2,3 24,7 15 0,9 15,9 49,33% 155,56% 55,35% MÜNICH RE. Allemagne KPMG 8,912 8,03 3,388 3,213 8,912 3,388 12,3 8,03 3,213 11,243 10,98% 5,45% 9,40% SANTANDER Espagne Deloitte 18,2 15,9 19,5 18,9 18,2 19,5 37,7 15,9 18,9 34,8 14,47% 3,17% 8,33% SOCIETE GENERALE France E&Y 16,378 13,908 0,028 0,121 Deloitte 17,988 12,361 0,074 0,016 34,366 0,102 34,468 26,269 0,137 26,406 30,82% -25,55% 30,53% UNICREDIT Italie KPMG 38,7 30, ,7 0 38,7 30,2 0 30,2 28,15% 0,00% 28,15% Total 464,70 465,04 83,96 71,20 59,975 50,574 0,719 1,352 8,586 7,289 0,078 0, ,26 84,76 618,02 522,90 72,60 595,50 1,98% 16,75% 3,78%

12 ANNEXE 3 DILIGENCES DIRECTEMENT LIEES - Exercice 2008 CAC 40 (Moins ArcelorMittal, Dexia, EADS & St Microelectronics) en millions Honoraires Montant DDL % Autres Société Audit Emetteur Filiales intégrées Total DDL/Audit Commentaires sur DDL prestations Commentaires sur autres prestations Total globalement réseaux Accor 11,40 0,40 0,50 0,90 7,9% - 0,30 prestations juridiques, fiscales, sociales rendues à l'étranger par Deloitte Air France KLM 8,15 0,00 0,00 0,00 0,0% - 0,15 - Air Liquide 9,49 0,21 0,51 0,71 7,5% - 0,90 E&Y uniquement Services rendus dans le respect des dispositions respectivement Alcatel Lucent 21,26 0,16 1,69 1,85 8,7% de l'art. 10 et art. 23 & 24 du Code de Déontologie. Diligences et prestations à caractère non récurrent et conventionnel Prestations à caractère non récurrent et conventionnel, rendues dans le respect des 0,64 dispositions de l'art. 24 du Code de Déontologie par un membre des réseaux aux filiales de l'émetteur Alstom 21,00 0,10 2,70 2,80 13,3% - 0,70 prestations juridiques, fiscales, sociales principalement rendues à l'étranger Axa 54,21 0,21 4,52 4,73 8,7% - 4,95 inclut le conseil en technologie, systèmes IT et autres services internes BNP Paribas 34,81 1,12 2,48 3,60 10,4% - 0,35 - Bouygues 9,86 1,23 0,58 1,81 Services rendus dans le respect des dispositions respectivement de l'art. 10 et art. 33 & 24 du Code de Déontologie. 18,3% Prestations rendues dans le respect des dispositions de l'art. 24 du Code de Déontologie par un membre du réseau aux filiales de l'émetteur dont les comptes sont certifiés 0,17 Juridique, fiscal, social & missions effectuées dans le cadre de projets client et en Cap Gemini 6,26 1,47 0,15 1,62 25,9% - 3,32 application de la norme SAS 70 concernant des sites au sein desquels sont maintenues des applications de nos clients visés par la loi SOX Carrefour 13,61 0,18 2,01 2,19 16,1% - 0,38 - Crédit Agricole 35,06 1,25 5,13 6,37 18,2% - 1,38 - PWC uniquement - prestations fiscales concernent essentiellement les entités étrangères Numico. Approuvées par le Comité d'audit, elles respectent les règles Danone 10,30 1,50 0,40 1,90 18,4% - 2,60 d'indépendance applicables en France et spécifiques au Groupe En 2008, les honoraires de KPMG comprennent les DDL rendues EDF 19,64 3,41 1,00 4,41 22,5% lors de l'acquisition d'entités 0,63 - Essilor 3,61 0,66 0,18 0,84 23,1% - 0,14 Juridique, fiscal, social France Telecom 37,00 0,60 1,30 1,90 5,1% - 0,20 - GDF SUEZ 49,30 2,35 3,91 6,26 12,7% - 0,71 - LVMH 17,27 0,19 0,76 0,95 5,5% - 1,62 - Audits d'acquisition, consultations liées aux normes comptables Lafarge 20,50 2,80 4,10 6,90 33,7% et de reporting, services d'attestations non obligatoires, revue systèmes d'information Etudes liées au respect des fiscalités locales et internationales, y compris la revue des 1,00 éléments fiscaux relatifs aux comptes sociaux, aux dispositions réglementaires et administratives; assistance fiscale aux expatriés Lagardère 8,21 0,00 1,20 1,20 14,6% - 0,39 - L'Oréal 11,26 0,91 0,77 1,68 14,9% - 0,74 Juridique, fiscal, social Michelin 4,30 0,01 0,19 0,20 4,7% - 0,42 - Pernod Ricard 7,11 0,00 0,15 0,15 2,1% - 0,48 - Peugeot 10,30 0,00 0,60 0,60 5,8% - 0,00 N/A PPR 8,63 0,15 0,18 0,32 3,7% - 0,67 - Renault 13,13 1,26 0,29 1,55 11,8% - 0,81 - Saint-Gobain 25,10 0,50 0,40 0,90 3,6% - 0,00 N/A Sanofi Aventis 24,70 0,00 0,80 0,80 Services entrant dans le champ des prestations habituellement 3,2% rendues dans le prolongement de la mission de CAC 0,00 N/A Schneider Elect. 16,26 0,00 1,26 1,26 7,7% - 0,40 Juridique, fiscal Société Générale 34,37 0,96 2,50 3,46 10,1% - 0,10 - Suez Environ. 10,83 0,07 0,41 0,48 4,4% - 0,16 - Total 38,00 1,40 3,00 4,40 11,6% - 3,20 - Unibail Rodamco 3,60 0,20 0,00 0,20 5,6% - 0,00 N/A Vallourec 2,35 0,07 0,00 0,07 2,8% - 0,00 N/A Prestations rendues à VE ou ses filiales par les CAC ou par des Veolia 39,30 1,90 7,10 9,00 22,9% membres des réseaux 0,00 N/A Vinci 18,80 0,00 3,90 3,90 20,7% - 0,50 Juridique, fiscal, social Vivendi 14,10 0,20 2,70 2,90 20,6% - 1,50 673,05 82,79 12,3% 29,50

****************************

**************************** Etude relative aux honoraires versés aux commissaires aux comptes et à leur réseau au titre de la période 2013 par les groupes du CAC 40, de l EURO STOXX 50 et d un échantillon de 40 sociétés des compartiments

Plus en détail

Etude sur les honoraires versés aux commissaires aux comptes et à leur réseau au titre de la période 2007 par les groupes du CAC 40

Etude sur les honoraires versés aux commissaires aux comptes et à leur réseau au titre de la période 2007 par les groupes du CAC 40 Paris, le 10 juillet 2008 Etude sur les honoraires versés aux commissaires aux comptes et à leur réseau au titre de la période 2007 par les groupes du CAC 40 L Autorité des marchés financiers a effectué

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES

CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES OBSERVATOIRE SKEMA DE LA FEMINISATION DES ENTREPRISES FRANÇAISES CAC 40 : LES ENTREPRISES FEMINISEES RESISTENT-ELLES MIEUX A LA CRISE BOURSIERE? Professeur Michel Ferrary SKEMA Business School 1 Michel

Plus en détail

Les profits des entreprises du

Les profits des entreprises du Les profits des entreprises du CAC 40 Des hausses de profits déconnectées de la réalité économique David Meyer collaborateur de la Direction Fédérale sur les questions économiques 1 Méthodologie Les données

Plus en détail

Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012?

Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012? 2012 Présentation de la «Preuve d impôt» - IAS12 Quel est le format publié par les sociétés du CAC 40 dans leurs comptes consolidés en 2012? INCLUT LA RECOMMANDATION AMF sur les comptes 2013 Pour tout

Plus en détail

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Premiers éléments à partir des sociétés cotées au CAC 40 Marseille - Septembre 2005 1 Présentation générale

Plus en détail

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles MàJ Février 2008 Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles 1. Obligation de négocier sur l égalité professionnelle (loi du 9 mai 2001 renforcée

Plus en détail

CONDITIONS DEFINITIVES EN DATE DU 05 MAI 2008 CONCERNANT DES BONS D'OPTION WARRANTS SUR ACTIONS ET INDICE AVEC REGLEMENT EN ESPECES

CONDITIONS DEFINITIVES EN DATE DU 05 MAI 2008 CONCERNANT DES BONS D'OPTION WARRANTS SUR ACTIONS ET INDICE AVEC REGLEMENT EN ESPECES CONDITIONS DEFINITIVES EN DATE DU 05 MAI 2008 CONCERNANT DES BONS D'OPTION WARRANTS SUR ACTIONS ET INDICE AVEC REGLEMENT EN ESPECES Emetteur : Calyon Financial Products (Guernsey) Limited Garant : Calyon

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2010, la capitalisation

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2009 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu - Etat des lieux de la féminisation de françaises - Trois facteurs explicatifs de la féminisation

Plus en détail

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012

Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 12 JUIN 2013 1 Mise en œuvre des tests de dépréciation en 2012 Sociétés du CAC 40 12 JUIN 2013 2 / 19 Eléments de contexte Rappel sur la norme IAS 36 L entité doit apprécier, à chaque arrêté comptable,

Plus en détail

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Chiffres & textes clés Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 EMLYON I.F.G.E. - CHIFFRES & TEXTES CLÉS Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Quelle est l ampleur

Plus en détail

Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN

Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN Le CAC 40, parité, diversité : Synthèse de l enquête de République & Diversité, en partenariat avec le CRAN - Octobre 2012 - Commanditaires et définitions Commanditaires de l enquête Cette enquête a été

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Féminisation et performances des entreprises

Féminisation et performances des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation et performances des entreprises 2011 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Pourquoi se poser la question du lien entre féminisation

Plus en détail

La communication financière sur la norme IAS 36

La communication financière sur la norme IAS 36 La communication financière sur la norme IAS 36 (dépréciations d actifs)* Étude de l impact de la crise sur les états financiers 2008 des sociétés du CAC 40 Édito Le département Evaluation & Stratégie

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2013 Pierre BUI QUANG Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2013, les non résidents détenaient

Plus en détail

Gabriel Croissance. Ensemble pour aller plus loin

Gabriel Croissance. Ensemble pour aller plus loin Gabriel Croissance Titre de créance présentant un risque de perte en capital Le prospectus d émission des titres de créances complexes proposés a été approuvé par la BaFin, régulateur Allemand, en date

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57 Annexes Rapport annuel H3C 2008 Annexes FONCTIONNEMENT DU HAUT CONSEIL Pas d annexe ACTIVITÉ NORMATIVE Annexe 2.1. Liste des normes d exercice professionnel au 31 janvier 2009...p. 55 Normes homologuées

Plus en détail

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire Introduction... 4 1. Groupe Fourcade... 5 1.1. Organigramme du groupe... 5 1.2. F2A - FOURCADE AUDIT ASSOCIES... 5 1.3. Description de la Gouvernance et de ses modalités

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Etude sur la gouvernance des entreprises du CAC 40 Eclairages sur le SBF 120

Etude sur la gouvernance des entreprises du CAC 40 Eclairages sur le SBF 120 Etude sur la gouvernance des entreprises du CAC 40 Eclairages sur le SBF 120 Septembre 2010 Une étude réalisée par : Russell Reynolds Associates Objectifs de l étude Assurer un suivi Apporter un outil

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE.1 RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) 156.1.1

Plus en détail

AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes

AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes 1 AUDIT CONJOINT Sommaire 1. Livre vert de l UE de 2010 sur l audit 2.

Plus en détail

Repères Rapport annuel 2012

Repères Rapport annuel 2012 Édito En confiant au Haut Conseil la supervision des commissaires aux comptes, le législateur a mis en place un mécanisme indépendant, capable de traiter à la fois les cas individuels et les problématiques

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes :

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014 I PRESENTATION DU CABINET 1.1. - Description des entités CAC L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : - La Société FIDECOMPTA

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

Profil financier du CAC 40

Profil financier du CAC 40 Profil financier du CAC 4 Présentation du 23 juin 29 23 JUIN 29 1 Avertissement/préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 4» sont issues des rapports annuels des sociétés du

Plus en détail

EXA S.A. RAPPORT DE TRANSPARENCE

EXA S.A. RAPPORT DE TRANSPARENCE EXA S.A. RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 décembre 2012 EXA S.A. Téléphone : 02.62.30.41.00 Siège social Télécopie : 02.62.30.27.96 4, rue Monseigneur Mondon 97476 Saint-Denis CEDEX Saint-Denis,

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

Rapport annuel de transparence

Rapport annuel de transparence Rapport annuel de transparence Exercice clos le : 31 décembre 2010 Fiduciaire Audit Conseil Chapitre : 1. Présentation du Cabinet SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet... 3 1.1. Le cabinet en France... 3

Plus en détail

Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances

Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances pour Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances Juin 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A La perception globale du changement B Le vécu du changement au

Plus en détail

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l article R 823-21 du Code de commerce Exercice clos le 30 juin 2015 Axiome Audit & Stratégie

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE FIDREX Société d expertise comptable et de commissariat aux comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE

Plus en détail

99.1 RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL. Procédures de contrôle interne

99.1 RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL. Procédures de contrôle interne GRANULATS ET BÉTON Canada. Le village olympique des JO d hiver de 2010, une réalisation Agilia et UltraGreen, certifiée LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), Vancouver. Procédures de contrôle

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2015 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Depuis 2008, l Observatoire analyse l

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision le 8 novembre 2011 Décision 2011-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision Au cours de sa séance du 3 novembre

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Mai 2015 1. Présentation du

Plus en détail

Le point sur... Carrefour Réflexions. n 70. Les diligences directement liées à la mission de commissariat aux comptes. L essentiel << Juin 2008

Le point sur... Carrefour Réflexions. n 70. Les diligences directement liées à la mission de commissariat aux comptes. L essentiel << Juin 2008 Carrefour Réflexions Juin 2008 n 70 Le point sur... Les diligences directement liées à la mission de commissariat aux comptes L essentiel

Plus en détail

COMPAGNIE AGRICOLE DE LA CRAU

COMPAGNIE AGRICOLE DE LA CRAU COMPAGNIE AGRICOLE DE LA CRAU Mesdames, Messieurs, RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE En application des dispositions de l article L.225-37

Plus en détail

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme Rapport semestriel au 30 septembre 2014 LBPAM RESPONSABLE TRESO Part «E» Part «I» Part «T» Part «G1» FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français CLASSIFICATION Monétaire Court Terme AFFECTATION DES

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Rapport annuel de transparence

Rapport annuel de transparence Rapport annuel de transparence Exercice clos le : 31 décembre 2012 Fiduciaire Audit Conseil Chapitre : 1. Présentation du Cabinet SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet... 3 1.1. Description des entités CAC

Plus en détail

Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay. La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40

Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay. La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40 Baromètre F2iC FactSet - OpinionWay La détention par les fonds ouverts (OPCVM français et étrangers) des sociétés du CAC 40 Introduction Les informations présentes dans ce baromètre sont issues de la base

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Norme relative aux Modalités d Application des Articles 2 et 3 de l Arrêté du 28 février 2003 portant Homologation du Barème des Honoraires des Experts Comptables

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs, En application des dispositions de l article L.225-37 du Code de commerce, j ai l honneur

Plus en détail

Introduction. 1. Présentation dtt cabinet 1. b) Procédures de qttatité 2. 3. Clients 4. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chêne - MEYMN

Introduction. 1. Présentation dtt cabinet 1. b) Procédures de qttatité 2. 3. Clients 4. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chêne - MEYMN RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE 1. Présentation dtt cabinet 1 b) Description de ta gouvernance 2 2. Gestion des risques b) Procédures de qttatité 2 e) Lutte contre te blanchiment 3 d) Formation professionnelle

Plus en détail

Donner les clés pour éviter les risques et situations d autorévision

Donner les clés pour éviter les risques et situations d autorévision L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E. Donner les clés pour éviter les risques et situations 1 Sommaire de la conférence Le contexte Les enjeux La BPP

Plus en détail

Rapport annuel du Conseil de Surveillance 2015

Rapport annuel du Conseil de Surveillance 2015 FCPE ELYSEO EURO ACTIONS Rapport annuel du Conseil de Surveillance 2015 Exercice 2014 Le présent rapport a été élaboré sous la responsabilité du Conseil de Surveillance du Fonds Commun de Placement d Entreprise

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. STRUCTURE JURIDIQUE ET PROPRIETE. Rapport de transparence

1. INTRODUCTION 2. STRUCTURE JURIDIQUE ET PROPRIETE. Rapport de transparence Rapport de transparence 1. INTRODUCTION En application de l article 15 de la loi du 22 juillet 1953 créant un Institut des Réviseurs d Entreprises et organisant la supervision publique de la profession

Plus en détail

Information sectorielle : la transition d IAS 14 à IFRS 8 en France et en Allemagne

Information sectorielle : la transition d IAS 14 à IFRS 8 en France et en Allemagne Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Information sectorielle : la transition d IAS 14 à IFRS 8 en France et en Allemagne La communication financière s est développée ces dernières

Plus en détail

BECOUZE Rapport de transparence

BECOUZE Rapport de transparence Rapport de transparence Rapport de transparence 2 RAPPORT DE TRANSPARENCE à jour au 15 janvier 2010 Sommaire 1 - PRESENTATION DU CABINET 3 à 5 1.1 Le Cabinet en France 3-4 1.1.1 Description de l entité

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

Profil financier du CAC 40

Profil financier du CAC 40 Profil financier du CAC 4 Présentation du 28 juin 21 28 JUIN 21 1 Avertissement / préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 4» sont issues des rapports annuels des sociétés

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2011 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2011, la capitalisation

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2012

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2012 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2012 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2012, la capitalisation

Plus en détail

L évaluation financière des marques

L évaluation financière des marques L évaluation financière des marques Guy Jacquot Expert Judiciaire pré la Cour d Appel de Paris, Associé Sorgem Evaluation SFEV 13 mars 2014 Sorgem Evaluation 11, rue Leroux 75116 PARIS www.sorgemeval.com

Plus en détail

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l art. R. 823-21 du Code de commerce Exercice clos au 31 août 2014 cabinet CLEON MARTIN BROICHOT & Associés 7 rue

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 Direction de la Balance des paiements Service des Opérations internationales des banques et des administrations

Plus en détail

L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application

L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application NB : Le schéma ci-après présente de manière synthétique la répartition des activités par type de prestation

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

1 placement, 2 horizons!

1 placement, 2 horizons! SGA DOUBLE HORIZON 35 1 placement, 2 horizons! Le SGA DOUBLE HORIZON 35 est un instrument complexe pour partie instrument de dette et pour partie instrument dérivé émis par Société Générale Acceptance

Plus en détail

LIRE LA COTE BOURSIÈRE RE ET COMPRENDRE LES INDICES BOURSIERS

LIRE LA COTE BOURSIÈRE RE ET COMPRENDRE LES INDICES BOURSIERS FORMATION DES JOURNALISTES Séminaire de Formation de la COSUMAF THÈME 4 : LIRE LA COTE BOURSIÈRE RE ET COMPRENDRE LES INDICES BOURSIERS Par les Services de la COSUMAF 1 SOMMAIRE DU THÈME 4 03 Cote Boursière

Plus en détail

Rapport de transparence

Rapport de transparence Rapport de transparence Rapport de transparence 2 RAPPORT DE TRANSPARENCE à jour au 17 mai 2011 Sommaire 1 - PRESENTATION DU CABINET 3 à 5 1.1 Le Cabinet en France 3-4 1.1.1 Description de l entité commissariat

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France Téléphone : +33 (0)1 55 68 68 68 Télécopie : +33 (0)1 55 68 73 00 Site internet : www.kpmg.fr Rapport de l organisme tiers indépendant sur

Plus en détail

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007.

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007. Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et

Plus en détail

Rapport de transparence

Rapport de transparence Rapport de transparence Conformément à l article R 823-21 du Code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel public à l épargne publient sur leur

Plus en détail

Rapport de l AMF sur les rémunérations des dirigeants des sociétés cotées et sur la mise en œuvre des recommandations AFEP / MEDEF

Rapport de l AMF sur les rémunérations des dirigeants des sociétés cotées et sur la mise en œuvre des recommandations AFEP / MEDEF Rapport de l AMF sur les rémunérations des dirigeants des sociétés cotées et sur la mise en œuvre des recommandations AFEP / MEDEF Le 9 juillet 2009 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE SECA FOREZ RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice 2015 1 Préambule Conformément à l article R 823 21 du Code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel

Plus en détail

Répartition géographique finale des investissements directs : une approche par les groupes de sociétés

Répartition géographique finale des investissements directs : une approche par les groupes de sociétés Répartition géographique finale des investissements directs : une approche par les groupes de sociétés Pierre CAUSSÉ Direction de la Balance des paiements Les investissements directs recensés lors de l

Plus en détail

Charte d éthique et de comportement

Charte d éthique et de comportement Charte d éthique et de comportement Préambule Le groupe BDO France, membre à part entière du réseau international BDO, effectue des missions de nature variées dans les domaines de l audit, du conseil financier

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-20 du 17 février 2014 relative à l affiliation de la Mutuelle Nationale des Personnels Air France à la Société de Groupe d Assurance Mutuelle Macif L Autorité de

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 1 ème trimestre 2013 Numéro 6 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Cette année 2012

Plus en détail

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Quelles évolutions, quelles attentes? CONFERENCE 30 NOVEMBRE 2010 0 Sommaire 1 Actualité réglementaire et impact sur les relations CAC

Plus en détail

GROUPAMA CR ACTIONS EURO. Rapport semestriel au 30/06/2015. FCP de droit français

GROUPAMA CR ACTIONS EURO. Rapport semestriel au 30/06/2015. FCP de droit français FCP de droit français GROUPAMA CR ACTIONS EURO Rapport semestriel au 30/06/2015 Groupama Asset Management - 25 rue de la Ville l Evêque - 75008 Paris ETAT DU PATRIMOINE Eléments de l'état du patrimoine

Plus en détail

Abracadabra et hop : le retour des banquiers magiciens dans le grand numéro mondial du Tarp magique!

Abracadabra et hop : le retour des banquiers magiciens dans le grand numéro mondial du Tarp magique! Abracadabra et hop : le retour des banquiers magiciens dans le grand numéro mondial du Tarp magique! source : The St. Louis Post Dispatch (RJ Matson), 24/04/2009 1 Florilèges hebdomadaires sur le caractère

Plus en détail

Édition 2008. Enquête sur les rapports du président du conseil relatifs aux dispositifs de contrôle interne

Édition 2008. Enquête sur les rapports du président du conseil relatifs aux dispositifs de contrôle interne Édition 2008 Enquête sur les rapports du président du conseil relatifs aux dispositifs de contrôle 2 Sommaire Sommaire... 3 I. Périmètre de l enquête... 5 II. Les critères de l étude... 6 III. Quelques

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014. - Déclaration de la direction relative à l indépendance et la formation

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014. - Déclaration de la direction relative à l indépendance et la formation RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014 Sommaire - PRESENTATION DU CABINET - Organigramme juridique - Activité - Chiffre d Affaires et Clientèle - PROCEDURE QUALITE - Indépendance - Contrôle

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à échéance Un objectif de rendement de 8 % par an Une durée d investissement conseillée de 8 ans

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Mai 2015 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2014 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne Conférence animée par Carole SENELIS Jean François MALLEN SOMMAIRE INTRODUCTION APPROCHE PAR LES RISQUES CONCLUSION QUESTIONS ET

Plus en détail

Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098)

Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098) Paris, le 6 juin 2014 Communiqué de presse Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098) Concomitamment au placement privé d Obligations à option

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 INTRODUCTION Le présent rapport de transparence

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE Cie Agricole de la Crau RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs, En application des dispositions de l article L.225-37 du Code de

Plus en détail

De plus en plus d entreprises s engagent : la fixation d objectifs chiffrés a doublé en 5 ans!

De plus en plus d entreprises s engagent : la fixation d objectifs chiffrés a doublé en 5 ans! 7 ème BAROMÈTRE ANNUEL CAPITALCOM 2012 SUR LA MIXITÉ De plus en plus d entreprises s engagent : la fixation d objectifs chiffrés a doublé en 5 ans! Officialisée par les Nations-Unies en 1982, la Journée

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence Portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe aux

Plus en détail

Profil Financier du CAC 40

Profil Financier du CAC 40 24 JUIN 2014 1 Profil Financier du CAC 40 Présentation du 24 juin 2014 Avertissement / préambule Les informations présentées dans le «Profil financier du CAC 40» sont issues des rapports annuels et documents

Plus en détail