ETAT DES LIEUX DE L INSERTION PAR L ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DANS LES PAYS-DE-LA-LOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETAT DES LIEUX DE L INSERTION PAR L ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DANS LES PAYS-DE-LA-LOIRE"

Transcription

1 CNIAE ETAT DES LIEUX DE L INSERTION PAR L ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DANS LES PAYS-DE-LA-LOIRE Préconisations pour un développement territorial de l IAE RAPPORT FINAL Avril 2004 Ce rapport ainsi que la synthèse du rapport sont téléchargeables sur le site internet de l Avise, rubrique «Bibliothèque». Agence de Valorisation des Initiatives Socio-Économiques 37 rue Bergère Paris - Tél : Fax :

2 SOMMAIRE INTRODUCTION : CADRE D INTERVENTION, METHODE ET BASE DE TRAVAIL ) CADRE D INTERVENTION ET METHODE ) Objectifs de l étude ) Une approche participative ) LES DONNEES MOBILISEES ) Le questionnaire ) Le taux et la nature des retours...8 a) Approche globale...8 b) Le taux de retour par familles de structures...9 c) Le taux de retour selon les territoires...10 d) La localisation des structures répondantes ) La qualité des données recueillies ) Les données issues des Tableaux statistiques annuels ) Les études et travaux I- LES STRUCTURES : LOCALISATION, ORGANISATION ET POIDS ECONOMIQUE ) CARACTERISTIQUES GENERALES DES STRUCTURES DE L IAE DES PAYS-DE-LA-LOIRE ) L âge des structures et leur rythme de création ) Des structures pour la plupart mono-implantation ) L OFFRE D INSERTION DANS LES PAYS-DE-LA-LOIRE ) Localisation globale des postes d insertion ) Offre d insertion, population et publics prioritaires ) Offre d insertion et population...20 a) Approche par taille de commune...20 b) Approche par densité des communes...23 c) Approche départementale ) Analyse par rapport aux publics prioritaires...27 a) Approche départementale...28 α) Les capacités d accueil par rapport aux publics prioritaires...28 β) L offre d emplois d insertion par rapport aux publics prioritaires...29 b) Approche par catégorie de public...30 α) Les demandeurs d emploi de longue durée (plus d un an)...30 β) Les bénéficiaires du RMI ) L insertion par l activité économique : un phénomène urbain? ) L ORGANISATION DES STRUCTURES ) L organisation interne des structures ) L encadrement...37 a) Les salariés...37 b) Les bénévoles ) Les salariés en insertion...43 a) Nombre de personnes concernées...43 b) Répartition par structures...44 c) Répartition de l offre selon les structures et les départements ) Le taux d encadrement des salariés en insertion ) L organisation externe des structures : les partenariats ) Le secteur public...48 a) Les partenaires économiques publics...48 α) Les financeurs publics...48 β) Les clients publics...50 γ) Commanditaires ou clients : les ambiguïtés de la «commande publique»...52 b) Les structures d accueil et d orientation...53 α) Le partenariat aux différentes étapes du parcours des salariés en insertion...53 β) Synthèse : une structure de partenariat relativement stéréotypée ) Le secteur privé ) LES CARACTERISTIQUES ECONOMIQUES DES SIAE ) Les secteurs d activité des structures ) Les ressources des SIAE ) Le chiffre d affaires

3 4.2.2) Les subventions...61 a) Montant et origine des subventions...61 b) La gestion des subventions ) Poids des différentes ressources dans le total ) Les principales charges des SIAE des Pays-de-la-Loire ) La masse salariale ) Les achats et charges ) Résultat et capacité d autofinancement ) Le résultat d exploitation ) La capacité d autofinancement (CAF) ) Les fonds propres des SIAE et leur trésorerie ) Les fonds propres...69 a) Le niveau des fonds propres au 31/12/ b) L évolution des fonds propres ) La trésorerie...71 a) Le solde bancaire au bilan...71 b) Les dettes bancaires...71 c) Les frais financiers ) Une exploitation saine dans l ensemble mais de réelles fragilités ) SYNTHESE : LE PILOTAGE TERRITORIAL DE L IAE, UN ENJEU COLLECTIF ) Optimiser l adéquation de l offre aux besoins ) Optimiser le juste financement de l IAE ) Accompagner et favoriser la professionnalisation de l IAE II- L INSERTION : PUBLICS ACCUEILLIS ET PARCOURS ) L ACCUEIL DES PUBLICS ) Une fonction accueil significative ) Une fonction en développement ) Origine des publics accueillis ) LES SALARIES EN INSERTION ) Les critères de recrutement des SIAE ) Les profils des salariés en insertion dans les SIAE ) Le profil en termes d âge et de genre du public en insertion ) Le profil «administratif» des salariés de SIAE des Pays-de-la-Loire...86 a) Part des bénéficiaires du RMI salariés dans les SIAE...88 b) Part des Demandeurs d emploi de longue durée salariés dans les SIAE...89 c) Part des Demandeurs d emploi salariés dans des SIAE ) Les difficultés «sociales» des publics en insertion ) Approche générale...91 a) Situation en b) Tendance d évolution ) Approche par famille de structure...94 a) Les associations intermédiaires...98 b) Les chantiers d insertion...99 c) Les entreprises d insertion d) Les régies de quartier e) Les ETTI f) Les GEIQ g) Les ateliers de CHRS h) Les ateliers protégés ) ACCOMPAGNEMENT PENDANT LE PARCOURS D INSERTION ) Durée des parcours ) L accompagnement professionnel des salariés en insertion ) Les modalités d accompagnement ) La formation a) Le budget formation des SIAE b) L éclairage d un FLES ) L accompagnement social des salariés en insertion ) LES SORTIES DU PUBLIC ) Les sorties vers l emploi ) Impact social du parcours en SIAE ) Le point de vue des bénéficiaires ) SYNTHESE : FAIRE FACE AUX DIFFICULTES CROISSANTES DES PUBLICS, QUELLES REPONSES POUR LES SIAE?

4 III- LA CONTRIBUTION AUX POLITIQUES PUBLIQUES ET AUX TERRITOIRES ) LES SIAE OUTIL DES POLITIQUES D INSERTION : L EXEMPLE DES PLIE ) Origine des donnés et méthode de travail ) Contribution des SIAE aux parcours construits par les PLIE ) Poids des SIAE dans la construction des parcours ) Les types de SIAE mobilisées par les PLIE ) Taille des parcours et recours à l IAE ) Moments du parcours et recours à l IAE ) Publics orientés par les PLIE vers les SIAE ) Le genre des personnes adressées à l IAE ) La nationalité des personnes adressées à l IAE ) Le statut administratif des personnes adressées à l IAE ) Le niveau de formation des personnes adressées à l IAE ) Les publics adressés aux SIAE et le permis de conduire ) Personnes adressées aux SIAE et mode de locomotion ) L âge des personnes adressées aux SIAE ) La situation de famille des personnes adressées aux SIAE ) Synthèse : une réponse unique à l urgence et aux publics accumulant les difficultés ) Résultats constatés au terme des parcours ) Les SIAE, un outil indispensable à la construction de parcours pour les publics les plus fragiles ) LE ROLE TERRITORIAL DES SIAE : UNE APPROCHE MONOGRAPHIQUE SUR TROIS TERRITOIRES ) Préambule : méthode et choix des territoires ) La connaissance des structures d insertion par les acteurs locaux ) La contribution de l IAE aux politiques publiques à l échelle des territoires ) Un rôle majeur dans l accompagnement socioprofessionnel des publics les plus en difficulté ) Des contributions de natures et de formes variées ) Les autres apports de l IAE ) Pour quelle reconnaissance? ) LES SIAE DES PAYS-DE-LA-LOIRE, ELEMENTS D UNE APPROCHE MACRO-ECONOMIQUE ) Les SIAE, un investissement pour la collectivité : une approche macroéconomique coûts avantages ) Les SIAE : un retour économique non négligeable pour le territoire ) Le poids de l IAE dans l économie sociale et solidaire IV- SYNTHESE ET PRECONISATIONS ) SYNTHESE : LES VALEURS AJOUTEES DE L IAE ) PRECONISATIONS ET PISTES DE TRAVAIL ANNEXES ANNEXE 1 : COMPOSITION DU COMITE DE PILOTAGE ET DU COMITE DE SUIVI ANNEXE 2 : FICHES TECHNIQUES SUR LES DIFFERENTS TYPES DE SIAE ANNEXE 3 : LOCALISATION DES POSTES OFFERTS DANS LES DIFFERENTES FAMILLES DE STRUCTURES SELON LES DENSITES DE POPULATION DANS LA COMMUNE DE L ETABLISSEMENT ANNEXE 5 : INDEX DES TABLEAUX ET DES CARTES ET GRAPHES

5 INTRODUCTION : CADRE D INTERVENTION, METHODE ET BASE DE TRAVAIL 1) Cadre d intervention et méthode 1.1) Objectifs de l étude L étude commanditée par l AVISE sur les SIAE, les ateliers protégés et les GEIQ dans les Pays-de-la-Loire est essentiellement quantitative et vise à (1) : «apporter à l ensemble des acteurs concernés par l IAE (élus, partenaires sociaux, têtes de réseau, administrations) des éléments leur permettant d appréhender l importance de l IAE en matière de création d emplois d insertion et de développement économique sur un territoire donné mais aussi son impact en matière de cohésion sociale et de réponse aux publics les plus en difficulté ; mettre à disposition des acteurs de l IAE les moyens d une lecture transversale dans une logique de complémentarité ; produire une carte géographique des SIAE conventionnées, des chantiers éducatifs, des GEIQ, des PLIE, des CAVA et ateliers de CHRS, des ateliers protégés et des activités d insertion professionnelle issues notamment de la mobilisation de grandes organisations caritatives ; valoriser l importance quantitative et qualitative des initiatives d IAE ; donner des éléments au plan national permettant d apprécier la place de l IAE dans les différentes politiques publiques territorialisées.» Pour répondre à cette commande, une démarche en trois temps a été conduite : établissement d une cartographie de l existant fondée sur : le recueil et l exploitation des données statistiques disponibles ; l élaboration, avec les têtes de réseau de l IAE et des structures associées d un questionnaire permettant de compléter le recueil de donnés par des informations qualitatives ; l exploitation statistique des données des questionnaires remontés après envoi par les CDIAE aux structures concernées ; l apport de données complémentaires à travers des entretiens qualitatifs en face-à-face avec des acteurs de l IAE ; analyse des effets de l IAE et des structures y contribuant et en particulier : l effet sur les personnes à travers l analyse des parcours ; 1) Extrait du cahier des charges de l étude

6 l effet sur le territoire à travers l analyse des contributions à la mise en œuvre des politiques publiques ; analyse des coûts et des produits de l IAE. 1.2) Une approche participative La démarche de travail retenue par l AVISE et Opus 3 a été résolument participative. L objectif de l AVISE au travers de ce travail (et des autres travaux qu elle conduit ou commandite) est en effet à la fois de faire progresser la connaissance sur les initiatives socio-économiques mais aussi de mettre en place de nouvelles approches de travail impliquant fortement les acteurs afin de susciter l émergence de nouvelles approches et collaborations sur les territoires et au niveau national. Dans le cadre de cette étude, la dimension participative a pris plusieurs formes et notamment : l implication conjointe de l échelon national et de l échelon régional et local ; l implication conjointe de la tutelle de l IAE et des représentants des structures d insertion ; l implication dans l étude de représentants du monde économique (syndicats patronaux et salariés) et des collectivités locales ; la construction des outils de l étude (questionnaire et démarche d enquête) avec les représentants des têtes de réseau et leur test auprès de structures avant leur utilisation sur le terrain ; la prise en compte des contributions de l ensemble des acteurs sous forme de valorisation de leur temps et de leurs apports à l étude. Concrètement, cette volonté participative s est traduite au travers de plusieurs parti-pris de l étude : la mise en place d un double pilotage de l étude : un Comité de suivi qui, autour des commanditaires nationaux de l étude (CNIAE, DGEFP, DGAS, AVISE) est largement ouvert aux acteurs locaux où sont notamment représentés l échelon départemental et régional des Service déconcentrés de l Etat (travail et affaires sociales), des collectivités locales (Région et Départements), l ANPE, l ensemble des réseaux de l IAE, les PLIE, les FLES, la CRESS, les partenaires sociaux Le rôle du Comité de suivi, qui se tient avant la réunion des Comités de pilotage est de discuter et d enrichir les travaux conduits et, le cas échéant, de proposer à l arbitrage du Comité de pilotage des adaptations ou des inflexions de la démarche. C est aussi un lieu de rencontre et d échange entre les commanditaires nationaux de l étude et les acteurs locaux. C est une instance de travail et de proposition ; un Comité de pilotage qui réunit les commanditaires nationaux de l étude (CNIAE, DGEFP, DGAS, AVISE), l échelon régional des Service - 6 -

7 déconcentrés du travail et des affaires sociales et de l ANPE, deux représentants des réseaux de l IAE désignés par leurs pairs, un représentant de la Région et un élu local. C est l instance de pilotage de la mission : elle valide et oriente les travaux (2). la mise en place d un groupe de travail des têtes de réseau régionales de l IAE afin d élaborer, de tester et d amender le questionnaire qui a été adressé aux structures ; la participation de l AVISE et d Opus 3 à des réunions organisées avec les ateliers de CHRS et avec les Ateliers protégés à l initiative, respectivement de la DRASS et du GAP Uneta afin de permettre une meilleure compréhension des enjeux de ces structures et une meilleure appropriation par elles des objectifs de l étude ; la sollicitation et la prise en compte de contributions de la part des membres du Comité de suivi afin d enrichir, de compléter ou de préciser en tant que de besoin les travaux menés : ces contributions ont pris la forme de propositions et de remarques pour améliorer la pertinence et l intelligibilité de l étude mais aussi de productions de la part de certains participants qui ont, pour certaines, été intégrées dans le présent rapport Cette approche participative est exigeante car elle suppose un effort de tous. Elle a cependant, de notre point de vue, eu de nombreux effets positifs qui, gageons le, iront au-delà du temps et du cadre de l étude : elle a permis une forte mobilisation autour de l étude et explique largement le très bon taux de réponse que nous avons obtenu ; elle a favorisé, y compris entre les acteurs locaux et en particulier les têtes de réseau de l IAE, une coopération qui nous semble avoir été appréciée par tous (3) ; elle permettra, nous l espérons, une large appropriation de l étude et favorisera son utilisation par l ensemble des participants pour favoriser une meilleure prise en compte de l IAE, de ses besoins et de ses apports aux territoires et aux politiques publiques. 2) Les données mobilisées L étude que nous avons conduite est, pour l essentiel, une étude quantitative fondée sur l exploitation des réponses à un questionnaire que nous avons élaboré avec les acteurs locaux et sur des données statistiques issues de documents 2) La liste des membres des Comités de suivi et de pilotage est jointe en Annexe 1 3) Les têtes de réseau de l IAE ont souhaité mettre en place un groupe de coopération parallèle aux Comités de suivi et de pilotage

8 administratifs de suivi de l activité des SIAE (Tableaux statistiques annuels) et des bases de données de certains acteurs (notamment des PLIE). Quelques approches qualitatives ont été introduites, notamment au travers des monographies territoriales, mais elles ne constituent qu un complément d éclairage à la démarche. Nous nous sommes par ailleurs appuyés sur des études et travaux mis à notre disposition dans le cadre de la démarche. 2.1) Le questionnaire 2.1.1) Le taux et la nature des retours a) Approche globale Comme le montre le tableau ci-dessous, le taux de retour des questionnaires est élevé puisque 219 structures (sur 344 recensées) l ont renvoyé, soit 64% d entre elles. Tableau 1 : Questionnaires collectés selon les types de structures d insertion et selon les départements Loire Atlantique (44) Maine et Loire (49) Mayenne (53) Sarthe (72) Vendée (85) Pays-de-la- Loire AI Ateliers de CHRS Ateliers protégés Chantiers d'insertion EI ETTI GEIQ Régies de quartier Total ,8% 23 69,6% 5 80,0% 15 53,3% 13 76,9% 83 71,1% ,3% 4 50,0% 1 100,0% 1 100,0% 3 33,3% 12 50,0% ,5% 17 52,9% 4 100,0% 9 22,2% 4 50,0% 47 53,2% ,4% 40 40,0% 6 100,0% 25 60,0% 19 52,6% ,7% ,7% 23 65,2% 1 100,0% 8 87,5% 9 77,8% 58 70,7% ,0% 6 50,0% 1 100,0% 3 100,0% 2 100,0% 13 76,9% ,0% 1 100,0% 0 #N/A 1 100,0% 0 #N/A 4 100,0% ,0% 4 75,0% 0 #N/A 0 #N/A 0 #N/A 6 50,0% ,8% ,1% 18 94,4% 62 59,7% 50 64,0% ,7% - 8 -

9 Ce taux de retour, déjà bon en soi, est d autant plus satisfaisant que plusieurs des 344 structures (une dizaine) nous ont contacté pour nous signaler qu elles n avaient démarré leur activité que (très) récemment et qu elles ne pouvaient donc pas répondre valablement au questionnaire. De ce fait, le taux de réponse sur le total de structures réellement concernées est sans doute compris entre 70 et 75%. Ce taux de retour très significatif a pu être obtenu grâce à l implication active des services déconcentrés de l Etat et des têtes de réseau de l IAE sans l appui actif desquels il eut sans doute été plus faible. En effet, la charge de réponse à un questionnaire de 19 pages (4) est lourde et il est probable que, sans relance active, une part significative des structures sollicitées n aurait pas répondu. Pour autant, certains questionnaires retournés étaient inexploitables car trop parcellaires, d autres concernaient plusieurs structures. Au final, nous disposons donc de données exploitables pour 215 établissements. b) Le taux de retour par familles de structures Sans surprise, le taux de retour est supérieur en moyenne pour les structures qui s inscrivent traditionnellement dans la «famille IAE» (5) et pour lesquelles la question de la pertinence de s associer au travaux ne s est pas posée. Tableau 2 : Les réponses par famille de structure Nb de retours Nb de structures % réponses AI ,1% Chantier d'insertion ,7% EI ,7% ETTI ,9% GEIQ ,0% Régie de quartier ,0% Atelier de CHRS ,0% Atelier protégé ,2% ,7% 66,0% 52,5% Au sein de la «famille IAE», les taux de retour sont meilleurs dans les types de structures qui ont en règle générale des moyens humains plus structurés et qui, par ailleurs, sont souvent plus intégrés aux réseaux. 4) Le questionnaire, élaboré avec les têtes de réseau, est joint en Annexe 2. 5) Nous regroupons sous ce vocable les structures d insertion par l activité économique au sens de la loi de lutte contre les exclusions auxquelles nous ajoutons les GEIQ qui sont aujourd hui représentés au Conseil National de l Insertion par l Activité Economique

10 Le taux de retour pour les chantiers d insertion est cependant très satisfaisant au regard de la dispersion de ces structures, de leur diversité de portage et de leur fréquente faiblesse en termes de moyens humains administratifs (plusieurs responsables de chantiers nous ont contactés pour nous dire leur impossibilité, faute de temps, de répondre au questionnaire). Pour ce qui concerne les Ateliers protégés et les Ateliers de CHRS, structures pour la première fois associées à ce type de travaux, le taux de retour peut être considéré comme très satisfaisant au regard des obstacles à leur participation : ces deux types de structures ne sont pas couramment assimilées à l IAE et ne s y reconnaissent pas forcément ; un certain nombre de notions abordées dans le questionnaire ne correspondent pas à la pratique et au référentiel d action courant de ces structures (notions de parcours, de sortie, de public en insertion voire, pour les ateliers de CHRS, les notions les plus économiques du questionnaire) ; elles sont, en règle générale, en lien avec d autres types de réseaux et d acteurs que les SIAE c) Le taux de retour selon les territoires Le taux de retour est contrasté selon les départements, comme le montre la carte ci-dessous : Figure 1 : Taux de remontée des questionnaires par département

11 Il convient de noter que le Conseil général du Maine-et-Loire, département dont le taux de retour, à 55%, est le plus faible, avait diligenté, très peu de temps avant notre étude un travail lourd sur les chantiers d insertion. Ceux-ci se sont donc peu mobilisés, voyant dans notre questionnaire une redondance par rapport aux travaux auxquels elles participaient par ailleurs (hors chantiers, le taux de réponse moyen est de 76% sur ce département). d) La localisation des structures répondantes Une analyse de la localisation des structures ayant répondu au questionnaire par rapport à l ensemble des structures sollicitées dans le cadre de la mise en œuvre du questionnaire fait apparaître un niveau de réponse plus faible des structures situées en milieu rural alors que les structures situées en milieu urbain relativement dense ont fait montre d un taux de réponse élevé. C est ce que nous semble illustrer la carte ci-dessous : Figure 2 : Contribution des structures à l enquête

12 2.1.2) La qualité des données recueillies Le questionnaire comprend cinq parties traitant de : l organisation, les ressources humaines et les partenariats : les structures ont globalement bien renseigné ces questions, en particulier leurs relations avec le secteur public, avec les structures d accueil et d orientation des publics ainsi qu avec les acteurs économiques privés. Les commentaires sur leurs partenariats sont nombreux. Les établissements ont par contre souvent indiqué le nombre de cantons qu ils couvrent sans pour autant les énumérer, aussi le territoire effectivement couvert ne peut-il être qu évalué approximativement. Par ailleurs, les réponses concernant le poids des relations commerciales avec les partenaires publics pourraient cacher une certaine hétérogénéité (6) ; les activités économiques développées : les éléments concernant les secteurs d activité et le chiffre d affaires sectoriel et les salariés sont le plus souvent complétés. Compte tenu du taux de remontée, ceci nous permet de chiffrer l activité économique de la moitié de l ensemble des structures d insertion par l activité économique des Pays-de-la-Loire. Par ailleurs, un tiers des structures interrogées commentent l aspect innovant de leur activité et seulement une sur sept valorise des ressources humaines et matérielles gratuites ; la gestion des parcours d insertion : le cadrage du public et ses origines sont bien connus. Par contre, les tendances du fléchage institutionnel sont indiquées dans un tiers des questionnaires (soit 20% des SIAE des Pays-de-la-Loire). Le nombre de personnes orientées par l ANPE vers les SIAE au titre de l ASI est spécifié dans deux questionnaires retournés sur trois, de même la moitié des répondants se sont exprimés sur la qualité de leur relation avec l ANPE. Les problématiques rencontrées par les publics, les critères de recrutement et les modalités d accompagnement professionnels sont presque systématiquement renseignés tandis que les modalités d accompagnement social du public et ses effets sont connus pour 70% des questionnaires environ, soit plus de 40% de l ensemble des SIAE des Pays-de-la-Loire. La formation au sein des structures est détaillée dans la moitié des cas. Les structures se sont largement exprimées sur les actions mises en œuvre pour assurer l adéquation entre le profil du candidat et les possibilités de la SIAE, sur la préparation de la sortie des publics en insertion, sur la mesure des effets d un parcours sur les problématiques rencontrées initialement ; les données financières : les subventions sont ventilées par financeur dans la grande majorité des 6) Les uns indiquent un pourcentage fondé sur le financement total, d autres le calculent en fonction du total des marchés publics obtenus

13 réponses, la gestion des subventions reste par contre mal connue puisque seul un tiers des questionnaires fournissent cette information. L exploitation et les fonds propres sont précisés par deux tiers des répondants et les contributions sociales et fiscales par les trois quarts ; les besoins et les risques économiques et financiers : les trois quarts des répondants ont fait part de leurs difficultés économiques et financières ainsi que de leurs perspectives de développement. Enfin, 60% ont indiqué les risques auxquels ils sont confrontés. Au final, la qualité de renseignement du questionnaire est tout à fait satisfaisante et nous permet de proposer des analyses assez fines et fiables des thématiques abordées. 2.2) Les données issues des Tableaux statistiques annuels Afin d éviter de surcharger le questionnaire déjà très complet adressé aux structures, il avait été convenu que les données ayant trait à l origine administrative des publics et aux résultats en termes de sortie vers l emploi ne feraient pas l objet d un chapitre spécifique dans notre questionnaire mais seraient extraites des Tableaux statistiques annuels renseignés par les AI, EI, ETTI et par les chantiers (7). Nous avons donc collationné ces documents auprès de la DARES et des DDTEFP puis les avons fait saisir et les avons intégrées dans notre propre base de données issue du traitement des questionnaires. Ce traitement nous a permis un enrichissement significatif des données disponibles sans surcharger d autant l effort demandé aux structures : nous avons notamment ainsi obtenu des données riches sur l origine des publics et les catégories administratives dont ils ressortent, indispensables pour rattacher l action des SIAE à la mise en œuvre des politiques publiques ; nous avons accru significativement notre taux de connaissance des structures et, partant, la précision des analyses territoriales qui sont au cœur de la démarche ; elles nous permettent d analyser la sortie vers l emploi des publics. En effet, les Tableaux statistiques annuels (TSA) fournissent des données par structure sur le nombre de personnes en insertion (embauchés en cours d année, présents dans la structure au 31/12), le nombre de salariés permanents, la situation personnelle des personnes en insertion avant l embauche, leur situation 7) Ce sont ces données qui servent au suivi de l activité des structures d insertion par l activité économique et, notamment, à l établissement du Première synthèse sur l insertion par l activité économique que la DARES produit chaque année

14 au regard du chômage ou de l inactivité avant l entrée en structure d insertion, et enfin, le domaine d activité économique. Suivant le type de structure, le fichier renseigne en outre le nombre de bénévoles, le nombre d heures de mise à disposition, le nombre de salariés chargés de l accompagnement, le nombre de personnes accueillies. Les Tableaux statistiques annuels recueillis couvrent quatre types de structures les associations intermédiaires, les entreprises d insertion, les chantiers d insertion et les ETTI (8) et les cinq départements. Au total, nous disposons des TSA de 281 structures d insertion, ce qui représente un taux de couverture très élevé avec 88,3% des fiches statistiques disponibles sur l ensemble de la Région. Les données issues des TSA se répartissent comme suit : Tableau 3 : Répartition des TSA traités et taux de couverture Loire Atlantique Maine-et-Loire Sarthe Vendée Mayenne Nb total TSA Couverture AI ,0% Chantier d'insertion ,6% EI ,8% ETTI ,0% Régie de quartier ,7% Nb TSA reçues ,3% Nb total de structures Taux de réponse 88,5% 86,5% 90,2% 88,4% 92,3% 88,3% Ce traitement statistique apporte des informations sur la totalité des associations intermédiaires (AI) et entreprises de travail temporaire d insertion de la région, sur 83% des entreprises d insertion (EI) et des chantiers d insertion et sur 67% des régies de quartier. Par conséquent, la réunion des informations issues de ces Tableaux Statistiques Annuels et de celle des questionnaires permet, comme le montre le tableau cidessous, de connaître plus de 86% des structures d insertion sur un certain nombre de points, notamment en matière d effectifs permanents et en insertion car les deux sources d information renseignent en commun ces dimensions. Tableau 4 : Les structures pour lesquelles des informations sont disponibles (questionnaire Opus 3 et/ou TSA) Loire Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée Nb connues % Connues ETTI ,0% GEIQ ,0% Associations Intermédiaires ,0% Entreprises d'insertion ,8% Chantiers d'insertion ,4% Régies de quartier ,7% Atelier de CHRS ,2% Atelier protégé ,0% Nb de structures connues ,3% % structures connues 87,5% 84,7% 100,0% 85,5% 84,0% 86,3% 8) Les régies de quartier qui ne sont pas une catégorie administrative d IAE («Régie de quartier» est un label) ne ressortent pas comme telles, mais son répertoriées, selon les cas, comme Entreprise d insertion ou comme Chantier d insertion

15 Sur tous les départements des Pays-de-la-Loire, les informations disponibles sont très significatives dans la mesure où nous disposons de données sur 84% à 100% des structures existantes. Le croisement des données des TSA et de nos propres questionnaires nous permet donc de détenir une excellente base de redressement des données et garantit que les clefs de projection que nous utilisons pour extrapoler en grandeur réelle les données issues des questionnaires reçus sont fiables. 2.3) Les études et travaux Enfin, nous avons intégré dans nos analyses et travaux les résultats issus de différentes études : certaines préexistant à notre intervention et nous ont notamment été apportées par les services déconcentrés de l Etat (DRTEFP, DRASS, DDTEFP, DDASS), les têtes réseau de l IAE et des membres des Comités de suivi et de pilotage ; certaines ont été conduites spécifiquement pour contribuer à l étude, dans le cadre de la démarche participative mise en œuvre. Il s agit en particulier : d une analyse sur l accompagnement des publics les plus en difficulté élaborée par la FNARS Pays-de-la-Loire ; d une analyse de l action des ateliers de CHRS par la DRASS des Pays-dela-Loire ; de monographies de parcours d insertion de personnes passées par l IAE effectuées par FACE Anjou ; d une analyse du recours à la formation par les SIAE adhérentes au FLES de Saumur, effectuée par ce FLES Nos travaux se sont aussi nourris de contributions moins formelles apportées notamment sur le forum mis en place dans le cadre de l étude

16 I- LES STRUCTURES : LOCALISATION, ORGANISATION ET POIDS ECONOMIQUE 1) Caractéristiques générales des structures de l IAE des Pays-dela-Loire 1.1) L âge des structures et leur rythme de création Dans les Pays-de-la-Loire, les structures d insertion par l activité économique (SIAE) ont en moyenne 12 ans, quel que soit le département. La répartition des SIAE par date de création ressort comme suit : Tableau 5 : Date de création des structures ayant répondu au questionnaire Opus 3 Création AI Atelier Atelier Chantier Régie EI ETTI GEIQ de CHRS protégé d'insertion de quartier Total % ,5% ,5% ,0% ,5% ,0% ,5% ,5% ,0% ,0% ,0% ,4% ,4% ,4% ,9% ,9% ,4% ,9% ,9% ,8% ,3% ,9% ,8% ,4% ,8% ,9% ,4% ,9% ,4% ,0% Total Source : Questionnaire Opus 3 (205 réponses exploitables)

17 Notons d abord que ce tableau reflète les dates de création des structures encore existantes en 2003 : des structures se sont créées et ont disparu et ne figurent donc pas dans nos données. Les entreprises d insertion (EI) sont en général les plus récentes (création en 1996 en moyenne) quand les ateliers de CHRS sont en général les plus anciennes (date moyenne de création 1983). Les données sur les chantiers d insertion appellent un commentaire particulier : plusieurs d entre eux donnent des dates de création antérieures à la mise en place des chantiers d insertion tels qu on les connaît aujourd hui, ce qui peut surprendre. Il s agit probablement là d activités nées au sein d ateliers de CHRS et qui ont pris par la suite le statut de chantiers d insertion (ce cas a été historiquement assez fréquent). En terme de renouvellement du tissu des SIAE, les créations diminuent de manière constante depuis Ainsi, parmi 205 établissements répondants, sept se sont mis en place en 2001 et deux en 2002 contre plus de dix par an auparavant. Les données issues de notre questionnaire ne permettent pas d expliquer ce ralentissement mais plusieurs hypothèses peuvent être formulées : un «taux d équipement» en SIAE et ateliers protégés qui devient satisfaisant et qui ne justifie pas de créations nouvelles (notamment aux yeux des financeurs) : cette explication ne nous semble cependant pas valable sur un certain nombre de territoires, notamment dans les zones rurales ; la fin d un mouvement de création de nouvelles structures (notamment des ETTI issues d AI) suite à la loi de lutte contre les exclusions et une tendance à la consolidation de l existant plutôt qu au développement de nouvelles structures (9) ; un manque de renouvellement (qui n est pas propres aux structures étudiées) des militants de la vie associative dont l implication et l action sont à l origine de beaucoup des SIAE ; un contexte économique et administratif moins favorable à la création de nouvelles activités se traduisant par respectivement, des marchés moins porteurs et des financements d ingénierie et d amorçage moins importants Ces données sur les Pays-de-la-Loire sont cohérentes avec les données nationales, la DARES soulignant dans L insertion par l activité économique en 2002 (10) : «Pour le première fois depuis la modification du cadre juridique de l IAE en 1998 [la diminution du nombre de SIAE] ne concerne pas exclusivement les Associations intermédiaires mais l ensemble du secteur». 9) Cette tendance à la consolidation des structures existantes (développement intensif) par opposition à un développement extensif par la création de nouvelles structures a été noté par certaines têtes de réseau de l IAE. 10) Premières synthèses N 52.1, décembre

18 1.2) Des structures pour la plupart mono-implantation De manière générale, les SIAE des Pays-de-la-Loire créent peu d antennes en dehors de leur siège, comme il ressort du tableau ci-dessous. Tableau 6 : Nombre d implantations par structure Nombre d implantations Part des SIAE (%) 79,7 9,8 5,1 3,2 0,5 1,7 Source : Questionnaire Opus 3 Seules 9,8% des structures d insertion possèdent une seconde implantation et elles se déploient rarement au-delà de deux sites. Les SIAE ressortent donc bien comme des structures de proximité dont l action est fortement inscrite dans un territoire et qui, de plus favorisent plutôt cet ancrage qu un développement sur plusieurs sites qui pourrait les fragiliser. La notion de «militantisme entrepreneurial» a été proposée lors de nos travaux pour qualifier cet esprit d entreprise tourné vers les réponses à des besoins perçus et identifiés localement plutôt qu orientés, comme dans une approche entrepreneuriale «classique», vers la recherche d opportunités de développement où qu elles se trouvent. Par ailleurs les questionnaires renseignant mal les types des différentes composantes des ensembliers (11), il n est pas possible de quantifier leur répartition. Finalement, les 219 structures ayant répondu à notre questionnaire représentent 255 implantations dont 6% sont entrées en activité après ) Parmi les 43 structures non uniques, seules 13 indiquent le type de leurs différentes implantations

19 2) L offre d insertion dans les Pays-de-la-Loire 2.1) Localisation globale des postes d insertion A partir des données collectées par questionnaire et des chiffres des Tableaux Statistiques Annuels, nous sommes en mesure de chiffrer le nombre de salariés en insertion des SIAE et des structures associées des Pays-de-la-Loire. Les données sont calculées à partir de 262 structures connues sur 344 existantes, soit 76% d information mobilisée et les extrapolations portent uniquement sur 24% des SIAE. Mieux encore, pour les AI, les EI, les ETTI, les chantiers et les régies de quartier, 235 SIAE sont connues sur 281, soit 84% d information mobilisée ce qui limite les données extrapolées à 16% du total de l offre d insertion. Nous atteignons quasiment l objectif d exhaustivité. La localisation des postes d insertion ressort comme suit : Figure 3 : Localisation des postes d insertion Nous avons figuré sur cette carte les offres d emplois d insertion identifiées selon la commune d implantation de l établissement

20 Nous y avons également fait figurer les structures ayant renvoyé le questionnaire sans renseigner le nombre de postes et les structures n ayant pas répondu au questionnaire pour visualiser aussi complètement que possible la situation des postes. 2.2) Offre d insertion, population et publics prioritaires Nous nous attacherons ici à rapprocher l offre d insertion du territoire sur lequel elle se situe afin d en analyser l adéquation locale aux besoins de la population. Les analyses qui pourront être faites à partir de cette partie de nos travaux sont cependant à modérer car elles ramènent les postes offerts au territoire de la commune d implantation de l établissement. Nous avons tenté dans notre questionnaire d approcher la zone de recrutement des structures, mais cette question a mal été renseignée. Dans les faits, il est clair que les structures d insertion, comme toute entreprise, ne se bornent pas, pour leur recrutement, à leurs seules frontières communales : la réalité de la répartition de l offre est donc plus diffuse que celle que nous représentons, avec sans doute un «effet de halo» autour des communes d implantation. Cette réserve n invalide cependant pas nos analyses dans la mesure où la mobilité des publics d insertion est en général faible à très faible : une offre sur une commune d insertion a peu de chances de drainer au-delà des communes immédiatement limitrophes 2.2.1) Offre d insertion et population Il nous est apparu intéressant de rapprocher la répartition de l offre d insertion par rapport à la population des Pays-de-la-Loire selon deux approches : une approche par taille de commune ; une approche selon la densité des communes. a) Approche par taille de commune L offre d insertion dans son ensemble est concentrée dans les communes de plus grande taille. Ce constat est vrai tant pour le public accueilli que pour le nombre de postes proposés

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

L accès des structures d insertion par l activité économique (SIAE) aux marchés publics

L accès des structures d insertion par l activité économique (SIAE) aux marchés publics ENQUÊTE 2012 L accès des structures d insertion par l activité économique (SIAE) aux marchés publics Chiffres clés 2011 L enquête, réalisée en 2012, porte sur les chiffres 2010 et 2011 42% des SIAE ont

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Face aux solutions recherchées par le gouvernement au regard des milliards de dettes sociales et fiscales accumulées dans les DOM

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Objectif de la fiche Cette fiche vise à présenter les différents axes de coopération qui peuvent être proposés à une entreprise, ou un

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation MAISON DE L EMPLOI DE LA METROPOLE NANTAISE Cahier des charges d achat de formation Formation Outiller les professionnels de l accompagnement PLIE sur la thématique «migrant» Achat d une prestation en

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

Définition générale. Matrice AFOM. Les outils de pilotage du CDIAE

Définition générale. Matrice AFOM. Les outils de pilotage du CDIAE Exemple de grille de diagnostic du contexte socioéconomique du territoire et de l offre départementale de l IAE Analyse AFOM - Atouts - Faiblesses - Opportunités Menaces Définition générale L'analyse AFOM

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste».

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste». CONTRIBUTION DE POLE EMPLOI Contrat de ville 2015-2020 Métropole Rouen Normandie Contribution écrite de Pôle emploi Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

AIDES AU FONCTIONNEMENT DES SIAE

AIDES AU FONCTIONNEMENT DES SIAE DES AU FONCTIONNEMENT DES URSIEA - 68 avenue des Vosges 67000 STRASBOURG Tél : 03.90.22.12.72 ; Fax : 03.90.22.12.73 ; e-mail : accueil@ursiea.org site internet : www.ursiea.org Les aides au fonctionnement

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions

s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions édito Le Conseil général du Gard s est engagé à travers sa politique d achat dans

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic d une association les grandes étapes» Points clés Le diagnostic, un outil incontournable! C est en prenant en compte ces éléments que l association peut

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Prudence dans la fonction publique territoriale Sur fond de stabilisation des effectifs, une collectivité sur deux remplacera l intégralité

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises»

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cf. Note de cadrage PLIE pour l année 2015 1 ORIENTATION GENERALE L'intégration à l'emploi est un des axes prioritaires énoncés

Plus en détail

Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap des. Pyrénées-Atlantiques

Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap des. Pyrénées-Atlantiques Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap des Pyrénées-Atlantiques Les adultes handicapés en attente d une mise en œuvre d une orientation COTOREP dans les Pyrénées-Atlantiques

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

APPEL À PROJETS INNOVATION SOCIALE EN ALSACE

APPEL À PROJETS INNOVATION SOCIALE EN ALSACE APPEL À PROJETS INNOVATION SOCIALE EN ALSACE Projet :... Entreprise (s) :...... Association (s) :...... Le dossier comprend : Doc. A : Fiche de synthèse du projet d innovation sociale Doc. B : Entreprise(s)

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE DE L OBSERVATOIRE DU SAN DE SENART VILLE AU CARRE 29 juin 2010 Présentation d une démarche d observation LA VEILLE SOCIALE ET L OBSERVATOIRE 2 Une contribution demandée aux

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour accéder au marché de l emploi

Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour accéder au marché de l emploi Centre de ressources et de recrutement pour les jeunes diplômés issus de l immigration Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour

Plus en détail

Projet de cahier des charges «Développement économique»

Projet de cahier des charges «Développement économique» - 1 - Préambule Projet de cahier des charges «Développement économique» L Etat et la Collectivité Territoriale de Corse engagent, dans le cadre du Contrat de Plan, une démarche d évaluation à mi parcours

Plus en détail

ETUDE D IMPACT DE L INSERTION PAR L ACTIVITE ECONOMIQUE EN PACA EN 2007 ET ELABORATION D OUTILS DE PILOTAGE AVEC LA PARTICIPATION DE :

ETUDE D IMPACT DE L INSERTION PAR L ACTIVITE ECONOMIQUE EN PACA EN 2007 ET ELABORATION D OUTILS DE PILOTAGE AVEC LA PARTICIPATION DE : ETUDE D IMPACT DE L INSERTION PAR L ACTIVITE ECONOMIQUE EN PACA EN 2007 ET ELABORATION D OUTILS DE PILOTAGE AVEC LA PARTICIPATION DE : 30 juin 2008 10, rue Saint-Florentin 75001 Paris Tél : 01.55.35.38.40

Plus en détail

L exercice libéral de la médecine en EHPAD

L exercice libéral de la médecine en EHPAD Sandor Kacso - Fotolia.com Reproduction interdite DOSSIER DE PRESSE L exercice libéral de la médecine en EHPAD Deux études de l URPS Médecins Libéraux des Pays de la Loire dressent l état des lieux de

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Licence professionnelle Administration et gestion de bases de données

Licence professionnelle Administration et gestion de bases de données Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Administration et gestion de bases de données Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

Séminaire plan de modernisation de l IAE 29 octobre 2008 à Bordeaux

Séminaire plan de modernisation de l IAE 29 octobre 2008 à Bordeaux Séminaire plan de modernisation de l IAE 29 octobre 2008 à Bordeaux PLAN PLURIANNUEL DE DEVELOPPEMENT DE L INSERTION PAR L ACTIVITE ECONOMIQUE EN CHARENTE-MARITIME 1 Quelques données sur la Charente-Maritime

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 «Aux côtés de nos publics fragiles : Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 CONTEXTE et OBJECTIFS DE L ETUDE L accès aux soins et aux droits des assurés est une des 3 missions du service

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Travaux publics et environnement de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Guide d élaboration d un plan de développement

Guide d élaboration d un plan de développement Guide d élaboration d un plan de développement Présentation du guide Plan de développement : définissez votre avenir Pourquoi faire un plan de développement? Certains diront que ne pas de développer c

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Financement Région Insertion par l économique MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE l EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Délégation générale à l emploi et à la formation

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Administration et gestion des entreprises culturelles de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Bilan d activité. 2010 rsa

Bilan d activité. 2010 rsa Bilan d activité 2010 rsa Principales caractéristiques des bénéficiaires Les bénéficiaires au regard de l emploi / La contractualisation / Les principales thématiques d insertion en 2010 I. Introduction

Plus en détail

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL 1 Les Partenaires sociaux ont adopté un projet de réforme d Action Logement qui sera mise en œuvre avant fin 2016. Objectifs poursuivis

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de la qualité : Industrie, services, santé de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

Appel à projets 2010. Soutien à l innovation sociale par la formation des salariés en parcours dans l Insertion par l Activité Economique en Aquitaine

Appel à projets 2010. Soutien à l innovation sociale par la formation des salariés en parcours dans l Insertion par l Activité Economique en Aquitaine Conseil Régional d'aquitaine Appel à projets 2010 CAHIER DES CHARGES Soutien à l innovation sociale par la formation des salariés en parcours dans l Insertion par l Activité Economique en Aquitaine Présentation

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Acheter des actions de formation

Acheter des actions de formation L achat, quel enjeu? Acheter une action, c est acheter une prestation de services intellectuels qui nécessite un certain formalisme pour optimiser l achat au regard des enjeux. C est pourquoi, en complément

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail