programme feder Compétitivité Régionale & Emploi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "programme feder Compétitivité Régionale & Emploi"

Transcription

1 programme feder Compétitivité Régionale & Emploi

2

3 AVANT-PROPOS programme feder Compétitivité Régionale & Emploi Ce document constitue le Programme opérationnel (PO) de la région Champagne-Ardenne pour la période relevant de l Objectif 2 «Compétitivité Régionale et Emploi» volet FEDER. La rédaction de ce document a été encadrée par les Orientations Stratégiques Communautaires (OSC) de la politique de cohésion adoptées par le Conseil le 13 juillet 2006, par le Cadre de Référence Stratégique National (CRSN) négocié avec la Commission européenne ainsi que par les règlements (CE) 1083/2006 du conseil du 11 juillet 2006 portant dispositions générales sur le Fonds européen de développement régional, le Fonds social européen et le Fonds de cohésion, et du règlement (CE) 1080/2006 du parlement européen et du conseil du 5 juillet 2006 relatif au Fonds européen de développement régional. Il fait également suite aux décisions prises lors du Comité interministériel à l aménagement et à la compétitivité des territoires (CIACT) du 6 mars 2006 précisant que les PO seront mis en oeuvre sous la responsabilité du préfet de région, en tant qu autorité de gestion désignée par le Gouvernement, au sens des articles 14 et 15 du règlement (CE) 1080/2006 du parlement européen et du conseil du 5 juillet 2006 relatif au Fonds européen de développement régional. En application de l article 37 du règlement 1083/2006 du conseil du 11 juillet 2006, le programme opérationnel compétitivité de la région Champagne-Ardenne contient un diagnostic régional en termes de forces et faiblesses du territoire qui a permis de définir une stratégie d intervention, prenant à la fois en compte les priorités européennes énoncées aux sommets de Lisbonne et Göteborg et formalisées dans les Orientations Stratégiques Communautaires (OSC), ainsi que les priorités nationales traduites par le Cadre de Référence Stratégique National (CRSN). Le document ici présenté contient quatre axes d intervention stratégiques : 1/ Consolider et développer les liens entre recherche, innovation et entreprises 2/ Améliorer la performance des entreprises et soutenir l entrepreneuriat 3/ Valoriser l environnement et maîtriser les risques naturels 4/Renforcer la cohésion territoriale et l accessibilité Un axe supplémentaire, prévu par l article 44 du règlement général, est dédié à l assistance technique afin de financer les actions relatives à la préparation, à la gestion, au suivi, à l évaluation, à l information et au contrôle des programmes opérationnels ainsi que les activités visant à renforcer les moyens administratifs nécessaires à la mise en oeuvre des fonds. Les objectifs de cette stratégie régionale seront mesurés à l aide d un nombre limité mais pertinent d indicateurs quantifiés.

4 01 DIAGNOSTIC ET AFOM 6 02 STRATÉGIE ET AXES PRIORITAIRES 34 Diagnostic régional 6 chapitre 1 Une situation socio-démographique préoccupante 8 chapitre 2 Une région encore fragile économiquement 15 chapitre 3 Recherche et innovation : des potentiels à développer 21 chapitre 4 Un cadre de vie de qualité dans un environnement préservé 27 AFOM AFOM Innovation 30 AFOM Economie 31 AFOM Environnement 32 AFOM Cohésion territoriale 33 La stratégie régionale 34 chapitre 1 Présentation générale de la stratégie 35 chapitre 2 Synthèse des évaluations ex ante 46 chapitre 3 Synthèse de l évaluation stratégique environnementale 50 chapitre 4 Prise en compte du développement durable 55 chapitre 5 Modalités et suivi de la prise en compte de l égalité des chances entre les hommes et les femmes 55 chapitre 6 Prise en compte des technologies de l information et de la communication (TIC) 56 Axes prioritaires 58 chapitre 1 Consolider et développer les liens entre recherche, innovation et entreprises 58 chapitre 2 Améliorer la performance des entreprises et soutenir l entrepreunariat 71 chapitre 3 Valoriser l environnement et promouvoir le développement durable 81 chapitre 4 Renforcer la cohésion territoriale et l accessibilité 93 chapitre 5 Mettre en œuvre une assistance technique adaptée aux besoins du programme 107

5 03 MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME Liste des annexes 128 chapitre 1 Identification et rôle des autorités de gestion, de certification, d audit et des organismes intermédiaires mettant en œuvre une subvention globale 111 chapitre 2 Circuits financiers empruntés par les fonds structurels européens 116 annexe 1 Schéma d organisation d élaboration du programme 128/129 annexe 2 Indicateurs de contexte 130 à 133 annexe 3 Articulation et ligne de partage entre les fonds 134 à 137 chapitre 3 Conditions de mise en œuvre du partenariat (au comité de suivi et dans la mise en œuvre) 118 chapitre 4 Description des systèmes d évaluation et de suivi (indicateurs, responsabilités dans la collecte des données, utilisation/présentation des données) 120 chapitre 5 Modalités d échange de données informatisées (logiciel Présage) avec la Commission européenne 123 chapitre 6 Modalités de publicité et d information du programme 124 chapitre 7 Cohérence et ligne de partage avec les autres fonds européens (FSE, FEADER) 127 chapitre 8 Liste indicative des grands projets 127 annexe 4 Concentration financière (maquettes) 138 à 146 annexe 5 Concentration thématique (au regard du principe de Earmarking) 147 à 149 annexe 6 Concentration thématique (des actions non earmarkées) 150 annexe 7 Concentration géographique 151 annexe 8 Principales zones et infrastructures touristiques 152 annexe 9 Mesures et actions relevant A priori de subventions globales 154 à 155 annexe 10 Codification de la dimension relative aux formes de financement 154 le programme OPÉRATIONNEL compétitivité régionale Sommaire

6 01 DIAGNOSTIC ET AFOM

7 01.01 DIAGNOSTIC RÉGIONAL CONTEXTE GÉNÉRAL 006/007 La région Champagne-Ardenne dispose de quelques bons indicateurs économiques : 1 ère région française pour la production de fonte, 2 ème région agroalimentaire de France et renommée pour son vin de Champagne, 3 ème région pour la métallurgie, 7 ème région pour le PIB par habitant Il convient néanmoins de préciser que la région ne doit ses bons résultats qu à la faiblesse de sa population et à la richesse de son agriculture et plus particulièrement du Champagne. Au 12 ème rang des régions françaises par sa superficie, (4,7% de l espace national métropolitain) la Champagne-Ardenne est, par sa position géographique et les activités de ses habitants, tournée à la fois vers le Bassin parisien et le Grand-Est de la France. Quatre départements, les Ardennes, l Aube, la Marne et la Haute-Marne, et 1945 communes structurent de façon administrative ce territoire qui s étire sur 350 km du Nord au Sud. Située au cœur des grands courants d échanges entre la mer du Nord, les Flandres et l Italie, la Champagne-Ardenne est depuis toujours une région de transit. Elle est bien dotée en infrastructures de transports, surtout sur l axe est-ouest qui sera encore renforcé par l arrivée du TGV Est en L ouverture de l A34 Charleville-Reims améliore quant à elle les flux nord-sud. Par ailleurs, l aéroport international de Vatry offre aux entreprises, depuis 2000, un service direct qui relie les trois modes de transport : rail, air et route. La Champagne-Ardenne voit se renforcer ses disparités internes entre l ouest, espace de dynamique forte à la fois endogène (concentration des agglomérations régionales, zone viticole et de grandes cultures) et exogène (influence de l Ile-de-France), et l est, faiblement peuplé et situé dans la «diagonale du vide». La situation environnementale champardennaise est relativement bonne sauf en matière de qualité de l eau (du fait notamment de l utilisation intensive des sols à des fins agricoles). En outre, la situation régionale en matière d environnement industriel est loin d être pleinement satisfaisante. Ainsi, quelques classements avantageux masquent des indicateurs alarmants. La région est également marquée par de grandes disparités selon les territoires. Elle présente en matière de cohésion sociale, un profil très particulier lié d une part, aux conséquences des graves mutations industrielles en cours et d autre part, à son armature urbaine faible. En effet, la fragilisation des bassins d activité se traduit par l accroissement du nombre de demandeurs d emploi et de bénéficiaires des minima sociaux, créant de nombreux cas de situations de personnes échappant totalement aux «filets» sociaux en place

8 la champagne-ardenne parmi les régions européennes 01 Dans l espace européen, la Champagne-Ardenne et ses quatre régions voisines, la Lorraine, la Picardie, la Bourgogne et la Franche-Comté, forment un territoire homogène avec de nombreuses caractéristiques communes. Dans cet ensemble de régions comparables, la Champagne-Ardenne se singularise sur plusieurs points : un taux d activité supérieur, un produit intérieur brut par emploi plus élevé et un secteur agricole plus présent. À l instar de l ensemble de toutes les régions appartenant au pays de l Union Européenne à 15, les régions de l arc cumulent de bons indicateurs socio-économiques. Par contre, à l échelle nationale, ces cinq régions connaissent un rythme de croissance de leur économie beaucoup moins soutenu que les autres régions françaises, en raison de difficultés structurelles. En conséquence, leurs marchés du travail ont davantage souffert de déséquilibres entre offre et demande, alimentant la population des demandeurs d emploi ou favorisant le départ des résidents vers d autres territoires pour trouver un emploi. À l échelle de la métropole, les régions de l arc font partie des régions les plus affectées par le chômage, au même titre que les régions méridionales. Chapitre 1 Une situation socio-démographique préoccupante 1.1. Une perte démographique unique en France La Champagne-Ardenne se caractérise par un déclin démographique et une population vieillissante qui ne sera pas sans conséquence à l avenir sur l économie et l attractivité de la région. Comparée à son étendue géographique ( km 2 ), la région apparaît faiblement peuplée. Sa densité de population (52 habitants/km 2 ) la place au 18 ème rang national et à la 225 ème place au niveau européen sur les 254 régions de l Union. La Marne concentre à elle seule plus de 40% de la population alors que la Haute-Marne est le département le moins peuplé. Par ailleurs, la Champagne-Ardenne se caractérise par une population légèrement plus féminine et par une pyramide des âges vieillissante. dernières régions européennes pour son taux d accroissement dû au solde migratoire. Il convient également de préciser que toute la région perd de la population excepté les territoires périurbains (+ 0, 16%). Si la tendance démographique observée entre se poursuivait, la région perdrait 8% de sa population à l horizon 2030 pour atteindre habitants, alors que la métropole verrait sa population augmenter de 9%. Notons que le repli démographique serait plus rapide pour les départements de la Haute-Marne et des Ardennes. ESTIMATION entre 1999 et 2004 de la population Hommes Femmes Ensemble 0-19 ans ans ans ans ans et Tous âges Source : Insee, estimation de population ,73 0,27 Haute Normandie Centre 0,14 0,18 Picardie 0,30 Basse Normandie 0,58 0,76 0,32 Auvergne 0,20 0,07 Bourgogne 0,57 0,03 0,20 0,88 0,15 Lorraine 0,68 0,28 Franche Comt Selon les estimations du bilan démographique 2005 de l Insee, entre la Champagne-Ardenne est la seule région française à avoir perdu des habitants, ( à habitants) soit une baisse de 0,11%. Par rapport à l échelle européenne, elle se place ainsi au 208 ème rang de l Union pour sa dynamique démographique. Même si le solde naturel est particulièrement remarquable (+ 0,29%), il ne compense plus le déficit migratoire ( 0,4%) expliquant le repli démographique de la région. Ainsi, malgré son taux de fécondité assez élevé, la région perd des habitants, la plaçant au 21 ème rang national et dans les 10 Source : INSEE 0,96 1,05 Enjeu Maîtriser le déclin démographique en améliorant l image et l attractivité de la région 1,40 0,72 0,88

9 Evolution de la population horizon Taux d évolution Ardennes % Aube % Haute-Marne % Marne % Champagne-Ardenne % Par ailleurs, la Champagne-Ardenne a connu le plus fort vieillissement des régions françaises, notamment avec une part des plus de 75 ans en augmentation (7,6% de la population champardennaise en 2004) et celle des moins de 20 ans en nette régression (25,5%). Les jeunes adultes sont plus nombreux à partir de la région qu à s y installer. Le phénomène naturel de vieillissement de la population conjugué aux nombreux départs de jeunes adultes conduit à une augmentation de l âge moyen des champardennais. En 2030, il serait supérieur à 45 ans. À cette date, le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans doublerait, les ans augmenteraient de 30% alors que les moins de 40 ans diminueraient de la même proportion. Si les tendances se poursuivaient, en 2011, les personnes âgées de 60 ans et plus seront aussi nombreuses que les jeunes âgés de moins de 20 ans. Ainsi l évolution très préoccupante de la démographie apparaît comme le défi capital que doit relever la région puisqu elle aura des répercussions sur les besoins en main d œuvre, sur les établissements d enseignement et de santé, les transports et sur les services aux particuliers. 008/ Des territoires champardennais contrastés a) Une région à visage rural organisée par des territoires de projets 42 bassins de vie 1 structurent l espace rural champardennais. Ils couvrent 3 4 du territoire régional et sont centrés sur des bourgs-centres secondaires ou des petites villes. 51,4% de la population champenoise vit dans l espace rural 2. Parmi cette population, 43% se situe en zone périurbaine, et cette proportion est en augmentation. Les Ardennes et la Haute-Marne sont clairement les deux départements à visage rural alors que le département de la Marne est celui le plus urbanisé de la région. Zonage en aires urbaines et aires d emploi rural Givet Fumay Revin Charleville-Mézières Sedan Rethel Vouziers Fismes Reims Mourmelon-le-Grand Dormans Epernay Suippes Sainte-Menehould Châlons-en-Champagne Montmirail Vitry-le-François Nogent-sur-Seine Arcis-sur-Aube Troyes Bar-sur-Seine Bar-sur-Aube Montigny-en-Der Chaumont Nogent Val-de-Meuse Bourbonne-les-Bains Langres Chalindrey Pôles urbains Péri-urbains Pôles d emploi ruraux et couronnes Rural sous influence urbaine Autres communes rurales Pôles urbains ou ruraux Limites départementales Délimitation des bassins de vie Source : IGN 99, INSEE La Champagne-Ardenne se caractérise par la coexistence de trois types d espaces ruraux aux spécificités relativement distinctes : des campagnes périurbaines, des campagnes fragiles et des campagnes en transition. Les campagnes périurbaines sont limitées pour l essentiel au triangle Reims, Châlons-en-Champagne et Epernay. Ces territoires se caractérisent par un faible dynamisme, l agriculture y pèse encore fortement même si l essentiel du développement se fait sur les activités tertiaires. Les campagnes les plus fragiles, quant à elles, regroupent à la fois les territoires vieillis peu denses à dominante agricole et les territoires ouvriers, traditionnels. Ces zones sont celles qui rencontrent les plus grandes difficultés et se situent principalement dans l Est des Ardennes et dans la Haute-Marne. Enfin, les campagnes en transition se singularisent par une faible densité de population ainsi que par une tertiarisation de l économie, mais qui reste peu tournée, vers le tourisme. L organisation en territoire de projets est relativement jeune en Champagne-Ardenne. C est véritablement à partir de 2001, que cette dynamique s est imposée, avec la mise en place des pays. État des démarches territoriales en Champagne-Ardenne - Octobre 2006 (agglomérations, pays et parcs naturels) Parcs naturels régionaux 1/ PNR des Ardennes 2/ PNR de la Montagne de Reims 3/ PNR de la Forêt d Orient Pas de contrat signé Contrat signé Agglomérations ayant signées un contrat d agglomération pays des vallées pays des rièzes, des sarts de meuse et semoy et de la thiérache ardennaise 1 Charleville-Mézières Sedanpays du sedanais pays des crêtes ardennaises pays des Rethel 3 cantons pays du rethélois pays de l argonne Reims ardennaise pays rémois Epernay 2 Sainte-Menehould Châlons-en-Champagne pays de l argonne pays d epernay champenoise terres de champagne pays de brie Vitry-le-François et champagne pays pays vitryat Saint-Dizier de la Romilly-sur-Seine pays plaine de des pays du pays du nord Nogent-sur-Seine champagne nord est haut marnais pays de seine en plaine 3 vallées Troyes aubois champenoise 3 pays pays de chaumont pays de seine melda d othe Bar-sur-Aube Chaumont et coteaux champenois pays pays du d armance barséquanais Langres pays de langres 1 Sont exclus les bassins de vie s organisant autour des unités urbaines de plus de habitants. 2 On comprendra par espace rural, les espaces à dominante rurale ainsi que les commune périurbaines selon le zonage ZAUER de l INSEE. (Zonage en aires urbaines et en aires d emploi rural).

10 Au 1 er janvier 2007, la région dénombre 117 communautés de communes, 4 communautés d agglomération, 24 pays à périmètre définitif, 3 Parcs Naturels Régionaux (dont un en cours de constitution dans les Ardennes) ainsi que 2 Groupes d Action Locale, chacun à la tête d un programme Leader +. Les territoires de pays sont d une grande diversité (superficie, population, densité, organisation ou non autour de petites ou moyennes villes...). Les communautés de communes, quant à elles, sont nombreuses, mais certains périmètres n atteignent pas une taille critique suffisante pour mener de véritables projets de développement structurant. L intercommunalité et, de manière générale, le regroupement de communes en territoire de projet, paraît alors davantage subie que volontaire. Il convient néanmoins de souligner que l organisation en territoires de projets a permis la mise en place de nouvelles modalités de gouvernance, un nouveau pilotage de l action locale et l émergence d actions structurantes pour le territoire. b) Une faible armature urbaine caractérisée par des quartiers en difficulté Le territoire est structuré par un réseau principal de quatre unités urbaines de plus de habitants (Reims, Troyes, Charleville-Mézières et Châlons-en-Champagne). Cette armature est soutenue par des agglomérations plus modestes et des pôles ruraux qui jouent un rôle privilégié de relais entre la ville et la campagne en termes d offre d équipements et de services. Il convient de préciser que la région ne possède pas de grande métropole qui pourrait avoir un effet d entraînement sur les territoires voisins, les différents pôles urbains de la région ont, d une manière générale, un faible effet dynamisant. Fismes Muizon Givet Vireux-Wallerand Fumay Rocroy Revin Bogny-sur-Meuse Nouzonville Charleville-Mézières Sedan Carignan Donchery Rethel Mouzon Warmeriville Witry-lès-Reims Vouziers Reims Mourmelon-le-Grand Dormans Suippes Sainte-Menehould Ay Epernay Châlons-en-Champagne Courtisols Montmirail Vertus Sarry Sermaize-les-Bains Fère-Champenoise Vitry-le-François Pargny-sur-Saulx Sezanne Villenauxe-la-Grande Arcis-sur-Aube Saint-Dizier Eurville-Bienville Wassy Nogent-sur-Seine Romilly-sur-Seine Montier-en-Der Joinville Saint-Lyé Troyes Vitry-le-François Bar-sur-Aube Vendeuvre-sur-Barse Bar-sur-Seine Nogent Chaumont Bourbonne-les-Bains Langres Chalindrey Pôles urbains A côté de cette faible armature urbaine, on constate le manque de complémentarité et de gouvernance de villes. En effet, les démarches ou processus de coopération entre les villes sont très rares : seul le réseau villes Vitry-le-François / Saint- Dizier / Bar-le-Duc a été mis en place et produit des synergies très positives. Or la faiblesse de l armature urbaine rend plus urgente encore les collaborations étroites entre les villes ; collaborations qui pourraient reposer sur des moyens solides ou dispositifs de développement en commun pour plusieurs villes Par ailleurs, la région se caractérise par un très faible taux d urbanisation puisque seulement 48% de la population vit dans un pôle urbain contre 60% à l échelon national. Malgré cette particularité régionale, les phénomènes d exclusion sociale sont souvent conséquents. La moitié de cette population vit en effet dans des logements H.L.M (soit près de habitants) contre un tiers en moyenne nationale. Avec logements HLM au 1 er janvier 2004, soit plus de 100 pour habitants, la région Champagne-Ardenne dispose de l un des habitats sociaux les plus développés en France métropolitaine. Plus de 80% d entre eux sont des logements collectifs. En 1999, la part de la population vivant en zone urbaine sensible dans la population régionale atteint 11,5% en Champagne- Ardenne, soit au 2 ème rang derrière l Ile-de-France (moyenne nationale : 7,6%). Le classement des villes françaises établi selon leur degré de précarité et de difficulté sociale fait apparaître 7 villes de la région parmi les 110 premières communes françaises, dont Sedan, Vitry-le-François, Charleville-Mézières. On recense ainsi dans la région Champagne-Ardenne en 2005, 31 Zones Urbaines Sensibles (ZUS), 20 Zones de Redynamisation Urbaines (ZRU) et 4 Zones Franches Urbaines (ZFU) ainsi que 9 contrats de ville 3 et 1 Grand Projet de Ville (GPV) à Saint-Dizier. Dans la région Champagne-Ardenne, plus que dans d autres régions de France, l exclusion de grands quartiers d habitat social frappe l ensemble des villes de la région. De plus, les analyses fournies par les observatoires locaux confirment non seulement l étendue et la gravité de cette exclusion mais aussi les impacts de celle-ci sur le développement urbain des agglomérations. Les quartiers sensibles sont non seulement des quartiers HLM classés en ZUS mais touchent désormais certains îlots de centre ville et certaines copropriétés. La réhabilitation des quartiers HLM nécessite, compte tenu de leur obsolescence et de leur importance, un effort financier accru en terme de restructuration lourde des quartiers, afin de les dédensifier, de leur redonner une échelle pertinente et surtout l image de quartiers comme les autres. Par ailleurs, les quatre ZFU n ont pas permis de créer un nombre d emplois suffisants pour atténuer de façon significative le taux de chômage des quartiers qui est de 30%. Plus grave encore, les équipes emploi-insertion sont inexistantes et les structures d insertion (associations, les entreprises d insertion, les Entreprises de Travail Temporaire d Insertion, AEI ) sont très peu nombreuses. 55% voire 60% de la population urbaine vit dans des logements HLM, or le phénomène d émigration massif des cadres supérieurs de la région (la région a perdu un tiers de ces cadres entre 1990 et 1999) et la concentration d une population à faible niveau de ressources et de qualification, rend cette dernière inadaptée aux besoins de l économie nouvelle. Cette tendance accroît les obstacles à surmonter afin de redynamiser les aires urbaines, car une des clefs du développement de la région réside dans le devenir des villes. 3 Les contrats de ville arrivent à échéance ; un nouveau cadre contractuel de la politique de la ville en faveur des quartiers en difficulté se met en place (circulaire du 24 mai 2006) : les Contrats Urbains de Cohésion Sociale entreront en vigueur début cf. carte de CUCS

11 LES ZONES URBAINES sensibles en Champagne-Ardenne FUMAY ZUS et ZRU Le Charnois CHARLEVILLE-MÉZIÈRES ZUS, ZRU et ZFU Ronde Couture ZUS et ZRU La Houillière ZUS Manchester RETHEL ZUS et ZRU Les Régions REIMS ZUS, ZRU et ZFU Croix-Rouge ZUS et ZRU Orgeval et Wilson ZUS Châtillons et Epinettes EPERNAY ZUS et ZRU Bernon ZUS Vignes Blanches et Beau Soleil ROMILLY-SUR-SEINE ZUS, ZRU Nouveau Romilly LA CHAPELLE SAINT-LUC LES NOËS-PRÈS-TROYES ZUS, ZRU et ZFU Chantereigne Montvilliers SAINT-ANDRÉ-LES-VERGERS ZUS Maugout Zones Urbaines Sensibles Zones de Redynamisation Urbaines Zones Franches Urbaines REVIN ZUS et ZRU Orzy SEDAN ZUS et ZRU Le Lac ZUS et ZRU Torcy Cités CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE ZUS et ZRU Rive Gauche (Mt St Michel, La Bidée, Frison Gare ZUS Schmitt, Vallée St Pierre et Berbeau Alsace VITRY-LE-FRANçOIS ZUS et ZRU Rome/St Charles/Le Désert ZUS Le Hamois SAINT-DIZIER ZUS, ZRU et ZFU Grand Lachat ZUS, ZRU et ZFU Vert Bois BAR-SUR-AUBE ZUS et ZRU Les Varennes dont l image est assez forte.» Reims affiche néanmoins des résultats moins glorieux en terme de technologie associée à la recherche, le coût du logement étant également un facteur pénalisant. Selon le recensement de l Insee 2004, la communauté d agglomération de Troyes rassemble un peu moins de la moitié de la population auboise, habitants contre au niveau du département. Ainsi, l aire urbaine du chef lieu y occupe une place centrale et fortement aspirante. Troyes est une ville connue pour ses magasins d usine qui attirent chaque année entre 4 et 5 millions de visiteurs. Un grand nombre d activités s est développé à proximité de ces magasins favorisant ainsi le tourisme commercial. Enfin, l université technologique de Troyes qui forme des ingénieurs et des chercheurs, est un atout pour l économie auboise et régional. Charleville-Mézières, capitale mondiale du festival de la marionnette, s ouvre à l extérieur avec l arrivée du TGV, l A34 et prochainement l axe Amsterdam-Marseille. Cette ville peut donc compter sur son désenclavement pour s affirmer au niveau régional. Troisième agglomération régionale en terme d habitants, Charleville-Mézières excelle dans la soustraitance automobile. 010/011 TROYES ZUS et ZRU Point du Jour, Vouldy/Jules Guesde/Trévois, Les Sénardes et les Chartreux PONT-SAINTE-MARIE ZUS Les 20 Arpents Source : SESGAR Champagne-Ardenne 06 février 2007 Les petites et moyennes villes souffrent d un déficit important en matière d ingénierie leur interdisant de monter des projets, de les mettre en œuvre et de les pérenniser. Globalement, les petites villes et villes moyennes subissent des difficultés socio-économiques aiguës sans avoir une surface financière suffisante ni un personnel en quantité et en qualité à même de monter des projets de développement/réhabilitation de la ville, or elles représentent la moitié de la population de la région. Ces villes se situent principalement dans les vallées et zones en crise (Nord Ardennes, Haute-Marne ). Il faut enfin souligner que les quartiers difficiles souffrent d une carence en matière de santé. c) Dynamiques des agglomérations et articulation entre le rural et l urbain Les villes et les agglomérations constituent un facteur prépondérant pour le développement régional, et peut-être plus encore en Champagne-Ardenne où l armature urbaine est très faible. Une étude du cabinet KPMG (juin 2006) place Reims en tête pour son attractivité métropolitaine et économique. Avec un total de 72 points, Reims décroche la note globale la plus élevée parmi sept villes étudiées (Orléans, Lille, Rouen, Le Mans, Tours et Amiens). À partir de 9 critères passés au crible de 43 indicateurs, l étude s est fondée sur deux axes principaux : l attractivité métropolitaine et l attractivité économique. La première mesure plus particulièrement les atouts de la ville, son image et son dynamisme, ainsi que les critères d accessibilité par rapport à Paris. La seconde évalue l attractivité économique (coûts immobiliers, fiscalité, main d œuvre) ainsi que les caractéristiques du tissu économique. Reims se situe avec Lille, au cœur de deux cercles vertueux à la croisée de l attractivité économique et métropolitaine. Cette étude fait apparaître «un profil équilibré d une ville moyenne EMPLOIS métropolitains supérieurs Dunkerque Saint-Omer Lille dans les aires urbaines Douai-Lens Maubeuge Cambrai Fourmies Amiens Saint-Quentin Charleville-Mézières Noyon Laon Rethel Beauvais Compiègne Longwy Reims Thionville Creil Verdun Metz Forbach Châlons-en-Champagne Pont-à-Mousson Paris Saint-Dizier Sarrebourg Nancy Romilly-sur-Seine Montereau-Fault-Yonne Epinal Saint-Dié Sens Troyes Pithiviers Chaumont Remiremont Montargis Migennes Langres Thann-Cernay Auxerre Lure Belfort Gien Avallon Gray Cosne-Cours-sur-Loire Montbéliard Dijon Besançon Vierzon Bourges Nevers Pontarlier Autun Baune Châlons-sur-Saône Taux (%) 8,5 Taux dans les 8 5,5 aires urbaines 6,5 4 des région (%) 5,5 Par ailleurs, afin d appréhender l attractivité de la région, il est intéressant de s intéresser aux Emplois Métropolitains Supérieurs. On constate une concentration des EMS dans les aires urbaines de Reims, Epernay et Châlons-en-Champagne. Les emplois métropolitains supérieurs de l aire urbaine de Reims représentent 1/3 du total des emplois métropolitains supérieurs de la région Champagne-Ardenne. Ils ont connu une croissance sur l aire urbaine de Reims de 22% entre 1990 et Les emplois métropolitains de l aire rémoise se caractérisent par la prédominance des services aux entreprises avec près de 24% du total, devant les fonctions recherche, enseignement supérieur (22%) et commerce (13%). En 1999, Reims se plaçait au 25 ème rang des villes françaises les mieux dotées en emplois stratégiques, soit devant la plupart des villes du Bassin parisien (Le Mans, Amiens) mais derrière les grandes villes du Nord et de l Est de la France (Lille, Nancy, Strasbourg). 4 Selon la définition de l Insee 1994, les Emplois Métropolitains Supérieurs (EMS) se définissent de la manière suivante : haut niveau de qualification qui contribue à renforcer le rayonnement des villes dans lesquelles ils sont localisés. 5 En 1999, on dénombrait emplois métropolitains supérieurs à Reims, à Troyes, pour Charleville-Mézières et idem pour Châlons-en-Champagne. 6 Définition Insee/Diact où la carte des territoires vécus est le fruit d une superposition des cartes «des aires urbaines» (ZAUR p7) et «des attractions des services».

12 L absence de «liens organiques» entre les villes, que nous avons souligné précédemment, se retrouve à des degrés divers entre les villes et l environnement rural (ou les pays). Si certaines villes (Chaumont ou Sedan à titre d exemple) ont su tisser des coopérations et des complémentarités très fortes avec leur milieu rural, cela n est pas le cas sur l ensemble du territoire régional ; ceci s explique en très grande partie, par les difficultés socio-économiques des villes et le relatif isolement du milieu rural confronté aux mutations agricoles. Par ailleurs, bien que l organisation en territoire de projet ait bien avancée, on constate que les relations de travail entre l urbain et le rural restent encore trop faibles. La région Champagne-Ardenne possède de très nombreuses petites et moyennes villes, les pays qu elles structurent offrent une réelle opportunité de réflexion sur des thématiques qui impliquent la ville et l espace rural qui l entoure (équipement de santé, culture, enseignement, emploi ). Il est nécessaire de travailler à une bonne synergie entre les espaces ruraux et ces villes. La carte des territoires vécus qui représente «l organisation territoriale de l emploi et des services de proximité» montre comment les champardennais vivent leurs territoires, soit en allant travailler, soit en allant faire leurs courses ou leurs autres activités. Cette carte met en évidence que les aires d influence des pôles des services intermédiaires sont les grandes agglomérations notamment Reims, Troyes, Charleville-Mézières et Châlons -en-champagne ainsi que les petites et moyennes villes comme Vouziers, Nogent, Sézanne ou Bar-sur-Aube. Enjeu(x) Poursuivre le développement des territoires de projet (dimension territoriale : priorité 3 du CRSN) Résorber la fracture sociale dans les quartiers en difficulté Mettre en réseau des acteurs et soutenir l ingénierie de projet sur les territoires fragilisés (rural/urbain) Renforcer le lien urbain-rural (dimension territoriale : priorité 3 du CRSN) Saint-quentin Provins sens Laon Château-Thierry auxerre Epernay REIMS troyes charleville-mézières Sedan Rethel Châlons-en-champagne Bar-le-Duc Vitry-le-François Saint-Dizier Chaumont LUXEMBOURG Verdun Langres Longwy Thionville nancy 1.3. Evolution du marché du travail a) Une dynamique de l emploi atone marquée par une faible tertiarisation Entre 1994 et 2003, l emploi régional s est développé à un rythme bien moindre qu au niveau métropolitain. Ce manque de dynamisme de l emploi en Champagne-Ardenne trouve en grande partie son origine dans la moindre tertiarisation de son économie, dont les causes relèvent notamment de sa faible densité de population générale et de son manque de métropolisation. Evolution de l emploi entre 1994 et France métropolitaire Champagne-Ardenne Source : Insee, Estimation d emploi 1994 à 2003, indice 100 base 1994 L emploi salarié industriel représente le tiers des emplois concurrentiels de Champagne-Ardenne, contre environ le quart au niveau national ; ce secteur décroit à un rythme soutenu : -3,7% en 2003 (soit emplois environ), -2,1% en 2004 (-1,9% en France). Cette baisse n est que très partiellement compensée par la hausse des emplois tertiaires. L appareil productif, particulièrement sensible aux fluctuations de la conjoncture industrielle et au phénomène général de désindustrialisation, subit des restructurations lourdes, entraînant parfois des fermetures d établissements dans l ensemble des secteurs traditionnels tels la métallurgie, le textile, la sous-traitance expliquant en partie la destruction de cette catégorie d emploi. Il convient de préciser que l essentiel des emplois industriels se concentre sur les espaces ruraux, qui la plupart du temps, sont mono spécialisés du fait de la présence d un seul grand établissement. En 2004, excepté les missions d intérim, l emploi tertiaire marchand ne s est accru que de 0,6%, témoignant de la relative faiblesse des autres activités de services dans la région. Le secteur du bâtiment et travaux publics apporte une contribution essentielle au développement régional, du fait de son poids économique et de son impact en termes d emplois et de valeur ajoutée. Il représente 8, 5% des effectifs salariés de la Champagne-Ardenne. Il convient enfin de préciser qu avec l arrivée à l âge de 60 ans des premières générations nombreuses de l après-guerre et le déficit migratoire important des jeunes de moins de 30 ans, selon les estimations de l Insee, le nombre d actifs devrait diminuer de personnes à l horizon de b) Une population active relativement jeune et assez peu qualifiée Selon les données du recensement Insee de 1999, la population active régionale compte actifs avec un taux d activité des 15 à 64 ans de 68,3% et un taux d emploi de 58,8%.

13 contre respectivement 69% et 59,9% au niveau national. La région se singularise tout de même par une population active plus jeune que la France métropolitaine. Le taux d emploi des femmes est inférieur au taux d emploi des hommes, avec des différences infra-régionale, notamment entre la zone d emploi d Epernay et la Vallée de la Meuse affichant un écart de 14 points avec des taux respectifs de 58,5 % et de 44,5 %. La région se caractérise par des emplois faiblement qualifiés avec une surreprésentation du nombre d ouvriers, supérieur à la moyenne nationale, et a contrario, une sous-représentation et une moindre présence des employés, des professions intermédiaires et de l encadrement. Précisons, par ailleurs, que ce sont les ZUS qui concentrent les emplois les moins qualifiés. Structure des qualifications Agriculteurs Champagne-Ardenne Ensemble des ZUS en Champagne-Ardenne France Source : Insee, séries révisées en mars 2006, à partir de mars Taux de chômage au sens du BIT données corrigées des variations saisonnières Champagne-Ardenne France métropolitaire mars 97 mars 98 mars 99 mars 00 mars 01 mars 02 mars 03 mars 04 mars 05 À la fin décembre 2005, demandeurs d emploi de catégorie 1 sont inscrits à l ANPE et recherchent un emploi à durée indéterminé ; la région conserve ainsi son 16 ème rang national juste derrière l Aquitaine et la Picardie. Pour la même période, le nombre de demandeurs d emploi a baissé de 1,5% dans la région contre 5,1% France entière. 012/013 Ouvriers agricoles Artisans, commerçants, chefs d entreprises Cadres, professions intellectuelles supérieures Ouvriers non qualifiés Source : Insee, Estimation d emploi 1994 à 2003, indice 100 base 1994 c) Le marché du travail marqué par un chômage important Porfessions intermédiaires Ouvriers qualifiés Employés 0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 30,0 35,00 40,0 - Des départements inégalement touchés par le chômage En août 2005, la Champagne-Ardenne se place au 6 ème rang national pour son taux de chômage. En octobre 2006, le chômage champardennais atteint 9,1% (au sens du BIT) de la population active régionale contre 8,8% au niveau national. Les départements de la région ne sont pas touchés de la même manière par le chômage ; des disparités infra-régionales prévalent. Sur un an, le chômage est en repli dans trois départements sauf en Haute-Marne où il est stable. Il faut néanmoins préciser que la chute démographique haut-marnaise, masque la réalité du chômage par le départ massif des jeunes adultes vers des zones plus attractives. À la fin 2006, les Ardennes conservent le taux de chômage le plus élevé de la région (12,2%), avec en tête de peloton les villes de Revin, Sedan et Charleville-Mézières, alors que la Marne bénéficie du taux le plus bas (7,7%), inférieur de 0,9% point à la moyenne nationale. C est dans la zone d emploi d Epernay que le chômage est le plus faible (7%) et dans la Vallée de la Meuse qu il est le plus élevé (13,7%). Il convient par ailleurs de souligner que ce sont les ZUS qui souffrent le plus du chômage avec des taux avoisinant les 35% ainsi que sur certains territoires ruraux. vallée de la meuse DEFM : Jeunes : 23,5% Femmes : 46,9% reims Longue durée : 36,8% DEFM : Jeunes : 23,7% Femmes : 45,8% Longue durée : 30,9% epernay DEFM : Jeunes : 23,7% Femmes : 49,2% Longue durée : 27,1% sud-ouest champenois DEFM : Jeunes : 21,1% Femmes : 53,3% Longue durée : 33,9% châlons-en-champagne DEFM : Jeunes : 25,5% Femmes : 48,9% Longue durée : 28,1% troyes DEFM : Jeunes : 20,4% Femmes : 50,3% Longue durée : 32,9% marne moyenne DEFM : Jeunes : 23,9% Femmes : 49,7% Longue durée : 33,4% haute vallée de la marne DEFM : Jeunes : 23,7% Femmes : 50,7% Longue durée : 29,9% Taux de chômage Source : INSEE - INSEE-IGN Les caractéristiques des chômeurs Les personnes les plus touchées par le chômage fin 2005 sont les moins de 25 ans (23,1% contre 20,1% au niveau national) et les personnes au chômage depuis plus d un an (31, 6% contre 30,2% pour la France métropolitaine). Alors qu au niveau national, le nombre de chômeurs de longue durée a baissé, la situation pour cette catégorie de personnes s est dégradée au niveau régional. Cette dégradation est marquée par un chômage de très longue durée important (plus de deux ans d inscription), puisqu il concerne 42,7% des chômeurs de longue durée et donc plus d un demandeur d emploi sur dix. Notons enfin que le nombre de femmes à la recherche d un emploi est légèrement supérieur à celui des hommes en 2005 : 51,4% contre 48,6%, avec la moitié Sud de la Champagne-Ardenne plus marquée que le nord par le chômage féminin. Par ailleurs, les personnes à la recherche d un emploi sont présentes sur l ensemble des qualifications. En effet, 51,9% d entre elles sont des employés et 1/3 sont des ouvriers. Les niveaux CAP-BEP et les sans diplômes sont les catégories qui souffrent le plus du chômage avec des taux supérieurs au niveau national. En effet, à elles seules, elles totalisent 70% du total des chômeurs en Champagne-Ardenne alors qu à partir du niveau Bac+2, la situation s améliore puisque cette catégorie, en plus d avoir un taux beaucoup moins élévé de chômage, affiche des résultats meilleurs qu au niveau national. 13,7% 9,6%

14 0,9% 1,3% Demandeurs d emploi par qualification Demandeurs d emploi par niveau de formation 8,1% 10,8% 5,4% 11,2% 11,7% 0,8% Non précisé 1,1% 19,3% 15,2% 15,2% 17,2% Non précisé 19,7% 18,9% 18,6% 17,7% 12,6% 10,9% 18,4% Niveau BAC+2 32,2% 37,3% Niveau BAC+3 et plus Sans diplôme 51,0% 44,2% Niveau BAC et équivalent Employé non qualifié Manœuvre, OS Ouvrier qualifié Cadre, agent de maïtrise Employé qualifié Champagne-Ardenne France Niveau CAP-BEP Champagne-Ardenne France d) Un problème de sous-qualification et un déficit de formation fortement préjudiciable au développement régional La région souffre d un niveau de formation inférieur à la moyenne nationale et la poursuite du déclin démographique fragilise le maintien d une offre de formation diversifiée. La Champagne-Ardenne et la Franche-Comté sont les deux régions qui affichent le plus fort pourcentage d ouvriers non qualifiés. La sur-représentation des formations à destination des secteurs industriels et agricoles (notamment des métiers traditionnels) entraîne un déséquilibre de l offre au détriment des métiers les plus qualifiés du secteur tertiaire. On observe par ailleurs une relative inadéquation entre l offre de compétences et la demande des entreprises, à l origine de pénuries dans un certain nombre de secteurs tels la construction, l artisanat, ou l hôtellerie. Concernant la validation des acquis de l expérience, elle est limitée à un petit nombre de bénéficiaires (cadres et ouvriers qualifiés) et relève jusqu à présent essentiellement d une démarche individuelle, en dehors du cadre de l entreprise. Elle est donc sous-utilisée par les personnes dont le niveau de qualification est peu élevé alors que ce sont elles qui en ont le plus besoin. Les personnes non diplômées (niveau VI) demeurent particulièrement nombreuses en région Champagne-Ardenne. Compte-tenu de l importance de ces publics, les problèmes de niveau de maîtrise des savoirs de base (lecture, écriture, numérisation ) demeurent par conséquent un enjeu majeur d insertion professionnelle. En ce sens 18 ateliers de formation de base sont implantés dans la région. Par ailleurs, la proportion d étudiants dans les voies professionnelles est plus importante que dans d autres régions, ceci traduit le poids des ZEP, SEGPA et du retard scolaire très présents en Champagne-Ardenne. Pour ce qui est de la formation initiale, les effectifs scolarisés en premier cycle ont reculé de 10% au cours des cinq dernières années alors qu une relative stabilité est observée pour le second cycle. La formation professionnelle continue fait l objet d un effort financier soutenu. De plus, environ le tiers des salariés ont bénéficié d une formation au cours d une année mais ce sont les personnels les moins qualifiés qui ont le moins accédés à la formation professionnelle. Selon l OPEQ, en terme de contrat d apprentissage, le taux de féminisation en 2003 est resté parfaitement stable, s établissant à 24,6%. Ce faible taux s explique par la prépondérance dans les principales formations suivies de filières encore traditionnellement masculines : en l occurrence celles du BTP, de la réparation automobile, de la mécanique, métallurgie et plasturgie dans lesquelles moins de 4% des apprentis sont des filles. À l opposé, les filles sont largement majoritaires dans la coiffure (93,7%), la santé (91,3%) et le commerce vente services (72,3%). Toujours selon l OPEQ sur le devenir des stagiaires du PRFP , l insertion dans l emploi est plus difficile pour les femmes que pour les hommes avec des taux respectifs de 46% et 55,6%. Le faible nombre d apprentis accueillis en entreprises et la courte durée moyenne des stages, ne contribuent pas non plus à améliorer le niveau de formation. Il convient de préciser que la mobilité géographique et la couverture territoriale de l offre de formation restent les freins à l accès à la formation professionnelle. Il est important néanmoins de souligner que la région est assez bien couverte en matière de dispositifs d accueil, d information et d orientation (ANPE, APEC, SIOU ). Ces multiples dispositifs émanant d institutions différentes, mériteraient toutefois d accroître leur partenariat et d être mis en réseau. Enjeu(x) Favoriser l insertion sur le marché du travail des personnes les plus en difficulté notamment les femmes, les jeunes et les plus âgés (Soutenir l emploi : priorités 2 et 3 du CRSN) Augmenter le niveau de qualification de la main d œuvre (Soutenir l emploi : priorité 1b et c, priorité 4 a et b du CRSN) 7 Etude portant sur le devenir des stagiaires du Plan Régional de la Formation Professionnelle

15 Chapitre 2 Une région encore fragile économiquement 2.1. De fortes disparités économiques selon les départements Il n y a pas d homogénéité économique des départements de la région, chacun se caractérise par une certaine spécialisation industrielle. Néanmoins, des constantes dans le domaine de l agriculture montrent une unité de la Champagne-Ardenne. Le vignoble champenois, les cultures de la plaine champenoise sont en effet autant d éléments symboliques de la forte présence de l industrie agro-alimentaire dans la région. Les départements se distinguent par des activités traditionnelles qui souffrent de la compétition internationale et le niveau de tertiarisation n est pas suffisant pour pallier le recul de l industrie. La Marne paraît la mieux armée avec une agriculture performante, une industrie diversifiée et un secteur tertiaire très présent. Les départements de l Aube, des Ardennes et de la Haute-Marne se caractérisent par une économie beaucoup plus spécialisée. Ainsi les Ardennes, un des départements le plus industrialisé de France (41% de l effectif salarié en 1999), sont particulièrement touchés par la crise industrielle au travers de leurs entreprises sidérurgiques, métallurgiques et textiles. La Haute-Marne se caractérise par ses activités du bois et de l industrie métallurgique. L Aube se singularise par ses industries de textile en forte restructuration, une agriculture performante et un pôle technologique à Troyes. L agriculture champardennaise représente 1,56 millions d hectares soit 61% du territoire. L industrie agro-alimentaire (IAA) soutenue par une agriculture réservoir, est la pièce maîtresse de l appareil productif régional. Il est le premier secteur exportateur mais aussi celui qui investi le plus : près de 26% des investissements sont réalisés dans ce secteur. Principalement localisé dans les départements de la Marne et de l Aube, l agro-alimentaire est largement dominé, en terme de chiffre d affaires, par le champagne. La région est particulièrement en avance en matière d innovation et de développement économique dans le secteur des Nouvelles Valorisations des Agro-Ressources (NOVA) facilité par la création d Europol Agro (pôle d enseignement et de recherche, orienté vers l agronomie, la viticulture, l œnologie, la transformation et la valorisation industrielle des agro-ressources). Enjeu Poursuivre la valorisation de l agriculture régionale 2.2. Sous-représentation du secteur tertiaire En 2003, la richesse produite en Champagne-Ardenne ( millions d euros), rapportée au nombre d habitants classe la région en 7 ème position parmi les 22 régions de métropole, position identique à celle de Avec par emploi, la région est passée de la 10 ème à la 9 ème place entre 1990 et Mais malgré une productivité importante, la croissance de la région est bien moindre que la moyenne nationale. En effet, entre 1990 et 2003, le taux de croissance annuel moyen du PIB de l économie champardennaise est le plus faible de toutes les régions de métropole (+1,32%), juste derrière la Lorraine (+ 1,35%) et loin derrière les Pays de la Loire (+2,78%). Par ailleurs, si l on se réfère à un article des Echos d avril 2006, la croissance moyenne d ici à 2010 de la Champagne-Ardenne devrait faire partie des taux les moins élévé des régions européennes, la plaçant au 229 rang européen (+1,2%). Début 2004, la région compte un peu plus de établissements non agricoles soit 1,7% du total national, chiffre inférieur au poids démographique de la région. Ces entreprises et les administrations publiques emploient personnes (18 ème rang national), dont 90,7% de salariés. La structure économique de la région est faiblement orientée vers les activités de fortes croissances et est encore marquée par les secteurs agricoles et industriels. La part de l agriculture (6,5%) dans l emploi régional en 2004 représentait près du double de la moyenne nationale (3,5%) et celle de l industrie la dépassait nettement (20,8% contre 16,8%). Le secteur tertiaire est également sous-représenté puisqu il n atteint que 66,8% de l emploi total (contre 73,6% au niveau national). La contribution des secteurs à la valeur ajoutée indique de la même manière une spécialisation dans les domaines agricoles et industriels plus importante que la moyenne nationale, au détriment des services, avec des taux respectifs de 12,7%, 23,5% et 63,8%. Contribution des secteurs à la valeur ajoutée en volume en 2003 (en %) Industrie, hors IAA Filière agricole Construction Services administrés Champagne-Ardenne France métropolitaire En 2005, la Champagne-Ardenne compte près de établissements employant au moins un salarié. Leur nombre connaît une croissance entre 1998 et 2005, notamment dans les activités immobilières, la construction, les services aux entreprises et les services aux particuliers. L évolution du nombre d établissements est en partie générée par la récente croissance des créations d entreprises. En effet, en 2005, entreprises ont été créées en Champagne-Ardenne (+5,5% par rapport à 2005 avec une forte hausse pour les Ardennes (+17) alors qu au niveau national, on observe une baisse limitée à 1,7% du nombre de créations totales. Il faut souligner que la part des femmes parmi les créateurs d entreprises est relativement faible (31 %) et qu elle n a pas évolué depuis 8 ans. Selon l Insee, près de 60 % des entreprises créées en 2006, l ont été sur les arrondissements de Troyes, Reims et Charleville-Mézières. 014/015 Services marchands Source : INSEE, comptes régionaux, base 2000

16 Répartition des créations d entreprise dans les services et par principaux arrondissements en 2006 Création d entreprise Total Arrondissement de Total arrondissements % régional Reims Châlons Troyes Charleville des 4 agglo. Services aux particuliers ,59% Services aux entreprises ,88% Total D après l Insee, sur les créations d entreprise liées aux services aux particuliers et aux entreprises, près des 2/3 sont concentrées sur les quatre arrondissements qui regroupent les agglomérations de la région. Ainsi, on assiste à une polarisation des activités économiques tertiaires sur ces grandes villes, qui plus est, sont pour partie desservies par l arrivée du TGV-Est, ce qui pourrait accroître la «marginalisation économique» du reste du territoire champardennais. Parallèlement à ces créations, on constate un acroissement des défaillances d entreprises entre 2003 et 2004 (+25%), témoignant des difficultés que rencontrent les TPE et PME de la région. Ces difficultés peuvent notamment résulter de la faiblesse de leurs fonds propres, donnée fondamentale dans la concrétisation d un projet de création ou de reprise d entreprise. Leur montant va déterminer l indépendance et le degré d autonomie du porteur de projet. Ainsi, en Champagne-Ardenne, la faiblesse du niveau des fonds propres contribue à un taux de mortalité des jeunes entreprises de 43,30 % sur 5 ans. Cette fragilité accrue par la frilosité des banques est palliée par un certain nombre de solutions adaptées, telles que la Société de capital risque Champagne Ardenne Croissance qui intervient en participant au capital des entreprises innovantes en création, ou l Institut Régional de Participation Ardenne Champagne qui aide au renforcement des fonds propres des entreprises au fort potentiel de développement, ou encore la SA EUREFI qui intervient dans une logique de développement économique interrégionale et transfrontalière. Pour les petites entreprises, les solutions de prêt d honneur à taux 0% (par les Plates-Formes d Initiatives Locales et Champagne Ardenne Entreprendre) ou le microcrédit proposé par l Association pour le Droit à l Initiative Economique (ADIE) sont des leviers intéressants et peuvent permettre aux personnes exclues du marché du travail de créer leur entreprise et leur propre emploi. Enfin, concernant la reprise d entreprise, le vieillissement de la population ajoute une difficulté particulière en matière de renouvellement des dirigeants puisque la moitié des entreprises artisanales sera à céder dans les 15 années à venir. Ce déficit de transmission d entreprises conduit progressivement à la disparition d activités et constitue une menace réelle pour certains territoires, notamment ruraux. Enjeu(x) Favoriser le développement du secteur tertiaire Assurer la transmission des entreprises (Soutenir l emploi : priorité 1d du CRSN) Développement des emplois locaux (artisanat, commerce, tourisme, services à la personne ) 2.3. Les filières et secteurs industriels Trois grandes filières sont fortement représentées de manière évidente depuis longtemps : la métallurgie et le textile, qui se retrouvent dans le secteur de la sous-traitance automobile et l agro-alimentaire (agriculture, IAA proprement dites, machines agricoles, verreries ). Pour ces trois filières, l approche essentielle est celle d une reconversion vers des créneaux à plus forte valeur ajoutée compte tenu de la compétition internationale, à l instar de ce qui a été engagé dans l industrie du textile et de l habillement dans le département l Aube. Industries et Agro-ressources La région dispose d un fort potentiel de développement économique. Le pôle de compétitivité «Industries et Agro-Ressources» labellisé en 2005, fait parti des dix pôles français à vocation mondiale parmi l ensemble des 65 pôles sélectionnés. Il met en réseau les acteurs de la filière industrie et agro-ressources, regroupe 36 établissements et plus de personnes sur l ensemble du territoire de Champagne-Ardenne et de Picardie. Il est fondé sur la logique de raffinerie végétale et concerne notamment 4 applications : bioénergies, biomolécules, biomatériaux et alimentation. Cette labellisation fait suite à la labellisation avec la région Picardie d un Centre National de Recherche Technologique (2002), représenté en Champagne-Ardenne par l association Europol Agro. Le pôle associe par exemple la Wallonie et le Nord-Pas-de-Calais, et le thème concerné fait l objet d une extrême attention dans le monde entier, et les possibilités de collaboration sont nombreuses. La région dispose également de fortes capacités R&D sur les domaines proches que sont la filière «Vignes et Vins» et le thème des pollutions diffuses. Ce pôle se positionne résolument sur le développement durable et l innovation industrielle au travers la valorisation de la plante entière à des fins environnementales et la mise en œuvre des principes de l agriculture raisonnée. Ce pôle est l exemple type de cluster alliant recherche (Université de Champagne-Ardenne), transfert de technologie (Europol Agro) et entreprises (ARD). Au-delà de l approche sectorielle classique, c est au travers d une logique de filière que se dessine l avenir de l économie régionale. Les retombées en terme d emplois de ce pôle sont positives mais restent encore modestes par rapport au potentiel que représentent les nouveaux débouchés non alimentaire de la production agricole. Un enjeu pour le futur est aussi de mobiliser plus largement des financements extérieurs, notamment nationaux (ANR, Institut Carnot) et européens (PCRD). Le pôle IAR se positionne autour de plusieurs technologies-clé («Biotechnologies Industrielles» et «Matériaux composites pour la construction, à base de matériaux recyclés ou de biomasse.»).

17 Textile La région, et en particulier le département de l Aube, est historiquement caractérisée par une forte présence du secteur textile, dont les effectifs ne cessent cependant de se réduire. La filière régionale (la 3 ème région textile française derrière Rhônes-Alpes et Nord-Pas-de-Calais) est constituée à 80% de façonniers qui effectivement n ont pas de bureau d études. Très peu d entreprises (moins de 10) ont une réelle démarche d innovation, à la fois en réponse aux axes de recherche de leurs clients, et aussi en anticipation des besoins des marchés. Pour les autres entreprises, l innovation pose à la fois un problème de «culture» mais aussi un problème de trésorerie. La région dispose d un outil technique de qualité (plate-forme «Mailles 3D et Tricotage Intégral» qui permet à l Institut Français du Textile et de l Habillement IFTH - de Troyes d effectuer des transferts de technologie ciblés vers les entreprises régionales), qui doit permettre d accompagner les entreprises régionales dans la diversification vers les textiles techniques à plus forte valeur ajoutée. Cet outil est encore trop peu utilisé, et un des enjeux consiste à rapprocher les entreprises régionales des compétences locales en R&D. Un autre enjeu consiste à positionner la région à côté des pôles de compétitivité Textile basés en Rhône-Alpes et Nord-Pas-de-Calais. Les effectifs du secteur textile sont faiblement qualifiés et les enjeux transfrontaliers sont quasi-nuls. Emballage-Conditionnement La filière régionale Emballage-Conditionnement, historiquement liée à la filière agroalimentaire, compte plus de 250 entreprises et emploie quelque salariés, dans tous les métiers de l emballage et du conditionnement. 75% des entreprises ont moins de 50 salariés et se considèrent comme de simples sous-traitants preneurs d ordres. Les grands groupes nationaux et internationaux sont tous présents sur le territoire mais leur grande majorité ne sont que des sites de production aux ordres d un siège social extérieur. L innovation demeure ainsi le fait d un très petit nombre d entreprises (une quinzaine). La région se caractérise également par la présence d une association structurant le tissu industriel (PACKAGING VALLEY), par quelques manifestations d envergure (Packinnov convention d affaires internationale emballage axée autour de l innovation) et par la présence d un CNRT Emballage-Conditionnement et d une école d ingénieurs reconnue, l ESIEC. Les liens avec d autres filières régionales françaises sont réels, le lien à l international étant beaucoup plus ténu. La montée en puissance du pôle Industries et Agro-Ressources constitue bien sûr un enjeu majeur pour la filière Emballage- Conditionnement, et elle pourrait idéalement se traduire par un renforcement des liens entre PME et organismes de recherche ou de formation. Le lien avec la thématique Agro-Ressources peut contribuer à donner à la filière Emballage-Conditionnement un impact positif en termes de développement durable. locales. De nouveaux marchés s ouvrent cependant avec le regain d intérêt pour le bois énergie. L innovation «générale» est plutôt menée par des centres techniques de niveau national (CTBA, CSTB, CRITT, Universités, Ecoles d ingénieurs ), mais les compétences R&D régionales sont faibles par rapport au contexte national. Les établissements de formation soutiennent quelques projets atypiques ou innovants via essentiellement les plates-formes technologiques (PFT). Une perspective de développement pertinente concerne les liens avec le secteur des Agro-Ressources, aussi bien sur l aspect énergétique (biocarburant ou chaleur) que sur l aspect des biomatériaux, avec une perspective de développement en tant que source d energie. Cette diversification ne concernera cependant qu une partie des entreprises régionales et elle devra également passer par une optimisation de la gestion de la ressource forestière. Enjeu(x) Structurer les filières existantes et promouvoir les nouvelles filières. Renforcer le fonctionnement du système d innovation avec les filières (compétitivité régionale et emploi, priorité 1 du CRSN) 2.4. Le commerce extérieur La région se place au 4 ème rang en pourcentage de salariés et d établissements contrôlés par des capitaux étrangers. Ce sont ainsi environ 900 établissements étrangers employant salariés qui soulignent une attractivité en développement. Sur la période 2005, la Champagne-Ardenne détient 8% de la part de marché moyenne en matière d investissement directs à l étanger, dans la zone Grand Est (hors Nord-Pas-de-Calais.) 016/017 Le commerce extérieur par département en 2005 (en millions d euros) me me Solde : 431 me Taux couv : 139,7 % me me Bois Le bois se situe au 4 ème rang des secteurs économiques employeur de la région, avec une persepctive de développement en tant que source d energie. Les entreprises régionales sont très diverses de par leurs tailles, leurs activités et leurs degrés de spécialisation. La filière bois est nourrie par une ressource forestière importante mais construite sur une industrie de transformation fragile (sciage, meubles, menuiseries, panneaux ) et des entreprises d exploitation insuffisamment mécanisées. La tempête et le contexte concurrentiel international ont durablement perturbé les marchés traditionnels et nombre d entreprises 879 me Solde : 856 me Taux couv : 131,5 % Solde : 191 me Taux couv : 121,7 % 603 me me Solde : 249 me Taux couv : 141,3 % 852 me

18 Concernant le commerce extérieur de la région, il est à l image de son économie. En effet, en 2004 le secteur du vin et de l agro-alimentaire représentaient 23,6% des exportations, situant ainsi la Champagne-Ardenne au 16 ème rang national. Le commerce extérieur concerne un faible nombre d entreprises et reste dans un cadre majoritairement européen. En 2005, la Champagne-Ardenne dégage une balance commerciale excédentaire de 119 millions d euros. Source CRCI, les 10 premiers leaders champardennais à l international Rang national Société Département Activité CA 2004 à l international en millions d euros % export du CA global 144 Soufflet Négoce 10 Céréales 559,10 74,3 165 Champagne Moët & Chandon 51 Champagne 492,94 70,9 181 Soufflet Groupe 10 Céréales 445,20 19,9 247 Visteon Ardennes Industries 8 Equip. auto. 282,42 96,4 285 Veuve Clicquot Ponsardin 51 Champagne 237,69 82,5 388 Malteries Soufflet 10 Malt 170,05 80,8 504 Champagne Laurent Perrier 51 Champagne 125,33 58,7 520 Malteurop 51 Malt 121,50 84,9 533 Laurent Perrier 51 Champagne 118,90 55,7 546 Champagne-Céréales 51 Céréales 116,02 20,2 Source : le MOCI n 1731 Enjeu Favoriser l accès aux marchés extérieurs. 2.5 Transports et TIC : des outils au service du développement régional a) Des infrastructures performantes mais des inégalités face à l accessibilité à tous Région de passage et de transition, entre l Ile-de-France et l est de la France et l Allemagne et entre la vallée du Rhône et le nord de la France, la Champagne-Ardenne se dote d infrastructures performantes. Elle possède un bon maillage autoroutier (A34,A26,A4,A5, A19) pratiquement achevé et routier en cours d aménagement (RN44, RN67,RN4 et RN31), ainsi qu un réseau fluvial connecté au réseau à tonnes à Nogent-sur-Seine et au gabarit belge à Givet (1 500 tonnes). infrastructures Laon Soissons Epernay Château-Thierry Vatry Sezanne Romilly s/seine Nogent s/seine Troyes Givet Fumay Charleville-Mézières REIMS Bar s/seine Rethel Sedan Vouziers Sainte-Menehould Châlons-en-Champagne Bar s/aube Chaumont Langres TGV TER Réseau routier national Canaux Ports Par ailleurs, la qualité des infrastructures ferroviaires constitue un atout dans une perspective hautement probable d un développement de fret ferroviaire à moyen/long terme. Enfin, les questions de logistique et d inter-modalité dans le transport de marchandises sont particulièrement importantes pour la région (plates-formes multimodales de Chalindrey, Givet et Vatry). La région se dote de deux équipements majeurs : l aéroport de Vatry et le TGV-Est européen qui s avèrent être deux puissants leviers économiques de développement, à la condition de renforcer les liens entre les villes principales. La mise en service du TGV Est en juin 2007 doit contribuer au désenclavement de la moitié nord de la Champagne-Ardenne et doit améliorer l attractivité économique de ses principales agglomérations. La création de la gare d interconnexion, située à Bezannes au sud de Reims, accueillera les TGV liaisons, ouvrant ainsi la région aux villes de Strasbourg-Lille par Roissy Charles-de-Gaulle, Strasbourg-Rennes, Nantes et Bordeaux mais également aux villes de l Est de l Europe. Avec l arrivée TGV-Est en 2007, Reims s offre de nouvelles perspectives de développement présageant un renforcement de sa position dans la région par rapport aux autres villes. En effet, la construction de ligne à grande vitesse mettra Reims à 45 minutes de la gare de Paris Est au lieu de 1h40 aujourd hui. Ainsi, l impact peut être réel en terme d attractivité pour attirer les sièges sociaux implantés en Ile-de-France et accueillir de nouvelles entreprises. Bien que l installation du TGV comporte des avantages, il occasionne également des risques pour la région. En effet, comme on peut l observer dans certaines régions, il a parfois été un facteur d accélération de la déprise socio-économique des zones traversée par celui-ci.

19 Par ailleurs, le développement de services ferroviaires régionaux de voyageurs concomitant à l arrivée du TGV (+ 40 % par rapport à l offre actuelle) devra faire profiter une large partie du territoire de cette réduction des temps de parcours et devra contribuer à l amélioration des conditions de déplacement de la vie quotidienne. L aéroport de Vatry a pris de l importance et est devenu en 2005 le 3 ème aéroport de province pour le fret aérien derrière Marseille et Toulouse. C est également devenu la seconde zone logistique de la région, après Reims ( m 2 d entrepôts). Ainsi l impact économique de Vatry sur la région est d ores et déjà significatif : la plate-forme accueille actuellement une cinquantaine d établissements et plus d un millier d emplois, dont 850 dans le domaine terrestre. Avec une capacité actuelle de tonnes de fret et passagers par an, Vatry présente un potentiel de développement très important. Située à l écart de toute zone urbanisée, mais néanmoins facilement accessible par autoroute, la plate-forme dispose de près de 800 hectares de réserves foncières. Concernant les transports urbains, il existe neuf Autorités Organisatrices de Transport Urbains (AOTU) dans la région et trois villes disposent d un Plan de Déplacement Urbain. Il convient enfin de préciser que la ville de Reims a engagé la construction d une ligne de tramway nord/sud de 10 km, 20 stations desservant le centre-ville et la gare et dont les travaux devraient commencer en 2008 pour une mise en service fin La fréquentation estimée est de voyageurs/jour sur la ligne du tramway. Le tramway desservirait habitants soit 32,7% de la population de l agglomération rémoise, emplois et étudiants. En nombre de personnes transportées, cela représenterait l équivalent de trois bus et 150 voitures, un moyen de locomotion participant ainsi à la lutte contre les nuisances sonores et la pollution. Bien que la région se dote de bons moyens de transport, elle est confrontée à une augmentation de la mobilité et des distances parcourues ainsi que la poursuite du développement démographique de certaines communes péri-urbaines. Des inégalités territoriales subsistent alors en matière d accessibilité aux transports. L accroissement démographique des communes péri-urbaine, le vieillissement de la population qui augmente le nombre de personnes captives des transports en commun rendent de plus en plus nécessaire la réflexion sur la desserte des milieux peu denses alors même que les transports inter-urbains restent très limités. On constate en effet que tous les bassins de vie rencontrent une difficulté majeure d organisation des mobilités quotidiennes, courantes (loisirs/emploi/commerce/santé) malgré les assez bons résultats en matière d accès aux équipements. Cette difficulté touche particulièrement une certaine catégorie de la population que représente les jeunes et les personnes âgées. C est donc l accès aux services, plus que leur présence même sur le territoire qui pose problème. L intervention des politiques publiques en Champagne-Ardenne devra se concentrer sur une offre de transport mieux adaptée aux besoins des différents publics (transport à la demande, taxis collectifs, covoiturage ) afin de réduire la fracture en matière d accessibilité. Ces inégalités en matière de transport, et par conséquent à l accessibilité aux équipements, sont également remarquables au niveau des zones sensibles. En effet, l ensemble des quartiers (hormis les grands quartiers des villes importantes) ne bénéficie pas de transports en commun ni de pistes cyclables sécurisées. Et quand ces quartiers sont desservis, le taux de fréquence et la qualité de desserte sont parfois, dans les petites villes en difficulté, peu adaptés aux besoins de la population. b) Capacité d accueil de nouvelles entreprises et de nouvelles populations La région dispose de nombreux atouts appellant à l investissement sur l ensemble de son territoire avec la présence de neufs Parcs d Activités de Référence offrant des conditions d accueil relativement compétitives. Par ailleurs, afin de profiter de l arrivée du TGV, un certain nombre de projets sont mis en place permettant d accueillir les entreprises. A proximité de la gare du centre-ville de Reims par exemple, m 2 de bureaux sont en cours de construction et, à terme en 2010, ce pôle d activité tertiaire devrait disposer de m 2 de bureaux. En outre, entre 1999 et 2004, la construction d immobilier d entreprise et en particulier les locaux d activités, ont doublé en 5 ans sur l agglomération rémoise. Autour de la gare de Bezannes, un nouveau parc de près de 90ha devrait permettre d accueillir de nouvelles activités tertiaires. Par ailleurs, dans la Zone Franche Urbaine du quartier Croix-Rouge à Reims, située à proximité de Bezannes, une gamme de locaux d activités de 20 à 200m 2 sont proposés ainsi qu un Centre de Services aux Initiatives Economiques (C.S.I.E) plate-forme d aide aux créateurs d entreprises, sorte de pépinière dédiée aux habitants du quartier. c ) Un niveau de connectivité assez élevé La présence d infrastructures de communication performantes et la disponibilité d une offre de services diversifiée dans les agglomérations et les communes, sont des facteurs d attractivité de plus en plus importants pour les entreprises, voire pour le choix de résidence des particuliers. Téléphonie mobile : La carte de la couverture régionale offerte par les réseaux de téléphonie mobile laisse apparaître des zones non couvertes en Haute-Marne et dans plusieurs zones rurales. La résorption des zones non couvertes devrait être achevée fin 2007 suite à la mise en place du programme accompagné par le FEDER sur la période En décembre 2006, 98,9 % de population champardennaise est couverte par le réseau de téléphonie mobile. 018/019 Etat d avancement des PAR en terme de superficie au 28/02 Paris Vatry 413,9 175 Bazeilles 81,75 66,59 Troyes Ouest 12,60 11,5 Troyes Sud 0 0 Langres 38,67 28,45 Chaumont 0 0 Saint-Dizier 0 0 Farman-Pompelle Reims 129,80 89,97 Recy-Saint-Martin Total 157,80 109,97 Source : Rapport annuel d activité 2005, objectif Superficie totale aménagée (ha) Superficie totale commercialisable (ha)

20 couverture mobile Aulnoye Aymeries Cambrai Fourmies du réseau de téléphonie Couverte (7 042) Non couverte (641) Très Haut-débit Le besoin structurellement croissant de bande passante par salarié nécessitera pour les entreprises, à moyen terme, de disposer d accès à très haut-débit à des services de communications électroniques, particulièrement dans le secteur tertiaire. Infrastructure qui reste globalement à déployer aujourd hui. Laon Charleville-Mézières Sedan Longwy La concurrence et donc la disponibilité de services variés, à des prix compétitifs, se limitent aux agglomérations et aux communes les plus importantes : seulement 48,6% des entreprises, 48,4% de la population et 33,4% des administrations sont sur des territoires où au moins deux opérateurs sont présents. Soisson Rethel Reims Verdun Château-Thierry Epernay Châlons-en-Champagne Mont-à-Mousson Charleville-Mézières Vitry-le-François Bar-le-Duc Toul Offre DSL France Télécom 10 Mb/s Provins Romilly-sur-Seine Troyes Joigny Migennes Auxerre Saint-Dizier Chaumont Langres Source : BOUYGUES, ORANGE et SFR (déc. 2006) Châlons-en-Champagne Troyes Une ou plusieurs offres DSL dégroupé de 2 Mb/s Offre DSL France Télécom de 512 Kb/s à 2 Mb/s Chaumont Haut-débit : Le taux de couverture en matière d accès à des services «hautdébit» est satisfaisant en région puisque selon l étude de l Observatoire Régional des Télécommunications (ORTEL 2006), il s élève à 97,8% pour les entreprises, 97,6% pour la population et 95,8% pour les administrations à la fin décembre 2006 Néanmoins, ce constat est à pondérer : il subsiste des zones blanches en zones rurales, certaines zones d activités économiques restent mal couvertes et, par ailleurs, on constate une faible diversité des opérateurs (cf. carte ci-jointe). Aucun opérateur présent 1 opérateur présent partiellement 1 opérateur présent Au moins 2 opérateurs présents d) mais des usages qui restent à développer En effet, les TIC dans les zones rurales qui y ont accès sont sous-utilisées par rapport aux multiples perspectives qu elles offrent en termes de services aux habitants (télé-guichets, par exemple) ou aux visiteurs (services de «e-tourisme»). L utilisation des TIC par les administrations publiques et les entreprises dans leur système d information reste insuffisante. Enfin, l appropriation des TIC par les ménages reste faible et l intégration des services ou usages TIC dans les projets de territoires par exemple, demeure encore assez marginale. Le renforcement de la sensibilisation des élus locaux, des chefs d entreprise, des acteurs du tourisme et des ménages, en montrant les opportunités de développement qu offrent les TIC et les services qu elles permettent, paraît alors nécessaire. Il y a un besoin de compétences «TIC» dans l organisation des filières et une réelle nécessité d organisation pour l accompagnement de leurs projets TIC. Par ailleurs, il est important de souligner qu au niveau des entreprises, l accompagnement des projets TIC (collectifs ou individuels), montage de dossiers par exemple, est aujourd hui imparfaitement satisfait. Il convient d inciter à l utilisation des TIC dans les «processus métiers» des entreprises pour améliorer leur compétitivité, grâce à un système d information et une organisation plus performants. Il convient également de préciser que les zones urbaines sensibles connaissent un risque important de «fracture numérique» du fait de l absence de maîtrise des outils TIC par une partie de leur population, et ce, malgré les efforts fait en matière de structures socioculturelles, via les médiathèques et les points publics d accès multimédia.

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

La demande d emploi dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville en Champagne-Ardenne à fin septembre 2015

La demande d emploi dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville en Champagne-Ardenne à fin septembre 2015 PREFET DE LA REGION CHAMPAGNE- ARDENNE Novembre 2015 La demande d emploi dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville en Champagne-Ardenne à fin septembre 2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais CHIFFRES CLÉS 2013 Éditorial du Président de la Chambre de métiers et de l artisanat de

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Territoire de Châlons-en-Champagne

Territoire de Châlons-en-Champagne Territoire de POPULATION, EMPLOI, RECRUTEMENT ELEMENTS PROSPECTIFS Ce travail a été initié par le Conseil Régional afin de préparer le PRDF (Plan Régional de Développement des Formations). Ce document,

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE EST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Structure et évolutions démographiques

Structure et évolutions démographiques Tome 1 Dynamiques urbaines châlonnaises Novembre 2013 Structure et évolutions démographiques Contenu 1. Tendances démographiques des aires urbaines de la Marne... 2 1.1. Une population marnaise encore

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Population. Eléments de diagnostic

Population. Eléments de diagnostic 2006 : 24,1 % de la population 10,2 % du territoire BASSIN D EMPLOI DE REIMS Eléments de diagnostic Population Evolutions démographiques (en nombre d habitants) Champagne- Ardenne 2006 323 079 1 338 844

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans

Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans Les études supérieures sont un des principaux motifs de mobilité dans la vie. Le départ des jeunes, redouté dans de nombreux territoires, commence souvent pour des raisons de poursuites d études. À l échelle

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE REGION GUYANE MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE SOMMAIRE I. Contexte 3 II. Objet du marché

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE

SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE LIVRET I SYNTHESE ET ACTUALISATION DES DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE 5 Sommaire I SYNTHESE page 5 II REACTUALISATION FEVRIER 2006 : DYNAMIQUES REMARQUABLES DU TERRITOIRE page 18 III DIAGNOSTIC

Plus en détail

Le domaine de l électricité et de l électronique est composé de trois familles professionnelles

Le domaine de l électricité et de l électronique est composé de trois familles professionnelles ÉLECTRICITÉ, ÉLECTRONIQUE Le domaine de l électricité et de l électronique est composé de trois familles professionnelles définies selon le niveau de qualification des emplois. Ces trois familles ont connu

Plus en détail

Vos projets d entreprises en Argonne Ardennaise

Vos projets d entreprises en Argonne Ardennaise Vos projets d entreprises en Argonne Ardennaise Liège 2h30 Bruxelles 3h Charleville Mézières Sedan 1h Luxembourg 2h 0h45 Met z 2h VOUZIERS Paris 2h Verdun 1h Reims 1h Nancy 2h30 Un territoire dynamique

Plus en détail

L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne

L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne Remerciements à la coordination : G. ARNOULT, B. DOMISSY BAURY, F. HARDY, H. MAHEUT, A.L. VARNIER, A. WOLAK Document préparé par Florian BAYER,

Plus en détail

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique Social Ménages-logements Démographie Infrastructures-déplacements Morphologie Spécialisations Si le secteur tertiaire, commerces et services, regroupe plus de 70% des emplois du département 31,la tradition

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York

LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions. Congrès des Maires vendredi 12 octobre 2012 Disneyland Paris, Hôtel New York LA SEINE-ET-MARNE, Des enjeux et des actions Le territoire de la Seine-et-Marne 85 km Le plus grand département francilien : 5 915 km² Des infrastructures développées : 4 autoroutes (A4, A5, A6, A104)

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Séminaire LEADER Présentation de la démarche d appel à candidatures. Vendredi 28 novembre Hôtel de Région

Séminaire LEADER Présentation de la démarche d appel à candidatures. Vendredi 28 novembre Hôtel de Région Séminaire LEADER Présentation de la démarche d appel à candidatures Vendredi 28 novembre Hôtel de Région Ordre du jour Bilan des réponses à l Appel à Manifestations d Intérêt Présentation du projet de

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 DEROULE DE LA MATINEE : 9h30 : accueil et introduction par Bernard Delcros, Président du GAL Leader 1. Le programme

Plus en détail

Le Bas-Rhin, locomotive de la région ALCA*?

Le Bas-Rhin, locomotive de la région ALCA*? Le, locomotive de la région ALCA*? * Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine Sources : Insee Pôle emploi-dares (STMT) Urssaf-Acoss A l échelle de la France métropolitaine, la region ALCA représente : 10,6

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

Entreprendre au féminin

Entreprendre au féminin DOSSIER DE PRESSE Entreprendre au féminin Un dispositif géré par : SOMMAIRE FGIF : un fond de garantie destiné aux femmes p. 3 Evolution du dispositif p. 4 Profils des bénéficiaires en 2010 p. 5 Caractéristiques

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE ET SOCIAL

TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE ET SOCIAL CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL DE LORRAINE Très lente amélioration de la situation économique Malgré un frémissement perceptible depuis plusieurs mois, l amélioration de la situation économique

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1 Rhône-Alpes En Rhône-Alpes, l industrie joue toujours un rôle moteur dans l économie régionale. Composé de filières très diversifiées qui se sont constituées sur un socle d industries lourdes, ce tissu

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Action financée par le Conseil Régional d'ile-de-france - Retrouvez les dispositifs d aides

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

La région Nord-Pas-de-Calais

La région Nord-Pas-de-Calais La région Nord-Pas-de-Calais A Quelle est l identité de ma région? Quelles sont ses activités? 1 La région Nord-Pas-de-Calais en France 1 2 Les chiffres-clés de la région Nord-Pas-de-Calais Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

9 Synthèse des recommandations

9 Synthèse des recommandations 9 Synthèse des recommandations Ce chapitre synthétise sous forme de tableaux les recommandations de l évaluation à mi parcours. Il distingue les recommandations transversales issues de l analyse de la

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE. Situation 2010

LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE. Situation 2010 LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE Situation 2010 Etablissements inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés 1 Mars 2011 1 Uniquement les établissements relevant du Centre de Formalités de la Chambre

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

en région Centre région, ce qui représentait un peu géographie de l emploi essentielle à appréhender pour comprendre le fonctionnement des économies

en région Centre région, ce qui représentait un peu géographie de l emploi essentielle à appréhender pour comprendre le fonctionnement des économies n 117 février 2003 2,20 Déplacements domicile-travail et marchés du travail en région Centre Stéphane Tagnani Les déplacements domicile-travail quotidiens des actifs en emploi participent de l équilibre

Plus en détail

Pa s-d e-ca l a i s. No r d PORTRAIT RÉGIONAL. Secteur. Po r t r a i t. Ré g i o n a l. Restaurants. Restauration collective.

Pa s-d e-ca l a i s. No r d PORTRAIT RÉGIONAL. Secteur. Po r t r a i t. Ré g i o n a l. Restaurants. Restauration collective. PORTRAIT RÉGIONAL Po r t r a i t Ré g i o n a l 2008 Cafétérias No r d Pa s-d e-ca l a i s Restauration collective Hôtels restaurants Restaurants Thalassothérapie Cafés-Bars Secteur Bowlings Hôtellerie

Plus en détail

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008

Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Projet de création d hôtel Zone Industrielle de l Omois (Château- Thierry) Mai 2008 Sommaire 1. Contexte géographique et économique 2. Marché hôtelier de l Aisne 3. Analyse du site 4. Hypothèses de développement

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 168» (préqualification, qualification, dynamique insertion)

«Extrait du cahier de l OPEQ n 168» (préqualification, qualification, dynamique insertion) «Extrait du cahier de l OPEQ n 168» L INSERTION PROFESSIONNELLE A 6 MOIS DES STAGIAIRES DU PRF 2008-2009 (préqualification, qualification, dynamique insertion) LA FILIÈRE INFORMATIQUE-GESTION-BUREAUTIQUE

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont N 4

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont  N 4 N 4 Chiffres clés de l arrondissement de Source INSEE RGP 1999 Estimation CCI de Troyes et de l Aube Bar sur Aube Population 2007 : 29 427 hab. 9,8 % de la population auboise Superficie : 1 193 km2 Densité

Plus en détail

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 18ème Bureau de la CNS 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 1 Ordre du jour Intervention du vice Président Christian Nibourel Communications des membres du bureau sur leurs actualités Présentation

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

de l économie sociale et solidaire en lorraine

de l économie sociale et solidaire en lorraine Juin 2012 >>>>> de l économie sociale et solidaire en lorraine lorraine L économie sociale est un groupement de personnes et non de capitaux, adhérant à des valeurs communes : la liberté d adhésion, la

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises Les Très Petites Entreprises en Bourgogne un rôle économique à conforter Le profil des 55 700 TPE (Très Petites Entreprises comptant moins de 20 salariés) de Bourgogne est très diversifié : commerce, médecin,

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Une typologie des paysages socio-sanitaires en France

Une typologie des paysages socio-sanitaires en France notes et documents n 1 - avril 1998 Une typologie des paysages socio-sanitaires en France Présentation synthétique des résultats concernant la Bourgogne Source : Étude CREDES n 1220 avril 1998 U notes

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE PAR LA CREATION D ACTIVITES D ENTREPRISES. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE PAR LA CREATION D ACTIVITES D ENTREPRISES. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE D ENTREPRISES Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d emplois pérennes

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

La loi «nouvelle organisation territoriale de la République» Loi NOTRe. 2 Octobre 2015

La loi «nouvelle organisation territoriale de la République» Loi NOTRe. 2 Octobre 2015 La loi «nouvelle organisation territoriale de la République» Loi NOTRe 2 Octobre 2015 8 place Charles de Gaulle 05130 TALLARD Tél : 04.92.43.50.81 / Fax : 04.92.43.51.07 Email : contact@maires05.com /

Plus en détail