Organismes sans but lucratif. Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organismes sans but lucratif. Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif."

Transcription

1 Mai 2010 Organismes sans but lucratif Nouveaux critères de comptabilisation des actifs incorporels appliqués par un organisme sans but lucratif Contexte En février 2008, le Conseil des normes comptables a modifié le chapitre 1000 du Manuel de l ICCA, «Fondements conceptuels des états financiers», pour indiquer que le principe du rapprochement ne pouvait pas servir à justifier la pratique de comptabilisation au bilan des frais reportés qui ne répondent pas à la définition d un actif. Les exemples d actifs incorporels dans les normes comptables concernent plutôt les organismes à but lucratif et ne reflètent pas nécessairement les types d actifs incorporels que l on retrouve généralement du côté des organismes sans but lucratif. Les actifs incorporels donnés en exemples dans les normes comptables comprennent les logiciels informatiques, les films cinématographiques, les listes de clients, les relations avec la clientèle ou les fournisseurs et les droits de marketing. Les organismes sans but lucratif engagent des coûts directement liés à la prestation de services ou à la mobilisation de fonds futures. Certaines de ces activités supposent le développement d un actif incorporel, tandis que certaines autres dépenses peuvent continuer d être comptabilisées dans les stocks ou à titre de charges payées d avance (comme le paiement anticipé de services ou de fournitures venant à expiration après un certain temps ou sur utilisation des services ou fournitures payés). Par le passé, les dépenses non liées au développement d un actif incorporel ou qui pouvaient être comptabilisées dans les stocks ou à titre de charges payées d avance pouvaient être reportées en vertu des principes comptables généralement reconnus (PCGR). Le principe du rapprochement justifiait cette pratique; par conséquent, à la suite des modifications des normes comptables, les organismes sans but lucratif doivent revoir leur traitement comptable des frais antérieurement reportés pour déterminer s ils peuvent continuer à comptabiliser ces frais à titre d actifs. Voici des exemples d activités pour lesquelles des coûts sont engagés et qui pourraient mener à la comptabilisation d actifs incorporels par des organismes sans but lucratif : Collectes de fonds Programmation de pièces de théâtre ou de concerts Loteries Programmes de formation Campagnes de financement conçues à des fins particulières, notamment pour des projets d investissement

2 Pour satisfaire aux critères de comptabilisation à titre d actif, les dépenses doivent présenter toutes les caractéristiques suivantes : Elles doivent représenter un avantage futur en ce qu elles permettront de contribuer directement ou indirectement aux flux de trésorerie nets futurs ou de fournir des services. L organisme doit contrôler l accès à cet avantage. L opération ou le fait à l origine du droit de l organisme de bénéficier de l avantage, ou à l origine du contrôle qu il a sur celui-ci, s est déjà produit. Le chapitre 3064 du Manuel de l ICCA, «Écarts d acquisition et actifs incorporels», énonce les critères permettant de comptabiliser les dépenses à titre d actifs incorporels. Bien que ce chapitre précise qu il ne s applique pas aux organismes sans but lucratif, il fournit des indications utiles sur les caractéristiques d un actif incorporel. Un actif incorporel doit être identifiable individuellement et séparable. Il doit pouvoir se distinguer de l écart d acquisition d un organisme et ne constitue pas une dépense consacrée au développement de l ensemble de l organisme ou il doit découler de droits contractuels ou d autres droits légaux. L organisme doit contrôler l actif incorporel. En d autres termes, l organisme doit avoir le pouvoir d obtenir les avantages économiques futurs découlant de la ressource sous-jacente et de limiter l accès d autres organismes à ces avantages. Ainsi, l organisme n a pas le pouvoir d obtenir les avantages économiques futurs dans le cas des relations avec la clientèle ou du personnel qualifié, lorsque ces actifs ne sont pas protégés par des droits légaux. L organisme doit bénéficier d avantages économiques futurs découlant de ses actifs incorporels. Ces avantages peuvent inclure les produits tirés de la vente des produits ou des services, les économies de coûts ou les autres avantages résultant de l utilisation des actifs par l organisme. Le coût d un actif incorporel doit pouvoir faire l objet d une évaluation fiable. Les avantages économiques futurs attendus doivent être supérieurs aux coûts de développement de l actif incorporel. L estimation de la valeur des avantages économiques futurs est une question de jugement. L expérience antérieure de l organisme est un facteur important qui doit être pris en considération pour l estimation des avantages futurs. À notre avis, les coûts engagés par les organismes sans but lucratif décrits plus loin dans la présente publication peuvent répondre à la définition d un actif et, plus particulièrement, à celle d un actif incorporel lorsque : ces coûts se rapportent à des activités axées sur la création de quelque chose de distinct et d identifiable séparément; l organisme contrôle l accès aux avantages étant donné qu il est le seul à recevoir les produits tirés des activités qui ont engendré les coûts; la probabilité des avantages économiques futurs peut être clairement démontrée ou estimée à la lumière de l expérience antérieure; ces coûts peuvent être évalués d une façon fiable. La question de savoir si les avantages économiques futurs attendus dépasseront les coûts de développement de l actif incorporel et si la comptabilisation en tant qu actif incorporel est permise dépend des circonstances. Toutefois, généralement, l expérience antérieure constitue un bon indicateur. Les coûts inclus dans l acquisition ou le développement d un actif incorporel comprennent tous les coûts directement attribuables à la préparation de l actif en vue de son utilisation prévue. Ces coûts peuvent inclure les coûts directs des produits ou des services utilisés pour le développement de l actif ainsi que les coûts des salaires et des avantages sociaux résultant directement de la mise en état de fonctionnement de l actif. Les coûts associés aux activités relatives aux actifs incorporels peuvent se répartir en deux catégories : les coûts engagés pendant la phase de recherche et ceux engagés pendant la phase de développement. Au cours de la phase de recherche, un organisme n a pas encore décidé de poursuivre les activités qui donneront lieu à la création d un actif incorporel ou ne peut pas démontrer l existence d un actif incorporel qui générera des avantages économiques futurs probables excédant les coûts engagés. Les coûts engagés lors de la phase de recherche devront être passés en charges. La phase de développement commence lorsqu un organisme est en mesure de démontrer qu il peut entreprendre le développement d un actif incorporel, expliquer la façon dont les avantages économiques futurs seront générés et évaluer de manière fiable les coûts attribuables à l actif incorporel. Ces coûts directs peuvent être inscrits à l actif. Le coût d un actif incorporel est amorti sur sa durée de vie utile. La valeur d un actif incorporel comptabilisée au bilan doit faire l objet d un test de dépréciation en cas d indicateurs de perte. Ce test doit prendre en compte les flux de trésorerie futurs et l expérience antérieure afin d étayer les estimations des résultats futurs. 2 Organismes sans but lucratif

3 Salaires et avantages sociaux Le personnel d un organisme peut participer aux activités mentionnées dans les pages suivantes. Pour inclure la totalité ou une partie des salaires et des avantages sociaux dans les coûts comptabilisés à titre d actifs, l organisme doit démontrer que le personnel a participé directement à ces activités. Généralement, les activités doivent comporter des tâches qui autrement auraient pu être sous-traitées. Frais de commercialisation Le traitement des coûts de marketing nécessite également plus de précisions. Les normes comptables établissent une distinction entre les frais de commercialisation et les coûts des activités de publicité et de promotion. Les coûts des activités de publicité et de promotion sont généralement passés en charges lorsqu ils sont engagés. Toutefois, selon les PCGR, les frais de commercialisation peuvent, dans certaines circonstances, être inclus dans le coût de l actif. Par exemple, l inclusion au coût d un actif incorporel des frais de commercialisation directement attribuables à l obtention de revenus futurs est justifiable selon les normes comptables. De plus, les PCGR américains établissent une distinction entre certains coûts des activités de publicité et de promotion qui sont liés directement à l obtention de revenus (p. ex., la vente directe par catalogue) et les coûts associés à la publicité collective. Dans les circonstances décrites ci-après, nous estimons que cette ligne directrice peut servir à justifier la comptabilisation à titre d actifs incorporels des frais de commercialisation (notamment la publicité et les brochures très ciblées). Actifs incorporels développés par des organismes sans but lucratif Les activités suivantes constituent des exemples d actifs incorporels développés par des organismes sans but lucratif, et ces exemples sont accompagnés de commentaires explicatifs. Programmation de pièces de théâtre ou de concerts Des organismes sans but lucratif peuvent offrir une programmation de pièces de théâtre ou de concerts. Pour présenter une programmation, ces organismes doivent engager un certain nombre de coûts touchant : la location ou la construction de décors; la location ou la confection de costumes; la location ou l achat de scripts ou de partitions musicales; la préparation des productions, notamment le paiement des metteurs en scène et des interprètes pendant les répétitions; la présentation des productions, notamment le paiement des metteurs en scène, du personnel technique et des interprètes; les frais de commercialisation, y compris les activités promotionnelles, par exemple les frais de documentation (publicité et brochures) et de télémarketing engagés en vue de présenter la programmation aux acheteurs de billets éventuels. Certains de ces coûts sont souvent engagés pendant l exercice précédant la présentation de la programmation. Dans certains cas, les coûts de production peuvent être engagés plus d un an d avance. Par exemple, des dépôts peuvent être effectués pour la location des décors. Les coûts qui répondent aux critères d inscription à l actif sont comptabilisés initialement à titre d actifs et imputés aux résultats des activités pendant la période de la programmation. Les revenus de la programmation, y compris la vente de billets, les commandites et les subventions gouvernementales, sont souvent perçus d avance. Les revenus sont reportés et comptabilisés dans les résultats des activités pendant la période de la programmation. Ces revenus perçus d avance sont utiles, car ils permettent de démontrer que des rentrées de revenus sont associées à ces coûts. Expositions présentées par une galerie d art Les musées et les galeries d art présentent des expositions temporaires. Pour mettre au point et présenter ces expositions, ils engagent des coûts qui sont couverts par les revenus tirés de la vente de billets, les commandites et les subventions gouvernementales. Voici des exemples de coûts liés à la présentation d une exposition temporaire : les coûts liés à la planification des expositions; les coûts liés à la location ou à la fabrication de présentoirs et d autres pièces nécessaires à la présentation de l exposition; les coûts liés à l obtention du matériel à inclure dans l exposition; les frais de commercialisation, y compris le matériel promotionnel comme les dépliants publicitaires et les brochures présentant le contenu et l horaire de l exposition aux acheteurs de billets éventuels. Le calendrier des expositions ne suit pas toujours l exercice d un organisme. Par conséquent, une exposition peut s échelonner sur plus d un exercice. Les coûts liés à la mise au point d une exposition peuvent être incorporés à l actif et amortis ultérieurement pendant la période de l exposition temporaire. Les revenus liés aux expositions temporaires sont parfois perçus d avance. Ils sont également reportés et comptabilisés dans les résultats des activités au cours de la période de l exposition. De plus, ces revenus perçus d avance sont utiles, car ils permettent de démontrer que des rentrées de fonds sont associées à ces coûts. Comptabilisation de certains coûts 3

4 Collectes de fonds De nombreux organismes sans but lucratif organisent des collectes de fonds et engagent des coûts en vue de dégager des revenus suffisants pour couvrir le coût de la collecte et effectuer un apport à l organisme. Ces coûts peuvent comprendre : la location d une salle pour la tenue de l événement; la nourriture; les décors; la planification de l événement; les frais de commercialisation, y compris le matériel promotionnel comme les dépliants publicitaires et les brochures servant à présenter l événement aux participants éventuels. Les événements durent habituellement une journée et les coûts connexes sont comptabilisés dans les résultats des activités pour cette journée. Les revenus tirés de ces événements sont souvent perçus d avance. Ils sont également reportés et comptabilisés dans les résultats des activités à la date de l événement (sauf si l événement est organisé à des fins précises, auquel cas le résultat net est comptabilisé dans les apports reportés si la méthode du report est appliquée). De plus, les revenus perçus avant la date de l événement sont utiles, car ils permettent de démontrer que des rentrées de fonds sont associées à ces coûts. Loteries Certains organismes sans but lucratif organisent des loteries. Ils engagent des coûts dans le but de vendre suffisamment de billets pour couvrir les coûts de la loterie et effectuer un apport à l organisme. Ces coûts peuvent comprendre : la planification et la conduite de la loterie (la conduite de la loterie est souvent confiée à un sous-traitant); les prix; les frais de commercialisation, y compris le matériel promotionnel comme les brochures et les documents servant à présenter la loterie en question et les dates des tirages aux acheteurs de billets publicitaires. Les billets doivent être vendus avant le tirage. Les loteries peuvent comporter des tirages réservés aux inscriptions hâtives et un tirage final. Les revenus des tirages sont reportés et comptabilisés dans les résultats des activités au moment du tirage final (sauf si le revenu net est affecté, auquel cas il est comptabilisé à titre d apport reporté si la méthode du report est appliquée). Les coûts admissibles comptabilisés antérieurement à titre d actifs sont imputés aux résultats des activités le jour du tirage final. 4 Organismes sans but lucratif

5 Programmes de formation Certains organismes sans but lucratif offrent des programmes de formation. Des coûts sont engagés en présumant que les étudiants s inscriront à un programme particulier et acquitteront des frais de scolarité. Les coûts engagés comprennent : ceux liés à l élaboration d un cours ou d un programme particulier; les frais de commercialisation, y compris le matériel promotionnel comme les brochures et les documents publicitaires servant à présenter le cours ou le programme en particulier et son horaire aux étudiants éventuels. Les coûts liés à la promotion des programmes de formation généraux ou particuliers d un organisme et qui ne sont pas expressément liés à un cours ou à une série de cours donnés, avec l horaire des cours inclus dans le matériel, ne peuvent pas être comptabilisés à titre d actifs. Les coûts admissibles sont inscrits à l actif et amortis sur la durée du cours ou de la série de cours. Les frais de scolarité sont habituellement reçus d avance. Ils sont également reportés et amortis sur la durée du cours ou de la série de cours. Notons que les revenus tirés de ces frais sont utiles, car ils permettent de démontrer que des rentrées de revenus sont associées à ces coûts. Campagnes de financement conçues à des fins particulières Les organismes sans but lucratif lancent régulièrement des campagnes à des fins particulières, souvent pour couvrir les coûts d un projet d investissement ou d une autre initiative particulière. Ces campagnes sont généralement distinctes des collectes de fonds annuelles organisées périodiquement. Les coûts des campagnes annuelles sont habituellement passés en charges lorsqu ils sont engagés. Les campagnes de financement conçues à des fins particulières s échelonnent sur un certain nombre d années, de la phase de faisabilité jusqu au recueil des promesses de dons finales. Ces campagnes comportent souvent une phase de recherche suivie par une phase de développement. Des coûts peuvent être engagés pour déterminer s il est faisable d organiser une campagne et de recueillir suffisamment de fonds afin de justifier la tenue de celle-ci. Les coûts engagés pendant la phase de recherche ne répondent généralement pas aux critères d inscription à l actif et sont passés en charges. Lorsque la décision de lancer la campagne (passage à la phase de développement) est prise du fait qu il est possible de prouver que des fonds suffisants pourront être recueillis à un coût raisonnable, il est probable que les critères d inscription à l actif soient réunis. À titre d exemples de coûts engagés pour ces campagnes pluriannuelles susceptibles d être inscrits à l actif, mentionnons : les salaires et les avantages sociaux des membres du personnel ou les coûts liés au personnel contractuel participant directement à la campagne de financement; les documents (p. ex., les brochures) qui décrivent le contenu de la campagne et font état de la reconnaissance dont les donateurs peuvent bénéficier; les coûts des consultants qui collaborent à l organisation et à l élaboration de la campagne. Si le total des frais prévus pour une campagne de financement pluriannuelle est raisonnable par rapport aux revenus à prévoir, ces coûts sont amortis sur la période pendant laquelle les revenus sont perçus (généralement d après le total estimatif des dépenses en pourcentage du revenu total de la campagne multiplié par les dons en argent reçus au cours d une année donnée) et compensés par la comptabilisation à titre de revenus d un montant égal des revenus obtenus de la campagne. Les coûts liés à la publicité sont généralement passés en charges, sauf s ils s appliquent expressément à la campagne pluriannuelle. Publipostage Les PCGR américains permettent la comptabilisation à titre d actifs de certaines dépenses, notamment les frais de publipostage, lorsqu il est possible d établir un lien entre ces coûts et l obtention de revenus connexes. Lorsque les organismes peuvent établir clairement un lien étroit entre les coûts et les revenus des programmes de publipostage, ces coûts peuvent être comptabilisés à titre d actifs. Comptabilisation de certains coûts 5

6 Présentation des actifs incorporels Généralement, nous recommandons de présenter au bilan les coûts comptabilisés à titre d actifs incorporels sous la rubrique «Autres actifs». À notre avis, les différents types de coûts liés à une activité, certains pouvant représenter les charges payées d avance ou les stocks, peuvent être regroupés dans la catégorie «Autres actifs». La distinction entre les actifs à court terme et à long terme est fonction du moment prévu de réalisation. Généralement, les actifs à court terme doivent être réalisés au cours du cycle d exploitation suivant. Étant donné que les PCGR n autorisent pas le report des coûts d après le concept du rapprochement, mais permettent la comptabilisation des actifs incorporels développés par une entité, il y a lieu de porter une attention particulière à la description exacte des actifs et d éviter les mentions de «frais reportés». Si les coûts inclus dans les autres actifs sont importants, une note doit décrire la méthode comptable applicable à ces coûts. Voici un exemple de note sur les méthodes comptables qui pourrait être adaptée aux organismes compte tenu de leur situation : Principales méthodes comptables Autres actifs Les coûts directement liés au développement de [décrire l actif incorporel admissible (p. ex., programmations de spectacles, expositions, collectes de fonds ou loteries futures)] sont présentés sous la rubrique «Autres actifs» lorsque l organisme peut démontrer de façon fiable qu un avantage économique futur est associé à ces coûts. Ces coûts sont passés en charges sur leur durée de vie utile, laquelle pour [indiquer l actif incorporel admissible] correspond à [préciser la période appropriée (c est-à-dire lorsque la loterie ou l événement particulier a lieu ou sur la période de la programmation des spectacles ou de l exposition)]. Ces coûts sont passés en charges immédiatement en l absence de preuves suffisantes qu ils seront recouvrables. De plus, si les coûts sont importants, il y a lieu d insérer une note pour décrire la nature des coûts. Voici un exemple de ce type de note : X. Autres actifs Les autres actifs comprennent les coûts liés à [décrire l actif incorporel admissible (p. ex., programmations de spectacles, expositions, collectes de fonds ou loteries futures)]. Si plusieurs types de coûts sont inclus dans les autres actifs, il est possible de les présenter sous forme de tableau. 6 Organismes sans but lucratif

7 Considérations transitoires Si les états financiers d un organisme incluent des coûts maintenant comptabilisés à titre d actifs incorporels qui étaient décrits antérieurement comme des charges payées d avance ou des frais reportés, ils doivent mentionner le changement de méthode comptable. Voici un exemple de note qui suppose que tous les coûts comptabilisés antérieurement au bilan peuvent continuer d être inscrits à l actif à titre d actifs incorporels. Cette note doit être adaptée à la situation particulière de l organisme : Changements de méthodes comptables En février 2008, le Conseil des normes comptables a modifié le chapitre 1000 du Manuel de l ICCA, «Fondements conceptuels des états financiers», pour préciser que les actifs qui ne répondent pas à la définition d un actif ne peuvent être comptabilisés au bilan. L organisme a passé en revue les coûts comptabilisés au bilan et déterminé que les états financiers ne nécessitent aucun ajustement. Des indications ont été ajoutées à la note sur les méthodes comptables au sujet de la comptabilisation de [préciser l actif incorporel admissible] et certains montants au bilan ont été reclassés. Conclusion Les modifications apportées au Manuel de l ICCA exigent des organismes qu ils examinent attentivement les types de coûts reportés par le passé pour s assurer qu ils peuvent encore être comptabilisés à titre d actifs. Le cas échéant, des changements peuvent devoir être apportés à la présentation des coûts au bilan. Si ces coûts ne sont plus admissibles, le changement de méthode comptable doit être adopté rétroactivement avec retraitement. Pour en savoir davantage Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec : Martha J. Tory Associée, Ernst & Young Directrice, Organismes sans but lucratif ou avec tout autre professionnel d Ernst & Young.. Comptabilisation de certains coûts 7

8 Ernst & Young s.r.l./s.e.n.c.r.l. Certification Fiscalité Services transactionnels Services consultatifs À propos d Ernst & Young Ernst & Young est un chef de file mondial des services de certification et fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. À l échelle mondiale, les membres de notre personnel sont unis par nos valeurs partagées et un engagement indéfectible envers la qualité. Nous nous distinguons en aidant nos gens, nos clients et nos collectivités à réaliser leur potentiel. Pour plus d information, veuillez visiter le site ey.com/ca. Ernst & Young désigne le réseau mondial des sociétés membres d Ernst & Young Global Limited. Chacune de ces sociétés est une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, société privée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, n offre aucun service aux clients. ey.com/ca 2010 Ernst & Young s.r.l./s.e.n.c.r.l. Tous droits réservés. Société membre d Ernst & Young Global Limited La présente publication ne présente que des renseignements sommaires, à jour à la date de publication seulement et à seules fins d information générale. Elle ne doit pas être considérée comme exhaustive et ne peut remplacer des conseils professionnels. Avant d agir relativement aux questions abordées, communiquez avec Ernst & Young s.r.l./ s.e.n.c.r.l. ou un autre conseiller professionnel pour en discuter dans le cadre de votre situation personnelle. Nous déclinons toute responsabilité à l égard des pertes ou dommages subis à la suite de l utilisation des renseignements contenus dans la présente publication. 8

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

Organismes sans but lucratif : Nouvelles

Organismes sans but lucratif : Nouvelles Décembre 2010 www.bdo.ca Certification et comptabilité Organismes sans but lucratif : Nouvelles orientations En décembre 2010, le Conseil des normes comptables (CNC) et le Conseil sur la comptabilité dans

Plus en détail

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Objectif 1 L objectif de la présente norme est de préciser l information financière relative à la prospection

Plus en détail

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC au 31 mars 2011 Objet : 1. La Préface des normes comptables pour le

Plus en détail

Association canadienne du personnel administratif universitaire

Association canadienne du personnel administratif universitaire Association canadienne du personnel administratif universitaire Note d information concernant les états financiers Instruments financiers Novembre 2011 Objet Les universités et les collèges canadiens,

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

ASSOCIATION CULTURELLE FRANCO-MANITOBAINE INC. ÉTATS FINANCIERS Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012

ASSOCIATION CULTURELLE FRANCO-MANITOBAINE INC. ÉTATS FINANCIERS Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 ASSOCIATION CULTURELLE FRANCO-MANITOBAINE INC. ÉTATS FINANCIERS Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 INDEX COMPLÉMENTAIRE AUX ÉTATS FINANCIERS Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 Page RAPPORT DES

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

Imagine Canada États financiers. 31 décembre 2011

Imagine Canada États financiers. 31 décembre 2011 États financiers 31 décembre 2011 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

2 3 4 AUtre 26 Colombie- Britannique 160 Provinces DE L ATLANTIQUE 68 PROVINCES DES PRAIRIES 223 ONTARIO 656 QUÉBEC 1 217 0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30 35 0 10 20 30 40 50 60 ATTEINTE D UN RÈGLEMENT

Plus en détail

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014 La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec États financiers combinés États financiers combinés Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant...

Plus en détail

Norme comptable internationale 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels

Norme comptable internationale 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels Norme comptable internationale 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels Objectif L objectif de la présente norme est de faire en sorte que les critères de comptabilisation et les bases d évaluation

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP Placements de portefeuille Chapitre SP 3041 Avril 2012 CCSP AVANT-PROPOS Le chapitre SP 3041, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, qui modifie et remplace le chapitre SP 3040, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, fait partie

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society 31 août 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

CHAMBRE IMMOBILIÈRE DU GRAND MONTRÉAL

CHAMBRE IMMOBILIÈRE DU GRAND MONTRÉAL États financiers consolidés de CHAMBRE IMMOBILIÈRE DU GRAND MONTRÉAL pour l exercice clos le 31 décembre 2013 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (514) 840-2100 Tour KPMG Télécopieur (514) 840-2187 Bureau

Plus en détail

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010 États financiers cumulés Le 23 juin 2011 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés 99, rue Bank, Bureau 800 Ottawa, Ontario Canada K1P 1E4 Téléphone +1 613 237 3702 Télécopieur +1

Plus en détail

Normes comptables pour les organismes sans but lucratif

Normes comptables pour les organismes sans but lucratif Normes comptables pour les organismes sans but lucratif Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie III Historique et fondement des conclusions Avant-propos Le Conseil des normes comptables (CNC) a publié en

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT

ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE Le traitement comptable des dépenses de recherche et de développement est précisé par l article 311-3 du PCG qui prévoit : que les dépenses engagées pour la recherche

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE COMMUNAUTAIRE

LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE COMMUNAUTAIRE LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2013 Rapport de l'auditeur indépendant Aux administrateurs de LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Nous avons effectué

Plus en détail

Application rétroactive avec retraitement de l exercice comparatif (recommandée par le MAMROT)

Application rétroactive avec retraitement de l exercice comparatif (recommandée par le MAMROT) Précisions sur le traitement comptable des paiements de transfert pour le programme TECQ lorsque les dépenses d investissement subventionnées ont déjà été réalisées et que le transfert est versé de façon

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

États financiers de La Fondation du Grand Montréal. 31 décembre 2014

États financiers de La Fondation du Grand Montréal. 31 décembre 2014 États financiers de La Fondation du Grand Montréal Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats et de l évolution des soldes de fonds... 3 État de la situation financière... 4 État des flux

Plus en détail

Comme expliqué dans la note d information, les organismes municipaux ne peuvent plus inscrire de débiteurs pour de tels transferts.

Comme expliqué dans la note d information, les organismes municipaux ne peuvent plus inscrire de débiteurs pour de tels transferts. Précisions sur le traitement comptable des paiements de transfert lorsque les dépenses de fonctionnement subventionnées ont déjà été réalisées et que le transfert est versé de façon pluriannuelle par la

Plus en détail

Instruments financiers comptabilisation et évaluation. Chapitre 3855

Instruments financiers comptabilisation et évaluation. Chapitre 3855 Instruments financiers comptabilisation et évaluation Chapitre 3855 Historique Combler un vide dans les PCGR Transparence dans le B/L et l E/R Aligner le Canada sur les PCGR américains et internationaux

Plus en détail

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA États financiers Le 21 février 2014 Rapport de l auditeur indépendant Aux membres de l

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

FONDATION DES CLUBS GARÇONS ET FILLES DU CANADA

FONDATION DES CLUBS GARÇONS ET FILLES DU CANADA États financiers de la FONDATION DES CLUBS GARÇONS ET FILLES DU KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet

Plus en détail

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des produits et coûts relatifs aux contrats de construction.

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER [LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES] La présente note vient en appui

Plus en détail

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ Secteur immobilier Principales questions d observation Le 5 février 2015 Les sociétés œuvrant dans le secteur immobilier doivent savoir que l Agence du revenu du Canada («ARC») et Revenu Québec pourraient

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Contexte En 2002, l Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) a publié un rapport de recherche intitulé «L information financière des entreprises

Plus en détail

Norme comptable internationale 2 Stocks

Norme comptable internationale 2 Stocks Norme comptable internationale 2 Stocks Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des stocks. Une des questions fondamentales de la comptabilisation des stocks

Plus en détail

COMPTABILITÉ DES COMMANDITES ET DES DONS AUX BNP CONTEXTE

COMPTABILITÉ DES COMMANDITES ET DES DONS AUX BNP CONTEXTE COMPTABILITÉ DES COMMANDITES ET DES DONS AUX BNP CONTEXTE 1. Cette politique comptable vise à encadrer la croissance du programme de commandites et de dons des BNP pour assurer la cohérence des pratiques

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450. Septembre 2012 CCSP. Bases des conclusions

Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450. Septembre 2012 CCSP. Bases des conclusions Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450 Septembre 2012 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 36 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public,

Plus en détail

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Objectif 1 La présente norme prescrit la base de présentation des états financiers à usage général, afin qu ils soient comparables tant

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

NORMES COMPTABLES POUR LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ (NCECF) : MISE À JOUR 2015

NORMES COMPTABLES POUR LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ (NCECF) : MISE À JOUR 2015 octobre 2015 www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ NORMES COMPTABLES POUR LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ (NCECF) : MISE À JOUR 2015 Introduction Au cours du dernier exercice, certaines modifications

Plus en détail

États financiers consolidés. Aux 31 octobre 2010 et 2009

États financiers consolidés. Aux 31 octobre 2010 et 2009 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS Aux 31 octobre 2010 et 2009 sommaire DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS 66 Responsabilité de la direction à l égard de l information financière 67 Rapport des vérificateurs aux

Plus en détail

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 20 : LES SUBVENTIONS PUBLIQUES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015 État de la situation financière Au 31 mars 2015 Actif Actif à court terme Trésorerie 5 227 401 4 992 479 Débiteurs (note 3) 235 501 196 578 Charges payées d avance 67 728 41 871 5 530 630 5 230 928 Immobilisations

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

Association canadienne du personnel administratif universitaire. Objet. Note d information sur les états financiers Avantages sociaux futurs

Association canadienne du personnel administratif universitaire. Objet. Note d information sur les états financiers Avantages sociaux futurs Association canadienne du personnel administratif universitaire Note d information sur les états financiers Avantages sociaux futurs Janvier 2012 Objet Les universités et les collèges canadiens, ci-après

Plus en détail

États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations

États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État de l actif net disponible pour le service des prestations

Plus en détail

DESTINATAIRES : Tous les directeurs généraux et tous les trésoriers et secrétairestrésoriers des organismes municipaux

DESTINATAIRES : Tous les directeurs généraux et tous les trésoriers et secrétairestrésoriers des organismes municipaux Note d information DESTINATAIRES : Tous les directeurs généraux et tous les trésoriers et secrétairestrésoriers des organismes municipaux EXPÉDITEUR : M. Jean Villeneuve, directeur général DATE : Le 6

Plus en détail

FONDS POUR LE COMMERCE ET LES ENTREPRISES

FONDS POUR LE COMMERCE ET LES ENTREPRISES FONDS POUR LE COMMERCE ET LES ENTREPRISES PETITES ENTREPRISES Développement économique Yukon INVESTYUKON.COM Le Fonds pour le commerce et les entreprises du Yukon (FCE) a été créé par le ministère du Développement

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA Les présentes conditions s appliquent au programme de Récompenses MasterCard de La Banque Wal-Mart du Canada

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Novembre 2011 L IASB publie un exposé-sondage révisé sur la comptabilisation des produits Table des matières La proposition Identification des contrats avec les clients Identification

Plus en détail

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 DÉCEMBRE 2013 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 Introduction La plupart des organismes sans but lucratif (OSBL)

Plus en détail

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Ce que le personnel enseignant peut faire et ce qu il ne peut pas faire Janvier 2015 Au sujet de cette présentation Cette présentation : 1. explique

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

CENTRE DE SOUTIEN ENTR AIDANTS RAPPORT FINANCIER 31 MARS 2015

CENTRE DE SOUTIEN ENTR AIDANTS RAPPORT FINANCIER 31 MARS 2015 Yvon Boisselle, CPA, CA Alain Girard, CPA, CA Jacques Renaud, CPA, CA Robert Brunelle, CPA, CA Robert Arbour, CPA, CA André Létourneau, CPA, CA Linda Leduc, CPA, CGA Serge Jacques, CPA, CA Félicienne Picard,

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

Bulletin Service Questions professionnelles et techniques, risque et qualité

Bulletin Service Questions professionnelles et techniques, risque et qualité Bulletin Service Questions professionnelles et techniques, risque et qualité Le 18 novembre 2008 Continuité d exploitation, liquidité et situation de trésorerie, et recouvrabilité Questions relatives aux

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

NORME COMPTABLE INTERNATIONALE IAS 38. Immobilisations incorporelles

NORME COMPTABLE INTERNATIONALE IAS 38. Immobilisations incorporelles NORME COMPTABLE INTERNATIONALE Immobilisations incorporelles La présente Norme comptable internationale a été approuvée par le Conseil de l IASC en juillet 1998 et entre en vigueur pour les états financiers

Plus en détail

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Sommaire 1. Contrats d assurance... 2 2. Contrats de location... 4 3. Campagne d améliorations 2012-2014... 5 4. Vente ou apport en nature d actifs

Plus en détail

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire avec précision

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de l immobilier Janvier 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités Actif EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités (en milliers de dollars US) Au Au 31 août Actif à court terme Espèces 43 418 $ 25 864 $ Placements temporaires 958 1 487 Comptes débiteurs

Plus en détail

Communiqué. Nouveau financement pour les artistes visant à préserver la culture et les moyens de subsistance

Communiqué. Nouveau financement pour les artistes visant à préserver la culture et les moyens de subsistance Communiqué Nouveau financement pour les artistes visant à préserver la culture et les moyens de subsistance IQALUIT, Nunavut (le 14 janvier 2009) Le ministre du Développement économique et des Transports,

Plus en détail

MODULE 6 - États financiers

MODULE 6 - États financiers - Introduction. 103 Résultats visés. 104 Notes à l intention du formateur. 105 Qu est-ce que la comptabilité?. 105 L «équation comptable»... 106 Terminologie comptable 107 Actif 107 Passif.. 107 Avoir

Plus en détail

Devis de Construction Canada

Devis de Construction Canada États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2011 Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État de l'évolution des actifs nets 4 État des résultats 5 États

Plus en détail

SOCIÉTÉ CANADIENNE D ÉVALUATION SECTION DE LA CAPITALE NATIONALE ÉTATS FINANCIERS 30 JUIN 2012

SOCIÉTÉ CANADIENNE D ÉVALUATION SECTION DE LA CAPITALE NATIONALE ÉTATS FINANCIERS 30 JUIN 2012 SOCIÉTÉ CANADIENNE D ÉVALUATION SECTION DE LA CAPITALE NATIONALE ÉTATS FINANCIERS 30 JUIN 2012 CONTENU RAPPORT DES VÉRIFICATEURS INDÉPENDANTS ÉTATS FINANCIERS BILAN 3 ÉTAT DES OPÉRATIONS ET ÉVOLUTION DES

Plus en détail

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Le Groupe de discussion sur les IFRS (GDI) se veut seulement un cadre d échanges. Il a pour vocation d aider le

Plus en détail

États Financiers. Société Alzheimer du Canada/ Alzheimer Society of Canada. Le 31 Mars 2012

États Financiers. Société Alzheimer du Canada/ Alzheimer Society of Canada. Le 31 Mars 2012 États Financiers Société Alzheimer du Canada/ Alzheimer Society of Canada Le 31 Mars 2012 SOCIÉTÉ ALZHEIMER DU CANADA / États financiers 2012 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant Cet article est le deuxième d une série de quatre visant à examiner les implications fiscales canadiennes et états-uniennes dans le cadre d une affectation temporaire d un employé du Canada aux États-Unis.

Plus en détail

CPA Canada Alerte info financière

CPA Canada Alerte info financière FéVRIER 2014 CPA Canada Alerte info financière En octobre 2013, le Conseil des normes comptables (CNC) a apporté plusieurs modifications visant à améliorer les Normes comptables pour les entreprises à

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

Exigences en matière d expérience pratique des CPA

Exigences en matière d expérience pratique des CPA Exigences en matière d expérience pratique des CPA Mon emploi est-il admissible aux fins du stage avec vérification de l expérience? La période d acquisition de l expérience pratique admissible peut commencer

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail