6. Le biais de publication

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6. Le biais de publication"

Transcription

1 6. Le biais de publication Par principe, la méta-analyse doit regrouper la totalité des essais qui ont été réalisés dans le domaine. Cette exhaustivité est cependant difficile à atteindre, en particulier du fait de l existence de travaux non publiés. Un manquement à ce principe fait courir le risque de l introduction d un biais, appelé biais de publication. Avant d aborder les problèmes liés à la quête de l exhaustivité (chapitre 7 sur la recherche des essais), nous analyserons les causes et les conséquences du biais de publication Publication sélective et biais de publication Les essais thérapeutiques ont d autant plus de chance d être publiés que leurs résultats s avèrent statistiquement significatifs. Il s agit d une tendance à un certain degré de publication sélective 11. De ce fait la littérature biomédicale peut ne pas refléter la réalité, mais en donner un aperçu plutôt optimiste en ne publiant pas les essais en faveur de l absence d un effet traitement. Cette situation est susceptible de biaiser le résultat d une méta-analyse (biais de publication) et justifie l impératif d exhaustivité que doit remplir la recherche des essais à inclure dans une méta-analyse [75]. Pour illustrer ce problème, prenons une situation fictive où un traitement sans effet est évalué par plusieurs essais randomisés. Du fait du risque de première espèce de 5% couramment admis, la réalisation de 100 essais produira en moyenne 5 essais conclusifs à tort. Si uniquement ces essais sont publiés, la littérature sur le sujet sera en faveur de l effet du traitement. Il s agira cependant d une vue totalement biaisée de la situation, le traitement n ayant en réalité aucun effet. Cette situation est bien entendu caricaturale. Elle avait simplement pour but d illustrer le mécanisme potentiel du biais de publication. Nous verrons dans la suite de ce chapitre des exemples réels de biais de publication. Il est possible de calculer la probabilité p d obtenir avec le même traitement au moins un essai conclusif à tort sur N essais : p = 1 (1 ) N = 1 0;95 N si =5% (6.1) 11 Ce phénomène de publication sélective est aussi connu sous le nom de phénomène de l iceberg.

2 42 Le biais de publication Les probabilités p pour quelques valeurs de N sont : N p 5 0, , , ,92 Ainsi, la probabilité d obtenir un essai conclusif à tort après la réalisation de 20 essais est supérieure à 1/2, et cette éventualité devient hautement probable avec 50 essais. Remarque 6.1 Tendance à la publication sélective et biais de publication sont des entités sémantiques distinctes. La publication sélective n est pas un biais en ellemême mais conduit à un biais lors de la réalisation de méta-analyse, appelé biais de publication. Par abus de langage, ces deux phénomènes sont couramment confondus et la tendance à une moindre publication des résultats non significatifs est souvent appelée à tort biais de publication Mise en évidence de la publication sélective des résultats significatifs La fréquenceaveclaquelle unessai est publié en fonction de son résultat a étéétudiée à plusieurs reprises [76 79]. A partir du registre de 487 projets de recherche (dont 148 essais randomisés) approuvés par le comité d éthique d Oxford entre 1984 et 1987 (Central Oxford Research Ethics Comittee), P. Easterbrook et coll. ont étudié le devenir de ces projets jusqu en mai 1990 [80]. A cette date, seulement 52% de ces travaux avaient été publiés. Les résultats statistiquement significatifs avaient environ 2 fois plus de chance d être publiés que les résultats non significatifs (rapport des cotes : RC=2,32; IC à 95% : 1,25-4,28). Une autre estimation de l importance de ce phénomène a été réalisée à partir des essais cliniques randomisés qui avaient été financés durant l année 1979 par les National Institutes of Health (NIH) [81]. Sur les 198 essais terminés en 1988, 93% avaient été publiés. Dans cette étude aussi, les essais avec un résultat significatif avaient nettement plus de chance d être publiés que ceux dont le résultat était non significatif (tableau 6.1). Deux autres sources d information sont concordantes avec ces résultats et confirment l existence du biais de publication [10]. La méta-analyse de ces études conclut

3 Causes de la publication sélective 43 Tableau 6.1. Fréquence de publication en fonction de la signification statistique des résultats (d après réf. [81]) Résultat Nb total Nb publié RC IC à 95% p non significatif (85,1%) 1 significatif (97,6%) 7,04 1,90-26,16 0,001 que les travaux dont les résultats se révèlent significatifs sont publiés dans une proportion 2,88 fois supérieure à ceux dont les résultats s avèrent non significatifs [81]. Berlin et Begg ont trouvé, dans une revue de 246 essais publiés en cancérologie, une relation forte entre l effectif de l essai et la taille de l effet traitement : les essais avec les plus faibles effectifs montraient les effets traitement les plus importants [82 84]. Cette tendance est plus marquée pour les essais randomisés. Cela peut s expliquer par le fait que les petits essais sont d autant plus facilement publiés qu ils montrent un effet du traitement important, tandis que les essais de grande taille le sont quelle que soit leur résultat Causes de la publication sélective La publication sélective a plusieurs causes, liées aux auteurs des travaux et aux comités de relecture des revues. A) Autocensure des auteurs Un essai avec un résultat non significatif peut ne pas être publié si ses auteurs considèrent d emblée que leur résultat est sans intérêt pour la communauté scientifique. Cette décision peut aussi être influencée par le fait que les comités de lecture rejettent plus facilement un résultat non significatif. Les auteurs, présupposant le rejet de leur manuscrit, ne s investissent pas dans un travail de rédaction qu ils imaginent sans issue. B) Sélection par les comités de lecture Les comités de lecture des revues ont tendances à rejeter un article dont le résultat est non significatif. Ce fait a été bien illustré par une expérience réalisée en 1977 par Mahoney [85]. Soixante quinze membres de comité de lecture ont reçu chacun un manuscrit tiré au hasard parmi cinq manuscrits similaires spécialement écrits pour l occasion. Tous les manuscrits étaient identiques pour les parties «introduction» et «méthodes», mais avaient des parties «résultats» et «discussion» différentes.

4 44 Le biais de publication Tableau 6.2. Notation des manuscrits (d après réf. [85]) Moyennes des notes Type de manuscrit nb de lecteurs méthodes présentation des données contribution scientifique mérite pour publication résultats 12 4,2 4,3 4,3 3,2 significatifs résultats non 14 2,4 2,6 2,4 1,8 significatifs méthode seulement 14 3,4 4,5 3,4 résultats mitigés, discussion positive 13 2,5 1,3 1,6 0,5 résultats mitigés, discussion négative 14 2,7 2,0 1,7 1,4 Un groupe de lecteurs recevait des manuscrits décrivant des résultats significatifs, un autre des manuscrits avec des résultats non significatifs. Le troisième groupe ne devait se prononcer que sur l acceptabilité de la partie «méthodes», en n ayant aucune connaissance des résultats. Les quatrième et cinquième groupes recevaient des manuscrits avec des résultats mitigés (significatifs ou non significatifs) mais dont l interprétation dans la discussion était soit «positive» (en faveur du traitement), soit «négative» (en défaveur du traitement). Chaque lecteur donnait une note de 0 à 6 sur les points suivants : intérêt, méthode, présentation des données, contribution scientifique et mérite pour publication. Ceux du troisième groupe ne notaient pas la présentation des données. Le tableau 6.2 rapporte les notes moyennes obtenues en fonction du type de manuscrit soumis. Bien que leur partie «méthodes» soit identique, les manuscrits avec des résultats non significatifs ou mitigés ont reçu une note de méthode inférieure à celle obtenue par les essais à résultats significatifs. Les autres notes, sur la présentation des résultats, la contribution scientifique ou le mérite pour publication, étaient aussi plus basses en cas de résultats non significatif. Ces observations confirment le fait qu une revue se laisse inf luencer par les résultats d un travail pour décider de publier ou non. L expérience de Mahoney est maintenant assez ancienne (1977) et l on peut espérer qu à l heure actuelle les comités de lecture ont pris conscience de ce problème et se laissent moins inf luencer par la teneur des résultats. Cependant, en l absence de réplication de ce type d expérience, il ne s agit peut être que d un voeux pieux. C) Essais non destinés à être publiés L industrie pharmaceutique réalise ou commandite des essais principalement dans l optique du dossier d enregistrement d un nouveau produit. Dans ce contexte, la publication des résultats (surtout s ils sont négatifs) n intéresse que peu l industriel propriétaire des données. Parfois, cette publication n est d ailleurs pas souhaitée

5 Existence du biais de publication 45 pour des raisons de secret industriel ou lorsque les résultats sont défavorables au produit. Actuellement, la cause principale de cette non publication sélective ne semble pas être directement les comités de lecture des revues, mais plutôt une autocensure des investigateurs eux-mêmes devant des résultats qu ils jugent non publiables [81]. Cette constatation n élimine cependant pas la responsabilité des revues. Cette autocensure peut être vue dans de nombreux cas comme une simple anticipation de la décision que prendraient inévitablement les revues. En effet, la politique de la quasi totalité des revues est de ne publier que les articles qui proposent des moyens d améliorer le pronostic ou d alléger les traitements (voir par exemple la description de l article idéal du Bristish Medical Journal) [86]. Cette politique écarte par sa définition même les résultats non significatifs et les investigateurs n entreprennent pas un travail de rédaction voué d emblée à l échec. Il existe cependant quelques exemples récents d essais négatifs (ISIS 4, GISSI 3 ) publiés dans des revues à indice de lecture élevé [67, 68]. Il s agit cependant de très grand essais multicentriques réalisés par des équipes de notoriété internationale. La grande taille de ces études et le nombre d investigateurs participants limitent les risques de non publication Existence du biais de publication Montrer qu il existe une tendance à la non publication des résultats non significatifs ne suffit pas à avancer l existence du biais de publication. Encore faut-il montrer que ce phénomène entraîne effectivement des conséquences au niveau des résultats des méta-analyses [82]. Simes donne deux exemples de comparaison de méta-analyses réalisées soit à partir des données publiées, soit avec les essais colligés dans le registre «International Cancer Research Data Bank» [87]. Les deux méta-analyses concernaient 1) l administration initiale de chimiothérapie alkylante versus une polychimiothérapie dans le traitement du cancer de l ovaire et 2) l utilisation d agent alkylant associé à la prednisolone versus une polychimiothérapie dans le traitement du myélome multiple. Pour le cancer de l ovaire, la méta-analyse des données publiées aboutit à un résultat statistiquement significatif en faveur de la polychimiothérapie, contrairement à celle réalisée à partir des essais publiés et non-publiés du registre. De façon similaire, la polychimiothérapie s avéra supérieure dans le traitement du myélome multiple, avec cependant un effet traitement global issu des essais publiés supérieur à celui obtenu avec tous les essais du registre. Ces deux résultats sont statistiquement significatifs.

6 46 Le biais de publication 6.5. Conséquences pratiques L existence potentielle du biais de publication a, en pratique, des conséquences à plusieurs niveaux. Il fait, tout d abord, courir le risque que le résultat d une métaanalyse soit biaisé et que, de ce fait, cette technique ne soit pas plus performante que les revues générales de la littérature (mais en donnant une fausse impression de rigueur dans la démarche). Pour tenter d éviter cela, il faut entreprendre une recherche des travaux non publiés. Et, finalement, il faut éprouver la robustesse du résultat de la méta-analyse vis à vis du biais de publication. S il reste inchangé après l adjonction dans la méta-analyse d essais fictifs négatifs, ce résultat est robuste. Il peut être accepté avec confiance, même si la méta-analyse n a pas pu retrouver l ensemble des essais non publiés. A) Recherche des travaux non publiés Aucune recette miracle n existe pour la recherche des essais non publiés. De plus, il est impossible de savoir si cette tâche est terminée ou non, étant donné que le nombre d essais non publiés reste constamment inconnu. Ce travail s effectue en combinant différents moyens potentiellement capables de récupérer (mais pas à coup sûr) quelques essais non publiés : [88]. la consultation d experts dans le domaine, la lecture des revues générales déjà réalisées sur le sujet, qui peuvent mentionner des essais en cours (et qui n auraient pas abouti à publication par la suite). Ce type d information peut aussi apparaître dans toute autre forme d articles. la consultation des investigateurs des essais connus, la recherche dans les résumés (Abstracts) des congrès, colloques,..., l interrogation des firmes ayant développé et/ou fabricant le médicament, la consultation de registres (voir chapitre 9), la consultation des autorités réglementaires. Dans de nombreux pays, des dispositions législatives prévoient la déclaration obligatoire préalable de tout essai thérapeutique. En France, cette disposition est imposée par la loi de décembre 1988, mais l administration recevant cette information (l Agence du Médicament) est tenue à la confidentialité, pour des raisons de protection de la propriété industrielle. Il s avère donc impossible de récupérer cette information. Par contre, dans certains pays comme l Espagne les autorités réglementaires communiquent la liste des essais qui leur ont été déclarés.

7 Conséquences pratiques 47 B) Robustesse des résultats de méta-analyse La robustesse d un résultat de méta-analyse (vis à vis du biais de publication) s évalue en recherchant le nombre d essais ne montrant pas d effet traitement qu il faut rajouter à la méta-analyse pour obtenir un résultat compatible avec l absence d effet traitement (c est à dire non significatif ) [89]. Pour se faire une idée sur ce point, il convient, par simulation, de générer puis de rajouter à la méta-analyse des essais fictifs ayant les caractéristiques probables des essais non publiés. Les essais générés auront donc des résultats non significatifs (par hypothèse du biais de publication), et un effectif égal à la moyenne des effectifs des essais connus. Il s agit bien entendu d un choix arbitraire nécessaire à la réalisation de la simulation. D autres choix sont possibles, par exemple, des effectifs variables peuvent être simulés aléatoirement entre des bornes. Les différentes possibilités sont : 1. Les caractéristiques des essais rajoutés se basent sur les caractéristiques moyennes des essais de la méta-analyse: taille constante et égale à la taille moyenne des essais inclus dans la méta-analyse, risque de base constant égal au risque moyen des essais inclus dans la méta-analyse, effet traitement nul, conduisant à des risques identiques dans les groupes contrôles et les groupes expérimentaux, 2. Les essais rajoutés ont tous les même caractéristiques fixées arbitrairement : taille constante, risque de base constant, effet traitement nul, 3. Les essais rajoutés sont générés de façon aléatoire et donc tous différents les uns des autres. Cette situation est plus réaliste. De nombreuses réplications (de l ordre de quelques centaines) sont nécessaires pour obtenir des résultats moyens. taille générée aléatoirement, risque de base généré à partir d une moyenne et d un écart type fixés, effet traitement variant aléatoirement autour de zéro avec un écart type fixé. Exemple 6.1 Une méta-analyse de 5 petits essais, regroupant 303 sujets, conclut à l existence d un effet traitement avec un rapport des cotes global de RC=0,49 (IC95%: 0,28-0,86) significativement différent de 1 (p=0,01). Cependant, il s avère

8 48 Le biais de publication probable que des essais du domaine n aient pas été publiés. La question qui se pose est de savoir si le résultat de la méta-analyse reflète bien le vrai effet traitement de cette thérapeutique ou s il est faussé par l intermédiaire du biais de publication. Le calcul montre qu il faudrait rajouter seulement 3 essais de 30 patients avec un risque de base de 0,23 (moyennes des essais inclus) pour obtenir un résultat non significatif (RC=0,65, p=0.053). Cette méta-analyse est donc sensible au rajout d essais non significatifs. Il est probable qu il puisse exister au moins trois essais de petites tailles non publiés. Le résultat de la méta-analyse est donc à prendre avec précaution. C) Identification et quantification du biais de sélection Des techniques statistiques spécifiques apportent une certaine aide à la recherche de l existence d un biais de publication et permettent ensuite d estimer la taille potentielle de ce biais, afin de proposer une estimation globale corrigée [82,90]. Ces techniques sont développées dans le chapitre Prévention La correction de ce biais de publication est tout à fait impossible à réaliser de façon rétrospective, car les essais non publiés le sont et le resteront. Par contre, il est souhaitable qu un effort de prévention soit entrepris à l avenir afin de limiter ce problème. Les propositions de mesures visant à prévenir le biais de publication sont variées : accès aux registres d enregistrement réglementaire des essais, création de media spécialisés dans la publication des résultats négatifs, ouverture plus large des pages des revues aux résultats négatifs, surveillance par les organismes de financement de la publication des essais qu ils soutiennent, etc. A) Les registres d essais Les registres sont décrits au chapitre 9. B) Publication des résultats négatifs Depuis quelques années, plusieurs voix se sont élevées pour réclamer la publications des résultats négatifs [91]. Ainsi, les revues médicales classiques ouvrent de plus en plus leurs colonnes à des résultats négatives. Par exemple, d après une étude de Weiss, en 1984, 10% des essais publiés par le New England Journal of Medicine rapportaient des résultats négatifs et 10% des résultats neutres, non conclusifs [86].

9 Controverse sur l inclusion des travaux non publiés dans les méta-analyses 49 Plusieurs journaux ont pour politique éditoriale de faciliter la publication de résultats négatifs pourvu que la qualité de l étude soit correcte et que la question posée soit cliniquement pertinente. Parmi ceux ci se trouve la très originale revue «The Online Journal of Current Clinical Trials» [92]. Ce journal n utilise pas le support papier mais distribue ses articles à travers des connexions informatiques. Cette revue consiste en une base de données informatique consultable à distance, à partir d un ordinateur équipé d un modem. Les articles récupérés peuvent être ensuite imprimés. Cette initiative originale provient de «The American Association for the Advancement of Science». Les avantages de ce concept sont des délais techniques de publication plus courts, un espace non limité permettant la publication de rapport d essais thérapeutiques détaillés, accompagnés de nombreux résultats. Ces caractéristiques font qu il devient moins impératif de faire un choix entre les soumissions, et la publication d études négatives devient moins problématique. La revue «Journal of Clinical Trial and Meta-Analysis», qui a malheureusement interrompu sa parution, constitue un autre exemple de revue qui avait ouvertement inscrit dans sa politique éditoriale la publication active d essais négatifs sous forme de résumés standardisés. Malgré ces avancées, le problème n est pas résolu. Un certain nombre d essais négatifs ne sont toujours pas portés à la connaissance de la communauté scientifique et de nombreux efforts restent à réaliser sur ce point Controverse sur l inclusion des travaux non publiés dans les méta-analyses La prise en compte des données non publiées dans une méta-analyse ne semble pas faire l unanimité [38]. Malgré les faits qui viennent d être présentés et leurs conséquences, certains cherchent à argumenter contre la prise en compte de données non publiées. Leur principale réticence provient du fait que ces essais n ayant pas été revus par un comité de lecture sont peut être de qualité inférieure. Cet argument n est pas inébranlable. De nombreux exemples existent montrant que l acceptation d un article par un comité de lecture ne garantit absolument pas sa qualité. De plus, dans une méta-analyse, une réévaluation de la qualité de tous les essais est entreprise, empêchant ainsi qu un essai non publié ne remplissant pas les standards de rigueur méthodologiques soit inclus. La part d information représentée par les essais non publiés peut être non négligeable par rapport à celle issue des essais publiés. Par exemple, dans la méta-analyse des Early Breast Cancer Trialists, les auteurs ont rapporté que 22% des études per-

10 50 Recherche des essais tinentes pour leur méta-analyse n avaient pas été publiées [52]. Exclure ces essais réduit subtanstiellement la puissance de la méta-analyse Données manquantes et biais de publication Un biais dont le mécanisme est identique à celui du biais de publication peut être induit par les données manquantes. Le fait qu un compte rendu d essai mentionne ou non ce qui a été observé sur un paramètre clinique peut dépendre fortement du résultat observé. En effet, pour un paramètre ne constituant pas un critère de jugement prévu, il est plus probable qu il soit mentionné dans la publication si le résultat obtenu à son niveau est favorable que si il ne l est pas (absence de différence ou tendance à un effet délétère du traitement). Ce phénomène peut introduire un biais, par le même mécanisme que celui du biais de publication, dans une méta-analyse qui a cependant répertorié l ensemble des essais du domaine. Les données manquantes doivent être vues comme des «essais non publiés». Un résultat de méta-analyse obtenu pour un critère comportant beaucoup de données manquantes doit être interprété avec les mêmes réserves que celles liées au biais de publication. Ce phénomène est particulièrement sensible dans les méta-analyses qui incluent des essais avec un objectif (et donc un critères principal) différent de celui de la méta-analyse. Même si ces essais sont mélangés à d autres répondant directement à la question de la méta-analyse. Le biais lié aux données manquantes peut venir fausser la méta-analyse. Dans ces situations, il est utile de réaliser une analyse de sensibilité opposant les essais dont le critère principal est celui de la méta-analyse aux autres. La demande, auprès des responsables, des essais d informations complémentaires sur les données manquantes contribue aussi à limiter ce problème.

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

Lecture critique d un article médical scientifique

Lecture critique d un article médical scientifique Lecture critique d un article médical scientifique Objectifs pédagogiques ENC Logique de Recherche Rédaction du résumé Dr Pascale FABBRO-PERAY MB6 2007-2008 Ecrire le résumé structuré d un article Lecture

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National -

Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National - Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National - Bases et Objectifs Pédagogiques DIU de Pédagogie Médicale Christian Funck-Brentano Pharmacologie Clinique Centre d Investigation

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire avec précision

Plus en détail

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ARTICLE SUR LA THÉRAPEUTIQUE pour les résidents Cette fiche de travail devrait accompagner le Formulaire de soumission remis à votre superviseur. Elle s inspire

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1 Déclaration d Ottawa sur l enregistrement des essais d interventions de santé: Proposition pour l enregistrement international d informations relatives au protocole et de résultats des essais réalisés

Plus en détail

Avant-propos de la première édition

Avant-propos de la première édition de la première édition Ce livre a d abord été écrit pour nos étudiants. Des étudiants qui pour la plupart n aiment pas les mathématiques et se demandent pourquoi il leur faut apprendre des formules ésotériques

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec Bonjour cher(ère)s auditeurs et auditrices web! SVP prendre quelques secondes pour tester vos paramètres audio via l assistant situé au haut de la page: Outils

Plus en détail

Instructions aux auteurs - et pour les personnes qui effectuent une révision d article pour «Mains Libres»

Instructions aux auteurs - et pour les personnes qui effectuent une révision d article pour «Mains Libres» Instructions aux auteurs - et pour les personnes qui effectuent une révision d article pour «Mains Libres» Mains Libres est un journal professionnel destiné aux physiothérapeutes, aux ostéopathes et aux

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS Centre International de Recherche contre le Cancer Organisation de la Santé Mondiale COMMUNIQUÉ DE PRESSE N 2 0 8 31 mai 2011 LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

L infirmière Clinicienne

L infirmière Clinicienne DIRECTIVES AUX AUTEURS L Infirmière clinicienne est une revue scientifique en ligne. Elle diffuse principalement les travaux des infirmières, qu elles soient étudiantes, cliniciennes ou professeures. L

Plus en détail

9. Les registres d essais cliniques

9. Les registres d essais cliniques 9. Les registres d essais cliniques Les registres d essais thérapeutiques sont des bases de données qui enregistrent les essais thérapeutiques planifiés, en cours de réalisation ou terminés, possédant

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

SOURCES D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTS. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Etre les premiers pour vous

SOURCES D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTS. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Etre les premiers pour vous Programme d introduction à la pharmacie hospitalière Hôpitaux Universitaires de Genève SOURCES D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTS Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Etre les premiers pour vous 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES

ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES I/ INTRODUCTION Extraits du document Ressources pour la classe de seconde Probabilités et Statistiques - : «L enseignement de la statistique et des probabilités constitue

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Une approche sur-mesure

Une approche sur-mesure L offre de services de HSBC Private Bank en France Le cœur de notre métier consiste à vous fournir des conseils de qualité et à mettre en œuvre les solutions d investissements permettant de répondre précisément

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP?

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? Philippe SCHERPEREEL Consultant Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille 59037 LILLE 2007 p-scherpereel@chru-lille.fr 1 PRINCIPE DYNAMIQUE

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES METHODOLOGIE D ELABORATION DE RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE DOCUMENT DE SYNTHESE TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 2 1 NOTE DE CADRAGE...

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Règles de rédaction médicale

Règles de rédaction médicale Règles de rédaction médicale S É M I N A I R E S D A I D E À L A R É D A C T I O N D E T H È S E S D E D O C T O R A T E N M É D E C I N E E T U D I A N T S D E 6 È M E E T 7 È M E A N N É E S Thèse de

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

La Rédaction médicale. Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille

La Rédaction médicale. Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille La Rédaction médicale Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille S Différents textes S Article original: compte rendu d un travail de recherche S L éditorial (écrit à la demande du

Plus en détail

COMMENT REDIGER UN ARTICLE?

COMMENT REDIGER UN ARTICLE? Module National d Enseignement Recherche & Innovation en Imagerie Mars 2010 COMMENT REDIGER UN ARTICLE? Pr M REMY-JARDIN Service d Imagerie Thoracique CHRU LILLE INTRODUCTION Etape finale d un travail

Plus en détail

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs.

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Le jury n exige pas une compréhension exhaustive du texte. Vous êtes laissé(e) libre d organiser votre discussion

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015 Tribunal fédéral 2C_543/2014 II e Cour de droit public Arrêt du 26 novembre 2014 (d) Résumé et analyse Proposition de citation : José Zilla, Activité de location de services soumise à autorisation sous

Plus en détail

META-ANALYSES 1. INTRODUCTION. Module I : «Apprentissage de l exercice médical» Sous module 1 : «La médecine fondée sur les preuves» T.

META-ANALYSES 1. INTRODUCTION. Module I : «Apprentissage de l exercice médical» Sous module 1 : «La médecine fondée sur les preuves» T. Module I : «Apprentissage de l exercice médical» Sous module 1 : «La médecine fondée sur les preuves» META-ANALYSES T. LANG 1. INTRODUCTION La quantité d information disponible en médecine est aujourd

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES 34, rue King Est, bureau 1102, Toronto (Ontario) M5C 2X8 À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DE LA DEMANDE RELATIVE

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

GESTION DES CONFLITS D INTERETS

GESTION DES CONFLITS D INTERETS GESTION DES CONFLITS D INTERETS Pr Patrice JAILLON Service de Pharmacologie, Faculté de Médecine P. et M. Curie, Université Paris 6 Hôpital St-Antoine AP-HP, Paris Président du Centre National de Gestion

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE Le but d une expérience de laboratoire est souvent de vérifier un résultat théorique à l aide d un montage. Puisqu il est impossible (sinon très rare)

Plus en détail