I. Les relations structure-fonction des appareils sexuels mâle et femelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Les relations structure-fonction des appareils sexuels mâle et femelle"

Transcription

1 Du sexe génétique au sexe phénotypique. La reproduction sexuée (méiose, fécondation) apparaît dès les eucaryotes unicellulaires. Dans le groupe des vertébrés chez les mammifères placentaires, elle se caractérise par l'acquisition de la viviparité = reproduction se faisant par la mise bas d un ou plusieurs petits jeunes (le développement de l œuf fécondé est fini). Chez les mammifères placentaires, la viviparité implique des structures d échanges (le placenta) entre la mère et l embryon au cours de la gestation permettant des relations de nutrition de l embryon. I. Les relations structure-fonction des appareils sexuels mâle et femelle Appareil génital mâle : - 2 testicules (=gonade mâle) - voie génitale : 1 spermiducte (partant des testicules) ou canal déférent, formant un uro-spermiducte, passant dans le pénis, - glandes annexes dont la prostate. L appareil génital mâle est dépendant de l appareil urinaire mâle. Appareil génital femelle : - 2 ovaires (=gonade femelle), - voie génitale : 2 oviductes, qui débouchent dans l utérus, se prolongeant par le vagin, s ouvrant à l extérieur par la vulve. - glandes annexes L appareil génital femelle est indépendant de l appareil urinaire femelle. II. Chez les mammifères les structures et la fonctionnalité des appareils sexuels mâle et femelle sont acquises en quatre étapes au cours du développement. Etude de différents caryotypes humains 1ère étape : stade phénotypique indifférencié. 1

2 Mise en place d un appareil génital indifférencié dont la structure est commune aux deux sexes (génétiquement XX et XY). = Gonade indifférenciée (qui deviendra soit un testicule, soit un ovaire), 2 paires de canaux : - canaux de Wolff, - canaux de Müller, dessin 1 2 ème étape : du sexe génétique au sexe gonadique (à partir de la 8 ème semaine de développement embryonnaire) Chez le mâle : Sur le chromosome Y, au cours du développement précoce, le gène Sry (Sex determining region of the chromosome Y) est activé et donne naissance à la protéine TDF (= facteur de determination testiculaire = protéine Sry), signal de développement des gonades en testicules : acquisition du sexe gonadique mâle. - les canaux de Wolff persistent et se transforment en canaux déférents, - Régression des canaux de Müller. Chez la femelle : Sur le chromosome X, il n y a pas de gène Sry. En absence de la protéine TDF, les glandes deviennent des ovaires : acquisition du sexe gonadique femelle. - les canaux de Müller persistent et se transforment en trompes de Fallope, utérus et vagin, - Régression des canaux de Wolff. Conclusion : Le gène Sry est donc un gène architecte. Le sexe masculin est donc lié à la présence du chromosome Y, plus précisément du gène Sry. 3ème étape : du sexe gonadique au sexe phénotypique différencié (toujours lors du développement embryonnaire). La mise en place du sexe phénotypique mâle se fait sous l action des hormones : - la testostérone (hormone produite par les cellules de Leydig) : empêche la régression des canaux de Wolff et masculinise les organes génitaux externes - hormone antimullerienne(=amh) (hormone produite par les cellules de Sertoli), responsable de la régression des canaux de Müller Celle du sexe phénotypique femelle s effectue en absence de ces hormones. Dessin 2 2

3 4ème étape : la puberté. (pubescere = se couvrir de poils) période pendant laquelle l organisme se transforme pour donner un individu apte à se reproduire, = ensemble de transformations morphologiques, anatomiques, physiologiques et comportementales. débute entre8 à 13 ans chez la fille, 10 à 14 ans chez le garçon. Chez le garçon : - augmentation du volume des testicules et du pénis, - développement de la pilosité, - mue de la voie, - développement de la musculature. Chez les filles : - développement de la pilosité, - apparition des règles, - développement des seins. - = acquisition de la fonctionnalité des appareils sexuels mâle et femelle et des caractères sexuels secondaires (seins, pilosité ) Ces transformations se font sous le contrôle des hormones sexuelles : - testostérone chez le mâle, - oestrogènes chez la femelle). Comment fonctionnent les appareils génitaux males et femelles? Comment sont-ils régulés? 3

4 La Fécondation et le début de la grossesse La maîtrise de la procréation I. La fécondation et le début de la grossesse A. Aspect comportemental de la reproduction sexuée Chez les Mammifères non Hominidés, il existe une relation directe entre comportement sexuel et sécrétion hormonale. Chez la femelle, la période d acceptation du mâle est appelée oestrus (= chaleur). L oestrus est déterminé par la sécrétion d oestrogènes (= qui préparent l œstrus). Chez le mâle, le comportement de rut (=période pendant laquelle le mâle cherche à s accoupler avec une femelle) est dépendant de la sécrétion de testostérone et des stimulus émis par la femelle. De plus l environnement peut influencer le comportement sexuel car le complexe hypothalamo-hypophysaire intègre les stimuli extérieurs (exemple : les ovins s accouplent en période de lumière décroissante, à l automne) Chez l Homme, le comportement sexuel est dissocié de son activité hormonale. L'Homme est capable de maîtriser sa procréation. B. La Fécondation Les spermatozoïdes mobiles, déposés dans le vagin, doivent franchir le col de l utérus. Le col de l utérus est fermé par la glaire cervicale. L état de la glaire cervicale varie en fonction du moment du cycle. Les spermatozoïdes ne peuvent franchir la glaire cervicale que pendant l ovulation. Les spermatozoïdes parviennent dans le tiers supérieur des trompes où ils peuvent alors féconder l ovule. La fécondation n'est donc possible que pendant une brève période après l'ovulation. Les spermatozoïdes conservent leur capacité de féconder l ovule pendant 3 jours tandis que l ovule est fécondable jusqu à 24 heures après l ovulation. Le rapport sexuel pour être fécondant doit donc avoir lieu au plus tôt 3 jours avant l ovulation et au plus tard environ 24 heures après l ovulation. Un seul spermatozoïde féconde l ovule. 1

5 C. Le début de la grossesse Lors de la fécondation de l ovule par le spermatozoïde, il y fusion des noyaux de l ovule et du spermatozoïde ou caryogamie, donnant ainsi naissance à une cellule-œuf. Cette cellule-œuf subit des divisons successives, formant ainsi un embryon. L embryon en cours de division migre jusqu à l utérus. Environ 7 jours après la fécondation, l embryon entouré d une masse de cellule s implante dans l endomètre utérin : c est la nidation. Après la nidation, le tout jeune embryon sécrète l'hormone HCG (= Gonadostimuline Chorionique Humaine). L HCG permet la poursuite de l'activité du corps jaune et, par conséquent, la sécrétion de progestérone indispensable au maintien de la muqueuse utérine au début de la grossesse. Le début de la grossesse 2

6 urines. Les tests de grossesse détectent dès le premier jour de retard des règles la présence de l HCG dans les II. La maîtrise de la procréation A. La régulation des naissances par la contraception La contraception est l ensemble des méthodes utilisées pour empêcher qu un rapport sexuel entraîne une grossesse. La contraception hormonale féminine s'appuie sur l'ensemble des connaissances acquises sur la régulation hormonale de la physiologie sexuelle. La contraception hormonale masculine est encore à l'état de recherche. On distingue comme moyens de contraception : - la contraception hormonale : la pilule contraceptive, contenant en général des oestrogènes et des progestatifs proche de la progestérone, qui bloquent l ovulation et modifient la muqueuse utérine et la glaire cervicale. - le stérilet, qui placé dans l utérus, rend difficile la fécondation et empêche la nidation. - le préservatif. Les autres méthodes (retrait, méthode Ogino ou dite des températures) ne sont pas du tout fiables. B. L aide médicalisée à la procréation 1) Le suivi de la grossesse Pendant toute la grossesse, la femme et son fœtus sont médicalement surveillés grâce à différents moyens d'investigation (analyses sanguines, échographies et si des doutes apparaissent, amniocentèse ou choriocentèse pour dépister une anomalie grave du fœtus). Amniocentèse = technique de diagnostic prénatal dans laquelle sont prélevées des cellules du fœtus dans la cavité amniotique, afin d établir le caryotype des cellules fœtales. Choriocentèse = technique de diagnostic prénatal dans laquelle sont prélevées des cellules du fœtus sur les villosités du chorion (= une des membranes situées à l extérieur de l embryon), afin d établir le caryotype des cellules fœtales. Dans le cas de la détection d une anomalie grave, diverses mesures sont mises en œuvre qui peuvent aller jusqu'à proposer une IVG (= Interruption Volontaire de Grossesse Thérapeutique). L IVG non thérapeutique est autorisée en France jusqu à 12 semaines de grossesse. 3

7 2) La procréation médicalement assistée (PMA) pour remédier à l infertilité L infertilité est l incapacité pour un couple d avoir des enfants à la suite d une période de 2 ans de rapports sexuels réguliers. Les causes de l infertilité sont multiples, touchant aussi bien la femme que l homme. Différentes techniques médicales peuvent apporter des solutions en fonction de la cause de l infertilité. On distingue les méthodes d insémination artificielle : - FIVETE : Fécondation in vitro et transfert d embryons. La fécondation est réalisée in vitro à partir d ovules et de spermatozoïdes issus du couple ou donnés par d autres couples puis l œuf fécondé est implanté dans l utérus de la femme. - ICSI : injection de spermatozoïde intra-cytoplasmique : même principe que précédemment mais le spermatozoïde est injecté directement dans le cytoplasme de l ovule. Il existe d autres traitements, que l on peut combiner ou non aux méthodes d insémination artificielle (stimulation ovarienne par traitement hormonal,...). 4

8 La fonction de reproduction chez l homme Introduction On étudie le fonctionnement de l appareil génital chez l homme adulte. Problématiques : Comment fonctionne l appareil génital de l homme adulte? Son activité est elle régulée? Si oui, comment? I. Le testicule produit des spermatozoïdes et une hormone : la testostérone. A. La spermatogenèse a lieu dans les tubes séminifères Bilan Activité 1 : Le testicule contient de très nombreux tubes séminifères, lieu de la formation des spermatozoïdes = spermatogenèse. La spermatogenèse a lieu au sein des cellules de Sertoli (cellules nourricières). Spermatogonies (cellules diploïdes) Spermatocyte diploïde Spermatocyte haploïde mitoses Méiose I Méiose II Spermatide différenciation spermatozoïde les différentes étapes de la spermatogenèse cellules à l origine des gamètes spermatozoïdes tubes séminifères : production des spermatozoïdes lumière du tube séminifère cellule de Sertoli (cellule nourricière) cellules interstitielles ou cellules de Leydig : production de testostérone coupe transversale de tubes séminifères de testicule 1

9 B. Les cellules interstitielles ou cellules de Leydig produisent l hormone sexuelle mâle, la testostérone Les cellules situées entre les tubes séminifères, appelées cellules interstitielles ou cellules de Leydig produisent l hormone sexuelle mâle, la testostérone. Définition d une hormone : une hormone est une substance produite par des cellules, transportées dans le sang et qui a une action biologique sur d autres cellules, appelées cellules cibles. Le testicule a donc une fonction endocrine = fabrication d hormones. Les rôles de la testostérone Rappel : (chapitre précédent, du sexe génotypique au sexe phénotypique) - chez le fœtus, transformation des canaux de Wolff en voies génitales males. - à la puberté, acquisition des caractères sexuels secondaires. Chez l homme adulte, la testostérone permet : - la spermatogenèse dans les tubes séminifères, - le fonctionnement de l appareil génital (érection et éjaculation), - le maintien des caractères sexuels secondaires, - la libido. La testostérone est secrétée de manière pulsatile. [testostérone] sang [temps] Bilan du I Testicule : lieu de production des spermatozoïdes et de la testostérone. La testostérone est secrétée de manière continue de la puberté jusqu à la fin de la vie. Pour assurer la fonction de reproduction chez l homme, le taux sanguin de testostérone ou testostéronémie doit être maintenu constant (même si ce taux présente des variations pulsatiles). L homéostat de la testostéronémie est indispensable au bon fonctionnement de l appareil sexuel mâle. homéostat = ensemble des organes et des mécanismes qui interviennent dans la régulation d une constante biologique. C est un système qui réalise l homéostasie (= maintien d une constante biologique). Problématique : comment est réalisée l homéostasie de la testostéronémie? II. Le contrôle du taux de testostérone par le complexe hypothalamohypophysaire. 2

10 A. L hypophyse contrôle l activité testiculaire L hypophyse est une glande endocrine (sécrétant des hormones) située à la base du cerveau. Elle secrète 2 hormones, appelées gonadostimulines : - la FSH (=Follicle Stimulating Hormone), - la LH (=Luteinising Hormone). La FSH stimule les cellules de Sertoli, c est à dire qu elle stimule la spermatogenèse. La LH stimule les cellules de Leydig, c est à dire qu elle stimule la production de testostérone. La FSH et la LH sont caractérisées par une sécrétion pulsatile. B. L hypothalamus contrôle l hypophyse L hypothalamus est une structure nerveuse, située à la base du cerveau, près de l hypophyse. Lorsque les neurones de l hypothalamus sont activés, ils libèrent une neurohormone, appelée gonadolibérine, la GnRH (=Gonadotrophin Releasing Hormone). La GnRH présente une sécrétion pulsatile. La GnRH parcourt un court trajet dans le sang, dans la tige hypophysaire, qui relie l hypothalamus à l hypophyse. La GnRH stimule la sécrétion de FSH et de LH par les cellules de l hypophyse. Pulses de GnRH Pulses de FSH et LH Pulses de testostérone 3

11 C. Le rétrocontrôle négatif exercé par le testicule sur le complexe hypothalamohypophysaire Le taux sanguin de testostérone est détecté en permanence par le complexe hypothalamo-hypophysaire. La testostérone inhibe la sécrétion de GnRH par l hypothalamus, et la sécrétion de FSH et LH par l hypophyse. Ainsi la testostéronémie est maintenue constante : c est un exemple d homéostasie. Bilan du II 4

12 Schéma-bilan : le contrôle de la fonction de reproduction chez l homme = - - Hypothalamus GnRH + Hypophyse + Testicule FSH, LH Schéma-bilan simplifié : le contrôle de la fonction de reproduction chez l homme Conclusion du chapitre : Servomécanisme : régulation dynamique, régulation en autonomie d un certain nombre d actions, qui comparent les consignes et le travail effectué. Paramètre biologique à maintenir constant détection du paramètre et comparaison à la valeur de référence correction Si écart entre le paramètre et la valeur de référence, alors schématisation d un servomécanisme Dans certains cas, la valeur de référence du paramètre biologique peut-être modifiée. Dans le cas du contrôle du taux sanguin de testostérone, c est le cas à la puberté chez l homme (augmentation du taux sanguin de testostérone), ou encore chez les cervidés et les ovins, il y a une augmentation du taux sanguin de testostérone en autonome permettant ainsi la reproduction et la naissance des petits au printemps. 5

13 La régulation de la fonction de reproduction chez la femme Introduction : La fonction de reproduction chez la femme se déroule de la puberté à la ménopause (qui est marquée par l arrêt de la fonction ovarienne, du à l épuisement des follicules ovariens, limités en nombre dès la naissance). La fonction de reproduction chez la femme se caractérise par un fonctionnement cyclique : durée d un cycle : 28 jours en moyenne. Le 1 er jour du cycle étant le 1 er jour des règles ou des menstruations. Problématiques : Comment fonctionne l appareil génital féminin? La fonction de reproduction est-elle régulée? Si oui, comment? Y-a-t-il intervention de l axe gonadotrope, comme chez l homme? Si oui, y-a-t-il des similitudes, des différences entre les fonctions de reproduction chez l homme et chez la femme? I. Les cycles sexuels féminins A. Le cycle de l ovaire Le cycle de l ovaire se caractérise par l évolution cyclique des follicules ovariens. Follicule : ensemble de cellules entourant l ovocyte, situé dans l ovaire et qui secrètent hormones sexuelles féminines. Les deux ovaires fonctionnent en alternance. Déroulement du cycle de l ovaire : Du 1 er au 12 ème jour du cycle : Phase folliculaire = phase de croissance du follicule abritant le future ovule. Un seul follicule, parmi ceux existants dans l ovaire, dit dominant se développe et abrite l ovocyte. Les autres follicules qui pourraient abriter un ovocyte prêt à être ovulé régressent. 14ème jour : ovulation : Emission par le follicule mûr de l ovocyte haploïde. L ovocyte est expulsé hors de l ovaire et est recueilli par le pavillon de l ovaire. Un seul ovaire est émis par cycle. Du 14 ème au 28 ème jour du cycle : Phase lutéale (=lutéinique) S il n y a pas fécondation : le follicule débarrassé de son ovocyte se transforme en corps jaune, qui va régresser jusqu à la fin du cycle.

14 Follicule cavitaire, en phase folliculaire (J 1 à 14 du cycle) Ovulation déclenchant la meiose I Follicule à l ovulation (J 14 du cycle Corps jaune en phase lutéale (J 14 à 28 du cycle) S il y a fécondation : voir chapitre suivant. Evolution d un follicule pendant un cycle de l ovaire

15 B. Le cycle de l utérus La paroi de l utérus contient de l extérieur à l intérieur une paroi musculaire, appelée myomètre, et la muqueuse utérine, appelée endomètre. La paroi de l utérus Le cycle de l utérus se caractérise par les modifications structurales et fonctionnelles de l endomètre préparant l implantation (= nidation) du futur embryon dans le cas où l ovocyte serait fécondé. Au début du cycle, ont lieu les menstruations ou règles. Menstruations = écoulement par le vagin d un liquide contenant les produits de la destructions de la muqueuse utérine, du sang coagulé et du mucus. L endomètre est pratiquement complètement détruit lors des menstruations. Pendant le cycle, il y a plusieurs modifications au niveau de l utérus : - épaississement de l endomètre, - formation de glandes tubulaires sécrétant du glycogène, - vascularisation de l endomètre avec des artères spiralées. A la fin du cycle, l endomètre épaissi, très découpé et richement vascularisé est appelé de dentelle utérine. Il est prêt à recevoir l embryon s il y a eu fécondation. Coupe de l endomètre en fin du cycle

16 C. Le cycle des hormones sexuelles féminines 2 hormones sexuelles féminines : - les oestrogènes (l œstrogène le plus courant est l œstradiol), - la progestérone, En phase folliculaire : Sécrétion uniquement des oestrogènes, fabriquées par les cellules contenues dans le follicule en croissance. Rôles des oestrogènes : - épaississement de l endomètre, - développement des glandes mammaires, - contrôle des glandes du col de l utérus, - maintien des caractères sexuels secondaires. Avant l ovulation : vers le 12 ème jour du cycle Forte croissance du follicule donc augmentation importante de la concentration en oestrogènes. Phase lutéale : Sécrétion des oestrogènes et la progestérone par le corps jaune. Le follicule se transforme en corps jaune, qui sécrète des oestrogènes, et de la progestérone. Les oestrogènes et la progestérone agissent en synergie (leur action se renforce mutuellement). Rôles de la progestérone : - stimule la formation de la dentelle utérine, - développement des glandes mammaires, - contrôle des glandes du col de l utérus, évolution des concentrations plasmatiques en oestrogènes et progestérone au cours du cycle

17 Bilan : Les cycles préparent à la grossesse, s il y a fécondation. En absence de fécondation, le corps jaune régresse. Régression du corps jaune Diminution de la concentration des hormones sexuelles Menstruations Problématique : Comment sont contrôlés les cycles sexuels féminins? II. Le contrôle de la fonction de reproduction : le contrôle des cycles féminins sexuels A. Le contrôle de l ovaire par l hypophyse L hypophyse secrète 2 gonadostimulines : la FSH (Hormone folliculo stimulante) et la LH (Hormone lutéinisante). Rôle de la FSH : la FSH stimule la croissance du follicule et donc la sécrétion des oestrogènes Rôle de la LH : la LH déclenche l ovulation, provoque la transformation du follicule en corps jaune, et donc stimule la production des oestrogènes et de progestérone en phase lutéale. FSH et LH se caractérisent par une sécrétion pulsatile, dont la fréquence des pulses et la concentration varie le long d un cycle. Avant ovulation : il y a une augmentation de la fréquence des pulses de LH, entraîne l ovulation. On parle de décharge ovulante de LH. évolution des concentrations plasmatiques en LH et FSH au cours du cycle B. Le contrôle de l hypophyse par l hypothalamus : L hypothalamus sécrète une gonadostimuline, la GnRH, caractérisée par une sécrétion pulsatile. L augmentation de la fréquence des pulses de GnRH active la sécrétion pulsatile de LH et FSH par l hypophyse. C. Le rétrocontrôle de l axe hypothalamo-hypophysaire par l ovaire Les taux sanguins d œstrogènes et de progestérone sont détectés en permanence par l axe hypothalamohypophysaire.

18 La nature du rétrocontrôle (positif ou négatif) varie selon le moment du cycle : phase folliculaire : rétrocontrôle négatif Les oestrogènes inhibent l activité de l hypophyse et de l hypothalamus. 2 jours avant ovulation : rétrocontrôle positif Il y a en effet une forte croissance du follicule donc une augmentation importante de la concentration en oestrogènes. Quand la concentration en oestrogènes dépasse une concentration en oestrogènes de référence, alors le rétrocontrôle s inverse devient positif. Les oestrogènes stimulent l activité de l hypophyse et de l hypothalamus. Ceci entraîne une augmentation de la concentration de GnRH dans la tige hypophysaire, qui entraîne alors une augmentation de la concentration de LH et de FSH. Le pic de LH déclenche l ovulation (décharge ovulante de LH). Phase lutéale : le rétrocontrôle des oestrogènes sur l activité de l hypophyse et de l hypothalamus redevient négatif.

19 Conclusion du chapitre : Chez la femme, opère même système de régulation de la fonction de reproduction que chez l homme, mais en plus complexe (présence des cycles, rétroactions négatives et positives) Le but de la fonction de reproduction est de préparer à la fécondation et à la nidation de l embryon. Hypothalamus - ou + GnRH + Hypophyse - ou + LH FSH + Ovaire Œstrogènes Progestérone schéma simplifié du contrôle de la fonction de reproduction chez la femme Schéma du contrôle de la fonction de reproduction chez la femme

20 Schéma du contrôle de la fonction de reproduction chez la femme

GUIDE D INFORMATION À L INTENTION DES RÉCIPIENDAIRES DE DON D OVULES DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

GUIDE D INFORMATION À L INTENTION DES RÉCIPIENDAIRES DE DON D OVULES DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS GUIDE D INFORMATION À L INTENTION DES RÉCIPIENDAIRES DE DON D OVULES DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS Cette brochure a été conçue dans le but de répondre à vos questions et vous aider à prendre une décision

Plus en détail

Mais pourquoi je ne suis pas enceinte?

Mais pourquoi je ne suis pas enceinte? Mais pourquoi je ne suis pas? On a beau vouloir très fort un bébé, la nature ne nous obéit pas toujours au doigt et à l œil Ce qu il faut savoir pour être au top de sa fertilité et tomber plus facilement!...

Plus en détail

info ROACCUTANE Brochure d'information sur la contraception destinée aux patientes traitées par Roaccutane Roaccutane

info ROACCUTANE Brochure d'information sur la contraception destinée aux patientes traitées par Roaccutane Roaccutane Roaccutane isotrétinoïne Brochure d'information sur la contraception destinée aux patientes traitées par Roaccutane info ROACCUTANE RM SM MANAGEMENT Programme de prévention de la grossesse SOMMAIRE 3.

Plus en détail

Fécondation in vitro avec don d ovocytes

Fécondation in vitro avec don d ovocytes Fécondation in vitro avec don d ovocytes Ref. 155 / abril 2009 Service de Médecine de la Reproduction Gran Vía Carlos III 71-75 08028 Barcelona Tel. (+34) 93 227 47 00 Fax. (+34) 93 491 24 94 international@dexeus.com

Plus en détail

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Partie 1, Chapitre 4 INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Constat : à l'exception des jumeaux, chaque individu est unique. Ses caractères héréditaires dependent des info génétiques (allèles) portées

Plus en détail

Préface. Les étudiants de l Association des Médecins et Pharmaciens du Coeur (AMPC)

Préface. Les étudiants de l Association des Médecins et Pharmaciens du Coeur (AMPC) Préface Notre association regroupe les énergies bénévoles d étudiants en médecine et en pharmacie, avec pour objectif d aider et accompagner enfants, adolescents et jeunes adultes confrontés à la maladie.

Plus en détail

Exploration et Prise en charge d un couple infertile

Exploration et Prise en charge d un couple infertile Exploration et Prise en charge d un couple infertile Florence LESOURD Pôle d Obstétrique, Gynécologie et Médecine de la Reproduction CHU Paule de Viguier - Toulouse DIU de Médecine de la Reproduction-Gynécologie

Plus en détail

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE 1 TABLE DES MATIERES 1. Un petit mot d introduction 2. En quoi consiste le don d ovocyte? 3. A qui s adresse le don d'ovocyte? 4. Les différents types de don d ovocyte A. Le don anonyme B. Le don dirigé

Plus en détail

introduction & sommaire

introduction & sommaire introduction & sommaire 3 MT* - MALE TO SOMETHING est une brochure pour les personnes assignées hommes par les sciences biomédicales et qui sont en transition vers une identité fluide ou féminisée et toutes

Plus en détail

GONADOTROPHINE CHORIONIQUE ENDO 5000 U.I./1 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral intramusculaire

GONADOTROPHINE CHORIONIQUE ENDO 5000 U.I./1 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral intramusculaire ésumé des Caractéristiques du Produit 1 sur 5 21/09/2010 14:31 Mis à jour : 16/02/2010 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT GONADOTROPHINE CHORIONIQUE ENDO 5000 U.I./1 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

La grossesse. UE 2.2 cycles de la vie et grandes fonctions. Corinne Velly Infirmière Puéricultrice Cadre de Santé 13 mars 2014

La grossesse. UE 2.2 cycles de la vie et grandes fonctions. Corinne Velly Infirmière Puéricultrice Cadre de Santé 13 mars 2014 La grossesse UE 2.2 cycles de la vie et grandes fonctions Corinne Velly Infirmière Puéricultrice Cadre de Santé 13 mars 2014 Plan La fécondation Le diagnostique de la grossesse La vie embryonnaire et foetale

Plus en détail

L endométriose. souvent méconnue. Brochure d information destinée aux femmes atteintes et aux personnes

L endométriose. souvent méconnue. Brochure d information destinée aux femmes atteintes et aux personnes L endométriose une maladie gynécologique évolutive, souvent méconnue Brochure d information destinée aux femmes atteintes et aux personnes intéressées Groupe d experts de l endométriose de la Société d

Plus en détail

Bienvenue à la Clinique de Fertilité de Mons

Bienvenue à la Clinique de Fertilité de Mons Bienvenue à la Clinique de Fertilité de Mons Le centre hospitalier Ambroise Paré collabore depuis de nombreuses années avec les Cliniques Universitaires de Bruxelles Hôpital Erasme pour vous permettre

Plus en détail

Patient Diagnostics Tests Rapides Désir d Enfant

Patient Diagnostics Tests Rapides Désir d Enfant Enceinte ou non? Patient Diagnostics Tests Rapides Désir d Enfant Les tests uniques en leur genre d aide à la planification familiale à utiliser chez soi Test d ovulation Test de grossesse précoce Test

Plus en détail

Vivez votre féminité sans souffrir.

Vivez votre féminité sans souffrir. Vivez votre féminité sans souffrir. PERDOFEMINA (lysinate d ibuprofène) est un médicament pour les adultes et les enfants à partir de 12 ans. Pas d utilisation prolongée sans avis médical. Ne pas administrer

Plus en détail

1 les caractères des êtres humains.

1 les caractères des êtres humains. Quelques rappels des classes précédentes ACTIVITÉ livre pages 8 et 9 : apprendre le bilan de la page 9 Les êtres vivants sont répartis en espèces. Chaque être vivant est formé de cellules. schéma d une

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. JAYDESS 13,5 mg, système de diffusion intra-utérin. Lévonorgestrel

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. JAYDESS 13,5 mg, système de diffusion intra-utérin. Lévonorgestrel NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR JAYDESS 13,5 mg, système de diffusion intra-utérin Lévonorgestrel Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide

Plus en détail

P.S.E. 1 ère situation d évaluation

P.S.E. 1 ère situation d évaluation Lycée X Ville Session 201 P.S.E. 1 ère situation d évaluation Première Bac Professionnel Spécialité du diplôme Académie de Nancy-Metz Durée : 55 minutes NOM :. Prénom :. NOTE : / 18 NOTE : / 09 FOLIO :

Plus en détail

Ce dont on ne parle pas

Ce dont on ne parle pas 1 2 Pour de nombreux jeunes gens, l entrée dans l âge adulte s accompagne de profondes transformations. Il en résulte de nombreuses possibilités nouvelles, mais aussi bien des incertitudes, tout aussi

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS 1. Définition 2. Spécificité des adolescents Nicolas DOMBROWSKI, Agrégé EPS, 2010 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte

Plus en détail

La mienne est. La mienne est. en comprimés

La mienne est. La mienne est. en comprimés La mienne est dans mon bras La mienne est au cuivre La mienne est en latex La mienne est sans ordonnance La mienne dure 3 ans La mienne n est pas contraignante La mienne est remboursée La mienne est en

Plus en détail

AUTOUR DE LA MISE BAS

AUTOUR DE LA MISE BAS AUTOUR DE LA MISE BAS Un vêlage ou un agnelage est une des périodes les plus importantes dans la conduite d un élevage. De sa réussite dépendra l entrée d argent quelques mois plus tard. Il est donc impératif

Plus en détail

LA RECHERCHE EN REVUE

LA RECHERCHE EN REVUE LA CONTRACEPTION AU CANADA : DES PREMIÈRES MÉTHODES AUX POSSIBILITÉS FUTURES La disponibilité de méthodes contraceptives sûres et efficaces a toujours été une question importante pour les Canadiens. Cependant,

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

INFLUENCE D UN TRAITEMENT MYOFASCIAL ABDOMINO-PELVIEN SUR LA MIGRAINE CATAMÉNIALE

INFLUENCE D UN TRAITEMENT MYOFASCIAL ABDOMINO-PELVIEN SUR LA MIGRAINE CATAMÉNIALE INFLUENCE D UN TRAITEMENT MYOFASCIAL ABDOMINO-PELVIEN SUR LA MIGRAINE CATAMÉNIALE Mémoire de fin d études pour l'obtention du Diplôme Français d Ostéopathe (DFO) Juin 2008 Sonia BOGLIOTTI Maître de Mémoire

Plus en détail

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou Fausses couches spontanées J Lansac CHU Tours Définition Avortement : expulsion produit de conception avant 22SA ou enfant

Plus en détail

Le fonctionnement de l'organisme

Le fonctionnement de l'organisme Seconde partie Le fonctionnement de l'organisme 1 Le système cardio-pulmonaire...2 1.1 Anatomie et fonctionnement du coeur...2 1.2 La distribution du sang aux organes...4 2 Communication et intégration

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

ETUDE DE MARCHE : LA CONTRACEPTION

ETUDE DE MARCHE : LA CONTRACEPTION ETUDE DE MARCHE : LA CONTRACEPTION INTRODUCTION Autrefois, l'avortement était prohibé par l'apanage des familles nombreuses et par l'influence de l'église qui classaient la contraception au rang de délit.

Plus en détail

Manuel Bioéthique. des Jeunes NOUVELLE ÉDITION ACTUALISÉE ET AUGMENTÉE

Manuel Bioéthique. des Jeunes NOUVELLE ÉDITION ACTUALISÉE ET AUGMENTÉE Manuel Bioéthique des Jeunes NOUVELLE ÉDITION ACTUALISÉE ET AUGMENTÉE Manuel Bioéthique des Jeunes Quoi de plus intime à la vie que la vie elle-même, l'histoire de nos premiers et de nos derniers instants?

Plus en détail

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE Informations générales pour la convalescence Pour vous, pour la vie Ce feuillet est destiné à mieux vous renseigner sur les points à observer après une opération

Plus en détail

La planification familiale pour les femmes et couples après une réparation de la fistule

La planification familiale pour les femmes et couples après une réparation de la fistule La planification familiale pour les femmes et couples après une réparation de la fistule Fistula Care à EngenderHealth 440 Ninth Avenue, 13th Floor New York, NY, USA 10001 Tel: 212-561-8000 E-mail: fistulacare@engenderhealth.org

Plus en détail

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro Comité Consultatif National d'éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 112 Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Centre de stérilité masculine et Centre d Études et de Conservation des Œufs et du Sperme humain CECOS Midi-Pyrénées Hôpital Paule de Viguier 330 avenue de Grande-Bretagne CHU de Toulouse 2005 Brochure

Plus en détail

Section 8 REPRODUCTION

Section 8 REPRODUCTION REPRODUCTION Quelle est la saison naturelle de reproduction des brebis?... 90 Quelle est la durée de l œstrus d une brebis au cours de la période d ovulation?... 91 Quels sont les signes du cycle œstral?...

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Reproduction et environnement

Reproduction et environnement Expertise collective Synthèse Reproduction et environnement ISBN 978-2-85598-891-8 www.inserm.fr Expertise collective Reproduction et environnement Expertise collective Synthèse Reproduction et environnement

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur M. Tournaire Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXII publié le 2.12.1998 VINGT-DEUXIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC@L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors?

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? elle va pour cela créer des éléments chargées de transmettre un message à son corps (les hormones) : la «relaxine»

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

Le syndrome de Noonan

Le syndrome de Noonan Le syndrome Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur le syndrome de

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Item 30 : Assistance Médicale à la Procréation (AMP)

Item 30 : Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Item 30 : Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 Table des matières Pré-Requis... 4 OBJECTIFS...

Plus en détail

Fécondation In Vitro «La bourse ou la vie?»

Fécondation In Vitro «La bourse ou la vie?» Rapportd Immersion encommunauté FécondationInVitro «Labourseoulavie?» CharelConstantin Julie VanessaDaverio CoralieZermatten Tuteurs:AndreaCarlinoetAstridStuckelberger Facultédemédecine UniversitédeGenève

Plus en détail

La Symptothermie complète

La Symptothermie complète La Symptothermie complète La contraception ou conception écologique pour tous! R. Harri Wettstein & Christine Bourgeois Nouvelle version du manuel SymptoTherm Basic (Première édition : 2006 ) «Le présent

Plus en détail

PARTIE I Compte pour 75 %

PARTIE I Compte pour 75 % PARTIE I Compte pour 75 % Instructions : Noircissez la lettre correspondant à la bonne réponse sur la feuille de réponse fournie. 1. Dans le diagramme, quelles structures font partie du système nerveux

Plus en détail

AVIS N 75. Questions éthiques soulevées par le développement de l'icsi

AVIS N 75. Questions éthiques soulevées par le développement de l'icsi Comité Consultatif National d Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 75 Questions éthiques soulevées par le développement de l'icsi Le CCNE a été saisi par Claire Brisset, Défenseure

Plus en détail

Les lois de bioéthique : cinq ans après

Les lois de bioéthique : cinq ans après Les lois de bioéthique : cinq ans après Sommaire Introduction... 4 Première partie Le clonage, la recherche sur l embryon et l assistance médicale à la procréation... 7 Faut-il interdire explicitement

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

La mienne est. en comprimés

La mienne est. en comprimés La mienne est dans mon bras La mienne est au cuivre La mienne est en latex La mienne est La mienne sans ordonnance dure 3 ans La mienne n est La mienne est pas contraignante hebdomadaire La mienne est

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chaque chromosome est en double exemplaire Donc chaque gène (situé sur son locus) est en double exemplaires : et peut être sous différente

Plus en détail

.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203 .(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3 .( @.*" '!%2"+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!

.( /.*!0) %1 2+ %#(3004) 05' 203 .(.*0+ ) '!2+ %#(30+ 0!%) 4!%2) 3 .( @.* '!%2+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2+ 16 3047! !"#! $ %#&' (!"#$!% & % ' (!%' ) )''! *)+* *! %#"+, ' ( ', -) " *.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203.(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3.( -.* %)!(2"+ %#(30! &' 4!!%.+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!%(%' 0.(89.*

Plus en détail

Focus. Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes. Unité de Recherche et Développement pour les Risques Aggravés.

Focus. Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes. Unité de Recherche et Développement pour les Risques Aggravés. Unité de Recherche et Développement pour les Risques Aggravés Focus Juillet 2007 Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes Assurances et tumeurs génitales des hommes jeunes Conception et réalisation

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Les irrégularités du cycle en préménopause

Les irrégularités du cycle en préménopause Fiche 3.2.2 Les irrégularités du cycle en préménopause Je suis déjà rendue là? Saviez-vous que... La majorité des femmes connaîtront des changements dans leur cycle menstruel pendant une période de quatre

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Cancer et sexualité au féminin. Une brochure de la Ligue contre le cancer pour les femmes atteintes de cancer et leur partenaire

Cancer et sexualité au féminin. Une brochure de la Ligue contre le cancer pour les femmes atteintes de cancer et leur partenaire Cancer et sexualité au féminin Une brochure de la Ligue contre le cancer pour les femmes atteintes de cancer et leur partenaire Impressum _Editrice Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40 case

Plus en détail

Il importe de noter que ce guide émet des recommandations conformes aux informations scientifiques disponibles au moment de sa publication, soit au

Il importe de noter que ce guide émet des recommandations conformes aux informations scientifiques disponibles au moment de sa publication, soit au Il importe de noter que ce guide émet des recommandations conformes aux informations scientifiques disponibles au moment de sa publication, soit au 15 août 2011. Toutefois, ces recommandations n ont aucunement

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Un test Pap pourrait vous sauver la vie

Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Un test Pap pourrait vous sauver la vie Vous avez 21 ans ou plus et êtes sexuellement active? Passez un test Pap! Si vous saviez qu un test Pap, qui prend 5 minutes,

Plus en détail

La puberté avant l âge Nouveaux aspects

La puberté avant l âge Nouveaux aspects La puberté avant l âge Nouveaux aspects Catherine Pienkowski Sophie Grandjean Unité d Endocrinologie et Gynécologie Médicale Hôpital des Enfants - Toulouse La puberté avant l âge Nouveaux aspects Introduction

Plus en détail

à propos de la grossesse

à propos de la grossesse Dr. med. Brigitte Holzgreve Rédactrice en chef 100 QUESTIONS à propos de la grossesse SOMMAIRE AVANT LA GROSSESSE LES PREMIÈRES SEMAINES DE LA GROSSESSE GROSSESSE ET MODIFICATIONS DU CORPS FÉMININ EXAMENS

Plus en détail

Migraines, céphalées et statut hormonal

Migraines, céphalées et statut hormonal Migraines, céphalées et statut hormonal Vincent Cahagne, service de neurologie et équipe mobile d accompagnement et de soins palliatifs, Chu Rennes Migraine et puberté Le début de la migraine Le début

Plus en détail

Gènes du développement et structuration de l organisme

Gènes du développement et structuration de l organisme 03-Gènes du développement_00/maquette imports 19/01/10 10:45 Page99 Revue des Questions scientifiques, 2010, 181 (1) : 99-110 Gènes du développement et structuration de l organisme René Rezsohazy Unité

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

Coordinateur Roland Calderon

Coordinateur Roland Calderon SVT-3 e -/Sciences de la Vie et de la Terre-/ erre-/-programme 2008 LIVRE DU PROFESSEUR Coordinateur Roland Calderon Les auteurs Vincent Béranger Professeur à Paris Louis-Marie Couteleau Professeur à Paris

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

Les INSÉMINATIONS INTRA-UTÉRINES

Les INSÉMINATIONS INTRA-UTÉRINES 1 Équipe AMP La Sagesse Rennes DOSSIER GUIDE Les INSÉMINATIONS INTRA-UTÉRINES COMPOSITION DE L'EQUIPE DE FECONDATION IN VITRO 2 L'équipe de Fécondation in vitro est multidisciplinaire et son bon fonctionnement

Plus en détail

POST-PARTUM DR HADJI DR BELAHRACHE. janvier 2013 CHU PARNET

POST-PARTUM DR HADJI DR BELAHRACHE. janvier 2013 CHU PARNET POST-PARTUM DR HADJI DR BELAHRACHE janvier 2013 CHU PARNET DÉFINITION période qui s étend de l accouchement (après la délivrance) jusqu à la première menstruation -marquée par : o retour à la normale de

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

MUTUELLE. Complémentaire santé. Prestations Actifs au top, non-actifs dans le bon créneau. Profil Seniors

MUTUELLE. Complémentaire santé. Prestations Actifs au top, non-actifs dans le bon créneau. Profil Seniors MUTUELLE Octobre - Novembre - Décembre 2011 N 19 infos Complémentaire santé Prestations Actifs au top, non-actifs dans le bon créneau Le conseil d administration a voulu souligner, grâce à une étude comparative

Plus en détail

La brochure d information du site

La brochure d information du site C est quoi la contraception? C est comment le sexe d une fi lle? C est comment le sexe d un garçon? C est quoi l homosexualité? C est quoi l amour? Pourquoi utiliser les préservatifs? C est quoi la sexualité?

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir

Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir Ce pamphlet contient des informations générales que vous devriez connaître avant de traiter une fausse couche avec du misoprostol. Quand

Plus en détail

De la fécondation à la naissance : 9 mois pour un nouvel être humain

De la fécondation à la naissance : 9 mois pour un nouvel être humain De la fécondation à la naissance : 9 mois pour un nouvel être humain! La naissance marque le premier jour de la vie dʼun enfant. Au cours des 9 mois précédents, il sʼest construit petit à petit. Comment

Plus en détail

Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux

Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux L A C O N T R A C E P T I O N E N É V O L U T I O N Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux par Chantal Marquis «J ai 48 ans, j ai des chaleurs, je dors peu et j ai des saignements

Plus en détail

Neurofibromatose 1 Maladie de Von Recklinghausen

Neurofibromatose 1 Maladie de Von Recklinghausen Neurofibromatose 1 Maladie de Von Recklinghausen La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST)

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) MST est le terme utilisé pour décrire toute maladie, toute infection transmise par un rapport sexuel avec une personne déjà contaminée, et qui

Plus en détail

Interruption volontaire de grossesse

Interruption volontaire de grossesse Interruption volontaire de grossesse Dossier - guide La loi - les principales dispositions Avant l IVG : les démarches à entreprendre L interruption de la grossesse La contraception après une IVG Sommaire

Plus en détail

Les avantages du programme complémentaire santé Meuhedet Adif

Les avantages du programme complémentaire santé Meuhedet Adif Les avantages du programme complémentaire santé Meuhedet Adif Chers adhérents, C est avec le souci de procurer un mieux-être à ses adhérents que Meuhedet a mis au point son programme complémentaire santé

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

19 thèmes dans 10 villes

19 thèmes dans 10 villes SATISFAIRE À VOS OBLIGATION DE DPC FACILEMENT GRÂCE AU CNGOF DPC réalisés par le CNGOF et financée par l Agrément CNGOF : 11 75 32 07 175 - FMC 100 098 Indemnité de 345 par jour et prise en charge hôtellerie

Plus en détail

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Pré-Requis : Connaissance de bases : Anatomie du pelvis Classification des troubles de la statique génitale

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

DIPLOME D'ETAT DE SAGE-FEMME

DIPLOME D'ETAT DE SAGE-FEMME Université d'angers, École de Sages-femmes René ROUCHY DIPLOME D'ETAT DE SAGE-FEMME Première prescription de contraception chez les adolescentes : pratique des médecins généralistes et gynécologues des

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

L assistance médicale à la procréation en France en 2010. Dossier de presse

L assistance médicale à la procréation en France en 2010. Dossier de presse L assistance médicale à la procréation en France en 2010 Dossier de presse Mars 2010 1 SOMMAIRE Communiqué de synthèse page 3 PARTIE I AMP : ce qu il faut retenir page 5 Fiche 1 - L AMP : une réponse possible

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

Stratégie de don d'ovocytes : expérience Belge

Stratégie de don d'ovocytes : expérience Belge Stratégie de don d'ovocytes : expérience Belge B. Lejeune Le don d'ovocytes existe depuis une vingtaine d'années : la première grossesse obtenue par cette méthode date de 1984 et avait été obtenue par

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Hyperplasie congénitale des surrénales par déficit en 21-hydroxylase

Hyperplasie congénitale des surrénales par déficit en 21-hydroxylase Hyperplasie congénitale des surrénales par déficit en 21-hydroxylase GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE PNDS Cliquez ici LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cliquez ici GUIDE MÉDECIN

Plus en détail